Lueur, Obscurité et Alcool -I-

Partagez | .
 

 Lueur, Obscurité et Alcool -I-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 8 Nov - 0:32

Plongé dans le sommeil de l’alcool, je ne me débattais pas. Je laissai mon esprit se noyer dans ce tournoyant repos, jusqu’à la plus abyssale des profondeurs où le silence était loi et la noirceur l’unique décor. Aspiré dans les tréfonds de cette silencieuse obscurité, je découvrais un havre de paix. Oasis de quiétude dans un océan de doutes, apaisante chaleur d’une flamme sous les vents glacés et agressifs du Nord, délicieuse solitude de l’exile d’un monde surpeuplé, refuge étanche aux sinistres tourments.

- Monsieur ?

M’interrogeant une énième fois, le majordome des Katar parvint enfin à m’extirper de la reposante inconscience dans laquelle j’étais enfoui. Entrouvrant une paupière, je reçu avec violence les lueurs d’une journée bien entamée. Le crâne compressé, le regard embrumé, je luttai contre les assauts de nausées à la moindre de mes tentatives de relever le visage. Contraint, je le laissai alors à moitié enfoncé dans ce qui devait être le moelleux divan du hall. Immobile, le souffle chaud et lent, je fini par poser mon regard sur une bouteille vidé au trois-quarts. Les minutes passèrent à nouveau, tandis que je restai allongé. Complètement amorphe, il m’en fallut bien trop avant que je ne me rappel d’où elle provenait. Le Bal.

Oui, le bal. La musique. Les couleurs.
Il y avait aussi cette fille. Celle au regard fait de plumes, à l’audace plaisant et aux mouvements souples. Elle était.. Prisonnière des autres, retenu de jouer à son propre jeu. Et.. Non, impossible de me rappeler plus.
Il y avait aussi cette autre fille, celle qui ne se pliait pas à l’hypocrisie générale, celle qui.. Celle qui lança le premier défi. Voila donc où l’alcool avait fait irruption, prenant à chaque gorgée un peu plus de souvenirs. La première pensée qui me traversa fut alors de ne plus me laisser aller au plaisir de la boisson, qui pouvait se montrer plus forte que le goût ne le laisse penser. Mais la seconde elle, fut tout autre. Certes je n’étais pas au mieux de ma forme, mais je venais de troquer le souvenir d’une fin de soirée pour des heures de paix intérieur. Plus d’interrogations, plus de sanglants souvenirs, plus de sombres pensées. Plus de haine.
Simplement l’obscurité et le silence.


______________________

Les soirs qui suivirent ressemblèrent de plus en plus à cette fin de soirée, et les journées suivantes, aux soirs précédents. Il suffisait qu’il n’y ait aucun contrat de prévue pour que je m’abandonne au plaisir de l’obscurité et du silence. Le souci, c’est que je n’avais pas prévu de trouver ce qui se rapprochait le plus du bien être dans ces bouteilles poussiéreuses, ce qui assez vite amena à une pénurie à la demeure. Et comme tout homme qui manque d’alcool chez lui, je me suis inexplicablement retrouvé à marcher sur la Taverne de la Capitale. Il ne me restait plus qu’à commander, et savourer dans mon coin les shooters des alcools du nord que le tavernier prenait plaisir à échanger contre quelques tsuris.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Kris le Sam 15 Nov - 16:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 9 Nov - 0:04

Les dernières heures que Luce avait passé pour étudier le livre des Hastianno étaient sans doute les plus frustrantes qu’elle ne lui avait été donné de passer. Non pas qu’elle soit soudainement prise d’un ras-le-bol considérable à la suite de ces nombreuses heures de lecture sans réussite mais elle avait toujours cette impression une fois le livre fermé qu’elle avait oublié quelque chose et qu’elle venait simplement d’annéantir tout ses espoirs en refermant le livre. Elle leva son regard vers Aënaelle avec une extrême lenteur. Prenant son temps pour s’extirper de sa chaise et reposer avec parcimonie le livre à sa place. Un emplacement bien précis encastré entre deux livres ternis par les années. Un nouveau regard. Elle soupira.

« Tu penses que je me suis faite piquée par un Fureur , Aënaelle ? »


Elle l’avait quittée avec cette simple question demeurant sans réponse. Oui, peut être se montait-elle trop la tête pour ce qu’elle croyait être une source inconsidérable de réponse sur ses ancêtres. Et c’était le cas, sans doute. Une histoire finement tracée de la base de l’appélation des Hastianno, un terme désignant un lâche devenu par le temps un explorateur, un pilleur et un conquérant hors pair à ce que mentionnait l’Historien. Un homme qu’il ne valait mieux pas croiser sur son chemin peu après la Rébellion ardente. Et à cela s’ensuivit toute une génération d’Hommes et de Femmes montrant leurs valeurs et leurs bravoures dans la mémoire Hastianno. Tantôt héroïque, tantôt traître, elle ne savait que penser de tout ceci. Comment avaient-ils pu finir ainsi ? à débourser le moindre Tsuri pour des plaisirs futiles d’un simple caprice pour enfin finir dans une sorte d’ignorance pure de tout ceci. Quelque chose clochait, elle était certaine qu’autre chose se trouvait dans ce livre, quelque chose de plus grand que seul Luce semblait pouvoir sentir… Mais quoi ? Peut être finalement devait-elle faire une pause...

Elle avait marché longuement si longtemps qu’elle se serait presque perdue dans l’obscurité des ruelles. Ses pensées l’avaient menée parmi quelques marcheurs de nuit, entrant et sortant de cette Taverne. Cette lueur, comme elle le percevait à cet instant qui se démarquait du voile sombre que portait Lüh sur ses coubes. Une soie obscur ne laissant place qu’à un simple bijoux scintillant. C’était sans doute de bien grand mot pour définir une simple lumière allumée d’une Taverne rassemblant chasseurs, habitués ou voyageur. C’était pourtant ce qui vint à l’esprit de la jeune femme en ouvrant la porte entrebâillée de la taverne du coin. A l’intérieur, une agréable musique d’accompagnement donnait un certain cadre de l’ambiance de l’endroit. Elle qui n’était pas habituée de ces endroits se sentait un peu à l’étroit avec autant de monde dans un si petit espace. Des Hommes en armure trinquaient à leur capture de la matinée, d’autres taquinaient l’une des serveuses en leur racontant leurs exploits avec des dragons à main nue tandis que d’autres encore, plus discret se contentait de boire leur verre calmement. Luce était plutôt attirée par ce côté-ci de la taverne et décida donc de s’y poser. Il y avait une place dans le fond de la salle, une place aussi illuminé que le reste de la pièce. Une place brisée par l’obscurité et la lueur des bougies. Une place sans doute réservée par l’homme de l’ombre. Elle demanda :

« Excusez-moi ? Cette place et prise ? (Une réponse, puis : ) Merci ! »

A peine s’était-elle assise que le tavernier la sonda du regard un instant, il fronça les sourcils de par la jeunesse de cette femme. Un verre à la main, il s’approcha et lui demanda d’un ton assez fort pour qu’elle puisse entendre malgré le brouhaha.

« Qu’est-ce j’vous sers ma p’tite dame ? »

Luce semblait un peu perdue, que voulait-elle exactement ? Si cet homme était un faiseur de miracle elle lui aurait sans doute demander des réponses à ses questions. Au lieu de cela, elle répondit :

«Vous auriez du Rhum d’Arcane ? »

Le tavernier la sonda une seconde fois, surpris, à dire vrai, de voir un si petit bout de sifflet demander du rhum. Il haussa les épaules cependant, lui expliquant qu’il avait vidé le stock il y a peu. Luce lança un coup d’œil rapide sur le verre de son voisin de droite, un petit verre remplit de liquide transparant. N’étant pas véritablement experte en la matière, elle demanda alors au tavernier de lui servir le même verre que son voisin.

« Je ne connais pas trop ce genre d’endroit… Mais je vais jouer le jeu et prétendre être ce que je ne suis pas… » osa-t-elle dire plus pour elle-même que pour l’Homme dans l’obscurité.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Luce le Jeu 8 Jan - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Dim 9 Nov - 16:07

Je venais probablement de découvrir le secret des peuples nordiques pour résister au froid perpétuel qui règne en maître absolue sur ces terres reculés. Cette boisson dont ils étaient les seuls fabriquant à ma connaissance savait faire naître la chaleur d’Ignis dans le plus solide des corps dès les premières gorgées. Mais mieux encore, elle était composée à plus ou moins la moitié d’alcool pur, ce qui en faisait le parfait compagnon. Avalant le troisième, je savourai l’apparition du second effet. Si le premier était une protection contre le froid, le suivant l’était contre l’incessante analyse de mon environnement. Anodin pour certain, il était plaisant de ne plus suivre du regard les chasseurs victorieux emplies de testostérone sous leur victoire. De ne plus chercher des indices sur ceux restant plonger dans un inexplicable mutisme et probables tueurs envoyés à ma rencontre. De ne plus me laisser à écouter les récits de marchands et marins dans l’espoir d’obtenir des nouvelles des hommes que je traque depuis si longtemps. De ne plus chercher le pourquoi et le comment de chaque chose.
Oui, le second effet était agréable.

Mais insuffisant tout de même. S’il dressait un mur entre moi et les habitués de l’établissement, il n’était pas encore de taille à se hisser entre moi et mes tourments. Si je ne leur prêtais plus attention, j’entendais encore ce désir résonner en moi, qui dans un murmure me chuchoter de douces paroles. La nuit était tombée, la pénombre avait repris sa place sur la Capitale et l’heure devenant tardive appelait la sortie des prédateurs. Le temps n’était plus à ceux marchandant le tissu, à ceux se laissant aller à errer au hasard des rues ou encore à ceux cherchant leur bonne action quotidienne. Non, l’obscurité de la nuit invitait des activités toutes autres. Des gorges tranchées, des corps transpercés, des os brisés et des supplications, tels étaient les appels du monde de l’ombre. Tels étaient les appels du prédateur insomniaque en moi, qui comptait bien ce soir répondre à l’invitation du crépuscule.

Commandant un quatrième, je me retrouvai à souhaiter que le tavernier soit suffisamment rapide pour revenir étancher ma soif avant que le murmure ne devienne un cri, et l’envie un besoin. Par chance pour lui, et probable frustration inavouée pour moi, la lourdeur de la bourse de Tsuris posée devant moi semblait avoir un pouvoir d’attraction des plus efficaces sur lui. Et rapidement j’eu de quoi accorder un répit à ces hommes.


« Excusez-moi ? Cette place et prise ? » -Non. « Merci ! »

Ma réponse fut démunie de toute intonation, montrant mon désintérêt le plus totale. Lorsque le gérant fut envoyé à ses bouteilles, j’en profitai pour lui demander une nouvelle dose d’un léger geste de la main.

« Je ne connais pas trop ce genre d’endroit… Mais je vais jouer le jeu et prétendre être ce que je ne suis pas… »

Un sourire s’échappa. Jouer à prétendre être un autre, voila qui me rappelait quelqu’un. Je ne saurai dire pourquoi, l’alcool probablement, mais je me perdis dans son souvenir. Un instant je me revis au Bal avec elle. Tout autour n’était qu’esquisses de formes et de couleurs. Seule cette partenaire d’une danse sortait du flou dans lequel tenter de s’extirper ma mémoire. Ou plus précisément des bouts. Un œil au bleu captivant orné de plumes, une chevelure de paille encerclant un visage aux traits fins, une voix amusé et apaisante. Et un jeu. Semblable en tout point à celui auquel la nouvelle arrivée voulait se prêter.

- Penez garde, le paraître est un jeu dangereux. Il est facile de s’y perdre, principalement en ce genre de lieu.

Je ne sais pas pourquoi j’avais laissé s’échapper ces mots de l’ombre dans laquelle j’étais. Peut-être pour éviter à une autre de devenir ce que j’étais devenu. Peut-être parce que je cherchai à me convaincre que je pouvais m’intéresser à une personne lambda, ou peut-être simplement pour sortir de mon silence le temps d’une phrase avant d’avaler mon verre devant l’arrivée du serveur, qui déposa le même breuvage sur chacune des tables. Intrigué qu’une demoiselle se laisse aller à une telle boisson, je ne pus m’empêcher de lui céder un regard. Et quelle ne fut pas ma surprise de reconnaître cette joueuse tardive. Comment oublier la seule Lüthienne se coiffant d’un bandeau rougeoyant ?

- Qu’est-ce qui peut pousser une bibliothécaire à échanger la compagnie de ses livres pour celui.. de ces verres ?

Certes l’art et la manière pouvaient être jugées contestables, mais l’avantage du quatrième verre était de ne plus m’en soucier.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 9 Nov - 21:12

« Que voulez-vous dire ? »


Elle se tourna vers son voisin de droite, enfermé dans son coin d’ombre elle avait un peu plus de mal à le discerner que les autres. L’homme s’était presque fondu dans cette ombre qu’elle ne saurait distinguer de lui. Luce en percevait la présence, mais non l’homme. Il était lui-même l’ombre de la taverne. Sa voix ne lui était cependant pas étrangère. Il y avait ce timbre de voix connaissable qu’elle ne semblait pas retrouver. Qui était-il exactement ? Sa pensée se détourna sur les deux verres distincts de part et d’autre du comptoir. Elle se permettait d’observer le petit récipient dans lequel se trouver la boisson. Luce l’attrapa entre les doigts et but une première gorgée. Le liquide lui brûlait les lèvres avant de faire de même à sa gorge, elle retira le verre de ses lèvres et toussa nerveusement. Cette boisson était bien plus forte qu’elle ne l’aurait imaginé. Comment un si petit verre pouvait avoir une telle puissance ?

Elle reposa le verre, préférant l’abandonner pour le moment. De toute manirère son interlocuteur du moment venait de dire une chose qui la surpris quelque peu. Elle se contenta de détendre ses épaules, de se tourner vers le buveur et de lui dire en souriant :

«Vous êtes déjà venu à la bibliothèque à ce que je vois… Nous nous sommes déjà vu ? (Elle plissa les yeux et reprit : )Je ne saurai vous dire si je vous connais, il m’est impossible de vous percevoir. »

L’envie de l’extirper de l’ombre lui vint à l’esprit, sa main s’apprêtait à faire ce geste pour le tirer vers la lumière. Cependant elle n’osa pas plus qu’un effleurement de ses doigts sur le mur sombre. Peut-être avait-elle peur de cela ? Allait-il la violenter ? Allait-il la mordre ou la rejeter brusquement si elle tentait de le ramener à la lumière ? Elle ne savait pas vraiment. Et pourtant son regard ne se détachait pas de l’inconnu. Inconnu ? Sa voix était familière, sa façon de parler et sans doute son corps aurait permit de faire de lui plus qu’un inconnu pour elle. Et pourtant, C’était une personne qu’elle croyait connaître et qui malgré tout reste dans cette masse obscure, impénétrable. A cela, Luce en tira un certain malaise. Celui d’avoir peut être oublié cette personne, celui de ne pas pouvoir la reconnaître ainsi que celui de ne voir qu’une personne ressemblant à une autre. C’est sans doute cela. Y avait-il quelque chose à en tirer ? La curiosité était sans doute plus forte que la peur mais son corps n’osait pas, du moins pour le moment, franchir le pas.

Dans un geste forcé, elle porta sa main sur le récipient devant elle, prenant une autre gorgée, cette fois plus grande de la boisson alcoolisé. Elle sentit presque aussitôt ses premières sensations ; sa vision commençait à se troublait et sa conscience s’éloigna de quelques pas de sa pensée.

« Disons simplement que je fais des heures supplémentaires, des heures à mon compte, et qui commence à me fatiguer. Je veux simplement me reposer, au moins une nuit. »




***
Elle tourna sa tête de nouveau vers son interlocuteur.

«J’ai juste envie, d’être capable de ne pas être moi-même pour une soirée. Ne pas être Luce Hastiano.. »

Sa voix s'était étouffée sous les hurlements de joie et les éclats de rire de la salle. Il n'avait sans doute pas perçu la totalité du nom. Tant mieux. Elle attendit un instant pour refouler cette pensée et reprit.

« J’ai juste envie de m’appeler autrement et de prétendre vivre une vie à peu près normale. Juste un soir, vous voyez ce que je veux dire ? »

Son verre était aussi vide que la pile de verre monté les uns sur les autres à côté d’elle. Combien de verre venait-elle de prendre pour qu’elle puisse souffler une partie de son nom de famille à un homme de l’ombre ? Sans doute deux de trop pour pouvoir s’en soucier.

« Je me souviens d’un soir comme celui-ci. J’ai voulu tenter cette expérience, j’étais masquée, et cela n’avait pas eu lieu finalement. J’avais reconnu des personnes et ces dernières avait sans doute fait de même. J’ai manqué ma chance et j’aimerais bien la retrouver. Mais, je crois comprendre que vous aussi, vous semblez me connaitre.» Dit-elle avec une petite moue faussement boudeuse. « Alors que je n’arrive moi-même à ne pas vous cerner. Pouvez-vous au moins me dire ce qui s’était passé ce jour-là ? M’avez-vous seulement demandé un livre et vous êtes partis ? En général, on ne se souvient pas de la tête d’une bibliothécaire quelconque...»
▲ Succès ▲


Dernière édition par Luce le Jeu 8 Jan - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 10 Nov - 17:18

Bien qu’elle demandait à juste titre quelques explications, je restai dans le silence. L’index suivant le contour du verre, je laissai se dessiner les souvenirs de cette première rencontre à l’heure avancée. L’alcool commençant à faire son devoir, il ne me restait qu’une image figée, véritable vestige dans un cerveau décrochant un peu plus à chaque verre de ce monde. Un impénétrable voile noir nous encerclait. De cette pénombre parfaitement silencieuse, s’échappait une senteur mélangeant celle des livres récents à celle de plus anciens. Une senteur propre à la Grande Bibliothèque, où seule une infime partie d’une de ses allées perçait l’ombre muette. Et en son milieu, je me tenais debout. Elle, se tenait dans mes bras. Je me souvenais avoir ressentis son corps proche du mien, retenu par mes bras. Mes mains me faisant le découvrir autrement que par le regard. L’une se resserrant par-dessus son épaule recouverte d’un tissu fort léger me laissait presque imaginer la toucher. Tandis que l’autre, maintenant ses genoux couverts d’une jupe, me fit presque effleurer sa peau que je devinais douce.

Ainsi allongée face à moi, elle semblait percer la noirceur dans laquelle je plongeai la grande partie de mon visage, me regardant directement dans les yeux tandis que je me perdais dans le bleutée des siens. Je me rappelai d’elle.
Je me rappelai de sa frange surplombant  la profondeur de son regard posé sur moi, des traits de son pâle visage de poupée où se reflétait l’innocence de la jeunesse, de son corps reposant sur mes bras, du contact de l’un des siens prit en étau entre elle et mon torse sur lequel  il reposait, de la légèreté du tissu dont était fait ses vêtements, de ces quelques mèches égarées effleurant mon avant-bras tandis que le reste pendait dans le vide.


« J’ai juste envie de m’appeler autrement et de prétendre vivre une vie à peu près normale. Juste un soir, vous voyez ce que je veux dire ? »

Sa voix parvint enfin à me faire sortir de ce souvenir que même l’alcool ne paraissait capable d’effacer. Depuis combien de temps j’errai dans ce songe, m’enfermant probablement dans un imperturbable mutisme ? Suffisamment peu pour ne pas la faire partir apparemment.

- Je vois.

Une réponse bien courte et qui pourrait être étayé j’en conviens, mais même sous l’effet d’un alcool de plus en plus présent dans l’ensemble de mon organisme, je savais qu’il n’était pas bon que j’argumente en quoi je partageai son avis. Pourquoi je ne pouvais que comprendre cette envie d’être un autre, de fuir celui qui se reflète dans les miroirs et dont on ne peut ignorer la présence. Oublier ce qui nous pousse à nous éloigner de ce qui est si simple pour les autres, contraint de renoncer à la banalité d’une vie bien ordinaire.
Ce qui suivit attisa pour la première fois, pour dire vrai, mon attention. Ce pourrait-il que ma cavalière d’une danse, cette inconnue d’un soir, ne soit autre sous son masque de plumes que l’inconnue de la bibliothèque ? Que cette danseuse masquée qui surgit de nulle part pour me trainer de force lors du Bal, soit cette demoiselle timide de cette autre nuit ? C’était difficile à imaginer et pourtant l’évidence était si grande en y pensant. Laissant s’échapper un léger rire étouffé dans un souffle, je me retrouvai à ne pas avoir reconnu ces deux demoiselles distinct et pourtant semblable alors que je me flattai de repérer le plus léger des détails.


[…]Pouvez-vous au moins me dire ce qui s’était passé ce jour-là ? M’avez-vous seulement demandé un livre et vous êtes partis ? En général, on ne se souvient pas de la tête d’une bibliothécaire quelconque...»

- Pour dire vrai, j’étais perdu. Et vous m’avez aidé à trouver ce que je cherchai.

Après avoir vidé une nouvelle fois le verre face à moi, je compris qu’il était temps pour moi de retrouver le chemin du manoir. Je commençai même à douter sérieusement être en état de m’en rappeler, mais ce qui était certain, c’était qu’en restant ici ce doute deviendrait une certitude. Me levant je pris avec moi la bouteille que le tavernier avait fini par laisser sur la table, en échange de quoi je lui avais cédé ce qui restait dans la bourse de Tsuris. En peu trop en y repensant.

- En échange, je vous ai rattrapé d’une chute qui aurait bien pus vous causer du tort. Bien que cela m’aurait permis de vous reconnaître en ce soir de Bal du Printemps, où j’eu votre compagnie le temps d’une danse. –Quittant enfin l’ombre du coin où je m’étais retranché tout le long de la soirée- Il est temps pour moi de rejoindre le domaine des Katar, prenez garde à vous, arrivée une heure toutes les tavernes sont dangereuses. –Terminai-je avant de prendre le chemin de la sortie, d’une marche qui trahissait mon état bien que pas encore totalement grotesque-

▲ Succès ▲


Dernière édition par Kris le Ven 14 Nov - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #6 écrite Ven 14 Nov - 18:24

Il n’était pas rare que quelqu’un se perde dans la grande bibliothèque de la capitale et encore moins d’interpeller les bibliothécaires pour leurs demander de l’aide. L’attention de Luce se portait sur un vague souvenir, une chimère qui survint brusquement en sa mémoire. Effectivement, elle avait fait une chute qui lui aurait sans doute coûté beaucoup si l’un des mystérieux lecteurs ne s’était pas risquer à la sauver. Elle s’en souvenait malgré les troubles que provoquaient les effets de l’alcool sur son organisme et son esprit. Peut être s’en souvenait-elle aussi car elle s’en était voulu de ne pas l’avoir remercié pour l’héroïsme dont il avait fait preuve. Peut être s’en souvenait-elle simplement parce qu’elle avait mal jugé ce qu’elle croyait être un chasseur, un homme défiguré ou elle ne sait quoi d’autres d’intriguant. Il énonça dans cette même phrase leurs rencontre au bal du printemps le temps d’une danse. Se creusant la tête alors qu’il franchissait la porte de la taverne, elle émit soudainement une exclamation silencieuse. Le souffle coupée elle n’avait pas reconnu ce chevalier comme étant cet homme. Étonnant, il n’était ni défiguré, ni aussi menaçant qu’un chasseur à son souvenir. Un homme au regard perdu qu’elle invita à danser pour lui proposer un petit jeu qui fut de courte durée alors que Rindo la salua du regard dans le bal. Ayant déjà perturbé la pauvre invocation une fois en rentrant à Lüh, elle ne souhaitait pas réitéré l’expérience si il venait à s’approcher d’eux.

Tant de souvenir en tête lui aurait fait presque oublier le geste impulsif qu’elle se mit à faire à cet instant. Se levant rapidement de sa chaise, Luce se dirigea vers la sortie de la taverne, poussant légèrement de la main les buveurs déséquilibrés passant devant elle. La porte s’ouvrit et Luce sortit à l’extérieur, cherchant du regard l’ombre blanche dans la pénombre. Elle l’apercevait enfin, titubant légèrement de droite à gauche. Elle prit une grande inspiration et dans la nuit, on pouvait entendre.

« ATTENDEZ ! »



Elle se prépara à le rattraper d’une petite foulée alors qu’elle fut brusquement ramenée par le poignée à l’intérieur de la taverne. Il fallut sans doute quelques minutes pour revoir la jeune bibliothécaire passer la porte à la limite de la détacher de son emplacement. Elle courait dans une direction inconnue alors que deux ou trois hommes firent de même une vingtaine de seconde après, regardant rapidement autour deux jusqu’à repérer leur cible et la poursuivre.

« Elle est là-bas ! » dit l’un d’entre eux en pointant le couloir sombre dans lequel Luce s’était engagée. Le groupe disparut, sous l’étonnement d’un tavernier, sortit lui aussi pour observer la scène.



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Lueur, Obscurité et Alcool -I-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu noies tes chagrins dans l'alcool ? Méfie-toi, ils savent nager. [PV Jennyfer Shepard]
» Lueur d'espoir!
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» Michel Martelly: Une lueur d'espoir pour les déclassés
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lieux de Divertissement :: La Taverne-