Collecte dans la forêt de Jade. - Page 3

Partagez | .
 

 Collecte dans la forêt de Jade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #51 écrite Mar 3 Fév - 23:28


Le Rôdeur est au sol, sur le ventre et pestant après le dépotoir qui sert de caverne a ces brigands. Entendant le cimeterre de son adversaire sortir lentement de son fourreau, le Rôdeur compris qu'il était en très mauvaise posture. Le danger était présent et il fallait agir vite. Yuurei roula sur le côté au moment ou le bruit significatif d'une lame en métal frappant le sol retenti dans la caverne.

Dos au sol et face à son adversaire, le Rôdeur eut le temps de parer le second coup de Cimeterre avec son épée longue. L'instinct primant, le Rôdeur porta un coup de talon dans la cheville du bandit fin et grand tandis que son épée parait le coup du cimeterre. Le cri fut instantané, ainsi que la douleur dans la cheville et l'homme recula, se tenant le pied a deux main en sautillant en équilibre.

Le Rôdeur eut le temps de se lever, hors de portée et de se mettre en position de combat. Les deux adversaires se jaugeaient mutuellement, près à fondre sur l'autre à la moindre erreur. Le Rôdeur jaugeait son adversaire. Un homme grand et fin, sale et mal rasé, avec des vêtements décrépis et sensible à la douleur et tenant son cimeterre de travers, comme-ci c'était un bouquet de fleur... Visiblement ce sont des amateurs, comment ont ils eut un tel butin ?

Derrière le Rôdeur, un cris se fait entendre. Un cri de la voix de l'homme corpulent qui vient de se faire lacérer le bras par la dague de la demoiselle nommée Plume. Le bandit crasseux de grande taille quitta le Rôdeur des yeux et regarda son ami, tandis qu'un bruit sourd suivit d'un bruit d'une masse corpulente s'effondrant au sol suivit.

Lorsque le bandit quitta le Rôdeur des yeux, Yuurei passa à l'attaque. Une grave erreur que de quitter son adversaire des yeux dans un combat. Yuurei n'utilisera pas le tranchant de sa lame, son adversaire n'est qu'un amateur et ne mérite pas encore de mourir.




******************************************************
résultat des dés.
[1] Le Rôdeur glisse sur un poireau au sol, atterrissant sur le dos, il va devoir de nouveau combattre au sol contre un adversaire debout.
[2-3] Le bandit a le reflexe in extremis de parer le coup d'épée du Rôdeur, reculant de plusieurs pas et se remettant en garde, apeuré.
[4-5] Le Rôdeur donne un solide coup de plat de son épée sur l'avant bras du bandit qui lâche son arme sous la douleur et la surprise. Un puissant coup de pied dans le ventre du bandit l'envoie au sol. Le Rôdeur le tiens en joue avec son épée. Il n'a plus qu'a se rendre.
[6] Yuurei assène un solide coup du plat de l'épée en plein sur le sommet du crâne, l'assommant d'un coup.



"  Ci Vis Pacem. Para Bellum ! ."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1844
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #52 écrite Mar 3 Fév - 23:28

Le membre 'Yuurei Akuma' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'dé à 6 faces' :


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #53 écrite Mer 4 Fév - 2:38

Lorsque Plume se retourna après avoir assommé son adversaire elle constata vite que Yuurei avait lui aussi terminé son combat. Le bandit le regardait d'un air suppliant tandis que la lame du rôdeur, dirigée vers sa gorge, menaçait de lui ôter la vie. Il se rendit rapidement et la demoiselle s'approcha de lui, une corde trouvée dans un coin à la main afin de lui lier les poignets. Puis d'un coup de pied elle envoya valser la lame de l'inconnu hors de sa portée. Mieux valait éviter les revirement de situation maintenant que le danger était passé. Quand la demoiselle se baissa pour vérifier qu'il n'avait aucune autre arme sur lui le bandit se pencha vers son oreille et lâcha à voix basse, de façon à ce qu'elle soit là seule à l'entendre, vicieux et menaçant :

" Vous allez nous payer cet affront, si notre boss débarque il ne fera qu'une bouchée de vous ! D'ailleurs il aime bien les minettes dans ton genre, peut être qu'il t’épargnera si tu es gentille avec ..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, le poing de la demoiselle venait de percuter son visage avec force. Même si cela avait été douloureux au moins la jeune femme avait pu évacuer l'envie meurtrière qu'avait provoqué ses paroles. Froide, elle déclara :

" Tu devrais peser tes mots. La prochaine fois je te coupe la langue."

Dans une autre situation la menace aurait pu paraître légère et sans conséquence mais les yeux naturellement glacés de la chasseresse étaient emplis d'une colère froide qu'elle contenait avec peine et tout dans son attitude criait la soif de sang qui manquait de la pousser à tuer cet idiot à langue de vipère. Elle resserra les liens d'un coup sec et trancha la corde afin d'appliquer le même traitement à son complice gisant sur le sol a l'endroit ou il était tombé. Une fois les deux bandits attachés une simple claque réveillé l’évanoui qui mit un instant à comprendre la situation mais ne pipa mot. Se tournant vers Yuurei l'archère déclara :

" Il semblerait que nous ayons de la chance, en plus d'avoir deux otages nous ne sommes blessés ni l'un ni l'autre. Par contre évitez de nous mettre en danger la prochaine fois. S'ils avaient été plus nombreux nous aurions été dans de beaux draps. Nous devrions les amener à la milice, ils sauront tirer de ces incapables des informations sur leur "boss" et pourront ainsi rendre ces marchandises à leurs propriétaires."

Puis avisant un chapeau de paille à larges bords tressé ou était noué un ruban de dentelle blanc elle sourit avec provocation et lança au grand maigre :

" Je suppose que celui qui vous dirige ne m'en voudra pas de lui emprunter ce chapeau, il ira parfaitement avec ma robe de ville !"

Puis sans attendre de réponse elle se saisit de l'objet et le posa sur ses cheveux immaculés auquel il s'accordait parfaitement. Plume s'observa dans un bouclier qui réfléchissait son image et conclut :

" Oui il me plait vraiment beaucoup, je le prend !"

Ayant achevé son petit jeu visant à énerver les contrebandiers elle se dirigea vers la sortie, poussant son adversaire déchu devant elle. Il semblait encore sonné et la blessure à son bras peinait à coaguler, ce qui devait lui causer une souffrance continuelle à chaque mouvement. Prise de pitié et suivant son coté humain, l'archère utilisa une bande de tissus propre afin de couvrir la blessure. Ainsi il ne tournerait pas de l’œil. Plume reporta ensuite son attention vers Yuurei et demanda avec un calme feint :

" Voulez vous que nous cherchions les dernières plantes manquantes ? Il serait peut être préférable d'amener ces deux là directement à Luh afin de les remettre aux autorités."

La chasseuse n'avait toujours pas retrouvée son self-contrôle, encore secouée par le combat et les paroles du bandit et ses traits étaient tendus malgré son masque de froideur implacable. Ses phalanges droites étaient douloureuses et deux d'entres elles étaient même abîmées et saignaient légèrement. C’était douloureux mais elle ne voulait montrer aucune faiblesse face à ces hommes sans scrupules, se contentant de supporter les tiraillements en silence. Évitant de croiser le regard de Yuurei elle se tourna vers l’extérieur. Une partie d'elle ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir pour les avoir entraîné dans ce coupe gorge, cependant la demoiselle n’était pas rancunière et cela finirait par lui passer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #54 écrite Jeu 5 Fév - 0:11


Le Rôdeur regarde la chasseresse attacher le bandit, grand et crasseux. Celui-ci lui glissa quelques mots à l'oreille et la chasseresse lui répondit après lui avoir enfoncer son poing dans la mâchoire. Visiblement le message qu'il avait voulu passer n'a pas fonctionner. Par contre le message de la chasseresse était passé mais le Rôdeur en remettra sans doute une couche avant de sortir de la caverne.

Le Rôdeur cherche une corde également, surveillant les deux idiots du coin de l'œil. Ils étaient attachés mais il fallait mieux les attacher ensemble, en laisse en somme. Ils seraient plus docile et plus facilement "transportable" à la Milice. Une fois attachés et prêt à voyager, la demoiselle gifla le plus gros des deux pour le réveiller pendant que le Rôdeur regardait s'il ne trouvait rien d'utiles. Hormis une cargaison de viandes séchées, rien ne valait le coup. Yuurei pris quelques morceaux de viande, pour lui et pour Plume qui mourrait de faim il y a encore peu. Lorsque le Rôdeur se retourna vers Plume, il vit celle-ci se tourner vers lui et lui parler.

" Il semblerait que nous ayons de la chance, en plus d'avoir deux otages nous ne sommes blessés ni l'un ni l'autre. Par contre évitez de nous mettre en danger la prochaine fois. S'ils avaient été plus nombreux nous aurions été dans de beaux draps. Nous devrions les amener à la milice, ils sauront tirer de ces incapables des informations sur leur "boss" et pourront ainsi rendre ces marchandises à leurs propriétaires."

Yuurei répondit à la demoiselle, simplement, bien qu'un peu en colère après les bandits. LE ton de sa voix devait indiquer le coup de sang qu'il a eut. Mais le Rôdeur prenait des risques mesurés et pour une bonne raison. Yuurei déclara à Plume, reportant peu-à-peu un regard devenant sadique vers les bandits.  

"Désolé demoiselle, mais ces bandits de bas étage s'en sont pris à ma famille. Je devais en savoir plus, et j'en saurais beaucoup plus dans les bureaux de la Milice."

La demoiselle pris un chapeau de paille, un des nombreux articles entreposés en tant que butin parmi les caisses de la caverne. Provoquant le grand mince et crasseux avec son "vol" d'objet volé, Plume jouait a énerver les contrebandiers. Ce qui était efficace envers le contrebandier grand et mince. Tandis que Plume soignait le petit massif de la plaie qu'elle lui avait provoquer. Yuurei s'approcha du grand et mince en train de s'énerver, lui glissant l'épée sous la gorge.

" Menace la encore une fois. Tente une seule fois de faire quoique ce se soit et je ne livrerais que ta tête à la Milice. Compris ?"

La demoiselle finissait le bandage tandis que le Rôdeur rangeait son épée dans son fourreau et regardait dans les environs ce qu'il pouvait trouver. Ses yeux se posèrent sur les cartes et le Rôdeur chercha une carte de la montagne. Bingo, non seulement il y en a une, mais ils ont cocher dessus en rouge toutes leurs caches. Le Rôdeur roulait la carte et regardait la demoiselle qui lui parlait d'un calme qui semblait contenu

" Voulez vous que nous cherchions les dernières plantes manquantes ? Il serait peut être préférable d'amener ces deux là directement à Luh afin de les remettre aux autorités."

Le rôdeur répondit à la demoiselle. Cette réponse se voulait humiliante pour les bandits. Il était important qu'ils se sentent en position de faiblesse, même s'il était peu probable qu'ils soient un réel danger pour le Rôdeur ou même la chasseresse.  

"C'est vrai qu'ils ont si peu d'importance que je pourrais continuer ma cueillette l'esprit serein. Mais on va quand même les livrer à la Milice avant toute chose. Surtout avec les cartes qui trainent et ou sont indiquer leurs cachette, les Miliciens vont pouvoir jouer à la chasse au trésors."

Yuurei posa ses yeux sur la main de la chasseresse et regretta un peu qu'elle soit embarqué la dedans, ses doigts si fin et graciles étaient abimés en partie à cause de lui. Le rôdeur chercha un bandage propre parmi les caisses tandis que la demoiselle lui tournait le dos et que le bandit, grand et fin, le fusillait du regard.

Une fois le bandage trouvé, Yuurei approcha de la chasseresse et lui pris la main pour la soigner et la bander correctement. Tandis que le Rôdeur soignait la demoiselle, les oreilles aux aguets si un des bandits bougeaient, Yuurei lui parla d'une voix douce, et trop basse pour être audible parmi les bandits.

"Je suis désolé demoiselle, je ne pensais pas que nous seront pris dans un guet-apens. Toutes mes excuses."

Une fois la demoiselle soignée et sa réponse entendue du Rôdeur, Yuurei tira un coup sur la corde-laisse en leur signifiant de se lever et de se mettre en route. Le plus massif des deux se leva sans discuter, tête baissée tandis que le crasseux lança sur le ton du défit

" Tu ne crois pas qu'on va t'obéir en plus ?"

Le Rôdeur haussa les épaules et défourailla son épée, tenant la corde de la main gauche. Il répondit simplement au bandit, sur un ton pas vraiment menaçant mais plutôt explicatif.

" Je pourrais aussi ne ramener que ta tête à la Milice aussi. Ce serait dommage remarque, car ils ne condamnent pas à mort les bandits d'aussi petite envergure."

Le bandit hésita un instant, Le Rôdeur avait raison pour leur condamnation et il le savait. Finalement le bandit fini par se lever, pestant tout ce qu'il pouvait. Yuurei se tourna vers Plume, lui demandant du regard s'ils pouvaient se mettre en route.
[/b][/b]



"  Ci Vis Pacem. Para Bellum ! ."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #55 écrite Jeu 5 Fév - 21:43

Après avoir ramassé et roulé des cartes et les avoir rangé dans son sac l'homme déclara qu'il aurait pu continuer sa cueillette sans craintes avec des bandits aussi maladroits puis il confirma leur prochaine destination : la milice de Luh. Entre temps il avait noué les deux contrebandiers entre eux et ne lâchait pas le bout de cette dernière qui faisait office de laisse d'une certaine façon. La demoiselle eut un léger sourire à l’évocation de la chasse au trésors auquel les miliciens allaient pouvoir s'adonner, effectivement vu le nombre de croix sur les cartes ils semblait y avoir de quoi faire.

Yuurei alla ensuite ramasser quelque chose sur des caisses un peu plus loin et la jeune femme en profita pour grimacer, malgré qu'elle serre les dents la douleur arrivait par vague et certaine était bien plus forte que d'autre. L'archère faillit sursauter quand le rôdeur prit sa main afin de la bander correctement, sortant de ses pensées abruptement. Malgré les gestes doux mais fermes de l'homme la douleur était infernale. Elle n'en laissa rien voir et le remercia d'un sourire. Le rôdeur déclara, suffisamment bas pour que seule la chasseresse l'entende :

"Je suis désolé demoiselle, je ne pensais pas que nous seront pris dans un guet-apens. Toutes mes excuses." 

La jeune femme femme baissa légèrement la tête, plongeant son regard dans l'ombre offerte par les large bord du chapeau de paille, elle secoua la tête négativement et déclara :

" Ce n'est pas grave, excusez moi d'avoir perdu mon sang froid."

Plume regarda l'homme donner une impulsion sur la corde reliée au bandits. L'un des hommes tenta de se rebeller mais une simple remarque de Yuurei le ramena à sa position actuelle et il se calma, ruminant de sombres paroles qui n'eurent aucun effet. Quand le rôdeur se tourna vers l'archère, lui demandant d'un regard s'ils pouvaient se mettre en route, cette dernière hocha la tête. Le duo et leurs captifs sortirent de la grotte et entreprirent de gagner les rues pavées de la capitale. En sortant du repère la chasseuse prit le temps de bien refermer la porte et de repousser les herbes grimpantes devant, comme s'ils n’étaient jamais venu malgré les traces de luttes qu'on pourrait observer à l’intérieur. 

La ballade se déroula sous les jurons de l'adversaire de Yuurei, celui de Plume se contentait d'avancer en silence, tête baissé, mais son regard froid témoignait de toute la rage qui le possédait et elle se méfia fortement de lui, se tenant à bonne distance en fermant la marche. Ils durent plusieurs fois les motiver à accélérer le pas, de façon plus où moins délicate. Plume alla jusqu'à planter le bout d'une flèche dans le dos d'un des contrebandier, à main nue bien sure, tout en déclarant que s'il n'avançait pas plus vite elle lui tirerait dans le derrière. Finalement le crépuscule arriva, colorant le voûte céleste de parures chaudes. Les tours de Luh étaient enfin en vues et bientôt ils atteindraient les rues bruyante ou les marchands rangeaient et pliaient leurs étalages pou la nuit. 


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #56 écrite Jeu 5 Fév - 23:59


La chasseresse nommée Plume hoche la tête en signe d'approbation pour quitter cette caverne. Faisant passer les captifs après lui, Yuurei sortit de la grotte en premier donc. le plus mince des deux en second et le gros captif en troisième.  Plume fut la dernière à sortir, prenant soin de fermer la porte et d'effacer leur trace avant de repositionner l'herbe aphrodisiaque recouvrant le bois.

Le Rôdeur en tête, les sens aux aguets au cas ou une attaque par derrière arriverait, et la demoiselle fermant la marche, nos prisonniers n'avaient que peu de chances de s'échapper, voir aucunes en réalité.  Le grand, maigre et crasseux contrebandiers, puis d'un niveau d'un amateur que celui d'une réelle menace, passait son temps a cracher, pester et insulter tout ce qu'il pouvait. Tout y passait, les arbres, les cailloux, les animaux, les plantes... et surtout le Rôdeur, bien sur. Le petit gros en revanche rongeait silencieusement son frein avec colère et méritait une surveillance plus accrue, les plus silencieux sont souvent les plus dangereux.

Ces hommes, ces prisonniers étaient capricieux, plus d'une fois ils se plaignaient de la marche, plus d'une fois ils faisaient mine de ne pas avancer. Le rôdeur vit une plume agacée planter une pointe de flèche dans le dos de l'un d'entre eux. Yuurei dut, quand a lui, donner un coup de plat de l'épée plusieurs fois sur des mains trop tentatrices de défaire leurs liens. Tant bien que mal, la progression se faisait, tant bien que mal, ils avançaient vers Lüh avec leur cargaison qui ne se laissait pas faire.

Ce fut sans plus d'histoires réelles que nos deux comparses arrivèrent bientôt en visu des remparts de la capitale. Le ciel avait abandonné peu à peu sa belle couleur azurée, laissant place à un de ses plus profond voile d'ombre, parmi lequel les étoiles brillait. La nuit tombait petit à petit et le  froid se levait.

Ils arrivaient bientôt devant les remparts et les gardes de la Milice s'occupant de l'entrée nord sont venu les arrêter, procédure normale quand on arrive avec deux personnes attachées. Les soldats de la Milices posèrent les questions au Rôdeur ouvrant la marche.

"Hola, qui êtes-vous et pourquoi ces hommes sont ligotés ? Identifiez-vous voyageurs."

Le Rôdeur répondit simplement, sans agressivité dans la voix. Il envoya un des deux soldats de la Milice chercher le responsable de cette entrée qui devait, logiquement, être dans la tour de guet surveillant l'entrée.

"Ce sont deux contrebandiers opérant dans les montagnes aux abords du lac des astres. Je viens les livrer à la Milice avec les preuves et témoignages. Demandez à votre responsable de descendre et de me donner l'autorisation de les emmener jusqu'au poste de la Milice. Je sais que vous n'avez pas le droit de me laisser entrer sinon."

A ces mots, le plus grands des deux bandits commença à se débattre pour essayer de fuir, bientôt suivit dans sa réaction par le plus petit et massif. Yuurei donna un coup sec sur la corde et défourailla son épée pour poser la pointe de celle-ci sous la gorge de son adversaire. La pointe touchait la trachée, juste sous la pomme d'Adam, une simple pression et il s'étoufferait dans son sang si la pointe perçait. Le regard dans les yeux du bandit, le Rôdeur lâchât un simple "ne bouge plus". Yuurei laissait Plume gérer le plus petit des deux, tandis que le soldat... et bien pendant que son collègue était partit chercher le responsable, lui il ne savait pas sur quel pied danser. Il menaçait actuellement de sa lance, mais il ne savait pas qui il devait pointer et mettait en joue tour à tour les bandits attachés, le Rôdeur et la chasseresse d'un air paniqué.

Yuurei ne prêtait pas plus attention au novice, gardant son contrebandier en joue. Par chance, le responsable aujourd'hui était Alündrill, une connaissance. Une archère d'une efficacité silencieuse à toute épreuves, si bien que Yuurei ne l'entendit pas venir dans son dos. Le Rôdeur sursauta en entendant le son de sa voix.

" Eh bien, eh bien. Tu m'avais habitué à plus de délicatesse dans le traitement des prisonniers. Tu perd la main on dirait."

Alündrill regardait le Rôdeur en souriant, d'un air moqueur tandis qu'il rangeait son épée. La brigadière saluât poliment la chasseresse tandis qu'elle défouraillait son épée réglementaire pour tenir les bandits en joug, histoire qu'ils ne s'échappent pas.

"Bonsoir à vous mademoiselle, je suis la Brigadière Alündril. Dites-moi donc ce que ces fripouilles ont fait ? Que je décide ou non de vous accompagner pour livrer à la Milice."

Alündrill regardait Plume dans les yeux, malgré qu'elle tenait en joue les deux brigands. Elle voulait savoir la vérité et ne voulait pas se laisser influencer par le Rôdeur. Elle écouterait donc celle qu'elle ne connait pas et agirait en fonction, comme tout bon garde gradé le ferait. S'il s'avèrent qu'ils méritent d'être enfermés. Alündrill les accompagnera au poste, au delà du quartier marchand. Elle ne sera pas de trop car deux personnes pour en escorter deux autres au poste à travers un quartier commerçant  bondé... cela est le meilleur moyen d'en perdre un ou deux en route.



"  Ci Vis Pacem. Para Bellum ! ."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #57 écrite Dim 8 Fév - 12:53

Au moment où l'étrange duo suivit des hommes ligoté entra dans la ville les garde qui faisaient leur ronde proche de cette dernière ne purent s’empêcher de se questionner sur leur prisonniers. La demoiselle, qui s'y était attendue en quelque sorte, resta silencieuse, laissant Yuurei expliquer la situation. Le rôdeur semblait avoir plus de tact et de patience que la chasseresse qui détestait perdre son temps et n’était pas d'humeur à se laisser embêter par des subtilité. Son partenaire de cueillette demanda à ce qu'on prévienne un supérieur tandis ce que le milicien restant, mal à l'aise visiblement, dansait d'un pied sur l'autre, cherchant à faire passer le temps. Yuurei lui avait expliqué l'histoire brièvement, passant sur les détails. 

Alors que la chasseuse commençait à s'ennuyer, impatiente d'en terminer afin de pouvoir se relaxer devant une boisson fraîche après ces événements les deux bandits tentèrent de se mutiner. L'un d'eux se jeta sur le rôdeur qui lui colla son épée sous la gorge tendis que le deuxième tentait une feinte visant à défaire les liens. Fronçant les sourcils la jeune femme aux yeux glacials lui fit un croche pied qui l'envoya s’étaler au sol et posa négligemment sa botte sur le dos du contrebandier à terre, s’appuya sur sa colonne vertébrale de façon à ce qu'il ne puisse se relever aisément. Elle ne proféra aucune menace, soudainement lasse de ce genre de tentative infructueuse de leur part. Le milicien n'avait pas bougé d'un pouce, se contentant de pointer son arme sur les quatre " étrangers" tour à tour, incapable de saisir la situation et de tenir son rôle correctement. Son air affolé témoignait de son récent engagement et son manque d’expérience se lisait dans ces yeux. Si Yuurei et elle avait voulu disparaître en le laissant là, impuissant, il n'aurait eut qu'à l’assommer d'un bref coup dans le dos, penser à cela fit sourire l’archère qui se contenta de rester tranquille, ne voulant pas leur attirer d'ennuis. Une voix féminine inconnue retentit soudain :

" Eh bien, eh bien. Tu m'avais habitué à plus de délicatesse dans le traitement des prisonniers. Tu perd la main on dirait." 

Plume se tourna vers la provenance de la réflexion. Une femme se tenait là, son armure témoignait de son appartenance à la milice, elle devait surement occuper un poste supérieur à celui du soldat qui semblait soulagé de ne plus être seul face à la situation. De long cheveux blond foncé, presque châtain, entouraient son visage aux traits sérieux mais amusés en cet instant. Sortant une épée que la chasseuse supposa être celle dédiée au service, l'inconnue pointa son arme en direction des deux hommes ligotés. Elle se tourna ensuite vers la'archère et déclara :

"Bonsoir à vous mademoiselle, je suis la Brigadière Alündril. Dites-moi donc ce que ces fripouilles ont fait ? Que je décide ou non de vous accompagner pour livrer à la Milice." 

La chasseresse aux cheveux d'ivoire fut surprise que la garde se tourne vers elle pour obtenir la réponse à ses interrogations alors qu'elle semblait connaitre Yuurei. Sans doute était ce pour des raisons d'impartialité, où pour ne pas ignorer sa présence. Plume hocha brièvement la tête et répondit à la demande de la femme dont les yeux abyssaux semblaient empli d'une curiosité contenue :

" Plume, chasseuse dorée. Nous sommes tombés sur une des caches appartenant au groupe dont ces bandits font parti. Malheureusement pour eux nous n'étions pas encore partis quand ils sont arrivés. Nous les avons interceptés et avons décidés de les ramener sous votre contrôle. Yuurei à également collecté des cartes où semble être située les autres lieux aux ces idiots on dissimulés les cargaisons volées. Libre à vous de faire d'eux ce que vous souhaiter."

La demoiselle devait avoir l'air comique, parlant comme une dame et maintenant le contrebandiers le nez dans la poussière de sa frêle carrure. Elle attendit que le rôdeur sorte les cartes pour appuyer ses dire, ne quittant pas le regard de la femme, prouvant sa franchise et ses bonnes intentions.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #58 écrite Lun 9 Fév - 15:55


Le Rôdeur regardait la discussion se faire entre Plume et Alündril, regardant l'une puis l'autre répondre. Lorsque Plume évoqua l'existence des cartes, Yuurei posa son sac et commença a chercher les cartes à l'intérieur pendant plusieurs minutes, pestant un peu dans le fouillis traînant dans son sac à dos sous le regard amusé d'Alündril qui lâchât un petit "Certaines choses ne changent pas, en revanche."

Yuurei regarde tour a tour Alündril puis Plume d'un air blasé avant de sortir les cartes et les tendre à la Brigadière. Lorsque le Rôdeur tend les cartes à Alündril pour appuyer ses dires, le Bandit tente de les attraper et voit de nouveau les armes apparaître sous sa gorge.  Le Rôdeur tend les cartes de sa main gauche et les tend a Alündril sous la complainte du bandit se sachant fait comme un rat. le bandit ne bouge pas : la main droite tenant l'épée blanche du Rôdeur est toujours la.  

Alündril regarde les cartes, puis la chasseresse nommée Plume puis de nouveau Yuurei et les replie en disant "suivez-moi" d'un air sonore et autoritaire. Fermant la marche le Rôdeur suit le groupe à travers les rues de Lüh alors que le soleil se fait absent. Notre trio de justiciers et leurs deux prisonniers doivent marcher dans un marché bondé de marchands essayant de ranger leurs stands et de conclure leurs dernières ventes de la journée.

Ce fut lorsqu'ils passèrent un stand malodorant de poissons visiblement plus très frais que les bandits tentèrent de fuir une dernière fois, renversant le stand nauséabond sur le chemin de nos protagonistes. Alündril les matte en leur donnant un coup dans les tibias avant même qu'ils n'aient pu être hors de portée d'une épée, les faisant chuter au sol. Visiblement le Rôdeur avait perdu un peu de ses capacités militaires mais la Brigadière était au mieux de sa forme. Les bandits rentrent dans les quartiers de la Milice à contrecœur mais n'ayant point d'autres chois avec le Rôdeur et la Chasseresse qui les poussaient a rentrer, sous la surveillance sévère de la Brigadière.  

Un tour de clef dans une serrure métallique et voila que nos eux hommes crasseux sont poussé dans une cage avec d'autres hommes à l'air tous aussi patibulaire les un que les autres. Un autre tour de clefs et les voila enfermés et en garde à vue avec visiblement pire qu'eux.  Poliment, Alündril invite Plume et Yuurei à s’asseoir sur les sièges posés devant un bureau d'officier et à y attendre pendant qu'elle irait chercher la prime qui leur est dû et montrer les cartes retrouvées au chef du poste de l Milice.  

Un agent de la Milice, vient prendre leur déposition pendant ce temps, cherchant à comprendre pourquoi et comment cela c'est produit, n'hésitant pas à regarder dans le sac du Rôdeur pour versifier les plantes et doutant de l'affrontement avec l'Oboros. Cet homme septique doutait même qu'ils ne soient que deux pour appréhender les deux bandits, ce qui avait le don d'énerver Yuurei.

Alündril revient après presque quinze minutes pour apporter la récompense pour les informations apportés. Une prime de cent cinquante tsuris chacun, que Yuurei met dans sa poche avant de se lever pour partir. Le Rôdeur sourit à Alündril et prend congés, Yuurei attendra plume dehors si des fois elle souhaite finir de répondre aux questions de l'agent énervant.

A l'extérieur, il fait nuit et l'air commence à devenir légèrement frais peu à peu. le Rôdeur se repose et souffle un peu de buée en la regardant monter vers le ciel étoilé. il était assis à même le sol et regardait le ciel, les étoiles, le firmament, admirant leur lumière en attendant la demoiselle. Lorsqu'elle sort enfin, le Rôdeur lui sourit avant de lui demander si elle souhaite être raccompagnée jusqu'a chez elle vu l'heure tardive ou s'il se contentera de lui souhaiter bonne nuit et d'aller regagner son habitation. Un autre point qu'ils n'avaient pas évoquer était aussi le partage de la valeur de la chair d'Oboros et du dard d'Apis Gigas. Il aurait été malpoli d'en parler tel quel cependant.

"C'est une belle nuit demoiselle, calme et claire mais les rues de Lüh sont assez dangereuses la nuit. Vous  souhaitez que je vous raccompagne ou vous voulez rentrer seule ? Cette journée avec vous était magnifique en tout cas. Riche en rebondissement et assez amusante si on oublie les mauvaises surprises."

Profitant d'un temps de pause, Yuurei se releva et repris ses sacs posés au sol, son sac à dos et le sac ou il avait fourré ses plantes.  Puis Yuurei repris, d'un air simple malgré sa voix grave habituelle.

"Pour ce qui est de la chair et de la fourrure de l'Oboro ainsi que du Dard de l'Apis Gigas, vous savez quoi en faire ? "



"  Ci Vis Pacem. Para Bellum ! ."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #59 écrite Mar 10 Fév - 15:49

Une fois que l'homme eut donné les cartes à la garde cette dernière les observa un instant, puis déclara, d'un ton autoritaire sans doute du à son rang, qu'ils devaient la suivre. Tout en traversant la place du marché et les quartiers commerçant avec les deux bandits ils ne purent éviter certain regards. La demoiselle espéra qu'il n'avaient pas de complices en ville sans quoi cela risquait de tourner au combat en plein milieu de la population dense qui se pressait pour saisir les affaires de la fin de journée. Plume était sur le flanc droit, la femme, Alundril, couvrait le coté gauche et Yuurei fermait la marche. Ainsi les contrebandiers ne pouvaient rien tenter de stupide. Cela ne les empêcha pas de tenter une dernière fois de regagner leur liberté. Ils se jetèrent sur le stand d'un poissonnier, le renversant et faisant hurler celui-ci de mécontentement. La garde les rattrapa rapidement et leur colla à chacun un violent coup qui les calma pour le reste du trajet.

Une fois à la milice les deux idiots furent enfermés avec d'autres voyous et le duo de chasseur fut invité à attendre patiemment le retour d'Alundril, partie montrer les cartes à son chef. Ont leur demanda à chacun d'expliquer comment ils étaient tombés sur leur cachette et pourquoi ils avaient décidés d'intercepter les deux bandits. Plume répondit à chaque question avec sincérité. Lorsqu'un éclat de scepticisme passa dans les yeux du brigadier qui les questionnait, Plume faillit lui coller un steak d'Oboro saignant devant les yeux. Elle précisa son rang et le regard du garde changea. Ce titre la sortait de bien des situations malgré qu'elle n’apprécie pas de s'en servir de la sorte. La chasseresse du néanmoins montrer la fourrure du loup et le dard de l'Apis Gigas, ainsi que le chapeau récupéré dans la grotte pour appuyer son récit. 

Un quart d'heure plus tard la femme revint et leur donna à chacun une petite bourse de cuir contenant 150 T, prime à l'information. Elle les remercia d'avoir ramené les deux contrebandiers à la milice car ils pourraient ainsi les questionner et s'en servir d'otage pour démanteler le réseau de l’intérieur. Souriant à Yuurei elle quitta ensuite la salle et la demoiselle suivit le chemin qu'avait prit le rôdeur hors du bâtiment, quelques minutes après lui. Elle fut surprise de constater que l'obscurité avait envahit les rues de la capitale si vite. L'homme était assis à même le sol, soufflant dans l'air frais des volutes de fumée blanche, quand il la vit arriver il déclara :

"C'est une belle nuit demoiselle, calme et claire mais les rues de Lüh sont assez dangereuses la nuit. Vous  souhaitez que je vous raccompagne ou vous voulez rentrer seule ? Cette journée avec vous était magnifique en tout cas. Riche en rebondissement et assez amusante si on oublie les mauvaises surprises." 

L'archère sourit, il était vrai que se promener seule dans Luh en pleine nuit était peu recommandable pour une femme, même armée. Hochant la tête elle répondit, assez gênée de devoir user de sa présence :

" He bien, si cela ne vous dérange pas, je veux bien que vous me raccompagnez jusqu'à l'auberge où je loue une chambre. Je ne tiens pas vraiment à faire de mauvaise rencontre dans cet état de fatigue."

Le temps que la chasseuse lui fasse part de sa décision Yuurei s’était levé et avait ramassé ses sacs. Il lui demanda soudain, alors que la demoiselle avait complètement zappé cette partie de leur journée :

"Pour ce qui est de la chair et de la fourrure de l'Oboro ainsi que du Dard de l'Apis Gigas, vous savez quoi en faire ? " 

Elle rougit un instant puis se racla la gorge. La jeune femme du prendre une décision rapidement. Le choix ne fut cependant pas compliqué. Plume déclara :

" Je connais les tarifs que pratique un bon tanneur pour la fourrure, un bon boucher dans les hauts quartier et pour le dard je suis certain que la boutique magique me le rachètera à bon prix si je lui trouve pas une autre utilité. Je peux vous donner la moitié de la somme totale immédiatement, j'ai de quoi l'avancer."

Faisant elle calcul rapide de la somme elle énuméra à voix haute 

" La fourrure d'Oboro se vend 850 Tsuris, la viande dans les 600 Tsuris, et le dard d'Apis Gigas 350 Tsuris, ce qui nous fait donc un total de 1800 Tsuris, divisé par deux 900 Tsuris."

La chasseresse plongea sa main dans le sac sans fond et en sorti sa bourse, bien pleine. Elle en chercha cella donnée par Elundril et y ajouta 750 Tsuris, ainsi elle contenait à présent la moitié des gains total de la journée. La jeune femme la tendit ensuite vers Yuurei.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #60 écrite Mer 11 Fév - 16:05


Le Rôdeur regardait la demoiselle sourire tandis qu'il proposait de la raccompagner afin de ,finalement, accepter son offre. Yuurei est cependant étonné de la voir rougir quand il lui demande si elle sait quoi faire des prises de la journée. Yuurei ne voulait pas se montrer impoli et regretta un peu son geste sur le coup mais la demoiselle lui apporta une réponse pour le moins surprenante.

"Je connais les tarifs que pratique un bon tanneur pour la fourrure, un bon boucher dans les hauts quartier et pour le dard je suis certain que la boutique magique me le rachètera à bon prix si je lui trouve pas une autre utilité. Je peux vous donner la moitié de la somme totale immédiatement, j'ai de quoi l'avancer. La fourrure d'Oboro se vend 850 Tsuris, la viande dans les 600 Tsuris, et le dard d'Apis Gigas 350 Tsuris, ce qui nous fait donc un total de 1800 Tsuris, divisé par deux 900 Tsuris."

La surprise fut que la femme disait avoir sur elle de quoi avancer 900 tsuris. Et Yuurei fut encore plus surpris de voir une très grosse bourse visiblement bien remplie sortir de son sac sans fond. Le Rodeur prit la petit bourse qu'Alündril avait donné à Plume un peu plus tôt dans laquelle la chasseresse venait d'ajouter 750 Tsuris pour faire le bon compte. Le rôdeur ne manqua pas de remercier la jeune femme mais ne pu s'empêcher de lui poser la question, tandis qu'ils se mettaient en route vers l'auberge ou Plume louait sa chambre.

"Merci beaucoup demoiselle. Mais Que faite vous avec autant d'argent sur vous ? Vous n'avez pas peur de vous faire attaquer en exhibant une telle bourse ?"

Cette question était un peu indiscrète, la demoiselle pouvait s'en vexer et ne pas répondre, ou bien ne pas en tenir compte et répondre quand même. Yuurei l'écouta alors qu'ils marchaient sous un ciel étoilé dans les rues parsemant Lüh. La nuit était belle. La nuit était calme. L'air n'était pas spécialement frais et c'était ce genre de nuit ou on pouvait se surprendre à déambuler dans les rues juste pour le plaisir de se promener.

Les rues de la capitale avaient perdues toute leur activité de la journée et affichaient un autre visage en ce moment, un visage de calme et de quiétude, un visage de beauté cachée et de Mystères, non sans un soupçon de romantisme. Yuurei et la chasseresse nommée Plume déambulaient dans les rues de la capitale tout en discutant de choses et d'autres. Leur interaction fut bientôt interrompue par la vision de l'auberge en question. La destination de Plume fut finalement atteinte et le moment de l'au-revoir fut enfin arrivé.

"Et bien vous voici arrivée saine et sauve demoiselle. Je crois que ça va être le moment de se dire au revoir. Ce fut une journée admirable, j'espère qu'on aura l'occasion d'en vivre d'autres aussi riches en rebondissement."






"  Ci Vis Pacem. Para Bellum ! ."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #61 écrite Mer 11 Fév - 21:21

Quelque chose dans le regard du rôdeur l'interpella, de l’étonnement ? De la curiosité peut être ? Avait elle dit quelque chose de bizarre ? De déplacé ? Était il surpris qu'elle connaisse les tarifs proposés pour des bêtes qu'elle n'avait pas l'habitude de chasser ? Il la remercia pour la bourse et lui demanda, comme intrigué :

"Merci beaucoup demoiselle. Mais Que faite vous avec autant d'argent sur vous ? Vous n'avez pas peur de vous faire attaquer en exhibant une telle bourse ?" 

Elle rougit à nouveau, gênée, elle ne s’était jamais posé ce genre de questions. La chasseresse avait toujours gardé son argent sur soit, persuadée qu'elle était plus apte à le défendre ainsi qu'en le laissant dans sa chambre à l'auberge. Et ce même si elle avait une confiance absolue en ses propriétaires chez qui elle logeait très souvent. Mais maintenant que l'homme lui avait fait la remarque il est vrai qu'elle ne se sentait pas en sécurité avec cette grosse bourse dans son sac sans fond. Peut être la jeune femme devrait elle réellement commencer à ce chercher un chez elle ? Un soupire, venant du plus profond de son être, créa des volutes de fumée immaculée dans l'air et Plume déclara :

" J'ai toujours pensé qu'il était plus en sécurité sur moi qu'à l'auberge, mais vous avez raison ce n'est pas la bonne solution."

Elle se tourna vers Yuurei après avoir répondu, sans se départir de son sourire, puis détourna le regard vers la voûte tapissée d'astre lumineux. C’était une belle nuit, calme et tranquille, comme si le temps avait choisi d'offrir un instant de répits au duo improvisé. Plume appréciait cet instant, profitant de la douceur de la température, reposante et bienfaitrice, et de la discussion amicale que la présence du jeune homme lui offrait. La chasseresse ne vit pas le temps passer et ils arrivèrent bien trop vite à son goût en vue de l'auberge. Son métier de chasseuse l'obligeait à beaucoup se déplacer et elle ne prenait jamais le temps de ce lier avec qui que ce soit. Peut être était il temps pour elle d’arrêter de toujours jouer en solo ? 

"Et bien vous voici arrivée saine et sauve demoiselle. Je crois que ça va être le moment de se dire au revoir. Ce fut une journée admirable, j'espère qu'on aura l'occasion d'en vivre d'autres aussi riches en rebondissement." 

Cherchant a cacher la point de tristesse qu'elle ressentait au fond d'elle même l'archère se couvrit d'un sourire une nouvelle fois avant de répondre, contrôlant les trémolos de sa voix jusqu'à les faire disparaître tout en espérant qu'ils n'aient pas été trop visible. La solitude était un fléau difficile à comprendre quand on vivait dans une ville surpeuplée. Pourtant malgré le nombres de personnes qu'elle coutoyait aucune d'entre elle n'avait une place particulière dans sa vie. Tous n’étaient que des visages croisés ici ou là, des masques qui disparaissaient dans les méandres de ses souvenirs sans qu'elle cherche à les faire resurgir. La demoiselle avait comprit trop tard que se protéger en se privant d'amis avec qui partager ses aventures avait été une grave erreur et elle décida de ne plus la répéter. Après tout l'archère s’était déjà attachée à la compagnie distrayante du rôdeur, sans même le vouloir.

" Merci de m'avoir raccompagné, j'espère ne pas vous avoir fait perdre trop de temps. Il est vrai que malgré toutes ces mésaventures je me suis vraiment amusée aujourd'hui. Et je vous en remercie. "

Puis elle ajouta, retrouvant cette parcelle d'elle même emplie de joie de vivre :

" Je suis certaine que nos routes se croiseront à nouveau !"

Elle souhaita à l'homme une bonne nuit et disparut derrière la porte de l'auberge sans se retourner. Oui, elle était persuadée qu'elle le reverrais, les condition de cette rencontre ne lui semblait pas prédéterminée mais la demoiselle en était sure. Plume salua la femme à l’accueil et monta droit dans sa chambre sans s'étendre sur sa journée. Pour le moment elle voulait être seule. Fermant la porte à double tour elle abandonna sa tenue de chasse pour une robe de lin légère puis utilisant un petit récipient qu'elle rempli d'eau l'archère plaça la bouture de Damiana en germination. Elle espérait que le plant prenne afin de voir ses petites corolles dorées colorer son espace et ses nuits. Le lendemain elle ira vendre la viande et le peau de l'Oboro au marché, puis elle irait à la boutique magique et déciderait si elle devait garder où non le dard d'Apis Gigas, suivant ce qu'il permettait de confectionner. S'allongea sur le lit au sommier aussi dur qu'un roc elle ferma les yeux. Revivant les instant de rire et d'angoisse qui avait ponctuée cette étrange cueillette.


Gains:
 

- Fin -
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #62 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Collecte dans la forêt de Jade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Dans la forêt de la nuit
» Passage dans la forêt de Jade.
» Une lumière dans un arbre [ forêt de jade ]
» La sortie de la Forêt de Jade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Forêt de Jade-