Vergogne, quand tu nous tiens !

Partagez | .
 

 Vergogne, quand tu nous tiens !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 25 Aoû - 6:38

Ephylix finit par ressortir du trou, accompagnée de notre ami cruentur...évanoui ? Mort ? Quoi qu'il en soit, elle le dépose près de moi. Trop près.
J'ai un brusque mouvement de recul en découvrant l'état de la bête : devant ses yeux sont tombés deux rideaux de sang pourpre, la partie arrière de son corps a été criblée de coups, et les plaies sont toutes plus profondes les unes que les autres. Sa gueule sanguinolente et entrouverte laisse apparaître ses crocs immenses, menaçant inexorablement malgré le fait que la vie les aie quittés. Et je vous passe les détails sur l'état des écailles de la bête...

La tigresse dont le pelage rougeoie également, va rincer la terre et le sang accumulés dans l'eau de la rivière. Puis elle revient, tout naturellement, s'allonger en proposant de porter le cruentur jusqu'à la capitale ; la folie qui l'a habitée quelques instants plus tôt semble l'avoir déserté. Je la regarde, un sourire moqueur aux lèvres ; venant de se « laver », elle veut aussitôt être souillée par le sang encore chaud du pitoyable cadavre ? Je lui fais part de mon envie de ne pas créer la panique à Lüh : un tel monstre dans les rues ne passera pas inaperçu, aussi mort soit-il.

« En plus, sur le chemin du retour, l'odeur peut attirer des mithras, ou pire...un raparius ! Je pense qu'il faut récupérer les morceaux de viande ici et jeter le reste de la dépouille dans la rivière. »

Tout en parlant, j'ai fait le tour du cadavre et me suis agenouillé à son côté. Je trace sans appuyer les contours des meilleures parties qui ont été un peu abîmées par les projectiles de pierre. Mais les morceaux resteront corrects !
Les animaux qu'on nous livrait à la Nichette étaient entiers et je me chargeais du dépeçage et découpage. Bon, il est vrai que j'ai plutôt l'habitude de m'occuper de chocobos ou de bibis, mais ça doit être un peu pareil !

J'attends son accord puis relance :

« Au fait, faudrait qu'on parle un peu de tes capacités de demi-déesse ; j'veux dire, j'aimerais bien connaître l'étendue de tes pouvoirs ; ce que tu es capable de faire, quoi. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2434
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 25 Aoû - 6:39

Tu regardes Calann jauger la bête en te regardant, un sourire moqueur aux lèvres. Tu grognes imperceptiblement, encore un peu en colère contre lui.
Il fit ensuite une remarque pertinente. Le cadavre allait attirer les bêtes. Mais comment rapporter des morceaux de chair sans rien pour les porter ? Tout aussi stupide que de prendre le corps en entier.
Ton invocateur fit le tour du cruentur, tâtant de ci, de là certaines parties. Il devait regarder ce qui était ou non bon à garder.

- Tu comptes mettre les morceaux où ? T'as quelque chose pour les porter sans abîmer la viande déjà plus qu'elle ne l'est ? Et puis je peux très bien me défendre. De toute façon les monstres n'auront pas le temps d'apparaitre qu'ils seront déjà mort. Je suis folle au quel cas tu n'aurais pas vu.

Tu détournes le regard et poses la tête sur tes pattes en baillant un peu. Tu es fatiguée d'avoir combattu comme une diablesse, sans tactique ni réfléchi. Tu repenses à tous les évènements depuis que tu es sortie pour la deuxième fois de ton temple. Enfin, dire tous les évènements était bien grand puisqu'en faite tu ne pensais qu'à cette chasse la.

Calann, quel stupide celui la ! Mettre ainsi sa vie en danger ! Mais il est inconscient ! Il voulait mourir ou quoi ? En plus, tu tenais plus à lui que tu ne voulais l'admettre, détestant les humains. Car oui, les humains étaient des créatures stupides, complètement bornées sans aucun sens de la survie ! Ils se jetaient dans la gueule du loup ces idiots. Tu grognes encore en montrant les crocs à ces pensées.

La remarque du jeune homme te tires de tes pensées sombres et sanguinaires où tu massacrais des humains en masse. Le bon vieux temps de cette chasse en compagnie de Tarec'Mah. Tu relèves la tête et poses ton regard sur lui.
La colère s'intensifie, avant de demander comme un charme quels étaient tes pouvoirs, il pouvait au moins s'excuser pour son comportement téméraire et stupide ! Mais non, monsieur n'est pas conscient qu'il aurait pu mourir aujourd'hui ! Quel crétin !

- Avant de me parler de mes capacités, j'aimerais savoir pourquoi tu as risqué ta vie comme ça ? Non mais tu te rends pas compte mon vieux ! T'aurais pu mourir ! Ça devrait te choquer, je sais pas moi, faire un truc bizarre ! Mais non, tu te portes là, devant moi comme si de rien n'était.

Tu avais hausser le ton, parlant maintenant à la limite de crier et d'aller lui arracher la tête bien que tu ne puisses pas.

- T'aurais dû rester dans ton coin, hors de danger ! Ce combat aurait pu tourner au bain de sang, au massacre ! T'aurais pu mourir ! Tu me laisserais donc seule ? Enfermée dans mon temple ? A pleurer ta perte ?

Tu en venait au chantage affectif. Car oui, depuis un certain temps déjà, une relation affective s'était développée entre vous. C'était pas grand chose mais les humains étaient très sensibles à ce genre d'affection.

- Il est vrai que je ne devrais pas te parler comme ça. Je devrais me taire et faire comme si de rien n'était. Après tout, je suis sous tes ordres, je suis ton esclave, comme les Dieux me l'ont ordonné.

Tu te tais et soupires en regardant le soleil qui entame sa course de l'après-midi. Il vous restait un peu moins de quatre heures avant que la nuit ne tombe sur l'île.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Dim 25 Aoû - 6:40

« Tu comptes mettre les morceaux où ? T'as quelque chose pour les porter sans abîmer la viande déjà plus qu'elle ne l'est ? Et puis je peux très bien me défendre... »

Et bla, et bla, et bla.
Je ne fais pas attention au reste, mes pensées se focalisant sur le « comment transporter les pièces de viande ? »... Bon, aussi parce que je sens qu'elle va m'énerver à nouveau !
Ma dague s'éloigne de la chaire de l'animal et mon regard se promène sur ce qui nous entoure : la rivière, quelques buissons, des arbres un peu plus loin au sud-est...pas grand-chose pour fabriquer un quelconque récipient ! Je pose à nouveau les yeux sur le cruentur ; à la limite, on pourrait peut-être faire une poche avec sa peau... Poche qu'on accrocherait à la cage thoracique qui, bien nettoyée, ferait office de harnais pour Ephy'...

Cette dernière reprend la parole, cette fois non pas pour soulever un problème, mais pour me faire part de son point de vue sur mon attitude, soi-disant irresponsable. Je la laisse évoquer la possibilité que je meurs, impassible, et attends qu'elle termine son monologue pour planter mon regard saphir dans le turquoise du sien.

« Parle-moi comme tu veux. Je ne te suis pas supérieur. Loin de là même !... »

Je ramène mes genoux sous mon menton et me mets à fixer le vide, un sourire languissant aux lèvres.

« Je veux simplement t'être utile. C'est vrai quoi, tu fais tout le travail à ma place ! Je suis même pas fichu de tuer un monstre correctement !... Et je m'en veux. Un homme qui aurait pu endurer de longs et éprouvants combats à tes côtés t'aurait mieux convenu, non ? Excuse-moi de ne pas être à la hauteur... Et je me répète, rien ne me ferait plus mal que de te savoir à nouveau enfermer. Me dire que tu me pleureras ne m'aide pas, tu sais ! Je n'ai pas envie que tu souffres... Et surtout pas à cause de moi !... »

Les larmes me sont montées aux yeux et je les chasse d'un geste rageur. Pauvre petite chose sensible ne réussira jamais rien ; se le rappeler encore une fois l'anéantit. Mais se lamenter sur elle-même l'enfonce encore plus dans son désespoir.
Les quelques filles que j'ai connues, un peu plus jeune, dans mon village natal, n'ont jamais voulu rester avec moi. La dernière à qui mon cœur avait appartenu m'a donné la raison de mon isolement : je suis un chevalier blanc. À toujours penser aux autres avant soi, on lasse les gens, on les fait fuir, on s'attire parfois une condescendance insupportable ! Mais qu'a-t-on à faire de notre propre vie, sinon de pouvoir la mettre au service des autres ?
Rien.

Je me lève et tourne le dos à Ephylix, avant de lâcher, d'une voix blanche :

« Je ne veux pas partir pour pouvoir rester à tes côtés... Mais si je meure...je veux que ce soit pour toi. »

Je lui fais à nouveau face, les yeux rougis, tentant de contenir mon inéluctable envie de la serrer dans mes bras et de pouvoir lui montrer que mon monde gravite à présent autour d'elle...
...et d'elle seule.


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2434
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 25 Aoû - 6:41

Tu regardes Calann te répondre puis tu soupires. « Parle-moi comme tu veux. Je ne te suis pas supérieur. Loin de là même !... » Ne comprenait-il vraiment pas ? Son ignorance était si grande ? L'ancien monde, il ne savait pas, évidemment...

- Oh, bien sûr que si tu m'es supérieur, peut-être pas en force, mais tu l'es. Je ne peux pas te désobéir, tous tes désirs je les exécutes sans broncher. Ordonne et j'accomplirais. C'est ainsi que les Dieux nous punirent, tu fais une légère pose avant de reprendre, tu dois savoir la vérité, tu dois connaître le passé notre histoire.

Mais au lieu de continuer, tu t’arrêtes. Calann s'était assit, posant son menton sur ses genoux, en position fœtale. Il commence à parler, à te dire pourquoi. Et tout ceci expliquait cela. Il agissait parce qu'il se sentait inutile, réaction normale, tu aurais fais la même chose au risques de te tuer.
Il était altruiste mais l'était beaucoup trop, et cela était tout le problème de la chose. De plus, il avait un coeur en or, en démontrait sa phrase dans laquelle il te disait qu'il ne voulait pas que tu souffres.
De belles paroles là, trop belles cependant. Cet altruisme le tuera, et ça tu ne le voulais absolument pas. Oui, tu t'étais attachée à lui plus que tu ne voulait bien le reconnaitre...

Les larmes coulaient aussi bien pour toi que pour lui. La seule différence c'est que c'était ton coeur qui pleurait. Il chassa rageusement ses pleurs silencieux puis se releva en te tournant le dos. Tu penches légèrement la tête, interrogative. Qu'allait-il faire ?

- Je ne veux pas partir pour pouvoir rester à tes côtés... Mais si je meure...je veux que ce soit pour toi, déclare-t-il d'une voix blanche.

Il te fait à nouveau face et là tu vois la sincérité de ses paroles. Tu déglutis en soutenant ce regard bleu rougit par les larmes. Sincère, il est sincère. Ton coeur se serre. Tu ne sais plus quoi faire. Ce même sentiment revient, sentiment étrange, le même que tu as ressentis il y a fort longtemps en présence de Nephylim. Mais qu'était-ce donc ?
Tu décides d'ignorer cette chose et tu secoues la tête pour changer de sujet, ou du moins essayer.

- Tu ne devrais pas te mettre dans cet état là pour moi. Je pense que tu tiens trop à moi, ce n'est pas une bonne chose. Tu mourras de m'aimer ainsi, Calann. Et ça, je ne le supporterais pas, vraiment pas, alors cesse de te mettre dans cet état pour moi...

Tu baisses la tête, honteuse de tes propos. Non, tu ne devrais pas lui demander ce genre de chose, pas du tout. Il est déjà brisé, pourquoi remuer le couteau dans cette plaie trop grande pour être guérie ? Pourquoi dire cela alors que tu sais que ça va le blesser plus qu'autre chose ? Pourquoi ? C'est une réponse que tu veux, non une question de plus.

- Désolée, je n'aurais pas dû sire ça...

Un long silence s'installe, brisé seulement par la rivière qui coule paresseusement plus bas.

- Que comptes-tu faire pour le cruentur ?

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 25 Aoû - 6:43

« C'est pas grave... », soupiré-je douloureusement.

Le silence se fait roi, et c'est Ephylix qui le tue après un long moment sous tension.

« Que comptes-tu faire pour le cruentur ? »

Son naturel apparent me déconcerte totalement. Alors elle est du genre à passer d'un sujet sensible à un banal sans le moindre effort ? Ce n'est malheureusement pas mon cas ; mes émotions possèdent de longues durées de vie.
Je balbutie :

« Eh bien...j-je pensais...utiliser sa peau pour faire une sorte de...de sac mais...je n'ai rien pour coudre... Peut-être... »

Laissant ma phrase en suspens, je passe mon haut de toile noire par-dessus ma tête et m'agenouille à nouveau à côté du cadavre reptilien en achevant :

« ...qu'on pourrait plutôt utiliser ça... »

Présentant ma peau laiteuse à la chaleur du soleil, je suis également mordu par le froid léger de la brise, qui doit réduire la température aux alentours des 16°. Je fais un rapide nœud au col de mon haut : la poche est créée !
Sans oser croiser le regard d'Ephylix (par honte de mon petit gabarit, je pense), je m'attèle au dépeçage de l'animal avec ma dague, après avoir retiré les projectiles restés fichés entre ses écailles. Il n'est pas nécessaire de tout enlever, aussi je me concentre sur les flancs presque intacts puis les jambes arrière, plus abîmées.

En enlevant délicatement les écailles du flanc gauche de la bête, je préfère relancer la conversation pour orienter l'attention du félin ailleurs que sur moi.

« Du coup...tu ne m'as pas dit pour tes pouvoirs... »

Tout en l'écoutant, je ne lève pas le regard du cruentur. La lame glisse, mes mains rougissent, la chair de l'animal s'esquisse...puis le premier flanc est prêt. Je préfère alors détacher directement les morceaux découverts avant de passer à une autre partie de la bestiole. Dès la première entaille dans le muscle, le sang jaillit et m'asperge le torse ! Je ne trouve rien d'autre à faire que fixer cette grosse tâche pourpre qui dessine un impact en plein milieu, comme si mon cœur à l'intérieur avait soudain décidé de sortir, ou d'exploser.
Je passe ma main dessus, essayant d'en enlever, mais ne fais que l'étaler davantage.

« Hum... », fais-je pour tout commentaire.


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2434
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 25 Aoû - 6:44

Pour la réponse à ta question Calann retira son haut pour en faire tu ne sais trop quoi. Tu soupires. Il va attraper mal... Bah, il faisait ce qu'il voulait, il était grand ce gars la ! Puis il se lance dans le dépeçage de la bête. Tu le regarde avec attention s’affairer autour du cruentur. Il est agile. En plus il s'y connait. Serait-il un boucher ? Tu ris doucement de ton idée saugrenue. Boucher, quelle stupidité, il serait plus robuste, obligerait les carcasses à porter et dépecer à longueur de journée.

Tu poses la tête sur tes pattes lorsqu'il te repose la question de tes pouvoirs. Tu souris narquoisement avant de lui répondre avec malice:

- Et toi, qui es-tu au juste ? tu ris seule en le regardant.

Répondre à une question par une autre en évitant le sujet n'était pas très sympathique, mais il fallait lui faire sortir ces idées noires de la tête. Tu le voyais bien qu'il avait une mine renfrognée malgré le sourire qu'il s'évertuait à garder. Piètre acteur, tu devrais lui apprendre. Tu poses ton regard dans le sien tout en étant allongée, presque affalée, feignasse que tu es redevenue.

- Mes pouvoirs... je les ai perdus, enfin, presque tous perdus. Je ne peux plus créer, comme auparavant, c'était l'un de mes plus grands pouvoirs, mon préféré aussi. Il y a aussi le fait que j'ai une magie limitée désormais, ce qui est bien pénible à gérer je te l'accorde. De plus, les seuls pouvoirs que j'ai ne me sont pas encore revenus... Je ne sais pas comment, mais parfois, comme ça, un sceau magique, comme je les appelles ces choses qui bloquent mes pouvoirs, saute pour qu'un sort me soit délivrer. C'est étrange et désavantageant en combat, puisque je n'ai presque pas de pouvoirs offensifs... Enfin, c'est compliqué et très pénible à expliquer car moi même je ne sais pas grand choses.

Tu soupires, il ne semble pas plus intéressé que ça à tes explications. Cela te vexe un peu, mais tu t'en remets bien vite cependant. Calann était torse nu et cela te faisais un certain effet, moins puissant que lorsque tu étais humaine avant Letto nu devant toi, mais tout de même.
En plus, du sang était venu tacher cette belle peau blanche, tu en ris, ça le rendait plus attirant encore. Il l'étala en voulant l'ôter. Là, la situation n'était pas vraiment comique mais tu devais rien, tu explosa littéralement d'un rire franc.

- 'Scuse, mais c'est pas intelligent de t'étaler du sang comme ça sur le torse, ça va attirer les charognes sur ton beau corps d'albâtre, tu recommences à rire. Enfin, je ne me moques pas de toi, je te respectes trop pour ça. encore une pause. Hum, tu devrais enlever plus souvent ton haut, mon cher ami, dis-tu d'un voix taquine.

Tu pousses encore un léger rire avant de soupirer longuement. Tu continues de zieuter Calann qui continu de découper le cruentur. Le temps se fait long, tu n'aides pas, il fait tout tout seul et tu t'ennuies un peu.

- T'as fini ? demandes-tu, une certaine impatience dans la voix.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 25 Aoû - 6:45

Son rire. Franc, cette fois ; pas un quelconque son à la résonance sadique ! Mes pensées moroses reculent un peu face au semblant de bien naître qui naît en moi. Qu'est-ce que j'aime quand elle rit...
Puis elle enchaîne avec des propos qui me font relever la tête et sourire timidement. Jamais, ô grand jamais dans mon village natal on m'aurait qualifié de « beau corps d'albâtre »...et on m'aurait encore moins demander de rester torse nu plus souvent !

« Tsss... »

Je secoue la tête et attaque le deuxième flanc dont les écailles déchirées s'enlèvent très facilement, après avoir poser le premier morceau détaché dans ma poche improvisée. Pour effectuer l'opération, je suis obligé de poser mon abdomen sur l'échine du cruentur ; ce contact avec le cadavre, bien qu'encore chaud, me glace littéralement le sang. J'aurais pu faire le tour, c'est vrai, mais je privilégie toujours la rapidité au confort ! Surtout par souci de rentabilité de mon temps. 'cause our time is running out...
Et d'ailleurs, Ephylix s'impatiente et ne se prive pas de me le faire savoir.

« Oui, ça vient, ça vient... », pesté-je gentiment et prélevant le second flanc.

Je regarde les pattes arrière : est-ce vraiment nécessaire d'essayer de les récupérer ? Messieurs les nobles pourraient par inadvertance se casser une dent sur un gravât resté coincé... Je souris, puis le deuxième morceau trouve sa place avec le premier.

« On va laisser les pattes ; il n'y a pas d'assez grosse pièce à emporter. »

Je m'étire et me lève, avant de poser mon regard sur Ephy' :

« Tu m'aides à mettre la dépouille à l'eau ? »

Non pas que je me décharge de mon travail, mais commençant à connaître le félin, je me doute que l'inactivité ne lui sied pas. Mais alors, pas du tout.
J'essuie rapidement ma lame sur mon pantalon, pensant que de toute manière, une fois près de l'eau, je vais pouvoir nettoyer correctement ma lame et me rincer un peu. Je m'accroupis devant le cruentur et pose mes mains sur ses pattes avant, fixant toujours Ephylix, sourire engageant aux lèvres.


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2434
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #8 écrite Dim 25 Aoû - 6:46

Tu bouges ta queue de droite à gauche, d'une manière lasse, en regardant Calann finir de trucider le corps de la bête. Tu as bien envie de lui faire la remarque mais la flemme s'empare de toi, si bien que tu bailles. Tu es sur le point de t'endormir, bercée par le doux son d'une lame qui tranche la chair, lorsque Calann te fait part de son avis sur le fait de ne pas prendre les pattes arrières. Tu hoches la tête sans vraiment t'en intéresser, après tout, qu'est-ce que ça peu bien te faire qu'il y ai ou non des pattes de cruentur au menu de ces nobles ce soir ?

Tu bailles encore une fois puis ton invocateur te demande de l'aider à pousser la carcasse dans la rivière. Pauvres enfants d'Aqua qui vont avoir du sang de cruentur au dessert. Cette belle eau limpide va devenir rouge un instant avant de reprendre sa couleur normale. Mais tu cesses de rêver et te lèves paresseusement pour venir pousser le cadavre dans l'eau.
Cela laisse une trace rouge sur le sol.

La carcasse dans l'eau, tu regardes Calann d'un air encore plus fatigué. Tu as un sacré coup de barre en ce moment, c'est terrible ! En plus t'as juste envie de manger quelque chose de sucrer. C'est pas normal cette attitude... enfin, des fois il se passait des choses qu'on ne comprenait pas, et là tu n'avais pas envie de réfléchir.

Tu retournes vers le sac improvisé et le mets sur ton dos aux manières des sacoches de chevaux. Ton regard, qui bouge beaucoup puisqu'il fixe un peu tout ce que tu peux trouver à voir, se fixe sur les yeux bleus du jeune homme. Un large sourire fend tes lèvres, un sourire malicieux, joueur.

Tu pourrais bien le faire monter sur ton dos pour rentrer plus vite à Lüh, mais tu as envie de le voir marcher parce que c'est drôle et pas gentil. Bah oui, après le coup de barre, c'était l'envie de jouer. Tu étais d'un bipolarisme en ce moment, c'en était affolant.

- Bon, on rentre récupérer nos tsuris puis on va acheter des choses ! dis-tu avec entrain. A commencer par des vêtements pour toi parce que là tu vas faire sensation dans les rues de la ville avec cet accoutrement de chasseur ayant trop chaud. Bon, c'est vrai tu pourrais te muscler un peu plus mais ça viendra si je m'amuse au combat avec toi.

Une pause, un rire léger puis tu reprends.

- En parlant de combat, penses à trouver des armes plus sérieuses que tes dagues, c'pas pratique ça pour un vrai combat. Du coup, on achète tout ce dont on a besoin et le reste va au capitaine, parce que je suis égoïste et puis c'est tout !

Sur ces paroles, tu commences à marcher vers Lüh.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Dim 25 Aoû - 6:47

Je suis le cadavre du cruentur du regard, mais lui ayant perforé les poumons pas inadvertance, il coule bien vite au fond de la Rivière Blanche. En espérant que cet échec passe outre la vigilance de ma camarade.
Après avoir finalement enlever le sang poisseux de mon torse, je lave ma dague et nous repartons chercher la viande, laissée sans surveillance. Une bien mauvaise initiative : une bête sauvage aurait pu passer par là et emmener le tout avec lui... La chasse aurait alors été vaine !

Ephylix ramasse le paquet et réussit à le caler sur son dos, avant de me fixer. Je reste immobile, certain qu'elle ne va pas tarder à donner les directives elle-même, à savoir : rentrer à Lüh.
Ça ne manque pas : elle énumère tranquillement le programme, raillant sur ma faible musculature, et propose même de combattre pour de faux avec moi. Je souris.

« Je serais ravi que tu m'enseignes les bases ! »

Elle rit. Est-ce par anticipation d'une raclée qu'elle m'affligera ? Qui peut dire !

« En parlant de combat, penses à trouver des armes plus sérieuses que tes dagues, c'pas pratique ça pour un vrai combat. »

Ephy' a totalement raison. Mon inefficacité face au cruentur en est un parfait exemple !

« Du coup, on achète tout ce dont on a besoin et le reste va au capitaine, parce que je suis égoïste et puis c'est tout !
-Ça marche. »

Sur ce, nous nous mettons en route pour Lüh...avec comme un air de déjà vu.


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Vergogne, quand tu nous tiens !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Traversée de la Rivière Blanche-