La Tour de Ratjhar

Partagez | .
 

 La Tour de Ratjhar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Ratjhar
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 49
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mer 29 Avr - 21:13

Si Ratjhar n'a jamais été libérée de sa prison, c'est indubitablement de sa faute, et de celle du monde qui l'ignore. L'oiseau n'a pas toujours su porter fièrement ses fers, leur poids l'a accablé des éons durant où il a préféré se retrancher dans la blancheur douloureuse de sa prison d'albâtre. Dans ces geôles, rien ne s'immisçait jamais sinon l'ennui et la poussière, dont les grains miroitait sous un soleil placide. Des fenêtres à barreau, encore et toujours, la vision insolente d'une liberté sacrifiée.

Un pas en avant, un pas en arrière. Ratjhar veut voler autant qu'elle veut encore susciter l'admiration, elle veut l'échappée égoïste autant que cette halte bienheureuse qui l'arrêtait chaque année auprès des humains naissants et elle veut sa liberté autant qu'elle veut un maître. Et, s'il ne lui est donné ni de s'en émanciper, ni de le choisir, elle veut s'assurer que celui-ci sera digne d'elle, et qu'il aura fait plus que de la ramasser au détour d'un chemin tel un oisillon tombé du nid.

Dans son orgueil  froissé, Ratjhar veut se sentir fière, une dernière fois, avant d'endosser les chaînes de la servitude. Aussi, la demi-déesse vit-elle retranchée dans une tour effilée grimpant vers les hauteurs. Un escalier en colimaçon cerne sa prison, grimpant un à un les étages étriqués.

Dans la première pièce circulaire où s'amorce l'escalier, un écriteau de pierre blanche aux lettres d'un or usé clame à qui veut le lire :


C'est là la triste image d'un joli cachot sans attrait. Le sol et les murs sont d'une pierre blanche et lisse, aussi douce dans sa teinte qu'agressive dans sa nudité. Il n'y a ni meuble ni commodité, rien de plus qu'une architecture habile sans fioriture inutile. Quelques fenêtres percent les murs, mais la lumière plaisante qu'elles laissent entrer est transpercée de l'ombre des barreaux qu'elles portent.

L'escalier grimpe ensuite au premier étage. Identique au précédent, il ne s'en distingue que par une table basse de bois clair garnie de petits coffrets et par un vague relent de poussière, semblable à celui qu'on peut sentir dans un grenier d'été.

Un autre écriteau, d'un marbre clair aux veines d'azur et aux lettres bleues, stipule :


Les petits coffrets sont rivetés à même la table. Taillés dans du bois de cerisier, ils ont la teinte chaleureuse et précieuse d'un coffret à bijou. Chacun porte une petite inscription gravée sur une petite plaque de métal. Les neufs coffrets sont disposés en cercle régulier et leurs messages sont comme suit :

Coffre 1 : J'étais l'innocence et la pureté. J'étais sans tâche, un joyau virginal créé par les dieux.

Coffre 2 : J'étais la loyauté et la sérénité. J'étais le libre enfant d'un ciel sans nuage.

Coffre 3 : J'étais la nature et la douceur. Je n'ai été que le présage d'une ruine à venir.

Coffre 4 : J'étais la joie et la chaleur. Je n'ai trahi que malgré moi.

Coffre 5 : J'étais triomphe et passion. La volonté des dieux me rendait forte, et leur déni cause ma colère.

Coffre 6 : J'étais l'espérance et la chance. Je ne suis plus que l'échec et l'infortune.

Coffre 7 : J'étais création et optimisme. Je ne suis plus que tromperie.

Coffre 8 : J'étais rêve et méditation. Je ne suis plus que mélancolie.

Coffre 9 : J'étais la rigueur et le mystère. Je ne suis plus que l'âme vide d'une prison sans lumière.


L'escalier en colimaçon s'interrompt rapidement par une porte renforcée pourvue d'une grosse serrure dorée. Il vous faudra posséder la clef pour aller plus loin.

[HRP/Il s'agit, vous vous en douterez, de la première des trois énigmes annoncées. Vous êtes bien sûr libre de me contacter par mp si vous voulez la "vraie" réponse du premier coup, car après tout, c'est votre personnage qui affronte l'épreuve, pas nécessairement son joueur... Mais vous êtes aussi libre de vous creuser la tête. x)/HRP]
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 11 Mai - 21:35

Enfin. Enfin, après milles recherches, milles lecture, milles entreprises, je touchais au but. MON but. L'objectif suprême et infamant pour une dame de la haute noblesse. Mais depuis toujours, je ne rêve que de ça, je ne travaille que pour ça, je ne pense qu'à ça depuis déjà bien longtemps. Cela va être la pièce maîtresse de mon entreprise, de mon coup d'état presque, la montée ultime de ma lignée. J'ai enfin trouvé la pièce manquante de mon échiquier:

Une invocation.

C'était très mal vu dans la société des nobles que les femmes possèdent des invocations. Mais je m'étais renseigné: Une invocation pouvait avoir une forme humaine. Donc ce n'était pas obligé que tout le monde sache que j'avais délivré une créature des dieux. Et après tout, j'étais tellement bien placé en haut de l'échelle sociale, que même ça ne me ferais redescendre, ou simplement de très peu. Avec une main sur le commerce de Lüh, c'est dire si mon influence était importante. Aussi, elles avaient des pouvoirs. C'était ça qui m'intéressait le plus. Le pouvoir, sous toute ses formes. Le mien combiné aux leurs devraient être amplement suffisant pour arriver à mes fins. C'est sur cette auto-motivation que je me lançais dans l'ascension des marches de la tour d'ivoire.

Avant d'en arriver là, j'avais dû entreprendre un périple plutôt périlleux au travers des montagnes d'Arcane. J'avais montée ma propre expédition pour cela, composé de chasseur, de porteur, et bien évidemment de Paloma, ma chère et fidèle gouvernante. 5 chasseurs et 2 porteurs ont suffit. Je ne voulais pas me charger inutilement. Il m'était déjà voyagé pour affaire, mais jamais sur une telle distance. Mais ça ne me faisait pas peur, je comptais sur ma propre motivation. J'étais donc sortie des Bois des Rois, à l'entrée de Lüh, pour traverser les bois de Terra. En suivant le fleuve, puis en descendant plus bas, je marchais sur le début du Désert Ambré. Il portait parfaitement son nom. Malgré que je sois encre à l'orée, la chaleur se faisait accablante et suffocante. Heureusement -enfin, ceci reste à démontrer- les Landes Luxuriantes arrivèrent très vite. Humidité et climat quasi-tropical prirent le relais. Je me bénissais de m'être mis en pantalon. Et oui, la grande dame avait laissé les robes au placard ! Un changement radical s'imposait, je faisais donc en conséquence. On gravit les Monts Ardents, pour faire une halte à Rorn. Quel bonheur de retrouver le confort d'une vraie chambre, et non celui d'une tente ! J'en profitais pour régler quelques soucis, et faire quelques emplettes. Puis, je repartis, moi et mon équipe, en direction du nord pour trouver le Mont Céleste. Après quelques jours de promenades escarpées, j'arrivais au but tant attendu: Le temple de l'Air.

Le voyage dura deux semaines pleines. Pourquoi aller si loin, alors que le temple de la Terre était juste à côté ? Et bien je voulais une invocation Air, tout simplement. Je trouvais cela plus féminin, plus élégant. En toute simplicité.

Le groupe avait établi son campement en contrebas du temple, par respect. Le lendemain, et donc aujourd'hui, je rentrais dans le temple.

Une immense clarté blanche m'aveugla. Puis je découvris de multiple chose. Des tours, pour la plupart. Le tout semblait flotter au dessus des nuages. C'était fabuleux. Ça me fis frissonner, et me remis à ma place. Même si je n'y croyais pas totalement, qui étais-je pour défier les dieux... ?
Une tour m'interpella: très haute, mais surtout blanche. Blanche comme l'ivoire. Simple, belle et majestueuse. Je la choisis. Je m'approchais et poussa la première porte blanche aussi, et rentra dans une pièce encore blanche. Et bien il semblerait que c'était la couleur dominante ici. J'aperçus vite un écriteau avec écrit le début de e qui semblait être un énigme. Je pestais. Je détestais ça les énigmes. Je le lis, à travers la faible luminosité que laissait passé ces barreaux. Bien. Direction premier étage donc.
Je ressortis et commença à gravir les centaines de marche qui montait jusqu'au sommet où m'attendait mon ultime pièce du puzzle. L'air se faisait de plus en lus froid, et une brise s'éleva. Une boule grossissait dans gorges au fur et à mesure de mon avancé. Bientôt, j'arrivais au niveau de l'étage. Je rentrais dedans.
Un autre écriteau, avec cette fois-ci, une véritable énigme. Ecrit en bleu, il récitait:

Voici ce que j'étais par la volonté d'Aer.
Si je ne suis plus celle qui l'a crée
Trouve celle que je ne peux renier.
Mais prends garde à ne pas céder
A la facilité du hasard
Car tu n'auras que trois chances.


Une table avec neuf coffrets en cerisier était installé. J'en déduis qu'un seul contenait la-dite clef. Dessus était gravé des phrases, tout aussi énigmatique. Je n'avais que rois chance, ça au moins c'était clair. Je me mis à réfléchir. J'éliminais d'office le 3 et 4 qui parlait de nature et me semblais hors propos. Mais il en restait encore beaucoup... Certains comme le 9, ou le 7 me paraissais trop sombre. Il restait donc le 1,2 6 5, et 8. Bon. J'en avais déjà marre. J'ouvris le 5, qui avait l'air plutôt joliment tourné et parlait des Dieux.

Rien.

Il n'y avait rien dans ce fichu coffret. Je rageais et tapa la main sur la table de colère. Foutue énigme ! Et dire qu'il y avait trois comme ça, ou pire ! Bon dieu ! Je serrais les dents. Bon. Le 1 me fis penser à la couleur blanche: Pureté, joyeux... Cela concordait avec ce lieu. Je l'ouvris. Un coussin blanc vide. D'accord. Là, j'étais vraiment énervé et décida d'ouvrir le 2, par pure rage. Un hasard, comme le disait cette foutue énigme.
Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis la clef, déposée sur un coussin bleu. Bleu comme l'écriture de l'énigme.. C'était tout bête. Trop bête. Je la saisis et sortis en dansant de joie.

Je me remis à gravir les marches, après avoir mis la clef dans ma bourse, bien fermée.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ratjhar
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 49
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mar 12 Mai - 18:29

Ainsi était Ratjhar, l'écho d'un passé révolu, une création d'Aer en un temps où le monde était jeune et différent, où Arcane n'était pas même l'écho d'un futur à venir dans le vol délicat de l'oiseau demi-dieu.

Au deuxième étage, vous découvrez une reproduction miniature du temple de l'air savamment travaillée. Vous n'êtes pas surpris de le trouver accompagné d'un petit écriteau de bois :

« Douze invocations se languissaient dans les entrailles du temple. Or un jour, un seigneur désireux de prouver la valeur de sa garde ordonna à son capitaine d'y mener ses hommes. Chaque homme a une chance sur quatre de réussir l'épreuve. S'il réussit, il n'essayera pas d'obtenir une seconde invocation. S'il échoue il aura une chance sur trois de la réussir le second jour, puis une chance sur deux le troisième jour, s'il échoue de nouveau. Il y a 18 gardes.
Au terme du 3ème jour, combien d'invocations peuvent se dire libre ? »


A côté du temple miniature, vous trouvez un pupitre doté d'une plume de faisan, d'un encrier, et de quelques feuilles de parchemin, ainsi qu'une sorte de vasque remplie d'eau, au centre de laquelle trône un petit coffret, dont la taille pourrait tout à fait renfermer une clef. A travers l'eau limpide, vous distinguez les feuilles détrempées laissées par ceux qui vous aurait précédé. Mais quoi qu'ils aient pu écrire, l'encre a été affadie par l'eau et leur réponse n'est plus lisible.

Si vous obtenez la seconde clef, vous pourrez sûrement débloquer la serrure d'argent qui mène à l'étage suivant.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Lun 27 Juil - 18:16

Erine s'avance dans le cachot d'albâtre. La pièce circulaire n'offre qu'une seule et unique possibilité, le début d'un escalier. La rouquine lève les yeux vers l'écriteau afin d'y lire son message à la fois poétique et égnimatique. Un demi-sourire s'étire sur ses lèvres. Ces premières lignes annoncent l'état d'esprit du demi-dieux reclu ici.

Sans s'attarder, la rouquine se lance d'un pas assuré jusqu'à l'étage supérieur. Cette dernière est aussi blanche et épurée que celle du rez-de-chaussée. De nouveau un écriteaux. Cette fois les mots ont troqué leur tinte doré pour un azur plus prononcé. Elles surplombent un petit meuble de bois où trône neuf coffrets assez grand pour que chacun puisse y loger une clef.

Elle pose son regard bicolore sur chaque inscrition notée sur les petites plaques de métal qui ornent les écrins de cerisier. Deux d'entre elles attirent plus particulièrement son attention. Celle abordant le sujet de la loyauté doublé de sérénité et celle concernant l'optimisme et la création. Ceux sont des valeurs qu'elle apprécie particulièrement mais sont-elles celles offertes par Aer à son enfant jadis?

Erine ferme les yeux, prend une longue inspiration et fait le vide dans son esprit. Seuleument trois essaies pour trouver la clef du passé et reussir la première épreuve. La jeune femme pose alors sa main sur le coffre du libre enfant au ciel sans nuages. Une grosse clef en or se dévoile alors qu'un sourire franc et radieux éclaire le visage de la jeune femme.

"Et d'une ! "

Motivée par sa reussite, Erine se faufile à la suite du colimasson et découvre rapidement l'endroit où insérer sa trouvaille : la serrure d'une massive porte à l'allure très ancienne. L'obstacle franchit, Erine découvre le second étage. Au centre de la pièce une maquette superbement travaillée est mise en évidence. La rouquine s'approche et fait un tour complet du batiment. Il s'agit d'une reproduction du temple même où elle se trouve.

Elle s'arrête enfin devant la petite pancarte et lit l'égnime inscrite. Ses sourcils se froncent sous l'imcompréhention qui l'envahit alors. Elle relit une fois de plus l'énoncé pour tenter de découvrir un sens caché qu'elle n'aurait pas saisi à sa première lecture. Désespérée, la jeune femme finit par se passer les mains sur le visage. Plus elle relisait les phrases, moins elle arrivait à émettre une réponse logique. Les minutes s'enchaînaient et semblaient toujours un peu plus longue à chaque fois.

" Rah j'le savais ! grommela t-elle la voix tendu par l'impatience. La première épreuve était bien trop facile...."

Soudain elle repensa à la seconde phrase de l'écriteau à l'entrée de cellule : une pour le présent de ma triste prison. Alors qu'elle écrivait le chiffre 1 sur un morceau de parchemin, elle essaya de se rassurer à voix haute:

"Tu as visé juste tout à l'heure, alors pourquoi pas cette fois ci..."

Puis elle jeta le papier dans la vasque remplit d'eau. Elle le regarda coulé jusqu'à rejoindre les autres. Ses yeux fixèrent la petite boite. Elle retenait son souffle alors qu'elle attendait qu'une réaction quelconque se produise.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ratjhar
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 49
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 27 Juil - 22:03

L'eau du bassin happe la feuille et boit l'encre. Abandonnée au fond de la vasque, le fragment de parchemin semble aussi vierge que l'instant d'avant, avant que l'audace n'y trace signe. Mais rien ne se produit. Il se pourrait qu'ailleurs, un oiseau aux plumes ourlées d'un bleu roi ait agité ses ailes dans sa prison exiguë, criant sa colère et son impuissance aux murs d'albâtres.

Pour autant, pour peu qu'on lui livre la réponse attendue, le second coffret ne manquerait pas de délivrer sa clef, menant à la dernière énigme.

~°~

La troisième antichambre n'est que ravage du temps, à tel point que même la pierre s'effrite comme désireuse de compter de ses grains les éons qui la fuient. Dans un plateau d'argent rongé d'oxydation sur une table de bois vermoulu se trouvent des plumes sans âge. Bien qu'elles aient jadis appartenu à Ratjhar, elles n'en gardent plus aucun signe distinctif : leur éclat bleu s'est dissipé depuis longtemps et une fine couche de poussière éclipse leur teinte brune autrefois chaleureuse. Il est pis que malaisé de se saisir d'une des plumes. Il n'en reste bien souvent que la tige et les ramures, comme s'il s'agissait d'une feuille d'automne qu'un enfant aurait patiemment disséqué, le poids de la poussière emportant la fine soierie des rémiges.

Dans une niche de pierre se cache une petite boite en acier sertie dans la roche. Dotée d'une petite porte sans serrure bien assez grande pour dissimuler la troisième clef, elle est également surmontée d'un petit plateau évoquant celui d'une balance. Au dessus de la curieuse boite, une inscription est gravée dans la pierre :

« Dépose ici la plume symbole de mon avenir. »

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mar 28 Juil - 1:53

Rien. L'eau avait absorbé l'encre mais il ne s'était rien passé. Son propre papier avait rejoint les fantômes du bassin. Erine poussa un long soupir en tournant le dos à la vasque. Elle fit quelque pas décidés en direction de la sortie avant de se stopper net. Bon sang, que faisait -elle?! La compagnie d'undemi-dieu devait être mérité !  Par Aer, elle ne pouvait pas baisser les bras aussi vite. La rousse se gratta alors le menton, l'air songeur. Elle resta un long moment ainsi immobile.

Soudain, sans prévenir, elle fit demi-tour, saisit la plume de faisan et plongea son extrémité dans le ramequin d'encre bleu marine. D'une écriture -encore tremblante de son manque d'expérience - Erine inscrit le mot "toutes". D'un geste serein, elle laissa glisser sa réponse à la surface de l'eau.

"Même si je trouve cette clef, murmura t-elle comme si la déité pouvait l'entendre, la liberté que je t'offre n'est qu'une pâle illusion de ton passé. Je t'en pris, accepte aujourd'hui mon présent."

L'encre se détacha du parchemin qui coulait vers le fond. Le fluide magique évolua vers le petit coffre qui s'ouvrit à son contact dévoilant une belle clef d'argent. Dans le sourire qu'arborait à présent la rouquine, on arrivait à discerner une profonde reconnaissance.

Le troisième étage est bien différent des précédents. Cette pièce respire un très ancien passé. Une forte odeur de renfermer se fait sentir. Les yeux alertes d'Erine suivent une pâle lueur qui s'oriente vers un plateau d'argent jaunies par les siècles. Elle doit s'avancer pour discerner se qui y est déposé: des plumes. De très vieilles plumes.  Malgré leur beauté rongée par le temps, Erine n'a pas de mal à les imaginer aussi resplendissante qu'au premier jour. L'air rêveur elle se demande à quoi pouvait alors bien ressembler l'enfant d'Aer qu'elle était venue chercher.

Elle détache son regard du plateau pour observer le reste de la pièce. Rapidement elle découvre une boite singulière dissimulée dans une niche taillée à même la roche. Encore une fois une inscription divulgue la consigne de la dernière énigme.  Instinctivement, la jeune femme se tourne vers les ancestrales plumes. Elle ne bouge pas et repense à toutes les informations engrangées depuis le début de ses épreuves. Il y avait une logique dans cette succession de tests.

Soudain une réalité la frappe et lui fait réaliser que doucement, avec tous ces indices joliment dissimulés, la réponse à cette énigme est évidente. Le petit coussin céruléen associé au lettrage bleu en référence à l'azur du ciel et synonyme de liberté. Le clin d'oeil à la liberté éternelle et  présente dans son cœur. Et maintenant l'offrande de l'avenir pour terminer le cycle d'une délivrance accordée.

La rousse farfouille avec empressement dans le sac sans fond qui lui pend à la hanche. Au bout de quelques minutes elle en ressort une plume de candor oscillant entre le brun et le beige. Elle ne possède rien d’extraordinaire à part la valeur sentimentale qu'Erine lui apporte.  

D'un geste doux, elle dépose son cadeau sur la balance surplombant le coffret. Ses prunelles brillent intensément et n'arrivent se détacher de la boite. Si elle réussissait, Erine savait qu'elle rencontrerai enfin celle qu'elle était venue chercher.  
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ratjhar
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 49
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mer 29 Juil - 19:41

Et la dernière des pièces est un puits de lumière que le soleil insolent baigne de ses rayons. Ratjhar y demeurait, agitée, volant jusqu’à en frôler toutes les fenêtres barrées de fer. Jamais encore le pas d’un humain n’avait foulé le seuil de cette pièce. Ratjhar en assumait l’entière responsabilité, se reconnaissait fautive d’avoir été complice malgré elle des agissements des autres demi-dieux, tout autant que d’avoir choisi de se tapir derrières d’hostiles énigmes.

Ce jour, elle tairait l’exaspération égoïste qui l’habitait parfois. Si les dieux les avaient maudit pour avoir créé les humains, pourquoi leur avoir rendu ce monde-ci, et pourquoi leur avoir assujetti les Invocations ? La rouquine n’aurait peut-être pas la réponse à cette question. Et la vérité était que l’oiseau n’en avait cure. Ratjhar n’aspirait qu’à se fondre dans le bleu du ciel qui l’avait nargué des éons durant.

L’oiseau avait apaisé son vol, s’obligeant à se poser là où son invocateur pourrait la voir. Les battements de son coeur étaient une course tumultueuse. Ratjhar n’avait jamais douté d’avoir été bénie par la main d’Aer, mais elle avait conscience que son apparence pouvait décevoir un humain qui espérait impressionner ses pairs par la stature de son invocation.

Ratjhar dépassait à peine la taille d’un aigle, et la magie dont elle s’enorgueillissait jadis s’était tarie pour ne laisser subsister qu’un reflet céruléen sur ses plumes brunes. Il arrivait que des cris indignés et des suppliques brisassent le silence de sa prison, poussées par ceux des invocations que leurs maîtres rejetaient. Si ce rejet n’avait généralement pas lieu au jour de leur libération, l’oiseau n’en avait pas conscience.

A quelques pas à peine d’Erine, l’oiseau singulier marqué par la main d’Aer inclina la tête en signe de soumission.

° Je me nomme Ratjhar. °

Et l’oiseau frémit à ces mots, qu’elle n’avait pas prononcé depuis des années, jusqu’à une époque lointaine où elle s’était jurée d’encaisser avec dignité la punition divine sans se soumettre à devenir un faucon au poing dressé pour la chasse, tels ces oiseaux pitoyables que les humains se plaisaient à dompter. L’inactivité de sa tour avait émoussé sans pitié sa résolution.

Ratjhar redressa la tête pour poser sur l’intruse un regard pénétrant.

° Que me veux-tu ? °


Le défi germait dans ses mots. L’oiseau ne pouvait se résoudre à ramper, il y a encore en elle un soupçon de la demi-déesse d’avant qui, si elle avait perdu ses pouvoir n’en avait pas moins conquis les cieux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Jeu 6 Aoû - 11:58

Erine poussa la dernière porte, qui elle l’espérait, la mènerait à l'encontre de la déité. De larges fenêtres entravées de barreaux inondaient la pièce d'une lumière vive. Il lui fallut quelques secondes afin d'adapter son regard à ce nouvel environnement. Elle entendit le son caractéristique d'un bruissement des plumes sans évaluer la provenance exacte du bruit.

Un oiseau se posa à quelques mètres d'elle et la rousse sursauta, surprise. Elle ne l'avait ni vu, ni entendu s'approcher. Alors qu'elle détaillait silencieusement l'enfant d'Aer, un éclat d'étonnement fit briller son regard bicolore.  La divinité était loin d'être aussi impressionnante que les précédentes invocations à qui elle avait été confronté.

Cependant, la jeune femme n'était pas déçue. Malgré sa petite taille, les yeux vifs et perçants du rapace étaient fascinants. Elle arrivait à y discerner une  force et une énergie puissante qui lui plurent immédiatement. La rouquine remarqua également le bec recourbé et ses pattes aux griffes acérées. Elle ne douta pas un instant de ses capacités à pouvoir se défendre et à infliger de belles blessures à ses adversaires.

Lorsque que Rathjar - elle s'était présentée ainsi - lui demanda les raisons de sa venue, Erine fut légèrement  décontenancée par le ton sec de sa voix. L'oiseau semblait tendu et la rousse ne voulait en aucun cas mettre mal à l'aise ou se montrer irrévérencieuse envers son interlocutrice.

Un demi-sourire timide se dessina sur ses lèvres. Sans un mot, elle plia ses genoux et posa son postérieur sur ses talons.  La chasseresse désirait se mettre à la hauteur de la divinité afin de lui exposer ce qu'elle avait à lui dire. Elle cherchait surtout briser toute idée de dominance qui aurait pu immiscer entre elles.

" Je m'appelle Erine Lanfeust et je suis ici pour te proposer un marché, lâcha t-elle enfin de but en blanc.  Puisses tu accepter ma présence enfant d'Aer car je viens à toi sans arrière pensée. "

Elle lui expliqua ensuite, avec des mots simples mais vibrants d'une franchise peu commune, son naufrage passé puis la promesse qu'elle avait faite de protéger ce monde lorsqu'elle s'était éveillée sur la plage.  Elle  pensait avoir été pardonné par les Dieux pour ses erreurs passées et avait retrouvé la foi.

La jeune femme lui dévoila ensuite sa façon de voir le rapport Homme et Demi-Dieux. Qu'elle ne pouvait pas lui promettre la liberté car seul les Créateurs possédaient ce privilège. En revanche elle pouvait être sa clef. Elle pouvait ouvrir le verrou qui l'entravait dans sa cellule et qu'à l'extérieur elle pourrait être le réceptacle de sa grandeur d'autrefois. Que si elle lui accordait cet honneur, elles  pouvaient ensemble ne faire plus qu'une pour devenir une arme assez puissante et ainsi  protéger l'ultime création des Dieux : l'île d'Arcane.

Ainsi, elle pourrait tenir sa promesse et elle, pourrait le moment venu, prouver à son Père que malgré la punition enduré, elle avait continué à poursuivre le but pour lequel elle avait été crée à l'origine des Temps. Peut-être qu'Aer lui accorderait le pardon et lui rendrait la vrai liberté tant désiré par ses pairs.

Erine confessa également qu'elle ne serait surement plus là quand ce jour viendrait mais qu'elle espérait que sa courte existence lui soit utile à elle, Rathjar. Elle acceptait de son plein gré de se sacrifier pour elle si en contre partie, elle l'épaulerait dans sa mission. Sans son aide, Erine se savait incomplète.

" Seulement, j'ignore encore si tu es vraiment cette pièce manquante qui fera de nous l'aboutissement d'un ambitieux projet que nous réserve les Dieux, conclu t-elle enfin. Ta sagesse est une vertu que tu possèdes depuis des millénaires maintenant, alors quel est ton jugement fille d'Aer? Doutes-tu encore de mes mots? Veux-tu mettre ma foi à l'épreuve pour t'assurer de la justesse de mes convictions?"


La rouquine marqua une dernière pause avant de terminer son long monologue. Elle s'adressa à l'ancestral divinité sur le ton de la confidence.

" Rathjar, je voudrais que tu saches une chose dont je suis sûre maintenant: si je me tiens devant toi aujourd'hui c'est que je suis prête. Alors, dis-moi maintenant, acceptes-tu d’honorer le marché que je te propose? "

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ratjhar
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 49
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Jeu 6 Aoû - 16:18

La prison de Ratjhar était un havre de silence, tout juste émaillé des mots d’Erine. Il y avait la marque d’un calcul dans l’attitude de la rouquine, l’évidence d’une préméditation qui mettait l’oiseau mal à l’aise. L’invocation ne pouvait le nier, elle avait elle aussi déjà vécu cette rencontre en songe, incapable d’imaginer ce que serait l’humain qui franchirait cette porte. Mais, contrairement à l’oiseau, Erine parlait avait l’aplomb que seul donne l’expérience.

Le spectacle de la jeune femme agenouillée réveilla un souvenir douloureux dans la mémoire de Ratjhar, lui rappelant cette enfant du pasé à qui elle avait cédé une plume. Etait-ce là son tort ? Etait-ce pour cela qu’elle avait été punie, elle et les autres ? Cette tour était-elle un test de plus, sans préambule ni explication, qu’elle était sur le point d’échouer et dont découlerait une sentence pire encore ?

Ratjhar chassa ces funestes pensées tourbillonnantes pour se concentrer sur la voix d’Erine. Elle y décelait une naïveté touchante, non semblable à la candeur des enfants, mais plus comparable à ces bourgeons à éclore qui persistent dans leur éclat quand bien même les fleurs les ayant précédés seraient déjà fanées. L’oiseau se sentait l’âme au conflit, aussi se tint-elle coi, préférant ne pas clamer haut et fort qu’il était malvenu d’espérer convaincre de son désintéressement pour tisser un marché.

Son emprisonnement mettait à Ratjhar les nerfs à fleur peau, comme si son esprit avait été marqué de liens invisibles à même de mordre, à défaut de sa chair, l’essence même de son âme. L’ancienne demi-déesse avait acquiescé d’un mouvement du bec, craignant que ses mots ne trahissent sa sombre humeur. Erine avait peut-être retrouvé la foi, Ratjhar, elle, craignait de l’avoir perdu dans cette pièce altière aux murs d’albâtre qu’avait déjà trop peuplé l’écho de ses propres cris..

La proposition d’Erine, si elle était prévisible, ne drainait pas moins son flot de question. N’avait-elle aucune objection, elle, de se faire ainsi complice de ses bourreaux ? Le bleu du ciel valait-il encore qu’on se battit pour l’île ? Ratjhar n’en était plus certaine. Mais le seul moyen de vérifier impliquait de filer dans le sillage de la rouquine. Et l’idée d’ouvrir ses ailes hors du temple d’Aer avait sur Ratjhar l’attraction d’une drogue suave.

Ratjhar s’ébroua lorsqu’Erine évoqua le pardon d’Aer. Elle n’y croyait pas. Ou si elle y avait cru, elle n’y croyait plus. Il était trop tard pour cela. Ratjhar failli se fendre d’un propos acerbe et se ravisa. Elle n’avait pas le coeur à évoquer le passé, à faire revivre par des mots le souvenir de ce qu’elle avait été. Erine devinerait-elle jamais quelle somptueuse magie accompagnait le vol de Ratjhar ?

Si cet espoir était sot et les mots dérisoires, Ratjhar n’en reconnut pas moins l’intention salutaire. Ainsi Erine avait-elle réellement l’intention d’atténuer son calvaire… Tant qu’elle vivrait. Ces mots rappelaient des blessures anciennes, des êtres qu’elle avait apprécié et qui s’étaient succédés dans un village perdu pour tirer les augures de ses plumes. Elle ne regrettait pas de les avoir côtoyé et ne pleurait que de s’être laissée berner par son aveuglement.

En soit, l’accord qui se tissait était biaisé, inéluctablement. Ratjhar ne pouvait rien engager d’aussi précieux que la vie d’Erine, car il y avait fort à parier que ce monde n’avait pas assez changé pour que rien ne put durablement annihiler la flamme ténue de l’ancien oiseau-devin. Et un jour ou l’autre, Ratjhar aurait à souffrir de la perte d’Erine.

° Je te suivrai, fille des humains. Je croirai en tes mots, je servirai ta cause, et peut-être serais-je la pièce manquante que tu recherches. °

Le plus simple était sûrement qu’elle ne le soit pas. Elle reverrait le bleu du ciel, elle étendrait ses ailes aux reflets bleutés dans la tiédeur des courants pour regagner les cieux. Et lorsqu’Erine la chasserait, déçue, Ratjhar aurait peut-être quelques regrets, mais rien d’aussi douloureux que ses anciennes blessures, lorsqu’elle avait vu s’étendre ses petites prêtresses.

L’heure était à l’omission et Ratjhar tut qu’elle avait plus rêvé le bleu du ciel et les vastes étendues que de servir une jeune femme. Mais en vérité, cela ne l’inquiétait pas le moins du monde. La demi-déesse avait agi sur les indications d’Aer, perpétrant la marque du temps à venir. En perdant ses pouvoirs, elle avait perdu sa mission, car elle n’était plus capable de percevoir le dessein des dieux. Les exigences d’Erine Lanfeust ne sauraient être pire à satisfaire que la volonté volage du dieu de l’air ?

° J’accepte le marché, Erine Lanfeust. °
répondit Ratjhar.

Ratjhar avait redressé la tête et s’était approché d’Erine d’un pas malhabile. En créature de l’air, elle n’était guère faite pour marcher, mais voler dans un espace si restreint l’épuisait. Il ne s'immisçait dans la tour que des courants d’airs glacés qui n’aidaient en rien l’oiseau à planer.

Curieuse, Ratjhar tendait le cou vers la porte, scrutait l’escalier qu’elle n’avait jamais vu. Elle brûlait d’envie de s’enfuir, mais ignorait si Erine le lui permettrait. Et elle redoutait tout autant de lui révéler quelle attraction déroutante avait sur elle ces quelques marches inconnues. S’arrachant à regret à cette contemplation de peur de se trahir, Ratjhar esquissa quelques pas de plus, grimpant sur l’avant-bras renforcé de cuir de la rouquine.

Ratjhar tenait à la fois à lui signifier implicitement qu’elle ne tenait pas à rester là, et qu’il était impensable qu’elle descendit les escaliers marche par marche. Et si l’invocatrice la trouvait trop lourde, Ratjhar se ferait un plaisir de décoller.

° J’ai soif. ° mentit Ratjhar.

Quand, pour la dernière fois, avait-elle pu user de l’eau claire d’une rivière pour lisser ses plumes ? Si elles avaient conservé leur éclat plutôt que d’être une mante poussiéreuse rongée par la vermine, c’était uniquement par caprice des dieux. Ratjhar avait hâte de quitter sa prison et ne redoutait qu’une seule chose : qu’Erine puisse décider de l’y laisser…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 6 Aoû - 18:53

Erine fut soulagée d'entendre la divinité accepter son offre sans lui infliger une épreuve supplémentaire. Elle était aussi comblée de savoir que Rathjar n'éprouvait pas le moindre doute sur sa parole. La rouquine vit l'oiseau effectuer quelques pas maladroit en sa direction et ne put s'empêcher de retenir un sourire amusé qui s'élargissait sur ses lèvres.

Elle ne manqua pas  non plus d’apercevoir la curiosité de son regard concernant l'escalier en collimation qui descendait derrière elle. La jeune femme se demanda alors si elle était la première personne à pénétrer cette cellule d'ivoire.  Si c'était le cas, la fille d'Aer avait beaucoup à apprendre sur ce nouveau monde. Cela expliquait également l’intonation désabusée avec laquelle Rathjar s'exprimait.

Cette dernière s'était alors perchée sur son avant-bras. Son poids léger ne surpris pas Erine qui en profita alors pour se relever. Ses jambes s'étaient déjà ankylosées tellement la position adoptée était inconfortable.  D'aussi près, la jeune femme put alors discerner de très doux et presque imperceptibles reflets azuréens parcourant la brun de son plumage.

"J'ai soif."

Erine se racla fortement la gorge pour dissimuler un gloussement qui lui avait échapper. Elle  ne voulait pas offenser la déité cependant elle n'était pas dupe à son sujet. Rathjar n'était pas première invocation qu'elle rencontrait et même si la rousse ne la connaissait pas encore personnellement, elle avait déjà appris certain détails les concernant. Elle savait que les demi-dieux n'avait pas l'obligation de se nourrir, ni d'étancher leur soif. Le sommeil n'était pas non plus une nécessité.  

"Très bien, répondit-elle faignant une fausse naïveté. Ne nous attardons pas plus longtemps ici et allons te chercher un peu d'eau."

Erine s'était alors empressée de redescendre les étages jusqu'à retourner à pas léger dans la grand hall resplendissant du temple. Elle n'avait plus prononcé un seul mot depuis qu'elles avaient quitté la cage d'albâtre de sa nouvelle partenaire. Elle réfléchissait à la suite des événements. Le voyage jusqu'à Lüh serait long et la rouquine profiterait des longues heures de marche pour en apprendre un peu plus sur la divinité qui avait accepté son offre.

Malgré son maigre poids, Rathjar commençait à lui peser sur l'avant bras. Elle n'avait pas pour habitude de tenir son bras dans cette position. La rouquine s'arrêta et brisa enfin le silence.

"Le chemin parcouru pour venir à ta rencontre m'a épuisé. Je pense passer la nuit ici, à l'abris du temple. Profite donc de mon repos  pour explorer les cieux qui berce les cimes des monts Célestes. Tu as encore quelques heures avant que la nuit tombe. Nous nous retrouverons demain à l'aube pour reprendre notre route en direction du sud. Tu devrais facilement trouver des cours d'eau à l'extérieur, la rassura t-elle en lui adressant un clin d’œil complice.  Tu n'as rien à craindre des diamentis mais méfie toi des candors. Ils sont peut être moins impressionnant que les dragons noirs mais ils n'en restent pas moins de redoutables prédateurs. Va et amuse toi bien Rathjar, fille d'Aer. Nous nous reverrons demain."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

La Tour de Ratjhar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Tour de Ratjhar
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-