[RP pour tous]Un bal masqué au domaine De Larose...

Partagez | .
 

 [RP pour tous]Un bal masqué au domaine De Larose...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 10 Mai - 22:23

Le domaine De Larose était fort animé ce soir là. Sur le chemin de terre qui y menait, on pouvait voir un véritable défilé de carrosses. Les invités arrivaient un à un, passant la porte tous plus richement vêtu les uns que les autres, dans un festival de couleurs chatoyantes. 


Julian, le maître de maison, avait une grande nouvelle à annoncer à sa fille, mais comme la jeune femme ne semblait pas disposée à revenir au domaine familiale, il avait dû réfléchir à un moyen de la lui faire parvenir. Il avait donc décidé d'organiser un grand bal! Il avait bien compris que sa fille ne voulait pas revenir et songea ainsi que si c'était un bal masqué, sa fille pourrait venir sans être reconnue. Il y aurait alors une chance pour qu'elle vienne! Il espérait maintenant que le fait qu'il organise une telle soirée après tant d'année d'isolation se propage assez pour que ça vienne aux oreilles de sa fille. Pour l'heure, il discutait avec qui le souhaitait, jouant son rôle d'hôte à la perfection. 




Sur le chemin de terre menant au domaine De Larose, deux jeune femmes se dirigeaient vers le domaine. Parmi elles se trouvait Freyja. La jeune femme avait le cœur qui battait à une allure folle! Qu'est-ce que son père avait à annoncer de si important pour qu'il organise une soirée mondaine comme il n'en avait plus organisé depuis tant d'années? Le fait que ça la concerne ne la rassurait pas vraiment. Elle avait laissé Louna à l'aubergiste chez qui elle avait pour habitude de se rendre plus jeune, qui lui rendit se service avec un plaisir non dissimulé. Ses réflexions furent vite interrompues par l'arrêt du carrosse. Au bout de quelques secondes à peine, la porte s'ouvrit et l'homme qui conduisait quelques seconde auparavant l'aida à descendre, avant d'aider son amie. Jetant un coup d’œil à cette dernière, elle lui fit un sourire qu'elle lui voulu rassurant. 

- Alors, es-tu prête pour ta première soirée en enfer? Questionna-t-elle sur un ton amusé avant de l'inviter à la suivre. 

Se tournant vers la demeure déjà bien animée, elle monta les quelques marches qui la mena vers les portes grandes ouvertes de la salle de réception, d'où s'échappait une douce musique et un brouhaha dû à l'agitation. L'employé qui se tenait devant, l'arrêta avant qu'elle ne puisse entrer.

- Bonsoir. Votre carton d'invitation, s'il vous plait? Demanda-t-il poliment. 

Fronçant les sourcils, Freyja observa autour d'elle verifiant que personne ne se trouvait là, puis découvrit son visage.

- C'est moi... Chuchota-t-elle.

L'homme ouvrit de grands yeux surpris avant de lui offrir un grand sourire.

- Mademoiselle, vous êtes ravissante! S'exclama-t-il. Allez-y, entrez!

Lui offrant son plus beau sourire, la jeune femme ne se fit pas prier et attrapa Plume par la main pour entrer. S'avançant légèrement, elle se retrouva en haut d'un escalier. Elle remarqua qu'il y avait déjà du beau monde et qu'ils semblaient déjà fort occupés. Les convives mis a part, Freyja observa la salle en elle-même. Des lustres immenses se trouvaient au centre, illuminant chaque recoin de la salle. De grandes colonnes finement sculptées se trouvaient tout autour de la salle. Elle remarqua avec étonnement que son père n'avait pas prévu de banqué, comme dans les soirées mondaines où il l'avait parfois emmenée, mais que c'était les employés qui déambulaient parmi la foule, de lourds plateaux chargés de succulent mets pour certains et de flûtes de champagne pour d'autre.

- Nous y voila... Marmonna Freyja refrénant son envie de fuir. 

Elle avait peur d'être découverte. Si elle venait à l'être, son père ferait certainement tout son possible pour la convaincre de rester à ses côtés. Elle devait tout à cet homme et s'il lui demandait de rester elle serait certainement incapable de refuser. Elle se demandait également quelle était cette nouvelle qu'il avait à annoncer la concernant, c'était la raison évidente de sa venue. Elle avait ce mauvais pressentiment qui ne la quittait pas depuis quelques jours déjà. Vérifiant que son masque était bien mis, elle descendit les quelques marches qui lui permettrait de ce mélanger à la foule. 

Durant ce court laps de temps, elle avait bien remarqué quelques têtes qui c'étaient tournées vers elle. Certainement à cause de sa tenue. Olaf avait fait des merveilles! Comme d'habitude. Les broderies, les couleurs, tout était parfait... Malgré tout, le fait de découvrir ses jambes ou encore mettre ses formes autant en valeur, n'est pas chose commune dans les soirées mondaines. Pour autant, si ce qu'elle portait lui donnait un côté sexy et provocateur, le rendu ne paraissait pas vulgaire pour autant. Elle avait tout simplement su jouer de manière à se elle-même en valeur, plutôt que sa tenue pourtant des plus coûteuses. 

Se tournant vers une Plume qui était toute aussi ravissante, bien que plus sage, elle l'invita à venir avec elle au milieu de la foule, pour aller chercher une flûte de champagne. Finissant par en attraper deux, elle en tendit une à Plume avant de boire la sienne d'une traite dans l'espoir de faire passer son nœud à l'estomac, avant d'en prendre une autre, qu'elle se contenta cette fois-ci, de garder à la main.

- Bienvenue dans l'enfer mondain! S'exclama-t-elle auprès de son amie. Tu verras, je ne vois pas pourquoi on fait tout un plat de ce genre de soirées... Lui dit-elle sur le ton de la confession. Pour moi, elles sont toutes pareilles... Certes, les robes sont jolies, le décors est simpa! S'exclama-t-elle. Mais ces gens... Fit-elle en englobant la salle d'un geste de la main. Je dois t'avouer qu'ils sont tous plus hypocrites les unes que les autres... 

Soupirant légèrement elle finit par boire quelques gorgées de son verre, sentant avec délice l'alcool se répandre dans ses veines, la détendant peu à peu.



HRP:
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Freyja De Larose le Sam 29 Aoû - 12:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 11 Mai - 1:34

"Alors, es-tu prête pour ta première soirée en enfer ?"

La chasseresse dorée sourit en voyant l'angoisse qui rendait les épaules de la jeune noble aussi raides que des baguettes. Elles venaient de passer une vingtaine de minutes dans un carrosse avant que celui ci ne les dépose devant un immense domaine. Plume avait déduit qu'il s'agissait de la demeure du père de la jeune femme et n'avait pas posé d'avantages de questions. Lorsque le garçon lui avait tendu la main poliment pour l'aider à descendre elle avait saisit le bas de la robe sombre pour ne pas marcher dessus et avait accepté son aide, prenant appuis sur son bras solide. Une fois le sol regagné la chasseresse avait prit quelques instants pour observer les alentours. Ici et là des guirlandes de papiers venaient décorer le jardin dont pas une mauvaise herbes ne venait gâcher la taille parfaite des arbustes ni les parterres chatoyant qui semblaient dessiner des arabesques imparfaites. L'archère suivit Freyja jusqu'au perron qui donnait accès a la salle de bal, ou l'animation régnait déjà. 

La noble discuta un instant avec le domestique qui finit pour leur laisser l'accès aux festivités. Plume soupira, craignant un instant que pour on ne savait quelles raisons, les demoiselles soient refoulées, voir chassées du lieu. Il n'y avait aucune raison de s’inquiéter visiblement, aussi decida t elle de se détendre. Freya la tira par la main et la chasseresse fut forcée de la suivre pour ne pas trébucher sur ses propres pieds tant elle était absorbée dans la contemplation des décors. Quand elles entrèrent dans la salle la musique ambiante vint immédiatement caresser les oreilles de la jeune femme. Tout était tellement luxueux à l’intérieur ! L'archère n'entendit même pas Freyja marmonner, le brouhaha des discussions masquait bien des sons. Les regards s’étaient tournés vers elles à leur entrée et Plume se sentit rougir derrière son masque de la même couleur que la tenue, d'un noir mystérieux. Elle espérait que personne ne la reconnaîtrait. La jeune femme tenait à s'amuser ce soir même si elle avait l'impression de ne pas être à sa place pour l'instant. Elle s'observa brièvement dans le reflet d'une vitre, vérifiant que sa présentation tenait et que son masque voilait bien son visage. La robe noire tranchait si nettement avec sa peau, s'en était stupéfiant. Ses cheveux savamment coiffés et tressés étaient rassemblés en un chignon complexe qu'une tiare d'argent venait mettre en valeur. Elle faisait toutefois pâle figure a coté de la tenue provocante de la jeune Freyja, cependant elle était vraiment sublime dans ces atouts et la demoiselle savait qu'elle ferait tourner quelques têtes. 

Elle gagnèrent le centre de la pièce où des serveurs tournaient avec des plateaux de boissons et d'amuses bouches en tout genre. L'auburn se prit une coupe et en tendit une à la chasseresse qui accepta en souriant. Quand la jeune femme vit Freyja vider son verre en moins de temps qu'il n'en fallait pour le remplir elle lui fit les yeux ronds, ne souhaitant pas la laisser se saouler au milieu de cette masse compacte de nobles et hautes gens, même pour la bonne cause. Elle reprit une deuxième coupe et l'archère se retint de lui recommander de la boire plus lentement, toutefois comme elle la vit siroter le liquide doré elle se contint et se contenta de l'observer. Plume prit une première gorgée, le liquide frais et pétillant la désaltéra et elle écouta l'auburn se plaindre gentiment de ce genre de fête :

" Bienvenue dans l'enfer mondain! Tu verras, je ne vois pas pourquoi on fait tout un plat de ce genre de soirées... Pour moi, elles sont toutes pareilles... Certes, les robes sont jolies, le décors est sympa! Mais ces gens... Je dois t'avouer qu'ils sont tous plus hypocrites les unes que les autres... "

La jeune femme aux yeux azurés pouffa et reprit une gorgée de champagne avant de lui répondre :

" Tout me semble tellement démesuré ici, j'ai l'impression d'être dans une maison de poupées qu'on aurait décorée plus richement encore qu'une église pour un mariage princier !"

L'archère rit de sa propre remarque avant de continuer :

" Tu arrives à deviner qui se trouve derrière les masques ?"

Elle pensa soudain à une personne qui se plairait beaucoup et déclara, amusée :

" Je crois que je connais quelqu'un qui aimerait être ici encore plus que moi ! Je vais dans le jardin, suis moi, ou attend moi comme tu veux."

Une fois traversé la foule agglutinée dans la salle l'air frais l’accueillit avec délice et Plume se dirigea vers un coin sombre qui semblait plutôt tranquille puis elle appela Éole :

" Je crois que ce coup-ci tu pourras me remercier !"

Lorsque la déité apparut devant elle la demoiselle lui expliqua rapidement la situation et déclara qu'elle était libre de faire ce qu'elle voulait ici tant qu'elle ne provoquait pas de catastrophes et qu'elle se déplaçait sous sa forme humaine, bien entendu. Puis fière d'avoir pensé à appelé la fille d'Aer elle lui sourit malicieusement.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 11 Mai - 19:42

La nuit était apparue si vite que Luce n’eut pas le temps de se demander une fois encore si le choix qu’elle avait fait était la bonne. Après tout, revenir à Lüh alors que le danger rôde n’était pas des plus rusé qui soit. Winglece l’avait secouru lors de son enfermement à Calameth et il était possible que si tout cela ne marchait pas, elle soit de nouveau enfermée avec une peine plus grande encore que celle dont on l’accusait. Elle n’avait pourtant plus le droit de reculer, ses vêtements, sa présence au bal, tout cela avait été orchestré. Luce était devenue plus qu’une présumée meurtrière, elle avait menti, volé et par-dessus le marché, elle s’apprêtait à franchir les portes d’un lieu remplit de principauté, de noblesse et par conséquent, de sécurité. Si un seul d’entre eux venait à la reconnaître… Elle n’osait pas y penser.

L’enfant s’était dissimulée dans sa cape d’invisibilité le temps de passer les gardes et les territoires de la milice. Son retour dans la demeure Hastianno lui permit de prendre les quelques tenues qui se trouvait dans sa garde robe sans vraiment réfléchir par le temps restreint. Une robe ample à corset et un loup dérobé non loin de là suivit d’une tentative désespérée pour attacher ses cheveux et dissimuler sa frange suffirait sans doute à se faire discret parmi les nobliaux de la soirée.  

Luce du se rependre par deux fois à vérifier adresse de son carton d’invitation lorsqu’elle s’arrêta face au domaine où le bal avait lieu. Jamais elle n’avait connu pareille lieu aussi extraordinairement imposant. Les lumières du jardin illuminaient l’entrée des carrosses avec beaucoup de beauté, la demeure elle-même était éclairée par les lustres de l’intérieur. Dans la pénombre, on pouvait voir au loin les invités se présenter tous vêtus de soies, de satin ou des plus beaux vêtements des contrées, l’éducation de Luce faisait qu’elle pouvait estimer la valeur des tenues dans ce genre d’événement. Il s’agissait après tout de se faire bien voir de tous et par tous dans l’espoir de créer des alliances, d’élargir son champ de relation ou de pouvoir préparer d’autres événements à leurs tours. Luce avait vécu dans ce monde-là, elle aussi. Elle se souvenait de son enfance où elle s’amusait également à se faire bien voir des autres, une activité enrichissante au premier abord mais vite ennuyante, ses lectures déplaisaient, sa vivacité d’esprit et sa façon de pensée rendait sceptique à l’exception de rares personnes qui disparurent bien vite de la mémoire de l’enfant. Luce les observaient au loin avant que son invocation ne la réveille de ses rêveries.

« Allons-y, Rindo. »


Ils s’étaient accolés aux groupes de nobles s’approchant de l’entrée à pied, il fallait dire que tous n’avaient pas de carrosse ou de transport ostentatoire ou préféraient l’air frais à la promenade étouffante du corps du véhicule. Elle ne put s’empêcher de sourire en entendant les jérémiades de l’une de noble se plaignant de devoir marcher sur un sol trop dur pour ses pieds endoloris alors qu’un homme plus âgé, sans doute son père, tentait de lui expliquer que les revenus étaient au plus mal et que ce bal était sans doute le moyen pour elle d’obtenir la grâce d’un homme riche et conciliant de sa pauvre situation. Quand est-il des femmes qui fuient la milice ? se demandait-elle silencieusement en tournant son regard vers Rindo qui la suivait de près. Ce monde était sans doute trop grand pour elle, la jeune bibliothécaire ne voyait aucune estime à se déplacer dans un carrosse si la demeure se trouvait à quelques pas d’ici. Luce s’avisa d’arranger une nouvelle fois son loup sur son visage, nerveuse que qui que ce soit ne vienne à reconnaître les traits de l’enfant fugueuse et meurtrière des rues sombres de la capitale. Les cartons d’invitations donnés, on ne lui demanda pas son nom, il suffisait de reporter le nom des invités sur un parchemin avant de laisser les convives entrer.

« Madame Hastianno et son mari, n’est-ce pas ? Bienvenue à la demeure De Larose. Votre tenue est éblouissante, Madame. Nous vous attendions, entrez. »


Il semblerait que l’individu qui se chargeait de valider les entrées n’avait prêté aucune réelle attention aux deux personnes, il s’était sans doute contenté de réciter des phrases qu’on lui avait fait apprendre pour chaque invité. Une chose rassurante pour Luce et son invocation. Dans l’esprit du bal, Luce s’était accrochée au bras de Rindo dans l’espoir de paraître inaperçu. Cependant, le stress la faisait trébucher, le rythme des pas était incertains mais son dos était machinalement droit et ses épaules bien placée. L’orchestre jouaient une musique allegro et entraînante qui résonnait dans les longs couloirs. Elle guidait les invités tel un charmeur de serpent vers les balcons ouvrant sur l’immensité de la salle de bal ornée des plus beaux lustres, des plus somptueuses lumières. La salle était remplie d’hommes et de femmes aux vêtements graciles et avantageux. Tous avaient attendu cet événements avec impatience tout comme Luce l’eut été dès l’instant où cette invitation lui tomba entre les mains. L’enfant scrutait du haut du balcon les hommes et femmes qui se groupaient par moment ou se rejoignait à d’autres, certains avaient levé le regard vers elle avec une intensité dérangeante ou le rabaissait dans un profond désintérêt. C’était toujours comme ça lors des bals, les premiers regards étaient importants et si l’on avait l’honneur d’attirer plus de dix regards c’est que notre réputation se faisait fleurissante. Ce qui était loin d’être le cas pour la jeune Hastianno, à son grand soulagement. Les masques empêchaient de reconnaître qui que ce soit dans ces lieux, si le seigneur Katar s’était vêtu différemment de ses habitudes, ce qu’elle redoutait être le cas, il fallait trouver un autre moyen que de demander à chaque homme si leur nom était celui d’un Katar. L’inquiétude de la jeune femme n’avait pas échappé à son invocation, dans un souffle audible que pour ce dernier, elle le guida vers les escaliers à leur gauche pour rejoindre le groupe mondain : « Il est rare de trouver des hommes au regard clair et perdu dans un territoire mondain. Si ce Katar est présent dans ces lieux, je le reconnaîtrai. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Winglece
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Chaos-Draco
Date d'inscription : 23/08/2013
Messages : 399
Double Compte : Cheshire
Liens vers la fiche : Winglece
Elément : Eau
Invocateur : //
Inventaire : De la glace... T.T
Sorts :
Liste des sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 12 Mai - 21:20

Être un dangereux fugitif ayant détruit un bâtiment et tuer quelques dizaines d'homme pour sauver mon invocatrice n'était pas forcément l'état d'esprit que je préférais. Quoi qu'il en soit Luce voulait retrouver le tueu...le mystérieux sauver l'ayant aidé. Sur ce quoi de plus qu'un bal pour noble pour retrouvé des personnes. Néanmoins je fut surpris de savoir que c'était un bal masqué. Si le masque de l'assa... du gentilhomme cachait la plupart de son visage, Luce aurait grand mal a le reconnaître mais je lui faisais pleine confiance. Luce s'était habillé rapidement avec des vêtements volés pendant leur fuite jusqu'à Luh. Pour ma part je ne fis que me métamorphoser dans une tenue qui aurait put faire rougir les plus grands princes .

Nous arrivâmes rapidement au domaine De Larose. Les villas de noble me rendant plus ou moins mal à l'aise, préférant les grands espace comme le Domaine Hastianno. En repensant à Calameth je posais la main sur l'épée discrète dissimulé dans la veste que je portais. L'hydre et moi-même étions paré à toutes éventualité, que ce soit une tentative d'Assassinat ou bien la milice nous ayant retrouvé.

Rougissant rapidement quand le majordome se chargeant des entrées prononça le mot « Mari », je me ressaisissais rapidement et pris mon rôle au sérieux. Nous naviguions dans le domaine à la recherche du fameux homme et je suivi les indications de Luce à la lettres, enchaînant les sourires et les courbettes pour ne pas attirer l'attention sur nous... Même si je suppose que les cheveux bleus clair ne devait pas être très discret... Maudit moi.

Je contempla ensuite le visage inquiet de Luce et dit ensuite, après que nous nous soyons isolés l'espace de deux secondes

-Nous sommes supposés assister à une réunion de nobles des plus amusantes, et tu ne sembles pas du tout t'amuser... De plus tu es supposée être ma femme ici, joué en tant que tel ne ferait que renforcé notre couverture et cela va devoir inclure quelques...

J'hésitais longtemps avant de dire quoi que ce soit.

-Quelques usages de couples si tu vois ce que j'espère dire...


Forme Humaine:
 

Wing parle

Lece parle

Rindo parle
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mer 13 Mai - 21:07


Seosaimhthín s’ennuyait mortellement. Au bord de la rivière, devant Luh, elle s’amusait juste avec l’eau, de son index, soupirant. Elle avait cherché son invocatrice dans la capitale, pour l’embêter, mais ne l’avait pas trouvé. Alors elle était venue ici. Le soleil baissé à l’horizon, et bientôt elle pourrait admirer les étoiles. Là où elle avait failli aller dans l’ancien monde. C’était bien l’une des choses qui la frustrait plus que tout.
De toute façon, si les Hommes avaient réussi à conquérir d’autres planètes, les Dieux auraient tôt fait de les retrouver et de les punir eux aussi. Il faudrait attendre un millier d’année, à nouveau. Et seulement si ces stupides humains 2.0 arrivaient à faire mieux.

Elle soupira de nouveau, mais quand elle ouvrit les yeux, elle n’était plus au même endroit, elle était face à Plume. Elle lui avait donc soupiré dessus avec son haleine de chacal. Heureusement, l’odeur n’allait pas imbiber ses cheveux ou ses vêtements. La demi-déesse haussa un sourcil absent avant que son invocatrice lui explique pourquoi elles étaient cachées derrière une bâtisse, en tenue de soirée. Un sourire, malsain sur ce visage, se dessina alors.


« Tu ne me l’expliquera pas deux fois ! Pour une fois que tu fais quelque chose de bien, je te promet d’être sage comme une image. »

Eole se transforma en même temps de lui adresser la parole. Sa voix s’était changée petit à petit, d’un son très désagréable à entendre à un autre, cristallin. Son corps s’était changé en vapeur, et revenait s’assembler petit à petit créant les formes nécessaire pour son corps et la tenue qu’elle venait d’imaginer.
Comme d’habitude, c’est une magnifique jeune femme qui fit face aux deux autres. Sa robe, extravagante à souhait, était noire et blanche, parée de nombreux bijoux, coutures, et dentelles. Ses cheveux était attachée à l’aide de deux longs élastiques aussi chics que le reste. Elle arborait des collants à carreaux et des longues bottes de cuir blanches munies de talons hauts. Il était certain qu’elle attirerait les regards, ce n’était pas coutume de s’habiller ainsi surement sur Arcane et à cette époque. Elle s’était inspirée de l’ancien monde. Soit les gens se douterait de son identité douteuse, soit ils trouveraient qu’elle avait un couturier orignal.
Son visage était entièrement couvert d’un masque blanc où fleurissaient des roses de perles et de tissu aussi immaculé.

Eole sourit sous son masque. Sur ce, il faut partir s’amuser il parait !
Sans attendre son invocatrice et son amie, elle partit tout droit vers l’entrée afin de profiter du bal au mieux. Elle ferait de son mieux pour apprécier le buffet et l’alcool, et aussi certains hommes pourquoi pas !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 16 Mai - 22:11

Mathieux n’était jamais allé à un bal masqué et c’était bien la première fois qu’on l’y invitait. Il ne savait point à quoi s’attendre de cette soirée et c’était à cause de sa mère qu’il y allait. Elle lui avait expliqué qu’il était important pour lui de socialiser et que ses soirées pouvaient être utiles, car peut-être rencontrait-il une femme qui saurait le courtiser? Il avait senti une gène face à sa chère maman, il ne comprenait pas pourquoi Denise espérait qu’une demoiselle lui fasse la coure étant donné qu’il comprenait à peine tout ce qui concernait l’amour. Tout ça était simplement un case-tête pour lui, cette connaissance était enfouie au plus profond de son être et ses cellules ne pouvaient point y avoir accès. En fait ce n’était pas tout à fait vrais vu qu’il avait déjà ressentie une attirance pour une femme, mais il n’était jamais tombé amoureux.

L’homme à la chevelure noire ferma les yeux, il devait arrêter de penser aux paroles de sa mère et il fallait qu’il se concentre sur le moment présent. La demi-déesse, qui était lié à Denise, avait pris la forme d’une jument Tinker au corps doter d’une musculature très développée et d’une robe blanche. Mathieux préférait chevaucher un cheval que de suffoquer dans un carrosse et vu qu’il était grand il n’aimait pas les espaces restreint.

Le domaine n’était plus très loin, comme à son habitude l’homme donc la longue chevelure noire était tressé observa les horizons. L’endroit était vaste et décoré avec beaucoup de classe. Avec un extérieur de si bon goût il n’avait nul doute que l’intérieur serait encore plus extraordinaire. Arrivé à destination Mathieux descendit de sa monture sans le moindre problème et il s’était dirigé vers l’imposante demeure.

- Bonsoir. Votre carton d'invitation, s'il vous plait?

Le jeune homme tira l’invitation de la poche intérieure de son somptueux veston et la montra à l’homme qui se tenait à l’entrer. Comme les autres Mathieux fit son entrer dans cet endroit grandiose. Le contraste entre l’extérieur légèrement beige et l’intérieur rouge de son smoking attira les regards. Son masque donc la forme ressemblait légèrement à un renard était de la même couleur que sa veste, mais avec des nuances de noire, or et argent. Malgré son élégance le jeune homme avait un air absent, même si ses yeux bougèrent constamment pour regarder ce qui se passait autour de lui.

Cliquer ici pour voir la monture de math:
 
Ici pour voir son habit:
 
Et ici pour voir son masque:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #7 écrite Ven 29 Mai - 14:48

Confortablement installé dans l’imposant siège, les jambes lourdement posées sur le large bureau recouvert de divers parchemins, je laissai aller mon regard au-delà des vitres commençant à prendre la poussière. Ces derniers jours, toute cette dernière décennie à préparer la partie se concrétisait dans une rapidité pouvant donner le vertige à qui n’y est pas préparé. De tous, j’étais sans le moindre doute le frère du Fantôme et dernier de cette lignée de noble. Je disposai désormais du soutient nécessaire pour créer ce « Conseil de la Noblesse » qui me permettrait d’influer sur la Capitale à mon bon vouloir. Bien que mon associée dans cette entreprise n’était pas de nature à se faire manipuler, ce qui m’obligerait à de grands efforts durant lesquels je n’aurai pas le droit à l’erreur si j’en venais à jouer tout de même ce jeu avec. Mais surtout, je m’apprêtai dans les deux prochains jours à prendre d’assaut ce village au cœur de la Vallée Sereine, pour me libérer de cet homme que j’avais sans m’en rendre compte autorisé à me dicter ses ordres. Il était plus que temps de remédier à cela et grâce à cette tueuse, dont les formes hantaient encore une partie de mes pensées, et de ses deux Fils d’Ignis, j’avais toutes mes chances de réussir.

Un sourire au coin des lèvres, je songeai à tous ces projets qui seraient réalisés d’ici la fin du mois prochain, me donnant une influence incontestable aussi bien à Lüh que dans les terres de non-droits. Là alors, la partie deviendrait intéressante. Et il me tardait que mon adversaire principale s’en rende compte, bien qu’il soit à coup sûr trop tard pour lui lorsqu’il le fera. Mes pensées divaguèrent ainsi encore un long moment avant que le majordome ne vienne m’interrompre, frappant avec discrétion à la porte du bureau. L’invitant à y entrer après avoir pris le temps d’y réfléchir, il se hâta de me présenter une tenue différente de celle que je me plaisais à porter, accompagné d’un masque aux gravures incohérentes pour moi et aux teintes à la fois sombres et grisâtres. Comprenant que je restai sans la moindre réaction, il me rappela mon engagement à participer au bal organisé par la famille De Larose. Le long soupir qui suivit ne masqua en rien l’agacement que me procurait cette nouvelle. Aujourd’hui encore, je ne comprends pas ce qui a pu me pousser à accepter de retourner dans un tel simulacre d’intérêts portés à l’autre.

M’assommant une nouvelle fois des principes de « devoirs », « d’obligations » et de « respect » il parvint à me faire préparer pour l’événement se déroulant au soir. Me faisant propre avant de me vêtir de cette accoutrement aux multiples couches de vêtements auxquelles je dû en plus me munir d’un foulard des plus serrés, je songeais à comment rendre la chose intéressante. De quoi ne pas avoir l’impression de perdre tout simplement mon temps. S’il n’y avait que des nobles à cet événement, il s’annonçait insupportable, mais il pourrait également me permettre de repérer les têtes à couper ou à orner de plus beaux apparat par le Conseil. Je rencontrerai sans doute Freyja, qui si mes souvenirs ne me trompaient pas, avait elle aussi pour nom De Larose. Et ainsi, en connaître d’avantage sur le frère que j’interprétai qu’elle prétendait connaître, tout comme me tenir au courant de l’avancement de la chasse que je lui avais confiée il y a maintenant plusieurs jours. Après tout, pourquoi pas.

Il était préférable aux dires du vieil homme de se présenter à un tel rendez-vous en carrosse, conduit par un serviteur. Néanmoins, la famille Katar s’était faite dérober le sien il y a plusieurs mois lorsque la mort de Dimirtias fut annoncée. C’est donc à dos d’un simple cheval au blanc pelage que je descendais les rues. En y pensant, cette monture appartenait toujours à l’un des hommes dans la taverne, la nuit où j’eu commis l’erreur de me mesurer à trois hommes alors que l’alcool s’était déjà emparé de moi. Et bien que j’eu demandé à ce qu’on lui transmette qu’il pouvait venir le récupérer au Manoir, personne ne s’était présenté. La peur du nom des Katar probablement. Le Fantôme avait pas mal contribué à cette renommée il fallait admettre. C’est donc quelque peu amusé que j’arrivai ainsi, sur ce destrier gagné, face à la longue allée précédant les portes de la demeure.      



« Monsieur, bienvenue à la demeure De Larose. C’est un privilège que de vous compter parmi nos invités. Nous vous attendions, entrez. »


Bien que tout ceci ne devait être qu’une formule de politesse répétée autant de fois qu’il y aurait d’invité se présentant à lui, il restait plaisant de se l’imaginer que pour soit. Un bref signe de la tête, et j’entrai. Si je pensai l’intérieur de la maison d’Orgemont inutilement décoré à outrance, je n’avais pas de mot pour celle-ci. Ne cherchant même pas à détailler l’endroit, je m’avançai sur le balcon surplombant quelque peu la salle. Jetant mon regard sur mes homologues d’un soir, je tentai d’évaluer la situation. Dans l’ensemble, de grandes robes, des bijoux en abondances et des coiffures sculptées plus que peignées. Voila qui m’annonçait la couleur. Pour le détail, aucun signe distinctif ni carrure ou silhouette ne me fit penser à qui que ce soit. Mon attention fut cependant attirée brièvement sur une jeune femme vêtue de noir à la blanche chevelure, chose bien étrange. Bien que moindre que celui aux reflets bleutés. Que n’allaient-ils pas inventer pour se distinguer toujours plus les uns des autres..

Soufflant une longue expiration, je me décidai à descendre, traversant avec agilité la foule déjà bien présente pour rejoindre un coin légèrement en retrait, me permettant d’observer l’ensemble des invités présents, mais aussi ceux arrivant seulement.
Un rapide signe de la main, et j’ajoutai à la tranquillité de mon point d’observation, la douceur de l’alcool.  
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Dim 31 Mai - 12:31

Mon exil a assez duré, à partir d'aujourd'hui je vais refaire surface dans le monde de la noblesse et essayer d'étendre mon influence le plus possible. Oublié depuis cinq ans, personne ne me reconnaitrait même sans un masque. Le manoir Corne n'avait pas changé, il m'était toujours facile de m'introduire sans me faire repérer, et encore plus maintenant après avoir apprit à voler dans la rue. Mon frère avait surement reçu un carton d'invitation et c'est exactement ce que je venais chercher. Une fois dans sa chambre je lui vola une simple chemise blanche et un pantalon marron moulant ainsi que le convoité morceau de papier. Je lui prit aussi un demi-loup qui cachait seulement la partie gauche de mon visage, je lui ressemble beaucoup, suffisamment pour que personne ne le remarque avec une moitié de visage visible. Je sortis aussi discrètement que j'étais rentré et commence à prendre la route qui mène au De la rose à pied.

Les carrosses et cavaliers passent à coté de moi à vive allure, soulevant des gerbes de poussière qui tentent désespérément d'abimer mon apparat. Tout ces nobles qui se précipitent ressemble à des animaux affamés courant après un morceau de viande. De leurs points de vue je devais surement ressembler à quelque chose d'équivalent, mais la différence entre eux et moi c'est qu'il m'est déjà arrivé de courir après un morceau de viande. Tout ces faibles riches qui se débattent pour essayer de montrer leur robustesse me semble bien ridicule, mais encore une fois j'ai été comme eux et ils me voient surement toujours comme ça. Le manoir se rapproche petit à petit et la porte d'entré s'ouvre comme une gueule pour nous guider vers un monde d'opulence. Les fenêtres sont comme des centaines d'yeux, voyeurs et pervers, qui regardent l'intérieur de nos âmes avec mépris et dégout. Les gens qui vont et viennent sont des poupées dont quelque unes sortent du lot de part leur vécu sombre et dur. Je tends mon carton au Charon de ce domaine qui me fait part du plaisir de me voir, ou plutôt de voir mon frère. J'entre dans ce domaine, j'observe tout le monde et ils me le rendent avec étonnement en voyant la pauvreté de mon costume. J'aurais pu trouver mieux, mais au moins ma chemise au deux premiers boutons défaits attire des regards.

Alors que je termine mon premier verre je décide de partir à la conquête de ses esprits déjà troublés par un semblant d'ivresse. Mon identité ne devrait pas être dévoilé, tant que je fais attention à ce que personne ne remarque ma tâche de vin sur ma main. Plusieurs personnes attirent mon attention, parmi elles il y a des cheveux bleus peu humain accompagnés de cheveux blonds et timide, une femme sexy et convoités accompagnés d'une autre plus sobre mais plus jolie. Une grande femme à la robe fantasque se balade aussi, je n'arrive pas à deviner si elle fait partit d'une famille, si elle est invitée ou si il s'agit d'une invocation. Ma curiosité prend le dessus et je me dirige vers elle, l'abordant d'un traditionnel

"Votre robe est très jolie, je doute que des doigts humains puissent en coudre d'aussi belles."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[RP pour tous]Un bal masqué au domaine De Larose...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» de la lecture pour tous !
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» La cuisine pour tous les gouts
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» Une honte pour tous les haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Hors Jeu :: Le domaine De Larose-