L'espoir est ma déraison

Partagez| .

L'espoir est ma déraison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ephylix
avatar
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2778
Double Compte : Eskel Merigold, Capou
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique ♥
Inventaire :
Inventaire actuel
Sac sans fond:
 

Autre:
 

Inventaire laissé à Rorn
Sac sans fond:
 

Autre:
 


Sorts : terre_7;
plante_close_3;
paraseisme_3;
teleportation_3;
assimilation_5;
sorcellerie_7;
telepathie_5;
geokinesie_8;
magma_3;
metamorphose_6;
saignee_7;
soin_6;
rat_morphose_6;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite 2015-05-13, 20:26



L'espoir est ma déraison
Du monde

Chapitre 8: Déraison

Elle regardait le mur en face d'elle, toujours plus sombre. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu'à la fin de ce tournois, son âme soit rappelée ici ? Un voeux d'Edvah ? Lui était-il arrivé malheur sinon ? Pourquoi ? La tigresse regarde le mur et ne dit mot, elle le fixe, comme si elle arrivait à voir les vertes prairies du dehors, comme si elle pouvait observer chaque brin d'herbe, chaque animal les parcourant. Son silence pèse dans la salle, sombre, reflet de son humeur. Et dire qu'elle allait aller chasser un maskur pour gagner des tsuris... Ajouter à cela le fait qu'elle ai repris forme originelle, une forme qu'elle haissait de plus en plus. Les Dieux... ses pères... Mais cela les amusaient-ils donc que d'enfermer pendant des millénaires leurs enfants ? La punition n'avait-elle pas été assez longue ? Ne pouvait-ils pas retrouver leur liberté ? Pourquoi vivre en esclave... Pourquoi vivre si l'on ne pouvait être libre qu'aux dépents d'un autre ?

Ephy ferme les yeux puis entend, elle entend tous ces sons qui avaient été les symboles de sa liberté si courte. Que les humains étaient fragiles... Il leur suffisait d'un peu pour mourir ou pour changer d'idée. La divinité n'en pouvait plus, sans cesse la même boucle, condamnée à revivre cela pour l'éternité. Faire passer une épreuve à un humain, une pseudo épreuve pour le choisir, puis s'enivrer de sa liberté nouvelle avant de revenir au point de départ... Pourquoi exister ? Si cette existence n'est faite que de cycles et de recommencements ? Pourquoi se donner la peine de vivre ? Si sa vie n'est faite que de malheur ? Le malheur d'avoir perdu son amour, sa liberté, ses pouvoirs, sa joie de vivre. Le malheur d'être condamnée à vivre éternellement la même histoire avec pour changements seulement quelques mots.

Edvah... cette femme qu'elle avait aprécié à sa juste valeur... Que s'était-il donc passé ? Jamais elle ne saura, ou alors, il lui faudrait chercher la raison de son retour ici. chose qu'elle ne voulait pas faire, car chose inutile. A quoi bon chercher quelque chose qui se reproduira de toute façon ? Elle hurle, hurle à mort, se met à pleurer, sa liberté perdue, sa raison envolée. L'espoir n'est plus que le fruit de sa déraison, le fruit de sa folie. elle n'en peut plus, elle a si mal, mal de toujours vivre les mêmes choses, mal d'être sans cesse enchainée à ce destin qu'elle ne contrôle pas.
Elle ne fera plus d'épreuve, les humains n'auront qu'à venir, elle choisira l'un d'eux lorsqu'elle voudra sortir à nouveau, affronter cette liberté éphémère et mensongère. Faites moi honneur, libérez moi de ma folie, donnez moi envie de vivre, tels auraient été les mots qu'elle voulu prononcer, hélas, elle n'avait plus la force pour ces balivernes. Il lui faudra du temps pour retrouver sa force, cette force qui faisait sa renommée, cette force qui n'était autre que sa joie de vivre et sa force de caractère. Elle était au bord du gouffre...

L'espoir est ma déraison. Déraison que l'Homme ne connait pas. Déraison qui pousse à sourire au monde, une déraison qui n'est autre que la folie.
Laissez moi libre ! Libre d'aimer, libre de désespérer, libre de vivre !

(c) Ephy


Juste une pièce sur l'échiquier...

Prendre le temps de ne rien faire.
Prendre le temps de lire la parodie d'Arcane.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 392
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite 2015-05-17, 21:13

Quittant la Cellule d’Old Georgie, je prenais la route de la sortie du Temple, fort de ce que les épreuves m’avaient apporté. Faisant ressurgir de floues images, souvenirs incertains de la sombre nuit qui me changea à jamais. J’y redécouvrais la mise à mort de mes parents après que ma mère fut souillée par ceux qui emmenèrent avec eux mon innocence, laissant à la place cette inconnue émotion que l’on appelle colère et cet inexplicable besoin d’enfoncer dans le corps d’êtres humains l’acier d’une lame. Puis celle d’un homme élevé par sa fortune au titre de Prince, refusant de son hautain regard à apporter la Justice pour l’enfant en larme l’implorant, le renvoyant dans l’impitoyable dureté de la vie, à la merci des terres de non-droits. Là où je m’étais lié pour l’éternité à cette délicieuse amie nommée Haine. Tournant le dos à ces murailles se voulant les gardiennes de l’élite humaine, je m’étais juré d’appliquer par moi-même la Justice. Ma, Justice. Et elle passerait par le sang, les entrailles et les os brisés des hommes.

Je prendrai bientôt la route menant à ce village qui me recueillie alors que j’étais en perdition, et je marcherais au milieu des cadavres de ceux luttant à mes côtés, rependant leurs entrailles au soleil pour régaler les Bicéphales, laissant la Mort recouvrir leur visage de son pâle manteau. Ouverture d’une partie d’échec se jouant sur un morbide échiquier qui me mènera coup après coup dans cette cité qui me rejeta, qui fit de moi une proie. J’érigerai jusqu’à elle une route dont les pavés seront les os encore craquants de ceux s’étant élevés contre moi, j’avancerai dans ses rues devenues chaos, les flammes la ravageant de toutes parts, respirant avec un sourire aux lèvres la nauséabonde odeur de putréfaction imprégnant son air, venant des peaux des hommes encore saignantes servant de murs aux bâtisses. J’allais assombrir le ciel agacement bleu, je serai pour cette île de sombres nuages, déversant ma pluie glaciale et torrentielle de sang sur ses verts pâturages. J’allais être le fléau d’Arcane, l’impitoyable ombre amenant la plus terrifiante des peurs, la plus sauvage des anarchies, rependant la plus totale des insécurités comme la Reine repend ses Pions.

Ma détermination n’avait jamais été aussi grande. Elle fut telle, que je fis halte dans l’un des couloirs, ouvrant sans prendre le temps d’y réfléchir une nouvelle porte. La laissant se refermer dans un lourd claquement, je m’avançai de quelques pas avant de me stopper. Je me tenais aussi droit qu’il m’était possible de l’être, le regard brillant d’une détermination sans failles, les mains parfaitement sereines sous l’absence de tout doute. J’étais redevenu celui que je m’étais juré d’être. J’étais redevenu celui que je me devais d’être.      
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ephylix
avatar
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2778
Double Compte : Eskel Merigold, Capou
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique ♥
Inventaire :
Inventaire actuel
Sac sans fond:
 

Autre:
 

Inventaire laissé à Rorn
Sac sans fond:
 

Autre:
 


Sorts : terre_7;
plante_close_3;
paraseisme_3;
teleportation_3;
assimilation_5;
sorcellerie_7;
telepathie_5;
geokinesie_8;
magma_3;
metamorphose_6;
saignee_7;
soin_6;
rat_morphose_6;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite 2015-05-17, 22:35



L'espoir est ma déraison
Du monde

Chapitre 8: Déraison

Laissez moi... Laissez moi vivre ! Laissez moi espérer ! Ces mots tournaient en boucle, résonnant avec un étrange silence dans la salle sombre, si sombre que seuls filtraient quelques rayons du soleil venant de ce plafond fissuré. Elle avait mal, elle en avait marre de tout ça. Mais que pouvait-elle faire ? Pleurer ? Hurler ? Se plaindre ? Rien ne changera, jamais. Et elle était condamnée à vivre ça éternellement, une boucle sans fin... Elle comprennait enfin le vrai sens de cette punition, punition qui consistait à rendre fou celui qui comprennait, celui qui apprenait la vérité. Elle hurle, à nouveau, ne faisant pas attention à la porte qui s'ouvre puis se ferme. Un lion en cage, un esprit fou dans une boite, si petite. Une furie qui ne pouvait sortir, démente. Une personne désespérée qui était enchainée à son destin, un destin lourd à porter. Un destin... qui finissait par vous rendre fou de douleur, incapable de vous tuer.

Une vie de souffrance, non, une éternité de douleur. Un éternel recommencement. Un autre hurlement et c'est sa tête qui vient frapper le sol, suivie de son corps s'affaissant, incapable de rester debout. Affaiblie par le désespoir, par la haine... Laissez moi libre ! Mots incessants qui vrillaient ses tympans. Sa gorge se nouait alors qu'elle hurlait à nouveau. La poussière se soulevait au tour d'elle, se mêlant à ses larmes chaudes, abandantes. Sa fourrure s'emplissait de saleté, la elle couleur blanche devenait sale. Ses griffes se plantaient dans le sol, a défaut de pouvoir extraire ce coeur qui lui faisait si mal. Si mal de ne pas pouvoir être libre, de devoir vivre en esclave. Sa beauté s'était envolée, elle n'était plus que l'ombre d'elle même. Toute sa fierté, sa dignité, avaient disparues en même temps que sa raison. Ombre d'elle même, elle n'avait même plus la force de tourner la tête pour regarder l'humain qui était entré et devait assister à un spectacle bien effrayant et pitoyable. Une divinité, réduite à hurler et à pleurer son désespoir au lieu de se montrer fière, imposante. Réduite à se prosterner devant son destin, affalée sur le sol, geignant, incapable de parler.

Réduite à obéir aux dieux, sans possibilité de choisir. Magnifique illusion que de croire en la liberté, magnifique illusion que de croire en ce rêve qui s'appelait espoir. Mes rêves sont ma réalité, mais ma réalité n'est qu'un doux rêve... Fouttaises que de se croire capable de raison alors que l'on est que folie depuis des millénaires. Fouttaises que de croire qu'il nous aimera encore alors que sa mémoire l'a quitté. Fouttaises que de croire en un avenir pour ce monde devenu prison. Fouttaises que de vouloir vivre au lieu de survivre. Fouttaises que de croire en les humains, erreurs de leur passé, chaines de leur présent...

Elle hurle, à nouveau, mais cette fois, c'est une parole, presque incompréhensible qui s'en échappe. Une parole emplie de colère qui ferait fuir toute personne trop peureuse, si peu tenace.

"DEGAGE !"

(c) Ephy


Juste une pièce sur l'échiquier...

Prendre le temps de ne rien faire.
Prendre le temps de lire la parodie d'Arcane.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 392
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite 2015-05-22, 13:28

"DEGAGE !"

Depuis toutes ces années à prendre le chemin des Temples, j’avais amassé un grand nombre d’accueilles différents. Il y avait les agressifs, gonflant leurs muscles. Les amicaux, vomissant des politesses à ne savoir qu’en faire. Les mystérieux, jouant de l’ombre. Et même les expéditifs, lançant directement leurs épreuves. Mais jamais, je n’avais rencontré une divinité refusant jusqu’à la simple présence de l’Homme. Ce qui en un sens, étrangement, lui donnait plus d’intérêt, démontrant avec certitude qu’elle n’était pas de Celles qui cherchaient des amis chez mes semblables, ni même ne leur portait estime. Peut-être même, qu’en tuer quelques uns la laissait dans une parfaite indifférence. Ma décision fut prise. Je la sortirai d’ici et de ses actes, déciderai de la garder sur nos terres ou de la renvoyer dans sa solitude qu’elle réclamait.    

Posant mon regard sur la Création des Dieux, je lui donnai une apparence de félin, plus ou moins proche de l’Oboro. Le pelage d’origine blanc devenu grisâtre par la poussière, était marqué par de noires rayures formant divers arabesques, sur lequel se posait une sorte d’étrange collier. Ne daignant m’accorder un regard, je ne pus en savoir d’avantage sur cet Être. Cette Créature qui m’intriguait autant qu’elle me donnait envie de rebrousser chemin, ne perdant pas de temps avec. Mais comme à chaque fois, ma curiosité était vainqueur.    


-  Je suis venu chercher un Enfant de Terra. Intelligent. Féroce. Désireux de régler quelques comptes avec mon espèce. Répondis-je Mais peut-être es-tu plutôt douce, sage et docile. Bondissant, cherchant à faire de tous tes amis.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ephylix
avatar
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2778
Double Compte : Eskel Merigold, Capou
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique ♥
Inventaire :
Inventaire actuel
Sac sans fond:
 

Autre:
 

Inventaire laissé à Rorn
Sac sans fond:
 

Autre:
 


Sorts : terre_7;
plante_close_3;
paraseisme_3;
teleportation_3;
assimilation_5;
sorcellerie_7;
telepathie_5;
geokinesie_8;
magma_3;
metamorphose_6;
saignee_7;
soin_6;
rat_morphose_6;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite 2015-05-31, 21:47



L'espoir est ma déraison
Du monde

Chapitre 8: Déraison

Tout tourne autour de toi. Le silence devient assourdissant, tu es perdue, tes pensées t'envahissent en même temps que la douleur. Tu ne comprends pas cet imperceptible besoin d'avoir mal, ce besoin si fort de foncer dans un mur, de sauter d'une falaise, de s'immoler par le feu. Tu ne comprends pas cette douleur. Tu te prends la tête entre les pattes, nouveau grognement, une migraine sans nom t'envahit. Toute la douleur de ton passé remonte, comme il n'a cessé de le faire depuis. Ton regard de turquoise se pose sur cet homme encapuchonné. Ainsi, il n'est pas encore parti et ose même te défier. Mais tu n'en as que faire, oui, tu t'en fout, royalement. Tu te fous de ce qu'il veut, de ce qu'il pense de toi. Tu veux souffrir mais... Non, tu ne voulais plus souffrir mentalement, c'en était trop pour toi... Tu voulais voir le monde avec insouciance, tu ne voulais plus de ce passé qui te poursuit, tu ne voulais plus de toute cette honte qui te hantais, de ces souvenirs, pareils à des couteaux, qui s'enfonçaient dans ta chair à chaque instant. Tu voulais être libre, d'une vraie liberté. Mais... La vraie liberté n'existe pas, chaque être est esclave de lui-même...

Elle le fixe, comme si elle sondait son âme. Mais son regard, d'ordinaire malicieux, froid, n'était que souffrance et plainte infinie. Ecrire sa vie sur un bout de papier, sur une feuille tombée ou sur le sable mouillé... Mais l'avait-elle déjà fait ? Ecrire sa longue vie quelque part ? Une vie emplie de guerres, de sentiments qu'elle n'aurait jamais voulu connaitre, mais aussi de beauté, de douceur. L'avait-elle déjà fait ? Voulait-elle le faire ? Pourquoi s'encombrer d'écrits quand on se souvenait de tout ? De chaque instant de sa vie ? De ses actions ? Fardeau insoutenable, fardeau enchainé, longue plainte étouffée. La tigresse ne dit rien, elle reste à le fixer, longuement, sans répondre à ses questions, sans réagir à ses propos. Un seul mot fusait dans sa tête: liberté. Un seul désir faisait bouger ses muscles contractés: liberté. Une seule chose lui permettait encore de rêver, d'espérer: liberté. Une vraie liberté, une vie libre où elle ne serait pas enchainée à un humain, où les seuls ordres qu'elle recevrait seraient les siens. Une vie à gambader dans cette si belle nature, sous le soleil, sous la pluie. Sans se soucier des Humains, des Dieux, de ce qu'elle était. En reniant ses origines, en ne vivant que de ses rêves dans une réalité bien présente. Liberté.

Deux pupilles turquoises dans l'immensité de la salle sombre. On ne distinguait plus rien, la nuit tombant doucement mais sûrement. Deux pupilles qui ne cessaient de fixer cet homme, sans sourciller, sans bouger. Deux pupilles où l'on pouvaient lire les mots souffrance, douleur mais aussi rêve, espoir et liberté. Deux pupilles pareilles à des joyaux de Turquoise. Deux pupilles lasses de se battre sans cesse pour une chose qu'elles n'obtiendront jamais. Deux pupilles qui lui appartenaient, à elle, cette divinité déchue, cette tigresse effondrée, sans étincelle de vie. Elle ne cesse de le fixer, aucun bruit, seulement deux souffles parfaitement synchronisés. Et les minutes passent, puis les heures, un jeu de patience s'installe, une épreuve qui n'en était pas une. Elle ne faisait que le fixer, encore. Puis elle ferme doucement les yeux et se souvient de Nephylim, un souvenir comme un autre, mais un souvenir qui lui était venu subitement, sans raison. Puis doucement elle souffle, ces quelques mots qu'il lui avait dit ce soir là, avant de la quitter, les derniers mots qu'elle avait pu entendre de lui:

"Aligner les pensées
Comme on aligne les mots,
Sans sens, aucun,
Juste en laissant le crayon sur le papier
Marquer
Mille mots d'espoir et de liberté
Avant de réaliser
Qu'il ne s'agit que d'un rêve éveillé.
Recommencer, maintes fois,
Avec ce crayon mal taillé
A écrire avec espoir
Que ce rêve ne finisse jamais."


Tu ouvres les yeux, deux pupilles de turquoise embuées de larmes salées. Tu regardes l'homme qui se tient devant toi, depuis si longtemps, et tu ne dis rien, pas pour le moment. Tu as trop mal, si mal de devoir supporter cette douleur psychologique qui te rend folle. Si mal de devoir endurer ces souvenirs que tu voudrais oublier. Si mal d'être toi, tout simplement. Puis tu murmures, doucement, une douce brise, un léger vol de papillon, tu murmures, seule chose audible dans cette grande salle noire d'où ne filtrait même plus les rayons de la lune, tu lui murmures ces quelques mots suppliants, une plainte déchirante. Tu lui murmures, à lui qui devait entendre, t'écouter. Tu lui murmures:

"Sauves moi, aides moi à ne pas plonger dans la folie... Libères moi de ces souvenirs qui m'oppressent, humain. Libères moi de ces chaines !"

(c) Ephy


Juste une pièce sur l'échiquier...

Prendre le temps de ne rien faire.
Prendre le temps de lire la parodie d'Arcane.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Ephylix le 2015-07-22, 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 392
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite 2015-06-14, 20:38

De cet étrange échange, nous ne nous adressions plus qu’un imperturbable silence. Par déformation professionnelle, si je puis ainsi m’exprimer, je répondais par le miens au regard qu’Elle posa sur moi. Par toutes ces années d’expériences, je pouvais me vanter d’être devenu un fin observateur pouvant juger d’un état d’esprit en fixant la profondeur des pupilles. Je m’étais en effet dessiné un inexistant tableau regroupant les divers regards sur la dernière décennie. On pouvait y trouver l’hautain des grands nobles, le menteur des plus modestes, le docile des soldats, l’affamé des femmes, le belliqueux des tavernes, l’apeuré des proies traquées ou, mon préféré, le suppliant du condamné. Pourtant, je ne parvenais pas à cerner les pensées de la divinité. Notre commun mutisme laissa le temps au Temps lui-même, de prendre le temps, de s’écouler. Et si je ne perçai pas son humeur, le soleil tombant me fit venir une suite d’hypothèses.

Pour avoir combattu auprès de Demi-dieux, je connaissais ce à quoi ressemblait l’étincelle de la colère, de la provocation et de l’appel du sang. Lueur que je ne retrouvai pas dans les reflets turquoise qui ne me lâchaient pas. Peut-être étais-ce simplement Son épreuve, jugeant des réactions et de la patience de l’Homme avant de lui offrir ses Dons. Moins intéressante mais moins dangereuse. Suivant les consignes muettes, je gardai mes lèvres closes, retenant la douleur d’un corps tenu aussi longtemps dans une presque constante immobilité. Les muscles tendus résistaient à l’avancée inaudible de l’ombre au sein de la Cellule, mais rencontraient leur limite déjà repoussée par les nombreuses heures à guetter d’anciennes cibles. La douleur contenue allait bientôt être trop forte ou du moins, gênante pour la suite. Il me fallait soit mettre fin à l’épreuve, soit à la tentative elle-même. Mais qu’importait mon choix, je devais bouger, et de plus en plus vite.


"Aligner les pensées
Comme on aligne les mots,
Sans sens, aucun,
Juste en laissant le crayon sur le papier
Marquer
Mille mots d'espoir et de liberté
Avant de réaliser
Qu'il ne s'agit que d'un rêve éveillé.
Recommencer, maintes fois,
Avec ce crayon mal taillé
A écrire avec espoir
Que ce rêve ne finisse jamais."


Si je ne comprenais pas le sens de Ses propos, je la remerciai silencieusement d’y mettre un terme. Faisant trois pas vers elle, je soulageai des jambes qui, bien que reconnaissantes, réclamaient tout de même le repos. Retournant dans Son mutisme, je craignais que ces mots ne soient la nouvelle épreuve et que je me doive d’y dénicher une quelconque compréhension dans ce bout de poésie. Voila un autre domaine où je n’excellai pas pour un Tsuri. Pour mon plus grand soulagement, Elle souffla un murmure qui lui, m’inspirait bien plus.

"Sauves moi, aides moi à ne pas plonger dans la folie... Libères moi de ces souvenirs qui m'oppressent, humain. Libères moi de ces chaines !"

Peu attentif, j’eu presque raté ce qu’Elle me dit, soudainement préoccupé par ce qui semblait apparaître comme une arrivée prochaine de larmes chez la Fille de Terra. Pouvaient-ils pleuraient ? Bien que je ne m’y étais jamais intéressé, la souffrance de sa demande me mit le doute. Mais cela devrait attendre, car je me devais de trouver les mots qui lieraient son destin au miens, le temps d’une vie humaine. La libérer. Une demande bien étrange lorsque l’on connaissait la sournoise vérité. Qu’Elle marche à mes côtés ou non, je ne pouvais lui apporter ce qu’Elle demandait. Au mieux, une simple illusion de liberté, son seul moyen de sortir de sa Prison étant de devenir mon Invocation, obéissant par devoirs divins au moindre de mes ordres. Néanmoins, cela me donna à réfléchir..

Qu’allais-je lui offrir ? Ce qui était certain, c’est que je ne m’encombrerais pas à la faire me suivre comme une Maskur colle les pas de son mâle. Depuis ma première, je n’avais jamais donné tel ordre et je ne comptai pas, au vue des résultats, changer d’opinion. Elle irait où bon lui semblera, n’ayant aucun besoin de contrôler ses faits et gestes. Après tout, c’était une Fille de Déesse ! Autant dire, qu’au vue de son existence se comptabilisant en siècles, Elle était suffisamment grande pour se débrouiller seule. Mes seuls Appels, laissant s’écouler jusqu’à plusieurs mois entre chaque à de nombreuses reprises, n’étant que pour quelques services précis et rapides. Après quoi, Elle retournera à ses occupations. Occupations qui, en y pensant, me laissait dans une indifférence similaire. Dans ces terres, Elle fera ce que ses envies lui guideront. Dormir, explorer, discuter, tuer.. Quelle importance ?        


-  Si vous marchez à mes côtés, je vous mènerai hors de cette Geôle. Commençai-je avec l’argument le plus banale, mais qui pouvait garder son effet si Elle n’avait jamais quitté le Temple encore. Dehors, je vous promet de vous laisser aller et agir selon votre convenance, et de ne vous retenir lors des rares Appels qu’une poignée de minutes. L’heure entière au plus long. Continuai-je en faisant un nouveau pas dans Sa direction. Je briserai vos chaînes et ferai taire vos souvenirs si vous me les confiez. La renseignai-je avec une certaine retenue, ne sachant pas ce qui La troubait. Si les Dieux Eux-même m’empêche de vous accorder la Liberté, je vous certifie qu’avec moi, vous irez au plus près d’elle. Plus près qu’aucun autre Enfant des Quatre n’a été. Si proche, que vous pourriez douter de ne l’être.  Mes mots raisonnaient dans l’antre, donnant de l’aplomb à ma voix que je ne faisais pourtant pas bien forte, ne prenant pas le risque de me faire menaçant.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ephylix
avatar
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2778
Double Compte : Eskel Merigold, Capou
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique ♥
Inventaire :
Inventaire actuel
Sac sans fond:
 

Autre:
 

Inventaire laissé à Rorn
Sac sans fond:
 

Autre:
 


Sorts : terre_7;
plante_close_3;
paraseisme_3;
teleportation_3;
assimilation_5;
sorcellerie_7;
telepathie_5;
geokinesie_8;
magma_3;
metamorphose_6;
saignee_7;
soin_6;
rat_morphose_6;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite 2015-06-30, 18:20



L'espoir est ma déraison
Du monde

Chapitre 8: Déraison

Des promesses, encore, toujours. Elle en avait marre. Elle ne voulait plus de promesses qui n'étaient que le fruit d'Aer. Elle voulait du concret, elle voulait une réelle délivrance. Elle voulait quitter cette prison, pas cette prison physique, non, elle voulait quitter cette prison qu'était son immortalité. Elle n'avait que trop vécu, elle n'avait que trop vu de choses. Elle voulait oublier, tout, ou alors, elle voulait mourir, faire place au vide. Elle voulait abandonner, encore une fois. Elle avait perdu son unique amour, elle avait vu tant de gens mourir. C'en était trop pour la tigresse qui était las de survivre dans ce monde qui n'était qu'une immense geôle...

Ephy ferme les yeux et se replonge, encore une fois, dans ses sombres souvenirs. A nouveau, elle laissait le silence se faire. Il n'y avait pas d'épreuve, elle ne mettait pas à l'épreuve cet humain. Elle ne voulait juste pas sortir d'ici... Ou alors si, c'était ça l'épreuve, lui redonner l'envie de croire en la vie, de croire en le monde de dehors. De se battre à nouveau pour celle qu'elle eut été. Il fallait la convaincre, et pas qu'avec des mots. Elle ne savait plus ce qu'elle voulait... Des preuves ? Des preuves qu'elle existait bel et bien ? Des preuves qu'elle était là, entité à part entière de ce monde ? Entité mutilée, blessée, détruite. Mais bien là.
L'imposant tigre ne bouge plus. Il n'a plus la force de bouger. La mélancolie l'envahit, le doute l'envahit, la solitude l'envahit. Elle ne veut plus tuer, elle ne veut plus voir les autres. Elle veut voyager, découvrir, grimper sur les hauts pics de l'île. Ephy veut bouger, se sentir libre, avec pour seules limites celles de son imagination débordante. Elle veut sentir le vent d'Aer entre ses poils, ressentir la fraîcheur de l'eau d'Aqua sur sa peau et regarder chaque jour que fait Ignis avec son astre brillant. Elle veut fouler la terre de Terra, vivre à travers les âges, sans jamais être mêlée à des histoires, sans jamais devoir retourner dans sa cellule. Elle veut retourner en arrière, dans cet ancien monde où la liberté n'existait pas puisque l'emprisonnement non plus.

Oui, elle était indécise, aussi bien sur cette pseudo épreuve que sur ce qu'elle voulait réellement. S'enfermer dans son monde fait de rêves ? Des rêves où nulles barrières ne venaient entraver sa soif de liberté ? Elle regarde l'homme qui se tient face à elle, immobile. Combien de temps pouvait-il rester là ? Avait-il réellement une volonté de fer ? Cette volonté de vouloir l'obtenir ? Car derrière tous ces beaux mots se cachaient mensonges et vils sentiments. Les humains, ces gorhodaruodeh, nos gorho, nos erreurs, ne vivaient que pour le pouvoir, pour se battre, pour asservir les autres.

« Rlavos... Ze ryisa xem rlavos fuh ze yklosa al valiys odeh... »
murmura-t-elle dans cet ancien dialecte qu'elle parlait jadis avec ses confrères. Une langue qui fut si vite oubliée... Seuls quelques mots lui revenaient de temps à autre. Pourtant, il y a de cela si longtemps, elle parlait l'Aeryh couramment. Mais il était comme sa liberté : disparu désormais...

« Xem ilval kowoda xem valiys » dit-elle ensuite avant d’enchaîner, mélangeant Arcanien et Aeryen cette fois-ci : « Aerys aera fuh xem aoida, et j'ai senti mes pensées s'envoler »

Son regard turquoise, dépourvu de volonté, se plonge dans celui de cet homme. Cet homme qu'elle ne pouvait pas appeler son libérateur, car il n'était que mensonges. Cet homme qu'elle ne reconnaissait pas. Mais reconnaissait-elle seulement ? Cet homme qui n'avait ni réussit, ni échoué. Cet homme qui ne faisait qu'attendre, stupidement, en lançant des arguments qu'elle avait maintes fois entendus. Des arguments sans valeur, sans profondeur. Des arguments stupides.


(c) Ephy


Juste une pièce sur l'échiquier...

Prendre le temps de ne rien faire.
Prendre le temps de lire la parodie d'Arcane.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Ephylix le 2015-07-22, 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roderik Mortier
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 79
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite 2015-07-01, 16:22

"L'espoir est ma déraison"

dit le tigre esseulé


The man who hunts down criminals.