Forêt de cendre

Partagez | .
 

 Forêt de cendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 24 Mai - 10:35

Il fut un temps ou les arbres dansaient et chuchotaient. N’avez-vous jamais entendu parler de toutes ses histoires de forêts qui murmurent à la nuit tombé ? De ces arbres qui se parlent entre eux ? Certains humains prétendaient que ces forêts-là étaient hantées par des esprits malveillants, des démons ! Mais la réalité était tout autre… En ce temps-là, les arbres étaient encore dotés de parole. Ils avaient leur propre langage et était alimenté par la puissance de la magie qui coulait dans les veines de la terre et dans celles des gardiens des forêts, les enfants de Terra. Par beau temps ils chantaient le chant du soleil, peignant en mille couleurs le souffle de vent pour qui savait tendre l’oreille.

Un gigantesque loup à la fourrure émeraude galopait à toute allure à travers forêts et prairies. Dans son regard brillait l’inquiétude et la colère. Le Seigneur des Forêts avait capté le message des arbres, un appel de détresse, une alerte. Il n’existait pas de mot dans le langage des arbres, il n’était pas assez précis. Mais Déclic avait parfaitement compris que la destruction et le chaos frappait. Qu’une force inhabituelle détruisait tout sur son passage. Le message était parti d’un bois, loin au sud-ouest, et s’était transmise de forêt en bois, de bois en arbre isolé dans la prairie, de prairie à forêt jusqu’aux oreilles du Demi-dieu. Plus il approchait, plus la plainte de la nature était grande, plus l’annonce de désastre ce faisait insistante. Et, au passage d’un col, il découvrit la catastrophe :

Le pied des collines autrefois si verdoyante s’étendait une route de terre battue et tassé, chaotique. Les forêts luxuriantes, les joyeuses prairies n’existaient plus. La route de terre battue partait de l’ouest et se dirigeait vers l’est semblant tout détruire sur son passage sur une largeur de 100 mètres. S’était comme si un énorme serpent était passé par là, avalant tout sur son passage ! Même les quelques maisons humaines qui se dressaient fièrement par ci par là n’étaient plus que ruine, parfois encore fumantes. Les ravages s’étendaient souvent au-delà du passage du cette abomination laissant des prairies abimés, des lisières de forêt en très mauvais états avec des arbres cassés et laissé par terre, même les rivières qui passaient par là semblaient perturbées. Des déchets de métal, des morceaux de bois, des excréments, des fourrures d’animaux, parfois des têtes et autres déchets étaient abandonnée un peu partout.

Déclic était révulsé ! Les plaintes de la nature lui vrillaient les oreilles, ce spectacle le dégoutait ! Certes il s’attendait à une catastrophe mais pas d’une telle ampleur… Soudain une rafale du vent lui apporta la plainte d’un vieux chêne à l’Est. Le Demi-dieu s’élança aussitôt se dirigeant plein Est au travers des collines. Après quelques kilomètres, il aperçut un nuage de terre qui s’élevait au travers des collines et un bruit de plus en plus sonore. Un bruit de bœuf, de chevaux, de charrettes humaines, d’humains qui communiquaient, d’armure qui s’entrechoquaient… Le tout en très grand nombre. Et Déclic les vit : Une immense colonne humaine ! Large d’une cinquantaine de mètres et longues de plusieurs kilomètres : une armée en marche ! Il lui fallut plusieurs minutes pour atteindre l’avant-garde et ce qu’il vit acheva de le mettre en colère : Armées de haches et autres outils, s’aidant d’animaux, un véritable bataillon de plusieurs centaines d’humains s’activait à ouvrir la route à cette armée. Ils déboisaient les forêts sans aucun respect, chargeant une partie du bois sur des charrettes, brûlant le reste immédiatement sans aucune utilité ! Ils chassaient tous les animaux de la forêt qu’ils voyaient, même les oiseaux n’étaient pas épargnés violant toutes les règles de respect de la chasse ! Les chasseurs les empilaient sur d’autres charrettes et d’autres humains venaient régulièrement les chercher pour les dépasser et les cuisiner faisant la joie d’un grand nombre de chiens déjà bien gras !

Fou de rage, Déclic continua sa course jusqu’à les dépasser. Puis il changea de trajectoire, fit une grande boucle et se dirigea droit vers l’avant-garde de l’armée. Il stoppa sa course et s’avança d’un pas majestueux et menaçant. Son grondement, amplifié par magie, résonna aux travers des arbres, figeant chaque humain sur plusieurs centaines de mètres. Il se présenta à eux comme étant le Seigneur des Forêts, leur dit sa colère et leur donna l’ordre de faire demi-tour. Il fut reçu par plusieurs chefs de guerres qui lui apprirent qu’ils partaient en guerre et que pour avancer leur armée avait besoin d’un passage dégagé. Durant 1 heure, Déclic parlementa avec les humains. C’était l’époque où il jouait d’abord la carte de la diplomatie, ou il était encore trop gentil. Mais les humains firent preuve de traîtrise ! Alors que le Demi-dieu discutait énergiquement avec le chef à la tête de cette gigantesque armée, un grand nombre d’hommes s’étaient préparés… L’attaque fut aussi soudaine, qu’imprévisible et violente ! Une volée de flèches frappa le Demi-dieu aussitôt suivi par une dizaine de guerriers qui l’attaquèrent à l’épée bientôt rejoint par un nombre sans cesse plus grand. La bataille fut furieuse et résonna au travers des collines sur plusieurs kilomètres à la ronde ! Des flèches plantés dans les épaules, le poitrail, les flancs, des blessures d’épées un peu partout, ruisselant de sang le Seigneur des Forêts déchaîna toute la puissance de sa magie qui déjà à l’époque avait grandement perdue de sa puissance d’antan. Il causa un carnage, un véritable massacre, tuant un très grand nombre d’humains. Mais ils étaient des dizaines de milliers de fois plus nombreux que lui.

Queue entre les pattes, poursuivit par une rivière de sang, boitant, Déclic du prendre la fuite. S’éloignant comme il le put, poursuivi par des traqueurs humains il n’eut pas d’autre choix que de trouver refuge dans une grotte profonde. N’ayant plus la force de fuir plus longtemps, il se retourna, s’apprêtant à utiliser ses dernières forces pour défendre chèrement sa peau. Une vingtaine d’humains puissamment armés l’encerclèrent bien vite, réduisant à néant toute fuite.

Déclic faisait peine à voir : le corps hérissé d’un grand nombre de flèche dans les hanches, sur le dos, sur les épaules, sur les flancs, dans le poitrail, une dans le cou, un nombre incalculable de blessure plus ou moins profonde, une épée courte plantée et abandonnée dans le ventre, les feuilles de ces branches morte et sèches, la fourrure autrefois d’un vert si doux était poisseuse et ruisselante de sang, respirant difficilement, c’était comme si chaque centimètre carré du corps du loup vert saignait. Malgré tout, tremblant sur ses pattes, il faisait face aux humains se tenant face à lui.

Il ne se sentait pas capable de les affronter tous. Il savait qu’il allait perdre ce combat, finir dans un état abominable et se régénérer lentement, douloureusement. Mais avant de s’écrouler, il ferait en sorte que les humains n’oublient jamais ce combat…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 24 Mai - 16:21

Le volcan était dans cette période si crainte des hommes vénérer comme un dieu cracheur de feu. Les hommes du village étaient respectueux en cette période, mais le lion savait que les choses ne duraient pas. Des guerres dût à l’avidité de l’humanité éclate. En effet le village près de la montagne de feu était les cibles de conquête territoriale. Alors que le lion sous sa forme humaine se baladait dans les rues pavées,  il vit les hommes s’agiter se préparer essayer de faire des défenses pour l’arrivé d’une armée semble-t-il. Houka mange sa cuisse de poulet et rigole perché sur les toits. Il sait bien, que ces humains ne gagneront pas contre une armée. Cependant l’idée que ses terres soient ravagées par ces hommes…

Houka retourne dans la forêt allant donc vers le sud, reprenant sa majestueuse forme de lion. Aujourd’hui ne sera probablement pas de tout repos. Il arrive au bord d’une zone sur la protection d’un autre de ses frères. Il y pénètre dans cette forêt souffrante et pleurante. Le fils d’Ignis ne la comprenait pas entièrement n’ayant pas la même affiné que ses frères fils de Terra. Il était rare qu’il coure ainsi pour trouver la cible. Soudain il se stop.  À la lisière de la forêt en cours de dévastation. Les flammes de son corps s’agitent ses démons désireux de voir le sang couler.

Il y a ce loup. Où avait-il déjà vu cette créature ? Le temps passe si lentement pour eux. Mais ses souvenirs remontent péniblement. Déclic ? Il n’était pas sûr mais ça devait être lui. Lors de leur première rencontre le lion avait sa forme humaine. Houka se couche observant la scène. Cet idiot de loup, ne sait-il pas que la diplomatie est inutile avec ces créatures inférieures ? L’attaque est rapide mais pour nous la mort n’existe pas. Quelque chose semble avoir changé chez le loup. Houka se redresse en souriant. Les hommes s’avance face au loup s’apprêtant à l’attaquer. La seul raison pour le lion d’intervenir est que cette armée se dirige droit sur son village. Il devait les faires reculé… trouver un moyen de gagner du temps. Battre une aussi grande armée… n’est pas vraiment évident même pour se seigneur de la guerre.

En effet le Lion connait bien l’art de la guerre. Et tuer est un autre des plaisirs qu’il a acquis avec le temps. Tuer des Humains comme ceux-là. Quand les Hommes charge, Houka pousse un long et puissant rugissement. Tous retiennent leur souffle, priant de ne pas mourir. Le lion attaque en bondissant dans la masse d’homme devant son frère. Le but est d’en tuer le plus pour les faire reculer. Houka laisse ses flammes brûlante danser autour de son corps, se prolonger  pour créer de petit flamme indépendante qui tuent par brulure.

« Partez misérable créature ! »


Houka venait de gronder fortement, les hommes reculent, mais ils reviendront, certains reste borné espérant tuer les demi-dieux, du moins au moins celui qui est blessé. Les autres faisaient une retraite stratégique. Mais les Hommes n’abandonnent pas. Ils monteront probablement un camp non loin ? Houka s’en fichait actuellement seul le sang qui coule de ces hommes encore présent l’importe.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Dim 24 Mai - 19:59

Certaines tribus indigènes de l’anciens temps ont attribuées au sang le symbole de la mort et encore aujourd’hui, beaucoup d’humains deviennent grave à la vue du liquide rouge. Ils l’associent à la blessure causant la mort, à la destruction et au massacre, à la haine et la désolation. Pourtant le sang est un liquide de vie car sans lui aucune être ne peut vivre car il est en chacun de nous. Que ce soit en cet humain ou ce scarabée progressant sur le sol ou bien encore dans cet arbre se dressant fièrement au sommet d’une colline. Il alimente le prédateur en énergie lorsqu’il dévore sa proie, alimente les différents organes du corps.

C’est ce précieux liquide que Déclic perdait en quantité à chaque seconde. A chaque respiration il en crachait que ce soit par la gueule, la truffe ou ses différentes blessures. Tremblant de douleur face aux traqueurs qui lui faisaient face, chaque tremblement le faisait terriblement souffrir. Le battement de son cœur lui-même était une souffrance.

Les adversaires se tenaient face à face dans le silence le plus complet. C’était le calme avant la tempête, celui qui précède chaque bataille. Un silence de mort, un silence annonciateur du carnage. Incapable de parler, Déclic savait qu’il ne pourrait attendre très longtemps. Il allait devoir donner le premier coup…

Il rassembla ses dernières forces, se prépara mentalement et attaqua aussi soudainement qu’une grenouille attrape une mouche. Il fonça sur l’humain se trouvant sur sa gauche mais la faiblesse du Demi-dieu joua en son désavantage : Les humains, encore vif et en pleine forme, réagirent plus vite que lui. L’humain visé par Déclic fit un simple pas de côté et à l’ instant où la mâchoire du loup claquait dans le vide à l’endroit où se trouvait la tête de l’homme une fraction de seconde plut tôt il lui donna un violent coup de massue sur le crane du Demi-dieu qui fit quelques pas chancelant de côté et l’une de ses pattes rencontra le vide. Il était trop sonné pour se rendre compte qu’il était au bord d’une pente particulièrement forte et qu’il ne pouvait aller plus loin. Aussi lorsque les humains se précipitèrent vers lui en hurlant, armes brandies prêts à frapper, c’est la vision floue et mal assurée qu’il fit un pas en arrière, perdit l’équilibre et chuta.

La chute fut terrible. Il roula, roula et roula encore. Percuta des arbres, passant au travers d’épais buisson, frappa des rochers. Les flèches cassèrent, l’épée s’enfonça plus profondément encore, un grand nombre de blessures s’aggravèrent. Finalement, il arriva sur les lieux d’un autre combat : celui de l’un des enfants d’Ignis contre d’autres humains. Déclic en écrasa deux dans sa chute qu’il termina en percutant violement un arbre le brisant en deux. Et il resta la, aux portes de la mort, à la merci de ce fils d’Ignis qui lui voulait surement du mal lui aussi. De toute façon, Déclic était bien trop mal au point pour s’en rendre compte. Coucher sur le côté, une patte antérieure dans une étrange position, tête posée sur le sol, il avait le regard perdu dans le un brouillard, un regard ou une extrême douleur pouvait se lire aisément.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Sam 8 Aoû - 16:55

Il faut avouer que le loup à fait une sacré chute. Houka tuer les pauvres idiots encore là puis s’approche doucement de son frère. Il est sûr de l’avoir déjà vu quelque part… mais où ? C’est une véritable plaie pour le lion de se rappeler. Finalement si il se souvient d’une espèce d’énergumène courant dans tous les sens après la balle… une perte d’énergie oui ! Cette fois-là il était sous forme humaine. Le calme étant de retour le lion observe les blessures du fils de Terra. Est-ce qu’il devait l’aider… Le lion est certes très indépendant et se fiche bien de ce qui peut lui arriver, mais dans un sens c’est une honte de laisser son frère ridiculisé par de vulgaire créature qui n’en font qu’à leur tête.

Le lion de feu attrape le loup par la peau du cou et le traine un peu plus loin dans la forêt. à l’abri des humains et surtout dans un coin où il sera facile pour lui de résister à une attaque s’il le faut. Après un instant il prend sa forme humaine toujours avec sa dégaine nonchalante.

« Salut vieux frère comme on se retrouve »
Dit-il amusé.

Il y a quelque décennie ce même frère le dévisageait, trouvant surement Houka comme étant un être de la pire espèce. Le garçon aux cheveux de feu extrait l’épée du corps du loup puis ce qui reste de flèche.

« Ils t’ont pas loupé le loup hystérique »


Houka s’applique à utiliser un sort de soin sur son frère. Bien que sa forme humaine commence à être difficile à manipulé depuis que les Hommes commence à détruire la nature. Il sent bien qu’il a du mal à utiliser ses pouvoir sous cette forme par rapport à avant où cela était très simple en soit. Là il peine pour de vulgaire plaie.

« Juste au cas où tu te souviens pas de moi. Je suis Houka, fils d’ignis comme tu as pu le remarquer. »

Houka reste cependant concentré sur les plaies, il réfléchit également à une manière de tuer les survivants qui doivent se préparer eux aussi à réattaquer. Il faut donc être près et ne laisser que des cadavres. Mais Houka le sait d’autre viendront. Ici n’est pas son territoire pourtant si cette forêt est dévaster celle plus loin le sera et même sont volcans. De vrais insectes pénibles les humains.

Une fois la base des soins faite le lion se sent fatigué et s’appuie contre un tronc au sol. Il regarde le ciel doucement puis le fils de Terra.

« Qu’est que tu as foutu pour te retrouver ainsi. Bien qu’ils ne peuvent pas nous tuer tu t’es laissé avoir comme un bleu dans ta propre forêt, c’est du jolie ! »

Houka ne parle pas méchamment ou avec un ton agressif juste interrogatif. Il ne comprend pas la faiblesse de son frère sur ce coup là.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 10 Aoû - 9:44

Une légende circule parmi les mortels selon laquelle toute la mémoire de l'individu défile devant ses yeux lorsqu'il est aux portes de la mort. S'il n'était pas un Demi-dieu, Déclic serait aux portes de la mort s'il ne l'avais pas déjà rejoint. La légende ne s'appliquait visiblement pas aux Demis-dieux. Couché sur le coté, il n'avais plus la force de bouger. Une simple respiration était une souffrance.

Il entendit des bruits de combat mais ne s'en occupa pas : son regard, semblant fixer une touffe d'herbe était voilé. Il était vaincu. Cependant il eut conscience que le fils d'Ignis s'approchait. Son instinct sonnait le signal d'alarme mais la douleur de son corps envahissait son esprit.  Le lion de feu attrape le loup par la peau du cou et le traine. Les quelques mètres qu'ils effectuèrent furent terrible pour le blessé. Mais il ne se plaignit pas. Il n'avait d'autre choix que d'accepter son sort.

Mais contrairement à ce Déclic croyait, le fils d'Ignis arracha l'épée du corps du loup qui poussa un hurlement de douleur. Puis il enleva une à une le nombre si important de flèches avant d'utiliser des sorts de soins.

Le Demi-dieu Lupin ne comprit pas les premières paroles du lion. Mais ses pensées s'éclaircissaient en même temps que la sensation de soulagement du aux soins. Après quelques minutes de soins intensifs, la majorité des blessures du loup n'étaient plus que de l'histoire ancienne.

« Qu’est que tu as foutu pour te retrouver ainsi ? Bien qu’ils ne peuvent pas nous tuer tu t’es laissé avoir comme un bleu dans ta propre forêt, c’est du jolie ! »

Déclic se releva avec précaution vers une position assise mal assurée. Il jeta un regard au fils d'Ignis et reconnu Houka. Il avait rencontré le lion lors de la fête de Diya il y a quelques siècles. Ce Houka avait eut alors des manières exécrables. Déclic ne prit pas le risque de se mettre debout. Il se sentait nauséeux et aurait besoin encore de quelques instants.

« Je... Merci Houka. J'ai rencontré une armée humaine saccageant la nature sur son passage. Ils partent en guerre et plutôt que de contourner la montagne ou de disperser les rangs ils préfèrent tout détruire sur leur passage. Ces humains sont la pire créature que le monde est porté. J'ai voulu jouer la carte de la diplomatie et de la paix. Vois ou ça m'a mené. Aucun honneur, aucun respect. Je vais y retourner et tous les... »

Déclic eut soudainement un hoquet. Il se retourna avec précipitation et vomi un flot de sang. De toute évidence il n'était pas encore remis et aurait besoin d'encore un peu de temps. Se retourna vers Houka, il lui adressa une face effrayante : la gueule dégoulinante de sang, il semblait malade. Une puissante colère brillait dans ses yeux et dans le froncement de ces sourcils.

Les humains s'y étaient mis à plusieurs centaines pour l'abattre. Bien que ses pouvoirs commençaient à diminuer, Déclic restait encore très puissant à cette époque. Il allait y retourner et tuer de l'humain, parfaitement conscient que c'était une mission suicide. Mais il ne pouvait pas les laisser détruire la forêt comme ils le faisaient !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 10 Aoû - 19:36

Houka regarde Déclic se redresser et reste assis sur sa branche d’arbre. Il écoute attentivement le loup. De la rage, de la colère de l’amertume, le lion s’en délecte lui et ses démons qui son joyeux de ressentir toute ses émotions sortir du loup. Jouer la diplomatie… le jeune homme explose de rire.

« Tu étais stupide y a rien à dire ! Pourquoi vouloir sympathiser avec eux ? Ils sont juste méprisables. Tu en as mis du temps pour comprendre qu’il n’allait pas te vénérer toute ta vie, ni respecter notre précieuse nature. »


Le garçon arrogant s’allonge sur le tronc avec agilité et tourne la tête pour regarder le loup.

« Si tu veux te venger va falloir attendre un peu, sauf si tu veux souffrir éternellement. Personnellement je ne me sens pas obligé de t’aider, il y a longtemps on s’est déjà vu et ce n’était pas le grand amour. Je me fiche bien de ce qui peut t’arriver, sauf la destruction de la nature nous affaiblis tous et en plus me casse les oreilles j’arrive plus à dormir en paix ! »

Il est vrai que de plus en plus il ressentait la douleur de la nature qui souffrait à cause des hommes, venant troubler ses longues siestes.  Houka n’avait jamais aimé les humains depuis le premier jour. Cependant à part en tuer il n’avait pas non plus fait grand-chose pour empêcher leur création ou voir les contenir vraiment. Cela demande trop d’énergie. Il ferme les yeux sentant déjà le sommeil s’emparer de lui. Une bonne sieste… pourquoi pas oui.

Un son fort se fait entendre au loin. Le lion grogne. Les humains sont en train d’établir un campement. Cela prouve qu’il compte bien chasser les deux demi-dieux présents ici. Ils ne sont pas stupide ils ne vont pas attaquer aujourd’hui le temps de fortifier lui défense et de préparer leur attaque. Après tout tuer un demi-dieu relève de la folie. Houka se redresse.

« Bon tu veux massacrer de l’humain et j’avoue que c’est tentant, mais hors de question de foncer dans le tas et de finir dans ton état, c’est chiant et en plus ça demandera trop d’énergie pour se régénérer, bref ça va me fatiguer inutilement »

Houka appui sur le museau du loup doucement et le regarde dans les yeux.

« T’as compris le pas doué ? »

Il avait vraiment une sale habitude de dénigrer les siens. Il n’aime vraiment pas leur présence, la seule présence qu’il tolère est la sienne. De la solitude voilà ce qu’il aime.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mar 11 Aoû - 9:33

Les paroles d'Houka eurent pour effet d'énerver un peu plus le Seigneur des forêts. « Tu étais stupide y a rien à dire ! » Quel idiot ce lion ! Ne connaissait-il pas les bases d'un conflit humain ? La violence engendre la violence. Déclic avait résolu biens des conflits grâces aux mots. Ces derniers ont biens plus de pouvoir que la violence et la magie réunies. Des mots biens choisis, placés au bon moment peuvent détruire une personne tout comme ils peuvent l'aider à se relever. Qu'apporte la violence sinon haine et souffrances ?

« Ils n'allaient pas te vénérer toute ta vie » Déclic Fronça un peu plus les sourcils. Le Demi-dieu lupin avait déjà été confronté plusieurs fois à des humains qui lui vouaient un culte. Chaque fois il en fut troublé. Il ne restait jamais longtemps dans ces régions, n'aimant pas trop qu'on le traite ainsi. Cependant il dut avouer que c'est dans les régions ou il était haussé au rang de Dieu que la nature était la plus respectée. Mais jamais Déclic n'en avait profiter. Il laissait faire avec l'espoir naïf que les humains de la région continueraient.

« Si tu veux te venger » Vengeance ? Non ce n'est pas une vengeance. Les humains mettaient la forêt en danger et tant qu'il en sera ainsi, Déclic les attaqueras sans relâche. Le Demi-dieu lupin n'usait pas de vengeance. Il attaquait seulement lorsqu'il y avait menace. Ici, l'armée humaine représentait un danger pour la magnifique forêt qui s'élevait au creux des collines.

Déclic fut sur le point de répliquer sèchement mais un grand bruit l'en empêcha. Houka enchaîna immédiatement.  Il appuya alors sur le museau du loup doucement et le regarde dans les yeux. 

« T'as compris le pas doué? »

Babines retroussées, poils hérissé et éclat de colère dans le regard, Déclic fixait son cousin dans les yeux. Ce Houka avait le don de lui hérisser le poil, le don de l'énerver ! Mais il avait raison, Déclic ne pouvait pas retourner les affronter de suite et une attaque de front serait un suicide.

« C'est donc tout ce qui compte pour toi ?! Faire la sieste ?! Tu resteras les pattes croisées à les regarder avec ennui lorsqu'ils viendront détruire ton domaine ? Tu vas les regarder détruire le monde de nos parents comme une jolie berceuse avant la sieste ?! Oh oui, il est vrai que faire la sieste est bien plus important que de protéger la vie elle même. »

Déclic lui cracha ces mots à la figure avec colère, haine et surtout désespoir. Ce dernier sentiment provoquait la naissance de larmes aux coins des yeux du loup. Mais il regretta la violence de ces paroles aussitôt qu'il eut finit de les prononcer. Il baissa la tête et soupira. Il n'avait pas le droit de lui parler ainsi. Ce lion lui inspirait de la colère mais Déclic pensait qu'il avait finalement bon fond. Malgré ses manières déplorables et sa fainéantise navrante, le Seigneur des Forêts espérait ne pas se tromper en pensant que Houka était de son coté.

« Pardon Houka. Tu as pris la peine de m'apporter des soins, je ne devrais pas te parler ainsi. »

Il leva une patte et observa ses coussinets :

« Ma magie me quitte de plus en plus vite. Plus l'humain se développe, plus il fait de dégât et plus vite elle s'en va. J'ai peur Houka. Dans quelques siècles je ne serai plus capable de remporter le combat face à un petit nombre d'entre eux. Ils détruisent le monde. Chaque saison apporte son lot de nouvelles destructions. Qu'en sera t-il dans un millénaire ? Peut être qu'il n'y aura plus de nature sur le monde, plus de magie. Et alors qu'allons nous devenir ? Perdrons nous notre immortalité ? Nous ne pouvons pas les laisser faire, nous devons les arrêter. »

Il reposa sa patte et regarda le sol quelques instants en silence. Puis il lui lança un regard si rempli de tourmente et de désespoir qu'un flot de perles de lumières menaçaient de déborder tel une cascade s'échappe de la montagne.

« Aide moi Houka. S'il te plaît, aide nous. Il faut les arrêter. Il le faut. Fais le pour toi, pour la paix de ton domaine ou pour au moins faire la sieste au calme. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mar 11 Aoû - 19:33

Les paroles du loup sonnent dans l’oreille d’un sourd, s’énerver contre Houka n’a jamais été une solution valable. Il se fiche de ce que pense les gens de lui. Il est vrai que seule sa sieste l’importe, après tout il a perdu tout intérêt pour ce monde depuis longtemps. Et puis il n’est pas le gardien de la vie juste du volcan. Et de ce qu’il a pu observer la vie est un cycle bien monotone ou la loi du plus fort est présente. Pour l’instant Lui comme déclic sont les plus fort. Mais cela va changer le lion le sait bien. Il comprend la peur de son frère et se rassoit. Être supplier ainsi est étrange pour le lion.

« Je suis loin d’être celui que tu imagines fils de Terra, il est vrai que je déteste me fatiguer pour rien. Une perte de temps et d’énergie. Cependant j’éprouve une haine profonde pour la race Humaine. Et peu importe comment tu décris ce que tu ressens en ce moment envers eux. Moi je sais que ça se finira dans un bain de sang. Je me fiche de ce que tu penses de moi tu peux me détester comme beaucoup d’autre. Mais pour l’instant là tout de suite tu ne trouveras pas meilleur aide que la mienne. »


Le lion s’étire longuement, il était lent, faignant mais bon stratège, c’est parce qu’il ne fonce pas même en colère qu’il peut encore voir les choses correctement. Et surtout Houka aime faire les choses bien et avec classe. Et surtout Il pense à la situation qui sera la plus efficace en lui demandant un minimum d’effort.

« Je ne veux pas souffrir inutilement, ni perdre mon temps. Je n’ai rien contre le fait de tuer de l’humain, ça me fait plaisir bien au contraire. Entre autre si je suis là c’est parce que cette armé va écraser le village en bas de mon volcan. Je n’aime pas plus c’est villageois que d’autre, mais si une guerre à lieu là ça va m’indisposer. Donc je vais t’aider, Déclic. Mais comme je te l’ai dit il est hors de question que j’aille me faire mettre en pièce stupidement. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Dim 16 Aoû - 8:42

Le temps. Les comparaisons pour illustrer son écoulements sont si nombreuses que les possibilités sont quasiment infinies. Peut importe qui l'on est, peut importe notre puissance, peut importe nos actions ; que l'on soit Dieu, Demi-dieu ou une palourde sur un rocher, le temps s'écoule sans que l'on ne puisse espérer avoir la moindre prise sur lui. Le temps est la force la plus puissante de l'univers, plus puissant que les Dieux eux mêmes. Le temps est à la fois rassurant... et terrifiant.

Aujourd'hui Déclic en avait peur. Plus le temps passait et plus les humains semaient le chaos. Plus le temps s'écoulait et plus Déclic devenait impuissant. Bientôt, il ne pourrait plus rien faire et Houka ne se gêna pas pour le mettre en évidence.

« Tu peux me détester comme beaucoup d'autres »

Le jour de leur rencontre Déclic n'avait pas apprécier ces manières dès le premier instant. Mais ils ne le détestait pas. Bien que ce lion avait le don de taper sur les nerfs du loup, ce dernier était persuadé que le premier avait bon fond.

« Tu ne trouveras pas meilleure aide que la mienne... Je vais t'aider »

C'était l'évidence pure. A la connaissance de Déclic, ils étaient les seuls Demi-dieu du secteur. La seule aide qu'il pouvait trouver c'était le fils d'Ignis.
Lorsque ce dernier annonça qu'il allait aider, le soupir de soulagement du loup fut si profond qui valait tous les mercis du monde. Déclic planta son regard dans celui du lion et lui adressa un signe de tête.

« Il faut commencer par prendre de la hauteur. Je connais un endroit qui nous permettra de voir ce que les humains font tout en restant discret. Suis moi »

Déclic se releva vivement et fit quelques pas vers le sommet de la colline mais il fut prit de vertige. Il vacilla et percuta un arbre. La force du fils de Terra en fit trembler le tronc entier. Le loup s'ébroua et se remit en route d'un pas d'abord hésitant. Il retrouva cependant bien vite son assurance. Il guida le lion au travers des bois, ils grimpaient la colline. Ils arrivèrent finalement à une petite grotte à flanc de falaise. La grotte était minuscule pour la taille des demi-dieux, elle ne pouvait contenir qu'à peine quatre ou cinq humains. L'entrée se faisait pas un petit sentier mal entretenu par la gauche de la grotte. S'enfonçant légèrement dans le sol, les parois extérieures de la grotte offraient une barrière naturelle. Le plafond se courbant légèrement vers le bas du coté de la falaise, c'était l'endroit parfois pour observer le paysage en contrebas. En effet d'ici on avait une vue parfaite sur la rivière humaine en contrebas.

Déclic s'assit pour les observer en attendant l'arrivé d'Houka.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Dim 23 Aoû - 13:27

Ce loup avait le don de fatiguer le lion, et puis un rien le rend heureux ? Soupirer d’aise car il avait dit qu’il allait l’aider. Houka ne comprenait vraiment pas le loup. Le fils d’Ignis ne bouge pas de suite, il observe Déclic se déplacer, on dirait presque un de ces hommes quand ils ont trop bu. Cela en est presque drôle. Finalement il se met en marche trainant des pieds. Il faut savoir que peu importe la situation il ne va pas se fouler pour autant. Monter une colline tout ça, il ne compte pas courir pour suivre sous forme humaine le rythme du loup. Et puis il préfère rester loin au cas où ce dernier tombe comme un pas doué. Histoire de ne pas se faire écraser par le loup.

Ainsi Houka arrive bien après son compagnon dans la grotte, pas le moins essouffler du monde, les mains dans les poches. En fait il se réjouit d’être sous forme humaine il aurait dû se contorsionner pour entrer dans cette grotte. Ce qui est encore une fatigue inutile. Il passe près de son frère de Terra et s’assoit au bord de la falaise, les jambes dans le vide.

« Bon voyons voir ce qu’on a là comme jolie petite information. »


Les humains avaient installé rapidement un campement. Ils s’agitaient dans tous les sens. Mais venant de plus loin un autre mouvement dans une plaine. Une autre armée ? Probablement. Chevalier, infanterie, la totale. Houka observe tranquillement. Est-ce que ça serait un bon point pour eux si les humains s’entre tue. Moins de travail pour eux, à la fin. Genre histoire de dégrossir les rangs. Ce n’est pas trop mal non ?

« Déclic, dit moi tu vois si les étendards porté par cette armée sont les même que celle qui ravageait ta forêt ? si c’est le cas, c’est peut-être notre jour de chance ! »

Dans le cas contraire, ils ne seront que plus désavantagé. Plus d’humain à tuer mais plus de risque pour eux et leur pouvoir qui diminue petit à petit.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Ven 25 Sep - 7:10

Assis au bord de la rambarde naturelle qu'offrait la formation rocheuse de la grotte, le Demi-dieu lupin observait la vallée en contrebas d'un air ronchon. Il ressemblait à ces humains sans âge qui s’asseyent sur un banc avec leur canne et observe le flot sans fin de la vie s'écouler.  Déclic se souvenait d'une scène loquace : Quatre humains si âgés pour leur race que s'en était un exploit. Ils étaient assis tous les quatre sur un tronc d'arbre taillé en forme de banc. Ils se réunissaient ici depuis si longtemps que le banc était usé et portait les marques de leur fesses et de leur dos. Déclic, poursuivant son chemin en chantant était arrivé à ce village à l'aube et dansait sur le rythme de sa chanson avec un nuage d'oiseau piaillant autour de ses branches. Les vieux s'étaient étonnés de le voir et avaient commentés son allure, sa danse et sa bonne humeur avec cynisme. Le loup s'en était amusé et avait passé les cinq jours suivant assis à côté de se banc à regarder la vie s'écouler, le plus souvent dans un silence parfait.

C'est l'image qu'il renvoyait quand Houka arriva. Le Demi-dieu ne se donna même pas la peine de tourner la tête. Il avait le regard sévère. L'armée humaine qui avait trahi la diplomatie s'était immobilisé et agressait la forêt pour entamer la construction d'un campement gigantesque. Ils s'attendaient à le riposte du Demi-dieu. Le camp était immense, les chariots de ravitaillement s’agglutinaient en son centre tandis que les soldats se répartissaient les tâches. Une partie montaient une nombre incalculable de tentes pendant qu'une autre coupait des arbres et une dernière construisait la défense. Une tranchée était creusée, les arbres taillés en pointe et plantés pour former une palissade. Le travail était colossale mais le nombre impressionnant d'humains et une formidable organisation permettait d'avaler cette masse de travail en peu de temps.

Mais venant de l'autre coté, une autre armée humaine arrivait. Elle venait à la rencontre de la première. C'était une seconde rivière humaine qui s'étendait jusqu'à l'horizon mais il n'y avait aucun dégâts à la suite de cette dernière. Déclic voyait qu'ils passaient au travers des bois sans couper d'arbre.

« Cette seconde armée est différente. L'étendard n'est pas le même, ils ne font que peu de dégâts sur leur course. Regarde il n'y a pas de chariots de voyage, ils ne viennent pas de très loin. »

En effet, tandis que la première était accompagnée par de nombreux chariots remplis à ras bords de victuailles, la seconde n'avait aucune carriole, seulement des soldats. Mais déjà la seconde armée arrêtait sa marche, s'installant à un bon kilomètre de son adversaire. Les Demi-dieu avaient devant eux deux armées sur le point de s'affronter.

Déclic grogna. Il était logique pour lui de s'allier à la seconde armée. Si la première gagnait, les dégâts sur la nature seront encore plus important. Mais il semblait à Déclic que la seconde armée était mal organisée. La formation du camp se faisait en désordre. D'aussi loin, même les yeux Divins du loup ne pouvait voir la scène en détails mais il était clair que le manque d'organisation régnait.

« S'ils sont aussi désorganisé sur le champ de bataille ils vont perdre c'est certains. Je suis tenté de m'allier à eux... ou de les aider indirectement. Qu'en pense tu Houka ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Forêt de cendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Les Rêveries-