Interrogatoire distingué [Roderik Mortier/Freyja De Larose]

Partagez | .
 

 Interrogatoire distingué [Roderik Mortier/Freyja De Larose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mar 4 Aoû - 21:18

Interrogatoire distingué


The man who hunts down criminals.






Il y a de cela quelques jours, la garde doré a été réquisitionné pour un nouveau meurtre. Les crimes s’accumulaient dans les ruelles d’Arcane et les nobles s’impatientaient de voir cela cesser. Les enquêtes des miliciens peinaient à suivre la cadence imposée tant et si bien qu’on invoqua la Garde doré de prendre la relève sur les affaires. Malheureusement, il faudrait sans doute prendre en considération que certaines enquêtes ne pourront être résolues rapidement voire pas du tout. Les preuves accablantes comblaient les bureaux du commandant de la garde doré qui préoccupé par ses propres affaires chargea certaines d’entre elles aux mains de ses deux lieutenants.

Si certaines enquêtes stagnaient et ne semblaient nullement convenir aux attentes des proches des victimes, Roderik était confiant. L’un d’entre eux laissait délibérément une trace de son passage, comme une signature. L’intérêt portait surtout sur l’étrange signification de celle-ci. Que voulait-elle dire ? Se joue-t-il simplement de la garde doré ou Est-ce une provocation douteuse sur l’accablante faiblesse des forces de l’ordre, incapable de protéger sa capitale ? Une chose était certaine, ces marques étaient liés entre elles.

Entre temps, de nombreux habitants du quartier populaire s’étaient présentés aux bureaux de la milice en répétant tous et toutes les mêmes discours : « Il s’est tramé quelque chose aux quartiers populaires, la nuit dernière. »

Son arrivée sur les lieux du soi-disant crime et les diverses preuves trouvés dans cette ruelle ce jour-là n’aurait laissé aucune place au doute, en théorie. Les hypothèses fusaient silencieusement dans l’esprit de Roderik mais un détail manquait, un détail crucial pour cette enquête : Le corps. Si les badauds s’étaient accumulés devant les gardes bloquant l’accès, aucun d’entre eux n’avaient réellement compris ce qu’il se tramait ni même ce que les enquêteurs venaient de découvrir. Si l’on demandait à Roderik le fond de sa pensée, il dirait simplement que beaucoup d’incohérences étaient présent mais qu’ils trouveraient bien vite le fin mot de l’affaire. La nuit précédente une grande soirée mondaine eut lieu non-loin dans les parages et beaucoup de personnes étaient de sorties. Il ne serait sans doute pas inutile de questionner certains d’entre eux sur les derniers évènements. A cela s’ajoutait des incompréhensions que Roderik se chargea de faire inspecter et étudier. L’affaire avançait mais personne n’avait réellement été mis au courant. Les crieurs publics se mordaient les doigts accusant les Gardes dorés de mentir sur les avancements de leurs enquêtes et sur leurs véritables préoccupations des pauvres gens. Des rumeurs, encore des rumeurs, rien de bien nouveau.

Les deux jours suivants l’enquête principale, un couple de noble ayant déjà été interrogés par Roderik et les gardes dorés se sont invités dans le bureau du lieutenant. Leur fils, Matthias était porté disparu. Selon leur témoignage, il était présent lors de la soirée mais étant d’un naturel fêtard et indépendant, il n’était pas rare de le voir réapparaître le lendemain. Matthias n’étant pas revenu depuis le bal masqué, ses parents s’inquiètent. Loin de là l’idée de vouloir les inquiéter sur ses suppositions. Il garda le silence et accepta l’affaire sans rechigner. En ayant déjà interrogé des témoins revenant de la soirée des De Larose, il connaissait plus ou moins les grands évènements du bal dont le clou du spectacle s’étant annoncé des plus théâtraux.

Les interrogatoires allaient et venaient sur les mêmes questions : A quel point connais-tu Matthias ? Où l’as-tu vu pour la dernière fois ? T’a-t-il dit quelque chose ? Où étais-tu ce jour-là ?

Les réponses, quant à elles soulignaient les mêmes sujets, les mêmes rumeurs, la même direction. Le travail devait s’achever, il lui fallait interroger une dernière personne. Une personne qui connaissait mieux Matthias que quiconque l’aurait pu, semble-t-il. La fameuse Freyja De Larose.

Roderik avait été annoncés depuis un moment déjà chez les De Larose. Il était sans doute difficile d’approcher une noble mais il était encore plus difficile de refuser un garde doré. Les rumeurs vont et viennent rapidement et un refus de coopérer est souvent signe de secret dangereux ce qui est assez mauvais pour la notoriété. Il s’était présenté ce jour-ci dans une tenue plus conventionnelle que son armure, Silke s’était formellement chargé de ne pas le laisser sortir rendre visite à l’héritière des De Larose comme il l’aurait toujours fait avec n’importe quel pouilleux, en armure. Si la noble jeune femme était parvenue à lui faire porter une tenue acceptable digne d’un gentilhomme, avec une des tenues de son père, il se refusait formellement de sortir sans une arme à sa taille et rasé de près. Sa barbe de quelques jours lui donnant un air plus féroce. Il attendait à l’entrée de la demeure une fois que la domestique présente vérifia son identité. Il portait dans les poches de sa redingote quelques effets personnels, un sac sans fond à l’épaule. Le regard perdu vers ses pieds.


▲ Succès ▲


Dernière édition par Roderik Mortier le Lun 10 Aoû - 14:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mer 5 Aoû - 0:01



Assise devant le bureau en bois de chêne qui m'avait accueillit durant de longues heures ces derniers jours, je soupirais. Encore combien de dossier me restait-il avant que je n'en ai fini avec le retard accumulé ces deux derniers mois? Un sérieux mal de tête commençait à montrer le bout de son nez, ce qui me décida à prendre une pause. Me levant, je sorti du bureau, pour me diriger droit vers les cuisines.

- Mademoiselle? Que faite vous-là? Vous allez vous salir! Imaginez la tête de Sandy, si vous veniez à vous salir?! S'exclama l'une des cuisinière qui commençait à préparer le repas du midi.

Fronçant les sourcils, je pinçais ma lèvre inférieur entre mes dents en esquissant une moue boudeuse.

- Mais j'ai faim, moi, râlais-je pour la forme en tournant les talons.

Décidément, cette journée commençait mal. Sandy m'avait levée aux aurores pour que je me prépare. J'avais bien essayé de protester, mais je ne réussi qu'à me faire sérieusement sermonner. Elle me tira une oreille, tout en m'expliquant une énième fois que je devais faire bonne figure devant les personnes qui se présentaient devant la maîtresse de maison que j'étais à présent et bien plus encore si c'était la millice de Lüh. Il faut en mettre plein la vue! Avait-elle dit. Et bien pour le coup, c'était réussi! Franchement, qui pouvait bien porter un tel accoutrement pour recevoir un simple membre de la garde dorée? A bien y songer, à peu près tout les nobles de ma connaissance. Ils aimaient tant exhiber leur fortune que ça en devenait souvent des plus affligeant.

Soupirant, je passais devant un miroir et me stoppais net en me voyant dedans. Le reflet que ce dernier me donnait me paraissait tout aussi affligeant. La femme qu'il me montrait ressemblait à toute ces personnes se trouvant dans cette bulle de richesse et de fausseté dirigeant les pauvres badaud qui leur servaient à s'enrichir... Le prix de cette robe en satin pourpre aurait pu nourrir toute une famille durant pas moins de trois semaines, alors je vous laisse imaginer celui des bijoux bien plus luxueux encore... Soupirant, je chassais cette image d'un geste de la main comme si cela aurait pu suffire à l'effacer et me détournais de mon reflet.

- Mademoiselle? Fit une petite voix douce que j'avais tant l'habitude d'entendre.

- Rosalia, combien de fois vais-je devoir te dire de m'appeler Freyja? M'exclamais-je comme toujours, tournant mon regard vers cette dernière.

Comme toujours, elle était d'une beauté resplendissante! Elle n'avait pas besoin d'apparat pour qu'on la remarque. Elle était belle quelques soit le vêtement qu'elle puisse porter.

- Mademoiselle Freyja, se reprit-elle répétant le mademoiselle, pour mon plus grand déplaisir. Monsieur Mortier demande à vous voir, expliqua-t-elle, rougissant.

Haussant un sourcil en voyant ses rougeurs peu habituelles, j'esquissais un léger sourire avant de retourner à ma morose quotidienne.

- Et bien, fais-le entrer... Tu n'as qu'à l'installer dans le petit salon, j'arrive... Fis-je sur un ton las par avance.

Cette petite intervention de mon amie de toujours eu tout de même le don de me faire froncer les sourcils. Depuis que j'avais reçu cette lettre demandant audience auprès de ma personne, je ne cessais de me questionner. Pourquoi la garde dorée souhaitait-elle me voir? Est-ce que cela avait-il un rapport avec ce qu'il c'était passé cette nuit là? Il n'y avait eu aucun témoin! Si j'étais certaine d'une chose, c'était bien de cela. Le souvenir de cette fameuse nuit où tout avait basculé me tira un frisson désagréable. Le contact des hommes m'était toujours aussi désagréable, si ce n'est plus...

Le frottement de quelques chose de doux et chaud au niveau de mes chevilles me fit baisser le regard. Un sourire amusé apparut sur mes lèvres. Je l'avais délaissée durant deux mois et elle ne m'en tenait nullement rigueur... Si seulement les hommes étaient aussi simples que les chats... Me baissant, je lui fit quelques grattouilles qui me valurent un doux ronronnement. Oh oui, les chats étaient tellement moins compliqués que les hommes... Soupirant, je me relevais pour me diriger vers le petit salon où le fameux membre de la garde dorée devait m'attendre. Sans cérémonie, j'entrais dans la pièce et l'invitais à s'installer sur le fauteuil d'un ton marron foncé en parfaite harmonie avec le reste de la pièce dans des tons similaires et beige, donnant un aspect chaleureux et conviviale qui avait pour but de mettre les invités à l'aise.

- Bonjour, vous pouvez vous installer où vous le désirez, monsieur... ? Fis-je sur un ton qui sous-entendait explicitement que j'aimerais savoir de qui il s'agissait exactement.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Freyja De Larose le Mar 25 Aoû - 2:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 5 Aoû - 10:36

Interrogatoire Distingué


The man who hunts down criminals.






« Mortier. »

Il s’arrêta au nom de famille, il était hors de question de lui donner la possibilité à des familiarités. Silke l’aurait sans doute fait mais l’habituel air bougon du garde doré ne donnait aucune envie de l’être. Roderik se chargea comme dans la coutume de présenter les armoiries du prince, signe de son lien avec ce dernier sur laquelle l’insigne « Garde Doré » sauterait presque aux yeux de ceux qui le voyait. Les lieutenants avait un second blason en général mais il semblait inutile de le lui présenter, après tout il n’avait pas l’intention de l’effrayer en lui montrant que le lieutenant s’est déplacé pour lui parler. Il avait suivi la jeune domestique jusqu’au salon où les couleurs beiges et marrons s’accordaient pour donner un ensemble… Un ensemble dont le garde doré n’avait que faire. Alors qu’il attendait la femme dirigeant ces lieux, ou du moins qui ne tarderait pas à le faire, Roderik songeait aux noms des couleurs que les femmes maîtrisent. Quel pouvait être le nom de ces couleurs-ci ? Il avait entendu à plusieurs reprises son amante parler d’une couleur taupe allant de cette couleur beige à cette couleur marron. Mademoiselle De Larose était sans doute très sensible à la couleur taupe, à moins qu’elle ne signifie à ses pairs son amour pour les taupes. Une drôle d’idée que les femmes s’était encore mis en tête pour ennuyer les Hommes.

Lorsque Mademoiselle De Larose était paru dans la pièce, le garde Mortier eut l’impression qu’elle s’était accordée de façon volontaire aux meubles du salon. Etait-ce un camouflage ? L’esprit de Roderik s’évadait dans des idioties qu’il préféra garder pour lui. Il s’installa sur le fauteuil à sa droite se trouvant face à un autre. Il serait d’autant plus simple pour discuter avec Mademoiselle De Larose de choses et d’autres. Roderik posa son sac sur le sol à ses pieds, beaucoup de choses s’y trouvait. Beaucoup de choses qui lui serait sans doute utile lors de la conversation mais il se garda d’en avertir la femme, après tout qu’avait-elle à faire d’un sac sans fond aussi peu élégant ?

Attendant que la jeune femme s’installa face à lui, il ne put s’empêcher de contempler son doux visage rien qu’un instant, les rumeurs n’étaient pas faussé, c’était une belle jeune femme. Le goût du garde doré ne se portait pourtant pas sur les jeunes demoiselles dont la vingtaine n’a fait qu’effleurer leur peau juvénile. Il n’était pourtant pas évident de se détourner de l’idée qu’elle était belle. Le silence était présent et Roderik savait qu’elle attendait de lui qu’il commence. Les jambes écartées, il posa ses coudes sur ses cuisses, son menton effleurant ses doigts entrelacés. Son regard s’était perdue au sol, pensif.

« Vous savez pourquoi je suis ici, Mademoiselle De Larose ? »


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 11 Aoû - 12:29

Mortier


Sa réponse fut simple sèche, implacable. Fronçant les sourcils, je lui portais un peu plus d'attention, allant jusqu'à le détailler. Ce n'était pas un nom que j'aurais voulu, ayant déjà eu connaissance de ce dernier, mais il allait falloir que cela fasse l'affaire, puisqu'il ne semblait pas vouloir me donner plus d'information. Son regard sévère m'interdisait d'en demander plus. Outre cela, son apparence générale me faisait penser à un lion à l’affût de sa proie, une allure presque bestiale... Si son costume lui donnait un aspect classe, il était difficile de passer à côté de sa musculature impressionnante et de sa taille qui l'était autant. Soupirant, je détournais le regard pour le poser sur l'une des nombreuse vitres. Sa présence m'insupportait déjà. Je n'avais qu'une hâte, retrouver mon très cher bureau où je n'y aurait pas l'obligation de me retrouver face à un homme, aussi protecteur puisse-t-il être qu'un garde doré se devait de l'être.
Vous savez pourquoi je suis ici, Mademoiselle De Larose ?

J'avais bien là quelques doutes, mais je préférais les garder pour moi. Je ne voudrais pas être mêlée officiellement à ça. De plus, s'ils venaient à découvrir quoi que ce soit, je ne voudrais en aucun cas que ce Alexander se retrouve avec des problèmes sur le dos! Vous imaginez vous? Celui qui vous sauve la vie se retrouve enfermé parce qu'il l'a fait? Je m'en voudrais éternellement...

- Non, je n'en ai aucune idée. Vous savez, je n'ai aucune idée de ce qui à pu être cancané dans Lüh ces deux derniers mois, expliquais-je. J'ai quitté la ville afin de prendre du temps pour moi. Il me fallait digérer la nouvelle de... Ma succession, continuais-je.

Posant à nouveau mon regard sur lui, j'haussais un sourcils équivoque.

- Mais vous allez sans aucun doute me l'expliquer, n'est-ce pas? Fis-je sur un ton neutre, alors que ma seule envie était de partir les jambes à mon cou.

Les souvenirs affluaient de manière oppressante, presque douloureusement... J'avais l'impression que l'air se raréfiait, mes oreilles bourdonnaient... A l'intérieur, je n'étais qu'incertitude, peur et douleur mais à l’extérieur, je n'étais qu'un masque de neutralité et de curiosité. Depuis quand étais-je devenue aussi bonne joueuse de poker? La réponse n'avait pas besoin d'être annoncée, un tel événement pouvait changer bien des personnes... Pour autant, mes pensées elles, ne pouvaient tromper et la seule que j'avais était: "Comme j'ai envie de m'enfuir... Si seulement je pouvais voler tel un oiseau, alors je me sentirais libre de toute chose..."
▲ Succès ▲


Dernière édition par Freyja De Larose le Ven 19 Fév - 15:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mar 11 Aoû - 20:13

Interrogatoire distingué


The man who hunts down criminals.







Le garde doré fronçait légèrement ses sourcils imposants, il ne saisissait guère comment une personne ayant disparu depuis quelques mois, sans nouvelles, sans informations soulignant de sa localisation ou même de sa vie pouvait songer davantage aux rumeurs. Elle ne cachait pas sa disparition mais apparemment cela ne la perturbait pas plus que cela.  Il releva la tête vers la jeune femme, l'air surpris.

« Des nouvelles ayant cancané dans Lüh ? Certes, il y a toujours des nouvelles affligeantes raisonnant dans les quartiers mais je ne faisais nullement référence à cela. A moins que vous ne considériez votre soudaine disparition comme un fait divers important.»

Ce qui avait été le cas, certes, pensa-t-il. Roderik fourra ensuite son bras dans son sac sans fond pour y sortir par la suite un calepin de note où figurait quelques inscriptions en patte de mouche. En général, il n'utilisait jamais ce genre de procédé. Cependant, au vu des évènements, il ne pouvait se permettre de perdre un indice important au fond de son esprit. Dans ces moments-là, lorsqu'il observait ces lignes sur une feuille blanche, il remerciait les enseignements tardifs qu'il dû faire pour acquérir le savoir et l'écriture. La mémoire était bonne mais jamais assez pour retenir tout.


«On nous a signalé votre disparition depuis quelques temps déjà» Il figea son regard un instant sur son calepin «Depuis deux mois pour être exact. Le fait que vous soyez revenu de façon si miraculeuse nous oblige à nous déplacer afin de tirer quelques informations sur les circonstances de votre disparition comme sur les suites de votre retour, vous comprenez ?»


La paperasse était une chose importante. Le lieutenant de la garde doré en avait toujours une trentaine à remplir si ce n'est plus par jour. Des rapports sur les zones d'Arcane, les compte-rendu des miliciens sur les arrestations, les contrats de protection, les lettres de plaintes, de remerciement, de recommandation et ainsi de suite. Roderik croulait souvent dans ce genre de paperasse et il s'agissait ici de l'une des raisons de sa venue dans le domaine De Larose. Si sa disparition avait fait du bruit au vu de l'évènement de la soirée mondaine des De Larose, son retour était davantage hurler sur les toits comme étant un phénomène des plus étranges. C'était autant un moyen de s'assurer de la sécurité de la demoiselle, de sa santé mais encore des raisons l'ayant poussé à disparaître et à revenir. Les gardes dorés devaient toujours s'assurer de ce genre de chose. Il fallait bien entendu pour cela signaler la disparition d'une personne pour qu'on s'intéresse à elle. Les causes restaient encore floues pour le garde dorés mais les faits sautaient aux yeux: Freyja De Larose était revenue chez elle et décidément prête à suivre les traces de son père.

« En tout cas, c'est une chance que vous soyez revenu, les cas de disparition sont généralement synonyme de mort sur Arcane, d'autant plus si vous avez quitté la cité depuis. Cela aurait été un drame pour beaucoup de monde. »

Du moins c'est ce qu'il avait conclu des témoignages recueillis sur la jeune femme. On s'inquiétait beaucoup de ce qu'elle était devenu et certains craignait le pire pour elle, agression, assassinat, enlèvement… Son retour devait être un réel soulagement.

« Reprenons au début, si vous le voulez bien. On a signalé votre disparition peu après votre départ pour le moins bruyant du bal De Larose, j'aimerais savoir ce que vous avez fait et où vous êtes allée. »





Chapter I ~ The man who hunts down criminals.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Jeu 13 Aoû - 14:28

Soupirant, je n'hésitais pas une seconde quand à ma réponse.

- Non, je ne considère pas ma disparition comme un fait divers important, fis-je sur un ton neutre quoiqu'un peu sec, me sentant quelques peu piquée au vif. Mon retour n'a rien de miraculeux, après tout, je suis partie de mon propre chef. Il n'y a pas eu d'enlevement ni quoi que ce soit de ce genre et donc aucun véritable risque pour ma vie,continuais-je sur un ton toujours aussi neutre.

Marquant un temps de pause, j'observais le garde doré, un léger pli ce formant sur mon front sous l'effet d'un froncement de sourcil.

- Il ne faut pas vous y tromper, s'il venait à m'arriver quelques chose, il y aurait bon nombre de personne à qui cela profiterait. Les nobles sont faux, sous leurs airs bien élevés et leur apparente jovialité ce trouve des monstres assoiffés de pouvoir. Ils sont toujours là, à guetter la moindre de vos faiblesse pour en jouer et en tirer le plus possible! M'exclamais-je, songeant que c'était bien là ce qu'avait fait Matthias. Ma disparition ne les auraient nullement chagrinés, ou tout du moins, pas le plus grand nombre...

Soupirant, je détournais le regard, fixant un point au loin, me perdant dans mes pensées.

- Pour répondre à votre question, j'ai décidé de m'octroyer des vacances. L'annonce que mon père a fait ce soir la m'a grandement ennuyée. Je suis de celles qui aiment leur liberté, mais voila que je me retrouve enchaînée par des titres et des devoirs... Expliquais-je. J'ai donc décidé de retarder l'échéance... Si mon père n'avait pas annoncé ma succession immédiate, j'aurais dû passer un an à parcourir le monde, alors je suppose que vous ne pouvez m'en vouloir concernant le fait que j'ai passé deux mois à profiter d'un brin de liberté... Fis-je tristement en pensant à tout ce que j'aurais pu ou non, vivre si ce foutu bal n'avait pas eu lieu avant de reposer mon regard sur lui. J'ai donc vagabondé par-ci par-là avant de me diriger vers le temple de la terre où j'y ai recueilli une invocation avant de rentrer à la maison pour ne plus en bouger avant que la charge de travail accumulé durant mon absence ne soit plus qu'un souvenir... Terminais-je. 

Observant ses réactions, je restais immobile quelques instant avant de soupirer.


- Mais je doute que ce soit là la véritable raison de votre visite. La garde dorée n'a pas l'habitude de venir s'enquérir de ce qu'à bien pu faire une de ces petites nobliaux durant ses vacances... Alors, qu'est-ce qui vous amène vraiment?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #7 écrite Sam 15 Aoû - 8:40

Interrogatoire distingué


The man who hunts down criminals.







Mlle De Larose considéra le questionnement avec un certain ennui. Le sujet de son départ était évasif, sans doute évité par cette affaire de vacances. Roderik Mortier n’allait sans doute pas approfondir le sujet mais l’insouciance de cette noble était digne des enfants capricieux auxquels il eut affaire par moment. Fuir n’était en rien responsable et ne pas donner de signe de vie l’était encore moins. Roderik avait bien sûr sa façon de procédé : au fil des années, il s’était endurcit au point qu’une mésaventure dans ce genre n’aurait pas eu lieu d’être dans la vie du garde doré. En y pensant, qui voudrait réellement lui confier les soins d’honorer une noblesse de quelconque manière ? Il fallait être fou ou bien désespéré…  

Roderik écoutait avec un grand intérêt les paroles de la femme. Comment une femme de la sorte pouvait à se point renier l’univers dans lequel elle avait toujours vécu ? Le regard circonspect qu’il aurait pu avoir auparavant reprit celui d’une grande surprise. Les nobles étaient faux. Les nobles étaient cupides. Les nobles étaient égoïstes. Il ignorait quel était ce halo sombre qui entourait l’âme de la jeune femme. Cette aversion pour ses semblables dont l’ironie s’avérait se trouver dans le statut même de Mademoiselle De Larose. Vraiment, par moment, il ne comprenait pas les femmes. Il fallait dire pour autant que les allusions de la jeune femme n’étaient pas pour autant erroné. Les rumeurs parlaient d’elles-mêmes : Les ressentis des autres nobles au vu de Mademoiselle de Larose étaient tout blanc ou tout noir.

« C’est une façon bien pessimiste de voir la noblesse. Surtout venant de la bouche d’une noble. »


S’il n’avait pas autant besoin de discuter avec la jeune femme, il aurait certainement réprimé le message assez cynique avec plus de ferveur. Ces pairs n’étaient sans doute pas des exemples mais tout simplement parce qu’on leur avait apprit à être comme cela. Mademoiselle de Larose également. Il était rare de voir un mouton noir parmi le troupeau, il fallait pour autant faire dans ces cas-là mains basse sur les remarques désobligeantes pouvant à tout moment se retourner contre soi. Est-ce qu’il était en train de râler sans cesse sur les aptitudes de ses gardes ? Non, il n’avait pas besoin d’ouvrir la bouche pour le faire sentir.

L’engagement qu’avait prêté Mademoiselle De Larose et son père était décidément le clou du spectacle. Roderik n’avait jamais vu pareille situation en 14 ans d’armée. Un engagement dans lequel une fille demande une liberté conditionnelle à son père. Il avait eut pas mal d’affaire dans laquelle des enfants, refusant les mariages arrangés entre noble, préféraient s’enfuir par caprice et pour cause, Freyja De Larose avait fait ce que tout nobliaux refusant les choix de ses parents avait fait bien avant elle. Cela était peut être le cas de Matthias mais rien ne semblait réellement présenter cette hypothèse comme la véritable solution. Il n’avait aucune raison de partir à l’exception d’une seule.

« Oh, vous avez une invocation. Et comment se nomme-t-elle ? »

Encore une fois, simple question de routine. Les gardes dorés faisaient assez confiance aux nobles pour croire qu’ils ne mentiront pas sur leur invocation. Pourquoi le ferait-il par ailleurs ? Si cela venait à se savoir, les peines encourut étaient assez grave et les factures salées. Bien évidement, payer n’est pas un problème pour les nobles mais la réputation qui en découlait était pire que tout. Dans ces moments-là, il valait mieux rester honnête avec les gardes et garder ses invocations à l’écart de toute infraction.

Roderik Mortier se retint avec une grande ferveur de rire aux éclats face à l’expression de « petites nobliaux ». Les seules personnes capables d’exposer pareille expression n’était autre que les nobles n’ayant certainement pas conscience de la vie qu’ils mènent. Pour résumé, un manoir se trouvant au quartier noble, un emplacement aux abords de la cité étendue sur plusieurs hectares avec un logis, des demeures en tout genre sans oublier des gardes, des domestiques, des tenues somptueuses et des joailleries coûteuses et le bal mondain regroupant les nobles de Lüh. Le garde n’aurait sû dire si ses propos venaient de la plus grande ignorance ou de la plus profonde condescendance. Il fallait se le dire : Si on ne possédait pas plus de cinq manoirs sur Arcane et un territoire tout entier on ne valait pas plus qu’un baronnet qui triplerait ses bénéfices en un mois, n’est-ce pas ?  

« Personne ne vous en voudra d’avoir pris des vacances. Je pense plutôt qu’il s’agit ici d’avoir pris autant de temps à réapparaître et à, bien sûr, signaler votre existence. Sachez que si les nobles ne se soucis guère de votre santé, vous pourrez toujours compter sur l’armée qui ne vous abandonnera pas. Surtout avec les découvertes macabres que nous récoltons depuis plusieurs mois à Lüh. »


Cela ressemblait à une propagande dans lequel on vantait le rôle paternel et protecteur des gardes sur le peuple. C’était sans doute grossier mais toujours plus agréable que dire : « Vous avez de la chance qu’on doit nous occuper de votre derrière en or, les petites nobliaux. »

« Pour ce qui est de ma venue. Je vous l’ai dit, je suis tout d’abord venu m’assurer de votre santé et des causes de votre disparition soudaine. Vous m’assurez qu’il ne vous est rien arrivé et c’est tout ce que je vous souhaite. A présent, J’aurais quelques questions à vous poser au sujet d’un de vos amis d’enfances, Matthias. »







Chapter I ~ The man who hunts down criminals.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Sam 15 Aoû - 10:11

- Je ne pense pas qu'il y est quelques chose de pessimiste à voir la noblesse ainsi, je dirais plutôt quelques chose de réaliste... Je ne veux pas fermer les yeux devant la réalité, je veux à présent y faire face. Le monde n'est pas tout beau tout rose, il faut qu'on se le dise! Répondis-je à M.Mortier, avec une pointe de rancœur, sans réussir à garder une parfaite neutralité pour la première fois depuis le début de cet entretient.

J'avais toujours détesté faire partie de cette sphère des plus privées qu'était la noblesse et je m'étais toujours estimé chanceuse d'être tombée sous la coupe de Julian et non d'un autre. Si le monde des nobles était parfait aux yeux de tous, ils ne que ce que l'on voulait bien montrer. Ils ne voyaient pas la menace que pouvait signifier une parole banale et la cruauté qui m'avait toujours répugnée dont ils pouvaient faire preuve. J'avais fait trop longtemps fait parti de ces gens qui savaient mais préféraient fermer les yeux: il était dans de retourner dans cette réalité que j'avais si longtemps fuit. C'est la raison même pour laquelle j'étais revenue.

« Oh, vous avez une invocation. Et comment se nomme-t-elle ? »

- Déclic. Déclic Vilosen. Je suis désolée, je ne pourrais vous le présenter, je lui est accordé sa totale liberté. C'est un amoureux de la nature comme je n'en connais pas, il ne se plaisait pas ici... Expliquais-je.

Je ne su vraiment comment réagir face à l'amusement que je vis naître dans son regard. Avais-je dit quelques chose de risible? Fronçant les sourcils, je ne commentais pas pour autant...

- Bien sur, fis-je avec amusement et une pointe d'amertume. Et quel genre de découverte macabre? Questionnais-je.

S'il avait eu le choix, il ne serait certainement pas là à interroger une noble capricieuse, mais plutôt dans les bas quartiers à s'occuper d'affaire bien plus pressente. Je n'aimait pas l'importance que l'on donnait aux noble, au méprit des pauvres gens.. Si la fille du postier du coin avait fugué et était revenu, personne n'en aurait rien eu à faire...

« Pour ce qui est de ma venue. Je vous l’ai dit, je suis tout d’abord venu m’assurer de votre santé et des causes de votre disparition soudaine. Vous m’assurez qu’il ne vous est rien arrivé et c’est tout ce que je vous souhaite. A présent, J’aurais quelques questions à vous poser au sujet d’un de vos amis d’enfances, Matthias. »

Matthias... Inconsciemment, je ne pu empêcher mes doigts de refermer leur prise sur le bas de ma robe. Voila, nous rentrions enfin dans le vif du sujet. Il avait beau dire, j'étais certaine que la véritable raison de sa venue était Matthias. Sa disparition avait dû ce remarquer depuis le temps. Réfléchissant à ce que je pouvais dire ou non, je détournais le regard quelques instants.

- La dernière fois que je l'ai vu, c'était le soir du bal. Expliquais-je. Il était bizarre ce soir là, il semblait plein de colère et de rancoeur... Et il se trimballait avec un couteau...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #9 écrite Lun 17 Aoû - 17:30

Interrogatoire distingué


The man who hunts down criminals.






Le monde n’était en rien « tout beau, tout rose » comme le disait si bien la noble. Roderik était par ailleurs le mieux placé pour voir que le monde décline toujours vers le mauvais côté. Cependant, le monde n’était pas aussi sombre qu’il n’y paraîtrait. A chaque mauvaise chose, une bonne apparaît et à chaque bonne chose, une mauvaise. C’était le cas pour les crimes à répétition produit entre les hommes. La milice et la garde dorée veillaient au grain sur les petites gens des quartiers de Lüh. Et cela ne faisait que décupler depuis l’apparition de crime au sein de Lüh.

Le nom de Déclic Vilosen tilta dans l’esprit du garde doré. Ils s’étaient rencontrés une fois alors qu’ils étaient tout deux en pleine promenade. La situation a fait qu’ils ont du coopérer ensemble. Il n’était cependant pas nécessaire d’expliquer pourquoi ni même d’aborder le sujet, pas pour le moment.

Instant Dé:
 

Roderik s’alarma lorsque la jeune femme aborda ce qu’elle avait vu de Matthias. Avait-elle eu l’occasion de bien voir la chose ? Est-ce qu’elle lui a parlé ? Pourquoi tenait-il un couteau ? Qu’avait-il l’intention de faire ? Tout cela était des plus étranges. Il s’était rapproché du bord du fauteuil, suspendu aux lèvres de cette femme qui pouvait bien lui apporter des éléments intéressants à la suite de l’enquête.

« Vous avez vu Matthias avec un couteau ce soir-là. Pouvez-vous m’en dire plus sur cette soirée où vous l’avez vu ? »



Chapter I ~ The man who hunts down criminals.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Lun 17 Aoû - 19:55

Fronçant les sourcils, j’observais Roderik légèrement inquiète. En avais-je trop dit? C'était fort possible, mais pour le moment, il ne semblait ce douter de rien. Me pinçant la lèvre inférieur entre mes dents, je grimaçais. 

- Je ne pense pas que décrire la soirée au complet soit des plus interressante, mais... Je me trouvais avec un homme sur un balcon... Comment m'as-t-il dit s'appeler déjà.. Hastiano je crois... Matthias a débarquer et semblait en colère... Il c'est dirigé vers moi, mais l'homme c'est interposé entre lui et moi! Ils se sont bousculé, avant que Matthias ne s'en aille dans une fureur éffarente.. Je ne sais pas ce qu'il lui a pris ce soir là, mais je vous le dis... Son comportement était des plus étranges... Je dirais même qu'il était effrayant.. L'homme qui se trouvait avec moi sur le balcon m'a dit qu'il c'était sentit obligé d'intervenir en le voyant près à tirer une lame de son fourreau. Soufflais-je en détournant le regard. 

Bien sur, je ne disais là que là vérité, mais... Je ne devais rien dire de plus sur cette soirée, où je risquerais de compromettre Alexander... Soupirant, je regardais vaguement mes mains avant de relever la tête et de jeter un regard feignant une inquiétude parfaite. 


- Matthias aurait-il un lien avec ces horreurs dont vous parliez toute à l'heure? Questionnais-je.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #11 écrite Ven 28 Aoû - 12:05

Interrogatoire distingué


The man who hunts down criminals.






Roderik était loin de s’imaginer entendre de nouveau le nom des Hastianno des suites de l’arrestation puis la fuite de leur fille, Luce. Il aurait pensé que la disgrâce était telle qu’ils se cacheraient dans un trou à rat pour éviter tout questionnement sur l’affaire en cours. De ce qu’il sait vaguement de cette affaire, la jeune femme est soupçonnée de deux meurtres et d’une fraude en dissimulant son statue de noble à la société et à la direction de la bibliothèque de Lüh. Il ignorait les véritables desseins de cette jeune fille dont les preuves semblent l’incriminer au plus haut point selon ses subalternes. Il n’a guère le temps de prendre en charge cette affaire et fait confiance en ses lieutenants sur la culpabilité de la jeune femme. Néanmoins, il serait curieux de connaître les résultats d’un interrogatoire avec elle.

« Par Hastianno, de qui voulez-vous parler ? » s’enquit-il de demander en notant sur son calepin le nom du témoin de la scène.

Le scénario de la dispute était fréquent au fil des interrogatoires, celle que narra la jeune femme n’était pas des plus originales, au vu de ses circonstances. Plusieurs scénarios étaient possibles mais c’était à Mademoiselle De Larose de trancher sur la raison de la dispute des plus violentes.

« C’est un comportement assez particulier en effet, pouvez-vous deviner pourquoi Matthias a eut un tel comportement à votre égard ? N’est-ce pas un ami de longue date ? »

Au mieux, Roderik imaginait que cet homme était soul ou tout simplement d’une brutalité sans nom ce que ses proches ou ses parents n’ont pas réellement expliqué outre le fait qu’il soit un fêtard. Beaucoup de rumeurs circulaient sur la relation de Freyja et de Matthias, outre cela il espérait tirer quelque chose pouvant l’aider dans son enquête et confirmer ses hypothèses.


« Cette information restera confidentielle pour le moment, Mademoiselle De Larose, je ne voudrais en aucun cas amener des conclusions hâtives. Le temps viendra où la vérité éclatera au grand jour. C’est pour cela que j’ai besoin de votre soutien et de toutes les informations nécessaires à l’enquête. Je peux cependant vous dire que Matthias a été signalé disparu deux jours après le bal De Larose. Le moindre détail, la moindre piste peuvent nous être d’une aide précieuse.»


Bien sûr, Roderik avait déjà des suppositions sur les circonstances de la disparition mais il n’était pas nécessaire d’alerter la jeune femme avec quoi que ce soit. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du garde doré, se voulant amical bien qu’elle n’exprime rien de plus que celui d’une brute.




Chapter I ~ The man who hunts down criminals.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Ven 28 Aoû - 15:07

Fermant les yeux, j'essayais de me rappeler.

- Je crois qu'il a dit s'appeler Caïn, Caïn Hastianno. Je vous avoue ne pas avoir cru un instant avoir affaire à Caïn. Il semblait beaucoup plus jeune, de ce que je pouvais en voir, que ce vieil homme appelé Caïn, mais après tout, nous étions à un bal masqué, alors je n'ai pas vraiment cherché plus loin. Moi-même, je ne souhaitais pas être découverte...

Observant le garde doré, je me pinçais la lèvre inférieur.

- Je vous avoue que je ne savais pas vraiment quoi penser de tout ça, après tout, nous avions passé toute notre jeunesse ensemble et il n'avait jamais eu un quelconque acte malveillant à mon égard... Soufflais-je.

Déviant mon regard vers le sol, je soupirais. Je ne mentais pas. A cet instant précis, je n'avais aucune idée de la raison qui avait poussé Matthias dans ses derniers retranchements... Relevant mon regard à nouveau vers lui tandis qu'il reprenait la parole, je réfléchis quelques instant.

Vérité... Disparition... Enquête... Information... Piste... Soutien... Les mots tournaient en boucles dans ma tête et j'eu soudainement l'impression d'éttoufer... J'avais toujours été une bien piètre menteuse et je n'avais jamais vraiment aimé en être une... S'il restait dans cette pièce une seconde de plus, je finirais pas éclater et tout lui avouer, hors, je ne voulais pas le mener sans vraiment le souhaiter à celui qui avait sauvé ma vie. Un mouvement innatendu me fis sursauter et posant mon regard vers l'origine de ce mouvement, j'eu un léger soupir de soulagement. Rosalia arrivait au bon moment.

- Mademoiselle, excusez-moi, mais mademoiselle Aliz Shaami viens d'arriver, expliqua-t-elle pour mon plus grand soulagement.

- Je fini avec ce monsieur, fais la monter dans ma chambre s'il te plait, fis-je en esquissant un sourire tandis que cette dernière lançait de léger coups d’œil intimidés vers notre invité.

Et bien, monsieur Mortier ne semblait pas la laisser indifférente. La regardant distraitement, je ne revenais sur terre qu'une fois la porte fermée. Me levant, je fis une légère courbette d'excuse au garde dorée. Son intervention m'offrait une chance que je me devais de saisir. Si je venais à parler maintenant, alors je serais bien capable de TOUT lui dire... Non, il me fallait du temps...

- Je suis désolée, mais je vous avoue que depuis mon retour, je n'ai pas une minute à moi... Peut-être pourrions-nous remettre cet entretient à plus tard? Proposais-je. Le temps que je puisse vous accorder est bien trop cours, mais... Si vous reveniez en début de mois prochain, je suppose que nous pourrions discuter plus longuement, suggérais-je.

Bien sûr, si cet entretient pouvait ne pas avoir lieu du tout, cela m'arrangerait amplement, mais je me doutais bien que je ne pourrais pas y couper... Soupirant, j'attendis patiemment qu'il réponde.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #13 écrite Sam 5 Sep - 13:47

Interrogatoire Distingué


The man who hunts down criminals.







La jeune De Larose apporta une nouvelle pièce au puzzle de l’enquête. La question étant de savoir pourquoi cet homme avait décidé d’agir de façon hostile avec elle. Deux choses pouvaient correspondre à cela : Soit ce dernier avait une certaine rancœur pour elle qu’il ne lui avait jamais conté auparavant, il lui faudrait alors se référer aux interrogatoires fournis par son équipe. Soit elle lui cachait quelque chose ce qui n’aiderait en rien ses affaires ni les siennes. Il lui fallait savoir pourquoi Matthias s’en était pris à elle ce jour-là. Il ouvrit la bouche pour poser une énième question lorsqu’une jeune femme arriva en interrompant la conversation. Il faudrait alors s’intéresser au cas de Mademoiselle De Larose plus tard puisque la jeune femme fut appelée à autre chose. Roderik saluait silencieusement la jeune domestique s’étant immiscée dans la conversation bien qu’il n’en fut pas des plus ravis. Il se leva à son tour, retenant un soupir entre ses lèvres. Cet événement était opportun pour Freyja qui demanda congé au garde doré. Ennuyé, il accorda le report de la conversation à la date indiqué par la jeune femme ce qui lui permettrait sans doute d’obtenir d’autres informations au sujet de cette dispute du soir. Une discussion avec Monsieur Hastianno ou son fils serait le bienvenu dans son enquête.

« Une dernière chose, Mademoiselle De Larose. Il est de mon devoir de vous avertir d’un cas particulier auquel j’ai eu affaire durant un de mes voyages. Votre invocation, Déclic Vilosen est coupable de détérioration de charrette de marchand dont les produits sont destinés aux nobles de Lüh. Une lettre vous sera remise dans les plus brefs délais et il vous faudra rembourser les dégâts causés par votre invocation. La somme à remettre sera à destination des trésoreries de Lüh qui s’est porté garante le temps de l’enquête de retrouver l’invocateur de Déclic Vilosen. Les charges sont moindres mais assez grave pour vous inculquer à une peine plus importante si toutefois vous refusez de prendre en charge la somme demandée. »

Il avait récité la tirade avec un certain ennui, il aurait préféré ne pas avoir à rappeler à l’ordre la jeune noble qui en l’espace de quelques minutes s’est retrouvé témoin/suspecte ou responsable de deux affaires.

« Une dernière requête vous est demandé à la suite de ce dédommagement. Je me dois de vous demander de tenir votre invocation ou de lui ordonner en ma présence de ne plus reproduire aucune infraction de la sorte qui vous sera cité. Si votre invocation récidive sans que nous n’ayons la preuve par témoignage d’une autorité que vous ayez donné cet ordre de respect de la loi, il vous en coûtera cher. Cette demande est encore récente et si vous avez la moindre réclamation à ce sujet veuillez vous référer à la milice de Lüh qui se chargera de vous expliquer plus en détail les clauses du programme récemment accordé pour la sécurité du peuple de Lüh et d’Arcane. »
Il n’avait aucun détails de l’affaire Déclic sur lui, il ne s’attendait pas à se retrouver face à l’invocatrice du Demi-Dieu par hasard. Ce n’était pas plus mal, le garde doré espérait que cette dernière soit assez raisonnable pour suivre ses demandes.


« Vous êtes occupés, il vous est possible d’attendre notre prochaine rencontre pour faire cet ordre. Cependant, je vous conseille de le faire le plus vite possible afin d’éviter toute récidive probable à l’encontre de la société puisqu’il nous sera impossible de vous défendre par la suite au yeux de la loi. »







SUSPENDU POUR INACTIVITE



Chapter I ~ The man who hunts down criminals.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Interrogatoire distingué [Roderik Mortier/Freyja De Larose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Freyja De Larose
» Roderik Mortier
» Le" j'accuse "de Fidel par Vernet Larose
» Claudy Gassant est expulsé après avoir subi un interrogatoire aux USA
» Freyja, enfant du Chaos [Guerrière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Hors Jeu :: Le domaine De Larose-