Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Into the deep [1 joueur à la fois]
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Into the deep [1 joueur à la fois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 6 Aoû - 17:24

Le temple de l'eau est une construction gigantesque, monumentale même. Avec ses airs de cathédrale blanche comme la neige et ornée de dorure, on peut dire qu'on la voit de loin. Mais sous cette beauté, la moiteur et la moisissure sont aussi présente. Dans les profondeurs des niveaux inférieurs, un méandre de couloirs et de tunnels s'entrelacent. C'est là que sont gardées une partie des invocations du temple. Y descendre relève déjà de l'épreuve, il faut s'armer d'un mouchoir parfumé pour ne pas subir l'odeur durant tout le trajet, un mélange de poisson pourri et de moisissure. Mais pour les courageux, ou les moins scrupuleux, qui y descende, la surprise peut être grande.

Plic, plic, ploc.

Les gouttes d'eau s'écrase sans fin sur le crâne du squelette, dépouillé de tout habit ou équipement, qui observe de ses orbites vides la porte de la cellule. L'imposante construction de bois doublée d'épais barreaux de fer présente une gravure imposante qui se mêle aux deux matériaux. Cette gravure monumentale représente une gigantesque mâchoire englobant de se taille la représentation d'un humain. Dans l'alcôve qui accueille l'entrée de la cellule, une plaque en or, fusionnée dans la pierre, orne la gauche. "Iwiza Gel'Ta, prédateur des mers et architecte de la destruction, puisse sa punition être éternelle" est inscrits en fines lettres. Dans ce couloir situé dans les tréfonds du temple, une odeur de chaire putréfiée se fait sentir, impossible de s'en débarrasser. Elle imprègne les vêtements et même les objets, la porte s'ouvre lentement, laissant la puanteur s'intensifier.

Plic, plic, ploc.

La salle s'allume, deux braseros viennent éclairer les ténèbres. Entre eux, 14 squelettes empilés les uns sur les autres sont là, leur équipement toujours sur eux. La grotte est simple, elle ne contient que les deux brûlots de métal forgé et des murs moites et humides, le plafond est plongé dans le noir. Une fois rentré, la porte se ferme brutalement et les braseros brûlent de plus belle, un tambour se fait entendre. Le plafond est maintenant visible, couvert stalactite. Pendant au plafond, une créature de cauchemars est présente, sa queue ornée d'excroissances osseuse est enroulée autour du plus grand. Son visage dépourvu d'yeux s'oriente vers l'intrus et un cliquetis sort alors de sa gueule ornée de croc grande ouverte. La queue se déroule d'un seul coup et le monstre chute dans le vide pour atterrir avec violence sur le sol. Désormais braqué sur sa proie, la créature semble la toiser de l'autre côté des squelettes et des braseros qui perdent de leur puissance, laissant place à l'obscurité.

Iwiza se met alors en mouvement, lentement, il se relève de ses deux mètres vingt, ses cliquetis continuent de résonner dans la caverne. Le fils d'Aqua penche la tête sur le côté, comme si il observait son interlocuteur d'un air curieux, imperméable à toute forme de communication. Les cliquetis cessent enfin. Un grand rire, sifflant et terrifiant, s'échappe de sa gorge, l'invocation se recroqueville, en proie à un fou rire incontrôlable. Il se ramasse et pose ses deux mains sur le sol, les jambes pliées et l'arrière train au ras de la pierre froide. Les cliquetis reprennent mais une voix les accompagne.


-Bonjour faible humain, mon enfant. Ne bouge pas et réponds. Quel es ton nom et qu'es-tu venu faire en ce lieu?
▲ Succès ▲


Dernière édition par Iwiza Gel'Ta le Dim 17 Jan - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 9 Aoû - 15:25

Into the deep


L'Albatros fit une escale entre les îlots du temple d'Aqua. Ce jour-ci, les pirates surveillaient les alentours avec une certaine inquiétude: On eut dit dans les environs que les temples étaient entourés d'une étrange magie qui jouerait sur les éléments dont ils sont maîtres. Encore là une rumeur de marin d'eau douce fit la capitaine du navire en levant la tête vers les cieux tant son rire avait été puissant. Si tel était le cas, elle se chargerait de déposer une offrande à Aqua dans son temple avant de lui dérober une de ses précieuses progénitures.

Elle s'était alors aventurée au temple d'Aqua, accompagné de l'un des pirates de son équipage, chargé d'attendre son retour à l'entrée. Le temple devant eux était d'une blancheur immaculée. La pluie tombant en trombe au-dessus d'elle avait quelque chose de mystique, de dérangeant. Si Circé ne s'arrêta pas face à l'étrange chose, le pirate, lui, pressa le pas en serrant contre lui un pendentif ostentatoire. Beaucoup d'entre eux craignaient la colère des Dieux et pour obtenir de ses membres une parfaite coopération, Circé se devait d'offrir une offrande aux Dieux Aër et Aqua, seuls maîtres du destin de l'Albatros.

La première étape, c'est-à-dire, l'offrande fut la plus simple pour la capitaine. Son compagnon déposa dans un grand bol d'offrande des pattes d'émeraudes achetés aux marchés de Lüh. Puis, à l'aide d'une torche, on enflamma les restes de la progéniture de Terra avec pour prière celle-ci: "Ô Dieu des mers et des glaciers, voici les restes de ton ennemi et les vapeurs de son corps. Puisses-tu accepter cette offrande et protéger les miens comme j'ai sû protéger tes enfants d'un monstre. Que ces vapeurs te soient bonnes et que ta reconnaissance apaise les vagues et détruise les obstacles gelés de notre route." Les pattes d'émeraudes se consumant lentement, il fallait monter la garde jusqu'à ce que les fumées emportent les restes de l'ennemi d'Aqua. Le pirate fut désigné à cette tâche tandis que la lame sanglante s'aventura à l'intérieur du temple où l'une des progénitures d'Aqua l'attendait.

Le trajet s'est avéré sinueux, d'un côté se trouvait les couloirs gelés où d'un pas à l'autre on s'enfonçait plus loin dans les méandres de l'enfer gelé. Dans l'autre, l'odeur nauséabonde de poisson et de moisissure agressait le nez de la capitaine. Elle pensait s'être depuis quelques années habituée à l'odeur de la mer. La surprise odorante lui rappela ô combien elle n'avait rien connu en réalité. Il fallut à la femme relever son écharpe sombre sur son visage pour couvrir son nez et ses lèvres de toute agression de la fragrance immonde des profondeurs marines. La chute des gouttes d'eau sur une flaque résonnait dans le couloir qu'elle traversa. Un son agréable comme irritant qui aurait stressé n'importe quel individu. Le silence régnait en maître en ces lieux et les gouttelettes étaient comme le battement incessant d'un cœur mourant dans l'esprit de Circé.

Puis, elle s'arrêta devant une immense gravure qui aurait sans doute donné la chair de poule à quiconque la verrai. La porte semblable à toute autre, la gravure similaire, rien ne semblait obliger la femme à s'arrêter sauf cette gravure. Cette rangée de dent prête à tout instant à enfermer l'homme dans une prison éternelle, dans une souffrance éternelle. La perspective était alléchante et la bienvenue dans le navire de l'Albatros dont la vue rappelait une menace imminente. L'invocation se trouvant à l'intérieur, cet "Iwiza Gel'Ta" saurait sans doute se rendre utile, si toutefois il n'avait pas déjà été libéré.

Elle poussa la porte dont l'épaisseur forçait l'ouverture à se faire lente. Le visage toujours masqué de moitié par son écharpe, elle entra dans l'antre du prédateur non sans appréhension. Après tout, les invocations n'étaient dociles qu'à partir du moment où elles vous acceptent en invocateur. Un pas, puis l'autre dans le noir complet permit d'observer la pièce dans son ensemble ou du moins ce qu'on souhaitait montrer à sa vue. Deux flammes dansaient faiblement, au centre un monticule d'armures et d'arme. La chute de l'un des bras squelettiques en une roulade ridicule confirma avec certitude les annonces présentés tantôt. La porte claqua, laissant l'écho répondre de sa fermeture. D'autres lumières s'allumèrent des suites de l'écho, Circé pouvait à présent voir l'étendu de l'antre. Des cadavres squelettique, il n'était pas nécessaire d'inspecter les corps pour comprendre que l'animal s'était amusé à en faire son festin mais le doute subsistait, les invocations mangeaient-elles ? Les légendes connues de Circé si ce n'est tout ce en quoi elle croyait sur ses êtres semblaient se dissiper de son esprit. Le reste de la zone était vide, du moins c'est ce qu'elle aurait cru si la chute d'une goutte d'eau au sol n'attira pas son attention sur le plafond. Il n'était plus question de disparaître discrètement, le prédateur avait repéré sa proie.

Il était difficile de pouvoir décrire avec exactitude les comportements de la chose, les lumières étaient présentes mais l'esprit de Circé semblait se défaire de toute raison. On eut dit que les invocations étaient immortelles, on eut dit qu'elles possédaient moult pouvoirs et qu'elles pouvaient s'en servir à tout moment. Circé savait dans le fond qu'Iwiza Gel'Ta n'aurait pas besoin de ses pouvoirs mystiques pour l'anéantir. Un coup de mâchoire ou une gifle suffirait sans doute à la tuer. Comment se fait-il que ces hideuses monstruosités soient adulées par les Hommes et que le nombre de ces êtres libérés grandissait chaque jour ? C'était un fait, la capitaine ne s'attendait nullement à tomber sur un être aussi peu humain, aussi peu gracieux. Néanmoins, bien que sa présence peinait à se faire agréable pour la lame sanglante, il ne valait pas non plus les monstres de la Mer Intérieure. De plus, il fallait dire qu'elle n'avait jamais vu une invocation aussi… moche de sa vie. La chose avait bougé, c'était là la chose la plus importante pour elle à cet instant. Soudain, dans l'incompréhension la plus totale, le monstre marin s'est mis à rire avec une telle force que Circé aurait cru que les stalactites allaient en tomber. Puis vint un nouveau mouvement de la part du monstre qui exhibant une rangée de dents peu rassurante demanda à la femme son identité et les raisons de sa venue.

La lame sanglante avait déjà répondu à cette question par le passé, à plusieurs reprises d'ailleurs tant est si bien que ses paroles suivaient tel un mécanisme infaillible la question. Seulement là, elle doutait d'elle et de l'infaillibilité de ses mots.

«Je suis née Circé Bartholomew mais j'ai arraché les entraves de ma vie pour devenir celle qu'on appelle aujourd'hui la Lame sanglante

Dit-elle d'une voix la plus grave possible, cachant au mieux son incertitude.

«Mon but premier fut d'obtenir les faveurs de ton géniteur Aqua mais mon envie s'est ensuite déviée sur ma nécessité à avoir une invocation telle que toi.»
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 10 Aoû - 1:42

Iwiza observa un peu mieux Circé, si par observer la bombarder d'ondes sonore était le terme. Elle avait des contours robustes, très peu féminins, même malgré les standards locaux les plus récents qu'il avait arraché à ses victimes avant leur trépas. Elle était armée, cela faisait d'elle une combattante, une chance pour Iwiza qui se fendit d'un large sourire et qui fit claquer ses dents après la présentation de l'humaine. Bon, elle avait au moins le physique qu'il recherchait, mais d'autres avant elle l'avait eut. Restait à savoir si elle avait ce qui manquait aux autres dans la mort comme auparavant dans leur existence, mais dans un sens différent à chaque fois : des tripes. La créature marine devait avouer qu'il sentait quelque chose de différent chez la dame, elle semblait entourée d'une aura venue d'Aqua. Sans doute un genre de rituel oublié, ses sens étaient si aiguisés ici qu'il en perdait parfois le sens des réalités.

"La lame sanglante" en tout cas c'était un sobriquet sympathique, les humains aimaient se donner des surnoms effrayants. Cela reflétait leurs qualités intrinsèques selon eux. Celui là devait sans aucun doute signifier qu'elle avait tué beaucoup de gens, Iwiza appréciait que cette femme semble crainte, à moins qu'elle se soit donné ce surnom seul. Restait donc à mettre sa réputation à l'essai. Le prédateur marin quitta sa position recroquevillée et se leva, il prenait son temps, l'odeur de Circé s'intensifia et il put la percevoir, elle puait le sel et l'air marin de manière générale. Une femme de la mer musclée, son analyse se poussait, elle devait être une combattante des mers, une membre de la marine ou bien une pirate. Il s’approcha lentement, s'approchant du tas de squelettes qui le séparait de celle qui prétendait s'attirer son service. Il se saisit d'un des crânes et tourna ses orbites vides dans le regard de la femme. Ses cliquetis résonnant plus forts dans la salle.


-Celui-là aussi voulait une invocation, il n'a trouvé que la mort. Pas par ma main, enfin, pas selon les lois divines. Mais comme pour toute épreuve de la vie, il y as un taux de perte acceptable. J'espère ne pas avoir à t'ajouter à la pile, tu es un peu différente que les autres. Sache cependant que tu peux partir à tout moment, fait le juste plus tôt que le pauvre qui pensait pouvoir remonter avec des entrailles qui pendaient de son bide. Je ne suis pas n'importe quelle invocation, je serait plus faible que jamais une fois traversés les murs de ma prison. Mais si je te choisit, ta vie me sera aussi précieuse que si c'était la mienne. Car ce choix voudra dire que je place de grands espoirs en toi, et tu ferait mieux de ne pas les décevoir. Surpasse toi donc "Lame sanglante", montre moi ce que tu vaux en combat.

Après un rire supplémentaire, les braseros s'éteignirent simultanément. Des bruits étranges se firent entendre, des chocs d'os et de métal emplirent d'un chaos auditif indescriptible l'espace clos de la grotte. Circé put sentir de l'eau monter le long de ses bottes, puis de ses jambes, l'eau lui arrivait à mi-cuisse. Quatre points lumineux rouges percèrent la nuit et un grognement sourd derrière elle lui révéla la présence de deux autres points rouges. Flamboyants, ils révélaient le concours d'orbites creuses. apparemment, elle était face à trois combattants squelettes, deux devant elle, et un derrière qui lui barrait le passage vers la sortie. Ces adversaires étaient faibles, mais ils n'était qu'une mise en bouche, destinés à juger le style martial du prétendant, et l'éliminer si besoin.

Iwiza continuait de cliqueter, les ondes sonores rebondissaient contre les parois mais son regard était bien concentré sur Circé. A vrai dire, il observait le moindre de ses mouvements, surtout maintenant qu'elle allait combattre. Le spectacle allait être intéressant, car les squelettes n'allait pas se retenir, il espérait que cette prétendante non plus. Un petit rire lui échappa, un rire narquois et qui narguait clairement la lame sanglante, la mettait au défi.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 13 Aoû - 21:49

Into the deep


La pirate suivait les mouvements de la bête marine avec toute l'attention du monde. Elle était loin de s'imaginer le sort qu'il avait prévu pour elle. Plutôt, elle imaginait les pires choses qu'Iwiza pouvait produire. Si les dires de la plaque devant l'entrée s'avéraient vraies, la pirate avait du soucis à se faire. Néanmoins, Circé gardait la tête haute, la peur ne devait nullement se montrer sur son visage. Elle devait être forte et implacable pour son équipage et ce même si l'étrange créature était pour le moins dangereuse en apparence. D'un autre côté, le danger qu'il puisse représenté était un avantage certain, que ce soit pour sa réputation ou bien pour les autres. Il ferait parfaitement l'affaire si toutefois la fin du voyage en mer ne sonne pas pour elle à ce jour.

Le silence gagnait la pièce, les cliquetis du monstre marin et les gouttes d'eau comme seul son présent. L'ambiance était glauque et elle ne tarda pas à l'être davantage. Le crâne placé devant elle n'était pas plus effrayant qu'un autre. Elle avait eu pour habitude de voir plus affreux que cela chez les humains. Les membres absents, le ventre ouvert et les boyaux sortis comme le disait l'invocation jusqu'à découvrir le corps humain en son intégralité, intérieur qu'extérieur. S'il souhaitait l'effrayer des risques auxquels elle se confrontait, ce n'était pas gagné.

«Voilà des paroles sensées pour un prédateur.»


Constata-t-elle simplement, elle avait intégré les rumeurs selon lesquelles les monstres n'avaient pas d'âme et tuaient par plaisir tels des chiens sauvages. Chose amusante puisqu'elle était elle-même considéré comme un monstre selon certains dires.

«Je ne reculerai pourtant pas. J'ai consacré ma vie à la mer et si je devais mourir alors ce sera dans l'eau.»


Elle claqua son pied sur le sol d'eau qui éclaboussa faiblement l'autour du pied.

«Il faut croire que j'aurais d'une manière ou d'une autre ce que je veux.»


Lorsque la nuit artificielle tomba sur la salle, Circé sentit son cœur s'affoler. La vue perdue, les autres sens se mirent en éveil, l'odorat n'avait aucune utilité tant il était agressé par les odeurs de sang, de marée, de poisson. De même que le goût. Seul l'ouïe et le toucher serviraient à la femme. Les cliquètements se dissipèrent dans le mouvement de l'eau. La nature s’était tu, le silence domina durant une infime de seconde le lieu. Le calme n’avait jamais été aussi troublant.

Puis, deux points rouges brillèrent dans l’obscurité, puis deux autres à son côté. Elles flottèrent dans l’air comme des lucioles ensanglantées mais restaient chacune en binôme. Deux grands yeux rouges se tenait face à elle qui à sa suite, révéla un râle, sombre, sinistre, macabre. Un autre suivit dans son dos, en tournant la tête en arrière, elle saisit la présence d’un troisième ennemi.  Le temps n’était plus à l’attente, les yeux se rapprochèrent du pirate qui s’empressa de saisir le manche de son arme.  Schwing !  La lame sanglante s’était emparée de son arme de prédilection, à l’assaut de ses ennemis. Ils flairaient certainement le sang séché sur la lame car ils foncèrent sur elle malgré l’eau qui montait à leurs genoux. Ignorant la véritable apparence des êtres qui l’attaquèrent, n’importe qui aurait fait profil bas et ils avaient raison. Quel imbécile tenterait d’attaquer l’inconnu dans le noir complet ? Un détail différenciait seulement la pirate des autres de ce monde : Elle ne se battait pas pour sauver sa peau.

En voyant que ces monstres face à elle s’approchaient de trop près d’elle, Circé n’eut d’autres choix que de bondir sur le côté dans l’espoir que les êtres soient assez stupides pour se foncer dedans. La chance lui souriait pour cette fois. La première attaque groupée résonnait par frappement sur les étranges ennemis entre eux. Les râles redoublèrent mais les dégâts ne pouvaient être résolus. La nature de ces ennemis était bien loin d’être certaine : Des esprits (qui avait un impact certains sur l’eau les entourant) ou  des élémentaires d’eau (il était rare d’entendre ces monstres râler mais sait-on jamais) ? Une chose semblait probable, les ennemis étaient armés. Les lumières rouges se tournèrent vers elle et les eaux ne lui permettaient pas d’être rapide. Son arme serrée entre ses doigts, elle attendit de nouveau que les monstres s’approchent d’elle. Le buste de profil, la pointe de la lame levée, elle n’aurait pas le droit à l’erreur.

« En garde ! »


cracha-t-elle. Les échos de ses paroles résonnaient dans la pièce en decrescendo.

Sa lame s’abattit dans le vide, menaçante, elle n’était pas sûre de toucher ses adversaires. Circé s’accrochait désespérément aux sens qui « voyait » les monstres : les faibles lueurs, la marée, les râles… Serait-ce suffisant pour vaincre ?

Les lames s'abattirent. Les coups portés avaient bien évidement des séquelles des deux côtés. Trois corps tombèrent à l'eau.

La scène  Le tronc en armure de Circé se fissura sous le coup de l'ennemi. La lame de son arme avait craquelé les os desséchés du squelette. Pour atteindre les deux corps, Circé avait envoyé sa jambe sur ce qui était la colonne vertébrale du squelette à sa gauche et l'envoya valser sur son allié. Le coup était difficile et demandait une certaine souplesse. Il ne fallut pourtant pas une force phénoménale pour déséquilibrer le squelette sur l’autre. Le mouvement eut raison d’elle, trop sûre de son coup, elle chuta au même moment que ses ennemis.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 14 Aoû - 20:53

Elle se battait bien, un peu trop ouverte sur la garde peut-être, mais sa sauvagerie et sa rapidité compensait largement ce désavantage. Oui, il pouvait l'améliorer, en faire quelque chose de bien. Elle avait un potentiel déjà bien entamé mais qui restait très exploitable. Iwiza se plongeât dans l'eau, à la surface, ses cliquetis n'étaient plus audibles.

Autour de Circé, les trois squelettes étaient tombé dans le plus vieux piège du monde. L'un d'entre eux avait perdu son bras d'arme suite au coup de son collègue et il tentait de se jeter sur la pirate mais il ne rencontra que sa lame qui lui fendit le crane, l'envoyant s'écraser lamentablement dans l'eau. Les deux autres créatures se préparèrent à la charge mais l’infatigable Circé repartait déjà à l'assaut. Il durent parer dans un premier temps et l'un des deux squelettes perdit toute trace de vie quand la lame de Circé lui trancha son cou osseux. Alors que le troisième s'apprêtait à se servir de cette ouverture pour contrecharger, Iwiza surgit derrière lui, avec son cliquetis, et broya son crâne de sa main gauche. De la droite, il dévia la lame de Circé d'une frappe de la paume dans le plat de la lame. Il en avait assez vu. La pirate avait des mouvements intéressants, un peu trop instinctifs à son goût mais intéressants. L'eau commença à baisser, comme aspirée par le sol, et les braseros se rallumèrent. Iwiza s'approcha un peu de Circé, la dominant sans problème de sa taille imposante. Il lui offrit un large sourire découvrant toutes ses dents effilées comme des lames de rasoir et brillantes comme de l'acier finement poli.


-Lame sanglante, tu es une personne intéressante et mystérieuse. Tu semble savoir te battre, ou au moins en avoir quelques rudiments. Tu es vive, tu t'adapte, tu es sans pitié, j'aime beaucoup ça. Mais comme tu pourrais t'en douter, il ne suffit pas d'être fort pour m'impressionner, pour me laisser être ton serviteur par les lois divines qui nous dirigent tous. Il est facile de contrôler un chien qui ne peut pas mordre. Ce que je cherche, c'est du respect. Ce que je veux, c'est que tu me prouve que tu est bien le spécimen que j'enverrais au firmament de ton espèce. Alors dit moi, Circé Bartholomew. Qu'est-ce qui te rend unique? spéciale? Pourquoi toi plutôt qu'une autre personne devrait-être mon invocateur? Que tirerais-je de ma servitude à tes côtés si ce n'est le plaisir de te voir devenir quelqu'un?

Iwiza, tout en parlant, tournait autour de Circé d'une démarche souple. Son ton sévère donnait presque l'impression que de la réponse de Circé dépendait sa survie en ce lieu. Comme si elle était piégée, une proie dans le filet d'Iwiza et de ses griffes et crocs menaçants. Comme si les dés étaient pipés et qu'elle ne sortirais jamais vivante d'ici. Le monstre jubilait, le monstre semblait contempler son prochain repas. Était-ce pour cela que les os portaient des traces de dent, l'invocation mangeait-elle les humains qui avaient le malheur de venir ici?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 17 Aoû - 15:52

Into the deep


Circé avait chuté sur son bras, le choc semblait s’être amorti de peu par l’eau mais ne paraissait pas moins douloureuse. Lorsqu’elle se releva, la lame à la main, les braseros reprirent leur intensité lumineuse. La première épreuve était terminée, il ne restait plus que sur le sol les ossements des créatures combattue. Des squelettes, voilà donc ce que lui avait réservé le demi-dieu. Le combat avait été rapide, certes, mais pas sans conséquence. Son épaule avait été touchée, une blessure interne fit grogner la pirate qui plaça machinalement son autre main sur la blessure. De plus, l’armure légère qu’elle portait avait également subit le coup de l’une des lames paraissant émoussée à la vue. Une large fissure taillait l’armure que Circé ne saurait réparer, il fallait pour son prochain voyage faire un détour parmi les forgerons des terres d’Arcane et quérir les soins d’un médecin ou d’un herboriste. Une idée qui irritait grandement la capitaine.

De sa main inverse, elle attrapa son arme. La blessure bloquait presque ses mouvements et il lui serait impossible de porter un nouveau coup sans subir la paralysie de son bras habile. Son attention se retourna de nouveau sur ce qui l’entourait. La créature marine était là, face à elle avec un très large sourire montrant à sa vue la rangée de dent. La première épreuve avait été réussie et au vu des compliments du Demi-Dieu elle avait su convenir à ses attentes. Circé fronça les sourcils tant pour la blessure manifeste que pour les explications d’Iwiza, comment ce dernier avait-il pu voir ses actions dans le noir complet alors que son apparence ne présente aucun globe oculaire. Le principe était assez complexe, trop sans doute pour une femme des mers dont la priorité et de récupérer fortunes et gloires en pillant les honnêtes gens. Néanmoins, le Demi-Dieu possédait un tout autre critère intéressant pour la pirate qui saurait employer ses aptitudes dans de bonnes circonstances. Bien vite, la suite des épreuves s’enchainèrent comme une nouvelle vague de danger. Ce n’était plus une épreuve athlétique, tant mieux diront-nous, mais une épreuve plus personnelle.

« Ce qui me rend unique, dis-tu… ? C’est que je serai sans doute la seule à t’octroyer le plaisir d’appliquer les pleines capacités de ce que tu es. Enfant d’Aqua, tu navigueras sur mon navire et sillonneras les mers à mes côtés en quête des milles merveilles de ce monde. Loin des tracas des Hommes se jugeant trop bien ou trop bons pour parcourir le monde des mers. Tu ne veilleras qu’à voir ce navire, l’Albatros prendre de l’ampleur et voir dans le regard des gens l’apercevant le plus profond respect d’un équipage qui  veut simplement vivre au jour le jour sans à se soucier de l’univers complexe des petites gens de ce monde. Tes jeux, ton bon plaisir, prédateur, ne sera pas omis durant le voyage. Je serai de ces gens qui ne se préoccupe pas du lendemain et qui profite des bienfaits de la vie que vous nous avez offerte. Si tu te refuses à moi, tu ne trouveras rien de plus que des vadrouilleurs sans but, des rats, des gratte-papiers et j’en passe. Si tu t’allies à moi alors nous montreront qu’il n’est rien de mieux sur ces terres que le plaisir et le profit de la vie avant tout. Mon bon plaisir sera le tiens si tu aimes allier force et intelligence dans un monde où les hommes cherchent à tout niveau à se dicter des lois pour s’empêcher les uns les autres de vivre. C’est d’un ennuie sans nom que j’aimerais, tel un chevalier de l’ombre narguer. Ce qui fait de moi un être spécial, unique est avec certitude qu’avec d’autres tu ne seras jamais les pieds dans l’eau mais plutôt les pieds dans la boue. N’est-ce pas une offre alléchante ?»


La créature tournait autour de Circé, rien ne semblait lui permettre de deviner ses pensées. Elle avait déballé ses pensées assez rapidement et ne songeait guère à savoir ce qu’il aimerait ou non. Et puis après tout la moindre latence aurait sans doute été trop suspecte. L’instinct et l’impulsion était les maîtres-mots de ses actions et ce n’était pas pour lui déplaire, loin de là.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Lun 17 Aoû - 23:37

Elle parlait bien, un niveau d'éducation correcte. Elle savait se faire comprendre simplement mais avec des mots percutants. Iwiza continua sa marche silencieuse jusqu'à se trouver au milieu des deux braseros. Il aimait bien cette Circé, elle était débrouillarde, ne pleurnichait pas face aux blessures et elle était assurément une leadeuse née. Elle décryptait Iwiza et tentait de baser son argumentaire sur un qui lui plaise, l'effort était impressionnant et très louable. La créature des profondeurs observa les ossements, il se souvint d'Ulrich, un fier guerrier qui ne pensait qu'au pouvoir sans se préoccuper de quoi en faire, il y avait aussi eut Erwin, lui était trop ambitieux, un coup malheureux d'un squelette l'avait tué. La lame sanglante avait piqué sa curiosité, il se plut à imaginer la vie à ses côtés.

Il imaginait bien le chaos et le carnage, son invocatrice crainte de tous et insaisissable. A la tête d'une flotille, elle fait régner la terreur sur les terres. Elle imposerait son ordre et sa loi. Dans un certain sens ça ne gênait pas Iwiza, après tout elle serait poussé au maximum de ses capacités, mais apprendrait-elle à faire cela tout en respectant la terre que les dieux lui avait donné? elle semblait s'y connaître un peu en théologie, l'aura qui l'entourait indiquait un rite qui lui donnait un attrait certain. Mais il ne devait pas oublier qu'il serait compliqué de la guider une fois tenu en laisse. Malgré ses belles paroles, elle pourrait le museler si le besoin s'en faisait sentir. Elle était impitoyable, il ne fallait pas l'oublier. Le monstre marin pesa le pour et le contre un moment dans le plus grand silence, il arrêta même les cliquetis, offrant un certain répit à Circé.

Il devait faire son choix, passait-il à la suite du plan? Il restait une dernière épreuve après tout, il s'autorisait le droit de revenir sur son choix. Mais il était trop curieux pour laisser passer une telle occasion. Il se remit à émettre des cliquetis, il se braqua de nouveau sur Circé cont il avait suivit la localisation avec son ouïe.


-Très bien, tu sait t'exprimer lame sanglante. Tu as donc le droit d'accéder à une dernière épreuve. Voit-tu, cette cellule n'est qu'illusion, tes blessures ne sont pas réelles, bien que tu aurait put mourir si je te montrait ta mort. Je ne suis pas vraiment là et tu n'a pas vraiment combattu. Tu es sous une puissante hypnose qui me donne un contrôle total sur les événements que tu perçois, mais pas sur comment tu y réagit. Je peux t'assurer d'une chose, cette apparence est bien la mienne. Désormais tu doit trouver la source de mon contrôle et la détruire. Tu as le droit à trois questions pour avoir des indices. Une fois ta réponse donnée, tu pourra me libérer, ou tu seras éjectée hors de cette salle.

Iwiza venait de révéler un secret important à Circé, il espérait qu'elle saurait s'en montrer digne, d'un geste il fit disparaître ses blessures avant de se mettre en tailleur. Il se mit à méditer, attentif au monde qui l'entourait et espaçant ses cliquetis. Il était patient, il saurait attendre.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mer 19 Aoû - 21:14

Into the deep


Après l’argumentaire vint la phase décisive. Une fois de plus, la capitaine de l’Albatros avait su plaire à son examinateur extraordinaire. Alliant à son actif force et rhétorique, elle était presque certaine d’obtenir son dû mais le doute subsistait toujours sur les intentions de la créature et de sa volonté à vouloir faire de Circé cet être qu’il voulait mener au « firmament de son espèce ». L’étrangeté de sa conviction amusait la capitaine qui était loin d’être mécontente de cette idée. Après tout, il était dans son intention de s’inscrire dans les grands noms de ce monde. Elle le ferait par ailleurs avec ou sans l’invocation.  

La créature marine dévoila par la suite un tout nouveau tour de passe-passe de sa peau visqueuse. Cette fois-ci il n’était plus question d’éteindre les lumières ni même d’animer des squelettes mais bel et bien de manipuler son esprit. Elle fronça ses sourcils, le regard froid, l’expression amère : Iwiza s’était belle et bien moquée d’elle et pas qu’un peu. Ainsi, tout ce qu’elle percevait jusqu’à présent _à l’exception d’Iwiza_ s’avérait totalement factice, illusoire. Tout d’abord, Circé avait des difficultés à croire en cela mais ce n’est que lorsqu’elle vit la blessure et la fêlure de son armure disparaître comme par enchantement qu’elle concéda à l’idée que cela aussi était du ressort des Demi-Dieux.
A cette nouvelle épreuve, il fallait être malin, habile et sans doute faire preuve d’une certaine jugeote pour trouver la source de l’illusion. Une nouvelle épreuve, si ce n’est la dernière, qui sera très certainement décisive pour la pirate.

La lame sanglante commença tout d’abord par inspecter les lieux. La révélation brouillait son esprit, que croire lorsque tout semble se bercer dans une illusion ? Circé avait même l’impression de ne pas réellement exister pour le coup. Monstre de cauchemar ou songe de minuit, il était certain que la peur n’irait sans doute pas jusqu’à imprégner la peau de la femme si pâle, si blanc. Plusieurs solutions gravitaient dans l’esprit du pirate mais pourraient-elle lui permettre de parvenir à ses fins ? Comme l’avait certifié l’invocation, les images étaient contrôlées, pas ses réactions.

«A quoi ressemble la source de ton contrôle, Iwiza ? »

Question simple mais pour le moins évidente. Elle aurait pu le formuler autrement qu’elle n’aurait pas douté de la fourberie de l’invocation. Si ce n’est elle c’était la pirate qui aurait agit. Après tout, que dire lorsqu’on nous demande s’il nous est possible de faire une chose si ce n’est par « Oui/Non » ? Elle espérait tirer beaucoup de cette question sans quoi il faudrait se débrouiller pour chercher une source là où tout semble contrôlé par l’invocation.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Ven 21 Aoû - 12:38

Iwiza patientait, Circé semblait réfléchir. il aurait payé cher pour l'entendre penser. Le prédateur marin pouvait sentir sa tension, son petit tour de passe passe n'avait jamais encore été révélé, les participants étaient soit trop faibles, soit trop stupides, et parfois les deux. Avec Circé il pensait savoir à quoi s'attendre, elle était intraitable, impitoyable et formée au combat. Il n'avait plus qu'à faire pousser en elle les graines de la grandeur. Elle marquerait son nom dans les livres d'histoire et changerait le monde, mais peut-être pas de la manière qu'elle voulait. Après tout, il avait de grands espoirs en elle, mais elle pouvait encore le décevoir, après tout, elle n'avait pas encore passé cette épreuve.

«A quoi ressemble la source de ton contrôle, Iwiza ? »


Iwiza était amusé, il fallait bien le reconnaître. Il se remit à rire. Pensait-elle vraiment que c'était aussi simple? Qu'il allait lui livrer la réponse sur un plateau d'argent. Pauvre enfant, elle n'était pas au bout de ses peines si elle pensait manipuler ainsi les règles du jeu. Il y jouait depuis plusieurs millénaires, ce n'était pas une humaine qui allait les lui apprendre sous son propre toit. Le rire s'arrêta au bout de quelques secondes et Iwiza braqua son regard inexistant sur Circé.

-Désolé mon enfant, je m'extasie devant ta candeur. Mais je te dois une réponse. La source de mon contrôle n'a pas de forme précise, bien qu'elle soit perceptible. La source de mon contrôle n'est pas tangible mais elle existe bel et bien à ce niveau d'existence.

Dans la vie, rien n'était simple, elle avait bien fait de poser cette question, mais si elle croyait obtenir tout ce qu'elle voulait avec, c'était raté, Iwiza tenait à son libre-arbitre, avant de le perdre, autant en profiter encore un peu. Et puis, c'était tellement amusant de les voir penser. Iwiza reprit sa posture d'attente, méditant tranquillement. Il avait hâte de voir ce que lui réservait la lame sanglante.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 27 Aoû - 12:39

Into the deep


La créature marine pouffa à la présentation de sa première question. La question en soi était une idée simplette et bel et bien candide, Circé se l’admettait volontiers. Comment aurait-elle pu croire un seul instant qu’elle aurait en réponse une forme d’objet précis qui lui suffirait de détruire d’un coup de lame. Il n’était pas faute d’essayer tout du moins à proposer ce genre de question qui manifestement ne marchera pas vraiment.

De nouveau, Circé songea aux paroles d’Iwiza, tout ce qui l’entourait en soit n’était qu’illusion, selon lui. Ces squelettes, ces corps décomposés où des restants de chairs restent collés contre leurs os. Ces stalactites, ces eaux et même la créature elle-même n’était en rien réelle. Pourtant elle avait la sensation qu’autour de ses jambes les eaux marines s’enroulaient. La pirate ne pouvait nier l’odeur salée et nauséabonde de sang mélangé à la mer et au renfermé. Elle n’oubliait pas non plus la sensation d’air froid ni même celle de sa main contre sa lame. Il y avait sans doute une autre solution mais laquelle ?

Ses doutes s’étaient portés au début sur l’invocation. Après tout, il pouvait être possiblement sa propre source de pouvoir mais cela reviendrait à l’éliminer ce qui ne sera pas une tâche simple et même tout à fait étrange, un Demi-Dieu ne meurt pas, ça se saurait.

La seconde idée pouvait être le temple mais là encore aller détruire un temple portait de l’exploit, et puis elle ne souhaitait pas non plus avoir la colère d’Aqua sur le dos.
Enfin, la dernière option qu’elle songeait était sans doute elle-même. Après tout n’est-ce pas de son esprit que l’individu puise son contrôle ? Mais cela reviendrait alors à se détruire elle-même. La question au bord de ses lèvres, elle devrait utiliser pour la seconde fois un de ses indices pour parvenir à trouver la réponse à son énigme.


« Est-ce que la source de ton contrôle se trouve en moi ? »


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Jeu 27 Aoû - 13:36

La mâchoire du prédateur se refermait sur sa victime. Circé semblait toucher au but. Les paroles sibyllines d'Iwiza semblait l'avoir rendue confuse. Il était satisfait de son petit effet. Si seulement elle savait ce qu'était la réponse, elle se damnerait de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il traça des cercles sur le sol de son index. Il observait, ressentait, vivait avec Circé l'épreuve. Elle était tenace, il fallait bien l'admettre, mais elle manquait encore un peu de ce quelque chose qui élevait les légendes au rang qui était le leur. Si elle réussissait l'épreuve, Iwiza devrait travailler avec elle, l'améliorer. Il se souvenait de l'ancien monde et de sa vision ancienne de la femme. Bien qu'elle ais changé au cours des âges et en fonction des clans et sociétés, les hommes avaient tendance à mésestimer ce qu'ils appelaient "le sexe faible". Et pourtant à part quelques détails les deux possédaient le même potentiel. Iwiza était bien placé pour le savoir après tout, il avait aidé à leur création.

« Est-ce que la source de ton contrôle se trouve en moi ? »


Une question intéressante, mais elle s'égarait un peu. A quoi faisait-elle référence? A son âme? Elle pensait encore comme une guerrière, elle pensait destruction et physique. Le monde était physique bien entendu, mais il n'était pas que matière solide. Si elle réussissait, Iwiza aurait beaucoup à lui apprendre. Il devait toutefois répondre.

-La source n'est pas en toi, ce n'est pas un organe ni une âme. Mais sache que tu peux toutefois la percevoir et la ressentir.

Plus qu'une question, la lame sanglante était proche du but, mais son petit égarement pourrait bien rendre ses efforts vains. Ce qui serait bien dommage, Iwiza ne savait pas trop comment appréhender tout ça, il brûlait de lui révéler la vérité, mais il se refusait à toute triche. Cela ne lui ressemblait pas et le choix serait faussé, comment remettre son libre-arbitre entre les mains de quelqu'un d'incapable de prouver sa valeur envers lui? Ses cliquetis se stoppèrent et Iwiza se plongeât totalement dans sa réflexion.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Jeu 27 Aoû - 17:51

Into the deep


La femme peinait à conserver son calme. Encore une fois la réponse n’était pas celle espérée. Comment retrouver un tel objet dans un lieu où tout semble illusoire ? La créature divine contrôlait sa vision et son esprit comme une vulgaire marionnette. Le moindre des regards sur les alentours n’était pas vrai, n’est-ce pas ? Les dents serrées, elle préféra marcher pendant que sa réflexion était si intense qu’elle en brûlerait son cerveau. Elle résumait : Quelque chose qui n’est pas tangible, qui est pourtant perceptible et sensoriel, qui n’est ni un organe, ni une âme. La question de la présence de la source de contrôle n’était alors pas dans le Demi-Dieu lui-même.  Alors qu’est-ce que cela pouvait-il bien être ? Le temple ? Non, encore une fois bien qu’il soit probable que la magie soit dans le temple ce serait étonnant qu’Iwiza demande à ce qu’on détruise le temple d’Aqua. Un long râle s’échappa des lèvres de la capitaine. Etait-ce si évident qu’elle-même ne trouvait pas ?

La femme acariâtre fit un pas d’une extrémité à l’autre de la prison. Elle réclamait intérieurement un défouloir susceptible de satisfaire la tension nerveuse qui commençait à tendre ses muscles, n’y avait-il pas d’autres squelettes à attaquer ? L’esprit clair était toujours plus sage qu’un esprit embrumé de colère. Les sourcils froncés et le visage renfrogné des mauvais jours cherchait toujours ce que pouvait être cette source de contrôle. Elle aurait pu jeter l’éponge depuis bien longtemps mais son caractère la forçait à ne jamais renoncer. Même si cela lui coûtait de s’enfoncer davantage dans de la vase. Du moins c’était la façon présente à Circé de réagir. Il lui restait une seule question et elle le devait l’utiliser avec pertinence.

Il fallait sans doute prendre mot-à-mot la réflexion : Ce qui n’est pas tangible n’est pas touchable mais il est possible de la sentir et de la percevoir, elle n’a pas de forme précise et n’a ni âme, ni organe...

« Dans ce cas, Est-ce que la source de ton contrôle qui entrave mon esprit est l’eau ? »

Après tout, Circé se trouvait dans le temple d’Aqua, la seule source de magie possible se trouvait dans son élément, l’eau ou la glace et puis elle avait à tout moment les pieds dans l’eau ce qui pourrait expliquer (bien qu’étrangement) que cette « hypnose » ait prit le contrôle de tout ce qu’elle perçoit et ressent.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Jeu 27 Aoû - 21:43

L'exaspération de Circé tira Iwiza de sa rêverie, elle semblait au bout du rouleau, pour un être immortel la patience était une vertu quasi innée. Pour les humains, à la vie courte, c'était moins évident. Visiblement la lame sanglante était à ranger dans la catégorie de ceux qui ne l'était pas. Iwiza reprit ses cliquetis Circé tournait en rond, les humains faisaient souvent ça, l'afflux sanguin les aidait souvent à réfléchir. Sa tension était palpable, elle sentait qu'elle approchait sans jamais l'être. Les braseros qui éclairaient la pièce devaient être du plus bel effet pour donner à la scène la tension dramatique qu'elle portait. La prochaine question serait décisive, il le savaient tout les deux. Au fond de lui, Iwiza pria Aqua d'accorder à Circé la clairvoyance nécessaire pour trouver. Car après les trois questions, elle ne pourrait rester dans sa cellule éternellement, les humains avaient des besoins vitaux après tout. Allait-elle se tromper?

« Dans ce cas, Est-ce que la source de ton contrôle qui entrave mon esprit est l’eau ? »


C'était plutôt bien pensé, l'eau correspondait parfaitement à la description et étant donné le lieu dans lequel ils étaient cela avait du sens. Malheureusement pour la lame sanglante, elle n'était pas la seule à correspondre à la description. Iwiza claqua la langue de dégoût. Il n'était pas déçu, Circé avait été là ou bien d'autres avaient échoués. Mais à moins qu'elle agisse par élimination il était peu probable qu'elle trouve et le libère de son enfermement.

-Malheureusement pour toi, ce n'est pas l'eau. Mais c'était une piste très intéressante, je te l'accorde. C'était ta dernière question lame sanglante, mon enfant, je ne répondrait plus à tes questions mais tu peux toujours tenter de trouver par toi même, après tout tu as peut-être une idée derrière la tête.

Il l'espérait sincèrement, elle avait été si loin, elle était si près du but.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Dim 30 Aoû - 16:34

Into the deep

La capitaine avait usé toutes ses cartes et cela ne lui apporta rien de bon. Des détails, des détails qui pouvaient être des plus étranges comme des plus pertinent sur la réponse, qu’en savait-elle ? Circé avait beau tourner la chose dans tous les sens elle n’était plus vraiment sûre d’avoir ses chances sur cette invocation. Et puis, qu’est-ce donc que cette idée saugrenue de proposer une énigme finale à celle qui avait allié corps et charisme dans ses choix pour arriver jusqu’ici ? Une énigme. Voici donc la seule rempart à ce qui pourrait secourir son équipage avant la fin de tout ? Bien sûr, elle n’était pas sotte. Ses hommes pouvaient toujours tenter les épreuves des Demi-Dieux mais à quoi bon leur donner la chance de la détrôner de son rôle de capitaine ? Circé accorderait sans doute la présence d’invocation sur son navire à partir du moment où elle-même en posséderait une. Il fallait croire qu’il ne s’agissait pas de celle-ci.

La mâchoire serrée, elle finit par passer ses mains dans ses cheveux humides par la chute précédente, à moins qu’ici encore cela soit une illusion. Trop fière, elle se décida à rebrousser chemin pour cette fois.

« Je dois admettre que ton épreuve est bien plus coriace qu’il n’y paraîtrait. Je n’ai aucune idée de ce qu’est la source de ton pouvoir et auquel cas cela plus d’importance puisque je n’ai plus aucune chance de la trouver si ce n’est te taper dans tous les recoins jusqu’à trouver hasardeusement la réponse. Je n’ai pas la détresse nécessaire pour agir comme une brute sans cervelle ainsi je préfère me retirer sur le champ et repartir en quête d’une tout autre invocation. »

Que l’invocation soit satisfaite ou non de sa réponse, c’était la même chose pour elle. Les énigmes qu’elle devait résoudre, si elles l’étaient, prenait parfois des jours voire des mois pour ne pas parler d’années. Au moins, Circé pouvait laisser de côté son ambition pour d’autres objectifs en attente d’une illumination. Ce n’était sans doute pas le cas dans le temple d’un Dieu où l’éternité n’était qu’un idéal que les Demi-dieux possèdent. Iwiza pourrait attendre l’arrivée d’un invocateur pendant des jours, des mois et des années que cela ne sera qu’une poignée de seconde pour Circé.

La main contre sa ceinture, elle ignorait la façon dont elle allait être éjectée de ce temple ni si cela était un cas général pour l’ensemble du temple ou même sur l’invocation seule.



HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Mar 8 Sep - 11:49

Quel dommage. Iwiza fit claquer sa mâchoire de déception et de colère. Décidément, ce n'était pas pour cette fois. Il avait eut de nombreux espoirs dans cette pirate, elle semblait forte, courageuse, très capable. Mais si elle ne parvenait pas à passer les épreuves, il ne pouvait pas décemment remettre son libre arbitre entre ses mains. Elle ne le méritait pas, même si elle était celle qui, à ce jour l'avait le plus mérité). Bien sûr ce n'était pas le premier abandon qu'Iwiza voyait, mais il restait déçu à chaque fois. Il appréciait toutefois l'honnêteté dont avait fait preuve la lame sanglante. Il s'approcha d'elle et passa l'une de ses mains griffues le long du côté droit de son visage. Elle aurait fait un champion incroyable, mais pas encore parfait.

-Tu es forte lame sanglante, et tu es maline. Malheureusement tu ne l'es pas encore assez pour être mon choix. Par ces mots tu scelle un embranchement du destin et en ouvre d'autres. Soit forte sur la suite de ta route lame sanglante, si tu sait comment survivre tu deviendra quelqu'un de fort et puissant, même sans moi à tes côtés. Choisis bien le prochain enfant des quatres que tu choisira à tes côtés, car nous sommes plus que des armes ou des symboles de puissance. Nous sommes des demi-dieux et en nous se situe la sagesse et la connaissance des générations passées.

La créature marine afficha un large sourire et prit le visage de Cricé entre ses mains, sa gueule s'ouvrit en grand et il dévora son visage, lui infligeant une douleur sans nom. Ses dents raclant contre les os de sa victime  alors que ses hurlements étaient étouffés dans la mâchoire qui s'attaquait à la tête comme on s'attaque à une pèche. La douleur s'effaça d'un seul coup et Circé se retrouva devant la porte de la cellule, désormais fermée et qui résisterait à tout assaut éventuel, seule, avec pour seul compagnon le squelette du malheureux qui avait tenté de fuir l'épreuve d'Iwiza un peu trop tard.

______________________________________________________

Le temps a passé depuis le départ de Circé. La cellule à changé, car désormais, après le dédale de couloirs couverts de mousse et de moisissure, derrière la porte ornée de la gravure d'une mâchoire gigantesque s'apprêtant à engloutir un humain, c'est un tout autre décor qui attend les courageux qui s'aventurent en ces lieux.

La grotte est désormais grande, très grande. A vrai dire avec l'obscurité qui y règne il est difficile de dire jusqu’où elle va, ce qui est sur c'est que le trou dans le plafond qui laisse passer de la lumière ne suffit pas à l'éclairer jusqu'au bout. en dessous de ce puits de lumière, posé au centre, se trouve un autel posé au centre d'un îlot de roche, car l'eau semble avoir envahi les lieux en entre la porte et cet îlot de roche, il faudra faire preuve d'un peu de souplesse en sautant de roche en roche. Sur l'autel se trouvent quatorze crâne enfoncés profondément dans la roche, comme si cette dernière avait été formé autour d'eux et que seuls leurs visages aux orbites profondes avait réussis à rester en surface. Alors que le prétendant plonge son regard dans l'un de ceux des squelettes, il entend un cliquetis. L'eau commence à remuer comme si il y avait de l'agitation dessous. c'est là qu'un gigantesque appendice barbelé sort de l'eau et fouette l'air avant de replonger dans les ténèbres des eaux. Les roches qui avaient aidées la personne à entrer disparaissent à leur tour et si il l'avait laissé ouverte, la porte d'entrée se referme brutalement. C'est alors que deux mains griffues et palmées s'accroche au bord de la pierre et aide à monter Iwiza. Ses yeux inexistants accompagnés de son cliquetis se braquent sur le nouvel arrivant.


-Ce fut rapide cette fois-ci. Mais un autre de mes enfants vient me voir. Quel est ton nom et que viens-tu chercher ici humain?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Dim 13 Sep - 20:11

Into the deep
en compagnie d'Iwiza Gel'Ta

Les oiseaux et autres animaux vaquaient tranquillement à leurs occupations sous le couvert vert des arbres des Landes du sud. De temps en temps, un troupeau de variquans sauvages sortaient des fourrés en courant, se perdant dans la végétations luxuriante. On était alors bien loin des grandes routes construites de main d'hommes. Et, en cet endroit, au sein de cette jungle sauvage ne s'aventurait que les chasseurs et autres braconniers. Alors quelle surprise ce fut lorsqu'un variquan marchant au pas et portant sur son dos une forme chétive sortit de derrière un arbre. Heureusement, il n'y avait personne de bien humain dans le coin pour voir cet étrange tableau.
La petite chose humanoïde était clairement avachie sur le dos de sa monture, en proie à un manque certain... Sa tête tournait, son esprit était embrumé et il lui semblait que tout son corps la grattait... Pourtant, malgré tout, elle réussissait à garder le cap de sa monture. Sa touffe de mèches d'or pendait, semblable à une crinière artificielle de sa monture. Le visage collé contre les écailles dorsales de son lézard, Shaïtân respirait fortement, les yeux mi-clos. De temps en temps, elle relevait la tête, regardant les environs, donnant un coup de bride par-ci ou bien par-là. Puis elle se laissait de nouveau aller à ses souffrances, maudissant ceux qui l'avaient ainsi rendu dépendante sans qu'elle ne l'eut jamais désirée. Et, inexorablement, elle finit par tomber dans l'inconscience.

Quand elle rouvrit les yeux, son variquan s'était arrêté.
La nuit était tombée et sa fidèle monture profitait tranquillement du point d'eau à ses pieds pour se désaltérer. Recouvrant petit à petit ses sens, la tête lourde, la blonde au physique d'enfant se releva, se rendant compte qu'une fine pluie s'écrasait sur sa cape de voyage. De toute évidence, ça devait faire un moment qu'il pleuvait ainsi car sa cape était trempée.
La gardant cependant sur ses épaules, la petite noble regarda autour d'elle avant d'écarquiller les yeux d'étonnement. Face à elle se trouvait une large étendue d'eau dont il était impossible de dire si elle était profonde ou non. Au centre de toute cette eau se tenait majestueusement le temple des enfants d'Aqua. La construction avait quelque chose de délicat et d'irréel presque. La pluie faisait briller par endroits le temple, lui donnant un petit quelque chose de bienveillant. Et pourtant. Shaïtân savait pertinemment qu'elle ne trouverait en ces murs rien de doux. Peut-être même y trouverait-elle la mort. Mais ça, ce n'était pas une option qu'elle envisageait. Après tout, elle ne pouvait pas se permettre de se laisser aller à une mort en ce lieu. Elle avait d'autres choses à faire avant de pouvoir se reposer dans les bras de la faucheuse.

Retrouvant le plein usage de ses sens et de son corps, la jeune fille quitta sa monture, allant l'attacher à la branche d'un arbre noueux. Observant le temple de l'eau, elle se mit à réfléchir. Elle ne pouvait pas traverser à la nage. Entre ses vêtements qui deviendraient lourds à cause de l'eau et son sceptre, c'était du suicide. Et puis, même si elle connaissait la pratique, elle n'avait jamais vraiment nagé donc elle risquerait assurément de se noyer si elle y allait ainsi. S'asseyant dans l'herbe fraiche, en oubliant la petite pluie, la blonde se perdit dans ses pensées, réfléchissant à un moyen à peu près potable de traverser cette lagune.
Après quelques longues minutes de réflexion, elle se leva finalement d'un bond, un large sourire aux lèvres. Se tournant vers la forêt, elle y galopa, se perdant entre des feuilles plus grandes qu'elle. Puis, elle revint, quelques minutes plus tard, trainant comme elle le pouvait un tronc mort. Poussant le morceau de bois dans l'eau, elle croisa les doigts pour que son idée fonctionne. Et elle ne put retenir un petit soupir de soulagement quand elle vit que le morceau de bois flottait.
Avec une certaine appréhension, elle entra à son tour dans l'eau, après avoir laissé sa lourde cape de voyage sur le dos de sa monture. Frissonnant sous la température froide de l'eau, la petite s'agrippa de toutes ses forces au tronc d'arbre, se mettant à patauger en direction du temple, faisant attention à ne pas lâcher ni son sceptre, ni sa bouée improvisée.
Non sans mal, elle atteignit l'autre rive, donnant sur un large escalier menant vers la porte principale de l'endroit. Trempée, essoufflée, les mains lui faisant mal tant elle s'était agrippé à son tronc d'arbre, Shae ne prit cependant pas lus de temps que ça pour récupérer. Le temps était un luxe qu'elle n'avait pas.
S'aidant de son sceptre d'or, elle se releva et gravit les marches du temple.

Les couloirs se ressemblaient tous.
Les odeurs en tout genres prenaient à la gorge et Shae avait bien faillit vomir plus d'une fois. Pourtant, elle n'en avait rien fait. Ses rations étaient suffisamment pauvres pour qu'elle ne les gâche pas de façon aussi stupide. Alors, quand l'envie lui prenait de vomir, elle respirait profondément, ravalait ce qui avait voulu sortir, puis reprenait sa route. Pourtant, malgré sa résolution, elle ne savait absolument pas où elle allait. Errant comme une âme en peine, au détour d'un chemin, elle arriva dans un long couloir. De part et d'autre de celui-ci, un nombre incroyable de portes, de toutes les tailles et de tout les matériaux se faisait face. Sur certaines, il y avait des inscriptions. Sur d'autres, des gravures. Et sur certaines, rien du tout. Intriguée par l'endroit, sa curiosité lui faisant presque oublier l'odeur particulièrement immonde qui régnait ici bas, la petite noble marchait dans le couloir, admirant les portes, n'osant pourtant pas les pousser. Puis, elle butta dans quelque chose et s'arréta, glissant son regard vers le sol.
Son petit pied nu était prit entre les côtes d'un squelette assit face à une porte qui marquait la fin du couloir. Retirant son pied tout naturellement, la petite regarda avec curiosité ce qui avait été un humain. Elle n'en éprouvait ni peur, ni dégout. Après tout, pourquoi en aurait-elle ressentit ? Ce n'était rien de plus qu'un tas d'os inerte. Il n'allait rien lui faire.

Reportant son attention sur la porte massive faisant face au mort, elle s'y approcha, la regardant avec curiosité. Passant sa petite main sur les reliefs, elle ne put s'empêcher d'être aussi fascinée que curieuse quand à cette gravure monstrueuse qu'elle contemplait. Elle n'eut cependant pas bien le temps de s'y attarder, la porte s'ouvrant alors d'elle-même.
L'odeur de mort et de renfermé la prit aux tripes et elle manqua de vomir de nouveau. Se forçant à ravaler de nouveau le tout, non sans une certain douleur, la blonde aux vêtements trempés s’avança dans l'obscurité, s'aidant de son sceptre comme d'une canne d'aveugle, le temps que sa vision s’habitue à l'obscurité. Il ne lui fallut pas bien longtemps en vérité, l'immense grotte dans laquelle elle s'était vue invitée étant pourvue d'un puis de lumière. Ses yeux verts parcourant l'endroit qui semblait sans fond, l'humaine se dirigea tout naturellement vers l'endroit éclairé.
Elle ne put s'empêcher de comparer cette prison avec celle qu'elle avait vu au temple du feu et s'étonna de ne voir aucune âme qui vive à l'horizon. Mais peut-être que ce n'était qu'un stratagème comme un autre...
S'aidant de son sceptre comme d'une perche, elle passa sans trop de mal les petites pierres pour atteindre l'îlot. L'opération était cependant délicate, et elle ne manqua pas de se retrouver à l'eau un bon nombre de fois. Arrivée sur l'îlot, elle se mit à regarder avec curiosité ces cranes enfoncés dans le roche. Là encore, ce n'était que pure curiosité de sa part. S'amusant à longer de son index l'un des cranes blancs, elle fut cependant attiré par une toute autre chose.
Un cliquetis. Puis un autre.
Se relevant, Shae regarda l'étendue d'eau sombre, avant de percevoir un petit mouvement en son sein. Une sorte de longue queue fine sort soudain de l'eau, fouettant l'air, avant d'y disparaitre de nouveau. L'enfant n'a pas bougé. Elle n'a pas même esquisser un mouvement de peur. Après son expérience avec Erza, elle se doutait que certaines invocations se plaisaient à faire peur à ceux qui venaient en leurs nids. C'était sans doute le cas de celle habitant ici. Il ne fallut pas longtemps avant qu'une paire de larges mains griffues ne sortent de l'eau à leur tour. Poussé par la curiosité, la fille s'accroupit pour mieux voir ces sortes de drôles de palmes. Mais elles furent rapidement suivies d'un corps ridiculement grand comparé à celui de l'humaine. Ou plutôt, c'était ses 1m42 qui étaient débilement petits...

Cette étrange invocation tenant d'une hybridation bizarre entre un Alien et un Croque-mitaine aquatique avait tout pour terrifier. Et, quelque part, bien qu'elle n'arrivait pas à ressentir de peur, Shaïtân était irrémédiablement assahit par un respect sans nom. Et puis, malgré la terreur apparente de l'être, elle ne pouvait s'empêcher de le trouver sauvagement beau, emprunt d'une morbide grâce.
Absorbée dans la contemplation du semi-dieu lui faisant face, la petite fut tirée de ses pensées par la voix de son hôte.

- Ce fut rapide cette fois-ci. Mais un autre de mes enfants vient me voir. Quel est ton nom et que viens-tu chercher ici humain?

Encore cette sempiternelle question.
Et toujours cette même réflexion. Que devait-elle répondre?
Donner son véritable nom et risquer gros? Ou bien ne dire qu'une partie de la vérité?
La petite n'aimait pas vraiment mentir et surtout pas à une invocation. Elle avait bien trop de respect pour ces derniers. Après tout, il n'y avait personne d'autre qu'eux deux ici, avec un peu de chance, elle ne craignait rien... Finalement, elle opta pour la vérité.
Relevant la tête qu'elle avait machinalement baissée en réfléchissant, celle au physique enfantin fixa l'être à la taille démesurée par rapport à elle et lui répondit de sa voix douce, non sans accompagner son propos d'une petite courbette, faite plus par réflexe que pour chercher à plaire.

- Shaïtân Iblis, divin être. Mais j'avoue préférer que l'on m'appelle Shae. Quand à ce que je viens chercher ici... Je cherche un guide, une aide. Mais se serait mentir que de dire que je ne suis pas venue en quête d'un instrument de mort également...

Le discours qu'elle tenait était en décalage complet avec son physique.
Un corps si frêle, si jeune, auquel l'on ne donnerait pas plus de 11 ou 12 ans ne devrait en aucun cas tenir de tels propos. Et pourtant. Dans ses yeux verts se reflétaient une assurance et une résolution inébranlable. Pourtant, au fond de ces remous d’émeraude, on pouvait clairement sentir une violence démesurée et une haine sans fond. Assurément, ces yeux n'étaient pas ceux d'une enfant.
Si sa voix s'était faite quelque peu hésitante quand elle avait du donner son nom, elle était en revanche devenu tranchante et implacable quand elle avait évoquer ses intentions.
Et si sa réponse ne plaisait pas à l'invocation? Qu'importe. Au moins, elle aurait dit la vérité.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Dim 13 Sep - 21:41

Devait-il rire ou se sentir insulté? Iwiza était assez perplexe, lui qui pensait que les humains ne pouvaient presque plus beaucoup le surprendre aurait volontiers affiché des yeux grands comme des soucoupes si il en avait eut. Pour commencer, sa petite entrée mettait en général les gens sur la défensive, ils se méfiaient. Même Cricé et son courage n'était pas vraiment resté de marbre. Qu'une petite et frêle humaine de moins d'un mètre cinquante n'affiche pas la moindre appréhension à son égard éveilla la curiosité de Iwiza. Dans l'ancien monde, la taille avait une véritable importance, les grands balèzes et les petits faibles, avec quelques exceptions, les dieux avaient-ils laissés ce genre de bizarreries dans cet humain 2.0? Visiblement oui. La créature ne dit rien, il attendait que sa question ait-une réponse. Il cliquetait avec un profond calme, avec un rythme régulié mais espacé. Elle semblait en bonne santé malgré tout, son état physique semblait bien loin de ce qu'Iwiza voulait mais bon, peut-être allait-il être surpris.

- Shaïtân Iblis, divin être. Mais j'avoue préférer que l'on m'appelle Shae. Quand à ce que je viens chercher ici... Je cherche un guide, une aide. Mais se serait mentir que de dire que je ne suis pas venue en quête d'un instrument de mort également...

Iwiza hésitait entre la trouver ravissante ou admirable. Elle semblait si pure, innocente et faible qu'il lui aurait volontiers prié de partir avant que les choses sérieuses commencent. En tout cas elle était respectueuse, peut-être un peu trop. Iwiza avait déjà été un dieu pour les humains, et il savait que leur reconnaissance ne durait que tant qu'ils avaient besoin des bienfaits de leur protecteur. Une fois qu'ils avaient ce qu'ils leur fallait, ils jetaient leurs bienfaiteurs dans l'oubli et s'appropriaient les résultats d'un labeur acharné. Le prédateur marin fit claquer sa mâchoire. L'épreuve allait bientôt commencer, il était temps pour lui de faire commencer le spectacle.

-Tu cherches donc la puissance sous toute ses formes. Pourtant, tu admettra que ce corps que tu habite est faible. Ou tout du moins, en apparence. Tu n'es pas la première à pénétrer dans cet antre, à venir chercher un chien de garde. Sache que je peut être ce que tu recherche, je saurait te conseiller et te protéger. Si je deviens ton invocation, tu auras à tes côtés quelqu'un prêt à tout pour faire de toi une personne au destin glorieux. Quels que soient tes objectifs je t'aiderait à les accomplir. Mais tu doit comprendre qu'une telle dévotion ne vient pas sans un prix. Et ce prix ce sont les épreuves que tu passera. Avant de commencer je veux que tu sache que tu peux abandonner quand tu le souhaite. Je n'ai aucun intérêt à te voir mourir, soit donc plus sage que certains de tes prédécesseurs qui ornent désormais ces lieux et soit moins stupide que celui que tu as croisé devant ma porte. Il faut aussi que tu sache que je n'aurait aucune pitié, si tu veux prétendre à avoir du pouvoir sur moi je veux que mon choix ne souffre aucune contradiction. Si tu es prête, nous pouvons nous mettre aux choses sérieuses.

Iwiza cessa ses cliquetis. Alors que le silence reprenait ses droits, une remous se fit entendre dans l'eau derrière Shaïtân. Un sourire laissant paraître ses crocs luisants s'afficha sur le visage du fils d'Aqua. Trois félidés de près de deux mètres de long chacun apparurent, leur corps fin est bleuté était surmonté d'un crâne qui semblait disproportionné, surtout avec la crinière majestueuse et bleutée qui l'entourait. Bondissant en un éclair hors des eaux calmes, il se mirent à pousser d'horribles hurlements en direction de la noble. Iwiza se terra dans le mutisme. Les créatures se mirent en position d'attaque, comme contrôlés par une intelligence unique. Les créatures grognaient tout en se déployant autour de Shaïtân. La première épreuve pouvait commencer.

-Montre moi ce que tu vaux, Shae.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Mar 15 Sep - 22:29

Into the deep
en compagnie d'Iwiza Gel'Ta

Fermement campée sur ses petits pieds nus, la petite blonde attendit une quelconque réponse de son interlocuteur. Elle ne tarda pas à arriver d'ailleurs. Deux choses frappèrent alors l'enfant. Cette invocation était incroyablement bavarde. Contrairement à Erzä qui parlaient peu, le contraste était saisissant. Mais bon, il fallait s'y attendre. Après tout, les semi-dieux étaient comme les humains sur ce point là : ils possédaient tous leur propre caractère.
La seconde chose qui étonna quelque peu le petite, fut le discours de l'être se tenant en face d'elle. Malgré son apparence infernale, il tenait là des paroles sages et presque douces. Ce petit décalage entre le paraitre et le verbe fit sourire l'humaine. Après tout, elle était bien mal placée pour juger et s'étonner de l'apparence et de la véritable façon d'être des gens, vu qu'elle était elle-même l'incarnation vivante de l'adage "l'habit ne fait pas le moine".

- Tu cherches donc la puissance sous toute ses formes. Pourtant, tu admettra que ce corps que tu habite est faible. Ou tout du moins, en apparence. Tu n'es pas la première à pénétrer dans cet antre, à venir chercher un chien de garde. Sache que je peut être ce que tu recherche, je saurait te conseiller et te protéger. Si je deviens ton invocation, tu auras à tes côtés quelqu'un prêt à tout pour faire de toi une personne au destin glorieux. Quels que soient tes objectifs je t'aiderait à les accomplir. Mais tu doit comprendre qu'une telle dévotion ne vient pas sans un prix. Et ce prix ce sont les épreuves que tu passera. Avant de commencer je veux que tu sache que tu peux abandonner quand tu le souhaite. Je n'ai aucun intérêt à te voir mourir, soit donc plus sage que certains de tes prédécesseurs qui ornent désormais ces lieux et soit moins stupide que celui que tu as croisé devant ma porte. Il faut aussi que tu sache que je n'aurait aucune pitié, si tu veux prétendre à avoir du pouvoir sur moi je veux que mon choix ne souffre aucune contradiction. Si tu es prête, nous pouvons nous mettre aux choses sérieuses.

Certains de ces mots firent tiquer Shae mais elle ne dit rien.
Car globalement, cet être venu d'un autre temps avait raison. Oui, elle était faible malgré ses connaissances du l'art de la guerre. Oui, elle avait irrémédiablement besoin d'une protection. Cependant, elle n'était qu'humaine et, assurément, elle agirait de façon stupide. Malgré son apparence d'enfant sage, elle était tout sauf sage. Dans tout les sens du terme. Peut-être, dans le fond, était-ce simplement car elle ne voulait plus l'être. Ou bien parce que ce frisson qu'elle caressait du bout des doigts quand elle se sentait en danger lui donnait l'incroyable sensation d'être enfin réellement vivante. Sans doute était-elle droguée à la dangerosité.
Mais là n'était pas la question. Car quoiqu'il advienne, il y avait de faibles chances pour qu'elle ressorte de cette prison de son plein grès. Elle était arrivée jusqu'ici et se refusait à partir bredouille. Mais ce n'était là que son orgueil qui parlait car -et elle le savait bien- elle ne serait en aucune mesure capable de décider si elle était apte ou non à devenir la partenaire de cette invocation.

Elle eut juste le temps d'hocher la tête en guise de réponse affirmative que l'eau derrière elle se mit à bouger. Sur la défensive, se mettant machinalement en garde, la petite observa trois gerbe d'eau se métamorphoser en félins aqueux. Leurs cris stridents firent grimacer l'humaine qui recula un peu, tentant d'analyser la situation. Elle était clairement désavantagée. L'ilot n'était pas bien grand et glissant à certains endroits à cause de l'eau. De plus, en regardant les corps des bêtes aquatiques, la blonde se dit qu'il était bien inutile de tenter de les attaquer en leurs chairs ; la lame de son sceptre passerait assurément dedans comme dans du beurre. Alors il ne restait que l'option du crane...
Mais, plus que tout, malgré le fait qu'elle tentait de se faire le plus rationnel et logique possible, une réalité bien plus dure vint la frapper de plein fouet : elle ne pourrait sans doute pas gagner. C'était même presque sur.
D'une part, ses adversaires étaient grands. Très grands. Trop grands. Elle pourrait toujours les esquiver éventuellement mais elle ne gagnerait pas. Et, quand bien même elle réussirait à en mettre un à terre (à grand renfort de chance), elle ne survivrait pas aux deux autres.
Et pourtant, ce n'était pas pour autant qu'elle allait quitter cette prison bredouille.
Déjà car elle n'en avait aucune envie et puis surtout, car elle ne pourrait pas supporter un échec aussi stupide. Alors autant essayer. Après tout, qui ne tente rien n'a rien.

Le premier des trois félidés de rua sur elle, toutes griffes dehors, gueule béante. Avec une certaine rapidité, la blonde utilisa de nouveau son sceptre comme d'une perche, sautant ainsi un peu plus loin sur le côté, esquivant les crocs de l'être aqueux qui se refermèrent sur du vide. Se réceptionnant sur les pierres glissantes, l'humaine grimaça quelque peu, sentant la plante de ses pieds entrer en confrontation avec le sol peu clément envers ses pieds délicats. Elle n'eut cependant pas le temps de s'attarder sur son état plantaire qu'elle fit un nouveau bond en arrière pour esquiver un coup de queue de la première bête qui ne s'était pas faite déstabiliser pour autant. Cependant, ce coup n'était que du bluff. Derrière la queue se trouvait le second monstre qui se ruait à son tour vers la petite. Arrivée sur le bord de l'îlot, elle ne pouvait plus reculer ni bouger. Elle était acculée. Alors, elle se laissa tomber en arrière. Porté par son élan, la bête lui passa au-dessus et l'humaine en profita pour planter sa lame dans ce qui semblait être le ventre à découvert du monstre.
Un cri strident retentit dans la salle.
Roulant rapidement sur le côté, la petite entreprit alors une drôle de danse dont les trois félins aqueux semblaient ses partenaires. Ils attaquaient, elle esquivait. Puis ils attaquaient de nouveau, et elle esquivait encore. Et ainsi de suite. Pourtant, ce ballet ne pouvait durer. Et la noble savait qu'elle courait à sa perte mais se refusait catégoriquement de se laisser aller à l'abandon. Et cette soif de vaincre, indépendamment de ce qui se trouvait face à elle, se laissait clairement ressentir dans ses mouvements.

Malgré le fait qu'elle réussit, durant quelques minutes, à esquiver certaines attaques des bêtes, il va sans dire que son petit corps se fit largement touché. A force de sauter en tout sens, ses pieds étaient en sang et la douleur lui faisait monter des larmes aux yeux à chaque pas. L'une de ses cuisses s'étaient vu vilainement griffée par l'un des félins et entravait ses mouvements. Bien qu'elle eut encore de l'énergie, elle était devenu lente, son petit gabarit se changeant d'atout en malédiction. Ce n'était qu'une question de secondes avant qu'elle ne serve de repas. Pourtant, malgré le fait que le demi-dieu lui eut dit qu'elle pouvait abandonner à tout moment, elle ne le ferait pas. Jamais.
Un nouveau coup de patte, un nouveau bond sur le côté.
Mais cette fois-ci, la petite fut trahit par sa jambe blessée qui se déroba sous elle.
Une ouverture.
La troisième bête fonça sur elle, gueule béante, refermant ses crocs sur sa cage thoracique.
Shaïtân n'avait pas hurlé.
La douleur était incommensurable, elle en pleurait et se débattait comme un beau diable entre les crocs de la bête, frappant son crane blanc, griffant ses orbites vide, tentant vainement de l'arracher à son corps.
Mais elle n'hurlerait pas.
Serrant les dents à se les briser, la petite lâcha sous le coup son sceptre et se laissa emporter par le monstre dans sa course, incapable de bouger.
Le triste duo perça la pellicule immobile de l'eau et la blonde se vit entraînée au fond des limbes sombres, continuant malgré tout à lutter, même si l'oxygène venait à lui manger et que l'eau commençait à se frayer un chemin en elle.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Mar 22 Sep - 17:42

Iwiz savait très bien qu'elle ne pourrait pas gagner, cette épreuve n'était pas faite pour l'être. Il se contenta d'observer, ses mouvements étaient corrects, elle aurait sans aucun doute besoin de s'entraîner dur pour avoir un bon niveau mais Iwiza avait le temps, et elle était jeune, elle avait le temps d'apprendre. Il savait qu'elle allait sans doute mourir ici, mais pouvait-il vraiment se permettre d'être insensible à son sort. Elle ne reculait pas face au défi, elle était courageuse, elle aurait put fuir, son corps faible et fragile préservé des dangers, mais elle avait fait le bon choix, faire face à l'ennemi. Elle méritait d'être sauvée, Iwiza le savait. Elle était à présent acculée, qu'allait-elle faire? Alors que la créature lui bondissait dessus, elle basculait en arrière et la fendait et deux avec la lame de son sceptre. Iwiza ne put camoufler un petit sourire, finalement elle avait plus de ressources qu'il ne le pensait. Elle était encore un peu indisciplinée mais il y avait de la matière, suffisamment pour lui. Il se demanda si il devait intervenir maintenant, mais il voulait savoir ce qu'elle pouvait faire d'autre, sa curiosité avait été attisée à présent, il voulait en savoir plus.

La danse continua, la jeune fille montrait des ressources insoupçonnée, malheureusement pour elle, les créatures ne fatiguaient pas et elle si. Ce fut finalement l'erreur, elle glissa, incapable d'agir, un des monstres l'attrapa, Iwiza sentit la douleur de son enfant. Mais elle ne cria pas, pas un son, elle était courageuse, très courageuse. Le prédateur en aurait pleuré si il avait eut des yeux. Alors que Shaïtan s'enfonçait dans les eaux et que les griffes de la mort se rapprochaient d'elle, il se mit enfin en mouvement. D'un bond agile, il se propulsa en direction du point de chute de Shaîtan, les deux créatures restantes se dissolvant, dont celle qui tenait entre ses crocs al jeune femme. Iwiza s'accroupit et posa sa main sur la surface de l'eau. Des courants se formèrent, l'eau cessa son chemin jusqu'au poumons de Shaïtan alors qu'elle remontait lentement à la surface. Iwiza se releva et leva la main dans les airs, sur une colonne d'eau, Shaïtan reposait, toujours blessée mais en vie. La douleur devait être incroyable, son courage lui faisait honneur. D'un geste, il commanda à la colonne d'eau qui déposa en douceur la jeune fille, il pencha la tête sur le côté et l'observa, un corps si fragile, si faible, mais une volonté si forte. Elle pourrait faire l'affaire, si elle passait les autres épreuves. D'un mouvement circulaire du bras au dessus d'elle il fit disparaître ses blessures. La laissant reprendre ses esprits, il s'éloigna un peu d'elle avant de se placer derrière l'autel, il fit glisser une de ses griffes sur les crânes.


-Tu viens de passer la première épreuve mon enfant. Tu peux passer les autres épreuves si tu le veux toujours. Ne t'inquiète pas pour tes blessures, cette salle n'est qu'illusion, tout comme ce que tu vit, tu peux mourir bien sûr. Mais là n'est pas mon intérêt. Tu as attiré ma curiosité. Mais avant d'aller plus loin, je veux savoir pourquoi tu est venue dans un temple chercher une invocation. Quels sont tes buts, tes objectifs, tes rêves? Réponds en toute honnêteté, en tout franchise, et nous pourrons passer à la suite.

Le visage d'Iwiza se baissa vers les cranes, il espérait que Shaïtan continuerait à lui donner pleine staisfaction.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Into the deep [1 joueur à la fois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Il était une fois... Carrefour!
» Recherche bon joueur établi
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» Recherche de joueur sur mulhouse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de l'Eau-