Chants d'oiseaux et objets cassés !

Partagez | .
 

 Chants d'oiseaux et objets cassés !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 10 Aoû - 21:09

Le chant des oiseaux est une belle musique. Parfois douce, souvent aiguë. Sautillante et joyeuse, il accompagne souvent le chant des belles jeunes femmes dans les contes et légendes. Certaines flûtes magnées par des mains de maîtres avaient même la particularité de ressembler aux chants des oiseaux. Il est synonyme du retour des beaux jours et annonce le lever du soleil et une bonne journée. Il existe même un oiseau de basse cours, nommé coq, avec un chant typique qui sert encore aujourd’hui de réveil aux fermiers.

Le chant des oiseaux, bien que mélodieux est toujours le même pour le néophyte. Pour celui qui n'y fais pas plus attention que ça, ce sont toujours les mêmes notes qui résonnent. Pourtant c'est un véritable langage ! Cette mélodie signifie cela, celle ci parle de ceci. Dans l’ancien temps, Déclic aimait écouter les commérages des oiseaux de toute sorte. Mais aujourd’hui il était irrité. En effet, trois hirondelles se chamaillaient au sein des branches trônant sur le crane du Demi-dieu. Et ce depuis déjà plusieurs heures !

Une femelle était venue se réfugier sur la tête du loup en espérant échapper à ces deux mâles qui la courtisait. Mais ce fut un échec, les deux oiseaux la suivirent et commencèrent à se chamailler. Les oreilles sensibles du loup commençaient sérieusement à râler et plusieurs fois le Demi-dieu les fit taire d'un grognement. Déjà que le chemin l’embêtais...

Il avait quitté le domaine De Larose en milieu début d'après-midi et contournais Luh par le Nord vers sa destination la Forêt de Jade. La présence d'une immense cité humaine le stressait et les oiseaux n'arrangeaient rien. Aussi il perdit son chemin deux fois ! Finalement lorsque le crépuscule arriva, il s'était déniché une petite crevasse un peu à l'écart d'une route humaine dans laquelle il se coucha. Située en hauteur et caché par la végétation, Déclic s'y trouvais bien. Il avait vu sur l'horizon, ne serait pas surpris par un invité imprévu, pouvait fuir facilement et appréciait la clairière située en contrebas sur laquelle il avait une vu imprenable ! En effet il se trouvait au beau milieu d'un bois assez étendu. Les oiseaux s'étaient enfin tut et le Demi-dieu se trouvait bien ici.

Mais après seulement quelques minutes de tranquillité, des bruits provoquèrent un léger grognement : un caravane de marchands humains approchaient. Le loup espérait qu'ils passeraient leur chemin et disparaîtraient à l'horizon aussi vite qu'une grenouille attrape une mouche !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 11 Aoû - 13:19


Chants d'oiseaux et objets cassés !



Depuis les premières années de la Seconde Création du monde, existent deux métiers. Ils étaient là au début, et seront jusqu’à la fin : Les chasseurs et les marchands. Cette histoire vient narrer celle de cette seconde profession, que l’appel aux profits fait aller toujours plus vite, toujours plus loin. Nombreux étaient ceux du métier, mais rares, ceux qui en vivaient avec suffisance. Fournissant plusieurs nobles de la Capitale elle-même, la caravane de marchands descendant les rivages de la Rivière Blanche jusqu’à Lüh, représentait l’une des plus prospères. Pourtant, des rumeurs encore simples murmures plus qu’autre chose, les rendaient anxieux. Ils racontaient le retour dans le domaine d’un haut noble, bien décidé à faire croire sa fortune déjà imposante. Nuls doutes que ses congénères préféreraient alors faire appel à ses services plutôt qu’à celui du peuple, connu d’aussi longue date que ce groupe pouvait l’être d’eux.      

La journée touchait à sa fin lorsque les charrettes bâchées s’enfoncèrent dans une clairière afin de s’assurer un minimum de sécurité, à défaut d’avoir réussi à atteindre le village à plusieurs kilomètres de là. Certain du groupe venait demander à reprendre la route, la nuit à la belle étoile ne les rassurant absolument pas. Pourtant, la caravane ne reprit pas la route, le dirigeant craignant bien plus les prédateurs et les bandits en tout genre rôdant à cette heure près des routes, les sachant fréquentées par les retardataires. Le lieu était suffisamment à l’écart selon lui pour ne pas attirer de dangereuses mauvaises rencontres, bien que de petites tailles, tout juste assez pour le convoi, au milieu duquel un grand feu fut allumé, ainsi que plusieurs autres petits autours des charrettes afin de tenir au loin une éventuelle faune se décidant à agir différemment. Il ne restait plus, qu’à espérer une nuit tranquille, sous la protection bienfaitrice des Quatre.






Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mar 11 Aoû - 14:21

Caché en hauteur par la végétation, couché dans cette crevasse, tête posé sur ces antérieurs croisés, Déclic avait une vue imprenable sur la route et la clairière. La caravane de marchands arriva lentement. La première charrette avançait sur le chemin tranquillement tirée par deux chevaux de traits. De magnifiques animaux. Puis une deuxième charrette, une troisième et une quatrième ! Ils n'étaient pas très différent des convois de marchands de l'ancien temps...

Sur ordre d'un homme de solide carrure, la première charrette modifia sa trajectoire et manœuvra pour pénétrer dans la clairière. Déclic haussa un sourcil et releva la tête. Le reste du convois suivit et les humains installèrent leur bâtiments roulant en cercle. C'est en soupirant que le loup reposa la tête sur ces pattes. De toutes les clairières autours de Luh, il avait fallut qu'ils choisissent précisément celle ci ! Mais le Demi-dieu ne protesta pas plus qu'un simple profond soupir. La terre n'appartenait à personne, ils avaient le droit d'être là.

Les humains se répartirent efficacement les tâches ! Certains s'occupaient des animaux, d'autres débroussaillaient. Déclic se doutait qu'ils coupaient buissons et petits arbres pour allumer du feu. Mais il trouva qu'ils en coupaient beaucoup ! Il soupira une troisième fois, il n'allait pas leur chercher des noises pour ça. Il utiliserait sa faible magie pour faire repousser tout ça dès le départ des humains.

La lenteur de leur installation provoqua un quatrième soupir. Plus vite ils auraient terminés, plus vite il pourrait profiter du calme de la nuit. Mais ces messieurs-dames n'étaient pas pressés. Ils prenaient leur temps et faisaient beaucoup de bruit ! Dans l'ancien temps il se serait montré et aurait protesté. Mais pas aujourd’hui, plus il restait loin d'eux mieux il se portait. Aussi la solution la plus simple pour ne pas se faire remarquer était ce qu'il avait prévu de base : attendre l’aube dans sa petite couche.

Déclic ne se trompa pas : les humains allumèrent un feu gigantesque au centre de leur campement et de nombreux petits tout autours. Le Demi-dieu fronça les sourcils et releva la tête. Les petits feu l’inquiétait, certains étaient très proche de la lisière du bois. Durant les deux heures qui suivirent, les humains se restaurèrent dans la joie et la bonne humeur autour du feu central. Certains se levaient de temps en temps pour alimenter les petits feu aux abords du camp, flambées qui restaient la plupart du temps sans surveillance.

Le petit vent qui souffla toute la journée se renforça légèrement et le loup remarqua immédiatement que l'un des feux léchait dangereusement la lisère du bois. Les journées étaient sèches en ce moment, si le feu partait tout le bois brûlerait ! Mais il n'osait pas intervenir, pas encore. Il se disait naïvement que les humains n'étaient pas si idiots que ça et qu'ils verraient le danger. Il les trouvait déjà stupide d'avoir allumer des feux si proche de la végétation. C'est alors qu'un second feu attira l'intention du loup : il se mit lui aussi à lécher les buissons attisé par le vent du soir.

Déclic s'agita. Il jeta un œil aux humains, puis aux feux, puis aux humains. Ces derniers étaient inconscient du danger qui les guettaient. La colère gronda en Déclic : encore une sottise humain qui menaçait la nature, encore une bêtise humain qu'il devait réparer. Soudain, une bourrasque plus forte que les autres stimula le premier feu. Les flammes léchaient déjà un petit buisson sec en bordure de bois. Ce dernier prit feu... Ne tenant plus, il s'élança. Vif et agile comme un loup en chasse, il déboula la pente en invoquant la magie. Sans même freiner sa course il utilisa son pouvoir : la terre à la base de l'un des feux dangereux s'anima légèrement et vint l'étouffer sous une épaisse couche de terre. Le feu le plus dangereux était éteins mais il en restait un. Déclic voulut freiner et changer de direction mais il dérapa. Sa course se termina en frappant violemment une carriole de l'épaule. La charrette tout entière s'ébranla, menaçant de se renverser. De nombreux objets tombant, certains se fracassant ce firent entendre à l'intérieur. La soudaine frayeur des chevaux n’arrangea pas les choses ! Les puissants animaux attachés aux arbres furent pris de peur. Que pouvait une petite corde face à un cheval de trait de plusieurs centaines de kilos ?... Le mouvement de panique des animaux fut inévitable. Ils bousculaient les charrettes sans ménagement pour tenter d'échapper au prédateur qui intervenait.

Mais Déclic s'en moquait ! Il se dirigea au galop vers le second feu dangereux un peu plus loin. Le mouvement de panique des chevaux et l'urgence du loup força se dernier à sauter avec une agilité surprenante au sommet du carriole, balayant son contenu en passant. Le Demi-dieu effectua la même opération magique pour le second feu et se retourna brusquement vers le chaos qu'il avait provoqué et dont il se fichait bien des conséquences tant qu'elles n'affectaient pas la forêt. Crocs à découvert il s'écria :

« Humains stupides et inconscients ! »
Magie:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 11 Aoû - 20:15


Chants d'oiseaux et objets cassés !



Autours du grand feu servant à réchauffer et à cuire les dernières provisions d’un voyage touchant à sa fin, se tenait les quatre compagnons de routes. Il y avait tout d’abord Brycham, sans doute le plus jeune du groupe bien qu’il fut celui qui dirigeais la plupart du temps la compagnie. C’était un être d’une grande sagesse, préférant toujours opter pour la discussion et la manière pacifiste. Ce tact dont il faisait preuve lui avait permis de prendre les commandes des étoffes tant recherchées par les nobles. Même si aux dernières nouvelles, on racontait que la mode serait passée à l’écaille ! A sa droite, et dans un tout autre registre, se tenait grossièrement Kirür. Bien que de petite taille, il était le plus belliqueux de la bande. Son marteau de combat jamais bien loin de sa main, il se ventait d’être le meilleur dans les transitions de métaux en tous genres entre les mines et la Capitale. Face à celui qui était à coup sûr le plus âgé, se tenait Hàlim, un commerçant dans l’âme, qui avait fait de lui un redoutable concurrent dans les affaires de produits manufacturés de tous types, et qui faisait un tel succès chez la noblesse Lüthienne. Enfin, plus discret, sous sa capuche et le dos presque constamment courbé, riait silencieusement Vilmür. Le genre à avoir toujours une fourberie derrière la tête, si bien que sa part de bénéfices sur les ressources animalières était impressionnante.          

La compagnie riait de bon cœur en se rappelant l’un à l’autre les situations délicates dans lesquelles ils s’étaient retrouvés, ou encore le fait qu’un de la bande fut un véritable pigeon lors de la traversée du dernier marché sur l’itinéraire, il y avait deux jours de cela. Parfois, l’un d’eux se levait pour brièvement accorder de l’attention aux petits feux encerclant le campement improvisé afin de les raviver. Concentrés sur ce qu’ils racontaient et les morceaux de viande de Dulcius à la broche, aucun ne vit arriver le Seigneur des forêts. Seul le lourd choc contre la charrette contenant les produits manufacturés leur fit prendre conscience qu’ils n’étaient plus seul. Tous se tournèrent, observant sans bouger la carriole pencher fortement avant de se stabiliser dans un bruit de fracas qui fit pâlir Hàlim, son propriétaire. Les chevaux paniqués rendant la situation plus stressante, fit se relever d’un bond les marchands itinérants, dégainant chacun une arme. Une épée courte pour le sage Brycham, un marteau de guerre pour le belliqueux Kirür, sa lance pour le pâle Hàlim et enfin, une longue dague pour le sournois Vilmür.

Dans un silence aussi parfait que leur immobilité, ils regardèrent la créature passer entre les charrettes, craignant sur ce que pouvait être ce prédateur que le feu n’avait pas gardé au loin. Lorsque ce dernier bondit sur celle protégeant les ressources animalières, faisant à entendre le bruit, chuter plusieurs bocaux, tous serrèrent avec force leur arme. Ils avaient beau en posséder une, hormis Kirür, aucun d’eux ne savaient se défendre convenablement, leur niveau ne dépassant pas celui du novice tout juste armé. Lorsque la bête semblant être un croissement entre l’Oboro de la Forêt de Jade, et le Bambi mâle de ce même lieu, se mit à parler, Brycham laissa s’échapper un long souffle de soulagement. Ce n’était pas un prédateur affamé, mais une Invocation !

« Hàlim, va calmer les chevaux. Vilmûr regarde l’état des marchandises. » Ordonna dans un premier temps le chef de la compagnie, gardant silencieusement Kirür et son marteau à côté de lui. C’était une divinité certes, mais rien ne disait qu’elle n’était pas des vils semant la terreur dès que possible. « Nous ne voulons pas d’ennuis avec vous, Enfant des Quatre.. » Commença-t-il avant d’être interrompu par Kirür qui venait d’entendre Vilmür lui murmurer l’état de la marchandise dans la première charrette.

« Stupide Invocation ! Tu sais ce que tu as fais !? Tu viens de détruire la moitié de ses biens, et lui faire perdre au moins autant de bénéfices ! » Cria le plus belliqueux du groupe, fou de savoir que le voyage de son ami pourrait peut-être bien ne pas lui apporter le moindre gain, à défaut d’une probable perte.

« J’exige une réparation pour ce tord ! » Enchérit Hàlim, à qui Vilmür venait à son tour de lui décrire l’état désastreux de son précieux chargement.    






Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mar 11 Aoû - 21:33

Le feu. Il est peut être le pire ennemi de la forêt. Peut être car elle a bien d'autres ennemis ! Mais le feu fait parti des plus redoutable. Il est capable de démarrer facilement : Un simple rayon de soleil chauffant trop longtemps un buisson lors d'un été, Deux cailloux, déplacés par la course d'un animal, qui s'entrechoque etc... Il faut des décennies entières pour qu'une forêt naisse. Beaucoup d’entre elles atteignent plusieurs millénaires d'âges. Mais un feu de forêt peu la rayer de la carte en quelques heures.

La nature toute entière fonctionne en équilibre. La vie a besoin du soleil d'Ignis. Mais ce même soleil s'il est trop présent, ou absent peu détruire la vie. Déclic se souvenait de ces horribles visions des dizaines d'hectares de forêts en feu. Des flammes pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres de haut. Il se souvenait de la vitesse de propagation d'un incendie. Il se souvenait qu'une fois lancé, il était parfois impossible de l’arrêter. Combien de fois le Seigneur des forêts avait il vagabondé au milieu des restes sombres d'une nature carbonisée ?

C'est ce carnage d'un océan de cendres qu'il avait évité ce soir. Que ce carnage est failli être provoqué par des humains le mettaient en colère. Que ces mêmes humains le menaçaient avec des armes n'arrangeai rien.

« Stupide Invocation ! Tu sais ce que tu as fais !? Tu viens de détruire la moitié de ses biens, et lui faire perdre au moins autant de bénéfices ! » Cria le plus belliqueux du groupe

« J'exige réparation pour ce tord ! » s'écria un autre humain.

Déclic avait déjà les babines froissées et le poil hérissé. En entendant ces mots et à la vue des armes qui le menaçait, il montra les crocs, plissa les paupières et du fond de sa gorge naquit un terrifiant grondement. Que pouvaient quatre marchands humains face à un prédateur gardien de la forêt ? C'est la voix chargée de haine et de colère qu'il répliqua :

« Jeroh Malacruf ! Tu oses exiger quelque chose de moi ? Tu manque de mettre le feu, je vous sauve ainsi que le bois tout entier et tu oses ! Pire vous me menacé et m'insulté ?!  »

Il claqua des mâchoires et fit un pas en avant. Il était tout simplement terrifiant. Le claquoir sonore était très clair : il pouvait les broyer en deux sans la moindre difficulté. L'expression de son corps et surtout l'intonation de sa voix et la lueur de son regard indiquaient qu'il n'hésiterait pas. Il leur crachait sa colère comme une Scytodes thoracica, cette araignée dont le moyen de défense est un crachat mortel, le fait à la face de sa proie.

« Vos objets n'ont aucune valeurs à mes yeux. Je ne te dois rien Gorhodaruodeh xe ganara fa ! Je devrais vous dévorer pour votre inconscience et cette insulte ! Vous n'avez que le juste châtiment du crime que vous avez failli commettre ! Donne moi une seule bonne raison de ne pas débarrasser le monde de ta présence humain? »

Ces derniers mots étaient adressé au petit humain belliqueux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mer 12 Aoû - 11:18

Chants d'oiseaux et objets cassés !


The man who hunts down criminals.






"Le sang d'un homme n'a jamais fait un très bon engrais pour la nature."

Une voix robuste et caverneuse s'était imposée dans la dispute. Un homme, dont le visage était couvert d'un casque à visière fermé sur le dos d'un variquan aux écailles sombres, se présentait à eux. Il était il y a quelques minutes de cela bien loin du campement. Il s'était lui-même posé dans un coin de la clairière devant un petit feu de bois sécurisé comme il l'avait apprit dans son village. En surprenant son variquan à scruter l'horizon avec appréhension, il repéra le petit groupe et les multiples halo de lumière qui le composait. Rapidement, il étouffa le feu par deux fois, réduisant la consommation d'eau pour la nuit. Il avait chevauché Turil IV une fois le danger tout danger évité pour rejoindre le campement.

Lorsqu'il eu l'attention de l'assemblé, il descendit de sa monture et la maintint par les rênes. L'animal n'était pas assez domestiqué pour attendre sagement son maître en broutant de l'herbe et il serait ennuyeux de devoir le poursuivre après s'être occupé de ce calvaire. Les faibles lumières des feux encore allumés illuminaient malgré tout son armure dorée. Il fit quelques pas en leur direction, se plaçant alors au centre du conflit.

"Je suis le lieutenant Mortier, Garde Doré. J'ai entendu vos cris et je demande à ce qu'on m'explique ce qu'il se passe très exactement."

Roderik Mortier avait l'habitude de se retrouver en médiateur, les conflits n'étaient pas rares dans les contrées d'Arcane et un rien pouvait vite provoquer de grosses disputes. Autant les hommes pouvaient être gérable (en général), autant il était plus difficile de maîtriser une invocation en colère. Il fallait faire preuve d'une grande diplomatie et d'un sang froid à toute épreuve. Qui sait ce qui pourrait arriver si l'invocation se décidait de passer à l'acte. Ne préférant pas dégainer son épée sur le champs, il favorisa la méthode la moins risquée. Ses mains tendues vers chaque camp, il tenterait dès ce soir de calmer le jeu avant que le pire n'arrive. Dans un premier temps, il lui fallait prendre contact avec l'invocation, les marchands pourraient attendre que le garde doré ne se soucis de leurs affaires.

"Messieurs ! Baissez vos armes et calmez votre ami. Je me chargerais de vos problèmes une fois qu'il en sera décidé."

Le lieutenant espérait ne pas avoir à se répéter, la situation pouvait s'avérer plus dangereuse qu'elle ne l'était déjà. Auquel cas, s'ils se rebellaient, Roderik devrait au mieux amender ces hommes en réduisant davantage leurs fonds de commerce pour outrage à officier ou au pire conduire les marchands à la morgue. Qu'importe le choix que prendra les marchands, il prendra par la suite la décision de discuter avec l'invocation.

"Je ne suis pas votre ennemi, enfant de Terra. Je cherche simplement à comprendre les sources du conflit mais pour cela il vous faudra coopérer. Quel est votre appellation et votre ordre divin, cela facilitera ma compréhension des actes produits ce soir."


Il se faisait bien plus calme qu'habituellement, il savait qu'il ne valait mieux pas énerver davantage une invocation lorsque celle-ci exprime déjà la rage. Il était par ailleurs fatigué ces derniers temps et s'il prenait sur lui pour tenir encore, il rêvait cependant à quelques heures de sommeil qu'il risquerait très fortement de perdre avec ce conflit.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mer 12 Aoû - 17:39

« Le sang d'un homme n'a jamais fait un très bon engrais pour la nature »




Un nouveau grondement naquis du fond de la gorge du loup. Déjà parce que le nouvel arrivant était sans nul doute un guerrier confirmé, mais surtout parce que cette phrase est fausse. S'il n'était pas en colère, Déclic se serait beaucoup amusé avec cet homme. Un guerrier humain utilisant une affirmation fausse sur la nature face au Seigneur des Forêts en personne ! D'ailleurs malgré la colère une lueur amusée passa dans les yeux du loup, disparaissant aussi vite du l'éclair dans la ciel.

Le sang est un liquide de vie. Lorsqu'un prédateur, comme un Oboro ou un simple grizzly tue un humain il mange en priorité les organes les plus sanguins comme le cœur et le foie. Qu'est-ce qu'un engrais sinon de la nourriture très riche en énergie ? C'est précisément ce que sont ces deux organes. Au niveau végétal le sang est très apprécié. C'est un élément liquide servant à transporter différentes substances au travers du corps : oxygène, glucides, toxines, minéraux etc... C'est cette propriété qui en fait une boisson très riche, y compris pour les plantes !

Le regard de Déclic allait des marchands au guerrier. L'arrivé de se dernier n'allait certainement pas calmer le Demi-dieu bien au contraire ! La simple vue de cet homme fit remonter un flot de souvenirs et l'instinct du loup hurla le danger plus fort que jamais. Il se souvenait de cette nuit ou les humains l'avaient trahie et qu'ils s'étaient jeté sur lui par centaines, il se souvenait le dernier jour du monde lorsqu'il s'était fait massacrer une fois de plus. Combien de souvenirs semblables avait-il en mémoire ?

Le guerrier se plaça au centre du conflit. Le grondement sonore, babines retroussées au maximum et les quelques pas en arrière du loup furent très clair : Le guerrier était une menace bien plus grave que les feux.

Il se présenta comme étant lieutenant et demanda ce qu'il se passait ici. Ce fut les mots suivant ainsi que ces gestes de paix qui le sauvèrent de la rage du prédateur : Il demanda aux marchands de baisser leurs armes et précisa qu'il n'était pas un ennemi. Il demanda à Déclic de se présenter, ce qu'il ne se gêna pas à faire :

« Je suis Déclic Vilosen, Seigneur de Forêts de l’ancien monde. Voila qui devrais te faire comprendre que j'ai tué des milliers d'humains en armure comme toi durant la guerre ! »

Les paroles et l'attitude du loup étaient extrêmement clairs : un seul mouvement menaçant, une seule petite erreur des hommes et c'est avec du sang humain que le Demi-dieu éteindrait les feux. Déclic avait déjà beaucoup de mal à se laisser approcher par une jeune noble gentille et fragile et le voila face à un solide guerrier en armure, gradé par dessus le marché ! Le loup n'avait aucune confiance en cet homme. Il s'en méfiait comme le suricate du lion qui rode.

« Ces idiots ont allumés des feux en nombre et ne sont pas capable de les rendre inoffensifs ! La végétation est sèche et Aer renforce sa présence. Sans moi, le bois tout entier serait dans les bras d'Ignis, eux compris ! Et ils osent m'insulter et me menacer ?! Je devrais les dévorer dans l'instant ! »

Il cracha la dernière phrase avec la même rage que plus tôt. Comme s'il voulait qu'elle se manifeste en onde une toxique, comme le crachat de la scytode thoracica..
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mer 12 Aoû - 18:33


Chants d'oiseaux et objets cassés !



La situation devenait des plus sensibles, beaucoup trop pour le sage Brycham. Tout d’abord cette divinité qui préférait montrer les crocs et appeler au sang plutôt qu’à la paix, puis le belliqueux Kirür qui semblait sur les nerfs après un si long voyage qui se rallongeait d’une journée au vue de l’heure tardive, et enfin l’arrivée de l’imposant Lieutenant de la Garde Dorée. Normalement il représenterait un profond soulagement, mais l’absence de Subalterne derrière lui ou simplement de comparses, rendait son intervention bien futile en cas de mauvaises tournures des choses. La situation analysée, il tenta de nouveau d’apporter un message pacifiste.      

« Pointez vos lames au sol. » Ordonna le chef du groupe, préférant ne pas aller jusqu’à leur faire rengainer, au cas où la Créature chargerait. « Nous ne voulons pas d’ennuis avec vous, Enfant des Quatre.. » Tenta-t-il de reprendre avant de se faire de nouveau couper par le petit homme.

« Je vais vous la dire moi la situation ! » S’exclama-t-il en passant du Lieutenant au Demi-dieu de ses yeux plissés « La situation c’est que l’on était tranquille, à nous reposer d’une dure journée de labeur, quand cette Bête est v’nu frapper la carriole et casser au moins la moitié d’la marchandise ! Et après, elle est montée d’sus et à renverser une bonne partie à coup sûr de cette charrette ! Et maintenant, il vient nous menacer, et d’vant vous ! » Continua à beugler le plus vieux mais le plus hargneux de la bande.

« Lieutenant, nous sommes de respectables marchands. » Poursuivit Hàlim, le plus à plaindre de l’affaire. « Ceci est un convoi pour la noblesse de Lüh, et pas la plus petite ! Nous réclamons une réparation pour cet acte de violences, de dégradations et de menaces gratuites ! » Termina Hàlim, qui même dans cette situation, ne perdez pas de vue la question des bénéfices.        

« Il est vrai que nos feux sont parfaitement maitrisés je vous l’assure, ceux ne sont pas les premiers que nous faisons, soyez-en assuré. Et quand bien même, je ne pense pas que cela justifie de tels agissements à notre égard, ainsi que la destruction de plusieurs commandes de la noblesse de Lüh. » Essaya Brycham, en espérant obtenir les faveurs du Lieutenant sans voir le Semi-dieu faire d’eux son dîner.  

Il n'y avait aucun doute que la situation dans laquelle se retrouvait la compagnie de marchands, était pour les moins tendues. Mais derrière ces trois comparses le dissimulant aux yeux du représentant de l'Ordre sur toute l'île, le dos légèrement recroquevillé et le visage plongé dans l'obscurité de sa capuche, deux yeux marqués davantage l'inquiétude, si ce n'était une profonde anxiété, lorsqu'ils se posaient non pas sur l'Enfant de Terra, mais sur la charrette bâchée sur laquelle il se tenait, avec la présence si proche d'elle du Garde Doré.  






Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #9 écrite Ven 14 Aoû - 13:23

Chants d'oiseaux et objets cassés !

The man who hunts down criminals.






«J’aimerais par ailleurs connaître le nom de votre invocateur, Seigneur des forêts de l’ancien monde, Déclic Vilosen. »

Le conflit s’annonçait assez mal. Chacun avait leur version des faits et considérait l’autre comme coupable de la situation. Des hommes incapables de faire un feu sécurisé, une invocation frappant les carrioles. Il y avait de quoi être ennuyé mais la première chose à faire était de reconstruire la scène. Pourquoi l’invocation aurait-elle frappé les carrioles de ces jeunes gens ? En quoi les feux étaient dangereux ? La situation n’aurait-elle pas pu être plus simplette ? Une invocation allant à la rencontre des humains pour leur porter conseil sur le campement ? Des marchands tolérant prenant en considération la situation avec sang froid ?  Roderik Mortier aurait sans doute à faire mais la première étape était de calmer tout le monde dans l’espoir d’apporter des arrangements.

Cependant la colère du garde doré monta d’un cran lorsque les tensions présentes s’élevèrent sur le garde doré. Entre ce Déclic le menaçant de mort comme ses ancêtres ou des marchands appelant à la compassion de ses prochains en démontrant l’hostilité de l’invocation. Il ne laisserait certainement pas passer cela avec la tête baissé, au diable les civilités, si Déclic était bougon il saurait aussi hausser le ton.


« Gardez votre sang froid, Déclic Vilosen. Un grand seigneur tel que vous ne devrait pas prendre la peine de laisser imaginer que de telles paroles vous atteigne. La forêt est belle et impassible sa faune se montre cruelle mais le fait pour son bien, la flore est florissante et sainte vie. Prouvez-nous que vous êtes au-delà de cette colère car c’est ce qui dans l’ancien temps à mener à votre perte autant qu’à celle de mes ancêtres. Les menaces sont par ailleurs assez désuète et grandement insultante pour votre ordre divin. Nous calmerons nos ardeurs si vous nous aidez en calmant les vôtres. »


Son visage n’était pas visible mais il serrait les dents. Par moment il aurait aimé n’être qu’un simple voyageur traversant les plaines en quête de sérénité, ou tout simplement celui qui frapperait dans la bouche les langues de vipères du groupe. Faire des courbettes était sans doute trop pour lui et il saurait se montrer plus direct si ses paroles n’étaient pas suffisantes. Les enfants de Terra avaient toujours été pour son village natal des êtres d’une grande sagesse. Si Ephylix était une exception à la règle, il espérait que Déclic encourage ses croyances. Roderik tourna sa tête vers les marchands par la suite, eux aussi avait de quoi ennuyer le garde doré qui leur rappela pour la seconde fois sa directive.

« Pour ce qui est de vos produits, marchands : Soyez convaincu que je ne laisserai pas votre travail récompensé égoïstement par des pots cassés et des revenus miteux en comparaison à ce que vous possédiez au départ. Mieux vous tempérerez vos propos et vos sarcasmes et mieux il en sera pour vos bénéfices. Le temps c’est de l’argent comme le dit votre jargon et je vous prierai de ne pas gaspiller votre air à la non-coopération. Me suis-je bien fait comprendre, cette fois ?»

Roderik prit une grande inspiration, tout cela n’était pas bon du tout. Avec ces disputes et la tension il ne pourrait certainement pas prendre de décision sur la situation tant qu’il n’aura pas inspecter les lieux ni même demandé à chacun sans autre commentaire douteux leurs versions des faits et leurs réponses à ses questions. La nuit promettait d’être très longue…

« Par ailleurs, j’ai beau avoir eu vos témoignages, j’ignore ce qui s’est réellement passé et j’aimerais ne pas avoir à vous rappeler à chaque instant qu’il est contre-productif de cracher votre venin sur l’un comme sur l’autre. Si vous souhaitez que justice soit faite, s’il vous plaît, contenez-vous un moment.»

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Ven 14 Aoû - 15:33

Sitôt que Déclic eut fini de parler, l'un des marchands demanda la paix. Mais il fut aussitôt coupé par le petit belliqueux qui s'exclama avec colère. Il affirmait exactement le contraire du Demi-dieu ce qui eut pour effet de l'énerver un peu plus. Le premier confirma alors que les feux étaient parfaitement maîtrisés. Ce qui naturellement était faux. La nature a démontré plus d'une fois qu'elle pouvait balayer des milliers d'êtres humains facilement.

Le garde enchaîna en réclamant le nom de l'invocatrice de Déclic. Mais ce dernier ignora royalement la question. Freyja n'avait rien à voir dans cette affaire. Bien qu'il n'avait aucun autre lien avec elle que cette esclavage, il ne voulait pas la mêler à cette histoire. C'est donc avec la plus grande indifférence qu'il ne répondit pas, comme si ces mots n'avaient tout simplement jamais existés.

Et puis soudain le garde haussa le ton.

«  Les menaces sont par ailleurs assez désuète et grandement insultante pour votre ordre divin »

Déclic ne sut pas très bien comment réagir. En réalité il était secoué. Il tremblait de rage car cet homme avait raison. Le Demi-dieu menait une rude bataille en lui même. Il avait envie de dévorer cet homme en armure pour ces paroles et les marchands en passant pour se faire un dessert. Mais il savait que ce n'était dicté que par le traumatisme que les siècles de guerre de l'ancien monde avait provoqué.

« Nous calmerons nos ardeurs si vous nous aidez en calmant les vôtres. »

Puis il s'adressa aux marchands et demanda de nouveau un détail de la situation. Durant des secondes qui lui parurent interminables, Déclic ne réagit pas plus qu'un regard rempli de menaces allant du garde aux marchands.  Durant de longues secondes il hésita entre cette envie folle de tous les dévorer et la raison qui n'était pas morte au fond de lui. Il était dans une impasse et ne pourrait réfléchir clairement en restant si prêt du garde armé.

Alors dans une exclamation de rage il claqua des machoires dans le vide, à dangereusement quelques centimètres du soldat puis fit demi-tour et s'éloigna d'un vingtaine de mètres. Il se retourna en lisière de forêt et s'assit, babines toujours retroussées, dévoilant des crocs impressionnants, le regard fixé sur les humains.

Il reflechissait. Il avait éteins les deux feux les plus dangereux. Cinq restaient allumés dont le feu central. Ce n'était pas ce dernier qui l’inquiétait mais les cinq autres. Deux étaient en bord de route et ne risquaient rien. Les trois autres étaient un peu plus éloignés du buisson mais si les marchands s'assoupissaient et qu'Aer se renforçait comme il semblait l'avoir décidé, l'incendie se déclencherai. N'ayant aucune confiance en ces humains, Déclic voulait que ces trois feux soient éteins. Il se fichait de donner une leçon à ces humains tout comme les objets cassés. Les marchands lui faisant face avec des armes l'avait simplement retenu puis le dialogue s'était déclenché. Le Demi-dieu savait que s'ils poursuivaient ce fameux dialogue ainsi, ils allaient droit au massacre car la sauvagerie inculqué par les hommes d'antan referait surface. Il voulait l’extinction de ces feux et n'avait que quelques solutions pour obtenir ce qu'il voulait : Que les humains les éteignent de leur propre initiative ou qu'il fonce dans le tas pour les éteindre lui même.

Durant de longues minutes il resta totalement silencieux. Mais au fur et à mesure que le temps passa un changement survint : ces babines retombèrent doucement sur ces crocs jusqu'à ne plus qu'être froissées. Alors, décidant d'aller contre cet instinct d'un autre âge, il opta pour la diplomatie :

« J'exige l'extinction immédiate des cinq feux aux abords de votre camp. Alors seulement j'accepterai de continuer cette discutions et de répondre au lieutenant Mortier en échange de votre geste. »

Il marqua une pause durant laquelle il gronda et montra de nouveau les crocs :

« Si vous ne le faites pas, je les éteindraient moi même... en détruisant tout ce qui trouvera sur mon passage. »

La négociation était close. Les babines du loup retombèrent et son regard, bien que flamboyant devint celui qui attend. C'était une nouvelle menace. Son ton et son regard étaient très clairs : En cas de refus, il déferlerait sur eux tel une avalanche à flanc de montagne. Il attendait simplement que les humains fassent un choix.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Mar 18 Aoû - 18:28


Chants d'oiseaux et objets cassés !



Les mots du gradé de la Garde Doré trouvèrent écho sur la plupart des membres du convoi. Le chef d'expédition, trouvait son compte dans la paix que paraissait offrir le Lieutenant en tentant de calmer tant le groupe que l'Invocation. L'homme de petite taille lui, avait la promesse d'une justice appliquée, qu'importe le sang divin de l'agresseur. Et celui qui ne vivait que pour négocier, le dédommagement qu'il réclamait. Le seul qui ne souriait pas, ne serais-ce qu'un peu, était l'encapuchonné. La solution proposée par l'homme de l'ordre princier consistait à écouter une nouvelle fois les témoignages, et probablement par la suite fouiller les charrettes pour constater les dégâts et avec eux, évaluer le montant des réparations. Et cette idée lui déplaisait grandement. Il devait éviter que le regard du justicier ne se pose avec insistance sur son transport.

« Lieutenant ? » interpella le chef du groupe, afin de donner une nouvelle fois sa version des faits comme il l'avait requit, à l'inverse du Demi-dieu « Prit par la nuit, nous avons préféré faire arrêt ici, afin d"éviter les brigands entourant les villages lorsqu'Ignis ferme les yeux. Nous avons ensuite allumé des feux tout autours, afin de tenir éloignées les créatures affamées. Une technique bien connu par les marchands et que nous faisons depuis plusieurs jours, sans qu'aucun feu ne dérive en incendie. Et tandis que nous discutions tranquillement.. » Tenta-t-il de reprendre avant de se faire de nouveau couper par le petit homme.

« Ce loup cornu est venu sans prévenir renverser une première charrette, puis secouer grandement une deuxième avant de nous insulter ! » S’exclama-t-il en passant du Lieutenant au Demi-dieu de ses yeux toujours plissés

« Ecoutez-le Lieutenant ! Alors que nous ne faisons que vous répondre et déclarer notre envie de paix, il exige et menace ! » Poursuivit Hàlim, le marchand né    

« Ecoutez-le nous demander de retirer notre seule défense contre les créatures immenses et terrifiante de la Traversée..» Murmura presque Vilmùr, toujours derrières ses comparses « Il nous veut mort, par les crocs d'un autre. Accepter d'éteindre les feux, c'est accepter de mourir, pour le caprice d'une Invocation qui a déjà détruit nos marchandises sans même faire la moindre demande. Mourrons-nous pour satisfaire la petite lubie de cet être, punie par son propre Père ? »

Le souffle à la limite du silence n'avait pas échappé aux oreilles des marchands, qui froncèrent de plus en plus les sourcils au fur et à mesure que les paroles avaient un impact chez des hommes des plus réceptifs.   

« Ces feux n'embrassent rien du tout ! Et nous n'irons pas nous faire la proie parfaite des monstres pour vous faire plaisir ! Ce monde ne vous appartient plus, vous n'avez rien à exiger ! C'est notre monde ! C'est à nous que les Dieux l'on confié. Et c'pas un qui a foutu le Premier Monde en ruine, qui va v'nir nous dire comment nous occuper du notre ! » S’exclama Kirür, qui retrouvait sa fougue.

« Nous demandons la paix depuis tout à l'heure et nous plions aux demandes de l'autorité, mais vous, ne faites que prêcher la violence et notre mort par votre requête. » Résuma Brycham, qui commençait à s'agacer que son message pacifiste ne soit pas renvoyé par le Subalterne.








Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #12 écrite Mar 25 Aoû - 16:34

Chants d'oiseaux et objets cassés !


The man who hunts down criminals.






La colère du Demi Dieu semblait s’être plus ou moins apaisée. Le voir s’éloigner de la zone de conflit était en soit un soulagement : cela signifiait en général que la personne était assez raisonnée pour ne pas en venir aux poings ce qui n’était pas souvent le cas pour ses pairs humains. Il arrivait même que sous l’ironie du sort, Roderik use de ses propres poings pour faire comprendre que la violence ne résoudrait rien.

Cette fois, le garde doré sentait que l’ultimatum de Déclic Vilosen serait un dilemme de plus dans ses choix. Devait-il éteindre les feux au risque de laisser les marchands mourir de la patte des monstres nocturnes ou bien renoncerait-il à la demande du Demi-Dieu au risque que ce soit de sa patte que les marchands périront ? Dans les deux cas, le lieutenant Mortier se retrouvait perdant.
Le plus ennuyant était sans doute la présence de cet homme belliqueux dont l’esprit est aussi émoussé qu’une épée. Sa bouche ne parvenait à contenir le ramassis de connerie qu’il pouvait penser en une minute. Encore une fois, il espérait que le Demi Dieux ignore ses paroles et se concentre essentiellement sur celles du médiateur. Si tout se termine bien, il se jura de boucler la bouche à cet homme à l’aide d’un tissu, ou bien lui donner une gifle.

« Marchands ! Surveillez vos flammes, je vais m’entretenir avec ce Demi-Dieu. »

Avec tout cela ils avaient totalement oublié un détail revenant pourtant dans toutes les bouches: Les flammes. Les regards tournés vers le Demi-Dieux, ils avaient tous oubliés de les surveiller ce qui en soit n'était pas grave sur l'instant où Roderik s'assura que rien n'avait bougé. Le comportement des flammes seront décisives pour la discussion et si elles venaient à brûler le territoire ce serait la fin de tous.

Alors qu’il avait tourné la tête vers le groupe de marchand, il ne put s’empêcher de regarder les flammes du feu central danser et crépiter. La lumière qu’elle dégageait était apaisante mais sa chaleur savait être cruelle.  Etait-ce une raison pour détruire la zone entière et les hommes avec ? Les enfants ennemis pouvaient être d’une telle imbécilité pour si peu…

« Je ne pourrai répondre à votre requête, enfant de Terra. Si votre peur des flammes est si grande alors rebroussez chemin, vous n’avez aucun droit sur le territoire d’Arcane pour oser menacer ces terres de votre courroux. »

Il avait sans doute fait une grave erreur et aurait condamné sa vie. Qu’aurait-il pu faire de plus ? Une idée vint à lui…

« Enfant de Terra, en menant cette guerre contre les flammes d’Ignis vous êtes prêts à détruire le territoire de votre géniteur ainsi que sa flore et sa faune. Si vous tenez tant que cela à sauver ces terres alors le mieux serait de me laisser gérer ces Hommes. J’ai été éduqué dans le respect de chaque élément et vous devez savoir autant que moi que chaque élément dépend des autres. Si un incendie il y a, Aqua agira. Il n’est pas de votre ressort de lutter contre des simples flammettes surtout si c’est pour donner davantage de dégât à la nature qu’Ignis ferait. Je comprends votre peur, enfant de Terra mais soyez assurer que je prendrais toutes les responsabilités nécessaire face à ces feux. »

Il détacha son arme et la jeta plus loin.

« Si vous agissez alors ce territoire ne sera plus. Votre force est grande mais vos pouvoirs sont limités, vous ne pourrez réparer ce que vous avez détruit alors que si vous me laissez être le gardien de ces feux pour la nuit vous aurez tout le plaisir de réparer les pots cassés de votre puissance et de m’arracher la tête si cela vous semble nécessaire. Revenez donc au lendemain si cela vous rassure. Si les flammes s’en prennent à la nature alors vous n’aurez qu’à me tuer pour mes belles paroles. »



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Mar 25 Aoû - 20:26

Il y a de cela quelques siècles, si la même situation s'était produite durant la période ou le douloureux souvenir d'un monde en flamme hantait le cœur de Déclic, ce dernier n'aurait pas échangé un seul mot avec les humains. Dès l'instant ou la première flamme du feu de camp lécha le buisson le plus proche, il aurait ravagé le camp pour éteindre les feux, tués les quartes humains, utilisés la magie pour recouvrir les charrettes de plantes et laissés les cadavres aux renards et autres charognards.
Jamais il aurait agi ainsi avant la grande guerre et il se sentait un peu coupable. Il serait intervenu plus tôt et aurait joué la carte de la diplomatie en éteignant les feux. Peut être aurait-il dû agir ainsi mais la méfiance et la rancune étaient de redoutables ennemies.

« Accepter d'éteindre les feux c'est accepter de mourir pour le caprice d'une invocation »

Caprice ? Déclic en haussa les sourcils de surprise. Un caprice ?! Etait-il en train de l'insulter de louveteau capricieux ?

« Petite lubie de cet être punie par son propre Père »

Ces paroles arrachèrent des larmes de rages et de détresses au Demi-dieu. Depuis si longtemps son cœur saignait de l'injustice de cette punition. Ces quelques paroles firent saigner le cœur du loup. Il ne méritait pas cette punition lui qui, jusqu'à la dernière minute, à chaque seconde de sa vie était resté fidèle à son père pour finalement être puni de la pire façon qui soit. C'est ces petits mots qui le choquèrent à tel point qu'il ne put pas riposter aux paroles précédentes. Une boule se forma dans sa gorge et il mena une féroce bataille intérieur pour ne pas éclater en sanglots.

« Ce monde ne vous appartient plus, vous n'avez rien à exiger ! C'est notre monde ! C'est à nous que les Dieux l'on confié. Et c'pas un qui a foutu le Premier Monde en ruine, qui va v'nir nous dire comment nous occuper du notre ! »

Quel misérable déchet ignorant, insultant et blasphématoire. Le monde n'appartient à personne. Un animal peut s'approprier un territoire de vie mais la nature reste maître du monde tout entier. L'insulte était si grave aux yeux de Déclic qu'il prit la décision de dévorer ce nain. Il n'allait pas perdre son temps à lui faire la leçon. Mais Roderik intervint une nouvelle fois. Alors qu'un grondement sauvage naissait dans la gorge du loup et qu'il s’apprêtait à bondir, bouillonnant de rage, le lieutenant parla. La combinaison du choc un peu plus tôt et de l'intervention du soldat sauva la vie du nain. Déclic l'écouta avec les babines retroussées dévoilant ces crocs, une lueur sauvage dans les yeux. Quel fut la surprise du Demi-dieu lorsque le soldat jeta son arme.

Déclic hésita durant une poignée de secondes, plantant alternativement son regard dans celui de Roderik et du nain. Puis il prit une décision :

« Très bien, je vous les laisse. Mais j’exige ce que suis. »

Tout en parlant il s'approcha de Roderik, s’arrêtant à un mètre à peine du garde.

« L’extinction immédiate des feux extérieur du campement ou leur sécurisation, je me fiche du feu central. Je reviendrai à l'aube pour vous exposer ma version des faits. Que le chef des marchands soit présent ou non n'est qu'un détail sans importance à mes yeux. Sachez humain que je vous surveillerai et qu'au moindre danger pour le bois je reviendrai tel une avalanche sur le village à flanc de montagne. »

Le prédateur se tourna alors vers le nain belliqueux, profitant de se mouvement pour que le silence s’imprègne de ses exigences. Puis il s'adressa à ce nain, le ton était chargé de haine et de dégoût. Ce n'était pas le ton du prédateur envers sa proie, ce n'était plus le cas. C'était celui de la haine à l'état pure :

« Pauvre maladie, pitoyable ignare que tu es. Tu ne sais rien de l'ancien monde. Tes paroles n'ont aucune valeurs, elles ne sont que poison. Ce sont tes semblables qui ont détruit le monde, qui sont responsable de mon tourment. Tu n'as aucune idée de qui je suis, tu ne peux imaginer les souffrances que les tiens m'ont infligés. Remercie ce garde car il est le seul rempart protégeant ta vie... pour l'instant. Soit absent à mon retour car mon premier acte sera de te dévorer et c'est avec plaisir que je débarrasserai le monde de l'ignoble parasite qu'est ton existence. »

Il planta de nouveau son regard dans celui de Roderik. L'expression du loup changea, c'est avec le respect de l'adversaire qu'il regarda cet humain. Le garde avait réussi un exploit : retenir et gérer Déclic malgré sa colère et sa rancune. Le Demi-dieu lui confiait ce conflit. Le loup se retourna et sans un seul regard en arrière, disparut dans les fourrées au petit trot. Il gravit de nouveau la colline et retourna se coucher dans sa petite cachette le tourment dans l'âme. Posant son regard sur la clairière tel un suricate sur la savane, il n'entendait pas mais ne ratait rien de ce qu'il se passait plus bas. Bouillonnant d'énergie et d'adrénaline, il suffisait de peu pour qu'il intervienne à nouveau. Désormais il attendait que la course du soleil ai atteins deux fois sa taille dans le ciel pour retourner voir le garde...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Dim 30 Aoû - 16:36


Chants d'oiseaux et objets cassés !



La situation était toujours tendu, mais s'orientait de plus en plus vers une issue pacifiste. La discussion entre le Garde Doré et l'Invocation, qui laissait clairement les marchands de côtés, pourtant victimes dans cette affaire, se conclu par le départ du loup de Terra, après qu'il eut de nouveau démontrer qu'il était de tous, celui qui insultait et menaçait, en dépit de la présence du représentant de la justice princière. Tandis qu'il s"éloignait, on put entendre que plusieurs marmonnaient dans leurs dents, préférant ne pas faire fasse à l'Invocation qui était effrayante une fois la colère en elle. Pendant un instant, ils oublièrent même le Lieutenant, discutant entre eux. On pouvait entendre le soulagement qu'il soit partis, la colère des dégâts, l'agacement de ne pas avoir eu plus de soutient du Garde Doré envers eux humains tandis qu'il faisait des courbettes au criminelle de cette affaire ou encore le fait qu'il fallait bien prendre le chemin de droite et non de gauche à la première intersection en début d'après-midi.

« Lieutenant ? » s'interrompis le Chef du groupe « Nous vous remercions pour votre intervention..»

« Tu parles, intervention.. Courbettes devant le coupable et totales indifférences devant le malheur des victimes ouai !» S’exclama le plus petit en taille de la bande

« Pour votre intervention. » reprit-il en regardant avec force son compagnon de route pour lui faire comprendre son agacement « Nous allons pouvoir dormir en toute quiétude avec vous en sentinelle.»

« Mais pas avant que nous ayons une reconnaissance de dettes signée par vous-même, qui stipulera que l'humain qui a c't'Invocation nous doit entière réparation ! » Poursuivit Hàlim, le marchand né    

« Faites donc une estimation des dégâts. »

Hàlim retourna dans sa charrette pour constater les dégâts, pendant que le reste du groupe continuait de s'entretenir avec le serviteur de Lüh. Les yeux grands écartés, il revint à leur rencontre, un carnet en main où il avait inscrit le calcul des dommages pour venir le lire à voix haute

« J'en ai pour 3.800Tsuris de marchandises invendables ! » Déclara-t-il, bien qu'il ne parvint à convaincre aucun de ses comparses, le connaissant suffisamment phénoménale dans l'art de vendre, pour réussir à tirer un prix même de morceaux « Et toi, tu en es à combien ?» Interrogea-t-il Vilmùr

« Oh moi.. ? Je n'en sais rien. Mais peu m'importe, ce n'est pas grande chose. Un ou deux bocaux, peut-être trois autres justes fissurés, rien de suffisament important pour en faire une histoire.» Fit-il en renonçant à demander réparation. Et pour cause, son seul souhait maintenant, était d'éloigner le Garde Doré de sa charrette, ayant bien plus à perdre que quelques milliers de Tsuris.  








Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #15 écrite Sam 5 Sep - 14:46

Chants d'oiseaux et objets cassés !


The man who hunts down criminals.








Le problème semblait s’être réglé pour un laps de temps. Le demi-Dieu, Déclic, s’en était allé en promettant de revenir au lendemain pour tuer ces hommes s’ils n’étaient pas partis. Suite à cela, Roderik put enfin se détendre un peu, une invocation non-bridée pouvait être un problème majeur pour tous et seuls les Dieux savent combien son assez stupides pour penser que ces êtres peuvent être leurs amis et se contenter de menace plus d’actes. Les Demi-Dieux n’étaient régis que par une seule et même règle, celui d’écouter les ordres de son maître et non celle de respecter les lois d’Arcane, ce que beaucoup ont tendance à oublier. Une fois fini, il reprit son arme, retira son casque de garde doré et la cala contre son bras et son armure tandis qu’il s’approcha du groupe de marchand. S’il appréciait le remerciement du jeune homme, la remarque mesquine de l’homme dégarni lui fit l’effet d’une bombo en pleine figure, il en avait assez de cet homme et si ce dernier était plus qu’un simple marchand il lui aurait vite envoyé son poing et sa lame en pleine tête. Contenant pour l’instant sa hargne dans un serrement de mâchoire, il concéda à toutes les demandes des marchands, de toute manière c’était ce qu’il comptait suggérer dans l’ordre des choses.

« Je vois que vous avez révisé vos droits. Tout cela sera fait dès ce soir, je me chargerai personnellement de la paperasse dès mon retour à Lüh pour vous éviter l’attente inconcevable des remboursements de certains. »

Il songea à parler à un des trésoriers de Lüh ou du moins à celui chargé de ses paiements personnels pour rembourser ces jeunes gens dans l’attente de la découverte du coupable chargé des paiements.

Une fois ce second soucis réglé, Roderik n’avait plus envie de se faire courtois face à tant d’irrespect de la part de l’homme belliqueux et dirigea bien vite la pointe de sa lame proche de la gorge de ce dernier, loin de là l’idée de lui faire du mal.

« Je vais te parler franchement en tant qu’homme que je suis et non en tant que garde doré. S’il n’en tenait qu’à moi je t’aurai sans doute jeté dans sa gueule dès le premier instant ou t’as ouvert la tienne. Je ne te demande certainement pas de me remercier, tu serais bien capable d’y ajouter deux jurons mais je te somme de garder tout ce que t’as sur le cœur pour toi.»

Il retira l’arme de sous la gorge de l’individu pour finalement la rengainer.

« Estime-toi heureux que cette invocation n’ait tenté à aucun moment de vous dévorer ou de détruire l’intégralité de vos produits. Si tu estimes que justice n’a pas été accomplit alors soi garanti que je ne me mettrais pas en travers de ton chemin si par insouciance tu souhaites tâter des crocs de l’enfant de Terra. Mes courbettes ont été bien plus efficaces qu’une arme pointée vers l’ennemi à cet instant. Je prends votre cas pour important mais si une poignée de tsuris t’importe plus que la vie de tes compagnons ou de la tienne, ce ne sera pas mon cas et je continuerai à vous garder en vie même si cela doit signifier que vous deviendrait plus pauvre qu’avant. »

L’un des marchands s’était approché d’eux, le coût des dégâts était exorbitant et Roderik tenait à s’assurer qu’aucun d’eux ne profite de cette mésaventure pour prendre le Garde Doré pour plus bête qu’un variquan. Peut être demandera-t-il à un apothicaire ou autre des informations sur ses objets.

« Montrez-moi ça, marchand. » finit-il par demander au vendeur d’art. Pour ce qui était du second, il fut assez surpris de ne pas profiter de la situation ne serait-ce même pour quelque pots cassés. Une question lui vint sur le bout des lèvres mais il se retint du moins dans l’attente d’obtenir plus d’informations sur les produits du marchand d’art, posant une, puis deux questions par curiosité personnelle dissimulé dans un « C’est important pour le rapport ».

Les déplacements du garde doré s’enchaînèrent dans le campement alors qu’il jetait des coups d’œil sur les feux, puis sur les cargaisons, les chariots et répondant par des « Si vous avez également des réclamations c’est le moment ! » au chef et au belliqueux. Finalement, alors qu’il avait terminé avec le marchand d’art, qu’il estimait très quémandeur de tsuris pour un simple « pot de chambre décoré » qu’il nomme vase mais dont il ne put protester face à son manque de culture sur la chose, il se dirigea vers le marchand le plus discret du groupe :

[color=#22427C][« Et vous, vous vendez quoi exactement ? »/color]





▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Sam 14 Nov - 21:00


Chants d'oiseaux et objets cassés !



L’Enfant de Terra avait beau s’être éloigné, la tension elle, n’était pas bien loin. Elle revint d’ailleurs rapidement lorsque le Lieutenant de la Garde Dorée mit son arme sous la gorge d’un des marchands. Comment osait-il ? Tous hésitèrent à mettre la main au pommeau. Qu’il se disait parler en tant que simple homme, il arborait au moment des paroles l’armure du Prince, et non celle de ville. De plus, il n’hésitait pas à pointer de sa lame un humain alors que fasse à l’Invocation, qui refusa à plusieurs reprises de lui répondre, de se plier à ses demandes ou encore de toutes les politesses envers lui, jamais il ne se permit de lui parler de la sorte. Décidément, il était évident qu’il n’était pas de ceux capables de tenir tête face aux Invocations, au nom du bon droit de victimes.  Quoi qu’il puisse en être, les esprits étaient échauffés des deux côtés et cela ne menait jamais à quelque chose de constructif. Sautant sur l’occasion lorsque le représentant de l’ordre assouplie ses mots, le meneur de la petite compagnie ordonna au groupe de se taire désormais et au plus hargneux, de s’éloigner pour se calmer, seul, comme il était préférable pour ceux de son peuple connu pour avoir le sang chaud.

« Nous ferons selon votre demande Lieutenant » confirma-t-il lorsqu’il demanda à ce qu’on lui montre les relevés des dégâts.

« Tenez. » s’exécuta alors Hàlim, le marchand né, avant de répondre aux questions suivant la découverte des notes « Ceci sont des produits qui viennent des Landes Nordiques, ils sont très loin, leur coût est donc plus conséquent. C’est qu’il y a beaucoup plus de risques d’attaques en tout genre, en plus de la durée du trajet. Là ceux sont les peintures d’un dessinateur de bonnes réputations. Seul à faire ce style, il monte ses prix, ce qui monte les miens forcements. » Expliqua t-il, continuant pour chaque précision demandée.

« Pour ma part je n’ai aucun dégât à faire constater, vous êtes, par chance, intervenu assez vite. » répondit le meneur du groupe lorsqu’il lui fut demandé s’il avait des requêtes.

 
« Nan, ça ira pour moi,  même si j’avais à t’d’mander d’mon bon droit, j’préfère m’en occuper moi-même, y’a plus d’chance qu’ce soit fait comme y faut !» S’exclama le plus petit en taille de la bande, avant que le chef des marchands n’aille à sa rencontre pour lui chuchoter d’arrêter, puis de l’éloigner d’avantage. Il connaissait son ami, il ne servait à rien de lui parler lorsqu’il était dans cet état d’agacement.

« Moi.. ? Et bien, je dirai que nous pouvons regrouper tout ça par l’appelation de ressources animalières en tout genre.» Répondit Vilmùr.  « Je ne suis pas chasseur, entendons-nous bien, je n’ai pas la maîtrise de cet art pourtant fort populaire. Je me contente d’acheter des ressources en tout genre liées aux monstres de toute l’île, après quoi je les revend à ceux d’autres régions, avec un petit bénéfice bien entendu. Je ne suis pas le plus rentable de mes compagnons, il serait déplacé de déranger une noble personne, pour si peu. Je perdrai sans doute alors plus que je ne pourrai récupérer. »








Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #17 écrite Mer 16 Déc - 17:18

Chants d'oiseaux et objets cassés !


The man who hunts down criminals.








Les hommes n’ayant jamais vu d’invocation sans leur maître ne pouvait se permettre de connaître l’étendu de leur pouvoir. Sous la poigne d’un individu censé, la force pouvait en être décuplé et répondre aux problèmes posés par certains malfrats. D’un autre côté, une invocation seule ou mal accompagné pouvait faire des dégâts. Roderik ne fut pas plus surpris que cela des regards réprobateurs des marchands, ces derniers devaient certainement survivre du mieux qu’ils le pouvaient sans chercher à savoir si leur vie valait plus que leur argent. Les gens du Nord avaient l’habitude des conflits mais au vu de la distance séparant les terres de non-droit les plus déserts à ceux de Lüh, il y avait bien plus à craindre d’un dragon que d’un canidé aux bois touffus. Pourtant, ce n’était pas ce qui aurait pu servir de cure-dent à cette bête qui aurait pu l’embrocher, auquel cas ils auraient pu finir sous terre de par son inconscience. Qu’avait-il à faire de quatre marchands errants après tout, ces derniers pouvaient se réjouir encore de respirer l’air humide du crépuscule et de pouvoir jouir d’une grande partie de leurs réserves. L’ingratitude était toujours vainqueur quand on ne pouvait avoir le beurre et l’argent du beurre. Néanmoins, il ne pouvait se défaire de l’idée de récupérer au plus vite une invocation. Cela serait certainement plus utile que de considérer l’idée qu’il puisse à nouveau reproduire le tour de force qu’il produisit cette nuit-là.

Préférant ignorer les paroles venimeuses du marchand téméraire, il s’intéressa davantage aux propos du marchand de ressources. Après tout, c’était en partie ce qu’il espérait commander pour rafraîchir les armes et protections des gardes. Il manquait cruellement d’objets magiques pourtant vital dans ces terres hostiles.

« Des ressources animales, dites-vous ? Hm. »

Il n’était pas incertain qu’il fasse appel à ses services si toutefois les prix et la qualité de ses objets se trouve assez intéressante pour faire affaire avec lui. Le trésorier de la garde saura très certainement prendre son rôle très à cœur, lui qui a tendance à rabattre les oreilles du Lieutenant sur les fonds et autres paperasses financiers qu’il doit signer ou rédiger. Par moment il avait tendance à croire qu’il s’était ramollis depuis ses deux années à potasser sur des dossiers et autres bout de feuille ennuyant. Et cette soirée n’avait certainement fait que confirmer ces doutes. L’action lui manquait souvent mais il n’était certainement pas loin de reprendre du service avec tout ce qu’il se passait dans les environs.


« Je serai curieux de découvrir ce que vous détenez comme ressources. Puis-je voir ce que contient votre hulotte ? »

Il n’était pas nécessaire d’en ajouter plus. Quels intérêts avaient-ils à connaître les pensées du Lieutenant si ce n’est pour les revendre à des individus pouvant profiter des besoins de la Garde Dorée.




▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 381
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Mer 13 Jan - 12:29


Chants d'oiseaux et objets cassés !



Vilmùr pouvait remercier  sa capuche, car elle dissimula la peur naissante dans le fond de ses yeux, lorsque le Lieutenant de la Garde Dorée lui fit comprendre son souhait de visiter sa charrette. A choisir, il lui aurait refusé l'accès et lui aurait demandé de prendre congé, sa tâche étant accomplie désormais que l'Invocation était plus loin. Mais il se voyait mal refuser. Surtout que ses compagnons auraient tendance à l'empêcher. Restant un petit moment silencieux, il scruta désespérément les environs en quête d'une solution. Allait-il lui refuser parce qu'il y avait des morceaux de bocaux brisés, mais l'armure de la Garde était plutôt résistant à ce genre de chose.

Finissant par se résoudre, il accepta finalement, l'invitant à entrer. A l'intérieur, il pourrait trouver des récipients de toutes tailles et de toutes contenances sur des semblants d'étagères, avec à leurs pieds de petites ou larges caisses aux contenus divers et variés. Mais si l'envie prenait au Lieutenant de la Garde Dorée de fouiller, il pourrait trouver une planche dans le fond de la charrette, dont une partie se trouve être une petite cache, dans laquelle un chiffon recouvrait une Pierre Obscure. Vilmùr se mettrait alors à prendre la fuite, avec une insoupçonné capacité à sprinter.

Mais si le Lieutenant ne découvrait rien, il se contenterait de faire son sourire de façade et de l'inviter à repartir à ses tâches, eux n'ayant plus besoin de son assistance qui fut des plus appréciables.








Apparence des marchands:
 

Inventaire:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Roderik Mortier
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Spartacus de Imorawetz
Date d'inscription : 07/06/2015
Messages : 76
Double Compte : Luce
Métier : Lieutenant de la Garde Dorée
Inventaire :
Matériel:
 



Inventaire▲

Aventure #19 écrite Dim 17 Jan - 17:22

Chants d'oiseaux et objets cassés !


The man who hunts down criminals.







Le lieutenant entra dans la hulotte. Au vu de la taille de l’endroit, il ne s’attendait pas à trouver beaucoup d’objets susceptibles de recharger les placards d’armureries. Au mieux, Roderik pouvait éventuellement découvrir de nouvelles sources d’armement magiques nécessaires aux prochaines missions qui attendront ses gars. Parmi celles-ci, il reconnaissait notamment les pendentifs de célérité ou bien les bombos déjà commandées régulièrement par l’armée. Pour le reste, grigri et astuces pour les voyageurs sans invocation. Roderik aurait pu s’intéresser à ce genre de colis mais il faudrait pour cela sortir plutôt sa propre bourse par soucis d’équité. Et puis, il n’était pas spécifiquement pressé d’en acheter.

Son attention dévia sur une planche en bois placée au fond de la pièce. Rien n’aurait pu réellement lui certifier la présence d’un objet quelconque mais la raison est parfois plus mystérieuse qu’un amas de raison diverse et variable cohérente ou non à l’esprit des individus. Cette nuit, l’envie de décaler la planche d’un faible coup de pied était présente. Ce n’était qu’un mouvement irraisonné, sans doute marqué par ses aprioris sur le vendeur ou les souvenirs lointains des magouilles de son père, peut être savait-il ? Rien ne semblait confirmer ces hypothèses. La raison importait peu, le fait était le même. Derrière cette planche, il découvrit cette forme sphérique dissimulée sous un drap. Si Roderik n’a jamais réellement connu les habitudes des marchands, il jurerait tout de même que cet objet quelqu’il soit n’était pas là par hasard. Sans attendre un instant de plus, il récupéra l’objet dans son tissu pour adresser par la suite un regard vers le marchand. Ce dernier n’avait pas prit longtemps pour prendre la poudre d’escampette. Une fois sortie de la charrette, le lieutenant se contenta de partir au pas de course à sa monture, de mettre l’objet trouvé dans la sacoche de sa selle et de le poursuivre à variquan. Il fallut quelques instants pour qu’enfin la monture rattrape le marchand. La bête face à son adversaire, la lame menaçante, il ne valait mieux certainement plus ennuyer le garde doré avec une fuite inutile.

A leur retour, Roderik avait déposé le jeune bougre près de sa hulotte, attaché et en mauvaise posture. L’arme encore à l’air libre il n’était décidément plus apte à coopérer avec eux.

« Avec ce que j’ai découvert dans la hulotte de votre compagnon, vous avez intérêt à vous écraser. Si j’entends ne serait-ce qu’une remarque, qu’un râle, vous pourrez dire adieu à vos efforts du voyage. »

Le moment n’était plus à la plaisanterie. Qui aurait cru qu’il dénicherait la perle rare du marché noir ? Le visage fermé, il se contenta de fouiller de nouveau les lieux de fond en comble et de surveiller les moindres mouvements aux alentours. A l’aurore, il guida le groupe de marchand à Lüh après avoir éteint le campement. A son arrivée, il devra questionner et faire un rapport sur ses découvertes de sa promenade. Parmi ses plus proches collègues, on le félicitait mais beaucoup était encore à revoir dans sa méthode. Il lui fallait absolument une invocation, donner l’ordre d’être plus pointilleux sur les entrées et sorties de marchandises et se débarrasser de l’objet noir. Bientôt, Vilmur passera en salle d’interrogatoire et sera puni pour la possession d’objets illégaux.




FIN DU RP
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Chants d'oiseaux et objets cassés !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Les oiseaux
» disparition des oiseaux!
» Livre 14 : Les objets légendaires des Mines de la Moria
» Bras cassé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Traversée de la Rivière Blanche-