Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir L'arène du griffon
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'arène du griffon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: L'arène du griffon   Mar 11 Aoû - 0:18

Nazel était enfermé depuis maintenant plusieurs années, sans se souvenir du temps qui passe. C’est ainsi, les sorties sont toujours trop courte ! Il n’a pas le temps de s’amuser à souhait. Pour le griffon c’est difficile de rester en place, il s’agite dans tous les sens. Dans sa prison sur le sol on y trouve quelque cadavre ceux qui n’ont pas réussi à l’obtenir ou à fuir son épreuve avant que mort s’en suive. Tout cela est sens intérêt. L’atmosphère parait lourde pour le fils d’Aer. Il ne souhait que trouver le parfait humain… celui qui va le faire sortir et le délivrer de cet endroit étouffant. Mais il était exigent dans ces choix. Et si par hasard il sortait avec quelqu’un de très strict et droit, il se faisait un plaisir de rendre sa vie un enfer. Après tout chacun ces petits plaisirs. Sa longue queue frappe le sol faisant s’élever de la poussière d’os.

« Tout cela est d’un ennuie profond que font nos précieux petit jouets ? Pourquoi est-ce si long ! Personne n'a donc le cran de venir jusqu'à ce fichu temple?! »


Nazel pouvait être fort patient mais l’ennuie est quelque chose qui le rend irritable très vite. Il ne cesse de lorgné la porte de vent qui mène à sa cellule. C’était une sorte de tornade mais qui ne provoque du vent qu’à l’intérieur l’empêchant de sentir la douce caresse de celui-ci. Le vent à l’intérieur doit être si agréable… Nazel déploie ses ailes endolori, sa cellule est assez haute pour qu’il puisse voler un peu. En fait l’entrée est fine et basse 1m50 même lui doit se baisser pour la franchir. Mais une fois passer après un peu de marche dans un tunnel qui accueil tout juste ses proportion il y a une grande grotte, humide, au plus grand désarroi de l’invocation. Le relief est glissant mais lui s’y accroche avec ses griffes se maintenant parfois en l’air ainsi. Cependant à taille humaine cet endroit est un parfait terrain de jeu, le griffon l’avait plus ou moins aménagé ainsi du moins. Il n’y avait pas d’énigme stupide devant sa porte. Rien de bien surprenant, c’était pour le griffon un jeu de bas étage, stupide et lassant surtout. Non devant l’entrée attendait un enfant de l’âge de 8 ans. C’était comme un mirage l’enfant sens visage attendait immobile.

Voilà comment Nazel voyait les choses, s’il pouvait s’amuser de l’humain entrant il serait ravis. La particularité de l’enfant était qu’une fois devant l’individu un visage apparaissait. Même le corps sans forme changeait. Il prenait la forme de cette personne quand elle avait cet âge. Pourtant la voix elle n’était pas tout à fait la même, plutôt frêle et comme modifier.  Son épreuve commençait là avec cette représentation enfantine alors que lui était dans les recoins sombres de sa cellule. El il y en avait des endroits sombres ! Des endroits d’où il pouvait observer le jeu commencer, alors que l’enfant, lui prend la parole.

« Bienvenue, n’ayez crainte je ne suis que… le reflet de vous-même alors avancer »

À chaque vois que l’enfant prononce ces mots pour un nouvel invité le cœur de Nazel s’emballe, un nouveau jouet est entré dans l’arène et il n’a qu’une hâte profiter du spectacle.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Aënaelle Litios
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Naoto Fuyumine- Dogs bullet and carnage
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 305
Double Compte : Nephylim
Métier : Historienne/aventurière
Invocation(s) : Lua
Invocateur : L'éminence grise derrière l'écran
Inventaire : Carnet de voyage, encre et plume, petits outils, un Katana et un poignard
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Dim 16 Aoû - 22:26

Le temple de l’air, encore. A quand cela remontait ? A la fois proche et lointain. Remplis de divers souvenir assez douloureux. Une souffrance du corps, mais aussi un bienfait.
C’est avec une certaine amertume qu’Aënaelle contemplait une nouvelle fois l’immense édifice. Cette fois, la raison de sa présence était de se trouver une invocation. Elle qui s’était juré de ne jamais en arriver à cette extrémité. Mais elle n’avait pas le choix. Bientôt, elle s’adonnerait beaucoup plus au noble jeu. Non pas que l’idée lui plaise, au contraire. Sauf que c’est le seul moyen en sa possession pour atteindre ses objectifs, tout en la protégeant. Ainsi que ses proches.
Quoiqu’il en soit, comme pour une expédition, la chose ne s’improvise pas. Hélios ayant demandé à partir. Il avait été mécontent du manque d’importance qu’il avait dans la vie de la noble demoiselle. Chose que cette dernière n’avait pas compris. Quelque chose avait dû lui échapper. Peut-être y avait-il une autre raison à ce départ ?
Quoiqu’il en soit, Aënaelle avait besoin d’une invocation et n’en avait plus. Aer lui ayant souris une fois, il restait à espérer qu’il en sera de même aujourd’hui.

Le voyage avait été long et rude, elle avait aidé un jeune noble à atteindre lui aussi le temple à la demande de sa famille. Ils avaient peu parlé en route, l’héritière des Litios ayant trouvé les motivations et les propos du jeune homme inintéressant. Elle n’avait donc pas fait l’effort d’entretenir plus que nécessaire la conversation. Tout en se demandant si ses motivations à elle, étaient meilleures. Au final, pas vraiment, cela dit, si après les évènements qui allaient se dérouler, elle pouvait offrir un temps de liberté à un demi dieu, elle n’avait pas à hésiter.
A part ces questions existentielles et un temps peu clément, le voyage s’était tout de même effectué sans encombre. Son compagnon de voyage étant déjà entré, la demoiselle avait décidé d’en faire de même après une heure de repos. Heure passée à se préparer à partir de ses souvenirs. Ce n’est qu’une fois sure d’elle qu’elle se décida à entrer.

Une porte comme une autre. Cela faisait seulement quelques minutes qu’elle marchait. Cette fois, elle ne prit pas le temps de monter vers le sommet. Qu’importe, elle ferait plusieurs portes si nécessaire. Etudierait, pèserait le pour et le contre. Survivre était bien plus important que de réussir une épreuve.
Une petite entrée, Aënaelle due se pencher, avancer. Un tunnel et elle n’aimait pas ça. Encore moins quand la grotte sur lequel il donne est glissante. Heureusement qu’elle ne venait pas vêtue comme l’aurait demandé l’étiquette. Au diable ces règles idiotes. Celle qui voulait faire de l’ile entière son chez soi en découvrant tout ce qu’elle pourrait portait ce qu’il fallait contre les intempéries de la région. De bonne chaussure en faisait partie.

Mais pour l’heure, elle était devant une étrange lumière. Cette dernière prit forme. La chercheuse devina qu’il s’agissait d’un leurre, une illusion. Ce n’était pas la première fois qu’elle y était confrontée. Une figure enfantine apparut. Pas n’importe laquelle. La sienne. Un nouveau tour. Et celui –ci aussi, elle le connaissait.
Son reflet lui parla alors, était-il moqueur, ou non ? Difficile à dire. D’apparence fragile, sans aucun doute. Elle l’observa sans mot dire. L’invocation devait être ailleurs… Ou était-t-elle juste devant ses yeux ? Non, de souvenir, aucun demi dieu ne peut avoir cette forme, il doit donc s’agir du pouvoir du temple. D’après les livres qu’elle avait lus du moins… La bonne nouvelle, c’est que sa préparation fonctionnait, elle parvenait à rester calme, n’avait même pas été surprise par l’apparition. Un clone de sa jeunesse ? Elle l’avait déjà observé. Restait à savoir s’il se comporterait comme l’original ou s’il ne faisait qu’obéir aveuglément aux ordres de la déité enfermée.
L’historienne s’avança avant de répondre à l’invitation.


- Merci de ton accueil… Ou de mon accueil ? Je vais tout de même me présenter : je m’appelle Aënaelle. Et toi ? Partages-tu mon nom ou celui de l’enfant divin qui t’a créé ?

Elle n’ajouta rien d’autre. L’invocation devait bien se douter de la raison de sa présence après tout. Cependant, elle avait terminé sa phrase en levant la tête, fixant la pénombre. Elle ne voyait rien, mais il n’avait pas d’autre repaire possible. L’enfant d’Aer devait l’observer dans les ombres, ce qui fit sourire la noble demoiselle.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Mar 18 Aoû - 12:10

L'arène du griffon


Le long voyage de l’équipage se poursuivait toujours. Une fois le temple d’Aqua passé et l’offrande au Dieu des mers et océans donnée, il fallut accomplir le même procédé à Aër, Dieu du ciel et des vents. Le navire amarra sur les terres pour la seconde fois dans un village où la peste et le cholera auraient été les maîtres s’ils possédaient le pouvoir de métamorphose. En effet, la zone était remplie de vermines en tout genre, loin de servir parmi les favoris de prince. On volait, on pillait, on tuait, on se vengeait et ainsi de suite. Si d’apparence le village paraissait paisible, toute contrariété imposait aux hommes de répondre par les poings. Circé et son équipage passait souvent par cet endroit, ils étaient sûrs de ne point être ennuyé par quelconque autorité si ce n’est l’autorité du plus fort. Il valait parfois mieux ne pas se faire surprendre en train de voler un morceau de pain sous peine de voir la main souillée dans un bocal. Pour le reste, Circé ne s’était pas amusée à visiter les environs. Moins de temps elle passait sur les terres d’Arcane, mieux elle allait.

Son passage au temple aurait pu être comme souhaité : Rapide et efficace. Cependant, quelque chose, ou plutôt quelqu’un, attira son attention. Une femme, c’était du moins ce qu’elle avait cru percevoir au loin. Elle avait suivit ses traces dans l’ombre. Oh, elle aurait pu la voir venir au loin, ses talons claquait dans l’antre du Dieu des vents et cela ne l’aurait pas surprit le moins du monde. Elle n’était en rien fautive de toute façon, elle n’était qu’une simple visiteuse des lieux divins.

Ce n’est qu’une fois qu’elle vit la femme disparaître de son champ de vision qu’elle accéléra le pas jusqu’en face de la porte. Elle ignorait ce qui l’attendrait à l’intérieur, une invocation aux pulsions violentes à la Iwiza, peut être ? Une invocation plus sage ? Cela n’était en rien similaire à ce qu’elle vit face à la femme qu’elle avait suivit. Un enfant, rondelet et potelé à souhait, en plein milieu d’une prison d’invocation. Autant la présence d’un gosse était une chose, autant le fait que cet enfant ne soit autre qu’elle-même en était une autre. Elle reconnaissait le visage éternellement pâle comme la neige des plaines glacées de la petite, ses grands yeux et sa bouille mignonnette qui n’avait de cesse d’exprimer avec force n’importe quelle émotion. Que faisait-elle ici ? Prise de vertige un faible instant, elle se décida d’approcher la mignonnette et la femme qu’il avait suivit. Sa main portée sur le pommeau de son arme, elle hésitait à faire de cet jeunette des lambeaux ou des rondelles.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Dim 23 Aoû - 14:58

La jeune femme qui entre fait sourire le griffon. La réaction de celle-ci face à l’enfant. Elle ne dénote aucune réelle surprise. Ainsi donc cette femme, devait avoir vécu quelque chose du genre où juste être très blasé dans sa vie. Mais Nazel se dit que c’est plus la première option. L’enfant sourit à la femme.

« Je suis toi, donc je partage ton nom. »

L’enfant avait parlé avec assurance, pour lui c’était une vérité immuable. Cependant de nouveau bruit de pas, une autre femme ! Nazel sourit pleinement perché dans ses hauteur. Cela promet d’être drôle, deux personnes dans son humble demeure. Le griffon espère recevoir un bon divertissement pour la peine. Les deux femmes sont radicalement différentes. La seconde, elle semble sur la défensive face à l’enfant, c’est un régal de voir la jeunesse de ses prétendantes. Là encore elles sont différentes. Nazel attend le début du jeu, jeu qui commence  Lorsque les deux enfants avance rapidement vers les femmes et volent habillement la chose la plus importante à leurs yeux, qu’elle possède sur elle. Les deux enfants s’enfuient en courant avec leur fardeau. Les deux enfants rigolent. C'est en cœur et tout joyeux qu'ils disent:

« Viens récupérer ton objet ! »
« Viens récupérer ton objet ! »

Nazel sourit et vol jusqu’à un autre point pour voir les enfants descendre habilement dans la caverne, connaissant, chaque recoin pour eux il est aisé de ne pas se blesser, cela l’es moins quand on sait que les parois glissent  et sont parfois avec des bords relativement coupant. Le but était de voir l’agilité de ces demoiselles, tout en profitant du spectacle. Et si les demoiselles arrivent à suivre les deux enfants. Elles trouveront exposé leur bien sûr de petite  pierre d’exposition leur bien respectif. Cependant l’objet sera entouré d’une douce lumière bleue.  Après tout Nazel voulait en savoir plus sur les demoiselles, lui et sa nature curieuse. Ainsi il espère vraiment qu’elles arriveront jusque-là. Car dans cet endroit qui est le milieu de sa caverne il pourra leur faire l’honneur de se présenter si elles en valent la peine. C’est la que le griffon va les attendre, c’est là qu’elles pourront distinguer ses yeux jaune dans la douce lumière, et une partie de son corps poilu, ainsi Que des reflets bleu sur son bec lisse mais noir, aussi noir que les ténèbres comme le reste de son corps d’ailleurs.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Aënaelle Litios
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Naoto Fuyumine- Dogs bullet and carnage
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 305
Double Compte : Nephylim
Métier : Historienne/aventurière
Invocation(s) : Lua
Invocateur : L'éminence grise derrière l'écran
Inventaire : Carnet de voyage, encre et plume, petits outils, un Katana et un poignard
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Jeu 3 Sep - 17:41

L’enfant répondit, certifiant être Aënaelle. Cette dernière en doutait fortement, mais l’illusion était très réussie. Et cette dernière n’était pas un rêve. Comme rien d’autre ne fut dit, il était difficile de prévoir le genre d’épreuve qu’il allait falloir réussir. Qu’importe, l’historienne était prête. Aux premiers abords, rien de bien dangereux, mais il valait mieux, dans son intérêt, qu’elle ne présume de rien. D’autant qu’une nouvelle candidate venait de faire son apparition. Sa main poser sur le pommeau de son arme n’était en rien rassurant. Mais elle ne fit rien d’autre qu’avancer. Venait-t-elle pour l’invocation ? Ou est-ce un autre dessein qui l’a mène ici ? Aënaelle l’observa un instant, ne pouvant prendre le risque de se voir menacer. Surtout ici. La déité régnant ici, pouvait être de ceux se délectant des querelles humaines. Auquel cas, il n’interviendrait pas en cas de combat. Le voir aurait tellement aidé la chercheuse à déterminer quelle réaction il pouvait avoir.
Plus grande qu’elle, la peau pale. Rien de bien déterminant. Pourtant, son visage ne lui était pas inconnu. Sans être familier, la demoiselle était persuadée de l’avoir déjà vue. Cependant, impossible de se remémorer où et quand. Une chose est sure, pas dans le milieu de la noblesse.

Aucune des deux demoiselles ne semblait vouloir partir, chacune prête a commencer l’épreuve, qui arriva bien rapidement. Sans avoir le temps de réagir, Aënaelle sentit quelque chose prendre sa main. Le temps de comprendre qu’il s’agissait de son double du passé, ce dernier venait de lui dérober sa bague avant de s’enfuir, la mettant au défi de venir la récupérer.
Laissant échapper un cri, à la fois de surprise et de protestation, elle oublia rapidement l’inconnue qui avait subi le même sort pour se précipiter vers la caverne où avaient disparu les deux apparitions…
Ils n’étaient plus visibles. Il s’agissait d’une invitation à descendre. Peut-être pour d’autres épreuves, peut-être pour rencontrer celui ou celle qui provoque tout cela ?
L’endroit était sombre et l’atmosphère humide. Sans nul doute que cette roche glissait autant que la mousse au bord d’une rivière. Il faudrait descendre prudemment, mais cela était prendre le risque de perdre à jamais sa bague ambré. Il en était hors de question, ce petit bijou avait certes une petite valeur pécuniaire, mais c’est la personne qui l’avait offert à Aënaelle qui était important a ses yeux. Elle ne voulait pas perdre ce maigre souvenir. Elle s’en voudrait toute sa vie.

Pas de quoi améliorer la visibilité, pas de feu, pas de torche, que cette lumière bleutée, laissant échapper de faibles rayons dans ce tunnel descendant. Alors elle enfila rapidement ses gants avant de s’élancer. Elle pourrait regretter sa témérité. Cette poursuite s’avérait risquée, il n’y avait pas besoin d’un œil expert pour savoir qu’une chute aurait d’irrémédiables conséquences. Est-ce le but ? Observer les réflexes et l’équilibre de la personne ? Une méthode simple que beaucoup trouverais divertissante. Heureusement pour la jeune femme, elle n’est pas sans ressource et son matériel est de qualité. Ses chausses sont justement faites pour éviter les désagréments d’une glissade et ses gants lui permirent de poser ses mains pour maintenir son équilibre sans trop souffrir du mordant des rebords de la caverne.

Elle trébucha à plusieurs reprises, le sol glissant se succédait à de petits obstacles à peine visible. Elle avançait vite, sans pour autant courir. Cela ne l’empêcha pas de tomber une fois en arrière, sans pour autant se faire mal, comme pour lui rappeler que rien n’est infaillible. Aucun son ne traversa ses lèvres, concentrées sur la sortie comme elle l’était. Il y avait peut-être le demi dieu au fond de ce couloir, il y avait surtout un souvenir qu’elle ne voulait pas perdre.

Et elle le vit… La bague, posée sur un présentoir de pierre, napée de cette douce lumière. Il en était de même pour l’objet de l’inconnue, mais elle n’y prêta aucune attention et se dirigea vers le centre de la pièce… Avant de se retourner vivement. Une présence l’observait mais l’obscurité la gênait. Elle ne put que voir deux taches jaunes, un regard fixé sur elle, puis une forme sombre reflétant en parti la faible lueur bleue.
Aënaelle aurait dû se douter de cette tournure mais n’avait pu s’empêcher de reculer de surprise. Récupérer son objet ou faire face à l’invocation ? Finalement, et malgré l’importance de son passé, la question ne se posait pas. Elle n’était pas là pour manquer de respect à qui que ce soit, mais pour trouver une aide.
Reprenant son calme, elle fit un pas en avant.


- Acceptez-vous de vous montrer à moi ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Dim 22 Nov - 15:06

Circé s’était arrêtée dans son action. Les quelques pas fait lui permis de mieux percevoir les traits de l’enfant. Elle n’était pas folle, non. Elle était certaine de ce qu’elle voyait : Cette longue chevelure noire de jais, ce teint étonnamment blanc à la limite cadavérique et ces petites fossettes, seule source sanguine de ce tout petit corps frêle et stoïque.  La mignonnette n’était autre qu’un reflet d’elle-même, le reflet troublant de son enfance. Il n’y avait aucun doute à avoir, bien que son visage soit bien moins dur et tiré que celui de la pirate, l’enfant correspondait trait pour trait au souvenir qu’elle avait d’elle-même. Sa main s’était serrée sur la manche de son épée, alertée par cette petite. Tout concordait à ce qu’elle avait pu percevoir de son reflet dans le miroir craquelé de sa chambre d’antan. Ces grands yeux ronds curieux pouvant refléter l’immensité d’un monde inconnu. Il y aurait eu tellement à dire sur ce regard, mais essentiellement celui qui aurait brisé le cœur à n’importe quel individu. Celui du jugement du passé sur son futur. Qu’avait-elle exactement à l’observer de la sorte. S’était-elle trompée ? Que pouvait-elle bien lui reprocher en lui offrant un regard si grand, des sourcils mal dessiné au point d’en paraître suspicieux, mal à l’aise et cette petite bouche béante dont aucun mot ne fut sorti. Ce regard perçait l’être de la pirate à tel point que son pauvre cœur, alors de cela habitué aux stress et aux situations incongrues, se mit à battre avec un rythme nauséeux.

Circé sentait la culpabilité monter sous ce regard innocent de sa jeunesse. Que voulait-elle être encore à cette époque déjà ? Sans doute bien autre chose qu’une femme en cuir dont la main menace d’égorger le premier objet déstabilisant. Elle se sentait comme pétrifiée, son regard ne pouvait se défaire du sien. Elle se sentait honteuse d’attiser une telle curiosité face à un enfant, face à cet enfant.

« Ne me regarde pas comme ça. » fit-elle dans un grognement sourd.
Elle se souvint alors de sa mère, une femme respectable en son sens bien qu’elle fut coupable d’un adultère dont Circé fut le témoin involontaire. A cette époque, elle était bien trop petite pour comprendre le véritable sens de la sexualité et des devoirs entre époux mais son regard, innocent et grand effrayait sa mère, victime de sa propre culpabilité.

L’enfant c’était approché d’elle, d’un pas, puis deux vers la pirate qui suivait de manière inversée ses mouvements, une lame séparant les deux individus. La pirate reculait face au regard pure de la petite. Ils n’étaient ni terrifiant ni même étrange, seule le poids de ce dernier rendrait fébrile le plus coriace des amateurs. Soudainement, le corps de la pirate s’était arrêté comme stoppé sur place, il n’y avait plus un seul mouvement ni même de tremblement des muscles. Circé s’était transformée en statue devant des yeux d’enfants. Inconsciemment, la femme avait lâché sa lame pourpre, fidèle arme dont le malheur fit qu’elle s’éloignait dans les fins fond de la caverne, trainée difficilement par la petite. Son regard avait perdu de sa valeur, de sa force une fois qu’il fut détourné. Le sang de la pirate ne fit qu’un tour dans le cerveau de la pirate qui, bien vite, s’éleva pour poursuivre la gamine et reprendre son bien. Il ne fallait pas oublier le plus important, la vielle femme l’avait prédit, elle mourrait de par sa propre lame, source de tant de mal, de tant de souffrance. Circé n’avait pas conscience de la force incroyable de la petite qui, a bout de bras transportait un épée que seul un adulte de bonne taille pouvait porter à bout de bras sans se faire de foulure. La notion logique n’existait pas à cet instant, la perception seule de son double du passé et de sa lame dans ses mains suffisait à la faire réagir au quart de tour. Les rires de l’enfant résonnaient dans la grotte, un rire enfantin et clair dont la sonorité rappelait vaguement quelque chose. Sans doute était-ce ses propres rires dont elle se souvenait, ce temps était si lointain…

Circé accéléra davantage, bien qu’à bout de souffle, lorsque l’enfant emprunta un chemin plus sombre dans le fin fond du lieu. L’obscurité dominait, le silence l’avait rejoint. Le seul bruit encore perceptible était le souffle saccadé de la pirate, comment une si petite chose pouvait avoir une telle foulée ? Enfin, la logique se construisit dans son esprit, les pièces s’assemblaient les uns aux autres, tout n’était encore une fois qu’illusion, n’est-ce pas ? Circé n’aurait pas imaginé que ce pouvoir pouvait être commun aux invocations, l’illusion… Une si belle chose pour un criminel.

Quelques faisceaux de lumière bleuâtre se rejoignirent en un point pour finalement centrer la magnifique lame rouge sanglante posée soigneusement sur une pierre d’exposition.

Se dirigeant vers elle d’un pas méfiant, elle finit par reprendre son bien le plus précieux. Ses gestes étaient doux, attentionnés comme on aurait tenu un poupon. Sa main retrouva bientôt le manche avant de le tendre de nouveau, cette fois-ci vers l’autre présence sordide de la pièce.  Elle ne pipa mot, nul besoin de demander sa présence contrairement à ce qu’avait fait la jeune femme. Cette bestiole était sans doute un de ces monstres que les invocations ont tendance à invoquer pour leur propre divertissement.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: L'arène du griffon   Sam 27 Fév - 17:55

C’était une chose amusante que de les voir toutes les deux suivre l’enfant. Enfant qui n’est qu’une simple vision au final créer par ce temple. L’esprit tordu du griffon en avait fait son amie en quelque sorte.  Un léger sourire, juste un simple sourire. Elle avait du cran de lui demander cela… beaucoup l’autre c’était précipité sur son arme. Leur objectif était clairement différent. Leur réaction aussi et c’est ce que Nazel apprécie plus que tout, pouvoir observer pour mieux les briser plus tard si l’occasion ce présente.  L’épreuve du griffon pourtant se continuait notamment pour la blafarde. Elle avait touché cette douce lueur bleu, il y avait une réaction au contacte une réaction vous plongeant dans un de vos souvenir. Un marquant un qui vous à troubler. Le griffon voulait connaitre le souvenir le plus marquant de leur vie. Et la blafarde c’était plonger dedans rapidement. Alors Nazel regarde l’autre femme une nouvelle fois.

« Non je ne peux pas. Tu as deux choix. Soit tu sors car tu trouve que je n’en vaux pas la peine, soit tu récupère ta bague »

Le griffon se retire dans l’ombre. Il est une ombre in-sinueuse qui aime observer. Et elle a une décision à prendre et il aime mettre la pression. Mais surtout il doit observer leurs souvenirs. Aussi traumatisant soit-il, il veut les voir et s’en délecté. Nazel reprends donc un peu de hauteur en sautant sur les parois visqueuse et ses griffes raclant péniblement ces dernières. Le bruit qui s’en dégage est inquiétant et pas vraiment agréable couplé à cette obscurité permanante. Obscurité Qui est pour le fils d’Aer une véritable punition, ne plus voir le ciel en étant dans ce temple. Ne plus sentir le vent glisser sur ces ailes. C’est une véritable torture. Il est dans cette prison celui qui subit, ici il est partiellement à la place de ceux qu’il torturait. Et le faire sortir serait probablement une des pires erreurs possible, cependant une fois dehors il jouera… il jouera comme jamais avant et cela risque de porter préjudice à beaucoup de gens, beaucoup de personne autre que son invocateur. Sauf si ce dernier est propice à être torturer mentalement. Ça ne serait pas une première pour le griffon absolument pas une première.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

L'arène du griffon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'arène du griffon
» VALENTINO mâle x yorkshire-griffon 1 an SPA DOUAI 59 ADOPTE
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)
» Caniche croisé griffon mâle 1 an 1/2 - ROUBAIX (59) ADOPTE
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-