[Mont Olympe] Une rencontre indésirée

Partagez | .
 

 [Mont Olympe] Une rencontre indésirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 13 Aoû - 12:44

Lili stoppa le chauffeur de la charrette. Elle lui donna quelques tsuris, et après l'avoir remercié de l'avoir apporté au pied du mont Olympe, en descendit.
En pleine quête d'une nouvelle fleur pour agrandir sa connaissance des plantes, elle commença à monter le flanc de la montagne pendant plusieurs heures avant d'apercevoir un petit bosquet où elle était sûre de trouver ce qu'elle cherchait. Plusieurs villageois non loin lui avaient parlé de cet endroit où plusieurs plantes y poussaient, et nulle part ailleurs. La rumeur voulait que c'était parce que le temple de la terre résidait non loin. Elle vira à gauche et força sur ses jambes, la côte se faisant de plus en plus raide. Elle essuya les quelques gouttes de transpiration sur son visage et sa poitrine à l'aide d'un mouchoir en tissu brodé. Une fois arrivée dans le bosquet elle fit quelque pas, jetant de légers coup d’œil aux environs et se décida à se mettre au travail. Elle sortit une petite bande de tissu en laine entre ses incisives et sa lèvre inférieure, pris sa longue chevelure avec sa main droite et les rassembla pour en faire une queue de cheval. Puis elle se regarda dans un morceau de miroir brisé qu'elle avait toujours sur elle.

«Ça ne me va décidément pas...» conclut-elle à haute voix en se détaillant.

Elle essaya désespérément de faire une natte par la suite, sans succès. Après un soupir et un sourire qui signalait son abandon, elle baissa littéralement les bras, puis se pencha au dessus d'un tronc couvert de mousse, qu'elle récolta dans un petit tube de verre qu'elle rangea dans un étui dans sa sacoche. Elle examina ensuite l'intérieure du tronc, vide, et put remarquer quelques champignons qui lui semblèrent vénéneux. Ils étaient rouges clairs. Cette couleur est tout sauf bénigne la plupart du temps...

«Laissons-les là, prudence est mère de sûreté, comme dit l'expression.» Lili avait cette mauvaise habitude de parler à haute voix lorsqu'elle était seule. Mais ça ne la gênait pas.

C'est alors qu'elle partit à la recherche de ces fleurs pendant un long moment sans rien trouver. Elle regarda tout autour d'elle, et soudain elle aperçut des corbeaux qui volaient en rond autour d'un même endroit. Elle s'imagina dès alors un scénario catastrophe. Elle se précipita vers le regroupement de volatiles, paniquée, pour qu'au final, une fois arrivée sur les lieux, constater qu'il n'y avait aucune raison d'en faire autant. Un animal était allongé sur le flanc, et saignait abondamment. Il mesurait un mètre tout au plus et  avait une crète dans le dos et de grandes pattes arrières. Lili ne connaissait pas cet animal, encore moins ce qui avait pu le mettre dans cet état. Peut être un grand oiseau ? Mais en regardant la bête, elle remarqua des petites fleurs rosacées en dessous son corps, écrasées. Elles étaient au pire endroit imaginable. Elle analysa la situation et comprit qu'elle avait le choix entre deux solutions. Laisser cet animal mourir et y aller ensuite ou bien le soigner pour qu'il puisse bouger de lui même. C'était sans doute le seul endroit dans le bosquet où ces plantes résidaient, il fallait se décider et vite, l'animal agonisait.

«Pauvre petite chose. Comme si c'était un choix.» dit-elle en s'approchant de l'animal.»

Voyant qu'il restait docile, elle y risqua sa main et avec un chiffon, sécha tout ce sang afin d'y voir plus clair. Sans doute dû à son manque de force la grosse bestiole se laissa faire. Elle découvrit une large entaille au niveau de son encolure, mais aucun point vital n'avait été atteint. Elle sortit son matériel de couture spécifique à ce genre de problèmes et entreprit de coudre l'entaille. Après fait, elle lui appliqua un cataplasme emplie d'onguent de Sceau-de-Salomon et attendit que l'effet agisse.

Après son intervention, elle poussa un soupir de relâchement et partit se reposer le dos à un arbre, à quelques mètres de son patient sauvage, attendant un signe d'une quelconque guérison.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 14 Aoû - 12:50




Une rencontre indésirée
Lili et Yuurei

Chapitre 8: Déraison

Ephy marchait lentement, à son rythme. Elle n'était pas pressée de sortir, pas maintenant qu'elle avait obtenu en parti ce qu'elle désirait. Une fausse liberté, mais une liberté tout de même. Néanmoins, la tigresse n'était pas prête à se laisser dominer par un homme qu'elle pouvait tuer si facilement. Tant bien même il était celui qui l'avait délivrée. Elle baille puis s'étire avant de mettre une patte dehors. Les hurlements de désespoir de ses frères et sœurs ne la touchaient guère. Elle se fichait pas mal des autres, tout ce qui comptait c'est qu'elle mène à bien tout ce petit bordel qui traînait dans sa tête depuis maintenant quelques heures. San foi ni loi, elle était décidée à monter en haut de la pyramide.

Un rictus mauvais étira ses babines et elle laissa ses pas la mener au soleil. Cela faisait maintenant quatre fois qu'elle empruntait le même chemin. La première fois elle eut été naïve et innocente, encore traumatisée par cette punition. La deuxième fois, elle eut été heureuse de retrouver cette brise douce. La troisième fois, elle n'avait en tête que l'argent et la découverte de cette île. Et maintenant, quatrième fois, elle n'était plus innocente, elle n'était plus blessée. Elle n'était que folie dissimulée derrière de grandes paroles et de grands projets. Cet enfermement, ces sorties et retours à répétition avaient fini par avoir raison d'elle. Elle secoue la tête et regarde le paysage qui s'offrait à elle.

Immense, infini, si l'on oubliait que l'on était sur une petit île. Ensoleillé, merveilleux, si l'on oubliait les dangers de cet endroit. Le Mont Olympe, le mont où était le temple de Terra. Endroit prospère au climat tempéré. Elle n'avait pas visité toute l'île et n'avait encore jamais rencontré les grandes plaines du nord. Mais elle s'étonnait toujours de savoir qu'une si petite île pouvait avoir des climats si variés. Tellement variés qu'ils reproduisaient presque tous ceux de l'ancien monde. A l'exception près que les volcans, symbole de la colère d'Ignis, n'étaient pas présents ici. Elle soupire et chasse toutes ces pensées de sa tête. Ce n'était pas le moment de revenir sur le passé avec mélancolie le tout sur une symphonie larmoyante de cinquante violons.

La tigresse, qui avait assez pris le soleil pour le moment, avance de nouveau, ne se retournant pas, laissant cette prison derrière elle, tout comme son passé qui pourtant était omniprésent dans son présent. Ses pattes, armées de griffes rétractées, foulaient le sol avec orgueil. Elle affichait un air tout à fait hautain, et son sourire, narquois à souhait, défiait quiconque la regardait de travers.
Elle n'avait fait que quelques pas qu'elle aperçu une humaine adossée à un arbre. Désintéressée des autres, elle soupire, baille, et continue sa route, sans se préoccuper du reste. Elle avait pour objectif de rallier Lüh et d'aller y faire quelques achats. Ou alors, elle se contenterait de voler de riches marchants ? Elle ne savait pas mais elle avait besoin d'un équipement correcte.
D'ailleurs, fallait également qu'elle retrouve Yh, sa monture intelligente mais assez électron libre.

Ephy soupire à nouveau et passe devant une bête en train d'agoniser. Elle avait un étrange bandage qu'Ephy trouvait absolument ridicule. La déité, agacée par tous ces gémissements, s'approche de la bête et met fin à ses jours d'un coup de dents bien placée. Ca fera de la nourriture pour les prédateurs. Ainsi est le cycle de la vie. Seuls les Dieux et les demi-dieux étaient au dessus. Le félin tourne ensuite la tête vers l'humaine, une jeune fille qui semblait bien frêle, son regard se fit dur et ce sont deux turquoises froides qui se fixèrent sur ce corps adossé à un arbre.

« Tu regardes quoi, humain ? » crache-t-elle, ayant décidé qu'elle avait trop vu d'humains autour de ce temple pour aujourd'hui.

(c) Ephy
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 17 Aoû - 10:22


Le Mont Olympe, une montagne qui porte bien son nom et dont l'ascension n'est pas vraiment de tout repos. Je ne fais pas spécialement allusion à la faune locale, ni même à la flore locale mais juste au fait que ... Bon sang qu'est-ce que ça monte ! Le Rôdeur marchait sur les sentiers de ce mont, voulant atteindre son sommet en prenant soin de ne choisir que les pentes douces.

Notre vagabond n'était pas pressé et prenait la pente la plus douce pour son ascension. D'autant plus que ni Sylvecroc ni Diya n'avaient pu l'accompagné et avaient préféré rester dans leur maison avec Lilith "Oui mais ce soir, c'est soirée crêpes !". Autant dire que le Rôdeur était seul et pas vraiment motivé pour cette balade. Il faut dire aussi que le thème de la mission confiée par Lilith était "passionnante". Encore trouver une plante, aux fleurs rouges, qui ne pousse qu'en haut du Mont Olympe forcement, comme si une fleur qui ne poussait que dans le jardin derrière la maison n'était pas assez bien, il faut qu'elle pousse au sommet du trucmuche de l'autre côté de l'île.

Ce fut après quelques heures d'ascensions, heures de batailles après les ronces s'agrippant à ses jambières, heures de batailles contres les lianes voulant dérober son épée ou son arc, heures de batailles ou le Rôdeur devait lutter contre les plantes grimpante, voulant grimper sur son plastron, que notre homme passablement énervé arriva au sommet du mont. Cette satanée montagne terminée, Yuurei se mit en quête de l'objet de sa quête ( et oui j'aime les répétitions! ). Notre ami cherchait cette plante, se languissant déjà de rentrer et de pester après Sylvecroc qui ne lui aurait même pas laissé une crêpes de côté.

Tandis que notre homme cherchait a accomplir sa petite quête botanique celui-ci observait un spectacle étrange. Une créature morte gisait au sol, sous une invocation représentant un tigre géant qui venait sans doute de le chasser comme un gibier. Ce tigre géant lui fit penser au Tigre "ayant dévasté une rue de Lüh" et pris la poudre d'escampette de suite après le début du combat avec Saëmus, de ce qu'elle lui avait raconté.

Ce tigre géant, cette invocation, était face à une jeune demoiselle qui semblait quelque peu ... horrifié et lui répondait d'un ton pour le moins... inamical

« Tu regardes quoi, humain ? »

Yuurei répondit du tac-o-tac, regardant la scène dans sa globalité.

" Bah toi, il n'y a pas grand chose d'autre à regarder ici."

S'approchant, sans vraiment prêter attention à la demoiselle horrifiée et à l'invocation, le Rôdeur toisa le sol et la bête morte avant de constater une chose particulière. Sous la dépouille se trouvaient les plantes qu'il convoitait.

" Ah la, pile ce que je cherchais ! "

Le rôdeur entreprit alors de pousser la dépouille pour accéder aux plantes, non sans lui dire un mot.

"Pardon mon Gros, mais t'es pile sur mes plantes là."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 20 Aoû - 23:09

Lili restait abasourdie devant cette véritable comédie qui se déroulait devant elle. Malgré que, à l'inverse des comédies, ce qui se produisait créait en elle un irrépressible sentiment de haine, et une intense colère à l'égard des inconnus. Cet homme, qui lui était totalement inconnu qui lui volait ce butin qu'elle avait attendu des heures durant, l'air de rien, ignorant cette barbarie dont faisait preuve l'invocation assassine, coupable du meurtre d'un l'animal blessé sans défense qui, dans quelques heures aurait été en état de gambader dans les vastes plaines d'Arcane. Elle ne pouvait pardonner à aucun des deux. Étant toujours assise contre le tronc de l'arbre, elle se leva, d'un pas énervé, et arracha les fleurs de la main de l'homme.

«Elles, elles sont à moi !» pesta t-elle.

Mais, après avoir craché au visage de l'inconnu avec tant d’agressivité, elle se remit en question. Peut-être y avait-elle été un peu brusquement. Elle mit son menton entre son pouce et son index et prit le temps de la réflexion. Elle se décida finalement à changer d'optique. Elle avança vers l'homme tout penaude, les yeux baissés.

«Pardon d'avoir été si vulgaire. Je m'en veux. Vraiment. Lili approcha ses lèvres de l'oreille de Yuurei. Si tu m'aides à civiliser ce fauve, elles sont à toi. Les fleurs.»  

Puis elle se dirigea vers l'invocation, posa son front contre le sien, la regarda dans le blanc des yeux et s'exclama.

«Il paraît que vous êtes immortelles comme saloperies ? Mais qu'est-ce que ça fera, si je t'arrache la langue ? Ça fait longtemps que j'aimerais observer une de vous, créatures créees sans aucun code de conduite, vous voir vous en sortir face à une blessure mortelle inguérissable. Vous souffrirez comme personne, comme jamais. Au moins ça pourra compenser le mal que tu as fait à ce pauvre animal. Qu'a t-il fait pour mériter une fin aussi atroce ? Condamné à une mort certaine, je lui donnait une chance de s'en sortir. Une chance que tu as vite fait de faire s'évaporer. Es-tu fière du mal que tu propage ? Est-ce votre but à vous, monstres ? C'est ce que vous ont ordonnés de faire vos dieux ?»

Monstre était le seul qualificatif par lequel Lili qualifiait les invocations. Puis elle se retourna vers l'homme : "Et toi, tu t'en fiches de ce que je dis ? Tu n'es pas d'accord ?"

Elle lâcha le fauve rudement.

«Décide-toi à répondre à mes questions, monstre. Je suis extrêmement ouverte d'esprit, je ne demande qu'à ce qu'on me prouve que j'ai tort. Mais en l'instant présent c'est vraiment difficile pour moi de penser de votre race que vous êtes des envoyés des dieux venus pour répandre le bonheur.»

Le regard de Lili se faisait intense sur l'invocation. Elle souhaitait briser ses nerfs, lui faire avouer la vérité, ce qu'elle pensait réellement. Elle était en danger. Elle pouvait se faire tuer n'importe quand. Mais sa vie n'avait aucun sens si elle n'allait plus au bout de ses convictions par peur. C'était elle ou rien.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Lili Jawell le Ven 21 Aoû - 9:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 21 Aoû - 7:50



Une rencontre indésirée
Lili et Yuurei

Chapitre 8: Déraison

Et en voilà un autre qui se la ramène ! Ephy grogne mais néanmoins le laisse faire ses affaires. Après tout, ce gars là, était au concours de tir à l'arc. Elle l'avait aperçut. Oui, elle a une bonne mémoire. Le grand tigre blanc observe l'homme pousser la carcasse et ramasser d'étranges fleurs. Ah ces humains, tout pour quelques plantes et dire qu'elle pouvait, sans le moindre effort, en faire pousser plus. Mais ce serait gâcher son plaisir que de leur faciliter la tâche.
Non, plutôt, elle s'assoit et observe ces deux humains pathétiques. Elle baille, dévoilant ainsi des crocs parfaitement aiguisés avant de se tourner vers l'homme.

« J'espère au moins que je suis un bon spectacle pour toi » rit-elle.

Mais son rire est de courte durée car la jeune demoiselle, assez pénible au vu de ses hurlements intempestifs, s'approche après avoir fait les yeux doux à cet homme qui semblait s'en ficher pas mal. Elle lui saisit, ou essaye, l'encolure et la regarde dans les yeux avant de lui déverser un flot d'insultes qui font monter l'énervement et l'agacement de la demi-déesse. Kris lui en voudra-t-il d'avoir tué quelqu'un devant un témoin ? Non parce que là, la minette elle commençait sérieusement à l'agacer...

Puis elle lâche enfin ses poils, pauvre fourrure, tu était si belle avant d'être souillée par la main de cette petite humaine si fable. Ephy, au regard froid désormais, plus qu'énervée, se relève et plante ses griffes dans le sol. Elle n'avait pas eu le droit de tuer tout à l'heure, elle ne s'en priverait pas maintenant. La tigresse écoute les dernières réprimandes de la gamine avant d'exploser de rire. Des envoyés du bonheur, eux ? Quelle belle blague ! Ils étaient tout sauf des envoyés du bonheur. Ils étaient des bêtes, des tueurs, la seule chose qui les différenciait du commun des monstres était leur intelligence qui leur permettait la parole et leur immortalité.

Et dire que cette gamine du haut de ses, quoi, dix ans ? Croyait pouvoir lui faire la morale sans s'en mordre les doigts. Car oui, lorsqu'on embêtait Ephy ou qu'on la contrariait, la tigresse ne se privait pas de vous le faire comprendre de diverses manières, parfois-même un peu douloureusement. Son regard se pose sur l'homme, qu'elle appréciait étrangement il inspirait la sympathie même si elle ne portait guère les humains dans son cœur, avant de se reposer sur la blondinette qui était, elle aussi, sur les nerfs.

Commençons par les paroles... Elle lève un sourcil et son regard se fait brillant, moqueur.

« Voyons, voyons. Ta bestiole la, elle allait finir par mourir de toute façon. Alors au lieu de jouer aux grandes filles, retourne dans les jupes de ta mère » dit-elle avec sarcasme et cynisme.
La tigresse se rassoit et prend un air parfaitement hautain, décidée à s'amuser un peu avec la gamine. « Oui je suis fière du malheur que je te cause. A vrai dire, tu m'emmerdes, gamine. Puis je sais pas pour les autres mais moi j'aime bien vous embêter vous, faibles créatures sans défense. »
Elle rit avant de regarder l'homme. « Assied toi et profite du spectacle. »

Sur ces mots, elle refixe son regard sur la gamine. Soudainement, elle se lève et charge la jeune fille. Elle avait bien l'intention de lui faire peur et peut-être même de la tuer, ce serait marrant. Mais elle s'arrête au dernier instant, à quelques centimètres seulement d'elle. Ephy lui offre son plus beau sourire carnassier et son meilleur regard fou.

« Aller, insulte moi encore et je vais te montrer à quel point j'adore la chair humaine. » puis elle tourne la tête vers l'homme encapuchonné. « Viens m'arrêter, de toute façon, vous n'êtes que de stupides erreurs !  Allez-y, arrêtez moi ! J'ai envie de jouer un peu, je n'ai pas eu l'occasion de m'amuser depuis un bon moment et ce n'est pas min stupide invocateur qui va me priver de ce plaisir ! »

Voilà, elle venait, une fois de plus, de perdre la tête. De toute façon, elle n'avait jamais été très clair d'esprit...

(c) Ephy
▲ Succès ▲


Dernière édition par Ephylix le Mar 25 Aoû - 19:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Ven 21 Aoû - 17:25


Le Rôdeur a fini de cueillir son bouquet de fleurs, content de lui-même et pensant pouvoir rentrer à temps pour avoir encore quelques crêpes quand soudainement les crêpes qu'il dévorait déjà dans son esprit s'envolèrent. Ou plutôt les fleurs, arrachées des mains du Rôdeur par la jeune femme horrifiée qui pesta contre lui.

«Elles, elles sont à moi !»

Le rôdeur répondit du tac-o-tac, tendant ses mains vers le bouquet fraîchement fait.

"Hey ! Ma Crêpe ! "

Une seconde de réflexion plus tard et la demoiselle s'excuse auprès du Rôdeur qui n'a pas eu le temps de corriger son erreur. Elle s'excuse yeux baissés et air penaud assortit tandis que Yuurei se dit qu'il va -Encore- passé pour un cinglé.
«Pardon d'avoir été si vulgaire. Je m'en veux. Vraiment. Si tu m'aides à civiliser ce fauve, elles sont à toi. Les fleurs.»

Le Rôdeur souriait et répliqua aussi sec, sur un ton frisant la plaisanterie malgré le sérieux de la réponse.
"Si c'est la tigresse à laquelle je pense, autant civiliser un caillou. Tu auras plus de chance."

le Rôdeur regarde la demoiselle s'approcher de la tigresse géante et l'attraper par l'encolure. Yuurei défouraille son épée, la plante au sol devant lui. Pose son arc au sol juste à coté et plante quelques flèches au sol avant de s'asseoir lui-même par terre. L'épée à la taille sa gène pour s'asseoir tout comme l'arc. Et à l'humble avis du Rôdeur, le tout va servir bientôt vu l'impulsivité des deux personnes devant lui.

Yuurei regardait le spectacle devant lui. Une invocation au comportement d'adolescente rebelle face à une botaniste .... Au comportement d'adolescente rebelle. Soudainement une des deux adolescentes rebelles se retourne et lance au Rôdeur d'un ton sec. La botaniste, bien sur.

"Et toi, tu t'en fiches de ce que je dis ? Tu n'es pas d'accord ?"

Ce à quoi le Rôdeur répliqua simplement, sur le ton de la plaisanterie malgré la véracité de ses dires.
" Complètement, vous vous disputez comme des enfants pour des broutilles. Cette dépouille fera le bonheur des charognards et de toute façon, un animal blessé serait mort, chassé par plus gros que lui d'ici la tombée de la nuit. Cela dit ce n'est pas une raison pour le tuer froidement non plus, en dehors d'exprimer un mal-être par un excès de sadisme envers les choses sans défenses."

la demoiselle retourne à ses occupations avec la tigresse, finissant leur petite dispute. Les choses semblent tourner au vinaigre quand la Tigresse se met à charger la jeune botaniste, s'arrêtant à quelques centimètres d'elle. Le Rôdeur a saisi son arc et ses flèches par instinct avant de se relever. A ce moment là, la Tigresse se tourne vers le Rôdeur et lui lance d'un ton agressif. prêt à combattre.

« Viens m'arrêter, de toute façon, vous n'êtes que de stupides erreurs ! Allez-y, arrêtez-moi ! J'ai envie de jouer un peu, je n'ai pas eu l'occasion de m'amuser depuis un bon moment et ce n'est pas min stupide invocateur qui va me priver de ce plaisir ! »

Le Rôdeur soupira et lança à lui-même d'un air blasé.
"Je ne suis pas près de rentrer manger mes crêpes, moi ! Bon, j'invoque qui pour m'aider la ? "

Puis le Rôdeur lança à l'invocation, d'un ton mi-blasé, mi-moqueur.
"Ah non, ne la bute pas! La Garde Dorée vas encore devoir rappliquer et tu vas encore devoir t'enfuir. En plus ils risquent de ne plus vouloir te laisser t'enfuir à force et Saemus va vouloir avoir sa revanche AVANT que tu ne fuis ce coup-ci"

Yuurei pestait, Arc à la main et n'ayant pas envie de se battre, ni d'invoquer un de ses amis pour le soutenir. Ce n'est pas vraiment sa vision de la liberté qu'il a offert à ces semi-dieux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 23 Aoû - 10:20

Lili était tombé à la renverse suite à la charge de la tigresse. Mais si elle avait été vraiment blessée, ce n'était pas à cause de la chute. On venait de raviver ces blessures qu'elle pensait avoir enfouies depuis longtemps dans les méandres de son coeur.
«Retourne dans les jupes de ta mère»

Une simple phrase. Mais Lili avait vraiment du mal l'encaisser, ce qu'elle venait de se prendre dans la figure. Non seulement ces inconnus avaient l'air d'approuver la mort de l'animal, prétendant que de toute manière il allait mourir -des propos absurdes selon elle- mais cette chose venait directement d'insulter sa fierté, et en plus de ça elle avait osé parler en mal de sa famille. Et à côté, l'autre, là, la traitait de gamine.
Tout allait pour le mieux à part ça. Lili était une femme patiente de nature. Mais il est certains sujets où elle était plus que chatouilleuse.

«C'est impardonnable...» murmure t-elle, tout bas, serrant les poings, toujours sur le sol encore quelque peu mouillé par la rosée. Mais malgré que les deux individus l'avaient vexés, elle ressentait une grande tristesse à propos de ce monstre qu'elle voyait. Il avait l'air d'avoir vécu de terribles souffrances, dont il n'avait pas encore réussi à se relever. Et dans sa quête de batîr un monde juste et équitable, où tout le monde pourrait vivre en paix, elle ne pouvait laisser passer ça. Elle se releva, déterminée mais dépourvue de toute aggressivité à présent, prête à tout pour raisonner la chose dont elle ne connaissait rien après tout mais qu'elle ne pouvait pas laisser comme ça.
«Si c'est la tigresse à laquelle je pense, autant civiliser un caillou. Tu auras plus de chance.» Il en faut plus pour décourager une fille aussi têtue que Lili.

«Pourquoi n'avez-vous pas cette volonté de préserver la vie, comme toute personne normale ? Pourquoi la mort ne vous rebute pas, avez-vous perdu tous sentiments, l'avez-vous vu un nombre de fois tel, que tuer ne vous effraie plus ? Qu'est-ce qui a bien pu vous faire devenir ainsi ? Je m'adresse à toi, mais, je parle de toute votre espèce. Dans mes voyages, ont-ils été encore peu nombreux, j'ai pu observer un certain nombre de créatures de ton espèce. J'ai pu remarquer une particularité commune à vous toutes. Vous avez le regard vide, on ne peut y lire aucune joie de vivre, aucune volonté même d'être en ce monde. Je connais votre histoire. Votre "punition des Dieux" comme certains l'appellent. Si je traite les vôtres aussi froidement, ce n'est pas parce que votre caractère m'agaçe au plus haut point. C'est parce que vous blâmez les autres pour votre erreur. C'est humain comme réaction, chercher un coupable, refusant la vérité qui s'offre devant vos yeux. Mais ainsi, vous, demi-dieux,vous rabaissez, si j'ose dire, à notre niveau. Pourquoi ne pouvons-nous pas choisir la voie de la cohabitation, et celle du bonheur ? Ainsi peut-être même les Dieux briseront vos chaînes qui vous entravent à nous ? »

Elle tend une de ses mains vers l'invocation et l'autre vers l'homme encapuchonné.

«Les hommes et invocations doivent se protéger et s'entraider mutuellement. Nous vivons sur la même terre, une terre qui se doit d'être vécue avec amour et allégresse.»

Lili éprouve une immense fierté, son discours a admirablement bien décrit sa pensée, en tout détails. Il aurait même pu convaincre un caillou.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #8 écrite Lun 24 Aoû - 18:38



Une rencontre indésirée
Lili et Yuurei

Chapitre 8: Déraison

Ephy regarde l'homme de façon étrange. Elle hésitait entre rire ou lui sauter à la gorge pour le tuer immédiatement. A vrai dire, ses propos n'étaient pas totalement faux pour l'une d'entre elles mais pas pour les deux. Ephy avait sa fierté à garder et jamais elle ne s'abaisserait au niveau de l'autre gamine là. La grande tigresse, par ailleurs, baille et se recule pour aller s’asseoir dans un endroit un peu plus tranquille. Non loin des deux compères cependant.
Elle regarda la carcasse de l'animal décédé il y a peu et haussa les épaules. Après tout, ce n'était pas le premier mort qu'elle voyait. Elle en avait vu des tonnes... Des hommes, des femmes, des enfants, humains ou animaux. Les Hommes et leurs stupides guerres avaient fait tant de mal à la nature et puis même à eux même... Mais il fallait croire que c'était dans leur nature de se battre, ils ne savaient rien faire d'autre. Elle secoue la tête et se décide à chasser toutes ces pensées de sa tête, il n'était pas temps de ressasser le passer même si elle venait de se donner pour mission d'être les souvenirs du passé. Il lui en fallait peu pour se sentir supérieure aux autres.

Cela lui rappelait une certaine réunion avec une certaine organisation... La tigresse secoue à nouveau la tête et fige son regard de turquoise sur les deux humains en face d'elle. L'un semblait pressé d'aller voir ailleurs, de partir, et l'autre semblait énervée. Tout pour lui faire plaisir, vraiment, ce devait être sa meilleure sortie depuis bien longtemps. Et elle savait qu'elle allait bien s'amuser ! Elle baille et regarde le soleil dans le ciel avant de tendre les oreilles et d'écouter sagement ce qu'ils avaient à dire.
Par ailleurs, elle hésita un instant à répliquer avec sarcasme avant de revenir sur ses idées puis de finalement se lancer. C'est ainsi qu'elle répondit à la première remarque de l'homme encapuchonné :

« Oui papa, je me souviendrais de toujours faire attention avant d'achever les bêtes agonisantes, promis ! » dit-elle avec sarcasme en faisant une croix sur son cœur. Puis dans un élan fou de sympathie, elle avait juste envie de parler car la gamine l'agaçait au plus haut point avec ses leçons de morale, elle continue : « Hey, invoque tes crêpes ! Des fois elles viendront me donner une sacrée indigestion ! »

Le regard rieur, elle était fière de sa réplique. Si fière qu'elle en vint à se lancer des fleurs sur la tête. Fleurs qui n'étaient autres que ces fameuses fleurs que tout le monde voulait. Bah quoi ? Y en avait dans le coin là. Mais son instant de joie retomba bien vite lorsque le rôdeur lui rappela qu'elle était recherchée pour la modique somme de 20 000 Tsuris. Oui, sa prime avait drastiquement augmenté parce qu'ils semblaient s'être trompés dessus. Ou alors le stagiaire avait trop forcé sur les zéros ? Quoi qu'il en soit, elle trouvait que ce n'était pas toujours assez pour la fabuleuse personne qu'elle était. Voilà que son orgueil remplaçait la colère précédemment installée. Ça bataillait dur dans son cerveau avec ses émotions et ses pensées. Une vraie girouette.

« Bah, elle aura qu'à me retenir. Par contre elle risque d'y perdre la tête. Bah j'y peux rien si elle a une mauvaise assurance vie dans la garde dorée, hein » dit-elle toujours avec ce ton hautain et orgueilleux.

Et voilà qu'elle recommençait avec sa morale pseudo philosophique. La tigresse, maintenant ennuyée par tout cela, mime avec sa gueule remplie de crocs les paroles de la gamine stupide. Puis vint le moment où elle lui tend la main. Ephy la regarde avant de relever les yeux vers l'enfant qui semblait fière de son monologue.

« Oh oui, je suis tellement désolée de tuer tout ce qui bouge. Que Terra me punisse encore ! Je ne mérite que ça, je suis si mauvaise à tuer ! Et il est vrai que les humains sont un tel exemple de paix et de préservation de la vie avec leurs armes et leurs guerres. Je devrais suivre leur exemple, » puis elle pose dramatiquement, « ô, flamme de mes yeux, reviens les éclairer de cet éclat de vie qui n'est plus mien ! Viens me redonner foi en la vie ! » Ephy fixe à nouveau la gamine blonde, « tu as raison, cohabitons comme autre fois, cohabitons et détruisez à nouveau cette nature qui n'est là que pour vous servir . Et les Dieux, nos pères, si cléments, si tolérants, reviendront et nous pardonneront nos erreurs du passé. Oui, tu as raison, tu es un tel exemple de paix entre nos deux espèces ! »

Son monologue, qui avait de très forts relents de moquerie non dissimulée, se termine sur une note larmoyante, presque suppliante, tellement surjouée que c'en devenait parfaitement ridicule. Puis la tigresse explose e rire au point de se rouler par terre. C'est qu'elle était tellement marrante l'autre gamine blonde avec ses discours utopiques. Elle y croyait en plus ! C'était ça le meilleur ! La déité, après avoir bien rit, se redresse et regarde l'humaine.

« Franchement, merci, j'avais pas rit autant depuis des siècles ! Et... Tu y crois vraiment à tout ton baratin ? » finit-elle en riant encore à moitié.

Soudain, elle redevient sérieuse, ou presque.

« Cette terre n'est pas à vous. Vous n'êtes que des objets de notre punition. »

Petit silence puis elle éclate à nouveau de rire. « Comment t'as fait pour survivre jusqu'à maintenant avec tes idées stupides ? Tu es vraiment une drôle de créature. » Son rire résonnait sur le Mont, sous le soleil. Elle se moquait délibérément des humains et des Dieux, ah, rien n'était plus beau que sa solitude.

(c) Ephy
▲ Succès ▲


Dernière édition par Ephylix le Mar 25 Aoû - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Lun 24 Aoû - 22:37


Le Rôdeur regarde la tigresse le regarder d'une manière étrange suite à ce qu'il lui avait dit. SEs sentiments semblaient d'une ambivalence extrême envers Yuurei dont l'estomac commençait à gargouiller. La Tigresse baille, à la manière des chats et recule pour s'asseoir dans l'herbe. Elle semble pensive aux yeux du Rôdeur, quand le regard turquoise de la tigresse croisa le regard azuré du Rôdeur. Elle s'exclama alors faisant une croix sur son coeur.

« Oui papa, je me souviendrais de toujours faire attention avant d'achever les bêtes agonisantes, promis ! »

Yuurei sourit, après tout le Rôdeur n'est ni dépourvu d'humour ni d'esprit. Il décida de lancer une pique sur le même ton d'esprit de la Semi-Déesse en face de lui.
"Voilà. C'est bien, ma fille. Et pas de bêtises hein !"

La tigresse continue sur le même ton :
« Hey, invoque tes crêpes ! Des fois elles viendront me donner une sacrée indigestion ! »

Faussement offusqué, Yuurei fait mine de bouder en croisant les bras. Répondant à la Demi-Déesse qui ne se prenait pas tellement au sérieux finalement.
"Mes crêpes sont tellement bonnes qu'on en mange jusqu'à l'indigestion !"

Mais yuurei finissait sa phrase d'un ton plus bas et beaucoup plus blasé, qu'un gargouillement de ventre acheva comme un point final à cette phrase.
"et ils sont tous en train de les manger sans moi."

Reparlant de la Garde Dorée et plus précisément de Saëmus, la tigresse lança une réplique d'un ton plein de fierté, des fleurs encore plein la tête.
« Bah, elle aura qu'à me retenir. Par contre, elle risque d'y perdre la tête. Bah j'y peux rien si elle a une mauvaise assurance vie dans la garde dorée, hein »

Yuurei répliqua simplement, imitant un ton rustre et costaud propre à la Guerrière de la Garde Dorée. Le rôdeur répondait en regardant la Tigresse au début et puis finalement bien plus plus les fleurs que la Tigresse elle-même.
"Ce n'est pas ce qu'elle dit. Son discours est plus du style 'la méchante tigresse a eu tellement peur qu'elle est partie en courant avant la fin des préliminaires'".

Yuurei continue de regarder le spectacle entre la tigresse et la botaniste. Un discours digne d'une hippie, c'est le moins qu'on puisse dire. Yuurei restait neutre dans cette discussion, voulant uniquement ses fleurs pour pouvoir rentrer chez lui et préférant éviter un coup de griffes. Il n'a pas l'armure en acier blanc de Saëmus, et risque de finir en tranche, malgré la qualité exemplaire de son épée reforgée par Ariez. Le Rôdeur regarde donc cette scène avec une certaine distance jusqu'à ce que la demoiselle botaniste leur tende la main à tous les deux.

Yuurei releva les yeux et planta son regard azuré dans celui de la jeune femme, affichant un air surpris. D'un ton tout aussi surpris, le Rôdeur lança simplement, sans prendre la main.
"Attend, t'es sérieuse là ?"

Ce qui devait arriver, arriva. La tigresse répondit d'un air sarcastique sur un ton très ironique. Surjouant sa répondre, le Rôdeur avait l'impression d'être dans une pièce de théâtre avec, ma fois, de très mauvais acteurs. Finalement, le Rôdeur laisse la Tigresse et la demoiselle à leur grande discussion sur la Grande Question sur la Vie l'Univers et le Reste et va chercher ses 42 fleurs rouges parsemées ça et là. 42 Fleurs qui sont la Réponse à la Grande Question que tout le monde se pose : "Reste-t-il des crêpes ?"

Yuurei se relève, non sans reprendre ses armes avant et sors un sac pour sa petite cueillette.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 27 Aoû - 12:42

C'est des sauvages.
C'est la conclusion à laquelle en vint Lili lorsqu'ils lui rétorquèrent tous deux dans le blanc des yeux qu'ils ne souhaitaient en aucun cas une amitié entre les deux races. Malgré son abjection des invocations, elle avait fait un effort, avait fait abstraction de ses sentiments négatifs. Ils n'en avaient pas tenu compte, faisait mumuse entre eux, jouant avec leurs fleurs, LES fleurs, et parlant de crêpes.
Des crêpes ? Ils en voulaient ? Je vais leur en ficher une bonne crêpe alors.

Elle se dirigea vers le sinistre inconnu au manteau rouge, non sans jeter un regard noir de colère au tigre, espérant lui faire comprendre qu'après lui, elle allait y passer.
"Sérieuse ? Moi, sérieuse ? Elle explosa de rire et posa sa main sur son épaule comme une vieille amie. Mais enfin ! Rien de tout ça n'est sérieux ! Comment avez-vous pu me croire ! Après tout, moi aussi je suis une tueuse ! Je ne peux pas sauver tous mes patients, pas vrai ? Ce qui me différencie de vous, par contre, c'est que je ne le fais pas par plaisir. Leurs esprits me hantent chaque nuit. Car je sais qu'ils auraient pu continuer leur vie paisiblement si j'avais fait les bons choix. Oui, oui c'est vrai. Certains hommes ne cherchent que le profit à défaut de répandre la mort. En tout acquis de conscience. C'est une façon ou une autre de gagner sa vie. Après tout, c'est plus difficile de rendre les gens satisfaits ou heureux que de les tuer, c'est la solution de facilité. Mais toi, tu refuses la paix entre nos deux races pour te ranger du côté de ce monstre qui ne souhaite que la mort des humains pour une raison tout à fait égocentrique et méchante. Chacun sa façon de penser ! Mais la tienne est corrompue. Par quoi, je ne sais pas, et je m'en contrefiche. J'aimerais vous raisonner mais je vois bien que c'est inutile."

Elle lacha son épaule qu'elle allait déboîter si elle continuait à serrer si raidement. Elle se pointa devant l'invocation et s'inclina.

"Veuillez me pardonnez mon si vulgaire langage, madame la demi-déesse, je ne voulais en aucun cas vous offusquer, dit-elle d'un ton sarcastique en lui caressant le haut du crâne, derrière les oreilles. N'importe quel félin ronronnerait de plaisir. Elle ne pouvait pas échapper à la règle. Vous vous la jouez méchante fille rebelle. Bien. Ça ne changera rien au fait que les humains détruiront le monde. Cela finira exactement pareil. Bien que je sache pas vraiment comment ils pourraient s'y prendre... Si les dieux vous ont placés sur cette île, c'est pour que vous agissiez comme nos guides, pour changer notre destin. Changer celui de cet homme, qui avec ses armes, propage sûrement la mort et le malheur. Si vous ne voulez pas que ce monde finisse pareil, alors, je vous en prie, agissez, si vous pensez que l'on court droit à la catastrophe."

En parlant de cet homme, elle désignait l'encapuchonné qui l'écoutait parler. Lili pensait devenir agressive et menaçante envers l'invocation. Mais au fur et à mesure qu'elle parlait, son instinct de "hippie" prédomina, et comme elle ne souhaitait pas une bagarre, mais une paix, elle finit son discours en une morale barbante qui, elle en était sûre, gaverait la créature. Si ce discours n'agissait pas sur elle, Lili ne saurait plus quoi faire. Mais peu importe comment elle ne pouvait laisser repartir en liberté une
chose aussi dangereuse avec cette mentalité, malgré le mauvais moment qu'elle passait à tenter de la civiliser et le risque qu'elle se fasse tuer. Pourquoi chacun ne pouvait-il pas avoir sa mentalité à elle ? Le monde serait en paix et chacun voudrait la bonne santé et le bonheur de son prochain.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #11 écrite Lun 31 Aoû - 2:31

Ephy commençait clairement a en avoir marre de la jeune fille. Puis bon, il fallait qu'elle aille à Lüh histoire de se trouver des armes. Parce que rester sous sa forme originelle, très peu pour elle. La tigresse savait qu'en allant à la grande ville, elle risquait d'avoir à ses trousses tout un tas de miliciens, gardes et autres justiciers en armure. Mais peut importait, elle devait se rendre là bas pour retrouver la qualité des marchandises d'Ariez. Peut-être bien que cette dernière lui aura pardonné son kidnapping... Ah bah nan ! Elle y allait avec une autre forme corporelle que celle qu'elle avait l'habitude de revêtir.

Elle soupire puis regarde l'encapuchonné. C'était quoi cette mode de porter des capuches ? Ca faisait plus suspect qu'autre chose ! Enfin bref, chacun ses lubies. Les siennes étaient d'embêter le monde puis passablement de le dominer. Une bien belle quête qu'elle s'était lancée là.
Le félin grogna lorsque la gamine blonde commença à la caresser derrière les oreilles. En temps ordinaire, elle aurait ronronné mais là, elle nourrissait une telle rancune envers cette humaine que chacune de ses actions la poussait au dégoût. Ephy tourne la tête et l'ignore complètement, de même que ses paroles. En fait, elle commençait réellement à en avoir marre de ces deux humains et n'aspirait qu'à partir rejoindre Lüh pour ses petites affaires.

Mais elle ne pouvait pas parce que... Ah bah si en fait, elle pouvait tout à fait dégager sans demander l'avis de personne. La tigresse, ignorant royalement les deux humains, ainsi que ce qui avait été dit, se lève et s'étire avant de bailler de nouveau. Faudra qu'elle aille dormir dans un coin d'ailleurs. Peut-être aller se poser là bas et faire une petite sieste avant de reprendre son chemin ? Pas qu'elle n'en avait pas besoin mais ce n'était pas l'envie qui lui manquait. C'était décidé, elle allait aller piquer un roupillon sous un arbre bien tranquillou et fausser compagnie àa ces deux personnes.

Elle s'était bien amusée maintenant fallait redevenir sérieux, plus ou moins. Surtout que mine de rien, les leçons de la gamine l'emmerdaient au plus au point, et à moins de la tuer pour la faire taire, elle ne pourrait pas supporter une leçon de plus. Mais après, la tuer voulait dire tuer l'autre humain aussi qui la connaissait et ça risquait de provoquer un joyeux bordel. Nan, l'idéal était de partir sans demander son reste. Après tout, elle aura tout le loisir de tuer plus tard et elle n'en avait plus envie maintenant.
Bien que cette blonde installait en elle une envie qui entrait en contradiction avec ses autres envies... Qui a dit qu'Ephy n'était pas compliquée à suivre ?

La tigresse blanche se met alors en route, sans demander son reste. Après tout, l'autre gamine pouvait dire ce qu'elle voulait, elle n'allait pas changer du jour au lendemain. Elle était certes versatile mais ses idées étaient plus ou moins les mêmes depuis des millénaires. Et ce n'est pas une gamine prêchant une pseudo parole sage qui allait lui changer cette graine appelée idée qu'elle avait dans la caboche. Puis bon, elle avait autre chose à faire que de rester discuter, comme... une sieste et élaborer un stratagème pour embêter un maximum son invocateur qui était vraiment très bas dans son estime. Ha, les Homme, tous des incapables.

C'est ainsi qu'Ephy s'éloigna des deux compères pour aller se poser sous un arbre et commencer a sieste sous le doux soleil de cette après-midi enchanteresse. Elle ne repartirait que le soir ou alors même le lendemain, après tout, qu'est-ce qui pouvait bien lui arriver mise à part d'être embêtée par quelques animaux ? La pluie peut-être. Quoi qu'aucun nuage ne pointait à l'horizon alors tout allait bien.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Yuurei Akuma
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 228
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs, Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire : Armure - End + 4 (15)
épée - Degats +10 (14)
mains nue +4
Endurance : 11
Spoiler:
 

0 Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Ven 4 Sep - 18:23


Le Rôdeur commence a cueillir ses fleurs tandis que la Tigresse ne s'avère plus etre une menace. Après tout elles étaient l'objet de sa visite et le Sacro-Saint Graal de la crêpe une fois rentré chez lui. Yuurei s'attelait à la tache en pensant à tout ça quand une sérieuse pression sur son épaule vint lui rapeller qu'il avait oublié la petite hippie. Visiblement celle-ci n'avait vraiment pas envie de l'oublier à lui et ce fut dans un long et douloureux laïus que le Rôdeur fut forcé d'entendre, plus que d'écouter, qui rappelait sa présence.

"Sérieuse ? Moi, sérieuse ? Mais enfin ! Rien de tout ça n'est sérieux ! Comment avez-vous pu me croire ! Après tout, moi aussi je suis blablabla et blablabla et un autre blablabla d'un ton plus énervé."

La femme décide enfin de lâcher l'épaule du Rôdeur qui lui tend un regard avec une certaine colère. Yuurei la remettrait sans doute à sa place si elle ne jouait pas les suicidaire envers le Gros Matou. Yuurei restera à côté des fois que.. Ce serait dommage de mourir si jeune pour un excès de "peace and love". Le Rôdeur regardait la demoiselle en finissant d'empaqueter ses fleurs tandis que celle-ci engueulait de plus belle l'invocation qui grognait à son contact.

"Veuillez me pardonnez mon si vulgaire langage, madame la demi-déesse, je ne voulais en aucun cas vous offusquer, dit-elle d'un ton sarcastique en lui caressant le haut du crâne, derrière les oreilles. N'importe quel félin ronronnerait de plaisir. Elle ne pouvait pas échapper à la règle. Vous vous la jouez méchante fille rebelle. Bien. Ça ne changera rien au fait que les humains détruiront le monde. Cela finira exactement pareil. Bien que je ne sache pas vraiment comment ils pourraient s'y prendre... Si les dieux vous ont placés sur cette île, c'est pour que vous agissiez comme nos guides, pour changer notre destin. Changer celui de cet homme, qui avec ses armes, propage sûrement la mort et le malheur. Si vous ne voulez pas que ce monde finisse pareil, alors, je vous en prie, agissez, si vous pensez que l'on court droit à la catastrophe."

Le Rôdeur est désigné du doigt comme étant "cet homme" et répliqua du tac-o-tac d'un ton énervé, montrant la jeune femme du doigt et répondant sur le même ton.
"Cet homme utilise son arme pour éviter de finir dans l'estomac du premier félin venu. Et il n'a jamais tué que lorsqu'il y était forcé, sinon il se contente de neutraliser son adversaire. Contrairement à cette gamine qui semble vouloir faire tout son possible pour se faire bouffer par le premier gros matou qu'elle croise".

Prenant son paquetage sur son épaule, le Rôdeur se prépara à se mettre en route avec ses fleurs. Si la Hippie souhaitait se faire bouffer, après tout, ce n'est pas son problème à lui. Quant à Yuurei, et bien des crêpes l'attendaient chez lui.... Si Sylvecroc et Diya n'ont pas tout dévorés ! Tandis que le Rôdeur est sur le départ, la Tigresse semble s'étirer avec un certain je-m'en-foutisme et prend une route plus ou moins similaire à celle du Rôdeur, avant de finir sous un arbre désigné comme un coin d'ombre pour une sieste.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[Mont Olympe] Une rencontre indésirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Dieux Grecs △ Mont Olympe
» Inscriptions Partie 46 : Dieux de l'Olympe
» Avertissements et banissements
» Les Drachmes, les Olympiades et les Récompenses △ WTF ?
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Traversée de la Rivière Blanche-