De dangereuses questions, comme des ornières sur leur chemin [Pv Erine]

Partagez | .
 

 De dangereuses questions, comme des ornières sur leur chemin [Pv Erine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ratjhar
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 50
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 24 Sep 2015 - 15:27

Ratjhar gisait tel un moineau foudroyé par les griffes d’un chat. Etendue sur la margelle de la fontaine, elle sentait ses plumes s’alourdir de la poussière collée. L’eau fraîche avait lavé le sang séché mais n’avait pu la libérer de la douleur. Peut-être aurait-elle pu puiser un peu de réconfort dans un sommeil réparateur, mais de telles trêves n’étaient pas accordées aux enfant de l’air.

Se pouvait-elle qu’elle fut orpheline comme la rouquine l’avait suggérée, qu’ils ne soient tous rien de plus que des jouets oubliés, remisés dans une grange ? Ratjhar préférait ne pas y penser. Il y avait eu un halo mouvant, des lumières ténues mais dansantes, et l’oiseau s’était envolé avant que l’éclat d’une lanterne ou d’une torche n’ait le loisir de mettre à nu son désolant spectacle.

La nuit était longue pour qui ne dormait pas, presque aussi longue que le jour. La fatigue physique ne gagnait pas les ailes de l’oiseau, mais certains mouvements réveillaient la douleur de sa blessure, et son vol perdait de sa fluidité. Mais Ratjhar avait refusé d’envisager de retourner au temple de l’air, et elle avait la certitude qu’Erine les en éloignait.

Ratjhar ne reculerait pas. Elle ne regarderait pas en arrière, dut-elle en souffrir.

~°~

Ratjhar avait été soulagée de quitter la ville. Leur traversée s’était déroulée sans incident, Erine ne semblait en rien changée suite à sa nuitée à l’auberge. L’oiseau puisait dans l’enthousiasme d’Erine la force de se comporter comme si tout allait pour le mieux.

Ratjhar avait assez rarement souffert de blessure. Son vol était paisible et précautionneux, dicté par l’évidence d’un avenir limpide. Lorsque ses prémonitions avaient commencé à se fourvoyer et qu’elle s’était vue capturer par les humains, elle avait souffert de conditions désastreuses, de plaies d’escarres et d’un mal à l’âme si violent qu’elle avait crû que son existence s’éteindrait dans ses geôles. Mais une fois la sentence des dieux prononcée, ses plaies avaient disparu, et plus rien n’avait saigné en elle sinon sa fierté.

° Mes pairs… Ont-ils les mêmes pouvoirs qu’autrefois ? °

Ratjhar désirait savoir s’il lui était possible d’espérer une guérison rapide hors des murs du temple, mais sa confiance pleine et entière ne s’accordait pas si facilement. L’enfant qui l’avait trompée jadis l’avait fait contre son gré, mais elle ne l’avait pas moins piégée pour les siens.

Ratjhar planait en tournoyant autant d’Erine, se maintenant à sa hauteur tandis que le duo progressait dans la lande.

° Jadis, je connaissais le monde et son avenir. J’aurais su s’il pleuvrait. J’aurais su ce qui nous attendait à Lüh. J’aurais su si les hommes...°

Ratjhar se tut plutôt que de proférer un mensonge. Elle n’avait jamais rien su des hommes dans ses visions, ils n’appartenaient pas au monde souhaité des dieux. Parfois, l’oiseau ne pouvait s’empêcher de penser que si les dieux avaient conservé les humains en dépit de leurs imperfections latentes, c’était pour mieux torturer les demi-dieux déchus dans leur purgatoire.

° J’aurais vu notre rencontre. J’aurai su pour le danger des lions et la paix de la cité. °

La lande était paisible et ne recelait pas la moindre menace. Un soleil timide perçait pour faire ressortir le vert tendre de la prairie où le vent dessinait des vagues placides.

° J’ai l’impression d’être aveugle, Erine. D’avoir oublié ou perdu quelque chose d’important, sans savoir si je ne le retrouverais jamais. °

Ratjhar réalisa qu’elle n’avait rien espéré de ce monde. Serait-elle soulagée qu’on lui confirmât que ses pairs étaient devenus aussi infirme qu’elle ? Ou préférait-elle savoir qu’il subsistait un peu du monde qu’elle avait connu jadis ? Elle l’ignorait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 25 Sep 2015 - 12:31

Profitant du calme de sa chambre, la jeune femme s'était autorisée un petit moment de réflexion sur ce premier vrai jour en compagnie de la déité avant de totalement sombrer dans un profond sommeil. Erine avait pu dormir à point fermé sans craindre l'attaque d'un brigand ou d'un animal sauvage et la nuit s'était montrée plus réparatrice qu'elle ne l'aurait cru.

Au petit matin la rouquine avait abandonné toutes traces de fatigue au fond de ses draps. Elle avait rapidement quitté l'auberge et rejoint sa compagne de voyage aux portes de la ville. L'air frais de ce début de journée était vivifiant et les premiers rayons d'une douceur incroyable ! La bonne humeur était sans hésitation au rendez vous.

Les deux comparses s'étaient lancées à l’assaut des kilomètres de landes en direction du sud.  Le rythme de voyage était bien plus clame et reposant que la vieille. L'Ivre n'était plus qu'un souvenir derrière-elles alors qu'à l'ouest  les cimes arrondies des vieux volcans des monts ardents offrait une nouvelle dimension à ce paysage affreusement plat. Erine s'était alors demandée si faire une pause dans son village natale était une bonne décision.  Elle n'avait pas vu sa famille depuis plusieurs mois et imaginait déjà sa mère ne la laissant pas repartir. Cependant elle voyait aussi son expression radieuse et le bonheur que cela lui procurerait de retrouver sa fille, même pour un court instant.

Ratjhar, qui jusque là profitait de l'immensité privé du ciel, était redescendue à porter de voix de son invocatrice. La rousse voulut en profiter pour lui suggérer cette halte imprévue au programme mais l'oiseau la devança sur le sujet de conversation. Erine n'était pas spécialement surprise par sa question et elle y répondit du mieux qu'elle put. Elle lui expliqua d'abord qu'elle avait souvent entendu les demi-dieux dire que leurs pouvoirs retrouvés n'étaient qu'une pâle imitation de ceux du passé.

"Après tout dépends... plus tu passes de temps à l'extérieur du temple plus tes pouvoirs grandissent. Je sais que... commença t-elle réticente à l'idée de parler de lui, enfin Kamaël n'a pas eu de problème à changer son apparence physique le premier jour où nous sommes sortis. Toutefois je crois qu'il a été libéré plusieurs fois avant que je viennes à lui. D'ailleurs j'ai l'impression que tes plumes sont plus brillantes qu'hier déjà ! l'encouragea t-elle un large sourire aux lèvres. Tu n'as toujours essayé de lancer un sort juste comme ça pour voir où tu en étais? "

Erine lui confessa également qu'elle ignorait par contre si les demi-dieux perdaient à nouveau leur énergie magique lorsqu'ils retournaient en cellule pour attendre qu'un nouvelle humain se présente à eux. Elle savait également que certain de ces frères et sœurs étaient très puissants car ils étaient libérés régulièrement depuis presque quatre cent ans. Elle avait entendu dire que la déité du Prince était l'une d'elles.

Puis, contre toute attente, Ratjhar s'était confessée sur son passé laissant Erine sans voix. Elle pouvait voir l'avenir ! En soit cette révélation était fascinante mais la rousse comprenait mieux cette réserve froide dont faisait preuve la divinité. Cela devait être affreusement déstabilisant et effrayant de découvrir un monde en sachant qu'avant on aurait pu anticiper toutes situations.

" Tu n'es plus aveugle Ratjhar juste éblouie par le renouveau.  Je suis certaine que tu retrouvera bientôt tes facultés. Tu te sentiras mieux d'ici quelques temps. D'ici là ménages toi et apprécie ce que tu peux voir."

Même si Erine s'était montrée peu envahissante de questions à son sujet, il avait été difficile de garder sa curiosité pour elle. Afin de ne pas craquer, elle changea tout bonnement de sujet de but en blanc.

"Nous ne sommes pas très loin du village dans lequel j'ai été élevé. C'est bientôt l'heure du repas et je me disais qu'un bon p'tit plat maison ne serait pas de refus. En plus cela serait un véritable honneur de te présenter à ma famille !  Alors ça te dis qu'on fasse une halte là-bas avant de continuer la route? "
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ratjhar
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 50
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 28 Sep 2015 - 11:42

Il allait de l’esprit de Ratjhar comme de son vol. Il était aisé, agréable et dangereux de se laisser porter. De se surprendre à songer que la rouquine était aussi aveugle en ce monde changeant qu’elle-même. N’en ressentait-elle aucun effroi, ou portait-elle un masque, se plaisant à rire et à feindre apprécier la multitude des menaces qui les narguait ? L’oiseau n’osa formuler cette question délétère, et la chassa comme elle eut esquivé d’un battement d’aile un courant contraire.

La matinée se déroulait placidement, et les heures chaudes dissipaient le brouillard venimeux qui enserrait Ratjhar. Ses tourments étaient plus fort à l’aube. Lorsque naissaient les jours, elle se remémorait celui qui avait été, jadis, pour elle, le premier d’entre tous. Celui où Aer lui avait confié sa mission.

Les paroles d’Erine la laissèrent songeuse. Ses pouvoirs… Jamais il n’avaient cru ni décru. Il s’étaient évanouis dans l’écho d’un soupir, telle l’incarnation des remords éprouvés par Ratjhar. Elle avait accepté leur absence comme on reconnaissait une faute. Humblement et sans poser de question. Elle n’ignorait pas la magie inhérente à son sang et n’en niait ni l’ampleur perdue, ni la fierté qu’elle eut pu en tirer, mais ce n’était pas ce pouvoir-là qui lui faisait le plus défaut mais l’absence de ses talents de divination.

Pire que l’aveuglement, c’était l’aveu implicite qu’elle n’avait pas été à la hauteur des attentes d’Aer qui la brûlait. En la dépouillant de sa tâche, il ne l’avait pas déchargé d’un fardeau comme d’autres l’eurent pensé à sa place, il lui avait arraché sa confiance et l’avait rangée avec les autres, au rang des parias. Peut-être l’avait-elle mérité. Peut-être son chemin au côté d’Erine n’était-il qu’un long exutoire.

° Ce n’est que le soleil. ° répliqua Ratjhar plus sèchement qu’elle ne l’eut voulu.

Incapable d’avoir le moindre recul sur ce qui la concernait directement, Ratjhar était plus que convaincue que si son plumage resplendissait, il le devait davantage à son nettoyage minutieux qu’à la magie qui l’imprégnait.

User de magie, juste pour voir… La suggestion décontenançait Ratjhar au plus au point, mais c’était le seul sujet de conversation qui lui permettait de s’éloigner assez vite du sujet de sa blessure.

° Non. Je n’ai pas essayé. °

Ratjhar avait parlé avec hâte, et elle reprit d'un ton plus calme.

° Avant, je me moquais de ceux qui cédaient aux plaisirs insolents d’une magie oisive. J’avais fini par accepter qu’ils pussent agir ainsi, songeant que les dieux les avaient créé ainsi, eux et leur impertinence. J’avais cru que les dieux leur avaient dicté de créer les humains, ou j’avais voulu le croire, je ne saurais le dire. °
Ratjhar eut un croassement rauque, qui n'était pas sans évoquer une sorte de grognement.

° Le sort m’a donné tort et raison à la fois. Ils n’auraient pas dû agir de la sorte et nous en avons tous payé le prix fort. °

Ratjhar se tut brusquement. Elle ne cherchait pas à se justifier. Elle s’était fourvoyée elle aussi, elle avait cédé à la curiosité que lui inspirait ces êtres éphémères. Elle s’était fait piéger, et quand bien même, elle n’avait jamais agi pour sauver le monde d’antan de sa chute inexorable. En cela, elle était coupable autant que les autres, et ne désirait la pitié de personne.

° Je suppose que cela n’a plus d’importance à présent. Mais tant que je ne fais usage de rien, je peux toujours prétendre rêver être encore la demi-déesse d’autrefois. ° ricana l’oiseau.

C’était un mensonge éhonté. Voler lui était plus fastidieux que jadis, son vol ne dictait plus les prémices de l’avenir, Ratjhar n’aurait pu se tromper sur ce qu’elle était devenue. Mais en elle, la résolution de ne pas user à tort de ses pouvoirs avait beau vaciller, elle demeurait pérenne.

Les paroles de la rouquine, une fois de plus, intriguèrent Ratjhar. Que pouvait bien ressentir l’invocation d’un prince en ce monde étrange ? L’oiseau l’eut voulu savoir, mais il n’était pas certain que leurs pas les conduisent jamais jusqu’à elle. Et elle n’était pas certaine de vouloir rencontrer son maître.

Ratjhar acquiesça sans un mot. Elle ne pensait pas récupérer jamais son don de divination. Il était intimement lié à la mission que lui avait confié Aer, il était impensable qu’il put le lui rendre.

° Je meurs d’envie de manger un petit plat maison. ° répondit Ratjhar avec autant de connivence que de moquerie.

Tous deux savaient qu’il ne lui servait de rien de s’alimenter. En vérité, l’oiseau était curieuse de découvrir d’autres personnes comme Erine, mais elle redoutait qu’il fut impoli de l’avouer crûment. Elle se contenta d’espérer que la famille de la rouquine n’habitât pas dans quelque ville d’importance que Erine eut malencontreusement oublié de mentionner.

Ratjhar préférait de loin la silhouette inhospitalière des volcans aux remparts imposants de Rorn.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 11 Oct 2015 - 14:43

Encore une fois Rathjar se confia. La rousse l'avait alors écoutée oubliant le sarcasme dont l'oiseau venait de faire preuve quelque instant plutôt. Erine ne savait de l'Ancien que ce dont on avait bien voulut lui parlé. En soit, elle n'avait jamais vraiment chercher à en savoir d'avantage. De toute façon toutes ces histoires appartenait aujourd'hui aux légendes. Aujourd'hui, le monde n'était pas aussi paisible qu'il le laissait paraître.

Erine avait doucement ralentit le pas jusqu'à totalement s'arrêter. Le faucon lui s'était également tût au même moment. La rousse ne dit rien et se contenta de détailler la demi-déesse. Elle sentit une vague de tristesse l'envahir." Cela n'a plus d'importance à présent." Ces paroles étaient affreusement vraies mais refuser l'usage des dons offerts par les Quatre était une bien mauvaise idée. L'horizon de l'avenir s'assombrit doucement alors que l'écho d'un orage menace la stabilité de la paix que connaissait le royaume. Les temps changent et Rathjar devrait apprendre à s'adapter.

Cependant la rousse n'eut pas le courage d'aborder un tel sujet avec la déité. Son sourire illumina à nouveau le teint sombre de sa mine songeuse.

- Je meurs d’envie de manger un petit plat maison.

- Parfait ! J'espère qu'Alaric sera rentré aussi. Tu sais il a un talent fabuleux pour le dessin et il voyage beaucoup comme moi. La dernière fois que je suis rentrée, mon frère était absent mais il m'avait laissé des esquisses plutôt réalistes de ce qu'il avait pu voir lors de sa traversée des monts de Zan. Je suis certaine que te les montrer t'aidera à appréhender nos futures rencontres. "

Dans les confessions de Rathjar, l'invocatrice avait réalisé qu'elle était allée un peu vite en besogne. Les repères de l'oiseau divin s'étaient éteint depuis des siècles maintenant et il lui fallait en trouver rapidement de nouveau.  Toutefois maintenant qu'elles étaient proche de son village, rien ne les pressait. Erine en profita donc pour lui faire un topo globale sur sa famille. Elle lui apprit que sa mère Gabrielle et son père avait eut trois enfants : Idrill l’aîné, Alaric le second et elle-même la cadette.  Salmanazar, son père, était un chasseur doré disparu depuis plusieurs années maintenant mais que grâce à ses revenus il avait laissé derrière lui assez à sa femme pour subvenir au besoin des siens. D'ailleurs son plus grand frère, futur papa avait-elle appris lors de son dernier passage, résidait encore avec sa mère et l'aidait à entretenir le potager et les cobas ces drôles de créatures incroyablement laineux.

"Haaa.. tu vois comme il fait bleu la bas ! s'exclama t-elle soudain surexcitée. Les monts Ardents derrière nous aspirent les nuages vers eux. Du coup la cote bénéficie de belles éclaircies quotidiennement. Il fait si bon de vivre dans cette partie des landes, avoua t-elle en prenant une grande bouffée d'air salée. Humm on sent la mer... Je regrette juste l'océan de la cote ouest. La mer Intérieure qui borde l'est est affreusement calme..."

Le vert tendre de la lande se brisait soudainement à l’horizon dans le bleu scintillant de la mer. On pouvait apercevoir les formes de maisons rassemblées en un petit village à mi-chemin.  Cependant la jeune femme ne fit que traverser du lieu-dit et continua en direction du bord de mer jusqu'à trouver une seule et unique construction circulaire face à la mer. Un grand jardin était aménagé plein sud alors que le reste du terrain était brouté par un troupeau de cobas.

" Nous y sommes, murmura t-elle le regard brillant d'impatience. "

Elle porta ses doigts à sa bouche et siffla trois coup à différente mesure. Rien. Erine tendit l'oreille puis on entendit le même refrain en échos. Puis un troisième. Le sourire d'Erine s'élargit jusqu'à ses oreilles et elle se mit à courir à toutes vitesses vers la massure. Alors qu'elle s'approchait de porte, cette dernière s'ouvrir sur les silhouettes familières de ses proches. Ses deux frères étaient là et n'avaient pas attendu une seconde avant de l'enfouir dans leurs bras. Erine n'était plus qu'une galette suffocante entre les deux garçons. Heureusement sa mère vint la sauver en l'attirant vers elle. Même si ces dernières années l'avaient vieillie son visage avait su gardé ses airs bienviellants.

-  Tu aurais pu nous prévenir que tu passerai !
- Mais maman... on a prit la décision à la dernière minute...
- On ?
- Oui, on. Je vous présente Ratjhar.

Erine s'était dégagé de l’étreinte affectueuse de sa mère et avait tendu le bras pour que l'oiseau puisse y prendre appuie.

- Nous sommes liées que depuis quelques jours et je sais qu'un grand avenir nous attend. Ratjar voici ma famille. D'ailleurs l'heureux événement est-il arrivé?

- Oui, une petite fille, Eliah. Elle est avec sa mère à l'intérieur, intervint son frère. Enchanté Ratjhar, puisses-tu trouver le repos dans notre modeste maison. Entrons-donc d'ailleurs.

- Oui tu as peut-être envie de te pauser un peu frangine, enchaîna son autre frère. Où allez vous? J'me doute que t'vas rester bien longtemps, que tu fais juste un étape.

- haha, tu peux parler Al' ! T'es pas le mieux placé pour ce genre de réflexion ! protesta t-elle avec amusement en lui tapant l'épaule. J'vais encore à Lüh, j'ai passé commande chez les sœurs Aliz. Tt-tt j'dirai rien sur c'que c'est. Vous verrez bien à ma prochaine visite !

Puis sur les éclats de rires de la fratrie, chacun était entré dans la maisonnée. Erine, la dernière, s'était arrêtée devant le seuil.

"Tu veux te joindre à nous ? "
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ratjhar
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 50
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 30 Oct 2015 - 9:10

Ratjhar s’étonnait toujours de la facilité avec laquelle Erine s’éparpillait. Elle avait beau avoir vu s’écouler tant d’éons qu’elle se permettait dans rire, l’ancienne demi-déesse n’acceptait pas une telle complexité dans son existence. Elle traçait sa route en solitaire sous l’injonction du dieu, quand bien même il s’était détourné d’elle.

Mais des frères, des soeurs, une mère et une famille étaient autant d’éléments auxquels Ratjhar ne prêtait pas attention. Il lui était plus simple de se raccroche aux lieux innombrables que nommait Erine. Ceux-ci semblaient destinés à rester, à persister, là où tout le reste lui évoquait une flopée d’éphémères perdus dans leur premier et dernier vol.

Elle ne se morigénait pas moins de son indélicatesse. Si ces gens que lui nommaient Erine étaient importants pour son maître, alors ils devaient de fait l’être pour elle. Ratjhar s’efforçait de calquer son monde sur celui d’Erine, mais il lui semblait que ses yeux et son esprit lui jouaient des tours, et refusaient à s’attacher à ces choses à la fois si anodines et si primordiales.

Plus sensible à la beauté des paysages, l’oiseau se retenait à grand-peine de planter là Erine pour avaler à grandes ailes les étendues offertes. L’eau lointaine l’intriguait plus qu’elle ne l’attirait, comme elle eut pu saluer une connaissance lointaine. Il en allait autrement pour le village qui, en dépit de ses proportions modestes, réveillait des frayeurs enfouies. Les humains qui l’avaient trompée par le passé ne se terraient pas dans des tours immenses, et la taille de leur nid ne changeait rien à la menace potentielle incarnée par les humains.

Ratjhar enviait la sérénité joyeuse d’Erine, mais ne pouvait s’empêcher de s’interroger. Cesserait-elle un jour d’appréhender le contact avec les humains ? La rouquine ne tarda pas à bondir, voletant comme un moineau ivre de son premier vol pour aller choir dans les bras de ses frères. Ratjhar gardait des distances respectueuses, refusant de se poser, sans savoir si c’était de crainte de se faire distancer ou de peur d’offrir une image trop risible de sa personne.

Lorsqu’Erine la présenta, elle vint à se poser sur le bras de cette dernière, soutint d’un regard infaillible ceux qui la scrutaient avec curiosité, comme si tout se jouait là, comme s’il suffisait de ne pas fléchir pour se voir concéder le droit d’exister et d’exiger cette place insolite aux côtés de la rouquine.

Pour autant, elle ne chercha pas à nouer le contact. Les mots et le langage des humains étaient autant d’artifice dont l’invocation usait faute de mieux, contrainte par l’évidence.

Ratjhar se trouva soulagée de voir que la conversation ne s’attardait pas sur elle. Soulagée et un peu indignée, car une partie d’elle-même refusait d’être réduite à n’être qu’un détail de l’existence d’une jeune femme aux rêves flamboyants. Elle acquiesça d’un mouvement de tête à l’invitation de celui qui était le frère d’Erine et se glissa dans la masure avec le reste de la troupe.

L’oiseau avisa une poutre massive et s’y posta. Ratjhar s’était habituée à l’impression détestable de se sentir étrangère à tout, des paysages de la lande aux nouvelles règles régissant son existence. La raison en était simple : tandis qu’elle était demeurée prisonnière du temple de l’air, le monde avait poursuivi son propre chemin. Il en allait autrement de cette scène chaleureuse et familiale. Ratjhar n’avait jamais rien connu de pareil. Pour elle, avant et à présent, la filiation impliquait une respectueuse et tacite allégeance divine et rien de plus. Elle avait chéri Aer, ses attentions et ses faveurs, mais sans jamais avoir à redouter l’imminence de sa perte. Bien malgré elle, les rides de la mère d’Erine l’effrayait.

La brave femme avait beau les atténuer d’un sourire rayonnant, elles n’en accusaient pas moins le passage du temps. Et cette vision anodine réveillait dans l’âme de Ratjhar des terreurs enfouies, où se côtoyait la douleur de la perte et la crainte que le monde ne fut jamais plus tel qu’il avait été au commencement, tel que l’avaient voulu les dieux. En dépit des éclats de voix des rires et des taquineries, Ratjhar préféra se réfugier dans un mutisme salvateur.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 25 Jan 2016 - 20:48

Erine était heureuse de retrouver les siens. La jeune femme s'était résolue, à la suite de ses mésaventures passées, de voir sa famille plus souvent. La conversation autour de l'ancestrale soupe au caillou allait bon train. Le demi-déesse s'était réfugiée dans les hauts de masure. De temps à autre, la rouquine jetait quelques coups d’œil en sa direction puis se replongeait dans l'ambiance chaleureuse du repas.

Même si c'était pleine de joie que les Lanfeust avait accueilli les voyageuses, aucun d'entre eux ne veilla bien tard cette nuit là. Ce fut, éclairée par la pale lueur de l'âtre, qu'Erine se décida à ouvrir le carnet de son frère. Alaric le lui avait glissé entre les doigts avant de lui souhaiter bonne nuit.

"Ratjhar viens voir... chuchota t-elle sans même se tourner vers l'interpellée."

Posant le manuscrit sur le sol, la femme fit défiler les croquis de son aîné. Des paysages de tous horizons se dévoilaient dans les nuances de gris détonant sur de mystérieuses créatures au formes diverses et variées. Les dessins étaient d'un réalisme saisissant et la rouquine fut très fière de l'acharnement de son frère.

"Je ne sais pas si t'avoir montrer tout ça est très utile mais j'espère que ces esquisses t'aideront à mieux appréhender ce qu'il t'attendra à l'avenir."

Erine releva le menton et tourna son visage en direction de l'oiseau. Ses yeux, pourtant alourdis par de larges cernes, pétillaient de mille feux. La jeune femme avait une idée à soumettre à la divinité.

"Une fois que j'aurais récupérer mon arbalète à Lüh, voudrais-tu découvrir tous ces dessins en vrai? Nous voyagerons sur tous les sentiers qui s'ouvriront à nous et nous apprendrons à nous connaître. Qu'en penses-tu ?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ratjhar
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : iZonbi - Spinkle
Date d'inscription : 17/04/2015
Messages : 50
Liens vers la fiche : Fiche de Ratjhar
Invocateur : Erine Lanfeust
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mar 26 Jan 2016 - 19:09

Ratjhar se lissait les plumes avec applications. C’était l’un de ses exutoires favoris. L’oiseau redoutait bien plus le flux tumultueux de ses pensées que les affres de l’ennui. Voir le visage d’Erine s’illuminer en présence des siens avait quelque chose d’apaisant. Imaginer se réjouir par procuration d’une vie d’esclave l’était bien moins. Ratjhar avait beau arguer en son fort intérieur de la bienveillance de la rouquine à son égard et insister par devers elle que la jeune femme n’y était pour rien dans la décision des dieux, elle avait l’impression de lui chercher des excuses et ses chaînes n’en étaient pas moins lourdes à porter.

Lorsque le regard d’Erine croisait le sien, Ratjhar s’efforçait de lui rendre sans ciller, aussi lisse et imperturbable qu’un faucon attendant l’heure de la chasse. L’ancienne demi-déesse était plutôt habile à ce jeu de patience. Son ancienne prison y avait veillé. En quelques clignements de paupière, la maisonnée se dispersa, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’Erine assise au bord du feu, sans nul autre mouvement que celui de ses doigts sur un carnet et la douce mouvance des flammes.

A son appel, Ratjhar descendit en planant, battant furieusement des ailes pour freiner son vol dans un espace aussi exigu. La curiosité éclipsa ses pensées acerbes, et l’oiseau parvint à ne pas se demander s’il répondait à une invitation ou à un ordre.

Entre les mains de la jeune femme, les croquis défilaient. Ratjhar eut un mouvement de recul instinctif à la vue de certains, comme si la prudence s’immiscait sous son armure de plumes, au mépris des vertus de son immortalité, pour lui rappeler combien la plaie du lion aveugle était encore vive. Le saisissement passé, Ratjhar reconnut à l’ouvrage les qualités qu’Erine lui prêtait, bien qu’elle eut grand mal à en concevoir l’utilité.

N’était-il pas évident et admis qu’elles verraient un jour toutes ces choses ? L’avenir avait été pour Ratjhar, aussi évident que le fil du présent, rien de plus qu’un horizon différent. L’acharnement des humains à baliser le monde et toute chose l’étourdissait mais elle avait peine à concevoir le monde comme éphémère. Les choses avaient changé. Certaines. Indubitablement. Mais l’essence du monde était la même. Sans la punition des dieux, Ratjhar aurait retrouvé sa place sans aucune difficulté.

Le problème n’était pas dans les paysages qu’ils traversaient. Le problème était dans le fait que les règles du jeu, indubitablement, avaient changé. Et Ratjhar avait accepté, tout comme ses pairs, comme elle aurait accepté de sombrer vers le sol si une flèche l’avait frappé en plein vol.

De fait, elle n’était pas certaine d’avoir à offrir en cette prison-ci la même patience que dans l’autre, mais à l’aune des jours d’Erine, cela ne changerait peut-être rien. S’interdire de penser, rester un sage oiseau bien dressé. L’existence pouvait-elle être aussi simple que cela ? Aussi simple que les pages d’un livre que l’on tournait une à une...

° Les sentiers… Oui, cela me plairait. ° répondit Ratjhar non sans mélancolie.

Son âme s’enflammait, et elle se retenait de clamer au monde que les sentiers importaient peu pour qui avait des ailes pour embrasser le ciel. La vérité, c’était que Ratjhar avait peur de la connaître davantage, et de s’apercevoir qu’elle n’était pas telle qu’elle l’espérait. Ou pire encore, de s’apercevoir qu’elle n’avait jamais rien espéré sinon qu’une folie ou la mansuétude du vent poussa la porte de ses geôles.

Et ces pensées la hantaient, dès lors que ses paupières se fermaient sur ses nuits sans sommeil.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Dim 28 Fév 2016 - 19:49

Erine avait échangé quelques mots avec l'oiseau avant qu'elle ne cède complètement à la fatigue. Malheureusement la nuit ne fut pas de tout repos avec un ce nouveau né dans la famille. Ce fut donc au première lueur du jour que la jeune femme décida de quitter les siens.

" Aaaah comme je suis heureuse de ne plus entendre ce bébé brailler parce,  commença Erine une fois le petit groupe disparu derrière elles alors qu'un long bâillement la prenait, ouaaaaah mh... parce qu’il a encore faim !  Du coup j'ai  l'impression de ne pas avoir fermer l’œil de la nuit, c'est affreux.... "

Le rythme de marche peu enthousiaste de l'interlocutrice et la mine enfariné de la rouquine attestaient d'ailleurs ses paroles. Un bon sujet de conversation aurait pu l'aider à s'éveiller mais Ratjhar était sans nulle doute une piètre compagne de discussion. Jusqu'à présent  la divinité se contentait souvent de répondre le strict nécessaire avant de retourner flirter avec les courants haut dans le ciel.

Pourtant, cette fois Erine trouva cette attitude solitaire plaisante.  Car si elle n'avait pu se reposer ces dernières heures, la rouquine en avait profiter pour se questionner à propos de son avenir. Déboussolée par l'absence perpétuelle de Kamaël, elle était allée quérir l'aide d'un autre enfant divin. Que dirait le fils d'Aer en apprenant qu'elle avait délivré l'une de ces sœurs? Se pourrait-il qu'ils aient pu se côtoyer par le passé? Beaucoup de questions s'étaient présentées à son esprit songeur sans que la jeune femme ne puisse toujours trouver une explications à de propres interrogations personnelles.

Ce qui était sûre à ce jour c'est qu'elle ne pourrait jamais retourner vivre parmi les siens. Encore cette fois elle n'avait pas pu avouer à sa mère et ses frères que le mari et père disparu avait croisé sa route. Plus d'un an s'était écoulé et Erine n'avait toujours rien dit refoulant la vérité sous l'étiquette d'un homme disparu surement mort aujourd'hui.

Par ces derniers longs voyages, Erine avait pris conscience qu'elle  ne dépendait de personne pour subvenir à ces besoins. Elle avait également réalisé que de vivre seule sans aucun but immédiat était pesant pour l'esprit. Plus sûre que jamais, elle se conforta à l'idée que Lüh était la décision la plus adéquate à entreprendre pour le moment. Même si ces séjours à la capitale avaient déjà forgé en elle une médiocre impression, Erine se sentait prête à lui accorder - comme il lui avait été à elle même accordée - une nouvelle chance.


SUITE
ICI
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

De dangereuses questions, comme des ornières sur leur chemin [Pv Erine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De dangereuses questions, comme des ornières sur leur chemin [Pv Erine]
» Au coin du feu [ L i b r e ]
» [flashback] Campagne contre les brigands des montagnes
» Phobos et Persephone continuent leur chemin...
» Phobos et Persephone continuent leur chemin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Sud-