Into The Deep 2 : Return of the coming back [1 joueur à la fois]

Partagez | .
 

 Into The Deep 2 : Return of the coming back [1 joueur à la fois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 17 Jan - 15:16

Le temple de l'eau est une construction gigantesque, monumentale même. Avec ses airs de cathédrale blanche comme la neige et ornée de dorure, on peut dire qu'on la voit de loin. Mais sous cette beauté, la moiteur et la moisissure sont aussi présente. Dans les profondeurs des niveaux inférieurs, un méandre de couloirs et de tunnels s'entrelacent. C'est là que sont gardées une partie des invocations du temple. Y descendre relève déjà de l'épreuve, il faut s'armer d'un mouchoir parfumé pour ne pas subir l'odeur durant tout le trajet, un mélange de poisson pourri et de moisissure. Mais pour les courageux, ou les moins scrupuleux, qui y descende, la surprise peut être grande.

Plic, plic, ploc.

Les gouttes d'eau s'écrase sans fin sur le crâne du squelette, dépouillé de tout habit ou équipement, qui observe de ses orbites vides la porte de la cellule. L'imposante construction de bois doublée d'épais barreaux de fer présente une gravure imposante qui se mêle aux deux matériaux. Cette gravure monumentale représente une gigantesque mâchoire englobant de se taille la représentation d'un humain. Dans l'alcôve qui accueille l'entrée de la cellule, une plaque en or, fusionnée dans la pierre, orne la gauche. "Iwiza Gel'Ta, prédateur des mers et architecte de la destruction, puisse sa punition être éternelle" est inscrits en fines lettres. Dans ce couloir situé dans les tréfonds du temple, une odeur de chaire putréfiée se fait sentir, impossible de s'en débarrasser. Elle imprègne les vêtements et même les objets, la porte s'ouvre lentement, laissant la puanteur s'intensifier.

Plic, plic, ploc.

Il était si las, si fatigué. Personne ne convenait, personne ne lui donnait enfin satisfaction et ses rares espoirs se transformaient en déception. Iwiza cogitait dans sa cellule, incapable de comprendre comment cela était possible. Il ne demandait aux Quatre que l'arrivée d'un humain compétent, il ne demandait pas la lune! En attendant le fils prodigue, il ruminait sa haine et sa déception. Il aurait son élu coûte que coûte, hors de question de baisser ses attentes par ce qu'on ne faisait passer cette porte qu'à ceux qui n'étaient pas dignes. Avec un claquement de dédain, il dirigeât son visage sans yeux vers la porte qui s'ouvrait.

Plic, plic, ploc.

Les ténèbres sont partout alors que le nouveau prétendant fait son entrée au son des cliquetis, à peine la porte dépassés qu'elle se referme dans un bruit sourd derrière lui. Les cliquetis se font plus rapides, se rapprochant dans le temps peu à peu. L'obscurité totale rend difficile l'appréciation de environnement par les sens, une chose est sûre, cette caverne semble immense car il n'y as aucun écho. Le son des cliquetis se fait plus fort, comme si il se rapprochait. Une main puissante saisi le cou du malheureux qui à pénétré dans la cellule et le projette dans les airs pour finir dans une étendue d'eau. C'est la panique, impossible de savoir ou se trouve le haut ou le bas dans ce noir complet et le silence est presque total. Alors qu'aucune issue ne semble envisageable et que l'air manque, les poumons se font douloureux le réflexe de respiration vient et l'eau envahit les poumons. Mais la mort ne vient pas, la respiration se fait comme si l'eau était air, un sentiment étrange toutefois et plutôt paniquant mais la lumière apparaît. Des méduses luminescents font leur apparition et révèlent peu à peu Iwiza de leur lueur bleutée. La gueule grande ouverte, ses crocs à l'air, il jauge le nouveau venu. Une voix sifflante se fait entendre dans l'esprit de l'humain.

-Je suis Iwiza, qui es-tu?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 24 Jan - 20:57

La traversée en bateau depuis Lüh a été très longue. Et éprouvante. Je ne suis clairement pas faite pour vivre sur l'eau. Mais qu'à cela ne tienne, il me faut précisément une Invocation qui ne correspondra pas à mon tempérament. Une Invocation qui saura me "compléter", si je puis dire... Je n'ai donc pas vraiment d'autre choix que de partir en quête d'un Demi-Dieu du temple de l'Eau, les trois autres éléments étant trop proches de ma personnalité.

Je débarque enfin sur les îlots d'Aqua, et me mets en quête du temple de la flotte. J'espère grandement tomber sur une Invocation toute disposée à sortir de sa cellule, et qui ait un penchant certain pour les bastons en tous genres... En chemin, je pries donc tous les Dieux pour qu'Ils m'accordent cette chance, et parviens enfin aux portes du Temple de l'Eau, sorte de magnifique monument immaculé, sculpté avec génie de multiples mosaïques dorées. Je pénètre silencieusement dans le sanctuaire, muette, impressionnée par la grandeur des lieux, et avançe jusqu'au fond de la première salle. Les portes des cellules qui s'alignent le long des murs ne m'inspirent rien de particulier, aussi je poursuis ma route. J'allume une torche lorsque mes yeux ne s'habituent plus à la pénombre, et commence à descendre dans les niveaux inférieurs.

Plus mes pas me conduisent dans les sous-sols, plus l'odeur qui se dégage des murs est putride. Bien vite, je m'arrête pour sortir un bout de tissu de ma besace, et me le colle sur le nez et la bouche. L'air est irrespirable, et il le devient de plus en plus à mesure que je marche. M'arrêtant une fois de plus, j'extirpe de mon sac un peu d'essence de lavande, parfum fort et entêtant, et en asperge généreusement le bout de tissu. Pendant tout le temps de l'opération, je suis en apnée. Plutôt contente du résultat lorsque je plaque de nouveau le mouchoir sur mon nez, je reprends mon chemin.

Des gouttes d'eau tombent du plafond, la moisissure a envahi les murs du couloir le long duquel j'avance, et l'odeur de poisson pourri est si forte que je la devine nettement derrière les effluves de lavande. Néanmoins, je ne m'arrête que lorsque mon instinct me souffle que je me tiens à côté de la porte qui renferme la "bonne" Invocation. Quelque chose me pousse à ouvrir cette cellule. Simple battant de bois sombre, il s'ouvre en grinçant. Je me retrouve alors devant une deuxième porte, gigantesque celle-là, faite de bois et d'acier, auxquels s'entremêle une sorte de sculpture, semblant représenter une mâchoire béante, assez grande pour y faire tenir un adulte. Restant bouche-bée un moment devant cet ouvrage divin, je ne remarque que quelques temps plus tard une plaque dorée, à gauche de la porte, où est inscrit "Iwiza Gel'Ta, prédateur des mers et architecte de la destruction, puisse sa punition être éternelle". Ça promet. J'ai visiblement tiré le bon numéro, pour ce qui est du penchant de l'Invocation pour les bastons... Néanmoins, le côté "architecte de la destruction" m'a mis un petit coup au moral, niveau courage... Genre, est-ce qu'il s'agit d'un Demi-Dieu si destructeur qu'il me tuera à coup sûr si je ne parvenais pas à passer ses épreuves ?

Tant pis, adviendra ce qui adviendra. Il faut que je me lance. Je pousse la porte ouvragée. L'odeur de putréfaction est intenable, et je plaque encore un peu plus mon mouchoir sur mon nez. Ici, les gouttes d'eau tombent du plafond avec encore plus d'insistance que dans le couloir, et je commence à patauger dans la flotte. Ma torche s'éteint soudain, comme soufflée par un vent irréel, et je me retrouve dans l'obscurité la plus totale. Chouette, 'me manquait plus que ça. J'avance cependant toujours, n'attendant pas bravement la mort à l'entrée de la salle, et n'entends pas le moindre écho de mes pas. Comment se peut-il qu'aucun bruit ne parvienne jusqu'à mes oreilles ?

Avant que j'ai pu émettre plus ample raisonnement, une force surhumaine s'abat sur ma nuque et me projette dans les airs. Je ne sais plus où est le sol, ni le plafond, jusqu'à ce que je retombe durement sur une surface lisse... que mon corps traverse sans y faire un arrêt. De l'eau. De la putain de flotte qui envahit mes poumons lorsque j'ouvre la bouche, par réflexe, et qui entreprend de me noyer, proprement, calmement, sûrement. Incapable de me débattre dans ces flots stagnants, mes forces m'abandonnent peu à peu, et j'attends venir la mort. Est-ce là la première épreuve ? Comment pourrais-je m'en tirer, maintenant ? Je n'ai plus la force de nager, je n'ai que la possibilité de couler. Mes yeux se ferment, mes lèvres s'entrouvrent pour laisser échapper une ultime bulle d'air, mes bras cessent de ramer et mon corps s'enfonce dans les tréfonds du lac sombre...

Soudain, alors que l'air revient alimenter chaque parcelle de mon système respiratoire, je pense que je suis morte. Une telle libération ne peut être autre chose. Cependant, lorsque je rouvre les yeux, j'aperçois des lueurs bleutées, iridescentes, tout autour de moi, illuminer le fond des eaux. Baissant le regard, je discerne enfin la silhouette du Demi-Dieu que je suis venue chercher. Il ne peut s'agir que de lui - ou d'elle -, parce qu'elle est bien trop moche pour ressembler à un Dieu qui m'accueillerait dans l'Au-Delà... Mon hypothèse se confirme lorsque j'entends, dans les tréfonds de mon esprit assiégé, un sifflement bizarre qui semble être la voix de l'Invocation. Lorsqu'elle prononce son propre nom, je me souviens de l'inscription, près de la porte de la cellule : ça correspond, c'est donc bien le Demi-Dieu que je suis venue chercher.

Anxieuse, j'ouvre la bouche pour répondre à son injonction - persuadée que je vais boire la tasse, bien qu'il n'en soit rien : "Bonjour Iwiza. Je suis Velkhaan Storm, simple humaine venue te demander si une libération conditionnelle t'intéresse." Mieux vaut parer à toute éventualité...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Dim 24 Jan - 22:09

L'humaine n'était pas très impressionnante, bien qu'un peu plus musclée que la dernière personne d'un minimum de valeur qui l'avait mandé, elle n'avait pas la fabuleuse carrure de la pirate. Néanmoins on pouvait sentir quelque chose en elle. Les pouvoirs de cette cellule étaient presque sans limites, ils permettaient presque toute les folies, des pouvoirs que bien sur les invocations perdaient. Mais que valait la liberté face à quelques menus pouvoirs? Pas grand chose de l'aveu personnel d'Iwiza. Le prédateur marin rigola quand la jeune fille tenta de parler, laissant échapper des sons étouffés et indistincts, heureusement il était dans son esprit et il entendait de manière claire chaque mot qu'elle prononçait.

Elle était assez petite, sans doute dans la moyenne basse des humains de ce monde à en juger par ses précédentes rencontres. Mais ce qui le frappa ce fut l'instabilité qu'il ressentait en elle, comme si feu et glace s'affrontait dans un combat perpétuel. Lui qui avait beaucoup fréquenté les humains avait une petite idée du mal qui la rongeait. Son esprit pouvait se révéler une arme formidable comme un handicap sérieux. Mais il pouvait en faire quelqu'un de bien, avec les bonnes plantes peut-être pouvait-il la stabiliser, il lui faudrait l'aide d'un enfant de Terra pour cela mais il y avait du potentiel.

Elle était désarmée par contre, mauvais signe. D'un ample mouvement de la main, Iwiza fit apparaître une perle entre lui et la dénommée Velkhaan Storm. Il l'observa de ses yeux aveugles à travers ses cliquetis et afficha un large sourire de toutes ses dents effilées.


-Bienvenue dans mon antre Velkhaan Storm. Je suis bien évidement intéressé par une sortie, mais les choses ne sont jamais aussi simples comme tu peux t'en douter. Je ne suis pas un trophée qu'on accroche à son mur quand on reçoit des invités ou bien un jouet qu'on sort d'un coffre par caprice. Si tu deviens mon maître je te promet bien sûr l'obéissance mais aussi la gloire, la promesse d'un destin grandiose sous ma tutelle. Mais cela se gagne. Prend cette perle Velkhaan, choisit l'arme de ton choix et affronte ton destin.

En quelques mouvements puissants, Iwiza disparu dans les ténèbres des eaux qui avaient aspirés la jeune fille, la laissant seule au milieu des eaux en compagnie des méduses luminescentes qui se multipliaient par centaines. Une créature fit son entrée, éclairée de par et d'autres de deux méduses, à une dizaine de maître devant Velkhaan. Le haut du corps était humain, mais à partir du bassin c'était le corps d'un poisson qui le remplaçait. La créature maniait une épée dont la lame était composée d'un début droit avant de former une grande courbe. La créature se jeta sur la jeune fille, le combat venait de commencer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 3 Avr - 20:49

Bienvenue dans mon antre Velkhaan Storm. Je suis bien évidement intéressé par une sortie, mais les choses ne sont jamais aussi simples comme tu peux t'en douter. Je ne suis pas un trophée qu'on accroche à son mur quand on reçoit des invités ou bien un jouet qu'on sort d'un coffre par caprice. Si tu deviens mon maître je te promet bien sûr l'obéissance mais aussi la gloire, la promesse d'un destin grandiose sous ma tutelle. Mais cela se gagne. Prend cette perle Velkhaan, choisit l'arme de ton choix et affronte ton destin.

Le Demi-Dieu ne me laisse pas même le temps d'assimiler ses paroles que déjà, il disparaît dans des profondeurs inexplorées. Isolée, au coeur d'une nuée de méduses bleutées, je commence à paniquer, la perle mystérieuse posée au creux de mes mains. Que veut-il que j'en fasse ?

Soudain, j'aperçois une sirène, apparemment un homme (enfin, à moitié...) apparaître devant mes yeux ébahis. Déconfite, je le regarde s'approcher à toute vitesse en brandissant une épée effilée comme pas permis. Non mais c'est quoi ce bordel ?! Je n'ai aucune intention de mourir aujourd'hui, et me battre contre une créature pareille ne fait en aucun cas partie de mes attributions, et encore moins de mes capacités !

Sans réfléchir, j'essaie de m'éloigner le plus loin, et le plus vite possible du triton armé, et invoque instinctivement des palmes puissantes à la place de mes pieds inutiles. La perle disparaît soudainement de mes mains, et j'ai l'impression de reculer, dans l'eau, avec nettement plus d'agilité. Baissant vivement les yeux vers mes chevilles, je remarque que mon vœu a été exaucé. Youpi ! Ou pas. Car même si je suis meilleure nageuse que tout à l'heure, il n'en reste pas moins que je suis on-ne-peut-plus désarmée, et donc vulnérable.

Et merde, je suis pas descendue jusqu'ici pour crever comme une sardine ! Un éclair de génie traverse mon esprit naufragé : remonter à la surface, et ainsi faire perdre son avantage à la créature meurtrière. Me détournant de cette dernière, et reprenant par là même le bon sens de circulation, je me propulse vers le haut à toute berzingue.

J'ai l'impression de mettre un tout petit peu de distance entre la sirène et moi, bien que je pressente qu'elle n'est pas loin du tout, du tout, et profite de mon léger avantage pour le pousser au maximum. Jamais, je crois bien, je n'ai atteint une telle vitesse. À croire que mon instinct de survie est bien plus fort que ce que j'avais imaginé...

Enfin, ma tête frôle la surface, et je sens l'air caresser mon front détrempé. Trop heureuse (et surtout morte de trouille) d'avoir atteint mon but avant que le spécimen mi-homme mi-thon ne me rattrape, je nage aussi vite qu'il m'est possible vers les berges de l'immense étendue aquatique. (En tous cas, vers un bord éventuel, vu que je n'y vois absolument rien dans les ténèbres de la caverne).

J'espère que le rivage n'est pas loin, car je sens mes forces me quitter. Néanmoins, j'emploie mes dernières ressources à nager sans relâche. Le terrain finira bien par devenir palpable sous mes pieds ! Ce lac de malheur n'est pas interminable !

Ô joie ! Ma main droite entre en contact avec une surface dure. Je m'y agrippe comme une forcenée, et parviens tant bien que mal à me hisser sur la berge meuble. Au moment où ma palme gauche sors de l'eau, je lâche un cri de douleur à fendre l'âme : la sirène m'a rattrapée et a assené son arme sur mon pied encore à portée. Cependant, la créature se retrouve sans proie, comme j'arrive à me traîner sur le sol de l'antre gigantesque d'Iwiza.

Je l'entends grogner et pousser des cris de rage, à quelques mètres de moi, mais son champ d'action est désormais restreint. Il ne peut plus me toucher. Quelle idée brillante, tout de même ! Je m'épate, tiens. S'il n'y avait pas cette douleur lancinante dans mon mollet pour tempérer ma joie, je sauterais à pieds joints pour exprimer ma joie. Au lieu de ça, je m'exclame à voix haute et claire : Iwiza... Si tu me refais ce coup-là... je me casse !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Into The Deep 2 : Return of the coming back [1 joueur à la fois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ROSE-IVY ◊ Coming back as we are
» I'm coming back...To a man [Joseph]
» 'Cause this is my coming back ~ LIBRE
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de l'Eau-