La tour du Tonnerre

Partagez | .
 

 La tour du Tonnerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mer 27 Jan - 13:52

A chaque demi-dieu son antre. A chaque demi-dieu ses règles.

Aucune porte aux décorations grandioses pour accueillir l’impudent qui pourrait vouloir s’aventurer ici : les deux lourds et immenses battants n’étaient que de la pierre brute dans sa plus simple forme, tranchant sur les murs du majestueux temple.

Cette première barrière franchie et fatalement close dans le dos de la brebis égarée n’offrirait alors que la vue d’une salle circulaire tout juste éclairée ici et là par quelques raies de lumière provenant de fissures plus ou moins grandes pour laisser passer la lumière solaire. Ou au contraire offrir le sombre voile de la nuit. Ces dernières étaient disséminées de telle sorte qu’aucun humain suffisamment grand soit-il ne puisse tenter de percevoir quoi que ce soit. Et quand bien même y aurait-il un brave malheureux qui trouverait le moyen d’en atteindre quelques-unes qu’il percevrait trop peu pour pouvoir être renseigné sur quoi que ce soit, comme si elles furent imaginées de telle sorte.

Aucun ossement pour joncher le sol de pierre froide ; seules quelques affaires subsistaient, prouvant par leur présence qu’il y avait eu des téméraires pour camper ici. Camper ici afin de possiblement méditer sur la stèle entourée par deux statues au doigt inquisiteur pointant l’entrée qui reliait le chemin menant à deux portes closes. Après tout, que risquaient donc les humains ici ? Aucun grondement pour les cueillir à leur entrée, aucune paire d’yeux pour les scruter et aucune gueule pour les dévorer. Juste le sifflement du vent ou le silence des cieux comme musique afin de bercer ceux qui pénétraient en ces lieux.

Sur le monument, l’inscription gravée à même la roche que voici :



HRP:
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Åskar le Mar 16 Fév - 2:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mer 27 Jan - 22:03

Quelle est la question.
Un rire bas, bref et épuisé fut l'unique et seule réponse que le Grand Vide eut dans un premier temps. Suivi d'une toux, d'un râle. Et de ce bruit caractéristique d'un corps qui cesse de défier la gravité et rejoint le sol dans un froissement d'étoffe et de cuir fatigué.

Silence.
Puis, difficile, le son d'une respiration haletante se fit de nouveau entendre, par intermittence.


L'acier d'un regard crevé se leva, par dessus son épaule, sur les inscriptions de la stèle contre laquelle il avait trouvé appui. Contre laquelle il s'était affalé, la main fébrile, à la recherche de la petite bourse dans laquelle il enfermait la précieuse médecine qui empêchait son coeur malade de le lâcher prématurément. Bourse qu'il avait rangé après y avoir prélevé une dose, avalée aussi vite que ses gestes malhabiles le lui avait permis.

Bien sa veine.
Il s'était à moitié tué pour tomber sur l'antre d'un autre intellectuel. Ce n'était pas ce qu'il recherchait : il n'avait pas répudié Ecume la mini boulette blanche pour récupérer un pompon d'une autre couleur, d'un autre élément.  

Un soupir fatigué fila d'entre ses lèvres craquelées par le froid et l'épreuve ; il regrettait presque que l'Invocation de sa femme se soit contenté de l'accompagner jusqu'au pied du temple avant de l'abandonner à sa perte. Il n'aurait pas été contre une monture pour reprendre sa route...

Se passant une main dans les cheveux en repoussant sa lourde capuche en arrière, il se débarrassa de son sac d'un mouvement d'épaule pour y récupérer un peu de viande séchée et une outre d'eau. Il reprendrait sa route lorsqu'il aurait pu se reposer quelques heures...

- Ton énigme ne m'intéresse pas demi-dieu, lâcha-t-il à l'intention des Vents et des Courants d'Air. Je ne viens pas pour toi, je cherche l'appui d'un combattant, non d'une encyclopédie des Temps Passés.

Et de mordre dans son bout de viande sans grande force, pour mâcher avec lenteur la viande sèche et filandreuse...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 27 Jan - 22:35

Regard qui s’ouvre sur la noirceur de sa cage. Puis une longue expiration grondante retentit, se répercutant contre les murs de pierre en un écho qui avait un goût de déjà-vu. Il se lécha les babines mais ne bougea pas autant de sa place, affalé qu’il était sur une dalle de pierre à sa mesure. Il inspira profondément, amenant à lui les parfums connus et reconnus qui l’entouraient depuis tout ce temps. Ainsi qu’un autre.

Parfum de cuir, mélange musqué de la transpiration, de plantes diverses et âcres pour son odorat ainsi que les derniers relents d’un frère ou d’une sœur, enfant d’Aer.

A cette constatation, il laissa finalement échapper un profond grondement. Un grondement suffisamment puissant encore pour dégringoler le long de sa tour, perçant à travers l’une des deux portes en un son étouffé. Se redressant, il s’ébroua et s’étira, le regard toujours fixe comme s’il pouvait voir à travers les murs de sa prison. La clef menant à la délivrance auparavant masqué par sa sombre masse n’émit pas un son tout comme elle ne bougea pas : il reposait au-dessus d’elle et non pas sur elle.

La poussière qui tapissait son étage ne fut aucunement dérangée par ses pas aériens qui le portaient à quelques centimètres de cette dernière. Ignorant les parcelles brisées de l’escalier en colimaçon qui avait vu tant de gens périr faute de force pour se rattraper, il se laissa couler jusqu’à atteindre la première porte de sa prison. Et il renifla.

Parfum de cuir, mélange musqué de la transpiration, de viande séchée et encore et toujours cette persistante et âcre odeur de plantes… Très âcre.
Un foutu malade.


Un rugissement de colère éclata, faisant trembler les murs et tomber la poussière, tandis qu’il se retournait subitement en tous sens en secouant la tête, dérangeant les ossements des morts qui jonchaient cette partie de la tour.

Un malade pour le sortir de sa prison. Foutaises.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Ven 29 Jan - 22:24

Ce grondement. Le regard cave se releva, passa d'une porte à l'autre, lentement, jusqu'à se fixer sur celle qui contenait le demi-dieu prisonnier de la pierre. Eh bien. Quelle verve. A défaut de lui être d'une quelconque utilité, au moins savait-il donner de la voix. D'autres s'y seraient laissé prendre, auraient pensé qu'ils s'étaient fourvoyé et qu'un combattant les attendaient par delà cette énigme. Lui savait que les apparences étaient trompeuses.

Un froncement de sourcils. Quelque chose clochait dans son raisonnement, quelque chose d'assez ironique d'ailleurs mais l'épuisement l'empêchait de mettre le doigt dessus. L'épuisement et son coeur fatigué qui pour le moment le préoccupait bien davantage que le mauvais cheminement de pensée qu'il avait pu avoir.

- Paix demi-dieu, paix. Cela ne te mènera à rien de t'agiter et de rugir. Je resterais ici jusqu'à ce que je sois prêt à reprendre ma route, que cela te plaise ou non.

Et vu l'accueil, il était évident que la réponse était non. Le contraste entre le temple de l'eau et son entrevue avec Ecume était poignant ; il n'oubliait pas que la plupart de ces créatures n'appréciaient pas du tout son espèce et que son pompon blanc était une exception. Un mince sourire ourla ses lèvres, sourire qui n'eut pas d'autre témoin que la poussière en suspension dans l'air.

- Alors laisse-moi prendre un peu de repos - comprendre dormir - et je te rendrais à ta solitude.

S'il s'entêtait... eh bien il constaterait qu'au petit jeu d'être le plus con des deux, son visiteur et squatteur de stèle à énigmes était un bon concurrent. Éphémère, certes, le concurrent en question maiiis, on ne pouvait pas briller dans toutes les disciplines.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 1 Fév - 20:50

Il aurait pu gronder, à nouveau. D’ironie cette fois. Mais au lieu de cela, seul le silence répondit à l’humain. Humain qui pensait pouvoir reprendre sa route alors que l’entrée de sa tour était à présent refermée. Ne lui restait plus que deux choix : périr ici, oublié de tous, ou trouver la réponse à l’énigme et ainsi espérer pouvoir se délivrer…à moins qu’il ne meure à la seconde partie.

Quelle ironie alors qu’il puait la maladie.

Ses babines se retroussèrent dans ce qui devait possiblement être un rictus. Si tant est qu’une créature de son genre puisse esquisser le moindre rictus et il secoua encore une fois la tête, ignorant les quelques os qu’il dérangeait dans son interminable aller-retour. Son regard se porta sur ces derniers, les observant d’un œil insondable.

Ils se ressemblaient tous, sans exception. Et à l’idée qu’un squelette de plus vienne joncher le sol de sa tour, un squelette du plus faible des faibles, lui soutira un bas grondement. Les arcs électriques qui parcouraient sa fourrure auparavant si agacés et bruyants se turent petit-à-petit jusqu’à n’être plus que quelques zébrures parsemant un sombre cumulus. Il s’assit, toujours au-dessus de ce sol Sali de morts, sa queue parcourue d’un soubresaut énervé décrivant un large arc de cercle avant de terminer contre lui.

Soit. Que le cafard se repose donc. Il avait tout le temps devant lui…

Les yeux se ferment et à nouveau, les narines s’élargissent durant une longue et profonde inspiration qui lui fait parvenir moult informations.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Jeu 4 Fév - 18:15

Un discret soupir de soulagement fut l'unique et seule réponse du noble à la chape de silence qui sembla vouloir recouvrir cette tour désolée. Faisant fît de la présence évidente d'une créature immortelle et recluse dans sa prison il entreprit d'achever son repas sans hâte, mâchant avec application cette ration qu'il lui coûtait pourtant de prendre. Fichue constitution fragile.

Au terme de cette lente, très lente collation il s'enroula dans sa cape de voyage, rabattit la capuche de son vêtement sur ses yeux et s'octroya quelques heures d'un repos salutaire qu'aucun bruit autre que celui de sa propre respiration sifflante ne vint troubler.

Respiration sifflante qui se mêla à ses rêves aussi chaotiques que son état d'esprit présent ; s'il s'éveilla à de maintes reprises, certain qu'un serpent le menaçait de ses crochets, ces souvenirs délétères se dispersaient à chaque occurrence, le laissant en proie au silence et à des songes difficiles.

Un temps plus tard, sans qu'il ne lui soit possible de savoir s'il avait fuit pour de bon ou non, il ouvrit les yeux, frissonnant de froid et de fièvre. L'escalade de cette foutue tour de malheur lui avait coûté bien plus qu'il n'aurait cru possible et l'espace d'un instant il crut bel et bien que ce cette tour serait son tombeau. Une résolution farouche l'empêcha de s'attarder là dessus et comme promis il se redressa enfin, rassembla son paquetage et prit direction de la sortie.

Sortie résolument close...
Un souffle agacé.

- Ouvre demi-dieu, me retenir ici ne t'amènera à rien.

Il commençait doucement à le sentir venir, le chantage à la « sors-moi d'ici ou reste prendre la poussière jusqu'à ce que mort s'ensuive »... Bien sa veine, tiens.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Jeu 4 Fév - 19:42

Le sommeil totalement factice n’était plus depuis longtemps source d’occupation afin de tuer un Temps qui ne pouvait l’être. A l’image de ces murs qui ne daignaient laisser échapper personne. Et alors que cette nuit aurait dû être à l’image des milles autres…il n’en était rien.

Il y avait ce souffle sifflant qui lui agaçait les oreilles, cette voix brisée qui s’enrayait parfois dans quelque songe ou au contraire se taisait dans un silence tout relatif et son odeur omniprésente et agressive l'assaillait. Rien, absolument rien ne lui permettait d’occulter sa présence et tout au contraire la lui rappelait. La plus infime nuance dans sa respiration était perçue avec une netteté affolante comme toutes les autres inconscientes réactions. La perception de son univers s’en trouvait une nouvelle fois modifiée, dénaturée à nouveau par la venue d’un bipède en manque de sensations fortes et se croyant à l’apogée de son existence.

Douce ironie alors que l’aigreur persistante de ses médications continuait de fleurer jusqu’à lui… Foutu malade. Qu’il se dépêche donc de mourir.

Un œil violâtre s’ouvrit dans les ténèbres de la tour tandis que les Vents lui portaient autant ce soupir d’agacement que les mots suivants. Mais seul le silence répondit. Il n’était pas nécessaire de faire l’effort de répondre. Il n’était pas nécessaire de faire quelque effort que ce soit en réalité. Après tout, il avait le Temps...

L’œil se referme, le silence garde ses droits. Au jeu du plus buté…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Ven 5 Fév - 15:51

Pas de réponse, tout était dit.
Celui-ci avait décidé de le contrarier et de l'obliger à le délivrer de sa prison de pierre pour pouvoir poursuivre sa route. S'il en conçut une pointe d'agacement sur l'instant ce sentiment se dissipa bien vite : cela ne l'engageait à rien de plus qu'ouvrir une porte, rien d'autre. Il pourrait le renvoyer à sa prison dans un claquement de doigt si le demi-dieu se conformait aux désirs de son Père et essayait de racheter bêtement sa rédemption.

S'il ne le faisait pas et défiait les préceptes même qui sou-tendaient leur nouveau monde...
Eh bien peut-être qu'ils auraient s'entendre et que le facteur pompon de vent n'aurait qu'une importance moindre.

Après avoir néanmoins accordé un temps certain à la porte qui lui refusait l'accès au reste de la tour il tourna les talons pour se planter devant la stèle-énigme de son si contrariant hôte...

- Sais-tu ô créature paresseuse que ton énigme est très vague et mal formulée ?

Réalité ? Sarcasme qui dissimulait une incompréhension ou une hésitation de la part de l'humain en vadrouille ? ça, l'interprétation de ces quelques paroles acerbes lui étaient entièrement laissé puisqu'un silence s'instaura de nouveau, rompu seulement par le bruit caractéristique d'une besace qu'on farfouille.

Et à l'odeur des médecines âcres se mêla celle d'un tabac aromatique lorsque Lame se grilla une PIPE qu'il fuma pépère devant le caillou dressé. Une bouffée.

- Quelle est la bonne porte ? essaya-t-il.

Et si ce n'était pas la bonne question, eh bien il continuerait à fumer et essayer une déclinaison de celle-ci jusqu'à ce que la magie se débloque ou qu'il épuise tout ce que son imagination pouvait lui fournir comme idée.

Oui, la stèle était mal foutue selon lui, parce qu'elle ne précisait pas si la question pouvait être vague ou devait être précise et dans le second cas... eh bien disons qu'il n'était pas sorti...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Sam 6 Fév - 8:52

Les statues bougèrent dans un frottement de pierre audible tandis que le bas grondement de la bête résonnait : voilà, il avait à présent à nouveau attiré son attention. Si tant est qu’il l’ait perdu. Ses babines se retroussèrent sous l’odeur du tabac à pipe qui brûlait. Quelle puanteur…

Néanmoins, il ne bougea pas de sa place. Pas encore. Parce qu’aucune des portes ne s’ouvrait, toutes deux pointées par les statues ayant visiblement répondu à la question de l’humain en pointant leur doigt inquisiteur sur celle qui devait être « la bonne porte ».

Stupide créature non contente d’être malade mais qui plus est incapable d’aligner deux neurones. A croire que le mal dont il souffrait attaquait sa cervelle.

Il se redressa pourtant sur ses pattes, ébrouant son éthérée fourrure et laissant les zébrures de son agacement électrifier cette dernière. Parce que malgré tout, l’humain avait commencé à jouer le jeu de sa libération, bon gré mal gré. Mais il n’eut aucunement besoin d’observer autour de lui pour savoir que s’il pouvait peut-être passer la première épreuve suintant l’ironie de son Père, il ne passerait pas la seconde. Il n’avait pas la force pour et l’idée de se repaître du spectacle de sa mort le tranquillisa. Momentanément.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Sam 6 Fév - 10:49

Les choses avaient bougées.
Lui qui s'était attendu à une énigme-piège se retrouvait finalement face à un classique. Classique qu'il avait bien entendu oublié et qu'il peinait à replacer, là tout de suite. Il n'était pas adepte de la logique. Du tout. Et devoir se représenter mentalement les possibles pour s'assurer que dans tous les cas la bonne porte soit pointée lui flanquait un mal de crâne atroce.

Il aurait dû garder Ecume. Elle adorait ce genre d'énigmes.
Pire, il était presque certain qu'elle lui avait posé une question similaire lorsqu'il était venu la chercher.

Une autre bouffée de poison aromatique, un mince, très mince sourire ironique.
Il était plus con et moins agile mentalement que lorsqu'il en était encore à apprendre les balbutiements de son monde, ça, c'était dit.

Jetant un coup d'oeil aux deux statuts il tenta néanmoins de leur demander où était la sortie. Des fois que. Fatalement ça ne bougea pas, tout comme les essais qu'il fit ensuite, juste pour s'épargner les noeuds de cerveau. Manque de chance pour lui, il semblerait qu'il ne puisse y échapper, alors il retourna à son paquetage, sortit crayon et papier et commença à gribouiller dessus. Il parvenait toujours bien mieux à poser ses pensées et réfléchir par écrit.

Au terme de schémas qui auraient paumés ceux qui auraient tenté de le relire il se redressa et alla se planter devant une des statuts :

- Toi, émit-il, quelle porte montrerait l'autre statut si je lui demande de m'indiquer la porte menant à la Déchéance ?

Et de reculer de deux pas en tirant une nouvelle bouffée, les sourcils froncés. Contrariété, mal de crâne. Contrariété surtout : il se ridiculisait dans un couloir vide dans le simple espoir de ne pas rester emmuré et d'y mourir. Brillante journée.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Sam 6 Fév - 14:34

Et la statue bougea effectivement, pointant la porte de droite toujours indiquée par sa jumelle. Cette fois-ci, aucun grondement pour accueillir ce nouveau mouvement, rien que le silence après que l’écho de la rotation se soit tu.

Il était attentif. Très. Parce que la question fatidique était enfin tombée et qu’il ne faudrait pas longtemps avant que le bipède malade et fumeur ne vienne empoisonner cette partie de sa cage. Jugulant un grondement en se léchant les babines, il commença à gravir les airs sans jeter un seul regard pour les escaliers détruits afin d’atteindre finalement sa plateforme. Et là, seulement là, il daigna laisser échapper un profond son animal, lointain cousin d’un début de tonnerre, alors qu’il s’avançait vers la clef. Sa clef.

Il se posta non loin du rebord, dardant son regard en contrebas dans l’attente que l’humain se manifeste enfin. Quelques arcs électriques eurent un soubresaut nerveux le long de son poil, brisant les pénombres qui l’entouraient de leur vive couleur comme présence.

Allez, qu’ils en finissent. Que cet humain se dépêche donc de fouler cette pierre de ses pas afin de crever bouche ouverte comme le misérable qu’il était. Au moins pourrait-il se consoler en se disant que son existence ait été connue d’un fils d’Aer… Au moins. Ou pas.

Ses babines s’étirèrent dans un semblant de grimace, découvrant ses crocs luisants, manifestation quelconque d’une possible émotion. Indiscernable sur cette gueule animale.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Lun 8 Fév - 14:06

Et il alla pousser cette foutue porte.
Au moins pensait-il que c'était celle derrière laquelle il avait entendu ces foutus grondements sinon rien qu'à contempler les os qui jonchaient le sol il aurait été persuadé qu'il s'était fourvoyé et aurait été pousser la seconde porte que plus aucune sentinelle n'indiquait désormais.

Son regard balaya inlassablement les os blanchis, comme pour y lire leurs échecs et ne pas suivre leur route. Il était faible. Mais il ne voulait pas mourir, pas avant d'avoir pu confronter les Quatre et se devait d'être prudent.

Avec une infinie patience et des précautions à l'avenant il se déplaça entre les squelettes, là où il trouvait place pour ses pieds. Des crânes fracassés, des cotes brisées. Ici et là des objets qu'il se garda bien de toucher : ces pauvres hères avaient tous faillis mais il leur offrit le Repos des Morts en ne pillant pas leurs effets. Qu'ils gardent leurs richesses tout comme leurs armes, il n'en avait pas besoin.

Et il leva les yeux vers cet escalier qu'il devinait traître, irrégulier.
La montée allait être longue et douloureuse. Parce qu'il devrait sonder chaque pierre et assurer sa marche sans hâte, parce que son souffle tout comme son coeur ne lui pardonneraient pas trop d'empressement. Il retira un gant en le coinçant entre ses dents, prit son pouls à sa jugulaire, compta les battements tout en surveillant le temps à sa montre à gousset.

Bien.
Le médicament lui offrirait un peu plus d'assurance d'arriver en haut sans y laisser la vie.

Assurant son paquetage à ses épaules il posa un pied sur la première marche et... go pour plusieurs heures. Vraiment. Au moins. Et si l'escalier permettait un bivouac en cours de route il y avait fort à parier qu'il fasse une pause...

Fallait pas être pressé, mais après tout... le demi dieu avait tout son temps, non ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Lun 8 Fév - 23:18

Le bipède s’attaquait enfin à sa tour… Stupide créature. L’écho d’un bas grondement retentit, se répercutant sur les murs jusqu’à s’éteindre tout à fait alors que ses babines se retroussaient à nouveau en une étrange grimace. Les créatures de son genre n’était définitivement pas faites pour ce type d’expression mais ! il n’avait pu la retenir. Il caressait à nouveaux de douces idées.

La réverbération de ce souffle difficile était une véritable ode pour sa fine ouïe et chaque pas affirmait l’indicible envie de connaître la suite… De savoir comment cette misérable créature allait mourir. Serait-ce d’épuisement ? Prendrait-il une marche fatidique ? Et si c’était le cas, implorerait-il pour sa vie comme le pitoyable cafard qu’il était ou au contraire serait-il gagné par une verve sans nom ? Mourrait-il en silence ou en poussant des sons d’agonie ?

Le violet de ses yeux luisit dans le noir et sa fourrure se gonfla d’arcs électriques tandis qu’une certaine impatience lui soutirait un grondement continu et bas. S’il avait forme humaine, peut-être aurait-il bien ricané… Certainement. Mais ce n’était pas le cas.

Perché au bord de sa plateforme, il observait sa lente et périlleuse avancée d’un regard perçant, divine présence jouissant d’un amusement tout cruel de voir les efforts que devait fournir l’homme se débattant pour sa survie comme les humains observaient les fourmis se débattre sous leur ‘’gigantesque’’ stature.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Sam 13 Fév - 23:06

Le suspens allait durer encore un petit moment. Enfin. Un moment certain, puisqu'un voile pudique serait jeté sur le temps qu'il sera nécessaire à l'humain pour parvenir jusqu'à lui. Temps mit à profit, dépensé honteusement en mille et une précaution pour mettre toutes les chances de son côté.

Il progressa avec lenteur, une main posée contre le mur tangible de cette prison qui l'obligeait à aller de l'avant pour espérer s'en libérer. Mur contre lequel il prenait appui toutes les volées de cinq ou six marches lorsqu'une manquait, pour y reprendre souffle.

Il se fit peur.
Il se fit vraiment peur, à plusieurs reprises.
Ce ne fut pas les marches traîtresses qui lui posèrent souci ; si l'Entité immortelle connaissait la mélodie de ses marches il n'entendra jamais son pied buter ou glisser sur ces interstices irréguliers et dissimulés par la pénombre ambiante qu'une mince lueur trouait pour en dévoiler les pièges.

Non, ce qui lui donna des sueurs froides étaient ces marches manquantes qui l'obligeaient parfois à prendre son élan et sauter. Un effort physique qui le laissa de plus en plus essoufflé, l'obligeant à des pauses de plus en plus longues, le coeur battant à tout rompre d'un rythme erratique qui lui faisait redouter qu'il ne le lâche tout simplement avant la fin de son ascension, sa respiration sifflante se répercutant sur les parois.

Un rire.
L'écho de son rire remonta ensuite jusqu'au demi dieu qu'il prit ensuite à partie :

- J'arrive demi-dieu. Il semblerait que ce soit le plus mal équipé des hommes qui survive à tes marches...

Un comble. Mais peut-être avait-il ri trop tôt puisqu'une oppression subite dans sa poitrine étrangla son souffle dans sa gorge et l'obligea à s'asseoir - tomber ? - contre le mur pour chercher d'une main fébrile ses médicaments dans sa poche...


Résultat des dés a écrit:
Le médoc lui échappe des doigts et tombe trois marches plus bas...
▲ Succès ▲


Dernière édition par Lame le Dim 14 Fév - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Sam 13 Fév - 23:57

Un comble…ou pas. L’homme n’était pas encore devant le gouffre le plus dangereux, les marches élimées par les tentatives humaines qui avaient fragilisé de plus en plus celles de devant à mesure que qu’ils tentaient de s’y agripper avec divers objets.

Un silence, puis lorsque l’écho de ses mots disparut, son grondement retentit, bassement. Le violet de son regard luisant faiblement dans la pénombre continua de rester fixé sur le malade plus bas. Il n’avait rien raté. Rien. Tout comme il en était de même pour ses prédécesseurs. Sa gueule s’ouvrit sans pour autant laisser échapper le moindre souffle. Respirer était nécessaire aux créatures mortels, pas dans leur cas.

- Peut-être bien…

Ses premiers mots, lâchés d’une voix basse où perçait une certaine ironie. Ou une ironie certaine. Puis il se redressa, poussant le vice jusqu’à faire quelques pas afin d’arriver à la hauteur de l’humain, au beau milieu d’un vide qu’il ne pouvait craindre.

Le chant discret des arcs électriques qui parcouraient sa fourrure s’intensifia légèrement avant de se calmer à nouveau. Et il resta là, ainsi, hors de portée et pourtant bien visible à présent, semblant le narguer de sa présence.

- J’attends, humain, j’attends…

Il n’était pas celui qui allait mourir d’un moment à l’autre parce que son cœur comme son corps ne supportait plus la pression de ce que son esprit désirait. Il n’était pas celui pour qui le Temps était compté. Lui en avait à foison et ne dépendait pas de ces petites choses puantes appelées médicaments… Ses babines se retroussèrent, dévoilant ses crocs dans une nouvelle grimace.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Dim 14 Fév - 0:24

Un mince sourire avait ourlé les lèvres de l'humain affalé à plat ventre sur les marches, front brûlant au contact de la pierre froide. Un mince sourire entre ironie et fatalisme, mêlé d'un soulagement aussi vif qu'omniprésent. Il avait bel et bien cru que ce qui le retenait encore dans ce monde sans queue ni tête finirait dans le tas d'ossements, tout en bas et ses doigts serraient convulsivement la petite bourse rattrapée avec une élégance certaine dans un ultime.effort qui le laissait encore plus essoufflé qu'il ne l'avait été avant sa crise.

Essoufflé mais vivant.
Il tourna la tête pour envisager enfin ce demi dieu qui se foutait de sa poire et son sourire s'accentua sans qu'il ne prenne la peine de s'expliquer. Au moins celui ci n'était pas un foutu pompon tout fluffy.

-C'est bien, se contenta-t-il de répondre en se redressant dans une position un peu plus digne.

Et il serait bon qu'il.patiente. Parce que lorsque les yeux fatigués du malade se posèrent sur l'ultime volée de marche après une lente et prudente ascension... Il marqua un temps d'arrêt, lâcha un juron...

Et tourna les talons.
Comme ça, l'humain rebroussait chemin sans autre forme de procès.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Lame le Dim 14 Fév - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Dim 14 Fév - 0:37

Rebrousser chemin. Intéressant.
Ainsi donc l’humain préférait reculer. Pour mieux avancer ? Ou pour mieux mourir ? Aucun grondement n’accueillit cette réponse qui n’avait pas été attendu. Il se contenta de le suivre du regard, tournant sur lui-même pour pouvoir continuer à le faire sans jamais daigner descendre à nouveau à son niveau.

Il observait. Il observait chaque pas qu’il s’évertuait à effectuer malgré son état. Stupide entêtement typiquement humain. De là où il se trouvait, il pouvait entendre les battements de son cœur épuisé et le rythme trop rapide de sa respiration. Un véritable concert de bruits au beau milieu du Vent, seul chant normalement présent dans sa prison. L’odeur de sa transpiration rendue âcre par tout ce qu’il devait avaler était plus présente que jamais, résultat de son attitude bornée.

Certains de ses compères auraient pu y voir là une forme de courage, une sorte de bravoure que seule une créature mortelle se battant pour sa vie pouvait déployer. Cela aurait pu inspirer une certaine forme d’admiration, si non de respect. Lui n’y voyait qu’une puante bêtise. Et un moyen de s’occuper en attendant qu’il se décide finalement à mourir, rattrapé par son état, comme tous les autres avant lui.

Il gronda dans une expiration bruyante avant que le silence ne se fasse à nouveau de son côté. Puis il s’allongea, dans les airs, juste comme ça, pour continuer de l’observer.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Dim 14 Fév - 18:52

Et de son observation plus ou moins silencieuse - à quelques grondements réprobateurs ou coléreux près - il pourra suivre la lente et prudente descente de son prétendant. Prétendant qui ne profita pas de la descente pour se précipiter : chaque marche, chaque piège de cet escalier qu'il détestait déjà avec violence fut abordé avec la même mesure et la même prudence pour éviter le bête accident qu'une précipitation malvenue aurait pu engendrer.

Au terme de cette très lente descenscion l'humain au souffle désormais plus ferme et lent commença à farfouiller parmi les morts qui tenaient compagnies à la créature de foudre, prélevant à chacun ses fémurs, ceintures, vêtements les moins esquintés.

Ils n'en avaient plus l'utilité, lui si.


Lancés de dés a écrit:
Au bout de six heures et de six essais...

Il perdit toute notion du temps. Par compte il compta scrupuleusement le nombre d'essais qu'il dut faire, le nombre de fois qu'il dut s'y reprendre avant d'obtenir une échelle macabre faite d'ossements humains assez longue pour franchir le gouffre et soutenir son poids.

Six. Cinq essais infructueux, cinq ratés qu'il mit à profit et dont il tira enseignement. Si jamais un jour il avait besoin de recommencer, il saurait précisément comment s'y prendre. Fatigué par sa journée, affamé aussi, il ne tenta même pas de se lancer de nouveau à l'assaut de cette tour maudite et se contenta de bivouaquer parmi les morts dont il avait profané les dépouilles.

La nuit serait sans doute courte, mais elle lui apporterait le repos nécessaire.
Il brûla les arcs, lances et tout le bois qu'il put trouver pour s'offrir un minimum de chaleur et après avoir mâché une ration de voyage il rabattit sa lourde cape sur lui et s'endormit sans attendre.

Demain l'attendait soit la vie, soit la mort. Il n'en concevait pour l'heure aucune crainte, aucune attente. A chaque jour suffit sa peine...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Dim 14 Fév - 19:25

…il dormait. Vraiment.

Pas de grondement pour souligner cet état, il était capable de communiquer autrement sa pensée : par son silence plus qu’éloquent. Sans jamais avoir bougé de sa place malgré le temps certain qui s’était écoulé, il le fixa la tête non loin de ses pattes, allongé de tout son long sur l’Air.

Ce n’était pas le premier humain à devoir prendre du repos au sein de sa tour. Ce n’était pas le premier humain et ce ne serait certainement pas le dernier. Néanmoins il était quelque peu surprenant de voir l’usage qu’il avait fait des morts qui jonchaient le sol. Si peu de scrupules d’oser user des restes d’humains afin de parvenir à créer l’outil nécessaire à son avancée.

Intéressant…

Sa gueule s’ouvrit comme si elle pouvait gober d’un seul coup la petite forme recroquevillée en contrebas pour la faire disparaître en son sein. Une inspiration profonde lui apporta à nouveau son odeur qu’il décortiqua avec un soin tout particulier pour préciser certaines informations qu’il avait. Et sans un bruit il se redressa, s’ébrouant pour chasser un impossible engourdissement dans son corps, faisant retentir les éclairs de sa fourrure un court instant.

Il allongea une patte et commença à descendre petit-à-petit les escaliers invisibles qu’étaient les quelques courants d’air, s’approchant lentement mais sûrement du mortel en plein songes.

A travers sa lourde cape, il devinait un corps malingre, malmené par sa condition. D’aussi près, la puanteur de ses médicaments comme de sa maladie lui parvenait avec une précision infecte. Il n’en fronça pas pour autant le museau, continuant d’inspecter l’insecte sous lui. Une seule bouchée. Il lui était certainement possible de le dévorer en une seule bouchée.

Ses babines se relevèrent et il s’éloigna tout aussi silencieusement pour regagner sa plateforme et attendre l’ascension pleine de souffrance que l’humain allait lui offrir…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #20 écrite Lun 15 Fév - 1:12

De cette mort évitée il ne sut rien. Le sommeil l'avait pris, impérieux, pour ne le relâcher avec un mal de crâne en cadeau qu'aux premières lueurs d'une aube naissante. La pénombre rasante, lourde d'une poussière en suspension semblait pourtant vouloir perdurer mais l'horloge biologique de l'homme le tira des rets d'un rêve vite oublié pour que sa main cherche par automatisme la petite bourse médicinale.

La portion de Vie en poudre avalée avec un peu d'eau son regard embrassa de nouveau les escaliers traîtres, sa détermination pour l'heure intacte.

Une marche après l'autre.
Il ne leva pas même le nez jusqu'à ce sommet pour le moment hors de sa portée, jugeant l'exercice aussi inutile que risqué. Il ne voulait pas que l'impatience le pousse à la témérité... et à une mort plus que certaine. Il verrait une fois devant l'ultime obstacle.

***

Son souffle emplissait le colimaçon, rauque à ses oreilles. Son coeur battait d'un rythme soutenu mais comparé à la veille, il se sentait un autre homme. Si le poids conséquent de l'échelle avait été une plaie à nulle autre pareille, ne plus avoir à sauter au dessus du vide, prendre son élan et fournir un effort bref et intense un soulagement pour son organisme malmené.

Il se sentait mieux.
Et maintenant, face à cet ultime gouffre dont il pouvait de nouveau embrasser l'usure, il se dit que peut-être il survivrait à cette ascension. Peut-être. Les ossements rendirent un son mat de l'autre côté. Il positionna l'échelle avec un grand soin, s'assurant que ces mêmes irrégularités bloquent correctement les têtes de fémurs et les apophyses des vertèbres et empêche l'ouvrage morbide de glisser sur la pierre.

Alors seulement il s'offrit le luxe d'une pause, s'installa en tailleur, dos contre le mur, pour boire une gorgée d'eau et se griller une pipe de plantes aromatiques. Des plantes médicinales, toujours. A peine une once de tabac.

- L'attente arrive à son terme demi-dieu, commenta-t-il d'une voix tranquille, profonde. Peut-être que dans quelques minutes je finirais en bas. Une pause. Dis-moi, quelqu'un a-t-il déjà réussi à franchir ton escalier ?

Curiosité dans le ton, enveloppée d'une bouffée de fumée saveur menthe.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Lun 15 Fév - 1:29

Si quelqu’un avait déjà réussi à franchir son escalier… Un long grondement retentit et la masse sombre étalée se redressa sur son piédestal sans jamais soulever une seule once de poussière. Il tourna la tête pour regarder l’humain qu’il n’avait fait qu’écouter durant un long moment pour détailler sa mine. Et là, entre ses énormes pattes, la clef. Cette clef si discrète qui ne semblait pas avoir été bougé depuis des lustres reposait sagement sur la pierre, véritable appât à humain.

Il retroussa les babines et s’assit, sa queue décrivant plusieurs arcs de cercle avant de terminer sa course contre lui. Les arcs électriques nerveux grésillèrent, projetant leur faible lumière sur sa fourrure éthérée avec constance.

- Mon escalier…

Il y avait quelque chose de doucereux dans sa voix, si tant est qu’une voix de ce type puisse avoir l’air ainsi. Ses babines s’étirèrent un peu plus, dévoilant des crocs bien alignés et aussi blancs qu’ils semblaient affutés. Son regard violet auparavant sur l’homme glissa jusqu’à la clef de sa prison puis il descendit du bloc de pierre pour tourner autour avec une lenteur toute féline. Avant que son attention ne se braque à nouveau sur le bipède.

Et sa patte rencontra le sol dans un son sourd, la poussière s’élevant comme si une bulle d’air avait éclaté pour la soulever et l’éparpiller.

- Récupère la clef et je consentirai peut-être à te répondre, humain

L’objet de leur délivrance fut éjecté d’un coup, finissant dans le vide pour atterrir plus bas parmi les ossements…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Lun 15 Fév - 1:58

Il regarda la clé voler sans chercher à l'attraper, sans laisser transparaître autre chose qu'un fatalisme latent. Il finira cette pipe sur son caillou, dos contre la pierre. Et repartira avec son échelle pour éviter que la créature ne recommence son manège et ne réduise son échelle en poussière en la précipitant parmi les ossements dont elle était issue.

- Cela n'aura plus aucune espèce d'importance à cet instant, se contenta-t-il de répondre. Un mince sourire ourla ses lèvres, la suite de la réplique gardée par devers lui.

Et sur ces derniers mots il récupéra son échelle et entreprit de redescendre, avec celle même prudence, quoiqu'un peu plus leste désormais. Il commençait à le connaître cet escalier.


Résultat des dés a écrit:
Et il passa 6 heures à fouiller les ossements...

Nouvelle version de l'adage "chercher une aiguille dans une botte de foin" que "trouver une clé dans un monceau d'ossements"... Cette fois il regarda bel et bien le temps filer sur sa montre à gousset et sut qu'il avait perdu six heures de sa vie avant de réussir à mettre la main sur cette saleté.

Six heures qui le laissaient dégouttant de poussière et de sueur, la faim le tenaillant. Faim qu'il décida d'ignorer cette fois. Le sésame soigneusement planqué dans son pourpoint contre sa peau il se retourna pour faire face à cet escalier démoniaque, pour constater que la créature lui bloquait désormais le passage.

Soit.
Il lui rendit un long regard.

- Pousse-toi demi-dieu. Un mince sourire. Ou tues-moi si tu comptes continuer à être aussi pénible et cruel que ces dieux abjectes que tu t'entêtes à servir.

Acier d'un gris ferme soutenant un violet sans pupilles.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Lun 15 Fév - 2:10

Le balayage trop lent de sa queue ne parvint pas à faire frémir les quelques traces poussiéreuses sur les escaliers dont il ne bougea pas. Bloquant la route de sa simple présence, les babines retroussées dans ce qui devait effectivement être une sorte de sourire ou de rictus, il fixa l’humain qui lui faisait face. La journée était bien entamée s'il fallait en croire la luminosité extérieure qui se frayait difficilement un chemin jusqu’à eux.

Un bref grondement retentit. Peut-être ce qui se rapprochait le plus d’un rire ou d’un ricanement dans son cas.

- Je n’ai pas besoin de te tuer, humain…

Le Temps s’en chargerait pour lui. En fait, il pouvait même l’empêcher de mourir trop vite actuellement…pour son seul et bon plaisir. Qu’il se lasse de ce jeu, qu’il en éprouve de la rancœur ou de la colère, de la terreur ou de l’horreur, cela n’y changerait rien. Ici, il n’était maître de rien. Ici ou dehors en réalité.

- Tu n’aurais pas été le premier à réussir à franchir mon escalier… Et tu ne seras pas le dernier.

Il n’avait pas besoin de sortir pour décimer ces immondices. Il pouvait les voir mourir ici même, entasser toujours un peu plus ce cimetière sur lequel il veillait ou alors attendre simplement que le Temps passe avec la certitude que ce dernier les faucherait. Lentement mais sûrement…

- Alors, humain, que comptes-tu faire ?

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Lun 15 Fév - 2:19

Ce qu'il comptait faire ?
Il était allé s'adosser contre un des murs, à proximité d'une de ces ouvertures laissant passer l'air frais. Quelques mèches sombres rendirent un peu de cette poussière crasse dans le courant d'air, tandis que les mains de l'humain allaient chercher le médicament dont il avait besoin pour vivre.

Ah lala, l'esprit de contradiction. Cet outil si pratique avec les têtes de mule.
Assuré que la grosse bestiole n'allait pas lui sauter à la gorge dans les secondes à venir il prit une nouvelle dose, regarda l'heure, rangea sa montre à gousset.

Lui avait besoin du Temps, de savoir combien il en dépensait entre chaque dose.

- Eh bien je vais manger, ensuite je grimperai ces marches pour voir si la délivrance m'attend au bout du chemin, que ce soit par la porte que cette clé est censée ouvrir, ou par la mort. Le reste de mes hypothétiques projets ne te concerne en rien.

Il n'avait besoin de le tuer, non. Il lui suffisait d'une montée d'escalier de trop pour son coeur.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Lun 15 Fév - 2:34

Grimper ces marches… Oui, pourquoi pas. Puis il lui suffirait d’un pas, un seul, pour entendre le cri de sa délivrance. C’était une option aussi juteuse que celle que de le regarder se débattre pour sa vie contre l’impitoyable Temps. Ou alors contre ses pattes.

L’idée lui tira un doux grondement perdu dans le frémissement soudain plus bruyant de l’électricité qui le traversait, les doigts de ses pattes s’ouvrant et se refermant comme s’il massait – ou massacrait – quelque chose. Avec une certaine jubilation ?

- Bien sûr, humain, bien sûr… ronronna-t-il presque.

Effectivement, cette grimace qu’il arborait devait réellement être sa manière d’avoir un rictus. Elle était de plus en plus présente depuis quelques instants. Il ne se retenait même pas. Plus ?

- Montre-moi donc comment tu vas t’y prendre.

Et il s’éleva dans les Airs à nouveau, effectuant quelques pas pour libérer le passage qu’il bloquait quelques instants auparavant. Son ouïe ne cessait de lui offrir le rythme de son cœur trop épuisé et cela en devenait une véritable mélodie à ses oreilles. Une douce et langoureuse mélodie pleine d’une promesse fatale… Et elle était pleine de délice.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

La tour du Tonnerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-