Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir La tour du Tonnerre - Page 2
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La tour du Tonnerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Lun 15 Fév - 20:44

S'il ne l'avait pas autant fait suer il aurait presque pu compatir pour cette pauvre créature réduite à tourmenter un truc aussi éphémère que lui pour se distraire de sa solitude. Il se souvenait de ce que son pompon de flotte lui avait raconté ; les siècles de solitude sans pouvoir contempler le monde extérieur et sentir la caresse des flots contre son corps. Les siècles à n'avoir que sa propre personne comme seule compagnie.

Celui-ci semblait osciller entre les privations de l'emprisonnement et le joug de l'Homme aux ordres duquel il ne pouvait se soustraire...

Quels dieux abjects que ceux qui condamnaient leurs créations à une lente folie destructrice. Il serra les dents une fois encore et entama son repas, le regard perdu dans le vague. Que les paroles et le ton de la créature ne laisse aucune part au suspens sur la suite des événements était un facteur auquel il ne toucha pas pour le moment. Il voyait ses chances de sortir de cette tour s'amenuisaient de plus en plus à mesure que le Temps passait et réfléchissait déjà à ce qu'il ferait si la créature s'entêtait à le faire crever à petit feu.

Lui aussi pouvait être con et mesquin après tout.

Ainsi, lorsque le demi-dieu lui bloqua encore le passage de son escalier, il s'arrêta.

- Ce n'est pas de notre faute si ta prison est à sens unique, demi-dieu, et que je n'ai pas d'autre choix que continuer comme alternative à la mort. Alors au lieu de t'en prendre à une aberration qui n'aurait pas du être si tes dieux avaient aimés leurs créations, tu gagnerais bien davantage à réfléchir à un moyen pour tourner ton ire envers tes réels tourmenteurs. Et d'y mettre un terme, une bonne fois pour toute.

Une pause.

- Je pourrais être ton dernier invocateur.

La fin d'une Ere, si possible. Que cette mascarade ridicule cesse.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Lun 15 Fév - 21:02

La lumière de son regard devint aussi électrique que les arcs qui nervuraient sa fourrure tandis que l’écho de ses mots mourrait à peine entre eux.

- Le dernier…dis-tu…

Il n’était qu’à une distance minime de lui et il se leva de sa position assise pour le dominer, sa gueule s’ouvrant devant sa face comme si elle allait lui arracher la tête. Comme si elle était sur le point de lui arracher la tête.

- Humain

Ce grondement avait tout d’une insulte dans sa voix. Il aurait pu clore là le sujet et se contenter de l’envoyer aux Pères d’un seul coup de crocs ou de griffes. Il aurait pu. Mais il avait quelque chose à rectifier avant.

- Me crois-tu assez stupide pour penser que cela est de la faute de ton espèce… ?

Ses babines se retroussèrent, dévoilant la gencive douce et rosée bardée de crocs blancs, fronçant son museau par la même occasion. A cette infime distance, la puanteur de ce cafard devant lui était telle qu’il avait la sensation que toutes les autres odeurs s’en retrouvaient occultées. C’était si lourd, si âcre et si vivant qu’il aurait pu citer avec une affreuse précision chaque élément qui la composait.

- Qui crois-tu donc être pour pouvoir prétendre être le premier ou le dernier à pouvoir m’invoquer, moi ?

Un long et bas grondement suivit, plein d’une menace à peine voilée.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Lun 15 Fév - 22:34

Cette puanteur.
Peut-être l'imaginait-il, peut-être était-elle réelle. Mais la gueule de la créature puait. La vieille mort, le vide, l'ennui.

- Je ne suis qu'un maillon de vos chaines, refaçonné pour vous punir. Savoir que je n'étais pas le premier me permettait d'envisager cette ascension comme autre chose qu'un échec assuré. Quant à être le dernier pour toi ou un autre... Ce monde est bancal, limité et faux. Il est temps que demi dieux comme humains soient libérés.

Un mince sourire.

- Ne te méprends pas. Il n'y a nulle vanité dans ma démarche et si d'autres, mieux armés pour se dresser contre ces magies perverses se décidaient enfin à agir au lieu de se complaire de cette mascarade navrante, je leur laisserais volontiers ouvrir le chemin et les suivrais avec bonheur.

Il leva lentement une main, comme pour apposer sa paume contre ce large mufle de fauve.

Qu'il la lui arrache et abrège sa vie, qu'il souffre son contact ou au contraire le fuit.
Pari
contre le noiraud, sa révulsion comme son esprit de contradiction aussi.

- Maintenant laisse-moi passer. A défaut d'autre chose si tu ne désires pas me suivre dans cette folie, dis-toi qu'en me laissant partir mon cadavre n'empuantira pas ta geôle.

Pragmatique. Il avait l'air d'humer un tas de fumier à chaque inspiration, peut-être que sous cet angle mister pénible se déciderait enfin à la mettre en veilleuse.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Mar 16 Fév - 0:00

Ainsi donc celui-ci préférait la voie diplomatique, se perdant dans des explications afin de justifier ses actes… Il n’était pas le premier. Mais il y avait néanmoins une chose un peu plus surprenante. Il y avait un « mais ».

Si le grondement ne se tarit pas, ses yeux se plissèrent néanmoins à l’approche de cette main et ses babines se soulevèrent un peu plus, menace évidente en avant. Il ne recula pas la gueule, hors de question. Néanmoins pas certain que ce soit une excellente idée que de l’approcher plus encore…

Levant la patte, il l’abattit avec lenteur mais certitude contre la poitrine de l’homme, ses chauds et épais coussinets pesant sur ses vêtements comme la pointe de ses griffes. Une seule poussée et il en ferait de la chair à pâtée, rien de très difficile en soi.

- Tu es correct sur une chose, humainJe suis un demi-dieu, fils d’Aer…

Le grondement se renforça en même temps que le poids de sa patte sur sa poitrine se fit légèrement plus lourd. Pas encore assez pour le faire basculer, mais nul doute que les arcs électriques qui le parcouraient devait lui hérisser au moins les poils si non les cheveux.

- Tu parles d’un monde bancal… Je t’accorde ce point. Votre existence est une erreur.

Comme bien d’autres choses encore mais il ne continua pas là-dessus. Il fallait juste remettre quelques points avant d’enchaîner sur ce qui serait possiblement un retournement de situation pour eux deux… Selon ce qu’il répondrait.

- Alors que comptes-tu faire, humain ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Mar 16 Fév - 0:16

Eh bien il semblerait qu'ils soient d'accord au moins sur une chose, mais pas forcément sur celle première qu'il avait souligné. Pour lui, qui vivait en permanence avec un décompte et une souffrance sourde dans la poitrine, la perspective d'une existence immortelle relevait d'une punition, non d'un privilège. Il ne concevait pas que l'un puisse chérir une éternité de vie dans un bocal.

Parce que tel était ce à quoi le Monde avait été réduit. Une nouille misérable flottant dans un océan de bouillon. Les fils et filles d'Aqua et Aer devaient se sentir privilégiés d'avoir autant de territoire qui leur était dédié... et dont ils ne pouvaient guère profiter.

- Notre existence est une erreur. Me tuer réduira le compteur d'un et d'un seul, rien d'autre. Si tu peux te contenter de cette satisfaction éphémère qui n'aura strictement aucun impact sur les miens au lieu de tenter une éradication définitive, soit. Je prendrais ma propre sortie.

Le corps de l'humain s'appuya pour de bon contre cette grosse patte pleine de griffes alors que sa main venait prendre en coupe ce gros museau sombre. Nulle reddition dans ce regard fatigué. Son existence était peut-être une erreur, mais il n'était pas coupable.

La suite était en suspends...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Mar 16 Fév - 0:44

Il était peut-être malade.
Mais il n’était pas bête.

Son odeur était réellement une infection pour lui qui était habitué à des parfums plus doux. Sans compter le fait qu’il avait pu nombre et nombre de fois sentir la puanteur d’une décomposition, la sienne était tout autre, mélange acide et âcre provenant de sa maladie comme de ses médicaments. Alors oui, il était indéniablement malade. Mais il n’était pas bête.

Son énorme gueule face à la sienne se détourna, éjectant au passage cette main loin de lui. Il le poussa rudement, sans avertissement, jusqu’à parvenir à coincer ses crocs sur ses fringues dans son dos, manquant de peu dans la manœuvre de l’éjecter dans le vide. Mais qu’importe.

S’il ne bondit pas comme il fut capable de le faire, il le transporta néanmoins ainsi dans sa gueule jusqu’à la plateforme en quelques pas rapides. Et là, là seulement en face de cette porte qui menait à une quelconque délivrance il le relâcha pour le plaquer au sol d’une seule et même patte.

- Rappelle-toi, humain, que je ne suis pas un chien à ton service…

Puis il le relâcha.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Mar 16 Fév - 1:31

La surprise se lisait toujours sur le visage de l'humain en question, écrabouillé sous la grosse patte. Surprise qu'il ne chercha pas à masquer puisqu'il n'en avait pas conscience. Ce n'était pas tant d'être en vie  qui le surprenait, ni même qu'il l'ait transporté dans sa gueule, lui épargnant une énième et pénible remontée que le fait que ce demi-dieu, ce fils d'Aer, semblait prêt à le suivre au lieu de le tuer pour s'assurer qu'il ne propage pas ses pensées dangereuses et blasphématoires.

Intéressant.
Cela avait un petit côté ironique de se dire que celui qui lui aurait bien arraché la tête avec ses crocs se faisait son allié. Le voyage vers les autres Temples promettait d'avoir une belle ambiance fielleuse, mais à cet instant...

Il s'en foutait. Il n'avait pas besoin d'être apprécier pour faire ce qu'il avait à faire, sa haine jouait même pour lui et rendait tout beaucoup plus simple. Il se redressa avec lenteur, toussa parce que le choc lui avait ébranlé les poumons, le regard fixé désormais sur sa porte de sortie. Du moins, potentielle sortie. Parce que lorsqu'il ouvrit cette dernière sur du vide, il se fit la réflexion que cette tour était un grand foutage de gueule créé par un esprit sadique et malade.

Parfaite description des Quatre et de leur cruauté sans borne.

Il rempocha la clé tout en contemplant le jour déclinant. L'air était frais à cette altitude, pauvre en oxygène mais c'était un air libre et pur. Et ce coucher de soleil qui serait peut-être son dernier si la créature décidait de le pousser dans le vide, un régal pour ses yeux fatigués. Par acquis de conscience il tâta tout de même ce vide, pour s'assurer que ce n'était pas un mirage et qu'il était bel et bien obligé de compter sur la complaisance du gros monstre.

- Je m'en souviendrai, commenta-t-il finalement.

Et il resta là, une main sur le chambranle. Heureusement qu'il n'était pas sujet au vertige... Nul besoin de préciser qu'en cet instant il avait besoin d'un transport vers le bas. Presque certain que la créature s'amuserait le plonger dans la terreur d'un hypothétique rattrapage in extremis s'il lui demandait de l'aide, il hésitait.

Peut-être que son coeur résisterait à la peur s'il prenait les devants et sautait de lui-même. Peut-être qu'en s'attendant à être précipité dans le vide, sans être pris par surprise, il ne ferait pas d'arrêt cardiaque. Trop de peut-être, pas assez de certitudes. Un sourire las, fataliste. Ce qu'il pouvait détester sa faiblesse.

- Si tu comptes réellement me suivre, ne me précipite pas dans le vide pour tester ma détermination. Si je pouvais me permettre de sauter, ce serait fait. Une pause, avant qu'il ne lâche l'évidence. Mon coeur trop faible ne le permet pas.

Et d'attraper l'arrière de son vêtement encore humide de semi-divine bave comme lui le lui tendre, pour lui signaler qu'il était prêt à jouer aux paquets, une fois encore.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: La tour du Tonnerre   Mar 16 Fév - 1:49

La voilà, son épreuve, la vraie… Celle d’une ironie qu’ils devaient tous deux partager parce que nul autre choix ne leur était donné. Sa gueule s’ouvrit à nouveau tandis qu’il s’approchait de l’homme, à un rien de pouvoir le basculer dans le vide et de clore ce chapitre-ci à jamais.

- Humain commença-t-il dans un bas grondement.

Son regard partit de sa silhouette jusqu’au lointain paysage où le soleil déclinait certainement, offrant au ciel ses dernières couleurs. Combien de temps n’avait-il pas pu voir ce dernier ? Combien de temps à ne pas humer pleinement le parfum de cette délivrance si proche et pourtant pas encore atteignable ? Combien de Temps… ?

- Je suis Åskar, fils d’Aer, parole de la foudre des cieux. Je t’accepte toi… Une pause, une grimace pleine de crocs. Je t’accepte toi comme mon compagnon.

Pas comme son invocateur.
Et qu’importe que ce ne soit pas les mots exacts. Qu’importe que ce ne soit pas le mot exact. Il pouvait sentir la connexion s’établir entre eux pour les lier. Pour l’heure. Cela chassa quelque peu l’âcreté et l’acidité de sa maladie pour lui apporter plus nettement son parfum, comme si subitement ces derniers étaient évincés afin qu’il puisse connaître et reconnaître son odeur. Sa particularité, ses notes qui faisait ce qu’il était et qui il était lui apparurent avec une subtile précision.

Sans s’attarder plus longtemps sur cet instant qui aurait été certainement dû être plus solennel, il le saisit par l’arrière tendu de son vêtement afin de l’éjecter sans cérémonie sur son dos. Inutile de lui dire de s’accrocher, il avait compris l’idée vu son aveu.

Son rugissement éclata comme un brutal coup de tonnerre tandis qu’il s’élançait sans craindre le vide et la mort, porté par les Vents de son Père…

Epreuve terminée.
Pacte scellé.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

La tour du Tonnerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-