Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Cellule de Shénzi
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Cellule de Shénzi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Cellule de Shénzi   Mar 16 Fév - 4:01


Une porte. Une simple porte de bois rongée par le temps, une simple porte que l’on trouvait au détour d’un couloir dans le temple d’Aer. Il fallait se perdre dans cet endroit pour tomber dessus par chance – ou non. Elle ne se trouvait pas en son sommet ni en ses profondeurs les plus obscures. Elle n’avait aucune décoration, d’énigme ou de piège. Il y avait de la mousse sur le bas de la porte. La poignée était quelque peu abîmée ; on aurait pu croire que la porte était fermée à clé alors qu’avec un simple effort elle s’ouvrait facilement. Ce n’était qu’une porte. Lorsqu’on la poussait elle grinçait légèrement.

Il n’y avait rien de l'autre côté. Salle quelque peu poussiéreuse, plongée dans la pénombre, ce n’est qu’en levant les yeux que l’on pouvait observer un corps blanc contre la seule source de lumière de la pièce. Son plafond n’était pas bien haut et pourtant il était difficile de discerner ses formes. Le sol était fait de grosses pierres humides et glissantes, le tout semblant instables. Ce n’était pourtant pas le poids d’un humain qui pouvait les faire bouger d’un pouce.

Il n’y avait rien et pourtant l’atmosphère était oppressante. Il y avait cette sorte de tension qui pouvait en inquiéter plus d’un. Entre les pierres il y avait quelques objets coincés, laissés par les animaux chétifs ayant tentés de repartir avec le demi-dieu qui reposait en ces lieux. Sur les murs on pouvait discerner de nombreuses entailles, des centaines, des milliers. Il n’y avait cependant pas d’ossements.

Une bourrasque de vent survint après un certain moment. Cela ne dura pas plus d'une poignée de secondes. Balayant tout sur son passage, assez fort pour pouvoir renverser quelqu'un. Balayant même la lumière qui disparu progressivement pour ne laisser que l’obscurité régner dans la demeure du demi-dieu. Là était un cadeau de bienvenue pour en avoir foulé le sol.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 22 Fév - 1:16


Suhaila le "Clair de Lune" avait récemment séjourné à Lüh, durant quelques jours. Durant une épreuve se déroulant à l'Arène, elle fit la rapide connaissance d'Akelar Katar, homme de haut rang visiblement. Suite à l'heure rencontre, il lui proposa le marché suivant : récupérer pour lui des pattes d'émeraudes en échange de quoi, il s'acquitterait du prix du trajet en bateau jusqu'aux landes luxuriantes nord. Une proposition fort alléchante pour la Sooraj qui souhaitait se confronter à nouveau à l'épreuve d'un Demi-Dieu. Le temple de l'air serait donc son prochain objectif.









Le trajet en bateau fut relativement calme, quelques houles, un peu de vent, mais rien d'insurmontable pour la Sooraj qui n'avait d'yeux que pour l'habitat que lui offrait la nature. Elle posa pied à terre au petit matin et entreprit de gravir le Mont Céleste, avec le soutien indéfectible de sa lance qui se ferait d'une grande aide pour la faire parvenir jusqu'au temple. Son ascension de faisant, le froid se faisait quant à lui de plus en plus mordant. Elle qui s'accommodait facilement de la chaleur et du soleil, le froid et la neige était pour elle plus compliqué à assimilé. Avant son départ, elle avait pourtant prévu les choses et avait acheté avec ses faibles économies un tubernacle noir : petit fruit aidant le corps à réguler sa température. Elle décida d'en manger une première moitié, même si les effets n'étaient ainsi pas optimal, cela serait suffisant et surtout nécessaire pour faire le chemin inverse.

Il lui fallut évidemment plusieurs heures pour parvenir à son objectif et la fatigue se faisait évidemment ressentir. Mais la voilà enfin, face à la grande porte du Temple de l'Air. Elle inspira profondément avant de pénétrer dans la bâtisse qui allait l'accueillir pendant un moment. Les parois bloquant à présent le froid, la Sooraj déambulait dans les couloirs, lentement, laissant ses jambes la guider et ainsi reprendre un peu de force. Sa curiosité guidant ses pas, elle observait tout autour d'elle, ne faisant ni attention ou elle allait, ni même si elle en pénétrait les profondeurs ou surplombait ses hauteurs.

Ce fut finalement la simplicité d'une porte rongée par le temps qui l'arrêta. Fronçant les sourcils, elle s'approcha de cette dernière, intriguée, la jaugeant du regard. Elle posa sa main dessus et poussa légèrement. Grinçante, elle lui ouvrit la voie sur une salle bien vide. Elle observa rapidement autour d'elle, apprécia l'humidité du sol sous ses pieds, lança son regard en l'air pour apercevoir cette forme blanche et étrange. Insistant un peu plus pour tenter d'en déceler la nature, une violente bourrasque se leva. Violente, la Sooraj n'eut d'autre choix que de planter sa lance entre deux pierres, stabilisant du mieux qu'elle pouvait sa position, se recroquevillant sur elle même pour abaisser son centre de gravité.

Puis plus rien. Ni lumière, ni bruit, ni vent. Elle se redressa doucement, enserra davantage sa lance entre ses doigts et se donna de la hauteur en inspirant profondément. A l'expiration, sa langue maternelle s'exprima avec simplicité :


- Yah vaada kiya...

Elle fit un premier pas en avant et attendit le débuts des hostilités, un léger sourire aux lèvres.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Mar 23 Fév - 22:56

Si Alex s’était rendu à Rorn à l’occasion du tournoi des invocations. Ce n’était pas la vocation première qu’il s’était donné en partant pour le Nord. Il était parti dans l’optique de retenter sa chance avec ce fils d’Aër qui l’avait tant impressionné par le passé, Rook. Le tournoi à présent terminé l’assassin était libre de libérer le demi-dieu.

Comme dans ses souvenirs l’ascension de la montagne pour atteindre le temple de l’Air n’était pas de tout repos. Mais se rappelant le froid qui régnait à cette altitude, il s’était préparé un minimum avait une tenue plus adéquate pour affronter la terrible morsure du vent. Face aux portes du temple le jeune homme n’éprouva pas le même sentiment qu’il y avait quelques mois. La bâtisse ne lui paressait plus si majestueuse. Certes elle restait tout de même impressionnante, mais Alex avait changé c’était tout de même la cinquième fois qu’il se trouvait face à une des quatre prisons.

A peine entré Alex repartit en direction de la cellule du corbeau, là il n’y trouva qu’une porte close. Pourtant il était certain d’avoir entendu le demi-dieu à l’intérieur. Il l’appela de longue minute sans recevoir aucune réponse. Ainsi la jeune albinos était morte comme il s’y était attendu, malheureusement il n’avait pas prévu que le corbeau refuse un nouvel invocateur.

Alors ce fût déçu qu’il arpenta les couloirs du temple à réfléchir. Alors qu’il marchait sans réellement faire attention à ce qui l’entourait Alex s’arrêta net et frappa de toutes ses forces contre la porte la plus proche en criant sa rage. La porte en question s’ouvrit immédiatement.

« Oups… Oh après tout j'ai rien à perdre...»


Ainsi l’assassin pénétra dans la cellule. Il vit la créature blanche et rouge face à lui. La salle, elle, était vide. Seules quelques traces de griffes çà et là décoraient les murs. L’invocateur n’eut pas le luxe d’étudier davantage la pièce quand une bourrasque extrêmement puissante apparut. En réaction à ces vents violents, le corps d’Alex bougea instinctivement plaçant son centre de gravité le plus en avant possible, allant jusqu’à tirer sa hache et planter la pointe dans le sol. Malheureusement le sol de pierre était bien trop dur pour que l’arme se plante et bien trop glissant pour qu’Alex garde ses appuis. Il se fit alors renverser et se retrouva les fesses contre le sol.

Une fois la bourrasque terminée, il rouvrit les yeux mais ne put apercevoir que l’obscurité l’entourant. Un rictus apparut aussitôt sur son visage avant qu’il ne s’adresse au prisonnier.

« Désolé pour avoir frappé votre porte c’était un accident. Par contre je vous préviens ces petits tours de passe passe ne marchent pas sur moi. Un de tes frères m’a piégé une fois, je ne me ferais pas avoir deux fois, désolé. »

Et il se releva, les yeux fermés prêt à réagir au moindre bruit suspect.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Alexander le Sam 27 Fév - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Ven 26 Fév - 20:25



Suhaila


Son attention était tournée vers sur la porte qui venait de s’ouvrir, sur l’humain qui pénétrait dans sa cellule poussiéreuse. Une femelle, il sentait son regard posé sur son corps filamenteux. Cette dernière avait décider de tenter sa chance et au péril de sa vie. Son cadeau de bienvenue semblait avoir fait son petit effet ; elle s’était accrochée de toute ses forces à sa fragile arme. Il était venu le temps de se distraire, bien que sentir le monde depuis sa fenêtre était tout aussi tentant. L’animal chétif présent dans sa cellule était le seul à pouvoir pencher la balance. Seulement s’il en avait le pouvoir.
Qu’allait-il faire aujourd’hui ? Ils étaient tous deux plongés dans le noir mais cela ne le dérangeait pas. Cela faisait d’ailleurs bien longtemps qu’il avait renier les couleurs du monde, fermant ses yeux sur celui-ci. Glissant lentement dans les airs en se rapprochant de sa candidate, il décida du jeu auquel ils allaient jouer aujourd’hui. Lui donner directement son accord pour devenir son esclave et sortir de ces murs aurait été bien plus facile. Mais donner un accord pour cela était bien trop stupide, bien trop agaçant, et il ne le voulait pas.

Il se plaça derrière la femelle et approcha sa gueule de sa tête. Il aurait pu lui arracher la tête en une poignée de seconde ainsi. Puis en face d’eux sorti de l’obscurité une pierre, sur laquelle reposait une autre femelle humaine, semblant endormie. Le demi-dieu ne savait pas qui était-ce ; il jouait simplement avec la conscience de sa candidate en faisant apparaître quelqu’un pour qui son cœur battait. Cette caractéristique propre à cette espèce était d’ailleurs bien intrigante.

- Cette lance que tu tiens entre tes doigts, serais-tu prête à la tâcher de sang ?

Il n’y avait pas mille significations à ses paroles, dites dans un grondement sourd qui avait retenti entre les murs de la salle bien que dans sa voix il n’y avait pas l’ombre d’un énervement. Le demi-dieu voulait simplement voir sa réaction, quelle qu’elle soit.


Alexander


Son attention était tournée vers sur la porte qui venait de s’ouvrir, sur l’humain qui pénétrait dans sa cellule poussiéreuse. Un mâle, il sentait son regard posé sur son corps filamenteux. Ce dernier avait décider de tenter sa chance et au péril de sa vie. Son cadeau de bienvenue semblait avoir fait son petit effet ; il avait été soufflé comme une poussière et avait heurté le sol dans un bruit sourd. Puis il s’adressa à lui, faisant de ce fait gronder sourdement le demi-dieu. Un grondement venu du ciel, un grondement qui ne pouvait se traduire par une quelconque émotion. Un simple bruit. Le fils d’Aer allait s’amuser avec cet animal chétif qui ressemblait pourtant à tant d’autres.

Il flotta jusqu’à être à la hauteur de l’homme, à quelques mètres de distance. Et il tourna autour de lui, sans s’arrêter. Il avait envie de le tuer. Il avait envie de planter ses crocs dans la chair qu’il sentait. Mais l’épreuve ne venait que de commencer, alors toujours plongé dans le noir il allait attendre. Sûrement il repartirait, en sa compagnie ou non.  

- Des tours de passe-passe dis-tu… Soit. Alors montre-moi ton intelligence, montre-moi comment tu vas t’échapper de mon piège.

Car il l'avait bel et bien piégé. Il avait décidé de lui répondre, bien que de longues minutes s’étaient écoulées. Ses paroles semblables à un grondement avaient pour objectif de défier l’humain. Le demi-dieu voulait simplement voir sa réaction, quelle qu’elle soit.  


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Sam 27 Fév - 14:14

La pièce était à présent habillér d'un noir obscur et opaque. Un rapide coup d’œil sur sa main libre lui prouvait qu'il était si dense que la Sooraj ne pouvait même pas apercevoir le bout de ses doigts. Il lui semblait pourtant sentir une sorte de présence aller et venir autour d'elle. Invisibles dans ce noir épais, ses sourcils se froncèrent alors. Cet étrange fait de ne rien pouvoir voir était fort déplaisant et déstabilisant, mais il en faudrait évidemment bien plus pour faire rebrousser chemin à la guerrière. Sentait-elle à cette instant la présence derrière elle ? Rien n'était moins sûr. Ferme dans ses appuis et immobile, elle attendait, sans un mot, que les évènements se déroulent comme l'aurait décidé ce Demi-Dieu mystérieux.

Quelle ne fut pas sa surprise quand elle en découvrit les desseins. Une pierre sortie de l'obscurité fit son apparition, éclairée par on ne sait quel enchantement. A la vue de ce spectacle, ses yeux se plissèrent et ses doigts se crispèrent sur sa lance. Le visage tendu elle détourna même son visage et son regard. Devant elle gisait Ravija, sa sœur ainée qu'elle n'avait plus vu depuis deux ans maintenant. *A quoi il joue celui là ?* pensa-t'elle, serrant sa mâchoire de mécontentement. Il n'y avait aucune raison pour que sa sœur soit réellement là, elle en avait parfaitement conscience. Mais cette image la faisait réagir plus qu'elle ne l'aurait cru. Son souffle était plus court, ses yeux ne savaient où se poser pour s'épargner cette vur. Pourquoi d'ailleurs cherchait-elle à fuir cette vision de sa sœur ? Ça n'était pas temps le fait de la voir qui était désagréable mais davantage de faire face à son passé qu'elle n'avait de cesse d'enfouir profondément.

C'est à ce moment que le Demi-Dieu se mit à lui parler, proche de son oreille. A cette question posée, les sourcils de Suhaila se froncèrent davantage et elle se mit à déglutir sourdement. Lui demandait-il de transpercer cette fausse Ravija ? A cette pensée, ses yeux sombres revinrent se poser sur cette dernière, endormie face à elle. Elle inspira alors bruyamment et profondément, avant d'expirer de la même manière. Le regard fixe, elle ne bougeait plus, ne parlait plus. Elle était de ceux qui s'enferment dans le mutisme lorsque leur esprit est ainsi tourmenté.

La Sooraj s'approcha à hauteur de la représentation de son aînée, alors qu'elle tenait sa lance avec une telle fermeté que si elle continuait ainsi, ses ongles pourraient sans nul doute transpercer sa peau. Dominant ce corps inerte, elle l'observait, silencieuse et immobile. Quelques instants pour apprécier ce visage qu'elle n'avait plus vu depuis longtemps. Il était si proche de la réalité que cela en devenait gênant. Tout en demeurant fixé vers sa sœur, elle bascula sa lance vers sa main libre, logeant sa lame dans sa paume avant de l’enserrer suffisamment pour blesser sa peau et en faire couler son sang. Comme possédée et les yeux vides, elle posa sa main ensanglantée au centre de la poitrine de ce corps, laissant sa trace. Puis d'un geste habile, fut-il assez lent en cet instant, elle tenait à présent sa lance de ses deux mains, fermement, au dessus de sa sœur, pointe dirigée vers la cible qu'était devenue cette tâche de sang.

Bras tendus, elle tenait son arme comme une épée de Damoclès qui n'attendait qu'à fondre sur sa cible. Le sang qui quittait sa main meurtrie parcourait lentement son arme, jusqu'à tomber de sa pointe pour rejoindre la trace de sa main, glissant jusqu'au creux du cou de ce corps inerte. Inspirant une dernière bouffée d'air, elle ferma les yeux avec force et murmura doucement de sa voix écorchée par sa gorge enserrée de ressentiment :
- Yah tum nahin hai... avant de planter brusquement sa lance, ses yeux demeurant clos, ne voulant se confronter à cette vision. Savoir que ça n'était pas la réalité n'enlevait que peu son aspect désagréable et douloureux. Elle n'avait plus bougé après ça, immobile, tête baissée, yeux clos, le souffle court, silencieuse...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Sam 27 Fév - 22:11

Alexander était toujours debout prêt à réagir au moindre mouvement suspect, à la moindre attaque. Il ne sut combien de temps il était resté ainsi sans que rien ne se passe. Lorsqu’il sentit une aura meurtrière se dégageait non loin de lui. Manifestement le demi-dieu s’était rapproché et mourait d’envie de le tuer. L’assassin sentit son cœur s’accélérer pendant quelques secondes avant de lentement se calmer. Si l’immortel avait voulu le tuer, il ne se tiendrait pas debout à cet instant. Il se savait impuissant face à cet être, il savait que sa vie n’était rien, fragile face à sa magie. Ce faisant le paradoxe était énorme, puisque l’invocation n’était finalement rien sans un invocateur, rien de plus qu’un animal en cage et encore un animal en cage avait au moins une échappatoire… La mort.

Le jeune homme fut surpris à deux titres par les paroles du demi-dieu. Premièrement pourquoi le prisonnier lui tournait autour ? Avec le son le jeune homme parvenait à le localiser et le suivait du regard bien que ses yeux étaient fermés. Mais surtout Alex se demanda en quoi il était piégé ? Aucunes chaînes ne le gênaient. Il était entièrement libre de ses mouvements, preuve en était lorsqu’il se déplaça de quelques mètres.

« Je dois donc m’échapper ? Alors que je suis libre de mes mouvements ? »

Les questions n’attendaient aucune réponse. Il réfléchissait plus à voix haute qu’autre chose. Alors qu’il réfléchissait le jeune homme se m’y à jouer presque inconsciemment avec sa hache, la faisant passer d’une main à l’autre, la maniant avec dextérité, la faisant danser. Mais que cherchait ce fils d’Aër en l’annonçant piégé et en voulant le faire réfléchir ? Quel message pouvait bien être caché dans ses paroles ? Il avait beau se retourner l’esprit dans tous les sens, il ne voyait aucune logique. Pour lui seul le demi-dieu était retenu en ces lieux. Alex lui était libre de tous ses mouvements, il n’avait qu’à rouvrir la porte et partir. Après quelques minutes la hache s’arrêta de danser pour être calmement attachée à la hanche de l’assassin. Il déposa son sac sans fond au sol et commença à y chercher quelque chose. Puis finit par lâcher un soupir en remettant le sac sur son dos.

« Selon le point de vue je suis le piégé ou alors c’est toi. Si tu ne lèves pas ce voile d’obscurité je suis piégé dans les ténèbres. Surtout que j’ai réussi à oublier mon silex pour faire du feu. Je vais donc avoir du mal à trouver la porte mais j’y arriverai… A condition que tu n’assouvisses pas ton envie de me tuer. Malgré mon entrainement je ne réussirai qu’à te blesser légèrement avant de mourir. Mais ! Si tu me tues tu resteras alors piégé. Piégé dans ce lieu comme tu l’es depuis des siècles et des siècles. »

Il fit demi-tour se dirigeant dans ce qu’il estimait être la direction de la porte.

« Alors que comptes tu faire ? Quitter cette salle à mes côtés ? Me faire passer une autre épreuve ? Me tuer et rester prisonnier ? J’ai une petite préférence pour la première, sachant qu’avec moi tu seras libre de laisser parler tes pulsions meurtrières. La deuxième nous fera juste perdre du temps. Et je ne te cache pas que la dernière est celle qui me plaît le moins. »

Alex ne savait pas s'il avait répondu aux attentes du demi-dieu. Il avait réfléchit du mieux qu'il avait pu. Il n'avait jamais été prisonnier, en cet instant non plus et ne le serait jamais.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 29 Fév - 21:42


Suhaila

Un grondement. Un grondement semblable à un rire s’échappa de sa gorge ; il n’avait pu le retenir. C’était toujours aussi distrayant que de se jouer des animaux.

Il l’observait avec attention. Ses épreuves n’étaient pas si évidentes que cela, il fallait se l’avouer ; un seul point déplaisant et il refusait le candidat. Le demi-dieu n’était pas clément. Il n’avait pas d’empathie. Ou était-ce son humeur du moment qui le rendait ainsi. Il ne voulait de toute manière guère perdre son temps avec un humain inintéressant, bien que le temps n’avait aucune influence sur lui. Le temps n’existait pas pour lui. Lorsque la femelle s’avança vers ce qui semblait être un membre de sa famille, sa réaction ne l’étonna pas. Les humains étaient tous les mêmes, et n’avaient pas réellement changé depuis l’ancien monde. Ainsi, il assista sans rien dire à l’exécution de son ordre qui n’en n’était pas un. Il la regarda se trancher la main, faire couler ce fluide carmin avec son parfum si caractéristique, alléchant et répugnant. Puis tuer sa congénère. Pourtant il ne lui avait pas demander de planter sa lance dans son cou. Il ne lui avait pas demandé de faire couler le sang. Il lui avait posé une simple question.

Une simple question qui ne demandait qu’une réponse. C’était son épreuve mais c’était bien les hommes qui voulait sa puissance. Il ne voulait pas choisir à leur place. Au final, le délivrer était si simple. Un autre grondement s’échappa de sa gorge, alors que la lumière revenait peu à peu. Il ne voulait plus de cette humaine.

- Mauvais choix.

Il ne prononça pas d’autres mots. Il n’y avait là aucune utilité à parler, à argumenter son choix, surtout à un être éphémère qu’il n’allait sûrement pas revoir. Qu’il allait sûrement oublier. La porte de sa cellule s’ouvrit dans un grincement, comme si on la conviait de partir. Et c’était le cas. Le demi-dieu se courba et positionna sa tête à la hauteur de celle de l’humaine. Même avec ses yeux clos il semblait la fixer. Comme menace, comme adieu, comme dernier contact qu’il avait cherché et qu’il n’avait pas trouvé. Comme pour la remercier de s’être coupée la main pour lui. Le demi-dieu fit, après quelques instants, volte-face et retourna dans les hauteurs de sa cellule, près de sa fenêtre. Comme s’il ne s’était rien passé.

Et il ne s’était rien passé.

Alexander


Une demande, simple et qui pouvait être satisfaite de plusieurs manières. Pourquoi ne le voulait-on pas ? Pourquoi était-ce lui qui devait choisir ? Cela n’avait aucun sens, et pourtant il lui avait fallu des siècles pour se rendre compte de cette absurdité.

Des siècles… Voilà un concept qui lui était pourtant bien étranger. Compter les jours, les années, à quoi cela pouvait servir pour un être insensible au temps ? Le demi-dieu ne pouvait pas sortir. Mais était-ce dérangeant ? Le demi-dieu tournait encore autour de l’animal à la hache. Il le laissait parler, se tromper jusqu’au moment où ses paroles ne l’intéresseraient plus. Il ne lui avait rien montré du tout. Des propositions ? Sortir, attendre, mourir. Une bien maigre palette de choix pour cet humain. Il était bel et bien dans un piège.

Il laissa échapper un grondement, sourd. Le voile noir se leva progressivement alors que le demi-dieu avait arrêté de voleter autour du candidat. Cet obscurité n’avait rien apporté à l’épreuve mais cela l’amusait. Bien plus que les paroles qui étaient venues jusqu’à son oreille. Etre libre de laisser échapper ses pulsions meurtrières ne l’intéressait pas. L’envie de jouer avec lui avait même disparu ; il n’était plus intéressant. Devoir choisir entre ses propositions n’était pas le but de son épreuve, n’était pas ses attentes. Allait-il être comme tous les autres ? Ce dernier avait commencé à rejoindre la porte de sa cellule, comme si celui-ci voulait s’en aller.

- Mauvaise réponse.

Et il allait bien s’en aller. Le demi-dieu s’éleva dans les airs, faisant quelques tours dans la salle avant de rejoindre sa petite fenêtre. La porte de sa cellule s’ouvrit dans un grincement, comme si on le conviait de partir. Et c’était le cas. Ce n’était pas venue le moment de sortir de ces lieux. Cela n’était de toute façon pas bien important, un autre candidat viendrait bien un jour. Et le fils d’Aer avait tout son temps.

Tout le temps du monde.

Hors rp:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 29 Fév - 23:11

'Mauvais choix'.

Ce fut ces funestes mots qui firent revenir Suhaila à la raison, elle qui demeura immobile, aveugle et enfermée dans son mutisme. Son corps se raidit alors d'une grande incompréhension. Ses sourcils froncés barrèrent son visage basané tandis qu'elle rouvrait les yeux, assistant à nouveau à ce fameux choix qu'elle avait fait. Sous l'effet de cette annonce, elle dégagea rapidement sa lance du corps inerte de Ravija et fit plusieurs pas en arrière. Enserrant le manche de sa lance de toute ses forces entre ses doigts, elle dirigea son regard noir vers le Demi-Dieu qui se à hauteur de son visage, la laissant apprécier, grâce à la lumière nouvellement présente, cet être qui ne serait rien pour elle.

- Mauvais choix ?! Comment ça "mauvais choix" ?! Le ton de sa voix trahissait son mécontentement et sa colère. Elle était profonde et pleine de ressentiment.

Les mots lui manquait dans un état pareil. Mais était-elle en colère contre ce fils d'Aer qui l'avait obligé à accomplir pareil acte, ou contre elle même qui s'était laissé aveugler par ses suppositions inexactes et était allé jusqu'à achever cette sœur qui ne l'était pas ? La question ne se posait pas vraiment pour elle, puisque dans son esprit, c'était une demande de cette semi-divinité qui l'avait poussé à agir ainsi. Son regard sévère suivait à présent le Demi-Dieu qui s'éloignait d'elle pour rejoindre sa place alors qu'elle entendait la porte s'ouvrir, jetant un œil pour en être certaine.


- Et c'est tout ?! RIEN ?! Sa voix était devenue encore plus forte et teintée de colère. Mais le fils d'Aer n'en avait cure visiblement, il n'écoutait pas ou s'en fichait. Peu importe, le résultat était le même. La mâchoire de la Sooraj se raidit alors que ses dents se serrèrent avec une grande pression, ses sourcils se froncèrent un peu plus. Il fallait rebrousser chemin et vite, son état en dépendait. Elle fit volte-face, laissant son regard se perdre un court instant sur le corps de Ravija. Maintenant détournée, elle resta immobile une seconde, serrant le poing de sa main meurtrie faisant couler son sang plus abondamment. Un bruit de mécontentement, puis elle se dirigea vers la porte d'un pas nerveux, avant de claquer cette dernière derrière elle.

Parcourant les couloirs frénétiquement, elle arriva jusqu'à la sortie et redécouvrit le monde qui l'aveugla de sa lumière, la forçant à protéger ses yeux d'une pareille agression.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 13 Mar - 20:16


 
Il était là, en face de la porte. Sa queue filamenteuse touchait presque le sol et ne bougeait presque pas. Clame, le demi-dieu était juste là, immobile, le regard semblant être tourné vers la porte. Cette porte, elle s’ouvrait souvent en ce moment. Mais il était toujours là, bien que cela ne le dérangeait pas. Il ne pouvait et ne voulait pas choisir. Faire des épreuves pour se donner bonne conscience n’intéressait pas ce fils d’Aer. Il venait d’ailleurs de renvoyer un énième candidat : un homme, qui il lui avait demandé avec tant de politesse de l’accompagner dans ses aventures. L’être divin ne s’intéressait pas à ces humains. Les fois où il avait été arraché de sa tanière, il avait regretté ce choix : l’homme était encore un animal chétif et insignifiant à ses yeux. Certains se dégageait du lot, malgré tout. Et il était prêt à se confronter à ceux-là, et il les attendait. De toute façon il avait tout son temps.  

Mais le temps était long, aujourd’hui. Il ne voulait pas voir par la fenêtre, il ne voulait pas se laisser tenter par les cieux de l’extérieur. Il ne voulait pas voler aujourd’hui. L’être divin ne voulait rien faire.

La salle était toujours aussi vide, poussiéreuse. Le demi-dieu se trouvait tout au fond, presque contre le mur et se dressait de toute sa hauteur. Mais il semblait faire partie du décor tant il était immobile. La poussière se déposait presque sur son pelage blanc. On pouvait remarquer, si on s’approchait ses lentes respirations. Mais il fallait le vouloir, car les pavés composant le sol, légèrement en pente, étaient humides et glissants. Se déplacer n’était pas facile.

Au milieu de la pièce on pouvait voir du sang sécher. C’était celui qu’une des dernières candidates avait fait coulé en son nom. Cela faisait si longtemps… mais il avait l’impression que cela ne datait que d’hier. Un autre avait passé la porte, mais était reparti aussi vite qu’il était venu. De ce fait le fils d’Aer n’avait pas eu le temps de s’imprégner de leurs images et bien vite ils ne seraient plus que des inconnus pour lui. Un jour. Il n’avait pas la notion de jour, de toute façon. Mais au final, dans la pièce il n’y avait rien. Juste une porte, facile à ouvrir, et le demi-dieu, plongé dans la pénombre. Cette même porte s’ouvrit d’ailleurs en cet instant, ce qui ne le surprit pas. Elle grinça doucement, comme d’habitude.

Lorsque la porte fut refermée, on ne pouvait qu’entendre le silence. On pouvait sentir qu’une petite brise la parcourir, chose étonnante dans une salle close. Et on pouvait très clairement voir le demi-dieu. Il ne se cachait pas. Son visage était tourné sur l’animal qui avait poussé la petite porte de bois. Il était las des épreuves. Il allait en faire passer une dans quelques instants pourtant. Mais pour le moment il ne voulait, et n'allait rien faire, quoi qu'il arrivait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 485
Liens vers la fiche : Fiche
Contes de la dame aux fleurs

Métier : Noble contre son gré ♡ Reine des nuages ♡
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :

⚱ Bagages:
 

⚱ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Sam 26 Mar - 18:54

Petite note : voilà, comme promis, à toi de t'amuser ~
La fatigue rendait ses pas lents ; peut-être était-ce simplement à cause de l’horizon qui l’intéressait tant. Se presser n’avait pas de sens. Elle arriverait bientôt en haut. Marche par marche elle se hissait vers le ciel, bien qu’elle ne pourrait jamais en atteindre ses hauteurs. D’ici on ne voyait que ce même ciel et ses nuages, comme si le reste n’existait pas, comme s’il n’y avait plus de terre en bas. Mais elle savait que sa course s’arrêterait bientôt. Bientôt elle ne pourrait plus marcher dans ce ciel, et c’est pour cela peut-être que ses pas semblaient si lourds. Encore un peu elle voulait être ici. Encore une fois être en ces lieux ; peut-être était-ce le seul but de son voyage. Enfin son pied se posa sur la dernière marche, et son corps se dressa alors devant la magnificence du lieu. Cela faisait longtemps que la jeune femme n’était pas venue ici, bien que la raison en restait tout autant idiote.
Nérée était pourtant loin d’être idiote.  

Le temple d’Aer, voilà un bâtiment qui était restait impressionnant, quel que soit le nombre de fois où l’on s’y présentait. Nérée s’avança tranquillement, jusqu’à arriver à la grande porte qui lui permettait de changer de monde. Elle s’arrêta devant. On pouvait voir d’ici les torches illuminer les premiers couloirs, déjà quelques portes de cellules. Il y avait quelques voyageurs, mais elle n’y prêta aucune attention. Elle n’était pas venue pour eux. Elle n’avait pas quitté Rorn et ses affaires pour de bêtes humains, qu’elle ne cessait de côtoyer. Elle aussi elle en était un. Inspirant doucement, découvrant sa tête de sa capuche, la jeune noble fit un pas et passa le seuil de la porte. L’atmosphère divine était toujours aussi plaisante.

La demoiselle arriva devant une porte, si simple et pourtant si belle. Elle était passée devant des portes immenses, d’autres oppressantes, d’autres encore inintéressante. Elle avait déambulé dans les couloirs du temple pendant un long moment avant de s’arrêter devant celle-ci. Peut-être simplement parce qu’elle aimait cette ambiance si calme qui cachait une histoire dérangeante. Les temples n’étaient pas des choses à admirer et elle les admirait cependant. Une porte, cette porte, voilà quel demi-dieu elle avait choisi. Juste une porte. Elle posa sa main sur la poignée et elle s’ouvrit facilement, dans un doux murmure qui lui fit plaisir. Cela faisait si longtemps.

Le silence était roi, l’obscurité oppressante. La jeune femme avait refermé la porte derrière elle, s’étant permise d’entrer. Tout était si calme, presque on aurait pensé qu’il n’y avait personne en ces lieux. Malgré tout sa conscience lui intimait le contraire. Cette douce brise qui faisait virevolter ses mèches rebelles était agréable. Le manque de lumière aussi. Après un instant, afin d’habituer ses yeux au changement de luminosité, Nérée fini par remarquer la forme blanche, en face d’elle, au fond de la salle. Elle ne bougeait pas, ne produisait aucun son. Etait-ce le maître de ces lieux ? D’ici la jeune femme ne pouvait rien distinguer, se rapprocher était la seule chose qui la tentait en cet instant. Alors elle se rapprocha.

Elle n’avait que faire de la prudence, de la beauté du lieu. Ici la jeune femme savait qu’elle pouvait mourir au bon gré des divinités ; fuir la mort n’avait jamais été dans ses habitudes. Bien au contraire. Ses pas raisonnaient dans la salle vide, se posant délicatement sur chaque pavé afin de ne pas glisser par inattention. La pente était difficile à gravir. La distance longue à parcourir. Mais difficile à ne pas apprécier tout cela. La poussière s’envolait sur son passage, pour se reposer lentement derrière elle. Son regard était fixé sur la forme blanche qui se percevait de mieux en mieux ; presque elle n’avait pas remarqué le sang sur lequel elle était en train de marché. Cela n’avait que peu d’importance. Elle ne désirait que de s’approcher un peu plus. Puis elle arriva enfin à quelques pas de cette forme blanche. Elle se dressait devant elle, si grande. Elle voyait son visage, sa lente respiration qui soulevait doucement son corps alors que les secondes s’écoulaient, tranquillement. Le demi-dieu semblait presque toucher le sol de sa queue faite de fils de neige. Il semblait avoir les yeux clos. Ses mains pendaient dans le vide, son corps la dépassait aisément alors qu’il était courbé.
Fait de rouge et de blanc, il était majestueux. Fils d’Aer, il lui plaisait.

Plaisant, si plaisant qu’elle le voulait. Ainsi elle ne dit rien. Ainsi elle se contenta de lever sa main, tendre son bras vers la créature blanche. Le toucher, l’effleurer du bout de ses doigts, voilà sa seule envie. Presque un sourire s’était dessiné sur ses lèvres. Peut-être allait-elle en payer le prix mais cela n’avait pas d’impact. Alors lentement ses doigts touchèrent sa fourrure d’un blanc immaculé, sans même se soucier si le possesseur de cette même fourrure avait bougé ou en avait l’intention.

Sa propre intention était plus forte que tout.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 27 Mar - 17:13


C’était une femme. Il la voyait entrer dans la pièce et s’avancer vers lui. Le son de ses pas venait jusqu’à ses oreilles : elle marchait bien en sa direction. Depuis son entrée dans la pièce elle n’avait pas dit un seul mot. Mais l’être divin n’avait pas bougé pour autant. Et il allait laisser faire la femme faire ce qu’elle voulait car il sentait quelque chose, tant en apparente qu’à l’aura qu’elle dégageait. Son parfum était intriguant. Des fleurs. Et puis elle ne sentait pas la peur. Pourtant, c’est souvent ce que l’on ressentait lorsqu’on le croisait, la peur. Et pourtant cette femme s’approchait, si près maintenant qu’elle pouvait le toucher de sa petite main. Et elle allait vraiment oser, il le sentait, il le voyait.

Le demi-dieu était presque dégouté qu’un animal touche sa douce fourrure mais il la laissa faire. Comme seule réponse il se pencha un peu plus et mis sa tête à la hauteur de celle de l’humaine. Il aurait surement grondé si cette humaine transpirait la peur. Mais il ne voyait pas comment s’amuser avec elle.

Il posa ses mains sur son corps fragile et il l’empoigna. Même si elle se débattait elle ne pourrait pas s’enfuir : sa force était bien trop grande comparée à celle des Hommes. Puisqu’elle voulait tant le toucher, il allait lui offrir la possibilité de prolonger ce contact. De plus, il voulait vérifier quelque chose avant de lui faire passer toute épreuve, bien que cela pouvait aussi en être une. D’un bond, le divin enfant s’éleva dans les airs avec sa captive et vola jusqu’au plafond de la salle. Cela n’avait duré que quelques secondes car la vitesse qu’il avait prise était impressionnante. Là il s’arrêta, et tendis ses bras pour mettre l’animal devant lui. A cette hauteur, la chute était mortelle.

Il se demandait ce qu’elle allait faire : se débattre, lui demander de la reposer ? Allait-elle enfin parler, comme tous les autres Hommes faisaient si bien ? Ils justifiaient tout le temps leurs actes. De toute façon, elle n’avait pas le choix, elle devait agir. Il l’avait décidé. C’était son épreuve, après-tout.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 485
Liens vers la fiche : Fiche
Contes de la dame aux fleurs

Métier : Noble contre son gré ♡ Reine des nuages ♡
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :

⚱ Bagages:
 

⚱ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 27 Mar - 18:55

Si délicat, si doux, le pelage fait de neige était agréable à toucher, bien que du bout de ses doigts, comme si elle avait touché quelque chose d’interdit. Peut-être le tachait-elle de sa main souillée. Peut-être n’aurait-elle pas dû le faire, bien que l’envie avait été une fois encore plus forte que sa raison. Nérée était ainsi. Elle ne voulait pas freiner ses envies pour plaire. Elle n’était pas faite pour et ne voulait pas plaire. D’ici elle voyait parfaitement le corps du demi-dieu osciller au rythme de sa respiration. Tout était savoureux en ces lieux. La pénombre toujours présente installait une ambiance particulière. Cette créature était si calme. De la poussière semblait être sur son corps ; elle était paisible depuis bien longtemps. Statue, l’être qui se dressait devant elle l’intéressait. Voulait-il simplement bougé ? Au final, elle ne voulait que le voir bouger.

Et son vœu fut exaucé. L’instant d’un souffle sépara sa pensée de l’action de son vis-à-vis qui se pencha lentement, positionnant sa tête en face de ses prunelles. Il était si imposant. D’ici, la jeune femme pu contempler sa gueule, l’encoche de ses yeux qui étaient toujours clos. Etait-ce un choix ou une contrainte ? Elle pouvait sentir son souffle chaud lécher doucement sa peau. Son museau rouge frôlait son nez. Si proches, ils étaient si proche. Mais Nérée se fichait de la dangerosité de ce rapprochement. Elle savait qu’un mouvement pouvait suffire à lui ôter la vie. Elle se savait à la merci du demi-dieu et pourtant elle ne baissa pas les yeux. Elle fixait toujours son regard sur lui, sur l’emplacement de ses supposés yeux, comme si elle le défiait du regard. Ce n’était cependant pas un défi. Partir était si facile en cet instant, même elle pouvait le faire si elle le désirait.
Mais peut-être n'aimait-elle pas les bonheurs faciles.

Et dorénavant elle ne pouvait plus le faire. Il l’avait empoignée de ses mains faites par Aer, si fort qu’il aurait pu briser son frêle corps. Elle aimait cette étreinte mortelle. Elle pouvait prolonger ce contact si désiré. Ainsi elle ne se débattit pas, ne bougea pas lorsque ses pieds ne touchèrent plus les pavés froids et humides de la salle. Elle observait simplement le demi-dieu qui l’emmenait dans le ciel avec lui, avec une vitesse impressionnante. Cette vitesse fut fatale à ses dagues qui tombèrent durant l’envolée, tintant en touchant le sol. Plus haut, elle voulait aller bien plus haut que le plafond de cette pièce qui se trouvait juste au-dessus de sa tête dorénavant. Plus haut, encore plus haut. Elle n’avait que faire du sol sous ses pieds, de la mort qui l’attendait en bas. Elle ne voulait pas la regarder, ne voulait pas écouter son murmure attirant. Elle n’avait aucune raison mais cela n’avait pas d’importance. Aujourd’hui elle ne le voulait pas.

Bien qu’elle avait entrouvrit sa bouche avec la surprise de ce vol soudain, aucun son ne sorti de sa bouche. Poupée inconsciente, elle avait relevé peu à peu les yeux sur le plafond de la salle, perdue dans ses pensées. Presque elle avait oublié le demi-dieu. Presque elle avait oublié que son corps pendait dans le vide, attiré vers le bas. Elle voulait pourtant aller vers le haut. A la merci de l’enfant d’Aer, Nérée ne fit rien. Peut-être attendait-elle son heure, comme les autres.  
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 27 Mar - 19:49


Aucune réaction. Cela surprit l’être divin qui regarda un peu plus l’humaine qu’il tenait entre ses mains. Elle ne lui donnait réellement aucun amusant. Cela le frustrait et l’intéressait à la fois car il ne voyait cela pas souvent. Aer lui souffla que la femme ne s’intéressait plus à lui et semblait vouloir autre chose. Elle avait des envies bien changeantes. Elle l’avait fait volé alors qu’il n’en n’avait pas envie aujourd’hui. Et en plus de cela, il ne pouvait pas déterminer si elle avait ou non fait le bon choix : elle n’en n’avait pas fait à ses yeux.

Mais encore plus ses pensées furent vérifiées avec ce manque de réaction. De ce fait il n’avait plus aucune raison de la retenir dans ses cieux. Embrasser le sol allait être son prochain désir. L’épreuve était là une bonne raison pour trouver de l’amusement dans l’ennui du temps. Il balaya l’air de sa queue filamenteuse et fit quelques longueurs dans l’air avec le corps toujours entre ses mains : il était en train de réfléchir à son sort, au contenu de son épreuve. Puis il en arriva à une conclusion simple : il était las de réfléchir. De toute façon, il ne s’était pas trompé sur le cas de la femme qu’il tenait prisonnière, bien que plus pour longtemps.

- Ce n’était donc pas une fausse impression…

Il avait grondé ces paroles, si sourdes et tranquilles.

Puis, d’un geste, il lança son corps.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 485
Liens vers la fiche : Fiche
Contes de la dame aux fleurs

Métier : Noble contre son gré ♡ Reine des nuages ♡
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :

⚱ Bagages:
 

⚱ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 27 Mar - 21:58

La brise balayait encore sa chevelure tranquillement. Même en ces hauteurs inspirait doucement, guère inquiétée par son sort. Cette condition lui convenait, elle était même plaisante. La peur n’avait pas sa place ici. Jamais la jeune femme n’avait eu l’occasion d’avoir son corps entier dans le vide autant de temps, bien que cela lui rappelait un doux souvenir de son enfance. Les pieds dans le vide, sur le toit de sa demeure. Les yeux vers le ciel, vers le soleil, le corps attiré vers le sable. Elle se souvenait parfaitement de sa chute, de son corps heurtant douloureusement le sol. Et de la mort qui s’enfuyait, riant d’elle. La mort se rirait-elle d’elle aujourd’hui encore ? Peut-être était-ce le demi-dieu en cet instant qui le faisait. Il faisait des aller et venu dans le ciel, s’arrêtant peu après.
La chute allait être plus douloureuse malgré tout.

Un grondement, sourd qui fit redescendre son regard sur la tête de l’enfant d’Aer. Une impression ? La jeune noble n’eut cependant le temps de se poser plus de question, bien qu’elle n’en n’avait guère l’envie. Il avait lancé son corps. Il l’avait lâché dans le vide et dorénavant elle tombait. Comme une poupée elle tombait vers le sol à une vitesse folle, bien que la chute durait grâce à la hauteur. Même si un cri de surprise aurait bien voulu sortir de sa gorge ses sons restèrent coincées. Crier n’avait pas de sens. Cette fois-ci, ce n’était pas comme dans son souvenir. Le vent qui fouettait ses cheveux était plus froid, les pavés qui allaient amortir son corps moins indulgent à ses caprices. La mort était bien là et l’avait prise dans ses bras. D’une éteinte à l’autre la jeune femme n’avait pas eu le choix. A la place du soleil elle voyait le demi-dieu, dans le ciel noir. Allait-elle réellement mourir ? L’instant d’un souffle elle se résigna à cela ; elle ne pouvait rien y faire. Son heure était venue, tout simplement. Encore quelques mètres et elle pourrait enfin être en paix. Ses soucis s’envolaient avec sa chute. Presque elle aurait pu être heureuse, en cet instant. N’était-ce pas ce qu’elle avait recherché depuis si longtemps ? Son évasion, elle pouvait aujourd’hui l’étreindre. Ne rien faire, et accéder au bonheur. Un bonheur facile. Cela faisait longtemps qu’elle s’amusait, les Dieux ne pouvaient peut-être pas tolérer ses frivolités incessantes encore un peu.

Puis elle serra son poing. Il s’était écoulé tellement de temps depuis son saut, du haut de sa demeure. Mourir ici en était presque pathétique, après les nombreuses fois où elle avait échappé à la mort. Ses mains étaient encore tendues vers l’être blanc. Elle n’avait pas peur de la mort. Mais elle savait qu’elle ne voulait pas mourir.

«  Laisse-moi t'atteindre. » Avait-elle laissé échapper lors sa chute, bien que sa voix s’étouffa bien rapidement avec le souffle de l’air provoqué par la chute. Son corps s’approchait dangereusement du sol. Inévitablement la rencontre allait avoir lieu. La Dame Aux Fleurs ne ferma cependant pas les yeux. Elle n’avait pas peur de la mort, elle ne la voulait simplement pas. Elle voulait simplement que l’être au-dessus d’elle remplace l’étreinte de la mort par sa propre étreinte.
Elle le voulait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Dim 27 Mar - 23:04


C’était étonnant que de voir qu’un animal pouvait tomber aussi vite. Il venait de le lancer et voilà qu’il tombait déjà. La femme était presque au bout de sa course vers le sol. Si elle ne voulait pas réagir cela n’était pas un problème : il la forçait en la confrontant à la mort. Et cela eut l’effet escompté. Un ordre, un ordre dissimulé certes mais un ordre qui parvint à ses oreilles malgré la faiblesse des mots. Voilà quelque chose qui décida le fils d’Aer d’agir même s’il n’en ressentait pas spécialement le besoin. Bien entendu il n’avait jamais compté la laisser mourir : il ne voulait pas s’encombrer d’un cadavre dans sa prison. Malgré tout il avait voulu la rattraper et c’était un bon point. De ce fait un coussin d’air amorti le corps juste avant le sol.

Le demi-dieu resta lui en hauteur. Il avait volé finalement. Grondant faiblement il se détourna de l’animal en bas et vola vers la fenêtre. Peu à peu la lumière revenait dans la pièce.

Puis il resta là, sans plus prêter attention à la candidate. Non pas qu’il l’ignorait, mais il voulait simplement voir sa prochaine réaction. Partir, rester ? C’était sa dernière épreuve au final et elle n’avait toujours pas trouvé la clé de sa libération. De ce fait il n’avait de toute façon pas agi face à sa demande. Car il ne voulait pas d’une demande.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 485
Liens vers la fiche : Fiche
Contes de la dame aux fleurs

Métier : Noble contre son gré ♡ Reine des nuages ♡
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :

⚱ Bagages:
 

⚱ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 28 Mar - 0:17

Elle avait souvent regardé vers le ciel, contemplant les nuages et les astres lumineux qui étaient rois. Dos contre le sol, qu’il soit de sable, de tuile, d’herbe, de pierre. La jeune femme avait toujours fait ça. Elle avait toujours voulu aller plus haut que les nuages, toujours voulu aller plus loin que ses propres songes. Aujourd’hui elle ne voyait que le plafond de la pièce qui s’éloignait. Aujourd’hui elle tombait. Pathétique. Elle était pathétique en cet instant et ainsi un sourire fleurit sur ses lèvres.
Elle n’avait pas fermé les yeux une seule seconde. Pourtant son dos ne rencontra pas le sol. Le vent avait cessé de faire souffler ses cheveux, sa vision redevenait clair. Le plafond était toujours aussi loin mais il s’était arrêté dans sa course. Il ne la fuyait plus. Mais elle en était si loin. Doucement son corps se posa à terre et elle y resta. Les secondes s’écoulèrent, doucement. Ainsi elle était encore plus pathétique.

Qu’était-elle venue faire ici ? Les prunelles de la jeune noble étaient fixées sur le plafond sombre de la pièce, qui s’éclairait peu à peu. Allongée par terre, sur les pavés humides et froids, elle contemplait ce ciel voilé. Elle voulait sortir d’ici. La créature blanche n’était plus dans son champ de visions ; disparue, comme les autres. Cela n’avait guère d’importance. Cette futile pensée faillit lui faire étirer ses fines lèvres, quand bien même ce faible sourire ne put fleurir en cet instant. Du bout de ses doigts, la Dame Aux Fleurs semblait pouvoir effleurer le ciel mais ce n’était qu’une image, qu’une illusion. Seule elle ne le pouvait pas. Nérée était seule. Elle côtoyait de grandes personnes, d’autres gentilles et attentionnées mais elle était seule. Personne n’était là pour la relever, pour attraper sa main et l’emmener voir ce ciel qu’elle admirait depuis sa tendre enfance. Peut-être était-ce pour cette raison qu’elle désirait tant s’évader vers son propre monde. Il n’y avait personne dans celui-ci.

« Je suis fatiguée d'être attentive, de marcher sur la pointe des pieds, d'essayer de garder l'eau chaude. J'en ai marre et je raffole de tous ces jeux auxquels je dois participer. Peut-être que c’est une simple farce que l’on me fait, peu importe. » Enfin sa voix avait percé le silence de la pièce. Elle s’arrêta un court instant. Elle s’était redresser, et d’un mouvement, elle se releva. Elle ne voulait plus contempler ce plafond sinistre. « Peu importe. Je suis venue regarder le ciel d’un peu plus haut, même si mon corps tombe. Je suis venue m’évader, fuir, je fuis, je fuis pour toucher du bout de mes doigts ce que je désire vraiment. Mais la fuite n’a pas de sens alors je cours simplement, tenter d’échapper à mes peurs. Pour toujours. L’espoir… »

Son regard s’était posé sur le demi-dieu, près de la fenêtre. Son pelage blanc était éblouissant, avec la lumière revenue. Il était divin. Ainsi peut-être en avait-elle trop dit. Peut-être en avait-elle trop fait. Ainsi, presque dans un murmure elle laissa échapper quelques mots. « Je crois que je ferais mieux de me laver la bouche avec du savon. »

Depuis bien trop longtemps elle avait cherché son évasion qu’elle ne pouvait pas atteindre. Par milles moyens elle avait essayé, en vain. Son corps était marqué de son histoire, son esprit aussi. Nérée ne venait pas le libérer. Elle ne venait pas spécialement pour lui. Elle était juste là, les yeux vers le ciel en train de le contempler. Elle riait et pleurait, se sentait mourir. En cet instant, son désir était clair et précis. Elle ne pouvait de toute façon délier ses chaînes de manière définitive. Elle ne pouvait rien faire et pourtant elle était en ces lieux, inspirant tranquillement, déterminée. Elle voulait.

« Je suis une fleur coupée qui est venue en ces lieux pour toi. Laisse-moi toucher ton pelage encore une fois. Laisse-moi te faire croire que moi, l’animal éphémère, suffira à te libérer de tes chaînes, toi le prisonnier éternel. Laisse-moi t’atteindre. »

Elle leva sa main vers le ciel, vers le demi-dieu. Du bout de ses doigts, la Dame Aux Fleurs semblait pouvoir l’effleurer.

« Viens avec moi. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shénzi
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Nerior
Date d'inscription : 14/02/2016
Messages : 109
Liens vers la fiche :
~ Fish
~ Harpy
Elément : Air
Invocateur : Nérée
Inventaire : Epée longue :
Tranchant ● ● ● ● ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ○ ○ ○ ○
Sorts :
Liste des Sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 28 Mar - 12:27


Il y a des paroles dont le sens est tout autre. L’être divin ne savait quoi penser des mots de l’humaine, qu’il écoutait depuis sa fenêtre. Même si sa tête était tournée vers le dehors il était avec elle. Pour qui parlait-elle ? Elle lui avait montré bien des facettes de sa personnalité et il semblait qu’elle était bien étonnante. Mais les animaux étaient tous pareils. Malgré tout il entendit distinctement un ordre, sur la fin, qui lui n’avait pas de double sens.

- Fleur coupée, voilà un nom qui te va bien.

Il avait parlé d’une voix assez caverneuse pour qu’elle puisse l’entendre de cette hauteur. Lui donner un ordre était audacieux et presque dangereux. Mais c’est ce qu’il attendait aujourd’hui. Il ne voulait pas de demande, et encore moins de question qui était quelque chose d’éliminatoire. Il ne voulait pas qu’on lui laisse le choix et bon nombre de candidat ne le comprenait pas. Il n’était de toute façon plus maître de lui-même : lui donner l’illusion qu’il pouvait encore choisir était quelque chose qu’il détestait.

Et cette femme avait choisi. De ce fait le demi-dieu quitta sa fenêtre et descendit lentement vers elle. Il arriva en quelque secondes devant son petit corps qu’il pouvait tuer d’un coup de mâchoire. Il en avait encore le temps : la tentation de le faire en cet instant pour s’éviter un moment d’ennui était forte. Se courbant une nouvelle fois pour mettre sa tête au niveau de la sienne, il gronda doucement. Il n’avait pas envie de voler aujourd’hui. Il n’avait pas envie de faire quelque chose et encore moins de sortir. Comme s’il la regardait de ses yeux clos il resta là un moment puis fini par se résigner : elle avait fait le bon choix. Et Aer avait décidé que le temps devait s’écouler un peu plus lentement pour lui, pour un moment. Mais cela lui convenait, il acceptait d'être esclave jusqu'à ce que la fleur soit complètement desséchée.

- Fleur coupée, ordonne et j’obéirais.

Hors RP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 485
Liens vers la fiche : Fiche
Contes de la dame aux fleurs

Métier : Noble contre son gré ♡ Reine des nuages ♡
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :

⚱ Bagages:
 

⚱ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

MessageSujet: Re: Cellule de Shénzi   Lun 28 Mar - 13:11

Lorsqu’elle tendait la main vers le ciel, jamais les nuages ne se rapprochaient. Ils ne venaient jamais jouer avec elle. Ils restaient toujours aussi hauts, toujours aussi inaccessibles. Peut-être était-ce frustrant pour la jeune femme, condamnée à les regarder d’en bas. Ainsi était son monde. Laid, mais intensément beau. Haïssable, et pourtant attisant un amour incommensurable.
Son nuage bougea. Son nuage se rapprocha et illumina le regard de la jeune noble. C’était si étrange ; les nuages ne devaient pas faire ça. Ils ne devaient pas se plier aux volontés des Hommes, ils n’étaient pas faits pour cela. Pourtant ce nuage blanc était devant elle, se dressant de toute sa hauteur. La fleur coupée et le nuage, ils n’étaient pas faits pour s’allier.

Leurs regards semblaient se croiser, bien que la jeune demoiselle n’avait encore jamais vu le sien. Mais elle ne voulait pas le voir. Silencieuse et immobile, elle se contentait de le regarder, d’attendre. Puis enfin vint la sentence. La fleur coupée gouvernerait le nuage et cela n’avait aucun sens. Elle l’avait choisi cependant. Elle l’avait voulu, désiré de tout son être. Alors comme une enfant, sa main vint une nouvelle fois effleurer son pelage fait de neige. Alors comme une adulte sa voix un tantinet froide raisonna dans la pièce, un seul mot s’échappant de ses lèvres. Murmure tyrannique.

« Partons. »

Un ordre, bien que celui-ci soit le premier officiel. Ils étaient dorénavant liés. La Dame Aux Fleurs ne pouvait que partir, dorénavant. Il n’y avait rien d’autre à faire. Cette sensation était étrange ; bien différente de cette eu avec Nevi. Sans se retourner, elle se dirigea vers la porte de la prison. Elle n’avait pas à se soucier de son nouvel esclave.
Il était à elle et il la suivrait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Cellule de Shénzi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» CELLULE INVISIBLE
» Une rose, une cellule, la liberté...
» En cellule de dégrisement [PV Anna-Mae]
» Recherche une plante verte et une cellule eucaryote.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-