Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir En quête de Siltucèle
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 En quête de Siltucèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 26 Aoû - 14:15

La dernière tentative d'Ariez pour soigner sa mère était un échec. Il lui fallait donc se tourner, encore une fois, vers autre chose. Avec les 750 Tsuris qu'elle avait pu gagner récemment à l'armurerie, elle avait payé l'un des gardiens de nuit de la Bibliothèque pour qu'il lui apporte un livre de la réserve, habituellement interdit à la lecture du public. Heureusement pour Ariez que les hommes sont facilement corruptibles, elle ne se voyait pas entrer à nouveau de nuit illégalement quelque part, munis de sa cape d'invisibilité pour voler quelque chose.

Le livre qu'elle avait "emprunté" était vieux et avait beaucoup souffert du temps qui passe. La couverture semblait prête à tomber en poussière à la moindre occasion, et il fallait tourner les pages avec précaution pour ne pas les voir se détacher. Il devait dater d'avant l'ère Aspérienne, et contenait tout un tas de plantes aux propriétés plus ou moins avérées, et souvent dangereuses. On ne pouvait pas parler ici de magie, il s'agissait de substances dangereuses psychotropes ou vénéneuse, associés à des croyances et des rituels d'un autre temps. L'une des plantes attira l'attention d'Ariez, il s'agissait de la Siltucèle. Selon le livre, elle était capable de purger un corps humain des plus puissants maléfices qui pesaient sur lui. Il fallait pour cela supposer que la mère d'Ariez avait été ensorcelé, mais puisqu'il était avéré qu'elle n'était pas possédée, et que ce n'était pas non plus une maladie comme celle qui avait rendu les gens du village de Amèke aveugle (puisqu'en testant le même remède que le village d'Amèke sur sa mère, elle n'avait pas eu les résultats qu'elle aurait pu souhaiter), pour Ariez, ça valait le coup d'essayer. Encore fallait-il qu'elle sache ou trouver cette plante, et à quoi elle ressemble. Le livre n'était pas illustré, les plantes y étaient juste décrite. Et comme Ariez ne savait même pas ce qu'était le collet d'une plante, et qu'elle avait bien du mal à s'imaginer la forme des rameaux avec leur simple description sur les pages poussiéreuses d'un vieux livre, il lui fallait décidément de l'aide de quelqu'un qui s'y connaissait.

Les gens étaient bavards, et Ariez était commerçante, en amenant discrètement le sujet sur les fleurs, elle avait eu vent d'une herboriste qui était toujours en quête de nouvelles plantes à découvrir, elle lui avait envoyé un courrier à son adresse, dans lequel elle lui disait ceci :

Citation :
"Dame Lobélia,

J'ai eu vent de votre amour des plantes. J'ai en ma possession un livre datant de plusieurs siècles, dans lequel sont recensés certaines des plus rares d'entre elles. Si vous pouvez m'aider à trouver l'une de ces plantes, je pourrais consentir à vous laisser feuilleter ce livre.

Si cela vous intéresse, retrouvez moi à l'adresse que je vous laisse ci dessous, Vendredi à 14h.

Signé : AZ."
Alors, arrivée bien à l'heure dans la ruelle indiquée (peu fréquentée mais pas malfamée) elle attendait patiemment, le livre caché dans son sac.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 26 Aoû - 14:18

La matinée avait été chargé par la chaleur et le retour des mouches autour des plantes grasses de la serre. Avec Mère, nous n'avions pas arrêter. Eliot était parti en ville, et c'est tout naturellement qu'il revint avec un courrier pour moi. J'avais haussé un sourcil, mais juste pour la forme, plus rien ne m'étonnait et il faut dire que depuis la disparition d'Ivanael, j'étais un peu anesthésiée. J'avais parcouru les mots rapidement, et là pour le coup, je fus un peu plus étonnée, car la personne ne précisait pas qu'elle plante. Et j'avais pour tâche de toujours être curieuse ainsi que d'offrir dès que je pouvais. J'allais voir ma mère, simplement, et ma question lui fit se gratter la tête, un peu gênée.

« Tu sais, les demandes telles que celle ci peuvent t'amener dans des contrés dangereuses. Qui sait ce que cela veut dire? »

J'observais attentivement le dessin de plantes qu'elle me fit. Elle m'indiqua leur rôle et aussi la partie de la plante qui pouvait servir directement. Je me promis d'aller voir les livres que j'avais récemment acquit pour savoir quelles décoctions je pourrais en tirer.

« Je te parle de ses plantes car elles sont interdites à l'utilisation et que cette demande sombre me fait craindre pour toi ce genre de demande. Même si notre métier nous amène sur ces plantes parfois, tu es si jeune...»

Comme une question. C'était une question, je remontais les épaules, sans un mot.

« Je sais que tu as grandis, j'ai vu ce que tu as accompli mais... »

Fronçant les sourcils, ma voix parue encore plus sèche:

« Je veux connaitre chaque plantes et leur utilisation, qu'elle soit interdite ou non. Chaque plantes peut être bénéfique ou maligne selon leurs utilisations. »

Elle hocha la tête, sage

« Alors se sera à toi de faire attention à tes arrières. »

Je pris la route dès que possible, seule. J'avais revêtu une veste longue et légère, beige, avec un pantalon plus sombre en lin. Chaussure de marche et cheveux nattés pour régler le tout. Je devais être prêt à n'importe quelle situation, comme je l'avais appris avec Erine. Je me sentais moins en sécurité que d'habitude. J'avais l'impression que le monde devenait de plus en plus fous et agressif. L'homme était-il naturellement mauvais? Dangereux?


Je mis du temps à trouver la rue, mais cette fois-ci, j'arrivais à l'heure. La rue était calme et peu usitée. Je lui en fus grès. AZ se trouvais effectivement être une femme. Et son regard était d'un vert engageant. Peut être mère avait eu tord de croire à mal de suite.

« AZ? Je me présente. Lobélia Aeryalis. Que puis-je pour vous? »

Déformation professionnel. J'avais parlé d'une voix basse, de celle qui portait à confidence,mais qui en réalité était juste la mienne. Je croisais mes bras dans mon dos, en attente.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 26 Aoû - 14:21

Ariez n'eut pas longtemps à attendre, elle vit une demoiselle d'une grande beauté s'avancer vers elle. Il semblait que vivre parmi les fleurs avait embelli son visage, le vert de ses yeux aurait fait pâlir les arbres de la Forêt de Jade, ses lèvres étaient fines et avaient la couleur d'un bourgeon de rose, et sa peau était belle et lisse, elle respirait la fraîcheur. Ariez le sut immédiatement : cette fille était exactement la personne qu'il lui fallait. Elle eut l'impression qu'elle pouvait lui faire confiance. Cette jeune fleur s'adressa a elle d'une voix très douce, qui s'élevait à peine plus haut que les bruits du vent dans la ruelle. Ariez trouva de bon ton de se présenter d'abord, pour prouver qu'elle aussi était digne de sa confiance.

"Bonjour, je suis désolée de ne pas avoir donné mon vrai nom sur la lettre Dame Lobélia, je m’appelle Ariez."

Une demoiselle si frêle n'était sans doute jamais venue à l'armurerie, elle ne devait pas la connaître, ou alors vaguement de nom, rien qui n'inquiète Ariez sur les informations que son prénom pourraient lui fournir. Il fallait maintenant aborder le vif du sujet, la Siltucèle. Ce nom lui évoquerait-il quelque chose ? Lui ferait-il peur ? Ce n'était pas la pire des plantes du livre, après tout, il y avait bien la Vénéna Véritas qui bien préparée fournissait un nectar dont une goutte suffisait à tuer un homme. Elle guetta bien attentivement les réactions de son interlocutrice en s'exprimant :

"Connaissez vous la Siltucèle ? C'est la plante que je cherche. " Elle se permit de poursuivre, aux risque de dévoiler un peu trop sa vie, mais il lui sembla nécessaire de justifier sa quête "J'en ai besoin pour guérir quelqu'un qui m'est très proche, qu'aucune médecine traditionnelle ne parviendrait à soigner."

Elle regarda à droite, puis à gauche, personne en vue. Elle sortit avec précaution le vieux livre de sa sacoche, elle l'avait enroulé dans un linge pour éviter qu'il ne s'abime trop durant le transport. Elle le découvrit lentement, en y apportant tout le soin qu'on pouvait donner à un trésor inestimable. Elle l'ouvrit doucement à la page de la Siltucèle.

"Il se trouve que ne suis pas experte en botanique, et il n'y a qu'une experte comme vous qui pourrait m'aider à trouver cette plante, à la reconnaître, à la cueillir sans l'abimer, et à bien la préparer. Sans vous, je ne peux pas y arriver."

Le regard d'Ariez était sincère, elle avait besoin d'aide. Si Aeryalis trouvait ça trop dangereux, et ne voulait pas s'y risquer, Ariez trouverait quelqu'un d'autre qui accepterait. Elle était déterminée, prête à tout tenter et à tout endurer pour sauver sa mère. Elle n'attendait plus que la réponse d'Aeryalis.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Lun 26 Aoû - 14:22

Le soleil peinait à éclairer la ruelle, peut être était-ce pour ça qu'elle était peu fréquentée. Elle n'était pas à l'égal de la splendeur des grandes rues de Lüh, mais pourtant elle en devenait parfaite. Loin de l'agitation du monde. Je ne dis pas que je n'aimais pas la foule, mais parfois, un peu d'air frais ne faisait pas de mal. Qui plus est, à demande exceptionnelle, domaine exceptionnel. J'avais hâte de savoir à qui et à quoi j'avais à faire. Je penchais ma tête de côté et mes cheveux balayèrent ma joue. La femme à qui je faisait face avait réellement un sourire avenant, et certain dirons que ma naïveté y jouera, mais je sus que je pouvais rester sans craindre une quelconque attaque. Je quittais ma position de défense pour mieux l'observer. Ses cheveux avait la couleur de l'encre dont j'usais et abusais pour l'écriture de mon encyclopédie. Elle était plus grande que moi, ce qui faisait que je devais levé le regard pour rencontrer le sien. Ce n'était pas gênant, j'avais pris l'habitude. Je croisais mes bras derrière mon dos en prenant parole. Et elle se présenta. Sa voix était assurée, et ses mots coulaient. Elle avait une aisance dans le parler qui me surprenait. Elle ne devait jamais rester seule longtemps, et avait besoin sûrement de facilement se faire comprendre. C'était agréable à l'ouïe.
Elle s'appelait donc Ariez. La première lettre et la dernière de son prénom, c'était original. Elle ne donna pas son nom, sûrement pour garder l'anonymat, ce qui était délicat dans son cas car son prénom, tout aussi doux qu'il était, ne devait pas courir les rues. Je la coupais, non pas pour paraître malpolie mais pour rééquilibrer les choses :

« S'il vous plaît, Ariez, appelez-moi Aery. »

Avec un petit sourire posé. Elle semblait nerveuse ou bien était-ce l’appréhension. Je l'avais déjà eu avec certains de mes « clients ». Aurais-je la bonne plante ? Ou serais-je où la trouvais ? Est-ce que cela fonctionne vraiment ? J'essayais de rester moi même, espérant ainsi la mettre à l'aise. A l'instar des plantes je savais quand parler et quand me taire.
La jeune femme aux allures de poupées de porcelaine s'expliqua, rapidement, comme si ses paroles une fois sorties de sa bouche seraient affranchies de sa propriétaire. Je tachais de rester neutre mais je ne pus empêcher un froncement de sourcils. Car la plante dont elle me parlait faisait partie, comme par hasard, de la liste dont ma mère m'avait parlé au matin. J'avais toujours su ma mère intuitive, mais à ce point là, il faudrait que je lui en parle. Oh bien sûre, la plante ne faisait pas partir des pires qui existaient, mais son utilisation était minutieuse et pas à la portée du premier botaniste venu. Je n'avais par contre rien dans les livres d'Ivanaël qui contre-indiquait son utilisation. J'avais beau l'avoir connu si peu de temps... Je prenais ses mots très au sérieux. Dans un élan de sympathie, je me retins de dire à la femme aux cheveux de nuit que ma médecine n'avait franchement rien de traditionnel. Je tâchais de me souvenir du dessin que m'avait fait ma mère avant de me souvenir que j'avais emmené les croquis avec moi. Enfin, que j'avais laissé à l'auberge du coin le temps de venir ici. Je maudis mon étourderie, me disant que je pourrais les récupérer rapidement, histoire de pouvoir montrer à Ariez le visage de la nature. Et de rajouter une page à mon œuvre.


« Je me suis donnée comme mot d'ordre de cataloguer toutes les plantes possibles. Cette plante dont vous me parlez, j'en ai fais sa connaissance il y a peu. Elle fait partie des plantes interdites. Son utilisation doit être méticuleuse car ses fleurs sont dangereuses au contact. »

Je tâchais de me rappeler du reste, en vain. Heureusement cette fois-ci c'est elle qui me vint en aide, me tendant un livre à la couverture et aux pages jaunies par le temps. Elle le tenait avec tant de déférence que je me doutais de l'importance de l'ouvrage. Je lus rapidement le texte qu'elle me montrait.

« L'une des plus grandes capacités de cette plante et son camouflage. Il ne serait pas aisé de mettre la main dessus. Mais j'ai une liste avec moi. Je saurais vous dire où elle se trouve. Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose me dit que j'ai avantage à vous faire confiance. Je ne vous aiderais par contre que si vous me laisser vous préparer la décoction pour cette personne qui vous pousse dans de sombres ruelles. Et à surtout me promettre de garder ce que je ferais pour vous. C'est un serment, comprenez ? »

Mon visage avait retrouvé de son sérieux. Ma pose était toujours figée. Mais pour la forme, j'ajoutais

« Et si vous me laisser jeter un coup d’œil au reste de cette merveille. »

Avec un sourire digne d'un gamin le jour de son anniversaire. Je ne sais pas où aller m'emmener cette histoire, mais il y avait quelque chose de plaisant dans le travail, surtout dans celui net et sans bavure que j’espérais accomplir. La seule chose qui aurait pu me taquiner se trouvait être la milice. Mais que pouvaient-ils faire contre de simples fougères ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 26 Aoû - 14:24

Aeryalis savait très bien que cueillir cette plante et l'utiliser étaient interdits, mais cela ne semblait pas être un frein pour elle. Ariez en fut infiniment soulagée. Si seulement tous ses plans pouvaient fonctionner aussi bien à chaque fois ! Elle était tombée sur une personne motivée par la soif de connaissance, par l'envie d'aider autrui, quelqu'un de bienveillant, et tout cela du premier coup ! Elle s'estima très chanceuse mais calma vite son enthousiasme du moment pour écouter avec la plus grande attention sa nouvelle partenaire de galère. Elle voulait préparer la décoction elle même, Ariez afficha un large sourire.

"Et bien Aery, c'est parfait. Je serais de toute façon bien incapable de suivre la préparation indiquée dans le livre, c'est plus de votre ressort."

Elle avait confiance, l'idée ne lui traversa même pas l'esprit qu'Aeryalis puisse fausser la préparation pour empoisonner sa mère. Ariez était convaincue de la sincérité de sa bienfaitrice. Aeryalis continua en lui expliquant qu'elle faisait là un serment, Ariez considérait plutôt ça comme un marché mais elle hocha la tête en signe d'approbation. Ariez aurait la plante, Aeryalis aurait le livre.

"C'était la part du marché depuis le début. Si vous m'aidez je vous prêterais le livre. J'ai cependant mes conditions."

C'était beau d'avoir confiance mais Ariez ne pouvait pas tout donner sans garanti. Ce livre était un objet volé, si quoi que ce soit devait lui arriver, c'est Ariez qui serait la première incriminée. Le gardien de la Bibliothèque ne se gênerait surement pas pour tout dénoncer s'il ne le récupérait pas intact. Elle replia le linge autour du livre et le remit dans son sac avec d'infinis précautions, avant de poursuivre :

"Ce livre appartient à la Bibliothèque de Lüh, habituellement, personne n'y a accès. Je ne veux pas le quitter des yeux. Si vous le consultez je veux être avec vous, et je ne vous laisserais qu'une seule lecture, après quoi j'irais le remettre à sa place. Cela vous convient-il ?"

Elle avouait à demi mot son vol, mais après tout elles étaient déjà prête toutes deux à plonger dans l'illégalité ensemble, alors un aveu de plus ou de moins... Ariez estimait de toute façon qu'il était évidant qu'elle ne pouvait posséder un tel livre. S'offrir ce genre de vieux livre rare n'était pas dans ses moyens, et ça ne pouvait pas être un héritage de son passé. Chez les Aliz, on est Armurier de père en fils depuis des générations, et les plantes et les armes n'ont jamais fait bon ménage.

Il lui restait maintenant une question à poser, peut être la plus importante.

"Bien, si tout est réglé, où allons nous ?"

Faudrait-il aller chercher cette plante au fin fond des landes luxuriantes ? Ou suffirait-il de franchir la rivière blanche ? Ariez trépignait de savoir ou cette nouvelle aventure allait la conduire.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 31 Aoû - 9:49


Un rayon de soleil perça dans la rue, au loin, les paroles de passant, volatile,fragile, s'envolant dans l'air comme des bulles délicates et prompte à exploser. Un instant, plus rien d'autre ne compta que cette sensation de calme soudain et la proximité de son exact contraire. Le livre était donc tout aussi interdit que la plante? Ça avait un côté complot qui allait peut être pimenté un peu ma vie. Depuis la perte de mon maître en potion, je m'étais sentie comme déconnectée de la vie. Et là. J'acquiesçais aux paroles qui m'étaient destinées, quittant celle lointaine. Redescendant sur terre. J'étais d'accord avec ce marché.

« Je suis d'accord avec ce marché. Je crois que je l'aurais accepté même sans le livre. C'est mon métier et je ne souffrirais pas de laisser quelqu'un dans le besoin. »

J'étais peut être trop franche, mais je voulais qu'elle le sache. Je ne voulais pas que notre accord lui pose des problèmes avec la fameuse bibliothèque. Mais d'un côté, ce livre était tellement intriguant! Car alors... Je pourrais peut être en apprendre un peu plus sur ces plantes qui se trouvaient... toujours en dessin dans mon auberge. J'espère qu'elle ne m'en voudrait pas de ma méfiance première. Bien que j'en doutais. Après tout, elle aussi n'en n'avait-elle pas fait preuve? Je massais ma nuque en rougissant très légèrement, sans qu'aucun autre sentiment ne se laisse voir.

« J'ai laissé les croquis dans une auberge pas trop loin, peut être pourrions-nous aller les chercher? Car c'est aussi sur ce parchemin qu'est noté les lieux où cette plante pousse. Je ne garde pas de telles informations sur moi, je pense que vous comprenez. »

Je la saluais délicatement et lui désignait la route à prendre, d'un geste de la tête.

« A quelque pas. Je voulais pouvoir le récupérer rapidement. Ainsi nous pourrions aussi décidé de quand nous partirons? Et aussi, quel délais? Car si cette personne a besoin d'une telle plante... C'est que cela doit être pressant. Sans vouloir en savoir plus bien sûr. « 


Je restais maîtresse de moi même. J'étais professionnelle.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 1 Sep - 10:14

Ainsi donc, Aeryalis avait elle aussi prit quelques précautions, et n'avait pas gardé ses documents sur elle. C'était une bonne chose de savoir qu'elle aussi était prudente, il est vrai qu'une personne mal intentionné aurait pu vouloir lui prendre ses notes afin de pouvoir cueillir la plante, sans la contrepartie du livre. Mais Ariez avait de toute façon absolument besoin d'Aeryalis pour préparer le breuvage correctement, sans fausses notes dans la préparation.

Cependant Ariez aussi était prudente, et cela l'inquiétait de se montrer dans un lieu public avec cette herboriste. Non pas qu'on aurait tout de suite pu trouver cela louche, deux femmes se baladant dans les rues, il n'y avait rien de plus normal. Mais Ariez préférait éviter au maximum de rencontrer des gens qu'elle pouvait connaitre, qui pourrait la reconnaître, ou pire des miliciens, buvant un peu durant leurs heures de pause. Aussi préféra t-elle ne pas quitter sa ruelle.


"Allez récupérer vos documents, je vous attends ici."

Si ce n'était qu'a quelques pas l'attente serait courte. Elle regarda Aeryalis partir en direction de la fameuse auberge, sans elle. Se retrouvant à nouveau seul dans la ruelle, elle sentit un drole de sentiment monter en elle, comme si Aeryalis n'allait pas revenir, comme si c'était un piège. Elle respira doucement pour se calmer, il n'y avait aucune raison d'être aussi suspicieux, Aeryalis était quelqu'un de confiance et elles avaient maintenant un secret à partager. Elle la vit finalement revenir vers elle. Elle s'empressa alors de la questionner

"Alors ? Quelle est notre destination ? Nous devons nous préparer au plus vite, comme vous me l'avez fait remarquer tout à l'heure, la personne en question a un besoin urgent de cette plante. Peut-être pourrions nous retourner chacune préparer nos bagages et nous retrouver aux portes de la capitale d'ici quelques heures, si cela vous convient ?"


Elle avait dit ça sans vouloir être trop pressante, mais il est vrai que si elles avaient plusieurs jours de marche devant elle, autant commencer tout de suite.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Sam 21 Sep - 18:57


Mon cœur battait comme jamais. Car jamais je n'avais été si proche de faire le boulot de ma mère et de mon père réunit. La recherche de plante, la création de remède, puis sa vente. Un ensemble d'actions qui allait combler le vide qui emplissait mon cœur depuis quelque temps. Je me dictais chaque pas à faire, chaque geste à accomplir, avec une dictée toute automatique. Je restais neutre, avec ce visage souriant digne d'une poupée, bonne à pourrir sur une étagère. Mais j'avais décidé de bouger, de vivre. Et en présence d'Ariez, je me sentais aise. Comme si tout semblait naturel, mais aller chercher une plante dont je ne connaissais qu'un dessin et son inégalité. Dans un autre monde, j'en aurais sûrement ris. Je la saluais alors qu'elle m'envoyait chercher mon dossier. Je fis demi-tour, vive, boucles blondes et rougeurs délicates. La responsable des chambres ne haussa même pas un sourcil en me voyant passer en trombe. Je déposais mes papiers dans ma besace juste après avoir vérifier l'emplacement de la-dite plante. Le croquis était de couleurs vives et je le caressais du bout des doigts. Le tout ne pris pas plus de dix minutes et déjà j'étais de retour. A peine une respiration plus forte que la précédente, j'étais dans mon esprit chancelante, mais dans mon esprit seulement. Je comptais mener à terme ma mission.

« Voila. J'ai ce qu'il faut. »

Je me balançais à nouveau d'une jambe à l'autre. J'avais déjà mentalement enregistré la route à suivre pour aller chercher la siltucèle. Un endroit où je n'avais été qu'une fois. Et de loin un endroit dans lequel il ne me tentait pas de retourner. Du moins pas seul. Et pas sans armes. Je massais à nouveau ma nuque.

« Tu connais le désert ambré ? C'est à un peu plus de 50 kilomètres. J'ai un cheval. Il nous faudra, du moins pour moi, moins d'une journée pour me préparer. Je suppose que nous partons le plus tôt. »

A nouveau, j'avais pris un ton professionnel, habituel. Et m'en rendant compte je me mise à rire.


« Pardon, l'habitude. »

Et de lui tendre la page où la plante était dessinée. Une preuve de confiance. Ma mère avait vraiment un bon coup de crayon. Je voulais allé vite pour aider la personne qui lui était si proche, assez pour la pousser à cela.


« Dans combien de temps sera tu prêtes ? Seras-tu trouver une monture ? »

Je croisais les bras, nouveau mouvement de mes boucles, il me faudrait sérieusement pensé à couper ça. Peut être avant de partir. La chaleur du désert me refroidissait d'avance.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mar 24 Sep - 17:21

Les quelques minutes durant lesquels Aeryalis s'absenta parurent être des heures pour Ariez. Elle était très enthousiaste en pensant à ce voyage, elle se voyait déjà aller au bout de l'île, côtoyer la magnificence des landes plus au Nord. Elle se voyait se perdre dans le brouillard de la plaine à l'Est. Elle ignorait pourquoi la perspective de l'aventure à venir semblait si attrayante sur le moment, sans doute parce qu'elle espérait pouvoir faire découvrir son île à Vaea en cette occasion.

Finalement Aeryalis revint, et stoppa tous les rêves de décors verdoyants et époustouflant d'Ariez en deux mots : "désert ambré". Elle avala péniblement sa salive.


"Je connais bien le désert ambré, j'ai faillit mourir toutes les fois ou j'y suis allé."

Et ce n'était pas une exagération du tout ! Quand elle avait fuit un ver des sables, quand elle s'était fait abandonné par sa monture au coeur du désert, quand des marins l'avait drogué sur un bateau au large du désert. Cependant elle laissa le moins de doute transparaître. Elle devait être forte. Si telle était leur destination, qu'il en soit ainsi.

"Si la plante se trouve vraiment au coeur du désert, ce n'est pas un cheval qu'il te faut. Il supportera trop mal les fortes températures. Un variquan s'adapte bien mieux à ces conditions climatiques extrêmes... Mais tout dépend de l'endroit précis. Dans tous les cas je prendrais un variquan, ils en louent à la sortie de la ville."


Les variquans étaient plus rapide, avec la contrepartie qu'ils étaient bien plus peureux, mais Aeryalis et Ariez ne cherchaient pas le combat avec les monstres, donc cela ne devrait pas poser de problème.


"Je te laisse le temps de rassembler tes affaires, je pense aller faire un tour en ville, acheter quelques objets utiles pour le voyage. Mon invocation nous accompagnera, cela devrait suffire. Rejoignons nous d'ici la fin d'après midi, ici même."


Le rendez vous était pris, le lieu était choisi, il ne restait plus qu'à tout préparer pour se mettre en route. Après un léger mouvement de tête en guise de salut, Ariez disparu dans les ruelles de la ville, déjà un pied dans l'aventure.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 31 Oct - 1:44

HJ : Je m'incruste dans le RP après permission d'Ariez !

Quelques temps déjà s'étaient écoulés depuis que j'avais du annoncer à Ariez la mauvaise nouvelle : notre quête dans ce sombre village n'avait fait, au mieux, qu'apaiser le mal de sa mère. Elle était cependant encore bien loin d'une guérison complète, et Ariez, loin de se décourager, avait continué ses recherches d'un hypothétique remède. Pour ma part, je ne désespérais pas non plus, non. Et dans les quelques cas où je m'étais questionné si nous pouvions effectivement arriver à bout de sa maladie, il me suffisait de penser à Shase pour me rappeler que tout était possible.

Toutefois, ses recherches l'avaient conduite sur un terrain où je n'étais guère un professionnel, et pour cause, il touchait aux plantes, donc à la Terre, donc des choses potentiellement inquiétantes. Utilisant d'un stratagème pour soudoyer l'un des gardes de la bibliothèque, elle avait pu se procurer un ouvrage poussiéreux dans lequel elle semblait avoir trouvé son bonheur. Rapidement, elle avait pu prendre contact avec une herboriste, et le fait qu'il s'agisse d'une femme m'avait rassuré. Je me rappelais bien particulièrement ma rencontre avec cet autre herboriste, lorsque j'avais soigné Ariez, qui m'avait vu sous mes traits humains et demi-dieu.

Aujourd'hui était venue le jour de la rencontre avec cette humaine, et j'étais resté à l'Armurerie pour la garder. L'idée de laisser Ariez la rencontrer seule ne me plaisait pas trop, mais elle savait se défendre, et, au moindre soucis, je pouvais être invoqué sur le champs. Tournant en rond dans la pièce, je songeais aux pires endroits où cette plante pouvait pousser. Dans des forêts, couvertes de mousses, avec des branches si épaisses qu'elles en cachaient le ciel... Ou pire, une jungle. Avec des marais. Il n'y avait rien de pire que des jungles. Oh ! Le bonheur que ce serait si la plante se trouvait au fond d'un Océan !

Sur ces pensées, Ariez revint, et j'arrêtais mes sempiternels mouvements pour m'asseoir sur mes pattes arrières et l'écouter raconter ce qu'il s'était passé. Et, apparemment, tout semblait s'être déroulé au mieux : l'herboriste, nommée Aeryalis, avait tout de suite accepté le marché qu'Ariez lui avait proposé, et s'était aussi proposé pour nous y accompagner... Dans le désert. Bon, il fallait voir le bon côté des choses, ça n'était pas une jungle. Et puis, il n'y avait pas d'arbre dans un désert...

Comme à son habitude, dès qu'elle avait un objectif en tête, Ariez fonçait, et le départ était déjà fixé. Il ne nous restait qu'à acheter les fournitures nécessaires pour le long voyage. Ça, et louer un variquan pour nous y conduire. Au moins, les créatures de Feu du désert n'auraient qu'à bien se tenir, comme je les accompagnerais.


- Tout cela semble très bien. De quoi aurons nous besoin, à part des provisions ? Tu penses acheter des fournitures magiques, comme pour la dernière fois ? demandais-je, plus pour essayer de réfléchir à ce que nous pourrions oublier.


Si le voyage dernier s'était plutôt bien déroulé dans l'ensemble, il s'agirait cette fois-ci de protéger deux Humaine, et une plante. Au moins l'objectif était clair et défini, ce qui ne ferait que nous faciliter la tâche. Suivant tranquillement Ariez, je gardais un oeil sur le Soleil afin de ne pas arriver en retard au rendez vous convenu.


- Je serais toujours surpris de ta capacité à inciter les gens à tout quitter pour embarquer dans une aventure en un rendez-vous seulement, glissais-je à Ariez sur le chemin avec un grondement rieur.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Ven 1 Nov - 13:33


Trouver un variquan fut la tâche la plus délicate. Mon apparence me jouait encore fréquemment des tours. Comment accepter de louer une monture à une femme à l’allure de fille. J’avais pourtant la tenue droite et la tête haute. Je fronçais les sourcils au second refus, et ma voix sortie fière et amère :
« Et quand bien même je sois une enfant. Et quand bien même je sois une ancienne. Vous fiez-vous toujours aux apparences, Monsieur ? J’ai besoin de cette monture. Je suis sérieuse. »
Pas une fois j’invoquais le nom de mes parents. La mission était assez « secrète » pour que je me permette de donner des détails à un idiot de première qui ne voit pas plus qu’avec ses yeux ! Les années passaient sans que le monde évolue vraiment. Nous étions ceux à quoi nous ressemblions. L’énervement faisait trembler mes mains et ma frêle carcasse. Néanmoins, je ne lâchais pas l’homme bedonnant du regard. L’image parfaite du bon petit vendeur. Jouant ma dernière carte j’ajoutais
« Je peux toujours aller voir une autre échoppe. J’ai justement vu en entrant dans la ville… » A son tour de froncer les sourcils et de me jauger une seconde fois.

Je haussais les épaules en faisant demi-tour. Un homme m’attrapa par le bras alors que je quittais le vendeur, je me retournais vivement, alerte. « Que… » Il m’interrompit derechef. Son air était goguenard et son allure plus ou moins avenante, et pour le moins coloré.
« Mademoiselle ne trouve pas ce qu’elle cherche. Mais peut être que si elle y met le prix, je pourrais lui avancer mon ami… »

Et de se détourner pour me montrer un solide animal bien campé sur antérieur. Sa peau était d’une douce couleur orangée. J’approchais ma main de sa gueule et la flattait.
« Pourquoi feriez-vous ça ? »
Il plaça sa main sur sa nuque, il la frotta en rigolant.
« Et bien pour ce que je vous ai demandé. Et parce que je me doute que vous n’êtes pas le monstre de petite fille qu’imagine ce… » Il montra le vendeur avec emphase « charmant golem pense. » Il s’adossa à l’échoppe « enfin, c’est toi qui voit. Je reste sur Lüh quelques semaines. Autant rentabiliser Jinnko ! » Je considérais Jinnko, hésitante, puis chopa la main de l’homme « Alors affaire conclue. »

Affaire conclue affaire conclue, c’était vite dit. Il m’avait demandé le double du joufflu, et en plus de ça, préciser que sa bête était fort peureuse. Et donc, qu’il fallait éviter de crier et les accès d’émotions qu’ils pouvaient ressentir. Heureusement, il ne m’avait demandé aucune caution. Mais bon, je n’allais pas cracher sur cette chance. Je passais à l’auberge régler mes comptes et récupérer mon matériel de base. Je passais à la boutique d’Iva avec une boule au ventre et récupérer au passage ce qu’il me fallait d’autre. Désert dit vêtement ignifugé. Une huile à passer sur le corps. Plusieurs gourdes. Bref, le nécessaire viable. J’harnachais Jinnko est me rendit à l’endroit du rendez-vous avec seulement un quart d’heure d’avance. Nous marchions ainsi, côte à côte, et je songeais à nouveau aux invocations.

Ces âmes errantes. Des prisons démesurées. Tout était une mise en scène. Où les Dieux voulaient-ils en venir? Jinnko devait sentir mon malaise, et je le trouvais à cette instant un peut trop chaton et pas assez monture. alors que je distinguais Ariez et son propre variquan. Je retins un signe de la main, et je m'approchais lentement vers eux. Comme désintéressée. A mon grand étonnement, ils étaient accompagnés d'un autre animal bien plus majestueux que nos montures. Mon souffle se stoppa le temps dece qui aurait dû être deux respirations. Je ne laissais transparaître ni peur ni curiosité mal-placée.

«Bonsoir, prêts? Ne perdons pas de temps.»

Je basculais mon poids sur une jambe. Je les observais tous. Jusqu'où nous emmènerait cette aventure? J'avais besoin d'action. J'avais besoin de vivre. De me sentir en vie. Et si pour cela je devais parcourir le monde, mettons nous tout de suite en route. Ma raison? Anesthésiée. Je ne marchais plus qu'à l’adrénaline.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Sam 2 Nov - 18:38

Comment être sûr de ne rien oublier ? Le désert était pour Ariez l'endroit le plus dangereux d'Arcane. Bien sur elle n'avait jamais expérimenté le désert de glace plus au nord, ou la nouvelle île d'hommes lézards découverte il y a peu, mais ce désert ci lui suffisait amplement comme expérience traumatisante. Si ce ne sont pas les monstres qui vous tuent, ce sera la chaleur, le manque d'eau... Heureusement avec Vaea près d'elle beaucoup d'inquiétude se dissipèrent.

Ariez prépara dans son sac des habits légers, recouvrant tout le corps afin de la protéger de la chaleur, et de quoi se protéger la tête. Elle prépara aussi des habits chauds pour passer la nuit. Prudente, elle prépara toutes les gourdes qu'elle avait chez elle, rempli à raz bord de la bonne eau de Lüh, elle n'aurait qu'a les attacher sur le quanquan d'un coté, son sac d'affaire de l'autre. Elle prépara également de quoi manger, quelques fruits et légumes qui seraient à consommer d'ici ce soir, demain midi au plus tard, et des produits non périssable pour les jours à suivre. Comme le soulignait Vaea, il ne lui restait plus qu'à faire son traditionnel petit tour à la boutique magique, avant de se mettre en route !

"Je passerais dans toutes les boutiques de Lüh si cela pouvait garantir ma survie." Lacha t-elle à son invocation. "Heureusement que je t'ai." poursuivit-elle.

Elle acheta dans la boutique 5 fioles de dessolation, ce qui lui assurait 40h de protection contre le soleil et la déshydratation. Elle y acheta aussi une fiolde Curaga, juste au cas ou. Vaea lui fit remarquer qu'elle avait une certaine facilité à embarquer des inconnus dans ces aventures, elle eut un sourire légèrement malicieux en lui répondant :

"Je dois avoir un charme irrésistibles qui fait que tout le monde veut m'aider, je ne vois que ça ! Enfin, disons que ma cause est assez noble pour convaincre le plus grand nombre de partir avec moi, je crois."


Sur ces mots, elle se rendit donc avec Vaea  à la sortie de la ville ou elle loua un variquan, elle arnacha ses sacs sur lui, puis le chevaucha pour regagner le point de rendez vous.

"Aeryalis, je te présenta Vaea, mon invocation. Son affiliation à l'eau nous protégera des monstres du désert. Nous allons franchir la traversée de la rivière blanche avant de regagner le désert, je propose d'y aller avant qu'il ne fasse nuit noir, au pas de course avec les variquans, ils sont encore plein d'énergie, fougueux, et la course sera rendu difficile par le terrain, on trouvera de plus facilement un coin d'herbe pour les laisser se reposer, alors autant gagner du temps maintenant. Tu as déjà chevauché un quanquan, Aeryalis ?"

Ariez n'était pas pressée d'être arrivé dans le désert, mais les variquans courraient à une allure considérable et elle estima qu'il valait mieux profiter de cette capacité tant qu'ils en étaient capable. Cependant, si Aeryalis n'avait jamais monté, une petite séances d'apprentissage serait sans doute nécessaire.
HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Sam 2 Nov - 23:32

Ça, j'étais bien forcé de le reconnaître : la cause d'Ariez était noble. Elle se battait pour quelqu'un d'autre qu'elle, juste pour retrouver un être cher, et ça pouvait effectivement inciter les autres à la suivre. Je la suivis donc moi aussi jusqu'aux portes de la ville, observant avec curiosité certains de ses achats à la boutique magique. Cette dernière me fascinait, que les Hommes aient réussi à enfermer du pouvoir dans des bocaux et des flacons était surprenant et vraiment intéressant.

Je me concentrais de nouveau lorsqu'elle loua sa monture, que je dévisageais sans mot dire. C'était une bien étrange créature, de fait, et semblait assez utile, puisque Ariez pu l'harnacher à sa convenance. Oui, cette créature semblait décidément bien pratique, il faudrait juste faire attention à toutes les gourdes d'eau attachées d'un côté. Un coup pris ici risquerait d'anéantir les réserves. Oh, bien sûr, je pouvais en urgence produire l'équivalent d'un tsunami pour les abreuver, mais cela semblait excessif d'une part, et un gâchis d'énergie de l'autre. Redoutant d'oublier de mentionner cette information à Ariez, je lui en fis part alors que je trottinais à côté d'elle en rejoignant Dame Aeryalis.


- Peut-être devrais-tu équilibrer le nombre de provisions d'eau de chaque côté de ta monture Ariez. On ne sait jamais ce qui pourrait arriver.


A peine m'étais-je tus que nous avions rejoint notre spécialiste des plantes. Ariez me présenta auprès d'elle, et j'inclinais respectueusement de la tête dans sa direction. Mon invoqueuse semblait pressée, puisqu'elle proposait de forcer l'allure jusqu'au désert, et je ne pouvais l'en blâmer : qui savait ce que nous réservait la nuit près de cette rivière...? Je me rappelais sans peine l'attaque que nous avions subis en direction d'Amèke, et je me promis de rester vigilant.


- Enchanté, Dame Lobélia. Vos connaissances dans les plantes ont immédiatement attiré l'oreille de mon Humaine, et je ne doute pas qu'elle ne sont pas déméritées.


L'idée de courir pour garder le rythme des variquans ne m'enchantais guère, mais j'en étais capable. Je chassais cet instinct primaire qui aurait voulu m'aménager une rivière pour m'y transporter en goutte d'eau, et m'assis en attendant le départ. Je ne ressentirais même pas de fatigue physique en courant à leur côté, juste un désagrément passager. Et puis, je pourrais revoir la rivière blanche, qui, en dépit de ses dangers, étaient sacrément belle à observer. Mais si nous nous y arrêtions effectivement cette nuit, il ne fallait surtout pas que je me laisse aller au spectacle de ses circonvolutions et des courants marins, j'avais deux Humaines à protéger, et j'avais bien l'intention de m'y tenir pour rendre le voyage aussi sans danger que possible.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Sam 9 Nov - 19:33

La suite par >>ici<<
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

En quête de Siltucèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En quête de Siltucèle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Rues de la Ville-