Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Premiers congés de relaxation
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Premiers congés de relaxation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 11 Juil - 16:30

La journée promettait d’être froide. Depuis ma sortie, je ne m’étais jamais posé la question. A vrai dire, je n’avais guère eu le temps. Mais aujourd’hui, alors que je m’éloignais pas si sereinement de la hutte ou se reposait mon humain, la fraiche rosée me fit prendre conscience de la saison. Nous étions en hiver… Un hiver doux, à moins que le printemps n’approche. Cela expliquerait la présence du gibier que nous avions chassé il y a quelque jour. Les beaux jours reviennent.

J’avais donc profité longuement de la fraicheur matinale dans les sous-bois de cette foret avant d’en sortir et de longer une grande rivière. Blanche l’appellent-t-ils. Je me demandais bien pourquoi. Etait-ce dû à une particularité de ce cours d’eau ? Une image ? Une légende ? Ou rien de tout cela ? Juste un nom de plus.  
Le niveau de mes questions me fit comprendre que cette journée allait aussi être particulièrement longue. Que faire ?
Sur la suggestion de mon humain, qui a beaucoup insisté d’ailleurs, j’expérimentais les fameux ‘’congés de relaxation’’. Ceux promis lors de ma libération. Ceux m’octroyant le droit de profiter d’une liberté quasi-totale quand il n’avait pas besoin de moi. Chose qui devrait arriver assez souvent de ce que j’avais compris. Reste que pour le moment, j’étais passé si prêt de retourner directement au temple qu’il était hors de question pour moi de m’éloigner.
Je refuse d’y retourner aussi vite. Je refuse que la bêtise humaine me condamne à nouveau à être enfermé après à peine quelques jours de liberté.

Alors la suggestion était si forte qu’elle en était presque devenue un ordre. Vraiment, que se passe-t-il dans la tête des humains ? Voulait-t-il me cacher quelque chose ? Ou me faire comprendre que même infirme il ne risquait rien ? Peut-être… Surement. C’est ce qu’ils pensent tous. Et puis ils disparaissent sans prévenir…

Un grondement se fit entendre. De l’autre côté de l’affluent, un groupe de créature réagissait à ma venue. Ils possédaient certaines de mes caractéristiques physiques et devait se demander le pourquoi de ma présence. Je devais les déranger sur leurs points d’eau. Soit, les animaux ont leurs codes. Sans m’inquiéter de la petite meute de Milhra, je vins tranquillement boire. Les grondements s’arrêtèrent et ils firent de même. Quelques minutes plus tard, nous partions chacun de notre cotés.
Je continuais cependant de suivre le fil de l’eau, jusqu’à atteindre un point plus tranquille pour retourner à mes divagation sur l’humanité.

Je soupirais. Et dire que nous les avions créés. Mais nous avons ce qu’ils n’auront jamais : ils finissent tous par disparaitre.
D’exaspération, j’envoyais un coup de queue dans une des rares pommes de pin qui trainait sur le sol. Elle partit rapidement en l’air avant de disparaitre dans les flots.
Un nouveau jeu que je me suis découvert récemment. Le lancer d’objet en tout genre.
Objet qui affola un peu les poissons qui remontaient la rivière… J’avais oublié que certains d’entre eux sautaient aussi haut. Une idée me traversa l’esprit : combien d’essais allaient-t-ils me falloir pour en atteindre un en plein vol ?

La réponse était : un nombre bien trop grand pour que je sois satisfait de mes performances. Mais cela m’occupais, m’amusais même. C’était différent d’une chasse sous-marine, bien qu’il y ait des similitudes.
Un grand poisson sauta, je guettais cet instant depuis plusieurs minutes maintenant et je fis enfin mouche ! L’animal retomba dans l’eau, le projectile, lui, partit en l’air et ne fit pas le bruit qu’il aurait dû faire en tombant dans l’herbe.

Tiens ? Avec un peu de chance, je pourrais même ramener une biche pour ce soir !

Je ne pus m’empêcher de rire à ma remarque lancée dans le vent…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 12 Juil - 12:15

Erine Lanfeust

Rp précédent:
 
♦ Résumé: Rentrée de sa précédente mission deux jours plutôt, elle s’était empressée de trouver son commanditaire et avait empoché, sans un mot, 300 Tsuris pour les pattes du vieil émeraude. Cette modique somme lui avait permis de se payer une bonne nuit à l’auberge ainsi qu’un bon repas. Toutefois, avant de se lancer dans une nouvelle mission, Erine avait décider de prendre une journée pour elle afin de faire le point. Congédiant Ratjhar, elle s'était alors lancée à corps perdue en dehors de Lüh
♦ Endurance:  10/10
♦ Etat: Méfiante
Equipements:
 
Sac sans fond:
 
Le souffle court, la femme à la chevelure écarlate arrêta sa course un instant et se retourna profilant le chemin parcouru. Du haut de la colline elle observe, une mine réjouit accroché au visage, les fortifications à échelle réduite qui encerclent au loin la capitale. Pour la première fois vraiment, la chasseresse s'évade des murs oppressant de Lüh sans avoir à répondre de qui que ce soit.

Elle lève alors les yeux vers le ciel. Depuis que l'oiseau divin survole son chemin au grès des courants, la femme se surprend à scruter les cieux plus souvent qu'elle ne le croit. Pourtant, l'ombre du faucon n'est pas là et l'azur ne se démarque d'aucune tâche sombre au alentour. Un léger pincement vient titiller le cœur de la rousse. S'était-elle autant habituée à sa présence pour que le manque s'installe déjà? Erine sourit laissant voguer ses pensées pour Ratjhar, sa fidèle alliée. De toute façon l'invocatrice sait très bien pourquoi le faucon est absent. L'ordre du jour étant : " Profite de ta journée, on se retrouve ce soir au même point que d'habitude.".

En réalité, la jeune femme veut se retrouver seule un moment afin de faire un point sur elle-même. Elle doit prendre du recul sur les derniers événements mouvementés qui sont survenus ces derniers mois. Oui, faire le point. C'est bien là l'application d'une des leçons de vie que la chasseresse a bien comprise suite à sa tentative d'échapper à son destin en bravant un océan en colère aujourd'hui encore source de ces cauchemars qui lui troublent le sommeil chaque soir depuis qu'elle est revenue de cette dernière chasse au loup. Son âme est agitée, Erine le sait que trop bien et si elle veut avancer sur les bons sentiers de sa destinée, la jeune femme se doit d'être en accord total avec elle-même. Il le faut si elle ne veut pas affaiblir le lien pur et sacré qui l'unit aux deux enfants du Grand Aer.

Ne s’attardant pas plus longtemps, Erine tourne les talons et reprend sa course. Courir. Rien de mieux afin de faire le vide dans son esprit afin de profiter pleinement de sa méditation à venir. D'autant plus que cela lui permet en même temps d'entretenir de bonne capacité physique et son endurance. Ses foulées sont grandes et régulières et si aucune destination n'est encore définie elle se contente d'avancer, de courir jusqu'à en perdre le souffle.

Deux bonnes heures se sont écoulées, le paysage défilant autour d'elle sans que la rouquine n'y prête plus d'attention que cela. Son seul repaire visuel étant le large court d'eau s'agitant sur sa gauche. Marquant enfin une pause, la chasseresse scrute les environs méfiante. Ayant déjà eut affaire à la faune locale, elle soupçonne les dangers tapis dans l'ombre de cet endroit à l'allure si tranquille . Prudente, Erine s'approche enfin de la rivière et désaltère sa gorge asséchée. Elle en profite également pour rincer son visage et sa nuque collant de transpiration.

La femme, maintenant rafraîchie, a toujours aussi chaud. Le soleil brille avec intensité en ce milieu de matinée annonçant une radieuse journée. Elle se débarrasse alors de sa lourde cape d'hiver qu'elle fourre à grands gestes dans son sac sans fond. C'est alors qu'elle fronce le nez. Une odeur nauséabonde empeste non loin. Alerte, Erine saisit son arc et une flèche alors que ses yeux bicolores scrutent les environs encore plus minutieusement que la première fois. A cent cinquante mètre environs de l'autre coté de la rive, elle repère une forme biscornue et verdâtre qui se déplace lentement vers le bord de l'eau. La créature ne paraît pas hostile malgré l'effluve désagréable qui l'accompagne et son étrange physionomie.

Fuyant les mauvaises senteurs du mucor, Erine continue alors sa route d'une démarche légère. Sa course l'ayant dégourdie et à présent l'esprit dénudé de toutes pensées encombrantes, la femme se sent en pleine forme. La chasseresse, au grès de ses pas, cherche un endroit paisible où s'installer. Si à sa gauche la rivière est bordé d'une grande vallée, sa droite est très vite délimitée par les remparts sombres et verdoyants de la forêt de Jade. Traverser l'eau glacée autant que s'enfoncer dans le sous-bois ne sont pas des options envisageables mais le grand saule pleurant son long feuillage sur le rivage un peu plus loin pourrait être l'endroit parfait à sa médiation.

Assise en tailleur, les mains sur les genoux, Eros et son carquois posé en face d'elle, Erine a les paupières closes. Son dos est droit, sa respiration est lente et maîtrisée. Le calme ambiant propice à la concentration. Pourtant, malgré ses efforts, la rousse n'arrive pas à fouiller sa mémoire de façon cohérente. Elle tente de trier ses souvenirs et de les reclasser approximativement par ordre chronologique. A quand remonte son accident en mer déjà ? Deux mois ? Plus ? Sa rencontre avec Kamël ? Deux semaines plus tard ? Et Ratjhar ? Tant d’événements s'étaient écoulés en si peu de temps. Puis soudain, alors qu'elle venait à peine de débuter sa séance, ce qui ressemblait à un éclat de rire vint briser le silence.

Quelle idiote ! La jeune femme n'avait même pas penser à jeter un œil au alentour avant de se lancer dans ce face à soit-même si important. Quelqu'un ou quelque chose était là tout près. Heureusement, Erine s'était dissimulée sous le grand arbre et l'inconnu ignorait sûrement sa présence. Saisissant son arme, elle se releva sans faire le moindre bruit et s'approcha des fins branchages. Du bout de sa flèche, elle écarta les feuilles afin de visualiser en tout discrétion cette distraction inattendue.

Erine se raidit en apercevant le félidé au pelage bleu. Un mithra ! Pourtant la créature semblait différente du souvenir qu'elle possédait de ces bêtes. Où était donc passé ces moustaches qui les caractérisé ? Puis si sa mémoire ne lui jouait pas des tours, ces animaux vivaient en meute de trois individus et pour le moment elle n'en voyait qu'un seul. Prudente et désormais tendue, l'archère ne bougea pas d'un cheveux le monstre toujours en joue. De longues minutes passèrent sans que les deux autres compères ne daignent se montrer et la seule créature présente s'amusait à étourdir à l'aide de sa queue les poissons qui osaient sortir de la surface tumultueuse de la rivière.

Ce fut seulement au moment ou le félin aquatique rata sa cible qu'elle crut l'entendre jurer dans un langage qu'elle comprenait. A cet instant Erine douta. Les animaux peuplant l'île n'étaient pas doté du don de la parole et si elle avait bien entendu, cela signifiait qu'elle s'était totalement méprise sur la véritable nature de la créature. De longues minutes s'écoulèrent encore laissant à la chasseresse l'appréciation de la conduite à tenir dans un tel cas de figure.

"Qui es-tu ? finit-elle par lancer d'une voix sèche et assez forte pour que l'autre l'entende."

Toujours cachée, Erine ne s'était pas ni présentée, ni dévoilée à sa vue. Elle était prête décocher une flèche pour le surprendre et à déguerpir au plus vite si la situation tournait au vinaigre.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mar 12 Juil - 16:16

Quatre touches d’affilée, plutôt pas mal pour moi qui suis plutôt rouillé. Je notais l’ironie de la chose quand je mis fin à ma série d’un mauvais jet.
Peste ! Plus qu’à recommencer!

Je ne me rendais pas compte que je parlais assez fort pour avertir de ma présence la totalité de la faune locale… Sauf les poissons, qui se moquait bien de ma présence, et cela même si je les touchais de plein fouet. Je savais qu’il s’agissait d’instinct, mais la détermination qu’ils mettaient à continuer de remonter la rivière malgré les obstacles, dont je faisais exceptionnellement partie, avait quelque chose d’intéressant. Pas de quoi m’impressionner, mais il fallait leur reconnaitre cette qualité. Comme quoi la taille ne fait pas tout.
Pour prouver mes pensées, un migrateur des rivières plus petit que ses compères sauta suffisamment loin et haut pour remonter la partie quasi verticale du cours d’eau. Celui-là, je ne lui avais pas tiré dessus. Ais-je parlé du facteur chance aussi ? La survie dépend aussi parfois de ce petit détail.

La chance… Mon idiot d’humain aussi en avait eu. Il n’avait pas fait exprès, mais dans ce qui aurait pu être son dernier sommeil, il avait prononcé mon nom. Sans le vouloir, il m’avait invoqué… J’ignorais que c’était possible. Peut-être qu’une partie de lui ne voulait pas disparaitre, d’où cet appel.
Quoi qu’il en soit, sans mon intervention, il serait mort et moi de retour dans ma geôle. Au final, lequel de nous deux à eu le plus de chance ?
Une question dont la réponse dépend simplement de la personne qui y réfléchit. Pour ma part, je ne souhaitais pas trancher.

Une voie s’éleva assez loin derrière moi. Etant seul à de nombreuses lieues, l’interpellation ne pouvait que me concerner. Et moi qui pensait que le bruit que je faisais, bien qu’attirant la curiosité, avait fini par faire partir la plupart des êtres vivant du coin.
Mon corps était devenu immobile, comme changé en statut bleutée. Ma queue suspendue en l’air, n’avait pas eu le temps de frapper ma dernière pomme de pin, me faisant rater une autre cible.

Une voie féminine, sans nul doute cachée plus loin. Je ne ressentais pas l’aura caractéristique d’une cousine. Une humaine donc.
Je ne prenais pas la peine de me retourner. Je ne risquais rien. Dans le pire des cas, la rivière était à mes pieds. Et de toute façon, mes yeux seraient bien incapables de distinguer une personne se dissimulant. Néanmoins, mes autres sens me permettaient de savoir à peu près ou était l’intruse. La forêt n’est pas loin. Mais je supposais que l’humaine n’étais pas dedans, plutôt dans des petits buissons. Le ton employé m’indiquait clairement qu’elle s’inquiétait de ma présence.
Une autre voie résonna, la mienne cette fois.

Qui suis-je ? C’est une bonne question. A vrai dire, je me la pose souvent. Mon humain m’appelle Nephylim, il trouve ce nom… Comment déjà ? Ravissant ? Qu’en penses-tu ? Cela te parle ?

Mais toi, qui es-tu ? Pourquoi me déranger lors de mes congés ?

Eh bien, que de question pour elle, il faudra que je surveille ça. Il parait que certains en sont dérangés… Mais à ma décharge, c’est elle qui a commencé. Je me demande si elle va répondre… Ou s’enfuir ? Auquel cas il me faudrait la suivre pour avoir mes réponses. Mais courir vers elle pourrait l’effrayer. Enfin, je ne cours pas très vite ici.
Un peu d’activité avant la fin de la matinée. Pourquoi pas.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mer 13 Juil - 11:31

La femme avait donc bien entendu la première fois, elle n'avait pas rêvé, la créature parlait bien et commençait même à lui répondre. S'il s'avéra que l’importun ne fut évidement pas un mithra, sa deuxième pensée le concernant se trouva être la bonne : le félin bleu est bel et bien un demi-dieu. Pourtant, si sa crainte concernant fuir une meute de prédateurs aquatique s'était totalement envolée, Erine ne baisse pas pour autant son arc. Toujours sur ses gardes, la chasseresse scrutait le moindre des mouvements de la déité. Cette dernière n'avait pas pris la peine de se retourner offrant toujours pour cible son dos aussi effrayant qu'intriguant.

L'archère écarte alors un peu plus les feuillages pour apercevoir plus en détail le dénommé Nephylim dont la voix continuait de vibrer dans les airs.  " ... il  trouve ce nom... Comment déjà ? Ravissant ? Qu'en penses-tu? Cela te parle ? ". La rouquine ne répond pas. Ces yeux avisés parcourent l'échine de la divinité. Datypiques excroissances noires enserrent son dos comme cage thoracique inversé. Maintenant qu'elle le discerne mieux, la jeune femme note la subtilité de son pelage court qui épouse ses formes gracieuses et féline. Son cou jusqu'au oreille à bout sombre qui en dépassent, est pourvu de poils plus long et épais.  Mais ce qui retient le plus l'attention de la chasseresse, c'est cette nageoire caudale à l'extrémité d'une longue et fine queue recouverte  elle aussi d'une protection osseuse noire.

D'une vélocité incroyable, le demi-dieu souleva un galet à l'aide de sa queue-nageoire, le projeta dans les airs et le frappa telle une raquette dans une balle. Le cailloux fusa sur une truite-blanche qui se propulsait hors des remouds protecteurs. S’impatiente t-il qu'Erine ne lui réponde pas aussi promptement qu'il l'avait fait lui-même ? La rouquine ne savait pas trop quoi penser. C'était bien la première fois qu'elle est confrontée à une divinité aussi bavarde et curieuse à son sujet.

" Te déranger ? finit enfin pas lui répondre Erine à son tour. C'est plutôt toi qui est venu perturber la quiétude que j'avais trouvé en ces lieux, continua t-elle d'un ton accusateur. Erine n'était toujours pas fixée sur les intentions de son interlocuteur et préfère ne pas sortir tout de suite de sa cachette. Nephylim quant à lui ne semble pas s’intéresser visuellement à elle et préfère sûrement le bord de la rivière où son élément coule à flot. "Erine, c'est le nom que mes parents m'ont donné." La tension s'estompe doucement la conversation maintenant engagée.La rousse s'était maintenant présentée elle aussi. Elle relâche ses bras et baisse le viseur d'Eros vers le sol. L'archère s'accroupie dans la foulée, pose l'arc par terre et à l'aide de sa flèche continue d'écarter les feuillages pour épier le demi-dieux. Toujours à sa place, le dos tourné. "En ce qui concerne ton nom, je n'aurais pas choisi le terme ravissant, décréta t-elle après un léger moment de réflexion. Nephylim, prononça la femme à voix basse afin de saisir pleinement tout son sens. C'est un joli nom, reprit-elle plus fort. Et ton humain, comment s’appelle t-il ? D'où vient-il? Et toi, que viens-tu faire par ici ?  Es-tu le gardien de la rivière ? "

Erine avait l'impression de lui faire subir un véritable interrogatoire. Cependant elle jugeait nécessaire que ce dernier réponde à ces questions. La capitale est un puits d'informations si on sait trier le vrai du faux. Plus encore à la taverne grâce à la rencontre quotidienne de nombreux voyageurs, mercenaires en tout genre et citadins, les rumeurs sur l'île entière vont bon train. La chasseresse avait évidemment entendu parler du débordement d'une invocation vaincue lors du tournois organisé à Rorn. D'après les ragots elle s'était défoulée sur le publique et aurait disparu en un clin d’œil grâce à sa magie. La femme savait que certain demi-dieux détestaient les Hommes et pouvaient se montrer plutôt agressifs. Elle en avait vécut une expérience personnelle plutôt terrifiante.

Pourtant Nephylim ne paraissait pas doté de mauvaises intentions. Depuis qu'elle était partie à l'aube ce matin, Erine n'avait croisé personne sur les sentiers. Elle avait quitté la route pour remonter le cours d'eau mais les quelques animaux rencontrés s'étaient enfuis. Et alors qu'elle se croyait enfin seule, c'était une divinité qui était finalement destinée à rompre sa concentration. Etait-ce un signe de Quatre ? Aqua envoyait-elle son fils afin que ce dernier l'aide à apaiser son âme troublée ?

Erine fronce les sourcils alors qu'elle se reconcentre sur la déité. Avant tout, elle doit déjà écouter ce que Nephylim a à lui dire au lieu de se méprendre sur des interprétations hâtives et erronées de son destin.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mer 13 Juil - 17:19

Une touche de plus. Il fallait bien s’occuper, l’humaine ne semblait pas pressée de répondre et cela m’agaçait. Une autre séquelle de mon internement forcé. Tiens ? Voilà une autre définition qui correspond parfaitement à ma punition. Je ne sais plus qui l’a inventé. Les êtres du passé sans doute, mais il se retrouvait ici aussi.
Si j’étais d’apparence nonchalante, mes oreilles restaient à ‘affut, je guettais sa réponse qui finit par venir. Accompagné d’un doux frémissement. Elle bougeait, lentement, elle aussi aux aguets.
C’est amusant, les humains n’agissent jamais avec autant de sobriété en entrant dans un temple. Quelle est l’élément provoquant cela ? Le risque est le même. N’importe lequel de mes cousins peut se jeter sans réfléchir sur sa pauvre victime. Je dirais même que, pour peu qu’il nous soit interdit d’attaquer à vue, l’extérieure des temples est plus sécurisé… En faisant abstraction des monstres bien sûr.
Mais si l’humaine prenait ses précautions, ce n’est pas pour autant qu’elle n’avait pas la langue bien pendue.

Ta quiétude ?

Un gloussement m’échappa. De mes maigres souvenirs, je n’avais jamais entendu cela de la bouche d’un humain.

C’est amusant, j’ignorais qu’il fallait autant s’éloigner de toutes traces de civilisation pour trouver le calme. Sauf si l’on a quelque chose à se reprocher. C’est ton cas ? Non ne répond pas, ça ne me regarde pas.

Et à vrai dire, ça ne m’intéressait pas non plus et ce n’est pas comme si celui qui m’avait sorti de ma geôle était un assassin.
J’avais maintenant le nom de celle qui m’interrompais dans mon ‘’jeu’’. Je me le répétais à plusieurs reprises… L’avais-je déjà entendu ? Non… Oui si, c’était en rapport avec un évènement ayant lieu dans la capitale. J’y suis resté peu de temps, mais mon désir de connaissance m’avait poussé à m’intéresser à tout… Et pas qu’à des choses utiles ou intéressantes.

J’ai déjà entendu ce nom… Ah je sais ! Tu te nommes comme ‘’la chasseuse rouquine qui a relevé le défi du champion. Haha, ais-je la chance d’être avec cette personne ? Ou est-ce un hasard ?
Remarque, ça ne change pas grand-chose pour moi, à part ton nom, je ne connais rien de toi.

D’autres poissons sautaient et je n’avais plus de munition, je suppose qu’il me fallait laisser la nature œuvrer le temps d’une discussion. L’humaine bougeait encore un peu. J’ignorais sa position, mais si elle était crispée, tendue, ce n’était surement pas des plus confortables.

Tu vas t’engourdir à rester raide jeune fille. Tu devrais te détendre.

A ces mots, je me relevais lentement, sans pour autant me tourner vers la direction de la voie et fis quelques pas en longeant la rivière. De toute façon, le soleil d’hiver, bien que pas aussi violent que celui d’été, était une gêne pour moi. Non pas que je suis aveugle avec seulement deux membranes fermées, mais presque. Ma vision sur de longue distance est plutôt floue…

Je ne peux pas te dire le nom de mon humain, de toute façon, il n’est pas du genre à connaitre beaucoup de monde, même à Lüh. Cela dit, si tu as entendu parler d’un humain ayant été enlevé par une invocation il y a deux lunes, c’était nous. Bien que le terme d’enlèvement ne convienne pas. Et de ce fait, je suis plus son gardien que celui de la rivière. Mais puisqu’il m’a donné congé, je n’ai plus grand-chose à garder. Je ne sais même plus si j’ai dû garder autre chose que la vie d’un humain par le passé. Vous êtes souvent trop téméraire malgré votre fragilité.

Mais apparemment je t’ai dérangé. Oserais-je présager de la raison de ta présence si loin du monde humain ? Tu serais chasseresse donc. Avec une renommée nouvelle. Etres ainsi mises en lumière te dérange ? Mais dans ce cas, pourquoi participer à ce genre d’évènement ? Tu avais quelque chose à te prouver ? Oh… Ou bien, l’un des miens est responsable de cela ?

Ce qui expliquerait en partie sa grande prudence depuis qu’elle m’a interpelé.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 16 Juil - 13:08

Nephylim l'avait écouté silencieusement et sa réponse ricocha sur chacune des informations ou  interrogations que l'archère avait formulé. Le fils d'Aqua est un être vif d'esprit et sa réflexion concernant la raison du besoin d'éloignement de la rousse est vrai. La femme est rassurée que la curiosité du demi-dieu s'arrête aussi rapidement sa pensée énoncée. Il était certain qu'Erine avait des choses à se reprocher mais elle n'avait vraiment pas envie d'en parler.

Puis la déité aborda le sujet de son nom à elle. A la plus grande surprise de la chasseresse, il lui évoqua quelque chose. Connaissait-il une personne portant le même prénom ? Jamais encore la jeune femme n'avait croisé une seule personne avec ce patronyme.  Intriguée et cette fois-ci curieuse d'en apprendre un peu plus, Erine écouta encore plus attentivement les paroles du félin bleu. "La chasseuse rouquine qui a relevé le défi du champion." à ces mots, elle ne sut dire si elle devait le prendre mal ou plutôt comme un compliment. Dans tous les cas, cette description était un résumé certes succin mais concis de qui elle était à présent. Erine se demanda toutefois si le demi-dieu avait juste entendu parler de sa performance ou s'il en avait été spectateur. Un point à éclaircir plus tard.

Les poissons blancs remontaient infatigablement la Blanche vers le fleuve Granderive afin d'atteindre la plaine glacée et les eaux gelée de l'océan. Ils annonçaient avec leur migration, après les pontes hivernales dans le lac Sélène, le retour prochain du printemps. Le fils d'Aqua ne trouvait plus aucun projectile à leur lancer, l'archère le devinait à sa queue impatiente fouettant l'air.

" Tu vas t'engourdir à rester raide jeune fille. Tu devrais te détendre. "

Erine sourit ironiquement à ce conseil. Elle était habituée à camper dans d'inconfortables positions lorsqu'elle chassait et qu'il fallait se faire oublier avant de devenir le prédateur pourchassant sa proie. La rousse se savait capable de rester encore longtemps tapis dans l'ombre s'il le fallait. Cependant, suivant son bon sens, la femme  savait également qu'il était inutile de gaspiller ces forces lorsque cela n'était pas nécessaire. Jusqu'à présent, Nephylim s'était montré des plus courtois et aucune hostilité ne fut jamais évoqué. Il avait également respecter le choix de l'archère se dissimuler dans l'arbre massif qui déversait une cascade végétale dans la rivière.

Plissant les yeux pour mieux observer le félin qui se levait, Erine écoutait toujours aussi attentivement  ce qu'il avait à dire. Nephylim se montra plutôt franc quand il lui fallut répondre de l'identité de son maître. La rousse nota que la déité connaissait le nom de la capitale. Elle se demanda alors si la demi-dieux  avait quitté son temple depuis longtemps. Était-il lié à son invocateur depuis de nombreuses années ? Encore un point à éclaircir plus tard. Enfin, si Nephylim consentait à lui répondre vu que cela impliquait également de divulguer une information concernant "son humain".

Ce dernier s'éloignait doucement et si Erine désirait suivre la conversation il lui fallait prendre une décision rapidement. Partir tout de suite maintenant que l'occasion se présentait ou sortir de sa cache pour partager un moment privilégié en compagnie d'un enfant des Quatre Fondateurs. L'archère s'était redressée, avait écarté d'une main les feuillages pour se frayer un passage. Rangeant sa flèche et son arc dans son dos, elle suivait d'un pas léger la divinité prenant toutefois soin d'entretenir une distance raisonnable.

Nephylim s’exprimait au sujet d'un soit dis-en enlèvement. Si ces souvenirs étaient exactes, il y a environs deux mois, la rousse faisait naufrage. Par la suite, aucune rumeur concernant cette histoire lui était parvenu à part l'enlèvement d'un noble bien fortuné au nord des landes par un groupe de brigands malfamés. Son amie Arthuria lui avait affirmé la véracité de ce ragot lors de leur longue nuit soirée à la taverne après leur sauvetage du vieux docteur il y a presque une lune de cela.  

Les affirmations de Nephylim étaient sages. Il donnait à Erine l'impression d'en connaître beaucoup sur la véritable nature des Hommes. " Mais apparemment je t'ai dérangée." Erine sourit à nouveau. Il avait prononcé ces mots avec tellement de désinvolture qu'elle s'en amusait presque. La femme s'était détendue et se prenait à la conversation qui désormais la concernait directement.

- Tu serais chasseresse donc. Avec une renommée nouvelle. Etres ainsi mises en lumière te dérange ? Mais dans ce cas, pourquoi participer à ce genre d’évènement ? Tu avais quelque chose à te prouver ? Oh… Ou bien, l’un des miens est responsable de cela ?

- J'ai agis dans l'urgence, répondit Erine les derniers mots de son interlocuteur prononcés. J'avais besoin d'argent pour payer la médecine nécessaire à celle qui m'est liée. As-tu assisté au tournois ? profita t-elle de demander pendant qu'ils conversaient sur le sujet. J'étais tellement concentrée que je n'ai pas vraiment prêter attention à la foule. De même que la récompense récupérée, je suis partie rapidement pour rejoindre Ratjhar à la boutique.

La rousse marqua une pause laissant à Nephylim le temps de lui répondre. La femme ne lâchait pas des yeux la silhouette gracieuse du félidé. Lorsqu'il tournait légèrement la tête, Erine apercevait le profil de son visage sans vraiment en discerner les détails.

" En ce qui concerne mon métier, tu as visé juste. C'est impressionnant comme ce championnat me facilite la vie à décrocher de bons contrats ! Je ne suis pas originaire de la capitale, se lança à expliquer la jeune femme soudainement plus bavarde sur sa propre situation. J'ai grandi dans le sud des landes. Maintenant que j'ai quitté le foyer familial, il faut bien remplir sa bourse si on veut améliorer certaines choses à son quotidien !  Mes débuts en tant que chasseresse indépendante m'ont très vite poussé à gagner Lüh où les opportunités de décrocher des missions sont plus élevés.  En tant que femme dans ce domaine très peu de commanditaires m'ont porté crédit, siffla t-elle encore fâchée contre ces injustices. J'ai récemment découvert qu'au final, la-bàs, tout le monde s'y retrouve, je m'en rend vraiment compte aujourd'hui. Les premières fois où je l'ai visitée, avoua la femme sur le ton de la confidence, j'étais intimidée et craintive face à tant de nouveauté et de grandeur. Je n'ai pas découvert les plus beaux atouts de la cité, j'ai fait de mauvaises rencontres et je ne me suis pas très bien comportée c'est vrai. Pourtant, à ce jour, la situation a évolué et m'est plutôt favorable, concéda t-elle finalement se remémorant la joie qu'elle avait eu à narrer chaque manche du tournois à son invocation hâtivement retrouvée une semaine plutôt. C'est assez plaisant à vivre ! "

Malgré sa réserve à approcher la divinité de plus près, Erine était désormais totalement détendue et ses mots allaient bon train.  Sa crainte envers l'agressivité potentielle de son interlocuteur s'était muée en un profond respect. Il n'était pas n'importe qui mais l'un des fils d'Aqua ! Quand elle repensait à son attitude première lorsque la chasseresse avait déceler sa présence, Erine dut serrer les mâchoires pour ne pas laisser échapper son fou rire. Elle devait faire attention à ne plus se montrer impolie envers le demi-dieux. Même si son approche pouvait facilement s'expliquer par l'expérience d'une vie à présent semi-nomade qui avait changé sa façon d'appréhender la vie mais avait également façonner un caractère atypique.  

" Je te présentes mes plus plates excuses Nephylim, finit-elle par continuer après une autre pause. Tu sais, pour tout à l'heure. Pour être honnête, de là où je me trouvais et quand je t'ai aperçu, je t'ai confondu avec un mithra. Je me suis rendue compte que je me trompais quand j'ai réalisé que tu parlais, s'expliqua Erine encore un peu gênée que cette anecdote la fasse rire.  J'ignore si tu nages dans les eaux de l'île depuis longtemps mais si c'est le cas, tu dois donc savoir qu'Arcane n'est pas aussi paisible qu'elle n'en a l'air. Cette île est belle et cruelle. C'est bien ce qui la préserve d'ailleurs ! s'exprima la rousse avec certitude. D'ailleurs, en ce qui concerne cette histoire d'enlèvement qui n'en est pas un, je n'ai jamais rien entendu à ce sujet. Par contre, je sais de source sure qu'un noble a eu des ennuies au retour de son expédition au temple d'Aer. Des intrigues dont j'ignore tout se trame dans la forêt du Nord. J'ai moi-même eut affaire à un groupe de brigands qui transportaient avec eux une esclave ! s'exclama Erine furieuse en revoyant cette pauvre femme, marqué au fer et enchaîné au fond d'une carriole. D'après les lois établis par le Roi et approuvé sous le règne du Prince, le trafique humain est prohibé depuis des années ! Pourtant il existe toujours et il est alimenté par un homme qui gouverne tous les bandits sanguinaire sur ces terres d'exils. Ce n'est que spéculation mais peut-être est-ce ces mêmes barbares qui vous ont importuné toi et ton maître il y a deux lunes."

Sur ces derniers mots songeurs, Erine s'était enfin arrêtée de parler laissant le choix à la divinité de continuer la conversation lorsqu'elle le désirerait. La chasseresse, elle-même, réfléchissait encore à ce qu'elle venait de dire. D'une certaine façon, ressasser ces souvenirs et en partager ses informations avec la divinité lui permettait tacitement à remettre ses idées bien en ordre. Cette rencontre inattendue était finalement bienvenue et Erine commençait à peine à en apprécier le nouvel attrait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mar 26 Juil - 17:05

L’urgence, en voilà un moteur qui anime les humains bien plus souvent qu’ils ne le croient. Et pas que les humains à vrai dire. En tout cas, j’étais assez étonné que la personne nécessitant des soins soit une cousine. C’est… Normalement peu probable. Cela dit, je doute que cette fille me ment. Quel serait son intérêt à cela ?
Ma queue se posa doucement sur l’herbe fraiche, finalisant de me rendre parfaitement immobile. Je cherchais dans mes souvenirs ce nom, mais je du rapidement à l’évidence. Il m’était inconnu.

Ratjhar dis-tu ? Elle t’est liée ? Donc elle est comme moi n’est-ce pas ? Je n’ai jamais entendu les humains dirent qu’ils étaient lié à quelqu’un d’autre que ce que vous appelez Invocations... Vu comment tu en parle et tes actes, tu as du être inquiète pour elle.
Mais permet moi d’énoncer un détail qui m’intrigue : De quel mal souffrait-elle pour qu’un simple retour au temple ne suffise pas à ses soins ? Quoi qu’il en soit, il est toujours triste d’apprendre qu’un congénère ne va pas bien. Cela arrive souvent j’ai l’impression.

Ou alors, aucune des deux ne connaissaient le pouvoir régénérant de nos geôles. Ce qui, en réalité, ne m’aurait pas étonné. Difficile de connaitre l’étendue des pouvoirs de chacun des temples sans avoir pu les constater par sois même.

Je serais un menteur en affirmant que les distractions humaines ne m’intéressent pas, elles font partie des dernière qu’il me reste quand je suis dehors. Mais je n’étais pas à ce tournoi.
Cependant, et bien que j’ignore tout de toi et de Rathjar, ce que tu me raconte est digne de mon respect.

L’humaine repris la parole, me décrivant succinctement son passé, son ressentit. En somme, sa vie.
Vie que je pourrais qualifié de plaisante. Pas parfaite, de toute façon, je suis bien placé pour savoir que ça n’existe pas, mais tout de même, agréable.
Bien sûr qu’il aurait été mieux que certains aspects de la vie humaine changent, par le passé, nous en avions été incapables. Et quelque chose me dit que nous n’étions pas les seuls. Ils avaient beau faire savoir qu’ils souhaitaient qu’ils soient les même que dans l’ancien monde, je reste persuadé qu’ils étaient juste incapable de faire autrement.

Puis la chasseresse me présenta ses excuses, sans que je ne demande quoi que ce soit sans que je ne m’y attende. D’instinct, je tournais ma truffe vers elle. La comparaison n’était pas mauvaise et la gêne qu’elle éprouvait m’amusait. La suite, ne résumais que trop bien les ennuis qui secouaient l’humanité. Que ce soit sur cette île ou n’importe quel moment du passé… Du moins les récits que j’en ai.

Tu n’as pas à t’excuser. Je partage certains traits avec eux et je me suis toujours sentit assez proches d’animaux ou de créature vivant en meute. Cela dit, je crois que je suis plus proche des loups d’Arcane. Si l’on ne tiens pas rigueur de mon aspect bien sûr.

Belle et cruelle… Pourquoi ses mots résonnaient particulièrement en moi ? Ils n’étaient que des mots, des représentations d’une réalité. Quel est leur importance ? Je les ai déjà entendu, je les connais, pourquoi cette association prenait-t-elle tant d’ampleur dans mon esprit ?
Ils me montraient quelque chose, m’inspiraient. Cela me rappelait tout simplement mon élément et sa vie. Les rivières, les mers, les océans… Belle et cruelle. Voilà ce que devait être la vie aquatique. Ce qu’elle est encore, sans moi…
Je secouais vigoureusement la tête. J’aurais tout le temps de penser à cela plus tard.

J’ai brièvement parcourue cette île par trois reprises. Et à chaque fois, des troubles assez proches de ceux que tu me décris se produisaient. C’est dans votre nature non ? A la fois capable du pire comme du meilleur. Mais ne le prend pas pour toi, vous êtes comme moi et mes confrères. Aucun ne se ressemble, certains vous haïssent sans raison, d’autres vous apprécies. De votre côté, pour chaque humain plein de bonnes intention, il y en a qui ne pense qu’à atteindre leurs but et peu importe les conséquences. Ces raisons de vivres nous ont été enlevé, mais sois sûre que si nous en avions encore, nous nous comporterions comme vous.

Il ne reste qu’à espérer que votre Prince se décide à agir, mais je n’y crois pas trop. Si ces terres de non droits existent, c’est qu’il a bien voulu les laisser naitre.

Il était évident que personne ne devrait être asservit de la sorte. Mais ironiquement, l’humanité fonctionnait sous une forme de servage depuis longtemps. Je me demandais même si la jeune femme, répugnée par ce qu’elle a vu, c’est rendu compte du nombre d’esclave l’entourant pas plus loin qu’a Lüh.

Enfin, cela me concerne peu au final. Je ne m’inquiète pas pour mon humain, des brigands seraient bien incapables de l’amocher. Et honnêtement, le seul vrai danger pour lui n’est nul autre que lui-même. Haha, voilà qui ne fait que rendre plus difficile mon rôle auprès de lui.

Dis-moi, tu sembles avoir vécue plusieurs aventure, est-ce que d’autre que Ratjhar t’ont accompagné ? Et qu’ont-ils représenté pour toi ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Jeu 28 Juil - 22:04

Le duo insolite longeait toujours, au grès de la conversation entamé, la rive étroite de la tumultueuse Blanche. Le rythme n'était pas très rapide et trouvait toujours à ralentir lors d'un moment de réflexion. Maintenant que la jeune femme ne se sentait plus en danger, elle prenait le temps d'observer le paysage qui se peignait autour d'elle. D'un coté de la rivière l'ombre de Jade se rapprochait doucement et de l'autre une vallée tranquille profitait des températures clémentes qu'offrait la fin de saison hivernale.

- Oui Ratjhar est comme toi, répondit Erine légèrement amusée de la façon dont il insinuait qui il était vraiment. Elle est l'une des enfants du très sage et insaisissable Aer. Nous avons lié nos destinées il y a environ plus d'une semaine de cela. Elle m'a avoué que cette sortie du temple était une première. Tu sais, Ratjhar est vraiment comme un oiseau qu'on a mit dans une cage oubliée depuis très longtemps, confessa avec tristesse la jeune femme. Je ne crois pas du tout que l'idée de remettre une plume dans cette cellule la réjouisse vraiment. En ce qui concerne vos capacités de régénération une fois retournés dans vos temples respectifs, je l'ignorais totalement, continua t-elle crédule. Je pense qu'elle l'ignore également. Je lui en parlerai, peut être que ça nous fera faire un peu plus d'économie, chuchota la rousse comme si à présent elle se parlait à elle-même . Elle reporta soudainement son attention sur Nephylim reprenant sur la suite logique de la conversation.

" Notre traversée des landes ainsi que notre trajet presque achevé à destination de Lüh, furent mouvementés de quelques péripéties. Mon alliée a été brûlé par du feu magique dont la source était un fulmina affamé qui avait décidé de faire d'elle son encas. La nuit était d'ailleurs sur le point de tomber quand nous avons réussit à le mettre en fuite tout proche du sentier principal menant aux portes de la ville. Je voulais seulement qu'elle guérisse au plus vite, d'autant plus que je me sens responsable de sa blessure. Je dois admettre que j'ai bel et bien raté cette maudite flèche, conclu t-elle d'un ton sévère. "

Malgré son silence abrupt, un "mais" se glissa dans son esprit transformant l'histoire en si elle n'avait pas raté sa cible ce jour là, elle n'aurait peut être pas tenté sa chance au défi du Champion et n'aurait jamais eu l'opportunité de recroiser le chemin de la guerrière du désert. Hasard ou destin, Erine était au final plutôt satisfaite que sa bonne étoile se décide enfin à briller. Puis la rouquine devait bien avouer que malgré ces précédentes critiques concernant, la taverne en plein cœur de Lüh était un lieu fort sympathique où elle faisait toujours de belles rencontres se liant même d'amitié avec certains de ces plus fidèles clients.

La chasseresse reprit la parole aussi rapidement qu'elle l'avait laissée. Elle devisa sur les derniers événement survenus dans sa vie, se dévoilant à chaque mot un peu plus. Nephylim, lorsqu'il trouva un instant pour s'exprimer lui répondit quant à sa présence lors tournois. Evidemment, qu'est ce qu'un être tel que lui participerait à ce genre de distraction ? Erine se trouva idiote l'espace d'une seconde. Elle profita alors de cette remise en question, pour présenter humblement ces excuses. Le demi-dieu appréciait sa ressemblance avec les mithras et ne s'offusquait pas de cette fausse première impression. Même si son interlocuteur affirmait tenir plus du loup et de l'esprit de meute, sa corpulence féline n'aidait pas Erine à l'imaginer comme tel.

Ainsi la divinité, comparé à celle qui était la sienne, avait déjà visité l'île à plusieurs reprise. Son aisance à dialoguer et s'adresser à elle rappelait à la jeune femme l'autre enfant d'Aer qui lui était également lié. Au plus profond de son être, même si elle n'en avait jamais directement discuter avec lui, la rousse savait que Kamaël avait eut plusieurs invocateurs par le passé. A peine avaient-ils eut quitté le temple que la divinité s'était métamorphosé en homme pour se faire plus discret. Puis du jour au lentement, il avait disparu. Maintenant qu'elle y repensait plus sérieusement, la rousse se dit que cela avait peut être un rapport avec une affaire mise en suspens alors qu'il fut obligé de rejoindre sa cellule son dernier maître décédé. S'était-il joué d'elle ? Elle, qui était venue quérir l'aide d'un partenaire fidèle, s'était tout simplement faite dupée.

" Il ne reste qu’à espérer que votre Prince se décide à agir, mais je n’y crois pas trop. Si ces terres de non droits existent, c’est qu’il a bien voulu les laisser naitre. Enfin, cela me concerne peu au final. "

Elle secoua la tête se concentrant sur le véritable sujet de discutions. Nephylim lui confirma que les problèmes houleux que rencontrait la contrée du nord des landes n'étaient pas si récents que cela. Erine n'était pas surprise d'entendre ces affirmations et sourit à l'évocation du sa Majesté. Elle ne l'avait jamais vu de ses propres yeux malgré l'occasion qui s'était présentée à Rorn lors de la grande course de variquans. Inaugurant la cité fortifiée de Rorn désormais achevée, le prince n'avait fait qu'augmenter la tension qui tourmentait les renégats de la forêt du Nord.

Son père lorsqu'elle fut plus jeune et qu'il les instruisait lui même elle et ses frères sur l'Histoire d'Arcane, leur avait appris que les conditions de vie hostile de ces terres reculées avaient toujours été une territoire de non-droit véritable eldorado de tous les exilés de la société. Société autrefois dicté par une famille despotique marquant l'époque d'Aspéra et aujourd'hui frivolifier par un jeune homme manquant d'expérience et dont la paix apportée par son arrière-grand père Sahen de Lüh s'effritait peu à peu. Même succincte, c'était la vision qu'Erine avait de la situation critique concernant cette partie de l'île. Pourtant la chasseresse n'avait pas hésité un instant à traverser la forêt infesté de brigands pour rejoindre les monts célestes et quérir l'aide d'Aer.

" Je ne m’inquiète pas pour mon humain, des brigands seraient bien incapables de l’amocher. Et honnêtement, le seul vrai danger pour lui n’est nul autre que lui-même. Haha, voilà qui ne fait que rendre plus difficile mon rôle auprès de lui. "

Erine se demanda un instant à quoi pouvait bien ressembler l'homme avec qui était lié le fils d'Aqua. Comment était-il ? Que faisait-il dans la vie ? Nephylim avançait toujours devant elle d'une démarche féline. Toutefois la rousse ne voulut pas exposer sa curiosité au grand jour. Ratjhar lui avait appris à être patiente. L'oiseau était un être sage qui se livrait peu et qu'Erine respectait au plus haut point. Elle laissa donc son interlocuteur l'interroger à son tour.

- Dis-moi, tu sembles avoir vécue plusieurs aventures, est-ce que d’autre que Ratjhar t’ont accompagné ? Et qu’ont-ils représenté pour toi ?

- Effectivement, elle n'a pas été la seule, répondit franchement l'interrogée. Cependant la toute première divinité que j'ai toujours connu fut Diwa. Fils de Terra, il était le compagnon de mon père et je l'ai souvent côtoyé durant ma petite enfance. Maintenait que j'y pense, autant que mes souvenirs me le permettent, Cerfeuille comme j'aimais l'appeler n'a jamais été très bavard. Ma première visite dans un temple fut naturellement celui de la nourricière et impénétrable Terra. La-bàs, j'ai rencontré Lazlun un guerrier-lion gardien d'une sagesse ancestrale. Pour lui aussi c'était sa première sortie de sa cellule de pierre. Il m'a accompagné jusqu'au temple d'Ignis où je voulais me lier avec l'un de ses enfants. J'espérais à l'époque combiner la magie élémentaire de mes deux invocations afin de mieux me défendre, argua la rousse en se remémorant les motivations qui l'avait poussée à agir ainsi. C'est au coeur ardent du temple du feu que je me suis confrontée au terrifiant Edstraz, expliqua t-elle un frisson parcourant son échine à la simple évocation de ce dernier. Je me suis très vite rendu compte qu'entre lui et moi, malgré toute ma bonne volonté, partager nos destinés n'était pas envisageable. Quelques heures passées hors de sa prison infernale et je l'y ai congédiée à jamais. De toute mon existence je n'ai jamais connu un être vivant aussi haineux que lui. Par contre je ne m'attendais à ce que Lazlun soit déçu à ce point là de mon échec. Nous n'étions plus d'accord sur la nature du lien qui nous unissait et j'ai fini par briser notre union en le renvoyant à sa cellule afin d'y attendre la venue d'un nouveau maître, s'expliqua Erine pas très fière de son attitude adopté à ce moment là. J'avais lamentablement échoué mon rêve d'enfant le plus précieux et je me suis un long moment égarée. C'est un naufrage, il y a environs deux lunes de ça qui m'a fait réalisé que les Quatre Fondateurs m'offrait une seconde chance, celle de racheter mes fautes passées en arpentant une voie meilleure et nouvelle. Je ne me souviens plus de exactement de son nom, quelque chose du style Anaviel, Naviel ou Noviel, mais c'est ce jour là que j'ai fait la rencontre de l'une des tes soeurs. Elle était liée à la femme qui m'a recueillie lorsque je fus échouée sur la plage. Leur complicité était si forte qu'une fois rétablie je me suis motivée à réessayer l'expérience. Si le temple de la terre et celui du feu n'avait pas était un grand succès, je me suis mise au défi de grimper jusqu'à celui du Grand Aer. Le site est spectaculaire et il est celui que je préfère des trois temples visités. Ma première ascension sur la cime du mont Céleste fut pour Kamaël. Nous sommes toujours liés mais j'ignore où il se trouve en ce moment. Lorsque j'ai passé son épreuve le printemps dernier, j'avais vraiment l'impression qu'il était l'allié que j'attendais depuis toujours, celui qui m'était destiné, murmura t-elle une pointe de déception dans la voix. Moi qui était venu chercher un partenaire, je me suis à nouveau retrouvée seule. Cette fois je m'obstine à penser que si Aer m'a menée jusqu'à ce fils précis, c'est qu'il doit y avoir une raison. J'ignore encore laquelle mais je me refuse à briser notre lien sacré malgré qu'il ne tienne pas vraiment ses engagements. J'ai ensuite fait la connaissance d'Owan, un renard au pelage enflammé. Il est le compagnon d'un ami forgeron et il m'a fait réalisé que tous les enfants d'Ignis n'étaient pas tous colérique et dangereux. Puis il y a eu cette mission périlleuse que j'ai réalisé avec deux camarades rodés au combat. Je me suis rendue compte qu'il me fallait un partenaire présent tous les jours à mes cotés. Ce fut Ratjhar qui a été choisi pour assurer ce poste à temps plein. Nos chemins sont mêlés que depuis peu mais je porte beaucoup d'espoir quant à l'avenir qui nous est réservé. "

A chaque évocation des demi-dieux évoqués, Erine les avait visualisés et toutes ces révélations avaient ressassées d'anciens souvenirs jusqu'alors mis à l'oublie. La jeune femme avait été troublé durant son discours mais le fait même d'en parler à voix haute lui avait permis de faire un point concret sur ces atypiques rencontres. Après tout, chacune d'elles avaient bouleversées ou étaient un tournant décisif dans sa vie.

" Et toi alors ? Que penses-tu de ce monde ? J'ai souvent entendu tes pairs dire qu'il n'était au final pas si différent qu'autrefois. Que nous humains ressemblons à ceux que vous aviez créer jadis. Je ne suis peut être pas la plus instruite de tes rencontres mais je suis curieuse de connaître ton ressentis. A mes yeux vous, les descendant premiers des Grands Créateurs, avez vécu aux cotés des Dieux, vous les avez connu et savez que trop bien ceux dont Ils sont capables. Nous, mortels, n'aurons pour la plupart jamais l'occasion de les apercevoir un jour et sommes ignorants de tant de choses. Il est dans notre nature, enfin dans la mienne en tout cas, que de vouloir apprendre un peu plus de vos us et coutume. Peut être que ta vision des choses m'aidera à mieux cerner celle que Rajthar se fait depuis qu'elle a quitté sa cage."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Jeu 4 Aoû - 15:13

L’humaine continuais d’avancer au rythme irrégulier que j’imposais. Cette discussion était intéressante, mais je devais aussi me maintenir prêt à bouger si jamais le blessé que je devais protéger de loin m’appelait. A cela s’ajoutais mon désir de trouver un autre terrain de jeu… Pour plus tard. A Moins qu’elle ne souhaite jouer avec moi, mais j’en doutais.
Elle me raconta ce qui l’amena à Lüh. Ainsi que son ignorance des pouvoirs du temple. Comment lui en vouloir ? C’est bien parce que j’en ai fait l’expérience que je possédais ce genre de savoir. Même si je m’en serais passé.
Mais mettons ce passé de côté. Parler avec cette humaine était agréable, pour la simple et bonne raison qu’il n’y avait aucun enjeu à cette discussion. A la fin, nous repartirons, suivant chacun son chemin, peut-être nous reverrons nous, mais aujourd’hui, pas d’épreuve, pas d’ordre.
Depuis quand n’ai-je pas pu parler ainsi ? Trop longtemps.
Oh, bien sûr, j’ai mon humain, mais c’est différent. Qu’importe nos volontés, notre lien d’amitié, il reste celui qui ordonne. Il me l’a parfaitement démontré il n’y a pas deux jours.

Je n’avais raté aucun mot que la femme prononçait. Il y avait du bon comme du moins bon. J’y décelais des choses qui me plaisaient et d’autres non. Ce qui comptait s’était sa franchise. Elle aurait pu me cacher certains évènement, elle n’en fie rien. Je me demandais bien pourquoi.
Vint alors une question qui m’a souvent été posée, mais à laquelle je n’ai jamais su répondre depuis ma punition.

Ah… Ma vision. J’ai peur de te décevoir, mais j’ai hélas trop peu à dire sur mon passé.
Cette île est ce qu’elle est, tu l’as toi-même définie comme belle et cruelle. Je suis du même avis, mais j’aurais bien du mal à la comparer à l’ancien monde. De même que je suis incapable de comparer l’humanité avant et après le grand bouleversement qu’ils ont provoqué.

Je soupirais alors. Ce qui eut pour effet de légèrement adoucir le ton que je venais d’employer. La question des quatre était toujours source de colère chez moi. Bien que je m’efforçais au mieux de la réprimer.

Jeune fille, j’entends à tes paroles que tu as un grand respect pour les dieux. Ils doivent représenter tant de chose pour toi. Force ? Puissance ? Sagesse ? Des guides même.
Mais ce n’est pas mon cas. Pour moi, ils n’offrent rien, pas de seconde chance, tout est de ton fait, de ta persévérance et de ta chance. Tu as vue par toi-même que chacun des miens ne réagissaient pas de la même façon au contact humain. Bien qu’en générale il ne s’agit que de respect ou de colère. D’affection ou de haine.
Il en est de même pour eux. De ce fait, si personne ne pourra jamais égaliser leurs pouvoirs, un homme serait tout à fait capable de surpasser leurs sagesses. Je n’en doute pas.
J’espère que mes propos ne te choque pas, ce n’est pas mon but. Peut-être est-ce ma franchise qui m’a valu ce petit plus lors de la condamnation.
Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il ne nous regarde plus depuis longtemps. Comme par le passé.
Et ce passé, ils me l’ont enlevé.

Cela dit… Je suis peut-être le seul à penser ça. Même parmi mes congénères. Et j’aimerais tant pouvoir te répondre avec précision. Raconter ce qu’était l’ancien monde.
A défaut, je peux te dire comment était Arcane, en particulier les territoires entre mon temple et la mer intérieur,  plusieurs années avant ta naissance.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Sam 6 Aoû - 9:32

Petite déception lorsque le félin bleu lui annonça qu'il ne pouvait débattre sur le sujet vainement lancé. Toutefois Erine sourit comme si enfin de compte cela l'amusait. Nephylim n'était pas Ratjhar et jamais il ne pourrait l'aider à mieux comprendre l'attitude de son invocation. Comment pouvait-elle les comparer alors qu'il ne se ressemblait en rien. L'une fille d'Aer, l'autre fils d'Aqua. Des caractères et existence bien différents. Des passés révolus et une autre livre ouvert pour réécrire un nouvel avenir.

Au son de sa voix, Erine devina que son interlocuteur ne partageait pas la même dévotion qu'elle portait au Quatre Créateurs. Il semblait même tendu à l'évocation de ces derniers. Pour lui on réussissait par soit même et les Dieux n'y étaient pour rien. C'était une étrange vision des choses surtout lorsqu'on vous affirmait qu'Ils restaient tout de même omniprésent malgré leur absence. Au final, la femme les craignait autant qu'elle admirait leur oeuvre, cette île qui lui permettait à ce jour de vivre.

Il était curieux d'entendre pour une fois qu'un demi-dieux portait crédit à l’existence humaine. Pour lui, un homme n'égalera jamais l'un des siens en puissance mais son esprit peut se montrer plus vif que l'immortel. L'équilibre est restauré lorsqu'un homme et l'être lié évolue en harmonie. Erine comprenait que pour Ratjhar, l'Homme représentait encore une menace pour la liberté négocié lors de leur rencontre au temple.

Depuis leur sortie la rousse l'avait cantonnée dans un secteur précis loin des cieux désiré et la chasseresse pouvait comprendre la gêne que cela lui faisait endurer. Le faucon sacré faisait tout de même preuve d'une fidélité dont Erine devait se montrer reconnaissante. Il lui faudrait retourner rapidement à la boutique d'archerie pour prendre des nouvelles de son projet frein principal dans la quête de liberté promise à la divinité.

" A défaut, je peux te dire comment était Arcane, en particulier les territoires entre mon temple et la mer intérieur, plusieurs années avant ta naissance. "

Erine hocha la tête doutant que le fils d'Aqua n'y ai porté attention.

" Je serais honoré d'écouter tes récits Nephylim. Je suis certaine que tu as un tas d’anecdotes à me raconter ! A quand remontes ta première sortie du temple de l'eau ? "

La jeune femme n'avait pas tergiversé plus longtemps trop curieuse d'en apprendre un peu plus sur les terres de son enfance et le passé de son interlocuteur vécu sur l'île. Avait-il connu l'ère Aspérienne ? Peut-être qu'il avait connu les conflits de clans plus ancestraux encore ? Erine se souvenait vaguement des leçons prodigués par son père à ce sujet. Pourtant il lui semblait qu'il y a des centaines d'années une terrible guerre des temples avait scindé l'île en deux parties. Avait-il participé aux combats à cette époque ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Lun 8 Aoû - 14:59

Mes paroles, bien qu’étant en totale contradiction avec les croyances de l’humaine, ne semblèrent pas la choquer outre mesure. Du moins, si c’était le cas, elle n’en laissa rien transparaitre.
Prouvant à sa façon et à son insu la sagesse dont était capable les humains.
Enfin… Pas tous. Je me demande combien aurait très mal pris mon avis, avant de se souvenir de qui j’étais et de seulement partir.
Mais la jeune femme était aussi curieuse. Aussi, l’opportunité d’en apprendre plus sur une ère qu’elle n’a pas connu l’intéressait. Je ne pouvais que la comprendre.
Je me remémorais donc mes souvenirs. Les seuls dont je disposais. Agréable ou non, ils étaient tous là, il ne me restait qu’a les réorganiser.

Ma première libération… Le point de départ idéal pour une histoire.
Mon premier humain s’appelait Darrick. Et quand il est venu à moi, c’était pour obtenir mon aide. Il craignait que la sécurité de son fief ne soit compromise. A l’époque, j’ignorais tout de ma condition, qu’un humain pouvait me faire sortir si j’acceptais de le servir. Il n’a pas eu d’épreuve à réussir. Je l’ai seulement questionné. Les réponse étaient franches et me convenaient. Alors j’ai dû le servir. Mais puisque mon rôle se cantonnait à le conseiller et à le protéger tandis qu’il défendait ses terres, cela ne me dérangeait pas vraiment.
J’ai donc découvert Arcane au beau milieu de ce que vous appelez ‘’la rébellion ardente’’.
Et il m’a fallu du temps pour comprendre que ces rebelles n’étaient en fait que des esclaves. Cela dit, le père de Darrick n’était pas un esclavagiste. Aussi, s’attaquer à ses terres ne pouvait se justifier par une chasse à l’esclavagiste.
Mais mon humain avait vu juste, puisqu’à peine cette rébellion terminée, la guerre fut déclarer. Et chacun des camps avaient mes confrères avec eux. De grès ou de force. Le fief de mon humain, devenu chef de son clan, se trouvait proche de la mer intérieure. Et donc, en première ligne de ce combat futile. J’ai à peine pu profiter de ma liberté surveillée. Nos chances étaient quasi nulles, mais Darrick voulait protéger son clan. Chose qui était bien compréhensible. Nous aurions pu passer des heures à expliquer que nous n’étions pas mauvais et n’avions jamais maltraité personne, la guerre est ce qu’elle est et notre adversaire était bien déterminer à la gagner.
J’ai donc pris part au combat. Nous nous en somme sortit pendant une petite année.
Tu pourrais trouver ça ml avisé de ma part, mais c’est peut-être la meilleure année que j’ai vécue sur cette île. Bien sûr, il y avait les horreur de la guerre, mais elles n’ont pas représenté la majeure partie de temps. Loin de là. A contraire, ce fut un moment privilégié. J’ai beaucoup réappris des humains. Leurs vies pouvaient s’arrêter à tout moment, alors ils en profitaient, me parlaient plus ouvertement, sans gêne. Autant qu’eux, j’appréciais de simplement pouvoir passer le temps à parler, jouer et vivre… Jusqu’à ce que le lendemain n’arrive et me prive de ces présences.
Je l’admets sans honte. Je me suis attaché à ses humains…

Je m’arrêtais un instant. Comme toute histoire, il y a un moment de douleur. Quand l’histoire est belle, la douleur est surmontée, devient une force. Ce n’était pas le cas de la mienne.

Et vint l’évènement qui allait tout changer. Une autre armée se présenta. Et nous fûmes incapables de l’arrêter. Mon humain blessé, j’ai seulement pu lui faire gagner du temps pour sa fuite. Me jetant, à mon grand regret, sur un de mes confrères qui avait pour ordre de l’éliminer.
Vos ordres sont vraiment… Implacable. Vous n’imaginez pas la torture que ce peut-être d’y obéir.
C’est aussi à ce moment que j’ai découvert les pouvoirs du temple. J’étais gravement blessé. Et pourtant, il ne me fallut que deux jours pour me remettre. Mais ces deux jours furent affreusement long tant j’entendais la voix de mon humain m’appelant à l’aide sans que je puisse le rejoindre.

Et cela brisa le lien entre nous. Il avait survécu, mais avait changé. Son village natal n’était plus que cendre. Il devint alors le tyran que les armées ennemis étaient venu abattre. Ironie du sort tu ne trouves pas ? La coalition formée avait elle-même créé ce qu’elle craignait d’affronter. Et moi ? Je fus simplement relégué au rang d’arme vivante. J’ai vite arrêté de compter mes retours au temple… J’ai même souhaité la fin de tout cela.Ce n’est que quelques années plus tard que je fus ‘’libéré’’. Un combat naval. On m’a ordonné d’utiliser mes pouvoirs pour couler tout navire à l’horizon… Et cette fois, je n’ai pas interprété mon ordre. Tous furent détruits. Même le mien. Je savais que je serais puni pour cela, mais tant pis.Sauf que mon humain perdit connaissance lors du naufrage. Le temps de l’atteindre, je savais qu’il était trop tard. J’ai seulement fait en sorte qu’il ne souffre pas avant de laisser son corps à la mer. Je retournais une fois de plus dans ma geôle. Mais étrangement, cette fois-là, j’étais partagé entre le bonheur de ne plus me battre, la fin de mon calvaire et le regret d’avoir perdu un être auquel je portais intérêt.

Le silence se fit. Mon public, représenté par la jeune femme n’avait pas commenté, s’était contenté d’écouter. Je pense aussi qu’elle ignorait quoi dire.
Sans prévenir, j’éclatais de rire.

C’est ainsi que se finit cette histoire. Sur ma conclusion, que pour apprécier quelqu’un, puits le haïr, être responsable de sa mort, le pardonner et le regretter… Je me demande si je n'ai pas été le dernier des imbéciles. Cela dit, Vous êtes comme nous. Je me sens plus proche de l’humain que du divin. Qu’en pense tu ?

J’attendais sa réponse et l’écoutais avant de poursuivre car :

Mon histoire ne se finit pas là. La suite est courte, mais mérite d’être comptée, en l’honneur de la petite Kyrielle. Une enfant qui du jour au lendemain décidé de quitter sa vie de serveuse pour vivre l’aventure. Je me demande encore ce qui me poussa à la suivre alors qu’elle eut du mal à réussir mes épreuves. Je l’ignore. Sa naïveté ? Sa volonté ? Quoi qu’il en soit, je l’ai trouvé touchante et j’ai voulu l’aider. Elle fut la seule à ne jamais rien m’ordonner. Elle demandait. Je n’étais pas obliger d’obéir. Et à vrai dire, j’ai été très dure avec elle. Au début. Je ne voulais pas qu’elle change comme Darrick.
Mais je n’ai pas pu la protéger… Elle non plus. Elle voulait devenir chasseuse. Nos première proies, bien que passives, n’en restaient pas moins dangereuse. Des genres de gros nuages vivant si tu veux savoir. Je n’ai pu qu’en éliminer un avant que Kyrielle ne se fasse tuer par le deuxième.

Cette histoire est très courte, mais j’ai juré de ne pas l’oublier.

Et maintenant, me voilà de nouveau dehors. Avec un humain qui se blesse tout seul alors qu’il n’a pas besoin de ma protection en temps normal. Je suis sûr que plus tard, nous en rirons.
J’espère ne pas t’avoir ennuyé. J’ai peut-être un peu trop pris mon temps, mais qui sait ? Peut-être que cela pourra t’aider à l’avenir.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Mar 9 Aoû - 22:36

Très bon orateur, Nephylim rebondit sur la dernière question posée pour débuter son histoire. Même si Erine avait quelques difficultés à la replacer dans le contexte approprié, la jeune femme sentait à quel point les mots prononcés étaient vibrants d'émotions. Le demi-dieu se livrait à elle, d'égal à égal comme elle l'avait fait un peu plutôt. Ce Darrick, le premier invocateur du fils d'Aqua avait bouleversé sa vie et l'avait aidé à forger cet opinion si singulière qu'il prodigue aux Hommes.

Alors qu'une pause s'installe dans le récit du félidé, Erine repense au début de son histoire. La guerre, cette rébellion ardente. Tous ces conflits qui ont poussé beaucoup d'hommes et de femmes à quérir les services d'un enfant sacré sans en connaître ni le prix ni les conséquences. Immortel et mortel ont du se redécouvrir. Des liens forts ceux sont créés dont le souvenir est à ce jour toujours aussi présent. Dans la mémoire de chaque divinités qui jamais ne connaîtrons le repos, il traverse les âges sans perdre de son éclat.

La voix de Nephylim devint plus cassante et dur à l'évocation de ce deuxième combat décisif auprès de ce premier invocateur. L’inexpérience de ses liens sacrés finirent par avoir raison de leur relation. Le demi-dieu en avait souffert mais aujourd'hui il ne lui restait plus que le regret. Finalement Ratjhar avait raison, ceux sont toujours les humains à l'âme brisé qui finissent par corrompre jusqu'au plus pur des cœurs. Pourtant Erine ne voulait pas que ce jugement reste figé et elle se sentait prête à lui prouver le contraire. N'avait-elle pas eut le âme brisé elle-aussi ? N'avait-elle pas eu droit à son moment d'égarement ?

" Je crois que nous sommes chanceux que des êtres comme vous arriviez encore à faire l'effort de nous comprendre. De toute façon que ce soit nous ou vous, les Quatre nous ont tous fait différents pour que tous nous apprenions toujours les uns et des autres. "

Le félidé avait tourné la tête dans sa direction alors qu'elle répondait à sa question. Erine était surprise de ne pas y déceler un regard. Un museau allongé, des moustaches effilés au embout lumineux, de longues oreilles mais pas d'yeux. Etait-il aveugle ? La rousse ne put lui demander car son interlocuteur avait reprit sa narration.

Même bref, les liens sacrés qui l'avaient unis à ses invocateurs par le passé l'avaient marqué. C'était ce qu'Erine désirait pour Ratjhar, que leur histoire même courte, laisse un trace positive dans sa mémoire. Cette Kyrielle n'avait pas fait long feu dans sa nouvelle carrière mais la chasseresse était particulièrement touchée par cette anecdote. Après tout de part son métier, elle aussi frôlait à de nombreuses reprises la frontière entre vie et trépas risquant de renvoyer dans sa cellule son être lié.

" Oui, j'espère que vous en rirez pendant des heures, reprit la jeune femme qui souhaitait réégayer l'atmosphère plutôt triste à l'évocation de ces vieux souvenirs. Ne t'en fait pas, tu m'as déjà bien plus aider que tu ne l'imagines, le rassura t-elle ensuite. Ceux sont de sages et intéressantes histoires que voilà. Je ne les oublierais pas de sitôt, crois-moi. Ton humain est chanceux de t'avoir trouvé, comme j'ai eu la chance de me lier à Ratjhar. "

De nouveau le rytme ralenti jusqu'à ce que le duo s'arrête totalement. Aucun d'eux ne parlent et chacun médite les paroles de l'autre en observant la rivière de longues minutes durant.

" J'ai entendu dire qu'à Rorn c'est l'un de tes frères qui fait impression ces derniers jours. Son maître participe a un tournois sur plusieurs jours où des invocations s'affrontent en duel singulier. D'après ce que j'ai cru comprendre chacun des combats achevés depuis le lancement de l’événement furent des plus impressionnants. On raconte que des spectateurs ont été grièvement blessé dans tes tribunes suite au manque de fair-play d'une fille de Terra ayant perdu son duel. Avec son maître, ils sont tous les deux activement recherchés d'ailleurs. "

Nouvelle pause, la rousse ramasse un galet et le lance dans la rivière. Elle est gênée et ne sait pas vraiment comment aborder le sujet ignorant totalement si le sujet était délicat ou non.

" Je me demandais... enfin si cela ne te dérange pas de parler de ça mais vos pouvoirs... vous les avez perdu n'est-ce-pas ? Vous les retrouvez petit à petit une fois hors du temple. A l'intérieur c'est une magie différente qui opère si je ne me trompe pas. D'où vos facultés de guérison une fois vos cellules retrouvées. "

La magie. Voilà un sujet qui taraudait la jeune femme depuis un moment. Par expérience, elle avait deviné que les divinités étaient restreintes quant à leur propres pouvoirs. A Rorn la démonstration de force de ces puissantes divinités et les rumeurs qu'elle en avait eu, l'avait fait réagir. Le faucon maîtrise l'air son élément dominant mais l'archère savait qu'il était capable de bien plus. Elle ignorait encore toutes ses facultés et ce n'était pas surement pas lui qui viendrait lui dévoiler ses secrets.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Mer 24 Aoû - 15:22

La jeune femme m’avait écouté tout le long de ma narration, évitant de commenter et se contentant d’une conclusion assez juste. Bien qu’il soit assez désagréable d’accepter que les quatre aient peut-être fait quelque chose de bien. Mais comme je ne possède aucun argument qui pourrait dénigrer le fait que nous sommes tous différents et apprenons des autres, je dirais que tout est lié à ma rancœur.

En tout cas, mon histoire avait plu. J’ignorais cependant si elle était véritablement source d’enseignement. L’humaine semblait sincère dans sa volonté à se lier à son invocation… Et de toute évidence, Rathjar avait bien raison de s’en méfier. Ce n’est pas contre elle, loin de là, seulement les humains ne se rendent souvent compte que trop tard du mal qu’ils causent. Et quand ils y parviennent, ils sont très doués pour ne rien faire. Agir pour réparer les dégâts est-il une marque de faiblesse dans leur société ?

Ce fut à mon tour d’apprendre des choses sur les évènements récents. Un tournoi d’invocation à Rorn ? C’est déroutant. Certains de mes cousins sont donc toujours aussi bassement considérés… Pire, je suis persuadé que certains ont accepté de bon cœur.
J’étais bien content que mon humain n’est pas ressenti le besoin de suivre mes conseils en nous dirigeant dans cette région. Sa clairvoyance me fit sourire. Le fait fille de la terre fasse un carnage, beaucoup moins… Je craignais qu’il ne s’agisse d’Ephylix. Notre dernière conversation devant ma geôle avait été marquante pour nous deux. J’espérais sincèrement ne pas avoir été le déclic qui la fit sombrer dans une espèce de folle frénésie.
Mais devais-je m’inquiéter ? Après tout, il y avait fort à parier que la raison de ce saccage soit un ordre donné par son ‘’libérateur’’.

Mes réflexions furent troublées par le bruit significatif d’un galet lancé à l’eau. J’ai dû lui paraitre bien silencieux… D’ailleurs, elle me fixe de nouveau et semble gênée par quelque chose.

Nos pouvoirs ? Mhm… Cela peut-être un sujet délicat en effet. Disons que je veux bien t’en parler, tu as l’air de quelqu’un de bien et tu as déjà libéré plusieurs de mes confrères. Mais garde ces informations pour toi. J’ignore si elles sont vraiment utile à des humains, mais je n’aimerais pas que certains trouve un moyen encore plus efficace de nous assujettir à cause de mon entrain à parler avec une humaine. Je suis sûr que tu comprends.

Comme tu sais, il me manque trop de souvenir pour savoir quel était l’étendu de mes pouvoirs. Bien que je devais avoir un rôle dans l’ancien monde. Et puis, nous vous avons créé, ça à l’air simple comme ça, mais un tel processus demande beaucoup de temps et d’énergie. Mais je me souviens qu’avant d’être libéré une première fois, j’ai ressenti un vide, une grande fatigue. Je m’y suis habitué. Ce doit être ça, de perdre ses pouvoirs.
Et effectivement, en m’éloignant du temple, avec de la patience et de l’entrainement, mes pouvoirs, du moins une partie d’entre eux me sont revenu. En particulier ma maitrise de l’eau. Je n’ai pas eu à l’utiliser en atteignant mes limites, mais je suis certain que les dégâts seraient considérables si j’étais amené à le faire… En espérant ne jamais avoir à en arriver là.

Pour ce qui est du temple. J’ignore comment cela fonctionne. Surement la magie des quatre que nous pouvons utiliser pour créer nos épreuves et nous régénérer… Ou, plus pernicieux, ils sont alimenté par nos propres pouvoirs. Ceux du passé, mais aussi ceux qui auraient été retrouvé par des confrères lors de leurs libération… Cela ne m’étonnerait pas vraiment.
Car la magie du temple n’est pas si différente de ce que nous sommes capable d’accomplir. En particulier pour les soins, ceux que je suis capable de donner ressemble à s’y méprendre à ceux que j’ai pu recevoir.

Une hypothèse intéressante. Mais qui pourrait bien la valider un jour ? Il faudrait des siècles d’étude sur la magie et le caractère indéterminé de nos sorties ne permet pas des recherches efficace. Il reste bien les humains, mais comment pourraient-ils comprendre la magie puisqu’ils sont incapable de la maitriser ?

L’humaine me regardait de nouveau, semblant assimiler mes propos. Mais pas que, elle semblait toujours gênée en me regardant de face. Je pensais en connaitre la raison.

Qu’en penses-tu ? Oh bien sûr, je dois être aveuglé par mes sentiments, mais cela ne me semble pas impossible.
Aurais-tu une autre question jeune fille ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Ven 26 Aoû - 12:33

Erine fut flattée d'entendre que le demi-dieu lui accorde assez de confiance pour lui livrer quelques secrets seuls connus des divinités. Nephylim était pareil à un précepteur dont la femme  apprenait à chaque mot prononcés. Son professeur avait raison, sa leçon n'était pas utile pour les Humains mais la rousse possédait en elle cette vive envie d'en apprendre plus à ce sujet. Elle voulait sincèrement comprendre Ratjhar et sa curiosité était un don qui ne pouvait lui être que bénéfique.

La chasseresse reconsidéra le félin du regard lorsque ce dernier aborda la maîtrise de son élément. Malgré ses révélations et ainsi sur la terre ferme dans le contexte présent, Erine avait du mal à  imaginer qu'un être aussi clairvoyant et calme déverse un jour des flots de rage aveugle sur le monde. Pourtant cela ne signifiait absolument pas que la jeune femme doutait qu'il en soit incapable, loin de là ! Tout comme lui, elle lui souhaitait que jamais il n'ait à faire ce genre de folie. Cette mise en lumière de ce que la déité était vraiment força Erine a éprouvé plus que du respect pour son interlocuteur.

Alors qu'il reprenait sur la magie alimentant les temples, la rousse en profita pour s'asseoir sur un gros rocher bordant la rivière. Une expression déroutée se dessina sur son visage lorsque le félin bleu lui avoua son hypothèse. Des siècles d'enfermement avait sans doute du tordre son esprit pour en arriver à une conclusion pareille ! Dans leur colère jadis, les Dieux auraient-ils pu se montrer si cruels ? Pourquoi punir de la même manière et aussi sévèrement tous leurs enfants ?  Jamais Erine ne pourrait trouver de réponses à ces questions et elle se dit que parfois il fallait savoir lâcher prise.

" Ce que j'en penses... reprit-elle en écho alors qu'elle détournait son visage vers le paysage. Hé bien je crois que j'en ai bien assez appris sur le sujet pour aujourd'hui, conclut-elle suite à une courte pause. "

Ce n'était décidément pas après quelques minutes de réflexion que la jeune femme se sentait capable d'affirmer son opinion. Elle n'était certainement pas aussi vive d'esprit que Nephylim et avait besoin de laisser mûrir ses paroles dans son esprit pour en saisir totalement leur profondeur. Un jour peut être ils se rencontreraient à nouveau et ce jour là peut être la femme lui en retoucherait deux mots.

" Soit sûre que ces informations concernant la magie seront bien gardées, répondit-elle d'une voix solennelle alors qu'elle plaçait une main sur son coeur. Sur mon honneur, je t'en fait le serment."

Comme le demi-dieu ne semblait pas posséder d'yeux pour la regarder, c'était dans l'intonation de sa voix qu'on pouvait y entendre toute sa sincérité. L'archère avait reposé son attention sur son compagnon de conversation et son regard bicolore dévisageait le masque bleu tourné vers elle.

" Aurais-tu une autre question jeune fille ?"

Jeune fille. Erine était agacée que Nephylim l'appelle ainsi. Elle avait un nom et elle le lui avait dit, pourquoi ne l'utilisait-il pas ? Et puis elle n'était plus une fille mais une femme. L'archère ignora cependant son trouble se refusant d'importuner son interlocuteur pour de si futiles pensées. Après tout si la divinité désirait l'appeler jeune fille qu'est ce que cela pouvait-il bien faire à part blesser l'égo d'un minuscule grain dans le sablier du Temps.

" Je me demandais tout à l'heure, finit-elle par répondre masquant sa véritable gêne par un autre sujet délicat. Vois-tu hors de l'eau où seulement lorsque tu y es entièrement plongé ? Je t'ai longuement observé depuis notre rencontre. Si de prime abord je t'ai confondu avec un mithra, je dois avouer que maintenant que je peux observer tous les détails qui te caractérisent, jamais je n'avais vu d'être comme toi par le passé. Possèdes tu des poumons comme les mammifères ? Dans ce cas comment fais-tu pour respirer sous l'eau ? Je ne vois aucune branchies comme je ne discernes aucune prunelles sur ton visage qui pourraient accrocher mon regard. "
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Lun 29 Aoû - 15:53

La jeune femme n’avait pas répondu. Elle ne souhaitait pas en savoir plus non plus, pour le moment du moins. J’ignorais s’il s’agissait d’une absence de point de vue, ou le désir de ne pas me contredire. L’un comme l’autre, était la preuve de sagesse. Non pas que je l’aurais agressé si elle me donnait tort, mais je pense qu’elle est contente de ce que je lui ai révélé et ne veut pas gâcher le moment.
C’est du moins ce que je décidais de croire.

Elle prit un ton solennel et me jura de ne rien en dire concernant la magie. Cela dit, pouvais-je véritablement espérer que ce soit le cas ? Impossible à dire. La seule chose à laquelle je pouvais me fier était le peu de chose que je savais d’elle.
L’humaine finit par se trouver un endroit pour s’installer en position assise, mais toujours pas à même le sol. A croire qu’instinctivement, elle se préparait à devoir bouger rapidement. Un bon réflexe en soit. Je savais aussi qu’elle continuait de regarder dans ma direction. Surtout après que je lui ai demandé si elle souhaitait savoir autre chose.
Sa question me fit rire, dévoilant ainsi quelques crocs.

Question intéressante, une fois de plus. Mais celle-là, tu n’es pas la première à me la poser.
Tout cela est caché bien sûr. Bien qu’il soit évident que tu ne puisses voir mes poumons. Sur la terre ferme, je crois que l’on peut dire que, comme toi, je respire. Mais en ais-je vraiment besoin ? Je ne sais plus si j’ai déjà essayé. Par contre, sous l’eau, je ne respire pas, je n’en ai pas besoin. Pas de branchie donc. Mais c’est tellement naturel pour moi que j’ignore si je ne fais que me retenir. Et cela parfois des semaines durant. Ou si… L’eau est peut-être tout simplement ce dont j’ai besoin.

Je vais laisser planer le mystère la dessus, moi-même, je n’ai pas envie de connaitre la vérité.

Pour ce qui est de ma vue. Le soleil est peut-être un peu trop puissant pour que je te montre. Sauf si tu acceptes de t’approcher encore plus de la rivière.
Quoi qu’il en soit, même ainsi, je ne suis pas totalement aveugle. Car cela fait très longtemps que je maitrise les vibrations pour détecter le moindre mouvement. C’est souvent bien plus efficace que la vue. Mais j’ai encore un peu de mal en dehors de l’eau, c’est différent.
En tout cas, ça me permet de garder mes paupières fermées. C’est aussi la raison pour laquelle tu ne vois pas grand-chose ressortir de ma truffe. J’ai conscience que ça peut décontenancer, mais au final, ce n’est peut-être pas plus mal.

Si elle voulait plonger son regard dans le miens, il lui faudrait se pencher au-dessus de l’eau, comme mon humain l’avait fait le jour de sa venue dans ma prison. Reste à savoir si elle était curieuse à ce point.

A mon tour de te poser des questions. Tu es chasseuse. D’accord, mais l’as-tu toujours été ? Ou souhaite-tu faire autre chose.
La dernière : qu’est ce qui te plait dans ton ‘’travail’’?

Des questions anodines, mais dont les réponses ne le seront pas pour moi.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Premiers congés de relaxation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» LES 100 PREMIERS JOURS DU GOUVERNEMENT DE MADAME PIERRE LOUIS !
» Premiers pas.. Première mousse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Traversée de la Rivière Blanche-