[Solo]La Punition de la Furie d'Or.

Partagez| .

[Solo]La Punition de la Furie d'Or.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rangi
avatar
Admin Rangi



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Clapi.art
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 1153
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Titan du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Sorts : vent_;0
electricite_0;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mer 20 Juil 2016 - 9:46

« Idiot que tu es ! Incapable ! C’est comme ça que tu obéis à ton Père ? Ton Devoir est de veiller sur moi et de me protéger, et toi, imbécile que tu es, tu fais de moi la suspecte évidente du meurtre absurde, sans le moindre sens, que tu as commis ! » Lui hurlait vainement la bipède. Il la regardait la gueule impassible, se réjouissant intérieurement de la voir sortir de ses gonds et se désolant une fois encore qu'elle ne comprenne rien. Un « meurtre absurde » ? Ha ! Les suspects clamaient à la plaine entière leur potentielle culpabilité ?

« Tu ne fais que des conneries qui me retombes dessus ! Tu es incapable d’utiliser ta tête, aveuglé par ton égo et ton orgueil qui te murmure que c’est toi qui a raison et qui sait ce qui est le mieux, mais tu ne sais rien ! Rien à part montrer ton incompétence ! Si Aër voyait comment tu veilles sur l’humaine qu’il t’a envoyé par deux fois, il aurait honte, honte d’avoir engendré pareille égocentrique être ! »

Vociférait-elle cherchant à porter sa voix plus forte encore. Comment pouvait-il veiller sur elle si elle était incapable de retenir ou tenir compte de ce qu'il disait. Pire elle le muselait par le pacte, et lui reprochait le silence ! Pour ensuite l'humilier devant une vermine mortelle de son espèce. Insolente et stupide bipède ! Il sèmera la mort encore encore pour apaiser la rage qu'elle éveille sans cesse. Son verbiage ne sonnait qu'un boucan informe à ses oreilles. Elle avait causé tout ceci et lui rejetait une énième fois la faute. Aër n'a jamais dit qu'il devrait veiller sur cette mortelle, il l'a juste désignée par deux fois pour l'asservir. Se retrouver avec deux fois les mêmes chaînes ne signifiait pas qu'on tolérait être cloué au sol... Le Père divin n'avait que faire de l'avis de son fils celui-ci lui rendait bien sur la façon de supporter sa punition.

« Tu vas me faire disparaître ce corps de ce monde, puis tu vas rejoindre l’endroit le plus chaud du Désert Ambré et tu y resteras immobile ! Et si des créatures viennent te charcuter, tu resteras immobile ! Et si le sable se met à voler dans tes yeux ou te recouvre, tu resteras immobile ! Tu ne bougeras plus. Tu ne parleras plus. Tu ne feras rien d’autre qu’attendre que je daigne te trouver une utilité en t’appelant. Et maintenant disparait ! Disparait sans dire le moindre mot et sans faire le moindre geste déplacé ! »

Le dragon marqua un temps de pause avant de s'exécuter. Il posa brièvement son regard sur Nérée et se détourna des humaine en soupirant. Il pencha sa gueule sur le corps de l'humain avec un dégoût évident, mais le Pacte le pressait d'agir. Il saisit à nouveau le cadavre par les chevilles et le lança en l'air d'un coup de tête. Il le regarda retomber en grondant, les crocs découverts et l'engloutit en deux bouchées. Bien que répugnant à se repaître d'un humain, le sang de sa proie satisfaisait ses instinct de prédateurs. Quelques peu alourdit par cet en-cas, le demi dieux prit son envol sans ménagement pour le vent que créait son décollage. Il vola à très haute altitude, coupant par les côtes pour survoler bien trop vite le désert. Autant dire qu'en moins d'une demi-heure il surplombait déjà le cœur du désert.

L'ordre disait l'endroit le plus chaud. Il lui fallait donc éviter tout les brises marines des plages et l'air plus frais et humide des abords du lieu aride. Avec un grondement, il amorça sa descente, commençant déjà à être agacé par la chaleur de plus en plus suffocante. Il s'allongea dans le sable brûlant et commença à attendre son retour au temple. Il ne devait plus bouger, aussi avait il prit comme maigre avantage de s'enrouler sur lui même. Il ramena ses pattes contre lui pour dissimuler le point faible de sa cuirasse d'écailles, et déposa  son long cou sur son dos pour rendre sa gorge moins accessible aux prédateurs. Le museau enfoui dans sa crinière pour ne pas respirer du sable, il ferma les yeux et commença son agonie silencieuse.

Le feu était l'élément que les fils d'Aër craignaient. La température des lieux l'étouffait lentement mais sûrement. Créature à sang chaud pour supporter les froid température en altitude, ici il cuisait à petit feu sous ses écailles. Le mal était quelques peu atténué par la blancheur de ses écailles. Ce qui ne l’empêchait pas de mal supporter les vapeurs et autres vagues d'air chaud brûlantes qui émanaient du sable ambré. Étant parti en matinée, il n'était pas arrivé au moment le plus chaud du jour et le zénith lui fracassa le crâne. Le pacte l'obligeait à l'immobilité et au silence, n'ayant le droit de ne rien faire d'autre que d'attendre. Intérieurement cependant, le dragon blanc était plus furieux et se débattait sans cesse contre la magie divine qui transformait son propre corps en cage.

Respirant avec difficulté, la matinée passa avec une lenteur interminable. La notion du temps disparaissait par moment pour Kohaku. Peut être la chaleur le plongeait dans l'inconscience par moment. A certains moment de lucidité retrouvée, il observait le soleil pour savoir le moment de la journée avant clore à nouveau ses paupières de nacre et retourner se débattre contre la magie de son Père. Il serait probablement devenu fou, si sa haine millénaire ne le guidait pas à combattre encore et toujours. Ou peut être la première humanité l'avait déjà détruit mentalement en détruisant le premier monde... Aër seul avait la réponse. Le dragon sentait ses forces le quitter petit à petit sous les assauts de la chaleur. (endurance 64-10= 54)

Dans l'après midi, un sanza croisa la route du dragon. Celui-ci le senti arrivé et l'observa de ses iris de jade avec froideur. Ne pouvant bouger ou gronder pour se défendre, il regarda l'animal lui tourner autour pendant un long moment. Une créature misérable dont il aurait pu se débarrasser d'un simple sort. Il aurait, si il avait pu, déclenché une tempête de sable pour faire voler cette créature qui était en train de juger si le demi-dieu était une proie potentielle. Il voyait le résonnement évident chez ce carnivore opportuniste. Un animal de sa taille, immobile, était peut être blessé ou malade. Dans tout les cas il ne montrait aucun signe de danger qui ne fasse pas de lui un repas facile. Malgré le fait qu'il soit plus de trois fois plus gros que le sanza, ce dernier finit par tenter sa chance.

Prudent, il lui projeta un sort de flamme pour tester sa réaction. (endurance de Kohaku : 54 -10 = 44)  Le demi-dieu grimaça en silence, sentant ses écailles et sa crinière se calciner là où la magie ignissiène avait frappé. Voyant que le reptile semblait trop faible pour broncher le félin s'approcha et vint et griffer sur le flanc pour chercher une faiblesse dans les écailles. (endurance de Kohaku : 44 -7  = 37 )  Il se blessa une première fois sur le tranchant de celles-ci et réitéra son action au niveau de la cuisse là où les écailles étaient plus fines. Le sanza ajouta un sort de feu mineur pour percer l'écaillure à cet endroit.  ( endurance de Kohaku : 37 -12 -  = 25 )

Ivre de douleur, le dragon blanc ne put rien faire que de se laisser charcuter la cuisse au bon grès de l'appétit du félin désertique. Sa chance dans son malheur fut que l'animal peinait à arracher un morceau de muscle.Le demi-dieu haïssait à chaque seconde un peu plus le pacte et l'humaine qui l'avait ainsi paralysé à la merci d'un vulgaire fauve. Qui avait réduit lui, la menace qui vient d'en haut, à une vulgaire charogne. Il sentait peu à peu la magie du Temple qui le rappelait en son sein. Mais il luttait contre cet appel encour et toujours, refusant de se laisser contrôler encore une fois par une magie extérieure. Puis vint un nouvel appel impérieux, un de plus contre le lequel Kohaku ne pouvait lutter. Le Dragon de nacre se volatilisa dans un nuage d'écailles pour rejoindre son invocatrice, laissant le fauve sur sa faim.

(endurance de Kohaku : 0)
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

[Solo]La Punition de la Furie d'Or.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ma punition,ouin!!!
» Punition Naturelle [ Libre ]
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Le Désert Ambré-