Tremblez devant vos créateurs

Partagez | .
 

 Tremblez devant vos créateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 26 Aoû - 16:46

[size=32]Fauve[/size]
I just wanna play with you !
La nuit est douce, ce soir. Près du lac, les lucioles dansent une chorégraphie qui n'appartient qu'à elles. Le printemps touche à sa fin, et il ferait sûrement trop chaud au goût de certains. Mais moi, ça me convient, j'aime la chaleur. Du moins tant qu'elle ne tue pas les plantes... Le sourire aux lèvres, je lève la tête vers le ciel, telle un loup hurlant à la lune. Mais hurler ne me vient pas à l'esprit, je préfère écouter les bruits de la forêt. Le ciel est dégagé, et les étoiles brillent par millier, comme les mères bienveillantes et lointaines des lucioles... Un ricanement m'échappe. Depuis quand suis-je si poète ? Depuis quand mon esprit tombe-t-il dans le sentimentalisme ? Détachant mes yeux du spectacle des astres, je redescend sur Terre, cette Terre qui m'est si chère. C'est l'ennui qui me rend si mélancolique. Il est temps que je trouve quelque-chose pour m'occuper. Peut-être pourrais-je trouver quelques humains ? Leur vénération me fait toujours rire. Me léchant les babines, je me dirige vers le village le plus proche. Je préfère éviter les villes et leurs châteaux de pierre: les Petits Rois, comme j'aime à les appeler, tiennent toujours à m'inviter dans leurs palais et, persuadés d'être au pouvoir par droits divins (absurde !), ils tentent souvent de m'inviter dans leur lit. Sous ma forme humaine, bien sûr. Je parviens toujours à les humilier avant de partir, mais, ce soir, je ne suis pas d'humeur à subir leurs avances. Je préfère la vénération claire et simple des ignorants villageois.

Je ne tarde pas à sentir l'effluve des humains. L'époque à laquelle je pouvais courir des jours entiers sans en apercevoir la moindre trace est révolue, à croire qu'ils poussent comme des champignons. Je suis la trace. L'odeur n'est pas tout près, une vingtaine de kilomètres peut-être. Elle est accompagnée d'une senteur de feu et de sève: un camp provisoire sûrement. Des chasseurs qui, suivant une piste conséquente, ont installé un campement provisoire pour passer la nuit en sécurité. La lune se lève à peine, ils ne doivent donc pas encore dormir: ça me semble parfait. Si je me sens d'humeur taquine, peut-être jouerais-je avec eux, les effrayant sans pour autant les blesser vraiment, mais rester à la limite de l'attaque. La limite. J'aime dépasser les limites, rester à la frontière entre deux comportements, osciller entre taquinerie et attaque... Mais les tuer, jamais. Je les aime bien, au fond.

Soudain, une odeur me tire de mes pensées. Ce n'est pas l'odeur des humains: c'est une odeur plus puissante, plus complexe, plus éloignée de moi aussi. L'odeur d'un demi-dieu, qui vient de l'autre côté du camp d'humain, légèrement plus à l'Est. Mon sourire s'élargit. Peut-être ce frère ou cette soeur voudra-t-il jouer avec moi ? J'agrandis mes foulées, accélère mon galop, et me dirige droit vers cette odeur. Je suppose que l'autre demi-dieu m'a senti aussi. En continuant à cette allure, et à moins qu'il ou elle ne cherche à m'éviter, je le verrais bientôt. C'est une odeur que je ne reconnait pas, ce qui n'est pas étonnant, puisque je ne connais que peu de frères et soeurs, préférant la solitude.

Je ne tarde pas à voir le demi-dieu au loin. La plaine est assez plate, je peux donc l'apercevoir de loin, tache de couleur sur le fond vert. Une couleur chaude, rousse ou fauve, difficile à dire en pleine nuit. La créature est assez petite, mais je n'ai aucun doute sur sa puissance, nous sommes tous de puissance égale. Une légère odeur de souffre et de feu me parvient. Un enfant d'Ignis ? Parfait. Le feu et la terre s'entendent si bien ! Je presse encore le pas et ne tarde pas à me retrouver devant un petit renard à huit queues, dont le dos atteint à peine mon genou. Je souris devant son aspect, plus modeste que bien des autres: j'aime sa simplicité, qui change tant de ceux que j'ai l'habitude de voir. A ces yeux doux, je devine sa féminité.

-Bonsoir, soeur. Je suis Fauve, fille de Terra. Serais-tu tentée par un peu de compagnie ?

Je lui adresse un sourire le moins sarcastique possible, espérant qu'elle acceptera ma proposition. Peut-être voudra-t-elle, elle aussi, rendre visite à ces humains, si proches que j'entend leur voix ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shase
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 93
Liens vers la fiche : Shase ♥
Elément : Feu
Sorts :
Afficher les sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 26 Aoû - 16:46

La nuit est fraîche. Le ciel dégagé permet aux étoiles de briller plus fort qu'elle ne le font d'habitude. Elles semblent de bonne humeur. Shase leur sourit. Allongée dans l'herbe, la renarde somnole depuis quelques heures, sans autre vue que cette immense plaine de verdure au relief peu marqué. Un peu plus tôt, elle était arrivée ici après plusieurs journées d'errance dans le désert, à la recherche de chaleur plus convaincante que celles de ces derniers mois. Certes, c'était le printemps, la saison censée vous réchauffer le cœur, la saison des amours tendres, là où la température est parfaite pour faire tout ce que l'on veut. Oui, mais voilà, Shase est une fille d'Ignis, le feu l'habite, elle le respire, c'est de la lave qui coule dans ses veines ! Le printemps n'est qu'un prolongement de ses souffrances vis-à-vis de la température. Elle consent bien qu'il s'agit d'une saison plus douce que l'hiver, mais pas exceptionnelle non plus.

L'hiver, bien pire, est une période terrible pour elle. Le froid mordant, sournois, mesquin, moqueur, sadique, trouve-t-elle, est son pire ennemi. Il s'insinue à l'intérieur de l'épaisse fourrure, se colle à la peau comme un parasite, entre même dans les veines. Et ne vous lâche plus. Il vous fait trembler, bloque tous vos muscles, vous transforme en une terrible statut de pierre gelée. Terrorisée.

La petite renarde a un frisson en y repensant, et se replonge dans sa contemplation. Ses queues étendues sur le sol remuent de droite à gauche, tandis que ses oreilles écoutent. Le chant de la chouette qui se réveille, des derniers moineaux couche-tard, des grillons démarrant leurs sérénades, du vent effleurant la surface herbeuse tout autour d'elle. Les feuilles d'un arbre non loin crissent sous les frottements qu'elles se font entre elles. La demi-déesse imagine faire partie de cet orchestre magnifique, et soudain, elle s'entend respirer. Y viennent s'ajouter les battements de ses organes vitaux, ces pulsations emplies de vie. Le bout de ses queues se mettent à caresser le sol en rythme, ses omoplates se lèvent et se baissent imperceptiblement l'une après l'autre dans une harmonie silencieuse, dont seule la nature a le secret.

Lentement, d'autres bruits s'ajoutent au concert. Ils se rapprochent. Shase ouvre les yeux. Ils ne suivent pas la mélodie ! Pourtant, ils pourraient. Ce sont des voix. Des voix humaines. Pour avoir déjà entendu ce phénomène, elle sait que les hommes sont capables de miracles musicaux. Rien qu'avec leur voix. Mais ceux-là ne sont pas là pour chanter. Ils discutent, posent leur postérieur sur la terre... Allument un feu ? Aucun doute là-dessus. Le doux crépitement est sans appel. Elle en a le cœur tremblant. Mais elle ne bouge pas de sa place. Elle referme les yeux et trouve un nouveau rythme. La nature autour d'elle sait s'adapter aux nouveaux éléments. Elle aussi, elle sait. Ses oreilles se tournent vers l'avant, là où sont postés les humains. Les pulsations se font plus chaudes, plus fortes, plus robustes. Ses mouvements se font plus marqués, la danse recommence. Elle ne se rend pas tout de suite compte qu'une autre créature a rejoint la fête. Ses queues se soulèvent de plus en plus, tant Shase est emportée loin dans son paradis auditif. Son esprit le demande si fort. Plus vite, plus grand.

Finalement, elle le perçoit, ce nouveau chant qui s'est inséré gracieusement. Le chant d'une course, tranquille, sereine, calme. Mais aussi empreint de réalité, et paradoxalement de légèreté. C'est à la fois fort et doux. Puissant. Alors lentement, elle se lève, de toute sa petite hauteur, fière. Elle se sent bien. Elle écoute. Elle ouvre les yeux, les lève. La voilà, la créature, aux essences sonores divines, qui s'est prestement glissée dans son chant. Ses couleurs sont en accord avec la musique qui se dégage de son être, la grâce et la puissance se perçoivent dans les moindres détails de sa fine musculature. Sa démarche démontre son assurance, celle que tout demi-dieu exhibe naturellement. Sa voix, lorsqu'elle en use pour une seule phrase, confirme la pensée de la renarde : une femelle.


"Bonsoir. Je suis Shase, fille d'Ignis. J'accepte volontiers ta compagnie."

Elle sourit. Elle n'a pas cessé depuis que le concert a démarré. Ce sourire s'étend même, de cette jolie rencontre. Une euphorie étrange s'empare d'elle. Instinctivement, elle se tourne vers le camp que les humains ont installé. Elle ignore ce qu'ils font ici, et s'en contrefiche pas mal. Cependant, ils représentent la vie. Une chose éphémère que ne connaissent pas Shase et ses semblables. Elle se demande quel effet aurait une confrontation à la mort pour ces hommes. Certainement une sensation pleine d'adrénaline, un peu comme sa rencontre avec cette demi-déesse de terre. Mais un surplus de peur s'y ajouterait sûrement. Et comment réagiraient-ils en comprenant soudainement qu'ils se fourvoient ? Son sourire devient rictus, son regard brillant d'une lueur mauvaise. Elle aime tant insinuer le doute dans les esprits. Elle fait un léger signe de la tête à sa sœur en direction des humains.

"Que dirais-tu d'un jeu ?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 26 Aoû - 16:47

[size=48]Fauve
[/size]
Let the show begin
-Bonsoir. Je suis Shase, fille d'Ignis. J'accepte volontiers ta compagnie.

Nous partageons un sourire, toujours aussi sarcastique pour le mien, doux et heureux pour le sien. Je la regarde dans ses jolis yeux, d'un jaune-orange flamboyant. On dit des yeux qu'ils sont les fenêtres de l'âme; ce n'est pas toujours vrai, mais les siens sont expressifs. On y lit un tempérament serein, mais malicieux; de toute évidence, la boule de poils est heureuse. Mais qui ne le serait pas ? La vie sur Terre est parfaite, et tout grouille d'une éphémère activité qui me réjouit en permanence. La vie est sublime. Maintenant que je vois la renarde d'un peu plus près, je perçois mieux sa jolie couleur sablée. Ses couleurs sont aussi chatoyantes que celles de la nuit sont douces. Je sais, pour avoir quelques fois côtoyé les humains, qu'ils ne peuvent y voir dans l'obscurité, et que pour eux la nuit est d'un uniforme bleu-gris sombre et triste. Mais moi, ce n'est pas ainsi que je vois la nuit; je la vois brillant de milles feux. Gris, noir, bleu, azur, indigo, cobalt, pervenche, lavande, outremer se mêlent à l'éclat des étoiles pour former un camaïeu radieux, s'étendant partout sous l'oeil de la lune. Tout est beau la nuit, lorsque, comme moi, on a l'oeil nyctalope.

Lorsque Shase me parle d'un jeu, je devine tout de suite son intention. Elle aussi à senti les humains, ces petits humains qui jouent avec le feu. Quelle ironie que, le soir même de ma rencontre avec ma cousine fille d'Ignis, les humains soient en train d'associer nos deux éléments, jouant avec en toute impunité ! Le feu résonne encore à mes narines, et je frémis à l'odeur de la sève chaude éclatant sous la chaleur. A tous les coups, les humains avaient coupé eux-même leur bois, préférant utiliser des arbres encore pleins de vie plutôt que de ramasser les branches déjà morte... Tandis que nous nous dirigeons vers eux, la lumière éclatante, trop même pour cette nuit bleue, m'apparaît comme un bûcher, un sacrifice de mes frères, de mes fils, de mes pères. Car les arbres sont tout cela pour moi: j'évolue parmi eux comme une soeur habile, leur donne vie telle une mère aimante, apprend d'eux ce qu'une enfant curieuse de tout apprendrait de ses parents. Les arbres sont tout pour moi, et les voir brûler vifs me fait frissonner et me met en colère. Je ne tuerais nul humain ce soir, mais je compte bien les effrayer assez pour qu'ils ne refasse pas de feu de joie de sitôt.

Je parcours le chemin en silence aux côtés de Shase. Peut-être aurais-je dû dire quelque-chose; peut-être aurait-elle aimé que je le fasse. Mais je n'ai jamais été très bavarde, préférant écouter chouettes et grillons, et la proximité de la mort de mon propre élément me rend tendue et, certainement, peu fréquentable. J'ai hâte de commencer le jeu avec les humains. J'ai hâte de sentir leur peur. Unies dans le rythme soutenu de notre trot, nous nous dirigeons vers le campement, aussi à l'aise l'une avec l'autre que si nous nous étions connu toute notre vie. Cela me fait plaisir de rencontrer une immortelle avec laquelle je semble déjà bien m'entendre. Peut-être deviendront-nous amies, bien que je n'aie, jusqu'ici, jamais ressenti le besoin d'en avoir. J'aime bien Shase.

Nous parvenons finalement à proximité des mortels. Ceux-ci sont des hommes, grands et musclés, à la peau sale et à la barbe hirsute. Ils boivent ce qui semble être une boisson alcoolisée, une de celles qui font perdre l'esprit et la santé aux hommes. Leurs silhouettes massives se détachent en contre-jour devant le feu. Ils sont assis en cercle autour de celui-ci. Près d'un des hommes, un chien de chasse, qui lève la tête, ayant visiblement ressenti notre présence; cependant le chien n'aboie pas, ayant sûrement reconnu en nous des êtres supérieurs, d'essence divine. Je me tourne vers Shase et lui fait signe de contourner, un sourire carnassier aux lèvres. Je commence à contourner le feu par la gauche; de l'autre côté, je vois la silhouette de ma Soeur de Feu. Je m'arrête à mi-chemin, attendant patiemment le moment que choisira Shase pour entrer dans la lumière. Dans ma poitrine, mon coeur bat de plus en plus vite, non sous l'effet l'adrénaline, mais sous celui de la joie et de l'excitation. Fébrile, je me balance d'une patte sur l'autre, mes griffes creusant de profonds sillons dans la terre meuble.

Le jeu commence.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shase
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 93
Liens vers la fiche : Shase ♥
Elément : Feu
Sorts :
Afficher les sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Lun 26 Aoû - 16:47

Sa nouvelle compagne ne dit mot. Elle se contente de sourire. Un sourire mêlé de sarcasme et d'approbation. Elle semble particulièrement favorable à sa proposition. Comme si elle avait eu la même idée. Shase ne doute pas que la fille de Terra avait vu les humains avant, et avait donc eu une ou plusieurs idées dans la tête en s'approchant. Ce qui plaît à la renarde. Son sourire s'élargit encore, mais pour laisser place à un sourire admiratif. Elle avait croisé peu de ses congénères durant sa longue vie, les observant généralement de loin, et ne savait par conséquent pas que tous avaient de si grandes qualités de synchrose entre eux. Même si elle le devinait. En cette belle soirée illuminée d'étoiles heureuses et d'une lune joviale, l'euphorie prend possession de la demi-déesse de feu. L'odeur du feu humain la ravit au plus haut point. Leurs rires aussi. Elle se sent légère comme un oiseau, son corps est fluide comme un fleuve, son esprit est inébranlable comme la terre qu'elle foule, et sa volonté est dangereuse comme son élément. Elle avance, encore et encore, se rapproche des hommes, Fauve à ses côtés. Silencieuse, mais présente, fortement présente par l'aura qui se dégage de son corps.

Chacune se met en place, se mettant dans des coins sombres opposés, bloquant les humains entre elles deux. Le jeu démarre. Shase se recroqueville, grattant silencieusement la terre, plus par excitation que tout autre sentiment. Elle plaque ses queues à terre, baisse ses oreilles, se fond totalement dans le décor, à quelques mètres des futurs victimes. Incrédules, ils ne se doutent pas de ce qui se tapie là. À pas feutrés, elle s'avance. Sans un bruit, elle est le danger qui rôde. Doucement, elle se met à grogner. Un chien de garde confortablement allongé à côté de son maître lève la tête, ses oreilles manifestement aux aguets, il cherche, renifle de tous les côtés. La renarde de feu monte d'un cran le volume de ses grognements, un sourire omniprésent sur ses mâchoires. Elle les retrousse, alors que ses yeux commencent lentement à apparaître sous ceux du canidé, qui se lève, crispé et inquiet. Encore un pas. Le canidé aboie, plus de peur que pour défendre ses compagnons humains.

Un léger élan, et elle saute à travers les hautes herbes en rugissant. À peine plus petite que le chien, elle lui fait face, fière, assurée. Elle grogne en le fixant dans les yeux. Les hommes, eux, ont eu un sursaut monumental, et sont à présent figés, assistant à la scène, terrorisés. Quel délicieux moment. Elle ne peut empêcher de sourire. Ce qui trahit son intelligence, et donc son statut divin.
"Un... Un dieu ?" Dit courageusement l'un d'eux. Il ne parle à personne en particulier, il est paralysé par sa vision, c'est comme une sorte d'appel au secours au plus brave de leur groupe. La demi-déesse avance brusquement la tête en feintant de vouloir mordre l'animal domestique. Ce dernier recule, couine, se cache derrière son maître immobile. Par souci pour l'animal qui n'avait rien demandé, Shase se plonge en elle et lui communique un sentiment...

*Ne t'en fais pas, je ne suis venue faire de mal à personne. C'est un jeu ! Calme-toi, il ne vous arrivera rien.*

Sa voix intérieure est enjouée. De quoi rassurer un ours. Le petit message envoyé, son attention se reporte sur les hommes, et plus précisément sur celui qui avait eu assez de cran pour ouvrir la bouche. Elle avance d'un pas, personne ne bouge. La peur est trop forte.

"Alors comme ça, on se croit assez valeureux pour faire une petite fête sans nous ? Qui plus est, de jouer avec le feu, mon feu ?"

Sa voix est ferme, sévère. Des grognements se font entendre, sortant du fond de sa gorge. Ses oreilles, toujours plaquée en arrière, sa position, son regard montrant de la colère, tout en elle appelle à la crainte. Elle est en position de force.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 26 Aoû - 16:47

A la lumière vacillante du feu, les ombres dansent autour de moi. A travers l'écran de fumée, je vois Shase entrer en scène. Elle commence par se mettre face au chien, affirmant immédiatement sa supériorité. Elle se dresse fièrement face au clébard, légèrement plus grand qu'elle, qui, apeuré, finit par aller se réfugier derrière son maître. Stupide créature. Les chiens, que j'appréciais autrefois, n'ont pas mis si longtemps à se soumettre aux hommes, et à leur obéir au doigt et à l'oeil. Dès les premiers siècles de l'humanité, les chiens avaient servit les hommes de gardiens et de protecteurs, tout comme les chevaux leur servaient de montures et de laboureurs. Et d'autres animaux encore s'étaient rendus esclaves des hommes sans protester... Pourquoi ? Que pouvait dégager l'homme pour que les autres créatures s'asservissent ainsi ?

"Un dieu", à dit l'humain ? Perspicace, et pas si éloigné de la réalité. Mon sourire s'agrandit tandis que j'observe Shase entrer dans le jeu, peu à peu. Je sens son onde rassurante atteindre le chien, juste avant qu'elle ne s'avance vers l'homme d'un pas lent et sûr et qu'elle ne s'adresse à lui directement. Un rire m'échappe en voyant le visage de l'homme se liquéfier au fur et à mesure que la Demi-Déesse, bien plus petite que lui, s'approche. Shase a beau ne pas être imposante, son comportement la rend impressionnante, et elle sait jouer de son regard et de son sourire pour effrayer les humains et dissuader qui que ce soit de se moquer de sa petite taille. J'admire son regard, que j'imagine capable de mettre à lui seul le plus brave des hommes à terre. Je les vois bien se prosterner devant elle, dans un mélange d'amour et de crainte.

"Alors comme ça, on se croit assez valeureux pour faire une petite fête sans nous ? Qui plus est, de jouer avec le feu, mon feu ?"

Elle grogne, et sa voix n'a rien de plaisant, du moins pour les humains. Elle les toise avec rage, la flamme de la colère brûlant dans ses yeux, tandis que les humains la fixent, immobiles, tétanisés. Shase tient la position de force, et les humains n'oseront rien faire pour l'instant; il est temps pour moi d'entrer en scène. Let the show begin !

"Allons, on ne vous a donc jamais appris qu'il est dangereux de jouer avec le feu ? D'autant plus lorsqu'il s'agit de brûler mes arbres. C'est que je tiens à eux, voyez-vous, et je n'apprécie guère de les voir ainsi traités..."

Les hommes sursautent et se retournent vers moi, tremblants. Je sors alors de l'ombre, entrant dans la zone de lumière projetée par le feu, et mon ombre rejoint les autres dans leur danse folle. Un rire bas achève d'effrayer les hommes, qui ne détachent plus le regard des mes yeux, qui doivent leur paraître aussi troublants que les huit queues de ma flamboyante alliée. Je contourne lentement le feu, laissant échapper ma langue fourchue hors de ma gueule lorsque je passe au niveau d'un des humains - le plus jeune, me semble-t-il - qui, dans un mouvement de recul, trébuche et tombe assis au sol. J'éclate d'un grand rire, et finit par rejoindre Shase, continuant à fixer le groupe d'hommes. Ils tremblent tous et se sont peu à peu rassemblés de l'autre côté du feu de camp, excepté celui qui fait toujours face à Shase. Après un clin d'oeil taquin à l'attention des autres, je fixe mon regard sur lui, et il déglutit. J'aime sentir sa peur devant moi. Après tout, c'est bien normal.

"Alors, dis-je à Shase, qu'allons-nous faire d'eux ? J'adore m'inviter aux fêtes..."

Je jette un nouveau regard carnassier à l'homme qui a parlé. Il ne semble plus avoir très envie de parler désormais... C'est un autre, se croyant sûrement plus à l'abri de l'autre côté du feu, qui ose prendre la parole, se pensant sûrement particulièrement brave. Brave ou idiot; les hommes ne font pas bien la différence, semblerait-il.

"Laissez-nous en paix ! Je vous préviens, nous sommes armés !"

Je lui souris de toute mes dents, mes babines se retroussant sur mes crocs luisants, et, d'un seul bond, survole le feu pour atterrir juste devant lui.

"Oh, ça, je n'en doute pas..."

Mon ton est celui d'un prédateur, et ces hommes sont mes proies, les miennes et celles de Shase. Jouer avec eux est si amusant, en particulier en compagnie de la renarde ! Sans prêter plus attention à l'humain, je me retourne vers elle, attendant la suite du spectacle.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shase
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 93
Liens vers la fiche : Shase ♥
Elément : Feu
Sorts :
Afficher les sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 26 Aoû - 16:48

Un rire sourd. Dissimulé, étouffé. Il vient de la renarde de feu, et tout le monde l'a deviné. Car tout le monde tourne les yeux vers elle. Un large sourire fend sa mâchoire et laisse entrevoir sa dentition. Sa tête est tournée vers sa partenaire divine, depuis qu'elle est entrée en scène. Son regard brûle d'une ardeur, bien connue des enfants d'Ignis, mais surtout qui révèle un fort désir chez elle d'aller plus loin. Sans cesser de fixer Fauve, ni même de perdre son sourire, elle concentre une chaleur particulière au creux de sa gorge. Tout doucement, de la fumée commence à apparaître, s'échappant de ses narines, d'entre ses dents. Elle s'épaissit peu à peu, noircie, laisse présager un funeste destin à ses adversaires de jeu. Soudain son regard se fixe sur le grand défenseur du groupe humain, qui sursaute violemment tant la détermination se lit dans l'absence de mouvement de la petite demi-déesse, dans la crispation de ses muscles. Tout va très vite. Elle saute sur l'épaule de l'homme le plus proche en grognant, tout son corps se tourne dans la direction du dernier ayant osé parler. De plus en plus de fumée s'échappe de sa gueule, elle ressent la panique palpitante de ses victimes. L'air carnassier qu'elle arbore et qui fait luire ses yeux ambrés les laisse plus que pantois. "Cette créature va-t-elle réellement les consumer ?"

"Que croyez vous ?" Lance-t-elle sur un ton plein de colère. "Que nous allons vous épargner ?"

Elle amplifie ses grognements, prend une grande inspiration, et souffle une vague flamboyante. Celle-ci prend forme, se répand tout autour d'eux, néanmoins sans toucher personne. Le vent bouillonnant éteint le misérable feu de camp avant de les emprisonner tous dans une cage de lumière, de sons crépitants, et de peur. Ils sont bloqués. La renarde a bien fait attention de ne pas atteindre un arbre proche. Pour ce qui est de la terre que tout ce joyeux groupe foule, il a déjà bien été abîmé par l'installation des humains ici... Sous les regards affolés, elle sourit encore plus. Elle descend de l'humain pétrifié sur lequel elle se tenait, se repaissant de la délicieuse chaleur que lui procurent les flammes sauvages qu'elle vient de lâcher. Comme des loups enragés, elles se rapprochent, avalent de plus en plus d'espace, obligeant tout le monde à se serrer les uns contre les autres. Shase savoure. Les pauvres hommes, voulant survivre à tout prix, se placent au centre du cercle, se battant presque pour avoir la place la plus éloignée du feu. Cependant, il est de plus en plus proche. Prêt à lécher leurs vêtements, leur peau, leur vie. Shase invite Fauve d'un regard à les pousser pour leur voler la place au milieu. Puis, aussitôt, montrant ses dents, agressive au moindre geste, elle ne leur laisse aucune chance.

Si ce n'est jusqu'à ce qu'elle fouette l'air de ses queues tout à coup, et éteigne le danger sans aucun problème. Son regard se fait plus calme, ses muscles se détendent. Elle sait que la peur est bien ancrée dans leur petit cerveau. Elle avance de quelques pas, ils reculent. De la fumée s'échappe encore un peu de ses narines. Sans rien dire, elle jette un regard satisfait à sa sœur.


"Je suis sûre que tu as quelque chose à ajouter." Dit-elle guillerette.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Lun 26 Aoû - 16:48

De la fille d'Ignis s'élève, lentement, un rire sourd, inquiétant - du moins pour les humains. Une fumée d'un gris excessivement sombre sort de sa gueule, qui ne présage rien de bon pour nos victimes, tandis qu'un large sourire, digne des miens, élargit sa mâchoire. L'oeil brûlant tel que seuls les enfants d'Ignis peuvent l'avoir, elle fixe les hommes et, d'un coup, sans prévenir, bondit sur l'épaule de celui qui semblait être le chef du groupe. Après avoir lancé une menace pleine de rage et de haine, elle ouvre plus grand la bouche, et la clairière se change en enfer. Partout autour de nous, un feu sorti droit de la bouche de Shase se répand, produisant un bruit et un souffle pareil à un ouragan. Le feu de camp est soufflé comme une chandelle. De toute façon, il ne tenait pas la comparaison face aux flammes vives de ma soeur. Shase me fait signe de me placer au centre, près d'elle. Je m'empresse de le faire, bousculant quelques humains pour prendre leur place. Dans cette agitation, mon excitation du jeu est tempérée par ma crainte pour la végétation alentour. L'herbe de cette prairie est déjà ravagée par les hommes, mais il y a non loin quelques arbres dont la perte représenterait une peine sans nom pour moi.

Finalement les flammes s'éteignent, et je constate que la fille d'Ignis a pris garde de ne toucher aucun arbre. Il faudra que je pense à l'en remercier. Quant aux hommes, ils sont, pour la plupart, tétanisés. Je peux sentir l'odeur de leur peur, et je suis sûre que n'importe quel demi-dieux peut la renifler à des kilomètres.

-Je suis sûre que tu as quelque chose à ajouter.

Elle n'aurait pu trouver phrase plus appétissante.

-Voyons voir, que pourrions-nous faire de vous, misérables petits humains...

Sur ces mots, je m'avance face à l'un des hommes, le plus jeune et - accessoirement - le plus beau. Je reste là, immobile. Ma demonstration de pouvoir ne vas pas être aussi impréssionnante... Peu à peu, une lueur d'inquiétude naît dans les yeux des victimes. Je peux sentir leur tension, sentir qu'ils se demande ce qui les attends... Et puis, soudain, l'un d'eux remarque. C'est la panique générale qui s'enclenche alors, mais c'est trop tard, ils ne peuvent plus fuir. Les racines que j'ai allongé depuis les arbres les plus proches sortent de terre, emprisonnant les chevilles de mes proies, qui tombent au sol en voulant fuir. En quelques instants, ils sont tous étalés, ligotés au sol.

-Et voilà. Fais-en donc ce que tu veux, ma soeur, ils sont tout à toi.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Shase
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 93
Liens vers la fiche : Shase ♥
Elément : Feu
Sorts :
Afficher les sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Lun 26 Aoû - 16:48

"Et voilà. Fais-en donc ce que tu veux, ma soeur, ils sont tout à toi."

Elle tourne autour de ses proies, tel un fauve prêt à donner le coup fatal à sa pauvre victime. Elle caresse doucement leur visage lorsqu'elle passe à côté d'eux. Maintenant qu'ils sont au sol, la petite renarde se sent véritablement supérieure. Elle fait jaillir de modestes flammes de ses coussinets à chacun de ses pas, pour ajouter un effet théâtral à la situation embarrassante pour ces hommes. Ils tremblent, les yeux écarquillés et rivés sur la fille d'Ignis. En même temps qu'elle les observe, une idée lui vient. Elle va mettre un de ces humains dans la confidence, pour qu'à aucun moment le groupe ne devine de la farce. Elle pense d'abord à utiliser la télépathie. Mais elle se ravise immédiatement. Trop facile. Trop prévisible. Elle poursuit son tour de prédateur, réfléchit à son prochain coup. Son sourire carnassier ne tarit pas. Elle s'approche du plus jeune, veut lui murmurer à l'oreille son plan. Mais il ne lui en laisse pas le temps. Il se met à crier, hurler, s'agiter. Comme si on le torturait. Bon. Après tout, ce n'est pas plus mal. Le sourire de la demi-déesse s'étend, tandis qu'elle reste penchée sur le jeune homme. Les autres ne voyant pas ce qu'elle fait, son visage caché derrière celui de sa victime, se mettent à crier et à paniquer eux aussi. Voilà. Sans même bouger, elle brouille leurs esprits par la peur. Elle en profite pour frôler la joue de sa proie avec son museau encore chaud. Le pauvre crie que ça le brûle. Décidément, les humains s'avèrent parfois bien stupides. Néanmoins, ça la fait bien rire. Elle en rajoute une couche en ouvrant la gueule pour que ses dents atteignent la chair. Elle lui chuchote même qu'elle compte les dévorer.

"Nous manger ?!" Soupire-t-il apeuré. Shase sent un frisson les parcourir tous. Ils sont soudainement très silencieux. Elle se relève, fière de son effet. Un autre humain lance hargneusement :

"Tu es une créature trop ridicule pour pouvoir tous nous avaler ! Relâche-nous !
- Eh bien levez-vous, bande de crétins !" Lui répond-t-elle sur un ton exaspéré. Elle attend, mais personne ne bouge. Ah oui c'est vrai. Les racines. Elle tourne le regard vers sa compagne de terre pour un quelconque soutien. La vision de la demi-déesse lui redonne un sourire plus sincère. La renarde de feu sent que le jeu se termine.

À peine se retourne-t-elle à nouveau vers les humains, que le plus jeune essaye de la neutraliser en lui sautant dessus. Elle l'esquive prestement, et le fait trébucher en tirant sur sa cheville à l'aide d'une queue. Elle remarque dans l'action que les lianes qui les emprisonnaient se sont un peu relâchées. Elle éclate de rire.


"Pitoyable."

Elle s'assoit à côté de lui, le fixant la tête penchée.

"Je vais tous vous flamber." Dit-elle avec un naturel presque effarant. Comme pour confirmer sa détermination, une nouvelle fumée noire et consistante s'échappe de ses narines. Un sourire mauvais l'enveloppe d'une aura peu rassurante. Elle les attrape tous par une cheville avec ses queues, s'installe au centre du tas de peur qu'ils forment, puis augmente la température alentour ainsi que celle de son corps. De petites flammes apparaissent entre ses poils, çà et là, sortant de son pelage. Ses queues ondulent, d'abord gentiment, puis frénétiquement, comme un feu dévorant son festin. La renarde finit par prendre entièrement feu. Elle est un incendie ambulant. Sa gangue est agitée comme si le vent désirait l'éteindre. Elle marche. Avance droit devant. Elle rejoint la fille de Terra, observe les humains étalés par terre. Elle éclate à nouveau de rire. Toute sa flamboyante armure disparaît.

"Allez, cette fois c'est vraiment fini."

Elle sourit franchement.

"Je vous laisse tranquille. À la prochaine !"

La demi-déesse de feu tourne les talons, fait un signe à Fauve.

"Merci pour cette partie. Je ne doute pas qu'on se croisera une nouvelle fois. Pour ma part, je me retire à présent."

Elle ajoute un clin d'oeil. Et s'engouffre dans la plaine aux hautes herbes, non loin de là.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Tremblez devant vos créateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» René Civil devant le tribunal criminel
» Devant la Cathédrale
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» L'un des fils de Sarkozy devant un tribunal.
» Pirates, tremblez, il arrive [Need a second validation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Les Rêveries-