Au petit matin...

Partagez| .

Au petit matin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Dim 21 Mai 2017 - 17:00

❝ Au petit matin...
- ft. Terence

...J'étais à bout de souffle et mon cheval aussi. L'air était frais et la condensation de notre respiration, à nous deux, était très épaisse. J'étais à présent seule à galoper à travers les Landes Luxuriantes, Jagra m'avait quitté et Elle aussi par la même occasion. Les premiers rayons du soleil transperçaient l'horizon et réchauffaient doucement ma peau. Je sentais le corps de mon cheval vibrer entre mes jambes, il n'en pouvait plus après ces longues heures de courses. Mais on ne pouvait pas s'arrêter là, Rorn n'était qu'à quelques pas et c'était la notre point de chute, celui qui nous permettrait de survivre. Encore plusieurs minutes et nous y seront enfin.

La ville était à notre portée quand le soleil commençait enfin à monter le bout de son nez. A toute à l'heure, nous arrivions devant les Grandes Portes encore closes pour la nuit, alors j'ai tiré brusquement sur les rennes pour faire s'arrêter ma monture. Je regardais toutes les secondes derrière  moi, sur mes gardes. Et enfin j'entendais le grincement des portes qui allaient s'ouvrir devant nous. Je me suis entendu respiré bruyamment tant j'étais soulagé. Un petit coup de talon sur la croupe de ma monture et elle se remit doucement à marcher, frappant le pavé. Une fois à l'abri à l'intérieur, je le frenais à nouveau avec une grande douceur, posais ma main pleine de gratitude sur son encolure et, d'un mouvement habile, posait les pieds au sol.

J'ai attrapé les rennes et les ai délogé de son encolure pour pouvoir le guider. Je le sentais éreinté, son corps était chaud et temblant, son pelage était trempé et sa respiration forte. J'ai alors glissé ma main sous sa tête avant de poser délicatement mon front sur le sien en fermant les yeux. Un geste de remerciement que nous avions l'habitude de faire après les nombreuses fois où nos montures nous souvaient la vie.

Puis je me suis mise à chercher du regar une auberge ou quelque chose dans ce goût là. Apercevant au loin un abreuvoir, je m'avançais vers lui, mon cheval emboitant mon pas. Il n'y avait presque personne dans les rues et ce n'était pas pour me déplaire. Comme je le pressentait, l'abreuvoir se postait devant une taverne à peine ouverte, j'ai alors attaché mon cheval avant qu'il ne se jette sur l'eau fraîche. Cette scène me décrocha un fin sourire quasi imperceptible avant que je ne reprenne ma mine renfrognée de d'habitude.

Puis enfin je pouvais souffler, je suis entré dans la taverne où le propriétaire des lieux briquait ses choppes derrière son comptoir. Mon visage était des plus sévères, tiré par la fatigue, alors j'ai conserver ses courts instants de répit où il n'allait pas me demander ce que je voulais, pour m'asseoir à une table dans un coin tranquille. Dans un râle d'épuisement, je me suis écroulé sur la table de tout mon long et j'ai fermé les yeux un instant. Je m'attendais à ce qu'il vienne m'emmerder pour me dire de commander mais à cet instant, je n'en avais vraiment rien à faire.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Mer 31 Mai 2017 - 18:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 21 Mai 2017 - 17:44

V'savez, dans un sens... j'aime bien c'te foutu patelin du nord. C'est pas Lüh, certes, mais c'est déjà un semblant de truc, comparé au reste. Parce que bon, douze bouseux et trois cahotes par bled, ça fait pas la civilisation ça. Autant dire que finir ici ma dernière livraison m'avait fait un bien fou. Du moins, moralement. Parce que coté bourse...

Ça, c'est ce que je détestais de Rorn. On y trouvait des filous sacrement plus doués que dans la capitale pour vous entortiller comme une oie blanche. Ma bourse, vide, vous vous en doutez, après une soirée dans un petit bouge sympa pouvait en témoigner. D'autant que je venais juste de griller ma paie entière. Maldonne, disait le joueur en moi. Une putain de chierie pour l'estomac gargouillant que je me trimbalais de bon matin. En plus, crotté comme un mal-propre après m'être fait mettre a la porte. Certes, j'avais déclenché la bagarre, mais je voulais juste m'assurer d'avoir un peu de mitraille dans mes poches en sortant. (L'enfumage, c'est mon métier, ma vocation après tout.)

Et V'là que c'était le ciel lui-même qui répondait a mes prières muettes! Aux petite leurs de l'aube, une donzelle, farouche d'aspect et de pelage mais tremblante de partout, sur un canasson qui valait pas mieux. Franchement, on aurait pu faire plus beau comme cadeau des Dieux?

Forcement que j'ai collé au cul de la dame comme une mouche a un étron (pour être poli), les suivant dans l'objectif, toujours très honnête bien sur, de voir si y'avais pas moyen de. De quoi? Non je ne rançonne pas les dames, faut pas déconner! (ou seulement les jours sans). Moi ce qui m’intéressait, c'était le cheval! Au pire, même si je trouvais pas revendeur... une boucherie aurait surement un usage pour celui-ci et puis... J'aurai p'tete un steak et une petite bourse.

Autant dire que patience et  étais de mise, surveillant du renfoncement d'une porte la dame avant qu'elle ne disparue dans la première gargote ouverte a une heure pareille. Et de patienter... cinq, six... une fois a sept cents, parce que compter est bon pour mes nerfs, j'en avais conclu que madame était soit en train de ronfler, soit de bouffer. En somme, mon heure venait de sonner.

Et hop, avec doigté, délicatesse et discrétion que je fendais la rue pour approcher sa monture a la blondasse. N'ayant jamais eu de cheval, faut dire, j'en menais pas bien large, mais bon... franchement, scier un nœud et se barrer sur la croupe du bourricot, ça pouvait pas être bien dur non? J'avais entendu assez d'histoire pour savoir que le tout, c'est que faut pas que le cheval vous vois, sinon, c'est fichu. Mais j'allais pas me faire avoir par une vulgaire bestiasse.

Figurez vous que si. Alors même que je dégainais une petite lame pour faire son affaire a son nœud, j'vois l'équidé qui se met a me regarder l’œil torve et le naseau froncé, limite menaçant. Pas un bon signe, vous vous doutez bien. Et Blam!, avant que je puisse seulement jurer, la saloperie venait de me balancer un foutredieu de coup de sabots, façon coup de pied de l'âne. Ah ça... si vous avez jamais bouffé un truc pareil, j'peux dire, ça loche. Sérieusement (J'dois p'tete une prière ou deux pour ma pèlerine épaisse et le froid qui m'avait fait mettre deux gilets sur le coup tiens). Sur le moment, j'ai juste hurlé (logique me dirait vous) alors que je volais en arrière, droit dans la vitre (sale certes, mais une vitre) de la gargote ou s'était arrêtée la proprio du bestiau, après mon approche diagonale.

Un beau vol plané, dirons les experts, alors que je faisais une entrée fracassante a travers le mobilier de l'endroit, défonçant une table et envoyant voler quelques choppes d'attablés, dans un boucan du diable.

"Oh... bordel... 'Culé d'bestiau!" que j’éructais depuis ma position allongée, la tête rappée de partout, du sang plein l’arrière du crane, les côtes surement en train de virer bleu et avec assez de chandelles dans les yeux pour effacer de ma vision le début du bordel dans l'endroit, alors que tout le monde se levait, un poil ahuris de l'affaire.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Dim 21 Mai 2017 - 21:00

❝ Au petit matin...
- ft. Terence

...Mais ? Qu'est ce que je faisais au camp moi ? Non, je n'ai pas envie d'être ici, ni envie de voir ça. C'est Elle, elle meurt dans mes bras, il y a du sang partout autour de moi, pourquoi je vis ça ? Pourquoi meurt-elle ici ? Je n'ai pas réussis à la sauver et en plus de ça j'ai fuis... Je suis une lâche, je l'ai abandonné. Elle...

Et voilà que je me réveille en sursaut, la fatigue m'a achevé et cette table est visiblement beaucoup plus confortable que je l'aurais cru. Mais, j'ai du mal à reprendre mes esprits j'ai agrippé la table tellement fort que j'en ai mal aux ongles. Et puis qu'est ce qui se passe en fait ? J'entends tout le monde beugler comme des bœufs et je sens mon visage se tirer de plus en plus. Un rapide coup d’œil pour analyser la situation. Un gars est passé par la fenêtre, il est bien amoché d'ailleurs. Il vient de dehors, de là où mon cheval était et il.. Il est monstrueusement agité ! Il lui a forcément fait quelque chose. Qu'est ce qu'il a foutu bordel ? Il veut crever ici où quoi ? Ni une ni deux je fond sur lui, évitant un temps soi peu les débris et autre bordel avec bourrinage, la rage dans les yeux. En plus il a vraiment pas choisis son moment celui là. C'est pas comme si je sortais d'une foutue histoire cette nuit. Il va m'entendre celui-là, mon cheval se calmera tout seul et après tout pour l'instant, j'ai juste envie de lui broyer les tripes.

J'agrippe le col de sa pèlerine de mes deux mains. Non pas que je sois suffisamment forte pour le soulever mais, il est sur une table, certes fracassée, et n'a pas l'air bien lourd alors tirer son buste vers moi est largement dans mes cordes et puis, je me penche un peu sur lui quand même. L'adrénaline du moment aidant, il sentira très certainement mon énervement tant j'avais approché son visage du mien. Je le fixais droit dans les yeux et les miens devaient être bien plus noir que d'habitude, mon visage était largement crispé et mes sourcils tellement froncés que j'en avais des fourmis.

❝ Tu foutais quoi au juste, l'avorton ?! Hein ? ❞

J'avais envie de l'étrangler, mes mains se serrait de plus en plus sur son col, mes ongles auraient pu transpercer sa pèlerine. J'entendais les autres qui commençaient à jacqueter sur ce qui se passait, qu'ils n'essayent même pas de m'interrompre ceux-là. De toutes façons s'ils s'avançaient trop près, ils auraient de quoi palper ma rage rien qu'en voyant mon regard se jeter sur eux. Mais là, il faut que je m'occupe de son cas à lui, avec ses bouclettes blondes là et sa gueule toute fine.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Lun 22 Mai 2017 - 9:43

Même pas un semblant d'instant calme pour récupérer tiens. Je venais a peine de commencer a vouloir me tâter les côtes que déjà une fille en pétard venait me chopper par le col et allumer un incendie au sein de ma poitrine, amoché que j'étais. J'y voyais même pas clair quand à sa face, mais vu la tignasse blonde qui se baladais en halo ébouriffé autour du flou de son visage, ça devait, surement, être la proprio du bourricot qui venait de jouer au ping-pong avec moi.

Elle avait l'air furax fallait dire la dame, de manière bien compréhensible. Par contre, j'dois bien reconnaître, j'avais pas pigé grand chose a ses vociférations, tout occupé que j'étais a étouffer un hurlement alors qu'elle me martyrisait mon col. L'ouïe me revenait doucement aussi, alors que les gens commençaient a sérieusement hurler dans le bordel.

"-T'as vu ça? Paf, a travers le carreau, d'un coup?!
-Putain, j'me suis brûlé moi!
-Hey m'dame, vous allez le buter la...
-MON AUBERGE! SALE RACLURE? TU VAS PAYER!"


Je pense que le tavernier devais être le second type le plus en rogne dans les dix kloms, mais pour l'instant, je venait de faire sens dans les vociférations et l’œil noir de la charmante qui me tenait tel un sac a patate. Et forcement, avant de répondre, en bullant du sang, j'avais laisser errer mon regard un instant sur ma main gauche, espérant y voir mon couteau... dont l’éclat scintillant se trouvait sous le sabot de la sale bête qui m'avait défoncé, me dévisageant d'un œil aussi noir que sa pétasse de cavalière. Pas de sortie de ce coté la.

Je venais donc de rater le vol d'un cheval, j'avais pas un kopek sur moi(outre la douzaine de Tsuris que j'avais piqué), une gonzesse allait me tordre le coup comme un poulet et le tavernier fendait la foule avec le visage rouge comme dans une forge, prêt a finir les restes... Fallait me comprendre, mais avec tout ça et l’océan de douleurs multiples ou je me noyais, secoué comme un prunier par la donzelle en rogne, les nerfs avait lâchés, et un rire caquetant, ainsi qu'une bonne dose de flegme ensanglanté (venant tacher la dame a la figure bien trop près de la mienne pour y échapper) avait décidé de s’échapper de moi, m'agitant d'autant plus de convulsions hystérique de la botte.

"Haha... ha... hahaha... ha... Pas mon jour moi..." Avec force grimaces, et incapable d’arrêter mes gloussements. Presque sur, en bon spectateur impuissant, qu'elle allait me mettre une de ces mandales dans la gueule... Pas que j'avais douze cents moyens d'y échapper en fait, alors que l'assistance prenait de précautionneuses distances avec le déchaînement de violence qui allait surement suivre.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Lun 22 Mai 2017 - 11:27

❝ Au petit matin...
- ft. Terence

Je le tenais là, entre mes mains, prête à en découdre, mais il ne bronchait pas. Il semblait presque inerte. A cet instant je me contre fichais de la raison pour laquelle il agissait comme ça, j'avais juste envie de l'ébouillanter. Les parlementations des énèrgumènes qui nous entouraient me foutaient d'autant plus en rogne, ça ressemblait davantage à un groupe d'une centaines de mouches qui essayaient de se loger dans mes oreilles, c'était infernal et ça me déconcentrait. Quand ce n'était pas la fatigue qui attaquait mes yeux. J'entendais les râles du propriétaire qui semblait lui aussi sortir de ses gonts à mesure qu'il s'approchait de nous. Mais pour être honnête, je ne faisais pas suffisamment attention pour comprendre ce que chacun disait.

Tout à coup, il se mit à me cracher du sang au visage, l'effet de surprise me fit me braquer et fermer les yeux. Je l'entendais rire, à peine j'ouvrais les yeux que j'avais ses dents rougeâtres devant moi. Quelque chose n'allait pas et finalement cette attaque d'une bassesse sans vergogne m'avait fait perdre l'attention que j'avais vissée sur lui. Suffisamment pour noté qu'un gars inconnu au bataillon s'était avancé d'un l'air un inquiet en lançant des « il est blessé » ou « faut le soigner d'urgence ». Pardon ? Quoi ? Le soigner alors qu'il ne méritais rien d'autre que mon courroux ? Les mots me manquaient. J'ai alors sentis une faiblesse dans mon bras gauche et l'ai lâché subitement de ma hauteur. Cacher ma fatigue était au moins aussi important que lui coller une râclée.

❝ Pff. ❞

Je n'avais rien d'autre à dire et je me suis écarté de quelques pas en essuyant maladroitement le sang qui m'avait giclé au visage. Ni une ni deux, le tavernier en profita pour fondre lui aussi sur lui, en bougonnant je ne sais quoi, suivit d'un employé et tout deux l'ont attrapé en vue de le sortir, me semble. Je les suivait sans un mot, vissé sur le nabot. Le propriétaire lui lançait des « tu me le paieras », « tu va me rembourser les dégâts où t'auras à faire à moi » blablabla. Qu'il se dépêche un peu j'ai pas que ça à faire moi. Le gars qui s'inquiétait de son état les suivait aussi jusqu'à dehors où il rencontra bien gentiment le sol.

Moi, je rejoignais mon cheval en le fixant d'un air dédaigneux, observant le bon samaritain du matin essayer de l'aider. Il me fit froncer mes sourcils celui-ci aussi. Près de mon cheval à peine calmé, j'ai posé ma main sur son encolure et ai caressé doucement. Il ne me fallait que peu de temps pour l'apaiser, dans des situations bien plus grave j'avais réussi une telle prouesse. Un demi-tour pour regarder à nouveau le... Hey ! Mais que voilà sur le sol ? Un couteau bien proche des sabots de mon cheval tiens ! J'ai lancé un regard de tout les diables au nabot écroulé au sol, j'aurais pu le tuer rien qu'avec ma volonté. J'avais vu juste alors, il en voulait bien à mon cheval. J'ai pris une énorme bouffée d'air en ramassant son arme. Ce n'était pas le moment de me faire prendre à tabasser quelqu'un en pleine rue, je venais d'arriver, ça n'aurait pas été bon pour ma réputation à faire. Fais des concessions Lagertha, des concessions. On est pas n'importe où.

J'ai rejoins les deux énergumènes en rangeant son canif à mon ceinturon, le samaritain avait l'air d'avoir deux ou trois trucs en guise de premier soin, il essayait tant bien que mal de lui apporter son aide. Je l'ai surplombais, debout, de toute ma hauteur. Il m'expliquait gentiment qu'il fallait qu'il voit un soigneur au plus vite et se tournait vers moi l'air de me demander de lui porter assistance.

❝  Me regarde pas comme ça, il a essayé de voler mon cheval. T'attends pas à ce que je l'aide. ❞

Mais je restais planter là, frapper un homme déjà à terre... Très peu pour moi. Mais il n'allait pas s'en tirer comme ça et je le lâcherais pas tant que j'aurais pas une contre-partie. Un petit public s'était agglutiné autour de nous et je les observais avec mon air renfrogné. Le samaritain quémanda de l'aide et un gars sortit de la foule. Ils allaient surement l'emmener quelque part et moi, j'allais les suivre.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Lun 22 Mai 2017 - 12:51

L'air frais, la brise vivifiante du nord... Un vrai bonheur, pour sur. Moins avec le torse a moitié enfoncé et la tête comme une oeuvre d'art moderne, mais que voulez vous, on pouvait pas tout avoir a la fois. Déjà que l'autre folle dingue m'avait lâché la grappe pendant que je caquetait comme un poulet toqué sur le sol en bavant, y'avais du progrès. Et même un gentil, qui avait décidé que me laisser dedans aurait été mauvais pour ma santé. Du type rare le bon samaritain, d'autant plus dans le nord. J'avais une chance limite malsaine parfois moi. Le tavernier contrebalançait le bordel, a m'agonir d'injures et de menaces diverses sur ma personne, déjà bien rapiécée, pour avoir le prix de son carreau, de sa table, des deux chaises et d'une portion de mur enfoncée et le tout fissa.

J'suis presque sur, du moins, dans le brouillard qui était le mien, que c'était juste pour l'attroupement qui se faisait dans la rue avec une devanture béante et un grouillot sur le sol en pleine rue que j'avais pas fini clamsé moi. Faut dire, j'avais bien senti une main fouiller a ma ceinture pendant qu'on me portait, le contact ravivant mes douleurs un peu plus, mais avec douze tsuris dans une doublure de veste... c'était vite parti. J'avais rien et bonne chance pour que je rembourse dans mon état.

Autant dire que finalement, j'm'en sortais bien. En cette fraîche matinée, même pas un garde n'était sorti d'une ruelle pour venir voir ce qu'il se passait, le spectacle surement assez courant pour ne plus y faire attention. Tout comme le public, qui s'était vite barré une fois que mon providentiel gars de bonne volonté avait réussi a avoir un peu d'aide pour m'amener au premier péquin du coin capable de bander et d'enduire correctement ce genre de blessures. Certes, le tavernier avait poussé des haut-cris, mais finalement, il était revenu a ses pénates en pestant, l'adresse du praticien dûment enregistrée dans sa tronche de fouine avide, pour venir tâter du remboursement quand je serais un poil mieux. Pouvait toujours courir lui.

Non, le souci, c'était la folle au regard noir comme une nuit d'orage, qui continuait de me fixer d'un sale air, même sans me cogner. Celle-là, j'en était pas débarrassé pour sur, vu que la tête bringuebalante alors qu'on me portait plus qu'autre chose chez une connaissance du samaritain a deux pat"s de maisons de la taverne, je voyais la donzelle suivre comme un chien de chasse notre improbable trio, moi laissant une belle trace rouge et morve sur le chemin. Vous vous doutez bien que si j'ouvrais pas la bouche pour autre chose que gémir, je savais que les ennuis étaient pas fini avec cette grande malade.

Certes, on aurait pu argumenter, dire que j'avais cherché la merde mais dans un sens... vu mon état, j'étais plus victime que criminel maintenant non?

Mais bon, a l'heure actuelle, c'était tout au plus une considération annexe, comme l’écharde de dix centimètres que le passage de la vitre avait planté dans mon fondement, pendant que je spectatais alors qu'on me portait dans une échoppe de rebouteux local, le manœuvre ayant aidé a porter se barrant dès la porte passée tandis que l'autre pestait de l'absence du rebouteux et partait en courant (dieux, quelle énergie celui-la tiens, j'lui devrais bien un merci) pour aller chercher le proprio de l’échoppe, surement parti chercher quelque plantes pour un remède de sa composition, tout le monde sachant que les petites heures de l'aube sont les plus propices a la cueillette.

Si j'avais été dans une meilleure condition, nul doute que j'aurais trouvé la boutique dans le genre cossu et qu'une main leste aurait fait disparaître deux trois trucs, mais la, pour une fois, je faisais dans le tranquille. Avachi sur une chaise qui devait servir aux soins dentaires et aux amputations, tentant d'extraire cette foutue écharde sans trop bouger, j'profitais d'un petit instant de calme, ayant même mit le holà sur les gémissements. Fallait être un homme après tout. Même que j'avais le temps de penser un peu, de tester mentalement quels endroits ne faisaient pas mal (très peu au final) en vérifiant d'avoir toute mes dents, mais plus de couteau.

"Bordel... Au moins j'suis vivant." Réflexion a haute voix dangereuse, alors que je me rendais compte que si jamais la folle dingue avait vu l'autre partir en courant... elle aurait très bien pu décider de me finir dans l'instant, de battre le fer encore chaud, pour donner dans la métaphore. Autant dire que bouger mes miches jusqu’à la porte pour la bloquer me semblait être une bonne idée... a condition de pouvoir traîner ma carcasse. Au moins cinq petites minutes, le temps que le rebouteux arrive...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Lun 22 Mai 2017 - 15:29

❝ Au petit matin...
- ft. Terence

Avant que tout se petit monde ne quitte les lieux, j'ai subtilement acheté les services d'un type dans la foule, pour qu'il surveille ma monture. On ne m'y reprendra pas à deux fois. Il fallait que je le laisse un peu tranquille, ayant certainement plus besoin de repos que moi, je ne pouvais pas me réduire à le trimballer un peu partout, le pauvre. Le public dissipé, les voilà tous les trois partis vers quelqu'un qui allait certainement pouvoir l'aider et moi, j'étais là, à les suivre la main sur le pommeau de ma lame, fixant l’énergumène finement voleur de chevaux.

J'étais muette, trop occupé à surveiller qu'il ne fuit pas à toutes jambes. Enfin, au vue de son état, je le rattraperais même en marchant. Mais je ne pouvais pas le quitter des yeux jusqu'à ce qu'ils arrivent enfin à destination. Le porteur de fortune s'étant vite échappé de la situation, il croisa mon regard en s'esquivant. Un bien beau souvenir que je lui laissait là. Moi, le temps qu'il fasse leur affaire, je me postais à côté de l'entrée, adossé au mur en attendant sagement. A peine son couteau sorti pour l'observer que le samaritain avait décampé à toute allure.

Hm. Au vue de son agissement jusqu'à maintenant, il ne l'aurait certainement pas « juste » abandonné à son triste sort, surtout pas si vite. Quelque chose clochait, alors évidemment, je me devait de vérifier. A peine sur le pas de la porte, j'ai entendu quelque chose comme « au moins je suis vivant ». Je survolais la pièce de mon regard et remarquais ainsi qu'il n'y avait personne à part bien sûr l'amas d'os et de chair étendu sur une table qui me servait de piètre voleur de cheval. Ma foi, j'aurais pû en profiter pour lui mettre la raclée qu'il méritait, mais la situation était toujours la même... Tous m'avaient vue en vouloir à sa bonne santé, on était en ville et, il était toujours agonisant. Je remettais donc mes pulsions à plus tard.

Je m'avançais alors vers lui avec presque le sourire aux lèvres. Mais mon visage farouche étant ce qu'il est, un semblant de sourire est quasiment imperceptible pour qui je suis une inconnue. Je m'avançais vers la table et en faisait le tour, en jouant consciencieusement avec son couteau.

❝  Oui, ne meurs pas tout de suite, ça serait dommage. ❞

J'ai ensuite attrapé une chaise et l'ai glissé assez proche de la table. Même pour moi le grincement de ses pieds était assourdissant, mais je n'en faisais pas impression. Je me suis assise dessus avec lourdeur, posé un pied sur le genoux opposé et jouait à nouveau avec son petit couteau de brigand et, je ne le regardais plus. J'attendrais sagement.

❝  Je ne vais pas te tuer pour « si peu », même si tu le mériterais. Mais si tu veux garder ta petite gueule et tes bouclettes, faudra éponger ta faute.
Ah et je garde ton cure-dent en souvenir, hein. ❞


Ça tombait bien tiens. Cela dit, je faisais preuve d'un sang-froid et d'un flegme exceptionnels pour le coup. Sans doute la fatigue qui parlais à ma place mais, je dois avouer que j'avais hâte d'en finir avec cette histoire. J'étais réellement crevé et mon estomac commencerait bientôt à gémir. Ah... Manger. Enfin, il fallait d'abord que je m'occupe de ce nigaud et après je pourrais m'occuper de mes petites affaires.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Lun 22 Mai 2017 - 18:40

C'est fou ce que le destin peut aimer s'acharner sur vous quand même. Plus de pognon, le torse en miette, dans une cabane qui allait me coûter les yeux de la tête et forcement, la sauvageonne au regard noir était entrée avant même que je finisse de me résoudre a me traîner a la porte pour m'assurer d'un moment d'intimité qui n'avait rien a voir avec la masturbation. J'aurait mieux fait de me coucher hier soir tiens. J'aurai été au pieu encore, bien au chaud, la bourse toujours remplie et le fumet alléchant du petit-déjeuner qui serait monté des cuisines de mon auberge...

Une vision limite idyllique qui m'avait fait dérailler un moment de son laïus intimidant a la demoiselle, bien que j'en saisissais les grandes lignes d'instinct. Ou d'habitue, surement. Bon, le poitrail démonté par un cheval, ça s'était nouveau, mais dans les grandes... on sentait un petit gout de déjà vu. Le truc qui vous fait bêtement hocher de la tête et parler trop vite, en toussant un bon coup pour me libérer la gorge.

"Fais chier... Encore... Enfin, j'veux dire... ouais, ouais, j'ai pigé." En même temps, j'avais pas trente-six millions de solutions pour me tirer de se merdier et je sentais confusément que c'était pas le moment de m'attaquer a un histoire de dormir debout expliquant ma tentative de vol de cheval. Donc a la place, j'avais saisi le pan avec la doublure aux Tsuris, pour agiter faiblement le truc, me montrant le plus direct, a défaut d’honnête et lui faire comprendre que l’effaçage d'ardoise... s'était pas bien parti pour être du monétaire. "J'ai pas un rond par contre, a part de quoi bouffer pour aujourd'hui."

J'tentais même pas de l'apitoyer, ça sentait la salope au cœur de pierre de toute façon, mais mon état en lui-même criait la suite de lui-même. J'pourrais même pas payer le toubib, a qui je devrais une créance, que je ne payerais jamais, me tirant a la première occase pour me faire oublier dans un autre patelin.

Sur le moment, ça rendait l'histoire de ma vie assez amère pour faire passer la douleur, me contentant de regarder dans les yeux la grognasse en priant que le rebouteux quelconque ramène son cul et fissa, avant que les choses ne dégénèrent.

"Donc... maintenant, on fait quoi.. Hardrada?" C'est fou ce que toutes les femmes que je rencontrais dernièrement avait l'air d'un sévère fini quand même. Ou ma capacité a toujours avoir le même humour vaseux aussi.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Lun 22 Mai 2017 - 21:42

❝ Au petit matin...
- ft. Terence

Il ne bronchait pas beaucoup mais pestait dans ses premières paroles. Ce qui lui valu un énième regard noir. Pour sûr, il les avait collectionné aujourd'hui. Et encore c'était un doux euphémisme, puisque de très longues heures nous séparait encore de midi. J'espère que ça sera pas comme ça tous les jours où je risque de me fatiguer vraiment très vite. Il sortit difficilement quelque chose de son manteau alors que j'étais interrogative. Une bourse, vraisemblablement assez peu fournis. Je n'ai même pas attendu ses explications pour pousser un long soupir de désappointement. Il me menait la vie dure cela là, vraiment. Par contre il parlait de bouffer et c'est là que mon estomac ce mit à rugir comme un fauve. Ça m'avait moi même surprise mais j'essayais d'en faire abstraction.

Donc, j'allais pas en tirer grand chose de celui-là apparemment. Il m’obligeait en plus à réfléchir à quelque chose qui pourrait faire une bonne contre partie. « Donc maintenant on fait quoi Hardrada ? »

❝  Hein ? C'est qui ça Hardrada ? ❞ Que je lui ai répondu toute interloquée. J'étais en train de le menacer et voilà que lui il me parlait de quelqu'un d'autre. Va savoir, peut-être que sa cervelle avait été touché aussi dans tout ce bordel. Ou alors j'étais trop fatigué pour comprendre. Bref, il fallait que je trouve un truc et voilà que je me remettais à triturer mon nouveau couteau en guise de « concentration ». Ce genre de petit tic qu'on peut faire pour raisonner convenablement. Et ben moi, avec une arme entre les mains, j'étais efficace... Quand j'étais pas à l'article du malaise d'épuisement.

❝  Bref. J'ai une idée. ❞

J'ai alors tourné la chaise de façon à l'avoir bien en visuel pour lui exposer ma proposition. Après tout, il fallait que je fasse vite avant que le samaritain ne raplique avec un autre témoin. S'il il le faisait avant, je devrais attendre qu'il s'en occupe et qu'il le remette sur pied et très franchement, j'étais à l'article de l'épuisement alors je me voyais mal attendre comme ça à rien faire. Non franchement j'avais juste envie de manger et dormir.

❝  J'vais devoir partir à l'extérieur dans quelques temps, tu pourrais... Me servir de bouclier, ou d’appât si j'ai besoin de fuir, quelque chose dans ce goût là. ❞

Bon, cette perspective n'était pas bien réjouissante à entendre, il y gagnerais plus à recevoir ma raclée. Alors pour apaiser son esprit, il fallait que je présente les choses un peu différemment. Je m'enfonçais un peu dans la chaise et continuais ma proposition.

❝  C'est pour aller récupérer ce qui reste d'un village déserté. Je t'empêcherais pas de prendre quelques trucs si on arrive là bas. Pas d'entourloupe, y a que moi qui connais l'emplacement et au moindre faux mouvement je t'égorge. ❞

Ça me paraissait pas trop mal à moi comme marché. Mais tout dépendait de ce qu'il allait m'en dire. De toutes façons, on allait pas y aller que tous les deux, les risques serait trop grand alors ses chances de rester en vie étaient pas si faibles que ça si tout se passait bien.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léanör
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 28
Double Compte : Eleanör Mahasiah
Métier : Garde Dorée
Inventaire : -> 01 Gourde d'eau |20 gorgées|
-> 01 Variquan de la garnison
-> 05 flèches lumineuses
-> 10 flèches de bois
-> 180 Tsuris

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Mar 23 Mai 2017 - 0:09

Au Petit Matin ..

Feat Lagertha - Terence

Les premières lueurs de la journée nouvelle vinrent effleurer le doux visage de Lüa, paisiblement endormi. Bien que matinal, l’œil d’Ignis fut celui qui, de nous deux, se leva en dernier. Cela faisait trois semaines désormais que j’étais contrainte à la vie civile. Et si j’avais apprécié ce temps qui m’eut permis de faire connaissance avec l’enfant rescapé, il me tardait de pouvoir à nouveau arborer les couleurs du Prince. Le petit-déjeuner fut rapide, bien que lourd en négociation. Ma récente petite-sœur, bien qu’appréciant ma camarade de logis qui allait lui servir de gardienne, appréciait avec moins d’enthousiasme que le miens, mon retour à la protection des arcaniens. Je dû lui concéder plusieurs minutes supplémentaires, chacune agrémentées de propos rassurant, ainsi qu’un tour à la boutique au coin de la rue principale, pour être enfin autorisée à revêtir mon armure.

Je mis alors chaque élément comme-ci il s’agissait de précieuses reliques. La première couche faite d’un tissu léger et particulièrement résistant, suivit des plaques d’armures. L’épée affutée dans le fourreau retrouva sa place à ma hanche. Le bouclier et la lance restant au baraquement, mes ordres du jour appelant à patrouiller dans la ville fortifiée. Un dernier câlin à Lüa, et je la laissai à la surveillance de ma sœur d’arme, tandis que je sortais rejoindre les rues. Un large sourire se dessinait sur mon visage, le soleil étant prometteur à une douce journée, loin des intempéries nordiques désagréables. Mais surtout, mon retour au service de la principauté. Je fus quelque peu étonnée de ne pas voir Kyran, avant de me rappeler mon entrain particulièrement matinal.

N’ayant ni l’envie d’attendre inutilement, ni d’aller le réveiller d’un sommeil potentiellement bien mérité, n’étant pas suspendu pour sa part, je décidai de commencer ce nouveau jour, seule. Mes pas me conduisirent lentement jusqu’à la porte Nord. Je ne pouvais pas cacher mon envie de la franchir, pour retourner sur les lieux qui me valurent ma mise à l’écart de la Garde Dorée. Mais je n’en ferai rien. Ces trois semaines m’avaient montré que je ne pouvais pas faire sans ce boulot. J’avais été éduqué pour ça. Et rien d’autre. Je me contentai donc de prendre des nouvelles des frères d’armes, satisfaits de me voir de nouveau dans une tenue convenable. Après quelques politesses sincères, ils m’apprirent l’arrivée d’une cavalière, me précédent d’une poignée de minutes. Ma bonne humeur se fit cependant plus discrète, lorsqu’ils m’apprirent s’être contentés de la laisser entrer.

Sérieusement, laisser une cavalière armée venant du Nord des Landes sans prendre la peine de lui poser la plus simple des questions, mais à quoi pensaient-ils ? Avaient-ils oublié que nous étions en guerre avec un chef autoproclamé de divers barbares et brigands en tout genre ? Qu’est-ce qui leur disait qu’elle n’était pas une espionne, venu repérer les forces présentes et éventuelles faiblesses des remparts ? Ce que ce genre de comportement pouvait m’insupporter ! Les sourcils froncés, je les quittai pour tenter de retrouver cette inconnue dont nous ignorions même jusqu’au prénom. Assez jeune, blonde, aux habits de fourrures, voila la seule description qu’ils purent me donner. Autant dire qu’elle avait quelques sosies dans la ville. Cependant, si c’était une vraie nordique, et qu’elle était aussi essoufflée que le sous-entendait l’un des camarades, alors il n’y avait qu’un seul endroit où elle pouvait être.  

Je trouvai vite le chemin de la taverne de Rorn, mais à pied, j’allais bien moins vite qu’elle. Lorsque j’atteins ce qui était assurément sa première escale. La main sur la garde, je m’approchai lentement de la vitre brisée. Mais à l’intérieur, il n’y avait qu’un propriétaire enragé beuglant à ses premiers clients la fraiche péripétie. Un homme s’étant retrouvé propulsé, sans qu’il n’y ait pourtant de silhouette fuyante derrière lui. Un mystère que j’éluciderai, lorsque je rattraperai le corps endolorie manquant. Après quelques questions au propriétaire, j’appris que la potentielle femme en question n’était pas étrangère, l’ayant suivis chez un guérisseur non loin, là où les autres n’en avaient pas pris la peine.

Tout ceci commençait à attiser mon instinct, ou ma paranoïa, je ne savais trop encore lequel des deux. Mais c’était quelque peu étrange. Une femme venue du Nord des palissades, entrant dans une taverne où un homme sans assaillant se fait projeter au travers d’une fenêtre, décide de le suivre alors qu’elle ne montrait aucun signe d’amitié à son égard. Elle avait voulu, d’après les dires, s’en prendre physiquement à lui. Pour avoir renversé son verre probablement, durant sa chute. Mais pourquoi l’avoir suivie ensuite, cet inconnu qu’elle ne portait pas en son cœur ? Et si.. Elle était venue non pas pour trouver des renseignements, mais exécuter un contrat ? Je m’emballer probablement, mais les histoires qui débutaient dans une taverne, ne finissaient que rarement dans une poignée de main amicale.

Après avoir reçu brièvement la direction empruntée, j’informai la première patrouille du jour passant de la demeure où je me rendais, afin qu’ils en informent Kyran lorsqu’ils le croiseraient. Sur la route, je rencontrai l’âme décrite comme charitable, qui m’indiquait le lieu exact où il laissa l’homme volant et la femme étrangère, inquiet apparemment de retrouver dans le même état l’inconnu, que celui dans lequel il l’avait quitté. Je pressai alors le pas, avant de remettre la main sur ma garde en arrivant à la porte entrouverte. Sachant le propriétaire absent, je ne prenais pas la peine de frapper pour annoncer ma présence. Après quelques pas que j’espéraient discret, j’atteignis les murmures s’étant fais silence. Il étant temps pour moi, de me présenter, la main gauche au-dessus de ce même côté de ma hanche, qui portait ma lame dans son fourreau.

- Léanör Némésiah, membre de la Garde Dorée Rornienne, au service de la Principauté Reyson. Fis-je en les toisant du regard à tour de rôle, observant leurs gestes. Êtes-vous l’homme ayant causé la destruction d’une vitre de la taverne plus tôt ce matin ? Commençai-je par l’homme allongé. Et l’inconnue arrivée à Rorn quelques minutes auparavant ? Terminai-je en posant mes yeux sur elle.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Mar 23 Mai 2017 - 8:00

Complètement toquée la fille. C'était plus une fêlure sur la bouilloire, c'était une crevasse qu'elle avait la blonde nordique. J'en était resté soufflé tiens. Sert moi de bouclier. Et puis quoi encore, elle voulait que je me costume en lapin et que je m'enfonce le pompon dans le fondement aussi? Sur le moment, j'avais presque laissé s'échapper une imprécation injurieuse, avant de réussir a fermer la bouche pour me retenir, ma stupéfaction initiale cédant place a la réalisation que cette gourdasse avait pas l'ombre d'une idée de quoi faire de moi et m'ouvrait grand les portes pour lui pourrir la vie sous prétexte de mettre a plat nos soucis. Toi, t'allais pas y manquer ma grande.

Pour sûr qu'au résultat j'avais hoché la tête, voulu commencer a parler quand un cliquetis bien connu m'avait fait me dresser sur mes coudes, l'instinct toujours a l’affût des emmerdes. Genre un cliquetis d'une armure qui annonçait juste un  quart de seconde avant la voix l'arrivée d'une nouvelle protagoniste dans notre imbroglio matinal. Et forcement... c'était la foutue Garde Dorée. Les sbires de la -Justice-. Pfeu, j'vous en donnerais moi de la justice. Ayant une méfiance naturelle des représentants de la loi, bien trop promptes a vous mettre au gnouf pour un oui, pour un non... surtout pour un non en fait, les questions de la dame (encore une dame tiens. Les Hardrada se multipliaient) m'avait hérissé le poil assez fort pour mettre de coté un temps mon animosité pour la fêlée du carafon et lui jeter un petit regard de connivence. Moi et les questions d'une inconnue qui fleurait bon la suspicion...

Avant de me surprendre moi-même alors que je retournais mon regard a la garde a la main bien trop proche de son épée pour lui monter un bon vieil enfumage des familles, le mensonge coulant naturellement de ma bouche, après une vie passée a mentir et enfumer pour un oui ou un non, dans ma position misérable du souffreteux.

"Oh... B'jour vot'seigneurie. Et ouais, ouais, on en discutait justement, v'savez, poser les choses a plat au calme." J'expectorais un bon coup me dégager une marge de manœuvre, le coin de l’œil rivé sur ma nordique, au cas ou elle s'était mise en tête de me mettre les menottes aux poignets en plus en me contredisant. "J'ai pris un coup d'sabots d'son canasson en voulant entrer dans la taverne, l'bestiau était agité et a du prendre peur qu'j'm'curais les ongles avec mon couteau a la porte. D'ma faute surement, j'ai pas calculé le truc, j'd'vais être trop près." Un petit hochement de tête en direction de l’ustensile en question, bien trop petit pour paraître menaçant venait compléter le tableau, alors que je partais d'un rire que la douleur suffisait a entrecouper d'inspirations cuisantes. "La dame est venue m'le rendre et s'expliquer, vu qu'elle pensait que j'avais essayé de voler son cheval. Elle a eu une dure nuit d'façon." La, j'inventais rien, même moi, je me rendais bien compte qu'elle était épuisée la donzelle. "Terrib' hein les suppositions dans le nord. Mais bon, vu l'bazar en ville..."

Bon, j'étais pas au mieux de ma forme, il fallait me pardonner de pas avoir la tournure juste, mais j'avais toujours vu les gens mieux réagir a l'humour et aux demi-vérités que le reste, alors, perdu pour perdu... "Faut dire qu'j'la comprend hein. Mais vous inquiétez pas, on a mit au clair les événements pas vrai?" Que je lançais avec un regard lourd de sous-entendus pour la nordique. En espérant que sa défiance des forces de l'ordre soit aussi grand que le mien et qu'on règle nos petits soucis entre nous. En plus, j'avais plus de souffle après ma tirade.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Mar 23 Mai 2017 - 12:23

❝ Au petit matin...
- ft. Terence & Léanör

Je l'observais et il a seulement eu le temps de hocher la tête avant qu'on nous interrompe. Mais m'avait-il vraiment donné une réponse dont je pouvais me sustenter ? A mon sens pas du tout, les non dits tout ça, ça m’insupporte assez pour me faire vriller. Mais au vue de notre nouvelle petite copine, on ne pouvait en rester que là. C'est pas comme si mon expédition concernait le pillage d'un village récemment attaqué par des gens de son espèce à elle. D'ailleurs, elle a de la chance que je ne connaisse pas sa tête. Ce qui a d'admirable avec l'air énervé qui me colle au visage, c'est qu'il ne me quitte jamais et que je peux réellement faire la gueule sans que ça se sache trop.

Léanor Némésiah donc. Est-ce que j'allais vraiment imprimer son nom après tout. Je la fixais sans trop rien dire, j'étais surtout dérangé par sa présence alors le fait que le nabot prenne la parole en premier m'a bien servis sur le moment. J'en profitais pour détourner mon regard et ne pas trop attirer l'attention quand il expliquait la situation de manière subtilement romancé. Disons qu'il savait plus ou moins bien tourner les choses, tout ce qui importait c'est que ça paraissait plausible. Du moins si je rentrais dans son jeu. « La dame est est venu m'le rendre ». Chiotte. Si je voulais m'aligner à ce qu'il disait, fallait impérativement que je lui laisse son couteau. Ca me faisait un beau souvenir à moi.

Je tentais du mieux que je pouvais de ne pas réagir à ses aberrations mais il fallait bien admettre que si ça passait, ça m'allait aussi. J'avais vraiment d'autres chats à fouetter que de me frotter à l'autorité dès aujourd'hui. Je voulais juste manger et dormir c'était pas bien compliqué pourtant, pourquoi il fallait que ça traîne cette histoire ?

Il avait enfin fini son monologue qu'il cherchait mon regard en m'en lançant un tendancieux à souhait. Je dois dire que j'avais eu un léger moment de réflexion. Faut dire que le foutre face à la justice pour sa faute, c'était peut-être une contre-partie vaguement plus intéressant que la potentielle solution que j'avais difficilement trouvé. Mais à ce stade, mon empressement à quitter la pièce prenait largement le dessus. Je me suis alors levé et ai entrepris de laissé le couteau sur la chaise.

❝ Oui c'est ça. ❞ Je me tournais à présent vers elle pour appuyer ses dires de mon air... habituel.
❝ Mon cheval et moi on est sur les nerfs à cause de notre « dure nuit ». Ça a crée des tensions là où y en avait pas, c'est tout. ❞

Pas besoin de lui lancé un regard complice à l'autre estropié, ça insupportais ce genre de démonstrations. Je passais un rapide coup d’œil derrière la demoiselle pour voir, peut-être, le gars de tout à l'heure au loin. J'étais pas vraiment sûre, mais ça me donnait un bon échappatoire.

❝ J'attendais seulement que le type qui s'est occupé de lui revienne avec son ami, pour le soigner. Je crois que c'est lui là bas❞

Là, je voulais vraiment, vraiment partir alors je commençait déjà à me diriger vers la porte, avant laquelle je devrait certainement esquiver la donzelle en armure. De toute façon, si elle restait ici, ça me donnait une autre bonne raison de partir.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léanör
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 28
Double Compte : Eleanör Mahasiah
Métier : Garde Dorée
Inventaire : -> 01 Gourde d'eau |20 gorgées|
-> 01 Variquan de la garnison
-> 05 flèches lumineuses
-> 10 flèches de bois
-> 180 Tsuris

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Mar 23 Mai 2017 - 14:08

Au Petit Matin ..

Feat Lagertha - Terence

Les sourcils légèrement froncés, j’écoutai attentivement les propos de chacun. L’histoire que l’homme allongé dont la voix trahissait son état déplorable semblait entrer en cohérence avec la description apportée par le tavernier. Même si j’avais du mal à me représenter la position du cheval à la vue de l’axe supposément emprunté lors de la projection, l’ensemble paraissait suffisamment cohérent pour être véridique. Du moins, dans les grandes lignes, et cela me convenait. Qu’importe ce qui pouvait se cacher dessous, s’il y avait bien un mystère, il n’était pas suffisant pour intéresser la Garde Princière. Cette histoire de taverne devenait du ressort de la milice rornienne. Je relâchai l’emprise sur mon pommeau, bien que ma main reste néanmoins dessus. Non seulement l’un des deux était dans un état qui le disqualifiait des potentiels menaces, mais après tout, nous étions dans l’enceinte de Rorn. Qui pourrait être assez stupide pour s’en prendre à un membre de la Garde Dorée, dans ce qui est un campement militaire d’une de ses garnisons, ouvert aux civils ?  

En revanche, en ce qui la concernait, tout ceci attisait de plus en plus mon intérêt pour son histoire. Moi qui souhaitait lui poser quelques questions pour m’assurer qu’elle n’était pas membre des troupes d’Azog, de Vradora, ou tout simplement du Keiser, j’apprenais que sa nuit avait été particulièrement difficile. Et à l’entendre, si bien, que elle tout comme sa monture étaient désormais sur les nerfs. Pour être née au-delà des remparts de Rorn, dans les terres de non-droits du Nord, je savais qu’il n’y avait pas plusieurs sens à donner au fait d’avoir passé pareille nuit. Elle n’était peut-être pas l’envoyée finalement, mais la poursuivis. Ou les deux. Quoi qu’il puisse en être, cela suffisait pour l’obliger à quelques questions. Le problème, c’est que dans le cas où elle ne faisait pas parti des rares campements rangés du côté du Prince, emmener une femme du Nord aux bureaux de la Garde Dorée n’était pas la meilleure des idées.

Que ce soit dans la facilité à la faire me suivre, ou à lui donner envie de me répondre, j’allais devoir dégainer et je ne pourrai rien en tirer. C’est pourquoi j’optai pour une toute autre approche, que j’espérai plus prometteuse. Lorsqu’elle s’approcha, je ne pris pas la peine de regarder derrière moi pour apercevoir celui qu’elle pensa reconnaitre. Tourner le dos à une femme du Nord, et vous perdrez soit sa présence, soit votre vie. Je me contentai de légèrement lever la main pour l’inviter à s’arrêter là. Je lui épargnerai les visites du poste de la garnison, mais pas les questions qui me démangeaient.

- Votre bienveillance est appréciée. C’est avec la milice que se réglera les réparations de la taverne. Commençai-je calmement. Cependant, j’ai quelques questions à votre égard mad'moiselle, et qui ne concerne pas l’incident fâcheux de la matinée. Continuai-je en veillant à avoir son attention, et aux mouvements de ses mains. J’aimerai savoir en quoi la nuit à été particulièrement rude au-delà des rempares, et pourquoi une femme du Nord a dû chevaucher jusqu’au matin pour atteindre la fortification qu’est Rorn, plutôt que de faire halte dans l’un des village alentours ? Terminai-je dans un visage impassible, afin de ne dévoiler aucune de mes pensées passant au même moment dans mon esprit.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite Mar 23 Mai 2017 - 23:03

Bon, elle était pas causante et certainement pas arrangeante pour un sou avec son air d'ogre mal baisé et sa capacité toute nordique a grogner en toute circonstances, mais déjà... elle m'avait pas donnée. Pour ça, je décidai que je serai moins crasse quand j'en aurai l'occasion. Pour le reste, outre empocher mon couteau (et toc) et m'allonger un poil plus confortablement... faut bien dire, j'avais pas grand chose d'autre a faire que de spectater le bordel fait par une fouine des nobles.

Faut dire, dans un sens, ça m’intéressait un poil aussi. De savoir d'ou quelle venait la donzelle, voir même son nom, ça aurait été un sacre avantage. Aussi, me calant mieux sur ma table, discrètement a tenter de retirer cette écharde mal placée, je dodelinais de la tête avec les yeux mi-clos, dans le genre comateux en souffrance, pour écouter la conversation sans me taper l'affiche. Pas dur comme jeu d'acteur par ailleurs, vu que j'allais surement pas tarder a tourner de l’œil a force. J'suis pas vraiment une force de la nature hein.

Quand même... c'était pas tout les jours que j'étais aux premieres loges pour assister a pareil spectacle.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #15 écrite Mer 24 Mai 2017 - 19:59

❝ Au petit matin...
- ft. Terence & Léanör

J'essayais à peine de fuir l'endroit qu'elle stoppa ma sortie. Bien délicatement je le concède, mais sur le moment j'ai retenu un grognement. Ce n'était vraiment pas le moment de me mettre l'autorité à dos, surtout qu'elle avait l'air insistante, que que satisfaite de peu de choses. Je me suis donc arrêté, sans un mot et écoutais ce qu'elle avait à dire, en essayant d'apercevoir si c'était le bonhomme que j'attendais qui arrivait là-bas. Des questions donc, sur ma venue ici, hein ? Ma foi, elle était en droit d'avoir des doutes au vue de ma dégaine mais, si je voulais me dépatouiller de la situation, il fallait que j'édulcore la vérité. Enfin, toujours est-il que ses questions, à l'instant, me foutais en rogne.  Je laissais s'échapper un fin soupir et un léger air agacé que je mettrais sur le dos de la fatigue si elle me questionnais, sur ça aussi. Puis je l'ai fixé, droit dans les yeux, avec mon air habituel.

❝ Mon village s'est fait attaquer par des bandits. ❞ Lui disais-je en montrant un peu le tissus déchiré sur mon bras, montrant ma blessure de cette nuit. Je l'avais presque oublié celle là. ❝ J'ai fuis. Pourquoi vers Rorn ? Parce que comme vous dites, c'est une fortification et j'avais besoin de sécurité. ❞

Si j'entrais dans des détails inventés, j'allais surement m'emmêler avec la fatigue qui commençait à créer des fourmis dans mon crâne et sous mes paupières. Mes sourcils se sont alors froncés un peu plus qu'à l'accoutumé, je voulais vraiment partir et ça se lisait aisément sur mon visage tiré.

❝ Maintenant j'aimerais manger, me soigner et me reposer. Puis-je ? ❞Disais-je simplement en désignant la porte d'une main foutrement nonchalante. Et voilà que, celui que j'avais vu au loin était bien le samaritain que j'attendais, il était essoufflé et suivis de son ami. « C'est lui » s'écria-t'il avant que tout deux ne se précipite vers la table. Je les ai suivis du regard, jusqu'à croisé celui du nabot. Je n'avais rien à lui communiqué, aussi cet échange fut bien vide. De retour à regarde la Garde, j'attendais qu'elle me cède la sortie en soupirant, cette fois-ci, réellement de fatigue.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léanör
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 28
Double Compte : Eleanör Mahasiah
Métier : Garde Dorée
Inventaire : -> 01 Gourde d'eau |20 gorgées|
-> 01 Variquan de la garnison
-> 05 flèches lumineuses
-> 10 flèches de bois
-> 180 Tsuris

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #16 écrite Mer 24 Mai 2017 - 22:39

Au Petit Matin ..

Feat Lagertha - Terence

Le regard qu’elle me portait n’était pas le plus bienveillant qu’il m’ait été donné de recevoir, cependant, je n’y percevais pas de menaces. Du moins, si on enlevait celles que l’on retrouvent constamment chez les plus coriaces habitantes du Grand Nord. Beaucoup de mes frères et sœurs d’armes lui en tiendraient rigueur, lui ordonnant des courbettes et une tenue irréprochable face à eux. Ce qui, en y pensant, n’est pas anodin, lorsque l’on sait que la plupart sont de nobles lignées. Pour ma part, tant qu’il n’y avait pas d’outrages, je me moquai de ce genre de choses. Qui plus est pour une habitante de là-haut, où vouloir la contraindre à faire des courbettes sous la présence de la Garde Dorée, était à coup sûr peine perdue. Je n’avais d’ailleurs qu’une envie lorsqu’elle m’annonçait vouloir un repas et un repos tous deux mérités, c’était de la laisser partir. Mais je ne le pouvais pas. Pas après ce qu’elle venait de m’annoncer.

Bien que je prenais son histoire pour vraie, il n’en demeurait pas moins de questions. Bien au contraire. Rien ne m’informait à cet instant de l’allégeance de son village à la Principauté, ni même si il était tout simplement la victime de cette histoire. Néanmoins, ce n’était pas ceci qui m’intéressait le plus. Si un village entier avait subie une attaque, le Keiser ou l’un de ses potentiels successeurs devaient être en cause. Du moins, cela allait forcement avoir des conséquences sur la stabilité déjà fragile des terres de non-droits du Nord-Ouest. Tout comme il était du protocole de le signaler à la hiérarchie qui enverrait certainement une patrouille sur place pour avoir connaissances des faits. C’est que nous ne prenions pas les activités dans le Grand Nord à la légère, encore moins les massacres organisées comme celui-ci.

- Je suis navrée, mais je vais devoir vous retenir encore quelques minutes. Si votre village à subie une attaque, nous prenons cette affaire au sérieux. Vous pourriez m’indiquer son emplacement sur une carte des environs, et me faire part de vos frais souvenirs à ce sujet ?

Je me montrais peut-être trop insistante, bien que n’étant pas parmi ceux mettant le plus de pression dans ma promotion, mais c’était une affaire qui possédait un niveau de gravité non négligeable. Et c’était cela que j’espérai avant tout lui faire comprendre. Qu’en dépit de l’image qu’elle pouvait avoir après avoir vécu de l’autre côté de la ligne de front, le sort de ses proches ne m’indifférait pas. Qui plus est si je pouvais avoir des renseignements sur la situation politique et militaire de l’ennemi, il est vrai.

- J’ai conscience que ceux ne sont pas d’agréables pensées. Mais c’est maintenant que vous pourrez avoir le plus de détails qui nous permettraient, par la suite, de vous apporter Justice. Précisai-je, tout en sentant une retenu, ou du moins, une hésitation chez elle. Ne vous inquiétez pas pour le lit et le couvert, la garnison vous fournira ce dont vous aurez besoin. Terminai-je en espérant la convaincre de me parler.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Terence
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Par Sunsetagain. Merci Pinterest.
Date d'inscription : 10/05/2017
Messages : 21
Métier : Messager
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #17 écrite Jeu 25 Mai 2017 - 18:51

Faut bien dire, j'commençais doucement a pas tellement aimer le tour de la conversation. Outre méfiance bien compréhensible envers n'importe grognasse (ou grognard, ne soyons pas sexiste) qui se revendiquait d'une quelconque force de l'ordre et de la justice, justifiant ainsi une série de questions qui en devenait sérieusement intrusive. On devait leur apprendre a être casse-pieds dans leur caserne, c'pas possible. J'voyais bien que ça chauffait doucement le praticien qui venait (enfin) d'entrer a la suite de son bon et généreux ami, ami qui savais plus ou se tenir avec les deux farouches qui se dévisageaient. Faut dire, même moi, je commençais a me sentir mal a l'aise. Ça ou je faisais un truc en interne.

Aussi, alors que le type venait de finir ses palpations, je l'ai vu se retourner, prendre sur lui avec une admirable maîtrise pour s'adresser d'une voix flûtée aux deux donzelles, limite poli le type. "Hum, excusez moi? J'ai beau laisser ma porte ouverte pour les urgences médicales, je souhaiterais travailler dans un calme relatif, si vous permettez. Aussi, je vous demanderais de sortir mesdames, j'ai du travail devant moi. Un travail plutôt délicat même." Qu'il avait ajouté, comme a la réflexion, en m'ouvrant la pèlerine, pour montrer le gilet de cuir dessous avec un net imprimé de sabots.

Dans un sens, je l'aurais surement embrassé... si c'était pas un blond, comme la moitié du monde ici on aurait pu croire, manquant de bien trop de seins pour m’intéresser. Mais un type du genre sérieux (comme bien des nordistes) a sa mine impassible alors qu'il regardais les deux dames. J'allais pas me guérir tout seul après tout. Et encore une fois, je devais un merci au samaritain, le gars, finalement surement de dix ans mon puîné, me tendant une flasque qui, a l'odeur, ne contenait pas que de la glace. Visiblement, j'allais douiller tiens.

En même temps... après réflexion, j'avais peut-être un peu chercher les emmerdes avec mon histoire de vol de cheval. Mais en voyant le bon coté des choses, je connaissais maintenant une folle dingue, une taverne a éviter, un herboriste sérieux, une garde obstinée dans son métier (ça sert toujours) et peut-être un boulot, si jamais j'avais envie d'aller risquer ma peau avec la folle dingue un autre jour. Pour l'emmerder. Pas si mal.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #18 écrite Ven 26 Mai 2017 - 12:50

❝ Au petit matin...
- ft. Terence & Léanör

Je lui avais donné des réponses qui me paraissaient pouvoir me sortir de se pétrin, mais c'était sans compter sur son obstination. Elle était visiblement un membre sérieux de l'autorité ici, où tout du moins qui ne prenait pas son rôle à la légère. Le genre d'insecte qui ne se décollerait pas de ma botte de ci-tôt. Je n'ai pu retenir mais yeux se lever vers le ciel et un énième soupir. Ne pouvait-elle pas simplement me laisser tranquille ? C'était trop demandé à des gens comme eux c'est ça ? Il fallait que je me sorte de là, où tout de moins que je gagne du temps car à l'instant présent, je ne voyais pas comment tourner les choses pour que je ne m'y enlise pas. Je la fixais à nouveau nerveusement, ma agacement commençant à monter.

❝ Donc ce que vous voulez c'est que je vous déballe ce que j'ai vécu y a à peine quelques heures ? Sans même me laisser le temps de me remettre sur... ❞ Je me suis alors stoppé et retourné quand le propriétaire des lieux nous à couper aimablement la parole pour nous inviter à sortir. C'est bien le premier à m'avoir un peu détendu ce matin, heureusement qu'il était là lui. Ça me ferait au moins gagner quelques minutes, sans compter sur le fait que j'allais peut-être faire admettre à ma sangsue qu'il fallait au moins que nous allions dans un endroit plus calme.

❝ Évidemment ❞, ai-je répondu au soigneur. Pas un regard pour le nabot qui allait certainement vivre des moments assez atroces dans les heures à venir. Au moins, si il répondait à mon invitation, je pourrais juger des compétences de ce soigneur et peut-être garder son adresse en tête.

J'attendais que la Garde bouge pour pouvoir quitter la pièce, qu'elle se dirige vers la sortie ou non d'ailleurs, à la moindre occasion je sortirais dans la rue et ma foi, j'aviserais. Ce n'était pas encore maintenant que je pourrais obtenir mon repos mérité.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Lun 29 Mai 2017 - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léanör
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 28
Double Compte : Eleanör Mahasiah
Métier : Garde Dorée
Inventaire : -> 01 Gourde d'eau |20 gorgées|
-> 01 Variquan de la garnison
-> 05 flèches lumineuses
-> 10 flèches de bois
-> 180 Tsuris

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #19 écrite Lun 29 Mai 2017 - 11:46

Au Petit Matin ..

Feat Lagertha - Terence

Je commençai à voir se dessiner les contours du mur qui se dressait face à moi. Il me laissait à croire qu’il allait m’être difficile d’obtenir de son plein gré une histoire qu’elle ne se voyait certainement pas raconter à un membre de la Garde Princière. Malheureusement pour elle, les faits décris s’avéraient bien trop importants pour que je lui concède son silence. J’étais arrangeante, mais pas pour autant soumise à son bon vouloir. Je m’apprêtai à lui indiquer que ma gentillesse disposait de limite, lorsque le gérant de l’établissement vint quémander notre éloignement. Mon regard à son encontre fut sévère. Comment pouvait-il ainsi se permettre d’interrompre un membre de la Garde Dorée tandis qu’elle questionne une habitante de l’île ? Par chance pour lui, il avait suffisament mis les formes pour que s’estompe rapidement mon agacement passager.

Je fis quelques pas vers l’homme sur le point de recevoir des soins qui n’annonçaient rien d’indolore. Sa taille changeait des hommes taillés pour la guerre qui passaient le plus souvent ici, et sa corpulence ne laissait pas à penser qu’il avait un grand appétit tous les jours. Ce qui pouvait être anodin, mais n’était pas la situation la plus favorable pour recevoir un coup de sabot en plein thorax. Ni pour s’en remettre, si on y survivait. Avec sa chevelure plutôt longue aux couleurs des blés, sa barbe quelques peu négligée  disposait d’un certain charme dans sa pèlerine verdâtre. Dommage qu’il y ait tout ce sang séché autours de la bouche.  Je repartis, non sans un certain amusement d’avoir eu cette pensée face à l’homme au vue de son état. L’inconnue avait déjà quitté la pièce et je me surpris à la retrouver non loin de la porte. A sa place, j’aurai probablement disparue. Mais il n’en était rien, m’accordant le droit de la juger comme ne faisant pas partis de la bande du Keiser.

- Ecoutez, je comprend que ce ne soit pas aisé et que probablement, l’envie est loin d’être présente. Mais vous venez d’une partie du territoire contre lequel nous sommes en guerre, avec pour message le massacre d’un village entier.

Ce n’était probablement pas les mots les plus doux, bien qu’ils se le voulaient, mais l’heure de ma convocation pour les affectations approchées, et je ne voulais pas y être en retard. C’était le jour de ma réaffectation, ce qui voulait dire, que ce n’était pas celui où je pouvais me permettre la moindre erreur.

- Je ne vous demande pas un récit. Simplement le lieu de ce village, si vous avez reconnus les assaillants, et si vous avez une idée de la raison. Lui réclamai-je doucement plus que je ne lui demandai cette fois. Ecoutez. Je ne vous ai pas demandé votre nom. Et je ne vous ai pas emmenée à la garnison pour vous poser ces questions. Vous pourrez facilement disparaître. Terminai-je, décidai à obtenir les informations demandées.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #20 écrite Lun 29 Mai 2017 - 20:44

❝ Au petit matin...
- ft. Terence & Léanör

Le simple fait d'à nouveau sentir les rayons du soleil matinal sur mon visage me faisait un bien fou. J'ai alors fermé les yeux un instant en inspirant sereinement, profitant de ce petit moment de répis du mieux que je le pouvais. Mais évidemment, ce fut de trop courte durée en entendant la vois de la Garde qui, ma foi, devenait stridente tant elle m'était désagréable. Je me suis donc simplement arrêté, ai froncé à nouveau mes sourcils et soupira bruyamment. Je n'allais pas lui faire plaisir de me tourner vers elle et de lui offrir plus d'attention qu'elle ne méritait. Elle était vraiment trop insistante pour moi qui n'avait pas d'autres envie que de me reposer. Sa présence commençait de plus en plus à m’insupporter, au point de m'en donner des fourmis. Alors pour simplement garder mon self-control, je réajustais mon armure de cuir tout en lui répondant.

❝ Un vingtaine de kilomètres au Nord de l'embouchure du Ivre.  ❞ Je n'avais d'autre choix que de lui mentir si je voulais m'en tirer. De toutes façons, je ne comptais pas rester ici trop longtemps et n'y reviendrais certainement pas de si-tôt alors, lui donner une fausse piste me laisserais suffisamment de temps pour fuir Rorn. Et, j'avais assez arpenté les Landes avec mon clan pour lui donné la position à l'exact opposé de notre camp. Il me semblait d'ailleurs qu'il y avait bien un petit village là bas dans lequel on avait fait une razzia. Mais ça faisait un bail, si elle allait effectivement enquêter là bas, elle s'en rendrait compte assez vite.
Mais voilà que mon agacement se faisait à nouveau sentir quand je me tournais vers elle en la fixant.

❝ Écoutez, je doute que des brigands aient franchement des raisons particulières pour attaquer et piller un village, ❞ ça c'était mon expérience qui parlait,❝ et j'ai fuis assez vite. Je ne pense pas pouvoir reconnaître qui que ce soit. C'était des brigands, c'est tout, comme il y en a partout. ❞ C'est vrai qu'aux yeux de nos victimes, on se ressemble un peu tous avec nos tête bourrues et nos armures faites pour le froid et les combats. J'entendais encore une fois mon estomac grommeler et du coup, j'attendais simplement qu'elle mette fin à tout ça, sans rien dire.


(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Mer 31 Mai 2017 - 11:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léanör
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 28
Double Compte : Eleanör Mahasiah
Métier : Garde Dorée
Inventaire : -> 01 Gourde d'eau |20 gorgées|
-> 01 Variquan de la garnison
-> 05 flèches lumineuses
-> 10 flèches de bois
-> 180 Tsuris

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #21 écrite Mer 31 Mai 2017 - 7:49

Au Petit Matin ..

Feat Lagertha - Terence

A la vue de la vitesse moyenne d’une monture, et de la couche de neige tombée durant sa chevauchée, le lieu de litige n’était qu’à quelques heures tout au plus des murailles. Il n’était jamais très bon de voir une situation de ce genre dans les lignes ennemies, traduisant le plus souvent un accroissement de pouvoir pour l’un des seconds ou une vague vengeresse qui ne manquait jamais de toucher les rares, mais bien présent, innocents de la région. Il me fallait au plus vite en avertir qui de droit, afin qu’il puisse tenter d’identifier la cible en question et envisager le nombre d’hommes à envoyer pour s’inquiéter de l’état du village. Du moins, ce qui est resterait. Possiblement rapatrier les survivants également, plutôt que de les laisser errer dans la froideur de l’hiver toujours présent, bien que doux en cette journée. Je me serai probablement contentée d’en rester là, si son côté rustre ne s’était pas de nouveau dressé face à moi.  

En tant que femme du Grand Nord, j’avais une certaine compassion pour mes semblables, dont la vie était suffisamment dure pour ne pas être compliquée inutilement par des procédures juridiques. Néanmoins, il n’en demeurait pas moins que j’avais également cet aspect en moi, en dépit de mes efforts pour le relayer au second plan lorsque je m’armai de cette armure. Et cette jeune femme avait tendance à la faire revenir au premier plan. Je décidai donc d’agir autrement. Je ne l’emmènerai pas avec moi, n’en ayant pas le temps et cela n’apportant que peu de données supplémentaires pour la durée que ça prendrait, mais je m’assurerai de pouvoir lancer un avis de recherche au besoin. Mon regard la détailla alors rapidement. Pas plus âgée ni bien plus grande que moi, de blonds et longs cheveux tirant vers le clair, la pupille brune. Quant à la tenue, il s’agissait d’un mélange de tissu, de cuire et de plaques métalliques.    

- Détrompez-vous. Une attaque anodine peut être bien plus que ce qui vous semble.

Il était vrai. Si elle ne percevait que la folie ou l’envie passagère de simples bandits, nous disposions d’informations pouvant en révéler une toute autre affaire. Principalement s’il apparaissait qu’ils agissaient sur ordre du Keiser, de l’Entêtée ou du Sanguinaire. Et si ce n’était pas le cas, il pouvait se faire étrange qu’ils tolèrent qu’un groupe indépendant puisse ainsi agir sur leur territoire. Surtout avec leur envie de le fédérer dans une seule et même armée. Quoi qu’il en soit, ma tâche devait désormais me conduire au poste de la garnison. Le cas de cette femme et de cet homme aux mains du soigneur étant de l’affaire de la milice et non plus de la Garde Princière.  

- Nous vérifierons. J’ai espoir que vous ne vous serez pas jouée de moi. Toute représentante du Prince soit-elle, ce n’est pas à vous que j’apprendrai qu’il n’est pas conseillé de s’amuser d’une femme du Grand Nord. Lui lançai-je non sans un avertissement évident dans le regard, après m’être mise face à elle. Sur ce, je vous laisse à votre faim et votre repos, et vous invite à ne pas quitter Rorn. La milice ne devrait pas tarder à venir dresser les responsabilités adéquates pour l’affaire qui vous concerne. Terminai-je dans une légère inclination de la tête, avant de la quitter.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 231
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #22 écrite Mer 31 Mai 2017 - 11:23

❝ Au petit matin...
- ft. Terence & Léanör

Ma foi, au vue de la manière dont elle me dévisageait, il me semblait bien que c'était trop insistant pour être anodin. Comme je le pressentais, il fallait que je quitte Rorn au plus vite, certainement cette nuit déjà. Mais cette Garde était trop tenace pour lâcher mon affaire, peut-être qu'il faudrait viser beaucoup plus loin que les Landes si je voulais être pénarde. Au moins, je sais maintenant pourquoi j'évitais autant les villes, j'avais un don pour attirer les problèmes.

En tout cas, elle avait l'air bien informé de la situation de nos terres. Du moins, je pouvais le lire entre ses lignes et dans son regard. Pour notre part, nous n'étions pas ralliés au Keiser que nous connaissions évidemment tous. On faisait partis de ceux qui aimaient trop leur liberté pour être sous le joug de quiconque. Facile à dire comme ça et impossible sur le long terme. On avait simplement réussis à gagner un peu de répit le temps de se « décider » tant qu'on empiétait pas sur ses plates bandes. L'échéance aurait trouvé ça fin dans peu de temps, mais aujourd'hui il n'en était plus questions.

Ça me faisait penser à deux ou trois choses. La première, c'est qu'il serait mis assez rapidement au courant de l'extermination de notre camp et ne se gênerait pas pour venir l'investir, il fallait donc que je fasse vite. La deuxième... Il fallait peut-être que je réfléchisse à rejoindre ses rangs si je voulais perdurer. Ça ne m'enchantais pas évidemment, mais je n'avais pas trente-six milles solutions devant moi. Et la donzelle devant moi ne faisait que me conforter de la solitude dans laquelle je me trouvais.  Si bien que j'avais à peine saisis ce qu'elle baragouinait. Une histoire de vérification, de milice et de ne pas quitter Rorn à priori. Ahah, ne pas quitter Rorn. J'imaginais bien qu'elle n'étais pas aussi dupe que son minois chatoyant voulait bien faire croire et que j'avais toutes les raisons de ne pas suivre ses recommandations. Voilà que je soupirais encore à l'idée de ne pas pouvoir me reposer comme je l'aurais voulu.

Je ne lui avais rien répondu d'autre qu'à son inclinaison de tête en la mimant. Je n'avais plus rien à lui dire à propos de quoi que ce soit et j'espérais bien ne plus jamais à avoir à faire à elle. Je me détournais donc à mon tour d'elle pour rejoindre la taverne doté à présent d'une bien belle ouverture où je retrouverais mon cheval. Le propriétaire ne m'en tiendra pas rigueur et je pourrais me reposer quelques heures avant de quitter Rorn. Je lui ferais part de mon intention de piller un village abandonné, sans donner trop de détail. La rumeur me ramènerais surement quelques compagnons et si il n'y en avait pas assez, je me renseignerais pour rejoindre un caravane avant la nuit. Je levais les yeux au ciel en soupirant. Que de péripéties que j'aurais aimé éviter.

❝ À suivre...



(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #23 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Au petit matin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Première sortie de patit matin ( Flocon de cendre moi et Petit matin )
» La lueur éclatante du saphir au petit matin est telle que le ciel et l'océan se confondent dans des teintes de bleus d'une pureté exquise .
» Une Balade Interdite (PV Petit Matin)
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Cité de Rorn-