De retour à Lüh

Partagez | .
 

 De retour à Lüh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Meslial Bororo
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 94
Liens vers la fiche :
Métier : Apprenti guérisseur
Invocation(s) : Mama (Imaq)
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mar 27 Aoû - 12:14

Jusqu'à ce qu'il pénètre dans Lüh, Meslial avait gardé le silence. Il avait d'abord gardé le silence car encore sous le choc. Puis, il avait profité de la douce chaleur, du chant de la nature et des rebondissements apaisants que provoquait Lustre. Ce n'est que lorsqu'ils franchirent la porte de Lüh qu'il mit pied à terre et qu'il décida de revenir sur terre. De se sociabiliser.

« Excusez-moi les filles de ne pas vous avoir répondu auparavant. J'ai doucement repris mes esprits et j'ai profité du calme de l'extérieur, sachant que l'on allait bientôt pénétrer dans une gangue de bruits. »

Meslial embrassa du regard la ville. Sa ville. Cela faisait peut-être un mois qu'il était parti. Le compte des jours lui avait échappé, et il le regrettait maintenant. C'était un manquement à son éducation et son voyage initiatique.

« Allons nous dégourdir les jambes, vous voulez bien ? »

Bien entendu, sa question était rhétorique. Il respirait la nostalgie à grandes bouffées d'air. Ses pas l'emmenèrent d'abord dans de petites ruelles calmes, là où la végétation était luxuriante et l'air aux innombrables fragrances des plantes. Il vit une douzaine de bancs où il aurait pu s'asseoir. Prendre du bon temps. Lézarder et profiter des rayons du soleil apaisant et salvateur. Ou encore vérifier tranquillement la blessure d'Erine. Il n'en pourtant rien.

« J'aimerais continuer dans cette direction. Aller faire deux ou trois boutiques que je connais bien. Mon sac a subi quelques épreuves et, si nous devons effectivement partir sur les mers, en quête de territoires inconnus, je préfère autant partir avec un sac rempli. »

Tout le long du voyage jusqu'à la boutique d'herbes médicinales, il se demanda s'il devait rendre visite à ses parents. Il en avait envie, c'était certain. Il avait envie de leur dire qu'il avait vécu nombre d'aventures. Qu'il avait vu des choses magnifiques. Mais également de pleurer dans l'épaule de sa mère et lui raconter toutes les misères qu'il avait eu. La perte de son amie Elisabeth.

*Pas question ! Je suis parti en voyage pour une année. Je ne reviendrais qu'à ce moment. Revenir maintenant chez moi serait une preuve de faiblesse, un manquement à mes engagements de futur guérisseur et une honte au nom Bororo que je porte. *

Il demanda à Erine et Mama d'attendre au dehors de la boutique d'herbes. Il savait exactement ce qu'il voulait. L'absence de sa présence ne serait pas longue. Il y eut alors des retrouvailles chaleureuses. Plus qu'il ne l'avait imaginé. Maintenant qu'il avait couru le monde, vécut des aventures. Il se rendait compte, avec beaucoup de clairvoyance, qu'il connaissait beaucoup de monde. Des gens auxquels il tenait. Il échangea quelques paroles et quelques promesses en échange de ses nouvelles possessions.

Il allait ressortir lorsqu'il aperçut, par la vitrine de la boutique, les regards que jetait la foule à sa demi-déesse.

*Ce n'est pas la mienne. Ce n'est pas une possession. C'est un être qui respire et se nourrit comme moi. Enfin. Presque... *

Finalement, il ressortit et adressa la parole à Mama :

« Dis-moi Mama, est-ce qu'il serait possible que tu changes de forme ? Si mes connaissances sont exactes, il me semble que tu as le don de prendre les traits d'une humaine. Est-ce vrai ? »

Sa matière grise tournait depuis longtemps. Quelques idées restaient en suspens, se bousculaient les uns et les autres. Il fallait absolument qu'il extériorise tout cela avant d'en perdre la moitié et de s'énerver envers soi-même.

« J'ai beaucoup réfléchi. Je ne sais pas pour toi Erine, mais je connais une bonne partie de cette ville. J'ai donc quelques idées de lieux où aller avant de se rendre. Soit nous nous dirigeons vers le parc. Un endroit tranquille où la nature y est très forte. J'avais l'habitude d'y aller étant gamin. Je me cachais, m'asseyais dans un coin où personne ne pouvait m'embêter et je me laissais littéralement hypnotisé par la nature. »

Les multiples blessures, autant physiques que mentales, semblait avoir délié la langue du timide Meslial. Il parlait à cœur ouvert et s'en étonnait. Un étonnement teinté de joie.

« Ou alors, nous pourrions aller dans la bibliothèque. J'aimerais beaucoup m'asseoir dans mon fauteuil et vagabonder dans un roman le temps de quelques heures. Bien entendu, que l'on aille dans un lieu ou un autre, il me faudra et je me dois d'examiner le bon rétablissement de ta blessure. »

Il étira bien haut ses bras. Il avait l'impression soudain de revivre. Prenant une grande inspiration, les lèvres étirées en un sourire, il leur demanda finalement :

« Qu'est-ce que vous préférez ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Imaq
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Mimay dans Albator, Corsaire de l'espace - 2013
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 109
Double Compte : Kohaku
Liens vers la fiche : Juste ici mon petit.
Inventaire : Aïmar'soïn - Lance Ashura modifiée ( 3m + pointe défensive).
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ○ ○
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 27 Aoû - 12:17

Paix. Le reste du voyage se déroula sans encombre. Dans le silence quelque peu inquiétant de Bororo. Physique en tout cas il semblait indemne. Le mental malheureusement était une chose qui ne pouvait être soigner sans volonté de la personne concernée. Il ne restait qu'à attendre que l'humain sorte de son mutisme. Imaq suivit le cheval, se calant sans cesse à l'allure de l'animal, déployant l'oreille à la moindre onde sonore suspecte.

Lorsqu'ils arrivèrent à la fameuse ville, Imaq ne sut très bien si elle avait été catapultée dans le passé. Cela ressemblait tant à l'ancien monde et en même temps c'était... totalement différent. L'architecture indiquait une grande ancienneté des bâtiments car très variée et travaillée. Pourtant le niveau technologique semblait bien en de ça de celui qu'il aurait pu être, à évolution égale, dans le premier monde. La voix de Bororo tira Imaq de son analyse de la citée.

« Oh mon fils ! Que c'est bon de t'entendre... » Dit-elle rassurée en déposant un baiser sur le front de son fils.

Elle suivit ensuite son petit à travers la ville. Observant autant autour d'elle qu'elle était observée par les habitants. Certains semblaient envieux, respectueux voir craintifs, d'autres, au contraire, respiraient mépris, dégoût, haine. Imaq laissa glisser sa dans le feuillage des végétaux luxuriant alors qu'ils passaient dans des rues verdoyantes et riche de vie. Le guérisseur les fit attendre à l'extérieur d'une boutique. La fille d'Aqua en profita pour s'imprégner de la ville, des goût vestimentaires et des mœurs que semblaient afficher les humains de ce lieu.

Lorsque la clochette sonna pour annoncer la sortie de Bororo de la boutique, il semblait quelque peu contrarié. D'ailleurs elle ne sut pas bien si il lui adressait des reproche ou si il était vraiment curieux. Un peu sur la défensive, ses oreilles repliées en témoignaient, elle esquissa quand même un sourire. Malgré qu'elle soit sa mère, son statut d'invocation la posait dans un état paradoxal dans lequel elle ne savait comment réagir en cas de revendication ou d'ordre direct de son petit.

« Oui, j'ai été capable par le passé de me dissimulée par un visage humain. Cependant je n'ai pas encore retrouvée cette capacité si Aqua me l'autorise toujours. Le temps nous le dira.»

Ensuite Bororo expliqua diverses idées de lieu ou se rendre. Leur laissant le choix. Imaq se contenta d'opiner sur chef en regardant son humain avec affection. Le voir soudainement en pleine forme et en joie mettait du baume à son cœur de mère. Elle sentait ce regard pesant de la foule qui la dévisageait. Oui vivement qu'elle puisse se fondre parmi les humains pour agir à sa guise. Par la gène, elle réajusta sa cape et sa tunique de soie.

« J'irais où tu le souhaiteras mon enfant. Je serais d'avis de profiter de ce beau temps, les livres peuvent attendre la mauvaise saison. »



Clic:
 

Code couleur :#3366ff
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

De retour à Lüh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Rues de la Ville-