Les vestiges d'un passé.

Partagez| .

Les vestiges d'un passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ruinn
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 14
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : vent_close_0;
electricite_7;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Lun 10 Juil 2017 - 13:07




Le fil d'Aer finit par se relever. Traînant à sa suite ce qui fut un plumage royal. Il ne laisse rien d'autre que quelques plumes dans son sillage, rien qui ne soit étonnant. Il doit y en avoir à tous les coins de cette cellule. Circulaire. Vaste. Avec des murs hauts, presque infinis. Un dédale, un labyrinthe, des méandres. Il ne se perd plus dans sa propre prison. Cela n'a pas toujours été le cas. Et ce, même si tout ceci vient de lui, au début, il lui arrivait de ne plus trouver le centre, car les salles changent, les couloirs se meuvent. Lui procurant la sensation d'être dans un nouveau lieu. Voilà longtemps que cela ne lui fait plus rien. Le jeu était amusant un temps. Maintenant cela tient plus de l'agacement lorsqu'il constate que la disposition n'est plus la même que la veille. Chaque mur est couvert de marques, griffé parfois fissuré par un lourd impact. Sur le sol de pierre, par endroit, recouvert de plumes, de poils, parfois de sang, se dessinent divers formes artistiques, rien de bien intéressant. Il erre, sans but, sans espoir, sans vie, dans les couloirs du labyrinthe. Faisant demi-tour à chaque impasse pour partir dans une autre galerie. Il connait tous les recoins, toutes les cicatrices de la pierre, toutes ombres, toutes torches. Le cercle sans fin, de la porte au centre en passant par les culs-de-sac. Dormir, il n'y arrive plus. La pauvre créature ne trouve pas le sommeil de lui-même, bien trop tourmenté pour se reposer, il lui arrive de sombrer dans un état léthargique par dépit. Surtout après s'être battu contre un mur ou deux, voire la porte de pierre elle-même. Cependant, aujourd'hui, il se promène dans le dédale vide et dénué de courants d'air. Le regard vide. Il lève la tête vers le plafond qu'il ne voit pas depuis le sol, cependant si il prenait la peine de battre des ailes, il verrait l'ensemble de la sphère piégée. À quoi bon ? Cela ne devrait pas être plus "beau" vu du "ciel". C'est vrai ça, à quoi ressemble le ciel ? Les couleurs... Voilà ce qui lui manque le plus, ce sont les couleurs du monde. Les flammes qui dansent sur la pierre ne suscitent plus rien en lui. Il veut voir les nuages, les étoiles, le soleil et son amante la lune. Il veut sentir le vent dans ses plumes. Observer les oiseaux. Nager. Manger. S'étendre de tout son long dans le sable pour prendre un bain de soleil. Il veut entendre le son d'une voix. Apprendre à faire d'autres pâtisseries. Savoir si la neige est aussi immaculée que dans ses souvenirs. Une autre impasse, se laisse tomber face au mur, ramenant sa queue près de lui. Dans l'attente interminable que quelqu'un mette fin à son supplice.
~ * ~

Épreuve:
 


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 258
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1530T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Mer 21 Mar 2018 - 16:40

Oblivion était devant le Temple d’Aer les poings sur les hanches. Elle avait mérité son ascension, le voyage n’avait pas été de tout repos et elle avait laissé Wazzi à la petite auberge de Kelder, le dernier village un peu conséquent avant la montée des Monts Célestes, lui donnant tout le temps libre qu’elle souhaitait pendant qu’elle tentait sa chance avec un enfant de l’Air.

Elle était très heureuse d’avoir la fille de Terra avec elle, elles s’entendaient très bien et ses conseils étaient toujours avisés. Même son petit côté diva était amusant et attachant, elle était absolument adorable, si bien qu’on oubliait parfois que c’était une demi-déesse âgée de plusieurs millénaires.
Mais malheureusement, si Wazzi faisait de son mieux, elle ne pouvait pas toujours aider Oblivion dans son rôle de Garde Dorée et la jeune femme ressentait plus que jamais le besoin de s’entourer de personnes de confiance, sur qui elle pouvait compter.
Elle avait Simon, bien entendu, mais il ne pouvait pas toujours être là, et elle ne pouvait pas toujours se reposer sur lui, c’était la solution de facilité, et elle se refusait à être faible.

Ainsi donc, la voilà qui grimpe les marches du Temple pour y entrer, s'immobilisant un instant pour laisser ses yeux s’habituer à la pénombre de l’intérieur. Comme dans le Temple de Terra, tout était immobile, calme, déprimant. Une fois encore, Oblivion sentit son cœur s’alourdir dans cette atmosphère pesante, mais encore une fois, elle redressa les épaules et ouvrit la première porte qu’elle vit à sa portée et qui n’était pas ouverte, signe que le demi-dieu emprisonné là avait été libéré.

Aussitôt la porte refermée, elle se retrouva face à un mur où brûlait une torche. A droite et à gauche, des couloirs qui partaient pour se rejoindre dans une courbe assez large, donnant une impression oppressante de grandeur à la pièce sans que cette sensation soit vraiment confirmée. Quand la demoiselle en armure se retourna, il n’y avait plus qu’un mur derrière elle, la porte avait disparu.

Oblivion prit une longue inspiration et s’avança dans le couloir de gauche, lentement, en tentant de déceler un indice, quelque chose qui pourrait lui indiquer de quelle nature était l’épreuve de cet enfant divin. Mais il n’y avait rien, rien que des murs et des torches. Quelques plumes aussi, dont elle ramassa quelques modèles, prenant le soin de les examiner. Étaient-elles à l’Invocation prisonnière ici ? Ou des indices ?
Elles n’avaient pourtant rien de spécial, à part leur grandeur et leur couleur flambloyante et leur disposition dans ce couloir n’avait rien d’exceptionnel. La Garde Dorée opta donc pour la première option. Ainsi elle était dans la cellule d’un demi-dieu à plumes, peut-être même ailé. Elle enregistra cette information dans un coin de sa tête.

Le couloir arrivait à sa fin et il tournait à quatre-vingt dix degré vers la droite, semblait-il, vers le centre. Mais quelques mètre à peine à après, nouvel embranchement. Oblivion soupira légèrement. D’accord, elle était donc dans un labyrinthe. L’objectif était-il, du coup, de trouver le centre du dédale, sa sortie ou l’Invocation cachée à l’intérieur ? Y avait-il des pièges ?
Tout à coup, elle se figea et se raidit. Elle n’avait pas pensé aux pièges ! Elle s’était engagé là-dedans sans réfléchir à une stratégie, sans faire attention ! Quelle erreur de débutante…

Finalement, comme aucune flèche ne fondait sur elle, comme aucune trappe ne s’ouvrait sous ses pieds, elle reprit sa route, plus prudemment que la première fois. Au second embranchement, elle prit de nouveau à gauche, avant de se trouver face à un cul de sac après avoir prit un virage encore à gauche.
Dans le recoin, elle vit des tâches sombres, se baissant, elle les toucha prudemment. C’était du sang séché. Fronçant les sourcils, elle se posa de nouvelles questions. Du sang de qui ? D’un précédent humain ? Ou de l’Invocation elle-même ? Impossible de trancher sur cette interrogation mais elle nota que l’occupant de cette cellule était peut-être potentiellement dangereux. Il lui faudrait tendre l’oreille. Posant une main sur le pommeau de sa claymore, elle se redressa et revint sur ses pas pour prendre la voie de droite.

En passant devant un énième flambeau, elle s’immobilisa, fixant le côté du mur qui portait la marque d’un corps massif qui se serait jeté contre celui-ci et fronça de nouveaux les sourcils. La marque était assez grande pour indiquer que quelque chose de volumineux s’était acharné sur le mur. Si c’était l’enfant d’Aer, il était de grande taille en tout cas. Et vu les traces qu’elle visualisa un peu plus loin, l’enfant divin avait également des griffes. Ou quelque chose dans cette pièce avait des griffes. Tout cela n’était pas très réjouissant mais Oblivion ne céda pas pour autant à la panique et poursuivit sa route, rasant les murs, jetant un coup d’œil avant de tourner, prudente, en formation de combat, mais l’épée toujours au fourreau.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Oblivion El'Galas le Jeu 14 Juin 2018 - 9:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Yuurei
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 297
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs(pnj Lilith), Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire :
Equipement:
 


Sac sans fond:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mer 21 Mar 2018 - 21:06



Les vestiges d'un passé.
Un Rôdeur, une Garde Doré et une invocation en Ruinn


Yuurei

Etat d'esprit: prudent
santé Yuurei : Bonne
Endurance : 15 (11+4)

Une Forêt, Faste et abondante, une forêt d'une beauté inégalable. La Forêt Faste était la, protégeant en son être plus de vie qu'on ne pouvait voir. Une faune et une flore vivant en harmonie dans un paysage calme et passif d'un début d'Automne. Des branches bruissent au vent et les couleurs chatoyantes des feuilles vertes-oranges donnaient l'impression d'une danse sur un chant porté par le vent. Il y avait un trou dans cette Forêt Faste et dans ce trou vivaient un Rôdeur et une Herboriste qui, à ce qu'on dit, n'a pas un caractère facile.

Oh, ce n'était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante. Ce n'était pas non plus un trou sec, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger. Non, c'était un trou d'un Rôdeur et d'une herboriste aidée par des demi-dieux, Fils de Terra, ce qui implique le confort dans ce trou en bois.

Il avait une porte tout à fait ronde comme un hublot, peinte en vert, avec un bouton de cuivre jaune bien brillant, exactement au centre. Cette porte ouvrait sur un vestibule en forme de tube, comme un tunnel. C'était un tunnel très confortable, sans fumée, aux murs lambrissés, au sol dallé et garni de tapis. Il était meublé de chaises cirées et de quantité de patères pour les chapeaux et les manteaux. Le Rôdeur aimait les visites que l'Herboriste goûtait moins. Le tunnel s'enfonçait assez loin, mais pas tout à fait en droite ligne, dans le flanc de la colline au cœur de cette forêt. Chambres, salles de bains, caves, dépendances et celles-ci étaient nombreuses, penderies, cuisine, salles à manger, tout était de plain-pied et, en fait, dans le même couloir. Les meilleures chambres se trouvaient toutes sur la gauche en entrant, car elles étaient les seules à avoir des fenêtres, des fenêtres circulaires et profondes, donnant sur le jardin et la Forêt Faste qui descendaient au-delà jusqu'à la rivière.

Dans ce confortable trou en bois, se trouvait actuellement le Rôdeur qui refaisait le point de ses informations acquises auprès de l'Herboriste avant de partir remplir sa mission. Yuurei refaisait le point avec Lilith sur ce qu'elle savait sur le Temple de l'Air. Le Temple d'Aer... Yuurei devait y faire route une seconde fois en peu de temps. Toujours conseillé par Lilith, il y faisait route en partant de leur habitation dans la forêt avec pour destination les rudesses du froid et de la neige.

Une cape chaude, un peu de nourriture, des torchères, de quoi faire du feu ainsi qu'un bon duvet bien chaud sont pris dans les réserves et rangés dans le sac sans fond. De quoi boire, quelques douceurs sucrées et de quoi écrire aussi furent amenés. Tous simples crayons, craies et bout de papier qu'ils furent, ils pouvaient aider à prendre des notes pour aider Lilith a compléter ses écrits.

Le Rôdeur quitte donc ainsi leur maison en bois au cœur de la forêt Faste et il se met en route pour son aventure. Le temple d'Aer n'est pas si loin de cette forêt, léger avantage sur la situation. Pour la première partie du chemin, il n'y eut pas vraiment d'histoires notables, de légendes méritant d'être lues. Notre aventurier avait simplement suivi le convoi marchand faisant le chemin entre la ville la plus proche du temple d'Aer et Rorn. Un convoi sécurisé et habituel organisé par la Guilde Marchande. Ce fut une fois le convoi quitté que Yuurei prit sa carte et suivit le vieux chemin abandonné que Lilith lui avait indiqué.

L'avantage des chemins abandonnés et que l'on n'y croise jamais personne. L'inconvénient, c'est qu'il n'y a personne pour les entretenir du coup. Ce fut donc ainsi, à grands coups d'épée que le Rôdeur doit tailler la route au sens le plus littéraire possible du terme. Plus des ronces et des fougères, c'est de la neige que le Rôdeur se méfie, car se frayer un chemin dans ce tas de poudre blanche et gelée est compliquer et peu discret, car l'adage dit vrai : “Qui marche dans la neige ne peut pas cacher son passage.”

Finalement Yuurei réussi à rejoindre le Temple d'Aer et ce fut un spectacle magnifique qui s'offrait à lui. Certes plus désolant et beaucoup plus froid que son habituel temple de la Terre particulièrement fleurit, mais tout de même d'une beauté glacée à couper le souffle à plus d'un aventurier. Yuurei observe ce magnifique temple un temps, contemplant la magnificence et l'imposant spectacle que cette structure dévoilait, puis il avança d'un pas résolu vers la bâtisse en question, obscure, froide, sans neige et silencieuse... Ou presque. Le vent mugissant s'engouffre en un râle profond et bruyant jusqu'au cœur du temple.


Le Rôdeur entre doucement dans l'immense ouverture du temple du dieu des airs. Allumant sa torche, Yuurei contemple l'architecture intérieure de ce dédale de pierres blanches. Haut de plafond, travaillé, mais également sombre à cause du manque d'ouverture et ce malgré les dimensions imposantes du couloir principal. Le Rôdeur avançait au rythme des pierres claires dans un dédale de couloirs montrant de nombreuses portes de cellule. Il regardait les flammes dansantes de sa torchère projeter leurs ombres vivaces sur le sol de pierre a chacun de ses pas. Yuurei était dans un dédale silencieux coupé par le vent mugissant s'engouffrant dans l'imposante ouverture qu'est ce couloir silencieux et froid.

Finalement, Yuurei trouve la porte qu'il recherche. Elle est telle que Lilith le lui a indiqué et elle se trouve plus ou moins là ou l'Herboriste l'avait décrite. Une lourde porte de bois, sans doute du chêne ou du hêtre. Une lourde porte avec des charnières et des décorations métalliques dorée. Sans doute du zinc ou du laiton. Le Rôdeur pousse la lourde porte en bois et entre dans la cellule de celui qu'il est venu voir.

Cette cellule frappa de stupeur le Rôdeur. Yuurei avait vu plus d'un demi-dieu enfermé dans sa cellule et généralement, c'était un petit cagibi par rapport à la taille de la créature qui y était enfermé, mais celle-ci était ... Immense. Une succession de pierres sombres formaient une entrée dans une espère de dédale imposant. Une pièce circulaire dont la hauteur était à donner le vertige. Malgré son éclairage, le Rôdeur n'en voyait même pas le plafond, juste un grand voile de ténèbres là ou la lumière ne pénètre plus.

Pour un cagibi aussi immense, soit le demi-dieu dans cette salle à vraiment la place pour bouger soit... il est immense aussi. Yuurei se surprit l'espace d'un instant à imaginer un demi-dieu de la taille du manoir familiale. Pour le coup, il ne savait pas trop s'il devait éviter ou trouver l'invocation. Si celle-ci peu l'écraser par accident juste en se retournant cela pourrait vite être problématique. Cependant, il est trop tard pour reculer maintenant que Yuurei est rentré dans la cellule. Il va donc traverser ce tracé sinueux dans cet immense lieu circulaire. Il va lui falloir un fil d'Arianne pour marquer son acheminement le long des murs sombres de ce labyrinthe et le Rôdeur eut l'idée de marquer la pierre à la craie et de se faire un plan sur ses feuilles de papier fraîchement sorties de son sac sans fond. Il suffit de penser à faire une simple flèche indiquant la direction qu'il prend et un chiffre en dessous pour distinguer les flèches sur son plan et sur les murs pour se retrouver.

Le Rôdeur, ainsi préparer, commence à avancer dans ce dédale de pierres sombres. Il ne fallu pas longtemps pour que son esprit se mette également à vagabonder. Il se perdit bien rapidement dans un labyrinthe de pensées qui restaient vagues à cause de son impuissance à les exprimer en mots si bien que lorsqu'il se reprit, Yuurei venait de se rendre compte que son esprit n'était pas le seul à s'être égaré. Sa direction ne correspondait plus à son plan et il ne retrouvait plus ses marques suite a ce qu'il avait marqué sur sa feuille. Pas sûr d'aller dans la bonne direction, Yuurei avait maintenant l'impression qu'il s'enfonce dans le labyrinthe au lieu d'en sortir.

Ce fut au bout d'un moment d'errance que le Rôdeur vus des marques sur les murs, indiquant la taille de la créature qui devait être très imposante, même si moins imposante qu'un manoir finalement. Sur le sol de pierre, se trouvait une forme pour le moins artistiquement abstraite composées de plumes et de poils. Yuurei s'attarde un instant sur celle-ci. Noires blanches et auburn, ces plumes sont belles pour la plupart, mais n'appartiennent de par leur couleur, leur forme et leur taille, à aucun oiseau que le Rôdeur peut connaître.

Yuurei prend une des plus belles plumes de couleur Auburn qu'il y a dans ce tas et la conserve, souvenir de cette expédition. Il finit donc par reprendre la marche, non sans placer un repère à la craie et il avance en direction de ce qui semblait être des traces de griffures sur les murs et surtout des traces de sang sur le sol. Le Rôdeur ne sait pas s'il y a eut un combat ici et ni contre qui ou quoi, mais cela signifiait surtout que le labyrinthe était plus dangereux qu'il n'y paraissait vu le sang au sol.

Ce fut donc l'épée à la main directrice et sa torchère dans l'autre main que le Rôdeur avançait désormais. Il progressait avec la plus grande prudence dans le dédale jusqu'à voir au loin une grande masse dans l'ombre. Pas vraiment tapie, mais plutôt comme affalée contre le mur au loin. Yuurei ne savait pas si la créature l'avait vu, mais il décida malgré tout d'avancer vers l'ombre. Il verrait bien, une fois proche s'il est ami ou ennemi.




"Invité, sache que je t'observe."
Yuurei aime beaucoup parler et il s'exprime en color=#2745e6
Un jour, peut-être, entendrez vous Lilith vous parler en color=#3a7a3c, tachez de ne pas la vexer
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Dim 1 Avr 2018 - 18:40


Allongé dans son lit, vêtu de simples chausses, Valion contemplait le plafond de bois. Les rayons solaires ne pouvaient transpercer ni les hauts murs de Kelder ni ses parois montagneuses, néanmoins, le sommeil avait eu assez d’effet pour que le jeune homme se réveille naturellement. Les bras croisés sous sa tête, il profitait de quelques minutes de repos supplémentaires avant de démarrer cette journée. Autant rester maître de son temps quand c’était peut-être la dernière fois qu’il en disposait.

Tirant de ces pensées un sourire léger, il se leva pour se débarbouiller. Ce n’était pas la manifestation de l’inconscience et encore moins de la bêtise, seulement celle de la paix intérieure. Sans surplus de confiance, il assumait sa décision. Qu’il y survive ou non, là n’était pas la question. Une fois habillé et équipé, il descendit les escaliers pour régler l’aubergiste. Ce dernier l’interpella juste avant qu’il ne passe la porte.

« C’est vous qui avez la jument, là ? Je vous la garde combien de temps ? »
« Que voulez-vous dire ? »
« Vous allez au Temple non ? J’en fais quoi moi si vous revenez pas ? » Cette interrogation légitime lui arracha un rictus peiné. À défaut de connaître les occupants de la bâtisse, il se rapprocha pour plus de discrétion.
« Passé ce délai, quand une patrouille de la Milice ou de la Garde se pointera, dites-leur qu’elle appartenait à un ancien soldat. Ils vous la prendront sûrement pour un prix correct. Je ne peux rien exiger, mais si vous pouviez éviter de la céder à n’importe qui, je vous en serais gré. »

Sur ces mots, il se dirigea vers les box adjacents à l’établissement. Safran, occupée à dévorer sa pitance, releva sa bouche pleine de foin à son approche. Profitant de sa compagnie encore quelques instants, Valion se remémora les paroles de l'aventurier avec qui il avait discuté la veille, sur les audacieuses demandes pécuniaires des clans rebelles. Fin prêt, Valion quitta sa jument et se rendit au passage gardé. La taxe payée, il démarra  l’ascension, emmitouflé dans son épaisse cape en laine.

Plus il s’élevait, et plus le vent rugissait. Que ce soit une exhorte ou une menace divine, il fut obligé de se couvrir presque entièrement la tête pour éviter que la neige lui gifle le visage. Et dire qu’il n’y avait pas l’ombre d’un nuage en partant... la magie était véritablement surprenante ! Il fit de courtes pauses mais ne put admirer le paysage qu’une fois parvenu sur les dernières hauteurs, non loin de l’entrée de la prison céleste. L’air était plus clément, et le soleil du midi était revenu bercer le flanc des montagnes. Le grimpeur alpin tira de son sac un morceau de viande séchée et quelques graines pour se rassasier. Profiter de la vue et de la fraîcheur environnante, reprendre des forces et se préparer mentalement.

La première fois qu’il était entré dans un Temple pour passer l’épreuve d’un demi-dieu, Valion était hésitant, incertain. La deuxième, il était confus et avait peur. Et la troisième, il était en colère. Mais chaque fois, il avait survécu grâce à sa détermination. Aujourd’hui, son état d’esprit était bien différent. Non, ce n’était pas la folie qui l’incitait à mettre de nouveau sa vie en péril… Mûr de ces trois expériences, et toujours animé de cette passion qui le caractérisait, il faisait ici-même plus que jamais preuve de la volonté de rencontrer un être divin.

Lorsqu’il ne sentit plus le souffle d’Aer dans son dos, le voyageur s’arrêta. La porte en face de lui semblait étrangement lourde. En la poussant, il dut plisser les yeux pour s’habituer à la pénombre. Il allait finir par croire que toutes les cellules étaient plongées dans le noir, tel le reflet du sombre isolement enchaînant les captifs. Il saisit le flambeau à l’entrée avant d’entamer son avancée. Bien vite, le jeune homme réalisa qu’il se trouvait dans un labyrinthe. Il haussa un sourcil. Rien en sa possession ne l’aiderait à marquer son chemin. Pas assez prévoyant sur ce coup. Il conserva son calme, sachant qu’il ne sortirait que si le demi-dieu le souhaitait. Était-ce une illusion ? Le contact de la pierre froide paraissait véritable, mais, ayant déjà été témoin de la magie des enfants des Quatre, il savait à quel point la frontière du réel était difficilement dissociable.

Le plafond s’étendait jusqu’à perte de vue, ajoutant un degré d’oppression et une sensation d’écrasement aux murs déjà immenses. Valion progressait avec prudence et méfiance. La seconde se dissipa néanmoins peu à peu. Régnait sur les lieux une atmosphère pesante. Il tomba en premier sur les traces de sang séché, puis une plume, qu’il examina. Elle était abîmée. Si c’était à l’hôte des lieux qu’elle appartenait, il était en bien piètre état. Même les Collerets, pourtant élevés pour être mangés, partageaient une meilleure existence. Il hésitait encore entre attribuer ces nombreux signes à un combat ou au désespoir. Mais plus il déambulait dans ce dédale, plus il penchait pour la seconde définition. Il n’avait rencontré aucun danger, seulement la solitude.

Était-ce là le but de cette épreuve ? Était-ce seulement une épreuve ? Où était l’enfant d’Aer ? Il n’y avait que le silence et l’obscurité pour lui répondre. Et c’était exactement pour ça que Valion était là. Il n’avait déjà que trop réalisé l’ampleur de l’emprisonnement, éprouvé la détresse et senti poindre ce sentiment d’injustice qu’il désirait ardemment combattre.

Sans aucune emprise sur le temps, le jeune homme finit par s’immobiliser. Peut-être qu’il s’y prenait de la mauvaise manière. Il s’assit en plein milieu d’un couloir traversé à quatre reprises déjà, d’après les marques familières sur les murs. Son arme le gênant dans cette position, il la déposa sur sa droite. Les yeux fermés, il inspira une longue bouffée d’air avant de la relâcher paisiblement.

« Enfant d’Aer, si tu le souhaites, je te libèrerai de ta prison. »

Peut-être qu’il se trompait, qu’il aurait dû aborder sa progression de façon plus réfléchie, plus stratégique. Peut-être que le silence serait son éternelle réponse, et qu’il devait continuer à chercher un sens à ce dédale.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Ven 3 Aoû 2018 - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eskel Merigold
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Kim Junghun
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 50
Double Compte : Ephylix
Liens vers la fiche : Par là
Journal de bord

Métier : Brigadier dans la Milice
Invocation(s) : Valefor, renard légendaire
Inventaire : • Epée droite (Maniabilité 3/5, Tranchant 2/5, Résistance 3/5) [+4]
• Armure de qualité médiocre [+4]

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Sam 14 Avr 2018 - 0:21

Eskel

• Endurance: 10/10 +6
• Etat: Normal
• Attaque physique: 3 +4
• Tsuris: 965T.
• Arme:
Epée droite (+4):
 
Bouclier (+2):
 

Equipement:
 
Inventaire:
 

La milicienne regarde le grand bâtiment. La voilà de retour en ces lieux hantés par des âmes errantes. Elle soupire et resserre plus la fourrure sur ses épaules. Elle se serait bien passée de revenir en ces lieux, mais le besoin de puissance était tel qu'elle devait se faire violence et revenir ici. La jeune femme quelque peu suicidaire sur les bords s'avance et pénètre dans l'immense bâtisse, peu motivée à l'idée de retenter l'expérience d'une épreuve.

Toujours aussi calme, le vent s'engouffrait par l'entrée principale, emmenant avec lui quelques flocons de neige qui vinrent tapisser ce sol déjà glacé. Eskel laissa une main sur son pommeau, prête à dégainer en cas de problème. Encore une fois, elle entre dans l'une des cellules totalement au hasard, poussant sans difficulté une lourde porte de pierre. La magie des Dieux l'effrayait toujours un peu. Elle s'arrête. Un labyrinthe. La jeune femme soupire et s'adosse à un mur, incapable de se décider. Continuer à jouer au jeu de cet enfant divin ou s'en aller pour trouver quelqu'un d'autre de moins pénible ?

S'en aller était la meilleure des solutions. Elle n'avait clairement pas envie de rester ici et encore moins de jouer à cache cache. Laissons cet enfant divin se perdre dans sa propre cellule et les pauvres fous mourir de faim et de soif. Elle réajusta sa besace et son bouclier avant de faire demi tour pour sortir. Malheureusement, la magie opérait et il lui était impossible d'ouvrir la porte en pierre. Et puis quoi encore ?! Depuis quand ?
Eskel grogne, agacée par toute cette magie. Elle soupire de plus belle sans pour autant s'avancer dans le labyrinthe.

La jeune femme s'assoit sous un flambeau et croise les bras, réellement énervée à présent. Elle remarque à peine les murs abimés par ce qui devait être une immense créature. Un colosse à la puissance inégalée. Rien à faire, il fallait qu'elle se calme avant d'elle même détruire cet endroit par un moyen ou un autre. Son regard se pose sur les arabesques dessinées au sol, des arabesques qui commençaient à s'effacer doucement avec l'usure et le temps. Elle passe une main dessus et son regard se perds sur l'entrée du labyrinthe. Hors de question de s'engouffrer là dedans mais en même temps, pouvait-elle rester indéfiniment là ?

Oh que oui, c'est cette vile créature qui va venir à elle. Eskel ne se perdra pas dans ce dédale de couloirs et d'impasses.
Installée plus ou moins confortablement, elle sort de son sac un bout de viande qu'elle commence à mâchonner tout en regardant la carte de l'ile. Elle était déjà bien enfoncée dans les terres de non droit mais mise à part quelques escouades isolées, elle n'avait pas vu beaucoup d'hommes appartenant à la confédération. Cela la désolait de ne pas savoir où trouver Tarnac. Aer seul savait, car elle avait juré de n'écouter que le dieu du vent, a quel point elle avait envie d'enfoncer sa lame dans cet homme pour lui ôter la vie. Elle désirait vraiment prendre la tête de la confédération et faire bouger les choses à commencer par piller et saccager tous les villages pro princes.

Peut-être fallait-il également rallier à sa cause les pirates de la côte Est ? L'heure n'était pas à ces réflexions cependant. Terminant son morceau de viande, elle boit une gorgée d'eau avant de tout ranger. Elle était curieusement attirée par ce dédale. Finalement, peut-être qu'elle allait s'y engouffrer jusqu'à sa perte. Ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'elle risquait sa vie en dix années de service à la Milice.
La jeune femme se relève et paresseusement, commence à avance dans le dédale, sans faire attention aux murs déchirés et aux plumes abandonnées. Puis soudainement, face à un cul de sac, elle s'arrête, en proie à un nouvel excès de colère et d'agacement.

Chien d'Aer, se met-elle à hurler, montre toi et cesse de errer dans ce labyrinthe qui n'est que le reflet de tes erreurs passées !

Peut importait si elle était seule ou non. Cette invocation avait réussi à l'énerver en ne faisant rien. Cette invocation allait tâter du fil de son épée si elle décidait d'agir comme Valefor.

Viande de bibi séchée [-1] (39)
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ruinn
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 14
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : vent_close_0;
electricite_7;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Lun 23 Avr 2018 - 19:23


Yuurei:
 

Oblivion:
 

Valion:
 

Eskel:
 


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Jeu 26 Avr 2018 - 14:53


Quelque chose avait changé. Les paupières toujours closes et sans conscience du temps passé, Valion se concentra pour définir cette étrange sensation. Comme une nouvelle pression dans l'atmosphère. Une présence. Il ouvrit finalement les yeux et découvrit une grande créature qui le fixait, à quelques mètres. Subtil mélange entre l'oiseau et le félin, elle était pourvue d'attributs des deux espèces. Pourtant, la beauté de ses plumes semblait s'être envolée, son pelage que l'on devinât un temps soyeux, paraissait rugueux au toucher. Le cœur de Valion se serra.

Ne sachant si l'attitude menaçante de l'enfant d'Aer se destinait à l'impressionner ou l'invitait à la confrontation, Valion leva doucement ses mains. Ses doigts légèrement écartés suggéraient une absence totale d'agressivité. Encore fallait-il que la divinité le perçoive et l'entende. Les marques de sang et les plumes parsemant le sol pierreux du labyrinthe n'avaient pas quitté son esprit. Il ne pouvait toutefois se permettre d'en déduire quoique ce soit tant qu'il avait si peu d'informations sur l'infortuné prisonnier.

« Je ne peux parler pour tout ceux qui m'ont précédé, mais je ne suis pas venu dans cette prison pour te faire du mal. Seulement pour te libérer, si tu le souhaites. »

Il posa le flambeau au sol et y laissa sa lance avant de se relever, le plus calmement possible. Puis, inclinant sensiblement le haut de son corps, il se présenta :

« Mon nom est Valion. »

Il se redressa sans s'avancer, par crainte de déclencher une réaction défensive ou de susciter l'agacement. Poursuivant avec respect et bienveillance, il demanda :

« Puis-je connaitre le tien, enfant d'Aer ? »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 258
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1530T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Ven 27 Avr 2018 - 15:28

Cela faisait un moment qu’Oblivion marchait dans le labyrinthe, elle avait l’impression de tourner en rond. Pourtant, malgré son manque de patience légendaire, l’atmosphère lourde et immobile du dédale ne lui laissait qu’un amer goût de dépression.
Elle ne se souvenait même plus de la première fois qu’elle avait soupiré. De quand datait son premier signe de découragement. Depuis, elle avait dû soupirer une bonne centaine de fois supplémentaires. A chaque cul-de-sac, à chaque embranchement d’abord. Puis, avec le temps qui passait, elle avait fini par soupirer périodiquement, sans raison particulière.

Un instant, elle s’immobilisa. Elle ramassa une énième plume. Elle en avait toute une collection maintenant, qu’elle tenait dans sa main gauche, la droite toujours posée sur le pommeau de sa claymore. Sa posture d’abords martiale s’était progressivement détendue, pour devenir finalement négligée. Sa hiérarchie aurait eut honte de la voir comme ça, si elle avait pu.
Finalement, elle s’appuya à un mur et se laissa tomber au sol dans une grande cacophonie d’armure, ses quelques plaques grinçant contre les briques du labyrinthe. Énième soupir, lourd, profond.
Sans vraiment attendre de réponse, Oblivion demanda à voix haute :

“Enfant d’Aer y es-tu ? Je suis perdue. Est-ce qu’on pourrait sortir tous les deux ? Je te présenterais Wazzi. Je ne lui ai encore pas demandé si elle aimait voler. Si tu veux, tu pourrais l’emmener avec toi ? Et puis...”

Puis il s’interrompit, réalisant qu’elle commençait à parler toute seule, et à voix haute. Se redressant vivement elle se remit debout, époussetant sa tenue pour se donner une contenance, et redressa les épaules. Il ne fallait pas se laisser abattre. Ce n’était pas son caractère, ni ce qu’elle souhaitait.
Elle voulait avoir un allié supplémentaire pour assurer ses arrières. Elle voulait un ami, comme Simon et Wazzi. Elle voulait aussi sortir d’ici. Et ça n’arriverait pas comme par magie si elle restait là à pleurnicher.

Soufflant un bout coup, elle reprit sa route, tournant au hasard, à droite, puis à gauche. Au bout d’un moment, comme elle avait de nouveau la sensation de tourner en rond, elle commençant à glisser à chaque intersection, une des plumes qu’elle avait ramassé entre les pierres, de sorte qu’elle pointe dans la direction prise.
Puis elle refaisait son stock de plumes en ramassant celle qu’elle trouvait sur son chemin, peu importait qu’elles soient abimées ou non. Oblivion voyait ça comme une occupation pour ne pas céder ni à la panique de l’idée qu’elle ne retrouverait peut-être pas son chemin, ni à l’ennui du dédale, ni à la peur de ne pas être à la hauteur. Au moins, tant qu’elle serait en vie, Wazzi pourrait faire sa vie, pour le temps que ça durerait.

Puis finalement elle décida de faire demi-tour, revenant sur ses pas. A l’embranchement qu’elle venait de passer, sa plume n’était plus là. Et l’embranchement lui semblait avoir changé. Est-ce qu’elle hallucinait…? Non, non vraiment, le couloir à droite n’était pas là avant, elle venait d’en face… Et il n’y avait plus rien en face… Elle lâcha un nouveau soupir et marmonna :

“Enfant d’Aer y es-tu ? Ton labyrinthe change. Comment veux-tu qu’on se trouve si les murs trichent ?”

Croisant les bras, elle resta au milieu de l’embranchement, un peu perdue, sans savoir quoi faire.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Yuurei
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 297
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs(pnj Lilith), Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire :
Equipement:
 


Sac sans fond:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Sam 12 Mai 2018 - 20:52



Les vestiges d'un passé.
Un Rôdeur, un demi-dieu et des plumes.


Yuurei

Etat d'esprit: joueur
santé Yuurei : Bonne
Endurance : 15 (11+4)


Le Rôdeur avance doucement, discrètement au rythme de ses pas silencieux. C'est presque furtivement, si sa torchère ne trahissait pas sa présence, que notre homme s'approchait de cette masse d'ombre dont la lumière dansante des flammes révélait doucement les formes et les couleurs. Un griffon, du moins c'est le nom de créatures légendaires qui venait à l'esprit du Rôdeur en voyant le demi-dieu. Une immense créature mi-féline mi-Gypaetos toute de plume vêtue. Plumes qui ne sont pas sans rappeler celle qu'il a ramassé plus tôt dans le labyrinthe de par la longueur et la couleur. Yuurei s'approchait ainsi de plus en plus de la bête, visiblement vivante mais aussi visiblement amorphe. Ce fut à un pas de la créature que le Rôdeur, toujours son épée dans la main, mais celle-ci baissée vers le bas, allait s'adresser à la créature massive gisant devant lui.

Au moment même ou Yuurei allait prononcer un son, ce fut le griffon qui prit la parole. Un cri, un rugissement animal, particulièrement assourdissant fend l'air à en faire trembler les murs de ce labyrinthe tandis que le Griffon se dressait de toute sa hauteur et déployait ses ailes pour donner l'illusion d'être encore plus imposant qu'il ne l'est bien qu'il le soit déjà nettement plus qu'un pauvre petit humain. Le demi-dieu prenait actuellement une posture agressive et il était visiblement sur la défensive malgré sa position offensive, prêt à combattre si besoin est en somme. C'était là un demi-dieu imposant, un être de plusieurs mètres de long pour une hauteur au garrot aussi grande que la taille totale du Rôdeur. Un demi-dieu imposant donc, mais aussi au plumage sublime virant du noir au blanc en passant pas l'aubrum. Le demi-dieu était aussi pourvu d'une longue queue et de griffes rétractiles qui étaient sans doute responsables des fissures présentes sur le sol et les murs de cet endroit. Quoiqu'il en soit le Rôdeur resta figer un moment avant de reprendre la parole. Son ton et ses mots risquaient de le faire passer pour un inconscient, mais devraient au moins désamorcer cet assaut. C'est ainsi qu'en se grattant le creux de l'oreille avec le petit doigt tenant l'épée que le Rôdeur s'exclamait.

Yuurei: - Wow, bel organe... Organe vocalise bien sûr. Mon nom est Yuurei et tu dois sans doute être le demi-dieu enfermé ici.

Yuurei range son épée dans son fourreau et sourit au demi-dieu emplumé devant lui, gardant la main sur le pommeau au cas où une action agressive viendrait à maladroitement traverser l'esprit de la créature semi-divine. Yuurei regarde un instant la créature devant lui, admiratif. Belle bestiole que voici hein ? Il ressemble un peu à Steesha en version masculine. Il la connaît peut-être après tout, ce serait la une question intéressante à poser. D'ailleurs, le Rôdeur allait justement la poser tiens.

Yuurei: - Excuse-moi, mais tu ne connaîtrais pas une enfant d'Aer qui s'appellerait Steesha par hasard ? Vous vous ressemblez pas mal du coup, je me demande si vous vous êtes déjà rencontré. Ah, au fait, j'ai ramassé une plume à toi tout à l'heure dans le labyrinthe. Est-ce que tu m'autorises à la garder, heuu.. C'est quoi ton nom ?

Naturel, simple, sans complications ni étiquettes comme d'habitude. Le Rôdeur est brut de décoffrage et plutôt admiratif devant cette créature qui éveille sa curiosité. Cela fait bien longtemps que l'esprit infantile du Rôdeur n'avait pas été titillé. L'épreuve de Sarabi avait plutôt joué sur son sens du devoir et celle de Valefor sur son sens du sacrifice. Ce demi-dieu, fils d'Aer avait plutôt tendance à éveiller sa curiosité et celui-ci posait ses questions sans réfléchir. Yuurei se tenait la, un sourire aux lèvres devant cet immense griffon, attendant une réaction de celui-ci.




"Invité, sache que je t'observe."
Yuurei aime beaucoup parler et il s'exprime en color=#2745e6
Un jour, peut-être, entendrez vous Lilith vous parler en color=#3a7a3c, tachez de ne pas la vexer
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ruinn
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 14
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : vent_close_0;
electricite_7;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Sam 12 Mai 2018 - 21:52



Yuurei:
 


Valion:
 


Oblivion:
 


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Ruinn le Mar 29 Mai 2018 - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yuurei
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 297
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs(pnj Lilith), Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire :
Equipement:
 


Sac sans fond:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Dim 13 Mai 2018 - 8:28



Les vestiges d'un passé.
Un Rôdeur assis et un demi-dieu en PLS .


Yuurei

Etat d'esprit: Inquiet
santé Yuurei : Bonne
Endurance : 15 (11+4)


Le Rôdeur regarde la créature chimérique debout devant lui. Yuurei attend avec patience une réaction et une réponse a ses questions de la part de l'être semi-divin. Une attente d'une poignée de secondes, voir d'une minute entière toute au plus, mais tout de même une attente que notre homme trouve particulièrement longue et silencieuse. La réponse arriva finalement, mais elle ne fut pas vraiment ce à quoi Yuurei s'attendait, autant sur la forme que sur le fond. La ou notre Rôdeur s'attendait à une discussion avec l'entité enfermée dans ce labyrinthe, il n'eut droit qu'a un gémissement plaintif de la bête se laissant choir sur le sol de pierres froides et sombres qui ornaient cette cellule labyrinthique.

Curieuse réaction de la part d'un être divin que voici. Le grand griffon semblait désespérément désespéré. Il semblait être en grande souffrance aussi bien physique que morale. Au sol, allongé de toute sa masse, le Griffon ramène lentement son aile droite devant son visage tandis que le Rôdeur l'observe. Visiblement, ceci est trop lent pour que ce soit normal, peut-être que son aile est blessée ou abîmée. Yuurei l'examinera si son hôte semi-divin le laisse faire. La créature, dont on ignore toujours le nom, semble dans un état de détresse morale et physique bien avancée. La compassion du Rôdeur prend le dessus assez rapidement, ne voyant pas cette créature comme un ennemi ou un danger potentiel, mais bien comme quelqu'un ayant besoin d'aide et sans doute d'un peu d'air frais.

Yuurei pose donc doucement sa torchère au sol, aucun mouvement brusque avec les flammes dansantes au sein de celle-ci. Le Rôdeur approche de la tête de la créature et s'assoit doucement devant lui, toujours sans mouvements brusques. Aucune agression, aucun comportement hostile ou pouvant agresser les sens de cet être solitaire par dépit n'était exprimé ainsi. Yuurei se voulait doux pour le moment, jusqu'à ce qu'il sache précisément ce qui avait réduit une bête aussi majestueuse dans cet état. L'homme regarde un temps les yeux de l'animal, des yeux d'une couleur rouges profondément foncé, limite carmins comme le sont les rubis, croisent les yeux de l'homme d'un bleu profondément azurés comme le serait un beau ciel d'été.

Un instant de calme, un silence se fait tandis que l'homme observe la bête en souffrance, prenant en pitié sa douleur. Yuurei se demandait ce que pouvait ressentir de si horrible la créature semi-félidé. Cela faisait sans doute des siècles, voir des millénaires qu'il était enfermé et seul. Un sort horrible qui expliquerait que trop bien ce comportement. Tout le monde ne tolère pas la solitude de la même manière et la réaction face à ce genre de sentiment de solitude et cette punition divine était souvent très différente d'un être à un autre.

L'air abattu de cet être n'était pas sans lui rappeler Diya et son chant remplit de tristesse mélancolique alors qu'elle était encore enfermée dans sa cellule au cœur du temple de Terra. Ce fut sans doute un des éléments du passé du Rôdeur qui jouait sur son ressenti actuellement et Yuurei ne pouvait que prendre en pitié cet être devant lui. Toujours assis devant le griffon, le Rôdeur fini par lui demander de la voix la plus douce qu'il pouvait prendre.

Yuurei: - Et bien mon grand, ça n'a pas l'air d'aller fort dis-moi. C'est ton aile qui te fait mal ? Tu veux que je regarde si je peux te guérir ?

Le Rôdeur doit avoir encore un peu de sa fiole de sanguine et du pansement coagulant en réserve. Cela dit un mètre de pansement est une bonne réserve pour un humain, mais pour un demi-dieu de cette taille, cela risque d'être un peu court si la blessure est étendue, mais Yuurei n'est pas contre l'idée de l'utiliser pour aider cet être dans le besoin. Pour le moment, le Rôdeur attendait de voir la réaction de l'être semi-divin. Il tentera de le soigner que si celui-ci le lui autorise.




"Invité, sache que je t'observe."
Yuurei aime beaucoup parler et il s'exprime en color=#2745e6
Un jour, peut-être, entendrez vous Lilith vous parler en color=#3a7a3c, tachez de ne pas la vexer
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 258
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1530T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Lun 14 Mai 2018 - 16:31

Oblivion était toujours au milieu du couloir qui avait changé, les mains sur les hanches, perplexe, perdue et, avouons-le, un peu paniquée. En admettant qu’elle ne trouve pas l’enfant d’Aer, s’il ne voulait pas d’elle, avait-elle encore une chance de sortir de ce labyrinthe ? Rien n’était moins sûr et la chape glacée de la menace de mort commençait à planer au-dessus de sa tête comme un rapace dépressif. Découragée, elle s’était laissé glisser contre le mur, jouant avec les quelques plumes qu’il lui restait, en attendant d’avoir une idée brillante pour se sortir de ce mauvais pas.

Mais alors un rugissement se fit entendre, et Oblivion sursauta. Il n’était pas si loin, et cela le rendait encore plus effrayant. Il fallait ajouter à cela qu’elle n’avait aucune idée de quel genre de créature pouvait pousser ce genre d’exclamations. Clairement pas un humain. Clairement un énorme truc. Ou alors un truc qui avait de grands poumons puissants.
A cette dernière idée, Oblivion retint de justesse un rire nerveux en imaginant un demi-dieu de la taille de Wazzi pousser ce genre de cri. Non, c’était impossible… Encore que, quand la fille de Terra se laissait aller à la colère, il y avait une espèce de puissance qui transparaissait dans ses mots…
Alors que là, c’était quelque chose d’animal, de bestial, et surtout, de furieux. Oblivion serre la main sur sa claymore, prête à dégainer au moindre signe de mouvement, ou de bruit encore une fois suspect. Elle se relève, restant accroupie, essayant de se faire aussi discrète que possible avec son armure partielle qui cliquetait pourtant beaucoup trop à son goût à cet instant.
Grimaçant, elle calma de force sa respiration et essaya de passer outre les battements désordonnés de son coeur pour tenter de réfléchir, de ne pas céder à la panique, et d’y voir clair.

C’est alors qu’elle entend un grattement, juste derrière elle, se raidissant, elle inspire, bloque et lève lentement la tête, les yeux trop grands ouverts et trop effrayés pour que cela ne se voit pas. Elle, en revanche, ce qu’elle voit bien, c’est l’immense créature qui la regarde depuis en haut. Muette, elle ne dit rien, et n’esquisse pas un geste, prudente, figée, tétanisée.
Pourtant, le demi-dieu, puisque c’est bien lui, finit par redescendre et par la regarder. Il est méfiant, comme une bête sauvage, mais il ne fait pas mine de vouloir lui sauter dessus avec ses énormes griffes ou de lui arracher les yeux avec son bec acéré. Oblivion se détend imperceptiblement.

Au moment où elle allait dire quelques chose, il s’effondre, et automatiquement, comme portée par son coeur secrètement bienveillant, elle fait un geste, elle tend la main, elle s’avance d’un pied.
Puis s’immobilise.
Elle se raccroupi, main enlevée de sa poignée, elle enserre ses genoux et regarde le demi-dieu comme pour vérifier qu’il n’est pas blessé, pour le peu en anatomie qu’elle s’y connaisse. Elle ne voit rien pourtant. Elle se mordille la lèvre et finit par se rapprocher encore, accroupie toujours, comme un gros crapaud en armure partielle.

Elle finit par murmurer doucement, d’une voix incertaine d’où ne transpire pourtant pas la peur mais bien l'inquiétude et la peine, sincères, qu’elle ressent pour cet immense être brisé.

“Enfant d’Aer, dis-moi ce que je peux faire pour t’aider…”

Elle n’ose pas le toucher, de peur d’une réaction violente, alors elle se contente de l’observer lentement de ses prunelles bleues, concentrée et tournée uniquement vers le griffon, puisqu’il s’en approche décidément beaucoup, dont elle voudrait apaiser la folie qu’elle lit dans ses yeux rouges, qui, loin de l’effrayer, ne fait que lui arracher, encore une fois, un profond sentiment d’injustice envers la punition que les Quatre ont infligé à leurs enfants.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Jeu 17 Mai 2018 - 16:47


La réaction de l'entité céleste fut sans équivoque. Même la lenteur dont le jeune homme avait fait preuve fut trop brusque. Valion s'était figé sur place, faisant un effort immense pour maîtriser son instinct et ne pas reculer devant la gestuelle menaçante de son vis-à-vis. Le feulement blessa son ouïe et écorcha son cœur. Une créature hostile aurait pu lire les signes pacifiques ou n'aurait pas tergiversé autant avant de l'attaquer. Mais celle en face de lui semblait en réalité loin d'être agressive.

Sa posture défensive et son attitude confuse n'y trompaient pas. Certes, tel un animal blessé sur le qui-vive, il pouvait être dangereux et s'il le décidait, l'écraser bien plus facilement qu'un certain Loup, avec un gabarit pareil. Le chasseur préférait néanmoins déchiffrer et comprendre cette souffrance qui le hantait. Il ne voyait pas d'autres moyens pour dissiper la méfiance à son égard.

Mais le demi-dieu semblait hors d'atteinte. Valion avait l'impression qu'il le fixait, de ses yeux vifs enflammés par la douleur, pourtant sans le voir. C'était comme s'il réagissait à d'autres choses que lui ne percevait pas. Étrange. Son regard d'un bleu acier engloba à nouveau le sombre labyrinthe. Seul le silence avait accompagné ses pas en ces lieux glauques. Et même s'il y était depuis un temps déjà pour lui indéfinissable, il n'était pas enfermé ici depuis des générations, comme cela semblait être le cas pour le Griffon céleste. Il avait vu des Hommes devenir fous en purgeant leur peine d'emprisonnement. La vie éternelle accordée par les Quatre à leurs enfants divins se révélait en comparaison être une véritable torture pour l'esprit.

Interrompu dans sa réflexion par un mouvement en face de lui, Valion fronça les sourcils devant l'épuisement notoire de la semi-divinité. Cette aile qu'il pouvait à peine maintenir en place était dans un état inquiétant. Mais il n'osait pas bouger, de peur de déclencher une autre réaction risquant de le blesser davantage. Et soudainement il chancela puis trouva sa chute contre le mur de pierre. L'ancien soldat se fit violence pour ne pas se précipiter à son chevet et l'examiner afin d'alléger au moins sa souffrance physique.

Cependant la seule perspective donnée par tant d'ardeur serait probablement un coup de bec, à minima. Il ne devait absolument pas l'affoler. Le fils Lameblanche ne fit que deux pas en avant, toujours très doucement, laissant arme et flambeau bien derrière lui. Avec cette même lenteur, il posa un genou à terre, laissa une main tomber au sol, paume ouverte, et l'autre appuyé sur son genou levé. Il se tenait encore à bonne distance, mais n'aurait pas besoin de crier pour se faire entendre. Sa voix bienveillante baissa d'un octave et annonça calmement :

« Tu n'es plus seul désormais. »

Le jeune homme retint un juron en voyant que l'entité saignait. La question le heurta pour la première fois de son existence. Comment avaient-ils pu faire ça à leur propre création ? Nombreuses étaient les choses avec lesquelles il n'était plus d'accord, mais jamais il n'avait remis en cause la décision des Dieux. La vue de cet être qui, fut un temps, devait régner sur les cieux avec ses pairs, désormais réduit à une peine sans temps, à une condition miséreuse, l'attrista au plus haut point. Et le révolta.

Il brûlait toujours d'envie de se jeter à ses côtés pour panser ses plaies et bander son aile, mais il doutait fortement de sa réussite. Non, il fallait d'abord qu'il créé un lien, un contact, même faible, pour que la créature divine accepte sa présence. Si elle continuait à se méfier autant de sa personne, il désespérait de pouvoir se rapprocher et l'aider. Il réitéra ses propos, pour pas qu'ils ne se perdent et s'effacent dans la noirceur de ces couloirs :

« Je suis ici, avec toi. »

Le jeune homme ne voulait rien lui imposer, juste lui montrer que c'était possible, s'il le désirait. Il calma son inquiétude en se rétorquant mentalement que le demi-dieu ne succomberait pas à son état, les marques de sang séché depuis des lunes en attestaient malheureusement. Alors, il arbora un petit sourire et lui demanda, une lueur amusée dansant au fond de ses iris océan :

« On vérifie ? »

Vu son état déplorable, ça risquait d'être difficile. Mais peut-être qu'il le laisserait s'approcher pour lui prouver ?

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ruinn
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 14
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : vent_close_0;
electricite_7;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite Ven 18 Mai 2018 - 18:48





Ses yeux rougeoyant s’ouvrent lentement. Comme si il avait dormi un temps. Une fraction de seconde, peut-être plus ? Des siècles ? Il observe le vide pendant une autre mesure, puis son regard se porte vers le plafond. Seul ? Bien sûr qu’il est seul. Depuis tellement longtemps qu’il ne se souvient plus d’aucun visage d’amis. Ont-ils seulement existé ? Il doute de tout et de rien. Malmené par son esprit, il s’ébroue aussi vivement que sa lenteur lui permet, chassant la poussière de sa tête. Le geste est plus pour la forme que pour l’efficacité. Ruinn se souvient subitement de l’homme, ses iris d’un rubis envoutant reviennent se poser sur lui. Le brasier qui le consume succombe dans l’océan de ses yeux. Comme la pluie salvatrice qui éteint un enfer de flammes, l’inconnu, de sa venue, lui apporte une accalmie pour la première fois depuis ce qui lui semble être des millénaires. Il est avec lui ? Il est vraiment là ? L’énorme créature plante les griffes de ses pattes avant dans la pierre et se tire jusqu’à lui. Il rampe dans la poussière, laissant sa dignité et toute trace de fierté jusqu’à ce que son front atteigne le genou de la source de son calme. Il glisse son bec sous sa main, l’incitant à laisser courir ses doigts dans sa fourrure.  Quémandant de l’attention. Un contact. Il se damnerait encore mille ans pour sentir la chaleur d’un être contre lui. Il vendrait son âme à qui la voudrait pour entendre encore le son de sa voix. Il ne sera plus seul ? Il n’est plus seul ? Un mélange de roucoulement et de ronron lui échappe. Il est en train de fermer les yeux pour mieux savourer le moment quand un éclair de lucidité traverse les yeux mi-clos du demi-Dieu alors que le labyrinthe bouge.

La pièce tremble, pour être tout à fait exact. Les murs tombent les uns après les autres ne laissant dans leur chute rien d’autre que le souvenir de leur présence. Peut-être que rien de tout ceci n’a vraiment existé ou peut-être que tout cela s’est déroulé trop vite pour que les Humains présents s’en rendent compte. Des griffons rencontrés, il ne reste que celui qui est allongé sur le sol près de Valion et les deux autres participants sont maintenant réunis autour du duo restant. Ruinn inspire brusquement, il donne l’impression de se réveiller en sursaut d’un affreux cauchemar. Si rien ne semble pouvoir le sortir d’ici, le Temple lui le maintien en vie et visiblement le temps imparti pour guérir ses blessures est désormais passé. Il ramène son aile contre lui et se redresse très lentement, pour ne pas déstabiliser l’homme qui avait les mains sur son crâne. Il s’assoit avec ce qui lui reste de dignité, les observant dans le silence. Il s’ébroue derechef dans un grand chaos de plumes et de poils pour faire fuir la poussière, oubliant presque ses pauvres visiteurs. Ils sont désormais au centre de ce qui était un labyrinthe, il n’y a pas grand-chose de plus ici. Pas plus de lumière, pas moins non plus. Rien d’accueillant ou de confortable. Il s’assoit sur les dalles froides, il cherche visiblement ses mots. La douleur étant une barrière de moins à l’expression d’une pensée à voix haute. Sait-il encore parler ? En voilà une bonne question.


« Je », il s’interrompt, plein de surprise concernant sa propre voix, « je ne veux pas être appelé "fils d’Aer". J’m’appelle Ruinn. »

Il semble en proie à un nouveau doute. C’est bien son prénom ? Il commence à se perdre à nouveau dans ses pensées et le labyrinthe semble reprendre forme. La divinité lutte contre elle-même et la douleur des blessures de son passé. Brusquement, il bondit sur ses pattes, cherchant frénétiquement quelque chose autour de lui. Il manque de renverser les personnes qui pourraient être trop proche de lui puis son regard croise les eaux calmes de l’ancien soldat et il se fige. Que cherche-t-il déjà ? Il les regarde tous tour à tour. Il ne sait plus maintenant. Qui sont ces gens ? Sont-ils là pour le faire sortir ? Il redresse la tête bien haut, surpris. Des Humains... Des humains réels ! Il pourrait presque se mettre à sautiller de joie tout autour d’eux, mais Valion semble avoir tout l’attention du griffon qui écrase son énorme crâne contre sa joue dans un autre de ses roucoulements ronronnés. Ruinn ne sait plus comment interagir avec les autres, mais il est bien trop heureux pour se poser la question. Il sait à peine comment il s’appelle alors ce qui est permis ou non de faire n’a pas vraiment d’importance. Il y a des gens ici. Ô combien il a rêvé de ce jour. Seuls les Dieux savent tout ce qu’il a pleuré pour que ce jour arrive. Pour que quelqu’un le libère de son supplice. Puis il libère l’homme de son câlin forcé pour aller renifler la jolie jeune femme puis l’autre homme. Il n’a pas la moindre gêne, il ressemble à un animal plus qu’à un presque Dieu millénaire. Il fouille avec son bec les poches, les vêtements, s’intéresse à leur arme. Parfois, il a un sursaut de recule quand ces derniers bougent. Tout en posant des questions, de façon décousue. Parfois dans des langues qu’ils ne doivent pas comprendre. Mais il demande globalement des prénoms, des professions, des passions, des couleurs. Oh toutes ces couleurs ! Ils sont beaux tous les trois. Il revient souvent ronronner vers Valion demandant une caresse en plaçant sa tête sous ses mains. Ruinn semble revivre, gagnant en couleur et en curiosité.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #15 écrite Dim 27 Mai 2018 - 19:05


À sa surprise, cet être brisé trouva la force de se tirer jusqu'à lui. Valion le laissa faire, toujours pour ne pas l'affoler par inadvertance, mais également pour lui montrer qu'il avait la main, que c'était sa décision. Et par conséquent, sa réalité. Cela devait venir de lui pour qu'il l'accepte, du moins, c'était ce que le chasseur en avait déduit.

La tête de l'oiseau-félin vint chercher sa main, et il laissa courir ses doigts dans la fourrure qui recouvrait son visage. Elle n'était pas entretenue, mais semblait moins drue qu'ailleurs. La sensation était agréable, unique. Et naturellement, sans même le réaliser, il sourit. Son cœur se serra à nouveau, sous la pression du privilège mais aussi de l'exception. Cette impression lui rappela le jour où il avait rencontré Sarabi. Et pourtant, c'était différent. Il avait créé un lien spécial avec la Lionne d'Ignis, né du réconfort et du soutien. Cette fois, c'était dans l'autre sens, comme si Valion redonnait l'affection dont il avait bénéficié. Et en échange, le demi-dieu lui avait accordé un peu de sa confiance. Cela n'avait pas de prix, pas de comparaison, pas de mots pour le décrire.

La vibration émise par la gorge du Griffon l'apaisait, le transportait même. Devant l'océan infini, en haut des plaines luxuriantes, au sommet des murailles de Lüh où tout Arcane s'étendait à perte de vue. Cet état de contemplation où même l'esprit ne dit mot, préférant se repaître de l'instant. Sa seconde main se mêla doucement aux échanges, ajoutant sa petite dose de chaleur, diversifiant ce contact tout nouveau. Ses traits doux contemplaient ce bec un peu abîmé, et ces yeux d'un rouge intense, où dansaient une lueur de vie, résistante, vive, même sous l'ombre de la fierté d'antan. Il ferma alors les yeux, doucement, et Valion lui dit calmement, toujours animé par la bienveillance :

« Tu vois. »

Le labyrinthe se dissipa soudainement. Illusion ou magie, le forgeron n'aurait su discerner. Prudent, il se tint prêt à réagir et retira l'une de ses mains pour se stabiliser, craignant que cette secousse s'avère plus physique que mentale. Le phénomène fut cependant trop bref pour être saisi. Désormais habitué à cette incompréhension que laissait les manifestations divines derrière elles, le jeune homme se contenta de noter avec soulagement l'absence de ces hauts murs emprisonnant les sens et l'esprit. Et le fait qu'il n'était pas si seul, en fin de compte.

Ses yeux se posèrent brièvement sur un visage familier avant d'être attirés par les mouvements du Griffon céleste, qu'il laissa se retirer avec une pointe de regret passagère. Même assis, sa taille restait imposante. Visiblement, il souhaitait s'exprimer. Même si la situation requérait des présentations, Valion demeura silencieux pour lui faciliter la tâche.

Ruinn.

Son sourire revint titiller la commissure de ses lèvres avant de s'effacer sous la pensée amère qu'établissait la volonté du demi-dieu en se dissociant de son créateur. Il acquiesça discrètement, avec une compréhension malheureuse. Chassant cette réflexion d'un autre instant, il se focalisa sur la voix du Griffon qui, bien que légèrement éraillée, possédait une tonalité juvénile faisant écho à celle des adolescents. Les lieux esquissèrent un changement sous son hésitation et Valion se pencha en arrière pour ne pas être bousculé par inadvertance. Il chercha un moyen de rassurer Ruinn, de le calmer, de l'ancrer dans ce temps et leur réalité. Oui, il fallait qu'il lui donne un repère.

Son regard capta le sien, et il n'eut guère l'occasion d'en faire plus que la tête touffue trouva le chemin vers sa joue. Il dut tendre le bras derrière lui pour amortir l'impact mais laissa échapper un éclat de rire joyeux devant la marque d'affection. Il avait eu peur que le demi-dieu retombe dans la spirale de sa solitude. Mais non, il était même avide de faire la connaissance de tout le monde.

Valion l'observa en silence. Il se sentit un peu stupide, car simplement heureux de le voir s'agiter ainsi, d'avoir retrouvé un peu de vigueur, de joie, d'espoir. Quand vint enfin l'opportunité, il saisit l'attention du regard saphir de la jeune inconnue pour se présenter :

« Je m'appelle Valion, enchanté. » Puis salua son ami de longue date. « Yuurei, toujours un plaisir. »

Elle portait une armure lourde, signalant son appartenance militaire. D'ordinaire il aurait manifesté son respect naturel avec la force de l'étiquette. Mais les réjouissances actuelles favorisaient la simplicité, et il savait pertinemment que le comportement de l'archer jouait sur la même longueur. Il affichait cependant une réserve et une timidité naturelle à son encontre, pour ne causer aucun malaise.

« J'étais brigadier-chef à la Milice de Lüh, il y a quelques mois. Je suis chasseur désormais. Et à la base, je suis forgeron. »

Son attention ne s'éloignait jamais trop de Ruinn, même s'il manifestait une curiosité sincère envers la femme dont la chevelure dorée s'apparentait à celle de ses deux petites cousines. Il se mit alors à rire en voyant le Griffon tâter tout l'attirail du rôdeur. Voilà bien longtemps qu'il n'avait pas entendu l'écho de sa propre voix ainsi libérée. Il laissa le curieux en faire de même avec ses effets personnels et répondit à chacune de ses sollicitations en faisant courir ses doigts dans son épaisse crinière. Parfois distraitement, pour écouter les deux voyageurs, parfois avec une attention mêlée d'une pointe de gêne, puisqu'il revenait souvent vers lui. Néanmoins et malgré sa pudeur, il n'aurait pas voulu qu'il en soit autrement.

« Et bien, pour ma part, j'adore le fumet délicat du dîner préparé par ma mère, que je sens avant même de rentrer à la maison, après le travail. Et celle des gâteaux qu'elle prépare les matins d'anniversaire. Les repas où nous sommes tous ensemble, en famille. Ça me manque. Mais... parcourir librement les terres d'Arcane, ne pas se restreindre à aider que les habitants de la capitale, ça me plaît, c'est ce que j'ai toujours voulu. Certes, c'est assez solitaire comme voie, et surtout dangereux, mais ça en vaut la peine... »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 258
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1530T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #16 écrite Mer 30 Mai 2018 - 15:03

Oblivion ne savait pas trop quoi faire, deux fois qu’elle tentait l’épreuve d’un enfant divin, et deux fois qu’elle se retrouvait face à une détresse sans fond, sans borne, à la limite de l’insondable. Et cette détresse, cette solitude trouvaient un echo bien trop familier dans son coeur. La négativité de ces sentiments la renvoyaient au propre côté sombre de sa personne, dans cet espace soigneusement verrouillé qui contenait tout ce qu’elle ne pouvait maîtriser.

Luttant contre l’envie irrépressible de se jeter contre le griffon pour le serrer dans ses bras, elle s’avança d’un second pas, et au moment où ses doigts allaient toucher le demi-dieu, l’espace se troubla et en un clignement d’yeux, elle se retrouva debout, à quelques pas du divin qui parla, d’une voix étonnamment juvénile pour sa carrure.
Il s’appelait donc Ruinn. C’était un joli prénom. Et il ne voulais plus être l’enfant d’Aer. Oblivion comprenait ce sentiment, Wazzi avait réagit d’une façon semblable, ayant depuis longtemps perdu foi en son créateur, sévèrement punie pour une faute qu’elle avait depuis longtemps payé. La demoiselle soupira légèrement en sentant une bouffée de compassion pour ce griffon si malheureux.

Pourtant, en présence d’un homme, dont elle remarquait seulement la présence, ainsi que celle d’un autre plus loin - qu'elle reconnut comme étant l'Adjurant Yuurei Akuma, fraichement réintégré dans la Garde Dorée - l’enfant d’Aer semblait reprendre goût à la vie, ronronnant de façon bizarre contre lui, cherchant son attention. Oblivion fut soulagée de voir que le demi-dieu avait l’air de les apprécier. Elle nota toutefois qu’il ne les traitait pas tous de la même façon, celui qui se dénommait Valion ayant la plus belle part.

Loin d’en éprouver de la jalousie, ou de la déception, elle sentit un bref sourire s’étirer sur ses lèvres alors qu’elle s’inclinait légèrement vers les deux autres humains de la pièce, se présentant à celui qu'elle ne connaissait pas, à son tour d’une manière qu’elle espérait cordiale :

“Enchantée de même. Je m’appelle Oblivion. Je fais partie de la Garde Dorée de Lüh. Adjudant Akuma, il semble que vous connaissiez tout le monde ici.”

Elle ne déclina aucun titre, parce qu’elle n’en avait pas à donner, et même si elle en avait eu un, l’instant ne se prêtait pas à faire étalage de son patrimoine et de son curriculum vitae. Son maigre sourire s’élargit un brin, illuminant ses traits de façon fugace, avant que son visage austère ne revienne, alors qu'elle saluait son supérieur d'un léger garde à vous.

Quand Ruinn s’approcha d’elle pour la renifler, elle se laissa faire de bonne grâce et consentit même à le laisser farfouiller dans sa sacoche. Ses deux claymores restèrent quand à elles sagement dans leurs fourreaux respectifs, Oblivion lâchant même un petit rire quand le demi-dieu fit le tour d’elle, amusée par l’attitude du griffon.
Elle était contente de le voir reprendre du poil de la bête. Elle découvrait chez l’enfant d’Aer un caractère amusant qu’il lui aurait plu de connaître plus avant, mais son instinct de détective lui signalait que la relation naissante entre Valion et le demi-dieu ailé la dépassait déjà.

Quand celui-ci leur posa tout un tas de questions, elle essaya de faire le tri, laissant le chasseur répondre, le temps qu’elle formule ses propres réponses, qu’elle donna de façon aussi sincère que possible, d’une voix où pointait l’amusement dû à la situation sans aucun doute.

“Je suis passionnée d’équitation. J’ai fait l’acquisition d’une jument parfaite il y a peu, qui s’appelle Saber. J’aime faire de longues chevauchées sur son dos, et laisser le vent s’engouffrer dans mes cheveux. J’aime le bleu ciel et le vert. Et les conversation avec Wazzi, l’enfant de Terra qui m’accompagne. Et… La bonne humeur agaçante de Simon aussi.”

Elle se tut ensuite, réalisant un peu tard qu’elle en avait dit beaucoup sur elle devant un parfait inconnu et un Adjudant de la Garde Dorée. Elle doutait de revoir le premier un jour, ou que le second ne se serve de ses informations personnelles, ce qui limitait les risques que ces informations soient utilisées à mauvais escient contre elle, mais elle éprouva soudain une certaine gêne à s’être ainsi laisser aller et elle se referma légèrement, en mécanisme de défense.

Elle gardait pourtant un air avenant en contemplant l’enfant d’Aer qui gambadait entre eux, se mettant à souhaiter très fort que ce Valion soit un Invocateur qui méritait l’adoration mêlée de besoin qu’elle décelait désormais dans l’attitude du griffon.

Après quelques minutes, la Garde Dorée jugea que son intervention ici n'avait plus lieu d'être, et elle décida de laisser Ruinn et Valion faire plus ample connaissance. L'enfant d'Aer ayant visiblement fait son choix, elle n'avait plus de raisons de rester dans cette cellule. Elle se fit donc de plus en plus discrète jusqu'à ce que sa présence soit finalement occultée, et elle en profita pour s'esquiver discrètement à la première occasion.
Il était temps pour elle de repartir retrouver Wazzi, puis de là, de rejoindre de nouveau Lüh.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Oblivion El'Galas le Mer 20 Juin 2018 - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Yuurei
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 297
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs(pnj Lilith), Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire :
Equipement:
 


Sac sans fond:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #17 écrite Dim 3 Juin 2018 - 11:14



Les vestiges d'un passé.
Un Rôdeur, un milicien, une garde dorée et un griffon libre.


Yuurei

Etat d'esprit: content
santé Yuurei : Bonne
Endurance : 15 (11+4)


La pièce où se trouve le Rôdeur semble se détruire, le sol et les murs tremblent de tout leur être et commencent à s'effondrer. Rapidement, le Rôdeur constate que l'endroit où il se trouve avec le Griffon est en sécurité. Seul endroit du labyrinthe en sécurité d'ailleurs à en juger par le décor environnant après ce tremblement de Terra au sein du temple d'Aer.

Yuurei se retrouve donc, stupéfait, devant le griffon autrefois plaintif et gémissant, mais aussi devant deux autres individus. Oblivion, soldat de la Garde Dorée et Valion, un ami de toujours ou plutôt d'un poil moins d'une décennies, se tenaient là, également. Yuurei regarde le griffon se redresser et s'asseoir avant... De se secouer les plumes à la manière d'un chien géant plein de poussières. Se couvrant instinctivement les yeux, le Rôdeur se détourne jusqu'à entendre la voix du fil d'Aer.

Visiblement, celui-ci s'appelle Ruinn et refuse son paternel. Compréhensible quand son paternel enferme sa progéniture dans un temple pendant des millénaires. Le Fils d'Aer semble reprendre du poils, ou plutôt de la plume, de la bête et commence a les fixer tour à tour avant de partir chercher de l'affection auprès de Valion qui ne semble pas non plus déprécier l’événement au vu de son rire joyeux. Arrêtant temporairement sa recherche d'affection devant celui qui est visiblement devenu son invocateur, Ruinn fouille l'équipement de tout le monde ou pose une question avant de nouveau quémander un câlin à Valion comme le ferait un chien affectueux vers son maître.

Ceci fit rire le Rôdeur, ouvrant sac et poche pour laisser le demi-dieu farfouiller dans son bardât d'équipements et de ressources, lui laissant même piocher dans ses sucreries s'il le souhaite. Le rôdeur restait ainsi, amusé et attendant que tous y soient passer avant de réponse aussi aux questions posées par le griffon. Cependant, le Rôdeur avait également rendu son salut à Valion pendant ce laps de temps ou l'ex-brigadier chef de la Milice avait affaire à un assaut d'affections du Griffon, ajoutant même un peu de taquinerie affective à la scène, content pour son ami.

Yuurei: - Bonjour mon ami. On dirait bien que tu es maintenant l'heureux responsable d'un oiseau-chat particulièrement affectif. Félicitation mon grand !

Le Rôdeur enchaîna ensuite envers la Garde dorée pour lui rendre son salut de part un geste habituel : le Salut militaire traditionnel de la Garde Dorée.
Yuurei:- Soldat Oblivion El'Galas, content de vous voir. En effet, Valion et moi, nous connaissons depuis très longtemps. Un type bien et un excellent Milicien doublé d'un excellent forgeron.

Yuurei laissait également un peu de distance avec Valion, pour le laisser respirer d'une part, mais aussi pour qu'il puisse finir ses présentations envers la Garde Dorée à côté de lui après avoir tendue une perche sur ses capacités pour ouvrir la discussion entre eux. Quand son tour vint pour les questions, le Rôdeur, redevenu Adjudant de la Garde Dorée depuis, lança de son ton naturel habituel

Yuurei:- - Je me prénomme Yuurei. Je suis Adjudant de la Garde Dorée à Lüh, j'ai repris du service, il y a peu de temps. J'aime la place du marché de Lüh et toutes ses odeurs qui s'y mélangent, les gâteaux et leur sucre navigant dans l'air, le fumet des plats mijotant, les couleurs navigantes de toutes les breloques qu'ils y vendent et la vie y grouillant de manière générale. Cependant, je ne suis pas un citadin, mais un homme des Forêts, c'est là que se trouve ma vraie passion. La nature, la campagne, les forêts et tout les milieux naturels et beaux paysages que l'on peut voir sur cette île et autour, j'aime les explorer, en apprendre et y vivre. Sinon pour ma couleur préférée heuu.... *** regarde la couleur de ses habits *** Vert, comme on peut voir.

Après avoir répondu aux questions du griffon, le Rôdeur s'effaçât peu à peu laissant le trio interagir ensemble, Ruinn avait sans doute envie de faire connaissance avec son nouvel ami et Oblivion et Valion, ne se connaissant pas encore, pourraient vouloir se présenter mutuellement eux-mêmes, comme des grands. Yuurei partit donc ainsi regagner sa maison au sein de la Forêt Faste. Il avait des choses à y faire et beaucoup de repos à prendre.




"Invité, sache que je t'observe."
Yuurei aime beaucoup parler et il s'exprime en color=#2745e6
Un jour, peut-être, entendrez vous Lilith vous parler en color=#3a7a3c, tachez de ne pas la vexer
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #18 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Les vestiges d'un passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je retrouve les vestiges de mon passé [PV Nim's]
» Vestiges du passé [PV : Noroi]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-