Les vestiges d'un passé.

Partagez | .
 

 Les vestiges d'un passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruinn
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 5
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 10 Juil 2017 - 13:07




Le fil d'Aer finit par se relever. Traînant à sa suite ce qui fut un plumage royal. Il ne laisse rien d'autre que quelques plumes dans son sillage, rien qui ne soit étonnant. Il doit y en avoir à tous les coins de cette cellule. Circulaire. Vaste. Avec des murs hauts, presque infinis. Un dédale, un labyrinthe, des méandres. Il ne se perd plus dans sa propre prison. Cela n'a pas toujours été le cas. Et ce, même si tout ceci vient de lui, au début, il lui arrivait de ne plus trouver le centre, car les salles changent, les couloirs se meuvent. Lui procurant la sensation d'être dans un nouveau lieu. Voilà longtemps que cela ne lui fait plus rien. Le jeu était amusant un temps. Maintenant cela tient plus de l'agacement lorsqu'il constate que la disposition n'est plus la même que la veille. Chaque mur est couvert de marques, griffé parfois fissuré par un lourd impact. Sur le sol de pierre, par endroit, recouvert de plumes, de poils, parfois de sang, se dessinent divers formes artistiques, rien de bien intéressant. Il erre, sans but, sans espoir, sans vie, dans les couloirs du labyrinthe. Faisant demi-tour à chaque impasse pour partir dans une autre galerie. Il connait tous les recoins, toutes les cicatrices de la pierre, toutes ombres, toutes torches. Le cercle sans fin, de la porte au centre en passant par les culs-de-sac. Dormir, il n'y arrive plus. La pauvre créature ne trouve pas le sommeil de lui-même, bien trop tourmenté pour se reposer, il lui arrive de sombrer dans un état léthargique par dépit. Surtout après s'être battu contre un mur ou deux, voire la porte de pierre elle-même. Cependant, aujourd'hui, il se promène dans le dédale vide et dénué de courants d'air. Le regard vide. Il lève la tête vers le plafond qu'il ne voit pas depuis le sol, cependant si il prenait la peine de battre des ailes, il verrait l'ensemble de la sphère piégée. À quoi bon ? Cela ne devrait pas être plus "beau" vu du "ciel". C'est vrai ça, à quoi ressemble le ciel ? Les couleurs... Voilà ce qui lui manque le plus, ce sont les couleurs du monde. Les flammes qui dansent sur la pierre ne suscitent plus rien en lui. Il veut voir les nuages, les étoiles, le soleil et son amante la lune. Il veut sentir le vent dans ses plumes. Observer les oiseaux. Nager. Manger. S'étendre de tout son long dans le sable pour prendre un bain de soleil. Il veut entendre le son d'une voix. Apprendre à faire d'autres pâtisseries. Savoir si la neige est aussi immaculée que dans ses souvenirs. Une autre impasse, se laisse tomber face au mur, ramenant sa queue près de lui. Dans l'attente interminable que quelqu'un mette fin à son supplice.
~ * ~

Épreuve:
 


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 172
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mer 21 Mar 2018 - 16:40

Oblivion était devant le Temple d’Aer les poings sur les hanches. Elle avait mérité son ascension, le voyage n’avait pas été de tout repos et elle avait laissé Wazzi à la petite auberge de Kelder, le dernier village un peu conséquent avant la montée des Monts Célestes, lui donnant tout le temps libre qu’elle souhaitait pendant qu’elle tentait sa chance avec un enfant de l’Air.

Elle était très heureuse d’avoir la fille de Terra avec elle, elles s’entendaient très bien et ses conseils étaient toujours avisés. Même son petit côté diva était amusant et attachant, elle était absolument adorable, si bien qu’on oubliait parfois que c’était une demi-déesse âgée de plusieurs millénaires.
Mais malheureusement, si Wazzi faisait de son mieux, elle ne pouvait pas toujours aider Oblivion dans son rôle de Garde Dorée et la jeune femme ressentait plus que jamais le besoin de s’entourer de personnes de confiance, sur qui elle pouvait compter.
Elle avait Simon, bien entendu, mais il ne pouvait pas toujours être là, et elle ne pouvait pas toujours se reposer sur lui, c’était la solution de facilité, et elle se refusait à être faible.

Ainsi donc, la voilà qui grimpe les marches du Temple pour y entrer, s'immobilisant un instant pour laisser ses yeux s’habituer à la pénombre de l’intérieur. Comme dans le Temple de Terra, tout était immobile, calme, déprimant. Une fois encore, Oblivion sentit son cœur s’alourdir dans cette atmosphère pesante, mais encore une fois, elle redressa les épaules et ouvrit la première fois qu’elle vit à sa portée et qui n’était pas ouverte, signe que le demi-dieu emprisonné là avait été libéré.

Aussitôt la porte refermée, elle se retrouva face à un mur où brûlait une torche. A droite et à gauche, des couloirs qui partaient pour se rejoindre dans une courbe assez large, donnant une impression oppressante de grandeur à la pièce sans que cette sensation soit vraiment confirmée. Quand la demoiselle en armure se retourna, il n’y avait plus qu’un mur derrière elle, la porte avait disparu.

Oblivion prit une longue inspiration et s’avança dans le couloir de gauche, lentement, en tentant de déceler un indice, quelque chose qui pourrait lui indiquer de quelle nature était l’épreuve de cet enfant divin. Mais il n’y avait rien, rien que des murs et des torches. Quelques plumes aussi, dont elle ramassa quelques modèles, prenant le soin de les examiner. Étaient-elles à l’Invocation prisonnière ici ? Ou des indices ?
Elles n’avaient pourtant rien de spécial, à part leur grandeur et leur couleur flambloyante et leur disposition dans ce couloir n’avait rien d’exceptionnel. La Garde Dorée opta donc pour la première option. Ainsi elle était dans la cellule d’un demi-dieu à plumes, peut-être même ailé. Elle enregistra cette information dans un coin de sa tête.

Le couloir arrivait à sa fin et il tournait à quatre-vingt dix degré vers la droite, semblait-il, vers le centre. Mais quelques mètre à peine à après, nouvel embranchement. Oblivion soupira légèrement. D’accord, elle était donc dans un labyrinthe. L’objectif était-il, du coup, de trouver le centre du dédale, sa sortie ou l’Invocation cachée à l’intérieur ? Y avait-il des pièges ?
Tout à coup, elle se figea et se raidit. Elle n’avait pas pensé aux pièges ! Elle s’était engagé là-dedans sans réfléchir à une stratégie, sans faire attention ! Quelle erreur de débutante…

Finalement, comme aucune flèche ne fondait sur elle, comme aucune trappe ne s’ouvrait sous ses pieds, elle reprit sa route, plus prudemment que la première fois. Au second embranchement, elle prit de nouveau à gauche, avant de se trouver face à un cul de sac après avoir prit un virage encore à gauche.
Dans le recoin, elle vit des tâches sombres, se baissant, elle les toucha prudemment. C’était du sang séché. Fronçant les sourcils, elle se posa de nouvelles questions. Du sang de qui ? D’un précédent humain ? Ou de l’Invocation elle-même ? Impossible de trancher sur cette interrogation mais elle nota que l’occupant de cette cellule était peut-être potentiellement dangereux. Il lui faudrait tendre l’oreille. Posant une main sur le pommeau de sa claymore, elle se redressa et revint sur ses pas pour prendre la voie de droite.

En passant devant un énième flambeau, elle s’immobilisa, fixant le côté du mur qui portait la marque d’un corps massif qui se serait jeté contre celui-ci et fronça de nouveaux les sourcils. La marque était assez grande pour indiquer que quelque chose de volumineux s’était acharné sur le mur. Si c’était l’enfant d’Aer, il était de grande taille en tout cas. Et vu les traces qu’elle visualisa un peu plus loin, l’enfant divin avait également des griffes. Ou quelque chose dans cette pièce avait des griffes. Tout cela n’était pas très réjouissant mais Oblivion ne céda pas pour autant à la panique et poursuivit sa route, rasant les murs, jetant un coup d’œil avant de tourner, prudente, en formation de combat, mais l’épée toujours au fourreau.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Yuurei
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Heise - Lian Yan Fang
Date d'inscription : 07/11/2014
Messages : 268
Double Compte : non
Liens vers la fiche : Un heureux chanceux
Elément : Terre
Métier : Rodeur.
Invocation(s) : SylveCrocs(pnj Lilith), Diya ( inactive)
Invocateur : aucuns
Inventaire :
Equipement:
 


Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 21 Mar 2018 - 21:06



Les vestiges d'un passé.
Un Rôdeur, une Garde Doré et une invocation en Ruinn


Yuurei

Etat d'esprit: prudent
santé Yuurei : Bonne
Endurance : 15 (11+4)

Une Forêt, Faste et abondante, une forêt d'une beauté inégalable. La Forêt Faste était la, protégeant en son être plus de vie qu'on ne pouvait voir. Une faune et une flore vivant en harmonie dans un paysage calme et passif d'un début d'Automne. Des branches bruissent au vent et les couleurs chatoyantes des feuilles vertes-oranges donnaient l'impression d'une danse sur un chant porté par le vent. Il y avait un trou dans cette Forêt Faste et dans ce trou vivaient un Rôdeur et une Herboriste qui, à ce qu'on dit, n'a pas un caractère facile.

Oh, ce n'était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante. Ce n'était pas non plus un trou sec, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger. Non, c'était un trou d'un Rôdeur et d'une herboriste aidée par des demi-dieux, Fils de Terra, ce qui implique le confort dans ce trou en bois.

Il avait une porte tout à fait ronde comme un hublot, peinte en vert, avec un bouton de cuivre jaune bien brillant, exactement au centre. Cette porte ouvrait sur un vestibule en forme de tube, comme un tunnel. C'était un tunnel très confortable, sans fumée, aux murs lambrissés, au sol dallé et garni de tapis. Il était meublé de chaises cirées et de quantité de patères pour les chapeaux et les manteaux. Le Rôdeur aimait les visites que l'Herboriste goûtait moins. Le tunnel s'enfonçait assez loin, mais pas tout à fait en droite ligne, dans le flanc de la colline au cœur de cette forêt. Chambres, salles de bains, caves, dépendances et celles-ci étaient nombreuses, penderies, cuisine, salles à manger, tout était de plain-pied et, en fait, dans le même couloir. Les meilleures chambres se trouvaient toutes sur la gauche en entrant, car elles étaient les seules à avoir des fenêtres, des fenêtres circulaires et profondes, donnant sur le jardin et la Forêt Faste qui descendaient au-delà jusqu'à la rivière.

Dans ce confortable trou en bois, se trouvait actuellement le Rôdeur qui refaisait le point de ses informations acquises auprès de l'Herboriste avant de partir remplir sa mission. Yuurei refaisait le point avec Lilith sur ce qu'elle savait sur le Temple de l'Air. Le Temple d'Aer... Yuurei devait y faire route une seconde fois en peu de temps. Toujours conseillé par Lilith, il y faisait route en partant de leur habitation dans la forêt avec pour destination les rudesses du froid et de la neige.

Une cape chaude, un peu de nourriture, des torchères, de quoi faire du feu ainsi qu'un bon duvet bien chaud sont pris dans les réserves et rangés dans le sac sans fond. De quoi boire, quelques douceurs sucrées et de quoi écrire aussi furent amenés. Tous simples crayons, craies et bout de papier qu'ils furent, ils pouvaient aider à prendre des notes pour aider Lilith a compléter ses écrits.

Le Rôdeur quitte donc ainsi leur maison en bois au cœur de la forêt Faste et il se met en route pour son aventure. Le temple d'Aer n'est pas si loin de cette forêt, léger avantage sur la situation. Pour la première partie du chemin, il n'y eut pas vraiment d'histoires notables, de légendes méritant d'être lues. Notre aventurier avait simplement suivi le convoi marchand faisant le chemin entre la ville la plus proche du temple d'Aer et Rorn. Un convoi sécurisé et habituel organisé par la Guilde Marchande. Ce fut une fois le convoi quitté que Yuurei prit sa carte et suivit le vieux chemin abandonné que Lilith lui avait indiqué.

L'avantage des chemins abandonnés et que l'on n'y croise jamais personne. L'inconvénient, c'est qu'il n'y a personne pour les entretenir du coup. Ce fut donc ainsi, à grands coups d'épée que le Rôdeur doit tailler la route au sens le plus littéraire possible du terme. Plus des ronces et des fougères, c'est de la neige que le Rôdeur se méfie, car se frayer un chemin dans ce tas de poudre blanche et gelée est compliquer et peu discret, car l'adage dit vrai : “Qui marche dans la neige ne peut pas cacher son passage.”

Finalement Yuurei réussi à rejoindre le Temple d'Aer et ce fut un spectacle magnifique qui s'offrait à lui. Certes plus désolant et beaucoup plus froid que son habituel temple de la Terre particulièrement fleurit, mais tout de même d'une beauté glacée à couper le souffle à plus d'un aventurier. Yuurei observe ce magnifique temple un temps, contemplant la magnificence et l'imposant spectacle que cette structure dévoilait, puis il avança d'un pas résolu vers la bâtisse en question, obscure, froide, sans neige et silencieuse... Ou presque. Le vent mugissant s'engouffre en un râle profond et bruyant jusqu'au cœur du temple.


Le Rôdeur entre doucement dans l'immense ouverture du temple du dieu des airs. Allumant sa torche, Yuurei contemple l'architecture intérieure de ce dédale de pierres blanches. Haut de plafond, travaillé, mais également sombre à cause du manque d'ouverture et ce malgré les dimensions imposantes du couloir principal. Le Rôdeur avançait au rythme des pierres claires dans un dédale de couloirs montrant de nombreuses portes de cellule. Il regardait les flammes dansantes de sa torchère projeter leurs ombres vivaces sur le sol de pierre a chacun de ses pas. Yuurei était dans un dédale silencieux coupé par le vent mugissant s'engouffrant dans l'imposante ouverture qu'est ce couloir silencieux et froid.

Finalement, Yuurei trouve la porte qu'il recherche. Elle est telle que Lilith le lui a indiqué et elle se trouve plus ou moins là ou l'Herboriste l'avait décrite. Une lourde porte de bois, sans doute du chêne ou du hêtre. Une lourde porte avec des charnières et des décorations métalliques dorée. Sans doute du zinc ou du laiton. Le Rôdeur pousse la lourde porte en bois et entre dans la cellule de celui qu'il est venu voir.

Cette cellule frappa de stupeur le Rôdeur. Yuurei avait vu plus d'un demi-dieu enfermé dans sa cellule et généralement, c'était un petit cagibi par rapport à la taille de la créature qui y était enfermé, mais celle-ci était ... Immense. Une succession de pierres sombres formaient une entrée dans une espère de dédale imposant. Une pièce circulaire dont la hauteur était à donner le vertige. Malgré son éclairage, le Rôdeur n'en voyait même pas le plafond, juste un grand voile de ténèbres là ou la lumière ne pénètre plus.

Pour un cagibi aussi immense, soit le demi-dieu dans cette salle à vraiment la place pour bouger soit... il est immense aussi. Yuurei se surprit l'espace d'un instant à imaginer un demi-dieu de la taille du manoir familiale. Pour le coup, il ne savait pas trop s'il devait éviter ou trouver l'invocation. Si celle-ci peu l'écraser par accident juste en se retournant cela pourrait vite être problématique. Cependant, il est trop tard pour reculer maintenant que Yuurei est rentré dans la cellule. Il va donc traverser ce tracé sinueux dans cet immense lieu circulaire. Il va lui falloir un fil d'Arianne pour marquer son acheminement le long des murs sombres de ce labyrinthe et le Rôdeur eut l'idée de marquer la pierre à la craie et de se faire un plan sur ses feuilles de papier fraîchement sorties de son sac sans fond. Il suffit de penser à faire une simple flèche indiquant la direction qu'il prend et un chiffre en dessous pour distinguer les flèches sur son plan et sur les murs pour se retrouver.

Le Rôdeur, ainsi préparer, commence à avancer dans ce dédale de pierres sombres. Il ne fallu pas longtemps pour que son esprit se mette également à vagabonder. Il se perdit bien rapidement dans un labyrinthe de pensées qui restaient vagues à cause de son impuissance à les exprimer en mots si bien que lorsqu'il se reprit, Yuurei venait de se rendre compte que son esprit n'était pas le seul à s'être égaré. Sa direction ne correspondait plus à son plan et il ne retrouvait plus ses marques suite a ce qu'il avait marqué sur sa feuille. Pas sûr d'aller dans la bonne direction, Yuurei avait maintenant l'impression qu'il s'enfonce dans le labyrinthe au lieu d'en sortir.

Ce fut au bout d'un moment d'errance que le Rôdeur vus des marques sur les murs, indiquant la taille de la créature qui devait être très imposante, même si moins imposante qu'un manoir finalement. Sur le sol de pierre, se trouvait une forme pour le moins artistiquement abstraite composées de plumes et de poils. Yuurei s'attarde un instant sur celle-ci. Noires blanches et auburn, ces plumes sont belles pour la plupart, mais n'appartiennent de par leur couleur, leur forme et leur taille, à aucun oiseau que le Rôdeur peut connaître.

Yuurei prend une des plus belles plumes de couleur Auburn qu'il y a dans ce tas et la conserve, souvenir de cette expédition. Il finit donc par reprendre la marche, non sans placer un repère à la craie et il avance en direction de ce qui semblait être des traces de griffures sur les murs et surtout des traces de sang sur le sol. Le Rôdeur ne sait pas s'il y a eut un combat ici et ni contre qui ou quoi, mais cela signifiait surtout que le labyrinthe était plus dangereux qu'il n'y paraissait vu le sang au sol.

Ce fut donc l'épée à la main directrice et sa torchère dans l'autre main que le Rôdeur avançait désormais. Il progressait avec la plus grande prudence dans le dédale jusqu'à voir au loin une grande masse dans l'ombre. Pas vraiment tapie, mais plutôt comme affalée contre le mur au loin. Yuurei ne savait pas si la créature l'avait vu, mais il décida malgré tout d'avancer vers l'ombre. Il verrait bien, une fois proche s'il est ami ou ennemi.




"Invité, sache que je t'observe."
Yuurei aime beaucoup parler et il s'exprime en color=#2745e6
Astriel nous fait souvent part de ses pensées en color=#ed1313
Un jour, peut-être, entendrez vous Lilith vous parler en color=#3a7a3c, tachez de ne pas la vexer
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 86
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 1 Avr 2018 - 18:40


Allongé dans son lit, vêtu de simples chausses, Valion contemplait le plafond de bois. Les rayons solaires ne pouvaient transpercer ni les hauts murs de Kelder ni ses parois montagneuses, néanmoins, le sommeil avait eu assez d’effet pour que le jeune homme se réveille naturellement. Les bras croisés sous sa tête, il profitait de quelques minutes de repos supplémentaires avant de démarrer cette journée. Autant rester maître de son temps quand c’était peut-être la dernière fois qu’il en disposait.

Tirant de ces pensées un sourire léger, il se leva pour se débarbouiller. Ce n’était pas la manifestation de l’inconscience et encore moins de la bêtise, seulement celle de la paix intérieure. Sans surplus de confiance, il assumait sa décision. Qu’il y survive ou non, là n’était pas la question. Une fois habillé et équipé, il descendit les escaliers pour régler l’aubergiste. Ce dernier l’interpella juste avant qu’il ne passe la porte.

« C’est vous qui avez la jument, là ? Je vous la garde combien de temps ? »
« Que voulez-vous dire ? »
« Vous allez au Temple non ? Je veux dire, votre avance suffit bien pour un mois d’entretien, mais j’en fais quoi si vous revenez pas ? » Cette interrogation légitime lui arracha un rictus peiné. À défaut de connaître les occupants de la bâtisse, il se rapprocha pour plus de discrétion.
« Passé ce délai, quand une patrouille de la Milice ou de la Garde se pointera, dites-leur qu’elle appartenait à un ancien soldat. Ils vous la prendront sûrement pour un prix correct. Je ne peux rien exiger, mais si vous pouviez éviter de la céder à n’importe qui, je vous en serais gré. »

Sur ces mots, il se dirigea vers les box adjacents à l’établissement. Safran, occupée à dévorer sa pitance, releva sa bouche pleine de foin à son approche. Profitant de sa compagnie encore quelques instants, Valion se remémora les paroles du chasseur avec qui il avait discuté la veille. Il existait un passage moins surveillé pour accéder au Temple de l’Air. Même si les premières chaleurs de l’été, quoique relatives en ces terres du Nord, adoucissait les esprits, il y avait eu des échauffourées entre la Garde et la Confédération la semaine passée. Les hommes gardant la route menant jusqu’à la prison des enfants d’Aer devaient dont être peu enclins à la négociation, et l’ex brigadier-chef n’était pas en mesure de satisfaire la plus audacieuse de leur demande pécuniaire. Fin prêt, Valion démarra donc l’ascension, emmitouflé dans son épaisse cape en laine.

Plus il s’élevait, et plus le vent rugissait. Que ce soit une exhorte ou une menace divine, il fut obligé de se couvrir presque entièrement la tête pour éviter que la neige lui gifle le visage. Et dire qu’il n’y avait pas l’ombre d’un nuage lorsqu’il était parti, la magie était véritablement surprenante ! Il fit de courtes pauses mais ne put admirer le paysage qu’une fois parvenu sur les dernières hauteurs, non loin de l’entrée de la prison céleste. L’air était plus clément, et le soleil du midi était revenu bercer le flanc des montagnes. Le grimpeur alpin tira de son sac un morceau de viande séchée et quelques graines pour se rassasier. Profiter de la vue et de la fraîcheur environnante, reprendre des forces et se préparer mentalement.

La première fois qu’il était entré dans un Temple pour passer l’épreuve d’un demi-dieu, Valion était hésitant, confus. La deuxième, il était sous l’influence de la peur, la colère, la détresse même. Et il avait survécu grâce à sa détermination. Aujourd’hui, son état d’esprit était bien différent. Non, ce n’était pas la folie qui l’incitait à mettre de nouveau sa vie en péril… Mûr de ces deux expériences, et toujours animé de cette passion qui le caractérisait, il faisait ici-même plus que jamais preuve de la volonté de rencontrer un être divin.

Lorsqu’il ne sentit plus le souffle d’Aer dans son dos, le voyageur s’arrêta. La porte en face de lui semblait étrangement lourde. En la poussant, il dut plisser les yeux pour s’habituer à la pénombre. Il allait finir par croire que toutes les cellules étaient plongées dans le noir, tel le reflet du sombre isolement enchaînant les captifs. Il saisit le flambeau à l’entrée avant d’entamer son avancée. Bien vite, le jeune homme réalisa qu’il se trouvait dans un labyrinthe. Il haussa un sourcil. Rien en sa possession ne l’aiderait à marquer son chemin. Pas assez prévoyant sur ce coup. Il conserva son calme, sachant qu’il ne sortirait que si le demi-dieu le souhaitait. Était-ce une illusion ? Le contact de la pierre froide paraissait véritable, mais, ayant déjà été témoin de la magie des enfants des Quatre, il savait à quel point la frontière du réel était difficilement dissociable.

Le plafond s’étendait jusqu’à perte de vue, ajoutant un degré d’oppression et une sensation d’écrasement aux murs déjà immenses. Valion progressait avec prudence et méfiance. La seconde se dissipa néanmoins peu à peu. Régnait sur les lieux une atmosphère pesante. Il tomba en premier sur les traces de sang séché, puis une plume, qu’il examina. Elle était abîmée. Si c’était à l’hôte des lieux qu’elle appartenait, il était en bien piètre état. Même les Collerets, pourtant élevés pour être mangés, partageaient une meilleure existence. Il hésitait encore entre attribuer ces nombreux signes à un combat ou au désespoir. Mais plus il déambulait dans ce dédale, plus il penchait pour la seconde définition. Il n’avait rencontré aucun danger, seulement la solitude.

Était-ce là le but de cette épreuve ? Était-ce seulement une épreuve ? Où était l’enfant d’Aer ? Il n’y avait que le silence et l’obscurité pour lui répondre. Et c’était exactement pour ça que Valion était là. Il n’avait déjà que trop réalisé l’ampleur de l’emprisonnement, éprouvé la détresse et senti poindre ce sentiment d’injustice qu’il désirait ardemment combattre.

Sans aucune emprise sur le temps, le jeune homme finit par s’immobiliser. Peut-être qu’il s’y prenait de la mauvaise manière. Il s’assit en plein milieu d’un couloir traversé à quatre reprises déjà, d’après les marques familières sur les murs. Son arme le gênant dans cette position, il la déposa sur sa droite. Les yeux fermés, il inspira une longue bouffée d’air avant de la relâcher paisiblement.

« Enfant d’Aer, si tu le souhaites, je te libèrerai de ta prison. »

Peut-être qu’il se trompait, qu’il aurait dû aborder sa progression de façon plus réfléchie, plus stratégique. Peut-être que le silence serait son éternelle réponse, et qu’il devait continuer à chercher un sens à ce dédale.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Eskel Merigold
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Kim Junghun
Date d'inscription : 21/05/2017
Messages : 36
Liens vers la fiche : Par là
Journal de bord
Métier : Brigadier dans la Milice
Inventaire : • Epée droite (Maniabilité 3/5, Tranchant 2/5, Résistance 3/5) [+4]
• Armure de qualité médiocre [+4]
700 T.
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 14 Avr 2018 - 0:21

Eskel

• Endurance: 10/10 +6
• Etat: Normal
• Attaque physique: 3 +4
• Tsuris: 965T.
• Arme:
Epée droite (+4):
 
Bouclier (+2):
 

Equipement:
 
Inventaire:
 

La milicienne regarde le grand bâtiment. La voilà de retour en ces lieux hantés par des âmes errantes. Elle soupire et resserre plus la fourrure sur ses épaules. Elle se serait bien passée de revenir en ces lieux, mais le besoin de puissance était tel qu'elle devait se faire violence et revenir ici. La jeune femme quelque peu suicidaire sur les bords s'avance et pénètre dans l'immense bâtisse, peu motivée à l'idée de retenter l'expérience d'une épreuve.

Toujours aussi calme, le vent s'engouffrait par l'entrée principale, emmenant avec lui quelques flocons de neige qui vinrent tapisser ce sol déjà glacé. Eskel laissa une main sur son pommeau, prête à dégainer en cas de problème. Encore une fois, elle entre dans l'une des cellules totalement au hasard, poussant sans difficulté une lourde porte de pierre. La magie des Dieux l'effrayait toujours un peu. Elle s'arrête. Un labyrinthe. La jeune femme soupire et s'adosse à un mur, incapable de se décider. Continuer à jouer au jeu de cet enfant divin ou s'en aller pour trouver quelqu'un d'autre de moins pénible ?

S'en aller était la meilleure des solutions. Elle n'avait clairement pas envie de rester ici et encore moins de jouer à cache cache. Laissons cet enfant divin se perdre dans sa propre cellule et les pauvres fous mourir de faim et de soif. Elle réajusta sa besace et son bouclier avant de faire demi tour pour sortir. Malheureusement, la magie opérait et il lui était impossible d'ouvrir la porte en pierre. Et puis quoi encore ?! Depuis quand ?
Eskel grogne, agacée par toute cette magie. Elle soupire de plus belle sans pour autant s'avancer dans le labyrinthe.

La jeune femme s'assoit sous un flambeau et croise les bras, réellement énervée à présent. Elle remarque à peine les murs abimés par ce qui devait être une immense créature. Un colosse à la puissance inégalée. Rien à faire, il fallait qu'elle se calme avant d'elle même détruire cet endroit par un moyen ou un autre. Son regard se pose sur les arabesques dessinées au sol, des arabesques qui commençaient à s'effacer doucement avec l'usure et le temps. Elle passe une main dessus et son regard se perds sur l'entrée du labyrinthe. Hors de question de s'engouffrer là dedans mais en même temps, pouvait-elle rester indéfiniment là ?

Oh que oui, c'est cette vile créature qui va venir à elle. Eskel ne se perdra pas dans ce dédale de couloirs et d'impasses.
Installée plus ou moins confortablement, elle sort de son sac un bout de viande qu'elle commence à mâchonner tout en regardant la carte de l'ile. Elle était déjà bien enfoncée dans les terres de non droit mais mise à part quelques escouades isolées, elle n'avait pas vu beaucoup d'hommes appartenant à la confédération. Cela la désolait de ne pas savoir où trouver Tarnac. Aer seul savait, car elle avait juré de n'écouter que le dieu du vent, a quel point elle avait envie d'enfoncer sa lame dans cet homme pour lui ôter la vie. Elle désirait vraiment prendre la tête de la confédération et faire bouger les choses à commencer par piller et saccager tous les villages pro princes.

Peut-être fallait-il également rallier à sa cause les pirates de la côte Est ? L'heure n'était pas à ces réflexions cependant. Terminant son morceau de viande, elle boit une gorgée d'eau avant de tout ranger. Elle était curieusement attirée par ce dédale. Finalement, peut-être qu'elle allait s'y engouffrer jusqu'à sa perte. Ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'elle risquait sa vie en dix années de service à la Milice.
La jeune femme se relève et paresseusement, commence à avance dans le dédale, sans faire attention aux murs déchirés et aux plumes abandonnées. Puis soudainement, face à un cul de sac, elle s'arrête, en proie à un nouvel excès de colère et d'agacement.

Chien d'Aer, se met-elle à hurler, montre toi et cesse de errer dans ce labyrinthe qui n'est que le reflet de tes erreurs passées !

Peut importait si elle était seule ou non. Cette invocation avait réussi à l'énerver en ne faisant rien. Cette invocation allait tâter du fil de son épée si elle décidait d'agir comme Valefor.

Viande de bibi séchée [-1] (39)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ruinn
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Charlotte Chambers | Kipine
Date d'inscription : 01/07/2017
Messages : 5
Double Compte : Shakahm
Liens vers la fiche : Ici ♪
Elément : Air
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Hier à 19:23


Yuurei:
 

Oblivion:
 

Valion:
 

Eskel:
 


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Les vestiges d'un passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je retrouve les vestiges de mon passé [PV Nim's]
» Vestiges du passé [PV : Noroi]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-