● Rahein ●

Partagez | .
 

 ● Rahein ●

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rahein
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 26/08/2013
Messages : 3
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mar 27 Aoû - 23:55


La vérité a mille yeux



Raven Speaks by Jeremy Soule on Grooveshark



    ● Identité

Nom: Rahein / Kargeth (Explication plus loin)
Prénom: /
Sexe: Masculin.
Élément associé: Air.


    ● Caractère


Au delà de la schizophrénie provoquée par un état d'aliénation plus ou moins avancé, il existe le dédoublement de personnalité volontaire et calculé. Ainsi, dans un même enveloppe corporelle naît deux entités qui collaborent, vivent et cohabitent ensemble. Le tout dans une parfaite union symbiotique sans que jamais l'une ne prenne le dessus sur l'autre. Car tout simplement, une de ces identités n'est que factice. Une simple façade créée pour tromper, pour duper quiconque voudrait de véritables renseignements sur le Né-des-Dieux.

Rahein est à la base. Il est celui qui réfléchit, qui façonne et qui manipule. Rahein est celui qui corrompt, qui ment et qui trompe.
Ce demi-dieu est le Seigneur du Mensonge. Ni plus, ni moins. D'abord dans un but de semer la confusion et de protection de sa véritable identité, de peur que ses frères et sœurs ne lui reprochent quoi que ce soit, il n'agit plus jamais en ce nom. Se faisant appeler autrement, simplement car il considère cette personnalité comme bien à part. Ce qu'il est au fond de lui. Ce qui ne doit pas ressortir, ce qui ne doit pas paraître.

Kargeth est la marionnette, l'appât, le piège. Né pour distraire et pour réduire à néant toute notion d'inquiétude ou de crainte à son égard. Kargeth est celui auquel on croit, en celui en qui on peut avoir confiance. En qui on peut se livrer purement et simplement. Il est bien élevé, trop même, obéissant, sans pour autant s'abaisser à une soumission aveugle et imbécile. Il donne son avis sur la question, mais ne conteste jamais ce qu'un humain ne pourrait lui demander. Kargeth est là pour aider les êtres humains. Il ne les aime pas particulièrement, mais il ne leur voue aucune haine, et ne cherche pas à les détruire, loin de là.
Cependant, il n'est pas non plus très chaleureux. Il fait penser à ces majordomes, d'une fidélité sans faille, qui travaille dans la maison familiale depuis des générations. Impassible, droit, un dévot au service de son maître.

Kargeth parle aux Hommes. Il apprend, communique facilement. Très curieux de nature, il voudra absolument tout connaître de qui il rencontre. Ses secrets, ses souvenirs, ses amours, ses haines, ses peurs, ses fantasmes, la couleur de son caleçon et combien de poils il a sur le postérieur. Toutes ces informations, il les note sur un journal qu'il ne quitte jamais et qu'il conserve précieusement depuis très longtemps.

Les deux entités n'ont pas très bonne mémoire. De ce fait, tout est référencé dans un grimoire très épais. Tenu uniquement par celui qui pense, pas celui qui agit.
Dedans, ce qu'il fait, ce qu'il ressent, ce qu'il vit. Ce qu'il aurait dû prévoir et ce qu'il envisage. Même si ses desseins n'ont pas à y figurer. Ils restent à jamais ancrés dans son esprit. Comme une obsession noire et morbide, qui le ronge chaque jour, qu'il contient avec peine.


Kargeth se renseigne et veut tout connaître des hommes. Au cas par cas. Ce qui risque d'être long. Mais pour peu que l'on s'accroche à lui d'une manière ou d'une autre, il s'arrangera toujours pour grappiller ce qu'il veut savoir. Au pire, il attendra un autre moment, plus opportun. Les humains se confient toujours. Tôt ou tard.
Kargeth donnera ensuite son avis et conseillera l'humain. Très communicatif, il échangera son opinion, donnera son point de vue, et tentera, si possible, de faire aller l'humain dans son sens. Même si ce dernier ne s'en rend pas compte ou ne le souhaite pas, il s'arrangera pour avoir raison, d'une manière X ou Y. N'y voyez pas là un simple but orgueilleux d'enfant, il ne cherche pas à montrer qu'il est le plus clairvoyant.
Simplement, il a besoin de la confiance des Hommes. De celui ou de celle qui sera en charge de lui. De s'en faire un... Ami.

Rahein est un personnage froid à première vue. Mais si on le perce à jour dans un moment imprévu, il s'arrange pour montrer une facette erronée de lui-même. Un peu dépressif, très pessimiste, il cherchera à se faire plaindre, à attirer la pitié. Encore une fois pour désarmer quiconque aurait compris ou trouvé son véritable nom.
Adoptant alors un humour noir et cynique, il cherchera à faire rire la personne, à détourner son attention, pour petit à petit, revenir sur Kargeth et assimiler ces traits de personnalités à sa façade habituelle.

Rahein n'en veut pas à l'être humain et ne cherche réellement pas à lui faire du mal. Ce qu'il désire, ce qu'il recherche, c'est avant tout un humain naïf. Qu'il pourra manipuler sans problème dans le seul but de récupérer une partie de ses pouvoirs. Mais sans le forcer, sans le contraindre. De manière générale, l'humain n'aura d'autre choix que de le faire de son propre chef, si il veut avoir une invocation un tant soi peu utile.
Le jeu consiste simplement à le tourner dans son sens, à le ramener sous sa coupe. A devenir le véritable maître. Pourquoi pas, par la suite, le commander plutôt qu'à recevoir les ordres. En faire un pion.
Son objectif n'est pas les humains en eux-même. Simplement ses frères et sœurs. Responsables de la création des Hommes, de leur punition collective, ils doivent payer. Peu importe qu'ils soient de Terra, d'Aqua... Ils doivent disparaître de la surface de l'Île. De manière définitive.
Trouver un moyen de les tuer, ou simplement les condamner à rester à jamais dans leur prison, pour ainsi être le dernier des demi-dieux, au service d'un humain manipulé et asservit, devenant ainsi le seul être au dessus des autres. Maître incontesté et absolu. Son humain n'aurait qu'à prononcer quelques ordres qu'il lui aurait auparavant soufflé à l'oreille et ils "partageraient" ce pouvoir. Le temps de vie de son invocateur serait largement suffisant pour lui de se créer une secte d'adorateurs aveugles qui se chargeraient de prendre la relève. Ainsi, il ne serait jamais plus inactif dans sa prison. Et tout recommencerait, changeant d'humain de temps à autres.

Rahein est un monstre d'égoïsme. Haineux mais pas colérique, il n'extériorise jamais ses sentiments. Il ne se répand pas sur ses émotions pour les partager aux autres. Le demi-dieu met tout en oeuvre pour que chacun de ses faits et gestes soit calculé et purement réfléchis. Ce qui est souvent le cas.

De manière générale, que ce soit de Rahein ou de Kargeth, il paraîtra toujours sûr de lui. Un véritable bastion de foi et de confiance en soi. Il ne flanche jamais, ne failli jamais, ne doute jamais. Véritable source de savoir inépuisable, aux premiers abords, il répond à toutes les interrogations de manière claire et précise. Ses paroles semblent sincères, franches et honnêtes. Même si son enveloppe corporelle ne respire pas la paix, il brise souvent cette inquiétude par une simple phrase.


    ● Physique


Son corps n'est peut-être pas la chose la plus reluisante chez lui. Loin de là. Son enveloppe corporelle peut faire peur à pas mal de monde. Ou même simplement inquiété. Qui ferait confiance à une masse grisonnante, dissimulée derrière une grande cape déchirée et flottant au dessus du sol et dénué de jambes ?

Rahein est souvent décrit comme un sac d'yeux. A raison. Son corps décharné et torturé n'est que muscles atrophiés et terminaisons nerveuses apparentes. Ses veines bleutées ressortent de sa peau grise pâle. Son visage n'est qu'un crâne informe sur lequel se loge de multiples yeux rougeoyants, brillants dans le noir. Au nombre de dix, ils n'ont pas tous la même taille, ni la même intensité. Celui le plus au centre est sans doute le plus important, le plus expressif et... Le plus inquiétant. Les yeux sont potentiellement les parties les plus vivantes et qui transmettent le plus facilement les émotions. Aussi, il est facile pour lui de "jongler" entre ses yeux pour véhiculer ce qu'il souhaite faire apparaître. Si il souhaite se faire apitoyer, il jouera de ses deux gros yeux ronds situés au centre de son visage, refermant le principal. Si il souhaite prendre un air plus sage, plus discret, il n'ouvrira que les plus élevés, lui donnant un petit air hautain. Si il venait à ne pas être d'accord avec un ordre donné, il mimera son mécontentement en ne faisant apparaître que ses trois yeux les plus bas, forcément les moins grands et les plus refermés sur eux-même, lui donnant un air un peu "blasé". Lorsqu'il est confus, il s'amuse à en ouvrir et en fermer de manière alternative et dans un rythme irrégulier.

Lorsqu'il est en colère, il ouvre tous ses yeux, qui laissent apparaître des veines cramoisie. S'ouvrent alors également ses deux grands yeux présents sur son ventre, perçants les deux trous prévus dans sa cape pour cet effet.
Sa cape, parlons-en. Un simple tissu, composé en lin et peut-être... En soie... Et peut-être un peu de laine aussi... Le résultat est plutôt sale et de couleur terne, proche d'un noir délavé et trop usé par le temps pour pouvoir être considéré comme tel. Il dissimule habilement tout ce que le demi-dieu ne veut pas montrer. Approximativement tout.
Il joue de son physique "difficile" alliant ça à la malédiction des dieux. Véhiculant l'idée qu'il était si beau qu'il était un affront aux Dieux eux-même et que donc, ils lui avaient retiré cette beauté, le condamnant à devoir se cacher pour ne pas effrayer quiconque poserait les yeux sur lui.

Ce linge laisse apparent ses deux longs bras fins, sur lequel on définit clairement des os. Ses mains se terminent par de longs doigts crochus et parcourus de veines blanches. Son visage est caché par une capuche pointue ample. Cela ne suffit pas à cacher ses yeux luisant mais bel et bien sa bouche. Dépourvue de lèvres conventionnelles, elle n'apparaît que si on ne regarde que très attentivement son anatomie. Lorsqu'il ouvre sa gueule, de la bave en sort immédiatement et laisse place à de grand crocs pointus et désordonnés, ainsi qu'une langue râpeuse sécrétant un mucus noirâtre qui s'écoule et suinte abondamment. Elle peut parfois faire penser à un tentacule plus qu'à un appendice qui lui servirait de langue.

Son corps se termine par la terminaison logique de sa colonne vertébrale. Sauf qu'il n'y a plus rien par la suite. Pas de jambes, pas de coxys...

Il laisse donc miroiter la possibilité de retrouver sa "véritable forme". Très proche de celle d'un humain. Qu'il ne pourrait retrouver qu'avec une partie de ses pouvoirs. Ce qui est en partie vraie. Sauf que, la beauté étant très subjective... Sa "véritable" forme n'est là que pour représenter une version terminée de ce qu'il devrait être. Le rendant moins -visuellement- faible, moins vulnérable. Moins fantomatique et plus appropriée pour un tyran, elle n'en reste pas moins proche de ce qu'il est à l'heure actuelle.
Le linge crasseux laisse simplement place à quelque chose de plus entretenu. Ses membres décharnés laissent place à des armures de métal, sa capuche dissimule entièrement ses multiples regards, et on pourrait presque croire qu'il possède des jambes grâce au tissu qui recouvre le bas de son corps.
Avec une partie de ses pouvoirs en plus, il pourrait récupérer ses ailes, toutes droits tirées des cauchemars d'un enfant. Elles ne semblent pas présentes, qu'un murmure, une brume squelettique, donnant ainsi un aspect plus morbide à son apparence.
Il y gagne également deux faucilles aux proportions légèrement démesurées.

En réalité, cette apparence est à l'image de Kargeth. Elle n'est que du vent. Une illusion. Plus impressionnante, plus spectaculaire, elle n'est là que pour effrayer. Il l'utilise pour les discours, pour se donner l'air plus humain. Mais elle n'est rien de plus qu'un accessoire. Un masque.

Cette apparence est très éloignée de l'idée que l'on pourrait se faire d'un fils d'Aer. En général associés à la lumière, au ciel, lui revêt plutôt les aspects de la foudre, du tonnerre, du ciel nuageux. Ses vêtements lugubres, ses airs fantomatiques le démarquent d'une majeur partie de ses confrères.
Sous cette seconde apparence, il mesure plus d'un mètre quatre-vingt dix, campé sur ce qui devrait être ses guibolles mais où il n'y a que du vent.

Spoiler:
 


    ● Vie

Histoire:

Spoiler:
 

Heinan s'appuya sur le grand pupitre de pierre de ses deux grandes paluches. Saisissant la couverture, il ouvrit le livre avec fermeté et assurance. Le bruit sourd du cuir relié, tapant contre la roche résonna dans l'immensité de la pièce remplie de néant. Un peu de poussière se souleva dans les airs, qu'il s'empressa de balayer d'un revers de la main. Il se mit à lire cet étrange grimoire entreposé ici.


Épilogue : Avant.


Avant, tout était calme. Il n'y avait pas de quoi se plaindre. On pourrait même dire que certains d'entre nous étaient dénués de conscience. Nous exécutions les ordres. J'ai toujours eu cette forme. J'étais l'oeil du ciel. Je surveillais le monde depuis les cieux. J'étais une balise, un éclaireur, qui relayait les infos pour mes frères et sœurs. Puis je m'occupais des orages, parfois, ou m'occupait d'autres choses sans importance.

Je n'étais qu'un pantin articulé et contrôlé par la volonté de mes créateurs. J'oeuvrias selon leurs volontés. Rien de plus.

A l'heure où j'écris ces lignes -L'heure, encore une marque temporelle bien courte inventée par nos amis de chair et de sang-, je les surveille et les épies depuis les airs.

Silencieux. Je dois dire que tout cela me laissait perplexe. On s'éloignait un peu du pourquoi nous étions là. Mais au final, ce n'était que des animaux comme les autres. Avec un peu moins de fourrure.
Je ne leur donnait pas 6 mois. Pour mourir de créatures quelconques ou de l'hiver qui les attend.

Au final, je m'eusse tromper.

Non seulement ils n'avaient pas disparu de manière prématurée, mais en plus ils tuaient les autres animaux. Ils développaient peu à peu de véritables facultés intellectuelles et une petite conscience. Cela ne m'avait pas assez bousculé à l'époque. Aujourd'hui, je me dis que j'aurai dû y faire plus attention. Mais les effrayer en déchirant le ciel, en le balafrant d'éclairs m'amusait follement.

Et puis, ils sont attachants. Ces petits singes savants.


Jour 1 :

Je considère aujourd'hui comme étant le premier jour. Le jour où je me suis servis des prémices de la technologie humaine pour écrire ces quelques lignes, les coucher sur du... Papier, comme ils appellent ça. Ce sont les fils de Terra qui doivent gueuler. Si ils savaient avec quoi il est fait.

Enfin, ils doivent savoir.

Ils n'ont bien que ça à faire de leurs journées.


Jour 2 :

Enc... qu... tou... ceci n'... pa tr...

Au point. S'en suit un flot de ratures et de tâches.

Les humains ont de bonnes idées et prennent des libertés là où nous n'avons jamais eu l'audace d'y songer. Cependant, tout ça n'est pas très au point. Je fais de mon mieux pour les aider, pour les faire avancer. Mais quoi qu'on en dise, pour l'instant.
L'encre, c'est de la m... Une nouvelle tâche apparaît sur le papier, dissimulant opportunément un mot grossier.


Jour 3 :

Je note jour trois, amis en réalité, cela fait une éternité que je ne tiens plus les comptes. Cette idée de marquer les jours me vient d'un Homme. Cependant, leurs repères temporels sont juste risibles. Heures ? Minutes ? Secondes ?
Ces marques sont si éphémères, si... Risibles. J'ai tenté, avec leurs méthodes, de calculer le temps passé au service d'Aer sans avoir notion du "temps" tel qu'ils le perçoivent.

En réalité je n'y suis parvenu. Je doute même qu'ils viendraient à me croire si je leur en donnais le résultat.


Jour 36 :

J'essaie d'être plus... Rigoureux dans mes comptes et mes prises de notes. Cependant, je m'applique aussi de plus en plus à leur contact qu'à leur observation pure et dure. Mais je ferai mieux de m'éloigner un peu d'eux pour quelques temps.


Jour X : Parce que je ne sais pas compter, en fait.

J'ai tenu parole. Je suis retourné les observer de loin. Au final, je les ai même perdus de vue pendant un moment, retournant à ma besogne d’auparavant. On les quitte quelques temps et voilà. Ils développent une "Civilisation". Le principe est plutôt simple, mais ingénieux. Ils vivent entre eux... Mais définissent des camps et des "Cultures" différentes. Je ne suis pas sûr de saisir toutes les subtilités.


Jour :

Il fait jour au moment où j'écris ces lignes.


Nuit :

Et là, Nuit. Les humains développent un concept humoristique basé sur l'utilisation de mots pour former de nouvelles phrases, les déformant, les altérant...

C'est puéril. Je pense ne pas briller par mon "humour", de toute façon.

Mais divertissant.

Et dix vers tissant, ça fait rapidement des vêtements, au final.


Un rire interrompt la lecture d'Heinan. Une forme ombragée sortit des ténèbres de la pièce, pourtant vide auparavant. L'homme crut même instant que cette pièce ne renfermait pas d'invocation et qu'il s'était trompé. Prenant cet endroit pour un genre d'entrepôt vide où un registre aurait été oublié.
Voyant cette chose informe, des dizaines d'yeux luisants le fixant dans l'obscurité, il fit un pas en arrière par réflexe.


"Continue de lire..." prononça alors une voix d'outre-tombe terrifiante. La voix était... Apaisante, monocorde. Mais le ton utilisé était sec. Le son se répercuta dans toute la pièce et provoqua un faible écho. Ne voulant contrarier son hôte, l'homme reprit sa lecture. Jetant de bref coup d'oeils devant lui, gardant en vue celui qu'il ne pouvait voir clairement.




Les jours sont nombreux :

Un humain m'a manqué de respect. Ils prennent leurs aises. Cependant, même en ayant appris l'humour, je lui ai à mon tour enseigné ce qu'était l'humilité.
Sa carcasse brinquebalante était très instructive. Je n'ai pas participé à leur création, j'ai été très surpris de voir comment c'était foutu à l'intérieur.
L'expérience est à réessayer.


Un soir où la lune est pleine :

Les habitants d'un village s'inquiètent de la disparition de quelques-uns d'entre eux. Enfants, femme, homme... Nouveaux-nés.
Ils ne comprendraient pas que j'ai besoin de leur enveloppe pour... Pour voir comment ça fonctionne.
Le plus dure, au final, c'est de les garder en vie pendant toute la durée de mes... Opérations.
J'ai entendu parlé de la méd... Médeucine. Médssine. Je ne suis plus sûr de moi. Mais ils arrivent visiblement à préserver leurs corps des maladies et des blessures. Je vais voir avec eux si il n'existe pas un moyen d'effacer la... "Douleur". Encore quelque chose d'humain.


Jour 3000 :

En combinant plusieurs éléments différents, il est envisageable de créer des... Aberrations ? Je tente, à l'heure actuelle, de créer ma propre... Humanité. Sans âme. Asservie. Docile.
Un patchwork de plusieurs d'entre eux est idéal. Malheureusement, ça ne vit pas. Ce n'est rien de plus qu'un sac à viande immonde et dégoulinant. En détachant les parties d'un humain et en les recollant dans le bon ordre, ça ne fonctionne plus. Même après avoir déchargé sur lui de quoi réveiller un comateux pendant plusieurs siècles.

Décevant. Très décevant.


Jour 3456 :

Les humains ne sont plus aussi dupes qu'avant. Et surtout, bien trop nombreux. Certains m'ont vu en compagnie de disparus, maintenant, ils se méfient. Il est temps pour moi de changer d'apparence. De leur ressembler.


Jour 7850 :

Ma nouvelle forme est un succès. Leur technologie est idéale. Ces vêtements sont tout à fait appropriés, ce qu'ils appellent des "armures" est fortement sympathique. Seulement, je trouve qu'ils ont vraiment sale gueule. Ces humains. Aussi, sous ma capuche, j'ai décidé de ne pas laisser apparaître un visage humain. Certains trouvent ça inquiétant. Mais comme j'ai leur allure, leur démarche, leur morphologie... Tout devrait aller mieux.


Jour du Seigneur :

Ces humains sont... Manipulables. J'ai peur de ne pas être le seul sur le coup. Un fils d'Aqua, se faisant appeler Ymaël a crée ce qu'il aime à nommer fièrement une secte. Cet enfant prétentieux ne sait rien de plus que ne je sais déjà. Il a des humains qui le vénèrent, comme si il était un Dieu. Un de nos parents.
Visiblement, ça ne dérange personne. Certains s'amusent à les tuer. D'autres les ignorent. Au fond, il a raison.
Pourquoi ne pas s'en servir... Pour se distraire un peu ? Ils sont si nombreux, après tout.


Génocide :

Ce mot me plait. Il n'est pas amusant de détruire ou de battre à mort un être humain. Ils sont bien trop fragiles pour offrir un spectacle ou une prestation digne d'un quelconque intérêt. Même en très grand nombre, ils ne peuvent rivaliser. De toute façon, nous sommes immortels, pas eux. Sur le long terme, il nous est impossible de perdre une quelconque lutte.
Quelle que soit leur technologie.

Avec ce fils au service de l'eau et du gel, nous équipons nos petits sectaires. Les siens sont en armures de cuir, portent des petites cellérières et sont armés de gourdins, de masses, de morgensterns... Ils ont un tabard bleu absolument ridicule.
Les miens, eux, ont des capuches pointues. Bien qu'ils n'aient pas d'armures, sauf pour les plus importants d'entre eux, que je m'amuse à considérer et à appeler mes "Lieutenants" -Qui eux portent des armures de métal-, ils portent fièrement des claymores ou des espadons.

Pour la gloire et pour nos faveurs, ils sont prêts à se mettre sur le groin. Qui de nos frères, pour nos bonnes grâces, s'amuseraient à se lancer dans une lutte fratricide millénaire ? Aucun.

C'est ce qui est si divertissant avec l'être humain. Ils évoluent. Ils sont imprévisibles. Et fragiles.


Les jours heureux sont si loin à présent :

Cela fait longtemps que je n'ai pas tenu cet ouvrage entre mes doigts crochus.
Pour conserver ma secte plus longtemps, j'ai utilisé ma forme humaine pour me créer une seconde identité. Kargeth. Il vivait pleinement avec eux et intervenait dans les conflits.
Puis Ymaël m'a assassiné sur le champs de bataille. Le jeu était finit. Mes troupes se sont éparpillées, ou ont été exécutées.
Ma vengeance fut accomplie quand le gourou de ses sectaires a cru bon de sacrifier des vierges au nom de leur bienfaiteur.
Cela paraissait une bonne idée. Jusqu'à ce que des guerres éclatent au sein même de ses disciples.
Le groupe dissident a massacré le Gourou. Puis après, je n'ai pas bien suivi. Ils se sont plus ou moins suicidés de manière collective, par ordre de leur maître. Il devait être lassé.

Le concept essouffle très vite. Au final, une secte c'est drôle pour un humain. Avec leur vénalité et  leur cupidité c'est un bon moyen de gagner quelques tsuris. Mais pour nous, cela ne nous sert qu'à des joutes stériles.
On s'en lasse très vite finalement.


Kargeth :

Il me sert beaucoup. Changer d'apparence et de personnalité dispense le doute et le confusion chez mes frères comme chez les Hommes.
Il serait amusant d'envisager un monde où nous ne serions plus. Où les humains seraient livrés à eux-même.

Ils ne tiendraient pas longtemps. C'est certain. Nous sommes indispensables.


Trop loin :

C'est là où ces petits sacs à viande vont. Trop loin. Ils ne respectent plus grand chose. Ils souillent la Nature. Bon, ça ne me dérange pas outre mesure. Mais ils commencent à entacher le ciel.
Je vais les empêcher de nuire à ces petits trous du c...


Trop près :

C'est là où j'étais lorsque j'ai découvert leur nouvelle technologie. Je pense ne plus pouvoir m'approcher d'eux avec agressivité comme je l'ai fait avant ma convalescence.


Plusieurs pages semblent avoir été arrachées. D'autres sont couvertes de ratures. Des mots sont lancés à droite et à gauche, écrits en énorme ou en très petits. L'écriture devient alors très irrégulière et torturée. Puis une page semble revenir à la normale. Les lettres redeviennent droite, les mots alignés dans un ordre cohérent et les phrases compréhensibles.





Ce qu'ils nous ont fait.
Nos propres créateurs nous ont livré à nos créations. Peut-on parler de justice ? Je ne sais. On ne peut les blâmer d'avoir voulu punir ceux qui se sont pris pour eux. Ceux qui n'ont pas écouté, ceux qui ne se sont pas contenté de remplir la fonction à laquelle on les avait attribué. J'avoue moi-même m'en être écarté.
J'ai hésité à me débarrasser de ce livre. Tout ce qu'il contient n'est plus que souvenirs.
Que mensonges.
Songes. Songes lointains.

Enfermé entre quatre murs pour l'éternité. Je feuillette ce livre très vide que les Dieux m'ont laissé le droit d'emporter. Comparé à beaucoup de mes frères, j'ai de quoi m'occuper l'esprit ou les mains tout du moins. Je doute que cela me suffise bien longtemps.
Les sujets vont très vite me manquer. Pourquoi écrire, si je n'ai plus le loisir de me mouvoir où bon me semble. Si je ne peux plus profiter de ma liberté d'antan.

Je ne pense pas que cette punition soit injuste. Loin de là. Je pense que mes frères et moi-même méritons notre sort.


Jour 256 depuis mon enfermement :

Encore une fois, je pense perdre rapidement les comptes. Je vais profiter de mon ennui pour raconter un peu le conflit qui nous a opposé à l'humanité.
C'est plutôt simple. Ce que je pensais impossible est arrivé : Nous sommes devenus des êtres humains. Des frères, de la même race, de la même famille, des même créateurs. Nous nous sommes divisés, puis mis sur le nez. Seulement, seuls les humains en sortiraient perdant.
Ceux contre l'humanité étaient immortels, comme ceux qui les protégeaient. Sur le long terme, le camp des destructeurs l'aurait emporté. Créant une haine aveugle chez les autres. Cette punition n'a fait que réinstaurer l'ordre.

Mais pas suffisamment. Nos pères ont fait preuve d'un laxisme confondant.
Comparé à beaucoup des miens, je ne tiens pas l'Homme comme responsable de notre sort. Non, les responsables ce sont... Les demi-dieux. Nous.
Eux.


Visites :

On vient me voir de temps en temps. Des humains. Perdus. Ils ne répondent pas correctement à mes questions. Je les laisse partir. Ils me rappellent ceux que j'ai aidé, ceux qui m'ont donné goût à la curiosité. Ils sont encore si naïfs, si chétifs.
Ils ne devraient pas s'approcher des autres. Nous aurions dû disparaître.
Coincés à ce niveau-là, ils sont inoffensifs pour le monde qui les entoure. Au pire, comme avant, ils s'auto-détruiront et alors, la nature fera le reste. Au final, nous sommes devenus obsolètes.
Aer aurait dû me tuer. Me faire disparaître. Cette échappatoire aurait été bien plus douce, plus facile à avaler.
Mais quelque part, si je suis encore là. Si nous sommes encre là c'est pour une bonne raison.
Un nouveau but, un nouvel objectif. Je vais aider l'être humain.

L'être humain à prendre la place qui leur est due. Je vais faire d'eux les maîtres du monde.
En les débarrassant des miens, ils vivront en paix. Nous ne pouvons rien leur apporter que la haine et le conflit. Certains sont trop corrompus, trop rongés et aveuglés par leur malédiction. Je pense que la solitude et l'enfermement nous affecte bien plus qu'on ne voudrait le croire.

Nous sommes une race qui se meurt, qui se dégénère. Le temps nous afflige bien plus que l'être humain. Leur carcasse, leur corps meurt et pourris mais leur esprit en demeure intact.
Notre âme s'effrite et se consume, altérant notre jugement et notre façon de voir les choses. Nous avons perdu notre naïveté, notre innocence. Nous savons tout, nous avons tout vu. Nous sommes nés, et nous avons vu notre monde mourir, se détruire. Nous aurions dû disparaître avec lui.

Les Hommes ont mérité notre place. Ils la gâcheront, tout comme nous. Puis ils disparaîtront et d'autres entités prendront leur place. Ainsi, la pérennité de l'éternité sera intact et une continuité logique perdurera à travers les millénaires. Les Dieux s'amuseront à nous recréer pourquoi pas.

En attendant, il faut que je sorte d'ici. De ma prison, mes desseins resteront inaccomplis.

Kargeth sera mon nom. Les cul-terreux ne le connaissent pas. Les anciens oui. Pas eux. Lumière dans les ténèbres, je leur montrerai la place qui est la leur. Je vais les unifier et les faire prospérer. Sans les miens. Sans mes frères.

Il me faut le plus naïf d'entre eux.

Ainsi, je pourrai me débarrasser de mes frères.

Un à un.

Quoi qu'il m'en coûte. C'est pas comme si j'étais immortel et emprisonné à perpétuité dans une prison froide et humide. Pourquoi j'écris ça moi ?



Finissant la lecture, Heinan souffla un coup. Il ne comprenait pas tout. Le style d'écriture n'était pas le même du début à la fin. Comme si l'auteur n'était pas le même. En regardant au dessus du pupitre, plus rien. Plus de lumière, plus d'yeux. Se retournant, il bondit alors, manquant de renverser le livre qu'il retint alors de justesse. Rahein se tenait là, silencieux. Seul deux pupilles s'éclairaient dans sa cape ample et déchirée.

"Cela vous a... Plu... ?" Souffla-t-il lentement à son interlocuteur, paralysé par l'inquiétude et le doute.

"Je... Oui... Oui... Bien sûr."

"Pourquoi... L'avez vous... Ouvert ?"

"Je... Il n'y a que ça dans la pièce... Je..."

"Vous étiez curieux... ?"

"Oui. Oui. Voilà... La curiosité. Un vilain défaut. Mais... Cela n'arrivera plus. Je m'en vais. Voilà... Je disparais, je m'en vais..."

"Vous n'êtes pas celui que j'attends. Oh non."

Le fils d'Aer marqua un silence que l'homme respecta. Plus parce qu'il était tétanisé qu'autre chose en réalité.

"Vous savez que je ne peux vous laisser partir."

"C'est... Un genre de piège, c'est ça ? Vous vous amusez à tuer les humains qui rentrent dans votre prison, c'est ça ?!" Dit Heinan sur un ton colérique. Ce dernier se sentait pris au piège, se disant qu'il avait fait le mauvais choix. Du regard, il cherchait une issue de secours.

"J'ai laissé la justice me rendre aveugle. A présent, la vérité ouvre les yeux. Elle vous brûle. Vous ne devez savoir. Vous ne pouvez savoir."

Heinan tenta alors de fuir, ne comprenant rien aux mots du demi-dieu. Cherchant la sortie, il atteint la porte rapidement en quelques foulées. Il faut dire que la pièce, aussi grande puisse-t-elle paraître par manque de mobilier et de décoration, n'était pas si vaste que ça. Rahein soupira et le suivit de loin.

"Votre épreuve est la suivante. Affrontez-moi. En détruisant mon enveloppe, vous sortirez."

Heinan, savait qu'il ne pouvait rien. Sa curiosité l'avait condamné à combattre un demi-dieu. Mais peut-être que tout cela était le test. Au fond, il voulait peut-être simplement savoir si il aurait le cran de l'affronter. Mais oui, ça devait être ça. Juste savoir si un homme serait assez brave pour le combattre. Il suffisait de ne pas s'avouer vaincu. S'armant de son courage et de sa dague, il la pointant en direction du demi-dieu.

"J'accepte votre défis. En g..." N'eut-il pas le temps de finir sa phrase que Rahein lui attrapa le bras d'une de ses grandes mains griffue. D'un geste vif et précis, il lui brisa littéralement les os, lui retournant le coude et provoquant une délicate fracture ouverte. Ne lui laissant pas le loisir de s'égosiller de cris de douleurs, il s'arma du même bras pour lui passer en travers de la bouche, transperçant la chaire et les muscles sans trop de difficulté. C'est pratique les ongles longs, parfois.

Rahein n'aimait pas spécialement faire ça. Mais en réalité, il aurait difficile de lui expliquer qu'un demi-dieu s'était assoupit l'espace d'une seconde. Que dans ce moment d'inattention un plouc en avait profité pour ouvrir un bouquin qu'on ne devait jamais lire pour des raisons évidentes de crise d'identité. Pas de bol. C'est tout.
Et puis de toute façon, il faudrait bien passer pour là pour renvoyer ses amis demi-dieux dans leur prison. Ceux qui sont dehors, il n'y a qu'un moyen de les renvoyer dans leur geôle. Pourfendre le groin de leur invocateur.


Condamné à perpétuité, n'ayant que son livre comme occupation, ses deux faucilles démesurées comme décoration. Dernier vestige intact de sa vie d'avant. Il reprendrait cette forme reluisante qu'était celle de Kargeth. Ce long manteau noir, ces armures de plaques, il pourrait à nouveau porter fièrement ses armes. Pour instaurer la peur, l'effroi. Pas chez les Hommes. Mais chez les siens.

En attendant il n'avait d'yeux que pour la porte. Et il en a une dizaine.
Depuis qu'il fixe inlassablement l'entrée de sa prison, son livre reste fermé. Les pages elles aussi condamnées à attendre.
Attendre qu'une page se tourne.


    ● Hors Jeu

Comment avez vous découvert ce forum? Par la poste.
Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? Intriguante.
Comment trouvez vous le design de ce forum? Design.
Avez vous lu le règlement? Chaleur ?
Avez vous vu le tchat? Non.
Savez vous comment voter pour le forum? Non plus.




© Halloween sur Never-Utopia

▲ Succès ▲


Dernière édition par Rahein le Ven 6 Sep - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Sam 31 Aoû - 15:48

Bonjour Rahein !

Je ne trouve pas que ce point soit très clair dans ta fiche alors je vais le repréciser : si tu utilises la métamorphose (donc en cette entité à capuche) tu ne peux pas utiliser tes autres pouvoirs sous cette forme, ta force est elle aussi entravée. Donc c'est ta forme la moins menaçante et la moins forte, si j'ose dire. c'est une subtilité qui ne transparaît pas du tout dans ta fiche comme si cette forme te rendait plus fort au contraire.

Il manque aussi toute une partie dans ton histoire : tu n'évoques à aucun moment ta vie avant l'humanité et il faudrait préciser tout ça !

J'ai aussi une question concernant ta description physique : tu es une invocation de l'air, sans ailes, sans jambes... comment te déplaces tu ? Pourquoi ne pas te doter d'une paire d'ailes tout simplement sous ta forme la plus basique ?

Aussi je vais te demander de remplir à nouveau la partie hors-jeu

Bon courage pour les ajouts à faire !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2434
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Jeu 5 Sep - 14:56

Hey hey o/ Bienvenue :3 Superbe la fiche de présa (le style).
Bonne chance pour la suite ^^
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Rahein
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 26/08/2013
Messages : 3
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Ven 6 Sep - 17:11

Salut, merci pour les interventions et merci Ephy.

Désolé pour le temps de modification.

Alors. J'ai rajouté un paragraphe pour expliquer ce qu'il était avant : Pas grand chose.
J'ai rajouté un paragraphe pour expliquer que la deuxième forme n'est là que pour faire peur.
J'ai complété le champs "Hors-Jeu"

Et enfin, pour Rahein je suis parti du principe que :
Citation :
Il est à noter que certaines invocations d'air peuvent ne pas posséder d'ailes mais peuvent tout de même voler en flottant sur les courants ou en utilisant les champs magnétiques.
Voilà, voilà, si ça dérange vraiment on peut essayer de s'arranger.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 7 Sep - 23:08

Oui y'a aucun soucis sur le fait que tu puisses flotter, ça me va, c'est juste que je ne trouvais ça pas très clair au départ !

Du coup tout est bon, un peu troll ton remplissage du Hors Jeu mais on va dire que ça passe !

BON JEU
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

● Rahein ●

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des invocations-