Anesthésie mon âme, foutu rhum !

Partagez | .
 

 Anesthésie mon âme, foutu rhum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 27 Nov 2017 - 18:03

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

Le Festival touchait bientôt à sa fin et moi j'étais déjà sur la pente descendante. J'avais rejoins un peu plus tôt la taverne où j'avais pris une chambre hier et j'avais bien l'intention d'être une bonne cliente pour ce monsieur. Mais soyons honnête, j'avais tout simplement l'envie indescriptible de me mettre la tête en vrac. D'une, parce que ça faisait bien trop longtemps que je n'avais pas bu d'alcool, faut dire que la dernière fois que j'en ai utilisé c'était pour faire fuir un diamentis. Ah celui là, en y repensant je soupirais et roulais les yeux au ciel. J'espérais pas le recroiser de si tôt. Et pour la deuxième raison et non des moindres, j'avais un besoin d'oublier tout un tas de choses.

Ma défaite à la lutte contre un gamin nobliau en faisant partie oui. Je grommelais dans mon coin en y repensant. Sérieusement ? Perdre contre un blondinet ! Rah si je m'avais en face de moi, j'm'en foutrais une ou deux. Mais je mettais ça sur le compte de ma perturbation psychologique de ce matin. Hmm... Quelle idée de revenir ici sérieusement ? Surtout pour faire ce genre de rencontre. Mais était-elle bien celle que je pensais aussi ? En fait, j'étais sûr de rien par rapport à tout ça, j'avais juste la désagréable impression de régurgiter toute la souffrance que j'avais pu ressentir enfant, entre ces murs. Une enfance que j'avais mise de côté pour la remplacer par celle que je m'étais forgée au Nord. Une enfance qui n'était plus la mienne et qu'on venait me balancer au visage sans prévenir. Et en plus de ça, dans ma tête, ça ne ressemblait à rien d'autre qu'à une gerbe faussement artistique.

Enfin, quoi qu'il en soit, j'étais là. Attablée et seule, dans un coin de la taverne avec pour unique compagne une bouteille de rhum dont j'avais déjà bu le quart. J'étais pas très loin de la fenêtre et pouvait de temps en temps observer le ciel s'assombrir. Que c'est poétique. Mais ma vision, elle, commençait déjà à se flouter un peu et mes tempes à tambouriner. Je prenais une grande respiration et me servait un autre verre, alors que mon corps s'affaissait petit à petit sur la table et avait de moins en moins de dégaine.

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Mer 20 Déc 2017 - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 28 Nov 2017 - 11:59

Après avoir fait marcher ses muscles et sa tête toute la journée, il était appréciable de se poser tranquillement avec ses amis dans un coin agréable pour profiter de la soirée à venir. Était-ce pourtant ce qu'allait faire le petit blond et son amie à la crinière presque peignée ? Bien évidemment que non. Aussitôt s'étaient-ils retrouvés qu'ils s'étaient mis en tête de chercher un fantôme : l'amie d'enfance disparue d'Oblivion, une dénommée Sybille. Encore une potentielle tête chatoyante pour le groupe de héros montés sur ressorts. Bien qu'il ne la connaisse pas vraiment, le petit bout d'homme avait passé dix ans de son existence à courir après son propre fantôme dans tout Lüh et l'histoire le touchait au delà de ce que les mots pouvaient exprimer.
C'est donc épris d'une énergie folle que les deux aventuriers armés se rendirent à la taverne, premier lieu à investiguer lorsqu'on recherche une personne au visage inconnu.
La foule était dense et la musique spécialement revue pour le festival qui se déroulait encore à l'extérieur. Se tournant vers sa camarade, Simon jugea intelligent de laisser son amie seule pour le moment, conscient qu'il ne lui apporterait rien tandis qu'elle poserait les bonnes questions au tavernier, ainsi que quelques boissons de son choix.

"Je vais repérer s'il reste des places, dis moi si tu souhaite repartir à un moment... Si je croise quelqu'un qui correspond à la description, je te préviens."

Après plusieurs longues minutes, il finit par trouver une table presque vide où se trouvait une personne que le hasard avait encore une fois bien placé sur sa route. Son sourire de héros bienheureux resurgit et balaya ses doutes, le faisait avancer en ligne droite vers la femme. Oblivion ne tarderait sans doute pas à les rejoindre et ça ne serait qu'une courte pause dans leurs recherches !

"Oh ! Salut ! Tu te souviens de moi, à la lutte sur le stand ? Je peux m'asseoir ?"

Suivant les conseils de la garde dorée, il avait évité de noyer la pauvre femme sous le flot impétueux de questions qui lui passaient par la tête. Un sourire radieux et fatigué illuminait ses traits, s'appuyant sur une chaise avant d'avoir l'accord de s'y installer.
La combattante semblait ivre, peut-être pas assez pour perdre connaissance mais suffisamment pour ignorer la présence du moustique qui avait eu le malheur de la vaincre en combat singulier.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 29 Nov 2017 - 8:33

Sans trop savoir ni pourquoi ni comment, Oblivion poussa la porte de la taverne, accompagnée de Simon. Faisant une micro-pause sur le pas de la porte avant de s’avancer vers le comptoir, elle hocha vaguement la tête quand le blondinet lui annonça qu’il partait en quête de place pour s’asseoir.
Songeuse, elle resta un moment à fixer un point devant elle qui n’était ni quelqu’un ni quelque chose en particulier. Son esprit était retourné dans le passé pour tenter de se souvenir de pourquoi elle se retrouvait à la taverne pour boire un coup, elle qui ne faisait jamais ça.

Après avoir participé à la tombola, s’être battue contre une espèce de tigresse à la lutte qui l’avait bien martyrisée et avoir fait quelques passes plutôt sympas à l’escrime, elle avait retrouvé Simon, enfin plutôt l’une de ses Invocations, Serindë, et Simon était arrivé. Mais elle n’était pas restée longtemps. Dans la foule il lui semblait avoir aperçu… Mais non, c’était idiot. Plus elle y repensait, plus elle regrettait d’avoir accordé autant d’attention à une simple impression fugace.
Elle ne pensait pas se faire avoir de la sorte par une simple et vague ressemblance. Ce n’était pas parce que cette femme l’avait fixé aussi longtemps qu’elle devait en déduire qu’il y avait forcément quelque chose de logique. C’était peut-être juste une timbrée après tout. Pas la peine d’y voir un quelconque signe que Sybille était encore en vie.

Mais voilà, elle n’avait pas pu s’empêcher d’en parler à Simon quand elle était revenue sur ses pas, après une course poursuite idiote qui l’avait sans doute elle aussi fait passer pour une folle.
Elle n’avait pas tout dit au noble, seulement l’essentiel. Qu’elle avait cru reconnaître sa seule amie d’enfance, Sybille de Toeni, qui avait un jour disparu sans explications. Qu’elle avait apprit ensuite que les parents de la fillette l’avaient cru morte et enterrée.
Bien entendu, comme il fallait s’en douter, le blond avait été tout de suite emballé par l’idée de partir à la recherche de cette “disparue” et s’était proposé pour l’aider alors qu’Oblivion elle-même songeait à abandonner.
Fidèle à lui-même, il avait fini par avoir raison de la volonté de la Garde Dorée à force de babiller dans tous les sens et elle avait accepté de le suivre à la Taverne où il pensait récolter le plus d’informations.

Voilà donc pourquoi elle se tenait devant le tavernier Alerik qui semblait lui avoir demandé quelque chose depuis un moment maintenant. Papillonnant des cils, la jeune femme revint à elle et commanda rapidement ce qui lui passait par la tête.

“Euh je voudrais deux pintes de bières s’il vous plaît.”

Elle-même avait déjà bu quelques fois, et tenait plutôt bien l’alcool -il le fallait bien face aux hommes de la Garde- mais elle n’aimait pas spécialement ça, préférant les boissons de “femmes” comme le thé, sans aucune honte. Elle réceptionna les deux pintes, paya et se mit en quête de Simon.

Avant de se mettre à la recherche de celle qui lui avait fait penser à Sybille, elle était passée chez elle pour se changer et mettre des habits plus utiles. Même si ses cheveux n’étaient pas tirés en chignon comme d’ordinaire, elle portait un pantalon, des bottes, une chemise et un pardessus -on était encore qu’au printemps après tout- et sa claymore battait de nouveau à son côté, avec son poids rassurant. Sa dague des derniers recours dans sa botte était également là. Ses habits étaient de bonne facture mais pas ostensiblement riche, la demoiselle n’appréciant pas forcément d’exposer une fortune qui ne lui appartenait pas à la vue de tous.

Trouvant finalement le blond qui parlait à quelqu’un qu’elle ne voyait pas, elle s’avança, fronçant légèrement les sourcils. En s’approchant de la table, elle posa les pintes qui commençaient à peser lourd sur ses bras avant de s’asseoir sans se faire prier, la salle étant de toute façon comble et cette table restant étrangement la seule avec des places libres.

Oblivion fixa ensuite la femme -enfin ça ressemblait à une femme- qui était affalée sur le plateau de la table. A son côté une bouteille de rhum déjà entamée trônait, faisant grimacer la Garde qui pourtant ne pipa mot, se contentant d’entamer sa propre boisson pour se donner contenance tandis que Simon papotait. Elle-même n’avait pas encore vu en détails le visage de la femme mais elle avait noté qu’elle était blonde, comme elle. C’était à peu près tout ce qu’elle pouvait tirer de ce qu’elle voyait. Ca, et le fait que l’autre semblait décidée à se mettre une mine.
Grimaçant à nouveau, elle désigna la seconde pinte d’un mouvement vague et s’adressa à son compagnon de soirée.

“Comme tu ne m’as pas dit ce que tu voulais, je t’ai pris une bière. Tu la connais ?”

Elle désigna ensuite leur vis-à-vis d’un autre geste vague, histoire de briser un peu l’espace et le silence qui s’étaient installés.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mer 29 Nov 2017 - 18:58

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

C'est vrai que si j'avais voulu être tranquille, la taverne un soir de festival, c'était pas la meilleure de mes idées. Le bordel ambiant résonnait dans ma tête et mes oreilles, mais j'en étais rendu au stade où tout ce foutoir en devenait presque mélodieux, ou en tout cas harmonieux. Le bruits des choppes qui s'entrechoquent, les rires, les courtes altercations. Ça me faisait presque sourire. J'observais de temps à autre le petit monde qui s'activait et se densifiait autour de moi. Peut-être que mon regard complètement vide repoussait les quelques téméraires qui oseraient s'aventurer à s'asseoir avec moi. Ou peut-être que c'était les grognements bruyants que je pouvais sortir à chaque approche. Allez savoir, y a tellement de femmelettes ici.

J'étais affalée sur la table, mon bras gauche accoudé et ma main tenait habilement mon crâne qui se faisait de plus en plus lourds. Même si parfois y avait quelques ratés et que je manquais de m'écraser la face sur le bois, je me rattrapais toujours. De ma main libre, je m'amusais à caresser mon verre du bout des doigts, quand je ne le buvais pas. Mais voilà qu'un inconnu pas tout à fait étranger s'approchait de ma table avec un air qui n'allait pas avec l'endroit.

C'était cette saloperie de gamin blondinet qui m'avait mise à l'amende pendant ce combat de lutte. Il avait surtout eu de la chance ! Mon voyage jusqu'à la Capitale m'avait nettement fatigué et j'avais la tête complètement ailleurs. En d'autres circonstances il aurait mangé les pavés. Je ne bougeais pas de ma parfaite posture et lui pointait mon regard vitreux l'air complètement abrutis. Puis je soupirais, gémissais et roulais des yeux vers le ciel avant de me redresser pour m'enfoncer dans la chaise.

❝ Raaah fais chier... ❞

C'était à vrai dire la seule chose que j'avais pu sortir avant qu'il ne prenne ça pour une invitation à s'asseoir. Il avait encore de la chance, je n'avais vraiment pas la force de lui botter le cul tout de suite. Je le fixais s'asseoir, un œil un peu plus plissé que l'autre et le sourcil relevé, lui lançant un regard accusateur. Et je soupirais encore, bruyamment avant de m'affaler sur la table, le front collé sur le bois et les bras... là où ils avaient les moyens de se poser. Il pourrait entendre quelques gémissement sourd, ressemblant aux plaintes d'un rejeton qui fait son caprice. Si il me parlait, je ne faisais pas réellement attention à ses mots. Jusqu'à ce que j'entende une autre vois, féminine cette fois-ci, se joindre à la fête. La face contre la table, mes yeux s'écarquillaient et mes dents grinçaient.

Je grognais cette fois-ci et plutôt bruyamment avant de me redresser m'aidant de mes coudes. Mon corps ramollis basculait en arrière et ma tête faisait de même, en signe d'exaspération. Je soupirais, les yeux vers le ciel et me plaignais une fois encore, de ma voix alcoolisé.

❝ Hey c'est pas une foutue crèche ici ?! ❞

Roulant la nuque, mon visage leur faisait à présent face. Je regardais d'abord le gamin en grimaçant d'un air plus que mécontent avant de ne diriger mes yeux vers la nouvelle venue. Et puis plus rien. Arrêt complet du système nerveux. Je la regardais, fixement à nouveau, sans rien dire, les yeux révulsés. Mon souffle s'était rompu tout net et encore une fois, mon corps agissait de lui même face à elle.

Je me relevais brusquement en frappant la table. La bouteille gigota quelques instants avant de reprendre sa place. Je fis quelques pas en arrière en embarquant la chaise derrière moi qui se mit à grincer en glissant sur le sol, me faisant perdre l'équilibre jusqu'à ce que je ne me rassois lourdement. Et tout ça, sans la quitter des yeux.  

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 1 Déc 2017 - 10:39

Elle se souvenait et ça n'avait pas l'air d'être une bonne nouvelle pour le pauvre Simon. Attrapant sa chope de bière silencieusement, hésita à répondre en voyant et écoutant la demoiselle qui était sûrement en plein dans sa mauvaise semaine. Jetant des regards inquiets à Oblivion, il prit enfin la parole lorsque l'autre avait fini de râler, d'un ton à la fois hésitant plein d'incompréhensions.

"Heu... Un peu... A la lutte..."

Un vague geste de la main il balaya l'information. Il n'était pas vraiment certain des termes à choisir et se contenta de bredouiller quelques mots avant de plonger son museau dans la choppe pleine de mousse. Soudainement, il avait l'impression de ne pas être à sa place, sans vraiment comprendre la nature du mal-être.
Silencieux au milieu d'une situation qui lui échappait complètement, il se contenta de faire profil bas et de garder ses sens aux aguets, à l’affût de la moindre piste permettant de comprendre pourquoi une ivrogne blonde semblait foudroyée sur place à la vue d'une autre blonde, beaucoup moins alcoolisée pour le moment. Une vague idée saugrenue passa dans l'esprit du seul homme de la tablée avant qu'il ne la balaie mentalement, un léger sourire sur les lèvres, buvant une longue gorgée du breuvage brun.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Ven 1 Déc 2017 - 15:03

Oblivion s’était totalement désintéressée de l’épave qui râlait dans son coin, ayant peu de considération pour ceux qui se mettaient mal juste pour échapper à leurs soucis. Elle-même était plutôt du genre à les prendre à bras le corps pour essayer de les résoudre, au lieu de fuir. Elle l’avait fait une fois, une seule, et en craquant elle avait failli tuer son cousin. Certes ce n’était qu’un abruti fini mais il ne méritait sans doute pas de mourir parce qu’elle avait préféré déprimer dans son coin plutôt que d’affronter son échec. C’était la leçon qu’elle avait tiré de cet épisode de sa vie : toujours se battre, ne jamais se laisser submerger. Ce n’était certes pas facile, mais elle s’en sortait plutôt bien pour le moment.

Elle avait donc reporté son attention sur Simon qui semblait de plus en plus mal à l’aise au fur et à mesure que les secondes passaient. Oblivion ne sut pas vraiment quoi dire en réponse au peu de loquacité assez inhabituel du jeune homme et haussa un sourcil, en quête de plus de détails, qui ne vinrent pas. Il plongea son nez dans sa bière, fuyant délibérément la conversation.
Voyant que le regard du blondinet semblait fixé sur l’autre occupante de la table, la Garde Dorée finit par pivoter la tête à son tour et la regarder.

“Putin de bordel de merde.”

Les mots détonnaient totalement dans la bouche de la droite, austère et bien élevée Oblivion. Mais elle n’avait rien trouvé de mieux sur l’instant.
Devant elle, bouche bée, se tenait la femme qui l’avait fixé un peu plus tôt dans l’après-midi. Et maintenant que la blonde aux yeux bleus pouvait la détailler plus en détails, l’impression fugace qui l’avait fait douter toute la fin de journée se concrétisait.
Elle n’avait qu’un vague souvenir du visage de Sybille de Toeni -elles s’étaient côtoyé quelques mois seulement, plus de quinze auparavant- et tout était flou mais là ou la logique voulait que ce ne puisse pas être elle, autre chose, elle ne savait quoi, lui hurlait à la tête que c’était bien elle, assise juste en face.

Puis les méninges d’Oblivion bloquèrent. Pendant une longue minute, elle fut incapable de dire le moindre mot, d’esquisser le moindre geste. Son cerveau avait mit les voiles, empêchant la réalité fixée sur ses rétines d’aller se loger sous son crâne.
Et finalement, à force d’insister, le mécanisme se remit en marche. Mais le redémarrage était chaotique et elle ne savait plus ce qu’elle devait choisir entre pleurer de joie, attraper sa pinte pour digérer l’information à grand renfort de bière ou agripper l’inconnue par le col pour lui demander des explications.

Il sembla que les mécaniques de soldat d’Oblivion décidèrent de prendre les choses en main tandis qu’en haut, dans le cerveau, la débâcle continuait allègrement. Elle se vit attraper le fameux col des vêtements de l’inconnue par-dessus la table et demander d’une voix blanche, presque mécanique, l’information fatidique.

“Par les Quatre, qui es-tu ? Réponds ! Qui es-tu ?!”

Elle n’avait pas haussé le ton si bien que personne ne s’était encore retourné vers leur table mais maintenant que ses neurones reprenaient peu à peu leurs places respectives, Oblivion sentait monter en elle une colère sourde alliée à un puissant sentiment de trahison.

Si c’était bien Sybille qui se tenait devant elle, comment osait-elle revenir ici, après toutes ces années, et se tenir tranquillement là, alors qu’elle n’avait même pas prit la peine de lui faire savoir qu’elle était toujours en vie ? Oblivion avait longuement pleuré son amie, la seule qui avait réussi à passer les barreaux de son jardin pour égailler ses mornes journées d’apprentissage de bonnes manières. Elles s’étaient pourtant promis de rester amies ! Certes les promesses de deux enfants de cinq ans ne valaient pas grand chose mais la raison n’avait toujours pas reparut et il ne restait dans l’esprit choqué de la Garde Dorée que la profonde amertume de savoir qu’elle avait vécu loin d’elle, pendant tout ce temps, sans jamais avoir tenté de la contacter.

Sa poigne était ferme sur les vêtements bon marchés élimés de l’inconnue, ce qui ne laissait à l’intéressée aucun moyen de s’échapper. Elle allait devoir répondre et vite, au vu de la lueur meurtrière qui brûlait de plus en plus fort dans les prunelles azur d’Oblivion.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 3 Déc 2017 - 18:33

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

Les évènements m'échappaient un peu, voir beaucoup. Mon ébriété n'aidant évidemment en rien mais quand j'ai soudain sentis la poigne de la donzelle m'attraper le col, j'ai soudain sentis l'adrénaline prendre le dessus et disculper un peu l'alcool. Assise sur ma chaise et le buste tiré vers l'avant par cette blondinette, mon sang ne fit qu'un tour et se purgea un peu par la même occasion. Des traits tirés et des sourcils froncés remplacèrent mon air inerte d'il y a quelques instants. Je fixais nerveusement les yeux clairs de cette femme, en y plongeant les miens, plus sombres que jamais.

J'attrapais ses poignets d'une force aussi ferme que la sienne, les enserrant suffisamment pour lui faire mal et peut-être lui faire lâcher prise au bout d'un moment. Je me redressais alors et lui faisais à présent face, à armes égales. Je ne quittais pas son regard des yeux et elle me le rendait bien. Je lui répondis alors, d'une voix presque menaçante :

❝ Personne que t'aurais envie de connaître. ❞

C'était pas faux en soit, je sais pas qui elle croyait que j'étais, mais j'étais certainement pas le genre de personne qu'elle voudrait côtoyer. Pas au vue de sa dégaine en tout cas. Maintenant, il fallait que je la fasse lâcher prise. J'enserrais alors, de plus en plus fort ses poignets jusqu'à presque planter mes ongles dans sa peau.

Je commençais à grogner doucement, mais cette situation me dérangeait. J'avais pas franchement l'impression d'être en position de force et je ne savais pas pourquoi. Mais plus je plongeais mon regard dans le sien, moins ça allait. J'avais une impression désagréable, comme si je la connaissais mais que je ne voulais pas me souvenir d'elle. J'y comprenais rien. Mais l'adrénaline me quittait doucement ; mon yeux redescendaient un instant, pleins de questions mais surtout, ils se posèrent sur le gamin blondinet que j'avais rencontré plus tôt. A son tour, je le fixais avec une grande envie de lui en coller une, juste pour m'avoir humilié et il l'aurait bien mérité.

Je perdais patiente, vraiment. J'avais juste envie de me barrer loin de ces deux là, mais la poigne de la blonde tenait étrangement bon, comme si ce qui l'animait était au delà de toute raison. Je grognais à nouveau et commençais à sérieusement m'agacer. Je tentais un instant de m'extirper du piège dans lequel j'étais et ma nervosité n'était certainement plus un secret pour personne. L'alcool refaisant surface, j'avais bien moins de hargne mais tout aussi peu de patience.

❝ Vous me voulez quoi bordel ?! ❞
 

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #8 écrite Lun 4 Déc 2017 - 11:37

La situation avait dégénéré au delà de ce qui Simon tolérait. S'il avait eu deux hommes en face de lui, il leur aurait collé un poing dans les gencives avec un avertissement sur la conduite à avoir en public. Apparemment, les femmes n'étaient pas mieux disciplinées et se prenaient le chignon sans motif réel. Légèrement irrité, le héros reposa sa choppe lourdement, générant un bruit destiné à attirer l'attention. Se levant à son tour, les mains posées sur la table pour s'appuyer dessus et jetant un regard plein de reproches aux deux femelles sauvages, sa voix menaçante mais très douce ne résonna pas dans la taverne, parvenant à peine aux oreilles des furies.

"Donc, vous êtes en train de me dire que vous ne savez pas qui vous êtes ni ce que vous vous voulez, mais que vous êtes prêtes à vous taper dessus pour le savoir ?"

Les regardant à tour de rôle d'un regard acéré, il marqua une légère pose avant de lâcher une dernière ogive.

"Je me fiche de vos motifs. Nous sommes à une taverne bondée, le soir du festival de Terra. Vous allez faire l'effort de vous calmer, toutes les deux, et parler comme des êtres civilisés, compris ?"

Il n'y avait pas de "sinon", pas d'annonce de ses intentions si elles ignoraient ses menaces. Elles en feraient la découverte sur le coup si elles avaient le culot de le pousser jusque là. Les regardant encore à tour de rôle jusqu'à ce qu'elles se soient toutes les deux assises et calmées, Simon se préparait au cas où la situation tournait encore plus au vinaigre.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mer 6 Déc 2017 - 9:06

Oblivion avait plissé les yeux, détaillant autant qu’elle le pouvait le visage de l’inconnue pour tenter d’infirmer ou d’affirmer ce qu’elle pressentait. Cette sauvageonne qui se mettait une mine était-elle réellement Sybille de Toeni ? Mais l’observer comme ça à s’user la rétine ne lui apportait pas plus d’indice. Aucun de ses gestes, ni de ses habitudes, ni de son comportement ne ressemblait à ce qu’elle se souvenait de son amie d’enfance. Tout était flou mais la Garde Dorée se disait que sans doute, elle aurait su reconnaître quelque chose.

La réponse de la femme à sa réponse ne fut pas satisfaisante. Soit elle ignorait délibérément de réponse, ce qui était très énervant, soit elle n’avait pas la réponse, ce qui était aussi très énervant. Oblivion n’était pas réputée pour sa patience et se retrouver face à un problème qu’elle ne pouvait pas résoudre à grands coups d’épée ou d’un peu de réflexion logique l’énervait passablement. Elle trouva néanmoins l’occasion de répondre d’un ton glacial.

“Ce n’est pas à toi de décider qui j’ai envie de connaître ou pas.”

Et c’était vrai. La jeune femme n’avait jamais choisi ses amis et ses compagnons de route en fonction de leur rang social ou de leur casier vierge. Elle comptait plutôt sur leurs compétences et leurs utilitées dans une mission. Le reste n’avait aucune importance. C’était une des choses qu’on leur avait assez rabâché à la Garde. Les titres ne faisaient pas de toi un soldat performant, et même le plus pauvre des hommes pouvait devenir général à la force de son épée et de son habileté tactique.

Quand l’inconnue se mit à lui serrer les poignets pour sans doute lui faire lâcher prise, elle ne cilla même pas. Elle ne comptait pas la laisser s’enfuir comme un peu plus tôt dans la journée, il lui fallait des réponses avant.
Mais quand Simon intervint, elle se souvint qu’il était effectivement là, attablé à la même table qu’elles. Tournant la tête vers lui sans pour autant lâcher l’autre, elle fronça les sourcils et lui lança un regard sévère.

“De quoi je me mêle ?”

Elle était d’autant plus mécontente que le jeune noble affaiblissait sa position dans son rapport de force avec l’inconnue en la rabrouant comme une enfant. Elle lâcha toutefois la sauvageonne et se rassit lentement, admettant qu’agresser les gens de la sorte n’était peut-être pas la meilleure option pour obtenir des réponses.

Elle n’avait à l’origine pas l’intention de s’expliquer mais peut-être le fallait-il pour énoncer clairement le but de cette prise à parti et aussi éclairer la lanterne de Simon qui ne semblait voir que les augures d’une hypothétique bagarre qu’Oblivion n’avait pourtant pas l’intention de déclencher.
Prenant une profonde inspiration, elle donna donc ses raisons.

“En fait… C’est elle que j’ai vu cet après-midi au festival, j’en suis sûre. Je la soupçonne de plus d’être quelqu’un que j’ai perdu de vue il y a longtemps, que je croyais même morte. Son nom c’est Sybille de Toeni. C’était une amie et un jour, elle a tout bonnement disparu. Puis après quelques temps, on a fini par nous dire qu’elle était morte quelque part. Il y a une tombe à son nom dans le quartier noble.”

Fixant son regard glacial dans celui, noir, de celle qui lui faisait face, sourcils toujours froncés, elle finit par poser à voix basse, presque poliment, la question qui nécessitait une réponse.

“Es-tu Sybille ? Si oui, pourquoi tu ne m’as jamais donné de nouvelles ? Pourquoi je te retrouve par pur hasard dans cette taverne, alors qu’on s’était juré de toujours être là l’une pour l’autre ?”

Une profonde tristesse pointait dans la voix qu’Oblivion tentait de maîtriser. Mais son regard avait perdu en dureté et peu à peu un air perdu s’afficha sur les traits sévères de la Garde Dorée qui ne savait plus vraiment quoi penser de tout cela. Peut-être faisait-elle fausse route et sans doute allait-elle se ridiculiser si l’inconnue lui riait au visage… Elle n’avait aucun moyen de prouver ce qu’elle disait, tout dépendrait de la réponse de la sauvageonne en face d’elle.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #10 écrite Mer 6 Déc 2017 - 18:45

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

C'est finalement la voix du gamin qui nous arrêta et toutes deux, au même moment, nous le pointions d'un regard noir et sévère. Elle lui avait lancé une question rhétorique que j'aurais pu sortir moi même, mais pour ma part et contre toute attente, je l'avais fermé, me contentant de mes yeux pour exprimé mon exaspération. C'était souvent suffisant et ça le serait encore surement. Cela dit, j'aurais vraiment pas pensé que le gamin aurait une impact sur le blonde. Il avait fait son petit effet et elle s'était calmé, façon de parler, pour se rasseoir face à moi.

Moi, je restais quelques secondes encore debout, les observant tour à tour en me demandant ce que je foutais là. Non vraiment, en toute logique j'aurais du me casser loin, mais vraiment loin. J'avais aucune envie de rester ici à me faire agresser par ces deux blondinets. Mais il fallait bien que je l'avoue, quelque chose me rendait perplexe là dedans et très curieuse. Alors mon air nerveux se changea un instant, les yeux roulant vers le ciel et soupirant, je me rassis. Un peu moins souplement que la donzelle, à cause de l'alcool surement.

Et oui, je restais là, contre toute attente. Elle, elle s'est mit à s'expliquer auprès du gamin. Je pouffais un instant avant de me rapprocher bruyamment de la table, les pieds de ma chaise grinçant sur le sol, avant de remplir à nouveau mon verre après avoir fini la goutte du fond. Mon sang commençait à pulser dans mes tempes et la voix de mon agresseur aussi. J'ai alors posé mon front dans ma paume, accoudé sur la table et fixait son bois, mon autre main tenant mon verre. J'avais écouté de loin ce qu'elle disait et certains de ses mots m'avait fait froncer les sourcils, voir serrer la mâchoire, comme des pics qui se plantaient dans mon ventre. Mais ce qui en ressortait le plus c'était qu'elle parlait trop et me posait trop de questions. Les blablas avaient tendance à me donner mal à la tête, mais là encore plus. Je me m'y alors à grogner, en perdant patience je me redressais brusquement en frappant du poings sur la table, les yeux rivés sur elle, exaspérée.

❝ Merde Oblivion, arrêtes ! Tu poses trop de questions ! ❞

Je la fixais nerveusement, parce que ça me tapait vraiment sur le système. Jusqu'à ce que je me rende compte de mes propres mots. Je l'avais vraiment appelé par son prénom ? Ma respiration et mon corps entier se bloquèrent. Mes yeux à présent écarquillés la fixaient. J'étais muette et je ravalais bruyamment ma salive. Ensuite, mon regard s'abaissa légèrement, perdus dans le vide. Je les sentais s'humidifier et ma gorge se serrer. J'avais envie d'exploser. Tout me revenait à la gueule, comme si on m'avait frappé au cœur. Notre rencontre, nos jeux, son amour. Ma tristesse, mon enfance avant que tout ne change, son absence. Il fallait que je sorte, que je respire un grand coup.

Je la regardais à nouveau, mais cette fois mon visage ne communiquait absolument aucune émotion. Ça m'arrivait rarement mais c'était assez notable pour que même un inconnu le remarque. Mes yeux étaient vides et brillants, mais je ne pleurais pas. Je me suis relevé, sans heurt et, en m'adressant à elle, lui disait d'une voix claire et neutre :

❝ Faut que je sorte. Je reviens. ❞

Je commençais à me diriger vers la sortie, avec l'impression d'avoir perdu mon âme. Seul mon corps répondait encore et j'avais surement l'air sans vie. Si elle m'en laissait l'occasion, j'allais vraiment revenir. Mais si quiconque s'aventurait à me barrer la route, ça lui couterait cher.

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #11 écrite Mer 13 Déc 2017 - 16:28

L'intervention avait fait son petit effet et c'est avec soulagement que Simon regarda les deux furies se décoller l'une de l'autre. Les questions fusaient, des paroles lourdes d'un passé dans lequel le jeune homme ne souhaite pas s’immiscer pour le moment. Se contentant d’acquiescer d'un signe de tête rempli de réflexions en comprenant au fur et à mesure ce qu'il se passait, il buvait sa choppe tranquillement jusqu'à ce que l'une des deux n'annonce vouloir sortir. Levant les yeux vers Oblivion, il la questionna sur ses intentions tout en ramenant sur le tapis la brève provocation qu'elle avait eu à son égard.

"Vous voulez que je vous laisse discuter dehors..? J'veux pas m'en mêler mis j'veux pas que tu me poses problème pour autant. La réciproque est vraie, si tu veux j'vous laisse tranquille."

Il ne savait pas trop quoi dire de plus, il n'était pas vraiment à sa place tant qu'elles n'avaient pas réglé ce qui devait l'être entre elles. Il pouvait les attendre tranquillement à l'intérieur de la taverne à siroter quelques boissons alcoolisées. Après tout, il avait l'âge, quoi que son apparence puisse laisser suggérer. Et à moins qu'elles ne reviennent que tard dans la nuit, sa carrure devrait le garder sur pied assez longtemps pour qu'elles puissent papoter tranquillement. Silencieux, il attendit que sa camarade prenne sa décision, bien décidé à la laisser agir à sa guise dans cette épreuve déjà dure qu'elle devait traverser.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Ven 15 Déc 2017 - 10:21

Oblivion avait besoin de réponses. Elle avait une foule de questions que son esprit un peu terre-à-terre et pratique ne pouvait pas laisser de côté. Tant qu’elle ne saurait pas qui était la femme en face d’elle, elle ne pourrait pas, ou difficilement, passer à autre chose. Il y avait trop en jeu, des mensonges à abattre, le temps à rattraper… Bon sang si c’était effectivement Sybille en face d’elle… Que ferait-elle ? Et qui était-elle devenue ? Quelle était son histoire ?
Quand son prénom fusa de la bouche de cette inconnue qui ne pouvait décemment pas connaitre, la Garde se figea, complètement abasourdie. Ses prunelles bleues fixées sur la femme, on pouvait y lire surprise et incrédulité.
Puis l’idée qu’elle connaissait son prénom fit rapidement son chemin dans la tête de la jeune femme qui ne fit toutefois pas le moindre geste pour retenir l’autre, ayant trop à faire avec ses propres émotions.

Un instant de silence passa, durant lequel Oblivion mit sa tête entre ses mains, se repliant sur elle-même, comme elle avait l’habitude de le faire pour réfléchir intensément.
C’était sans compter Simon qui rajouta son grain de sel et dont la tirade fit nerveusement rire la blonde qui se surprit à répondre plus calmement que ne l’aurait voulu la situation.

“Que JE te pose problème ? C’est la meilleure. Si mon comportement te dérange à ce point, malgré que je n’ai encore rien fait, je t’en prie, va voir ailleurs si j’y suis. Là tout de suite j’ai autre chose à penser que la façon dont je me comporte.”

Oui elle l’envoyait clairement balader. Elle n’en avait pas eu l’intention de prime abord mais les mots étaient sortis tous seuls. Pour une fois qu’elle se laissait un peu aller en public, elle se prenait illico des remontrances. Elle en avait plus qu’assez de toujours se faire dicter sa conduite par les gens ou les règles. Elle venait de retrouver Sybille nom d’un Diamentis ! Elle avait bien le droit de déraper non ?

Soupirant, elle poussa sa pinte à moitié entamée de côté et mit sa tête dans ses bras, se refermant totalement comme une huitre. Elle ne voulait plus parler à personne à part Sybille, si elle revenait un jour, ce n’était pas dit.
Pour l’heure, ses pensées naviguaient entre curiosité de savoir où elle était passée, excitation de l’avoir retrouvée, frustration de n’avoir pas cherché à en savoir plus, colère de se sentir dupée, crainte de ne plus reconnaitre son amie, peur qu’elles soient devenues trop différentes...

Son coeur était en pleine crise, ses pensées aussi et Oblivion était totalement perdue. Elle aurait eu besoin des conseils avisés de ses parents, là tout de suite. Mais si elle partait, elle loupait sa chance sans doute unique de savoir ce qui était arrivé à Sybille, pourquoi elles s’étaient perdu de vue. Et ses questions resteraient sans réponses et cela finirait sans doute par la faire devenir folle, ou à défaut, par diminuer ses aptitudes de concentration pendant un moment.
Elle n’avait que Simon à portée de main, si bien qu’elle finit par lui demander, la voix étouffée par ses bras :

“Dis, comment tu réagirais si tu retrouvais quelqu’un que tu as perdu de vue il y a longtemps ? Qu’est-ce que tu ferais ?”

En désespoir de cause, elle se raccrocha désespérément à quelque chose de sûr et certain. Simon était horripilant et ça ne changerait probablement jamais. Voilà, ça c’était une bonne ancre, un bon point de chute. Il méritait des baffes à chaque seconde. Ca aussi c’était vrai. Voilà, elle se calmait, elle reprenait le dessus. Il n’avait qu’à s’étouffer avec sa lumière. Parfait, la haute bourgeoise El’Galas était de retour.
Se redressant, elle reforma son masque froid et placide de bonne Garde Dorée et attrapa sa pinte pour la finir et s’occuper autant les mains que le gosier. Puis elle posa son regard sur la chaise vide en face d’elle, puis sur Simon et finalement lui demanda prudemment, comme si cela pouvait changer la réponse :

“Tu crois qu’elle va revenir ?”

Et comme pour influencer un peu plus la réponse, elle se mit à prier les Quatre désespérement pour que ce soit oui.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #13 écrite Sam 16 Déc 2017 - 9:46


Elle avait son petit caractère, la madame ! Sans doute était-ce sa nature innée que de chercher à créer des ennuis là où il n'y en avait pas mais, pas de chance pour elle, Simon ne mordait pas à l'hameçon, se contentant de la fixer deux secondes avant de lever rapidement les yeux aux ciel puis revenir au sujet important. Il passa sous silence le fait que oui, si elle le dérangeait beaucoup, il finirait par se séparer d'elle à terme mais que ce n'était pas dans ses projets pour le moment. Inutile de débattre sur quelque chose qui n'existait pas.
Quand elle revint vers lui avec l'expression et l’intonation qui seyait à une telle scène, il n'eut d'autre choix que de répondre aux questions après une brève réflexion, conscient qu'une fois de plus, elle finirait par regretter de s'adresser à lui.

"A ta place, je ne serais sûr de rien et je lui courrais après afin d'être certain de ne pas rater cette occasion... Mais bon, en supposant qu'elle revienne, je pense que je la serrais dans mes bras si c'était quelqu'un à qui je tiens... Je pense même que j'en aurais les larmes aux yeux et que j'aurais du mal à me séparer de la personnes pendant quelques temps ! Mais bon, c'est moi ! Haha !"

Il avait opté pour la sincérité. Il envisageait souvent ses retrouvailles avec Yulia et la scène était plus que claire dans son esprit. Sur la fin de sa tirade, il parut pourtant plus terne qu'à l'accoutumée. Ce n'était "que lui", l'homme qu'elle suivait sans vraiment supporter et dont les décisions ne faisaient pas l'unanimité. C'était avec ce genre d'attitude qu'elle avait voulu le tuer dans une ruelle proche à leur première rencontre. Pouvait-elle vraiment apporter du crédit à ses conseils ? Intérieurement, même si la confiance de Simon vacillait auprès de la garde dorée, il espérait qu'elle accorde réellement de la crédibilité à ses propos, voire qu'elle puisse apprécier l'approche divergeant de la sienne.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Mar 19 Déc 2017 - 12:04

Oblivion avait posé la question du “qu’est-ce que tu ferais” à Simon en se doutant un peu de la réponse. Sans surprises, il lui décrivit sans hésiter ses manières exubérantes et son enthousiasme réussi à arracher un sourire mi-amusé, mi- triste à la demoiselle.
Si seulement elle avait pu faire pareil. Mais les conventions et son propre caractère l’empêchaient de se mettre à nu de la même façon que le noble et sans doute n’aurait-elle jamais le courage d’imposer un calin sachant qu’il pouvait être refusé, l’exposant ainsi à une honte terrible.
Hochant la tête à sa réponse, elle répondit doucement, comme momentanément calmée grâce à la présence énergique du blondinet.

“Sans doute ferais-tu ça oui, ça te ressemblerait bien.”

Elle termina sa bière, lentement, et éprouva soudainement le besoin de se confier au jeune homme assit à ses côtés. Ce devait être l’alcool et le retour de Sybille dans sa vie qui avaient amoindris ses défenses, peu importait, elle savait qu’elle pouvait faire confiance à Simon, ils avaient déjà passé un bout de temps ensemble, fait pas mal de choses et au combat c’était un allié fiable.
Elle reprit sur le même ton que précédemment, quoiqu’un peu plus pensive.

“Moi je ne pourrais pas faire pareil. Ce n’est pas dans ma nature d’être expressive, ce n’est pas dans mes attributions. Tu me l’as toi-même rappelé : je dois toujours me maitriser quand je suis en public.”

Il n’y avait pas de reproche dans la voix de la blonde qui s’était définitivement calmée. Mais comme une souffrance intérieure, ancienne, qui remontait à loin dans son enfance, comme si son entièreté avait été bridée, verrouillée par les leçons de “savoir-être”. Les El’Galas n’étaient pas nobles mais espéraient bien le devenir un jour, et pour un titre plus honorifique que duc ou marquis, qui étaient des titres “achetés”. Ils avaient toujours et tout de suite placé de grands espoirs en leur unique héritière et le poids en était lourd à porter pour les frêles épaules de la jeune femme.
Le retour de Sybille dans sa vie, aussi soudain qu’inexpliqué, faisait resurgir de vieux souvenirs dans l’esprit d’Oblivion qui lui avaient fait faire des retours rapides sur tout ce qu’elle avait accompli pour le moment. A part être une bonne fille de riche famille bourgeoise, son seul acte de rébellion avait été d’entrer dans la Garde Dorée où elle se retrouvait de toute façon à être un bon soldat.
Elle avait l’impression d’être prisonnière de son monde, de ses règles et des ordres qu’elle recevait de toujours plus haut placé qu’elle. D’avoir échoué à obtenir sa liberté si chèrement désirée. Elle déprimait en faisant ce constat.

Secouant la tête, la demoiselle tourna son regard vers la porte et se rendit compte que cela quand même un moment que l’inconnue qui connaissait son nom était sortie. Fronçant les sourcils pour revenir à l’instant et refluant ses états d’âme là où ils avaient toujours étés - sous clé au fond de son coeur - elle demanda d’une voix redevenue normal - froide et austère, avec toutefois un petit soupçon d’inquiétude - à son compère du soir :

“Ca fait un moment qu’elle est dehors. Elle a peut-être eu des ennuis ? Avec tous ces soudards...”

Un grognement aviné et indigné lui fit baisser le ton tandis que la blonde interrogeait Simon du regard pour savoir ce qu’il convenait de faire, selon lui.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #15 écrite Mar 19 Déc 2017 - 12:43


Simon écoutait son amie, la tête dans le creux des mains, accoudé sur la table et le nez dans sa choppe, un vague sourire triste sur le visage. A l'écoute des inquiétudes de la garde, il ne put cependant se retenir d'être lui. Dynamique, vivant, spontané, empreint d'une joie de vivre amenant la lumière là où les ténèbres viennent naturellement ; comme le symbole de sa famille, la lune et la foudre, rapides, intimidants et mystérieux, sur un fond indigo représentant l'obscurité, la nuit et l'inconnu.
S'affalant encore plus sur la table en direction d'Oblivion, un air tout à fait malicieux éclairant ses traits, il n'eut qu'à tendre la main pour attraper avec force et délicatesse le poignet de la garde dorée. La soulevant gentiment à sa hauteur pour la saisir entre ses deux mains chaleureuses, il plongea ses deux noisettes dans l'océan de regrets de sa camarade. Sa voix était différente de l'accoutumée, plus mielleuse, plus espiègle et pourtant toujours aussi sincère et gentille.

"Tu veux aller vérifier ?"

Il leva un sourcil inquisiteur, un sourire enfantin lui redressant encore plus la commissure des lèvres.

"Il n'est pas question de toujours s'interdire d'être soi-même en public mais de savoir pour quelles causes mobiliser son énergie."

Sa voix devenait en revanche de plus en plus adulte, contrastant de façon croissante avec son apparence.

"Viens, on va voir si elle va bien, on va aussi lui parler mais en restant loin des oreilles indiscrètes, là où vous pourrez être vous, crier et vous frapper si vous le désirez."

L'amusement et l'encouragement étaient tous les deux authentiques. Oblivion se mettait des chaines qu'il ne connaissait pas et qu'il voulait voir exploser avec force et volonté.

"Tu te souviens de la ruelle où nous nous sommes rencontrés ? Je pense que le festival l'aura peut être épargnée... Et ce n'est qu'à deux pas d'ici."

Tenant toujours sa main entre les siennes, il raffermit sa poigne en se levant, soutenant toujours le contact visuel sans ciller. Il s'était redressé comme un félin, les gestes fluides et les muscles contractés par l'action à venir. Sans tirer, il attendit qu'elle en fasse de même, emportée par l'alcool et le subtil appel de la liberté.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #16 écrite Mer 20 Déc 2017 - 22:03

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

La taverne un soir de Festival, quelle idée ?! Surtout dans l'état dans lequel je me trouvais. Mais peu m'importais le monde qu'il y avait, les personnes que je bousculais violemment pour passer. Je les entendais à peine se plaindre sur mon passage et sans doute que ma gueule les empêchait de me chercher des noises. J'en avais rien à faire de tout ces gens. Ils n'étaient rien, juste des obstacles entre moi et l'extérieur, mon salut.

Proche de la sortie, je bousculais une énième personne mais, celle-ci contrairement au autre, comptais bien me faire savoir que ça ne lui plaisait pas. Je n'entendais pas ce qu'il me disait et j'ai mis en plus de ça un certain temps à me tourner vers lui, juste après qu'il s'aventure à poser sa main sur mon épaule, les yeux toujours aussi vides. C'était un homme, pas beaucoup plus grand que moi ni vraiment très solide. Il avait juste l'air de vouloir faire le show auprès de ses potes de beuverie.

J'ai regardé un instant, à travers lui comme si je ne le voyais pas et pourtant, j'allais bel et bien lui faire comprendre que moi, j'étais là. Mon air se fit alors dur et d'un geste vif et brusque, j'empoignais sa mâchoire. Je l'ai serré si fort qu'on pouvais voir sa peau rougir sous mes doigts. Je ne l'ai tenu qu'un instant ainsi, plongeant mon regard dans le sien, avant de le repousser contre le mur on son crâne se cogna. Ainsi maintenu quelques instants, je le fixait toujours, sans un mot, avant de le relâcher pour quitter enfin la taverne.

Une fois dehors, je fermais les yeux. Prenant un profonde inspiration, je sentais la brise fraiche du soir caresser mon visage. A ce moment là, ça me faisait réellement un bien fou. Je ne bougeais plus et rouvrant les yeux, je les pointais vers le ciel sombre. Je le fixais comme si j'y voyais tout défiler. Mon enfance, ici, ma mère trop effacée, mon père pas assez aimant, ma sœur que je ne connais pas. Mon amitié avec Oblivion, cette fameuse femme que je venais tous juste de rencontrer, à nouveau. Qu'est ce que je devais faire ? Mon corps me criait de fuir à nouveau mais ma tête, voir mon cœur me conseillais de rester. Ce cœur que je n'écoutais jamais allait-il me faire plier ce soir ? Je baissais les yeux qui se perdirent dans le vide des pavés. Qu'est-ce que j'allais lui dire ? M'excuser de l'avoir oublié ? Tout lui raconter ? Mes traits se tiraient et mes sourcils se fronçaient. Non, même si elle avait été ma seul amie ici, je ne connaissais pas la femme qu'elle était devenue, je risquais trop gros à tout lui raconter, surtout ici mais... Arriverais-je seulement à soutenir son regard ?

Je fermais un instant les yeux avant que je ne sente un violent coup entrainant ma joue gauche. Je fis quelques pas sur le côté à cause du choc avant de regarder en direction de mon assaillant. C'était le plaisantin de tout à l'heure qui n'avait pas du apprécier être mis à mal par une femme, devant ses compagnons. D'ailleurs, ils arrivaient à peine, avec visiblement l'intention de l'arrêter, mais c'était une chose que je me réservais. J'ai fondu sur lui et d'un uppercut puissant, frappais sous sa mâchoire. J'avais tout pour moi à cet instant, aucune retenu et surtout une rage qu'il m'avait donné d'un seul coup pour m'avoir retiré si violemment de mes pensées. C'était un K.O de son côté, il s'écroula dans les bras de ses amis qui me regardaient les yeux écarquillés.

❝ Tenez le en laisse la prochaine fois. ❞

Leur lançais-je d'une voix froide. Je le regardais une dernière fois avant de retourner dans la taverne. Avec ça, il m'avait au moins remis les idées en place et pour ça je l'en remerciais. Entrant à nouveau dans ce bâtiment bondé, je retournais à la table où j'avais laissé les deux blonds. J'en bousculais encore certains quand j'essayais d'en éviter d'autres jusqu'à me retrouver face à face avec le gamin de la lutte. Mes yeux plissés le fixèrent un instant avant de froncer les sourcils et de lui lancer un regard des plus froids. Sans un mot de plus je le contournais pour retrouver ma chaise sur laquelle je m'assis lourdement, la rapprochant bruyamment de la table. Sans poser un seul regard sur mes compagnons du moment, je me servais un verre que j'amenais bien vite à ma bouche.

Je sentis alors un picotement qui me fit grimacer. C'est qu'il m'avait ouvert la lèvre ce con ! D'un revers de ma main libre j'essuyais la goutte de sang que je sentais perler sur mon menton. Je sentais aussi l'endroit de l'impact se réchauffer et certainement rougir. Mais j'en avais rien à faire. Reposant mon verre dont j'avais bu une deuxième lampée, je restais dans cette position, immobile, fixant mon breuvage. Et d'une voix calme mais hésitante je la questionnais, voulant à tout pris éviter son regard.

❝ Qu'est ce que tu veux savoir ? ❞

Je paraissais certainement trop froide pour l'évènement qui se déroulais ici mais j'avais peur des conséquences de cette rencontre. Sans savoir ce que j'appréhendais vraiment pourtant. Mais, pour un bon observateur, on pourrait voir que j'étais nerveuse à mes doigts qui frappais le verre, sur un rythme régulier.

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Mar 26 Déc 2017 - 23:44

Pour une fois, Oblivion ne se débina pas quand Simon prit ses mains entre les siennes. Elle lui offrit un petit sourire hésitant en retour, acceptant son soutien moral avec sincérité. Malgré qu’elle ne l'avouerai sans doute jamais avec des mots, elle appréciait le fait qu’il soit là, aussi agaçant et juvénile. Il y avait une chose qu’on pouvait admettre, c’était que le jeune homme restait fidèle à lui-même en toutes circonstances, ce qui était très rassurant.

Au fur et à mesure qu’il parlait, elle se prit à se laisser tenter. Forcer les choses et partir à la rencontre de Sybille ? Oui, peut-être que pour une fois elle pourrait déroger à sa prudence élémentaire et prendre les devants ? Elle ne le faisait pas seule, si bien que si elle devait se faire envoyer sur les roses, au moins elle n’aurait pas à rougir seule de se faire remballer.
Elle était prête à dire oui et à se lever. Son moral allait mieux, grâce au jeune homme. Son sourire s’était élargit et la volonté qui la caractérisait brillait de nouveau dans son regard.

Mais avant qu’elle ne puisse répondre à Simon, l’autre jeune femme revint, se rassit sans un mot et but encore un verre de rhum. Elle avait la lèvre ouverte et la joue qui commençait à rougir puis à bleuir. Sans doute avait-elle eut affaire à quelques clients avinés qui l’avaient retardé. Cela expliquait sans doute tout.
Pas le moins du monde inquiétée par les blessures superficielles de Sybille, qui ne semblait pas non plus y prêter attention et qui n’apprécierait sans doute pas qu’on s’en inquiète, Oblivion resta silencieuse, soudain redevenue froide et distante, sa carapace de Garde Dorée s’étant refermée sur elle dans un réflexe élémentaire de défense.

Quand l’autre lui posa une question, simple, mais tellement vaste, elle fut perdue.
C’était vrai au fond, que voulait-elle savoir ? Elle avait poursuivi Sybille à travers la foule, avait expliqué à Simon ce qui la perturbait et s’était lancée à sa recherche, mais elle n’avait même pas prit le temps de se demander pourquoi elle faisait tout ça, pourquoi cela semblait si vital.
Muette, elle laissa s’écouler de longues minutes pour tenter de répondre à cette question.
Finalement elle posa sa propre question, d’une voix prudente mais plus hostile comme au début, juste intriguée et perplexe, comme si elle s’adressait à un animal blessé ou perdu, de peur de la perdre à nouveau.

“Qu’est-ce qui t’es arrivé ? Pourquoi as-tu… Disparu ?”

Elle avait lourdement pesé ses mots, cherchant la façon la plus simple, concise et neutre possible de s’adresser à ce fantôme revenu du passé qui avait pourtant tant changé.
Restait-il dans cette inconnue un peu de la Sybille qu’elle était autrefois ? Celle qu’elle avait connu pendant de longs mois ? Celle à qui, pour la première fois, elle avait accordé son amitié ?

Oblivion se contenta de graver les traits fins mais durs de la nouvelle Sybille dans son crâne, pour la reconnaitre si d’aventure elles se perdaient à nouveau de vue.
Sans savoir pourquoi, il lui semblait important de ne rien louper de cette rencontre, de s’y accrocher. C'était sans doute son cœur d’enfant de cinq ans qui agissait, qui détaillait sans se lasser la femme au rhum, comme si la petite El’Galas voulait, par la force de son regard, faire revenir la Sybille d'avant, celle qu'elle connaissait.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #18 écrite Mer 27 Déc 2017 - 19:11

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

Ma question m'avait paru simple comme tout, mais visiblement pour elle, elle ne l'était pas. Elle laissa un long, très long moment s'écouler avant de se décider à entamer son interrogatoire. Pendant ce temps moi je buvais et soupirais sur un rythme régulier. Parfois je passais ma langue sur ma lèvre blessée. L'alcool commençait à brouiller ma vision et à réchauffer mes tempes. Dans la situation actuelle, j'avais peur de mon état. Je pouvais m'arrêter de boire oui, ça aurait été plus raisonnable. Mais la raison ne me connaissait pas, où c'était moi qui l'évitais va savoir.

Et puis enfin, elle se décida à poser sa question. Et moi, en première réponse, je ricanais nerveusement. C'était bien le seul souvenir que j'avais conservé de mon enfance, enfin jusqu'à maintenant évidemment. Parce qu'elle, en face de moi, elle s'était donné un malin plaisir à tout faire ressurgir. Je me suis prise à éprouver de la colère contre elle. Un court instant certes, mais c'était un sentiment suffisamment lourd pour qu'elle puisse le lire dans mon regard qui s'était posé sur elle avant que je m'enfonce dans ma chaise.

Je devenais bruyante, prenant de profonde inspiration que j'expirais dans un soupir. Mon visage s’agitait avec des grimaces aussi. Enfin, clairement, mon sang n'était plus tout net. Affalée dans ma chaise, je posais mollement mon bras par dessus le dossier et étendais un peu mes jambes, l'autre main toujours agrippé à mon verre. Ah, je dégageais rien de bon, mais l'avantage de mon été faisait que maintenant je pouvais la regarder de temps à autre, sans trop forcer.

❝ Hm... J'ai été enlevée. Pour être vendu. Comme esclave... ❞

Ma main droite s'exprimait par des gestes négligents, mes paroles étaient découpées et ma voix me semblait bien moins claire et à nouveau. En me remémorant ce passage de ma vie je ricanais encore. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'était pas le choc d'avoir été enlevée qui m'avait tant bouleversé mais ma mère qui s'était détourné si rapidement sans même tenter quoi que ce soit.

❝ Y avait la gamine, mais quand même... ❞

J'avais pensé à voix haute. Oui elle avait le bébé dans ses bras à ce moment là, ça justifiait de vouloir la protéger certes. Mais de là à tout simplement fuir alors qu'on avait toute une tripotée de garde qui aurait pu faire quelques choses. Je riais, une dernière fois, avant que mon visage ne se referme complètement, mes yeux se perdant dans les nervures du bois de la table. Je détestais ma mère, pour tout ce qu'elle représentait. Mais grâce à sa négligence, j'avais aujourd'hui une vie qui me convenait, bien plus que si j'avais du la passer ici entre ces murs.

Et puis je revenais vers elle, les yeux vides. D'un air dédaigneux et d'une voix ironique, je lui demandais :

❝ Je t'ai manqué ? ❞

Non, ce n'était certainement la meilleure des manières de poser cette question mais elle reflétait tout ce que je ressentais à propos de cette histoire. Je n'ai jamais été retrouvé, par personne. Pour moi ça voulait dire qu'aucune des personnes par lesquelles je croyais être aimé ne m'a cherché suffisamment, pas même elle devant moi. A vrai dire je m'en foutais de savoir si je lui avais manqué ou pas, je voulais juste qu'elle sache que visiblement, je ne lui avais pas manqué assez.

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Mer 27 Déc 2017 - 22:09

D’abord, il ne se passa rien, puis tandis qu’Oblivion tentait de comprendre comment elle avait pu se retrouver là, dans cette auberge, devant cette femme si familière mais pourtant si étrangère, un éclat de colère passa dans les yeux chocolat et la jeune femme aux yeux bleus fut décontenancée. Qu’avait-elle fait pour mériter cette rage ? N’était-ce pas plutôt à elle de lui en vouloir ? Non. Cela ne rimait à rien. Dans tous les cas, si elles ne s’étaient pas retrouvées plus tôt, c’est qu’il y avait une raison. Sans doute pas plaisante, mais elles sauraient bientôt tout, toutes les deux.

Quand la réponse arriva, la jeune femme fronça les sourcils. Comment ça, elle avait été enlevée pour être vendue en esclave ? Elle, une fille de noble ? Qui ne sortait jamais sans une escouade de gardes ? Les circonstances de ce jour étaient toujours restées floues, les parents de Sybille ne s’étant jamais répandu en détails et ayant bouclé les funérailles assez rapidement, comme si… Comme si cela les avait arrangé, au fond.
Tout à ses réflexions, Oblivion ne fit pas de commentaire sur la phrase suivante, qui ne s’adressait de toute façon pas à elle.

Puis l’inconnue avinée en face d’elle lui posa alors une question d’un ton ironique et avec un air tellement éloigné de celui qu’elle s’attendait à voir - et elle ne savait pas vraiment ce qu’elle attendait en vérité -, que la jeune femme pâlit, accusant le coup.
Elle s’était bien entendu déjà fait le reproche un bon millier de fois dans l’après-midi, tandis qu’elle attendait d’obtenir les réponses à ses questions. Et pourtant, se prendre le même reproche en pleine tête de la personne même qui avait été victime de ses manquements ressemblait à une mauvaise blague, comme si le fantôme de Sybille revenait pour la hanter.

Mais elle était bien vivante, et pouvait entendre - voir comprendre - ses raisons. Sans toutefois les excuser, car de toute façon Oblivion elle-même n’y réussissait pas, alors même qu’elle n’aurait rien pu changer.
Elle répondit donc d’une voix pâle, une pointe d’excuse dans la voix.

“Non... Enfin si. Comme une morte manque à quelqu’un. Terriblement au début, comme un trou béant qu’on sait ne jamais pouvoir boucher.”

Et elle était sincère. Elle avait pleuré toutes les larmes de son corps d’enfant quand elle avait apprit la nouvelle. Elle avait supplié ses parents d’envoyer des gens chercher après son amie, au moment où les de Toeni laissaient encore planer le mystère de l’enlèvement.
Mais ses parents n’avaient pas accédé à sa requête, malgré leur affection pour Sybille, et malgré la peine que cela causait à leur héritière, ils ne pouvaient décemment pas mettre leur position, leur carrière et leur réputation en jeu en allant chercher l’enfant de nobles qui eux-même n’avaient pas levé le moindre petit bataillon pour leur propre progéniture.

Oblivion reprit plus doucement sa réponse, tentant sincèrement de faire comprendre à l’étrangère qu’elle n’avait pas simulé son amitié, qu’elle avait été sincère du haut de ses cinq ans.

“Puis le temps passe et les bords du trou s’effondrent et ne laissent passer que des souvenirs, parfois, quand un rire me faisait penser au tien par exemple.”

Mais comme l’autre restait un peu hermétique, elle finit par conclure, avec les faits basiques, dénués de tout sentimentalisme.

“Tu as une tombe. A ton nom. Dans le cimetière du quartier riche. Pour l’intégralité des gens que tu as connu jusqu’à tes cinq ans, tu es morte il y a plus de dix ans.”

Son ton se fit plus dur, se teintant lui-même d’une pointe d’amertume envers cette revenante bien vivante qui venait lui demander des comptes alors qu’Oblivion n’avait rien à se reprocher.

“Avec tout ça, tu crois que moi, j’aurais dû continuer à te chercher, convaincue que j’étais que tu avais été tuée ?”

La réponse était évidente : non. Mais restait à savoir si l’inconnue en face d’elle acceptait la vérité cruelle et nue que la Garde Dorée venait de lui présenter.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #20 écrite Mar 2 Jan 2018 - 22:28

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

Une fois mon pique lancé j'attendais, avec une impatience étrange, sa réponse. Je ressentais un intérêt particulier pour ce qui pourrais ressortir de cette conversation. Comme si j'en attendais quelque chose, comme si je lui mettais tout sur les épaules. Comme si j'espérais d'elle qu'elle résolve tout ce qui m'avait semblé insurmontable à l'époque. Le peu de conscience qui me restait savait bien qu'elle ne pourrait pas porter un fardeau si lourd, mais mon esprit embrumé par l'alcool lui donnait tout ses espoirs.

Je l'écoutais, aussi attentivement que je pouvais. Je sentais mon visage se décomposer au fur et à mesure, pas de colère. J'avais bel et bien l'impression de ressentir une pointe de tristesse. Et pendant une seconde, aussi courte que tout à l'heure, je l'ai regardé avec compassion, de celle qu'on ressent quand on a vécu la même chose. Tout simplement parce que je comprenais ce qu'elle me disait. J'aurais pu lui parler de la même manière si je n'étais pas emprisonné sous cette carapace rugueuse et sombre. Car mon visage lui restais bien hermétique. J'avais arrêté de boire, c'était peut-être pour ça.

Et puis le coup de grâce. On m'annonçait, en face à face, ma propre mort. C'était risible. Et à cet instant j'étais vraiment sur le point d'exploser de rire. J'étais aussi choquée qu'abasourdis. Mon état ne m'aidant pas, j'ai vraiment faillis tout lâcher, mais elle continuait jusqu'à conclure par une question amer.

La regardant une dernière fois, je reprenais un air désabusé en soupirant bruyamment. Je changeais difficilement de position sur ma chaise, comme l'ivrogne que j'étais avant de revenir vers elle. Je penchais la tête et lui répondais un :

❝ Non. ❞

Très articulé, comme pour donner un côté sarcastique à tout ça. Un ton qui sous-entendait quelque chose comme « satisfaite ? ». Je jouais au conne, vraiment. Mais c'était ma manière de m'écarter des sentiments que me provoquait cette histoire. Je ne voulais pas les ressentir et je ne voulais pas qu'elle sache qu'ils étaient là. C'est ça le cadeau que m'a fait m'a mère en me laissant au Nord. Un cœur gelé qui ne bat plus que pour les miens.

Mes gestes étaient encore théâtrales. J'ouvrais mes paumes et mes bras en m'exclamant les yeux écarquillés :

❝ Mais ça tombe bien ! ❞

Puis je posais mes doigts sur ma poitrine en prenant un air faussement dramatique en grimaçant sur la fin, sans la quitter des yeux.

❝ Sybille est bien morte. Enterrée dans une tombe vide. ❞

Pourtant, j'avais une énorme envie d'aller la voir cette fameuse tombe, juste pour être confronté a cette annonce qui pouvait faire froid dans le dos. Peut-être que je prendrais cinq minutes pour y faire un détour d'ici mon départ, demain. Mais il fallait d'abord finir ici. Je m'enfonçais alors un peu plus dans ma chaise, étendant mes jambes. J'entendais ma voix onduler sous l'effet de l'alcool.

❝ Parce que figure toi qu'avec toutes ces conneries.. Ben j'ai carrément changé de nom. ❞

Je l'avais perdu de vue quand je ramenais mon corps vers la table, avachis avant de me servir un autre verre que je fixais plus que n'importe quoi. Et j'énumérais mes phrases comme une liste pendant que je versais avec la plus grande des attentions accordé à l'éméchée que j'étais, grimaçant à chaque faux mouvement.

❝ J'fais plus partis de ton p'tit monde de richous. J'ai été adopté. J'ai pris le nom de ma mère. J'vis même plus dans l'coin ! Mon nom maintenant c'est La... ❞

Ma voix se stoppa net, tout mon corps également alors que je fixais un point derrière les deux blonds face à moi. Mon visage s'était fermé brusquement. Je voyais derrière eux le con de tout à l'heure qui s’avançait vers nous avec son air de Chimère, les yeux rivés sur ma personne. En peu de temps il se retrouvait à quelques pas de moi. Alors tout s'enchaina instantanément. Je me relevais rapidement et mon visage devenait hargneux, tous crocs dehors. Il m'attrapa part le cou et moi j'empoignais la bouteille de rhum avant d'être projetée vers l'arrière. J'envoyais violemment mon arme vers son crâne et elle s'y brisa avant de déverser son contenu. Il fit quelques pas en arrière et j'en profitais pour, dans un même mouvement, attraper son crâne de ma main gauche que je venais écraser contre la table dans un rugissement guerrier. Elle se mit à vibrer et faire tomber le verre.

Il ne se relèverait surement pas de si tôt à moins qu'on ne l'y aide. L’adrénaline aidant à purger mon sang, je pouvais remercier mon instinct de combattante qui ne me quittait jamais, même alcoolisée. Les gens autour de nous commençait à s'agglutiner et on pouvait discerner le tavernier hurler parmi la foule des « sortez les moi d'ici ! ». Il avait pas l'air content. Je m'attendais à être balloté jusqu'à l'extérieur et à ne pas pouvoir prétendre à dormir une nuit de plus ici. Enfin ça j'y penserais tout à l'heure évidemment. Tout ça me faisait me rendre compte que je l'avais échappé belle et que cette altercation m'avait permis de freiner cet élan de révélations sur ma nouvelle vie. Une bonne chose en soit, je réfléchirais peut-être à éviter de boire en présence d'"inconnus".

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Lun 8 Jan 2018 - 10:23

Oblivion avait peut-être tapé un peu fort avec l’annonce de la mort officielle de Sybille. Même si l’autre blonde avait fait des efforts pour ne rien laisser paraître, elle avait vu son regard ciller. Ou peut-être était-ce à cause de l’alcool ?
Quoi qu’il en était, la Garde Dorée refusait de prendre sur elle la culpabilité d’avoir laissé le lien qui les unissait s’être distendu, voir peut-être même brisé dans le temps. Elle n’était pas coupable de l’enlèvement puis de la prétendue mort de sa camarade et avait passé trop de temps à s’en vouloir pour retomber maintenant dans ce fameux cercle vicieux.

Puis l’inconnue répondit et fit table rase du passé. Finalement, l’annonce de sa mort officielle, si elle avait parut difficile à accepter au début avait rapidement laissé place à un dédain teinté d’ironie et d’une certaine satisfaction. En effet, cette nouvelle semblait arranger son vis-à-vis et Oblivion se prit un instant à la jalouser. Comme elle aurait elle aussi aimé pouvoir disparaître, changer de vie, échapper à ses obligations… Mais elle n’en avait pas encore le courage. Peut-être un jour…

A l’annonce du fait que Sybille avait un nouveau nom, la Garde Dorée plissa les yeux. C’était logique en un sens, si elle avait été adoptée, mais c’était une idée perturbante.... Enfin pas tant que ça. La femme qu’Oblivion avait devant les yeux était tellement éloignée de la Sybille dont elle se souvenait qu’il ne lui paraissait pas si insurmontable que ça de commencer à l’appeler autrement. Ce serait peut-être même sans doute préférable au final.

Mais avant qu’elle eût pu dire quoi que ce soit, elle capta le regard brun de l’autre qui s’était fixé sur un point, par-dessus son épaule. Fronçant les sourcils, Oblivion se retourna à demi et ne mit pas bien longtemps à comprendre : arrivait vers eux un homme à la mine patibulaire, déjà bien amoché, qui semblait vouloir en découdre avec… Sybille.
Ouvrant la bouche pour tenter d’interrompre la baston avant qu’elle ne commence, Oblivion se leva brusquement et tendit un bras vers l’homme… Qui n’était pas la réelle menace. Une bouteille s’écrasa bientôt sur le crâne du malheureux, coupant l’élan de la Garde Dorée net.
Puis ce même crâne alla s’écraser contre le bois de leur table, provoquant un brouhaha assourdissant.

Bientôt la situation devint critique et Oblivion commençait à entendre Alerik le tavernier s’indigner sur le comportement de l’autre à travers les cris et les exaltations des autres clients avinés qui cherchaient plus de sang et plus de baston.
Attrapant Sybille par un bras et faisant signe à Simon de faire de même avec l’autre, elle se mit à la trainer sans ménagement vers la sortie, se frayant un passage à grands coups de coudes et de pieds.

Une fois dehors, elle se dirigea sans s’arrêter vers la fameuse ruelle où elle avait provoqué Simon en duel lors de leur première rencontre et lança Sybille en avant sans ménagement.
Furieuse, elle mit les poings sur les hanches et la fustigea avec sa fureur froide ordinaire.

“Non mais ça va pas ?! C’est pas parce que tu ne fais plus partie de mon monde de richous comme tu dis que tu dois te comporter n’importe comment ! Que tu te fiches de ta réputation tant mieux mais ce n’est pas le cas de la mienne ni de celle de Simon ! On aura encore de la chance si Alerik nous laisse rentrer à nouveau !”

Le flot de paroles incessant ne cessait de grandir, le mauvais comportement de l’inconnue ayant ouvert les vannes psychologiques d’Oblivion qui avait vu là un bon moyen de laisser s’échapper la tension, les doutes et les peurs qu’elle avait emmagasiné depuis des semaines.

“Bordel de Nom des Dieux de merde. Comme si j’avais pas assez de problèmes pour en plus retrouver un fantôme du passé mal élevé qui s’amuse à me coller la honte parce qu’elle tient pas l’alcool…!”

Maintenant la demoiselle faisait les cent pas, fulminant et lachant des chapelets de jurons appris lors de ses deux années d’entrainement de Garde Dorée. Il y en avait des colorés, des verts et des pas mûrs, mais en tout cas ça faisait un bien fou.
Elle se préoccuperait de réparer les dégâts matériels, et sur sa réputation, plus tard.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #22 écrite Lun 8 Jan 2018 - 14:53

Simon se mettait rarement en colère et cétait un point plutôt positif parce qu'une petite voix dans a tête lui hurlait d'attraper les deux blondes et le leur coller un pain chacune. A "Sybille" ou qui que ce fut pour son manque flagrant de self-control et ses actions néfastes ; et à Oblivion pour son hypocrisie notable de retourner ses propres paroles contre son ancienne amie au moment où ça l'arrangeait bien et le fait qu'elle l'ait forcé à agir comme un bon toutou pour sauver sa peau. Alors comme ça il devait agir comme un bon toutou pour sauver la réputation de Miss Oblivion ? D'accord, soit, ils en reparleraient plus tard dans des termes plus rationnels. Refrénant toutes ces mauvaises pulsions exacerbées par l'alcool qu'il avait ingurgité sans modération pendant que les deux folles parlaient, il se contenta de s'asseoir sur une des caisses sorties pour le festival et soupira longuement pour couper son alliée dans sa tirade débordant d'ironie.

"Haaaaa... Vous êtes les mêmes à mes yeux en ce moment : deux inconscientes sauvageonnes incapables de contrôler leurs émotions."

Il pointa Sybille du doigt d'un air accusateur.

"Toi, je me fiche de qui tu es et de ce que tu étais. Pour moi, t'es juste une fille qui vient au festival comme des centaines d'autres parce que c'est un événement qui profite à toute l'île."

Il pivota et se contenta de fixer Oblivion avec un regard gelé.

"Et toi, t'es fière de ce que tu fais là ? Tu te sens digne d'être garde dorée, avec tes chapelets d'injures à l'adresse d'une amie devenue étrangère ?"

Son doigt toujours pointé sur la fausse morte, il pivota de nouveau dans sa direction.

"Je suis navré qu'un poivrot t'ait attaqué dans l'enceinte d'un bâtiment supposément sûr en temps de fêtes. Malgré tout, je pense qu'il est temps que le ton baisse et qu'on se calme tous. Je réglerai la situation avec Alerik moi même et je m'assurerai que l'on soit tous les trois acquittés des dettes qu'on a potentiellement généré. Maintenant, si vous voulez bien, il serait temps d'agir comme deux femmes responsables et de revenir là où nous en étions avant d'être interrompus."

Il avait baissé le bras au milieu de sa tirade et regardait les deux inconscientes tour à tour avec un regard à la fois ferme, prudent et respectueux. Ce n'était pas deux harpies et un ivrogne qui iraient lui gâcher une soirée aussi formidable que celle du festival de Terra. Son air paternaliste et mature contrastait encore plus avec son apparence de jeune adolescent mais l'ombre de la ruelle dans la nuit creusait ses traits en un visage bien plus sage qu'à l'accoutumée. Son sourire n'était pas au rendez vous et sa voix déjà grave à la base résonnait dans la ruelle en une voix n'impliquant aucunement celle d'un enfant.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lagertha
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Eowyn
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 223
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece & Armalys
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
• Pendentif de célérité
• Sceptre de feu
• Fugue
• Pansement coagulant
• Curaga
• Sanguine


Inventaire▲

Aventure #23 écrite Lun 8 Jan 2018 - 23:11

❝ Anesthésie mon âme, foutu rhum !
- ft. Oblivion & Simon

Tout s'est enchainé très après ça. Je me suis sentis attiré vers l'avant comme par magie. Un coup d'oeil par ci par là et je voyais que c'était les deux blondinets qui en étaient à l'origine. N'ayant pas le cœur à me débattre pour si peu, je les laissais faire en les suivant non sans marmonner quelques jurons à l'égard du pauvre cas à présent couché au sol. Finalement, moi et mes gardes, on est arrivé dans une petite ruelle sombre à l'écart du bordel ambiant. C'était pas plus mal. Mais voilà qu'une fois arrivé, on me lançais vers l'avant comme une chaussette. Il m'a bien fallu quelques pas avant d'arrêter ma course et me retourner vers ma chère et tendre amie qui avait prit un air de mère maquerelle.

Je la regardais alors, les yeux plissés et d'un air plus que dubitatif. Je m'avançais, l'air de rien vers elle, en l'observant d'un air l'invitant à s'arrêter l'air de dire « tu veux vraiment continuer sur ce chemin là ? ». Et puis oui, elle a continué, jusqu'à ce moment fatidique où elle aurait du normalement signer son arrêt de mort. Mal élevé ? Moi ? Mon sang n'a fait qu'un tour et j'ai fais le rapprochement tout de suite. Etait-elle vraiment en train de critiquer la manière dont mes parents, surtout ma mère, m'avait élevé ? Elle avait mis son doigts là où il ne fallait pas et, face à elle, je la regardais avec une grimace de dédain et déception en lui répondant :

❝ J'ai juste été élevé différemment de toi. ❞

J'ai gardé mon regard planté sur elle, d'un air tiré par le dégout, avant me de détourner pour la laisser s'énerver toute seule dans son coin. Cela dit, la pillule aurait du mal à passer. J'ai pris place pas très loin du blondinet, m'adossant au mur avant de m'accroupir, les bras posé lâchement sur mes genoux. Et je la fixais, nerveusement, le regard noir et la mâchoire serré. J'avais plus envie de rien la concernant, ni lui parler, ni essayer de chercher quoi que ce soit. La situation commençait à serieusement me mettre à mal et visiblement j'étais pas la seul. Le blondinet dont j'avais zappé le prénom prit la parole. Je l'écoutais à peine, trop occupé à fixer l'autre. Jusqu'à ce qu'une phrase parmi son monologue me fasse tiquer au point de jeter un œil sur lui en fronçant les sourcils.

Elle était garde dorée alors ? Un point loin d'être négligeable, il fallait que je sois plus prudente. Je continuait à l'écouter, avec attention mais en restant très neutre. Je lui adressais, à la fin de son discours, un léger sourire qui m'a un peu échappé. Il avait raison en un sens, mais j'étais loin d'avoir envie de faire le moindre petit effort. Je réajustais ma position difficilement avant de la fixer à nouveau, du même regard noir et prenait de temps à autre de forte inspiration par le nez, pour essayer d'évacuer au mieux mon état alcoolisé. C'était essentiel au vue de la nouvelle.

J'étais à présent complètement muette, figée, froide, à la fixer sans cesse. Un peu comme à la demande du garçon, j'étais d'un calme que m'envierait Aqua. A la limite du dérangeant.

(c) Kuroko's basket RPG



∙∙∙⊰La justice est la vengeance des Nobles, comme la vengeance est la justice du Nord⊱∙∙∙


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 181
Double Compte : Serindë
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP
Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)

- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)

- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1000T dans une bourse + 1000T de la tombola de Terra
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Mar 9 Jan 2018 - 11:16

Ok Oblivion avait peut-être un peu pété les plombs. Ce n’était pas habituel mais il était déjà arrivé à la demoiselle de piquer de grosses crises de nerfs, quand tout ce qu’elle gardait pour elle depuis des mois pesait trop lourd.
Là, c’était juste le poids de la journée qui s’évacuait et pas de la meilleure des manières mais elle n’avait que ça sous la main, des injures, pour libérer la pression. C’était soit ça, soit taper quelqu’un. Et elle était encore assez lucide pour savoir que ce serait pire que tout, que ni Simon ni Sybille ne serait ravis de servir de punching-ball. Et puis, avec l’esclandre que l’inconnue venait de déclencher, elle avait plutôt intérêt à rester discrète, pas besoin d’en rajouter une couche.

Tournant toujours en rond elle ignora la remarque de Sybille, enfin, parut l’ignorer car celle-ci fit toutefois mouche, lui jetant au visage que dorénavant ce n’était plus son amie, que les années et le temps avaient gommé ce qui restait entre elle et qu’elle devrait dorénavant se faire à l’idée que la jeune femme adossée au mur n’était plus son amie d’enfance. Et qu’elle risquait peu de le redevenir
Oblivion avait encore du mal à l’intégrer mais elle commençait à saisir tout ce que cela impliquait : qu’elle ne connaissait plus rien d’elle, qu’elle ne savait pas qui elle était, ce qu’elle faisait dans la vie… La nouvelle Sybille était une page blanche.
La question qui se posait désormais était donc de savoir si elle souhaitait tenter une nouvelle approche ou laisser tomber, laisser partir cette inconnue qui n’était plus qu’un vague écho d’une enfance depuis longtemps révolue.

Soudain le monde se mit à tanguer et une douleur piqua les côtes d’Oblivion, obligeant la jeune femme à cesser de tourner en rond furieusement pour s’appuyer d’une main au mur, pliée en deux. Ce n’était sans doute pas un point de côté, mais peut-être une blessure mal soignée de ses épreuves de la journée ? Peu importait, elle cligna des yeux et se redressa, piquée au vif dans sa fierté sous la tirade de Simon, se retournant violemment.

“Ce n’est pas toi qui disait tout à l’heure que je pourrais me laisser aller ici ? J’ai écouté tes conseils pour une fois, j’ai attendu d’être à l’écart pour… pour…”

Elle ne termina pas sa phrase. La fin était évidente pour tout le monde : “pour péter un plomb”. Ça lui faisait mal de l’admettre mais oui, elle avait perdu le contrôle. Toutefois, comme à chaque crise de nerf, elle n’avait pas encore de remords, ils viendraient plus tard, à tête reposée.
Elle se fustigerait alors de s’être laissée aller de la sorte face à Simon, mais surtout face à une Sybille qui ne l’était plus. Une parfaite inconnue qui aurait pu exploiter la moindre de ses faiblesses si elle avait été un peu plus malveillante.
C’était vrai après tout, pour le moment elle ne faisait pas mine de vouloir leur nuire, mais si cela se trouvait, elle avait été élevée par une famille de bandit ou de marchands d’esclave…

D’un coup, le visage froid et la raideur toute militaire d’Oblivion reprirent leur place. Simon avait raison. Ce n’était pas le moment de se laisser aller, devant une inconnue ou même en pleine rue, même si celle-ci était à l’écart.
Il ne fallait plus qu’elle se lâche, elle le pourrait sans doute, plus tard, quand elle serait seule chez elle. Mais pour l’instant il fallait qu’elle se protège, qu’elle arrête de divulguer n’importe quoi, n’importe comment.

Fixant un instant l’inconnue, elle lui demanda alors, poliment, de façon maitrisée, comme d’habitude :

“Alors tu dis que tu as changé de nom… Comment t’appelles-tu maintenant ? Je suppose que je ne peux plus vraiment t’appeler Sybille...”

L’effort pour tenter de reprendre une conversation normale, qui mènerait enfin à quelque chose, était grand dans la mesure ou la Garde Dorée appréciait peu de se faire enguirlander. Elle ne s'était pas excusée car elle jugeait toujours être dans son bon droit en ayant poussé une gueulante, mais les remontrances de Simon avaient au moins eu l’effet de calmer Oblivion, mène si la douleur qui lui vrillait régulièrement les côtes y était sans doute aussi pour quelque chose.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Simon De Camina
avatar
Animateur


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Shingeki no Bahamut
Date d'inscription : 18/07/2016
Messages : 424
Double Compte : Q'loth
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Aucun
Métier : Aventurier
Invocation(s) : Minarîa, Serindë
Inventaire :
A la ceinture:
 

Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #25 écrite Mar 9 Jan 2018 - 12:13

Comme un vieux couple, ils s'expliqueraient plus tard, une fois les problèmes passés. Pour l'instant, bien que tout le monde semble grogner intérieurement, le calme était relativement de retour et c'était l'essentiel. La fatigue et l'alcool ne faisaient jamais bon ménage pour être rationnel et il serait plus facile d'expliquer dans un autre contexte que se mettre sur la tronche dans une ruelle n'était une bonne option que si tous les partis étaient consentants pour le faire, et non pas traînés de force suite à une bagarre entre gens alcoolisés.
Plutôt que de relancer puérilement une dispute, Simon profitait silencieusement du calme après la tempête, s'adossant au mur contre lequel se trouvait les caisses sur lesquels il était assis le dos voûté.
Il n'avait rien envie de dire, il avait envie d'attraper leurs mains et de les mettre l'une dans l'autre. Découvrir une nouvelle personne n'était pas nécessairement une mauvaise chose, il était plus douloureux de constater qu'Oblivion n'avait pas fini son deuil après toutes ces années. Peu importait qui était Sybille au final, même si elle avait changé de nom, de vie et tout autre point négligeable, elle restait un individu avec un passé complexe et des raisons pour faire les choses qu'elle faisait actuellement. Le justicier ne sentait aucune réelle animosité dans la situation présente et s'assurait de ressentir la tension pourtant omniprésente dans chaque faits et gestes des protagonistes.
Affalé sur son caisson, la tête appuyée sur le mur de la taverne et les mains posées sur son ventre, les jambes ballantes dans le vide, il attendait de voir la moindre étincelle pour intervenir, les sens bien moins relaxés que son corps ne le laissait supposer.


CLIQUEZ ICI:
 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #26 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Anesthésie mon âme, foutu rhum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lieux de Divertissement :: La Taverne-