Le printemps ne vient jamais seul

Partagez| .

Le printemps ne vient jamais seul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Ven 15 Déc 2017 - 11:23

Le printemps était venu, enfin. La jeune noble appréciait beaucoup cette période ; une nouvelle vie après la mort de l’hiver. Elle appréciait plus particulièrement le festival qui l’accompagnait, là où les bonnes gens oubliaient leurs malheurs le temps d’une journée. Elle aussi se prêtait au jeu, un tant soit peu. La journée était bien entamée et elle déambulait encore dans les rues de la ville, accompagnée de son escorte. Si elle ne l’appréciait pas, elle devenait indispensable dans ce genre d’événement. Elle soupira faiblement. Ce n’était même pas Izaya à ses côtés, cette dernière ayant mérité un peu de repos, ni même Shénzi, qui avait voulu fuir au plus vite ce « rassemblement d’humain ».

Si l’après-midi suivait son cours, Nérée commençait à se lasser des bains de foules et des cris des marchands. Elle prit alors un chemin plus tranquille, bordée de maison et de quelques pans de verdures. Elle aimait prendre le temps de ne rien faire, pouvoir réfléchir tranquillement sur un banc. Après tout, en public, elle ne pouvait guère se permettre les mêmes choses que dans sa demeure. Elle s’était d’ailleurs apprêtée pour l’occasion, et avait même opté pour un chapeau élégant, allant à merveille avec sa robe nacrée ; il faisait soleil aujourd’hui. Lorsqu’elle trouva enfin l’endroit idéal pour se reposer, au bord d’un petit canal, une idée lui vint soudainement.

La rondelette était l’un de ses fruits préférées, tant par sa couleur que son goût. La jeune noble envoya alors sans aucun scrupule l’un de ses gardes lui en acheter deux sachets alors qu’elle prenait place sur un banc ; il fallait bien leur trouver une utilité. Après tout, elle n’avait que peu mangé au repas du midi, qu’elle avait préféré sauté pour profiter des festivités. L’autre colosse se positionna derrière elle, à une distance qui permettait l’illusion de sa liberté. S’il n’allait pas la quitter des yeux, il pouvait bien la laisser respirer un peu. Tous dans la garde dorée connaissait son avis et sa réaction quant à la surveillance trop rapprochée.

Souvent, le printemps ne venait jamais seul. Du renouveau, des surprises, une nouvelle saison commençait et souvent avec son lot de problèmes et découvertes. Alors que la jeune femme s’était laissée aller dans ses pensées, deux bottes entrèrent dans son champ de vision. Après un temps, voyant qu’elles ne semblaient vouloir repartir, elle en déduisit qu’elles étaient là pour elle. Une jolie attention, en soit. Encore un assassin à ses trousses ? Le garde derrière elle aurait réagi depuis bien longtemps si cela avait été le cas ; ou peut-être pas. En ces temps mouvementés, il fallait se méfier de tout. Et Nérée ne le faisait pas. Elle releva légèrement la tête pour poser son regard sur l’inconnu, un fin sourire aux lèvres.

« Belle journée, n’est-ce pas ? »



« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Ven 15 Déc 2017 - 13:52

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Il n’était pas simple de retrouver une personne dont on ne connaissait que le nom, et un semblant de l’apparence, en plein milieu d’une festivité dans la Capitale. Plusieurs fois j’eus l’impression de l’apercevoir au loin, au détour d’une ruelle, derrière une silhouette, assise à une terrasse. Mais elle n’était jamais là. Le début d’après-midi ne manquait pas de toucher à sa fin lorsque je commençais à songer arrêter là les recherches. Après tout, il n’y avait pas d’extrême urgence. Aujourd’hui ou demain, il n’y avait aucune différence. Rien ne m’obligeait à m’imposer la foule grouillante et assourdissante qui réveillait doucement en moi l’envie de trancher quelques gorges. C’est vrai que cela commençait à dater. Il était peut-être temps pour moi de rattraper ce retard.

Mon regard se posa alors à tour de rôle sur ces visages souriants, célébrant cette journée comme-ci elle promettait de meilleurs lendemains. Buvant, s’empiffrant, s’amusant de leurs conditions. Acceptant de n’être que du bétail dans la mégalomanie d’un homme. A refuser de se battre, à accepter sa tyrannie, ils ne valaient pas mieux que lui. Doucement, l’extrémité de mes doigts vinrent  effleurer la dague à l’arrière de mon dos. De nouveau j’entendais cette inaudible voix murmurant qu’il était temps d’agir, de nettoyer cette place de l’abjecte produit princier. Faire couler le sang dans les rues, la paver de cadavres frais. Mettre fin à toute cette sinistre comédie.

Ma main empoigna mon arme lorsque le membre de ma garde personnelle me sortis de ma transe. Il venait de revenir de sa pêche aux informations, et pensait avoir trouver la bonne. Quelques secondes passèrent, un instant d’hésitation, je décidai de le suivre. Ces hommes étaient déjà morts de toute façon, c’est juste qu’ils ne le savaient pas encore. Après avoir traversé une nouvelle fois la foule opaque, et fait quelques pas à l’écart, j’apercevais la silhouette de la cible tant recherchée. Non loin, un homme armé à l’armure si significative. Pas étonnant pour une noble. Se protéger du peuple par l’acier d’un autre, se promener dans les rues de ceux qui n’ont rien avec pour escorte une armure rappelant leur richesse. Avoir toujours quelqu’un pour garder à distance de leurs si soyeux habits la misère du système politique qu’ils cautionnent et auxquels ils contribuent. La seule chose à faire, était en réalité de la jeter dans cette eau qu’elle guettait, pour la voir se débattre à son tour sans qu’aucune aide pourtant si facile, ne lui soit apporté.

D’un signe de main, je profitai d’être encore suffisamment loin pour ordonner à l’un de mes hommes de contourner, afin de pouvoir se positionner dans le dos de ce Garde Doré. Après quoi je m’avançai de quelques pas pour finalement faire attendre le second, et me présenter seul, face à elle. Son protecteur ne semblait pas inquiet, sans doute que ma tenue laisser suffisamment à croire que j’étais de son monde. Par chance, le temps que je perdis à guetter une éventuelle réaction de sa part fit lever la tête de la fille Helireah, me faisant revenir à elle.   


- Pour quiconque aime l’apparence et l’hypocrisie de tout un peuple, à n’en pas douter. Lâchai-je sans en avoir réellement conscience, avant de me reprendre Je suis le Comte Akelar, dernier des Katar, Seigneur de Sirk et co-gérant de la grande Arène de Lüh. Pardonnez le dérangement que je cause à votre tranquillité, mais j’aimerai savoir si un membre de la famille Helireah en charge des affaires commerciales familiales se trouve proche. Pouvez-vous m’y aider ?
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Ven 15 Déc 2017 - 21:57

L’homme qui se trouvait en face d’elle était plutôt grand, élégant sans pour autant tomber dans l’exubérance. Un peu à son image. Elle ne connaissait encore pas son visage ; lui, oui. Si cela lui donnait un maigre avantage, elle ne doutait pas un instant que cela n’allait pas durer. Elle lâcha d’ailleurs un doux rire à sa réponse. Quelque peu amère et vraie à la fois ; l’hypocrisie avait ses bons et ses mauvais côtés.

Elle écouta silencieusement la suite de ce qui ressemblait au début à un discours. Mais aucune remarque ne vint, car elle-même avait parfois des nominations aussi longues, ainsi la jeune noble se contenta de retenir le nom qu’il venait de prononcer. Il lui disait vaguement quelque chose ; une histoire peu intéressante. Puis, elle haussa un sourcil suite à sa question. S’il semblait connaître son visage, il ne connaissait pas grand-chose d’autre.

« Je pourrais, en effet. »

Elle lui répondit sans trop se faire désirer. Nérée était tout de même intriguée par sa question. Cet homme ne semblait pas savoir qu’elle était elle-même la personne qu’il recherchait, mais il avait été jusqu’à la rencontrer dans un endroit incongru pour quérir des informations. Peut-être était-ce là un signe qu’elle négligeait depuis bien trop longtemps ses apparitions à la cours de Lüh ; une bonne chose en soit. Accompagnée d’un geste de la main, elle reprit alors la parole : « Prenez donc le temps de vous asseoir, si vous souhaitez vraiment en rencontrer un. » La noble était restée assez vague dans ses propos ; elle pouvait parler d’elle autant d’un membre de sa famille. Qu’il continue de penser qu’elle n’était pas celle désirée lui importait peu, de toute façon. Malgré tout, elle n’avait aucune raison de ne pas accepter de l’écouter ; ni de l’aider tout bêtement et simplement.

Qu’il choisisse de partager un moment avec elle ou de rester debout, Nérée pris un moment de réflexion avant de reprendre la parole. Elle enleva sa coiffe par politesse, passant une main dans sa chevelure pour le remettre en place. En ce moment, elle avait tendance à déléguer la partie affaire de ses commerces à Zachary, ayant pris un peu trop goût au voyage. Cependant, ce comte semblait avoir en sa possession de nombreuses choses pour un si simple statut. Elle tourna son regard vers lui et lui dit enfin :

« Qu’est-ce que cela m’apporterait de vous aider ? »

La présentation viendrait sûrement plus tard, mais pour l’instant, elle voulait s’amuser un peu avec lui.


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Ven 15 Déc 2017 - 23:21

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Ma remarque non-voulue ne sembla pas être spécialement relevée, tout juste répondu d’un léger sourire qui laissa s’échapper un rire bien différents des si expressifs que l’on peut entendre dans chaque taverne. Même leur manière de rire était différente dans leur monde. Pas désagréable pour autant cependant. Après un instant que je pris comme de l’hésitation, elle m’invita à m’asseoir à ses côtés. Une proposition qui ne manqua pas de me laisser perplexe. Une femme, de grande famille, qui acceptait d’être dérangée sans répondre par l’insulte, et qui ne craignait pas qu’un inconnu prenne place si près d’elle ? Etrange. A moins que ce soit le Garde Doré qui lui donne l’illusion d’être en sécurité. Si bien, qu’elle n’avait pas à me craindre. Dans un sourire, je m’exécutai.

Détachant le fourreau clipsé à ma ceinture pour pouvoir prendre place convenablement, je plaçai mon arme sur le côté, et à portée. Peut-être allais-je ne pas avoir besoin de la jeter à l’eau avant de m’occuper rapidement de son chien de garde. Allait savoir, elle était possiblement capable de m’étonner si elle continuait ainsi. Soulagé du poids de son démesuré chapeau, elle libéra au vent une cascade se voulant presque de feu, dont la brise passante fit venir jusqu’à moi la délicate odeur de fleurs. N’étant plus sous l’ombre de son accessoire, elle laissait apparaître sous les rayons chauds d’un soleil printanier un doux visage au teint pâle bien que quelques légères tâches de rousseurs venaient faire espérer un peu de couleurs chaleureuses.

Bien entendu, cette pureté à la limite de l’inoffensive et fragile poupée n’était qu’un masque à la froideur, et à l’abjecte âme qui se cacher derrière. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour qu’elle cède à ce qu’elle était réellement, et fini par me demander ce qu’elle gagnerait à me donner une information. Toujours ce besoin d’un retour, d’un échange, d’un gain. Ne rien faire gratuitement. Certes, j’étais exactement comme cela. Mais je reconnaissais et non sans une certaine fierté, que je n’étais pas quelqu’un de bien, de fréquentable. Tandis qu’eux, criait à qui veut l’entendre à quel point ils le sont. Un rictus voulant se masquer en sourire de coin répondit à sa demande, avant que je ne prenne un moment en regardant l’étendue d'eau, pour trouver de quoi la satisfaire.

Ma première idée fut de la jeter à l’eau et de lui proposer sa vie en échange. Mon second homme était arrivé dans le dos de son protecteur du jour, et n’aurait aucun mal à le surprendre, bien trop obnubilé par moi qu’il était. Fatiguée de se débattre, elle finirait par capituler. Mais si je faisais ça avant d’avoir la certitude d’obtenir le nom que je recherchai, je mettais en danger les ressources dont mon village avec cruellement besoin en ce moment. Il me fallait autre chose. Le problème, quand face à nous se trouve une membre de la famille réputée la plus riche, c’est que l’on a peu de chose à offrir qu’elle ne pourrait avoir d’elle-même dans l’heure.    


- Je ne pense pas avoir à vous offrir un quelconque bien que vous n’auriez pas déjà, ou que vous ne pourriez pas avoir d’un ordre donné à l’un de vos suivants.  Commençai-je Ou chiens de garde.Continuai-je en jetant un regard sur son protecteur Mais il se pourrait que ce qui vous fait envie, ne soit pas un bien. Dîtes-moi donc ce que vous désirez, sans pouvoir le demander au premier venu, ou simplement le confesser, et je vous promet de réaliser votre demande. Terminai-je suis un ton se voulant plus silencieux, plus prompte à ne pas être entendu par une quelconque oreille indiscrète aussi attentive soit-elle, tandis que le bleuté de mes yeux, cherchaient l’indécision des couleurs des siens.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Sam 16 Déc 2017 - 0:49

Sans réelle surprise l’homme s’assit à ses côtés. Nérée remarqua alors qu’il était armée alors qu’il se détachait de son épée ; tout comme elle, après tout. A ce geste le garde dorée posté derrière le banc se rapprocha de quelques pas, car si elle n’en avait que faire des dangers, lui devait un tant soit peu anticiper toutes les menaces. Un métier bien difficile. Malgré les doutes et les interrogations, n’était-il pas plus agréable de profiter de cet instant ainsi ? Etre au bord de l’eau rajoutait un certain charme à ce moment, et Nérée ne se forçait pas lorsqu’elle répondait au sourire du noble Akelar.
 
Il fallait avouer que le regarder était devenu bien plus facile, les rayons du soleil ne l’éblouissant plus autant qu’avant. Ses yeux se posèrent sur la fine cicatrice du visage de l’homme alors que ce dernier avait repris la parole. Etait-il un combattant aguerri, un simple malchanceux ?  La couleur de ses yeux et de ses cheveux en faisait un homme bien mystérieux.

Elle l’écouta avec attention, notant la façon particulière dont il avait abordé le sujet des gardes. En général, les nobles étaient honorés d’être ainsi escortés. Il n’y avait que la jeune noble pour dénigrer cette escorte si gentiment offerte. Etait-il l’un de ceux qui voyait la noblesse différemment, ou avait-il simplement une aversion pour eux ? Cependant, ce n’était pas pour cette raison que sur son visage s’afficha un air légèrement déçu. Une réponse un peu trop prévisible, qui ne laissait pas libre court à l’imagination.

« Mh... Vous savez, il y a des choses que même les divinités ne peuvent avoir si facilement… »

Et elle ne savait guère si elle voulait avoir un tel pouvoir entre ses mains. Et si elle sentait qu’elle pouvait le toucher du bout des doigts, elle avait bien d’autres objectifs en vue. Ainsi, ce que lui proposait le comte ne l’intéressait pas, ou du moins pas sur l’instant présent. Après tout, cette demande ne valait rien, puisqu’elle ne pouvait rien lui offrir en échange non plus. De plus, son inconscience avait en effet certaines limites et, si elle se fichait bien de ce qu’il pouvait lui arriver, la valeur d’une promesse à ses yeux était bien trop importante. « Je ne sais pas si c’est une bonne chose pour vous que de me promettre une chose pareille. » Continua-t-elle presque sur le même ton que le dernier des Katar venait d’employer. « Surtout si je décide de l’utiliser à mauvais escient. » Et si elle lui demandait de commettre un crime, le ferait-il sur le champ simplement pour l’information qu’il désirait ? Si ce noble était aussi prêt à tout pour avoir ce qu’il désirait, son petit jeu en devenait bien plus intéressant.

« Que diriez-vous de simplement me conter une histoire ? Après tout, la tranquillité de ce lieu y est propice. »

Il n’y avait en apparence aucune réelle logique à cette demande. Nérée souriait doucement ; elle aimait en apprendre plus sur ceux qu’elle rencontrait, une curiosité qui lui jouait parfois des tours. Mais qu’est-ce qui se cachait réellement derrière cette attitude presque enfantine ? Peut-être un désir de simplement profiter de cette journée de printemps.  


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Sam 16 Déc 2017 - 2:26

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Son visage me fit constater que je n’avais pas réussi à faire mouche, sans vraiment me surprendre. Je n’étais pas persuadé de cette approche. Adaptée pour certaine, mais je me mesurai cette fois-ci à une Haute Noble. Plus difficile à approcher, davantage dans l’attente des ennuyeuses sérénades. J’allais devoir tenter un autre axe d’approche jusqu’à trouver le plus adapté. C’était là une perspective amusante, de tomber sur une jeune femme plus complexe à déchiffrer, à analyser, jusqu’à ce qu’elle ouvre la bouche.  

Je n’en revenais pas. « Il y a des choses que même les divinités ne peuvent avoir. » Etait-elle sérieuse lorsqu’elle se plaçait au même niveau qu’un être divin ? Sans doute que mon rire étouffé m’avait trahis tant il m’avait échappé sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. La prétention de leur monde n’avait réellement aucune limite. Etais-ce cela, gravir les échelons sociaux de leur univers ? Se perdre toujours de plus en plus profond dans la mégalomanie ? Aller jusqu’à s’égaler des Fils de Dieux. Peut-être même que le Prince se voyait carrément l’un des Pères Fondateurs de notre Île. Que c’est pour cela qu’il reste enfermé dans sa tour d’or, désintéressé de la souffrance de ses semblables qui ne sont à ses yeux, qu’une race inférieure.

Si telle était la pensée de cette fille Heleriah, il était fort probable qu’il en soit de même pour sa famille. Je devais savoir où les trouver. Ils allaient être ma première cible. Et cela ne se passerait pas avec rapidité et propreté. S’ils se pensaient divin, j’allais me faire un plaisir de leur démontrer la triste vérité quant à leur malheureuse mais simple condition humaine. Déjà mon esprit se fermait et le doux murmure revenait. Cela faisait trop longtemps que j’étais dans cette empestante Capitale des Hommes, si bien que ce sourd écho venait chantonner sa douce berceuse sans le moindre mal. Le Temps allait sans doute finir par me manquer, si je restai à côtoyer pareille personne.

A moins que. Son souffle murmuré vint me faire hésiter, alors que mes yeux acceptaient enfin de revenir se poser sur elle. Plongeant mon regard dans le siens, je cherchai dans ces fenêtres de l’âme la vérité qui y était toujours écrite. Je découvrais alors l’un gris à l’instar du voile semblant couvrir les miens depuis quelques temps maintenant, avec quelques pointes violâtres. L’autre, ayant tendance à se rapprocher d’un orangé. Surprenant et impossible à percer aux premiers abords. Voilà qui lui correspondait. Mais tout comme eux, avait-elle aussi deux facettes ? Et dans ce cas, quelle était celle qui n’était pas la jeune noble présentable au parfum enivrant ? Serais-ce ce risque d’user de ma promesse à mauvais escient ? Avait-elle une part sombre, jouant un jeu à l’instar du miens ? Non. Je ne pouvais croire que derrière ce visage d’ange innocent, peut se trouver celui d’un Démon.      


- Une histoire ? Soit. Commençai-je

J’espérai parvenir à dissimuler ma surprise. C’était sans doute la première fois que l’on me faisait cette demande. Reprenant pour vue l’étendue d’eau, je songeais à ce que je pouvais lui conter. Une invention ? Je n’avais pas le talent nécessaire. Ma véritable histoire ? En aucun cas. Celle du Comte Akelar ? Sans doute ennuyeuse à ses yeux. Et le passage sur le massacre d’un village entier légèrement sanglant. Une de mes aventures peut-être ? Oui. Une noble doit suffisamment rêvasser à courir les chemins pour ne pas s’endormir à ce genre de récit. Et si je lui contai le sauvetage de cette bibliothécaire où je fus seul face à trois hommes armés ? Plaisante à raconter mais si elle avait un côté grisâtre à défaut de sombre, ce n’était pas assez pimenté pour elle. La libération d’une Invocation ? Non. Peut-être alors cette fois où.. Oui. C’est cela que j’allais tenté.    

- Afin d’être certain que vous ne l’ayez déjà entendue, je vais vous conter l’une des miennes. Débutai-je sur un ton se voulant plaisant à l’écoute, et propre à la narration Il y a quelques temps maintenant, j’étais à la recherche d’un Capitaine pirate, dont j’avais entendu qu’il détenait une information que je convoitai depuis longtemps. Après quelques interrogatoires de tavernes et d’auberges douteuses, j’eus le lieu et l’endroit d’une livraison de contrebande où ce fameux Capitaine, serait présent. Continuai-je avant de faire une légère pause, pour vérifier que mon auditrice n’était pas à regarder ailleurs Je me suis rendu sur la Plage Lilyn cette nuit là. Lorsque les marchands sont repartis et que les pirates eurent regagnés leurs navires proche du rivage, je fis en sorte qu’un Largus, qui est une immense tortue de plusieurs mètres de haut, se lance en leur direction. Bien sûr elle plongea avant de toucher la coque, mais elle me rapprocha suffisamment pour que de son plus haut pique, je parvienne à atteindre la vigie du haut mât. une nouvelle pause, et je reprenais Bien entendu je dû neutraliser son occupant. Après quoi, j’attendis que le ciel masque la lune afin de descendre et me faufiler jusqu’à la cabine du Capitaine. Notre discussion n’eus pas le tournant que j’espérai et nous en vinrent au fer, alors que le navire était violemment secoué et commençait à prendre l’eau. Notre échange terminé, je sortais pour voir ses marins lutter avec une créature gigantesque sortant d’un océan déchaîné une nuit d’orage. Un léviathan. Mon attention était désormais porté sur elle, mêlant des gestes aux récits afin de le rendre plus intéressant et tenter de la distraire suffisamment pour obtenir ce que j’étais venu demander Je vous passe les détails de l’affrontement que je dû faire face à ces pirates encore en grand nombre sur le navire en plein milieu de l’océan, prenant l’eau, à moitié détruit par les coups destructeurs de ce monstres des interminables profondeurs du monde. Bientôt, je me retrouvai de nouveau au sommet de ce mât, dernier dressé parmi tous. Je me pensai perdu, incapable de vaincre ce monstre, mon épée perdu dans la partie inondée de ce qui n’était déjà plus qu’une épave. Une nouvelle halte suivant la montée en pression que j’eus la tentative de décrire. Elle dura quelques secondes de silence, comme pour instaurer un semblant de suspens dans ce jeu auquel je me prenais, avant que je ne reprenne Et soudain, surgissant de la noirceur du ciel, Shanimir. Un majestueux Sphynx, enfant d’Aër que j’avais libéré quelques semaines plus tôt. Sa magie fendit l’air, raisonna plus fort que le tonnerre ambiant. Il entra dans une lutte de titan avec cette créature. Quelques secondes après, Hio, Léviathan lui aussi, surgie des eaux et se joint à la bataille sans pitié qui réduisait en miettes le reste du navire et des hommes dessus. Et c’est là, refusant de voir ces Demi-Dieux se battre seuls pour moi, que je décidai bien que n’ayant plus qu’une dague pour seule arme, de me jeter, littéralement, moi aussi dans la bataille. Je me retrouvai alors suspendu d’une main à l’une des écailles osseuses du Léviathan, à plusieurs mètre de hauteur de vagues venant noyer les ruines d’un navire sombrant, face à un œil faisant à lui seul la moitié de ma taille.J’arrêtai une dernière fois mon récit, songeant à ne pas le reprendre. Mais j’avais secrètement espoir que mon auditrice désireuse de connaître la fin, ne m’aurait pas laissé conclure ainsi. Lorsqu’un éclair retentis, j’enfonçai ma lame dans son œil. La douleur lui fit avoir un geste si brusque qu’il me fit lâcher prise et me projeta jusqu’au mât qui se fissura sous la lourdeur de l’impact  avec mon dos. Lorsque j’ouvris les yeux, j’étais de retour sur le sable de la plage, Shanimir à mes côtés. Concluais-je finalement.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Sam 16 Déc 2017 - 22:15

Un instant la jeune femme avait cru comprendre que le comte s’était fichu d’elle, avec ce rire étouffé. Avait-elle fait une plaisanterie sans le vouloir ? Il y avait toujours une part de vérité dans ses paroles. Il fallait seulement en comprendre le bon sens ; s’il y en avait un. Peut-être que lui, qui avait son regard plongé dans le sien, avait compris son petit jeu ?

Akelar accepta tout de même sa demande. Il n’avait de toute façon pas beaucoup d’autres possibilités pour avancer un tant soit peu vers ce qu’il cherchait. Nérée se doutait bien que cet homme la cherchait pour une affaire commerciale. Sa flotte ? Ses commerces ? Ses exploitations ? Autre chose ? Il y avait beaucoup de possibles. Et cela ne l’intéressait pas forcément pour le moment. Elle fixait l’homme qui semblait avoir son âge, quoi qu’un peu plus âgé, lui qui semblait réfléchir à ce qu’il allait lui raconter. Elle aussi, elle réfléchissait à ce qu’elle allait bien pouvoir lui raconter.

Il commença enfin. La jeune noble hocha la tête à sa première phrase, lui offrant en même temps toute son attention. Il aurait été malpoli que de ne l’écouter qu’à moitié. Le comte avait choisi de lui raconter une de ses aventures passées, un choix plutôt judicieux. Elle se laissa alors porter par ses mots, ne voulant en rater un seul. Elle sourit même devant l’attention de l’homme lorsqu’il lui décrivit le Largus, une bête commune des plages de Lilyn. Il y mettait réellement du sien pour ce qu’il désirait, choisissant une épopée relativement longue et intéressante ; peut-être devait-elle se méfier de sa motivation sans faille. Mais ce n’était que peu important ; à chaque pause elle espérait silencieusement qu’il reprenne son récit. Jusqu’à ce qu’il finisse, enfin. Il s’écoula quelques secondes avant que la jeune noble ne fasse un quelconque commentaire, comme si ce silence était suffisant.

« Quel récit passionnant. » Elle pensait ses mots. Nérée passa une main dans sa chevelure ; il allait sûrement demander son dû, maintenant. « Cela se voit que vous êtes un homme plein de ressource, avec plus d’un tour dans son sac. Avez-vous donc l’habitude de partir ainsi à l’aventure ? Si j’ai bien compris, vous aviez même délivré un demi-dieu ? Et côtoyer des pirates, voilà une chose qui est… » Intéressante. Mais la jeune femme se rendit compte qu’elle ne devait peut-être pas dire ce mot, et qu’elle avait de manière générale un peu trop parler. Elle reprit, l’air quelque peu gênée : « … Oh, pardonnez ma curiosité. »

La curiosité était un vilain défaut, défaut qu’elle assumait pleinement. Nérée sourit alors à l’homme,  comme pour se faire pardonner de cette maladresse. Mais lui-même avait été maladroit à la déranger de la sorte, n’est-ce pas ?


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Dim 17 Déc 2017 - 14:47

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Un fin sourire s’esquissa au coin de mes lèvres, pensant avoir trouvé une approche susceptible de me faire obtenir la raison de ma présence à ses côtés. C’était une chose bien étrange lorsque l’on y pensait, de savoir que les personnes les plus aptes à répondre aux dépenses que les voyages entraînent, à se munir d’une escorte d’élite pour éviter les funestes mauvaises rencontres, à rêvasser d’aventures, étaient celles qui parcouraient le moins les terres d’Arcane. Un troublant paradoxe. Quoi que peu surprenant en réalité. C’était ici, dans ces murs, qu’ils avaient l’illusion d’un pouvoir, d’une importance. A la première auberge des routes, ils se feraient trancher la gorge comme n’importe qui, pour avoir fait preuve d’une prétention mal placée. Ce serait dommage que le sang puisse couler abondamment de cette délicate peau à peine teintée, telle une pêche prenant tout juste ses premières couleurs sous le soleil. Mais en même temps. Sans savoir pourquoi. Je me disais que ce rouge au colorie si particulier, pourrait bien lui aller à merveille.  

- Il est vrai. Commençai-je, acceptant de ne pas l’ignorer J’ai passé la plupart de mon existence dans les terres sauvages. En quelque sorte, chaque jours était alors une aventure. Je ne suis revenu à la Capitale et aux affaires de famille que depuis peu. Le jour où j’ai appris que mon frère était mort lors de l’expédition sur la Nouvelle Île. Lui racontai-je, essayant par la même occasion de me faire un résumé à moi-même A mon retour, les poussières recouvraient notre manoir, nos commerçants s'étaient affranchis de leurs obligations envers notre nom, et le village nous servant de lieu de transaction était occupé par des personnes peu fréquentables. Cependant, en quelques mois, je parvins à faire de nouveau murmurer mon nom, rappeler à leur devoir les marchands et récupérer les terres qui étaient miennes. Fis-je avant de me rapprocher légèrement d’elle et de lui demander sur le ton du secret Et savez-vous comment je suis parvenu à cela en si peu de temps ?  Un petit silence de ma part ponctua l’attente de la réponse, avant que je ne lui accorde enfin En ne perdant pas de temps inutilement et en ne manquant jamais à ma parole.

Sans doute venais-je de faire preuve d’une impolitesse et de l’infraction d’une dizaine de codes sociaux propres à leur monde. Mais, même si la perspective d’échanger quelques souvenirs avec la demoiselle aux senteurs de fleurs m’était appréciable, la prétention divine et ce qu’elle représentait de manière générale me faisait envisager de plus en plus au massacre prochain de sa famille. Il y avait des lignées dont le monde condamné se porterait tout de même mieux à perdre le plus tôt possible. Quel dommage que dans ce théâtre d’apparence, les fruits les plus appétissants soient les plus pourris à l’intérieur.    

- Vous avez une information pour moi il me semble. L’endroit où je peux trouver le membre de votre famille habilité à traiter ce qui concerne vos affaires familiale. Votre exploitation du Sud, pour être plus précis.
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Dim 17 Déc 2017 - 16:03

La curiosité était un vilain défaut mais c’était un moyen pratique pour récupérer quelques informations, comme si de rien n’était. Après tout, elle était en face d’un homme qui semblait vouloir commercer avec elle ; les négociations avaient commencé depuis longtemps. Lors de ses nombreux voyages, elle avait appris à écouter, à s’informer, ce qui était primordial pour tout échange. Son défunt père en serait presque fier. Elle eut à cette pensé un sourire, qui allait à merveille avec les paroles d’Akelar. Finalement, l’histoire de cet homme ressemblait fortement à la sienne. Que cela soit une chance ou un simple hasard, ce dernier point n’était pas à négliger.

Lorsque le comte se rapprocha d’elle pour lui accordait la réponse qu’elle n’avait que peu attendue, son sourire s’étira un peu plus ; la menacerait-elle ? Elle appréciait cette perspective. A y regarder de plus près, Akelar avait une certain charme, quelque chose dans son regard de fascinant. Sombre, et à la fois vif, comme s’il voyait déjà le chemin qu’il voulait emprunter. Mais il y avait des choses qu’on ne pouvait contrôler seul.

« N’est-ce pourtant pas le cas en cet instant ? »

Avant qu’elle ne puisse continuer, des bruits de pas rapides se firent entendre dans la rue pourtant calme. Nérée tourna la tête et haussa un sourcil lorsqu’elle vit le second garde qui l’accompagnait revenir au pas de course. Après tout, elle n’avait eu d’attention que pour ce comte, ce qui se passant autour d’elle n’ayant que peu d’importance. Après quelques secondes le garde dorée arriva à leur hauteur, une main sur la garde de son arme.

« Tout va bien, ma Dame ?»

Un haussement de sourcil, puis la prise de conscience de la réelle situation. Il y avait bien trop d’homme en armure en charge de sa protection, dans cette ruelle. A croire qu’avec le printemps, certains gardes dorées avaient changés leur style vestimentaire. Elle soupira faiblement. En effet, elle avait connu mieux. Nérée avait parfois l’impression d’avoir été impliquée dans toutes les situations possibles et imaginables, jusqu’à se faire ligoter à un tronc d’arbre pour une rançon. Il y en avait toujours pour l’émerveiller ou la surprendre, mais ce n’était pas cette maigre présence armée qui allait la faire trembler. « Je suis en bonne compagnie, comme vous le voyez. » Il n’était pas détestable de converser avec ce Katar, bien qu’il fût légèrement trop focalisé sur ce qu’il souhaitait. Cette réponse étonna grandement le garde, mais un geste de sa main lui intima de ne rien faire. Il se contenta alors de rester à côté de l’inconnu, tandis que l’autre garde s’était quelque peu déplacé, pour ne pas refaire la même erreur qu’auparavant.  

« A votre avis, à quoi ressemble cette personne que vous recherchez ? »

Il lui était étrange de parler d’elle ainsi, mais ce n’était pas moins intéressant. Pour ne pas que le comte perdre trop patiente, elle daigna enfin lui répondre, après une pause :

« Vous avez de la chance, cette personne se trouve à Lüh en ce moment même. Si vous le désirez, je peux vous conduire jusqu’à son bureau. »


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Dim 17 Déc 2017 - 17:39

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Elle savait y faire. A n’en pas douter. Cette manière de retourner contre moi une attention reprochée, de manière si fluide et efficace. J’aurai pu croire cette petite pique sortis de mes lèvres si je n’avais pas vu de mes yeux les mots sortirent des siennes, qui donner envie de les goûter par ailleurs. Quel dommage qu’elle soit prise d’une mégalomanie blasphématoire. En une dizaine d’années, mes parents purent m’apprendre que peu de choses. Mais le respect des Dieux et notre place dans leur Oeuvre, en faisait partis. Elle aurait été des plus intrigantes sans cela. Car à y penser, je m’étais livré à elle. Certes mes réponses parlaient de la vie d’un Comte inexistant mais tout de même. Alors que moi, je ne connaissais rien d’elle, hormis son nom dont je disposai déjà à mon arrivée. Qu’elle aurait pu être douée, si tout cela avait été fait intentionnellement.

Mais comment une personne se pensant égale d’Êtres immortels, pourraient détenir l’intelligence d’une pareille manœuvre ? C’était impossible. Non. Elle n’était qu’une femme qui n’avait pour seul but dans la vie que de se penser chaque jour un peu plus importante, et qui cherchait simplement ici, à faire la discussion avec l’étranger venu se présenter à lui. D’ailleurs, si je n’avais pas commencé par énoncer mon titre, sans doute ne m’aurait-elle pas accordé le moindre regard. Suivant justement le siens, je tombai sur l’un des dociles serviteurs du Prince, une main sur la garde. Cette-dernière y resta, en dépit du fait que je fus décris comme de bonne compagnie.  

Un léger soupire s’extirpa lorsqu’elle m’interrogea sur l’apparence que je donnerai à ma cible. Quelle était l’intérêt d’une pareille question ? En y pensant, je n’avais même pas pris la peine d’y songer moi-même. Que je puisse le voir grand ou petit, gros ou mince, en quoi cela allait-il se trouvait pertinent ? Mais surtout, je lui avais conté une histoire et il était temps d’obtenir mon gain. Me relevant, en empoignant mon fourreau passage, je daignais répondre à sa question, n’en revenant pas de discuter d’une pareille chose futile.  


- Si je me fis à la majorité, j’opterai probablement pour un homme, richement vêtu.  

C’était là tout ce qu’elle aurait. Si je devais perdre du temps, autant que ce soit en cherchant moi-même celui qui saurait m’apporter les ressources m’étant nécessaires, plutôt qu’à parler du soleil et de la pluie avec elle. Mon arme se clipsa de nouveau sur le côté de ma taille, lorsque je constatai que son protecteur avait toujours la main sur la sienne. Derrière lui, mon homme s’était rapproché au même titre que sa poigne sur sa ceinture en direction de son pommeau. Voilà exactement la démonstration de la justesse de mon projet. Les hommes ayant pour tâche de protéger le peuple, ou plutôt la Noblesse puisque le peuple lui devait se contenter d’une milice aux compétences déplorables, aimaient à se croire supérieure. Dangereux. Si viril dans leur grosse armure si étincelante qu’elle révélait qu’ils n’avaient connu aucune bataille. Avec à leur ceinture une belle et grosse épée. Qu’ils étaient toujours prêt à dégainer et à enfoncer au moindre signe.

Je fis alors les deux pas me séparant de lui, me collant ainsi parfaitement face à face, en le fixant. Si il voulait jouer à l’homme, il allait devoir se lancer. Peut-être étais-ce différent ici, mais dans les terres sauvages, lorsque l’on émettait une menace, il fallait être prêt à aller jusqu’au bout. Certes il n’était pas judicieux de déraper. En même temps, nous étions plutôt isolé. Ils n’étaient que deux dont l’un bien trop près de moi pour pouvoir sortir sa lame. Surtout avant que je ne mène ma dague à sa gorge. Quant à la fille Heleriah. Elle l’aurait finalement son bain forcé. Et elle ne serait sans doute pas une grande perte pour notre monde. Néanmoins, cela n’allait possiblement pas se produire, puisqu’elle amenait enfin une réponse. Des paroles utiles.


- J’apprécierai le dérangement. Lui répondis-je simplement, tout en continuant de fixer le Garde Doré
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Dim 17 Déc 2017 - 19:19


« Je vois. »

Elle avait suivi du regard le comte qui s’était relevé. En vue de sa réponse, la jeune femme avait dû user le peu de patience qu’il semblait posséder. Ce n’était de toute façon guère étonnant, en vue de la manière dont elle s’était comportée avec lui. Tromper, s’amuser, voilà des choses qui ne se faisait pas, pour une noble de son rang. Mais noble n’était qu’un mot parmi tant d’autres pour Nérée.

Elle se releva à son tour, décidant qu’il était temps de rentrer. Elle Epousseta légèrement sa robe, prenant dans une main son couvre-chef devenu inutile, le soleil étant caché par les nuages. Autant ne pas traîner. Elle ne voulait pas non plus que les tensions s’accentuent entre Akelar et sa garde qui ne bougeait pas d’un pouce devant la provocation silencieuse. Après tout, lorsque cela était inutile, faire couler le sang ne l’intéressait que peu ; surtout si ce n’était pas le sien. Lors de cette petite discussion, la jeune femme avait récupéré quelques précieuses informations, elle ne rentrait pas les mains vides. L’homme était donc intéressé par ses exploitations de bois. Peut-être avait-il une construction en projet, que cela soit de bâtiment ou de bateau. Arrivée à la hauteur du comte, elle le prit doucement par le bras afin de l’amener avec elle dans sa marche.

« La route ne sera pas longue. »

Nouveau sourire. Quoi que. Si l’après-midi touchait à sa fin, Nérée ne comptait rentrer qu’à une heure tardive, comme à son habitude. Lüh était plus attirante la nuit. Akelar n’opposa aucune résistance à son initiative, si ce n’est qu’un mouvement de bras dont elle ne prêta guère attention. Elle resserra alors légèrement son emprise, le regardant du coin des yeux. Sans surprise ses deux gardes suivirent sans trop laisser de distance le petit duo qui marchait le bord du canal. Les passants pourraient facilement y voir un couple d’amant en balade ; quoi de mieux qu’une balade pour discuter ?

« Avez-vous profité du festival de Terra, aujourd’hui ? »



« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Dim 17 Déc 2017 - 20:35

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Sans réellement en connaître la cause, j’avais tendance à commettre des fautes. Tout d’abord en ne me pliant pas aux codes en vigueurs afin de consolider le masque que je portai auprès de cette femme sans doute plus jeune que moi de quelques années, et désormais à chercher l’affrontement avec un membre de la Garde, en journée, au coeur de la Capitale et avec toute une festivité comme potentielle témoin. Je manquai de patience et de contrôle. Je devais me reprendre. Par chance, il n’y a rien de mieux que la douceur d’une femme pour apaiser les colères des hommes. La mienne, je la trouvai dans le geste amical et le sourire chaleureux de la fille Heleriah qui, me prenant le bras, m’amena à faire quelques pas le long du canal.

La perspective d’avancer vers l’objectif en empruntant qui plus est un chemin court, me rendait acceptable les discussions sans intérêts recherchant l’illusion d’un rapprochement amical, ou d’une éducation acceptable. De plus, je devais rattraper les manquements de mon humeur et parvenir à détenir l’image d’un parfait Comte, fidèle au Prince et n’étant inquiet que par le développement de ses affaires, l’accroissement de son pécules et l’éternelle fonctionnement politico-social actuel. Le monde était beau. Le monde était bien fait. Le monde était parfait.


- Très peu. A dire vrai j’ai fais le déplacement jusque Lüh dans le but de m’entretenir avec votre famille. Me retrouver au milieu d’une telle foule n’est pas là où va ma préférence.

Nous fîmes quelques pas avant que mon regard ne se jette brièvement derrière nous, m’assurant ainsi que les Katarydons suivaient de près les fidèles compagnons de Sa Principauté. Avec un peu de chance ils voudraient vérifier leur identité, nous laissant une occasion de disparaître de leur vue. Voilà qui était une idée plaisante. Un instant isolé de tous, avec au bras une femme malicieuse à n’en pas douter. Sur nous, se poser quelques regards, très vite suivis de murmures. Il était évident que d’ici la fin de l’heure, nous serions un couple. Ce soir, des fiancés. Que nous réservait donc le lendemain ?

- De ce que j’ai cru comprendre, vos affaires se trouvent en dehors des remparts qui nous encerclent actuellement. Avez-vous déjà parcouru les terres sauvages ?
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Dim 17 Déc 2017 - 22:06

Elle inspira doucement, appréciant cette balade tranquille qu’elle n’avait envisagée aujourd’hui ; car pour elle cela n’était qu’une balade. Malgré tout, prendre le chemin du domaine semblait avoir calmé les ardeurs du comte, ce dernier avait repris le ton amical et courtois utilisé plus tôt lorsqu’il répondit à sa question. Elle ne lui en tenait d’ailleurs guère rigueur, elle aurait réagi de la même manière. « Oh, vous ne vivez-donc pas ici. » Répondit-elle simplement. C’était une chose plutôt originale pour un noble, quoi que s’il était le seigneur d’un village comme il le prétendait, cela n’était pas plus étonnant que cela. Mais Nérée était surtout flattée de l’attention qu’il lui portait pour faire un voyage spécialement pour ses beaux yeux.

En suivant le canal, ils allaient bientôt arriver au domaine. Pour une fois, ce fut Akelar qui lui posa une question, comme s’il daignait enfin s’intéresser à sa petite vie. La noble réfléchit pendant un instant, le regard un peu dans le vide, pour le poser une nouvelle fois sur lui.

« Quelques fois, oui. Mais pas de la même manière que la vôtre. »

Peut-être d’une manière plus inconsciente, voire dangereuse. Sans doute qu’elle ne serait pas capable de monter avec autant d’agilité à un mat de bateau, alors qu’à mainte fois elle s’était essayée à de pareils exploits. Après tout, elle était faible, et si elle savait se défendre, elle n’en avait jamais trouvé l’utilité. Il était bien plus intéressant que de regarder la mort en face, plutôt que de tenter de la fuir. Du moins, c’est ce qu’elle avait longtemps pensé.

« A vrai dire, je ne vis ici que depuis peu. J’ai grandi à Layane, au sud du désert Ambré. Nous avons déménagés à Lüh il y a quelques temps déjà. » Du moins, la plupart de ses affaires. Il lui restait encore quelques attaches, là-bas. Elle avait employé un ton quelques moins joyeux, malgré elle. Elle reprit : « Mais s’aventurer seul dans les terres sauvages est dangereux, n’est-ce pas ? »

Lui qui avait tout d’un aventurier ne devrait pas la contredire sur ce sujet. Lui, qui n’appréciait pas les bains de foules pouvait ainsi se douter qu’il partageait ce point avec elle. Lorsqu’on avait vécu dans la tranquillité et la quasi solitude, se retrouver à côtoyer une masse aveuglée par un simple festival était déroutant. Mais elle l’était elle aussi, parfois, aveuglée ; le repos était parfois préférable.

Lorsqu’elle entendit la voix d’un de ses gardes dans son dos, la jeune femme se retourna un instant. L’un deux s’était arrêté en chemin, alors que l’autre semblait discuter avec les deux hommes du comte. Sans attendre, la noble entraîna brusquement celui accroché à son bras à bifurquer dans une allée un peu plus peuplée. Elle ne voulait être suivie, que cela soit par ses gardes ou ceux d’Akelar. Nérée l’entraîna doucement mais sûrement à travers la rue, le couple se mêlant peu à peu à la foule. Peut-être que son action allait d’ailleurs étonner ce dernier, alors elle prit la parole, après un doux rire :

« N’est-ce pas plus plaisant ainsi ? »


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite Dim 17 Déc 2017 - 23:29

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Ainsi cette fragile enfant s’était aventurée à quitter son douillet petit nid ? Qui aurait pu le croire. Ce qui était véritablement surprenant cependant, restait le fait qu’elle ait grandis dans la plus inhospitalière contrée du Sud. J’avais déjà eu une occasion ou deux d’y passer. Sa température extrême marquait la peau de ses habitants d’une couleur significative. Pourtant, elle était d’une pâleur plus proche de l’océan de neige que celui de sable. S’amuserait-elle à essayer de me duper ? Quel serait son intérêt. Jouer l’exotisme pour mimer son interlocuteur ? Comme de celles qui ne peuvent s’empêcher de surenchérir.

- Je ne peux que vous conseiller de ne jamais vous y aventurer seule. Mais je doute que vous l’ayez véritablement été depuis vos premiers jours. Lui répondis-je non sans un jugement en tête, avant de poursuivre afin d’éviter toute interprétation malheureuse Vous êtes de celle bien trop importantes pour cela.

Notre échange continuait au même rythme que nos pas, jusqu’à ce qu’elle y apporte une toute autre cadence. Après quelques secondes seulement, nous étions débarassé des gardes en tout genre. Sans doute les miens s’inquiéteront de m’avoir ainsi perdu, redoutant le châtiment qu’ils auraient pour cette erreur dans leur mission pourtant simple. Un léger sourire amusé à cette idée répondis à la question m’étant portée au même instant.

- Je me faisais la même remarque. Commençai-je Est-ce une habitude de vous isoler ainsi avec un homme rencontré dans l’après-midi ? Lui lançai-je amicalement, pour poursuivre De toutes les possibilités, je pense que j’aurai opté pour l’insoutenable chaleur du Désert Ambré en dernier recourt. Puis-je m’intriguer auprès de vous, du fait que vous n’ayez  cette teinte brune de ces peuplades ? 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #15 écrite Lun 18 Déc 2017 - 1:35

La jeune femme ne savait pas vraiment vers où ses pas la conduisaient. Elle ne connaissait pas tous les recoins de Lüh par cœur, après tout. La rue semblait mener vers un quartier un peu plus animé que le précédent, bien que loin des festivités qui se déroulaient sur la place centrale. Mais qu’importe, la balade n’en était que meilleure, à aller ainsi vers l’inconnu, sans personne pour la surveiller. Nérée haussa cependant un sourcil lorsqu’Akelar commenta ses dires. En effet, il avait raison. Et il eut tort lorsqu’il finit sa phrase, l’instant d’après. Après tout, entre la vérité et le mensonge, il n’y avait qu’un pas.

« Mh… aux yeux des autres, peut-être. »

Elle avait été le petit joyaux de son père, l'héritière enviée, la femme admirée. Mais aux siens, personne ne méritait une importance plus grande qu'autrui. Les hommes avaient tous des défauts, après tout. Ce fut cette vision des choses qu’elle reprit, et non la première ; il y avait des choses, des points sombres de sa vie qu’elle n’allait guère aborder au détour d’une simple conservation. Le sujet avait été de toute façon éclipsé par le changement soudain de direction.

La remarque qui suivit la fit quelque peu rire. « Aucunement, mais il faut parfois savoir bousculer ses habitudes. » Quoi qu’elle avait l’habitude de semer ses gardes pour trouver un peu de tranquillité. Même s’ils venaient se plaindre à leur supérieur ou directement à elle, rien n’allait la faire changer sur cette petite habitude, à un point que la majorité des gardes dorées de Lüh connaissait cette fâcheuse manie. Il fallait s’en méfier ; et s’il lui arrivait quelque chose ? Si elle se faisait attaquer, alors qu’elle n’était sous la protection d’aucun garde ? On ne pleurerait guère pour elle, mais bien pour la crédibilité de la garde dorée qui volerait alors en éclat. Une chose qui l’amuserait énormément.

Si elle pensait s’en être débarrassée, le comte revint cependant sur le sujet du désert. Nérée n’était pas foncièrement gênée d’en parler, elle n’en avait juste pas l’habitude. En général, on ne lui posait pas ce genre de question ; personne n’osait, à son grand damne. « Se protéger du soleil était l’une des obsessions de ma nourrice. » Se confia-t-elle en un sourire amusé. Malgré cela, étant plus jeune, elle avait abordé des couleurs un peu plus chatoyantes. Mais ses origines faisaient en sorte de les faire disparaître rapidement, comme si de rien n’était. Après quelques pas silencieux, sans trop savoir pourquoi, elle reprit la parole :

« S’il ne plait pas à tout le monde, le désert ambré est pourtant l’une des seules contrées qui m’est chère. Au bord de l’eau, l’air y est plus doux, mais cela ne change en rien ces étendues de sable aux teintes orangées que l’on peut voir à perte de vue ; je revois encore ces deux océans aux couleurs différentes qui se confrontaient devant moi. Et c’est cette chaleur insoutenable qui me manque parfois. Celle qui vous écrase, qui ne vous laisse pas un instant de répit et qui pourtant vous berce de toute sa douceur insoupçonnée. »

Nérée ne parlait pas beaucoup. Elle n’était pas de ces nobles bavardes, essayant de raconter l’anecdote la plus longue et originale. Elle savait se contenter du minimum, ne prenait pas l’effort d’expliquer sa pensée à celui qui ne la comprenait pas directement. Un comportement qui était cependant quelque peu différent lorsqu’elle parlait de sujet intéressant, la touchant personnellement. Un trait de sa vraie personnalité, peut-être.

« Mais cette vision est surtout une vision enfantine, car le désert abrite de nombreuses créatures, toutes plus terrifiantes les unes que les autres. On peut s’y perdre facilement, mourir avant même de s’en rendre compte de la main d’Ignis. Mais n’est-il pas injuste que de ne retenir que les mauvais côtés du désert ? Par exemple, le temple en son milieu est magnifique. »

Presque on ne pouvait plus l’arrêter. Qu’Akelar l’ait écouté ou non n’avait que peu d’importance. Ne voulant cependant pas monopoliser la parole, elle jugea bon de poser à son tour quelques questions. Après tout, il n’y avait pas de réel commentaire à faire sur ce qu’elle venait de dire ; un simple ressentit comme un autre.

« Vous avez dit que le désert arrivait en dernier. Et le premier ? Oh, vous êtes Seigneur d’un village, n’est-ce pas ? Cela ne doit pas être facile tous les jours. »

Ils pouvaient parler de beaucoup de sujet, mais la jeune femme n’était pas mauvaise en ce qui concernait la mémorisation d’information ; elle s’y entraînait depuis son plus jeune âge, et n’avait eu que cela comme passe-temps, là-bas. Il n’y avait réellement pas que des bons côtés. Dans tous les cas, celle qu’il lui avait donnée dans sa présentation ne lui avait pas échappée.


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #16 écrite Lun 18 Déc 2017 - 22:17

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Tiens donc. Elle qui se disait égale aux divinités ne s’accordait pas l’importance que les autres lui octroyaient ? Me serais-je trompé. La particularité de ces yeux aux teintes si uniques dissimuleraient une profonde dévalorisation d’elle-même. Une lucidité, parvenant à lui faire accepter ce qu’elle était réellement. A savoir rien. Comme chacun d’entre nous. Rien de plus, qu’une poussière éphémère dans l’éternelle vie de quatre Dieux, bien loin de nous depuis si longtemps. La sinistre vérité sur notre existence, la conscience que nous sommes tous des condamnés qui attendent dans leur cellule que ce soit à leur tour de mourir. Comme j’aimerai croire qu’elle puisse voir cette île comme je la vois. Comprendre l’Homme comme je le comprend. Comme j’aimerai, qu’elle soit comme moi. Que je ne sois plus seul sur ce macabre chemin de l’amusante vérité.

Un rire vint me sortir de ma de ma déprimante pensée. Elle n’était peut-être pas aussi perdu dans les méandres d’un esprit torturé finalement. Silencieusement, j’accompagnai ses pas, observant autours de nous une foule qui semblait faire place à notre passage. Cela n’était ni du niveau de la haie d’honneur, ni d’une crainte. C’était comme une chose des plus normales. Et si cela ne manquait de procurer un certain plaisir, il est vrai, c’était également pathétique. Les voir ainsi accepter d’être considérés comme moindre. Bons à s’écarter à notre passage. Et tout cela avec le sourire du soumis heureux. Opter pour la solution qui appelait à simplement changer le système était inutile. La conscience collective était bien trop endoctrinée à l’obéissance silencieuse. Tout brûler. Tout raser. Ne rien ni personne laisser s’échapper. Voilà la seule solution envisageable.

j’écoutai d’une oreille de plus en plus distraite la noble se vantait de connaître ce qu’était la difficulté du désert, et de sa chaleur accablante, alors qu’elle bénéficiait continuellement d’un océan à côté, car mon attention était capté par une toute autre personne. Mes jeunes années me permettaient sans difficultés de remarquer l’habitude à laquelle était soumis l’enfant non loin. Et cela, malgré que sa mère tentait de le retenir. Mandiez n’était pas digne de Terra. Aujourd’hui, tout était beau. Tout était parfait. M’arrêtant à sa hauteur, je contraignais ma partenaire de ballade à en faire autant, ou à se détacher de moi.  


- Tu devrais aller tenter ta chance à la tombola petit. Lançai-je en même temps qu’une pièce de 10Tsuris en sa direction Les faveurs des Dieux te seront peut-être favorables. Alors ne les demande pas. Exige-les. Et si tu n’es pas digne d’être exhaussé, deviens-le.

La pièce vola jusqu’à lui, et avant qu’il ne la contemple, je m’étais déjà remis en chemin. Silencieusement, j’espérai qu’il avait compris mes mots. L’éducation me manquait. Je savais feindre le bon langage car ce n’était jamais que répéter les mêmes choses. Mais exprimer sa propre pensée sur la vie, voila qui était tout autre chose. Si il pouvait comprendre. Son sort n’était pas scellé. Il pouvait devenir n’importe qui. Même ce riche Comte devant qui les gens s’écartent avec respect, avec à son bras l’une des femmes les plus influentes et convoitées de toute la Capitale. La vie m’avait appris qu’il ne fallait pas perdre son temps à demander. A espérer. La bonne voie consistait à se donner un but, aussi gros soit-il pour nous. De se tracer un chemin jusqu’à lui et de l’emprunter, sans jamais sans détourner. Sans jamais laisser un obstacle l’obstruer. Il fallait être prêt à payer le prix de notre désir. Mais nous pouvions tous y parvenir. N’attends pas des Dieux, ce que tu n’es pas disposé à faire toi-même.  

- J’aurai eu tendance à parler de votre naissance au sein d’une contrée plus fraîche. Les Landes Nordiques probablement. Non loin de la frontière avec le territoire de ce prétendant chef des hommes libres. Lui répondis-je pour reprendre la conversation où elle était N’est-il pas amusant d’ailleurs, de voir un homme se dire le chef, d’hommes pourtant au soit disant libre ? Des hommes libres gouvernés. Résumai-je dans un rire évoquant clairement mon jugement quant à cette preuve d’un intellects des plus vifs J’ai en effet un village familiale servant pour le commerce.repris-je à la suite de son questionnement, essayant de ne pas en oublier une Il se trouve au Nord de la Vallée Sereine, dans un creux formé par la Rivière Sérénade. Et la tâche n’est pas aisée je vous l’accorde. Surtout que j’ai manqué de finesse, je l’admet, lors de la reprise de mes terres. Il y a beaucoup à faire pour lui permettre de retrouver sa puissance et sa renommée. Ce qui explique par ailleurs ma présence auprès de vous. Cependant, cela ne me déplaît guère. J’aime bâtir ce qui est miens de mes mains. Avoir tout déjà fait. Tout déjà acquis. Où est l’amusement ? Terminai-je dans un sourire en sa direction, sincère. Mais vous me dissiez reconnaître la beauté du Saint Temple d’Ignis. Vous êtes-vous déjà aventurée dans l’un de ces Sanctuaires ?
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 865
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #17 écrite Lun 15 Jan 2018 - 1:19

Elle se tût. Il n’y avait pas de suite et ne voulait pas la donner, comme si cela suffisait. Pour un inconnu, cela suffisait, et pour elle aussi. Après tout, il avait des choses qu’elle ne voulait avouer à elle-même. La balade était ainsi redevenue silencieuse, profiter simplement de la ville et de l’ambiance festive de ce jour. La jeune femme regarda au loin, se demandant si elle devait emprunter un énième chemin l’éloignant de sa destination. Son regard glissa sur l’homme qui l’accompagna, souriante. Il allait finir par le remarquer ; il était intelligent. Serait-ce à cet instant que l’amusement toucherait son point le plus haut ?

Le compte s’était étonnamment arrêté devant un pauvre enfant. Un geste bon, une envie de changer ne serait-ce qu’un peu son futur, et pourtant, il s’en désintéressa à l’instant même que la pièce quitta sa main. Nérée n’avait résisté ni fait de remarque à cette petite pause.  Peut-être n’avait-il même pas remarqué le remercîment de l’enfant, ramassant avec rapidité la pièce qui avait sonnée jusqu’à ses pieds. A qui était destiné ce geste, après tout ? Ses songes furent porter sur un tout autre sujet, lorsque son compagnon repris la parole. Une première partie qui la fit sourire silencieusement, une deuxième, un peu moins.

« Libres et à la fois gouvernés… une situation partagée de tous, sur cette île. »

Ils en venaient à la discussion politique. Un faible soupire. Mais c’était un bien triste constat sur la réalité du monde, que cela soit pour les hommes ou pour les divinités. Mais n’était-ce pas une situation qui arrangeait tout le monde ? Après tout, être un esclave pouvait être préféré à l’enfermement éternel, et cette logique pouvait s’appliquer à bien d’autres sujets. « Vous avez peut-être fait des erreurs, mais cela ne change en rien que vous avez eu le courage de faire ce qui vous semblait bon pour vous et votre futur. » L’égoïsme pouvait être une qualité. Il fallait du courage pour passer de prisonnier à esclave, comme de spectateur à acteur. Elle qui en manquait beaucoup, elle en enviait presque l’homme. Mais est-ce que cela signifiait que ce n’était pas amusant ? Assurément, non.

Finalement, la discussion allait et venait, sans réellement de sens, mais avec un plaisir certain. Il n’y avait guère beaucoup d’intérêt derrière ses mots, et peut-être que c’était le cas pour le compte Katar, mais ce n’était guère comparable aux discussions qu’elle pouvait avoir avec d’autres nobles, surtout ceux de la cour.

« Plusieurs fois. Layane est un point de passage pour les aventuriers voulant se rendre au temple d’Ignis. J’y accompagnais parfois mon père. » Elle y allait seule maintenant, comme une grande. Un instant de pause, et elle reprit : « Ces temples à la fois beaux et effrayants, mais c’est avant tout des lieux bâtis par les Quatre, ils se doivent d’être respectés, comme aujourd’hui, un jour dédié à Terra. » Ou du moins, ils avaient bien mérité un jour en leur honneur. « Oh, nous arrivons bientôt. Nous pouvons apercevoir le domaine, au loin. »

Ils avaient encore quelques minutes de marches devant eux, mais déjà on pouvait voir les arbres du parc dépasser des petits murets qui entouraient les bâtisses. Toute bonne chose avait une fin, et cette innocente discussion devait laisser place à celle recherchée par les deux nobles.


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : yangngi - Deviant Art
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 400
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
1200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #18 écrite Lun 19 Fév 2018 - 19:20

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Endurance: 13
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 




Je partageai son opinion consistant à entrevoir chacun comme libre et pourtant gouvernés. J’aurai aimé pouvoir me dire différent, protégé de ce ridicule asservissement. Mais si j’étais parfaitement libre des lois des Hommes, je n’étais que l’esclave de ce désir insatiable qui prenait une part plus importante de ma vie, et de mon âme, à chaque nouveau jour où les Dieux avaient l’inconscience de me laisser vivre. Ainsi elle ne pouvait dire que vrai. Nous étions tous captif, s’amusant à nous leurrer d’un maximum de libertés secondaires dans l’espoir d’oublier celle qui nous manque. Qu’ils n’aient cependant aucune crainte. Bientôt, j’apporterai la réponse. Je déclencherai une guerre qui consumera l’île entière, et condamnerai à mort ceux qui auront fait l’erreur d’y survivre. Profitez donc de pouvoir encore vous plaindre, car prochainement, vous n’aurez que l’imperturbable silence de l’éternelle noirceur.

Sa description simpliste du Temple avait l’avantage d’être concise. Une œuvre aussi belle qu’effrayante, ayant pour architectes les Dieux eux-mêmes. Du  moins, les premières fois où l’on y pénétrait. Car il fallait bien admettre, qu’après, étrangement, la magie du lieu avait tendance à disparaître. Combien de fois avais-je passé leurs portes ? A quel chiffre s’élevait le nombre de divinités que j’avais rencontrés, puis délivrés ? De combien d’épreuves mortelles j’avais triomphé, afin de soumettre à ma volonté les Immortels ? Ignis. Terra. Aër. Aqua. Tous m’accordèrent l’obéissance de leurs Enfants. Mais presque qu’aucun ne marchait aujourd’hui à mes côtés. Les livres vantent la puissance, la sagesse ou encore l’utilité de ses Êtres. Mais pour en avoir côtoyé plus que quiconque de mon espèce, je peux assurer que ce n’est là que mensonges. La plupart sont inutiles. Idiots. Incompétents. Des poids dont il vaut mieux se débarrasser. Chose faite me concernant, et je ne m’en portais que mieux.


- Il est vrai. Pourtant, à force de s’y rendre, on fini par perdre le naïf émerveillement des premières fois.

Par chance, nous approchions enfin du domaine que possédait la représentante de la famille Hélériah. Non pas que cela me déplaisait de marcher à ses côtés, mais il me tardait de régler l’affaire qui m’amenait à vouloir rencontrer ces nobles. A tout instant je pouvais subir une attaque, humaine ou non, et mes remparts n’étaient actuellement pas en mesure de contenir un éventuel assaut. Outre cela, les bâtiments devant générer les profits nécessaires à la stabilité financière du village, permettant ainsi son autonomie, n’était actuellement plus en mesure d’être assurée. Pour cela, j’allais devoir développer nombreux bâtiments et de fait, avoir recourt à de grandes quantités de bois. Le Temps commençait doucement à se placer du côté de mon adversaire, lui qui me fut pourtant si longtemps fidèle.

- Fort bien. J’ai grande hâte de pouvoir évoquer ce qui m’amène à votre père, ou votre frère, selon celui habilité à traiter avec de nouveaux partenaires commerciaux. Répondis-je à sa suite, avant de reprendre après quelques secondes de silence N’y voyait là aucune offense. Je porte néanmoins l’espoir de vous revoir.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #19 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Le printemps ne vient jamais seul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le printemps ne vient jamais seul
» Les grandes découvertes ne se font jamais seul [Fury, Neigy, Fumy, Aigly]
» Jamais seul même en forêt (PV F'ealla Kichy)
» [TERMINEE] Perséphone ~ Si tu fais de toi-même un ami, tu ne te retrouveras jamais seul
» Sorts de Shugenja

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Rues de la Ville-