Ce qu'il nous reste

Partagez | .
 

 Ce qu'il nous reste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amalrik
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Rost - Horizon Zero Dawn
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 5
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 28 Jan 2018 - 10:33

Les survivants du clan Skoggandr erraient sans but au village du Temple de l'Eau depuis plusieurs jours déjà. Dankrad et Amalrik sillonnaient les tavernes, l'un pour se tenir informé des nouvelles, l'autre pour noyer son chagrin. L'ensemble du groupe vivait de façon précaire en ville. Pour l'instant, les travaux effectués par les autres survivants ci et là permettaient de payer l'auberge, mais il fallait réfléchir à évoluer vers une situation davantage stable. Amalrik ne se faisait pas à l'idée de s'installer dans un lieu comme celui-ci, notamment régit par les lois de l'argent.

Fraîchement réveillé, après une autre nuit passée à boire, le Protecteur du clan tribal Skoggandr attendait patiemment le réveil du sage sous sa responsabilité, assis sur son lit. Amalrik réfléchissait déjà à ce qu'il comptait faire de sa journée, il ne souhaitait pas perdre davantage de temps à son activité habituelle. Hors de question de rester, comme un chien bien dressé, au pied d'un vieillard dont tout le monde se fiche éperdument dans cette cité. A vrai dire, malgré les nombreuses substances absorbées précédemment, celui que l'on surnommait Amal-Sanza-Brun avait bien réfléchit au but de sa vie. Peu importe ce que les autres allaient penser ; il ne voulait plus se retrouver figé, alors que la situation exige d'agir.

Dankrad ouvrit les yeux et se redressa, doucement sur ses coudes, constatant que son garde-du-corps le fixait sans rien dire depuis sa propre couchette. Amalrik prit alors les devants sans plus attendre :


"Dankrad, je dois enquêter. J'ai besoin de retrouver ce traître, dont tu m'as parlé."

Le vieux sage soupira, se laissant alors retomber sur son oreiller de paille. Sa réponse vint ensuite :

"Amal, celui que tu cherches n'est peut-être même pas entre ces murs. Et tu as une mission auprès de moi à honorer, je te rappelle.

- Et que ferais-je de l'honneur quand tous les Skoggandr seront morts? De toutes façons, je ne te posais pas une question... Je te préviens juste qu'aujourd'hui je ne te suivrai pas. Bonne journée, Dank."

Le vieil homme n'eut pas le temps de répondre qu'Amalrik fila hors du dortoir en un instant. Sa lance et son bouclier dans le dos, le vétéran clanique passa la porte de l'auberge sans saluer personne, dévoué à sa nouvelle quête. Il savait que Dankrad pouvait avoir raison, que si traître il y avait il n'était pas forcément présent ici. Mais le Protecteur du Tréant devait en avoir le cœur net. Difficile de lui en vouloir, quand on sait que sa plus proche famille s'est faite décimée dans cette affaire.

Le premier objectif d'Amal était de localiser les autres membres des Skoggandr dans la cité. La plupart des hommes capables de se battre étaient partis avec Lagertha, le vérifier était tout bonnement inutile. Hedda et Sig, quant à elles, essayaient de rester à l'auberge le plus possible. Ces deux dernières représentaient l'avenir du clan (une étant le dernier enfant en vie), il était donc primordial de les protéger au maximum, plus encore que Dankrad selon Amalrik.

Sur cette courte liste de survivants, il restait un dernier nom, celui qui faisait particulièrement douter le Protecteur quand il l'entendait : Falko. Cet homme était un protégé d'Harald, le frère défunt d'Amal, mais ce n'était pas ce qui lui était reproché. Falko était solitaire, il prenait même parfois le contrepied des directives données par les aînés, s'il pensait avoir une meilleure idée. C'était un combattant tout à fait capable, pourtant il avait préféré rester en ville plutôt que de suivre la fougueuse Lagertha.

Amalrik se mit donc immédiatement à la recherche de son, très subjectif, suspect n°1. D'après ce qu'il savait, Falko cherchait à rejoindre une compagnie de chasseurs en ville. Il était peut-être temps de voir si ce guerrier ne cherchait pas, tout simplement, un moyen de prendre le large. Amal se trouva donc bien vite face au petit panneau d'affichage du village, qui était d'ailleurs tout à fait ridicule comparé à ceux des grandes capitales comme Luh. Il parcouru le panneau attentivement, puis se rendit compte qu'il n'était pas seul à le faire. Derrière lui, un homme paré d'une tenue de cuir visiblement robuste, vérifiait lui aussi les annonces posées. Amal se tourna vers lui sans geste brusque et commença à le questionner :


"Hei! Je cherche un groupe de chasse qui se fait connaître en ville. Ça te dit quelque chose?"

De prime abord, l'inconnu se contenta de dévisager le colosse qui s'avançait vers lui. En effet, Amal le dépassait d'une bonne tête et sa corpulence lui faisait facilement de l'ombre. Le chasseur à l'armure légère en cuir s'éclaircit la voix afin de répondre à l'homme "sauvage".

"P'têt bien, ouais. Paraît qu'ils acceptent les types comme toi... Tu sais... Les gars de l'extérieur quoi."

Amalrik plissa les yeux, pas sûr de comprendre ce que cet homme essayait de dire, au fond. Le guerrier Skoggandr posa sa main sur l'épaule du chasseur et lui rétorqua, en riant à gorge déployée :

"Les types comme moi, hein!? Aller, emmènes-moi au repaire de ce groupe que je recherche, et je tâcherai d'oublier ce que tu viens de dire!"

L'homme ne semblait pas enchanté, évidemment, mais il s'exécuta et commença à guider Amalrik dans les ruelles sans broncher. Arrivés au port commercial du village, devant un bateau de voyage plutôt en bon état, les deux compagnons malgré eux se séparèrent enfin. Amal se cacha alors à quelques mètres derrière des tonneaux empilés, attendant son suspect avec impatience.

Quelques minutes plus tard, Falko et ses nouveaux amis apparurent, descendant la rampe du navire prestement pour arpenter les quais. Le groupe de chasseurs se scinda alors, laissant Falko se diriger, seul, vers un marchand au loin, visiblement affairé à défrayer du matériel divers. Les deux personnes échangèrent quelques mots, imperceptibles pour Amal depuis sa position, puis Falko reprit sa route.

Curieux, Amalrik sortit de sa cachette dans l'optique d'aller interroger le marchand. Bien sûr, il attendit que son soi-disant frère de clan soit hors d'écoute avant, la discrétion était toujours de mise dans le cadre d'une filature comme celle-ci.


"Hei, bon marchand! Ma question va te paraître étrange, mais je voudrais savoir ce que l'homme avant moi t'a demandé. Tu ne me dois rien, je le sais bien, saches simplement que je m'occupe d'une enquête très importante pour mon clan. Nulle doute que si tu collabores, nous saurons nous montrer cléments, la prochaine fois que mes frères croiseront ton convoi..."

Bien entendu, Amal laissa dans le flou le fait que, de son clan, il ne restait plus grand-chose. Son but n'était pas de menacer ce commerçant, de toutes façons, mais de lui donner au moins une bonne raison de dévoiler des informations potentiellement intéressantes sur Falko et ses projets. Inutile de se montrer vraiment dangereux par conséquent, de plus Amalrik avait toujours favorisé les approches "diplomatiques", de prime abord.

Si Harald avait été là, ce vendeur nomade serait déjà sous la menace d'une lance, ou même pendu par les pieds au-dessus du vide. Amal regrettait amèrement ces anciennes méthodes employées par son criminel de jumeau, il était temps de remettre les Skoggandr sur de bons rails.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Markorel
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Hetalia - Portugal
Date d'inscription : 12/01/2018
Messages : 15
Liens vers la fiche : fiche
Métier : Marchand
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 6 Fév 2018 - 0:06

La mer, heureusement qu’elle était là pour le transport de marchandise et les voyages le long des côtes. Sans son navire, Vincent aurait bien du mal à aller chercher la matière première qu’il à tant besoin pour faire marcher son commerce. Après tout, il était le transit entre les producteurs et les artisans, tous avaient besoin de lui tout comme ses collègues pour vendre leur production et ainsi vivre leur vie. Néanmoins, seuls les marchands étaient les forces dominantes dans ce système. C’était leur prix et rien d’autre.

Tout le monde à besoin des marchands après tout. Sans marchands, aucun moyen pour le transport des marchandises et c’était trop risquer de quitter les fermes ou les mines pour vendre la matière première. Les marchands enlevaient une sacrée épine du pied à ces producteurs, mais ils en faisaient payer le prix, car les marchands sont des entrepreneurs faisant fonctionner toute une entreprise. Homme de main, marins, véhicule de transport, chevaux et hommes d’armes. Cela coutait chère à entretenir, mais cela assurait à coup que leurs productions allaient parvenir à destination à coup sûr.

Dans le cas contraire, c’étaient aux marchands de venir chercher la matière première et de l’acheter pour la vendre aux artisans. C’était ce qu’était venus faire Vincent. Le jeune marchand devait remplir son entrepôt à la capitale de matière première pour les vendre aux plus offrants à la capitale. Mais pour cela, il devait faire de rapide allez retour sur les côtes de l’ile avec son navire et son équipage. Tant que le vent le permettait, cela l’arrangeait, rester mobile est essentiel sur la mer, surtout pour éviter les bandits qui circule sur l’eau. Un navire rapide est très avantageux bien que le stockage pût être limiter.

Alors que le jeune marchand commençait à faire monter les marchandises agricoles d’un village, il fut interpelé par un homme relativement presser. Un gars que devait pas venir d’ici en tout cas, c’est ce que l’on pouvait juger avec la tenu un peu … Hivernale qu’il portait. Enfin, le jeune marchand n’eu pas trop le temps de pouvoir échanger quelques mots, il avait l’impression que l’inconnue ne savait même pas ce qu’il voulait lui dire.

Alors que l’homme partait, peu de temps après que Vincent reporta son regard sur son navire qu’il fut encore une fois interpelé par un autre gars ayant le même type vestimentaire. Si c’était des gars venus des terres ou la loi de Lüh ne pouvait les atteindre, cela se voyait à plusieurs lieux, surtout avec la diplomatie employer. Vincent se montra assez neutre, peu impressionner et limite qu’il en avait rien à faire et que cela le fatiguerait de renseigner ce gars-là qui devrait plutôt allez réviser les méthodes de la diplomatie. Mais autant lui dire ce qu’il veut et il pourra retourner travailler en paix.

- La prochaine fois que vos frères croiseront mon convoi ? Et bien, aux moins que je peux dire que vous êtes honnêtes sur certaines de vos attentions ! Néanmoins, je suis marchand maritime … Je doute que j’aurais à faire avec vous si je refuse de vous donnez ce que vous voulez … Enfin, je ne suis pas là pour lancer des hostilités …. Quand aux gars que vous enquêtez, difficile à dire ! J’ai mal compris ce qu’il ma dit et il donnait une impression que ce serait une perte de temps de se répéter !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Amalrik
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Rost - Horizon Zero Dawn
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 5
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Sam 10 Fév 2018 - 9:59

Amalrik comprit, en analysant brièvement la réaction de son interlocuteur, qu'il avait encore du chemin à faire en tant que diplomate. Évidemment, un homme qui avait vécu de façon tribale toute sa vie n'avait pas la maîtrise du verbe dont certains citadins faisaient preuve. Cependant, le guerrier Skoggandr nota dans un coin de sa tête qu'il devait s'améliorer sur ce point. Il tenait à ce que les gens comme lui soient moins perçus comme des barbares assoiffés de sang...

Le contenu de la réponse, quant à lui, fût décevant. Le marchand n'avait rien de particulier à révéler sur Falko, si ce n'est qu'il s'exprimait visiblement pas très clairement. Amalrik soupira et tapa du poing droit dans la paume de sa main gauche, en signe de déception profonde, ses lèvres se resserrant entre elles également. Alors c'était ça? Le destin se jouait-il vraiment de lui? D'abord, tout ce que chérissait Amal-Sanza-Brun parti en fumée. Puis, le monde lui envoyait des signaux, afin de le dissuader de changer les choses.

La colère profonde de l'homme libre se chargeait en son cœur. Il cru même, un instant, qu'il allait se défouler sur ce brave gars, qui ne faisait que répondre comme il le pouvait à des questions étranges. Se ressaisissant, Amalrik desserra la mâchoire et formula tant bien que mal sa réplique :


"Je... Bon, ben tant pis... J'imagine... Désolé de t'avoir dérangé alors."

Le grand gaillard à la barbe tressée commença à reprendre sa route, le pas étonnamment franc et décidé. Amal avait en tête d'interroger directement Falko, finalement c'était peut-être la meilleure solution pour tirer cette histoire au clair. Après quelques pas, le chasseur tribal remarqua une trace colorée sur un baril destiné au navire du brave Vincent. Amal s'approcha, plissant les yeux et courbant l'échine, comme un chien de chasse à l'affût.

La marque n'était pas anodine, et le Protecteur du Tréant l'aurait reconnue entre mille. La craie rouge qui avait été utilisée sur ce tonneau de bois, c'était la même qu'Harold donnait à ses hommes de main. Le marquage était un moyen astucieux de mettre en évidence des éléments importants, n'importe quel chasseur savait cela. Mais pourquoi ce baril avait-il été marqué? Le marchand le savait-il d'ailleurs? Amal rebroussa chemin et pointa du doigt l'indice trouvé devant l'homme en belle tenue.


"Ça, c'est une marque de chasse, l'ami. A mon avis, tu ferais mieux de t'en soucier. Si des personnes malintentionnées ont fait ça, tu risques bien des choses, crois-moi."

A la fin de son explication, le vétéran Skoggandr eut une idée. Et s'il surveillait ces marchandises? Il y avait là peut-être une opportunité d'en apprendre davantage sur les douteuses occupations de Falko. Avec panache, Amal-Sanza-Brun suggéra la chose sans attendre :

"J'aimerais rester avec toi, le temps de découvrir ce qu'il se trame ici, si t'es d'accord bien sûr. T'en fais pas, je ne propose pas ça pour de l'argent... Et puis, si des ennuis débarquent, je ne serai certainement pas de trop pour défendre ta cargaison ! Qu'en dis-tu?"

A vrai dire, même si le brave marchand refusait, Amalrik comptait bien rester dans le coin. Cette affaire prenait une tournure particulière, et l'occasion d'en apprendre plus risquait de ne pas se représenter de suite.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Markorel
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Hetalia - Portugal
Date d'inscription : 12/01/2018
Messages : 15
Liens vers la fiche : fiche
Métier : Marchand
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 27 Fév 2018 - 22:07

Le marchand allait pouvoir être laisser en paix, enfin c'est ce qu'il espérait, car il ne resterait plus qu'à charger la marchandise et ensuite préparer le navire pour le prochain petit port avant de revernir vers Luh pour revendre la matière première qu'il avait accumulé avec sa propre fortune. Néanmoins, il se rendit très vite compte que cet inconnu n'allait pas le laisser tranquille pour un moment, surtout en le voyant regarder les tonneau renfermant le grain des différents agriculteur de la région. Visiblement, cela se confirmait, cet homme du nord revint en direction du jeune Marchand.

Vincent se retourna donc en écoutant ce que lui avait à dire cet homme du nord, ce qui lui annonça était de mauvaise augure, surtout après l'avoir entendu se présenter d'une façon plutôt menaçante. Qu'est ce qu'il lui garantissait que ce combattant vivant hors des terres sous la protection de la loi du prince n'était pas un éclaireur aussi. Un gars qu'on utiliserait pour endormir la méfiance du marchand et de le prendre encore plus par surprise. Vincent croisa les bras et regarda cet individu d'une manière plus suspicieuse.

- Ce que j'en dit ... ? Que j'ai guère confiance à ce que vous me dite ... Je vous remercie de vous souciez de moi, mais qu'est ce qui me dit que ce n'est pas une ruse pour pouvoir approcher plus facilement ma marchandise ... Excusez ma méfiance, mais je ne vous connais pas et de plus vous venez d'un territoire défiant la loi du prince de ces terres ... Je vous écoute, peut être que vos raisons de rester vers ma cargaison me ferons changer de point de vue !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Ce qu'il nous reste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonnet de bain obligatoire. Ok, cachons le peu de dignité qu'il nous reste. [Evy]
» Il nous reste la culture...
» /!\ Il ne nous reste qu'un dernier point à régler, père...(Battle of the Heroes, One Shot)
» Elli • Et nous remplacerons l'amour de ce qui nous manque par la haine de ce qu'il nous reste.
» Sommes-nous pareil?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Sud-