Valion Lameblanche, l'âme d'un Protecteur

Partagez | .
 

 Valion Lameblanche, l'âme d'un Protecteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valion Lameblanche
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 14
Elément : Terre
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 28 Jan - 17:31


Nom: Lameblanche
Prénom: Valion
Sexe: Masculin
Age/date de naissance: 25 ans / 17 avril, an 33 de l’ère Lühienne
Endurance : 11
Religion : Précautionnisme



Si un seul trait devrait le définir, ce serait le calme. Petit, il avait l’esprit plein de rêves et d’aventures, nourris et encouragés par sa famille paternelle. Force est de constater qu’entre l’âge et l’enrôlement dans la milice, il est devenu plus pragmatique. Ces chimères enfouies en son sein, Valion est devenu un homme très sérieux, difficile à dérider, ne se permettant plaisanteries et chaleur qu’avec sa famille. Néanmoins, il reste une personne extrêmement bienveillante et altruiste, une caractéristique parfois susceptible de se retourner contre lui. Éduqué par des parents braves et avenants, particulièrement aimants, il a ainsi naturellement développé les mêmes traits en plus d’un sens ferme de la droiture. Il est pour lui inconcevable de céder au crime, mais ne va pas pour autant se jeter sur le premier voleur pour l’étriper. Cela relève davantage d’un code d’honneur que d’une conviction brandie haut et fort. En cela, il pose un regard juste et distant sur le monde, les conflits, la noblesse, le crime, la politique etc. Honnêtement, son côté blasé et passif le rend ennuyeux pour la plupart. Mais s’il s’engage pour une cause, ce sera avec détermination et passion.

Très proche de ses parents, il redoute le jour où ils le quitteront. Il loue tant la franchise qu’il en déteste les médisances et les mensonges. Il est donc très facile à manipuler mais, s’il tend un peu plus vers le pardon que la rancune, il n’accorde sa confiance qu’une fois. Il s’est toujours mis en tête de protéger son prochain. Toujours assuré par son physique et pas plus bête qu’un autre, si cela ne suffit pas pour mener à bien cet objectif personnel, il en sera mortifié. Malgré ses origines modestes, il possède un cœur noble. Entre protection et équilibre, il ne tue pas par plaisir mais nécessité. Cela vaut pour les animaux, les monstres et les humains.

Né au sein de la classe populaire et d’une famille croyante, Valion adopte une dévotion pieuse conjointe à une crainte de l’inconnu. Il est toujours subjugué par les invocations croisées en ville, partagé entre la fascination et la peur de ces êtres hors normes. L’enfant tapi en lui rêverait d’une épopée héroïque aux côtés d’une créature divine, mais il sait parfaitement que la réalité, en plus d’être toute autre, est souvent source de déception. Il doit toutefois faire appel à la raison et à la méfiance pour taire son envie de se lier avec pareille merveille.



Valion s’est toujours situé dans la moyenne haute. Le brigadier-chef l’ayant recruté avait lui-même résumé la chose en ces termes : « prometteur, mais pas exceptionnel ». Avec ses 1m85 pour 91 kilos, son apprentissage de la forge puis ses années d’entraînements et de service, le jeune homme bénéficie d’une force et d’une résistance certaine, primant même sur l’agilité. Une carrure sensiblement plus large que la norme, une musculature bien dessinée, il va sans dire qu’il a de bonnes chances de remporter une rixe, pour peu qu’il ne soit pas écrasé par un colosse ou défait par la ruse ou un objet magique. Excepté des mains calleuses gagnées à force de frapper l’enclume, sa silhouette ne révèle aucune autre particularité.

Bien sûr, plus on s’approche et plus il devient difficile de rater la fine cicatrice au-dessus de son sourcil gauche qui remonte vers son crâne. Elle ne disparaîtra probablement jamais, bien que le temps l’amenuise progressivement. Ses arcades prononcées ne font que renforcer son air sérieux et donnent parfois l’impression qu’il fronce ses longs sourcils. Ces derniers reprennent la couleur naturelle de sa tignasse châtain foncé, mais étant plus drus, paraissent un poil plus sombres. Son teint très légèrement hâlé ne dénote en rien avec ses petits yeux gris-bleu. Son regard perçant sert davantage la sincérité que l’analyse. Il surplombe un nez à l’arête large et une bouche qui dévoile tout son charme lorsque en de rares cas elle s’étire en sourire. Depuis l’abandon de sa carrière militaire, il se laisse pousser la barbe et n’a tendance à s'en occuper qu’une fois par semaine.



Histoire:

I) Contes & Légendes

« Alors moi aussi papa ? »
« Évidemment, c’est toute notre famille qui descend des Protecteurs ! »
« Alors je dois devenir fort. »
« Tu peux, mais il y a différents moyens de protéger les autres. Tu peux aussi devenir chasseur. »
« Oh non Anto ! Ça suffit avec ça, ne lui mets pas une idée pareille en tête ! Être chasseur, c’est trop dangereux. »
« Mais s’il libère une invocation, c’est mo- »
« SI. Et rien que la route pour aller dans un temple c’est dangereux ! »
« Tu exagères. »

Du haut de son petit mètre cinquante, le jeune Valion observait ses parents débattre sur ses perspectives d’avenir et sa lignée ancestrale. D’ordinaire, à chaque fois que son père ou son oncle lui racontait l’histoire de leur famille, quand ils ne s’y mettaient pas tous les deux, sa mère haussait un sourcil amusé. Après tout, l’énergie et l’engouement déployé par son cher mari était bien ce qui l’avait séduit en premier lieu. Mais il suffisait que le mot « chasseur » franchisse ses lèvres pour qu’elle intervienne. Les Lameblanche avaient toujours rêvé d’aventure. Elle, après une première fausse couche, espérait juste que son fils et l’être qui rendait de nouveau son ventre bien rond demeureraient sains et saufs. Alors chasseur… non mais quelle idée ! De toute façon, ce serait au garçon de décider, hors de question qu’il se laisse influencer par des projets aussi farfelus. Aller libérer une invocation et devenir roi en suivant, tant qu’à faire !

Eira Lameblanche rouspéta dans sa barbe inexistante mais révéla un franc sourire dès qu’ils eurent passé le pas de la porte pour se diriger vers la forge et certainement d'autres légendes. En réalité, elle ne se lassait jamais de voir les étoiles briller dans les yeux clairs de son garçon de 7 ans dès la moindre évocation héroïque ou divine. Habitants du quartier populaire, ils ne s’en tiraient pas trop mal, mais n’avaient pas de quoi aspirer à mieux. Alors autant lui laisser ce fantasme quelques années, il comprendrait bien vite la situation.

Eira venait d’une famille de mineurs à Layane, les Torvann, et, animée dans sa fougueuse jeunesse d’une curiosité et d’une envie de découverte, était venue à Lüh pour voir de ses yeux les armes et armures issues de son dur labeur. Elle y avait ainsi rencontré Anto Lameblanche, propriétaire d’une modeste forge dans la rue commerçante. Et elle avait trouvé un nouveau chez elle.

~

Ce jour-là, Anto ne revint qu’une fois le manteau de la nuit tombé. Sa femme allait lui désigner le bouillon qui l’attendait dans une marmite encore chaude, mais se ravisa et leva un sourcil interrogateur devant son air de gamin fier de lui. Entre ses mains se trouvait une épée de si bonne facture qu’il avait certainement dû débourser une belle somme pour la forger, à moins qu’il ne l’ait acheté dans une prestigieuse armurerie en ville.
« Chut, c’est un cadeau pour Valion. »
« Qu’est-ce que tu fiches avec ça ? »
Pensant que le garçon dormait, elle dut étouffer son interrogation plus curieuse que réprobatrice. Il s’avérait en réalité celui-ci, qui avait entendu son père arriver et s’était levé en conséquence, était tapi derrière la porte entrouverte de la pièce principale, un œil sur sa mère et sa curiosité aux abois.
« Je te présente Vaillance : l’épée que portait notre grand ancêtre le Protecteur ! »
« Et combien tu as dépensé, pour cette épée légendaire ? »
« Bah ! Ce sera rattrapé dans l’année. Il y a un nouvel arrivage de matériau la semaine prochaine et ton frère a promis de me faire une ristourne ! »
« Bon, alors si Brynn te l’a promis- »
« Mais oui, mais oui. »
« Il va être tellement content. »

Le regard fixé au sol, Valion essuya ses yeux humides d’un geste brusque. Il y avait tellement de choses que son esprit allait commencer à remettre en question. Il retourna se coucher et se promit, un jour, de demander à son père ou à son oncle s’ils étaient vraiment les descendants d’un Protecteur. En attendant, il ferait comme si de rien n'était.

II) Éclat

Malheureusement, l’oncle Lameblanche s’éteint quelques années après. Les Lameblanche faisaient rarement de vieux os. Travailleurs dès leur plus jeune âge, s’ils n’étaient pas emporté par les affres naturels, le temps s’en chargeait plus tôt que tard. Valion, avec sa jeune sœur Danae et son père, représentait ainsi les derniers Lameblanche. L’enfant porté par Eira avant la naissance de leur première fille avait malheureusement succombé à la maladie l’an passé.
Valion s’essuya le front avec son gant de cuir. Entre cette journée d’été où les températures atteignaient des sommets et le feu de la forge brûlant à quelques mètres, il cuisait sans la moindre résistance. Avec un grognement causé par l’effort, il se remit à frapper la pointe de lance sur laquelle il travaillait en ce moment. Ses muscles étaient déjà bien formés et sa carrure endurcie par l’aide qu’il apportait quotidiennement à son géniteur.
Il s’arrêta de nouveau et soupira. Il allait sur ses 16 ans, âge primordial renfermant le choix de son avenir. Et plus le temps avançait, plus il devenait évident que la forge n’était pas pour lui. Il avait les bases du savoir-faire mais préférait manier les armes, et non les créer.
« Tu t’en sors fiston ? »
Valion se retourna vers son paternel. L’homme le contemplait avec le même regard fier et encourageant qu’il lui adressait depuis sa naissance. L’adolescent sourit et acquiesça. Les pensées qui embrumaient son esprit depuis déjà de nombreuses lunes avaient besoin d’être éclairées, mais pas avec lui.

Une heure plus tard, son père lui indiqua qu’il pouvait finir, et qu’avec pareille chaleur, il allait s’en tenir à la vente aujourd’hui. Valion en profita pour se diriger chez son oncle maternel, Brynn Torvann, qui venait tout juste d’acheter une maison dans le quartier populaire. Il faisait partie des intendants chargés des convois de minerais, et effectuait souvent l’aller-retour entre Layane et la capitale. Pour avoir un pied à terre et changer d’air, il avait décidé de s’installer avec ses deux filles et sa femme qui en attendait une troisième. Ils étaient censés emménager après l’accouchement. L’étape actuelle était donc simplement l’aménagement, géré en grande partie par sa mère Eira et lui-même.
Brynn était sans doute celui qui s’en était le mieux sorti dans la famille Torvann. N’ayant eu que des sœurs et son père étant sénile, il faisait déjà office de patriarche. Il salua vigoureusement son neveu en le voyant arriver.
« Parfait, tu vas pouvoir m’aider à soulever ce meuble. Je m’en voudrais t’infliger ça à ta mère. »
« Bien sûr. Tu repars quand ? »
« Demain si tout va bien. J’attends encore un chargement de fournitures qui était censé arriver hier. »
« Il y a eu un problème ? Je peux aider ? »
« Je ne sais pas encore. C'est gentil, mais il vaut mieux laisser les habitués s’en charger. »
Le garçon acquiesça. Son oncle avait raison, mais ça ne l’empêcha pas de ne pas se sentir assez utile. L’effort accompli, l’homme l’invita à s’asseoir à l’intérieur, où sa mère s’affairait à enlever les dernières traces de poussière. Il ouvrit un fût de bière et remplit trois chopes.

Ils bavardèrent un temps, essentiellement sur la famille Torvann et la situation à Layane, jusqu’à ce qu’un messager vienne chercher Brynn, lui informant que le bateau contenant entre autres son dernier lot d’affaires était arrivé. Il s’excusa, refusa gentiment l’aide de son neveu en indiquant qu’il avait déjà payé un chariot, et s’éclipsa vers le port. La conversation se porta donc sur la journée de Valion, toute aussi banale que les autres. Après son court récit, il marqua un temps de silence. Eira, sentant bien que quelque chose le tourmentait, lui laissa tout le temps d’amener le sujet.
« Maman je… je… je vais rejoindre la Milice dans deux mois. »
Ah, c’était donc ça. Elle posa une main délicate sur son épaule et lui offrit un sourire compatissant.

« Et tu l’as dit à ton père ? »
« Je ne sais pas comment. Il ne va pas être content. »
« Et pourquoi ça ? »
« Il va être déçu. Il veut que je devienne chasseur ou chevalier ou je ne sais quoi… Mais certainement pas soldat. Mais ce n’est pas possible. »
« Bon, d’abord, sache que ton père ne sera jamais déçu de toi. Ensuite, pourquoi ça ne serait pas possible ? »
« Mais parce qu’on ne devient pas tueur de monstres comme ça en claquant des doigts ! Que c’est super dangereux et que ça coûte cher et que ça ne rapporte pas grand-chose, et que il faut partir loin, et que ben c’est pour les nobles tout ça ! Et- pourquoi tu rigoles ? »
« Pardon, je suis juste contente qu’au moins un Lameblanche ait les pieds sur terre ! »

Il sourit même s’il ne savait pas trop comment le prendre. Peut-être parce que c’était lui qui était déçu.

~

Valion fit tournoyer l’arme entre ses mains. Il eut envie de sourire devant les pas hésitants de son adversaire, sa main gauche qui se crispait sur la poignée de son bouclier, l’autre qui ne tenait pas assez fermement son épée. Il était arrivé dans les vingtièmes premiers à l’examen d’entrée et n’avait pas cédé de terrain depuis. S’il n’était pas le seul à manier la lance, il était l’un des rares à aimer se passer d’un bouclier. Certes, cela le rendait plus vulnérable, mais il gagnait en agilité et en maniabilité ce qu’il perdait en protection. Il n’avait peut-être pas le même attrait que son père pour la forge, mais il avait la même passion des armes. Aussi il s’y adonnait dès qu’il avait un peu de temps. En revanche, malgré tous ses efforts, sa maîtrise de l’arc tenait tout juste la route. Il pouvait enfin viser un membre de son ennemi à une quinzaine de mètres, était à peu près sûr de toucher sa cible à trente mais guère plus. Et honnêtement, il faisait tout aussi bien avec un javelot et presque mieux avec sa lance. Mais il devait bien avouer que cela représentait une arme de choix dans une bataille, surtout lorsqu’on ne se battait pas seul.

Il fit brusquement un pas en avant pour porter un coup d’estoc. Le soldat para mais recula de six pieds sous la force de l’impact. Valion grimaça. S’il n’était pas alourdi pas son propre bouclier il aurait pu y mettre plus de force et renverser Gavin, son adversaire. Il trouvait également cette lance trop légère comparée à la sienne, mais bon, il avait l’habitude. En attendant l’heure du souper, leur officier supérieur avait décidé de leur imposer un entraînement, prétextant que ça les réchaufferait en ce rude hiver.

Gavin passa à l’offensive et porta un coup de biais, que Valion para avec sa lance, par réflexe, mais en profita pour le repousser avec son propre bouclier. Il porta à nouveau sa lance en avant mais fut dévié deux fois de suite. Trop proche pour une troisième attaque et incapable d’utiliser une deuxième main pour pivoter l’arme selon son souhait, il misa sur une botte. Un vrai coup de botte. Désarçonné et plutôt frustré d’être assailli par une chaussure en cuir boueuse, Gavin se jeta sur son opposant avec plus d’empressement que de précision. Valion décida pourtant de lui accorder la confrontation alors qu’un pas d’écart suffisait à l’éviter.

« Si tu n’y mets pas un peu de cœur, tu ne me battras pas. »

Le jeune homme leva les yeux au ciel devant cette remontrance à laquelle toute l’équipe était habituée. Elle n’était pas emplie d’arrogance mais avait parfois cette petite pointe condescendante. Mais, loin d’être agacé, il se dégagea et prit le temps de raffermir ses appuis avant de repartir à l’assaut. Cette fois, sentant qu’il ne pourrait l’esquiver, Valion leva son bouclier pour bloquer l’attaque. La lame rencontra la rondache avec tant de force qu’elle se brisa en deux. Valion bascula la tête en arrière en poussant un cri, touché de plein fouet par l’éclat qui s’échoua plus loin. D’un même mouvement il lâcha ses armes en titubant et porta une main sur le côté gauche de son front.

« Bordel Gavin quand je te dis d’entretenir ton épée !!! »

L’interpellé se répandit en excuses tandis qu’un autre soldat était aussitôt parti chercher de quoi freiner l’effusion de sang. En partie aveuglé et sonné par la douleur, il manqua de s’écrouler si son camarade ne l’avait pas retenu. Il sentit la colère bouillir dans ses veines, pour l’une des rares fois de sa jeune vie.

« Comment tu peux te battre avec une arme aussi usée ?! Comment tu veux faire ton travail avec ça hein !? Tu vas pas protéger grand monde espèce de feignasse ! »

Le brigadier présent s’apprêtait à le réprimander quand un officier supérieur, attiré par le raffut, l’interrompit dans son élan. Pas un écart en trois ans pour le soldat Lameblanche, alors cette fois pouvait bien passer, surtout quand elle était justifiée. Il ferait néanmoins le double d’heures le lendemain pour compenser.

Valion sut taire son indignation pendant qu’on le conduisait à l’infirmerie. Mais quelque chose d’autre s’était brisé en lui. En intégrant la Milice, il avait progressivement réalisé que ses valeureux idéaux n’étaient pas partagés par tous, et loin de là. Entre les délinquants, les blasés et les engagés, les raisons des autres divergeaient bien trop des siennes pour qu’il ait pu tisser de véritables liens et se sentir à sa place.
Finalement, même en rejoignant l’armée, il était celui se sentant incapable de protéger le monde.

III) Protège, toujours

Le jeune homme avait tiré de cette fameuse journée une profonde résignation. Il se contentait de ce qu’il avait, des quelques services rendus à la population et de ses heures passées au contact des armes. Ayant perdu ses rêves et sa combativité, il s’enfonça facilement dans cette morne routine. Bien que peu enthousiaste, il n’en demeurait pas moins un très bon soldat, ce qui lui permit de gravir deux rangs en quelques années. Désormais brigadier-chef, il réservait la majeure partie de sa solde aux subventions familiales. Son père vieillissant n’ayant pas d’autre héritier passait de moins en moins de temps à travailler. Les revenus de la forge n’étaient donc plus suffisants.

Après l’achat d’un cheval, il avait décidé d’économiser pour une maison. Ses parents avaient rétorqué qu’à bientôt 25 ans, il était plus que temps. Cependant ils étaient conscients que leur fils aîné s’attardait exprès pour pouvoir s’occuper d’eux. Il y avait bien sa sœur aussi, mais ses préoccupations adolescentes s’éloignaient de toute responsabilité et la faisaient passer tout son temps avec Lorell, sa cousine du même âge.

Ainsi il se contentait de sa petite bulle de bonheur en toute modestie. Jusqu’au jour où son père s’éteint dans son sommeil. Même si chacun dans sa famille le pressentait, devant ses réflexes diminués et son âge avancé, son trépas n'en fut pas moins douloureux. Valion ne s’en rendit pas immédiatement compte, mais quelque chose changea. Il tolérait de moins en moins la soumission qu’il s’était imposé. Le feu qui brûlait en lui, plus jeune, animant ses rêves d’aventures et d’honneur, se ravivait peu à peu. Il n'était plus las de se lever chaque jour avec ses compagnons d’armes, même si certains étaient devenus des amis, mais agacé par la répétitivité de toute chose.

Et puis, sa tante et sa grande cousine regagnèrent Layane. Son oncle souvent en déplacement, ses deux filles encore à Lüh vinrent habiter avec Eira et Danae. Il profita ainsi de la maison de Brynn pour entreposer les quelques affaires de la forge qui n’avaient pas été vendues : des outils principalement, sa lance et quelques matériaux. Il dénicha l’épée que son paternel lui avait offert des années auparavant et l’exposa dans sa chambre après l’avoir dépoussiéré. Puis un jour, il revint dans la maison familiale vêtu de vêtements simples et grossiers. Sa mère l’accueillit avec une infusion et son fameux sourcil interrogateur.
« Où est passé ton uniforme ? »
« J’ai démissionné. »

Elle leva le menton, accusant les conséquences d’une telle décision avec une expression indéchiffrable.
« Qu’est-ce que tu comptes faire à présent ? »
Il sourit.
« Je vais devenir chasseur. »


Famille:
- Père : Anto Lameblanche (décédé à l’âge de 57 ans)
- Mère : Eira Lameblanche – 52 ans
- Sœur : Danae Lameblanche – 15 ans
- Oncle : Brynn Torvann – 48 ans
- Cousine : Alma Torvann (aînée, repartie à Layane avec sa mère) – 22 ans
- Cousine : Lorell Torvann (cadette) – 15 ans
- Cousine : Silam Torvann (puînée) – 11 ans

=> Côté maternel, famille nombreuse originaire de Layane. Valion ne leur ayant rendu visite que deux fois avant de s’engager dans la milice, il n’en est pas très proche.
=> Côté paternel, il lui reste un cousin en ville, mais ce dernier porte si peu les fables des Lameblanche dans son cœur qu’il s’est rabattu dans l’indifférentisme et sur un poste administratif. Pour éviter son dédain permanent, Valion n’a pas cherché à garder contact, même s’il n’a rien contre lui.



Métier: Anciennement milicien (brigadier-chef à Lüh), désormais chasseur. Mais puisqu’il ne peut s’occuper de gros contrats, il prend un peu tout ce qu’il trouve tant que cela reste légal.

Signes particuliers : La fine cicatrice sur son visage. / Dans sa façon de combattre et de se tenir, il est plutôt aisé de deviner qu’il a suivi une formation militaire.

Rêves : Redonner la splendeur d’antan à son "épée légendaire". Mais cela dépasse ses compétences et requiert des matériaux plus rares. / Rencontrer et posséder une invocation.

Ambitions : Devenir Chasseur doré, ou membre de la Garde dorée le cas échéant. Il est toujours convaincu que cela représente un meilleur moyen de protéger tout le monde. / Trouver le courage d’aller dans un Temple.

Arme : Une lance qu’il a forgée avec l’aide de son père et qu’ils ont modifié au fil de ses entraînements. (Tranchant 2/5 ; Maniabilité 2/5 ; Résistance 4/5)
Visuel:
 

Possessions : Vaillance, l’épée familiale inutilisable au combat ; une jument à la robe palomino prénommée Safran d’après l’épice utilisé le plus fréquemment par sa mère, achetée avec sa solde.
Visuel:
 

Compétences : Son temps libre à la forge a payé. Il est capable de manier à peu près n’importe quelle arme classique mais excelle avec une lance entre les mains. Il ne se débrouille pas mal non plus avec une épée (surtout les longues) mais supporte moins le bouclier. Tel un apprenti forgeron, Valion est capable d’entretenir les armes et de forger les plus basiques, tant qu’il détient les matières et outils nécessaires. Pour tout ce qui n’est pas issu du métal (le cuir notamment), c’est une autre histoire. Sa mère lui a en revanche appris à coudre parce qu’elle en avait assez de s’occuper des trous dans son uniforme…



● Comment avez vous découvert ce forum? Sur plusieurs topsites
● Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? Dense, bien travaillée et originale, bravo !
● Comment trouvez vous le design de ce forum? Le juste équilibre entre ergonomie et esthétique.
● Avez vous lu le règlement? [Validé par la tigresse jépaletemps]
● Avez vous vu le tchat? C’est bien l’encart en haut à gauche qui renvoie sur le discord ?
● Savez vous comment voter pour le forum? En appuyant sur les lapinous.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Ven 2 Fév - 14:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 14
Elément : Terre
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 29 Jan - 20:08

Navrée pour le double post, c'est juste pour signaler que j'avais terminé !
Je m'excuse, c'est vachement un peu long... Pour ma défense je dirais que le contexte m'a beaucoup inspirée ^^'

Je peux raccourcir si besoin !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Modo Nérée


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 580
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #3 écrite Ven 2 Fév - 0:10

Bonsoir et bienvenue sur le forum !

Je vais m'occuper de la première correction et validation de ta fiche, alors si tu as des questions ou remarque, n'hésite pas à venir me voir Smile

Caractère

Rien à dire !

Physique

Rien à dire non plus ici !

Histoire

Rholala, ça fait plaisir de voir quelqu'un utiliser Layane (mon ptit villaaage) dans son histoire, si tu veux un lien avec mon personnage, n'hésite pas ~

Et sinon, rien à dire non plus ! J'ai vraiment aimé lire ton histoire, et puis moi j'aime quand c'est long, surtout quand c'est bien écrit et sans faute héhé.

Bref, tout ça pour dire...

Félicitation ! Je t'offre ma première validation !
Un admin viendra bientôt te corriger si besoin et te valider définitivement par la suite ~



« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kohaku
avatar
Admin Koha


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 839
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Armure de cuir à taille humaine [ endurance + 3]
Vêtements humains.

Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Ven 2 Fév - 15:10

Ma foi, J'ai beau avoir cherché à chipoter j'ai rien trouvé. Bien joué ! Si tu souhaites un tableau d'honneur tu pourras débloqué le succès Coup de Maître ! Wink

Félicitations ! Tu as ma seconde validation !
Tu peux commencer à poster ton journal de rp Ici et faire une demande rp .
Bon jeu !




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Valion Lameblanche, l'âme d'un Protecteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dragan Tiril [Seigneur Protecteur d'Ardamir]
» Rafaël Eärendil [Protecteur de Scalim & Sorcier de l'eau]
» Le protecteur de la nature~
» Protecteur et destructeur [terminé]
» Flashback Le protecteur d'asgard . Chapitre I (Loupjuste/thor +Lia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-