Nathan Follin

Partagez| .

Nathan Follin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nathan Follin
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Kaisel
Date d'inscription : 23/03/2018
Messages : 56
Liens vers la fiche : Présentation
Résumé des RPs

Elément : Aucun
Métier : Chasseur en devenir
Inventaire : Epée courte (Maniabilité 3 / Tranchant 3 / Résistance 2)

Arc Eris


Carquois de bois (20 flèches max - 10 normales + 10 améliorées)

Carquois de cuir (25 flèches max - 10 enflammées améliorées + 5 glacées améliorées +5 lumineuses + 5 de foudre)

Vêtements simples

Cape de voyage

Chaussures de marche

Sac sans fond
Spoiler:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Dim 25 Mar 2018 - 7:41

I) Identité
Nom: Follin
Prénom: Nathan
Sexe: Masculin
Age/date de naissance: 17 ans / né le 18 Mars 42 de l’ère Lühienne
Endurance : 8


II) Caractère
Mon caractère? Ha, intéressant. Prenez mon père, inversez tous les paramètres, et me voilà. Je suis quelqu’un de simple, qui aime profiter de la vie telle qu’elle nous a été offerte. Notre espèce a déjà disparu une fois à cause de nos ambitions, il ne faudrait pas que cela recommence. J’aime rire et faire rire quand je le peux, pas que je me prenne pour un vrai comique, mais disons que j’essaie le plus possible de m’entourer de sourires. Excepté avec mon père je ne pense pas m’énerver facilement, j’essaie toujours de garder mon calme, et lorsque quelque chose ne me plait pas, je prends sur moi et fais en sorte de m’écarter le plus possible de la source du problème, ou de le régler le plus rapidement possible. Les gens ont tendance à dire que je suis malin, personnellement je me considère surtout comme un bon observateur et quelqu’un de patient, ce qui me permet d’agir de façon adéquate. Je tiens beaucoup à mon libre arbitre, et je suis toujours en quête de nouvelles choses à découvrir. La vie et courte et fragile, autant en faire quelque chose d’intéressant. Bien sûr mon père dirait que je suis aussi arrogant et que je suis incapable de tenir en place et de faire ce qu’on me dit. C’est partiellement vrai j’imagine… Mais peut-être que si mes supérieurs étaient moins portés sur la réalisation d’une vie ennuyante j’arriverais à les écouter d’avantage. Je rêve de parcourir le monde et de pouvoir contempler ses moindres recoins de mes propres yeux. Bien sûr ce serait plus simple s’il n’était pas infesté de monstres plus dangereux les uns que les autres, mais cela ne m’empêchera en aucun cas de réaliser mon rêve. Du moins c’est ce que j’essaie de me dire, sûrement pour me convaincre que je suis assez courageux pour affronter tous les dangers du monde. En réalité je suis terrifié par ces créatures. Et par le fait de voyager seul aussi. En fait je suis quelqu’un d’assez trouillard. Mais je suis déterminé. Enfin je crois?
Je suis issu d’une famille de précautionnistes, et j’imagine que j’en suis un aussi, même si mes idées ne reflètent pas totalement celles du reste de ma famille. Je crois en la possible clémence des Dieux, après tout, même s’il s’agissait d’une punition pour leurs enfants, ils ont décidés de nous recréer, ils doivent donc bien voir quelque chose de positif dans notre race, quelque chose qui aurait sa place dans ce monde si parfait qu’ils ont créé. J’ai vu assez de paysages dessinés dans des tableaux et décrits dans des livres pour respecter la création ultime de ces êtres suprêmes. Cependant je pense que la chasse est un art noble et diablement excitant, contrairement à ma famille, et particulièrement mon père, qui ne cessent de me répéter que c’est une pratique barbare et irrespectueuse de la création divine. J’imagine que je comprends leur logique, je n’ai juste pas la même. Ils pensent que les chasseurs sont tous des égoïstes qui n'accordent d'importance qu'à leur gloire et leur bourse personnelles. Personnellement j’ai toujours considéré les chasseurs comme des modèles de courage et de liberté, bravant les dangers extérieurs pour nous protéger et nous approvisionner en ressources. Bien sûr tout bon chasseur se doit de faire équipe avec une invocation, et je compte bien faire de même. J’entends par là que mon invocation sera traitée comme un vrai équipier, un partenaire, avec qui nous parcourrons le monde et braverons ses dangers. Je jure ne jamais utiliser mon invocation comme un simple esclave sous prétexte que j’en ai le droit et que ma simple existence est sensée être une punition pour elles. Et puis soyons honnêtes, je ne serais pas capable de traiter un être vivant de cette façon.


III) Physique
J’aimerais vous dire que j’ai le physique d’un grand guerrier, d’un homme fort et viril prêt à braver tous les dangers, toutes les créatures, celui d’un homme sûr de lui et qui fera le parfait membre de la Garde Dorée. Malheureusement, je suis loin de tout ça. Mon père est grand et fort, moi, j’ai hérité du physique de ma mère. Ma croissance est terminée, et le verdict est sans appel: je suis petit. Un mètre soixante tout au plus. Et puis ce n’est pas comme si mes muscles apportaient de la balance à tout ça, non, je suis très bien proportionné voyez-vous, je pèse tout juste cinquante et un kilos ! Certains marchands itinérants portent plus que ce que je ne pèse dans leurs gros sacs. Comment font-ils? J’arrive à peine à soulever mon épée proprement. On ne peut pas vraiment dire que j’aie le visage d’un prince charmant non plus, bien que, si je peux m’autoriser un peu d’arrogance qui ferait friser les cheveux sur le crâne de mon père, je pense que je suis assez attirant tout de même. Enfin, disons que je devrais rentrer dans la catégorie “mignon”, qui n’est pas toujours très flatteuse à entendre quand on rêve de chasseurs virils, mais qui est toujours une catégorie respectable. Etant donné que beaucoup me traitent encore comme si j’avais treize ans, je dirais que je fais plus jeune que mon âge, peut-être que ma silhouette y est pour quelque chose aussi. Ou peut-être est-ce mon incapacité à voir le moindre poil sur mon visage? Un peu des deux sûrement. J’ai les cheveux bruns comme mon paternel, que je laisse pousser un peu plus que ce que ce dernier voudrait, mais franchement, c’est quand même bien plus charmeur d’avoir les cheveux un peu longs non? Mes yeux sont aussi bruns que mes cheveux, une fois de plus comme mon père, il faut bien que je lui ressemble un peu. Mon visage est encore un peu rond, mais j’ai espoir qu’il se forme un peu plus avec le temps. En même temps que l’apparition de ma pilosité faciale peut-être? Je porte souvent des vêtements assez classiques et confortables. Là aussi mon père aimerait que je m’habille un peu plus dignement, mais soyons honnêtes, nous ne sommes pas de vrais nobles, alors à quoi bon essayer de faire comme si nous en étions? Mon père me tuerait si je lui disais ça en face…


IV) Vie
Histoire: Je suis né de l’alliance arrangée entre Marcus Follin et Sophie DePonty. Mon père est un baron, ma mère la troisième fille d’un comte. La famille de mon père pensait qu’en le mariant à une famille de comtes, notre rang grimperait. Bien sûr ils avaient tort, les DePonty ne cherchaient qu’à faire quelque chose de la troisième fille qu’ils avaient, n’ayant pas de fils et les deux premières étant en parfaite santé. Je suis le premier fils de cette alliance ratée, et donc l’héritier au titre de mon père. Vous comprendrez rapidement que je n’en veux pas, mais patience, nous y viendrons. J’ai donc grandi seul dans la simple maison de mon père située dans le quartier noble de la capitale durant les trois premières années de ma vie, bien que je ne m’en souvienne pas vraiment. Puis naquit ma petite soeur Ophélie. Au début tout allait bien, mes parents étaient attentionnés, ma soeur et moi grandissions comme deux enfants normaux, trop pauvres pour être vraiment considérés comme nobles, trop riches pour être en réelle difficulté. En bon premier fils, mes journées étaient consacrées à mon éducation. Papa voulait que j’intègre la Garde Dorée pour apporter le prestige à la famille Follin; et puis sûrement un peu aussi pour apporter quelques piécettes. Alors tous les jours, je m’entraînais à l’aide d’une petite épée en bois avec un instructeur personnel. Je n’étais sûrement pas son meilleur élève, mais je n’étais pas complètement incompétent non plus. Je me débrouillais plutôt bien avec un arc aussi, disons que j’arrivais à atteindre ma cible, ce qui était déjà un bon début. J’étais plutôt content de mes performances, mais je pouvais voir l’inquiétude et la déception dans le regard de mon père. Il devait penser que je n’intègrerait jamais la Garde Dorée avec si peu de talent.

J’avais huit ans la première fois qu’il m’a fait part de sa déception, sûrement pour essayer de me motiver un peu plus. Je lui ai répondu que si je n’arrivais pas à intégrer la Garde Dorée, il resterait au moins la Milice. Ce fut ma première gifle, et autant vous dire que je la sens encore s’abattre sur moi rien que d’y penser. Visiblement mon manque d’ambition n’avait pas plu à mon père. Je pouvais le comprendre, après tout son propre marriage avait été arrangé dans le but d’apporter une gloire qu’il n’a pas réussi à obtenir, sûrement avait-il dû être éduqué avec la même pression que moi. C’est à partir de ce jour-là que j’ai commencé à détester mon paternel. Pas à cause de cette gifle, non, bien sûr. A cause de toutes celles que je me prenais, tous les jours, à chaque fois que ma flèche n’atteignait pas le centre de la cible, à chaque fois que je faisais tomber mon épée de bois. Et croyez moi, ça ne m’a pas aidé. Pendant très longtemps j’ai stagné dans ma médiocrité, comme le disait mon père. Heureusement j’ai toujours été bon dans toute la partie théorique et académique, c’était ça de moins en gifles quotidiennes. Comme j’avais toujours de l’avance sur mes livres assignés, j’en profitais pour lire d’autres livres plus créatifs. Mon père me disait constamment que j’aurais dû en profiter pour continuer mon entraînement physique. Personnellement je pense que j’ai bien eu raison de ne pas le faire, car ces livres récréatifs m’ont fait découvrir une passion certaine pour les chasseurs. Tous les jours je lisais les épopées de ces hommes et ces femmes dont leur bravoure n’égalait que le respect qu’on leur accordait. Je lisais leurs exploits, leurs récits pleins d’aventure et de découverte. Bien sûr je ne pouvais pas faire ça chez moi, il était impensable d’avoir de pareils livres dans la maisonnée de mon père, lui qui ne jurait que par la Garde Dorée et son prestige sans faille. Les chasseurs ne représentaient à ses yeux qu'un groupe de ratés ne mettant leurs talents qu'au service de leur propre gloire personnelle plutôt que d'aider toute la population. Sa vision du métier était si fermée et pessimiste qu'il en oubliait sa nécessité en terme de ressources. Bien sûr quelques chasseurs ne chassaient que pour la gloire et l'excitation, j'avais moi-même été charmé principalement par leurs exploits romancés dans ces fameux livres, mais cette profession représentait tellement plus à mes yeux. Alors je lisais ces ouvrages dans la cour extérieure d’une des bibliothèques de la ville, en secret.

En parlant de la bibliothèque, je devrais peut-être aussi vous parler de ma soeur. Etant la première fille de la famille, ses journées étaient également consacrées à son éducation, mais une éducation de future femme noble. Couture, manières, musique, un peu de mathématiques et d’histoire, tout ce qui pouvait faire d’elle une excellente femme à marier, prête à gérer sa future maisonnée. Et c’est là qu’arrive la douce ironie des choses. Ophélie, elle, voulait désespérément rentrer dans la Garde Dorée. Quand papa nous racontait les exploits de cet ordre avant de nous mettre au lit, c’était elle qui avait les étoiles dans les yeux, et moi qui baillait, prêt à dormir. Alors, quand j’avais dix ans et que je lisais des histoires de chasseurs dans la cour de la bibliothèque, elle en profitait pour m’accompagner et pour s’entraîner en secret au maniement de l’épée et de l’arc. Et vous savez quoi? Elle était bien plus talentueuse que je ne l’étais à son âge! Si papa savait ça, je ne sais pas s’il serait plus outré que sa fille s’entraîne au combat ou plus humilié qu’elle ne soit meilleure que son héritier. Moi, ça me faisait bien rire. Je l’ai toujours encouragée à s’entraîner. Même si ce n’était pas ma passion, c’était visiblement la sienne; et je voulais que contrairement à moi quelqu’un l’encourage à faire quelque chose qu’elle aimait. C’est ainsi que nous avons entretenu un lien fraternel plus fort que beaucoup d’autres enfants. A cet âge là, les frères et soeurs ne cessent de se chamailler, mais Ophélie et moi étions complices dans tout ce que nous entreprenions.

C’est à elle que j’ai commencé à parler de ma passion pour la chasse, un jour dans la cour de la bibliothèque alors que je venais de terminer un énième livre traitant du sujet et qu’elle s’entraînait en faisant virevolter son épée de bois dans le vent. Evidemment elle a rit. Comment pourrais-je être un bon chasseur alors que j’arrive à peine à garder mon épée en main? Et c’est là que je lui ai dit que je comptais aller obtenir mon invocation. Là aussi elle a commencé à rire, et puis, voyant que j’étais sérieux, elle s’est arrêtée. Elle m’a demandé si j’étais conscient des dangers que tout ceci impliquait. Je lui ai répondu que oui. Elle m’a demandé si j’étais stupide; et j’avoue que cette question a heurté mon égo. Je n’ai pas répondu, je l’ai juste fixée. Elle m’a jeté son épée de bois afin que je la rattrape, et m’a demandé de la frapper avec. J’ai essayé jusqu’à l’épuisement, mais je n’ai réussi qu’à l’effleurer. Voyant ma stupéfaction et ma fatigue elle m’a dit d’arrêter, et m’a révélé qu’elle avait appris à esquiver rien qu’en observant l’entraînement des Gardes Dorés et leur jeu de jambe, puis en essayant de le pratiquer seule, tel une danse, quand personne ne la regardait. A partir de ce jour, à chaque fois que nous allions à la bibliothèque, elle m’entraînait. Et à chaque fois que nous avions un peu de temps libre, nous allions observer les Gardes Dorés. C’est grâce à Ophélie que j’ai appris l’importance d’une bonne observation et d’une patience à toute épreuve.

Deux ans plus tard, Maman accouchait de son troisième enfant, Eleanor, une autre fille. Dommage pour mon père, il n’aura toujours pas eu le fils fort et fier qu’il espérait. Il ne cessait de me répéter qu’en temps que premier fils, si je n’étais pas capable d’intégrer la Garde Dorée, mon premier devoir était au moins de pouvoir protéger mes deux soeurs. J’aurais pu être d’accord avec lui si je ne savais pas de façon certaine qu’Ophélie savait très bien se protéger toute seule. Mes entraînements avec elle avaient fini par payer. Pas assez aux yeux de mon père évidemment, mais disons qu’au moins je savais désormais mieux tenir ma pose à l’épée, mieux agripper cette dernière, et surtout je pouvais analyser et esquiver mon adversaire comme personne. Je n’étais toujours pas une menace, mais au moins je savais rester en vie. Ayant atteint le début de l’adolescence c’est aussi à ce moment que j’ai commencé à devenir insolent et à me révolter contre mon père. Jusqu’à présent je recevais mes gifles en silence, et je gardais mon énervement pour moi-même. Puis j’ai commencé à esquiver les gifles avec une facilité déconcertante; après tout je les connaissais par coeur à force de me les prendre au quotidien. Voyant qu’il n’arrivait plus à m’atteindre physiquement, mon père a commencé à m’atteindre moralement. Il me répétait que je n’étais qu’un bon à rien, que j’apporterai la honte au nom de Follin, ce à quoi je lui répondais que notre nom ne valait déjà pas grand chose et que ça n’avait donc aucune importance. En y repensant aujourd’hui je me dis que j’y allais peut-être un peu fort avec lui dans mes réponses. Mais on ne peut pas vraiment dire que je le regrette non plus.

Plus je grandissais, plus j’étais insolent. A l’âge de quinze ans, mes entraînements avec mon instructeur personnel se passaient toujours de la même façon médiocre qu’avant. Ophélie avait arrêté de m’entraîner de son côté, ayant de moins en moins de temps libre et consacrant le peu qu’elle avait à sa propre évolution secrète. Papa me répétait tous les jours que mes seize ans arrivaient à grande vitesse, et que je ne serais jamais prêt pour les épreuves de la Garde Dorée. Je ne cessais de hausser des épaules, montrant mon peu d’intérêt le plus possible. Quand ma soeur m’entraînait, je le faisais pour devenir un chasseur, j’avais une motivation personnelle qui me faisait progresser. Quand je m’entraînais avec mon instructeur, mon ennui et mon désintérêt reprenaient le dessus. Le jour des douze ans d’Ophélie, nous nous sommes réunis autour d’un copieux repas, et papa a offert à sa première fille une magnifique robe rose, accompagnée d’un discours sur son rôle. Entendez par là le devoir de commencer à se montrer à tous les potentiels futurs maris des environs. Douze ans, et elle devait déjà faire en sorte d’attirer des jeunes nobles de plus haut rang que le notre afin de les marier dans quelques années. Autant vous dire qu’elle n’a pas vraiment apprécié son cadeau, et pour la première fois de sa vie elle l’a fait savoir. Je pensais être un enfant insolent et rebelle. Je n’étais rien comparé à elle. “Je ne veux pas de ta foutue robe” avait-elle dit. “Je veux une armure dorée, une épée et un bouclier. Et un instructeur au combat”. Ces quelques phrases avaient été suivies du plus long silence que je n’ai jamais vécu. Intérieurement, je riais. Très fort. Si fort que je n’ai pu m’empêcher de sourire, et même si j’essayais de le cacher de ma main, je me doutais bien que nos parents l’avaient remarqué. Eleanor continuait de manger sans vraiment réaliser ce qui était entrain de se passer. C’était sûrement dû à son jeune âge, mais elle avait toujours représenté l’innocence pure à mon regard. Bien différente de ses deux aînés. “Pour l’armure je peux prendre celle de Nathan, il n’en fera rien. Il veut être chasseur”. Mon sourire s’était effacé en une fraction de seconde. Pour la première fois de ma vie, je comprenais les autres garçons de mon âge qui me parlaient de vouloir tuer leurs petits frères et leurs petites soeurs. Ma mère avait alors pris ma soeur cadette dans ses bras et était hâtivement sortie de table. Vous remarquerez que je n’ai pas vraiment beaucoup parlé d’elle jusqu’à présent, et c’est exactement pour cette raison : elle n’a jamais vraiment été présente dans ma vie. Elle passait ses journées dans la chambre parentale, on ne se voyait qu’aux moments des repas où mon père tentait de m’humilier, et elle ne faisait rien d’autre qu’écouter sans intervenir. Les seules personnes à qui elle parlait étaient ses amies proches. Elle ne donnait de l’amour ni à ses enfants, ni à son mari. Elle aussi avait du se faire retourner le cerveau à coup de rôles de noblesse par sa famille, jusqu’à se faire marier au premier homme venu qui ne ternirait pas trop la réputation de cette dernière. Tant qu’elle lui faisait des enfants, elle n’avait rien à se reprocher.

Inutile de vous décrire plus que ça ce qui a suivi cette petite révélation de la part d’Ophélie. Mon père est entré dans une rage incontrôlable et m’a frappé au visage. Je n’ai pas essayé de l’esquiver, ça n’aurait réussi qu’à l’énerver d’avantage, et je préférais m’en sortir avec une lèvre ouverte qu’avec quelque chose de possiblement pire. Il hurlait des questions sans attendre aucune réponse, du genre “qu’aie-je fait pour avoir des enfants pareils?”. Il n’a pas frappé ma soeur ceci dit. Après tout elle avait besoin d’être jolie. Il s’est contenté de lui jeter la robe au visage et lui de lui commender d’aller la mettre dans sa chambre, où elle resterait jusqu’à nouvel ordre pour améliorer ses talents de couturière, discipline sûrement choisie au hasard parmi les autres. Quant à moi il m’a interdit de retourner à la bibliothèque. J’imagine qu’il avait deviné d’où je tirais mes rêves. Il est devenu bien plus stricte avec nous deux à partir de ce jour. Nous n’avions presque plus de temps libre. Ophélie passait son temps à rester avec d’autres filles de son âge qu’elle détestait mais qui correspondaient à la vision que notre père se faisait du futur de sa fille. Sachant que je n’avais plus grand chose à apprendre des livres, papa ne m’en laissait plus lire beaucoup, et avait remplacé mes temps de lectures par des entraînements avec d’autres garçons, bien plus grands, bien plus forts et bien plus talentueux au combat que moi. Tout ceci a duré encore deux ans, jusqu’à il n’y a que trois mois.

Mon père était rentré à la maison un soir nous annonçant que nous allions partir vers le Temple du Feu. Sa dernière lubie dans sa quête de noblesse impliquait de pouvoir se pavaner avec une invocation, et une impressionnante bien évidemment. Alors il avait choisi le Temple du Feu, après tout quoi de plus impressionnant qu’une invocation ardente. Très honnêtement j’étais curieux de savoir comment il allait s’en sortir. Il faut savoir que malgré tout l’entraînement qu’il m’impose et sa carrure plus imposante que la mienne, lui n’a jamais su tenir une arme. Il avait été formé pour être un bon gestionnaire de commerce, pas un Garde Doré. J’imagine qu’il comptait sur son éloquence pour convaincre une invocation de passer un pacte avec lui. C’était plutôt brave. Ou stupide, je n’ai pas encore décidé. Il voulait pouvoir se vanter de sa nouvelle acquisition à peine sorti du Temple, ainsi avait-il prévu de tous nous amener avec lui. Ce n’était pas vraiment pour me déplaire, je n’avais encore jamais eu l’occasion de naviguer à bord d’un bateau, et j’avais lu d’incroyables descriptions de la ville d’Al-Hazred. Ma soeur avait l’air plutôt intéressée par le voyage aussi, et quant à ma mère, elle suivait mon père sans rechigner une fois de plus, malgré les complications qu’impliquaient un voyage si long pour un enfant si jeune que sa dernière fille. Ce n’est que le jour du départ que nous avons réalisé que ce projet allait être bien plus compliqué que prévu. En partant de la maison, mon père nous avait guidés vers le nord de la ville, à l’opposé des quais. Lorsque ma soeur le fit remarquer, il rétorqua que faire accepter toute une famille à bord d’un bateau coûtait bien trop cher. Plus cher que les services de quelques mercenaires et la location de quelques tentes. Voyant nos mines peu rassurées, il nous avait dit qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Il avait sélectionné deux excellents mercenaires dont un déjà accompagné d’une invocation. J’avais suffisamment étudié le bestiaire de la région pour savoir que ce n’était pas vraiment rassurant. J’imagine qu’il comptait sur moi en temps que troisième personne armée. Personnellement je doute que sa décision n’ait était prise qu’à cause de l’aspect financier. Il était près de ses sous, mais pas au point de risquer la vie de toute sa famille pour économiser quelques piécettes. Non, il avait sûrement une honte à cacher. Sûrement un mal de mer secret qu’il ne voudrait absolument pas révéler dans un état de faiblesse dégradant en public, ou pire, devant moi. Le connaissant, cette théorie était plus que probable. Il préfèrerait miser sur un potentiel danger dans le désert plutôt que sur une humiliation certaine à travers les mers.

Malgré l’angoisse que nous avions pu éprouver en quittant la ville, la traversée du désert s’était faite sans trop de problèmes jusqu’à la première nuit. Les quelques monstres que nous avions croisés étaient inoffensifs, à mon grand soulagement. Malgré ce que nous avait assuré mon père, les deux mercenaires qui nous accompagnaient n’avait pas l’air bien gaillards. Et pas le moindre signe d’une invocation. L’un d’entre eux pouvait très bien la faire apparaître en cas de besoin, mais jusqu’à preuve du contraire ce n’était qu’une fausse information pour faire gonfler leur salaire à mes yeux. Au coucher du soleil, nous nous sommes arrêtés pour dormir en formant un camp improvisé à l’aide des quelques tentes que mon père avait louées. J’avais réussi à glisser un livre dans mon sac avant de partir, que je lisais hors de ma tente en secret à la lumière des dernières braises du feu de camp. Ma lecture a été rapidement interrompue par Eleanor qui sortait de la tente qu’elle partageait avec ma soeur et moi. Elle était la seule de la fratrie à avoir hérité des cheveux roux de maman. Elle lui ressemblait beaucoup d’ailleurs; à part ses yeux qu’elle avait bruns comme le reste d’entre nous. Elle s’était dirigée vers moi et s’était allongée contre mes genoux, sans vraiment chercher à me déranger, juste pour mieux réussir à dormir. Son jeune visage assoupi mettait encore plus en avant son innocence qui m’avait arraché un sourire niais et m’avait empêché de continuer mon livre. Je la regardais s’endormir doucement, en lui caressant les cheveux. Nous n’avions pas la même complicité qu’entre Ophélie et moi, j’imagine que la différence d’âge était trop importante, mais à ce moment, j’espérait vraiment qu’elle vive une vie plus simple que celle de ses deux aînés. J’espérait qu’elle allait grandir sans autre grande ambition que celle d’écouter ses parents, pour que tout soit plus facile, pour elle, et pour eux. Car même si je ne regrettait rien de mon comportement, une partie de moi se disait qu’ils avaient bien mérités un peu de repos dans l’éducation de leurs enfants.

Mes pensées ont été interrompues par un souffle chaud sur mon épaule. Surpris, je me suis retourné en vitesse, prêt à donner un léger coup de poing sur l’épaule de ma soeur qui avait dû se faufiler derrière moi pour jouer sur mes angoisses de me retrouver nez à nez avec un monstre. C’est là que j’ai vu le museau caractéristique d’un félin. Un félin au pelage roux parsemé de taches noires, dont les longues moustaches orangées flottaient jusqu’au niveau de ses flancs. Ses yeux verts à la pupille verticale fixaient les miens avec intensité. Un Sanza roux, prêt à attaquer sa proie. Mon sang s’était glacé en un instant, et mon corps avait été incapable de réagir. Aucun cri n’était sorti de ma gorge. Puis les moustaches de l’animal se sont misent à briller, et un cercle de flamme est apparu autour de nous, éclairant la nuit et nous séparant du reste du camp. Eleanor s’est réveillée en sursaut et s’est mise à hurler comme je ne l’avais jamais entendue auparavant. Ce cri m’a permis enfin de reprendre le contrôle. Du moins, il a permis à mes instincts de reprendre le dessus. Ma main droite est venue agripper la tenue de ma jeune soeur pour la tirer derrière moi, alors que ma main gauche a dégainé mon épée. Mes instincts n’étaient pas très malins puisque je suis droitier, mais pour rien au monde je n’aurais pu prendre le temps de changer mon épée de main, sachant que l’autre était le seul rempart entre le Sanza et mon innocente soeur. Le félin ne bougeait pas, et moi non plus. Chacun semblait analyser l’autre sans faire le moindre mouvement. J’entendais les cris de mon père et de ma soeur derrière le mur de flammes. L’une criait vouloir me rejoindre, l’autre criait plus fort qu’elle ne pourrait rien faire. Mon père retenait sûrement Ophélie de tout son poids alors qu’elle devait se débattre comme une sauvage, ce pauvre idiot n’ayant aucune idée qu’elle était bien plus capable que moi de terrasser un monstre pareil.

Je suis celui qui a bougé le premier, stressé par les cris de mes deux soeurs et de mes deux parents. Un cri de rage est sorti de ma bouche en même temps que ma première attaque. J’ai levé mon bras gauche haut dans le ciel pour faire abattre mon épée sur le félin avec le plus de force possible. Ce dernier m’a remis instantanément à ma place d’un simple coup de patte qui m’a fait voler à travers le mur de flammes et perdre conscience un court instant. Quand j’ai repris mes esprits, Ophélie était entrain de me couvrir de tissu pour éteindre les flammes apparues sur ma tenue. Ses yeux étaient rouges et pleins de larmes, et sa tête ne cessait de faire des allers retours entre moi et le mur de flamme, derrière lequel se trouvait toujours le Sanza et ma soeur, sans défense, que l’on entendait hurler sans pouvoir apercevoir le moindre indice de ce qu’il se passait. Puis finalement, les mercenaires sont sortis de leur tente, l’un d’eux accompagné de son invocation qu’il avait enfin dû faire apparaitre à l’instant. Elle avait l’apparence d’un grand serpent bleu dont la peau écailleuse reluisait à la lumière du mur de flammes. Cette dernière a craché un puissant jet d’eau à travers le feu qui semblait avoir atteint le félin. Cette simple attaque a complètement fait disparaitre le mur de flammes, et a révélé l’animal dont la puissance du jet d’eau avait allongé au sol. Lorsqu’il est parvenu à se relever, chacun d’entre nous ont pu apercevoir ses crocs ensanglantés, et le corps de ma soeur rouge de sang et inerte à ses pieds. L’invocation a enchaîné avec un autre jet d’eau, qui est parvenu cette fois à faire fuir le Sanza loin à travers le désert, rétablissant un calme incroyablement lourd à supporter. Ma mère était recroquevillée sur ses genoux, les mains sur son visage. Ophélie fixait le sol avec rage, dévastée par son incapacité à agir à cause de notre père. Mon regard à moi ne quittait pas le corps d’Eleanor, que j’arrivais à peine à distinguer à travers les larmes qui brouillaient ma vue. Mon père s’est déplacé vers moi, poing fermé. Et je me suis évanoui.

A notre retour, plus personne n’adressait la parole à mon père. Ma mère parce qu’elle le tenait responsable de la mort d’Eleanor, étant la personne à l’origine du voyage. Ma soeur parce qu’elle le tenait responsable de la mort de sa soeur, étant celui qui l’avait retenue. Moi parce qu’il me tenait responsable de la mort de sa fille, puisque je n’avais su la protéger. Et je dois avouer que malgré toutes les paroles de réconfort d’Ophélie, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il avait raison. J’aurais dû l’écouter, faire plus attention à mes entraînements, être plus fort. Pendant un mois entier, Ophélie et moi étions les seuls à parler dans la famille. Ma mère pleurait tous les jours. Mon père avait abandonné toute tentative de faire quelque chose de moi, sûrement par dépit. Ma soeur avait pu recommencer son entraînement en secret, lui permettant d’extérioriser sa rage, et de faire son deuil. Et puis un jour, le mois dernier, ma mère a été retrouvée dans sa baignoire, les veines ouvertes, un morceau de miroir ensanglanté sur le sol. Pas la moindre lettre, mais nous pouvions tous imaginer que la mort d’Eleanor l’avait anéantie, déjà qu’elle ne vivait pas une vie passionnante. Pour être honnête, ni Ophélie ni moi n’avons vraiment été affectés par la nouvelle. Sa vie était déjà celle d’un mort-vivant quand son coeur battait encore, et son amour ne s’était jamais vraiment senti à part pour Eleanor. Sûrement parce qu’elle était la seule à ne pas ressembler à l’homme à qui elle avait été forcée de marier. Mon père en revanche semblait à nouveau anéanti par la mort d’un membre de sa famille. Après tout il avait du finir par s’attacher à sa femme, même si aucun des deux ne le montrait réellement.

Ce qui nous amène à sa dernière décision. La semaine dernière. Celle qui m’a fait quitter la maison familiale. Celle qui m’a fait fuir mon futur titre. Un matin, il est venu me réveiller dans ma chambre, me disant de m’habiller proprement, me disant que j’avais de la visite et que c’était important. Ca y’est, je m’étais dit, j’allais être forcé à passer les épreuves pour intégrer la Garde Dorée. Alors je me suis habillé de mon plus bel appareil à contre coeur, j’ai mis mon épée à ma ceinture, me suis passé un coup d’eau dans les cheveux pour les coiffer un minimum, et puis je suis sorti de ma chambre pour rejoindre la pièce à vivre. Un femme m’y attendait. Mon âge, ma taille. Une jolie jeune femme, blonde aux yeux gris, un sourire radieux. Habillée dans une robe bleue azur qui faisait ressortir son teint pale. Mon père nous présenta. “Nathan, Olivia. Olivia, Nathan. Elle est la première fille du Comte Gallormet. Vous vous marierez la semaine prochaine”. Elle semblait au courant, et ravie de cette décision. Ma mère décédée et mon entraînement n’ayant pas porté les fruits escomptés, mon père avait dû se rabattre sur la solution du mariage. Elle n’avait pas fonctionné pour lui, mais peut-être devait-il se dire qu’elle marcherait pour moi. J’ai appris plus tard qu’Olivia m’avait souvent observé quand je lisais à la bibliothèque, et que j’étais parfaitement son type. Elle avait donc fait pression à son père, qui lui accordait souvent ce qu’elle voulait, pour arranger un mariage entre nous. J’étais flatté, et très sincèrement étonné. Elle était magnifique. Mais il était hors de question que je me marie à une inconnue et que je me contente de suivre les nouvelles instructions de mon père. Et puis une telle dévotion pour moi alors qu’elle ne m’a jamais parlé, quel genre de fille est-elle ? Alors hier, au lieu de me diriger vers le temple où la cérémonie devait avoir lieu, je suis parti. J’ai laissé un mot à ma soeur, que je lui ai demandé de brûler lorsqu’elle l’aurait lu, dans lequel je lui ai expliqué que je n’avais pas le choix. Je pense qu’elle comprendra. Il y a de fortes chances que nous nous retrouverons plus tard, que nous garderons contact par lettres secrètes. Mais en attendant, je devais partir. Alors j’ai pris mon épée, quelques vêtements, la bourse de mon père dans laquelle reposait quelques piécettes, et je suis parti. Et aujourd’hui, je suis complètement perdu, terrorisé par ce qu’il adviendra de moi. Mais je suis libre de faire ce que je veux. Par quoi je commence ?

Famille: Père: Marcus Follin
Mère: Sophie Follin, née DePonty — Décédée
Soeur: Ophélie Follin (14 ans)
Soeur: Eleanor Follin — Décédée


V) Autres
Métier: Noble jusqu’à ce que je me fasse potentiellement déshériter. Chasseur en devenir.
Signes particuliers: Probablement mon corps chétif et complètement en retard par rapport à mon âge.
Rêve, ambition: Parcourir le monde dans ses moindres recoins, devenir un chasseur respecté, ou au moins simplement survivre.
Arme : Epée simple — Maniabilité 3/5, Tranchant 3/5, Résistance 2/5


VI) Hors Jeu
Comment avez vous découvert ce forum? Root-top
Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? Il y a vraiment beaucoup à lire (ce que je vous rends bien avec mon histoire), mais c’est tout ce qui fait de cet univers quelque chose de cohérent et d’intéressant ! J’ai hâte d’en apprendre plus en jouant ! Et j'espère que j'ai tout bien compris et intégré jusque là...
Comment trouvez vous le design de ce forum?Très bon, clair et agréable à parcourir
Avez vous lu le règlement? [Validé par le Dragon Blanc]
Avez vous vu le tchat? Oui
Savez vous comment voter pour le forum? Oui
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Nathan Follin le Dim 1 Avr 2018 - 22:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shakahm
avatar
Invok Feu



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Shev14th
Date d'inscription : 20/05/2014
Messages : 84
Double Compte : Ruinn | Lykoï
Liens vers la fiche : Là. ♪
Elément : Feu
Invocateur : Nérée Helireah
Sorts : feu_3;
lumiere_2;
folie_0;
ignifuge_0;
necrose_0;
negation_0;
intimidation_5;
pyrokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 25 Mar 2018 - 8:24

Bienvenue.
J'aime beaucoup ta fiche, puisses-tu nous rejoindre rapidement. *-*



Peu importe le chemin.

Et les erreurs passées.
Voix de Shakahm:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 868
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Lun 26 Mar 2018 - 21:19

Bonsoir et bienvenue sur l'île !

Je vais m'occuper de la première validation de ta fiche, donc si tu as des questions ou remarque, n'hésite pas à me contacter Smile

Caractère

" et particulièrement mon père, qui ne cessent de me répéter que c’est une pratique barbare et irrespectueuse de la création divine. " En soit, histoire de préciser un peu ce point, la chasse n'est pas spécialement mal vu par les religieux, c'est surtout grâce à elle que les humains survivent. Mais on peut très bien penser que le père de ton personnage fait une fixette dessus, et n'aime pas les chasseurs la chasse etc pour x raisons. Attention tout de même à faire un peu la part des choses, c'est parfois flou, ou du moins c'est l'idée qui m'est restée après la lecture de ton caractère et de ton histoire Smile

Physique

Rien à dire, si ce n'est que ça serait bien que tu précises ton poids, même si on imagine bien qu'avec la description, ton personnage n'est pas bien lourd :p

Histoire

Je fais le lien avec cette phrase " Bien sûr je ne pouvais pas faire ça chez moi, il était impensable d’avoir de pareils livres dans une famille de précautionnistes, " : peut-être préciser la vision "spéciale" de la religion dans ta famille, car comme dit plus haut, la chasse est surtout un moyen de survie et qui ne peut pas non plus se haïr (car bon, la survie, c'est bien ahah)

Sinon, a part ce point, j'ai réellement adorée ton histoire, longue mais prenante

Conclusion

Que de petites modifications, simplement le point entre la religion et la chasse à clarifier, mais qui ne change pas l'histoire qui repose dessus car tu peux bien faire porter ça par les idées reçu de ce fameux père !

Bon courage pour les modifications ! Smile


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Follin
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Kaisel
Date d'inscription : 23/03/2018
Messages : 56
Liens vers la fiche : Présentation
Résumé des RPs

Elément : Aucun
Métier : Chasseur en devenir
Inventaire : Epée courte (Maniabilité 3 / Tranchant 3 / Résistance 2)

Arc Eris


Carquois de bois (20 flèches max - 10 normales + 10 améliorées)

Carquois de cuir (25 flèches max - 10 enflammées améliorées + 5 glacées améliorées +5 lumineuses + 5 de foudre)

Vêtements simples

Cape de voyage

Chaussures de marche

Sac sans fond
Spoiler:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Mar 27 Mar 2018 - 5:48

Bonjour ! Merci de m'avoir lu !
J'ai fait quelques modifications du coup sur la vision de la chasse de la famille de Nathan, et j'ai ajouté son poids de façon un peu plus précise. Merci de m'avoir un peu éclairé sur la relation chasse/précautionnistes parce que j'avoue que j'avais pas trop compris en effet, ça me paraissait être une pratique un peu nécessaire dans un monde pareil alors je trouvais ça bizarre que les précautionnistes n'aiment pas trop ça. Mais du coup je pense avoir réglé le problème dans mes modifications, bien sûr si c'est toujours pas clair ou s'il faut modifier autre chose il n'y a pas de soucis !

Nathan Follin a écrit:
II) Caractère
Ils pensent que les chasseurs sont tous des égoïstes qui n'accordent d'importance qu'à leur gloire et leur bourse personnelles. Personnellement j’ai toujours considéré les chasseurs comme des modèles de courage et de liberté, bravant les dangers extérieurs pour nous protéger et nous approvisionner en ressources.


III) Physique
Et puis ce n’est pas comme si mes muscles apportaient de la balance à tout ça, non, je suis très bien proportionné voyez-vous, je pèse tout juste cinquante et un kilos ! Certains marchands itinérants portent plus que ce que je ne pèse dans leurs gros sacs.


IV) Vie
Histoire: Bien sûr je ne pouvais pas faire ça chez moi, il était impensable d’avoir de pareils livres dans la maisonnée de mon père, lui qui ne jurait que par la Garde Dorée et son prestige sans faille. Les chasseurs ne représentaient à ses yeux qu'un groupe de ratés ne mettant leurs talents qu'au service de leur propre gloire personnelle plutôt que d'aider toute la population. Sa vision du métier était si fermée et pessimiste qu'il en oubliait sa nécessité en terme de ressources. Bien sûr quelques chasseurs ne chassaient que pour la gloire et l'excitation, j'avais moi-même été charmé principalement par leurs exploits romancés dans ces fameux livres, mais cette profession représentait tellement plus à mes yeux. Alors je lisais ces ouvrages dans la cour extérieure d’une des bibliothèques de la ville, en secret.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 868
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 27 Mar 2018 - 9:22

Avec tes modifications c'est tout bon ! Une belle fiche en tout cas, bravo :p

Félicitation ! Je t'offre ma première validation !
Un admin viendra bientôt te corriger si besoin et te valider définitivement par la suite ~


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Rangi
avatar
Admin Rangi



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Clapi.art
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 1153
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Titan du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Sorts : vent_;0
electricite_0;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Jeu 29 Mar 2018 - 14:00

Bonjour Nathan soit le bienvenu sur Arcane ! ♪

Tu as un très bonne fiches dans l’ensemble. J’avoue que les pavés m’ont un peu fait peur mais en lisant la longueur est au final très bien passée.

J’ai peu de choses à dire sur ta fiche si ce n’est quelques remarques et questions.

Attention à la notion de parfaite petite ménagère que tu dépeins pour l’éducation des jeunes filles nobles. On leur demande d’être des maîtresses de maison, mais surtout des gestionnaires au final. Couture et culture peuvent apporter certaines choses, mais une noble ne s’abaisse pas à faire le ménage ou la cuisine, elles ont du personnel pour cela. Wink

Quelques questions sur ce voyage au Temple :

Pourquoi emmener toute la famille pour libérer une invocation ? Surtout que l’Arcanien lambda court le risque de ne jamais revenir du Temple. Les épreuves peuvent être mortelles en cas d’échec. Ton père avait-il prévu quoi que ce soit si il ne revenait jamais du Temple alors que tous l’attendent probablement à Al-Hazred ?

-De même pourquoi choisir la voie terrestre avec seulement deux hommes pour défendre une famille entière ? Par ignorance de la dangerosité du bestiaire local ? Par avarice sur le budget mercenaire ?

-Pourquoi ne pas être passer par la voie maritime ?
Le temple est plus prêt de la côté, le voyage est plus simple et probablement plus rapide par ce chemin.

Je comprends tout à fait que tu as eu besoin de la mort de ta sœur pour avoir ce déclic dans ton histoire et cela marche très bien sur le coup. Mais avec le recul, et le danger inhérent à l’île, ces points là m’interrogent et méritent peut être quelques éclaircissements.Smile

Voilà tu es tout proche de la validation finale !

A bientôt ! o/
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Follin
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Kaisel
Date d'inscription : 23/03/2018
Messages : 56
Liens vers la fiche : Présentation
Résumé des RPs

Elément : Aucun
Métier : Chasseur en devenir
Inventaire : Epée courte (Maniabilité 3 / Tranchant 3 / Résistance 2)

Arc Eris


Carquois de bois (20 flèches max - 10 normales + 10 améliorées)

Carquois de cuir (25 flèches max - 10 enflammées améliorées + 5 glacées améliorées +5 lumineuses + 5 de foudre)

Vêtements simples

Cape de voyage

Chaussures de marche

Sac sans fond
Spoiler:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 1 Avr 2018 - 22:27

Bonjour !

J'ai modifié quelques détails dans mon histoire concernant l'éducation de la soeur de Nathan et j'ai plus ou moins ajouté un paragraphe pour expliquer les décisions de son père quant à la traversée du désert plutôt que de choisir la voie maritime. A vrai dire je n'y avais pas pensé moi-même alors j'ai essayé de rendre sa décision plus ou moins crédible, maintenant il faut aussi savoir que son père est quelqu'un de pas très net et de très têtu même quand il s'agit de mauvaises idées. J'ai essayé d'accentuer le fait que tout le monde voyait un peu que le voyage était pas une super idée mais qu'ils n'avaient pas vraiment le choix que de le suivre, puisqu'il avait caché beaucoup de détails jusqu'au dernier moment. J'espère que mes modifications suffiront sinon j'essaierai autre chose !

Nathan Follin a écrit:
Histoire:

En parlant de la bibliothèque, je devrais peut-être aussi vous parler de ma soeur. Etant la première fille de la famille, ses journées étaient également consacrées à son éducation, mais une éducation de future femme noble. Couture, manières, communication, musique, un peu de mathématiques et d’histoire, tout ce qui pouvait faire d’elle une excellente femme à marier, prête à gérer sa future maisonnée.

[...]

Mon père était rentré à la maison un soir nous annonçant que nous allions partir vers le Temple du Feu. Sa dernière lubie dans sa quête de noblesse impliquait de pouvoir se pavaner avec une invocation, et une impressionnante bien évidemment. Alors il avait choisi le Temple du Feu, après tout quoi de plus impressionnant qu’une invocation ardente. Très honnêtement j’étais curieux de savoir comment il allait s’en sortir. Il faut savoir que malgré tout l’entraînement qu’il m’impose et sa carrure plus imposante que la mienne, lui n’a jamais su tenir une arme. Il avait été formé pour être un bon gestionnaire de commerce, pas un Garde Doré. J’imagine qu’il comptait sur son éloquence pour convaincre une invocation de passer un pacte avec lui. C’était plutôt brave. Ou stupide, je n’ai pas encore décidé. Il voulait pouvoir se vanter de sa nouvelle acquisition à peine sorti du Temple, ainsi avait-il prévu de tous nous amener avec lui. Ce n’était pas vraiment pour me déplaire, je n’avais encore jamais eu l’occasion de naviguer à bord d’un bateau, et j’avais lu d’incroyables descriptions de la ville d’Al-Hazred. Ma soeur avait l’air plutôt intéressée par le voyage aussi, et quant à ma mère, elle suivait mon père sans rechigner une fois de plus, malgré les complications qu’impliquaient un voyage si long pour un enfant si jeune que sa dernière fille. Ce n’est que le jour du départ que nous avons réalisé que ce projet allait être bien plus compliqué que prévu. En partant de la maison, mon père nous avait guidés vers le nord de la ville, à l’opposé des quais. Lorsque ma soeur l'avait fait remarquer, il avait rétorqué que faire accepter toute une famille à bord d’un bateau coûtait bien trop cher. Plus cher que les services de quelques mercenaires et la location de quelques tentes. Voyant nos mines peu rassurées, il nous avait dit qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Il avait sélectionné deux excellents mercenaires dont un déjà accompagné d’une invocation. J’avais suffisamment étudié le bestiaire de la région pour savoir que ce n’était pas vraiment rassurant. J’imagine qu’il comptait sur moi en temps que troisième personne armée. Personnellement je doute que sa décision n’ait était prise qu’à cause de l’aspect financier. Il était près de ses sous, mais pas au point de risquer la vie de toute sa famille pour économiser quelques piécettes. Non, il avait sûrement une honte à cacher. Sûrement un mal de mer secret qu’il ne voudrait absolument pas révéler, quelque chose qui le mettrait dans un état de faiblesse si dégradant en public, ou pire, devant moi. Le connaissant, cette théorie était plus que probable. Il préfèrerait miser sur un potentiel danger dans le désert plutôt que sur une humiliation certaine à travers les mers.

Malgré l’angoisse que nous avions pu éprouver en quittant la ville, la traversée du désert s’était faite sans trop de problèmes jusqu’à la première nuit. Les quelques monstres que nous avions croisés étaient inoffensifs, à mon grand soulagement. Malgré ce que nous avait assuré mon père, les deux mercenaires qui nous accompagnaient n’avait pas l’air bien gaillards. Et pas le moindre signe d’une invocation. L’un d’entre eux pouvait très bien la faire apparaître en cas de besoin, mais jusqu’à preuve du contraire ce n’était qu’une fausse information pour faire gonfler leur salaire à mes yeux. Au coucher du soleil, nous nous étions arrêtés pour dormir en formant un camp improvisé à l’aide des quelques tentes que mon père avait louées [...]
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Rangi
avatar
Admin Rangi



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Crédit Avatar : Clapi.art
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 1153
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Titan du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Sorts : vent_;0
electricite_0;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Dim 1 Avr 2018 - 22:42

Félicitations ! Tu as ma seconde validation !
Tu peux commencer à poster ton journal de rp Ici et faire une demande rp .
N'oublie pas de venir te recenser ici

Bon jeu !
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Nathan Follin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Rentre après avoir vu cet imbécile {Nathan.
» Nathan Paetsch signe a Ottawa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-