L'éclat de l'ambre

Partagez | .
 

 L'éclat de l'ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarabi
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Young lioness
Date d'inscription : 22/03/2018
Messages : 40
Double Compte : Lagertha
Elément : Feu
Sorts :
Sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 9 Avr 2018 - 20:22

&

L'éclat de l'ambre


Le temps était donc venu. Son nom résonnait dans ma tête, Kris et Akelar. Cependant, j'avais fais le choix intérieur de l'appeler Kris, à moins qu'un jour il ne me demande le contraire. Ceci fait, il était maintenant temps. Je sentais mon cœur s'emballer et ma respiration se rompre. Mes yeux étaient rivés sur lui alors qu'il approchait de la porte d'entrée qui, aujourd'hui, était celle de sortie. Quelques secondes s'étaient écoulées avant que mon arrière train ne se décide enfin à se lever. Mes pas lents suivaient ceux de Kris, ils étaient pourtant hésitants. Comme à chaque sortie, tout me paraissait irréel et je ne pouvais m'empêcher d'observer les murs qui m'avaient entourés si longtemps. J'approchais de la sortie avec une nervosité palpable et m'arrêtais finalement, au pied de la porte, portant un dernier regard en arrière. Puis, prenant une grande respiration, je me détournais enfin de cette pièce qui perdit soudain sa luminosité tamisée quand je la quittais.

Nos pas nous menèrent, dans un long silence, vers la sortie du Temple d'Ignis. Le soleil me parvint brutalement, m'obligeant à fermer les yeux mais que cela était bon. Je m'efforçais d'entrouvrir mes paupières pour profiter de cette lumière aveuglante. Puis enfin sortis, c'était la chaleur qui vint frapper mon pelage. Je soupirais alors d'aise et de soulagement. Qu'il était bon de sentir à nouveau la chaleur de mon Pères. Si elle pouvait être des plus pesantes pour la plupart, elle était pour moins une source de vitalité inconditionnelle.

C'est alors, qu'au détour d'un regard, je voyais Kris, mon humain, monter les marches qui gravissaient jusqu'à très haut le Temple. Je pris alors quelques instants pour l'observer, ce majestueux Temple. Il y a longtemps que je n'avais pu l'observer de l'extérieur et j'y voyais quelques traces du temps passés. Il fallait que je sache dans quel temps nous nous trouvions, mais chaque chose en sont temps. J'emboitais les pas de Kris et montait les marches avec souplesse, profitant de cette puissante lumière couvrant mon corps tout entier.

Arrivé au somment, la beauté de la vue me stoppa nette. Je n'avais jamais pris le temps de me retrouver à cet endroit précis et je ne pouvais que remercier Kris ne m'y avoir amené en ce jour. Je m'approchais alors, distraitement, de mon humain jusqu'à me retrouver non loin de lui, à ses côtés. Je ne pouvais alors détourner mes yeux de cette mer ambrée qui m'avait tant manqué. Je m'asseyais alors avant de me coucher, laissant pendre le bout de mes pattes avant dans le vide. Puis je fermais les yeux, souhait ardemment profiter de l'instant. Je relevais ma tête vers le soleil et la remuais tranquillement, comme pour faire profiter à chacun de mes poils de la chaleur de l'instant.

J'entendais alors la voix de Kris, presque lointaine tant j'étais happé par le confort de ma position. Ouvrant à demi mes paupières, je tournais doucement ma tête et posait avec douceur mon regard sur mon humain.


“ Sarabi. ”

Je l'écoutais ensuite avec intérêt. A ces mots, j'observais à nouveau le Désert, prête à en arpenter le moindre grain de sable; guidant mon regard là où pointait son doigt. Il me questionna ensuite. Ne quittant pas notre objectif des yeux, mon regard était doux, les paupières à demi ouvertes et ma voix était calme, à l'image d'une conteuse.


“ Je l'ai rencontré à trois reprises, en des temps très différents. Ma dernière sortie s'est faite durant le règne du Roi Aspéra, je ne sais combien d'années se sont écoulés depuis. ”

J'orientais alors mon regard vers lui, presque rapidement car la question me brûlais les lèvres. Il me fallait connaitre en quelle année nous étions, pas simplement par intérêt, mais surtout car je voulais savoir ou nous nous situions par rapport à Valion, ce petit lion. J'avais perdu la notion du temps entre les murs de ma cellule, à tel point que même si mon impression me soufflait que j'avais rencontré Valion il y a peu, je ne pouvais en être totalement sûre. Malgré cela, cette intention resterait pour l'instant muette auprès de Kris, le temps viendrait peut-être où j'aurais l'occasion de le revoir, mais pour l'heure, il y avait d'autre choses en jeu.

“ En quelle année somme nous ? ”

J'attendais avec impatience sa réponse et quand elle fut prononcé, je ne pouvais empêcher une certain soulagement de poindre le bout de son nez. Je dirigeais à nouveau mon regard vers la forêt qu'il m'avait précédemment désignée, calme et sereine.


“ J'ai hâte de retrouver les œuvres de Terra. Et merci à toi de m'avoir amené ici, je n'aurais pu espérer meilleure vision pour débuter cette nouvelle vie. ”

Je finissais mes paroles en retrouvant son regard, dans lequel se plongeaient mes yeux cristallins, reflétant la lumière du soleil, les rendant ainsi presque translucide. J'avais hâte d'arpenter le monde, à nouveau et j'étais heureuse à cet instant, d'en avoir l'opportunité.
@ pyphi(lia)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 383
Double Compte : Hasmaël
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 9 Avr 2018 - 22:15

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Chronologie: Terra + 10
Endurance: 10 [+3]
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 



Doucement, au fur-et-à-mesure des mes bouchées, je ressentais les effets bénéfiques de ce fruit en rien goûteux. Après quelques minutes, l’étouffante chaleur du lieu devenait presque supportable et je pus me détendre en admirant le paysage, profitant de la légère brise que la prise de hauteur nous donnait. Silencieux, j’observai du coin de l’oeil la divinité s’étant allongée confortablement. De toute évidence, elle savourait l’instant. Retrouver la liberté, mais surtout la douce chaleur des rayons solaires, restait le plus agréables des instants pour un Enfant d’Ignis. Et je lui devais bien. Non pas parce qu’elle m’avait choisie, mais pour ce qui l’attendait à avoir fait ce choix. Sa vie n’allait pas être de tout repos. Beaucoup allait lui être demandé.

De sa voix calme et apaisante, elle m’informa de ses précédentes libérations. La dernière remontait à bien longtemps. Je ne saurai dire combien exactement étant donné que je n’avais pas eu l’occasion d’obtenir l’achèvement de mon éducation, mais l’ère de l’ancien Roi remontait déjà à bien avant ma naissance. Par chance, elle désirait pour seule détail l’année en cours. Je lui fis donc l’annonce de cette cinquante-neuvième années venant tout juste de débuter avec le Festival de Terra une dizaine de jours plus tôt. Cela lui procura une étrange satisfaction avant qu’elle ne me remercie pour cet instant. Un sourire sincère lui répondis, avant que je ne reprenne une bouchée en laissant mon regard se perdre sur l’horizon si vaste. C’est vrai que l’instant était bon. Le temps semblait s’arrêter ici. On était si loin de tout. Oui. Il fallait en profiter, car lorsque nous redescendrons, nous ne serons plus de simples spectateurs.  


- Je suis heureux que cette vue te plaise. Nous n’allons malheureusement pas pouvoir y rester longtemps. Si mes informations sont bonnes, le village est à plusieurs heures de marches. Le temps de l’atteindre, il nous sera impossible de reprendre aussitôt la route, étant donné que la nuit commencera certainement à tomber.

Cela était malheureusement vrai. Démuni de montures, nous allions mettre beaucoup trop de temps à franchir les distances. Et traverser le désert de nuit relevait du suicide, même avec une divinité. Si seulement je n’avais pas était idiot à ne pas prévoir davantage de Tsuris pour le voyage. Enfin. Cela n’allait être qu’un contre-temps et nous laissera de quoi faire plus amples connaissances. Mon amer festin terminé, je me redressai et invitait Sarabi à me suivre. Les marches furent rapidement descendu et, une fois passé les marchands cherchant à nous vendre vivres et pendentifs en tout genre, nous nous lancions dans la marche en destination de Skart. Après quelques minutes, je tournai mon regard vers le siens dont la transparence hypnotique perdurait.      

- Je vais devoir t’ordonner de tenir au secret ce que je te dirai, et de ne jamais faire quoi que ce soit qui puisse me causer un quelconque tort. L’entrée en matière n’était pas des plus délicates, mais le calme de ma voix tentait de ne pas rendre cela plus potentiellement injuriant que nécessaire Pardonne ces mots, mais j’ai connu nombreuses divinités avant toi et c’est hélas une nécessité. Tentai-je de m’expliquer avant de poursuivre Je pense que nous avons besoin d’apprendre à nous connaître afin d’assurer un avenir à notre Pacte. Dis-moi. Qui es-tu, Sarabi, Fille de la Flamme ?

▲ Succès ▲


Dernière édition par Kris le Jeu 12 Avr 2018 - 21:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarabi
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Young lioness
Date d'inscription : 22/03/2018
Messages : 40
Double Compte : Lagertha
Elément : Feu
Sorts :
Sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 11 Avr 2018 - 20:18

&

L'éclat de l'ambre


C'était avec grand regret que je l'entendait m'informer que nous allions devoir quitter cette magnifique vue sous peu. Mais c'était à prévoir, il ne m'avait pas libéré pour rester planter là après tout. Alors sans broncher et dès qu'il se leva, je le suivais tout en bas des marches, me calant sur son rythme plutôt rapide cette fois-ci. Mes pas eux étaient toujours des plus silencieux, à presque se demander si j'étais bien derrière lui.

Nous avons alors croisés plusieurs autres humains, paré pour la chaleur de l'endroit. Ils cherchaient visiblement à nous vendre leur marchandises que je ne pouvais m'empêcher d'observer avec curiosité. Voilà longtemps que je n'avais vu denrées et objets humains, je dois dire que ces derniers avaient toujours su gagner ma curiosité. Pourtant, l'heure n'étais pas à ça visiblement car Kris lui, ne leur accorda presque aucun regard. Ma curiosité m'ayant ralentis et creusé un petit écart entre lui et moi, j'accélérais mes pas, trottinant avant de le rejoindre.

Les premiers temps furent quelques peu silencieux, me permettant ainsi d'observer les alentours infinis du désert, le soleil réchauffant mon pelage et lui redonnant un peu d'éclat, trop longtemps terni par l'ombre de ma cellule. Je respirais avec gaité jusqu'à ce que ce petit moment de détente soit interrompu par la voix de mon Libérateur. J'agitais alors ma tête, lui indiquant qu'il n'avait pas à s'en faire.


“ Même si tu n'a rien à craindre de moi, prendre ses précautions reste indispensable, on ne se connait pas encore après tout. ”

Même si j'avais bien l'intention que cela change avec le temps, je ne lui tenais absolument pas rigueur de m'ordonner une telle chose. Même si il pouvait complètement me faire confiance, il m'apparaissait ainsi comme un humain précautionneux et intelligent. Toujours aussi lucide que pendant mon épreuve. Après tout, c'était une des qualités qui m'avait fait le choisir, alors il serait illogique de lui en vouloir d'agir en ce sens.

Puis il continua, me posant une question qui ressemblait étrangement à l'entrée en matière de mon épreuve. Je plissais un peu les yeux, esquissant ce qui pouvait ressembler à un sourire avant de perdre mon regard au loin vers l'horizon. Confronté à la difficulté d'une telle question, je ne pouvais faire autrement que me concentrer pour y répondre, aussi bien que lui il y a quelques temps.


“ Comme tu le sais peut-être, nous autres avons été crée par les Dieux dans le seul but de prendre soin de la nature, par tous les aspects possibles et inimaginable. Pour ma part, j'étais la "Veilleuse des Délaissés" aussi plus simplement nommée "mère nourricière". Je prenais ainsi sous mon aile les félins abandonnés par leur troupeau, qu'il soit trop fragile, malade, déformés ou même trop vieux. Je les soignais, les éduquais, les nourrissais et les renforçais. Jusqu'à leur permettre de retrouver leur semblables, au sein desquels je me glissais le temps que tout le monde s'adapte à la situation. ”

Je marquais alors un léger silence, laissant mon regard retrouver celui de Kris quelques instants avant qu'il ne se perde à nouveau dans l'horizon, davantage froncés.

“ Tu ne vois peut-être pas où je veux en venir, mais en réalité mon être et mon existence tournent autour de cette ancienne vérité. Pour répondre à un tel rôle, il faut être doué d'un certain caractère qui seront simples à deviner. Mes vies dans ce Nouveau Monde se sont fait également écho de mon ancien rôle. Car c'est là ma nature, la raison pour laquelle j'ai été créée et celle qui m'a forgée. ”

C'était la simple vérité. Nos pères nous ont façonné pour répondre à un rôle en particulier. Le mien nécessitait de la bienveillance, de la patience et du dévouement. Mais aussi des talents de chasseuse et d'éducatrice. Et cette simple phrase pouvait résumer ce que j'étais. Elle aurait certainement suffit à répondre à sa question d'ailleurs, mais la profondeur de mon âme ne s'y serait pas manifester.

Mon regard se dirigeait à nouveau vers lui et je l'observais alors, pensive. C'était un humain prometteur et pourtant, je n'avais aucune idée de notre avenir ensemble. Mais soudainement, une question piqua mes pensées.


“ Mais dis moi ? Tu n'a pas l'air de subir la lourdeur du désert. Est-ce que ça aurait quelque chose à voir avec ce que tu as manger tout à l'heure ? ”

Entre curiosité et inquiétude, mon interrogation était toute naturelle et pleine de bonne volonté. J'attendais alors sa réponse qui ne manquerait certainement pas de me surprendre. Quoique, les humains avaient tant de ressources finalement que l'existence d'un aliment les préservant de la chaleur ne serait pas étonnant.
@ pyphi(lia)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 383
Double Compte : Hasmaël
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 12 Avr 2018 - 20:25

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Chronologie: Terra + 10
Endurance: 10 [+3]
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 



Le calme de sa voix apportait une certaine sérénité à parler avec elle, à l’instar des discussions que je pouvais avoir avec Shanimir. Ses mots, quant à eux, amenaient un sagesse tant recherchée chez les Enfants d’Aqua. Il n’y avait en elle aucun égo mal placé, qui se laisserait séduire par une mauvaise interprétation des faits. Bien au contraire. En écoutant son récit, je commençai à mieux cerner l’esprit qui sommeillait depuis des années et que je venais de libérer. Durant l’Epreuve, j’avais mal interpréter sa bonté. Ce n’était pas une Invocation du Bien, mais une protectrice. La différence étant, qu’elle pouvait être la plus douce des Subalternes comme devenir la plus féroce en un instant, si l’un de ces « Délaissés » venait à se retrouver menacer. Une nuance fortement appréciée. Si un jour, elle venait à m’accorder le même désir de surveillance, alors je ne craindrai plus aucun homme. Peut-être même, aucune divinité.

Si elle semblait en rien affectée, mes pas eux se trouvaient de plus en plus difficiles à faire. Le terrain plat entourant le Temple trouvait sa fin, nous obligeant à grimper l’un des milliers de vagues de cette mer asséchée. Alors que nous atteignons le sommet, je profitai de la hauteur pour vérifier notre cap. Se perdre au sein de cette région était un suicide assuré. D’après l’axe solaire, nous n’étions pas sur une mauvaise route, bien qu’elle restait grossièrement tracée de base. C’est à cet instant qu’elle me posa une question fort étrange, qui me fit esquisser un sourire. Ses précédentes vies l’avaient menées hors de sa Cellule, mais beaucoup lui restait à apprendre.    


- Il s’agit de.. De.. Machin noir. Répondis-je après avoir vainement tenté de me rappeler le nom compliqué de ce fruit en le sortant Il est récolté et vendu pour sa capacité à réguler la température de notre organisme. Ne me demande pas le procédé, je n’en ai aucune idée. Mais ça parvient à nous faire supporter les grandes chaleurs, ou les plus bases. Du moins. Ca aide.

Je rangeais le fruit après lui avoir montré, récupérant à la place ma gourde que je venais récemment d’acquérir afin de la vider de deux gorgées. L’étouffante atmosphère était certes plus supportable, mais elle n’en perdait pas sa dangerosité. En n’ayant pas les bonnes habitudes, il me serait facile d’oublier d’hydrater correctement mon corps ou de me protéger des rayons. Déshydratation et insolation, voila qui étaient les fourbes ennemis mortel du Désert. Je remis donc ma capuche sur ma tête après avoir rangé ma seule source d’eau. Reprenant la marche pour ne perdre aucune précieuse minute, je tournai mon regard vers le siens.      

- J’aimerai que tu me racontes tes vies passées L’informai-je avant de préciser Qui furent tes Libérateurs et ce que vous avez accomplis ensemble jusqu’à votre séparation.



Mes alliés m'appellent Maître. Mes ennemis, appellent du renfort.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Kris le Mar 17 Avr 2018 - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarabi
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Young lioness
Date d'inscription : 22/03/2018
Messages : 40
Double Compte : Lagertha
Elément : Feu
Sorts :
Sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Lun 16 Avr 2018 - 20:27

&

L'éclat de l'ambre


Nous entamions l'ascension de la première dune, je sentais le sable grimper sur mes pattes. La chaleur de ses grains parcourant mon pelage était un petit bonheur fort agréable auquel je ne pu pourtant me vouer complètement. J'observais discrètement mon Libérateur peiner à gravir cette vague. L'inquiétude pouvait alors se lire au plus profond de mes yeux, mon âme souhaitais à l'instant me positionner derrière lui et l'aider à surmonter cette dune, mais j'avais alors un énorme doute. Je craignais de l'offusquer, d'une quelconque manière. Je ne le connaissais pas assez pour savoir si il était du genre à accepter une patte tendue. J'en apprendrais suffisamment plus tard, je l'espérais, pour l'heure, j'essayais de réfréner mon ardente bienveillance.

Une fois ses explications donné, à propos du "machin noir" qu'il avait précédemment ingurgité, Kris me questionna sur mes vies passées aux côtés des humains. Comme tout à l'heure, je sentais le pacte œuvrer, rien qu'avec cette demande insignifiante. Ce n'était pas une contrainte de lui répondre, mais il ne faisait aucun doute que je ne pourrais pas m'y refuser. Alors, continuant sur notre lancée, je lui répondais tout en continuant de le surveiller du coin de l’œil. Je n'étais jamais trop prudente.


“ Mon premier Libérateur se nommait Néïm. Natif du peuple du Feu, je m'en suis remise à lui durant la Rébellion Ardente. Il faisait parti des orateurs galvanisant les rebelles avant une bataille. Mais il était aussi un idéaliste très peu prudent. Nous avons combattu le Peuple de l'Eau à maintes reprises, mais comme tu le sais peut-être, nous avons échoué dans la reconquête de nos Terres. Notre pacte fut aussi intense que bref dans de telles conditions puisqu'il succomba durant sa dernière bataille. ”

Je prenais douloureusement conscience que ces vies, bien que très anciennes, m'appartenaient tout autant que celle qui je m'apprêtais à vivre avec Kris. Je parlais de "nos" Terres comme si j'y étais encore. Mais ce n'était que le reflet de l'investissement dont j'avais pu faire preuve. Pourtant, l'évocation de la perte de Néïm me fit baisser la tête. Il était clair pour moi que j'avais faillis à mon devoir de protection. Marquant un court temps de silence, laissant mes souvenirs vagabonder entre mélancolie et culpabilité, je me redressais pour poursuivre.


“ J'ai ensuite choisis de servir Joham plusieurs décennies plus tard. Il était un fabuleux père de famille, autoritaire, aimant et juste. Lui et sa famille était originaires du Désert. Il m'a libéré juste avant de quitter la région pour trouver des terres cultivables et subvenir convenablement aux besoins des siens. Nous avons rejoins un petit village près de la Rivière Blanche où j'ai œuvré pour lui presque entièrement comme je le faisant dans l'ancien monde. Je chassais et cuisait leur nourriture, les protégeait du froid l'hiver, repoussais les monstres qui menaçaient le village et soutenais sa femme dans l'éducation de ses enfants. Nous avons vécu une belle et longue vie jusqu'à ce que la vieillesse l'emporte. ”

J'inspirais profondément repensant à ce que j'avais accomplis pour Joham. A contrario de ma première vie, au cours de celle-ci j'avais plutôt bien fait mon travail, lui permettant de vivre une vie aussi longue que possible. Je me rendais alors compte qu'ils me manquaient tous, j'avais noué avec eux un lien aussi particulier que ce que mon ancien rôle m'offrais. Très différent de la suite.

“ Mon troisième et dernier Libérateur, avant toi, répondait au nom de Bore. Il était un des sous-fifre du Roi Aspéra. C'était un "chef de guerre" impitoyable, une main de fer dans un gant de fer. Bien que ses méthodes étaient parfois discutable, il n'en était pas moins un chef respecté et doué, près à faire de lourd sacrifice. Je suis resté à ses côtés, faisant régner l'ordre, jusqu'au soulèvement du peuple contre le Roi. Là, nous avons défendu avec férocité ce qui avait prit tant de temps à s'installer. Jusqu'à ce que Bore succombe à des blessures durant une violente altercation. ”

Nouvel échec. Bien que je ne m'étais pas pris d'affection pour Bore qui était un homme froid et dur, je ne lui devais pas moins qu'à Néïm et Joham. Il avait été mon Libérateur durant une vie et moi, je n'avais pu le protéger d'un mort violente. Cette grande frustration que de n'être plus aussi puissante qu'avant, freiné par les règles, incapable d'agir autant que je le voudrais. C'était peut-être l'aspect le plus terrible de la Punition Divine à mes yeux, ne plus être capable d'autant d'assistance que dans le passé. A cette simple pensée, je sentais une douloureuse crispation tirer mes babines, montrant subtilement mes crocs. Je souffrais de mon impuissance, dans une mesure que je n'avais jamais réellement sondée jusqu'à maintenant.

Mon regard se portait alors vers Kris. Quant était-il de lui ? Il m'avait bien soutenu la nécessité d'une demi-divinité chasseuse. Mais était-ce là le seul rôle qu'il m'accorderait ? Dans quelle mesure pourrais-je l'aider à atteindre ses objectifs ? Et surtout, quels sont-ils ? Tant de question dont il me tardais de découvrir les réponses, mais ma curiosité attendrait qu'il soit prêt à me les révéler.

@ pyphi(lia)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 383
Double Compte : Hasmaël
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mar 17 Avr 2018 - 15:47

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Chronologie: Terra + 10
Endurance: 10 [+3]
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 



Nous devions en être à plus ou moins une demie-heure de marche lorsque l’effet du Tubernacle Noir fit enfin effet, aidé par la distance devenant suffisamment grande avec le Saint Temple. La température de mon corps se trouvait moins victimisée par la chaleur constante du Désert Ambré. Cela était précieux car je devais être en mesure de rationner plus efficacement mon eau désormais. Un gorgée toutes les vingts minutes suffirait certainement. En sachant qu’il nous restait trois bonnes heures, et une vingtaine tout au plus dans la gourde, je devais être en mesure de rejoindre Skart sans en manquer. En espérant néanmoins que ce village abandonné dispose d’un puits pouvant encore être utilisable. Sans quoi, le retour vers Layanne s’annoncerait des plus compliqué. Mais ces préoccupations allaient attendre, car mon attention se focalisa sur les paroles de Sarabi lorsqu’elle répondit à ma demande.  

Comme à l’habitude qu’elle semblait prendre, elle m’apporta une réponse des plus précises et complète. Trois libérateurs, pour trois informations utiles. Le premier laissait entendre que combattre au sein d’une rébellion contre un pouvoir en place n’était pas chose difficile à accepter pour la féline rosée, de même que porter l’attaque sur l’un de ses semblables. Après tout, ce « Peuple de l’Eau » devait certainement avoir des divinités dans ses rangs. Une hypothèse hasardeuse mais probablement vraie, en dépit du fait que je n’y entends rien en ce qui concerne l’histoire. C’était sans doute là un point qui pouvait jouer en ma défaveur. Des révolutions, des guerres et des changements de pouvoirs avaient déjà eu lieu par le passé. Connaître les méthodes employées et les causes des échecs ne pouvaient être qu’une corde utile à mon arc. Il me faudrait visiter la Grande Bibliothèque. Ou demander directement à la Subalterne marchant à mes côtés.

Je remarquai alors que son visage trouvait souvent la direction du sable chaud, comme ces enfants fixant leurs souliers de culpabilités. Je voulu alors lui dire qu’elle n’était responsable en rien des fins tragiques de mes prédécesseurs. Mais cela aurait été mentir. Son devoir était de les protéger, alors comment justifier qu’elle n’en avait pas la moindre responsabilité ? Non. Je n’userai pas de mots vides de sens. Il était important d’admettre ses fautes pour en tirer des leçons. Surtout si celles-ci l’amenaient à me garder en vie. Alors qu’elle continuait de me répondre, évoquant un dénommé Joham, je visualisai dans le lointain ce qu’avait dû être cette vie, avec grande facilité. Cela ressemblait grandement à mon enfance. Et à la vie que j’étais sans doute destiné à avoir. Une vie simple, faite de quelques chasses. Une vie longue et paisible. Et alors qu’elle inspirait, c’est un souffle qui s’échappa de mes lèvres. Dommage.

Bore quant à lui, n’amena que la nouvelle que Sarabi pouvait servir un homme combattant un Roi, et ce même si ses méthodes pouvaient être discutables. Un léger sourire se dessina sur le coin de mes lèvres. Quelque part, j’étais un peu des trois. Un idéaliste n’aspirant qu’à une vie paisible au sein d’un chaleureux foyer, marchant pour cela contre un Prince en usant de procédés pouvant être discuté. Le problème dans cette histoire, restait que deux d’entre eux connurent une fin précipitée. Deux chances sur trois de mourir au combat. Voyons si nous pouvions défier cette morbide statistique. Une nouvelle fois, je sentis son doux regard se lever dans ma direction. Le miens se pencha sur elle, songeant à cette fatalité qui voulait se dessiner au loin. Parviendrait-elle à me garder en vie ? Ou échouerait-elle ? Etais-ce Ephylix que je devrai prendre pour les batailles ?    


- Peut-être pourrons-nous, un jour, passer par ce village de la Traversée. Lançai-je finalement dans un léger sourire. Je pourrai conclure un accord de commerce avec lui. En te sachant à mes côtés, ils auraient plus facilement confiance. Et toi, tu pourrais peut-être rencontrer l’un de ses descendants sur qui tu as tant veillé. Cela te plairait ?

Je ne pouvais pas la rassurer quant à sa faute, l’évidence m’en empêchait. Cependant, je ne pouvais pas plus continuer de la voir baisser le museau sous le poids de sa conscience. Le passé était hors de ma portée, impossible à changer. Mais peut-être pouvais-je lui permettre de faire la paix avec lui en lui faisant rencontrer une descendance reconnaissante. D’autant plus, si cela amenait nos liens à se renforcer et mes fonds pour la fortification à croître. Néanmoins, encore fallait-il qu’elle y soit disposé. Si cela n’avait en potentiel résultat que de creuser davantage sa peine, nous passerons notre chemin.          



Mes alliés m'appellent Maître. Mes ennemis, appellent du renfort.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Sarabi
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Young lioness
Date d'inscription : 22/03/2018
Messages : 40
Double Compte : Lagertha
Elément : Feu
Sorts :
Sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 22 Avr 2018 - 19:57

&

L'éclat de l'ambre


La surprise d'entendre de tels mots foudroya mon cœur d'un sensation étrange. Je me stoppais net alors que mes yeux semblaient avoir perdu toute profondeur, quelques secondes. Sa proposition eu l'effet d'un électrochoc. A la mesure de la promesse que m'avait fait Valion en sortant de ma cellule, c'était là le genre d'attention qui m'étais suffisamment étrangère pour que j'en sois profondément touchée. Je pris donc deux courtes secondes pour imaginer cette éventualité, rencontré un descendant de Joham, espérant que la vie que j'ai partagée avec lui fasse à présent parti de l'histoire de cette famille. Une idée bien égoïste, je le concède et qu'il ne me plaisait pas à penser, mais elle me traversa tout de même l'esprit. Cela me permettrait surtout d'avoir davantage de facilité à créer un nouveau lien avec sa descendance et ça, ça n'avait pas de prix.

Alors, remuant vivement ma tête pour retrouver mes esprits, je trottinais sur quelques pas, rattrapant la courte avance que Kris avait prit. La queue levée, je me sentais plus légère et mes pas étaient plus gais. Retrouvant ceux de Kris, je lui répondais d'une voix qui trahissait mon enthousiasme.


“ Ce serait une formidable occasion, dont je ne te serais jamais suffisamment reconnaissante. ”

Il avait réussis à alléger mon cœur qui s'était perdu dans la lourdeur de la culpabilité. Elle reviendrait certainement, comme elle le faisait toujours, mais pour l'heure, je préférais penser à cette belle éventualité. Et si elle venait à se profiler, il aurait effectivement droit à ma reconnaissance la plus sincère. Il y trouverait, certes, son intérêt et il était impossible pour moi de penser que ce n'était là que pure bienveillance, mais ça l'était suffisamment pour me réchauffer le cœur.

Mais cet élan fut mis rapidement de côté par autre chose, une présence. Je m'arrêtais alors soudainement, figée, la tête haute et les oreilles droites, cherchant le détenteur de la magie que je ressentais en l'instant. Ce n'était pas là quelque chose de très puissante, une magie du feu assez faible. Mais cela faisait suffisamment longtemps que je n'avais rien ressentis de pareil, que l'excitation m'envahissait. Un peu plus loin, je voyais un cactus et plissant les yeux, un petit être m'apparut à ses pieds. Un magmapaud ! Cela faisait si longtemps que je n'en avais pas vu.

N'écoutant que mon instinct, j'accélérais mes pas en sa direction avant de les ralentir quand je m'en approchais. Il était en train de manger, alors je m'approchais discrètement de lui, ne voulant pas le déranger. Je me couchais sur le ventre, ma queue battait le sable. Je posais ma tête sur le sol pour pouvoir apprécier la scène. Le petit Magmapaud se tourna une seconde vers moi avant de reprendre son repas. Quel plaisir de retrouver la vie qui parcourait ce Nouveau Monde.

Mais j'en oubliais mes nouvelles responsabilités. Entendant les pas de Kris, mon oreille droite se tourna vers l'arrière, suivit pas ma tête qui s'était redressée.


“ Excuse moi, ça fait si longtemps que je n'en avais pas vu. Je n'ai pas pu m'en empêcher. ”

Je me doutais que me voir ainsi le quitter, si subitement, avait pu éveiller une certaine surprise. Mais j'espérais vivement qu'il ne m'en tienne pas rigueur, je savais pourtant que je ne pourrais rester éternellement à observer ce petit être. Le temps pressait. Alors je commençais à me relever pour rejoindre Kris et le chemin que nous empruntions.
@ pyphi(lia)


Aux côtés de Kris:
 

Ses ordres:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 383
Double Compte : Hasmaël
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



Inventaire▲

Aventure #8 écrite Jeu 3 Mai 2018 - 12:11

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Chronologie: Terra + 10
Endurance: 10 [+3]
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 



Un fin sourire se dessina alors que ma proposition semblait avoir eu son effet. La culpabilité ne paraissait plus lui peser, du moins, en surface. J’allais cependant devoir ne pas oublier de faire rechercher ce village en espérant qu’il soit encore debout. Si tel était le cas, une entente commerciale pouvait mériter le temps accordé à la chose. Sans doute ne serais-ce pas la plus lucrative, mais actuellement, toute signature avait son importance. Durant un instant, je me demandai alors si elle agirait de la sorte, lorsque la Mort se sera assez joué de moi et me reprendra ce qu’elle m’a jusqu’ici accordé. Chercherait-elle à retrouver les vestiges de celui que je fus ? Portera-t-elle avec regret, son regard bleuté sur celui ambré du désert ? Ou serais-je pour elle un bien mauvais souvenir tâchant sa grande histoire ? Voilà une réponse qui me serait à jamais inconnue.  

Tandis que je me laissai aller à cette pensée, les sens bien plus développés de Sarabi lui firent s’immobiliser. Dans la même seconde, ma main alla se porter sur la garde de mon arme principale. Ce n’était jamais bon signe lorsqu’un Demi-dieu s’arrêtait en plein territoire sauvage pour scruter les alentours. Avec de la chance, cela n’était que des mercenaires ou bandits. Avec moins de chance, c’était une créature comme le Maskur et je ne lui serai d’aucune aide. Pas tant que je ne me serai pas muni d’objets magiques. Et d’une arme à distance, le corps à corps avec ces monstres étant un ridicule suicide. Silencieux, je la suivis du regard avant de mettre mes pas dans les siens lorsqu’elle partait en chasse. Un sourire d’excitation m’envahissait. Le danger. L’inconnu. La traque. Il n’y avait rien de plus mortel, mais paradoxalement, rien qui vous fait vous sentir plus vivant que jamais !

Mais avant que je n’atteigne sa hauteur, elle revenait déjà à moi. Courir dans ce sable me rendait particulièrement lent, à l’inverse d’elle qui semblait glisser dessus avec une aisance déconcertante. Ses mots me firent lâcher prise et après un dernier regard dans la direction qu’elle guettait, où je n’y vis que l’esquisse d’un cactus semblable à ceux que j’eus affronté avec Getanol, je rebroussai chemin. Ce petit détour ne nous avait heureusement pas pris beaucoup de temps, car au final, il n’apportait rien. Une nouvelle gorgée, et nous reprenions la marche. Plusieurs minutes s’écoulèrent dans le silence. Que pouvais-je bien lui dire ? J’avais tant de fois libéré des Invocations et tenu ces mêmes premières discussions, que je m’étais lassé de les poser. Et cette chaleur n’aidait en rien. Certes la fraîcheur de la gourde et l’effet du Tubernacle Noir me permettait de tenir, mais le sable et les dunes rendait mes pas extrêmement lourd.  

Après cinq bonnes minutes de mutisme, je finissais par déboutonner le haut de ma tenue de cuir afin dans le but de trouver un peu plus de chaleur. En-dessous, un fin tissu noir protégeait la vue de mon corps. Du noir. Dans un désert. Décidément, j’allais devoir mieux préparer mes expéditions en fonction du lieu et de la faune si je me mettais à apprendre la chasse. Et surtout, ne plus oublier de me munir d’une bourse suffisamment pleine pour faire deux fois l’aller-retour avec imprévus compris ! D’ailleurs, en parlant d’apprendre la chasse, voila qui pouvait être intéressant comme sujet de cette conversation dont j’étais de toute évidence le chef d’orchestre.    


- Avant que ton épreuve ne commence, je t’ai parlé de mon désir de chasser. Lançai-je finalement en guise de reprise. J’ai de nombreuses capacités mais celui de la traque des monstres m’est totalement étranger. A peine quelques Bibis, des quadrupèdes inoffensifs, durant mes jeunes années. Et encore, ce n’était pas signe d’un succès assuré. Continuai-je en finissant avec un léger rire retenu Quels seraient tes conseils pour m’apprendre cet art, dans ce monde que tu as déjà exploré ?



Mes alliés m'appellent Maître. Mes ennemis, appellent du renfort.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Sarabi
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : Young lioness
Date d'inscription : 22/03/2018
Messages : 40
Double Compte : Lagertha
Elément : Feu
Sorts :
Sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Dim 6 Mai 2018 - 21:00

&

L'éclat de l'ambre


Le silence qui s'était installé entre lui et moi, ou plutôt celui qui accompagnait nos pas parcourant ce vaste désert, était loin d'être pesant à mon sens. Il était au contraire chaleureux et réconfortant. Outre le fait de me permettre de m'habituer à la présence de Kris à mes côtés, ou inversement, il m'octroyait également le plaisir d'entendre et d'écouter la Nature qui me manquait tant. La vie dans se Désert pouvait sembler sèche et vide pour un individu lambda, mais pour moi elle était tout aussi riche qu'une forêt tropicale. A l'image de ce tout petit Magmapaud croquant son cactus il y avait aussi la brise chaude qui faisait danser les grains de sable, glissant les uns sur les autres, modifiant continuellement les ondulations des dunes ambrées. Chacun à leur manière et à leur forme différentes, ils reflétaient les rayons du soleil qui baignaient littéralement ce vaste espace, sa chaleur semblant résonner elle aussi sur chaque grain.

Les yeux clos et profitant de cette nouvelle liberté, je glissais un instant mon regard vers mon Libérateur qui ne semblait pas apprécier autant que moi l'instant. L'air plutôt incertain, j'observais sa marche se débattre avec le sable comme si chaque pas était plus contraignant que le suivant. A cette instant, les yeux rivés sur ses jambes, je m'en voulais de ne pas lui avoir déjà proposé mais lorsque que je me décidais à rejoindre son regard, il s'adressa à moi, finissant par une question d'une logique implacable. Il est vrai qu'il m'avait énoncé le besoin de chasser et qu'à cet instant je m'en était trouvé bien choisie, mais je n'avais pourtant pas approfondis le sujet, trop occuper à le savoir capable de me libérer.

Mais cet instant qu'il m'offrait me permettrais de revoir mon erreur et de commencer à lui apporter l'aide qu'il avait quémandé. Prenant alors une inspiration des plus sérieuses, annonçant l'importance de ce court échange, je laissais mon regard cristallin se perdre dans l'horizon en face de nous. Et de ma voix chaude et calme, je lui répondais avec simplicité.


“ La patience. De la patience découle la prudence et de celle-ci, la connaissance. Connaitre le terrain, la proie que l'on chasse, ses habitudes, ses points forts et ses points faibles. En connaissant sa proie sur le bout des griffes, on s'épargne beaucoup de dangereuses surprises. C'est le besoin de prudence qui nous mène à apprendre de nos proies. C'est aussi lui qui guide les pas d'un chasseur, qui le fait se déplacer avec agilité et silence. Qui l'empêche d'agir sans réfléchir et qui le protège de tout un tas de désagréments. Et pour être prudent, il faut savoir être patient. Assez patient pour suivre les traces de sa proie durant des heures voir des jours. Pour attendre le moment le plus opportun pour lancer l'assaut, tapit dans l'ombre d'une cachette offerte par le terrain, prêt à bondir sans jamais s'être fait voir avant ça. ”

Mes mots s'étaient écoulés tel un petit ruisseau glissant sur son lit rocheux. Prenant les respirations là où il le fallait, j'avais débité ces paroles avec naturel. Elles faisaient tellement parti de moi que je n'avait nullement cherché mes mots. Au contraire, ils étaient venu avec aisance et souplesse. Ils me paraissaient évidemment simple pour moi qui était capable de rivalisé avec quelques bêtes de ce nouveau monde. Mais il fallait bien que j'admette que par rapport à l'ancien, la chasse était devenu différente.

“ Néanmoins, au sein de ce nouveau monde, il ne suffit plus d'être chasseur. Il faut être aussi combattant bien souvent. Car la puissance de bon nombres de bêtes, foulant ce sol, dépasse celle qui nous reste à nous, Demi-Dieux. Une simple chasse pourra se terminer, bien souvent, en un duel acharné. ”

Je finissais cette phrase en tournant mon regard vers cet humain en qui je commençais à entrevoir le besoin de le protéger. Les humains étaient pleins de prouesses mais la difficulté que leur impose ce monde les force à redoubler d'effort pour seulement espérer survivre. Et c'était mon devoir que de lui permettre de survivre aussi longtemps que je le pourrais, que ce soit en chassant pour lui où en le protégeant de manière bien plus littérale. Je plongeais alors mes yeux vers lui, lui portant un regard bienveillant. 

“ Même si cela peut relever des devoirs qui me lie à toi, sache que j'accomplirais mon rôle de chasseuse avec implication. ”

Cela induisait mon devoir de lui apprendre les rudiments de cet art, comme il souhaitait que je le fasse, mais aussi celui de chasser, pour lui, si j'en croyais les bienfaits que ça pourrait apporter à ses finances. Bien que ce sujet me tenait à cœur, je ne pouvais m'empêcher mes yeux de redescendre vers ses pieds qui ne cessaient de s'enliser dans ce sable dense. Fronçant mes arcades, je relevais mon regard.

“ Souhaiterais-tu monter sur mon dos pour la suite de notre trajet ? ”

Une simple proposition. Je n'allais pas appuyer sur le fait que j'avais remarquer ses difficulté au risque de l'offusquer en le forçant à les admettre. Je n'insisterais d'ailleurs pas si il refusait mon offre. J'étais certes un peu plus petite qu'un cheval, mais ma taille était bien suffisante pour devenir un monture adéquate le temps qu'il le faudrait.
@ pyphi(lia)


Aux côtés de Kris:
 

Ses ordres:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Kris
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 383
Double Compte : Hasmaël
Elément : Aucun
Métier : Maître Assassin - Comte Akelar, dernier des Katar - Seigneur du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] - Sarabi, la Lionne-mère des Demi-dieux ♥ [FEU]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez



Inventaire▲

Aventure #10 écrite Hier à 13:36

Akelar Katar

Rp Précédent:
 
Chronologie: Terra + 10
Endurance: 10 [+3]
Etat: Sain
Equipements:
 
Inventaire actuelle:
 



Son premier conseil fut ainsi la patience. Celle de connaître sa proie et le moyen d’être victorieux en un minimum de cicatrices ou d’imprévus. Un léger sourire agrémentait mon écoute, renforcé lorsqu’elle s’accapara une expression humaine. L’ignorant encore, elle avait pour Libérateur l’un des hommes les plus propices à l’étonné quant à sa capacité d’analyse et d’attente du moment opportun. Cela faisait presque dix années que j’attendais. Que je guettai le monstre. Que j’analysai ses forces et ses faiblesses, plaçant doucement mes pions en fonction des siens. Sans me presser. Sans me dévoiler. Renforçant mon jeu jusqu’à atteindre une force suffisante afin de le défier au grand jour. Me révéler, lorsqu’il est déjà trop tard pour lui et que le coup mortel ne peut plus être évité. Oui. J’avais déjà acquis cette compétence et l’état d’esprit allant avec. Nous pouvions passer à l’enseignement suivant.

L’évocation de cette autre leçon semblait être la capacité à combattre. Là encore, je me défendais déjà dans le domaine. La dure existence que j’eus à vivre me fit souvent croiser le faire. Suffisamment pour en obtenir les réflexes salvateurs. Outre cela, je m’étais aussi déjà mesuré à des créature tel le Léviathan des profondeurs de la Plage. Cela avait manqué de peu de m’handicaper, m’obligeant à être le prisonnier d’un propre corps que je n’aurai su faire bouger par moi-même. Mais de cela, je ne retenais que ma capacité à faire face à la terrifiante faune, plutôt que de fuir lâchement. Après tout, nous avons tous une dette à payer pour avoir eu le droit d’exister quelques années. Alors régler nos comptes avec panache. Qui sait, cela pouvait nous faire entrer dans une légende.  

Je rêvassai un instant sur cette idée. Tout Homme sur cette île, était condamné à l’instant même où il respirait pour la première fois. Pourquoi nous avaient-ils donné la vie, avec la certitude que nous mourrons ? A quoi bon nous faire exister si ce n’est que pour un temps ? Et il était si court. A moins. A moins que l’on devenait une légende. Que notre nom soit inscrit sur l’une des pages des innombrables ouvrages prenant la poussière au sein de la grande bibliothèque de Lüh. Car c’est ce que sont après tout ces livres. L’immortalité. Probablement ne serai-je décris qu’à l’image d’un fou ayant voulu faire chuter l’indétrônable. Un sanguinaire psychopathe dénué de la moindre empathie. Ou peut-être, parviendrai-je à leur faire comprendre, le véritable but de cette longue et complexe partie.  

La proposition de Sarabi me fit me stopper, tant physiquement que dans le cheminement de mon esprit songeur. Voilà qui était particulièrement surprenant. Je crois même, que c’était la première fois qu’une Invocation me proposait pareille chose. Mon regard bleuté tendant doucement au grisâtre depuis quelques mois fixa ses cristallines pupilles. Au vue de sa taille, je pourra m’y tenir il était vrai. Et sa capacité à se déplacer comme l’absence de fatigue chez les Subalternes en faisait une monture idéale. Principalement vu notre situation actuelle. De plus, depuis Dreydwiin, j’avais une tendance à démystifier les Invocations que les récits nous faisaient bien trop fantasmer finalement. Pourtant, cette proposition me gênait. Chevaucher une divinité. Non. Ils ne méritaient pas l’éloge que la masse leur vouait, mais n’en était pas à pouvoir être réduit en un simple Variquan amélioré.  


- J’apprécie ton offre, mais je vais la décliner. Lançai-je finalement en guise de reprise. Nous avons des chevaux pour cela. Ainsi que des Variquans. Je ne me permettrait jamais de réduire une divinité, toute demie soit-elle, à pareille chose. Particulièrement la mienne. Tu es une chasseuse Sarabi. Continuai-je en hésitant à poursuivre pour finalement garder silence. Reprenant la marche, je me tournai vers elle Je ne manque pas de patience. De même que j’ai pour habitude de ne pas aller à la rencontre d’un adversaire sans en connaître plus sur lui, que lui-même. La patience n’est pas un soucis pour moi. De même que la lutte acharnée qu’elle soit face à un homme, ou un Léviathan. Fis-je avant de laisser un instant s’installer, pour ensuite m’expliquer Il y a quelques temps maintenant, je chassai un homme dont on disait détenteur d’information d’une haute importance pour moi. Il était Capitaine et je suis parvenue à m’infiltrer sur son navire tandis qu’il larguait l’ancre au large de la plage Lilyn. Après un tête à tête mouvementé, une créature gigantesque a heurté la navire et cela à vite tourné au massacre. Je te passe les détails, mais je me suis retrouvé en pleine tempête orageuse, à me jeter du haut de la vigie pour foncer sur la gueule du Léviathan, avec pour seule arme un couteau. M’expliquai-je, le regard perdu vers l’horizon et un sourire témoignant d’une certaine fierté à ce souvenir, s’élargissant avant que je ne remarque l’inquiétude de Sarabi et que je ne me fasse plus sage J’avais été rejoins par Shanimir, un majestueux Sphynx de l’ancien temps. Et je n’étais pas vraiment disposé à le laisser batailler seul pour moi tandis que je resterai caché à attendre.



Mes alliés m'appellent Maître. Mes ennemis, appellent du renfort.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #11 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

L'éclat de l'ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Le Désert Ambré-