Ezelya Kor'lenter

Partagez

Ezelya Kor'lenter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ezelya Kor'lenter
Ezelya Kor'lenter
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : dongho Kang
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 122
Double Compte : Steesha, Geoffrey De Vaillance
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon)
Inventaire : Ezelya Kor'lenter 9l17 Rapière

Ezelya Kor'lenter C04o Pierres de télépathie (Valion et Nagah)

Ezelya Kor'lenter 5rzl Dessolation (encore une charge)


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Sam 14 Avr 2018 - 21:01

I) Identité
Nom: Kor'lenter
Prénom: Ezelya
Sexe: Femme
Age/date de naissance:  Ezelya vient d’avoir ses vingt-huit ans, au printemps de l’an 59. Elle est donc née en l’an 31 de l’ère Lühienne.
Endurance : 9


II) Caractère
Décrire Ezelya… Vous m’auriez demandé ça deux ans plus tôt, la réponse aurait été si facile… Je vous aurais dit qu’elle était gentille, tendre, attentionnée… Mais là… Là, c’est bien différent.

Rongée, détruite, terrorisée, plongée dans les ténèbres…
Pour elle, le monde a pris fin il y a deux ans de cela, et rien ne pourra jamais redevenir comme avant. Elle vit avec un seul objectif, retrouver sa femme et ses enfants, ou faire payer à ceux qui ont osés leur faire du mal. Elle est tellement obsédée par ce but qu’elle ne voit plus rien, seulement sa haine de l’humain et des Dieux, sa haine de tout ce qui existe. Elle déteste le Prince, elle déteste les Dieux, elle déteste les gens du Nord, elle déteste, elle déteste, elle déteste. Sa haine la consume lentement, mais elle est le seul remède qu’Ezelya n’ait jamais trouvé pour s’épargner la tristesse et le désespoir. La boisson l’aide aussi, mais c’est un baume bien léger pour des blessures aussi profondes.
En face des gens, Ezelya agit comme si personne n’existait. Pour elle, personne n’est réel, ou ne vaut la peine d’être considéré comme tel à moins de détenir des informations sur la position de sa femme et de ses enfants. Venez lui parler et elle se contentera généralement de vous ignorer, et du moment que vous imposerez un peu trop votre présence, une grande paranoïa s’emparera de la jeune femme, qui craindra pour sa vie comme elle craint pour celle de son aimée. Constamment sur le qui-vive, avec l’impression d’être traquée, Ezelya n’est pourtant pas attentive à ce qui l’entoure, aveuglée par la haine et la douleur. Il est donc facile de la surprendre, et aussi de se prendre un coup de poing pour l’avoir dérangée. Elle n’est pas méchante, loin de là, et ne veut aucun mal aux innocents, mais comme le monde a cessé de tourner pour elle, faire le bien n’est plus quelque chose dont elle se soucie. En fait, ce n’est rien d’étonnant, au vu de sa profession. La pirate a trouvé une fidèle amie dans la mer qu’elle chérit, et seule la solitude près de l’eau lui permet de calmer ses plaies. Dans ces rares moments de calme, il est possible d’apercevoir ce qu’était Ezelya. Une femme de compassion et d’espoir, toujours rivée vers l’avenir. On pourrait même entretenir une discussion avec elle, et se rendre compte qu’elle est comme tout être humain, et pas simplement une folle.

Niveau qualités et défauts, il est dur de réellement en donner à Ezelya. Incapable de compassion, on ne peut pas dire d’elle qu’elle est gentille, ni qu’elle est méchante. Elle fait seulement abstraction du bien et du mal pour servir ses intérêts, mais elle ne veut de mal à personne pour autant. Obnubilée par sa quête, elle ne porte que très peu d’intérêt aux activités de ses hommes, et bien qu’elle sache que son navire est utilisé à des fins de pillages, elle ne fait rien pour arrêter qui que ce soit. On pourrait donc dire qu’elle a peu de morale, et ce serait vrai. Elle est plongée dans ses démons, incapable de voir une possible issue au gouffre dans lequel elle est plongée, et seul son objectif la maintient en vie, tellement qu’elle en perd son humanité. Pourtant, elle garde certains réflexes d’avant, surtout en présence d’enfants. Mère de deux merveilles, elle se souvient parfaitement de leurs bouilles d’anges, alors elle a tendance à vouloir les protéger au péril de sa vie. Alors, disons qu’elle n’est pas inhumaine, malgré qu’elle sombre peu à peu. Les enfants sont sa part d’humanité restante, en quelque sorte. À part cela, elle est bonne combattante, plutôt discrète, et aime la boisson. C’est un bon résumé d’Ezelya, si on peut le dire ainsi.
Maintenant, parlons des rêves et des peurs de cette charmante demoiselle. Comment dire… Il y a quelques années de cela, son rêve était de posséder un bateau. Maintenant, son seul rêve est de retrouver sa famille, et elle fera tout pour ça, usant de son élément principal pour cela; la mer. Bien sûr, au vu de comment Ezelya est hantée jusqu’à la moelle des os, on peut se douter qu’il n’y a pas beaucoup de place pour des rêves dans sa vie. Pourtant, face à la mer, un soir d’été, elle pourrait confier à un compagnon que son vrai rêve, après avoir retrouvé sa famille, serait de retrouver son ancien métier. Elle voudrait redevenir enseignante. Enfin, elle sait bien que c’est impossible, pas après tout ce qu’elle a fait de mal, et dans ces moments, elle réalise l’être terrible qu’elle est devenue, et la tristesse l’assaille si violemment qu’elle ne peut plus rien y faire. Ces moments sont les seuls où Ezelya pourrait verser une larme. Une… Ou une averse de larmes. Évidemment, la jeune femme n’a pas que des rêves. Elle a aussi des peurs, qui la rongent au plus profond de son âme. Elle a peur de se réveiller et de réaliser que tout n’était qu’un rêve, elle a peur de réaliser que tous ses actes ont été posés en vain, elle a peur que sa famille soit morte, elle a peur d’échouer, elle a peur de mourir, elle a peur… Elle a peur de plein de choses, mais jamais elle ne les avouera, ses démons les lui rappellent assez.

Pour ce qui est de ses goûts, vous vous doutez qu’Ezelya n’aime pas grand-chose. La mer, la boisson, les enfants… Voilà. Elle aime les moments où de vieux souvenirs de ses enfants ou de sa femme lui reviennent et qu’elle se plonge dans leur image. En fait, c’est une des façons de percer sa carapace. Les personnes innocentes ou pleines de rêves lui rappelleront sa femme, et elle sera attendrie un instant, sans aucun doute. Sinon, elle déteste le reste, voilà qui est simple. Enfin, peut-être qu’elle ne déteste pas tout, mais c’est plus simple pour elle de se dire qu’elle déteste tout, au risque d’être agréablement surprise en découvrant que telle ou telle chose ne ranime pas d’anciens souvenirs douloureux.

Finalement, parlons des Invocations, de la religion et des Dieux.

Elle déteste. Elle déteste les Dieux, car elle les tient responsable du destin de sa famille, et elle ne demande qu’à asservir des Invocations. Elle veut leur puissance, seule façon pour elle de rire au nez des Dieux. Elle ne demande que leur retour, pour regarder en face leur Destruction et rire, et les détester, et mourir en sachant qu’elle n’aurait jamais pu survivre, et qu’elle va rejoindre sa famille.


III) Physique
Ezelya est… jolie. Enfin, pour ceux qui verront son visage ! Parce que oui, la demoiselle n’est pas stupide ! Même si elle n’est pas particulièrement sur ses gardes en tout temps, elle a un peu de bon sens, et elle refuse de se laisser attraper en tant qu’hors-la-loi. Alors, si vous la voyez opérer en tant que pirate, vous ne verrez rien d’autre qu’un corps féminin et deux yeux bleus glacés vous fixant via les petites fentes d’un masque froid. La jeune femme tient à ce masque plus qu’à n’importe quoi, et avec raison. C’est sa femme qui le lui a confectionné, pour un bal auquel elle aurait dû assister avec ses parents -mais qu’elle a évité au dernier moment, toujours en conflit avec ses parents-. Depuis, Ezelya l’utilise pour se cacher des autorités et fait très attention à ce qu’on ne la voit jamais commettre de crime sans son déguisement. Son masque est particulier. Complètement lisse et ovale, il couvre tout le visage d’Ezelya sans autre relief que les deux petits trous pour les yeux. Blanc de base, il est orné de peintures rouges qui forment d’étranges spirales et formes indéchiffrables. La jeune femme aimant faire de l’effet, elle a accordé son costume au masque, et porte lors de ses attaques un chapeau tout aussi rouge sous lequel elle cache sa longue tignasse ainsi qu’une écharpe lourde qui camoufle son cour et ses épaules. Le reste de sa tenue est plus discret, moins encombrant, pour lui permettre une bonne mobilité en combat. Elle l’orne pourtant de plusieurs accessoires rouges, qu’elle désigne comme sa “marque de fabrique”. Pour elle, apparaître sans accessoire rouge serait impensable. Même dans ses tenues de tous les jours, elle porte toujours un petit truc rouge. Que ce soit un ruban, un bracelet, une boucle d’oreille, une pièce de vêtement…
Mais assez de description de ses vêtements de pirate, je sais que ce n’est pas ce qui vous intéresse ! Alors passons aux choses sérieuses.
Ezelya est donc jolie. Elle a deux petits yeux en amande d’un bleu semblable à la glace, avec des teintes de gris. Depuis deux ans, ces yeux lui sont très utiles, puisqu’il est facile d’y faire passer des expressions froides ou menaçantes, mais il fut un temps où elle allumait ce regard d’étincelles d’espoir et de gentillesse, qui les rendaient magnifiques et sympathiques. Bon, vous vous doutez que le reste de son visage suit un peu le même chemin que ses yeux. Comme la demoiselle néglige son alimentation, ses joues autrefois rebondies sont maintenant légèrement creusées, lui donnant l’air plus intimidant, mais aussi plus mature. Elle n’arbore aucune cicatrice au visage, mais l’air salé de la mer a maltraité sa peau, qui est maintenant rugueuse. Bien sûr, ses journées au soleil n’ont pas aidé à garder un teint pâle, et elle a maintenant la peau bronzée. Son visage a tout de même gardé quelques rondeurs et douceurs, qui lui donnent l’air plus sympathique et jolie qu’elle ne le voudrait, mais elle n’en a tout de même pas un visage avenant.
Ses cheveux sont longs, d’un noir tirant légèrement sur le brun foncé. Elle les entretient de son mieux, mais encore une fois, l’air de la mer les a rendus plus rêches. Comme elle tient à sa chevelure, c’est une partie d’elle qu’on peut apprécier et qui dénote un peu avec le personnage. La pirate a donc une peau malmenée, un corps qu’elle ne nourrit pas assez, mais des cheveux étincelants. Particulier.
Son corps, donc, puisqu’on en parle. Il y a bien des choses à dire sur le corps d’Ezelya. Elle sait se battre depuis longtemps, mais c’est depuis deux ans qu’elle s’entraîne sans relâche. Son corps est musclé et prêt à combattre, agile, souple… Elle sait que la force n’est pas son premier atout, mais la pirate joue sur ce qui lui reste. Sa taille, assez petite, ainsi que son agilité. Elle déconcerte souvent ses adversaires par son poids insignifiant par rapport à celui des brutes qu’elle affronte. Sur le champ de bataille, même si sa technique est loin d’être parfaite, elle semble légère comme une plume.
On peut donc dire du corps d’Ezelya qu’il est entraîné. Elle a des abdos et des cuisses d’aciers, même si ses bras sont encore en voie de devenir plus puissants. Pourtant, il ne faut pas s’y méprendre. Ezelya reste plus faible que la description ne le laisse entendre. Comme je le disais, elle mange moins que ce qu’elle devrait, ce qui l’affaiblit grandement. Pas qu’elle soit affamée, mais sans qu’elle ne s’en rende compte, elle s’épuise beaucoup plus vite qu’elle ne le devrait. Bien que cela n’affecte pas ses capacités directes, son endurance en prend un grand coup. Alors qu’elle pouvait tenir un rythme soutenu de course pendant plusieurs heures avant, elle peine désormais à sprinter pour échapper aux gardes. Heureusement qu’elle agit le plus possible dans l’ombre ou en mer et que ses hommes sont là pour la couvrir.
Bien sûr, sa sous-nutrition entraîne d’autres problèmes, comme une faible constitution, qui lui fait souvent chopper des maladies, ou tomber de sommeil trop rapidement, ou autres conneries qui font d’elle la moins efficace des secouristes d’enfants et de femmes volées au monde.
Finalement, juste pour les registres, on peut noter une taille d’un mètre soixante-cinq pour la jolie demoiselle, ainsi qu’un poids de cinquante quatre kilos.


IV) Vie

Histoire:
Dans un petit village au Nord, perdu près des Terres de Non-Droit, où le danger est omniprésent et où les fidèles du Prince ne sont pas les plus bienvenus, une jeune femme se réveille dans son lit, le corps endolori. La nuit dernière a été mouvementée, et elle sourit en y repensant.
Doucement, elle se tourne vers l’autre côté du grand lit, et son sourire s’élargit encore. Sa femme est là, couchée à ses côtés, frêle et douce, un papillon à protéger à tout prix. Ezelya embrasse doucement sa joue, dans un silence parfait, et se lève sans la réveiller. Elle sait que sa douce s’est donnée de son mieux la veille, pour tout organiser, et elle ne veut pas la déranger alors qu’elle a tant besoin de sommeil.

Avant de se lever, la jeune femme laisse son regard sur sa moitié. Elle n’arrive pas à croire qu’elle partage la vie d’une créature aussi parfaite. Il y a de cela dix ans, elles se sont rencontrées dans les ports de Lüh, alors qu’Ezelya était en balade avec son frère. La jeune fille de matelot lui a tout de suite tapé dans l’œil. En plus de partager une passion sans borne pour la mer, elles avaient toutes les deux pour rêve de s’acheter un bateau pour naviguer sur les mers d’Arcane. Leurs caractères se sont d’ailleurs tout de suite complétés. Alors que sa moitié est calme, sereine, pleine d’un feu intérieur, Ezelya se retrouve à être celle qui extériorise ses émotions, en bien ou mal. Un peu rebelle dans l’âme, Ezelya a trouvé en son petit papillon un baume plus relaxant et apaisant que n’importe quoi. Elles ont traversé un long chemin ensemble, jusqu’à arriver ici…

Avec un soupir, la demoiselle décide qu’il est temps de sortir du lit, et fait de son mieux pour ne pas déranger sa chérie. Pourtant, dès que sa chaleur quitte les couvertures, la voix étouffée de sa moitié s’élève.

« Ezelya… ? Qu’est-ce que tu fais.. ? Quelle heure est-il ? »

La jeune demoiselle a un tout petit rire puis vient prendre la main de sa tendre avec une douceur remplie d’affection.

« Rendors-toi, ma chérie. Je vais juste préparer le déjeuner… Ne t’en fais pas. »

Sa moitié laisse échapper un petit soupir, puis referme ses yeux ensommeillés. En quelques secondes, son souffle régulier revient emplir la pièce, et Ezelya se permet de quitter tout doucement les lieux, prenant soin de refermer la porte derrière elle. Il ne faudrait pas qu’un des deux petits monstres se mette en tête d’aller réveiller leur mère.

La jeune demoiselle descend les escaliers de bois grinçant et se dirige vers le foyer, dans lequel elle lance une nouvelle bûche. Le feu de la nuit dernière brûle encore, mais le froid a commencé à s’insinuer dans les murs, et le salon devient de plus en plus glacial. L’hiver n’épargne personne… Encore moins les petits villages pauvres.

La demoiselle se secoue la tête et se redresse, puis elle organise les lieux pour préparer le réveil des petits monstres. Sans aucun doute, ils voudront tous se ruer dans la chaleur des coussins et des tapis. Alors elle installe un coin chaleureux pour les enfants, juste sur le bord de son bureau, où elle entasse les coussins et rassemble les couvertures chaudes. Le résultat ressemble à une toute petite cabane, et elle sait immédiatement qu’aucun des deux petits monstres ne voudra passer à côté d’une cabane de coussins et de couvertures. Bien sûr, elle espère que ces tissus couteux ne seront pas abimés, mais elle a abandonné depuis longtemps sa vie de riche. Maintenant, la chaleur de son foyer lui semble plus importante que l’apparence des lieux et les signes de richesse qu’elle pourrait exposer.

Une fourrure passée sur les épaules, la jeune femme se met au travail dans la petite cuisine et prépare un délicieux ragoût de lapin pour sa chère famille. Bon, elle n’est pas la meilleure des cuistots -elle laisse d’habitude ce travail à sa moitié-, mais elle espère que tout le monde sera satisfait. Bien vite, alors qu’elle profite d’un moment de tranquillité pour observer le manteau blanc qui s’est déposé dans leur petit jardin, deux adorables petites têtes jaillissent d’en haut des escaliers et se précipitent dans le salon.

« Oh maman maman ! Est-ce que tu as vu le lapin de Geneviève ?! Il s’est fait voler par une Invocation, c’est sûr ! »

La jeune demoiselle les regarde, la tête légèrement penchée vers la droite. Quoi ? Une Invocation ? Les petits n’en ont vu qu’une fois et elle sait bien que c’est un truc récurrent dans leurs jeux, mais… Pendant un moment, elle se demande si elle doit les prendre au sérieux, puis décide, à la bouille déconfite de Geneviève, qu’elle ferait mieux d’embarquer dans leur petit cirque du matin.

« Ah… Vous arrivez trop tard… L’invocation s’est enfuie ! »

Les deux gamins lui demandent comment c’est possible, et pourquoi un monstre aussi puissant a pu s’enfuir, et la demoiselle s’assoit pour être à leur hauteur. Un grand sourire sur le visage, elle commence leur petit jeu habituel. Avec de grands gestes, elle leur raconte comment elle a fait fuir le méchant pour les protéger, et comment elle l’a combattu vaillamment. Puis, elle attrape le petit garçon par la taille et le fait voler dans les airs en lui décrivant le vol irrégulier de l’invocation, avant de le reposer dans la petite cabane de coussin avec un rire. Sa soeur le rejoint immédiatement, les yeux remplis d’étoile, et les deux enfants commencent à piailler, isolés dans leur monde incroyable.
Sans les déranger, Ezelya leur sert à chacun un petit bol de ragoût accompagné d’une cuillère de bois. Elle sait que beaucoup d’enfants du village mangent avec les mains, mais elle ne peut empêcher son éducation de noble de prendre le dessus dans ce genre de moments. Les couverts sont souvent inutilement chers, et les familles plus pauvres n’ont pas toujours le temps d’enseigner les manières à table à leurs enfants… Ezelya soupire et continue de s’activer dans la maison, nettoyant les restes de la veille.

« Maman ? Quand est-ce qu’on va revoir le Monsieur ? »

Une étincelle de nostalgie et de tristesse s’allume dans le regard de la jeune femme. Ah… La question du petit garçon est innocente, mais elle lui rappelle froidement qu’elle ne reverra pas son frère avant longtemps.

« On le reverra l’année prochaine, Thomas… Comme toujours. »

La vue de ses enfants, innocents, vivant avec le mensonge qu’elle leur sert chaque année, enserre le coeur de la demoiselle avec une dose de culpabilité qu’elle ne peut réfréner. Après tout, les deux petits monstres n’ont pas besoin de savoir qu’ils vivent dans la pauvreté à cause de grands-parents qui n’acceptent pas ses choix de vie. Alors, quand son frère vient les visiter, elle le fait passer pour un vieil ami devant les enfants, puis s’éclipse en fin de soirée pour aller chevaucher avec lui, comme dans le bon vieux temps. Là, ils ressassent ensemble leurs souvenirs… Du temps où ils étaient des jumeaux fusionnels… Puis ils parlent de la vie en général.

Ils parlent de leur enfance à Lüh, de la difficulté de toujours être à la hauteur, de l’étiquette, de la vie de noble… Puis ils parlent de leurs parents. Son frère la renseigne sur l’avancée de sa grande sœur dans la garde dorée, et de comment leur père l’aide à monter en grade. Bien sûr, avec un père Capitaine, leur sœur Ariane ne peut qu’être avantagée. Depuis toute jeune, elle gravite autour de personnes importantes de la garde, et a sa petite notoriété. Bien sûr, elle qui tape dans la trentaine, elle ne demande qu’à obtenir des promotions, mais pour le moment, elle stagne au poste de major. Ensemble, ils croisent alors les doigts pour elle, puis le sujet dérive vers leur mère. Femme d’un Capitaine, elle n’est pourtant pas tenue en réserve. Fière, elle dirige un grand commerce d’armes et d’armures, mais aussi de vêtements à la dernière mode. Elle qui aime être au centre de l’action, il lui arrive souvent d’aller visiter les plantations de coton elle-même, ou alors elle descend dans ses ateliers, jauge le tissu, crée, coud… Elle est une femme forte, et ensemble, ils l’admirent. Puis Ezelya se renseigne sur son frère, et sur son propre commerce. Lentement, il a commencé à orienter une partie des finances familiales vers un investissement dans la médecine. Avec d’anciens camarades et des médecins expérimentés, ils fabriquent des médicaments et tentent lentement de rendre l’accès aux soins plus facile, même s’ils sont loin du but.
À ce moment-là, souvent, une anecdote surgit, parlant de son éducation, ou de son entraînement aux côtés d’Ariane, à Havrejaune. Leurs parents, déterminés à leur faire suivre un entraînement militaire loin de la capitale et du jugement des autres nobles, les ont envoyés à l’âge de 15 et 13 ans vers un village émergent nommé Havrejaune. Là, ils ont passé quelques années dans une maison de campagne, où un instructeur et une mégère veillaient sur eux et leur enseignaient les bases du combat. De là, Ezelya tient une maîtrise quasi-parfaite de son arme favorite, la rapière. Bien sûr, en enfant stupide, elle a refusé tout autre entraînement, et c’est bien la seule arme qu’elle peut manier. Tant pis pour elle.
Puis… Bien sûr, vient le sujet de leur retour à la capitale, de leur rencontre avec sa douce moitié, et de comment leurs parents ont mal pris l’annonce de leur relation. Pour eux, il était hors de question que leur fille, en plus de se désintéresser des affaires familiales, les laisse sans héritier. Alors leur père lui a donné un ultimatum. Soit elle prenait ses affaires et partait, soit elle restait mais abandonnait à jamais sa romance stupide.
La séparation avait été douloureuse. Jamais avant elle n’avait été séparée de son jumeau plus de quelques semaines. La première année… Lui avait arraché les entrailles.
Pourtant, encore aujourd’hui, elle ne regrette pas ce sacrifice. Cela lui a permis d’acquérir une indépendance qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir obtenir, et la vie aux côtés de sa moitié vaut tous les sacrifices.
Pour finir, ils parlent un peu de la vie que la jeune femme a ici. Elle qui était destinée à un poste dans la milice ou la garde dorée, sa reconversion a été totale. Maintenant enseignante, la jeune femme offre quelques heures de cours aux enfants de ce village pauvre. Le salaire est plutôt satisfaisant, et permet aux deux femmes de vivre paisiblement, tandis que sa moitié s'occupe de leur jardin, de leurs enfants, et d'un petit boulot de messagère. La jeune femme distribue les lettres qui arrivent au village et porte les messages d'une ferme à l'autre. Ils parlent aussi des enfants, qui sont le plus beau cadeau dont elle aurait pu rêver. Ensemble, ils ressassent un peu leur arrivée dans la vie de la jeune femme... Comment, en arrivant ici, sa tendre moitié et elle-même se sont dédiée aux plus démunis, et comment un homme à la femme décédée d'une grave maladie leur a laissé ses deux bambins, un petit garçon de trois ans et une petite fille de deux ans, avant de périr à son tour pour rejoindre son aimée. Ensemble, les deux femmes ont élevé les enfants comme les leurs. Les deux gamins savent qu'ils ne sont pas du même sang que leurs mères, mais cela importe peu dans leurs vies. Alors, grâce à ces deux monstres, le lien unissant les aimées s'est renforcé, et elles partagent maintenant une vie de famille.

Évidemment, à la fin de la discussion, au moment du retour, son frère lui fait toujours la remarque. « Tu ne devrais pas leur mentir. » Elle le sait, mais… Elle ne veut pas que ses enfants grandissent en lui en voulant de ne pas être en bon terme avec ses parents. Elle ne veut pas non plus qu’ils essaient d’entrer en contact avec des nobles qui ont renié leur fille. Et ce même si son frère lui affirme à chaque visite qu’elle manque à tout le monde. Sa soeur, prise par la garde dorée et son poste, n’a jamais le temps de venir la voir, mais paraît-il qu’elle demande souvent de ses nouvelles. Seul à connaître l’emplacement de leur nouvelle petite vie, son frère est celui qui rassure sa famille. Son seul lien avec ceux de son sang.

« Et arrête de l’appeler Monsieur. C’est Ari, son nom. »

Thomas et Geneviève la regardent un moment, puis se détournent en même temps d’elle. Apparemment, pour eux, le nom du riche Monsieur importe peu. À leur âge, probablement que la seule chose dont ils se soucient n’est autre que les cadeaux qu’Ari leur ramène chaque année. Ainsi que les récits qu’il leur livre sur sa magnifique Invocation. Ezelya a quitté le foyer un an seulement après qu’Ari ait obtenu son Invocation, et n’a pas pu la côtoyer beaucoup, alors ses propres anecdotes sont bien plus faibles.

Voir l’émerveillement de ses enfants, pourtant… Voilà qui la ramène des années en arrière, quand elle-même a rencontré sa première Invocation. Comme elle a grandi une grande partie de sa vie à Lüh, cette rencontre est arrivée très tôt. Son père l’avait entraînée dans une réception avec des hommes importants de la garde dorée, un endroit chic et important. On lui avait fait revêtir ses plus beaux vêtements, et sa grande soeur lui avait parlé toute la journée de comment l’endroit était impressionnant, tandis que son frère, comme à l’accoutumé, était resté plongé dans ses livres. Au milieu de la foule, elle avait aperçu la fée. Immédiatement, ses yeux s’étaient remplis d’étoiles, et elle avait entraîné sa soeur et son frère. Tous les trois, ils avaient admirés l’invocation comme les gamins qu’ils étaient, puis leur mère les avait rappelés à l’ordre en riant. La fée leur avait gentiment tapoté la tête, toute petite créature, puis ils étaient partis avec leurs parents. Par la suite, à chacune de ses rencontres avec une Invocation, Ezelya s’est montrée totalement captivée.

En réalité, elle adore les Invocations, et les trouve si majestueuse, tout comme elle adore les Dieux et le don qu’ils ont fait à l’humanité.

Ezelya époussète son établi tout en faisant attention aux petits cachés juste à côté, et son regard s’attarde sur une lettre. Étrange… Elle est pourtant sûre de ne pas l’avoir vu là la veille ? Curieuse, elle l’ouvre, et son contenu la laisse pantoise.

Son frère l’a laissée là la veille, de manière à ne pas s’attirer ses foudres. C’est un message de ses parents. Le premier depuis… Depuis des années. 5 ans ? 6 ans ?

Elle parcoure la lettre du regard et les mots lui manquent. Sa gorge se noue, elle se met à trembler… Sa mère… ? Sa mère lui a écrit cette lettre en secret, désespérée de ne jamais la revoir, la suppliant de revenir, au moins pour les rassurer. Dans un élan littéraire, elle lui décrit la vie sans elle, la douleur, les regrets, la culpabilité, la tristesse…

Ezelya se laisse tomber sur sa chaise, et des larmes coulent de ses yeux alors qu’elle se tourne vers ses deux enfants. Ils ne sont peut-être pas de son sang, mais elle comprend parfaitement les sentiments de sa mère, et une grande culpabilité la gagne à son tour. Elle a agi de façon si immature ces dernières années… Elle aurait du leur laisser la porte ouverte, ne jamais leur tourner le dos… Et pourtant, malgré qu’elle les ait rejeté tant de fois, sa mère a fait tout ce qu’elle pouvait faire pour la contacter.

Des pas retentissent dans l’escalier. Le visage angélique de sa moitié apparaît. Un nuage d’inquiétude y apparaît en voyant les larmes d’Ezelya.

« Eänwen… Je vais… Je vais à la capitale. Demain. »

Un sourire doux apparaît sur les lèvres de sa moitié, et son regard se fait brillant.

« Bien sûr, Ezelya. »

Puis tout tourne au noir. C’est brutal, violent, rouge, et les vagues de douleur la traversent avec tellement de brutalité qu’elle ne peut plus respirer. Le souffle coupé, elle tente de crier, mais rien ne sort, et les larmes viennent d’elles-mêmes. Il n’y a rien à faire, elle peut seulement subir.

Puis elle se réveille, le visage inondé, avec un cri perçant, et seul le silence de sa cabine l’accueille.

Il n’y a rien. Il n’y a personne. Pas d’Eänwen à ses côtés, pas de Geneviève ou de Thomas pour la rassurer… Ce n’était qu’un rêve. Sa famille n’est plus là.

Les larmes affluent et ses sanglots la secouent entièrement. Personne n’ose venir la consoler, et sur le pont, les matelots jettent des regards attristés vers la cabine. Tous respectent leur jeune capitaine, et tous savent ce qu’elle traverse et les démons qui la hantent, mais tous tiennent trop à leur vie pour la déranger dans un tel moment.


Oui, tout n’était qu’un rêve. Elle ne pourra pas revenir à ce temps sacré où elle vivait innocemment avec sa femme et ses enfants. Elle n’aurait jamais dû accepter l’invitation de sa mère. Sa pire erreur. Sa seule erreur.

Deux ans plus tôt, l’imbécile qu’elle était a décidé de revenir vers sa famille. Les premiers mois se sont bien passés, mais... Un beau jour, alors qu’elle revenait d’une visite, elle a trouvé son village en cendre, les maisons détruites et les habitants disparus. Chez elle, elle n’a trouvé aucun corps, et malgré ses recherches, personne n’a vu de survivants parcourir les terres dangereuses d’Arcane à la recherche d’un refuge. Ce jour-là, sa vie s’est cassée. Elle aurait pu mourir, se tuer avec un couteau qui traînait, mais elle a préféré rester en vie. Trouver Eänwen et ses enfants est le plus important.

Immédiatement après, elle est retournée en ville, et son premier réflexe a été de se tourner vers sa famille. Seulement, le choc a été tel pour elle que son esprit s'est distordu, jusqu'à ne plus penser logiquement. Quand Ariane est revenue sans information et que son père, Capitaine de la Garde dorée, lui a dit ne rien pouvoir faire, Ezelya a abandonné les méthodes conventionnelles. On a eu beau lui dire qu'on avait tout fait et qu'ils étaient probablement morts, elle a perdu le contrôle de son esprit. Lentement, ses dessins se sont lentement affirmés dans sa tête, et c'est ainsi qu'elle a élaboré son plan de devenir pirate. Enfin, au début, ce n'était pas aussi clair dans son esprit, alors elle pensait seulement prendre la mer, voyager par elle-même pour les chercher... Son premier réflexe a été de mettre son frère au courant, qui, immédiatement, lui a assuré son soutien. Ses parents, bien sûr, ont été des plus compréhensifs, et étant donné son retour au bercail des derniers mois, n'ont pas hésité à lui prêter de l'argent. Grâce à ce soutien financier, la demoiselle s'est acheté son bateau tant désiré, et a mis à profit l'enseignement d'Eänwen. Sa moitié était fille de marin et avait longtemps aidé son père sur les bateaux. En voyant Ezelya partager son amour du grand large, elle lui a tout appris pendant leurs longues années ensemble. Bien sûr, la jeune femme n'a pas eu beaucoup de pratique, mais le père d'Eänwen s'est rangé à ses côtés et a perfectionné ses connaissances. Après, il a suffi à Ezelya de jouer de ses connaissances martiales pour recruter une équipe. Elle a fait des erreurs, beaucoup, mais elle a aussi eu l'intelligence de chercher conseil auprès de vrais pirates. Pour cette partie du plan, l'aide d'Ariane a été précieuse. Sa soeur étant sur la piste de plusieurs criminels, elle a pu lui donner certaines informations, à partir desquelles Ezelya et Terron, le père d'Eänwen, ont pu dénicher leurs cibles. C'est donc avec des conseils avisés qu'Ezelya a progressé pour arriver à ce qu'elle est aujourd'hui. À ses côtés, elle a toujours Terron, mais aussi Jin, un ancien pirate qui a accepté de rejoindre son équipage pour l'aider. L'homme a été un peu soudoyé au début, mais au bout de quelques mois, il s'est attaché à Ezelya et à son combat intérieur. Cette petite équipe a donc commencé à sévir et à monter un équipage. Maintenant, avec des hommes de confiance à ses côtés, Ezelya sévit sur les mers, surtout au Sud de l'île, où elle intercepte les bateaux en provenance de, ou qui essaient d'atteindre, Lüh, en les attaquant au Sud-Ouest. Ses parents ne sont pas réellement au courant de ce qu'elle fait. La jeune demoiselle n'est pas stupide, et sait que les mettre au courant serait comme les condamner à mort. En tant que noble, le simple fait d'une rumeur les liant à une pirate pourrait leur valoir très cher. Alors elle ne leur demande plus d'argent, et fait semblant de vivre une vie rangée devant eux. Elle ne leur donne pas beaucoup de détails et ne va pas les voir souvent, mais elle fait en sorte qu'ils ne se posent pas trop de questions. Faire semblant est très difficile, au vu de son état d'esprit, mais Ari l'aide grandement. Pour eux, elle a une vie axée vers les bateaux et ce qui est maritime, mais... Ils n'en savent pas plus. Ari, par contre, sait tout, tandis qu'Ariane a sa petite idée. Tous les deux soutiennent leur soeur, même s'ils pensent que sa façon de faire est injuste et violente. Ils l'aiment trop pour penser à l'arrêter. Cependant, comme Ariane est dans la garde dorée, elle ferme volontairement les yeux et ne fait absolument rien qui pourrait l'impliquer. Elle a eu quelques conversations avec Ari, mais évite sa plus jeune soeur, ce qui les attriste toutes les deux.  

Pour finir... Il faut savoir que pour Ezelya, le seul moyen d’être sûre d’avoir des informations sur sa famille, c'est de devenir une terreur, quelqu’un que les gens craignent… Alors même si elle n’est pas toujours avec son équipage et qu’elle le laisse pendant qu’elle parcoure Arcane, elle s’assure d’être à bord du bateau pendant les attaques significatives, pour que le rouge de son déguisement devienne une légende… Une légende qu’on racontera pour s’effrayer le soir. Et après, elle n’aura qu’à débarquer, drapée de rouge, pour qu’on lui dise tout ce qu’elle veut savoir.

Son plan est parfait.


V) Autres
Métier: Anciennement enseignante, désormais pirate
Signes particuliers: Porte toujours un masque et un déguisement rouge lorsqu'elle opère en tant que pirate
Rêve, ambition: Retrouver sa femme et sa famille, puis retrouver son métier d'enseignante.
Arme : Rapière
Maniabilité (2/5), Tranchant(3/5), Résistance(3/5)


VI) Hors Jeu
● Comment avez vous découvert ce forum ? Ce compte est un DC, alors… Alors voilà quoi 8D
● Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Toujours aussi plaisante ! Et je veux justement en exploiter les deux côtés, d’où la création de mon humaine favorite.
● Comment trouvez vous le design de ce forum ? Je le préférais avec des poneys D:
● Avez vous lu le règlement ? [ Validé par la Reine ]
● Avez vous vu la ChatBox ? Heh, je sais pas 8D
● Savez vous comment voter pour le forum ? Steesha va m’apprendre
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Ezelya Kor'lenter le Mar 17 Avr 2018 - 0:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 15 Avr 2018 - 22:09

Bonsoir et re-bienvenue sur Arcane !

Je vais m'occuper (une nouvelle fois) de la première validation de ta fiche, alors si tu as des questions ou remarque, tu connais la musique et tu sais où me trouver ~

Caractère

C'est ok !

Physique

Ok aussi !

Histoire

Au niveau des enfants de ton personnage, il serait bon d'avoir un peu plus d'explication de leur "provenance" (si je peux dire ça comme ça). Tu dis qu'ils ne sont pas de ton sang, ils sont donc à la femme de ton perso ?

De plus, après l'attaque du village, je trouve l'acquisition du bateau un peu facile. Si ton personnage a été renié par sa famille, elle ne devrait plus avoir les moyens financiers d'un noble, surtout vu comment tu as décris sa vie dans son village. Comment a-t-elle pu trouver les moyens d'acheter un bateau ? Elle a eu de l'aide par sa famille ? Elle avait économisé depuis tout ce temps pour réaliser ce rêve ?
De plus, comme elle n'a a priori jamais navigué en mer ni mené d'équipe, ça serait bien d'expliquer un peu plus comment s'est déroulé ces deux ans, car être capitaine d'un navire pirate qui plus est demande un peu d'expérience je dirais, de gagner la confiance et le respect de l'équipage, etc...
A approfondir, donc :p

Sinon, c'est tout pour cette partie !

Conclusion
Il n'y a pas grand chose à modifier sur ta fiche, surtout rajouter quelques explications qui manquent pour vraiment bien comprendre l'histoire de ton personnage, mais rien de méchant !
C'est bien écrit, et c'est direction première validation \o\

Bon courage pour les modifications !


Ezelya Kor'lenter Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
Ezelya Kor'lenter
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : dongho Kang
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 122
Double Compte : Steesha, Geoffrey De Vaillance
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon)
Inventaire : Ezelya Kor'lenter 9l17 Rapière

Ezelya Kor'lenter C04o Pierres de télépathie (Valion et Nagah)

Ezelya Kor'lenter 5rzl Dessolation (encore une charge)


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Lun 16 Avr 2018 - 2:04

Heya !!

Merci beaucoup pour les remarques, Nérée-senpai ! Ça m'a permis d'approfondir le personnage 8D

Donc, pour ce qui est de la partie des enfants, je te laisse lire la modification, qui va comme suit : (je la cache parce que c'est long)

Les kiddoz:
 

Et enfin, pour tout ce qui est du passage des deux ans... Attention les yeux 8D

Les 2 ans :
 

Voilà voilà, j'espère que c'est plus clair ainsi ! Et j'espère ne pas avoir créé d'incohérences avec mes corrections xD


Edit :

Juste pour te pointer ce dont on a discuté en MP, le passage est ici :

Parents:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Mar 17 Avr 2018 - 1:01

Merci pour les édits !

Félicitation ! Je t'offre ma première validation !
Un admin viendra bientôt te corriger si besoin et te valider définitivement par la suite ~


Ezelya Kor'lenter Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
Ezelya Kor'lenter
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : dongho Kang
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 122
Double Compte : Steesha, Geoffrey De Vaillance
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon)
Inventaire : Ezelya Kor'lenter 9l17 Rapière

Ezelya Kor'lenter C04o Pierres de télépathie (Valion et Nagah)

Ezelya Kor'lenter 5rzl Dessolation (encore une charge)


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 17 Avr 2018 - 1:05

Yayyy ! Merci beaucoup, Reine des Nuages <3
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ephylix
Ephylix
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Inactif
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2776
Double Compte : Eskel Merigold, Capou
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique ♥
Inventaire :
Inventaire actuel
Sac sans fond:
 

Autre:
 

Inventaire laissé à Rorn
Sac sans fond:
 

Autre:
 


Sorts : terre_7;
plante_close_3;
paraseisme_3;
teleportation_3;
assimilation_5;
sorcellerie_7;
telepathie_5;
geokinesie_8;
magma_3;
metamorphose_6;
saignee_7;
soin_6;
rat_morphose_6;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Jeu 19 Avr 2018 - 13:26

Mlgré quelques fautes, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche ^^ C'est une histoireception que tu nous propose là XD

Félicitations ! Tu as ma seconde validation !
Tu peux commencer à poster ton journal de rp Ici et faire une demande rp .

Bon jeu !


Juste une pièce sur l'échiquier...

Prendre le temps de ne rien faire.
Prendre le temps de lire la parodie d'Arcane.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Ezelya Kor'lenter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-