Le poids de la liberté

Partagez| .

Le poids de la liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Sam 5 Mai 2018 - 14:39

La Reine


RP précédent
Date : Dix-septième jour du printemps, soirée
Lieu : Plage aux alentours d'Heilan, navire pirate de l'Écarlate


La lumière du ciel, même déclinante en cette heure visiblement tardive, agressa ses pupilles habituées à la pénombre de la cellule de Nagah. Le jeune homme plissa des paupières le temps de s'adapter puis porta son attention sur Ezelya, qu'il tenait toujours dans ses bras. Il raffermit sa prise avant de la solliciter, pour la maintenir le plus consciente possible.

« Vous allez vous en sortir Ezelya. Accrochez-vous. »

Partant du principe que le fils d'Aqua suivrait son invocatrice, puisqu'il avait assuré qu'elle resterait en vie, Valion héla le pêcheur le plus proche. Il lui donna une vingtaine de tsuris pour qu'il les amène rapidement aux abords du village. Nagah étant l'enfant d'Aqua, il se débrouillerait très bien de son côté et serait sans doute ravi de se passer de leur compagnie humaine. Valion enjoignit la demoiselle à ne pas bouger pour garder ses forces et en profita pour vérifier l'état de la blessure qu'il avait causé. Son visage demeura impassible mais il ne put s'empêcher de frémir à la vue de la balafre. Même si elle cicatrisait à merveille, il y avait des chances pour qu'elle en garde une trace assez longtemps. À ce spectacle, ni la mine sérieuse de l'ex-milicien ni l'image du Loup géant ne suffirent à taire la curiosité de leur passeur.
« Dites-donc c'est pas joli joli. C'est à cause de l'épreuve ? »
« Oui. »

Sa réponse cinglante mit fin à toute opportunité de conversation. Il aurait préféré se rendre directement à Heilan, mais c'était sans compter sur le fait qu'il se baladait publiquement avec l'Écarlate. Ainsi fraîchement libéré, le fils de l'Eau devait être plutôt faible, aussi la discrétion leur serait à tous bénéfique. Valion attendit qu'ils aient débarqué pour reprendre la capitaine en mains et lui demander où était son bateau, précisément. Il suivit ses indications en longeant les côtes de la Téthys.

Il finit en effet par découvrir le navire sur une petite plage et fut loin d'être accueilli comme un prince à son approche. Heureusement, la cheffe de ces brigands intervint en sa faveur. Il fut rapidement conduit au bateau où il laissa Ezelya à l'un de ses hommes, probablement haut gradé vu son comportement, qui lui indiqua le pont d'un geste vague. Sans plus de manière, il s'enfonça dans les entrailles du vaisseau, la jeune femme avec lui. Valion s'autorisa discrètement un soupir. Ses muscles se détendirent quelque peu et ses épaules s'affaissèrent sous la fatigue. Il s'assit tout à l'avant de la proue, là où il y avait le moins de pirates pour le dévisager avec un manque de sympathie affligeant. Aucun ne le regardait cependant avec autant d'insistance que celui qui avait emmené leur capitaine. Il l'avait peut-être reconnu de leur altercation aux environs maritimes de la capitale.

Toutefois, personne ne vint le déranger. Sans savoir combien de temps les soins prendraient, ni même si elle s'endormirait ou autre, Valion laissa sa tête reposer contre le bois, bien décidé à attendre le bout de cette histoire. Après ce qu'il avait fait, s'assurer qu'elle allait s'en remettre était le minimum qu'il pouvait faire. Les cieux avaient troqué leur teinte rosée pour un manteau plus sombre, suffisamment bleuté pour être dénué d'étoiles. Il ferma les yeux, appréciant pendant plusieurs minutes le doux bercement de l'eau et le craquement du pont, sous l'agitation de l'équipage.

Il devait bien y avoir une sorte de médecin à bord ? Elle allait s'en sortir. Dans un soupir tenant plus du râle, Valion se releva. Il se mit à faire les cent pas puis, décidant que s'impatienter et s'inquiéter ne ferait de bien à personne, il s'appuya contre le bord. L'horizon calme réussirait peut-être à l'apaiser, puisqu'il ne pouvait de toute évidence rien faire d'autre. Il fallait qu'il évacue les émotions de l'épreuve, qu'il laisse la rage s'écouler hors de lui. Bien sûr, une bonne nuit de sommeil ne serait pas de trop pour l'y aider.

L'air frais était sans pareil ici. Finalement, le chasseur comprenait pourquoi certaines personnes pouvaient choisir de passer leur vie en mer. Bon, de là à saccager l'existence d'autrui, c'était une autre histoire. Ses pensées se tournèrent finalement vers le Loup divin. S'il avait eu le choix, à vrai dire, il aurait probablement refusé de le libérer. Dans son quotidien de milicien, les êtres avec une telle soif de sang étaient enfermés pour de bon, avec pour seule libération la vieillesse puis mort de leur détenteur. Mais il n'était plus soldat, n'est-ce pas ? Il pouvait juger par ses propres critères. Et s'il ne désirait pas la compagnie du demi-dieu, il ne put s'empêcher de compatir et de songer à quel point il devait être agréable de retrouver la liberté.

« L'air marin est-il aussi doux que dans tes souvenirs, demi-dieu ? »

À moins d'être parti nager à des centaines de lieues il l'entendrait, puisque sa "maîtresse" n'était pas loin. Peut-être qu'il choisirait à nouveau de l'ignorer, lui, cet être insignifiant. Derrière la cruauté et les envies de destruction de l'enfant divin se trouvait une vision du monde particulièrement sombre. Et pourtant, même s'il savait pertinemment qu'il risquait d'y perdre un doigt si ce n'est un bras, maintenant que son esprit s'était calmé, Valion avait envie de tendre la main pour essayer de comprendre.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Lun 1 Oct 2018 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 13 Mai 2018 - 11:56

Le poids de la liberté

Bien qu’il se garda de faire le moindre commentaire, il fut satisfait de voir Valion se résoudre à porter son invocatrice blessée afin qu’ils puissent rapidement rejoindre la sortie. De toute façon, il n’imaginait pas Ezelya se lever et marcher seule au vu de la gravité de sa blessure. Il aurait pu leur proposer son aide mais, en présence de Valion, il n’avait aucune envie de démontrer le moindre sentiment de sympathie à l’égard de son invocatrice. Ce n’était ni plus ni moins qu’une humaine, après tout. Lorsqu’ils furent de retour dans sa sombre cellule, le Demi-dieu s’arrêta net pour laisser les humains lui emboîter le pas, étant donné qu’il ignorait avec exactitude l’endroit où ils devaient se rendre. Et puis, c’était quoi « Heilan » ? Le nom d’une ville ou d’un village arrimé à la mer, très certainement. Quand Ezelya s’était adressé à Valion un peu plus tôt, il avait cru comprendre que son bateau se trouvait à quelques lieues de là.

Tout comme Valion, Nagah fut presque aveuglé par la lumière d’Ignis lorsqu’il mit les pattes hors du temple. Ça faisait tellement longtemps qu’il était resté enfermé dans sa cellule, où l’obscurité régnait en maître, qu’il en avait presque oublié l’intensité des couleurs du monde extérieur. Progressivement, il rouvrit les yeux, gardant la tête baissée dans un premier temps pour laisser ses yeux se réhabituer à la lumière du jour. Sentir la chaleur du soleil, l’herbe sous ses pattes, le vent dans sa fourrure... Autant de sensations qu’il se plaisait à retrouver maintenant qu’il était « libre ». Il savait que ce n’était qu’une liberté éphémère qui avait ses limites, mais il ne pouvait s’empêcher de trouver la situation jouissive, simplement parce qu’il n’était plus obligé de fixer les quatre murs de sa cellule et surtout, parce que le panorama qu’il avait sous les yeux était tout bonnement magnifique.

Saisi par un élan de bonheur, il s’élança dans l’herbe - même s’il restait relativement faible après sa sortie du temple - et se roula dans l’étendue verte en grognant de plaisir. Il se moquait bien d’avoir l’air ridicule. D’ailleurs, il continua son cirque pratiquement tout le long du chemin, exploitant au maximum sa « liberté » fraîchement acquise. On ne sait jamais, sa nouvelle invocatrice pourrait le quitter prématurément. Et puis, Ezelya n’était pas en état de lui interdire quoi que ce soit pour le moment. Il fallait qu’il en profite tant qu’il le pouvait encore car au fond, il savait qu’elle ne le laisserait pas faire tout ce dont il avait envie... Comme tuer Valion, par exemple. Jamais, elle ne le laisserait tuer son sauveur. Fichus humains et leur sens moral !

Néanmoins, malgré cette ombre au tableau, il ne perdit en rien sa joie de revoir enfin la plage et l’océan et se précipita dans le sable pour s’y rouler à nouveau, retrouvant sa texture et sa douceur avec plaisir. Puis, il se hâta de rejoindre le bord de l’eau et y trempa ses pattes avant de s’étaler complètement dans le sable humide, savourant juste l’instant présent en fermant les yeux. A l’heure actuelle, ça aurait été tellement cruel de le renvoyer dans sa cellule au vu du plaisir qu’il prenait à se retrouver à l’extérieur de sa prison. Alors - même s’il ne laissait rien paraître - il ne songeait qu’à une chose : la survie d’Ezelya.

Un tantinet inquiet, il finit par se redresser et s’ébrouer avant d’aller s’enquérir de la situation. Apparemment, Valion semblait affairé à négocier le prix d’un passage auprès d’un pêcheur pour rejoindre un lieu peu accessible sans bateau - ou certainement assez éloigné si on souhaitait s’y rendre à pied - sans doute l’endroit où se trouvait le navire dont parlait Ezelya. S’il n’y avait eu qu’une seule personne à transporter, Nagah aurait pu traverser à la nage avec cette dernière sur son dos. En réalité, il aurait très bien pu servir de monture aquatique aisément pour deux personnes mais il n’avait pas encore recouvré la totalité de ses forces, ou tout du moins une partie suffisante pour pallier à la plupart de ses besoins dont certains lui demanderaient des efforts colossaux. Ça, c’était en partie vrai. Mais il aimait se cacher derrière cette excuse pour s’esquiver à la plupart des remarques que l’humain serait capable de formuler... et qui auraient, par ailleurs, de grandes chances de lui déplaire.

Nagah suivit tranquillement la barque, nageant à son rythme en plongeant sous celle-ci par moment, disparaissant quelques instants de la vue des deux humains pour réapparaître un peu plus loin, se plaisant à explorer rapidement les fonds marins en essayant de se remémorer l’état de l’écosystème quand il y veillait et de le comparer à celui du présent. Ce n’était finalement pas aussi catastrophique qu’il ne l’aurait imaginé, même s’il y avait plusieurs détails qui le dérangeaient. Lorsqu’il remonta à la surface, il aperçut une petite plage non loin et se rendit compte que c’était justement là-bas qu’ils se dirigeaient. Il précéda la barque - qui avançait trop lentement selon lui - et sortit rapidement de l’eau pour s’ébrouer et évacuer le trop plein d’eau de sa fourrure. A tous les coups, il allait encore ressembler à une serpillère sur pattes ambulante, ou quelque chose dans le même genre.

La suite du voyage s’effectua à pied le long de l’eau. Apaisé - pour le moment - le loup divin marcha tranquillement en suivant d’un regard les remous de l’océan, l’air songeur. La silhouette du bateau pirate coupa court à ses rêvasseries. Il s’arrêta net alors que Valion montait à bord avec Ezelya et s’accorda un bref soupir. Déjà qu’il avait du mal à supporter la présence des deux humains, manquait plus qu’il rencontre encore une bonne dizaine ou vingtaine de membres de cette engeance, ça serait le pompon. Après un temps de réflexion, il se remit en route et grimpa dans le bateau où il remarqua au moins une bonne dizaine de paires d’yeux qui le fixaient comme s’il était le diable en personne. Ils n’avaient jamais vu de loup géant ou quoi ? Amusé par la situation, Nagah se permit un grognement sonore afin de tester leur réaction. Tsss... Ces poltrons n’avaient pas le quart du courage de leur capitaine, c’en était affligeant. Face à Valion, ils n’auraient pas hésité à sortir leurs armes. Mais face au Demi-dieu, ils ne ressemblaient qu’à une bande de larves qui se chieraient bien dessus s’ils le pouvaient. Pathétique. A moins que ça ne soit une marque de respect ? Peut-être que leur capitaine les avait prévenu avant de les quitter qu’elle comptait passer l’épreuve d’un Demi-dieu ? Mais comment pouvaient-ils savoir que le Demi-dieu qui venait de faire son apparition était à elle ? L’un comme l’autre, leur simple présence agaçait Nagah qui les aurait bien balancé par dessus bord un par un, juste pour s’amuser.

Finalement, après un interminable duel de regards, le fils d’Aqua se détourna des pirates pour se lancer dans une brève exploration du bateau et arriva à l’avant du navire où se trouvait déjà Valion. On aurait dit qu’il cherchait à mettre le plus de distance possible entre lui et les pirates. Oui, mais pourquoi ? Alors qu’il songeait au motif de cette mise à l’écart, la voix de l’humain se fit entendre. Apparemment, il semblait avoir envie de tuer le temps en discutant avec le loup divin. Quelle mauvaise idée. Même un de ces pirates aurait été de meilleure compagnie que lui à ce moment-là.

« L'air marin est-il aussi doux que dans tes souvenirs, demi-dieu ? » Quelle inspiration il avait eu pour lancer un début de discussion entre eux. Il aurait pu lui parler de la pluie et du beau temps, sa réaction aurait été la même : de l’indifférence. Sauf que... Nagah avait lui-même des questions à lui poser. Alors autant se montrer un minimum coopératif pour une fois.

- Il y ressemble. Oui, c’était tout ce que sa question lui inspirait. Il n’allait pas broder une discussion autour de ce sujet ridicule. Si tu cherches à t’attirer ma sympathie, ce n’est pas ainsi que tu y arriveras. En fait, ne te donne pas cette peine, ça ne servirait à rien. Il soupira sur la fin de ses propos puis reprit. Que ce soit clair, je ne t’aime pas. Si ça ne tenait qu’à moi, je t’aurais déjà tué. Il secoua la tête. Et contrairement à ce que tu pourrais penser, je n’apprécie pas non plus Ezelya. Elle et moi avons juste des objectifs communs, c’est tout. C’est ce qui m’a amené à la choisir plutôt que toi. Oui, il s’amusait bien à remuer le couteau dans la plaie. Mais il y a quelque chose que j’aimerais comprendre... Il repensait à la réaction de Valion durant son combat avec la jeune femme. Qu’est-ce qui s’est passé entre vous ? Demanda t-il enfin en se couchant à côté de l’humain, les yeux rivés sur lui en attente de sa réponse.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mar 15 Mai 2018 - 11:09


En entendant le maigre début de réponse du fils d'Aqua, Valion se rappela instantanément pourquoi les deux êtres s'étaient royalement ignorés jusqu'à présent. L'état d'Ezelya, s'il le regrettait amplement, lui avait toutefois permis d'éviter de subir la présence du demi-dieu. Il retint un soupir, songeant que son effort d'entamer une discussion à peu près cordiale avec Nagah allait lamentablement échouer. Mais au lieu d'être agacé, il dissimula un léger sourire. À en juger par sa réaction à la redécouverte de l'environnement d'Arcane, le manque d'enthousiasme de son interlocuteur ne semblait être qu'une façade. Sa haine des humains l'empêchait-il de se dévoiler en toutes circonstances ou cette querelle était-elle, au fond, tournée spécialement vers lui ?

Le Loup divin poursuivit avec des paroles crues mais calmes, loin de l'agressivité dont il avait précédemment fait preuve. C'était comme s'il établissait un simple constat. Le regard toujours tourné vers l'horizon, Valion ne put s'empêcher de lâcher un petit rire. S'attirer la sympathie d'un être aussi cruel que lui ? Et après tout ce qu'il lui avait fait subir ? Il n'était ni aussi naïf, ni en manque d'attention, et ne recherchait rien de particulier dans cet échange ou même dans sa terrible personne.

Mais il était curieusement amusé que Nagah puisse penser le contraire. Sa déclaration le montrait presque comme étant sur la défensive, mais elle restait la plus sincère à laquelle le chasseur avait eu droit jusqu'à présent. Ce dernier tourna finalement la tête vers lui, son visage assombri par les ténébreuses lueurs du ciel, et répondit sans animosité. Sachant pertinemment que les convenances des humains étaient totalement abstraites pour les enfants des Quatre, et ce fils des Océans ne méritant à ses yeux aucun témoignage de la sorte, il l'imita et parla sans détour.

« Je suis surpris et ma foi plutôt content que tu saches faire preuve de transparence ! Ne t'en fais pas demi-dieu, je ne cherche aucunement à m'attirer ta sympathie. »

Voilà, le message était clarifié des deux côtés bien qu'aucun ne soit destiné à énerver l'autre, pour une fois. Il pouvait désormais répondre à sa question qui, finalement, marquait bien son intérêt pour une conversation. Dans un premier temps, Valion réagit instinctivement, toujours sur le même ton que son cher camarade.

« Il ne s'est rien passé de particulier, je n'apprécie simplement pas les pirates. »

Derrière cette envie puérile de lui renvoyer la balle se cachait une esquive délibérée. La relative quiétude qui l'habitait désormais s'était effritée à l'entente du prénom de la jeune femme. Que s'était-il passé entre eux ? Le fils Lameblanche soupira. Il ne savait pas exactement. Nerveusement, il s'éloigna du bastingage en tendant les bras, puis revint s'y appuyer après s'être étiré.

Ses réflexes de soldat considéraient l'Écarlate comme une ennemie, au mieux une criminelle. Mais n'était-ce qu'un costume, un masque ? Il avait tant de questions. Après l'avoir provoqué, elle s'était...excusée, justifié ? Pourquoi ? Elle ne lui devait rien, mais elle avait voulu qu'il la comprenne ? Pourtant, elle avait quand même essayé de le tuer. Enfin, ça avait été réciproque. Mais il l'avait sauvée en fin de compte. Et il y avait ce nom : Eänwen. Qui était-elle et que représentait-elle dans le déluge de rage et de destruction que la pirate laissait dans son sillage ? Bref, c'était un peu compliqué...

Il ne pouvait toutefois s'empêcher de se sentir lié à Ezelya, par un fil absolument insondable pour son esprit cadré. Résolu, il planta son regard dans les yeux luisants de son vis-à-vis et céda à sa requête. Du moins en partie.

« Il y a une dizaine de jours, je rentrais par bateau sur Lüh, notre capitale. Le convoi marchand sur lequel je voyageais a été attaqué par cet équipage. Je me suis battu contre leur capitaine. Elle avait cet étrange masque, c'est pour ça que je ne l'ai pas reconnue de suite, dans ta cellule. C'était Ezelya. Elle... et bien, la bataille était perdue d'avance, de toute façon. »

Réalisant que c'était sans doute trop énigmatique comme fin, il conclut en d'autres termes afin d'éviter d'attiser inutilement l'appétit du Loup divin.

« Ses gens ont tué la majorité des matelots et des mercenaires puis sont repartis avec la cargaison. Plutôt banal pour eux, finalement. Peut-être pas assez pour toi. »

Il dissimula la pointe d'amertume qui lui titillait les côtes. Elle fit remonter la méfiance qu'il portait à l'égard de la divinité. Ce n'était pas sa place de dévoiler les incohérences dans le comportement de sa maîtresse, ni d'exposer ses propres valeurs que le demi-dieu se ferait une joie de réduire en pièces. Ses crocs ne manqueraient certainement pas une occasion de se planter dans ses doutes, à défaut de sa chair. Nagah l'avait dit lui-même, il ne portait aucun intérêt à Ezelya. Valion craignait qu'en dévoilant gentiment les détails de leur rencontre, il s'en serve contre elle. Non, mieux valait rester prudent et se protéger avec cet être.

« Si tu souhaites plus de précisions, je ne peux que t'inviter à voir cela avec ton invocatrice. »

Ainsi il se ferma comme une huître et lui tourna même le dos pour appuyer ses dires. L'idée que le fils des Océans puisse être en train de chercher à les manipuler l'avait irrité. Il s'éloigna à l'opposé et vint observer la plage, écouter l'eau rouler sous le bateau pour échouer sur le sable légèrement plus clair dans cette obscurité ambiante. Le spectacle, moins joli, restait toutefois apaisant. Et la compagnie était meilleure. Ainsi isolé et confronté au silence, ses pensées cherchèrent du réconfort en un visage familier.

Des traits doux et bienveillants se dessinèrent dans son esprit. Le pelage rosé de Sarabi lui apparut. Il tenait l'occasion de lui signaler que l'épreuve s'était finie, et qu'il allait bien, globalement. Saisissant d'une main la pierre qu'il portait autour du cou, Valion ferma les yeux pour composer son message plus facilement.
J'ai tenté une épreuve au Temple de l'Eau. Je n'ai pas libéré le demi-dieu qui y était enfermé et honnêtement, j'en suis soulagé. Il est... plein de haine. Il marqua une courte pause. Je vais bien. Mais l'humaine qui s'y trouvait avec moi a été blessée. Je vais rester avec elle le temps de m'assurer qu'elle va bien.
En réponse, la voix calme de la Lionne divine résonna également dans son esprit. Comme si elle était à ses côtés, l'enserrant de sa présence toujours chaleureuse.


" Elle a de la chance de t'avoir croisé alors, prends soin d'elle et de toi également. "


Valion sourit, rasséréné par ce bref échange. Elle avait une façon de le calmer comme aucun autre, de mettre un peu de baume à son cœur, meurtri après cette traumatisante épreuve. Un léger soupir d'aisance s'échappa de ses lèvres. Il se retourna pour caler son dos contre le bastingage. Sa main ouverte tenait toujours la pierre devant lui, son autre bras était croisé sous sa poitrine. La fatigue pesant sur ses épaules n'était plus aussi lourde, maintenant qu'il contemplait cet incroyable objet magique.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Jeu 17 Mai 2018 - 21:29

Le poids de la liberté

Au fond, Nagah ne pouvait s’empêcher d’être inquiet. Pas pour la santé d’Ezelya, cette fois, mais pour la relation qu’elle entretenait avec Valion. Involontairement, le Demi-dieu les avait fait se rapprocher et il craignait maintenant que le lien qui s’était formé entre eux n’en vienne à déteindre sur les ambitions de la pirate. Valion était un être trop gentil, trop pur, trop altruiste... Pouarg. Ce trop plein de bonté le rendait malade. Il ne fallait pas qu’il contamine Ezelya avec ses idées humanistes à la con. Car après tout, si Nagah avait choisi l’humaine au détriment de l’humain, c’était bien pour la haine et la colère que son cœur renfermait, pour sa soif de vengeance inassouvie et ses pulsions meurtrières.

Les paroles du jeune homme lui tirèrent un soupir. Si Valion avait affirmé ne pas chercher à s’attirer sa sympathie, Nagah se demandait bien pourquoi il avait lancé la discussion sur un sujet qui lui tenait à cœur. Après tout, c’était un peu comme s’il lui témoignait de l’intérêt, non ? Enfin soit, pour le coup, Valion devait regretter d’avoir cherché à entamer une quelconque conversation avec lui, même s’il prit tout de même la peine de répondre à sa question. Enfin, le Demi-dieu dû se contenter d’un semblant de réponse et ce constat l’agaça purement et simplement. Apparemment, l’humain avait décidé de lui renvoyer la balle. Il faut dire qu’il l’avait bien cherché.

- Rhooo, tu ne vas pas me dire que c’est ce dégoût pour les pirates qui a éveillé cette rage en toi tout à l’heure ? Je ne te croirais pas. Dis-moi ce qui s’est vraiment passé entre vous. Pour une fois, il n’y avait ni ironie, ni agressivité dans ses propos, juste une curieuse envie d’en savoir plus. Les yeux rivés sur l’humain, il attendit patiemment que ce dernier daigne enfin développer son explication.

« Il y a une dizaine de jours, je rentrais par bateau sur Lüh, notre capitale. Le convoi marchand sur lequel je voyageais a été attaqué par cet équipage. Je me suis battu contre leur capitaine. Elle avait cet étrange masque, c'est pour ça que je ne l'ai pas reconnue de suite, dans ta cellule. C'était Ezelya. Elle... et bien, la bataille était perdue d'avance, de toute façon. » Il n’allait pas conclure là-dessus quand même ? « Ses gens ont tué la majorité des matelots et des mercenaires puis sont repartis avec la cargaison. Plutôt banal pour eux, finalement. Peut-être pas assez pour toi. » Ah oui, c’était quand même mieux sur la finalité de l’histoire, même si les derniers mots lui laissaient un goût amer en gueule.

Et c’était pour ça qu’il lui en voulait ? Pour avoir supprimé quelques badauds ? Si des membres de la famille de Valion s’étaient trouvés parmi les morts, le Demi-dieu aurait pu comprendre sa réaction mais là... Il ne semblait parler que de parfaits inconnus. Pourquoi attachait-il tant d’importance à la vie d’autrui ? Le fils d’Aqua secoua la tête. Il ne comprenait pas comment un humain pouvait autant se soucier des autres. Cette engeance n’avait rien apporté de bon à l’Ancien Monde, pourquoi ce serait différent cette fois ? Non, décidément, il ne saisissait absolument pas le fonctionnement des humains. Il s’agissait là d’une espèce vraiment trop complexe à cerner. Autant Ezelya ressemblait aux humains qu’ils avaient crée, ceux-là même qui étaient assoiffés de violence, animés par le conflit et le chaos. Autant Valion était exactement à l’opposé. Un humain bienveillant, prêt à tendre la main pour aider les autres et... Plus il y repensait, plus il était tenté de comparer Valion à la lionne divine, Sarabi. Ils semblaient tous deux aimer et protéger ceux qui en avaient le plus besoin, chacun à leur façon.

- Tu voulais donc les venger. Au fond, c’est ce qui a instillé ta rage. L’envie de protéger tout le monde et la colère d’avoir échoué. C’est ta force mais aussi ta faiblesse. Une simple constatation, rien de plus.

Finalement, il vit l’humain lui tourner le dos et s’éloigner un peu, mettant fin à la discussion de son propre chef. Nagah soupira. En réalité, il avait hâte que Valion s’en aille et se demanda l’espace d’un instant ce qui le retenait ici. Ah oui, c’était pourtant évident : Ezelya. Il devait se sentir tellement coupable qu’il attendrait plusieurs jours avant de s’en aller, histoire d’être sûr que la jeune femme allait s’en sortir. La naïveté de Valion faisait bien rire le Demi-dieu. Si ce n’était pas lui qui la tuerait, ça serait quelqu’un d’autre, à n’en pas douter. Il ne serait pas toujours là pour la protéger.

Un peu ennuyé d’avoir perdu sa distraction du moment, le fils d’Aqua chercha du regard une autre occupation. Tous ces pirates qui le regardaient de travers l’insupportaient. Même si ça lui arracherait probablement la langue de le dire : La présence de Valion restait plus agréable que ces regards critiques et malsains. Bien que Nagah appréciait les humains qui lui ressemblaient, il ne voyait en ceux-là qu’un ramassis d’andouilles. Pestant intérieurement, il se retourna et jeta un œil à l’humain qui semblait tenir un étrange objet dans sa main. Voilà l’occasion rêvée qu’attendait le loup divin pour emmerder leur invité. Un léger sourire se dessina sur ses babines pendant qu’il s’approchait lestement de Valion, faisant semblant de vouloir s’installer lui aussi à l’avant du navire, sans arrière-pensées. Au dernier moment, il pivota et subtilisa la pierre qui pendait autour du cou de l’humain. Immédiatement, il s’éloigna pour adopter une distance de sécurité et se mit à narguer Valion avec son butin.

« Allez, viens le chercher si tu veux le récupérer. » Songea t-il, la gueule entre-ouverte, amusé. Il comptait bien le faire courir si cet objet était aussi important à ses yeux qu’il le pensait. Narguer, courir, jouer... Voilà ce qu’il s’apprêtait à faire avec l’humain durant les prochaines minutes. Dérangé par l’objet qu’il tenait en gueule pour parler, il le lança en l’air et se le passa autour du cou. Qui sait si Valion oserait tendre la main pour le reprendre au Demi-dieu, au risque de se faire mordre.

- Je trouve qu’elle me va mieux qu’à toi, tu n’es pas d’accord ? Demanda t-il sur un ton moqueur. En réalité, il ignorait tout des pouvoirs de la pierre qu’il avait autour du cou.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Sam 19 Mai 2018 - 12:37


Le calme de Valion s'évanouit aussi vite qu'il était apparu lorsque sa précieuse pierre disparut subitement. En cause, la seule et unique boule de poils présente sur ce bateau. Il l'avait vu pourtant, se rapprocher de sa démarche innocente. Et il avait choisi de l'ignorer, sa méfiance trop usée par la fatigue. Quelle cruelle erreur.

« Qu'est-ce que- »

Cette réaction instinctive fut interrompue par une vive pique nommée étonnement, qui s'empara si brutalement de ses cordes vocales qu'elle en cessa l'activité. Abasourdi, le chasseur contempla le demi-dieu s'éloigner presque joyeusement. À vrai dire, il était même certain de discerner l'étirement de ses babines en un sourire. Mais qu'est-ce qui lui prenait ? Où était passé cet élan de sagesse, analysant sa force et sa faiblesse, en digne enfant des Quatre ? Il ne comprenait pas. C'était une sorte de blague ?

Alors qu'il hésitait quant au comportement à adopter, le fils d'Aqua lança le collier en l'air. Le corps de l'ancien soldat se tendit immédiatement en avant et son cœur se serra. Heureusement, bien que le nouvel objectif de Nagah demeure nébuleux, il ne semblait cette fois pas être porté sur la destruction. Ce qui n'empêcha pas l'agacement de poindre à nouveau le bout de son nez, aussitôt intensifié par la guillerette provocation du demi-dieu. Ce dernier jouait avec ses nerfs de ses griffes habiles comme sur un clavecin. Et ce dans un but absolument frivole. Valion grinça des dents en lui répondant :

« Non, tu as l'air d'un gros chien avec un collier. Maintenant peux-tu me rendre ma pierre je te prie ? »

Il avait l'impression d'être face à un enfant, qui le regardait avec une malice au fond dénuée d'innocence. Mais le demi-dieu n'esquissa pas l'ombre d'un mouvement. Qu'attendait-il pour lui rendre sa pierre de télépathie ? Il n'allait quand même pas l'obliger à venir la chercher ? Le forgeron sentit ses muscles se tendre. Sous le discret manteau du ciel assombri, il serra les poings une seconde et soupira bruyamment.

« Nagah... »

Il tendit la main en avant, paume ouverte. Mais bien sûr, c'était trop espérer de cet être cruellement impassible qui s'évertuait à le fixer, engoncé dans sa fierté puérile.

« Qu'est-ce que tu veux ? Que je te supplie fils d'Aqua ? »

Son ton montait d'un cran à chaque injonction, aussi il essaya de se calmer tout seul comme un grand. Mais sans la pierre et la rassurante présence de Sarabi pour l'y aider, il peinait à faire face aux tourments causés par son vis-à-vis. Pourquoi ne le laissait-il pas tranquille s'il ne l'aimait pas ? Valion soupira. Ils commençaient à attirer une attention tout à fait indésirable. Mais Nagah n'éprouvait visiblement aucune envie d'accéder à sa simple requête. À nouveau, sa mâchoire se crispa.

« Bien. »

Calmement, Valion s'approcha. Il n'avait aucune idée de l'état d'esprit du Loup qui avait annoncé souhaiter sa mort un peu plus tôt. Et même s'il ne l'avait pas fait, rien de l'empêchait de lui croquer un doigt, dans le meilleur des cas. Le jeune homme se renfrogna. Il ne pouvait cependant pas lui céder sa pierre. D'abord parce qu'elle était le symbole l'objet de son lien avec Sarabi, deuxièmement parce qu'il ne supportait pas l'idée de le laisser avoir le dessus.

Les pirates devaient le penser fou pour oser s'approcher d'un prédateur de plus de deux mètres de haut, divin de surcroît, dont les crocs étaient plus aiguisés que leurs lames. Pourtant, il ne se démonterait pas. Non sans crainte mais avec bravoure, Valion tendit sa main pour récupérer l'objet de leur querelle. Sa méfiance redoubla d'intensité à mesure qu'il touchait au but. Évidemment, d'un bond en arrière, le malin se retira au dernier moment. Il tenta d'attraper le collier artisanal au passage mais ne fut pas assez rapide.

Le chasseur se lança aussitôt sur lui, tentant de le prendre de vitesse, mais c'était comme si le demi-dieu avait anticipé son mouvement, ou l'attendait depuis le début. Il jura intérieurement alors que l'autre s'éloignait à nouveau. Ses muscles endoloris et les coupures heureusement superficielles qui parsemaient son corps lui intimaient de ne pas répondre à cette énième provocation. Mais Nagah possédait le don de piquer sa fierté encore mieux que sa propre sœur Danae.

S'ensuivit un cercle vicieux de course-poursuite sur le pont, au mépris des personnes déjà présentes. Ces dernières se contentèrent de regarder sans prendre parti, puisqu'elles se moquaient des deux larrons également. Au bout de plusieurs échanges, épuisé physiquement et nerveusement, Valion s'arrêta.

« Ça suffit. C'est tout bonnement ridicule ! »

Il en avait assez de se donner en spectacle pour satisfaire le jeu du Loup. Sur ces mots il s'en retourna pester dans sa barbe d'une semaine en se dirigeant vers la proue. Tant pis, il récupérerait sa pierre plus tard. Le silence et le calme de la mer lui étaient devenus soudainement plus précieux. Et puis, il devait soigner sa blessure totalement gratuite, qui, si elle n'avait pas l'air trop conséquente au premier abord, lui faisait quand même un mal de chien.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Lun 21 Mai 2018 - 15:08

Le poids de la liberté

La réaction de Valion lui tira un sourire amusé. Ça avait été tellement facile de lui subtiliser la pierre avec toute la fatigue qu’il avait accumulé durant l’épreuve. Et puis, il devait sûrement ressentir le contrecoup de la montée d’adrénaline qui l’avait fait tenir jusqu’à maintenant. Néanmoins, Nagah espérait qu’il aurait - malgré son épuisement - encore la force de jouer au petit jeu qu’il lui imposait en le narguant avec sa chère pierre à laquelle il semblait tant tenir. A sa question, le loup divin n’obtint qu’une réponse décevante qui ne le surprit pas réellement. Après tout, la jalousie de voir la pierre en sa possession n’avait pas dû aider Valion à l’inonder de compliments. Finalement, après un temps de réflexion, le Demi-dieu en vint à croire qu’il lui disait la vérité. C’est vrai que la pierre était relativement petite et devait se perdre par moment dans son abondante fourrure. Il lui faudrait quelque chose de plus gros, de plus marquant pour décorer son royal cou et qui, en plus, serait d’un beau bleu du même ton que celui de ses yeux.

« Maintenant peux-tu me rendre ma pierre je te prie ? »

Mais ce n’était pas parce que la pierre ne le mettait pas en valeur qu’il changerait soudainement d’avis et cesserait d’importuner l’humain. Non, le plan esthétique passerait après celui du amusement et il avait bien l’intention d’imposer son envie de jouer à Valion, qu’il le veuille ou non. Il secoua négativement la tête à la demande de ce dernier en se campant sur ses positions, le défiant clairement - de sa posture et de son regard provocant - de venir chercher la pierre qu’il portait fièrement autour du cou, même s’il doutait que l’humain envisagerait directement une confrontation frontale entre eux puisqu’il ne gagnerait pas. Sans doute essaierait-il de l’avoir par la pitié.

« Nagah... »

Lorsque Valion tendit la main pour lui prendre la pierre, le Demi-dieu fut partagé entre l’envie de s’esquisser telle une ombre insaisissable et celle de mordre cette main innocente tendue vers lui. Finalement, il décida d’attendre un peu plus longtemps, de voir si l’humain tenterait une offensive désespérée en fonçant sur lui pour l’éviter au dernier moment et lui montrer à quel point Valion était faible comparé à lui. Même s’il venait d’être fraîchement sorti de sa cellule, sa magie était, certes, encore éteinte pour le moment mais sa force physique était bien là.  

« Qu'est-ce que tu veux ? Que je te supplie, fils d'Aqua ? »

Le supplier ? En voilà une idée qu’elle était bonne. Son sourire s’étira davantage. Il était tenté de lui dire « oui » pour jouer avec ses pieds jusqu’à le faire sombrer dans la colère mais il doutait que Valion s’exécuterait à sa demande. Après tout, qui ne tente rien n’a rien, comme dit le proverbe. Alors, pour son plus grand plaisir, il allait tester la soumission de l’humain. Jusqu’où pourrait-elle aller ?

- Évidemment. Qu’attends-tu pour t’y mettre ? Tu tiens à la récupérer, cette pierre, non ? Si tu poses un genou à terre en me suppliant de te la rendre, peut-être accéderais-je à ta requête. Allait-il s’exécuter ? Rien n’en était moins sûr.

Motivé par sa fierté, Valion s’approcha - après un certain temps de réflexion - prudemment du prédateur géant qui entrouvrit la gueule, laissant entrevoir les dégâts éventuels qu’une morsure pourrait lui causer. Bien que sa première tentative pour récupérer son bien échoua lamentablement, Nagah savait qu’il en mettrait d’autres en œuvre, quitte à ressortir de cet échange avec - au mieux - quelques hématomes. S’attendant à une deuxième tentative, le Demi-dieu se recula au dernier moment pour mieux faire rager l’humain qui pensait ainsi pouvoir effleurer du bout des doigts son objectif. Le fils d’Aqua ne put empêcher un sourire amusé de poindre, au vu du plaisir qu’il prenait à tourmenter sans vergogne le pauvre humain.

- Est-ce là tout ce dont tu es capable ? Tu peux mieux faire, Valion, j’en suis certain. Lâcha t-il en guise de provocation. Il voulait le pousser dans ses derniers retranchements et il ferait tout pour y arriver, quitter à l’insulter pour en arriver là.

Son regard changea quand il vit l’humain se lancer sur lui et une lueur malsaine vint éclairer ses prunelles. Lestement, il l’évita dans un premier temps en se reculant d’un bond, puis se retourna pour courir sur le bateau jusqu’à un point stratégique, bousculant et envoyant à la flotte plusieurs pirates qui ne s’étaient pas poussés de son chemin à temps. Lui qui voulait tous les noyer, ces abrutis, il avait là une raison parfaite pour justifier ses agissements par un « oups » tout à fait innocent. Après tout, il ne faisait que jouer avec Valion et ces mercenaires ahuris empiétaient sur son terrain de jeu. Un instant d’inattention aurait suffit à lui faire perdre la partie mais il s’esquiva de justesse à un nouvel assaut de la part de l’humain, envoyant un pirate de plus à l’eau en agitant violemment la queue dans son élan. En reculant encore d’un pas, il constata qu’il était acculé contre le rebord du bateau et qu’il risquait de ne pas disposer de manœuvre suffisante pour éviter la prochaine offensive de Valion. Il pourrait toujours sauter dans l’eau mais il venait à peine de sécher sa fourrure et n’avait aucune envie d’en ressortir une fois de plus trempé. Alors, quand l’humain s’élança, le loup géant cette fois lui fit face et enfonça ses crocs dans son bras, le secouant dans son élan pour finalement le relâcher en laissant le dos de Valion percuter méchamment une surface dure, sans doute le bâtiment dans lequel se reposait Ezelya. Avec tout ce raffut, elle risquait d’ailleurs de se réveiller parce qu’on ne pouvait pas dire que le fils d’Aqua avec ses 250 kg faisait preuve d’un grand sens de la discrétion.

« Ça suffit. C'est tout bonnement ridicule ! »

Alors comme ça, il abandonnait ? Non, il ne pouvait pas décider de couper court au jeu de la sorte ! Ici, le maître du jeu était Nagah et ce dernier n’avait pas la moindre envie d’arrêter la partie. Rageant intérieurement, il le regarda regagner l’avant du bateau avant de se décider à le rejoindre.

- Ce qui est ridicule, c’est le laps de temps que tu as mis avant de t’écrouler lamentablement devant l’évidence même. Tu n’as aucune chance de gagner contre moi et tu le sais bien. Même diminué, je reste plus fort que toi. Mais c’était divertissant de te voir essayer de récupérer ta pierre, même si j’ignore à quoi elle peut bien te servir. Enfin, si elle ne sert qu’à te faire passer pour quelqu’un de sentimentaliste, tu ferais mieux de la jeter. Il pensait à une sorte de relique familiale en évoquant l’utilité de la pierre alors qu’il n’y était pas du tout. Alors, à quoi est-ce qu’elle peut bien te servir, hormis à te rendre faible et vulnérable, dis-moi ? Vu la façon qu’il avait de poser les questions, le Demi-dieu était pratiquement certain que Valion ne lui répondrait pas, ou en tout cas pas d’une manière satisfaisante à ses yeux. Très bien, va au diable ! Après avoir dit ces mots, il planta sans ménagement ses crocs dans la jambe de l’humain et se recula d’un coup sec en arrière pour faire tomber Valion face contre le pont du navire. Il le traîna ensuite  jusqu’au bord opposé du bateau où la quantité d’eau était un peu plus importante - oui il s’en voudrait de le tuer par accident - et posa les pattes avant sur le rebord en regardant le panorama avant de jeter un regard à Valion, l’air de dire « J’espère que tu sais nager ». Il redescendit et s’aida de sa force pour hisser l’humain et le faire passer par-dessus bord. Mais alors qu’il s’attendait à entendre un « plouf », il vit sa proie s’accrocher au rebord du bateau avec une ténacité qu’il ne lui connaissait pas. Soupirant, il posa une patte sur une des mains de l’humain et appuya son poids dessus. Lâche ça. Un grondement plutôt animal sortit de ses entrailles alors qu’il se répétait, espérant cette fois que l'ordre donné suffirait à le convaincre. Lâche ça, maintenant. Pour se faire obéir, ses griffes finirent par lacérer lentement la main qui l’empêchait d’aller rejoindre les poissons. Tu pourrais t’épargner des souffrances inutiles, tu sais ? Alors, vas-tu te décider à lâcher prise ? S’il ne s’exécutait pas, il y avait de grandes chances pour que Nagah finisse par l’aider à sauter le pas.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Mar 22 Mai 2018 - 2:50



Il faisait noir. Un noir d’encre, semblable aux abysses d’une mer calme. Au fond des océans, là où la lumière ne parvenait jamais, et elle était étendue là. Son corps était léger, mais aussi très lourd, et la douleur dans son corps était si diffuse qu’elle semblait s’éparpiller dans l’eau autour d’elle. Dans son dos, sa peau touchait quelque chose de doux et de chaud, et elle aurait voulu imaginer la peau de son petit papillon contre la sienne… Seulement sa conscience lui revenait lentement, et le réveil approchait avec douceur, ce qui lui permettait d’identifier les couvertures de sa cabine. Très bien. Elle était donc de retour dans sa cabine, et de ce fait, elle pouvait déduire qu’on l’avait traité correctement, et qu’elle allait donc pour le mieux. Probablement qu’en ouvrant les yeux, elle découvrirait Jin à ses côtés et elle pourrait prendre son temps pour s’accoutumer à son environnement avant de se lever. Il lui ferait sans doute un résumé des derniers événements, et elle pourrait même prendre une tasse de thé pour se détendre et assimiler les derniers événements.
Cependant, un tremblement étrange, suivi de bruits hauts-perchés, lui fit froncer les sourcils. Qu’est-ce que ça pouvait bien…-

BOUM

Ezelya se redressa d’un mouvement brusque, faisant voler sa couverture au sol. Dehors, des cris, des hurlements, et des gens tombant à l’eau. Étaient-ils attaqués ?!
Jin était sur le point de quitter la cabine, sabre en main.

《 -Jin ! Que se passe-t-il !? 》


Son ami se tourna à peine que de nouveaux cris, plutôt surpris cette fois, se firent entendre. Sans attendre une seule seconde, la jeune femme attrapa sa rapière et sortit en bousculant son ami. La scène lui arracha immédiatement un grognement de colère. Nagah était au bout du bateau, penchée au-dessus d’un homme qu’Ezelya identifia immédiatement comme étant Valion. Et bien sûr, plusieurs de ses hommes étaient tombés à l’eau, tandis que les autres les aidaient de leur mieux à remonter.

《 - STOP ! 》

La jeune demoiselle s’élança immédiatement vers Nagah, mais son ordre avant fusé trop tard. Valion avait lâché prise, et tombait vers l’eau. Sans qu’elle ne sache pourquoi, Ezelya s’engagea dans une course effrénée, et sauta sans une seule seconde d’hésitation dans l’eau froide. Cet homme lui avait sauvé la vie, même après avoir failli la lui prendre, et il était hors de question qu’un invité soit traité de cette façon sur son bateau. Sans attendre, elle trouva le corps de Valion, bien endommagé, de ce qu’elle en voyait, et attrapa son bras. Elle le tira alors vers elle, et le plaça sur le dos, de manière à ce qu’il puisse respirer. Tout naturellement, elle se déplaçait elle-même sans la moindre contrainte dans cette eau calme, mais elle s’inquiétait pour le jeune homme. Elle nageait depuis si longtemps que tout semblait naturel pour elle, surtout maintenant que Jin et Terron avaient fait d’elle une experte.

《 - Est-ce que tout va bien, Valion ? 》


La demoiselle attendit sa réponse, puis fit un signe de main à Jin. Qu’on leur envoie une corde, quelque chose ! Elle était leur capitaine, tout de même !
Bon, bien sûr, on ne la fit pas attendre, et une échelle de corde lui fut lancée. Elle l’attrapa lestement, et fit passer le jeune homme avant elle, par simple politesse, mais aussi parce qu’elle s’inquiétait un peu.
Quand elle fut enfin sur le pont, et qu’elle put soupirer, elle se permit d’analyser correctement la situation. Nagah était assis et regardait la scène de son œil de loup divin stupide, tandis que ses hommes remontaient lentement sur le pont, et lançaient des regards haineux au demi-dieu. Lentement, cependant, les regards se reposaient sur elle, et elle remarqua seulement à ce moment l’expression de Jin. Il la regardait comme si elle s’était renversé quelque chose dessus.
Et puis, évidemment, l’information monta doucement à son cerveau, qu’il faisait quand même vachement frisquet, et que le vent était un peu plus insistant que d’habitude… Sans même baisser les yeux, elle comprit le problème. Dans sa précipitation, elle n’avait bien sûr pas pris la peine de mettre de chemise, ce qui laissait uniquement les bandages pour protéger sa poitrine. Bandages, qui, d'ailleurs, recommençaient à se tâcher de sang. Le choc contre l'eau avait du rouvrir sa blessure, même si ce n'était pas là quelque chose de bien grave. Bon, heureusement elle avait un pantalon.

《 - Jin, rends-moi service et va me chercher quelque chose à me mettre. Ensuite, tu me feras plaisir, et tu donneras mon lit à l’autre blessé, qu’on le traite comme un égal. 》


Son ami ne discuta pas les ordres, et immédiatement, quelques hommes vinrent saisir Valion par les bras pour l’aider à rejoindre la cabine du capitaine. Le pauvre semblait bien endommagé, et elle ne voulait pas que son souvenir de la Reine soit une bataille inutile et des pirates indifférents. Sous la pression des regards de son équipage, elle se tourna enfin vers Nagah.

《 - Et toi, cher loup, laisse-moi mettre quelques choses au clair, et ce seront là mes premiers ordres pour ta divine personne. 》

Elle se permit une petite pause, et s’approcha du loup, pleine de son autorité de capitaine. Probablement que pour le demi-dieu, cette aura ne changeait rien, mais son équipage la sentait et appréciait de voir leur capitaine montrer son pouvoir.

《 - Mon bateau est une terre d’accueil, de fraternité et de respect. Je t’interdis de faire du mal à quiconque y est invité, ni à aucun membre de mon équipage, à moins qu’on me désobéisse. Et encore là, je ne veux aucun meurtre. Je me fiche que tu comprennes l’esprit qui anime mes hommes, mais je t’interdis de leur faire du mal. Tu es ici pour les protéger et nous aider à détruire nos ennemis, alors j’espère que tu comprendras mes ordres. En dehors de ce bateau, tu peux faire ce que tu veux, mais sur ces planches, je ne tolère pas les querelles ou la violence gratuite.  》

Ezelya soupira et se détendit, puis elle tendit sa main au loup en guise de paix, bien qu’il ne puisse pas vraiment la serrer.

《 - Maintenant… Puisses-tu pardonner ma réaction bien prompte à t’accuser. Peux-tu me raconter ce qu’il s’est passé, je te prie ? 》

La jeune femme s’approcha du demi-dieu et fit signe à son équipage de retourner à ses occupations. Elle organiserait probablement une fête dans la soirée, pour calmer les tensions et célébrer l’arrivée de renforts divins dans leurs rangs. Cependant, avant cela, elle voulait s’assurer que Valion irait bien, et elle voulait aussi parler un peu avec le loup.

Ah… Et une chemise. Une chemise ce serait bien aussi.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Lun 28 Mai 2018 - 21:54


S'il pensait s'en tirer avec un hématome dans le dos et des spasmes douloureux dans son bras, c'était malheureusement rêver. Le fils d'Aqua en rajoutait une couche, toujours, clamant haut et fort sa supériorité physique entièrement due à son ascendance divine. Tout ce qui parvenait aux oreilles du chasseur n'était que vantardise puérile, aussi il l'ignora tant bien que mal. Mais ne cessaient de le rappeler à l'ordre cette voix moqueuse et condescendante ainsi que les tremblements causés par cette foutue morsure et ses pauvres nerfs au bout de leur vie.

Alors quand, de surcroît, le demi-dieu se donna le droit de lui poser une question et d'en réclamer immédiatement satisfaction, Valion lui adressa un regard qui n'avait pas été aussi noir depuis des années. Il se contenta de le toiser et de l'envoyer mentalement paître pour l'avoir traité, -visiblement insulté, de sentimentaliste. Faible et vulnérable ? L'autre était surtout agacé de ne pas savoir à quoi elle servait quand lui, pauvre humain, détenait la réponse. Vu sa réaction, sa pensée semblait toucher juste, chose qu'il regretta instantanément pour n'avoir pu considérer des évidentes représailles.

Son corps heurta le pont dans un bruit sourd, étouffant en partie son cri de douleur à l'instant même de la rencontre. Complètement sonné, il n'eut pas l'occasion de freiner la traction qui s'opérait contre sa volonté. Le mouvement s'arrêta soudainement et il ne vit le Loup qu'une seconde, se tournant vers sa personne du haut de sa silhouette un peu floue, lui laissant à peine le temps d'envisager la suite des événements.

Ses réflexes le sauvèrent d'une seconde plongée en milieu marin, qu'il avait bien assez vu pour toute une vie après l'épreuve. Valion se rattrapa au rebord du navire de justesse. Son avant-bras meurtri lui fit cependant défaut et il ne resta accroché que par la force d'une main, au grand dam de son agresseur, qui lui demanda toujours aussi gentiment de lâcher prise. Dans un râle peu glorieux mais suffisamment digne d'un soldat blessé, le jeune homme tenta de se hisser. Mais son corps était trop faible, et sa jambe qui le lançait sans arrêt faisait tourner son esprit désorienté.

Un nouveau grognement le saisit quand les griffes du vile canidé se plantèrent dans sa seule attache. Il ne perçut ses remarques venimeuses que de loin et en saisit pleinement l'intention. Il n'allait pas abandonner une seconde fois.

L'ordre qui fusa parvint à percer ses sens engourdis par la souffrance. Il reconnut la voix d'Ezelya mais la pression se relâcha sur sa main au même moment. Le bois lui échappa sous l'effet de la surprise. Son corps percuta l'eau dans une secousse si brutale qu'elle le laissa sans défense contre sa chute vers le fond. Le froid lui envoya un électrochoc contrebalancé par une conscience trop amochée pour donner un ordre direct à ses muscles inertes.

Un étau se referma sur son bras gauche, que sa sauveuse avait déjà endommagé plus tôt, et il se sentit tiré vers la lumière, perdu dans un flot de bulles que son souffle ne maîtrisait pas. L'air envahit ses poumons d'un courant brûlant et il recracha le liquide intrus. Ce n'était qu'après avoir entendu sa voix qu'il reconnut Ezelya. Les rôles étaient inversés. Encore une fois, il se fiait au contact de sa peau contre la sienne. Quelle étrange poésie. Ses lèvres ne laissèrent toutefois échapper qu'un râle en guise de réponse.

On le remonta à bord. Il grinça des dents quand deux gaillards vinrent le soutenir pour le traîner il ne savait où. Sa vue restait floue. Il avait envie de se débattre mais n'en avait aucunement la force. Il avait la curieuse impression d'être en danger, probablement la manifestation de son instinct de survie. Et le torrent de la colère qu'avait à nouveau et si facilement déversé le demi-dieu en son sein.

Les environs s'assombrirent. Une porte s'ouvrit. Il se défit de l'étreinte qui l'oppressait soudainement et trébucha avant de se rattraper contre un meuble. Des voix s'élevèrent dans son dos, des incitations au calme apparemment. Il n'écouta pas et chercha frénétiquement quelque chose dans son sac. Son équilibre instable à cause de sa jambe peu fiable, il buta contre un autre type de bois et se retrouva assis sur un lit, sans trop comprendre mais capable de savourer cet appui salvateur.

Valion croqua deux gélules Anez enfin extirpées de son sac sans fond, maintenant qu'il s'était souvenu plus clairement de ce qu'il cherchait. Il releva un bout de son pantalon déjà déchiré et s'aperçut alors qu'il y avait quand même pas mal de sang, l'eau n'ayant suffi à laver définitivement cet affront. Il enleva son armure de cuir, puis sa chemise dans un geste rageur, pour envoyer valser la faiblesse dans laquelle le Loup avait tapé. Une pression sur l'épaule. On essayait de l'allonger. Il grogna comme un animal blessé, arguant tant bien que mal qu'il pouvait s'en sortir seul. Il n'avait pas envie de relâcher sa garde, de faire confiance, pas après l'assaut subi, la douleur si lâchement infligée.

Et pourtant son corps s'alourdissait de plus en plus, ses sens s'amenuisaient à mesure que la drogue magique faisait effet. Sa conscience bascula en arrière et la douceur des couvertures l'accueillit dans un soupir. Perdu dans les limbes de son esprit, il murmura avant de perdre connaissance, épuisé par les tourments de cette journée.

« Je suis désolé. »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Mar 29 Mai 2018 - 13:57

Le poids de la liberté

« Merde. » Ce fut le premier mot qui vint à l’esprit du loup quand il entendit une voix familière résonner non loin d’eux. Elle n’aurait pas pu dormir encore une bonne heure ou deux, celle-là ? Quoiqu’en y repensant, avec le bruit qu’avait fait le corps de Valion en s’écrasant contre le bâtiment, ce n’était finalement pas si étonnant de la voir réveillée. L’ordre qui fusa lui fit automatiquement rétracter ses griffes et se pousser sur le côté, abandonnant l’idée de faire davantage de mal à Valion. D’ailleurs, le Demi-dieu ne put empêcher un sourire narquois de venir orner ses babines quand il entendit enfin le « plouf » tant attendu. Attends une minute... Pourquoi le son du plongeon avait retentit deux fois ? Oh bordel, Ezelya ! Un peu paniqué pour le coup, le loup divin se pencha au-dessus du rebord, prêt à sauter pour aller récupérer son invocatrice. Dans son état, c’était un acte complètement inconscient que de se jeter à l’eau de la sorte !

Quand il vit les corps des deux humains remonter à la surface, il laissa échapper un soupir de soulagement puis retira ses pattes du rebord et s’éloigna pour retourner à sa place et s’y asseoir sagement, comme s’il se fichait éperdument de la situation alors qu’en vérité, ce n’était pas le cas. Lorsque son invocatrice refit surface, il faisait mine de nettoyer sa fourrure en se léchant pour la lustrer. Un comportement typique de je-m’en-foutiste. Il s’arrêta et leva les yeux quand il entendit des injures marmonnées à son propos provenant des pirates qu’il avait foutu à l’eau. Sa gueule s’entrouvrit et dévoila des crocs aiguisés, prêts à s’enfoncer dans la moindre parcelle de chair à leur portée. Un grognement accompagna ses mimiques gestuelles et des vagues vinrent s’écraser sur la coque du bateau. Ça ne pouvait pas être la marée haute, pas à cette heure, et pas avec cette violence. Pour une divinité soi-disant faible, Nagah semblait récupérer plutôt rapidement ses forces depuis qu’il était sorti. Peut-être était-ce parce qu’il se trouvait au beau milieu de son élément ?

Néanmoins, il finit par se calmer et - d’un soupir - stoppa net l’assaut des vagues sur le navire. Il leur règlerait leur cas plus tard, à ces andouilles au trois-quarts trempés. D’ailleurs, le regard desdits abrutis se détourna assez rapidement de la divinité d’Aqua - qui exposait ainsi son énervement sans remords à la vue de tous - pour se poser sur leur capitaine qui était... Ah oui, en effet. C’était assez transparent malgré les pansements. Bien que le Demi-dieu ne sache pas grand chose sur les humains, il lui avait suffi cette fois-ci de suivre le regard des hommes pour connaître la source de leur intérêt commun : la poitrine d’Ezelya presque mise à nue.

« - Et toi, cher loup, laisse-moi mettre quelques choses au clair, et ce seront là mes premiers ordres pour ta divine personne. » Elle était obligée d’étaler sa supériorité comme ça devant tous ses subordonnés ? Ces derniers ne manquèrent d’ailleurs pas de ricaner en voyant le loup divin se faire ainsi réprimander. « - Mon bateau est une terre d’accueil, de fraternité et de respect. Je t’interdis de faire du mal à quiconque y est invité, ni à aucun membre de mon équipage, à moins qu’on me désobéisse. Et encore là, je ne veux aucun meurtre. Je me fiche que tu comprennes l’esprit qui anime mes hommes, mais je t’interdis de leur faire du mal. Tu es ici pour les protéger et nous aider à détruire nos ennemis, alors j’espère que tu comprendras mes ordres. En dehors de ce bateau, tu peux faire ce que tu veux, mais sur ces planches, je ne tolère pas les querelles ou la violence gratuite. » Le loup s’inclina respectueusement à la fin du monologue de son invocatrice, se soumettant à sa volonté sans rechigner. Ezelya aurait pu réagir de manière bien plus stricte et autoritaire en le privant entièrement d’une quelconque forme de liberté, comme certains humains l’avaient sans doute fait avec ses frères et sœurs. Grâce au contrat qu’ils avaient passé ensemble, elle avait même la possibilité de traiter Nagah comme un parfait petit esclave si elle le voulait. Mais elle semblait plutôt vouloir entretenir une relation de respect mutuel avec son invocation. Et Nagah ne pourrait pas la blâmer pour ça. Bien au contraire, sachant cela, il ne pourrait la considérer plus digne d’être son invocatrice. Rares étaient ceux qui avaient sa chance.

- Si telle est ta volonté, je la respecterais, Ezelya. Répondit-il sincèrement, toujours dans la même position dite « soumise » aux yeux d’un autre. Il se redressa finalement et aperçut cette main tendue vers lui. Surpris, il lança un regard interrogateur à l’humaine, ne sachant pas réellement ce qu’elle attendait de lui. Il analysa la situation un instant en réfléchissant puis l’imita et tendit maladroitement sa patte dans sa direction. Qu'elle en fasse ce qu’elle veut, il avait au moins fait l’effort d’essayer de réagir dans son sens.

« - Maintenant… Puisses-tu pardonner ma réaction bien prompte à t’accuser. Peux-tu me raconter ce qu’il s’est passé, je te prie ? »

Elle s’exprimait avec un tel respect envers le Demi-dieu qu’il était difficile de lui en vouloir pour quelque raison que ce soit. Et puis, ses accusations n’avaient rien d’infondées car elles approchaient la vérité. Néanmoins, Nagah hésita sur la réponse à apporter. Devait-il lui donner la version brute ou nuancée des faits ? Dans tous les cas, il ne se voyait pas lui mentir car cette réaction viendrait à piétiner le début de confiance que l’humaine essayait d’instaurer entre eux.

- Hm... Finalement, l’explication allait s’avérer plus complexe à formuler qu’il ne l’aurait cru. En lui mentant, il perdrait cette confiance qu’Ezelya avait placé en lui mais s’il lui disait la vérité, elle serait sans doute tout aussi déçue par son comportement voire probablement énervée. Le fils d’Aqua lâcha un soupir, se préparant mentalement à se faire une nouvelle fois réprimander. Tu as dû t’en apercevoir, je n’aime pas Valion mais je ne me serais jamais permis de le tuer après ce qui s’est passé durant l’épreuve. Pendant que tu te reposais, nous avons eu un différend qui a tourné à l’affrontement. C’est moi qui l’ai attaqué et blessé. Mais rassure-toi, il n’a rien de grave, juste quelques hématomes et une ou deux morsures que je n’ai su retenir... Méritées, cependant. Quant à tes « compagnons » - pour le coup, il avait eu du mal à retenir le terme de « parfaits andouilles » - il ne s’agit que de malheureux dommages collatéraux qui ont terminé à l’eau durant notre confrontation. Car, comme tu peux le constater, je suis loin d’être petit et j’ai tendance à ne pas tellement prêter d’attention à ce qui m’entoure. Même s’il avait tenté de mettre un peu de tact et les formes dans son explication, quelque chose qui disait que son commentaire n’allait pas pour autant plaire à son invocatrice. Maintenant que tu as ton explication, j’aimerais qu’à ton tour, tu répondes à ma question. Il marqua une pause, attendant d’avoir son attention avant de reprendre. Que s’est-il passé entre toi et Valion ? Certes, il avait déjà posé la question à l’humain mais il voulait comparer les deux versions afin de vérifier qu’aucun élément ne lui avait échappé. Et puis, il ne dirait pas non s’il pouvait chopper quelques informations au sujet du point faible de Valion par la même occasion.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Jeu 31 Mai 2018 - 1:47



La jeune femme écouta respectueusement les paroles du loup. La situation était assez proche de ce que son cerveau endormi avait pu analyser. Un moment, elle eut envie de s'énerver et de crier sur le loup, mais comme pour un enfant, elle se doutait qu'une telle réaction serait inutile. À la place, elle soupira et hocha doucement la tête.

《 - Je comprends. Tu feras plus attention dans le futur, j'en suis sûre, maintenant que tu sais que ce genre de comportement ne sont pas les bienvenus sur ce bateau. 》

Elle se permit de lui sourire un peu, et accueillit sa question avec un autre hochement de tête. Il était parfaitement naturel qu'il veuille savoir ce qui s'était passé. Après tout, quelle coïncidence ça avait été, et quel bazar ça devait être pour le loup. D'un léger mouvement de tête, elle l'invita à le suivre au bout du navire, près du gouvernail. Comme le bateau était stable, personne ne traînait dans ce coin-là, et ils pourraient être plus au calme.

《 - Il n'y a pas grand chose à dire sur ce qu'il s'est passé entre Valion et moi. Il voyageait dans un bateau que j'ai attaqué, et... Comme ma soeur et moi-même avons été formées au combat il y a longtemps, j'ai reconnu chez lui un style plus proche de la milice ou de la garde dorée que les autres mercenaires. Je me suis dit qu'il donnerait du fil à retordre à l'équipage, et j'ai décidé de m'occuper de lui moi-même. Je pense que ça a été une rencontre intéressante. 》

Ezelya passa une main dans son cou, un peu incertaine de ce résumé. Effectivement, ça avait été une rencontre intéressante, qui l'avait fait réfléchir sur ses capacités de chef. Une longue réflexion avait suivi cette journée, et au bout de quelques jours, elle avait établi avec Jin un plan pour améliorer son autorité sur l'équipe. Le vieux pirate était une aide précieuse, vraiment.
En parlant du loup de mer -et non du demi-dieu-, elle aperçut son ami approcher avec une chemise blanche assez ample. Quand il fut assez près, elle le présenta au vrai loup.

《 - Nagah, je te présente Jin, mon ami et mentor. Il me conseille, me guide, et m'apporte des chemises propres. 》


Avec un sourire en coin, elle profita de ces mots pour attraper le vêtement et l'enfiler rapidement. Ce qu'il était bon d'être couvert !
Son vieil ami s'inclina respectueusement, le visage aussi fermé que d'habitude, et laissa s'échapper un "Ravi de vous rencontrer". Suite à quoi il repartit d'où il était venu. L'homme était taciturne et n'aimait pas les conversations inutiles, ce qu'elle comprenait parfaitement.
Ezelya s'étira doucement, puis massa sa blessure. Son esprit était relativement calme, et elle voulait absolument que tout se passe bien avec le loup. Il était important qu'ils commencent sur de bonnes bases, pour pouvoir se faire confiance. Après tout, s'ils comptaient se battre côtes à côtes, mieux valait qu'ils puisent se faire un minimum confiance. La demoiselle ne se voyait pas lui donner des ordres clairs et concis au milieu de chaque bataille.
Avec l’un de ses regards posés, elle observa le demi-dieu. S’il ne semblait pas le plus honnête des Invocations, il avait tout de même le mérite d’avoir une intelligence qui brûlait au fond de ses pupilles. Une flamme, ou une vague destructrice, qui montrait quelque chose de tapi, quelque chose de mortel… Elle avait hâte de voir de quoi il était capable, mais avait aussi un peu peur. Bien que le Pacte le force à lui obéir, elle craignait une perte de contrôle. Elle voulait semer le chaos, mais parfois la façon d’y parvenir n’était pas nécessairement dans la destruction.
Puis elle se secoua la tête. La journée avait été tellement chargée et lourde en émotions qu’elle se sentait perdue au fond d’elle-même. L’habituel torrent de haine qui la submergeait semblait s’être tu, et elle avait l’impression d’être vide. Elle aurait voulu se sentir libre de ses émotions négatives, mais comme si elle jouait aux équilibristes au-dessus d’un dangereux précipice, elle savait les ombres juste sous ses pieds. Au moindre faux pas, elle sombrerait à nouveau dans les ténèbres et la souffrance.

《 - J’ai bien compris que tu ne l’aimes pas, alors fais ce que tu veux, mais je pense que je vais aller voir comment va Valion. 》

La jeune femme se glissa de nouveau vers sa cabine, de sa démarche agile et tranquille. Sur ces planches, elle était aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau, et rien ne pourrait lui enlever cette assurance.
Quand elle mit le pied dans la cabine, elle put voir son médecin dans un coin, qui finissait de ranger son matériel. Elle s’enquit de l’état du patient d’une voix douce, pour ne pas réveiller le jeune homme.

《 - Il n’était pas au meilleur de sa forme, mais on a vu pire. Quelques bandages et une potion, ça arrange tout. Il devrait se réveiller bientôt. 》


La demoiselle le remercia. Formé par Ari lui-même, son médecin était tenu par la promesse qu’il avait fait à son frère de ne jamais rien faire qui puisse révéler l’identité secrète de la noble Ezelya Kor’lenter. Au début, il ne lui faisait pas confiance, et détestait l’ambiance du navire… Puis il avait fini par s’attacher à ses patients, et s’était fait sa petite réputation de médecin ronchon mais avec le cœur sur la main. On l’aimait bien, par ici, et elle était sûre que c’était réciproque.
Silencieuse, la pirate prit place sur un petit tabouret placé près de lui, celui sur lequel Jin s’était probablement assis pendant qu’elle dormait, et en feuilletant les plans de son vieil ami, elle attendit le réveil du blessé. Elle voulait être celle qui l’accueillerait à son réveil, loin des regards de ses matelots, ou des possibles remarques du demi-dieu. Après tout, il aurait besoin de calme, surtout avec ce qu’il venait de se passer.
Au bout d’un moment, le jeune homme ouvrit les yeux, et elle se redressa, pour lui adresser un regard calme. Elle ne lui sourit pas, elle n’en avait plus vraiment envie, mais ne se montra pas hostile. Au contraire, elle posa même sa main contre son bras, se voulant rassurante.

《 - Est-ce que tout va bien ? Mon médecin s’est occupé de toi, alors tu devrais te rétablir vite… 》

Elle soupira, puis le relâcha, pour lui donner de l’espace. Quand il eut répondu, elle se permit de lui demander ce qui lui trottait dans la tête. Elle s’en voulait de le brusquer, mais elle ne voulait pas qu’un problème reste irrésolu sur son navire.

《 - Pourrais-tu me raconter ce qu’il s’est passé tout à l’heure ? 》

Bien sûr, loin d’elle l’idée de douter des paroles de Nagah. Il avait paru sincère, et elle s’en serait voulu de ne pas lui faire confiance alors qu’elle n’avait aucune raison particulière de douter. Cependant, les choses pouvaient être bien différentes, d’un point de vue à l’autre….



▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Jeu 7 Juin 2018 - 15:37


Absorbé dans les prémices d’un sommeil désespérément nécessaire, le chasseur ne fut que très peu conscient de l’agitation autour de lui. Il se força à avaler le contenu du verre proposé à ses lèvres avant de retomber dans les limites de l’inconscience et la chaleur des couvertures. Guidé par les objets magiques aux propriétés médicinales, le chemin était tout tracé pour son corps fatigué et son mental éprouvé.

Il finit toutefois par regagner une maigre conscience de son environnement, avant d’entrouvrir un œil plus ou moins éveillé. Le contact avec une présence étrangère le ramena plus vivement à un état alerte, avant de réaliser qu’il s’agissait d’un bandage sur sa jambe. Pourtant la sensation ne l’avait pas quitté. Son regard encore un peu brumeux se porta alors sur son bras. En relevant doucement la tête, il put voir que cette douce pression venait d’Ezelya, la capitaine pirate. Sans comprendre son geste, il n’en était pas moins apaisé, étrangement. Son visage ne témoignait pas grand-chose d’autre, pas de repère particulier auquel il pouvait se fier, et ferma donc les yeux pour se concentrer sur cette seule attache.

L’ancien soldat eut un rictus en entendant la question de la jeune femme et ouvrit immédiatement les paupières pour chercher son regard dès qu’elle rompit le lien. À la fois soulagé et perturbé, il put néanmoins se concentrer sur son état physique. La douleur s’était presque entièrement tue, grâce à une guérison magique précoce. Il allait pourtant devoir se ménager plusieurs jours afin ne pas rouvrir ses plaies. En revanche, ses muscles endoloris ne cessaient de l’inviter à se rallonger. La fatigue certainement. Mais cela devrait attendre, la présence de la maîtresse du navire avait déclenché bien des interrogations à son sujet. Et il ne pouvait décemment pas laisser passer l’occasion de les lui poser.

« Ça va mieux, merci. Il faudrait que tu me présentes ton médecin, que je puisse le remercier personnellement. »

Il n’eut pas le temps de lui retourner la demande qu’elle l’assaillit avec une nouvelle question. La scène se rejoua devant ses yeux, avec la désagréable image du fils d’Aqua et ses violentes mesquineries. Valion lâcha un lourd soupir et se redressa. Il grimaça quelque peu devant l’effort à fournir mais atténua les tensions de ses membres en se repositionnant lentement. Comment présenter la chose sans avoir l’air ridicule ? Secouant la tête, il agrémenta ses propos d’un autre soupir, plus léger :

« Le Loup m’a volé quelque chose de précieux. J’ai essayé de le récupérer. Je n’aurais probablement pas dû me jeter dans cette stupide querelle. »

S’ensuivit un rictus agacé, peut-être plus envers sa personne que le fils d’Aqua, finalement. Même s’il ne pouvait en aucun cas tolérer qu’une telle force soit régie par un caractère totalement puéril. Et ce qui l’énervait peut-être encore plus, c’était d’être impuissant face à cela. Impossible à raisonner, impossible à soumettre, le capricieux prince des océans n’en faisait qu’à sa tête. Il espérait seulement qu’Ezelya puisse s’en sortir avec lui. Pourquoi d’ailleurs ? Qu’est-ce qui l’intriguait autant chez cette femme ?

Plongé dans ses pensées, il réalisa soudainement qu’il était observé d’un œil curieux. Il leva les yeux au ciel et se permit un sourire en coin, amusé par l’intérêt que semblaient avoir suscité ses propos.

« Il s’agit d’une pierre de télépathie. Son double appartient à une enfant d’Ignis, à qui je tiens énormément. Elles nous permettent de communiquer, qu’importe la distance qui nous sépare. »

Il arqua un sourcil, l’air de demander s’il avait pu satisfaire la curiosité de la capitaine. Il l‘espérait, car il n’avait étrangement pas envie de s’attarder sur le sujet. Peut-être pour ne pas mêler Sarabi à tout ceci ? Pour préserver son lien avec elle ? Pour se protéger ? Quoiqu’il en soit, il préféra rebondir avant que la question ne soit creusée.

« Mais tu ne m’as pas dit comment toi tu allais. »

Puis son regard s’assombrit en tombant sur l’abdomen de la pirate, désormais dissimulé sous ses vêtements. Il n’avait jamais perdu le contrôle auparavant, il n’avait jamais éprouvé autant de rage dans un combat, autant l’envie de terrasser ses ennemis. Il avait eu envie de la tuer en ce fameux instant, et même s’il préférait ne pas y penser, au fond ça l’effrayait. Mais maintenant qu’il plongeait son regard bleu dans l’océan calme qu’était celui d’Ezelya, il n’éprouvait plus aucune animosité, et n’y voyait dans le sien aucune trace non plus. Pourtant, leur surface restait profondément trouble.

Valion écouta sa réponse un peu distraitement. Entre les regrets qui l’habitaient et qu’il ne savait comment exprimer, et l’incertitude planant au sujet de la jeune femme, il était confus. Ses actes et ses propos rentraient parfois en contradiction, l’induisant sans cesse en erreur. La danse qu’elle menait semblait bien solitaire, et il ignorait sur quel pied il devait s’appuyer pour y participer. Plus qu’un affrontement, c’était un échange retors, et il ne savait quel position adopter, ni comment la considérer.

Elle avait dit n'être qu'une mer tumultueuse, dont le caractère destructeur recrachait le corps de tout ceux qui se trouvaient sur son chemin. Mais le forgeron avait côtoyé la mer plusieurs fois ces derniers temps, et elle était loin de se résumer à cet aspect. Après quelques minutes de silence, il osa finalement poser, à son tour, la question qui le taraudait.

« Qui es-tu Ezelya ? »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Sam 9 Juin 2018 - 22:41



Il allait bien. Bien qu'elle ne se permettait plus de douter des talents de son médecin, elle était tout de même soulagée. Après tout, le jeune homme était sous sa responsabilité, et si Nagah lui avait fait... trop de mal... Elle aurait été responsable. Pas que la mort d'un homme soit le genre de chose à lui peser sur la conscience, mais cet homme-là lui avait sauvé la vie alors qu'il aurait très bien pu la finir. Elle lui devait bien sécurité et confort. Au moins sur son navire.
Toute posée, elle écouta Valion raconter sa partie de l'histoire, qui fut très brève. Un objet volé ? Elle haussa un sourcils. À son souvenir, le loup n'avait rien mentionné de tel. Elle retint un soupir, mais considéra tout de même que le demi-dieu n'avait pas vraiment menti. Il ne lui avait pas tout dit, mais il ne lui avait pas caché la vérité. Si elle avait été plus insistante, en lui demandant la cause de la dispute, il lui aurait probablement dit.
À moins qu'elle ne soit trop naïve. La confiance qu'elle accordait au loup était peut-être trop grande, mais... La fatigue, la douleur, la retombée de l'adrénaline... Elle n'était pas fait pour une vie aussi pervertie. Elle n'était pas faite pour se méfier de tout... Et pourtant, elle ne pouvait s'y dérober, si c'était le prix à payer pour retrouver sa famille. La fatigue qui pesait sur ses épaules était dure à supporter, et la forçait à s'imaginer de nouveau dans une petite vie tranquille. Pendant quelques secondes, elle se prenait à croire qu'elle aimerait revenir à une vie rangée... Puis elle se rappelait que la rage en elle reviendrait tôt ou tard, dès que la fatigue disparaîtrait. Et à ce moment, la vie de campagne ne lui suffirait plus.
Elle doutait pouvoir un jour revenir à quoi que ce soit de normal, en fait.
Sous le poids de son sourcil arqué, Valion lui expliqua que l'objet volé était une pierre de télépathie, reliée à une fille d'Ignis. Étrangement, elle ne trouvait pas étonnant que le jeune homme ait des relations si spéciales. Elle se demandait tout de même si la fille d'Ignis était liée à lui en tant qu'Invocation. Peut-être la gardait-il loin de lui pour une raison particulière, et souhaitait communiquer avec elle. La jeune femme se garda pourtant toute question. Elle ne voulait pas que le sujet dérape, et elle aurait bien d'autres occasions pour satisfaire sa curiosité. Du moins elle l'espérait.
Quand le blessé posa à son tour une question, elle se contenta d'un haussement d'épaules.

《 - J'ai déjà connu pire. Ce n'est pas comme si j'avais été à un souffle de la mort, après tout. 》


La plaisanterie lui arracha un sourire. Elle se trouvait très drôle, même si elle se doutait que la blague serait probablement moins amusante pour le jeune homme.
Étrangement, il ne réagit pas. Il semblait distrait, et elle se doutait qu'il pensait à la blessure. Au moins en partie. Sans rien dire, et retrouvant son expression vide, elle le laissa prendre le temps de réfléchir, et de formuler ce qu'il aurait éventuellement à dire. Il lui arrivait souvent de s'asseoir près de ses matelots, sans un mot, en attendant qu'ils se confient sur leurs doutes, et leurs peurs. En quelques sortes, elle sentait une sorte de familiarité dans la situation. Valion semblait troublé, et elle voulait savoir pourquoi. La plupart du temps, la seule raison pour laquelle elle cherchait à connaître les doutes de son équipage était pour éliminer leurs possibles faiblesses. En ce moment, c'était peut-être un peu par habitude, mais aussi parce qu'elle s'inquiétait. Elle se demandait ce que le jeune homme pensait.
La question, quand elle fut posée... L'étonna.
Qui était-elle ?
La réponse facile aurait été la plus rapide, mais aussi la plus stupide. Valion savait qui elle était. Ezelya, une pirate, une femme étrange...
Elle plongea son regard dans le sien, calme, mais aussi légèrement mélancolique. Elle n'était pas sûre de se sentir mal-à-l'aise comme elle l'était d'habitude quand il s'agissait de parler d'elle-même, mais... On ne pouvait pas dire qu'elle était confortable, dans sa position actuelle. Sans rien laisser transparaître sur ses traits, elle se permit de commencer une réponse. Une ébauche de confession... Un brouillon. Elle croisa la jambes pour appuyer ses propos.

《 - Je suis... Une mère. 》

Dans son crâne, ce fut comme un éclair frappant l'eau à ces mots. La tempête, qui s'était calmée, reprit avec ardeur au fond d'elle-même, comme des fragments de souvenirs remontaient à la surface. Elle sentit l'eau jouer avec son coeur, l'engloutissant dans les remous, et le battant contre les courants. Une autre noyade se joua en elle, sans que rien ne paraisse à l'extérieur. Ce ne fut que lorsqu'elle maîtrisa les flots qu'elle se permit de continuer, d'être plus précise... Au risque de chavirer de nouveau. Dehors, le bruit de l'eau contre le bois du navire lui donnait du courage, et l'intimité de la cabine était réconfortante.

《 - Je ne cherches plus la pitié. Ni le pardon. 》

Elle ne savait pas trop où elle voulait amener le sujet. Comme en plein large, elle naviguait entre les récifs, sans avoir choisi sa destination. Elle n'était pas sûre de vouloir confier quoi que ce soit à Valion, mais il lui avait posé cette question et... Peu de gens l'avaient fait.
Bien sûr, elle se sentait faible, de faire toute une histoire d'une si petite question. Après tout, elle était ce qu'elle était, peu importent les avis d'un jeune inconscient qui ne savait contrôler sa rage... Elle n'avait de compte à rendre à personne, et ceux qui comptaient pour elle savaient tout de son passé. Alors pourquoi se sentait-elle sur le point de tout dire à un inconnu ? Le fait qu'ils aient partagés une épreuve aussi puissante et traumatisante que celle du demi-dieu ? Le fait qu'il lui ait sauvé la vie ? Le fait que le destin semble résolu à emmêler leurs chemins ?
Peut-être que toutes ces raisons la poussaient près de Valion, comme vers une bouée de sauvetage.

《 - Comme plusieurs méchants pirates dans les livres, j'ai une histoire triste derrière moi, et un but devant moi. 》

Avec un soupir, elle laissa un mince sourire éclairer ses lèvres, pour lutter contre la douleur en elle.

《 - Je suis juste une mère, Valion. Une mère qui cherche à retrouver sa famille. 》


Doucement, elle se redressa, incapable de supporter le poids de cette vérité qui se répétait en boucle dans sa tête. Elle savait très bien quels étaient les faits, mais énoncés à voix haute, ils devenaient encore plus cruels. Elle avait honte. Honte d'être incapable de faire quoi que ce soit correctement. Honte de ne toujours pas avoir retrouvé la trace de sa famille. Honte d'être là où elle était. Lentement, elle inspira, pour refouler la peine, et s'éloigna de Valion. Elle n'était pas sûre de pouvoir supporter un regard de sa part. Elle avait sans doute dépassé les bornes... En avait trop dit.
Alors elle s'approcha de la porte, et se tourna une dernière fois, sans le regarder, mal-à-l'aise.

《 - Et ça me rend folle... 》

Elle expira, délivrée de cet aveu qu'elle s'était répété au moins cent fois dans sa tête. D'un coup, elle se sentait mieux, plus en confiance. La folie était, après tout, une excuse formidable, qui répondait à tout.
Avec un sourire plus froid, elle quitta la cabine, considérant qu'il valait mieux laisser le temps au jeune homme de digérer les informations.

《 - Rejoins-nous sur le pont quand tu te sentiras en mesure de te lever ! 》


Elle lui adressa ces paroles à la va-vite, et referma la porte derrière elle. L'air marin l'assaillit aussitôt, et elle huma avec délice le sel et l'humidité. La tempête qui alimentait son corps avait été remise en marche par sa confession, et elle se sentait prête à fêter toute la nuit, pour oublier son humanité. Tout pour l'éloigner d'un coin tranquille, d'un feu et du bruit de la mer calme. Elle avait besoin de bruit. De beaucoup de bruit. Tout ce qui pourrait noyer le boucan infernal que faisait son crâne.
D'un pas léger, elle rejoignit Nagah, installé un peu plus loin.

《 - Le blessé va bien, si tu te poses la question. Par contre, tu me feras le plaisir de lui rendre sa pierre, cher demi-dieu. Pas que je sois fondamentalement contre le vol, mais encore une fois, pas sur mes planches, d'accord ? 》

Elle lui sourit, avec un regard qu'elle voulait complice.

《 - Enfin bref. Ce n'est qu'un détail, non ? Tu comptais probablement lui rendre de toute façon, quand tu t'en serais lassé. Alors ? Quelque chose te tente ? Valion devrait nous rejoindre bientôt, mais en attendant... On peut en profiter. 》

Elle resta volontairement évasive, ne sachant pas trop ce qui plairait au loup. Voudrait-il nager ? Tuer ? Explorer ? Elle ne se sentait pas trop mal, malgré la blessure, alors peu importe ce que Nagah aurait en tête lui plairait probablement. Elle sentit pourtant important de spécifier une petite chose.

《 - Tout le monde est heureux de te savoir à bord, alors une fête sera organisée ce soir. Libre à toi de te joindre à nous ou non, mais ce sera sans doute amusant. 》


Elle ne savait pas trop si "boire à n'en plus finir et parier sur l'issu des seuls combats autorisés sur ses planches" serait une activité agréable pour un demi-dieu, mais autant proposer. Et puis... Elle lança un regard vers sa cabine.
Avec Valion dans les parages, elle n'était pas sûre qu'elle se laisserait aller à "boire à n'en plus finir".



▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Lun 11 Juin 2018 - 22:00

Le poids de la liberté

Aux remarques de l’humaine, le loup divin ne put qu’acquiescer d’un hochement de tête. Il n’allait tout de même pas se mettre à lui faire des courbettes à chaque fois qu’elle lui reprochait ses actes et qu’il devait donc se faire pardonner. La première fois, il l’avait simplement fait pour mettre les choses au point et lui prouver qu’il respecterait ses choix ainsi que les ordres qu’elle pourrait lui donner, car il serait de toute façon contraint, tôt ou tard, de s’y plier. Les explications au sujet de sa rencontre avec Valion suivirent les précédents reproches. Et finalement, on ne pouvait pas dire que la déclaration de son invocatrice fut plus enrichissante que celle de son prédécesseur. Il avait juste appris une information qui, pour le moment, ne semblait pas avoir une grande importance : Ezelya avait une sœur. Peut-être faudrait-il qu’il envisage de se renseigner plus en détails sur la famille de cette dernière ?

« - Nagah, je te présente Jin, mon ami et mentor. Il me conseille, me guide, et m'apporte des chemises propres. »

A l’énonciation de la dernière qualité du pirate, le loup divin esquissa un mince sourire qui passa presque inaperçu. Il faut dire qu’il s’était empressé de le cacher, surtout lorsque l’homme se présenta à lui en usant d’une certaine forme de respect, ce que le Demi-dieu apprécia particulièrement. Aussi, il inclina doucement la tête en guise de salutation et regarda Jin partir aussi rapidement qu’il était arrivé. Cet homme - après Ezelya - devait bien être le seul à le regarder avec respect sur ce bateau. Les autres... Eh bien, ils ne semblaient pas encore avoir totalement digéré leur baptême de natation forcé. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce qu’ils regardent de travers le responsable du chaos qui s’était emparé du navire pendant un court laps de temps.

« - J’ai bien compris que tu ne l’aimes pas, alors fais ce que tu veux, mais je pense que je vais aller voir comment va Valion. »

L’espace d’un instant, Nagah fut tenté par l’envie de lui dire qu’il n’était pas à l’article de la mort et qu’elle ferait mieux de ne pas trop lui tourner autour, que sa présence l’affaiblissait et qu’il n’était qu’un boulet dont il faudrait se débarrasser le plus rapidement possible. Néanmoins, la seule chose qui franchit ses babines fut un soupir las. En agissant de la sorte, il avait une chance sur deux pour que la pirate ne se retourne contre lui en l’insultant. Ou pire encore, qu’elle ne s’allie définitivement à cet imbécile heureux qui aurait tôt fait de l’influencer et de transformer sa pirate - assoiffée de vengeance et de destruction - en une femme attentionnée et pacifique. Non mais vous imaginez le cauchemar que ça serait ? Lui qui avait choisi Ezelya pour son âme tourmentée, dévorée par la haine... Il était inconcevable d’en arriver à ce résultat. Non, non et... encore non ! Semer le chaos et la destruction, c’était ça la promesse que son invocatrice lui avait faite et c’était à cette perspective qu’il voulait se destiner. Ça et rien d’autre.

Face à sa solitude, le loup divin regarda son invocatrice s’éloigner silencieusement. Lorsque celle-ci fut hors de son champ de vision, il se leva et gagna la poupe du bateau, appuyant ses pattes avant sur le rebord de l’embarcation pour observer l’horizon. L’air marin s’engouffra dans ses poumons alors qu’il respirait profondément. Il avait besoin de se calmer, de se changer les idées et de ne plus penser à ces foutus humains qui le rendaient à moitié taré. Fermer les yeux et sentir le vent qui venait plaquer sa fourrure contre sa peau lui redonna bien vite le sourire. Même s’il n’avait ni les pattes, ni le corps immergé, il se sentait malgré tout assez bien parce qu’il se trouvait au milieu de son élément. Il resta ainsi un long moment, profitant de l’éphémère tranquillité qui régnait sur le bateau pour savourer pleinement cette « liberté » qui s’offrait à lui. Bien qu’il soit lié à son invocatrice, il savait qu’en respectant ses choix, Ezelya ne le briderait pas, qu’il serait libre d’aller et venir à sa guise et d’agir comme bon lui semblerait.

Perdu dans ses pensées devant cette mer au teint azuré, le Demi-dieu ne cacha pas sa surprise de voir revenir son invocatrice aussi rapidement. Se serait-elle disputée avec Valion ? A moins que ça ne soit le temps qui soit passé trop vite au goût du loup divin ? Non, elle ne semblait pas être particulièrement remontée donc ça devrait être la seconde option. C’est vrai qu’après avoir passé autant de temps enfermé, il avait dû perdre toute notion du temps. Dans sa cellule, les secondes se changeaient en minutes, les minutes en mois et les mois en années... Et pour un Demi-dieu qui était censé vivre éternellement, la patience était devenue - avec le temps - une incommensurable torture.

« - Le blessé va bien, si tu te poses la question. Par contre, tu me feras le plaisir de lui rendre sa pierre, cher demi-dieu. Pas que je sois fondamentalement contre le vol, mais encore une fois, pas sur mes planches, d'accord ? »

Le contraire aurait été surprenant. Ce n’était pas comme si il avait cherché à le vider de son sang en s’attaquant à une artère non plus. Et voilà qu’en plus, il apprenait que Valion avait joué sa victime devant Ezelya pour qu’elle fasse en sorte de restituer la pierre à son propriétaire. C’était tout bonnement pitoyable. Agacé par le comportement de l’humain, le loup géant hocha néanmoins la tête à la question de son invocatrice. Il avait bien compris qu’il lui faudrait réprimer tout comportement destructeur ou agressif sur le navire mais ce n’était pas un ordre particulièrement restrictif, et donc pas non plus tellement gênant à ses yeux.

« - Enfin bref. Ce n'est qu'un détail, non ? Tu comptais probablement lui rendre de toute façon, quand tu t'en serais lassé. Alors ? Quelque chose te tente ? Valion devrait nous rejoindre bientôt, mais en attendant... On peut en profiter. »

Il la lui aurait rendu sans hésiter si cet idiot avait répondu à ses questions dès le début. Même s’il fallait reconnaître que Nagah avait complètement manqué de tact sur ce point. En effet, il avait agressé et insulté Valion pour obtenir des réponses et ce comportement ne lui avait valu qu’une profonde exaspération et quelques insultes de la part de l’humain. L’air de rien, il aurait pu lui dire qu’il essayait de l’aider à mieux maîtriser sa haine et sa colère, comme demandé durant l’épreuve. Mais ce genre d’argument l’aurait très certainement irrité plus qu’autre chose.

- En fait, je voulais juste savoir pourquoi il semblait tant y tenir. Confie t-il en poussant un soupir. Te l’a t-il dit ? Avec un peu de chance, Ezelya savait quelque chose et le lui dirait. Ça lui éviterait de devoir entamer une nouvelle discussion épineuse avec Valion. La réponse de son invocatrice le laissa un brin perplexe. Une pierre de télépathie ? Et ça fonctionne comment ? Demanda t-il, assez curieux pour le coup. Les informations d’Ezelya l’amenèrent à lui poser une dernière question. Et sais-tu qui détient l’autre pierre ? La réponse le laissa sur le cul. Une invocation ? Pourquoi avait-il choisi de donner la deuxième roche à une invocation plutôt qu’à un membre de sa famille ? Hm, je vois. Je la lui rendrais dès qu’il nous rejoindra, dans ce cas. Conclut-il en perdant son regard vers l’horizon jusqu’à ce que la voix de son invocatrice capte à nouveau son attention. Hm ? Eh bien... Je... J’aimerais aller nager un peu. Voudrais-tu venir avec moi ? Enfin, si ton état te le permet. Il n’avait pas demandé ça par politesse mais simplement parce que ça lui permettrait de « tisser » un lien plus fort avec Ezelya. Après tout, au plus elle lui ferait confiance, au plus il pourrait profiter de sa liberté, même si la jeune femme ne semblait pas disposée à le restreindre plus que nécessaire.

« - Tout le monde est heureux de te savoir à bord, alors une fête sera organisée ce soir. Libre à toi de te joindre à nous ou non, mais ce sera sans doute amusant. »

Une fête en son honneur ? Après ce qui s’était passé plus tôt, le Demi-dieu doutait d’être apprécié à sa juste valeur par les compagnons de son invocatrice. Pour eux, il était plus proche de la boule de poils incontrôlable qui sème le chaos partout où elle passe, plutôt que d’une aide providentielle. De plus, il doutait de se sentir à sa place, entouré des êtres qu’il détestait. Enfin, il devrait tôt ou tard s’accommoder de leur présence puisqu’ils étaient sous les ordres d’Ezelya, tout comme lui.

- Heureux, hein ? J’ai plutôt l’impression qu’ils préféraient me voir nager à dix mille lieues d’ici. Mais soit, je viendrais peut-être. La curiosité du Demi-dieu l’emporterait très certainement sur l’amertume des pirates qu’il avait malmené.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite Mar 19 Juin 2018 - 4:35



Une petite nage ? Bon, Ezelya n'avait sans doute pas les capacités de son Invocation, mais l'idée lui semblait plutôt attirante. Après tout, la mer était son élément, et elle adorait y nager. Ses quelques expériences dans l'eau de la journée auraient pu la décourager, mais elle se sentait en confiance. Elle avait un loup divin avec elle, et l'eau avait le don de la calmer, alors comment refuser ?
Cependant, avant d'accepter, elle prit la peine de répondre au regard et aux paroles qu'avait eus Nagah après qu'elle lui ait annoncé la fête.

《 - Bon, peut-être qu'ils t'en veulent un peu pour les... vols plannés par dessus bord, mais peu importe. Avec toi, nous arriverons enfin à nous faire une place dans le monde de la piraterie. C'est un moment qu'on attend depuis... quelques temps. 》

Elle sourit au loup, toujours secouée par ses confessions de plus tôt. Sans qu'elle ne le veuille, son esprit retournait sans cesse vers ce moment, et ce qu'elle avait dit. Une obscurité inquiétante s'emparait de ses souvenirs, et elle détestait sa faiblesse. Comment avait-elle pu dire tout cela ? Et pourquoi ?
La pirate serra les dents, jusqu'à les faire grincer, puis plongea son regard vers l'horizon.

《 - Une petite baignade ne fait de mal à personne, et ça fait un moment que je ne suis pas allée nager à proprement parler. 》


Sa blessure lui semblait soudainement comme de l'histoire ancienne. Une simple égratignure qui n'effleurait même pas la vraie douleur qu'elle devait endurer chaque fois que son esprit se jouait d'elle. Parfois, comme beaucoup d'autres, elle s'aidait de la douleur physique pour se rappeler qu'elle était encore vivante. Nager jusqu'à ne plus avoir de force, c'était clairement son genre, surtout quand l'éventualité d'une noyade semblait laisser pointer le bout de sa queue.
D'un mouvement de la main, elle fit signe au loup de la suivre, et le conduisit sur la plage, hors du champ de vision de l'équipage. Elle sentait qu'il leur fallait être seuls, sinon le loup ne se dévoilerait pas. Peut-être était-ce seulement une impression, probablement même, mais à son souvenir, c'était ainsi que marchaient les gens renfermés. L'idée ne s'appliquait peut-être pas à un demi-dieu... Au moins on pouvait dire qu'elle essayait, ce qui était louable.

《 - Plus loin par là-bas il y a de petits récifs. Je ne suis pas aussi rapide que toi, mais en longeant la côte puis en continuant vers le sud, on trouve quelques endroits plutôt agréables à moins d'une petite heure de nage. 》

La jeune femme attendit que Nagah fasse une remarque sur sa proposition, puis baissa les yeux sur sa chemise. On venait de lui en donner une autre, alors pas question de la mouiller.
Sans vraiment faire attention au regard du loup -c'était un loup, après tout-, elle la retira. Elle voulut faire de même avec son pantalon de toile, mais cela lui semblait peut-être un peu trop... déplacé... Bon, le pantalon serait mouillé, rien de bien grave.
Lentement, elle commença à marcher dans l'eau. Elle ne l'avait pas remarqué plus tôt, sans doute à cause de l'adrénaline, mais la Téthys était plutôt froide aujourd'hui... Rien de particulièrement méchant, cependant la pirate commençait à s'impatienter du retour de l'été.
Un pied après l'autre, elle pénétra dans les eaux claires. La mer caressa d'abord ses jambes, puis ses cuisses, et enfin son bassin. Quand elle fut à moitié immergée, elle se tourna vers Nagah, qui la regardait faire.

《 - Alors ? Tu viens ? 》

Elle lui avait dit cela comme s'il traînait de la patte, mais dès qu'il s'avança dans l'eau, il la rattrapa en quelques secondes. Son aisance était... divine. Rien d'étonnant, en soit, mais la jeune femme était tout de même satisfaite de le voir aussi à l'aise.

《 - Tu sais, l'eau n'a pas toujours été mon chez moi, loin de là, mais depuis que je navigue, je ne vois pas comment je pourrais me passer de la mer. 》

Après ses confessions de plus tôt, elle ne se sentait pas des plus confortables d'en divulguer sur elle-même, mais elle sentait que c'était quelque chose à faire. Pourtant, la naïveté gratuite ne semblait pas non plus être dans le registre du loup.

《 - Enfin, arrête-moi si je ne t'intéresse pas, bien sûr. Je ne verrais aucun problème à garder tout ça pour moi. 》

Elle accompagna la remarque d'un sourire en coin. Elle essayait de la jouer le plus honnêtement possible. Selon elle, il n'y avait aucun intérêt à mentir au demi-dieu, ni de faire semblant d'être quelqu'un qu'elle n'était pas. Elle voulait qu'il se sente en confiance, oui, mais pas de là à jouer un rôle. Il devait comprendre quel genre de personne elle était, et ainsi l'accepter, et se battre à ses côtés.
L'oreille attentive, elle continua sa marche, laissant le courant jouer contre sa poitrine, puis contre sa mâchoire. Lorsqu'elle n'eut plus pied, elle se commença à se maintenir à la surface grâce à de larges mouvements de bras. La douleur de sa blessure se faisait insistante, mais elle décida de l'ignorer quand même.

《 - Si tu n'y vois pas d'inconvénients, on devrait commencer à y aller. 》

Sans attendre d'autres paroles du demi-dieu, elle plongea tête la première et commença à nager. Sa nage était silencieuse, et d'un rythme modéré. Tandis que ses jambes battaient sous l'eau, ses bras exécutaient de longues rotations hors de l'eau pour finalement la couper sans un bruit. Elle avait longuement pratiqué sa technique, et sans se baser sur la rapidité, elle était plutôt satisfaite de l'aisance qu'elle avait acquise dans cet élément si hostile aux humains.
Les oreilles remplies d'eau, elle n'entendait que le son de sa respiration et de son corps. Malgré que le moment soit supposé être dédié à un tissage de lien, elle ne faisait pas attention au loup, trop plongée dans ses mouvements et dans ses respirations régulières. Finalement, au bout d'une petite heure, et comme prévu, elle aperçut les récifs dont elle avait parlé à Nagah.
La suivait-il ? Aucune idée, mais elle mit cap sur les petites formations rocheuses. Certaines, plutôt plates, avaient une once de végétation, et il était agréable de s'y asseoir. Un peu essoufflée, elle prit un moment pour se reposer, et pour scruter l'eau. Le demi-dieu n'était pas très loin, elle le sentait, mais elle n'arrivait pas à le décerner entre les vagues.
Peut-être était-ce le moment d'utiliser ce fameux lien pour l'appeler ?
Se concentrant très fort sur cette nouvelle sensation qu'était le pacte, la demoiselle ferma les yeux, et sa voix intérieur chuchota le nom du loup. D'abord très doucement, comme pour ne pas le déranger, puis d'une façon qui lui semblait plus naturelle. Un ton enjôleur qu'elle affectionnait, qui ne sonnait aucunement comme un ordre, mais qui ne laissait pas de place au doute quant à ce qu'elle désirait.

《 - Viens, Nagah. 》


Elle aurait pu s'étonner de le voir alors surgir des eaux, mais elle l'avait senti.

《 - Excuse-moi, je voulais simplement essayer. J'espère que je ne t'ai pas dérangé ? 》

Sans vraiment s'en rendre compte, elle était sincère. Elle ne voulait pas le mettre dans l'inconfort, ou le déranger alors qu'il reprenait cette liberté qu'il devait tant aimer. Avec un soupir, elle essaya de changer le sujet.

《 - J'ai découvert cet endroit... 》


Puis elle s'arrêta. À quoi bon raconter sa vie à une divinité ? Ça ne devait pas l'intéresser le moins du monde.
Et elle savait ce qui l'intéresserait.

《 - Je l'ai découvert après une bataille. Nous étions tout près de la côte quand un autre navire nous a pris en chasse. La manœuvre était serrée, puisqu'une déviation sur le côté aurait plongé la coque du navire dans le sable, et que l'autre bateau nous tenait de l'autre bord... Mais on a réussit. En tournant la gouvernail, j'ai fait foncer la Reine dans le navire adverse, et les archers ont bombardés le pont ennemi avant même que les planches soient abaissées. Ça a été une merveilleuse victoire. Le soir, on a fêté sur leur bateau, devant les survivants, qu'on avait attaché si fort qu'ils en saignaient. 》

Le feu de la folie brûlait dans ses yeux comme elle racontait cet événement. Elle s'en souvenait comme d'hier, de la terreur dans les yeux de leurs esclaves. Les cordes les serraient si forts qu'ils ne pouvaient bouger sans s'arracher la peau, et elle les regardait dans les yeux, buvant et pillant toutes leurs réserve, tout ça en dansant dans le sang de leurs camarades morts.

《 - Je les aurais bien gardés comme esclaves, mais on a préféré les tuer. Plus sécuritaire. 》

Le sourire qui gagnait ses lèvres, cette fois, n'avait rien d'aimable.

《 - Personne ne s'attaque à la Reine, Nagah. Ce sont les seuls mots que tu dois respecter à tout prix. Quiconque attaque ce bateau signe son arrêt de mort. Peu importe le temps qu'il faudra pour les attraper, tous nos ennemis mourront. 》

Son regard était fiévreux, plongé dans le ciel étoilé, et en ce moment, elle ne faisait plus qu'une avec la tempête qui terrassait tout au fond d'elle. La douleur n'était plus rien, seule cette certitude restait.

《 - Libre à toi de les faire souffrir autant que tu le souhaites. Ils le méritent. 》


Elle inspira l'air marin, puis le rejeta, avant de se laisser retomber dans l'eau.

《 - La nuit ne sera pas si longue que ça, alors autant retourner au navire. 》


Cette fois, elle attendit que Nagah lui réponde, s'assurant de son accord pour qu'elle se mette en route, puis elle recommença sa nage régulière.

Ce n'est que plus tard dans la nuit qu'elle réapparut sur le point de la Reine, avec une chemise toute sèche et propre, mais le reste du corps et des vêtements empestant l'humidité et l'eau de mer. Ses cheveux étaient remplis de sels, et sa peau était plus rugueuse qu'à l'accoutumée. Cependant, pour ses marins, il n'y avait là rien de bien différent avec la Ezelya de tous les jours, alors on l'accueillit pareillement, avec des sourires... Et un peu de rhum. Jin, en bon bras droit, avait fait commencer les festivités dès que la lune avait été au plus brillant, comme ils en avaient l'habitude.

La pirate se saisit d'une pinte, et s'éloigna un peu du groupe, profitant de ses sentiments contradictoires de la journées, face à l'infinité de la mer.



▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Ezelya Kor'lenter le Mer 4 Juil 2018 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #15 écrite Mar 26 Juin 2018 - 14:14

Le poids de la liberté

Nagah haussa les épaules. Que les pirates - qu’il avait quelque peu bousculé pendant sa session de jeu avec Valion - lui pardonnent ou non ne lui faisait ni chaud ni froid. La seule qu’il devait convaincre ici, c’était Ezelya et jusqu’à maintenant, on ne pouvait pas dire que la cohabitation entre eux se passait mal. Bon, ce n’était pas non plus l’amour fou, il laissait volontiers ça à Valion. Mais le fait est qu’ils devaient construire ensemble une relation basée sur la confiance et le respect mutuel. Et pour ça, le fils d’Aqua avait besoin d’être un peu seul avec son invocatrice. La proposition d’aller nager ensemble lui semblait donc être une bonne idée sur le papier mais il ignorait si Ezelya pourrait l’accompagner avec la blessure que lui avait laissé son combat contre Valion. Néanmoins, à sa grande surprise, l’humaine n’hésita pas bien longtemps avant d’accepter sa demande. De toute façon, s’il devait lui arriver quelque chose, Nagah se manifesterait relativement rapidement pour lui porter secours, car il ne tenait pas à retourner de si tôt dans sa cellule, pas avant d’avoir éradiqué une bonne partie de l’espèce humaine.

- Ce n’est pas un problème, je tâcherais de m’adapter à ton rythme. Et oui, il est vrai que les récifs font de splendides décors en plus de servir d’abris naturel à plusieurs espèces marines. Etant donné qu’il ne voulait pas l’endormir avec son laïus aquatique, le Demi-dieu préféra stopper là ses éloges sur la beauté du monde marin pour la suivre dans l’eau. Retrouver son ancien lieu de travail lui arracha un soupir nostalgique alors qu’il se propulsait dans l’eau sans mal, semblant ne faire qu’un avec la création d’Aqua. Ça faisait si longtemps... Murmura t-il plus pour lui-même que pour son invocatrice qui l’observait retrouver - avec un plaisir non dissimulé - son cher écosystème marin.

Pour le moment, le loup divin ne cherchait plus à trouver toutes les failles qu’il pourrait exploiter pour manipuler Ezelya. En vérité, il était tellement content de pouvoir nager librement qu’il n’écoutait son invocatrice que d’une oreille distraite. Cependant, il ne l’ignorait pas complètement non plus. Il savait qu’il devrait faire preuve d’une assez bonne qualité d’écoute pour gagner la confiance de la pirate, que ça lui plaise ou non. Alors, quand cette dernière lui précisa qu’il pouvait l’arrêter dans ses confidences, le loup géant secoua négativement la tête.

- Non, non... Ça m’intéresse. C’est juste que je suis surpris que tu acceptes de te confier si facilement à moi. Les Quatre nous ont infligé la punition de servir les humains et je pensais recevoir des ordres en grande partie, pas des confidences. Il marqua une pause en l’observant avant de reprendre le fil de ses idées. Mais je ne m’en plains pas. Pas du tout, même. Je dois avouer que ce n’est pas désagréable. Lâcha t-il avec un petit sourire, rasséréné. Dis-moi... Pourquoi as-tu quitté ce fameux « chez toi » dont tu parlais ? Pourquoi as-tu décidé de partir naviguer ? Pour nouer un lien solide avec son invocatrice, il avait besoin de mieux la connaître et commencer par les bases lui semblait être une bonne idée.

Après ce bref échange, ils se mirent en route. Étant donné qu’il ne connaissait pas la localisation précise de l’endroit où voulait l’emmener Ezelya, il se contentait de nager tranquillement autour d’elle jusqu’à faire un détour plus ou moins important en croisant un petit calamar qui, curieusement, semblait être attiré par l’énorme canidé. Bien évidemment, Nagah prit la fuite en dérangeant quelques bancs de poisson lors de sa nage un brin nerveuse. Il finit par se stopper en se rendant compte qu’il avait perdu la trace d’Ezelya et maugréa mentalement sa phobie ridicule. Est-ce qu’elle allait bien ? Est-ce qu’elle n’était pas en train de se noyer ? Est-ce que sa blessure ne risquait pas de l’épuiser avant d’arriver à l’endroit dont elle lui avait parlé ? Toutes ces interrogations ne faisaient qu’attiser l’inquiétude du Demi-dieu vis-à-vis de son invocatrice.

Mais alors qu’il repartait prestement pour essayer de retrouver l’humaine dans l’immense étendue qui l’entourait, une sensation étrange s’empara de son corps et il se sentit comme emmené de force vers le lieu qui l’appelait. Au début, il crut qu’il était de nouveau traîné dans sa prison et supposa donc qu’Ezelya était morte. Il grogna et se débattit avec force, espérant pouvoir échapper au rappel de la servitude, en vain. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il n’était pas enfermé entre quatre murs. Il était toujours au milieu de cette étendue bleue. Mais alors, ça voulait dire que... Il fit de son mieux pour stopper ses halètements - preuve de son stress - avant de remonter à la surface pour rejoindre l’humaine qui était assise sur les formations rocheuses. Non, elle allait bien. Un soupir de soulagement passa ses babines.

« - Excuse-moi, je voulais simplement essayer. J'espère que je ne t'ai pas dérangé ? » Absolument pas, elle avait juste failli lui causer une crise cardiaque lors de la téléportation mais il s’y ferait avec le temps. N’ayant pas envie de la faire culpabiliser, il secoua la tête et la rassura en quelques mots.

L’histoire qu’elle lui conta eut le mérite de le captiver du début à la fin. Il en venait à se dire qu’il aurait aimé être à ses côtés ce jour-là. Le sang, les plaintes des humains, la détresse dans leurs yeux... Oh oui, il s’en serait tellement délecté. Pour le coup, il espérait que des évènements semblables se produiraient encore - maintenant qu’il était là pour y assister - même si la présence de Valion risquait encore une fois de tout gâcher. Lui et son foutu sens de l’altruisme... Il serait capable de convaincre Ezelya de laisser la vie sauve à leurs ennemis. Quelle plaie.

« - Personne ne s'attaque à la Reine, Nagah. Ce sont les seuls mots que tu dois respecter à tout prix. Quiconque attaque ce bateau signe son arrêt de mort. Peu importe le temps qu'il faudra pour les attraper, tous nos ennemis mourront. » Sa gueule s’entrouvrit à l’entente des mots magiques. Tuer, c’était ce qu’il préférait. Bien qu’Ezelya lui donnait encore un nouvel ordre à respecter, celui-là ne lui posait aucun problème d’éthique. Au contraire, il se ferait même une joie de l’exécuter. Ses pupilles s’éclairèrent d’une lueur malsaine alors qu’il écoutait la suite des propos de la pirate. « - Libre à toi de les faire souffrir autant que tu le souhaites. Ils le méritent. » De mieux en mieux. Il allait enfin pouvoir déverser sa colère et sa frustration sur des innocents. Parfait. Et vu toute la frustration qu’il avait accumulé avec l’insupportable présence de l’ex-milicien, autant dire qu’il ferait un véritable carnage.

Lorsqu’elle lui suggéra de rentrer, le loup divin hocha la tête et - dès que la pirate fut entrée dans l’eau - passa juste en-dessous d’elle avant de remonter à la surface, la récupérant sur son dos en reprenant sa nage. Ça serait moins fatiguant pour elle et - après le petit moment qu’ils avaient passé ensemble - le fils d’Aqua se sentait d’humeur magnanime. Qu’elle en profite parce que ça ne durerait probablement pas. En fait, une fois qu’ils retrouveraient Valion sur le pont de la Reine, ça serait terminé. Le chemin du retour fut plus rapide que l’allée, Nagah ayant la faculté de nager bien plus rapidement qu’Ezelya, même avec un poids sur le dos. Il s’arrêta sur la plage et s’allongea pour que l’humaine puisse descendre puis il s’ébroua un peu plus loin pour évacuer le surplus d’eau de son épaisse fourrure.

Son dernier regard vers la mer lui tira un profond soupir. Il aurait pu nager ainsi pendant des heures mais on « l’attendait » pour faire la fête. Une grimace étira ses traits. Il n’avait aucune envie d’y aller, surtout si c’était pour recevoir des regards mauvais de la part des hommes d’Ezelya. Mais maintenant qu’il y pensait, il lui serait peut-être plus facile de se faire accepter en prenant une forme moins encombrante. Inspirant et expirant lentement, il se concentra pour lancer son sort de métamorphose. Lorsque le processus de transformation fut terminé, il referma le poing avec un sourire satisfait. Ça faisait tellement longtemps qu’il ne s’était plus changé en humain.

Malgré tout, sa transformation était irréprochable. Au début, il avait eu tendance à oublier de métamorphoser sa queue ou ses oreilles et ressemblait donc davantage à un hybride qu’à un humain. Mais à présent, il la maîtrisait parfaitement. Ce qu’il ne contrôlait pas, en revanche, c’était l’état catastrophique de se vêtements. Son haut était en partie déchiré et son bas avait quelques trous. En résumé, il avait une apparence assez négligée quand on le jugeait sur sa tenue vestimentaire. Tant pis, il ferait avec. Et puis, avec un peu de chance, Ezelya pourrait lui trouver quelque chose de plus adapté à se mettre sur le dos. Et en parlant de son invocatrice, il se mit bientôt en route pour aller la rejoindre. S’attendant à la voir faire la fête avec son équipage, quelle ne fut pas sa surprise de la voir un peu à l’écart de celui-ci.

- Ezelya ? Fit-il d’une voix douce en posant sa main sur son épaule. Lorsqu’il vit la réaction méfiante de la part de son invocatrice, il ne put s’empêcher de la rassurer. C’est moi. Bon, certes, ce n’était pas très clair dit comme ça mais si elle se concentrait, elle pourrait déceler le ton de voix de Nagah. De plus, il avait cette même nuance dans les yeux qu’il avait lorsqu’il était sous son apparence originelle. Tout va bien ? Tu ne te joins pas à ton équipage ? Demanda t-il en penchant la tête. Y’a pas à dire, la forme humaine du Demi-dieu semblait plus sympathique que sa forme divine.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #16 écrite Mer 4 Juil 2018 - 20:06


Le bloc de glace dressé au milieu de l'océan était-il aussi immuable qu'il en avait l'air ? Happé par les yeux clairs de la capitaine de la Reine, Valion se demanda si la main qu'il avait posé sur cette surface lisse se brûlerait ou commencerait à la faire fondre. Craignant que le vent le ramène à la mer d'un souffle violent, il espérait seulement une réponse, mais était en réalité à des lieues de pouvoir imaginer quel reflet se dessinerait devant lui.

Le mouvement de ses jambes le ramena à l'instant présent. Ezelya était...maman ? Foudroyé sur place, ses lèvres s'entrouvrirent en silence, incapable de laisser échapper une pensée ou un son. L'image de sa propre mère lui vint en tête, entraînant avec elle tout l'amour qu'il lui portait et la notion de famille particulièrement chère à son cœur. Il se laissa porter par le récit de la jeune femme, sans l'oppresser d'un regard, attrapant ses explications onduleuses comme l'on ramasserait les débris d'un naufrage. Content de trouver quelque chose et conscient que le tableau ne serait pas entier.

Ses mots légèrement amers crispèrent son estomac. Il était loin de la juger désormais, et n'aurait jamais dû se le permettre, même lors de leur première rencontre. Quelle erreur. Il avait envie de lui dire qu'il était loin de porter ces deux sentiment et intention à son égard, mais le torrent qui se déversait semblait trop puissant pour qu'il puisse tendre la main. Il devait d'abord la laisser finir.

Il prit de plein fouet la vague référence aux contes qu'il dévorait enfant, lui rappelant une seconde fois que chacun possédait ses motivations, que le noir n'était jamais dénué de blanc, et inversement.

Elle se leva soudainement puis se dirigea vers la porte et lui, empêtré dans les voiles à demi-levées sur son identité, fut incapable de la retenir à temps. Alors qu'il se démena pour s'extirper des couvertures, malgré les protestations de sa jambe, elle disparut. Le bois claqua contre le battant, refermant la mince ouverture sur son être aussi rapidement qu'elle était apparue.

Valion demeura ainsi de longues minutes, assis avec pour seule compagnie le silence s'étant emparé de la cabine. Le spectre de ses révélations faisait éclater de nouvelles lueurs sur leurs rencontres et leurs échanges, mais surtout sur le masque de la pirate. Et bien qu'incapable de réfléchir à tout ça sans l'avoir au préalable assimilé, il ne put s'empêcher de se demander ce qu'il serait devenu s'il avait perdu sa famille. Sachant que le décès de son père avait déjà remis en question l'intégralité de sa carrière. À nouveau gagné par la fatigue, le jeune homme se rallongea, finalement attiré par le doux bercement du sommeil.



Clignant difficilement des yeux pour dissiper son état léthargique, le jeune Lameblanche se redressa. Sans savoir combien de temps il avait passé à dormir, il redécouvrit son environnement, et notamment la présence d'une chemise et d'un pantalon propres et pas déchirés. Ravi de cet élan généreux, il s'habilla et hésita à passer son armure de cuir. Sur un petit soupir, il délaissa cette idée. Si jamais le Loup décidait à nouveau de tâter sa chair, ce n'était malheureusement la peau robuste qui l'en empêcherait. Il sortit ainsi, simplement vêtu et délesté de ses affaires.

La sensation était agréable mine de rien. Lui qui passait son temps à voyager, ça n'était pas arrivé depuis de nombreuses lunes. Sa jambe et son bras le lançaient légèrement mais s'il mesurait ses mouvements, ils ne lui causaient plus aucune douleur. Valion se mit donc en quête d'exploration, parcourant le pont inférieur à son rythme. Il y découvrit les marins très affairés, faisant sans arrêt des va-et-vient en transportant des caisses vers le pont.

Intrigué mais d'abord désireux de boire un verre d'eau, le chasseur interpella l'un d'entre eux pour demander à satisfaire son gosier. Le pirate lui sourit avec ses dents un peu grises avant de lui faire signe de patienter. Il revint avec un gobelet en terre cuite qu'il lui tendit. Valion en but une ample gorgée qu'il recracha presque aussitôt. L'homme explosa d'un rire gras qui fut rapidement rejoint par les quelques spectateurs. Du grog. Il lui donna une grande tape dans le dos qui lui redressa l'échine d'un coup avant de lui tendre un deuxième verre dissimulé dans son autre main.

« Tiens mon gars, c'est pour ta peine ! »

Méfiant, Valion tenta d'en discerner le contenu d'un œil inquisiteur avant de céder. Heureusement, on ne s'était pas moqué de lui deux fois, c'était bien de l'eau. Ne sachant que penser de cette interaction et le pirate ne lui portant déjà plus d'attention, il poursuivit son chemin. Le bois craquait sous ses pas par endroit mais le bruit n'était pas déplaisant. Il arriva à ce qui s'apparentait aux cuisines et tournait à plein régime. Le responsable lui intima de ne pas traîner dans ses pattes sans animosité mais sans un second regard.

Bon... il reprit son petit tour des lieux et finit par tomber sur le dénommé Jin, si ses souvenirs houleux du moment étaient corrects.

« Excusez-moi, que se passe-t-il ? »

L'homme haussa un sourcil devant son ton inutilement inquiet. Il lui répondit qu'ils étaient en train de préparer la fête en l'honneur de la divinité délivrée. Valion manqua de rouler des yeux. Comme si l'ego surdimensionné de Nagah avait besoin d'être célébré.

« Je peux faire quelque chose ? »

On lui indiqua que non et on le laissa planté là comme un ignorant. Finalement, une quinzaine de minutes plus tard, alors qu'il avait recroisé le quartier-maître plusieurs fois, ce dernier revint vers lui pour poser une caisse d'alcool dans ses bras. Il lui indiqua la marche à suivre d'un signe de tête : direction le pont !

Une fois tout installé, il ne fallut guère beaucoup de temps avant que les fûts soient ouverts et que les pintes s'entrechoquent. Un matelot à qui il manquait deux orteils s'évertuait à souffler dans un minuscule instrument à vent. Le visage du forgeron se crispa à l'entente des premières notes, qui détonnaient radicalement des gracieuses mélodies jouées à la capitale. L'équipage accompagna le rythme en frappant le bois de leurs bottes et en chantant des paroles qu'il ne connaissait pas. Le tout formait un ensemble pas vraiment harmonieux mais cohérent et plutôt agréable. La chaleur des voix et l'engouement de chacun créait une danse enivrante.

Trop réservé et loin d'être assez saoul pour s'y joindre, Valion fut toutefois gagné par le sourire et la bonne humeur ambiante. Si certains individus se souvenaient encore qu'il avait combattu contre eux une dizaine de jours auparavant, la majorité avait cessé de le négliger dès qu'il les avait aidé.

Il n'avait pas encore vidé sa choppe qu'on la lui remplit jusqu'au bord en lui attribuant une nouvelle tape sur l'épaule et l'invitant à la finir plus rapidement. Il ne céda pas car avant de profiter des festivités, -et il se surprit à en avoir envie, il avait quelque chose d'important à dire. D'ailleurs, il aperçut en cet instant la maîtresse des lieux s'éloigner du groupe après une brève apparition. Jetant un coup d’œil alentour, le jeune Lameblanche se décolla du bastingage avant de stopper son mouvement. Un autre homme se dirigeait déjà vers elle. Vêtu de haillons, il faisait tâche sur le bateau, même parmi l'équipage. Hors des flambeaux, Valion le distinguait mal mais son attitude suffisait à ce constat.

Intrigué, il fronça les sourcils, s'interrogeant sur la présence de cet individu qui ne semblait pas menaçant. Il chercha le second du regard pour s'apercevoir que lui aussi était en alerte et ne quittait pas sa capitaine des yeux. Quelque peu déçu de s'être fait volé l'opportunité d'un tête-à-tête avec Ezelya alors qu'il tenait à lui parler, il reporta son attention sur son verre et les discussions de ses voisins. Mais il avait beau écouter ce vocabulaire qui lui échappait en partie, son esprit le ramenait sans cesse vers la jeune femme.

Hormis le fait qu'elle n'était pas disponible, il ne savait comment l'aborder suite à leur conversation. Pourtant, plus il l'observait et plus ce qu'il avait à lui dire le dévorait intérieurement. Faisait-il preuve de patience en restant à distance ou de passivité ? Et si l'opportunité ne se représentait pas et qu'il quittait le bateau dès demain ? Il fallait bien qu'il récupère Safran à Heilan. Pourquoi Ezelya le garderait-il sur le bateau maintenant que sa dette était payée ? Avait-il seulement envie de rester en compagnie de ces joyeux rustres et meurtriers ?

Un grognement s'échappa de ses lèvres. Assez de pensées et de questions inutiles. Jamais il n'obtiendrait de réponse s'il restait dans son coin. Posant sa choppe un peu brutalement sur la caisse à proximité, Valion alla à l'encontre de la capitaine de la Reine d'un pas déterminé, certainement suivi par le regard du quartier-maître.

Arrivé à sa hauteur, il s'immisça plus doucement entre elle et le jeune inconnu, qu'il salua d'un signe de tête aimable. Sans lui tourner grossièrement le dos, il pivota de manière à s'adresser à Ezelya uniquement :

« Je m'excuse de devoir vous interrompre mais... Ezelya, je peux te parler ? »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #17 écrite Jeu 5 Juil 2018 - 0:30



La pirate regardait l'horizon comme s'il n'y avait jamais rien eu de plus beau.

Y avait-il déjà eu plus beau que le ciel se mêlant à la mer ?

Elle ne le savait pas. Elle ne voulait peut-être pas le savoir, après tout, gardant ce spectacle comme le plus cher à ses yeux. Un spectacle dont elle ne se lassait jamais, et qui la calmait toujours. Peu importe ce qu'elle avait pu vivre dans sa journée, les étoiles se reflétant sur les eaux sombres avaient le don de l'apaiser. La mer en général avait cet effet sur elle, et ça c'était loin d'être un mystère, mais... Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un faible pour ce paysage de nuit.

Alors face à la beauté du monde, elle méditait. Ses penses vagabondes voyageaient entre sa matinée dans son quotidien si paisible et le reste de sa journée, depuis sa rencontre avec le dieu loup. Au début, elle pensait ramener à bord une bête sanguinaire, et ça c'était fait. L'imprévu, c'était l'homme qui l'accompagnait. Non seulement avait-il tenté de la tuer plus d'une fois, si l'on comptait l'attaque qu'elle avait mené contre le bateau le transportant, mais en plus il avait réussi à lui soutirer des informations qu'elle ne donnait à personne. Était-ce sa propre faiblesse ou celle de l'homme qui la poussait à parler ? Elle n'aurait su le dire. Ce qu'elle savait pour sûr était un fil bien mince dans l'immense tricot incomplet qu'Eänwen avait laissé derrière elle en quittant sa vie.

Un court instant, ses pensées dérivèrent vers ses deux enfants. Bien qu'elle se soit interdit de prononcer leurs nom -même mentalement-, elle vit leurs visages, et se rappela leurs petites manies. Cela faisait un moment qu'elle ne les avait plus revu ailleurs que dans ses cauchemars, et elle souffla un peu. Bien que douloureux, c'était rafraîchissant pour elle de se remémorer ces petits moments. Sa confession à Valion n'aidant aucunement à chasser les fantômes de son esprit, elle se laissa aller à imaginer leurs retrouvailles.

Enfin, c'est ce qu'elle s'apprêtait à faire quand une main se posa sur son épaule et qu'une voix étrangère l'interpella. Méfiante, elle se tourna vers l'intrus. Elle savait pertinemment que l'équipage n'aurait pas laissé monter n'importe qui, alors ça ne pouvait être un grand ennemi. Et effectivement, l'homme n'avait rien de l'apparence d'un combattant pouvant lui poser le moindre problème. Même pas armé.

Ce fut la suite de ses mots qui fit douter Ezelya. Lui ? C'était qui lui ? Elle fronça les sourcils et plongea son regard dans celui de l'intrus, se basant sur ces réflexes acquis au cours des deux dernières années plutôt que sur ce lien qu'elle venait de tisser avec le demi-dieu. Pendant de longues secondes, elle resta muette, puis ce regard alluma en elle les souvenirs récents de son escapade sur les récifs. Dès qu'elle eut reconnu ces yeux, le sentiment que procurait le Pacte lui sauta au visage et elle se traita mentalement d'imbécile.

《 - Nagah. 》

Il hocha la tête, d'un geste vague, mais tout de même plus sympathique de ce dont il semblait avoir l'habitude.

《 - Tout va bien ? Tu ne te joins pas à ton équipage ? 》

La forme humaine du loup de mer pencha la tête sur le côté. Peut-être était-ce dû à l'expressivité plus prononcé du visage humain, mais il semblait soudainement un brin plus compatissant que depuis le début de leur... association.

《 - Ne t'en fais pas, ils ont l'habitude de me laisser m'isoler un moment, même dans les grands événements. Je n'ai jamais été une grande amatrice de... 》

Sans rien dire, elle se retourna vaguement et fit un léger geste de bras pour englober les festivités. Elle ne s'y attarda pas, et retourna vers l'horizon, sirotant l'alcool fort comme elle l'aurait fait avec un petit lait de grand-mère. En fait, ce n'était pas tant que ses habitudes d'avant l'empêchaient de pleinement apprécier les festivités, c'était plutôt qu'elle avait besoin d'un moment avant de se lâcher et de tout oublier. Toujours avec ce ton intime qu'elle essayait d'adopter avec le demi-dieu, elle s'expliqua.

《 - Je me détache toujours un peu du groupe, dans ce genre de moments. J'en profite plus amplement par la suite. 》

Il était parfois dur de mettre des mots sur ce qu'elle ressentait par rapport à ce besoin de solitude, alors elle restait floue. Et puis d'ici quelques minutes, la folie se montrerait plus insistante, et elle perdrait cette soit-disant tranquillité. Malgré ce moment étrange avec Valion, la nage lui avait remis quelques idées en place. L'alcool s'occuperait de ça.

C'est là qu'elle porta enfin une réelle attention aux haillons qui habillaient son protecteur divin.

《 - Tu sais, si tu veux des vêtements plus... propres... Il y en a probablement quelque part dans ma cabine. Jin t'en donnera si tu lui demande. 》

Elle accompagna ses paroles d'un regard rapide vers le groupe pour repérer son vieil ami. Accompagné de leur cuistot et de leur médecin, il semblait plus intéresser par la surveillance générale que par sa conversation avec les deux autres pirates. Elle se retourna ensuite vers Nagah, se demandant pourquoi il préférait rester avec elle.

《 - Toi, ça ne t'intéresse pas ? La fête, je veux dire... On a une panoplie de boissons. Demande et tu seras servi. 》

Elle en profita d'ailleurs pour finir sa pinte d'un trait, avec un geste emprunt d'habitude. Elle pouvait se vanter d'avoir une bonne descente.

《 - D'ailleurs, si ça ne te dérange pas, je vais aller... 》

Elle s'interrompit quand un certain quelqu'un décida qu'il était bon de s'interposer entre elle et son demi-dieu. Le regard un peu moins allumé qu'à son arrivée sur le bateau, elle se tourna vers le nouvel intrus. Elle reconnut Valion dès que leurs regards se croisèrent. Bon, très bien, elle n'était pas prête. Pendant un millième de seconde, elle considéra l'option de se jeter par dessus bord pour nager le plus loin possible, mais ses muscles commençaient à lui faire comprendre que c'était assez de folies pour aujourd'hui.

《 - Je m'excuse de devoir vous interrompre mais... Ezelya, je peux te parler ? 》

L'option de sauter était vraiment tentante. Elle ne se sentait pas à l'aise avec le pouvoir que ce simple homme sorti de nulle part avait soudainement gagné sur elle. Elle soupira. Fuir était hors de question, et elle voulait entendre ce qu'il avait à lui dire. Une certaine lassitude s'empara d'elle et elle fit signe à Nagah d'aller jouer plus loin.

《 - Je suis contente de voir que tu t'es bien remis. 》

Elle laissa planer un petit silence pendant lequel elle voulut se conforter dans l'alcool, mais elle remarqua à la dernière seconde que sa pinte était vide. Ah oui, merde.

《 - Donc... Je t'écoute ? 》

Elle aurait vraiment voulu se frapper elle-même pour son attitude de gamine. Elle agissait exactement de la même manière quand Ari prenait soudainement un air très sérieux.

À la pensée de son jumeau, un sourire naquit sur ses lèvres, et elle se sentit d'un coup beaucoup plus sereine et tranquille. Oui, elle arrivait à gérer Ari, alors ce gamin n'était rien, non ?


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #18 écrite Sam 7 Juil 2018 - 11:43


Quelque peu dérouté par cet accueil qui, s'il ne l'imaginait pas vraiment chaleureux, demeurait particulièrement étrange et distant, Valion fut stoppé dans son élan. Le signe autoritaire adressé à l'inconnu lui fit presque de la peine pour son cas, mais le rassura. Elle ne se serait pas permis une telle demande si elle n'était pas à l'aise avec la personne. Quoique, il s'agissait d'Ezelya après tout.

Celle-ci assit son emprise sur la conversation naissante et s'il ne saisit pas l'habile manœuvre, le fils de forgeron en ressentit pleinement les effets. Incapable de répondre à la déclaration qui lui avait radicalement coupé l'herbe sous le pied, il demeura pantois. Inconscient d'être potentiellement passé pour un idiot, il reprit un minimum de contenance à la question nonchalante de la demoiselle.

Ça y est, il commençait enfin à percuter. Exit la jeune femme tourmentée qui ne semblait se dévoiler qu'au sein de ses quartiers, il était à nouveau devant la fine lame au masque impénétrable. Comment pouvait-on passer d'un état à un second de la sorte ? Lui avait ouvert son cœur une seule fois, d'une façon douloureuse mais nécessaire lors de l'épreuve de Sarabi, était incapable de prétendre qu'il renfermait autre chose que ce qu'il avait été forcé d'y voir.

Son attitude compliquait les choses. Au moins, ils étaient désormais seuls. Mais l'ancien brigadier-chef n'allait pas se laisser intimider, plus maintenant. Prenant le temps de maîtriser sa respiration et le tourbillon de ses pensées, il resta silencieux plusieurs secondes, au risque d'ennuyer son vis-à-vis.

Il aurait pu rebondir ce qui avait été révélé, réagir à la déferlante dans laquelle se trouvait Ezelya, et qu'elle avait partagé un court moment avec lui. Il choisit de ne pas le faire. Cette demie-confession restait gravée dans sa mémoire, à l'abri, alors qu'animée de mots, à haute voix, elle s'apparentait à un terrain extrêmement glissant. Et il ne savait s'ils étaient prêts à s'y aventurer à nouveau.

Pourtant, il ne pouvait faire comme si de rien n'était, ça n'était pas dans son caractère. Il avait longuement réfléchi durant la soirée. Valion contempla le visage de la jeune femme, éclairé seulement par les lanternes postées aux quatre coins du pont. D'une voix douce mais ferme, il s'exprima enfin.

« Je veux t'aider. »

Cette formation nébuleuse ne l'aiderait peut-être pas à chasser le voile derrière lequel elle se dissimulait. Aussi, même si la tension ambiante les ramenait sans doute possible à ce qui avait été dit dans la cabine, il précisa avec une lueur bienveillante dansant au creux de ses iris océan :

« À retrouver ta famille. »

Il expira presque tout l'air de ses poumons dans un souffle salvateur. Oui, ces simples mots étaient si durs que ça. Soulagé d'avoir livré ce qui pesait sur son cœur, il fit face au paysage assombri, et s'appuya sur ses avant-bras, calmement posés sur le bastingage. Il laissait le temps à l'Écarlate, à son tour, de digérer l'information. Souhaitant apaiser le torrent qu'il avait déchaîné, il poursuivit avec une explication pragmatique.

« Je suis chasseur. Je parcours tout Arcane. En l'espace de deux semaines, je suis déjà passé par Rorn et Lüh, Sirk et maintenant Heilan. »

Il se redressa pour se tourner pleinement vers elle.

« Je peux les chercher Ezelya. Sur la terre ferme, là où tu n'es pas. »

Sa déclaration sembla curieusement à double tranchant, ainsi dite à haute voix. Elle avait sans doute déjà cherché mais qui sait, peut-être qu'il obtiendrait un résultat différent avec son approche ? Valion réalisa qu'il avait la gorge un peu sèche. Sa main vint chercher la chaleur de sa nuque dans un réflexe de gêne mêlée de crainte. Les battements de son cœur s'étaient intensifiés et son esprit avait cessé de fonctionner, attendant cruellement sa réaction.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #19 écrite Jeu 12 Juil 2018 - 16:45



La pirate gardait son calme. Malgré le silence qui avait précédé la déclaration du jeune homme, faisant ainsi monter l'appréhension, elle resta silencieuse. Elle s'attendait peut-être à quelque chose de similaire... Après tout, qui n'aurait pas pitié de la pauvre pirate en quête de sa famille ? À vrai dire, beaucoup. Valion était une anormalité chez les hommes. Malgré la rage qui grondait au fond de lui, il était d'une nature bienveillante. Ça c'était facile à voir.
Alors non, sa déclaration n'étonna pas la demoiselle. Il voulait l'aider. L'aider à retrouver sa famille. Comme beaucoup avant lui.
Ses mots firent écho en elle, et ramenèrent à sa mémoire le souvenir de la réaction d'Ari au drame qu'elle avait subi. Des paroles semblables, pleines de volonté d'entraide, de détermination, mais aussi de compassion... De pitié, peut-être. Son frère jumeau lui avait proposé de remuer ciel et terre pour elle et ses enfants. Elle l'avait cru, puis avait compris que même les plus habiles mercenaires et chasseurs ne lui apporteraient jamais satisfaction. Elle devait trouver sa famille seule. Elle voulait être celle qui retrouverait leurs visages souriants... Ou leurs corps en décomposition. Faire exécuter la besogne par un chasseur ne lui ressemblait pas, et elle aurait horreur de recevoir encore une fois des rapports négatifs, affirmant que sa famille restait introuvable. Au moins dans son bateau, elle se sentait au coeur de l'action, à se faire sa réputation sanguinaire pour que son visage craint lui apporte des réponses.
Ezelya plongea son regard dans celui de Valion. Au final, malgré que son caractère semble des plus respectables, elle ne connaissait rien de ce jeune homme. Connaissait-elle son non complet ? Elle avait un souvenir vague du début de l'épreuve, quand il s'était présenté. Elle-même ne lui avait pas révélé quoi que ce soit à son sujet. Somme toute, ils étaient deux étrangers, qui partageaient un chemin étroit de blessures, de douleur et de sang. Quelque part au fond d'elle, la demoiselle espérait que ce chemin se teinterait d'autres couleurs, mais... Pour le moment, il n'en était rien.
Quand Valion eut finit sa déclaration, dans une phrase qui semblait dirigée contre elle, elle se contenta  de l'observer encore un peu. Sa main sur la nuque, il semblait plein d'appréhension... Peut-être mal-à-l'aise ? Faisant preuve de gentillesse, elle ignora la dernière phrase. Il ne valait pas la peine de partir une querelle sur de simples mots inoffensifs. Son regard s'adoucit, quittant l'étude sévère qu'elle lui faisait subir, et elle s'efforça de calmer la tempête en elle. Pour une fois, un peu de la vraie Ezelya ne lui ferait pas de mal.
Doucement, elle posa sa main sur le bras du chasseur, dans un geste qu'elle voulait bienveillant, pour l'apaiser. Elle espérait qu'il ne se sentirait pas plus mal-à-l'aise qu'il l'était déjà...

《 - Valion, j'apprécie ton offre... 》

Elle mentait. Comment apprécier qu'on veuille faire le travail à sa place ? Non... Elle relâcha le bras du chasseur, se tourna vers l'horizon, et soupira, cherchant à mettre des mots sur ses pensées bien floues.

《 - Non... En fait je ne l'apprécie pas vraiment, mais... Ce n'est pas contre toi. 》

Pataugeant dans sa propre incapacité à parler, elle cherchait désespérément à faire comprendre au jeune homme quels étaient ses ressentis par rapport à ses paroles. Elle voulait essuyer toute hostilité, comme quand elle parlait à ses enfants, ou à Eänwen, dans un passé bien lointain. Essayer de retrouver ce ton de voix, ces gestes apaisants, ces mots toujours bien pensés... C'était dur. Elle n'était plus habituée à la douceur et la sensibilité qu'elle donnait à chaque phrase lorsqu'elle avait encore ce semblant d'innocence.

《 - Nous ne nous connaissons même pas, et... 》

Encore une fois, cela sonnait beaucoup trop accusateur. Sa voix était encore trop bourru, trop sèche, trop coupante. Le jeune homme lui inspirait la confiance, et elle s'en serait voulu de le blesser. Comme elle s'était ouverte à lui plus tôt, elle se sentait proche de ce chasseur inconnu. En un sens, et elle ne savait pas pourquoi, il la rapprochait immanquablement de ce qu'elle avait été. Bien qu'elle ne pouvait l'admettre à voix haute, elle souhaitait le garder dans son entourage, pour avoir un lien avec l'ancienne Ezelya. Alors elle était tentée d'accepter sa proposition, juste comme excuse pour le revoir. Le mystère qui entourait sa personne l'intriguait, et elle voulait le percer à jour, tout comme elle essayait de comprendre le mystère qu'était devenue sa propre existence. Bien qu'elle se sentait stupide d'accorder autant d'importance à un inconnu, elle ne pouvait nier que quelque chose la liait à lui.

《 - Je suis désolée, j'ai du mal à accepter qu'un parfait inconnu se mêle de quelque chose que je considère aussi... privé... 》

Ça, c'était vrai.

《 - J'ai pris l'habitude de tout faire moi-même. Les chasseurs engagés par ma famille n'ont jamais rien trouvé, alors pourquoi toi plus qu'un autre... Tu comprends ? 》

Elle essayait de donner une vérité qui ne le blesserait pas, mais la vérité était toujours trop crue à son goût. Si le jeune homme était intelligent, comme elle le croyait, il comprendrait, mais... Il ne pouvait pas savoir le dilemme qui l'habitait. Le sortir de sa vie, surtout avec l'arrivée de Nagah, c'était faire une croix sur elle-même. Le périple dans lequel elle allait s'engager était tout ce qu'elle avait autrefois haït. Le sang, le meurtre, la torture... Et ce Valion, de par la gentillesse qu'il éveillait en elle, semblait un point d'encrage sur sa vraie... elle-même.

《 - Je ne veux pas te dire non. En fait j'aimerais te dire oui, mais... 》

Elle se retourna vers lui, et quelque part dans le regard qu'elle lui lançait, elle lui criait de comprendre sans qu'elle ait à parler. Finalement, au comble du désespoir, elle soupira encore une fois, elle baissa les yeux.

《 - Écoute. Ta proposition est intéressante, et je ne peux nier que tu sembles un allié fiable. Cependant... J'ai besoin de réfléchir à... à tout ça. Je ne peux pas te donner de réponse tout de suite. 》

Elle leva les yeux vers le ciel, se tournant de nouveau vers l'horizon, puis un petit sourire vint enfin gagner ses lèvres. Elle avait plus ou moins réussi à formuler ce qu'elle pensait. Tournant son regard vers le jeune homme, elle l'invita à la rejoindre.

《 - Mais en attendant que je me décide, pourquoi ne pas faire les présentations officielles ? 》

Elle lui tendit la main, prête à enterrer derrière eux les quelques tentatives de meurtres.

《 - Je te fais confiance pour ne révéler cela à personne, mais moi, c'est Ezelya Kor'lenter. 》


Dès que ces mots s'échappèrent, elle se mit à prier très très fort pour que le jeune homme soit de confiance, parce qu'à partir de là, il avait un pouvoir immense sur elle. À ce moment précis, c'était là le plus grand secret qu'elle pouvait lui confier. Le pouvoir de ruiner sa vie et celle de sa famille. La peur s'abattit sur elle comme une enclume et elle se sentit obligée de mettre de côté la gentillesse, juste un bref instant.

《 - Si ce nom t'échappe, Nagah se fera un plaisir de te noyer pour de vrai, la prochaine fois. 》

Bien qu'elle regretta ses paroles, elle les savait nécessaire. Ce nom était tout ce qui la séparait de finir entre les mains de la milice et d'être une déception finie pour sa famille, qu'elle entraînerait avec elle. Elle devait le garder secret, mais d'un autre côté, elle devait montrer à Valion qu'elle lui faisait confiance. Après tout... Elle lui faisait véritablement confiance. Il en savait déjà assez sur elle pour la dénoncer à la milice, de toute manière. Alors, ce nom ou pas, elle mettait déjà son destin entre ses mains. Elle détestait ça, mais... Son amour du danger et du risque lui faisait adorer ce sentiment d'insécurité.

《 - Et toi, Valion ? Je suppose que tu as une famille, alors dis-moi... Quel est ton nom ? 》


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #20 écrite Sam 28 Juil 2018 - 15:58


Une douce attache. Une chaleur ténue. Un contact apaisant. Pour la deuxième fois de la soirée, Ezelya avait posé la main sur son bras, le maintenant à portée et lui évitant de sombrer dans ce torrent indicible qui les agitait tous deux. Impossible seulement de discerner si ce flot émanait d'elle ou de lui.

Elle donnait et elle reprenait. Elle ouvrait la main pour qu'il la saisisse et la fermait juste avant qu'il n'effleure le bout de ses doigts. La jeune femme s'agitait sans vouloir le malmener et il endurait ses émois, incapable encore de s'adapter à son rythme, de s'accorder à ses va-et-vient. Oscillant continuellement entre la confusion et la compréhension, il demeurait silencieux, cherchant en vain les mots pour ancrer ses pensées. C'était blessant, et en même temps, empreint de vérité.

Ils se connaissaient depuis quoi ? Quelques heures si l'on omettait leur première valse, qui portait leur nombre respectif de tentative de meurtre à deux. C'était ridicule, lorsqu'on y songeait. Et pourtant, alors même qu'il était d'accord avec elle, être mis dans le même sac que tous ceux qu'elle ne connaissait pas nouait son estomac.

Il n'avait pas pour habitude de se mêler des affaires des autres, à moins qu'un danger imminent se présente. Mais... pourquoi est-ce qu'il ressentait tout ça alors ? Pourquoi cette envie, ce besoin de lui montrer que la haine pouvait être autre, de l'aider à refermer la plaie béante qui la traversait ? Pour s'acquitter de celle qu'il lui avait infligé ? Pour percer la détresse qui l'habitait ? Pour comprendre et maîtriser la rage que lui-même retenait ? Oui, il comprenait. Non, il ne comprenait pas.

Un regard pressant tenta de s'accrocher au sien. Il n'attendait qu'un signe indiquant la terre ferme, un tout petit pan de sable où se poser sereinement. Mais le tumulte qui s'y jouait rendait l'approche trop difficile. Ezelya abandonna et baissa les yeux. Valion refit surface. Les mots lui échappèrent dans un souffle étrangement calme, alors que son corps succombait peu à peu au désespoir qui tourbillonnait en face.

« Ezelya. Je veux les chercher avec toi, pas pour toi. »

Mais ils avaient besoin de temps. Ils cherchaient à brûler leurs émotions, à les consumer par l'action pour ne pas avoir à les affronter. Et ce fut la jeune femme qui prit la peine de le souligner, de dresser cette barrière dont le forgeron bénéficierait aussi. À défaut d'être démêlés, les nœuds étaient déjà plus clairs.

Ses iris bleu acier s'échappèrent brièvement vers l'océan sombre, cherchant cette onde tranquille qui devenait un refuge pour lui aussi. Et soudain la voix de la capitaine lui revint. Son sourire, sa main tendue. Un geste de confiance à l'apparence simple mais riche de sens. Il la saisit. Même décontenancé par ce changement brusque, il la suivit, avec facilité. Elle gagnait cette influence sur lui.

Kor'lenter ? N'était-ce pas une famille noble de Lüh ? Ses connaissances aristocratiques restaient moins pointues que celles des gardes dorés, mais il était presque sûr de son coup. Et dire qu'il pensait être au bout de ses surprises, il tombait de révélation en révélation. Et hop, un autre changement impromptu. Ezelya possédait véritablement autant de caractère et de reflets que l'eau.

Sans même y réfléchir, sans pouvoir l'arrêter, Valion éclata simplement de rire.

« Ah ça ! Tu n'auras pas à lui demander deux fois ! Si je puis me permettre, j'apprécierai une mort rapide plutôt qu'une agonie entre ses crocs poussiéreux... »

Soulagé du poids qu'elle venait de leur enlever à tous deux, il se sentait incroyablement léger, au point de plaisanter. Chose qui devait lui arriver maximum une fois par mois. Toutefois, il reprit pour lui prouver que son habituel sérieux ne s'était pas envolé :

« Je ne dirais rien. Pourquoi le ferais-je ? »

Sa question rhétorique s'acheva sur une note subtilement joueuse, titillant la conscience de la noble avec un regard insistant. Décidément, l'aura de la jeune femme se révélait contagieuse. Il répondit à sa deuxième question le cœur étonnamment ouvert, ignorant le jugement qu'il s'imposait d'ordinaire, parlant avec plus de franchise que ses propres pensées. Parce qu'évoquer sa famille lui apportait joie et confort, malgré tout.

« Lameblanche, d'après le nom de mon père. Il est mort il y a quelques mois. » Il s'appuya sur le bastingage, laissant son regard vulnérable filer sur l'horizon. Son ton restait léger. « Il était le pilier qui soutenait mon monde. Et tout s'est effondré sans que je m'en rende compte. » Il se redressa pour lui faire face. Son sourire triste s'effaça, ne laissant plus qu'un cœur et un esprit assurés. « Ma mère vit avec à Lüh avec ma sœur, Danae. Plus j'essaie de lui parler et moins on se comprend. J'espère que c'est l'âge... Deux de mes cousines vivent avec nous. La plus petite partirait déjà sur les routes si elle pouvait ! »

Il s'était beaucoup dévoilé, finalement, peut-être un peu trop, mais il n'avait pas réfléchi. Ezelya avait tendance à lui laisser de la place uniquement pour son instinct et son naturel. Il ressentit un petit malaise de s'étendre ainsi sur sa famille alors qu'elle avait perdu la sienne. L'ambiance festive parvint de nouveau à son cerveau, maintenant qu'ils avaient chassé l'oppression de la bulle que Nagah avait initialement créé. Décidant de ne pas laisser les choses s'empêtrer à nouveau, Valion reprit contenance.

Son sourire mince et amusé s'accompagna d'un regard pétillant de malice. On pouvait entendre la musique cacophonique des marins alcoolisés. Ce rythme entraînant commençait néanmoins à lui rentrer sous la peau. Il plongea dans les iris glacés de la pirate.

« Est-ce que tu m'accorderais une nouvelle danse ? »

Se tenant bras dessous bras dessus en décrivant des pas totalement improvisés, les matelots derrière produisaient une agitation difficilement qualifiable de danse. Mais... rien ne les empêchait de définir leur propre cadence non ? Alors, à son tour, Valion tendit la main.




Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.
Idaen

"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."
“ Tu es un être profondément bon et bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
《 Tu me sembles assez intelligent pour réfléchir toi-même à tout cela. 》
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »

Image Mythril Spear ©Grandblue Fantasy
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #21 écrite Jeu 16 Aoû 2018 - 2:13



Son rire... Sa voix... Son regard...

Ezelya se laissa consumer par les flammes qui montaient dans son âme. Elle aurait bien mis cela sur le compte de l'alcool, mais elle avait à peine bu... Alors elle se contentait d'ignorer, de se contenter dans la joie et la chaleur qu'apportait ce feu. Pourquoi se serait-elle questionnée quand les paroles du jeune homme venaient chercher ces sentiments confus qu'elle gardait enfouis en elle ? Je veux les chercher avec toi... Elle en tremblerait presque. Pourquoi était-elle si heureuse qu'il persévère ? Ne venait-elle pas de lui dire qu'elle avait besoin de temps ?

Elle eut un petit à sa remarque. Oui, il se riait de ses menaces, mais la légèreté dans son regard et dans son attitude lui faisait plaisir. Elle le regarda rire, le regard pétillant, et se sentit elle-même tellement plus légère. Elle ne répondit pas à sa remarque, se contentant d'en sourire, et reprit un air plus sérieux, mais infiniment doux, du moment qu'il se reprit.

《 Je ne dirais rien Ezelya. Pourquoi le ferais-je ? 》

Son ton un peu joueur et son regard insistant la prirent totalement à dépourvu, comme un couteau planté dans son ventre et remontant jusqu'à sa gorge. Elle resta totalement immobile, le souffle coupé. Comment pouvait-il passer de totalement naïf et innocent à totalement charmant et attirant en seulement deux secondes !? Et quel âge avait-il seulement !? Et puis comment osait-elle être attirée par qui que ce soit !?

À sa question, Valion lui raconta son passé, ce qui lui permit de détourner son esprit vers des pensées plus… stables. Elle l’écouta religieusement, attentivement. Pour elle, ce pan de son passé était comme un diamant dont on lui dévoilait une facette. Elle savait que le reste était tout aussi beau, mais ce petit morceau était important. Sublime. Ce n’était pas grand-chose, mais Ezelya avait toujours aimé apprendre le passé des gens de son entourage. Découvrir les reflets de leur regard la captivait et elle ne pouvait s’empêcher d’en demander toujours plus. Un être était toujours fait de mille et un torrents, et tous les connaître –bien qu’impossible- était son but.

Le sourire triste qui s’afficha sur son visage à ce moment était un reflet d’elle-même, bien des années auparavant, un reflet de plusieurs visages qu’elle avait vu, mais avec un aspect différent… Un aspect familier… Quand il le quitta pour se tourner de nouveau vers elle, plus confiant, elle se sentit paisible. Elle était simplement de bonne humeur, en contrôle. Sur son pont, avec ses hommes fêtant une victoire, avec un personnage qu’elle appréciait de plus en plus, et la mer qui ouvrait ses bras. Nagah était dans l’image un point dont elle essayait lentement d’appréhender l’existence. Un point flou, une influence indéfinie, des chaînes qu’elle tenait dans ses mains mais des menottes en même temps… Et la présence de Valion allégeait ces deux fardeaux, aussi stupide cela puisse être.

Elle revint à la réalité avec cette main tendue et ce regard pétillant de malice. Une nouvelle danse ? Son regard prit une teinte joueuse, provocatrice.

《 Tu es sûr que tu peux te mesurer à moi ? 》

Et sans lui laisser le temps de répondre, elle attrapa sa main et l’attira près d’elle. En danse comme en combat, deux choses bien trop proches, elle cherchait le contact. Elle cherchait la proximité pour déstabiliser. Plus petite que le chasseur, elle dut légèrement relever le menton pour lui adresser un regard un tantinet supérieur. Le genre de regard de défi et de jeu qu’elle lançait pour s’amuser. Elle voulait le forcer à laisser derrière lui le « déjà tout fait » et improviser.

Derrière eux, la musique avait beau être cacophonique, Ezelya en connaissait les temps. Elle aimait la musique des marins, celle qui reflétait la mer et celle qui accompagnait les voyages sur l’eau. Une musique aux notes dissonantes mais aux émotions fortes. La joie, l’euphorie, l’esprit d’équipe, la chaleur, l’amour et la passion… La musique de ce soir était pleine de sons différents qui sonnaient délicieusement aux oreilles de la pirate.

Bien sûr, elle n’attendit pas. Attrapant l’autre main de Valion, elle s’élança, le guidant sur sa propre piste. La musique la gagnait aussi bien qu’un alcool puissant, et sans quitter le jeune homme du regard, elle se mit à tournoyer et à inventer ses propres pas. Elle était à l’aise, souriante… Droite, gauche, double tour… Elle forçait même le chasseur à tourner lui aussi, entraîné par le rythme. Derrière eux, quelques marins avaient sifflés leur arrivée sur la piste de danse, quand bien même ils étaient bien à l’écart. On faisait des commentaires, des paris stupides, des jeux à boire sur leur nombre de tours… En somme, on s’amusait à leurs dépens. Et pourtant elle n’en avait rien à faire. Bien que consciente du monde extérieur et de la bonne humeur ambiante, la jeune femme était dans son propre univers. Un univers naïf et révolu qu’elle ramenait à la vie dans l’obscurité d’une nuit étoilée. Un sortilège puissant qui tirait d’entre les morts une facette d’elle-même qu’elle n’avait pas revu depuis au moins deux ans, et qu’elle aimait de tout cœur. Même le poids des chaînes et des esprits ne pouvaient rien contre cette magie à l’œuvre. Une magie plus forte que celle de n’importe quel demi-dieu.

La pirate poussa un petit soupir essoufflé en terminant un énième tour sur elle-même et elle éclata de rire. Elle n’avait pas réalisé jusqu’à maintenant à quel point elle s’était investie dans cette danse. Les yeux pétillants et les joues rouges, elle ralentit le pas, essayant de calmer son rire pourtant léger et reprendre son souffle. Tant bien que mal, elle essaya de s’expliquer à Valion, espérant qu’il était assez pris par l’ambiance pour ne pas la trouver bizarre.

《 Ça faisait longtemps que je n’avais pas dansé comme ça ! 》

Elle se secoua la tête en soupirant une deuxième fois, ayant réussi à faire taire son rire et à redescendre un peu sur terre.

《 C’est moi où il fait incroyablement chaud ce soir ? 》

Elle se doutait que la chaleur humaine sur le pont ainsi que sa danse endiablé devaient être responsables, mais elle n’avait pas les idées assez claires pour se poser réellement la question, et elle avait sincèrement dit la première chose lui passant par la tête. Elle enchaîna en entraînant Valion dans un nouveau petit tour. Juste quelques pas, histoire qu’elle reprenne contenance. Son sourire se fit lentement plus doux.

《 À la Cour, on danse avec beaucoup plus de retenue… C’est ennuyant à mourir. 》

Elle rit de sa propre effronterie, et ralentit encore le pas. Pendant un instant, elle laissa le silence s’installer, ignorant ce qui avait pu se dire autour d’elle, et elle finit par lâcher la pensée la plus sincère qui lui vint.

《 Merci Valion. 》

Elle lui souriait, un sourire mélange pirate et mère. Un sourire de la nouvelle Ezelya, pleine de défi et d’insubordination, une provocation cachée, mais aussi pleine de la douceur qu’elle portait avant. Elle était honnête avec lui, parce que la confiance qu’elle lui portait était grande, et parce que ce soir, elle lui était réellement redevable. Elle aimait la soirée, elle aimait ce moment… Et ce n’était pas arrivé depuis longtemps.



▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #22 écrite Jeu 16 Aoû 2018 - 14:56

Le poids de la liberté

Ezelya semblait apprécier la solitude et pour le Demi-dieu, c’était une très bonne chose. Pourquoi ? Simplement parce qu’il est toujours plus facile de manipuler des êtres sans attaches, ou presque. Bien qu’il lui restait l’équipage, la capitaine ne semblait pas développer un lien plus qu’utilitaire avec ses matelots. Tant mieux. Et puis, ce n’était pas comme si ces derniers essayaient de faire ressortir tout ce qu’il y avait de bon en elle, contrairement à un certain humain dont la simple présence irritait l’invocation. Enfin, avec un peu de chance, la jeune femme se débarrasserait bien vite de cet intrus et ils pourraient enfin se concentrer sur une activité que le Demi-dieu ne manquerait pas d’apprécier : la destruction de l’humanité.

« - Tu sais, si tu veux des vêtements plus... propres... Il y en a probablement quelque part dans ma cabine. Jin t'en donnera si tu lui demande. »

En entendant la remarque de son invocatrice, le loup divin jeta un regard à sa tenue avant de grimacer. En effet, ses vêtements étaient tellement vieux et abimés qu’ils ne le mettaient absolument pas en valeur. Et niveau égo, n’en parlons même pas. S’il se baladait comme ça, les critiques et les remarques désobligeantes allaient fuser, c’était certain. Lorsqu’il releva son regard vers son invocatrice, il hocha la tête, confirmant sans un mot qu’il allait suivre son conseil et demander de quoi se vêtir de manière correcte à ce fameux Jin. D’ailleurs, cet étrange personnage devait bien être l’un des rares qu’il ne devait pas avoir envie d’éventrer sur l’instant. Il faut dire que la petite baignade en compagnie de l’humaine l’avait bien apaisé.

« - Toi, ça ne t'intéresse pas ? La fête, je veux dire... On a une panoplie de boissons. Demande et tu seras servi. »

Faire la fête avec des humains ? Hmpf. Et en quel honneur ? Celui de sa libération ? S’ils savaient qu’il comptait tous les exterminer au bout du compte, ils ne seraient sûrement plus d’humeur à faire la fête. Et puis, il n’avait aucune envie de partager la compagnie de l’équipage, pas après ce qui s’était passé plus tôt dans la soirée. Enfin, après réflexion, ils ne le reconnaitraient sans doute pas sous cet accoutrement. Mais comme ils ne devaient pas non plus être complètement stupides, ils finiraient par se demander d’où il sortait. Ils risqueraient même bien de le prendre pour un intrus avec la chance qu’il avait. Non, il était mieux aux côtés d’Ezelya. Sauf qu’apparemment, elle semblait vouloir se retirer et couper court à leur discussion. Pour aller où ? Se joindre à son équipage ? Voir l’autre abruti qu’il avait essayé de tuer ? Ouais, sans doute la deuxième option.

D’ailleurs, quelle ne fut pas sa surprise de le voir arriver en demandant à parler à la capitaine. S’immobilisant, Nagah préféra observer la rencontre avant de réagir. Mais finalement, le geste dédaigneux d’Ezelya coupa court à toute possibilité d’intervention. Réprimant un grognement, il s’éloigna pour aller retrouver Jin qui - après un moment passé à fouiller la cale du bateau - parvint à lui dégoter quelques vêtements à sa taille. Nagah leur jeta un regard incertain avant de tendre la main pour les prendre. C’était tout bonnement hideux. Ça ne le mettait pas en valeur et - plus important encore - ça ne s’accordait absolument pas avec la belle couleur céruléenne de ses yeux ! Dans un grognement mécontent, il se déshabilla, balançant ses haillons dans un coin dans la cale pour enfiler les vêtements propres que Jin lui avait donné. Au bout d’un moment, il se décida à refaire surface sur le pont. Apparemment, Ezelya était toujours en pleine conversation avec Valion. Son regard dévia de l’autre côté du bateau. Traînant la patte, il rejoignit les membres d’équipage, se tenant malgré tout un peu à l’écart, espérant juste être ignoré. Il avait beau s’être installé avec les matelots, ses yeux restaient rivés sur le couple un peu plus loin. Qu’est-ce qu’ils manigançaient à la fin ?

Au fur et à mesure que le temps passait, l’agacement du Demi-dieu s’amplifiait. Enfin, le summum de la contrariété s’empara de lui quand il vit les deux interlocuteurs se mettre à rire et à danser ensemble. C’en était trop ! Rageant, il se leva et songea - l’espace d’un instant - à aller coller son poing dans la figure de Valion. Mais malheureusement, le pacte qu’il avait lié avec Ezelya l’en empêchait. Tentant de se contrôler, il referma le poing et se fit volontairement saigner en enfonçant ses ongles dans la paume de sa main. Il observa sa peau se teinter de rouge et sourit d’un air malsain. Un jour, ce sang serait celui de Valion, il s’en faisait la promesse. Étant donné que l’humaine ne lui avait donné aucun ordre qui l’obligerait à rester sur le bateau, il s’avança jusqu’à l’extrémité déserte du bateau et se retransforma avant de sauter dans son élément de prédilection, partant nager en envoyant une vilaine vague frapper le bateau pour le déstabiliser. Oh, oups ? Au fond, il espérait qu’elle les aurait suffisamment secoué pour gâcher leur petite danse ridicule.
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 209
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #23 écrite Sam 25 Aoû 2018 - 19:53


Il lâcha un éclat de rire contenu devant cette ultime provocation, prêt cette fois-ci à relever le défi et à jouer sur le même terrain. Bien sûr, elle ne lui laissait même pas l'opportunité de rétorquer quoique ce soit, comme si elle savait pertinemment que son choix était fait. À moins que ce ne soit un pari, et qu'elle ne souhaitait pas entendre la réponse mais la découvrir. Il chercha un court instant la présence du Loup, disparu depuis un moment, avant de ne plus voir que ce regard de femme fière, de capitaine impérieuse, et de duelliste charmeuse. L'espace d'une seconde il perdit même son sourire, happé par cette force d'attraction qu'il n'avait jamais connue. Celle-là même qui l'avait accroché, malgré lui, lors de leur premier échange. Et pourtant, sous les rayons lunaires de cette soirée, elle revêtait une toute autre lueur.

Sa carrière de danseur avait connu de piètres débuts. Heureusement, sa fierté n'étant pas un obstacle, il avait pris quelques cours auprès de sa mère et de sa sœur, jusqu'à rentrer dans la norme. Et même avec l'assurance de ne pas se faire remarquer, il passait son tour la plupart du temps. Mais qu'il ait eu l'habitude de danser ou non importait peu. Encore une fois, Ezelya ne lui laissait d'autre choix que de lâcher prise s'il voulait suivre la cadence.

Aussi il s'adapta. Ses réflexes et la confiance qu'il plaçait en sa partenaire lui permirent de s'accorder à ses mouvements, de rattraper son impulsion et de soutenir ses pas. Ils pivotaient. Elle le repoussait avant de le ramener. Il s'éloignait pour mieux revenir. Souriant toujours. Riant même parfois, pour faire écho au sien, se mêlant involontairement à celui des pirates. Valion avait arrêté de réfléchir. Il n'y avait plus de bon et de mauvais, de justice et de vengeance, d'humain et de divin. Plus d'objectif. Seulement des personnes pour faire vibrer le pont de la Reine.

Leur troisième danse s'avéra finalement moins mortelle que les précédentes. Et pourtant, cet air joueur, provocateur qui rythmait leur duo, ces mouvements agiles, et cette mélodie enivrante comportaient leur propre note de dangerosité. Ezelya ralentit finalement le rythme. Il réalisa qu'il haletait, ce qui lui tira un nouvel éclat de rire. Lui n'avait jamais dansé comme ça. Il acquiesça naturellement à sa remarque sur ce qu'il ne songea pas un instant être la température ambiante, même s'il ignorait les rougeurs sur ses joues. Il n'avait plus trop conscience de son environnement, et ne pouvait détourner son regard de la jeune femme. Le chasseur parvint toutefois à reprendre son équilibre lorsqu'elle l'attira dans un nouveau tour.

Sans savoir si ce remerciement l'avait ancré sur terre ou élevé encore plus haut, il lui offrit un nouveau sourire, plus doux, plus simple. Avant qu'il ne prenne également la parole, le navire fut brusquement secoué. Loin d'être habitué aux remous marins et au vu de son manque de concentration, Valion perdit sa stabilité à peine retrouvée. Il ne lâcha pas la seule attache qu'il tenait encore et sans s'en apercevoir, la main d'Ezelya. Attirant la jeune femme à lui alors qu'il tombait, il se retrouva au sol et sécurisa la chute de la pirate du mieux qu'il put, donc en la maintenant contre lui.

Valion redressa légèrement la tête pour s'assurer qu'elle n'avait rien, et constater leur évidente proximité. Son estomac et sa gorge se nouèrent. Il sentait le souffle d'Ezelya caresser sa peau. Il croisa le tumulte de ses yeux glacier. Son regard dériva sur ses lèvres jusqu'à en oublier sa propre main, nichée dans la fine courbe du dos de la pirate. Conscient de la teinte rouge qui colorait à son tour son visage, il n'en ressentait pas les effets, tant c'était tout son corps qui semblait irradier de chaleur.

Il remonta doucement sa main en se redressant, pour ne pas la perdre ni l'oppresser. Il n'avait jamais remarqué à quel point ses pommettes, dessinées avec passion par les aléas de la mer, lui donnaient des traits forts, et pourtant fins. Valion s'accorda une dernière seconde de contemplation puis se força à retrouver un air léger. Le sourire avait retrouvé le chemin de ses lèvres mais son regard la fuyait sensiblement. Il les releva aussitôt, usant de la force de ses jambes pour casser cette scène qui n'avait duré que quelques secondes. Relâchant son étreinte, il se dirigea vers le bastingage d'un pas leste pour scruter les eaux sombres. Au moins, à présent, ils savaient où était passé Nagah.

Il eut envie de rétorquer quelque chose, mais savait que ce serait encore céder aux caprices du demi-dieu marin, et ça ne servirait même pas à évacuer sa tension. Il se recomposa brièvement et revint vers Ezelya l'esprit plus serein, à défaut d'avoir le cœur tranquille. Il fit un détour vers le centre de la fête pour attraper deux choppes dont une qu'il déposa dans les mains de la Capitaine avant de l'inviter d'un geste à rejoindre les matelots. L'étincelle joueuse s'était faite plus ténue, mais n'avait pas quitté ses yeux.



Visiblement, il n'avait rien oublié. Il avait retrouvé le poids de son équipement, et l'envie de voyage qui allait avec. Néanmoins, ce n'était pas sans un pincement au cœur qu'il se présenta sur le pont le lendemain matin. Il leva les yeux vers le ciel clair. L'air frais vint agiter ses mèches un peu longues. Valion se sentait enfin reposé des événements de la veille. Il avait beaucoup de choses à méditer, et n'était sans doute pas le seul à avoir besoin de temps.

Il s'avança vers la poupe, où il devinait la présence de l'Écarlate. Ses muscles étaient plus relâchés, ses traits avaient retrouvé une apparence bienveillante et ses yeux une curiosité naturelle. Il aperçut également Nagah, non loin, à qui il sourit sans animosité. Il salua ensuite le quartier-maître, fidèlement campé auprès de sa capitaine. Puis il reporta toute sur son attention sur Ezelya, qui resplendissait sous le soleil d'Ignis. Une allure noble, un air pirate. Ancrée dans ses pensées. Il sourit.

« Je rentre sur Heilan, j'y ai laissé ma jument. Ma proposition tient toujours, mais tu le sais déjà. J'ai prévu de me rendre au Temple de l'Air dans la semaine qui suit. Puis-je connaître vos plans, capitaine ? Ceux qui n'impliquent pas vos batailles navales, si possible. »




Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.
Idaen

"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."
“ Tu es un être profondément bon et bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
《 Tu me sembles assez intelligent pour réfléchir toi-même à tout cela. 》
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »

Image Mythril Spear ©Grandblue Fantasy
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 57
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #24 écrite Mar 28 Aoû 2018 - 22:06



La vague avait épousé la coque du bateau avant d'y donner un grand coup, qui fit trembler chaque planche du navire. Les matelots s'écroulèrent un à un, trop saouls pour faire marcher leurs jambes à temps et accuser le coup. Ezelya se serait bien moqué d'eux, maîtrisant parfaitement son équilibre, mais une partie de l'équation fit tout foirer. Valion, pauvre chasseur n'ayant probablement jamais traversé des tempêtes de vagues déchaînées, que la petite secousse fit basculer. Elle l'aurait bien rattrapé, seulement c'était sans compter sa force limitée et le poids du jeune homme, qui l'entraîna vers l'avant. Leurs jambes se heurtèrent et son bras fut tiré vers le sol. Par réflexe, la pirate ferma les yeux, prête à accuser le coup et à se frapper contre le bois. Ça ne ferait pas si mal, mais elle se préparait au petit pincement.

Rien.

Son corps fut réceptionné par celui de Valion, qui l'avait entouré de ses bras pour la protéger de la chute. Comment expliquer ce qu'elle ressentit à ce moment ? Une étrange envie de fuir au plus vite... Et cette autre envie, de pousser cette proximité plus loin... Son corps se tendit au même rythme que sa main remontait le long de son dos, et elle perdit son regard dans ces traits qu'elle se trouvait à apprécier plus que de raison. Que ce soit ses arcades prononcées, son nez, sa barbe, ou même cette fine cicatrice sur son front... Et puis ses yeux. La sincérité et les émotions qu'elle voyait dans ses yeux, un véritable livre qui se fermait et s'ouvrait sans qu'elle n'en comprenne la logique ou la raison. Elle aimait ses yeux. Puis inévitablement, elle comprit ce que ses yeux fixaient.

Son souffle se fit plus long, plus bas, comme si elle craignait de respirer et de tout briser, et son visage se mit à chauffer. Une chaleur salvatrice, qui venait chasser la tempête et le froid qu'elle portait constamment. La pirate en avait complètement oublié où ils étaient, et son propre regard dévia sur les lèvres du jeune homme. La violence en elle lui imposa une réalité qui lui était inconnue. Elle avait envie de dévorer ces lèvres et de se noyer dans ce brouillard qui occupait son esprit. Cependant, autant la perspective était plaisante, autant elle lui faisait peur.

Quand Valion brisa le contact en l'aidant à se relever et en se dirigeant vers le bastingage, elle resta immobile, plantée là, des centaines de questions envahissant son esprit. Venait-elle de penser tout cela pour de vrai ? Elle eut une vague de panique, qui fut accompagnée par le torrent habituel de son esprit, puis elle se calma. À quoi bon gâcher la fête en s'immergeant sous la culpabilité et les remords, quand elle pouvait se contenter de continuer la plaisante petite fête en bonne compagnie ? Dans un grognement qu'elle dirigea à la mer -et un peu à Nagah puisqu'elle le savait coupable de la secousse-, elle chassa ses mauvais sentiments et reprit les rênes d'elle-même, redevenant la capitaine pirate qu'elle était.

Le reste de la soirée se fit sans contact rapproché, mais alcool aidant, elle se détourna de la part sombre d'elle-même et s'amusa. Comme à son habitude, elle perdit quelques bras de fer contre ses matelots et gagna une belle poignée de Tsuris dans un jeu de carte. Elle se fit un plaisir d'asseoir Valion près d'elle pour lui expliquer les rudiments du jeu. En soit il était simple à comprendre, puisqu'il s'agissait uniquement de gagner le plus de points possibles, mais il y avait certaines subtilités qu'elle s'amusa à lui faire découvrir dans des parties contre son équipage. Au final, quand elle se retira dans sa cabine en enjambant quelques corps endormis, le dernier regard qu'elle adressa au pont fut un regard teinté de joie.


*~*~*~*~*~*


Le lendemain matin, elle fut debout aux aurores malgré la fatigue, et se fit aider de Jin pour débarrasser le pont. C'était là le travail des matelots, mais elle aimait les laisser profiter du sommeil avant de repartir en mer et puis... Ce n'était pas tant le bazar que ça. Comme elle s'y attendait, la plupart des corps sur le pont avaient disparus, ayant battus en retraite dans les cales, et les planches furent bien plus faciles à laver à grande eau. Bien sûr, elle ne se gêna pas pour se faire aider des matelots encore dans ses pattes, qu'elle réveilla à coups de pied.

Quand le pont fut en parfait état, ce qui ne prit pas de temps en s'y mettant à plusieurs, Ezelya se permit de s'installer sur la poupe en regardant le lointain. Jin à ses côtés, elle échangea quelques paroles avec lui sur leurs plans, et salua Nagah quand celui-ci daigna les rejoindre. Aujourd'hui serait probablement une journée tranquille, à naviguer sans but. Peut-être une petite attaque si l'envie leur tentait et qu'un bateau venait à croiser leur route. Ou alors ce serait simplement une journée pour prendre le large et organiser leur attaque. Dans tous les cas, elle sentait que la mer jouait en leur faveur aujourd'hui. Douce et calme, avec une surface huileuse... Rien ne pourrait les arrêter.

La voix de Valion la sortit immédiatement de ses pensées, et elle se tourna lentement vers lui, un sourire sur le visage. Elle se sentait légère, prête à prendre la mer, et rien ne pouvait lui enlever ce sentiment. Pas même l'étrange attraction qui la poussait vers le jeune homme ou l'annonce de son départ imminent. Elle devait avouer que cela lui provoquait un petit pincement au coeur, mais elle ne voulait certainement pas le montrer. Aux dernières paroles de Valion, elle eut un petit rire et elle s'approcha d'un pas confiant.

《 J'étais pourtant sûre que tu aurais voulu tout savoir de mes prochains massacres ! 》


Son sourire s'élargit et elle se permit quelques secondes pour le détailler une dernière fois avant son départ. Avec son équipement, prêt à l'aventure, il était encore plus séduisant que la veille. Enfin, aussi séduisant pouvait être un jeune homme comme lui, bien sûr.

《 Je vais passer quelques jours en mers, puis je rentrerais à la maison. Mon frère attend de mes nouvelles... Il va probablement me tomber dessus avec les responsabilités que j'ai et mes devoirs envers la famille. Peut-être que j'irais visiter les domaines... Ou alors une autre Invocation... 》


Elle lança un regard en coin au loup. Elle venait de le libérer qu'elle mentionnait déjà la possibilité de chercher plus de puissance. Évidemment, ce n'était pas contre lui, mais elle s'attendait à ce que son frère et sa soeur pointent son manque de support divin. Elle voulait faire profil bas au sein de la famille, et pour cela, elle devait au moins remplir quelques exigences. Peut-être qu'aller libérer une Invocation à présenter à la Cour serait l'une d'entre elles.

Et puis, la perspective de retrouver Valion était bien tentante. D'ailleurs, cela ramena à sa mémoire quelque chose d'important. Elle se tourna vers le loup et le fixa bien dans les yeux.

《 Nagah, comme tu peux le voir, je tiens à ce que Valion reste en vie jusqu'à notre prochaine rencontre. Alors au moins jusque là, essaie de ne pas trop me l'amocher. Et ça veut dire pas de meurtre.》

Elle haussa alors les épaules et se retourna vers le chasseur.

《 C'est un membre de l'équipage maintenant, et si ce nouveau matelot daigne attendre quelques jours au Kelder, il se peut que l'on s'y croises. J'ai toujours aimé l'air frais du Nord. 》

Elle avait lancé cela avec un regard taquin et provocateur, le genre de regard qui ne laissait passer aucun sous-entendu. Elle serait là, et il pouvait compter là-dessus. S'il osait lui poser un lapin ou l'ignorer, elle lui ferait regretter, sans la moindre hésitation. Et puis... Oui, elle aimait l'air du Nord. Pas autant que celui de la mer, mais... Tout de même.

Avec un soupir, elle plongea son regard dans celui du chasseur. Elle retournerait dans le Nord, à n’en pas douter. Elle avait trop à y faire et trop de démons à y combattre. Elle ne pouvait pas simplement tout ignorer, et elle…

Elle avait les armes pour tout affronter. Elle en était sûre.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nagah
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Darenrin
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 51
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Sorts : eau_5;
glace_close_2;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #25 écrite Ven 14 Sep 2018 - 10:28

Le poids de la liberté

Des insupportables nausées. Oui, c’était tout ce que pouvait lui inspirer le petit jeu inconscient de séduction entre Ezelya et Valion. Grâce à sa petite frasque, il espérait avoir semé suffisamment le trouble pour gâcher la fête. Dire qu’en plus, cette dernière était censée être donnée en son honneur... Tu parles. Là, il était surtout frustré et en colère. Bref, pas d’humeur à faire la fête. N’ayant pas envie de savoir si son incartade avait fonctionné ou pas - parce que dans le dernier cas, sa frustration ne serait que plus importante - il préféra plonger pour disparaître à la vue de tous et nagea rapidement pour s’éloigner du bateau. Il n’abandonnait pas son invocatrice, non. Valion était là et il ne doutait pas qu’il la protégerait s’il devait arriver quoi que ce soit. Et puis, dans le pire des cas, Ezelya n’aurait qu’à l’appeler et il apparaîtra instantanément devant elle, même s’il devait avouer qu’il n’appréciait pas spécialement se faire invoquer de la sorte, ça avait le don de brider cette sensation de liberté qu’il aimait tant.

Après une bonne heure ou deux de nage intensive pendant laquelle il bouscula bon nombre d’habitants des profondeurs, le fils d’Aqua décida enfin de sortir de l’eau pour aller s’allonger sur le sable humide. Au moins ici, il n’avait pas à écouter les commentaires déplacés des marins, ceux d’Ezelya ou encore ceux de Valion. Il n’avait ni les bruits, ni la vue et c’était parfait ainsi. Le panorama qu’il avait sous les yeux était magnifique et n’était pas sans lui rappeler une certaine lionne divine qu’il vit apparaître soudainement sur la plage, à quelques mètres de lui. Instantanément, il se redressa et se précipita vers elle, sans réfléchir.

- Sarabi ! Tu m’as tellement manqué ! Tu es... Le loup géant se stoppa net quand sa vision disparut, comme balayée par le vent. Tu n’es pas là. C’était juste une illusion. Seul... Il était seul. La même solitude qu’il avait côtoyé pendant des années dans sa cellule du temple d’Aqua. Ses griffes se plantèrent dans le sol et il hurla sa frustration qui résonna au loin. Ezelya, Valion et l’équipage avaient dû l’entendre mais il s’en moquait. Il avait juste besoin d’évacuer sa rage qui était devenue trop importante pour être contenue. Pourquoi est-ce qu’il se sentait toujours aussi seul ? Pourquoi avait-il l’impression d’être toujours enfermé alors que le Monde entier s’offrait à lui ?

Durant une bonne partie de la nuit, il se remémora ses souvenirs de l’Ancien Monde, l’épreuve de Valion et Ezelya et enfin la soirée. Il avait beau essayer de penser à autre chose pour évacuer sa frustration, rien n’y faisait, pas même le souvenir de Sarabi ou de Ruinn. Non, en fait celui de Ruinn lui rappelait la relation du fils d’Aer avec Gabriella. Absolument toutes ses pensées le ramenaient aux sentiments, source de colère et de rancœur à ses yeux. Finalement, il ne dormit qu’une heure ou deux avant de regagner le bateau au petit matin.

Silencieux, il se contenta d’un regard à son invocatrice puis il alla se coucher à l’avant du navire en espérant avoir la paix. De ce côté-là, il n’avait pas eu à se plaindre puisque tout le monde s’affairait à nettoyer les dégâts de la fête. Aider à ranger le bordel de la veille ? Ça ne lui serait jamais venu à l’esprit. Il était un Demi-dieu, pas un esclave. Enfin, techniquement si Ezelya lui ordonnait de les aider, il y aurait été contraint par la magie mais heureusement, elle ne fit pas appel à lui mais plutôt aux matelots qui s’étaient endormis sur le pont.

« Je vais passer quelques jours en mers, puis je rentrerais à la maison. Mon frère attend de mes nouvelles... Il va probablement me tomber dessus avec les responsabilités que j'ai et mes devoirs envers la famille. Peut-être que j'irais visiter les domaines... Ou alors une autre Invocation... »

Nagah écouta distraitement Ezelya sans relever une seule fois la tête jusqu’à entendre le mot « invocation » qui curieusement eut tôt fait de captiver son attention. Bien qu’il fit mine d’ignorer superbement les propos de son invocatrice, son oreille tiqua plusieurs fois et une pointe d’agacement refit surface. Dire qu’il venait à peine de se calmer. Il savait qu’il était encore un peu faible puisqu’il venait de sortir du temple mais ce n’était pas une raison pour aller voir ailleurs ! Et puis, Ezelya était encore en convalescence. Ce serait de la folie que de se lancer dans une nouvelle épreuve sans avoir au préalable retrouvé ses forces.

« Nagah, comme tu peux le voir, je tiens à ce que Valion reste en vie jusqu'à notre prochaine rencontre. Alors au moins jusque là, essaie de ne pas trop me l'amocher. Et ça veut dire pas de meurtre. »

A l’entente de son nom, il fit l’effort de relever la tête pour regarder son invocatrice, lui témoignant par ce geste un minimum d’intérêt. Valion. Valion. Valion. Il ne voulait plus entendre ce nom. Elle n’avait d’yeux que pour lui depuis leur rencontre. Cette fois, il marqua son accord par un grognement, n’ayant pas la moindre envie de s’exprimer de manière verbale et surtout compréhensible. Dès qu’elle eut détourné son regard, il se recoucha complètement en fermant les yeux, prouvant par ce comportement qu’il n’avait strictement rien à faire de la situation. Qu’ils fassent ce qu’ils veulent, tant qu’ils le laissent tranquille. C’était tout de même assez ironique de vouloir rester seul alors qu’il y a quelques heures à peine, il aurait apprécié un peu de compagnie. Enfin, de la compagnie divine aurait été préférable mais il allait devoir se faire à l’idée qu’il n’aurait que celle des humains pour un bon moment. Et cette réflexion lui tira un profond soupir.  

« Merde, la pierre ! » Il interrompit brutalement sa sieste en se souvenant qu’avec tout ce qui s’était passé, il n’avait pas encore eu le temps de rendre la pierre de télépathie à Valion. D’un bond, il se redressa et partit retrouver l’humain qui venait à peine de mettre les pieds dans le sable. Il s’approcha avec le lien en cuir dans la gueule et se posta devant Valion pour l’empêcher d’aller plus loin. Non, pas de nouvelle confrontation cette fois. Il voulait juste obéir à Ezelya, rendre la pierre à Valion et retourner vaquer à ses occupations. Lorsque cela fut fait, il n’attendit pas de « merci » ou une quelconque autre marque d’affection de la part de l'humain et retourna sur le navire en trottinant. Bon débarras !
Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #26 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Le poids de la liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Océans & Mers d'Arcane :: La Téthys-