Le poids de la liberté

Partagez | .
 

 Le poids de la liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 116
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 5 Mai 2018 - 14:39

La Reine


RP précédent
Date : Dix-septième jour du printemps, soirée
Lieu : Plage aux alentours d'Heilan, navire pirate de l'Écarlate


La lumière du ciel, même déclinante en cette heure visiblement tardive, agressa ses pupilles habituées à la pénombre de la cellule de Nagah. Le jeune homme plissa des paupières le temps de s'adapter puis porta son attention sur Ezelya, qu'il tenait toujours dans ses bras. Il raffermit sa prise avant de la solliciter, pour la maintenir le plus consciente possible.

« Vous allez vous en sortir Ezelya. Accrochez-vous. »

Partant du principe que le fils d'Aqua suivrait son invocatrice, puisqu'il avait assuré qu'elle resterait en vie, Valion héla le pêcheur le plus proche. Il lui donna une vingtaine de tsuris pour qu'il les amène rapidement aux abords du village. Nagah étant l'enfant d'Aqua, il se débrouillerait très bien de son côté et serait sans doute ravi de se passer de leur compagnie humaine. Valion enjoignit la demoiselle à ne pas bouger pour garder ses forces et en profita pour vérifier l'état de la blessure qu'il avait causé. Son visage demeura impassible mais il ne put s'empêcher de frémir à la vue de la balafre. Même si elle cicatrisait à merveille, il y avait des chances pour qu'elle en garde une trace assez longtemps. À ce spectacle, ni la mine sérieuse de l'ex-milicien ni l'image du Loup géant ne suffirent à taire la curiosité de leur passeur.
« Dites-donc c'est pas joli joli. C'est à cause de l'épreuve ? »
« Oui. »

Sa réponse cinglante mit fin à toute opportunité de conversation. Il aurait préféré se rendre directement à Heilan, mais c'était sans compter sur le fait qu'il se baladait publiquement avec l'Écarlate. Ainsi fraîchement libéré, le fils de l'Eau devait être plutôt faible, aussi la discrétion leur serait à tous bénéfique. Valion attendit qu'ils aient débarqué pour reprendre la capitaine en mains et lui demander où était son bateau, précisément. Il suivit ses indications en longeant les côtes de la Téthys.

Il finit en effet par découvrir le navire sur une petite plage et fut loin d'être accueilli comme un prince à son approche. Heureusement, la cheffe de ces brigands intervint en sa faveur. Il fut rapidement conduit au bateau où il laissa Ezelya à l'un de ses hommes, probablement haut gradé vu son comportement, qui lui indiqua le pont d'un geste vague. Sans plus de manière, il s'enfonça dans les entrailles du vaisseau, la jeune femme avec lui. Valion s'autorisa discrètement un soupir. Ses muscles se détendirent quelque peu et ses épaules s'affaissèrent sous la fatigue. Il s'assit tout à l'avant de la proue, là où il y avait le moins de pirates pour le dévisager avec un manque de sympathie affligeant. Aucun ne le regardait cependant avec autant d'insistance que celui qui avait emmené leur capitaine. Il l'avait peut-être reconnu de leur altercation aux environs maritimes de la capitale.

Toutefois, personne ne vint le déranger. Sans savoir combien de temps les soins prendraient, ni même si elle s'endormirait ou autre, Valion laissa sa tête reposer contre le bois, bien décidé à attendre le bout de cette histoire. Après ce qu'il avait fait, s'assurer qu'elle allait s'en remettre était le minimum qu'il pouvait faire. Les cieux avaient troqué leur teinte rosée pour un manteau plus sombre, suffisamment bleuté pour être dénué d'étoiles. Il ferma les yeux, appréciant pendant plusieurs minutes le doux bercement de l'eau et le craquement du pont, sous l'agitation de l'équipage.

Il devait bien y avoir une sorte de médecin à bord ? Elle allait s'en sortir. Dans un soupir tenant plus du râle, Valion se releva. Il se mit à faire les cent pas puis, décidant que s'impatienter et s'inquiéter ne ferait de bien à personne, il s'appuya contre le bord. L'horizon calme réussirait peut-être à l'apaiser, puisqu'il ne pouvait de toute évidence rien faire d'autre. Il fallait qu'il évacue les émotions de l'épreuve, qu'il laisse la rage s'écouler hors de lui. Bien sûr, une bonne nuit de sommeil ne serait pas de trop pour l'y aider.

L'air frais était sans pareil ici. Finalement, le chasseur comprenait pourquoi certaines personnes pouvaient choisir de passer leur vie en mer. Bon, de là à saccager l'existence d'autrui, c'était une autre histoire. Ses pensées se tournèrent finalement vers le Loup divin. S'il avait eu le choix, à vrai dire, il aurait probablement refusé de le libérer. Dans son quotidien de milicien, les êtres avec une telle soif de sang étaient enfermés pour de bon, avec pour seule libération la vieillesse puis mort de leur détenteur. Mais il n'était plus soldat, n'est-ce pas ? Il pouvait juger par ses propres critères. Et s'il ne désirait pas la compagnie du demi-dieu, il ne put s'empêcher de compatir et de songer à quel point il devait être agréable de retrouver la liberté.

« L'air marin est-il aussi doux que dans tes souvenirs, demi-dieu ? »

À moins d'être parti nager à des centaines de lieues il l'entendrait, puisque sa "maîtresse" n'était pas loin. Peut-être qu'il choisirait à nouveau de l'ignorer, lui, cet être insignifiant. Derrière la cruauté et les envies de destruction de l'enfant divin se trouvait une vision du monde particulièrement sombre. Et pourtant, même s'il savait pertinemment qu'il risquait d'y perdre un doigt si ce n'est un bras, maintenant que son esprit s'était calmé, Valion avait envie de tendre la main pour essayer de comprendre.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 21
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 13 Mai 2018 - 11:56

Le poids de la liberté

Bien qu’il se garda de faire le moindre commentaire, il fut satisfait de voir Valion se résoudre à porter son invocatrice blessée afin qu’ils puissent rapidement rejoindre la sortie. De toute façon, il n’imaginait pas Ezelya se lever et marcher seule au vu de la gravité de sa blessure. Il aurait pu leur proposer son aide mais, en présence de Valion, il n’avait aucune envie de démontrer le moindre sentiment de sympathie à l’égard de son invocatrice. Ce n’était ni plus ni moins qu’une humaine, après tout. Lorsqu’ils furent de retour dans sa sombre cellule, le Demi-dieu s’arrêta net pour laisser les humains lui emboîter le pas, étant donné qu’il ignorait avec exactitude l’endroit où ils devaient se rendre. Et puis, c’était quoi « Heilan » ? Le nom d’une ville ou d’un village arrimé à la mer, très certainement. Quand Ezelya s’était adressé à Valion un peu plus tôt, il avait cru comprendre que son bateau se trouvait à quelques lieues de là.

Tout comme Valion, Nagah fut presque aveuglé par la lumière d’Ignis lorsqu’il mit les pattes hors du temple. Ça faisait tellement longtemps qu’il était resté enfermé dans sa cellule, où l’obscurité régnait en maître, qu’il en avait presque oublié l’intensité des couleurs du monde extérieur. Progressivement, il rouvrit les yeux, gardant la tête baissée dans un premier temps pour laisser ses yeux se réhabituer à la lumière du jour. Sentir la chaleur du soleil, l’herbe sous ses pattes, le vent dans sa fourrure... Autant de sensations qu’il se plaisait à retrouver maintenant qu’il était « libre ». Il savait que ce n’était qu’une liberté éphémère qui avait ses limites, mais il ne pouvait s’empêcher de trouver la situation jouissive, simplement parce qu’il n’était plus obligé de fixer les quatre murs de sa cellule et surtout, parce que le panorama qu’il avait sous les yeux était tout bonnement magnifique.

Saisi par un élan de bonheur, il s’élança dans l’herbe - même s’il restait relativement faible après sa sortie du temple - et se roula dans l’étendue verte en grognant de plaisir. Il se moquait bien d’avoir l’air ridicule. D’ailleurs, il continua son cirque pratiquement tout le long du chemin, exploitant au maximum sa « liberté » fraîchement acquise. On ne sait jamais, sa nouvelle invocatrice pourrait le quitter prématurément. Et puis, Ezelya n’était pas en état de lui interdire quoi que ce soit pour le moment. Il fallait qu’il en profite tant qu’il le pouvait encore car au fond, il savait qu’elle ne le laisserait pas faire tout ce dont il avait envie... Comme tuer Valion, par exemple. Jamais, elle ne le laisserait tuer son sauveur. Fichus humains et leur sens moral !

Néanmoins, malgré cette ombre au tableau, il ne perdit en rien sa joie de revoir enfin la plage et l’océan et se précipita dans le sable pour s’y rouler à nouveau, retrouvant sa texture et sa douceur avec plaisir. Puis, il se hâta de rejoindre le bord de l’eau et y trempa ses pattes avant de s’étaler complètement dans le sable humide, savourant juste l’instant présent en fermant les yeux. A l’heure actuelle, ça aurait été tellement cruel de le renvoyer dans sa cellule au vu du plaisir qu’il prenait à se retrouver à l’extérieur de sa prison. Alors - même s’il ne laissait rien paraître - il ne songeait qu’à une chose : la survie d’Ezelya.

Un tantinet inquiet, il finit par se redresser et s’ébrouer avant d’aller s’enquérir de la situation. Apparemment, Valion semblait affairé à négocier le prix d’un passage auprès d’un pêcheur pour rejoindre un lieu peu accessible sans bateau - ou certainement assez éloigné si on souhaitait s’y rendre à pied - sans doute l’endroit où se trouvait le navire dont parlait Ezelya. S’il n’y avait eu qu’une seule personne à transporter, Nagah aurait pu traverser à la nage avec cette dernière sur son dos. En réalité, il aurait très bien pu servir de monture aquatique aisément pour deux personnes mais il n’avait pas encore recouvré la totalité de ses forces, ou tout du moins une partie suffisante pour pallier à la plupart de ses besoins dont certains lui demanderaient des efforts colossaux. Ça, c’était en partie vrai. Mais il aimait se cacher derrière cette excuse pour s’esquiver à la plupart des remarques que l’humain serait capable de formuler... et qui auraient, par ailleurs, de grandes chances de lui déplaire.

Nagah suivit tranquillement la barque, nageant à son rythme en plongeant sous celle-ci par moment, disparaissant quelques instants de la vue des deux humains pour réapparaître un peu plus loin, se plaisant à explorer rapidement les fonds marins en essayant de se remémorer l’état de l’écosystème quand il y veillait et de le comparer à celui du présent. Ce n’était finalement pas aussi catastrophique qu’il ne l’aurait imaginé, même s’il y avait plusieurs détails qui le dérangeaient. Lorsqu’il remonta à la surface, il aperçut une petite plage non loin et se rendit compte que c’était justement là-bas qu’ils se dirigeaient. Il précéda la barque - qui avançait trop lentement selon lui - et sortit rapidement de l’eau pour s’ébrouer et évacuer le trop plein d’eau de sa fourrure. A tous les coups, il allait encore ressembler à une serpillère sur pattes ambulante, ou quelque chose dans le même genre.

La suite du voyage s’effectua à pied le long de l’eau. Apaisé - pour le moment - le loup divin marcha tranquillement en suivant d’un regard les remous de l’océan, l’air songeur. La silhouette du bateau pirate coupa court à ses rêvasseries. Il s’arrêta net alors que Valion montait à bord avec Ezelya et s’accorda un bref soupir. Déjà qu’il avait du mal à supporter la présence des deux humains, manquait plus qu’il rencontre encore une bonne dizaine ou vingtaine de membres de cette engeance, ça serait le pompon. Après un temps de réflexion, il se remit en route et grimpa dans le bateau où il remarqua au moins une bonne dizaine de paires d’yeux qui le fixaient comme s’il était le diable en personne. Ils n’avaient jamais vu de loup géant ou quoi ? Amusé par la situation, Nagah se permit un grognement sonore afin de tester leur réaction. Tsss... Ces poltrons n’avaient pas le quart du courage de leur capitaine, c’en était affligeant. Face à Valion, ils n’auraient pas hésité à sortir leurs armes. Mais face au Demi-dieu, ils ne ressemblaient qu’à une bande de larves qui se chieraient bien dessus s’ils le pouvaient. Pathétique. A moins que ça ne soit une marque de respect ? Peut-être que leur capitaine les avait prévenu avant de les quitter qu’elle comptait passer l’épreuve d’un Demi-dieu ? Mais comment pouvaient-ils savoir que le Demi-dieu qui venait de faire son apparition était à elle ? L’un comme l’autre, leur simple présence agaçait Nagah qui les aurait bien balancé par dessus bord un par un, juste pour s’amuser.

Finalement, après un interminable duel de regards, le fils d’Aqua se détourna des pirates pour se lancer dans une brève exploration du bateau et arriva à l’avant du navire où se trouvait déjà Valion. On aurait dit qu’il cherchait à mettre le plus de distance possible entre lui et les pirates. Oui, mais pourquoi ? Alors qu’il songeait au motif de cette mise à l’écart, la voix de l’humain se fit entendre. Apparemment, il semblait avoir envie de tuer le temps en discutant avec le loup divin. Quelle mauvaise idée. Même un de ces pirates aurait été de meilleure compagnie que lui à ce moment-là.

« L'air marin est-il aussi doux que dans tes souvenirs, demi-dieu ? » Quelle inspiration il avait eu pour lancer un début de discussion entre eux. Il aurait pu lui parler de la pluie et du beau temps, sa réaction aurait été la même : de l’indifférence. Sauf que... Nagah avait lui-même des questions à lui poser. Alors autant se montrer un minimum coopératif pour une fois.

- Il y ressemble. Oui, c’était tout ce que sa question lui inspirait. Il n’allait pas broder une discussion autour de ce sujet ridicule. Si tu cherches à t’attirer ma sympathie, ce n’est pas ainsi que tu y arriveras. En fait, ne te donne pas cette peine, ça ne servirait à rien. Il soupira sur la fin de ses propos puis reprit. Que ce soit clair, je ne t’aime pas. Si ça ne tenait qu’à moi, je t’aurais déjà tué. Il secoua la tête. Et contrairement à ce que tu pourrais penser, je n’apprécie pas non plus Ezelya. Elle et moi avons juste des objectifs communs, c’est tout. C’est ce qui m’a amené à la choisir plutôt que toi. Oui, il s’amusait bien à remuer le couteau dans la plaie. Mais il y a quelque chose que j’aimerais comprendre... Il repensait à la réaction de Valion durant son combat avec la jeune femme. Qu’est-ce qui s’est passé entre vous ? Demanda t-il enfin en se couchant à côté de l’humain, les yeux rivés sur lui en attente de sa réponse.
Codage par Libella sur Graphiorum


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 116
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mar 15 Mai 2018 - 11:09


En entendant le maigre début de réponse du fils d'Aqua, Valion se rappela instantanément pourquoi les deux êtres s'étaient royalement ignorés jusqu'à présent. L'état d'Ezelya, s'il le regrettait amplement, lui avait toutefois permis d'éviter de subir la présence du demi-dieu. Il retint un soupir, songeant que son effort d'entamer une discussion à peu près cordiale avec Nagah allait lamentablement échouer. Mais au lieu d'être agacé, il dissimula un léger sourire. À en juger par sa réaction à la redécouverte de l'environnement d'Arcane, le manque d'enthousiasme de son interlocuteur ne semblait être qu'une façade. Sa haine des humains l'empêchait-il de se dévoiler en toutes circonstances ou cette querelle était-elle, au fond, tournée spécialement vers lui ?

Le Loup divin poursuivit avec des paroles crues mais calmes, loin de l'agressivité dont il avait précédemment fait preuve. C'était comme s'il établissait un simple constat. Le regard toujours tourné vers l'horizon, Valion ne put s'empêcher de lâcher un petit rire. S'attirer la sympathie d'un être aussi cruel que lui ? Et après tout ce qu'il lui avait fait subir ? Il n'était ni aussi naïf, ni en manque d'attention, et ne recherchait rien de particulier dans cet échange ou même dans sa terrible personne.

Mais il était curieusement amusé que Nagah puisse penser le contraire. Sa déclaration le montrait presque comme étant sur la défensive, mais elle restait la plus sincère à laquelle le chasseur avait eu droit jusqu'à présent. Ce dernier tourna finalement la tête vers lui, son visage assombri par les ténébreuses lueurs du ciel, et répondit sans animosité. Sachant pertinemment que les convenances des humains étaient totalement abstraites pour les enfants des Quatre, et ce fils des Océans ne méritant à ses yeux aucun témoignage de la sorte, il l'imita et parla sans détour.

« Je suis surpris et ma foi plutôt content que tu saches faire preuve de transparence ! Ne t'en fais pas demi-dieu, je ne cherche aucunement à m'attirer ta sympathie. »

Voilà, le message était clarifié des deux côtés bien qu'aucun ne soit destiné à énerver l'autre, pour une fois. Il pouvait désormais répondre à sa question qui, finalement, marquait bien son intérêt pour une conversation. Dans un premier temps, Valion réagit instinctivement, toujours sur le même ton que son cher camarade.

« Il ne s'est rien passé de particulier, je n'apprécie simplement pas les pirates. »

Derrière cette envie puérile de lui renvoyer la balle se cachait une esquive délibérée. La relative quiétude qui l'habitait désormais s'était effritée à l'entente du prénom de la jeune femme. Que s'était-il passé entre eux ? Le fils Lameblanche soupira. Il ne savait pas exactement. Nerveusement, il s'éloigna du bastingage en tendant les bras, puis revint s'y appuyer après s'être étiré.

Ses réflexes de soldat considéraient l'Écarlate comme une ennemie, au mieux une criminelle. Mais n'était-ce qu'un costume, un masque ? Il avait tant de questions. Après l'avoir provoqué, elle s'était...excusée, justifié ? Pourquoi ? Elle ne lui devait rien, mais elle avait voulu qu'il la comprenne ? Pourtant, elle avait quand même essayé de le tuer. Enfin, ça avait été réciproque. Mais il l'avait sauvée en fin de compte. Et il y avait ce nom : Eänwen. Qui était-elle et que représentait-elle dans le déluge de rage et de destruction que la pirate laissait dans son sillage ? Bref, c'était un peu compliqué...

Il ne pouvait toutefois s'empêcher de se sentir lié à Ezelya, par un fil absolument insondable pour son esprit cadré. Résolu, il planta son regard dans les yeux luisants de son vis-à-vis et céda à sa requête. Du moins en partie.

« Il y a une dizaine de jours, je rentrais par bateau sur Lüh, notre capitale. Le convoi marchand sur lequel je voyageais a été attaqué par cet équipage. Je me suis battu contre leur capitaine. Elle avait cet étrange masque, c'est pour ça que je ne l'ai pas reconnue de suite, dans ta cellule. C'était Ezelya. Elle... et bien, la bataille était perdue d'avance, de toute façon. »

Réalisant que c'était sans doute trop énigmatique comme fin, il conclut en d'autres termes afin d'éviter d'attiser inutilement l'appétit du Loup divin.

« Ses gens ont tué la majorité des matelots et des mercenaires puis sont repartis avec la cargaison. Plutôt banal pour eux, finalement. Peut-être pas assez pour toi. »

Il dissimula la pointe d'amertume qui lui titillait les côtes. Elle fit remonter la méfiance qu'il portait à l'égard de la divinité. Ce n'était pas sa place de dévoiler les incohérences dans le comportement de sa maîtresse, ni d'exposer ses propres valeurs que le demi-dieu se ferait une joie de réduire en pièces. Ses crocs ne manqueraient certainement pas une occasion de se planter dans ses doutes, à défaut de sa chair. Nagah l'avait dit lui-même, il ne portait aucun intérêt à Ezelya. Valion craignait qu'en dévoilant gentiment les détails de leur rencontre, il s'en serve contre elle. Non, mieux valait rester prudent et se protéger avec cet être.

« Si tu souhaites plus de précisions, je ne peux que t'inviter à voir cela avec ton invocatrice. »

Ainsi il se ferma comme une huître et lui tourna même le dos pour appuyer ses dires. L'idée que le fils des Océans puisse être en train de chercher à les manipuler l'avait irrité. Il s'éloigna à l'opposé et vint observer la plage, écouter l'eau rouler sous le bateau pour échouer sur le sable légèrement plus clair dans cette obscurité ambiante. Le spectacle, moins joli, restait toutefois apaisant. Et la compagnie était meilleure. Ainsi isolé et confronté au silence, ses pensées cherchèrent du réconfort en un visage familier.

Des traits doux et bienveillants se dessinèrent dans son esprit. Le pelage rosé de Sarabi lui apparut. Il tenait l'occasion de lui signaler que l'épreuve s'était finie, et qu'il allait bien, globalement. Saisissant d'une main la pierre qu'il portait autour du cou, Valion ferma les yeux pour composer son message plus facilement.
J'ai tenté une épreuve au Temple de l'Eau. Je n'ai pas libéré le demi-dieu qui y était enfermé et honnêtement, j'en suis soulagé. Il est... plein de haine. Il marqua une courte pause. Je vais bien. Mais l'humaine qui s'y trouvait avec moi a été blessée. Je vais rester avec elle le temps de m'assurer qu'elle va bien.
En réponse, la voix calme de la Lionne divine résonna également dans son esprit. Comme si elle était à ses côtés, l'enserrant de sa présence toujours chaleureuse.


" Elle a de la chance de t'avoir croisé alors, prends soin d'elle et de toi également. "


Valion sourit, rasséréné par ce bref échange. Elle avait une façon de le calmer comme aucun autre, de mettre un peu de baume à son cœur, meurtri après cette traumatisante épreuve. Un léger soupir d'aisance s'échappa de ses lèvres. Il se retourna pour caler son dos contre le bastingage. Sa main ouverte tenait toujours la pierre devant lui, son autre bras était croisé sous sa poitrine. La fatigue pesant sur ses épaules n'était plus aussi lourde, maintenant qu'il contemplait cet incroyable objet magique.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 21
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 17 Mai 2018 - 21:29

Le poids de la liberté

Au fond, Nagah ne pouvait s’empêcher d’être inquiet. Pas pour la santé d’Ezelya, cette fois, mais pour la relation qu’elle entretenait avec Valion. Involontairement, le Demi-dieu les avait fait se rapprocher et il craignait maintenant que le lien qui s’était formé entre eux n’en vienne à déteindre sur les ambitions de la pirate. Valion était un être trop gentil, trop pur, trop altruiste... Pouarg. Ce trop plein de bonté le rendait malade. Il ne fallait pas qu’il contamine Ezelya avec ses idées humanistes à la con. Car après tout, si Nagah avait choisi l’humaine au détriment de l’humain, c’était bien pour la haine et la colère que son cœur renfermait, pour sa soif de vengeance inassouvie et ses pulsions meurtrières.

Les paroles du jeune homme lui tirèrent un soupir. Si Valion avait affirmé ne pas chercher à s’attirer sa sympathie, Nagah se demandait bien pourquoi il avait lancé la discussion sur un sujet qui lui tenait à cœur. Après tout, c’était un peu comme s’il lui témoignait de l’intérêt, non ? Enfin soit, pour le coup, Valion devait regretter d’avoir cherché à entamer une quelconque conversation avec lui, même s’il prit tout de même la peine de répondre à sa question. Enfin, le Demi-dieu dû se contenter d’un semblant de réponse et ce constat l’agaça purement et simplement. Apparemment, l’humain avait décidé de lui renvoyer la balle. Il faut dire qu’il l’avait bien cherché.

- Rhooo, tu ne vas pas me dire que c’est ce dégoût pour les pirates qui a éveillé cette rage en toi tout à l’heure ? Je ne te croirais pas. Dis-moi ce qui s’est vraiment passé entre vous. Pour une fois, il n’y avait ni ironie, ni agressivité dans ses propos, juste une curieuse envie d’en savoir plus. Les yeux rivés sur l’humain, il attendit patiemment que ce dernier daigne enfin développer son explication.

« Il y a une dizaine de jours, je rentrais par bateau sur Lüh, notre capitale. Le convoi marchand sur lequel je voyageais a été attaqué par cet équipage. Je me suis battu contre leur capitaine. Elle avait cet étrange masque, c'est pour ça que je ne l'ai pas reconnue de suite, dans ta cellule. C'était Ezelya. Elle... et bien, la bataille était perdue d'avance, de toute façon. » Il n’allait pas conclure là-dessus quand même ? « Ses gens ont tué la majorité des matelots et des mercenaires puis sont repartis avec la cargaison. Plutôt banal pour eux, finalement. Peut-être pas assez pour toi. » Ah oui, c’était quand même mieux sur la finalité de l’histoire, même si les derniers mots lui laissaient un goût amer en gueule.

Et c’était pour ça qu’il lui en voulait ? Pour avoir supprimé quelques badauds ? Si des membres de la famille de Valion s’étaient trouvés parmi les morts, le Demi-dieu aurait pu comprendre sa réaction mais là... Il ne semblait parler que de parfaits inconnus. Pourquoi attachait-il tant d’importance à la vie d’autrui ? Le fils d’Aqua secoua la tête. Il ne comprenait pas comment un humain pouvait autant se soucier des autres. Cette engeance n’avait rien apporté de bon à l’Ancien Monde, pourquoi ce serait différent cette fois ? Non, décidément, il ne saisissait absolument pas le fonctionnement des humains. Il s’agissait là d’une espèce vraiment trop complexe à cerner. Autant Ezelya ressemblait aux humains qu’ils avaient crée, ceux-là même qui étaient assoiffés de violence, animés par le conflit et le chaos. Autant Valion était exactement à l’opposé. Un humain bienveillant, prêt à tendre la main pour aider les autres et... Plus il y repensait, plus il était tenté de comparer Valion à la lionne divine, Sarabi. Ils semblaient tous deux aimer et protéger ceux qui en avaient le plus besoin, chacun à leur façon.

- Tu voulais donc les venger. Au fond, c’est ce qui a instillé ta rage. L’envie de protéger tout le monde et la colère d’avoir échoué. C’est ta force mais aussi ta faiblesse. Une simple constatation, rien de plus.

Finalement, il vit l’humain lui tourner le dos et s’éloigner un peu, mettant fin à la discussion de son propre chef. Nagah soupira. En réalité, il avait hâte que Valion s’en aille et se demanda l’espace d’un instant ce qui le retenait ici. Ah oui, c’était pourtant évident : Ezelya. Il devait se sentir tellement coupable qu’il attendrait plusieurs jours avant de s’en aller, histoire d’être sûr que la jeune femme allait s’en sortir. La naïveté de Valion faisait bien rire le Demi-dieu. Si ce n’était pas lui qui la tuerait, ça serait quelqu’un d’autre, à n’en pas douter. Il ne serait pas toujours là pour la protéger.

Un peu ennuyé d’avoir perdu sa distraction du moment, le fils d’Aqua chercha du regard une autre occupation. Tous ces pirates qui le regardaient de travers l’insupportaient. Même si ça lui arracherait probablement la langue de le dire : La présence de Valion restait plus agréable que ces regards critiques et malsains. Bien que Nagah appréciait les humains qui lui ressemblaient, il ne voyait en ceux-là qu’un ramassis d’andouilles. Pestant intérieurement, il se retourna et jeta un œil à l’humain qui semblait tenir un étrange objet dans sa main. Voilà l’occasion rêvée qu’attendait le loup divin pour emmerder leur invité. Un léger sourire se dessina sur ses babines pendant qu’il s’approchait lestement de Valion, faisant semblant de vouloir s’installer lui aussi à l’avant du navire, sans arrière-pensées. Au dernier moment, il pivota et subtilisa la pierre qui pendait autour du cou de l’humain. Immédiatement, il s’éloigna pour adopter une distance de sécurité et se mit à narguer Valion avec son butin.

« Allez, viens le chercher si tu veux le récupérer. » Songea t-il, la gueule entre-ouverte, amusé. Il comptait bien le faire courir si cet objet était aussi important à ses yeux qu’il le pensait. Narguer, courir, jouer... Voilà ce qu’il s’apprêtait à faire avec l’humain durant les prochaines minutes. Dérangé par l’objet qu’il tenait en gueule pour parler, il le lança en l’air et se le passa autour du cou. Qui sait si Valion oserait tendre la main pour le reprendre au Demi-dieu, au risque de se faire mordre.

- Je trouve qu’elle me va mieux qu’à toi, tu n’es pas d’accord ? Demanda t-il sur un ton moqueur. En réalité, il ignorait tout des pouvoirs de la pierre qu’il avait autour du cou.
Codage par Libella sur Graphiorum


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 116
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, anciennement brigadier-chef
Inventaire :
Petit sac:
 

Équipement:
 

Autres:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 19 Mai 2018 - 12:37


Le calme de Valion s'évanouit aussi vite qu'il était apparu lorsque sa précieuse pierre disparut subitement. En cause, la seule et unique boule de poils présente sur ce bateau. Il l'avait vu pourtant, se rapprocher de sa démarche innocente. Et il avait choisi de l'ignorer, sa méfiance trop usée par la fatigue. Quelle cruelle erreur.

« Qu'est-ce que- »

Cette réaction instinctive fut interrompue par une vive pique nommée étonnement, qui s'empara si brutalement de ses cordes vocales qu'elle en cessa l'activité. Abasourdi, le chasseur contempla le demi-dieu s'éloigner presque joyeusement. À vrai dire, il était même certain de discerner l'étirement de ses babines en un sourire. Mais qu'est-ce qui lui prenait ? Où était passé cet élan de sagesse, analysant sa force et sa faiblesse, en digne enfant des Quatre ? Il ne comprenait pas. C'était une sorte de blague ?

Alors qu'il hésitait quant au comportement à adopter, le fils d'Aqua lança le collier en l'air. Le corps de l'ancien soldat se tendit immédiatement en avant et son cœur se serra. Heureusement, bien que le nouvel objectif de Nagah demeure nébuleux, il ne semblait cette fois pas être porté sur la destruction. Ce qui n'empêcha pas l'agacement de poindre à nouveau le bout de son nez, aussitôt intensifié par la guillerette provocation du demi-dieu. Ce dernier jouait avec ses nerfs de ses griffes habiles comme sur un clavecin. Et ce dans un but absolument frivole. Valion grinça des dents en lui répondant :

« Non, tu as l'air d'un gros chien avec un collier. Maintenant peux-tu me rendre ma pierre je te prie ? »

Il avait l'impression d'être face à un enfant, qui le regardait avec une malice au fond dénuée d'innocence. Mais le demi-dieu n'esquissa pas l'ombre d'un mouvement. Qu'attendait-il pour lui rendre sa pierre de télépathie ? Il n'allait quand même pas l'obliger à venir la chercher ? Le forgeron sentit ses muscles se tendre. Sous le discret manteau du ciel assombri, il serra les poings une seconde et soupira bruyamment.

« Nagah... »

Il tendit la main en avant, paume ouverte. Mais bien sûr, c'était trop espérer de cet être cruellement impassible qui s'évertuait à le fixer, engoncé dans sa fierté puérile.

« Qu'est-ce que tu veux ? Que je te supplie fils d'Aqua ? »

Son ton montait d'un cran à chaque injonction, aussi il essaya de se calmer tout seul comme un grand. Mais sans la pierre et la rassurante présence de Sarabi pour l'y aider, il peinait à faire face aux tourments causés par son vis-à-vis. Pourquoi ne le laissait-il pas tranquille s'il ne l'aimait pas ? Valion soupira. Ils commençaient à attirer une attention tout à fait indésirable. Mais Nagah n'éprouvait visiblement aucune envie d'accéder à sa simple requête. À nouveau, sa mâchoire se crispa.

« Bien. »

Calmement, Valion s'approcha. Il n'avait aucune idée de l'état d'esprit du Loup qui avait annoncé souhaiter sa mort un peu plus tôt. Et même s'il ne l'avait pas fait, rien de l'empêchait de lui croquer un doigt, dans le meilleur des cas. Le jeune homme se renfrogna. Il ne pouvait cependant pas lui céder sa pierre. D'abord parce qu'elle était le symbole l'objet de son lien avec Sarabi, deuxièmement parce qu'il ne supportait pas l'idée de le laisser avoir le dessus.

Les pirates devaient le penser fou pour oser s'approcher d'un prédateur de plus de deux mètres de haut, divin de surcroît, dont les crocs étaient plus aiguisés que leurs lames. Pourtant, il ne se démonterait pas. Non sans crainte mais avec bravoure, Valion tendit sa main pour récupérer l'objet de leur querelle. Sa méfiance redoubla d'intensité à mesure qu'il touchait au but. Évidemment, d'un bond en arrière, le malin se retira au dernier moment. Il tenta d'attraper le collier artisanal au passage mais ne fut pas assez rapide.

Le chasseur se lança aussitôt sur lui, tentant de le prendre de vitesse, mais c'était comme si le demi-dieu avait anticipé son mouvement, ou l'attendait depuis le début. Il jura intérieurement alors que l'autre s'éloignait à nouveau. Ses muscles endoloris et les coupures heureusement superficielles qui parsemaient son corps lui intimaient de ne pas répondre à cette énième provocation. Mais Nagah possédait le don de piquer sa fierté encore mieux que sa propre sœur Danae.

S'ensuivit un cercle vicieux de course-poursuite sur le pont, au mépris des personnes déjà présentes. Ces dernières se contentèrent de regarder sans prendre parti, puisqu'elles se moquaient des deux larrons également. Au bout de plusieurs échanges, épuisé physiquement et nerveusement, Valion s'arrêta.

« Ça suffit. C'est tout bonnement ridicule ! »

Il en avait assez de se donner en spectacle pour satisfaire le jeu du Loup. Sur ces mots il s'en retourna pester dans sa barbe d'une semaine en se dirigeant vers la proue. Tant pis, il récupérerait sa pierre plus tard. Le silence et le calme de la mer lui étaient devenus soudainement plus précieux. Et puis, il devait soigner sa blessure totalement gratuite, qui, si elle n'avait pas l'air trop conséquente au premier abord, lui faisait quand même un mal de chien.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nagah
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 21
Double Compte : /
Liens vers la fiche : Par ici
Elément : Eau
Invocateur : Ezelya Kor'lenter
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 21 Mai 2018 - 15:08

Le poids de la liberté

La réaction de Valion lui tira un sourire amusé. Ça avait été tellement facile de lui subtiliser la pierre avec toute la fatigue qu’il avait accumulé durant l’épreuve. Et puis, il devait sûrement ressentir le contrecoup de la montée d’adrénaline qui l’avait fait tenir jusqu’à maintenant. Néanmoins, Nagah espérait qu’il aurait - malgré son épuisement - encore la force de jouer au petit jeu qu’il lui imposait en le narguant avec sa chère pierre à laquelle il semblait tant tenir. A sa question, le loup divin n’obtint qu’une réponse décevante qui ne le surprit pas réellement. Après tout, la jalousie de voir la pierre en sa possession n’avait pas dû aider Valion à l’inonder de compliments. Finalement, après un temps de réflexion, le Demi-dieu en vint à croire qu’il lui disait la vérité. C’est vrai que la pierre était relativement petite et devait se perdre par moment dans son abondante fourrure. Il lui faudrait quelque chose de plus gros, de plus marquant pour décorer son royal cou et qui, en plus, serait d’un beau bleu du même ton que celui de ses yeux.

« Maintenant peux-tu me rendre ma pierre je te prie ? »

Mais ce n’était pas parce que la pierre ne le mettait pas en valeur qu’il changerait soudainement d’avis et cesserait d’importuner l’humain. Non, le plan esthétique passerait après celui du amusement et il avait bien l’intention d’imposer son envie de jouer à Valion, qu’il le veuille ou non. Il secoua négativement la tête à la demande de ce dernier en se campant sur ses positions, le défiant clairement - de sa posture et de son regard provocant - de venir chercher la pierre qu’il portait fièrement autour du cou, même s’il doutait que l’humain envisagerait directement une confrontation frontale entre eux puisqu’il ne gagnerait pas. Sans doute essaierait-il de l’avoir par la pitié.

« Nagah... »

Lorsque Valion tendit la main pour lui prendre la pierre, le Demi-dieu fut partagé entre l’envie de s’esquisser telle une ombre insaisissable et celle de mordre cette main innocente tendue vers lui. Finalement, il décida d’attendre un peu plus longtemps, de voir si l’humain tenterait une offensive désespérée en fonçant sur lui pour l’éviter au dernier moment et lui montrer à quel point Valion était faible comparé à lui. Même s’il venait d’être fraîchement sorti de sa cellule, sa magie était, certes, encore éteinte pour le moment mais sa force physique était bien là.  

« Qu'est-ce que tu veux ? Que je te supplie, fils d'Aqua ? »

Le supplier ? En voilà une idée qu’elle était bonne. Son sourire s’étira davantage. Il était tenté de lui dire « oui » pour jouer avec ses pieds jusqu’à le faire sombrer dans la colère mais il doutait que Valion s’exécuterait à sa demande. Après tout, qui ne tente rien n’a rien, comme dit le proverbe. Alors, pour son plus grand plaisir, il allait tester la soumission de l’humain. Jusqu’où pourrait-elle aller ?

- Évidemment. Qu’attends-tu pour t’y mettre ? Tu tiens à la récupérer, cette pierre, non ? Si tu poses un genou à terre en me suppliant de te la rendre, peut-être accéderais-je à ta requête. Allait-il s’exécuter ? Rien n’en était moins sûr.

Motivé par sa fierté, Valion s’approcha - après un certain temps de réflexion - prudemment du prédateur géant qui entrouvrit la gueule, laissant entrevoir les dégâts éventuels qu’une morsure pourrait lui causer. Bien que sa première tentative pour récupérer son bien échoua lamentablement, Nagah savait qu’il en mettrait d’autres en œuvre, quitte à ressortir de cet échange avec - au mieux - quelques hématomes. S’attendant à une deuxième tentative, le Demi-dieu se recula au dernier moment pour mieux faire rager l’humain qui pensait ainsi pouvoir effleurer du bout des doigts son objectif. Le fils d’Aqua ne put empêcher un sourire amusé de poindre, au vu du plaisir qu’il prenait à tourmenter sans vergogne le pauvre humain.

- Est-ce là tout ce dont tu es capable ? Tu peux mieux faire, Valion, j’en suis certain. Lâcha t-il en guise de provocation. Il voulait le pousser dans ses derniers retranchements et il ferait tout pour y arriver, quitter à l’insulter pour en arriver là.

Son regard changea quand il vit l’humain se lancer sur lui et une lueur malsaine vint éclairer ses prunelles. Lestement, il l’évita dans un premier temps en se reculant d’un bond, puis se retourna pour courir sur le bateau jusqu’à un point stratégique, bousculant et envoyant à la flotte plusieurs pirates qui ne s’étaient pas poussés de son chemin à temps. Lui qui voulait tous les noyer, ces abrutis, il avait là une raison parfaite pour justifier ses agissements par un « oups » tout à fait innocent. Après tout, il ne faisait que jouer avec Valion et ces mercenaires ahuris empiétaient sur son terrain de jeu. Un instant d’inattention aurait suffit à lui faire perdre la partie mais il s’esquiva de justesse à un nouvel assaut de la part de l’humain, envoyant un pirate de plus à l’eau en agitant violemment la queue dans son élan. En reculant encore d’un pas, il constata qu’il était acculé contre le rebord du bateau et qu’il risquait de ne pas disposer de manœuvre suffisante pour éviter la prochaine offensive de Valion. Il pourrait toujours sauter dans l’eau mais il venait à peine de sécher sa fourrure et n’avait aucune envie d’en ressortir une fois de plus trempé. Alors, quand l’humain s’élança, le loup géant cette fois lui fit face et enfonça ses crocs dans son bras, le secouant dans son élan pour finalement le relâcher en laissant le dos de Valion percuter méchamment une surface dure, sans doute le bâtiment dans lequel se reposait Ezelya. Avec tout ce raffut, elle risquait d’ailleurs de se réveiller parce qu’on ne pouvait pas dire que le fils d’Aqua avec ses 250 kg faisait preuve d’un grand sens de la discrétion.

« Ça suffit. C'est tout bonnement ridicule ! »

Alors comme ça, il abandonnait ? Non, il ne pouvait pas décider de couper court au jeu de la sorte ! Ici, le maître du jeu était Nagah et ce dernier n’avait pas la moindre envie d’arrêter la partie. Rageant intérieurement, il le regarda regagner l’avant du bateau avant de se décider à le rejoindre.

- Ce qui est ridicule, c’est le laps de temps que tu as mis avant de t’écrouler lamentablement devant l’évidence même. Tu n’as aucune chance de gagner contre moi et tu le sais bien. Même diminué, je reste plus fort que toi. Mais c’était divertissant de te voir essayer de récupérer ta pierre, même si j’ignore à quoi elle peut bien te servir. Enfin, si elle ne sert qu’à te faire passer pour quelqu’un de sentimentaliste, tu ferais mieux de la jeter. Il pensait à une sorte de relique familiale en évoquant l’utilité de la pierre alors qu’il n’y était pas du tout. Alors, à quoi est-ce qu’elle peut bien te servir, hormis à te rendre faible et vulnérable, dis-moi ? Vu la façon qu’il avait de poser les questions, le Demi-dieu était pratiquement certain que Valion ne lui répondrait pas, ou en tout cas pas d’une manière satisfaisante à ses yeux. Très bien, va au diable ! Après avoir dit ces mots, il planta sans ménagement ses crocs dans la jambe de l’humain et se recula d’un coup sec en arrière pour faire tomber Valion face contre le pont du navire. Il le traîna ensuite  jusqu’au bord opposé du bateau où la quantité d’eau était un peu plus importante - oui il s’en voudrait de le tuer par accident - et posa les pattes avant sur le rebord en regardant le panorama avant de jeter un regard à Valion, l’air de dire « J’espère que tu sais nager ». Il redescendit et s’aida de sa force pour hisser l’humain et le faire passer par-dessus bord. Mais alors qu’il s’attendait à entendre un « plouf », il vit sa proie s’accrocher au rebord du bateau avec une ténacité qu’il ne lui connaissait pas. Soupirant, il posa une patte sur une des mains de l’humain et appuya son poids dessus. Lâche ça. Un grondement plutôt animal sortit de ses entrailles alors qu’il se répétait, espérant cette fois que l'ordre donné suffirait à le convaincre. Lâche ça, maintenant. Pour se faire obéir, ses griffes finirent par lacérer lentement la main qui l’empêchait d’aller rejoindre les poissons. Tu pourrais t’épargner des souffrances inutiles, tu sais ? Alors, vas-tu te décider à lâcher prise ? S’il ne s’exécutait pas, il y avait de grandes chances pour que Nagah finisse par l’aider à sauter le pas.
Codage par Libella sur Graphiorum


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 19
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mar 22 Mai 2018 - 2:50



Il faisait noir. Un noir d’encre, semblable aux abysses d’une mer calme. Au fond des océans, là où la lumière ne parvenait jamais, et elle était étendue là. Son corps était léger, mais aussi très lourd, et la douleur dans son corps était si diffuse qu’elle semblait s’éparpiller dans l’eau autour d’elle. Dans son dos, sa peau touchait quelque chose de doux et de chaud, et elle aurait voulu imaginer la peau de son petit papillon contre la sienne… Seulement sa conscience lui revenait lentement, et le réveil approchait avec douceur, ce qui lui permettait d’identifier les couvertures de sa cabine. Très bien. Elle était donc de retour dans sa cabine, et de ce fait, elle pouvait déduire qu’on l’avait traité correctement, et qu’elle allait donc pour le mieux. Probablement qu’en ouvrant les yeux, elle découvrirait Jin à ses côtés et elle pourrait prendre son temps pour s’accoutumer à son environnement avant de se lever. Il lui ferait sans doute un résumé des derniers événements, et elle pourrait même prendre une tasse de thé pour se détendre et assimiler les derniers événements.
Cependant, un tremblement étrange, suivi de bruits hauts-perchés, lui fit froncer les sourcils. Qu’est-ce que ça pouvait bien…-

BOUM

Ezelya se redressa d’un mouvement brusque, faisant voler sa couverture au sol. Dehors, des cris, des hurlements, et des gens tombant à l’eau. Étaient-ils attaqués ?!
Jin était sur le point de quitter la cabine, sabre en main.

《 -Jin ! Que se passe-t-il !? 》


Son ami se tourna à peine que de nouveaux cris, plutôt surpris cette fois, se firent entendre. Sans attendre une seule seconde, la jeune femme attrapa sa rapière et sortit en bousculant son ami. La scène lui arracha immédiatement un grognement de colère. Nagah était au bout du bateau, penchée au-dessus d’un homme qu’Ezelya identifia immédiatement comme étant Valion. Et bien sûr, plusieurs de ses hommes étaient tombés à l’eau, tandis que les autres les aidaient de leur mieux à remonter.

《 - STOP ! 》

La jeune demoiselle s’élança immédiatement vers Nagah, mais son ordre avant fusé trop tard. Valion avait lâché prise, et tombait vers l’eau. Sans qu’elle ne sache pourquoi, Ezelya s’engagea dans une course effrénée, et sauta sans une seule seconde d’hésitation dans l’eau froide. Cet homme lui avait sauvé la vie, même après avoir failli la lui prendre, et il était hors de question qu’un invité soit traité de cette façon sur son bateau. Sans attendre, elle trouva le corps de Valion, bien endommagé, de ce qu’elle en voyait, et attrapa son bras. Elle le tira alors vers elle, et le plaça sur le dos, de manière à ce qu’il puisse respirer. Tout naturellement, elle se déplaçait elle-même sans la moindre contrainte dans cette eau calme, mais elle s’inquiétait pour le jeune homme. Elle nageait depuis si longtemps que tout semblait naturel pour elle, surtout maintenant que Jin et Terron avaient fait d’elle une experte.

《 - Est-ce que tout va bien, Valion ? 》


La demoiselle attendit sa réponse, puis fit un signe de main à Jin. Qu’on leur envoie une corde, quelque chose ! Elle était leur capitaine, tout de même !
Bon, bien sûr, on ne la fit pas attendre, et une échelle de corde lui fut lancée. Elle l’attrapa lestement, et fit passer le jeune homme avant elle, par simple politesse, mais aussi parce qu’elle s’inquiétait un peu.
Quand elle fut enfin sur le pont, et qu’elle put soupirer, elle se permit d’analyser correctement la situation. Nagah était assis et regardait la scène de son œil de loup divin stupide, tandis que ses hommes remontaient lentement sur le pont, et lançaient des regards haineux au demi-dieu. Lentement, cependant, les regards se reposaient sur elle, et elle remarqua seulement à ce moment l’expression de Jin. Il la regardait comme si elle s’était renversé quelque chose dessus.
Et puis, évidemment, l’information monta doucement à son cerveau, qu’il faisait quand même vachement frisquet, et que le vent était un peu plus insistant que d’habitude… Sans même baisser les yeux, elle comprit le problème. Dans sa précipitation, elle n’avait bien sûr pas pris la peine de mettre de chemise, ce qui laissait uniquement les bandages pour protéger sa poitrine. Bandages, qui, d'ailleurs, recommençaient à se tâcher de sang. Le choc contre l'eau avait du rouvrir sa blessure, même si ce n'était pas là quelque chose de bien grave. Bon, heureusement elle avait un pantalon.

《 - Jin, rends-moi service et va me chercher quelque chose à me mettre. Ensuite, tu me feras plaisir, et tu donneras mon lit à l’autre blessé, qu’on le traite comme un égal. 》


Son ami ne discuta pas les ordres, et immédiatement, quelques hommes vinrent saisir Valion par les bras pour l’aider à rejoindre la cabine du capitaine. Le pauvre semblait bien endommagé, et elle ne voulait pas que son souvenir de la Reine soit une bataille inutile et des pirates indifférents. Sous la pression des regards de son équipage, elle se tourna enfin vers Nagah.

《 - Et toi, cher loup, laisse-moi mettre quelques choses au clair, et ce seront là mes premiers ordres pour ta divine personne. 》

Elle se permit une petite pause, et s’approcha du loup, pleine de son autorité de capitaine. Probablement que pour le demi-dieu, cette aura ne changeait rien, mais son équipage la sentait et appréciait de voir leur capitaine montrer son pouvoir.

《 - Mon bateau est une terre d’accueil, de fraternité et de respect. Je t’interdis de faire du mal à quiconque y est invité, ni à aucun membre de mon équipage, à moins qu’on me désobéisse. Et encore là, je ne veux aucun meurtre. Je me fiche que tu comprennes l’esprit qui anime mes hommes, mais je t’interdis de leur faire du mal. Tu es ici pour les protéger et nous aider à détruire nos ennemis, alors j’espère que tu comprendras mes ordres. En dehors de ce bateau, tu peux faire ce que tu veux, mais sur ces planches, je ne tolère pas les querelles ou la violence gratuite.  》

Ezelya soupira et se détendit, puis elle tendit sa main au loup en guise de paix, bien qu’il ne puisse pas vraiment la serrer.

《 - Maintenant… Puisses-tu pardonner ma réaction bien prompte à t’accuser. Peux-tu me raconter ce qu’il s’est passé, je te prie ? 》

La jeune femme s’approcha du demi-dieu et fit signe à son équipage de retourner à ses occupations. Elle organiserait probablement une fête dans la soirée, pour calmer les tensions et célébrer l’arrivée de renforts divins dans leurs rangs. Cependant, avant cela, elle voulait s’assurer que Valion irait bien, et elle voulait aussi parler un peu avec le loup.

Ah… Et une chemise. Une chemise ce serait bien aussi.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Le poids de la liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Océans & Mers d'Arcane :: La Téthys-