Drôle de chance

Partagez| .

Drôle de chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 173
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, ancien brigadier-chef
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Ven 1 Juin 2018 - 0:06


Dixième jour du printemps, fin de journée

Les flammes crépitaient devant ses yeux bleus dotés de reflets semblables à l'acier qui avait dansé en ces lieux sauvages. La terre s'ouvrait de part et d'autre, telle une gueule béante prête à avaler les restes d'un repas inachevé. La sensation du bois dans sa paume, l'odeur du sang embaumant l'air ambiant, celle de la cendre bloquant ses narines, Valion restait droit au milieu du carnage. Il tenait sa lance d'une main, de la seconde les rênes de sa jument, toujours apeurée mais heureusement indemne.

Les débris de métal se mêlaient aux manches et flèches brisés, recouvrant parfois la dizaine de corps gisant autour du chariot renversé et consumé par le feu. Non loin reposait le cadavre d'un Cruentur, transpercé à divers endroits, laissant s'écouler un sombre liquide encore chaud. L'ex-milicien soupira. Attristé par la perte de ces personnes à peine rencontrées, énervé par le comportement de ceux censés les protéger et déboussolé par la tournure des événements, son cœur ne savait où se placer.

Le monstre les avait tous surpris en jaillissant du sol. Plus vif et mortel que tous les récits qu'il avait pu lire et entendre jusque-là, la créature avait causé de nombreuses pertes avant d'être enfin abattue. Elle aurait pu en causer beaucoup moins si la troupe engagée pour la défense de ce transport n'était pas une bande d'incapables pas foutue de se dégoter une invocation intelligente. Sérieusement, à la première boule de feu lancée, le fils d'Ignis avait embrasé la toile du chariot, alors que le draconide s'en était tiré avec une brûlure légère ne l'ayant en rien empêché d'éventrer le cocher.

« Désolé l'ami, je rentre également sur Trare. Tu devrais en faire de même. Prends pas trop de temps à te décider, les charognards vont pas tarder à rappliquer. »

Le forgeron hocha la tête en direction du chasseur rencontré la veille à Trare. Ce dernier l'avait rencardé sur le départ d'un convoi alimentaire, chargé de légumes cultivés en masse dans ce village bucolique. La cargaison était désormais perdue et les rares chouquettes intactes éparpillées en tout sens. L'homme prit la direction empruntée quelques secondes avant par les mercenaires et civils survivants, sous l’œil pensif de Valion. Il devait toujours se rendre à Sirk et, même s'il n'y avait pas d'urgence, il n'avait pas envie de tergiverser.

Seulement, il était suicidaire de vouloir finir le chemin avec Safran en imaginant pouvoir s'en sortir indemne. Certes, il n'avait pas à rebrousser chemin jusqu'à Trare maintenant qu'il était aux pieds des Montagnes Zan. Havrejaune était plus près, derrière lui, et Selma l'attendait au devant. Mais, s'il se dépêchait, il pouvait rattraper les mercenaires et rentrer plus sereinement. Ceci dit, s'il regrettait l'absence du jeune chasseur, quitter la compagnie des autres imbéciles constituait une véritable bénédiction. Oui, sa patience s'était tout bonnement envolée à leur sujet. Alors qu'il réfléchissait à la meilleure stratégie à adopter, Valion attrapa le premier bout de tissu qui traînait pour essuyer sa lance, qu'il rangea ensuite dans son sac magique. Il ramassa quelques chouquettes encore intactes et jugea bon de les sauvegarder dans sa besace plutôt que les laisser pourrir ici.

Une immense ombre défila soudainement au sol devant lui. L'ancien soldat bondit sur ses appuis et ressortit son arme de prédilection. Aucun bruit ne sortait de cette scène désormais ordinaire aussi il leva les yeux au ciel, tentant de discerner la silhouette massive l'ayant survolé. En effet, il y avait bien quelque chose. Trop haut pour qu'il l'identifie, néanmoins il pouvait déjà certifier que ça semblait gros et dangereux. Un Griffin ? Pas un Croc-Rouge tout de même ? Après ses déboires maritimes et aujourd'hui, il allait finir par croire que les Quatre lui en voulaient.

Une odeur des plus désagréables saisit alors ses narines, perçant brusquement la brume cendrée et sanglante jusqu'alors ambiante. Quand il disait que les vestiaires de la Milice puaient parfois comme un Murcor il ne pesait pas ses mots, mais alors là ! Le cliquetis de l'équipement et les nombreux bruits de pas ne tardèrent à lui parvenir. Il tourna la tête vers l'origine du mouvement pour apercevoir un petit groupe venir dans sa direction. Trois hommes et trois femmes, à la démarche et l'apparence foncièrement guerrière. Des bandits ? Valion desserra finalement l'emprise sur sa lance et relâcha son attitude, réalisant progressivement que l'une des têtes blondes lui était familière.

La chance allait peut-être enfin lui sourire.


Inventaire:
 

▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Dim 17 Juin 2018 - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 284
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece, Armalys & Galifey
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 10 Juin 2018 - 14:33

❝ Drôle de chance
- ft. Arianna, Valion & Nathan (?)

La nuit commençait à poindre le bout de son nez alors que je m'efforçais de détailler la carte de l'île que je tenais entre mes mains. Je comprenais alors que nous arrivions sur les Montagnes de Zan que nous allions évidemment plus contourner qu'autre chose. Le ciel déjà un peu trop sombre ne me permettais pas d'en savoir davantage. Je me mis alors à grogner nerveusement en roulant et rangeant la carte dans la sacoche, accroché à la selle de Gyllir. On aurait peut-être d’ailleurs dû s'arrêter pour la nuit avant de s'engouffrer là dedans. Mais soudainement, je me mis à humer l'air, levant mes narines pour mieux sentir. Choses qui depuis quelques temps m'avaient été plutôt impossible, l'odeur de la bestiole visqueuse n'étant pas totalement parti. J'avais d'ailleurs soufflé gentiemment à Armalys de s'éloigner de nous, puisque c'était surtout elle qui chlinguait.

Mais bon, revenons à nos Cobas. Plus loin, je sentais l'odeur du sang, cette odeur que je connaissais trop. Plissant mes paupières je discernais, à une centaine de mètres devant nous, ce qui semblait être un convoi plutôt dans un sale état. Quelle aubaine ! L'odeur fumante du sang était de bonne augure. Inspiré par ce que j'imaginais déjà y trouvais, je pressais le pas, suivis par tous le monde. Plus nous avancions, plus je comprenais. Une grande bête les avaient attaqué, anéantissant une bonne partie de leur force, mais celle-ci avait succombé. Leur lourde perte les avaient sans doute forcé à abandonner leur convoi.

Arrivant sur les lieux, je m'avançais d'abord vers la bête, plutôt énorme. Celle-ci avait visiblement déjà été dépecée et certainement allégée par les meilleurs parties. De toutes façons, je ne la connaissais pas et je ne pouvais malheureusement pas juger de l'importance de ses restes. Me relevant, mes yeux tombèrent naturellement sur un homme, visiblement aguerris, qui se tenait là. J'entendais déjà les miens s'approcher du convois pour le fouiller et moi, je me trouvais là, face à cet inconnu, muette et le visage sévère. Jusqu'à maintenant, je ne l'avais pas vu et visiblement, ainsi seul face à nous, il ne pourrait rien protéger ou alors, j'aurais à faire à un suicidaire. Alors d'un air désinvolte je m'adressais à lui avant de rejoindre un cadavre.

❝ Reste tranquille si tu veux pas de problème. ❞

Sans lui accorder plus d'importance mais lui jetant quelques regards de temps à autre, vérifiant qu'il n'allait pas jouer les imprudents, je m'accroupissais aux côtés du cadavre sur lequel j'avais jeté mon dévolu, le retournant et commençant à palper ses vêtements en recherche de je ne sais quoi. Il avait plutôt l'air d'un travailleur de la terre au vue de la rudesse de ses mains et je doutais de trouver quoi que ce soit d'intéressant dans ses poches. Ah ! Je sentais bien une petite chose au bout de mes doigts. Je m'efforçais alors d'attraper ce qui se trouvais bien au fond de sa poche, grimaçant devant l'effort que ça représentait, pour finalement en ressortir cinq tsuris. Je les regardais, un à un, avant de les glisser dans ma bourse, pas bien fantastique, mais c'était toujours ça de gagné.

Je me redressais alors, avec le peu de grâce dont m'avait fait don la nature et je me dirigeais vers le convoi avant que je ne m'arrête en fixant le sol. Là, à mes pieds se trouvait une petite chose sur lequel je jettais mon dévolu. Je l'attrapais alors avant de la détailler. Une chouquette ! Je l'époustais des quelques brins d'herbe qui s'y était collé avant de l'enfourner sans attendre dans ma bouche, poursuivant ma quête de quelque chose de plus... Intéressant.

(c) Kuroko's basket RPG


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Arianna
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : auteur inconnu
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 61
Elément : Aucun
Métier : Danseuse de rue
Inventaire :
Bourse:
 

Equipement:
 

Sac sans fond:
 

Besace:
 


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mer 13 Juin 2018 - 4:55

Nous avions marché une journée durant et je devais bien avouer que j'avais grande hâte que nous nous arrêtions pour la nuit. Soupirant certainement pour la cent cinquante et unième fois de la journée, je m'étirais tel un chat espérant détendre un peu mon pauvre corps tendu part l'effort continu mais bien malheureusement sans résultat. Jetant un bref coups d'oeil à mes compagnons, je soupirais de plus belle en ne remarquant pas de réel signe de fatigue de leur part. Grimaçant, j'en déduisis qu'il y avait une possibilité pour que nous ne nous arrêtions pas de sitôt. Jetant un regard vers le soleil qui était à présent sur le déclin de façon prononcée, je me demandais si nous allions marcher une partie de la nuit également? 

Attrapant la gourde se trouvant dans mon sac de voyage, j'en bu une longue rasade avant de la remettre à sa place, son poids venant ce rappeler à mes épaules ankylosées par le port de la charge relativement lourde qui ce prolongeait sur une durée dont elles n'avaient guère l'habitude. Relativisant quelques peu, je me rassurais tant bien que mal en me répétant que je finirais par avoir l'habitude et que bientôt, je ne me rendrais même plus compte qu'il se trouvait là, mais plus le temps passait et plus il semblait se rappeler à moi... Oui, la réalité de se rêve que j'avais fait concernant un glorieux et magnifique voyage se rappelait à moi aussi durement qu'elle en avait toujours eu l'habitude et tiraillée de fatigue et de faim, je n'en pouvait plus de cette journée qui n'en finissait pas. Grimaçant avec une seule pensée en tête, je priais pour que l'on s'arrête enfin, ne serait-ce qu'une demi heure pour nourrir mon estomac affamé lorsque mon cri de désespoir silencieux sembla entendu par le ciel. 

Observant la jeune femme en tête de marche qui avait alors ralentit en souriant à l'idée de la voir ce retourner pour nous dire que nous nous installerions ici pour la nuit, toute joie disparue aussi sec lorsque je remarquais le sérieux de son visage et la plus grande méfiance qu'elle semblait tout à coups porter à son environnement. A présent sur le qui-vive à mon tour, mes sens à l’affût cherchant ce qui la rendait si méfiante, je ne pu empêcher une nouvelle grimace en songeant que les dieux ne m'accordaient pas le répit providentielle mais probablement une bête plus grosse, plus féroce et plus hargneuse que celle que nous avions croisé ce matin même. Hmmm.... Et bien, les dieux avaient là un bien drôle sens de l'humour, songeais-je avant qu'une odeur que je n'appréciais pas particulièrement ne me parvienne alors. 

Plissant le nez de dégoût, je suivis bien malgré moi mes compagnons de voyage qui semblaient chercher avec un entrain certain, là d'où elle nous parvenait cette odeur aussi particulière que désagréable, lorsque mon regard en trouva enfin l'origine. Lagertha était déjà bien affairée lorsque mon regard se porta sur un monstre qui avait semble-t-il été dépecé et celui de corps bien humain gisant à ses côtés. Écarquillant les yeux tant d'horreur que de désarrois, je détournais bien vite le regard tentant de masquer mon dégoût lorsque je vis Lagertha faire les poches aux pauvres victimes. Encore une dure réalité qui me parvenait en pleine face... Ce qui ne servait plus à l'un, servirait à un autre. C'es quelques chose qui me semblait normal en tant normal, après tout, il y avait bien les dons, les héritages, mais... Faire les poches à un mort était quelques chose d'aussi nouveau que déstabilisant pour moi...

Soupirant encore, je profitais malgré tout de cette accalmie tout de même bienvenue pour me laisser tomber fesses les premières sur le sol après y avoir posé avec délicatesse... Jeté, mon sac à dos. Massant mes jambes endolories quelques instant, je farfouillais ensuite dans mon sac à la recherche d'une collation. Un grand sourire naquit lorsque je tombais sur l'objet de mes désir, une graine de soleil. Croquant bien vite à pleine dent dedans, j'accueillis son jus salé qui dégoulinait au coin de ma bouche pour tomber goutte à goutte de ma mâchoire pour venir s'écraser sur le sol poussiéreux avec un plus grand et béa sourire alors que je mâchais avec hâte la chaire du fruit avec empressement pour vite l'engloutir et apaiser mon estomac. 

Ce ne fut qu'une fois le fruit terminé que je reportais mon attention sur mon environnement et si je retrouvais bien vite mes compagnons du regard, se fut bien autre chose qui la retins. Tiens? Mais il n'était pas là, songeais-je en fronçant les sourcils, toute mon attention tournée à présent vers l'homme qui semblait d'ailleurs lui même m'observer. Haussant un sourcil, je les fronçais bien vite à nouveau lorsque je constatais que ce visage ne m'étais pas inconnu. Faisant fonctionner mes méninges à vive allure, le souvenir d'un homme m'apprenant qu'une dague serait un bon investissement éclaira mon visage en un sourire en coin. Cherchant son prénom en vain, je finis par me demander s'il c'était même présenté.

- Vous, me contentais-je de dire sur un ton ravi et assez fort pour que l'on m'entende de là où il se trouvait. 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 173
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, ancien brigadier-chef
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Lun 18 Juin 2018 - 14:45


Lorsque les nouveaux venus furent à une distance qui permit à ses yeux fatigués de les détailler, Valion réalisa qu'il avait peut-être baissé sa garde un peu tôt. Même s'il reconnut rapidement la demoiselle qu'il avait conseillé en matière d'armes, à Lüh, l'attitude et la démarche de ses compagnons lui inspiraient très peu confiance. Tatouages, équipement solide mais rudimentaire, éprouvé par les combats autant que par les caprices d'Aer, traits rudes... Très certainement des natifs du Nord. Et pas des nobles.

Les sourcils froncés, l’ancien soldat les observa examiner la dépouille de la bête, qui avait de quoi attirer toutes les attentions. Il commençait à se ravir d’avoir laissé Nathan à Trare, et de ne pas l’avoir embarqué dans cette aventure aussi incertaine que périlleuse. Il croisa ensuite le regard sombre de celle qu’il avait identifié comme meneuse. Vu leur attitude, ça n’était pas plus compliqué que discerner un gradé d’un simple milicien. La guerrière n’avait rien d’avenant, aussi Valion se contenta de lui renvoyer son air sérieux, sans aucune trace d’animosité, contrairement à l’aura intimidante qu’elle dégageait. Il rangea même sa lance dans son sac sans fond, en guise de bonne foi. Elle finit par rejoindre les autres en plein pillage, l’encourageant à rester bien sage.

Il prit la menace pour ce qu’elle était et demeura muet, sans laisser sa fierté réagir comme d’autres auraient pu le faire. Heureusement pour lui, il n’était pas du genre à provoquer, du moins pas volontairement. Ce bref échange terminé, son esprit le ramena soudainement à sa première découverte : la blonde menue dont le fessier reposait désormais au sol, et dont les yeux qui le fixaient actuellement étaient encore plus clairs que les siens.

Les lèvres du jeune homme s’étirèrent sensiblement devant l’enthousiasme de la demoiselle. Il était plaisant de retrouver un visage familier au milieu du carnage et de la tension ambiante, même s’il n’arrivait sincèrement à en éprouver que peu de joie. Il acquiesça puis se dirigea lentement vers elle en la saluant, les bras croisés sur son torse.

« Miss Light, un plaisir de vous revoir. Même si j’aurais souhaité que cela soit en d’autres circonstances. Je ne me suis pas présenté la dernière fois, excusez-moi. Je m’appelle Valion Lameblanche. »

Il passa son ancien statut de soldat sous silence, afin d’éviter toute histoire. Il espérait que Arianna n’ait pas entendu parler de lui via son frère, ou du moins qu’elle tairait également cette connaissance. Il s’agenouilla à un mètre d’elle, préférant se mettre à sa hauteur que la contempler de haut, et pivota légèrement sur sa gauche, de sorte à garder les pilleurs dans son champ de vision. Ils n’avaient rien de simples habitants des Landes, alors qui étaient-ils ? Des mercenaires ? Des ennemis de la couronne ?

« Voilà vos compagnons de voyage ? »

Il les contempla à nouveau, les traits toujours aussi sérieux, tentant de cacher la méfiance dans ses paroles. Mais il se garda bien de juger les choix de la jeune femme, en espérant surtout qu’elle ne soit pas en mauvaise posture. Le scénario d’un kidnapping commençant à se former dans son esprit de grand frère, il chassa ses pensées surprotectrices du mieux qu’il put et essaya de relever le constat et la conversation d’une note plus positive.

« Ils ont l’air tout à fait capables de se battre. En avez-vous profité pour prendre quelques cours ? »

Il n’eut pas vraiment l’occasion d’écouter sa réponse, le comportement des autres ayant piqué ses principes une fois de trop. Le plus tatoué de la bande, qui avait deux haches ceintes à sa taille, s’affairait à retourner les cadavres sans ménagement aucun. Déjà qu’il ne tolérait guère qu’on vole les dépouilles, leur manquer de respect de la sorte était tout bonnement inconcevable. Coupant cours à la conversation d’un geste de la main un peu rude, il adressa un rapide regard à la danseuse avant de se relever.

« Veuillez m’excuser. »

Valion aurait probablement dû rester à ses côtés mais, il était un homme qui se définissait par ses valeurs. Un comportement dont l’instinct se passait parfois de toute raison. Oui, il était conscient d’être seul contre cinq, et de son intérêt à faire profil bas. Mais il était absolument incapable de rester de marbre devant cette scène. D’un pas plus déterminé que rapide, il se rapprocha de la femme qui lui avait adressé la parole un peu plus tôt pour l’interpeller :

« Hé ! Vous comptez profaner les morts encore longtemps ? »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 284
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece, Armalys & Galifey
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 19 Juin 2018 - 19:43

❝ Drôle de chance
- ft. Arianna & Valion

Accroupis, dans l'un des chariots bancale et à moitié cramé, je m'évertuais à trouver quelque chose d'intéressant. Un peu de nourriture exploitable peut-être, des ustensiles pratiques... va savoir. Mais alors que je pestais de ne rien trouver de probant, j'entendais soudainement un voix dans mon dos, que je ne connaissais pas. Quelle ne fut pas ma surprise de subir une telle agression. Mes yeux s'écarquillaient d'étonnement alors que je me retournais lentement vers mon assaillant qui n'étais autre que l’intrus dans cette scène. Je le fixais d'abord quelques secondes, l'air provocateur, tentant de lui laisser une chance de se sortir de tout ça. Mais visiblement, il ne semblait pas vouloir lâcher l'affaire. Plissant les yeux devant l'audace de ce jeune homme je me redressais en observant rapidement autour de moi. C'est vrai qu'un peu plus loin, Ivar ne faisait pas dans la dentelle. Mais malheureusement pour notre valeureux inconnu, on avait pas franchement le temps de piller avec des pincettes. Une fois debout, je plantais mon regard dans celui de ce dernier et laissais quelques secondes de silence planer.

❝ Ivar ! ❞

Ce dernier se redressa à son tour, un peu étonné surement. Je tournais alors mon visage vers lui en prenant un air faussement réprobateur.

❝ Fais un peu attention à ces cadavres, tu pourrais leur faire mal. ❞

Comme je le pressentais, Ivar et les autres éclatèrent de rire avant de poursuivre leur affaire, m'arrachant un léger sourire avant que mon air acerbe ne revienne transpercer l'inconnu qui m'avait fait l'affront de m'arrêter. Je fis alors quelques pas, suivis d'un petit saut pour descendre de mon piédestal bancal, me rapprochant de lui, mon regard sombre plongé dans le sien. Ses quelques dizaines de centimètres de plus ne me faisant absolument rien, je lui faisais face avec provocation.

❝ Écoutes, on « profane » pas, on recycle. Si c'est pas nous, d'autres s'en chargeront. Et de toutes façons, ils finiront bouffés par le premier monstre qui passera par là. Alors... ❞

Je me rapprochais d'un pas, le fixant d'autant plus et profitant ainsi de la clarté de son regard, le tenant toujours avec fermeté, posant ma main sur la garde de mon épée accrochée à ma taille.

❝ A moins que tu comptes aller voir chaque monstre de cette putain d'île qui « profane » le premier corps venu, ne viens pas me demander de respecter les morts quand d'une minute à l'autre on risque de finir comme eux si on s'attarde. ❞

Au fur et à mesure de mes mots envoyés, j'avais rapproché mon visage du sien, laissant à nouveau quelques secondes de silence avant de m'en détourner, n'attendant évidemment pas son approbation. Il n'avait pas froid aux yeux en tout cas celui là et je dois dire que ça me plaisait. Et puis en soit, il avait pas franchement tord, mais ça, je ne lui dirais évidemment pas. Moi aussi, il n'y a pas si longtemps j'aurais aimé que nos morts soient respectés comme il souhaitait que je le fasse. Mais ce monde est trop cruel pour ça. Ce n'était pas tant l'envie de respecter les morts qui nous entouraient, mais bien le temps qui me manquait. Surtout là où nous nous trouvions. Les montagnes qui nous entouraient n'étaient pas franchement réputé pour être tranquilles et ce charnier n'allait pas tarder à attirer les monstres aux alentours, nous allions d'ailleurs partir d'ici d'une seconde à l'autre. Indiquant aux autres de mettre leur trouvailles dans un même grand morceau de tissu que Lothar passa au dessus de son épaule, je me retournais vers Arianna et l'appela.

❝ Dépêches toi, on se casse d'ici, avant que tous les monstres du coin rappliquent. ❞

Sans attendre de réponse de sa part, je commençais déjà à m'éloigner, attrapant la bride de Gyllir qui calqua mes pas, suivis de mon clan.

(c) Kuroko's basket RPG


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Arianna
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : auteur inconnu
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 61
Elément : Aucun
Métier : Danseuse de rue
Inventaire :
Bourse:
 

Equipement:
 

Sac sans fond:
 

Besace:
 


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Jeu 21 Juin 2018 - 23:02

Il est vrai que les circonstances n'étaient peut-être pas des meilleurs de ce que je pouvais en constater. Il venait de perdre ses compagnons de voyage et les miens qui ont décidé de ce montrer sous leur jour le plus rustre n'aidaient en rien, mais ma foi, de ce que j'ai pu connaître d'eux jusqu'à présents, ils sont assez sympathique sous leurs airs bourrus. Esquissant une légère grimace face à ce constat, mais mes oubliant bien vite ce détail, mes sourcils ce froncèrent et mon visage prit une moue des plus sérieuse à l'entente de son nom qui me disait sensiblement quelques chose.

- Valion... Valion... Ce nom me dit quelques chose... Marmonais-je en réfléchissant.

Le souvenir de mon frère racontant je ne sais quoi s'imposa petit à petit à moi, mais je n'avais fichtrement aucune idée de ce qu'il avait bien pu raconter. Seul "Valion", répété à plusieurs reprises dans différentes conversations me revenait, comme pour tout ce qui concernait son travail, ne m'y intéressant pas vraiment. Posant mon regard sur l'homme qui me faisait face, je me questionnais. S'agissait-il du dit Valion ? En avait-il parlé en bien ou en mal? Travaillait-il avec lui ou s'agissait-il d'un cas dont il c'était occupé? Le dévisageant ouvertement, je finis par ouvrir la bouche pour lui poser les dites questions lorsqu'il reprit la parole, m'éloignant du sujet. Tournant mon regard vers mes compagnons je les observais quelques instant un léger sourire aux lèvres malgré mes sourcils froncés à cause de leur manière de faire à laquelle je n'étais pas du tout habituée.

- Ce sont mes compagnons de voyage, en effet, affirmais-je toujours en souriant. Il faut bien avouer qu'ils n'ont pas les manières de la capitale, mais je préfère cela aux faux-semblant de la capitale, avouais-je en portant de nouveau mon regard vers mon interlocuteur. Sinon, je peu bien avouer ne pas avoir eu le temps de pendre des cours depuis que nous avons commencé notre voyage, poursuivis-je. Nous avons quitté Lüh ce matin même et...

Je n’eus pas vraiment le loisir de poursuivre qu'il se mit vivement debout après un bref "veuillez m'excuser" et s'en alla interpeller Lagertha. Fronçant les sourcils, je finis par soupirer en imaginant parfaitement la réaction de Lagertha qui n'allait s'en nul doute pas attendre. Levant les yeux au ciel, je reportais mon attention sur le contenu de mon sac à dos, réfléchissant à ce que j'allais bien pouvoir préparer à manger, gardant tout de même un oeil sur ce qui se passait non loin de là, prête à réagir si nécessaire. Je n'étais déjà pas très confiante à cause de cette carcasse sentant le sang frais certainement à des kilomètres et annonçant un véritable buffet à volonté à tout les monstres passant non loin de là, alors si en plus ces deux là ce chamaillaient, nous ne serions pas sorti de l'auberge.

Mon choix s'arrêta sur de bonne brochettes de Terra Sanguine, songeant que si leur goût serait bien moins appréciable avec de la viande séchée, ajouter un chouïa plus de ce côté piquant des Sanguines les relèverait juste ce qu'il faut pour les rendre presque tout aussi appréciable et j'étais encore à en mesurer mentalement les quantités nécessaire avec autant de précision que possible lorsque Lagertha m'annonça qu'il était temps de partir, coupant court à mes réflexions. Me levant non sans grimacer à cause de la fatigue physique qui commençait à ce faire plus que ressentir, j'attrapais mon sac et ma besace et les portaient à mes épaules avant de rejoindre d'un pas rapide Lagertha tout en l'appelant.

- Ne pourrait-il pas venir avec nous ? Lui demandais-je sur un ton assez haut pour qu'elle m'entende sans pour autant le crier. Il sait se battre, il pourrait être utile, argumentais-je pour ensuite marmonner amèrement un vague Toujours l'est-il plus que moi, sans vraiment me rendre compte que je pensais à voix haute.

Je ne le connaissais pas vraiment, mais il m'avait rendu service et je me sentirais alors mal de le laisser seul au millieu de nul part. Et puis, je me demanderais alors sans cesse s'il est encore en vie ou non, songeant que ce serait notre faute s'il venait à mourir car nous n'aurions rien fait pour l'aider, même s'il ne demandait rien.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 173
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, ancien brigadier-chef
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 1 Juil 2018 - 14:23



Ses valeurs irritées par le comportement des rustres compagnons de la danseuse, Valion n’en demeurait pas moins calme. Il ne cherchait, au fond, pas l’affrontement, même s’il était bien capable de l’attirer malgré lui. Mais dès que les paroles de l’effrontée franchirent ses lèvres, le corps du jeune homme se crispa et il fronça les sourcils. Elle osait en plus se moquer de la situation ? Elle vint pourtant à son encontre, sans qu’il sache si elle souhaitait échauffer ou calmer les esprits.

Malgré son attitude ouvertement provocatrice, ses premiers mots firent mouche. Elle n’avait, en un sens, pas tort. Et même s’il ne pouvait se rabaisser à voler de l’argent, car prendre les possessions des morts restait du vol, il devait admettre que l’équipement et les provisions feraient mieux d’être réutilisées par ceux qui en avait besoin dans l’immédiat. Bien sûr, leurs manières à eux restaient hautement discutables.

Agressés par le regard hostile et buté de la jeune guerrière, les eaux de ses yeux bleus s’agitèrent sensiblement, sans jamais déborder. Attiré par le mouvement de sa main qui vint se planter sur la garde de son arme, Valion devina qu’il n’y avait pas matière à débat. Aussi il demeura cois, se contentant de tenir sa propre position sans être perturbé par la proximité agressive de son visage.  Il ne put toutefois s’empêcher de songer très fort.

Nous ne sommes pas des monstres, voilà la différence.

Au lieu de le clamer comme un parfait inconscient, il se contenta de pousser un petit soupir pour relâcher la tension, une fois la blonde loin de lui. Observant alors le sol, à la recherche de quelque chose d’utile, il finit par repérer deux flèches d’apparence en bon état, certainement tombées d’un carquois durant l’affrontement. Alors qu’il tâtait la pointe pour mieux juger de leur potentiel létal, il entendit la blonde intimer à son élève improvisée de se bouger le popotin avec une élégance qui semblait caractéristique.

L’ancien soldat rangea sa trouvaille dans son sac sans fond, prit les rênes de sa monture en main avant de se rapprocher du groupe sur le départ. À vrai dire, il n’appréciait guère l’idée de laisser Arianna en leur compagnie, même si ça ne semblait pas déranger cette dernière. Prêt à la dissuader de les suivre, il entendit sa demande et masqua son étonnement. Les accompagner ? Il n’avait pas considéré cette option, probablement parce qu’il n’en éprouvait pas l’envie.

Il fallait pourtant l’admettre, c’était la meilleure des solutions pour tous les partis présents. Il pourrait ainsi veiller sur la danseuse et rejoindre un groupe visiblement plus aguerri que le précédent. Fixant désormais la meneuse, il ajouta :

« Je me rends à Sirk. Même si vous vous arrêtez avant, vous accompagner me semble être une bonne idée. »

Sentant le regard lourd de toute cette joyeuse compagnie sur lui, il comprit qu’il allait devoir en faire plus pour plaider sa cause. Il porta brièvement son attention sur Arianna pour gagner son soutien, avant de déclarer d’un ton aussi neutre que pragmatique et de plonger ses yeux dans ceux de leur chef :

« Elle a raison, je sais me battre. Et contrairement au reste de votre groupe, je suis sacrifiable. » Puis, jetant un coup d’œil en arrière vers sa jument : « Je ne vous ralentirais pas. »

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 284
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece, Armalys & Galifey
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Sam 7 Juil 2018 - 15:23

❝ Drôle de chance
- ft. Arianna & Valion

J’étais, moi, déjà en train d’embrayer sur de notre départ de la zone, tout comme le reste de mon clan. Evidemment, les deux autres débiles avaient visiblement décidés de faire comme s’il n’y avait aucun souci à rester blablater tranquillement au coin du feu. Les entendant tout deux parler mais ne faisant finalement qu’à peine attention à ce qu’ils pouvaient bien car mon exaspération était trop grande, je levais les yeux au ciel en soupirant. Me retournant vivement vers eux sans pour autant m’arrêter, je leur lançais :

❝ Oui, ben vous m’en voudrez pas, mais on argumentera ses chances de survie plus tard sur le chemin, hein. ❞

Ça pouvait sous entendre que j’acceptais sans broncher, mais c’était loin d’être le cas, évidemment. Ces quelques pas pourraient au moins me servir à réfléchir à la question et selon ma décision, on le planterait littéralement sans la moindre pitié. Mais il fallait bien avouer qu’il me plaisait bien celui-là, pourtant, quand je croisais son regard, il ne pouvait sentir rien d’autre que de l’aigreur et de la méfiance. En tout cas, il me paraissait suffisamment lucide pour réfléchir à leur sollicitation. Il était sacrifiable et il avait raison. Néanmoins, on était pas une garderie non plus, il fallait pas trop abuser de mon hospitalité, à moins d’avoir vraiment quelque chose d’intéressant à m’offrir…

Sur mes mots et sans attendre, je continuais notre route, dans un silence que j’espérais plus long que le précédent. Mon pas était lourd mais surtout rapide, il fallait s’éloigner et le plus loin possible. Je ne pouvais alors m’empêcher de guetter le ciel tandis que, de temps à autre, la silhouette sombre d’Armalys nous surplombait. J’étais quand même inquiète et sur mes gardes, cette zone était loin d’être sûre. En tout cas, encore moins que beaucoup d’autres.

Une vingtaine de minutes de marche intense plus tard, je me retournais rapidement et trouva l’inconnu du regard. Je l’invitais à me rejoindre d’un geste de la main et d’un air pas très avenant évidemment. J’étais trop bonne, vraiment, j’aurais dû le laisser y a déjà bien longtemps. Mais bon, il avait su suffisamment éveillé ma curiosité pour que je lui laisse une chance de me convaincre, au moins une petite. Quand il fini par me rejoindre, je ne lui accordais aucun regard et continuais à fixer l’horizon d’un air sévère.

❝ Bon, à part savoir te battre… pour quelle foutue raison je devrais t’éviter de pourrir et crever ici tout seul ? ❞

Bon, bien sûr, le fait qu’il sache se battre et que ça se voyait était déjà un bon point en soit. On était jamais assez de bons combattants à parcourir l’île. Mais je n’étais quand même pas assez bienveillant pour accepter avec cette seule raison. Une fois sa réponse donnée, je continuais.

❝ Tu vas où, déjà ? Et où c’est exactement ? ❞

Je n’avais pas peur de le dire, j’avais absolument pas fais gaffe à ce qu’il avait dit tout à l’heure. J’ai simplement entendu vachement un truc qui ressemblait à un bruit de crachat mais n’en ayant pourtant discerné aucune syllabe. En sachant cela, je pourrais un peu mieux juger des possibilités de notre possible « collaboration ».

(c) Kuroko's basket RPG


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 173
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, ancien brigadier-chef
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Dim 22 Juil 2018 - 17:31



La réplique de la guerrière, qui ne lui avait accordé qu'une miette d'attention, le décontenança quelque peu. Était-ce un oui ? Un non ? Il ne savait guère vers quel côté penchait sa réponse. Elle se remit en route sans plus de précisions, le laissant seul décisionnaire dans l'équation, du moins pour l'instant. Valion jeta un coup d’œil vers la demoiselle, qui semblait à peine surprise par cette réaction, et choisit donc de prendre cela comme un encouragement à les suivre.

Il se plaça aux côtés d'Arianna mais se joignit au silence général. La tension était palpable, mieux valait être prudent que de chercher à sociabiliser, ce qui lui correspondait tout à fait. Les rênes de Safran toujours serrés au creux de sa main calleuse, il guettait les environs pour débusquer une éventuelle menace. Les terres d'Arcane se passaient de la volonté des Quatre pour être cruelles et dangereuses. Une rencontre désastreuse ne prévenait pas une seconde.

Finalement, alors que le calme remplaçait peu à peu l'inquiétude, le regard du forgeron se perdit sur le sol qui défilait rapidement sous leur marche accentuée. Peut-être qu'il avait été un peu dur. Ces gens faisaient ce qu'ils devaient pour survivre, et cela n'impliquait rien de facile. L'épreuve de Sarabi et son altercation avec les pirates lui avaient par deux fois montré l'ombre des doutes qui l'habitaient. Sa vision du monde ne devait pas se laisser assombrir par les émois de son esprit ni de son cœur. Un exercice difficile, depuis qu'il avait quitté sa discipline militaire. Il lui fallait trouver un juste milieu.

Relevant la tête avec son air habituellement sérieux, Valion accéléra le pas pour se placer au niveau du plus jeune de la troupe. Ce dernier ne sembla pas faire grand cas de sa présence mais il le sentit un poil mal à l'aise. Sans un mot, l'ancien soldat plongea une main dans son sac sans fond. Il en tira les deux flèches récupérées plus tôt, puis les tendit à son vis-à-vis en sortant enfin de son mutisme.

« Tenez, j'ai trouvé ça tout à l'heure. Cela vous sera plus utile qu'à moi. »

Il ne lui laissa d'autre choix que de les prendre puis revint auprès de la jolie danseuse. Son renfermement ténébreux passé, il lui devait bien une compagnie plus chaleureuse et disponible que ce qu'il lui avait offert jusqu'à présent.

« Merci. De m'avoir invité à vos côtés. »

Peu importait le calcul, la présence d'Arianna avait clairement augmenté ses chances de survie. Et dire qu'il avait voulu s'embarquer dans cette aventure pour la protéger elle. Celle-ci assurait ses arrières, et non l'inverse ! Il sourit intérieurement devant sa propre bêtise. Danae se moquait souvent de ses instincts protecteurs qu'elle jugeait complètement inutiles et patriarcaux. Et elle avait peut-être raison, même s'il ne visait pas à mal et que c'était plus fort que lui. Mais en l'occurrence, Arianna ne savait pas se battre et pourtant, elle voyageait bien plus en sécurité que lui.

« Et bien, même sans entraînement, vous vous en sortez bien mieux que moi. »

Son air avenant et plus détendu fut toutefois de courte durée. Un subtil changement d'ambiance attira son attention. Les prunelles brunes qui le fixaient étaient sans équivoque. D'un regard complice et entendu, il quitta de nouveau Arianna pour se poster aux côtés de la cheffe. Visiblement, sa place était loin d'être acquise.

L'interrogation impérieuse piqua sa fierté d'une pointe amusée. Non, il ne prenait pas la situation à la légère, au contraire. Il se revoyait à la Milice, en train d'argumenter face à un autre brigadier-chef. Ici c'était une égale, avec qui il marchandait pour sa vie, sans qu'il soit question d'argent. Cet échange brut dégageait quelque chose de plus réel, de plus franc et dangereux. Un peu comme un combat.

« J'ai quelques provisions, je peux partager si besoin. En tout cas, je ne vous coûterai rien. Je connais la faune de ces terres, et j'ai aussi une formation de forgeron. Je pourrais jeter un coup d’œil à vos armes, si on s'arrête éventuellement. Je transporte toujours de quoi les entretenir. C'est important. »

Oui, c'était son aura sauvage et violente. Ce regard sombre, dur et déterminé... Valion y distinguait un éclat familier, même s'il était incapable de mettre le doigt dessus. Il se surprit à imaginer un affrontement afin de connaître les capacités de la guerrière. Impossible cependant de discerner dans cette brève vision s'ils étaient dos à dos ou face à face.

Son manque de réaction coupa court le fil de ses pensées. Avait-elle seulement écouté un mot de ce qu'il avait dit ?

« À Sirk. C'est un village au cœur de la Vallée Sereine. Il est situé au Nord de la Forêt de Zan, au creux formé par la Sérénade. »

Sa nature plus silencieuse que bavarde lui intimait de ne pas l'ennuyer avec des détails qu'elle n'avait pas demandé.



Vos paroles sont mes actes.
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."
“ Tu es un être profondément bon et bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
《 Tu me sembles assez intelligent pour réfléchir toi-même à tout cela. 》

Image Mythril Spear ©Grandblue Fantasy
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Arianna
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : auteur inconnu
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 61
Elément : Aucun
Métier : Danseuse de rue
Inventaire :
Bourse:
 

Equipement:
 

Sac sans fond:
 

Besace:
 


▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Mar 24 Juil 2018 - 10:39

Satisfaite de la réponse de la jeune femme, j'esquissais un sourire et me mit en marche, après avoir veillé à ce qu'il nous suive bien. En effet, si Lagertha voulait argumenter de "ses chances de survit en chemin", alors cela ne pouvait signifier qu'une chose: l'ami de mon frère était autorisé à nous suivre au moins jusqu'à ce qu'elle prenne une quelconque décision. 


Marchant dans le silence le plus total, je sentis enfin l'atmosphère ce détendre, pour mon plus grand plaisir et j'eu alors tout le loisir de me pencher sur d'autre problèmes autrement plus ennuyeux, comme celui de mes épaules qui me faisaient atrocement souffrir. Non mais franchement, quelle idée d'emporter autant de trucs... Il faudrait vraiment que je revois ma conception de "prendre uniquement ce qui est utile voir vital en milieu hostile", je suis certaine que mes épaules et mon dos ne pourraient alors que m'en remercier. 


Soupirant, je décidais de me changer les idées en songeant au monstre qui c'était vu dépouiller d'une partie de lui-même. Peut-être serait-il bien de me renseigner sur les monstres que nous pourrions croiser? Ainsi, je pourrais m’intéresser de plus près à ce qu'ils pourraient nous apporter, tout au moins au niveau de notre estomac.. Manger de la viande fraîche à presque tout les repas serait très certainement la meilleure chose qu'il pourrait nous arriver! Autant pour nos papilles que pour nos estomac mais surtout cela permettrait peut-être un moral un peu plus au beau fixe! 


Prise dans mes pensées, je n'avais pas vraiment remarqué la soudaine absence de Valion à mes côtés et ce fut sa voix qui m'en extirpa qu'une fois de retour à mes côté, me ramenant à la réalité. Jetant un oeil vers lui, j'esquissais un sourire amusé. Portant mon regard vers Lagertha un regard reconnaissant, je du bien m'avouer que sans elle et ses compagnons, je n'aurais pas survécu plus d'une journée. Peut-être ne giflerais-je pas Katar pour sa fuite au petit matin qui m'avait fait l'effet d'une douche froide, ayant la sensation de ne pas mériter plus d'attention qu'une fille de joie de sa part, mais le remercierais-je finalement pour ses précieux conseil, si jamais je le revoyais un jour? 

- Tout le mérite lui reviens, répondis-je simplement en esquissant un geste de la tête en direction de la jeune femme en tête de marche. Elle peu sembler rude, mais ce n'est pas un monstre non plus... Soufflais-je plus pour moi-même que pour lui dans un fin sourire, après un bref silence. 


Silence qui revint tout aussi vite, avant d'être interrompu par Lagertha qui s'approcha avec toute la douceur et la discrétion du monde pour questionner Valion. Tiens, c'est vrai que sur le coup, je n'avais pas vraiment fait attention, mais le nom de l'endroit où il avait dit vouloir ce rendre me disait quelques chose... Fronçant les sourcils, j'écoutais attentivement ses explications, ces dernières me rappelant étrangement ce petit village que tenait...


- Le village d'Akelar?! M’écriais-je de manière assez aiguë, avant que la jeune femme ne puisse répondre quoi que ce soit.


Oui, il est vrai que je n'y avais pas vraiment réfléchit et que je n'avais pas plus fait le rapprochement que cela lorsque Lagertha avait parlé de vouloir ce rendre dans cette région là... Mais... Il y avait peu de chance qu'elle veuille ce rendre comme par hasard dans ce village-ci... Non? Ou alors ça serait une sacrée coïncidence... Portant mon regard sur l'un puis sur l'autre, je me demandais alors si tel était le cas, si nous croiserions Akelar avant de finalement me demander si ce serait alors la colère et la frustration ou le désir d'une nouvelle nuit à ses côté qui me porterait lorsque je poserais à nouveau mon regard sur lui? Voila qui méritait reflexion. 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 284
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Winglece, Armalys & Galifey
Inventaire : 3188 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Jeu 26 Juil 2018 - 21:51

Drôle de chance

Et bien, je ne m'attendais pas à retirer tant de chose de la présence de ce lancier. Ses provisions auraient été bien sûr insuffisantes, ses connaissances concernant la faune étaient déjà bien plus intéressantes. Mais alors ses compétences en forge, là, on avait atteint des sommets. L'air plutôt inerte, je réfléchissais à tout ça en fixant distraitement l'horizon. On avait effectivement pas pu récupérer de quoi entretenir nos armes et, même si j'en avais fais forger une nouvelle, les autres avaient bien besoin de se remettre d'aplomb. Et puis, j'étais quand même curieuse de savoir quelle était la chose verdâtre et puante que l'on avait rencontré plus tôt dans la journée. Ça me semblait en tout cas suffisant pour l'accepter dans nos rangs, le temps qu'il arrive là où il le souhaitais puisque...

Sirk ? Un village au creux de la rivière ? Je ralentissais soudain mon pas en écarquillait les yeux, les plantant sur lui d'un air plus qu'étonné. Est-ce qu'il y avait plusieurs creux ou bien, était-ce le même endroit que je visais ? Et puis soudain, l'intervention d'Arianna me fit perdre brusquement le fil de mes pensées, me faisant presque sursauter. Quand est-ce qu'elle était arrivé là celle-là ? Je lui lançais un regard réprobateur avant de reprendre ma réflexion en la jaugeant. Akelar ? Qui était-il et pourquoi elle le connaissait ? Non, ça je m'en foutais, mais pourquoi elle semblait elle aussi connaître l'endroit que le lancier cherchais à rejoindre ? Pourquoi tout le monde semblait vouloir aller au même endroit d'ailleurs ?

Je me secouais le crâne pour tenter de démêler un peu tout ça. Avant tout chose, il fallait que j'en sache plus. M'arrêtant quelques secondes pour fouiller dans la besace accroché à la selle de Gyllir, j'en sortait la carte de la vallée Sereine que j'ouvrais et mettait en évidence devant moi, pour que le lancier puisse voir. Mon intérêt était tout particulier et mon ton plutôt impliqué, même si j'essayais de rester neutre.

❝ Y a beaucoup de village connu pour être « dans le creux de la rivière » ? C'est où exactement ton Sirk ? Et c'est qui ce Akelar ? ❞

La dernière question posée, je lançais un regard à Arianna pour qu'elle me réponde. Si ce n'était qu'un habitant, ça n'avait absolument rien d'intéressant, mais si c'était autre chose, ça pourrait surement m'être utile, surtout si elle le connaissait suffisamment pour pouvoir l'appeler par son prénom. La seule chose que je savais sur ce que je cherchais était que son chef était surnommé le Démon, par le côté malfrat de l'île surement, et qu'il se trouvait « dans un creux formé par la Rivière Sérénade ». C'était en tout cas ce que m'avait dit l'autre type qui avait l'air plutôt terrifié par ce dit Démon.

Puis, soudain, je me rendais compte que j'avais l'air beaucoup trop intéressé par l'information et qu'il fallait que je calme mes ardeurs. L'autre type m'avait bien mise en garde à ce propos, « si vous ne voulez pas finir un jour attachée à un cheval, gardez pour vous cette information ». Oui, et puis divulguer mes motivations n'étaient de toutes façons pas bon.

❝ Enfin, c'est juste pour savoir. Peut-être qu'on pourra en profiter pour faire une halte là bas, quand on y sera. ❞

En tout cas, si c'était le même endroit, j'avais surement plus de chance d'entrer avec les deux lascars ici présents. Enfin, leur présence pourrait peut-être jouer en ma faveur. Je rangeais la carte et levais ensuite les yeux au ciel, m’apercevant que la nuit était bien entamée, il serait peut-être temps de se reposer un peu. Ce petit échange achevé et coupant court à la conversation, j'observais au loin pour distinguer une clairière plutôt dégagée, au bord de la Granderive et qui ferait un bon endroit pour se poser.

❝ On va passer un bout de la nuit ici. ❞

Informais-je tout le monde en indiquant l'endroit. Quelques minutes de marche nous en séparait. Arrivés sur place, je laissais Gyllir paître et boire à la rivière tandis que je laissais Armalys se poser un peu plus loin, pour qu'elle puisse elle aussi prendre un peu de repos tout en nous accordant une bonne surveillance. J'observais la grâce qui émanait de ses gestes quand elle se posa à plusieurs dizaines de mètres, se couchant gracieusement. Je m'approchais alors d'Arianna.

❝ Ça serait pas prudent de faire cuir quoi que ce soit ici. Si besoin, j'ai de la viande séchée, tu n'auras qu'à demander. ❞

J'en avais cinq portions à vrai dire. Donc pas suffisamment pour tout le monde, j'allais devoir me contenter de ces champignons qui devaient réduire mon état de fatigue. Sachant qu'en plus de ça, c'était mon tour de garde, j'espérais qu'ils allaient être efficace. J'observais le ciel un instant. La nuit était claire et c'était tant mieux, un feu n'aurait pas été très prudent de toutes façons. Tous les miens s’affairaient à trouver une place plus ou moins confortable pour se reposer. J'attrapais alors, dans l'autre besace sur la selle de Gyllir, quatre portions de viandes séchées que je distribuais à chacun.

❝ Je monte la garde cette nuit, reposez vous. ❞

Je finissais face au lancier et le fixais un instant, laissant un court silence s'installer.

❝ Ça vaut pour toi aussi, monsieur le forgeron. Il fait de toutes façons trop sombre pour ta proposition, tu t'occupera de nos armes demain. ❞

Je le quittais alors, sans un autre mot, m'approchant à nouveau de Gyllir pour attraper cette fois-ci un chancros, que je portais immédiatement à ma bouche. Un peu salé, mais pas dégueu. Je m'éloignais alors un peu du groupe, m'asseyant lourdement non loin du bord de l'eau, après avoir déposé mes armes et mon bouclier. Je continuais à déguster mon champignon, observant les reflets de la lune sur la surface de l'eau. 

Codage par Libella sur Graphiorum


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 173
Elément : Aucun
Métier : Chasseur, ancien brigadier-chef
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Sam 28 Juil 2018 - 11:46


À ses mots, l'étonnement marqua le visage de la guerrière. Se rendait-elle également à Sirk ? Cela aurait été une véritablement aubaine pour lui. La petite souris qui les écoutait discrètement fit soudainement part de sa présence et de sa surprise. Valion se retourna vers elle, un sourcil relevé sous l'effet de la curiosité. Après tout, pour qu'une danseuse appelle le noble le plus en vogue de Lüh par son prénom, il devait y avoir une raison très précise.

Il ne détenait aucune information réelle concernant son -il l'espérait- futur employeur, seulement des on-dit. C'était peut-être l'occasion d'en apprendre plus en faisant fi de tous les commérages. Toutefois, il avait d'abord sa propre réponse à apporter dans les demandes qui avaient été faites.

« C'est ici. »

L'ancien soldat joignit le geste à la parole en pointant du doigt la position du fameux village. Il écouta ensuite la réponse d'Arianna avant d'ajouter :

« Le comte est en train de recruter des chasseurs à travers toute l'Île pour financer la reconstruction de Sirk. C'est pour ça que je m'y rends. »

Son air soudainement désintéressé mit fin à la discussion. Décidément, elle n'avait pas l'air de s'attacher à beaucoup de choses, ou ne montrait qu'un intérêt passager. Mais sa remarque stratégique marquait un bon point. Elle gardait l'essentiel en tête, un trait de caractère louable. Valion suivit la marche, laissant son regard dériver vers ce qu'il distinguait désormais comme une divinité draconique. Il dût taire la curiosité et l'engouement déclenchées par sa présence, il n'était pas là pour bavarder et qui sait si l'invocation n'avait pas pour ordre de croquer tout cru le premier étranger qui s'approchait. Une catégorie qui l'incluait probablement.

L'enfant d'Aer se posa non loin et le fils de forgeron le contempla en silence. Même dans la pénombre, son gabarit restait impressionnant. Le froissement des vêtements et les légers cliquetis métalliques le ramenèrent à l'instant présent. Le groupe était déjà en train de s'installer, d'une manière aussi rapide qu'efficace. Ces gens semblaient véritablement habitués à la vie hostile de ces terres. En tout cas, ils étaient nettement plus silencieux que les soldats. Mais ça, c'était peut-être leur air maussade.

Un dernier regard alentour et Valion se rapprocha d'eux. Safran semblait un peu moins réactive et traînait du sabot derrière lui. Avec un petit sourire compatissant, il lui retira le mors et la laissa faire sa vie, à l'instar de l'autre jument. Il aurait aimé pouvoir la desseller et retirer son harnais, mais c'était trop risqué en cas d'attaque. Revenant à temps pour voir la quantité de rations distribuée, il fronça les sourcils. En bon mangeur comme en aventurier, il trouvait cela maigre. Enfin, ce n'était certainement pas par choix.

L'ex-milicien releva la tête dès qu'il sentit le regard inflexible de la jeune femme sur lui. Nulle rudesse n'accompagna ses propos cette fois. S'habituait-elle à sa présence ? Elle parlait à Arianna à peu près sur ce même ton rustre, impérieux, et pourtant empli de considération. Soulagé d'avoir terni la première tension de leur rencontre, il croisa les bras et acquiesça. De toute évidence, il n'avait pas le choix. Ça l'amusait presque de se faire ordonner de la sorte sachant que d'ordinaire, lui menait la danse.

Si ses muscles commençaient à se détendre, accusant certes le poids de cette journée mais surtout la compagnie de parfaits inconnus, ils restaient un poil tendus sous la méfiance. En effet si la cheffe de troupe suffisait à lui inspirer confiance pour la nuit, il n'avait pas mesuré la valeur des autres. Heureusement, si ses réflexes de solitaire allaient en ce sens, son entraînement militaire et humain portaient l'assurance d'un meneur à tous ceux qu'il dirigeait.

Faisant craquer sa nuque, le jeune homme sentit la faim tirailler son propre estomac. Il fit mentalement le calcul avant de se diriger vers chaque individu rassemblé et de leur tendre un second morceau de viande séchée. Il pourrait toujours refaire ses provisions à Sirk. À la guerrière qui s'était rapidement isolée, il donna également trois graines de soleil.

« Tenez. Elles favorisent le regain d'énergie. »

Il revint ensuite auprès du groupe et s'arrêta devant Arianna, en la fixant plus longuement. La plupart des femmes qu'il avait côtoyé étaient soldats et rarement d'une telle minceur, fréquemment associée à la noblesse. Ainsi, malgré sa silhouette agile, si la danseuse pouvait prendre quelques kilos, il n'en serait que plus rassuré. Est-ce qu'elle mangeait au moins ? Décidément, elle lui rappelait de plus en plus Danae.

« J'en ai encore d'autres si vous voulez. »

Puis il s'assit calmement en face d'elle en mâchouillant deux bouts de viande. Elle semblait fatiguée mais n'avait pas si mauvaise mine, même après avoir voyagé toute la journée. Comme il l'avait pressenti dans la boutique, elle était plus solide qu'il n'y paraissait.

« Je dois avouer que je suis curieux. Comment vous êtes-vous retrouvées en compagnie de Nordiens ? Vous souhaitiez à tout prix quitter la capitale ? »


Inventaire:
 




Vos paroles sont mes actes.
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."
“ Tu es un être profondément bon et bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
《 Tu me sembles assez intelligent pour réfléchir toi-même à tout cela. 》

Image Mythril Spear ©Grandblue Fantasy
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Drôle de chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Montagnes de Zan-