En vents troubles

Partagez| .

En vents troubles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 329
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys & Galifey
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Ven 22 Juin 2018 - 21:53

❝ En vents troubles
- ft. Galifey

Une fois sortis de la cellule de Galifey et apèrs quelques pas dans le couloir, je m'arrêtais lentement. Soupirant, je fermais les yeux et baissais la tête. Je sentais alors mon visage et mon corps se crisper. Mes poings et ma mâchoire se serraient eux aussi. Le tourbillon de sentiments qui me tourmentait ne voulait pas disparaître, ni même s'éloigner. J'étais exaspéré par tout ça, bien plus par le fait d'avoir été touché par les mots de Galifey, que par le reste. Et prenant conscience, à nouveau de mon énervement, je me mis à bondir, bien décider à sortir prendre l'air.

Mes pas violents commençaient à me ramener à la sortie quand en apercevant les portes du temple, je m'arrêtais soudainement. Je repensais au fait que, peut-être, mes concurrents étaient toujours là, ou m'attendais même. Si j'avais été à leur place et que j'étais sortis bredouille, je serais surement aux portes, à attendre celui ou celle qui avait réussis, prête à lui sauter à la gorge. Je grognais à cette idée et, méfiante, j'optais plutôt pour grimper tout là haut. J'empruntais alors l'escalier à ma gauche, espérant qu'en montant au maximum, il allait me mener sur les hauteurs du Temple.

Mon allure était décidée, mais bien plus contrôlée que celle qui m'avait mené jusqu'à Galifey. L'ascension fut longue et elle m'avait obligé à retomber, tête la première, au milieu de mes sombres pensées du moment. Pourquoi je n'étais simplement pas fier et soulagée d'avoir « réussis ». Quand je reviendrais à Heilan, je pourrais recevoir ce qui m'étais dû, enfin. Je serais méritante aux yeux des miens et des Anciens Sages. Alors pourquoi l'avis de ce fils d'Aer qui me disait le contraire, me perturbait autant ? Je grognais à nouveau et secouais ma tête pour chasser toutes ces idées.

Arrivant alors enfin au sommet des escaliers, ceux-ci menaient effectivement sur les hauteurs du Temple de l'Air. J'arrivais à peine que déjà le vent venait caresser mon visage. Les rayons du soleil me forcèrent à cacher mes yeux avec mon avant bras. J'avançais alors, lentement et face à moi se présentaient les Landes, ensoleillées et étincelantes. Un peu plus accoutumée à la luminosité, je baissais mon bras en conservant mes sourcils froncés. J'inspirais et soupirais bruyamment, contemplant le paysage qui me faisait face. Puis j'inspirais à nouveau, à plein poumons, profitant de la fraicheur du vent dans mes poumons. Il y avait longtemps que je n'avais pas pris le temps de respirer, pleinement.

Observant les Landes, je me laissais aller à quelques pensées. Bientôt, nous y retrouverons notre place. Bientôt, nous foulerons ces terres qui seront à nouveau les nôtres. Bientôt, j'arracherais les côtes de Sangtis de mes propres mains et accorderais la vengeance à mon clan. Je le sentais, la délivrance était proche. Déterminée à en découdre quand le moment sera venu, je fronçais un peu plus les sourcils, dardant du regard l'horizon où m'attendais ce futur combat. Mais pour l'heure, j'avais un énorme fils d'Aer à faire sortir.

❝ Galifey, viens. ❞

Je ne me retournais pas quand celui-ci apparu dans mon dos, contemplant les Landes avec délectation, mes bras croisés sur ma poitrine. Je fermais les yeux un instant, appréciant un fois de plus la caresse du vent sur mes joues puis je les rouvrais dans un soupir.

❝ J'espère que tu apprécie la vue. ❞

M'adresser à lui me ramenais à mes tourments une fois de plus et rendait mon timbre amer. Pourtant, je me rendais compte que ma contrariété n'était pas contre lui. Je n'étais ni fâchée ni n'éprouvais de rancune. Non, c'était tout autre chose et pourtant c'était si compliqué à expliquer et même à comprendre. Mes yeux se perdaient alors dans le vide alors que je sentais mon esprit s'envoler.

(c) Kuroko's basket RPG
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Dim 8 Juil 2018 - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galifey
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Mayura - Darenrin
Date d'inscription : 04/06/2018
Messages : 57
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé rps

Elément : Air
Invocateur : Lagertha
Sorts : vent_2;
electricite_2;
ailes_0;
celerite_3;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_3;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Sam 23 Juin 2018 - 12:57


L’attente est longue. Elle est loin d’être aussi longue que le temps passé dans la cellule ; toutefois, elle paraît s’étirer à l’infini tandis que l’impatience de Galifey grandit. Il remue avec une sorte de nervosité et d’excitation qu’il ne peut réprimer. D’ici quelques minutes, il pourra de nouveau profiter de sa liberté.
Une liberté relative, certes, mais cela fait bien longtemps que l’Invocation des airs a cessé de lutter. La résistance est vaine et il ne peut que profiter des brefs moments en dehors du Temple que les opportunités lui offrent.

Sa seule crainte, à présent, est effectivement que son Invocatrice se révèle rancunière. Il n’a, par nécessité, pas été tendre dans ses paroles. Il réalise qu’il a même pu ébranler quelques piliers qui faisaient d’elle une femme à l’apparence inatteignable. Il ne regrette pas l’intention mais, peut-être, regrette-t-il la manière dont tout cela a été dit.
Ils devront en reparler. À la fois pour clarifier les choses, afin de permettre à Lagertha de devenir une cheffe digne et puissante ; et tout autant pour aplanir leur relation. Il aurait pensé que sa franchise plairait à une guerrière qui ne mâche pas ses mots.

C’est sa première erreur auprès de sa nouvelle Maîtresse.

« Galifey, viens. »

La voix, rêche, grave, et féminine, résonne dans l’esprit de l’immense griffon. En un clignement d’yeux, il est téléporté auprès de celle qui détient désormais sa volonté au creux de ses mains : le processus est instantané et ne provoque qu’un vague bruit étrange, semblable à celui d’une bulle qui éclate à quelques centimètres à peine des tympans.

Là, le silence demeure. Tous deux contemplent les horizons.
Pour Galifey, c’est une explosion de saveurs de tous les sens. Les couleurs ne sont probablement pas si vives pour quelqu’un qui les observe tous les jours ; mais pour lui, elles sont si éclatantes qu’il doit plisser les yeux le temps de s’y habituer. Il capte un brouhaha ambiant qu’il est incapable de filtrer : avec le temps, il réapprendra à discerner les piaillements des oiseaux de la marche lourde du cheval tirant la charrette d’un marchand. Les odeurs sont multiples et indescriptibles : il a l’impression de sentir toute l’Île en même temps, sans savoir différencier la forêt humide du désert chaud et brûlant. Au final, le toucher demeure le seul élément qu’il maîtrise encore complètement. La brise contre ses plumes, secouant doucement sa crinière duveteuse lui fait un bien fou.

Tout cela lui avait manqué, malgré tout le chaotique de la chose.

« J'espère que tu apprécie la vue. »

Le ton est amer ; néanmoins le Demi-dieu ne relève pas.

« Je l’apprécie, oui. »

Il l’aime.

Toutefois, il ne compte pas rester ici plus longtemps. Il lui tarde de sentir enfin le vent, qui souffle déjà puissamment en ces hauteurs, le porter dans les airs.

Galifey plie ses quatre pattes ; mais ne se couche pas tout à fait. Il dévisage Lagertha d’un air sans équivoque : il n’attend qu’elle pour décoller. Si elle le veut bien, il lui suffira de monter par l’une de ses pattes, et de s’accrocher à ses plumes pour escalader jusqu’à son dos et s’installer confortablement. L’absence totale d’écaille permet une tenue plus agréable pour un cavalier.

L’Invocation remarque cependant, du coin de l’œil, qu’ils ne sont pas tournés exactement vers Lüh. Puis il réalise qu’il n’a, effectivement, aucune idée des origines de la jeune femme.

« Conte-moi ton histoire, si tu le veux bien. Dis-moi comment tu en arrivée là, et d’où tu viens. »

Si ses objectifs sont aussi ambitieux qu’elle le laisse paraître, il devra la comprendre pour mieux l’aider à les accomplir.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 329
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys & Galifey
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Sam 23 Juin 2018 - 22:31

❝ En vents troubles
- ft. Galifey

Je l'entendais me répondre, présent dans mon dos. Je baissais alors les yeux et me sentais à nouveau tiraillé par quelque chose. Il y avait aussi cette impression d'avoir besoin de m'habituer à sa voix, quand celle-ci n'était pas réprobatrice. Décidément, la tension qui bandait mes muscles ne me laissait pas tranquille a croire que la seule présence de Galifey me rendait nerveuse. Je ne pouvais alors toujours pas me retourner vers lui, mon corps m'en empêchais.

Alors, pour ne pas arranger les choses, il continua sur sa lancée, me questionnant sur ma vie. Je sentais alors un frisson parcourir mon dos et ma nuque se dresser. Est-ce que j'avais envie de lui raconter tout ça, maintenant ? Non, clairement pas. Mais je n'avais pas l'impression d'avoir le droit de lui refuser. Après tout, il avait choisi de lier son existence à la mienne, pour au ma vie entière. Et même si ses raisons n'étaient pas des plus enviables, il était là et serait toujours là, à mes côtés. Alors pourquoi lui cacher quoi que ce soit ? Surtout quand il me questionnait de façon si directe.

Je soupirais alors, encore, laissant mon regard se perdre dans l'horizon, les traits tirés et soucieux. Mes bras se serraient un peu plus contre ma poitrine et je sentais mes doigts se crisper sur mes bras. Il valait mieux pour moi tout déballer d'un bloc, si j'hésitais, j'allais me laisser submerger par quelque chose de trop grand. Cette sensation encore, de perdre pied. Je détestais ça, vraiment. Je me raclais alors la gorge, essayant d'évacuer les tensions dans ma voix qui restait pourtant toujours amère.

❝ J'ai vécu toute ma vie dans les Landes, enfin... pas vraiment. Y a pas si longtemps, je me suis souvenu de mon passé, que j'avais oublié. Je suis née à Lüh, mais j'ai bien vite été arraché à la vie de la Capital. On m'a recueillis et élevée ici, au milieu de la cruauté de la nature. J'ai été adopté par Harald, l'ancien chef de mon clan, mais surtout par sa femme, Lagertha... ❞

Je me stoppais net, le souffle coupé. J'avais prononcé son nom, le même que le mien oui, mais là, je parlais d'elle. Depuis sa mort je ne l'avais jamais évoqué, avec personne, pas même avec ceux de mon clan. Il faut dire qu'elle ne nous avait pas quitté depuis si longtemps que ça, un mois, peut-être plus que ça. Je sentais alors le vent revenir à moi, il était alors plus doux et chaud, étrangement. Dans les Landes c'était rarement le cas. Mais il me donna l'aplomb nécessaire à continuer, après avoir laissé de longues secondes de silence s'écouler.

❝ Ils sont morts tous les deux, la grande majorité de mon clan aussi. Nous sommes dix à avoir survécu à une attaque de nos ennemis. Je suis la plus disposée à diriger maintenant et je crois que c'est ce que tout le monde veut, y compris moi. Mais je ne suis pas du même sang, alors il fallait que je fassent mes preuves en risquant encore ma vie dans un temple.  ❞

D'instinct, je voulais revenir sur ce qui s'était passé durant son épreuve, comme si il fallait que je me justifie. C'est merdique comme réaction, mais j'en avais vraiment besoin. Je tournais alors mon visage sur la gauche, les yeux baisser, pour qu'il me voix plus clairement m'exprimer.

❝ Je n'ai pas été élevé pour abandonner, il n'y a pas plus honteux pour nous qu'abandonner. La mort est plus respectueuse. ❞

Je sentais alors l'amertume monter dans ma gorge, mes traits se tiraient, mes sourcils se fronçaient et ma mâchoire se crispait. Mon air devenait presque agressif et ma nervosité transperçait dans ma voix.

❝ Je l'ai déjà fais une fois, j'ai abandonné le jour où on nous a attaqué, parce qu'Elle me l'a ordonnée. Je referais jamais cette erreur.  ❞

Sur la fin, mon ton avait été sec, presque comme un ordre. Je voulais qu'il comprenne que ce n'était plus possible, que je ne mériterais rien de ce que je convoite en abandonnant dès que c'est trop dur ou que je risque de mourir. Non. L'abandon, c'est pour les faibles, rien d'autre. Si j'avais été du genre a abandonner à la moindre difficulté, je serais morte cent fois, si ce n'est pas plus. Je survie grâce à ma rage. Il fallait qu'il le comprenne. Je me détournais à nouveau, revenant face à l'horizon, cherchant de quoi me calme. La culpabilité était trop forte. Je croyais sincèrement qu'avec le temps elle allait s'atténuer, mais il n'en était rien. Peut-être que j'aurais pu en sauver plus, j'aurais même peut-être pu le massacrer ce jour là et pourtant, je n'ai rien fais. Son heure arriverait bientôt.

Mon état n'arrangeait rien à mon incapacité à le regarder. Les doutes se mêlaient à la haine, la hargne à la culpabilité et la peine, aux troubles. J'inspirais alors, aussi profondément que possible, lui tournant toujours le dos et essayant de prendre un ton plus détaché.

❝ Tu peux aller te dégourdir les ailes si tu veux, je sais que t'en as besoin. J'attendrais ici. ❞

J'avais sincèrement envie d'attendre seule ici, quelques instants, quelques heures pourquoi pas. Si il me le permettait évidemment.

(c) Kuroko's basket RPG
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Galifey
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Mayura - Darenrin
Date d'inscription : 04/06/2018
Messages : 57
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé rps

Elément : Air
Invocateur : Lagertha
Sorts : vent_2;
electricite_2;
ailes_0;
celerite_3;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_3;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Mar 26 Juin 2018 - 14:09


La tension traverse ostensiblement les muscles de l’Invocatrice ; Galifey le remarque mais ne soulève pas ce point. Il juge que si ses propos l’ont tant bouleversé, alors il doit lui laisser l’espace dont elle a besoin pour récupérer. Il n’insistera pas face à un refus, et se calera sur le taux de conversation qui lui conviendra.

C'est donc à son étonnement, qu'elle consent malgré tout à lui raconter son histoire.

« J'ai vécu toute ma vie dans les Landes, enfin... pas vraiment. Y a pas si longtemps, je me suis souvenu de mon passé, que j'avais oublié. Je suis née à Lüh, mais j'ai bien vite été arraché à la vie de la Capital. On m'a recueillis et élevée ici, au milieu de la cruauté de la nature. J'ai été adopté par Harald, l'ancien chef de mon clan, mais surtout par sa femme, Lagertha... »

Le regard tourné vers l’horizon, paupières à demi-closes sous le vent pressant, L’Invocation écoute. Elle écoute, étudie, assimile toutes les informations qui font que l’humaine est devenue aujourd’hui ce qu’elle est.
Son destin est passé d’un extrême à l’autre avec une facilité déconcertante. Heureusement, elle était alors suffisamment jeune pour s’adapter à sa nouvelle situation -et y survivre. Elle est forte.
Il note les prénoms identiques de la mère et de la fille et se demande, distraitement, si c’est là une tradition de leur peuple.

« Ils sont morts tous les deux, la grande majorité de mon clan aussi. Nous sommes dix à avoir survécu à une attaque de nos ennemis. Je suis la plus disposée à diriger maintenant et je crois que c'est ce que tout le monde veut, y compris moi. Mais je ne suis pas du même sang, alors il fallait que je fassent mes preuves en risquant encore ma vie dans un temple.  »

Là, le Demi-dieu vient poser son regard écarlate sur Lagertha. Son histoire justifie sa prise de pouvoir, mais il sent que ce n’est pas tout.
Elle n’a pas uniquement le désir noble de guider et protéger les siens. Il y a une colère, tout autour, qui obscurcit sa capacité à diriger correctement. Elle en veut au monde, mais elle n’a pas encore les armes nécessaires pour combattre ce dernier.

« Je l'ai déjà fais une fois, j'ai abandonné le jour où on nous a attaqué, parce qu'Elle me l'a ordonnée. Je referais jamais cette erreur.  »

Alors la mère était plus sage que la fille.
Il peut comprendre, néanmoins, en quoi cette décision demeure plongée au sein d'une incompréhension sombre et injuste aux yeux de la jeune humaine. La tare qui pèse sur les humains, cette mortalité liée à une intelligence sentimentale extraordinaire, est une malédiction qui ne cessera jamais de les faire souffrir. Perdre un être cher est toujours dur.

« Tu peux aller te dégourdir les ailes si tu veux, je sais que t'en as besoin. J'attendrais ici. »

Galifey secoue doucement la tête. Les cieux lui font envie, mais là n’est pas encore l’heure de s’envoler, en fin de compte.

« Ta mère était un bon chef, précisément car elle t’a commandé de fuir. »

Les propos vont probablement surprendre, si ce n’est brusquer, la guerrière dans l’âme. Mais elle doit comprendre, et commencer à apprendre, ce qu’est réellement un chef.

Galifey se couche cette fois totalement sur le ventre, et pose sa tête non loin de Lagertha -un peu de biais, de sorte qu’il puisse la regarder, elle et le paysage.

« Ne pas abandonner est le propre du guerrier. Être un chef, c’est savoir choisir ses batailles. »

Il se doute que ces explications ne suffiront pas, aussi poursuit-il, d’une voix posée et emplie de la patience d’une mère pour son enfant :

« Si tu étais morte durant mon épreuve, qui les aurait dirigés ? J’ai cru comprendre que tu avais au moins une autre Invocation. Elle serait revenue dans son Temple. Ton peuple, ne sachant quoi faire, aurait été à la merci de vos ennemis. »

Il exécute une pause lourde du sens que les mots révèlent, afin qu'elle puisse assimiler ; puis il continue :

« Ton peuple serait mort, parce que tu as refusé d’abandonner. Tu serais morte -le reste de ton clan aussi, si ta mère n’avait pas abandonné. Abandonner n’est pas une notion interdite. C’est remettre à demain les combats que l’on ne peut gagner aujourd’hui. C’est survivre un jour de plus, pour offrir un avenir radieux aux tiens. Abandonner n'est pas toujours preuve de lâcheté ; ce peut être preuve de sagesse. »

Il espère, sincèrement, qu’elle comprend ce qu’il lui dit. Et il espère, tout autant, qu’elle est prête à considérer la chose.

« Alors dis-moi, Lagertha, Fille de Lagertha. Es-tu prête à guider ton peuple avec sagesse ? »

Sur ces paroles, son regard attentif se plante dans celui, plus sombre mais pas moins déterminé, de son Invocatrice.
Est-elle réellement prête à assumer ses responsabilités ?


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 329
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys & Galifey
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 26 Juin 2018 - 18:18

❝ En vents troubles
- ft. Galifey

Le simple fait qu'il parle d'Elle, si simplement, me fit crisser des dents et presser mes doigts raidis sur mes bras croisés, comme si il n'y avait que moi qui avait le droit d'y faire référence. Comme si je n'admettais pas que l'on puisse l'évoquer si légèrement, comme si je ne voulais pas qu'on y touche, même juste avec des mots. Pourtant, je ne répondais rien et d'ailleurs, plus rien pendant tout le long de son discours, le laissant poser sa tête non loin de moi, lui jetant un rapide regard avant de fixer à nouveau l'horizon. Pourtant, bien que silencieuse, mes réactions n'avaient pas été inexistantes, loin de là.

« Ne pas abandonner est le propre du guerrier. Être un chef, c’est savoir choisir ses batailles. » J'avais plissé les yeux, jusque là j'étais plutôt d'accord. Mais je me doutais bien qu'il y avait anguille sous roche. Je me préparais à essuyer quelque chose de semblable à ce qu'il m'avait envoyé à la gueule pendant l'épreuve. N'importe qui d'autre aurait d'ailleurs reçu en échange ma colère noire. Mais j'étais de ceux qui respectais les Demi-Dieux, autant pour leur puissance que par la sagesse que des millénaires leur avaient octroyé. Alors j'écoutais.

« Si tu étais morte durant mon épreuve, qui les aurait dirigés ? » Là, j'inspirais profondément, mes narines se dilatant comme une Chimère prête à charger. Si ça n'avait pas été moi, ça aurait été quelqu'un d'autre. Amalrik aurait très bien pu diriger juste le temps de se refaire, puisqu'il n'est pas autorisé à être proclamé chef. Mais lui qui est plus sage, peut-être qu'il aurait plus plu à Galifey ? Je devenais sarcastique et cette idée me fit grimacer alors que je tournais mon visage dans la direction opposé du fils d'Aer, pour ne plus l'avoir dans mon champ de vision.

« Le reste de ton clan aussi, si ta mère n’avait pas abandonné », il l'évoquait encore, me faisant presque grogner cette fois. Car, cette fois, il avait tord. Elle, elle n'avait pas abandonné, elle s'est battu jusqu'à la fin comme la digne Indomptable qu'elle était. Il n'y avait que moi qui avait quitté le champs de bataille, précipitamment. Et si j'étais resté, peut-être que les choses auraient été différentes.

« Offrir un avenir radieux aux tiens », ouais, on y pensera quand on se sera vengé. Mes épaules se soulevaient alors que j'inspirais profondément avant de soupiré bruyamment. La situation commençait à sérieusement m'agacer. Mais là, pour une raison tout à fait différente. Peut-être qu'il avait raison, mais il avait peut-être tord aussi. Il essayais de me changer, moi, mais je ne suis que le reflet de ce qu'est le reste de mon clan. Allait-il parler ainsi à chacun des miens, pour changer leur éducation avec des mots bien choisis ? Quand il termina son monologue, je ne pu m’empêcher de pouffer, nerveuse et amère, il avait prononcé son nom...

❝ Est-ce que tu crois vraiment réussir à me changer avec cinq minutes de parlote ? ❞

Je tournais brusquement mon visage vers lui. Mon air était à présent sévère et bien que mon respect était entier pour ce Demi-Dieux, je ne tolérais qu'à peine qu'il parle ainsi, comme si toute ma vie lui était acquise. Il me fallait alors revenir sur tous les points que je n'acceptais pas et rien que le fait de devoir me les rappeler m'irrita bien plus encore. Ma mâchoire était tendu et laissait s'échapper une voix ternis par l'aigreur.

❝ Si j'étais morte dans ton épreuve, ça aurait simplement voulu dire que je n'étais pas digne de les diriger. Tu crois que je suis venu juste pour m'amuser ? ❞

L'agacement forçaient mes gestes alors que je désignais le ciel d'un mouvement de bras nerveux.

❝ C'est les Anciens Sages de mon clan qui l'ont demandé, sans quoi je n'aurais jamais leur approbation. Il fallait que je risque ma vie et en abandonnant, tu crois que ça leur aurait suffit ? Moi qui ne suis pas héritière de sang ? ❞

Je me tournais à présent vers lui, droite et les poings serrés. Mon corps tout entier transpirait la nervosité, j'étais agité. Mon visage ne cessant pas de se ternir par la colère.

❝ En plus de ça, tu me dis ça alors que c'est précisément parce que j'ai pas abandonné et parce que j'ai échoué, selon toi, que tu t'es décidé à me suivre. Et tu voudrais que je change quand, grâce à ça, je bénéficie d'un appui tel que toi ?! ❞

Je ricanais, nerveusement, d'ironie, me tournant un instant, faisant quelque pas avant de revenir vers lui. Mon sang bouillonnait car là, j'arrivais au point le plus important. Mon regard était noir cette fois-ci et je le plantait dans celui de Galifey.

❝ Et ne parle plus jamais d'Elle sans savoir ce qu'il en est réellement. Elle n'a pas abandonnée elle, qu'est-ce que tu crois ? Elle s'est battu, jusqu'à la fin. Et moi, si j'étais resté là bas, peut-être que j'aurais pu en sauvé plus ! Peut-être que j'aurais pu la sauver Elle ! ❞

Je désignais du doigts la direction de notre ancien camp, avec brutalité, comme pour la désigner elle. Je sentais mon corps commencer à trembler et mes yeux, de rage et de chagrin, commençaient à briller. Je le sentais, aucune larme ne coulaient, mais le simple fait d'être à deux doigts de m'effondrer m'énervais encore plus. J'étais sur le point d'exploser. Je m'avançais, au plus près de lui et le défiait du regard en le pointant du doigt, l'air profondément sombre.

❝ Ne me redis jamais que j'ai bien fais de l'abandonner et de la laisser mourir. ❞

Je m'arrêtais de parler, face à lui, le souffle court et bruyant. Tout ça m'avait mise en colère, voir bien plus que ça. C'était la première fois que je m'exprimais la concernant et concernant la culpabilité accablante qui rongeait mon âme. Je sentais que dans une seconde j'allais explosé, un larme commençait à se former au coin de mon œil. Je ne pouvais pas me retenir plus longtemps, mais il était hors de question que quiconque vois ça, pas même Galifey. Lâchant le regard que je lui jetais, je me retournais brusquement.

❝ Vas-t'en et ne reviens que quand je t’appellerais. ❞

Un ordre qu'il ne pouvait que suivre. En l'entendant décoller, je levais les yeux au ciel, grimaçante de rage alors que les premières larmes coulaient sur mes joues. Puis je me laissais lourdement tomber, à genoux, avant d'hurler toute cette rage que je contenais depuis trop longtemps.

(c) Kuroko's basket RPG
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Galifey
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Mayura - Darenrin
Date d'inscription : 04/06/2018
Messages : 57
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé rps

Elément : Air
Invocateur : Lagertha
Sorts : vent_2;
electricite_2;
ailes_0;
celerite_3;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_3;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Mar 26 Juin 2018 - 21:03


Malheureusement, son Invocatrice le déçoit terriblement.
Galifey redresse son port altier de toute sa hauteur alors qu’il l’entend pouffer. Il l’observe. Il comprend que ses paroles n’ont pas été entendues.

« Est-ce que tu crois vraiment réussir à me changer avec cinq minutes de parlote ? »

Elle n’a pas voulu les entendre.
Il soupçonne d’être allé trop vite en besogne. Elle n’est à l’évidence pas prête à entendre les vérités qu’il prend la peine de lui expliquer ; mais alors, quand daignera-t-il devenir un véritable chef ? L’un et l’autre sont hélas liés. Il a l'intuition d'être le premier à oser lui dire de pareilles choses. Elle a beaucoup de chemin à parcourir.

C’est pour cette raison qu’il est là.

C’est pour cette raison qu’il subit, sans broncher, la colère bouillonnante de la jeune femme. Comme un volcan, elle crache ses rochers de feu dans tous les sens, furieuse et incapable de justifier son mécontentement autrement que par des sentiments brouillés par le deuil et la culpabilité.

« Si j'étais morte dans ton épreuve, ça aurait simplement voulu dire que je n'étais pas digne de les diriger. Tu crois que je suis venu juste pour m'amuser ? »

Il se tait, écoute ; contrairement à Lagertha, qui lui prouve mot après mot qu’elle n’a pas su lui tendre l'oreille.

« C'est les Anciens Sages de mon clan qui l'ont demandé, sans quoi je n'aurais jamais leur approbation. Il fallait que je risque ma vie et en abandonnant, tu crois que ça leur aurait suffit ? Moi qui ne suis pas héritière de sang ? »

C’est parce qu’ils savent que tu n’es pas prête, et qu’il te fallait une aide supplémentaire pour vaincre tes démons, songe-t-il.
Il ne prend néanmoins pas le risque de lui répondre. Il voit bien qu’elle cherche à se défouler plutôt qu’à dialoguer.

« En plus de ça, tu me dis ça alors que c'est précisément parce que j'ai pas abandonné et parce que j'ai échoué, selon toi, que tu t'es décidé à me suivre. Et tu voudrais que je change quand, grâce à ça, je bénéficie d'un appui tel que toi ?!  »

Si elle n’avait pas eu cette faiblesse, elle n’aurait pas eu besoin de lui pour aller plus loin.
Galifey cligne des yeux, lentement. La réprobation silencieuse se lit dans son regard écarlate. Il est néanmoins figé, signe de la tension que lui apporte ce conflit immédiat avec sa nouvelle Invocatrice.

« Et ne parle plus jamais d'Elle sans savoir ce qu'il en est réellement. Elle n'a pas abandonnée elle, qu'est-ce que tu crois ? Elle s'est battu, jusqu'à la fin. Et moi, si j'étais resté là bas, peut-être que j'aurais pu en sauvé plus ! Peut-être que j'aurais pu la sauver Elle ! »

L’ordre est confus, car le Demi-dieu ne peut savoir quand il saura ce qu’il en est réellement ; néanmoins, les mots s’ancrent dans son esprit au fer rouge. Il ne peut désormais plus parler d’Elle.

« Ne me redis jamais que j'ai bien fais de l'abandonner et de la laisser mourir. »

Ce second ordre est tout aussi confus que le premier : l’immense griffon n’a jamais raconté une telle chose. Néanmoins, une chose est certaine, il ne pourra à présent jamais le dire.

Son humaine est essoufflée par la rage. Une rage qui la dévore de l’intérieur, à laquelle elle tient, à laquelle elle s’accroche ; qu’importe les conséquences. Il ignore si elle s’en rend compte. Il pense que non.

« Vas-t'en et ne reviens que quand je t’appellerais. »

Son corps commence déjà à bouger, presque malgré lui.
Toutefois, comme elle ne lui a pas commandé de se taire, Galifey ne perd pas de temps pour lâcher ses ultimes paroles :

« Tes Anciens t’ont envoyé à moi car ils savaient que tu n’étais pas prête. »

À présent debout, l’Invocation déploie ses impressionnantes ailes. Elles recouvrent son humaine d’une ombre révélatrice de l’état dans laquelle elle est.

« Tu as besoin de moi, Lagertha. »

Le Fils d’Aer commence à battre des ailes puissamment : le vent balaye dangereusement les alentours. Il fait attention à ne pas envoyer valser la guerrière par mégarde.

« Tu n’es pas chef. Mais je t’aiderai à le devenir. »

Enfin, il s’envole et disparaît au-dessus des nuages.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 329
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys & Galifey
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 8 Juil 2018 - 21:51

En vents troubles

Ils savaient que tu n'étais pas prête. Ces mots résonnaient dans ma tête alors que je me trouvais là, accablée par ma rage, à genoux et surplombant les Landes. Des larmes furieuses brûlaient mes joues alors que j'avais perdu tout mon souffle après avoir hurlé ma peine. La peine de l'avoir perdu, de n'avoir rien pu faire, de savoir que je ne la reverrait jamais plus. Je sentais alors tout mon corps se ramollir à la mesure que mon âme s'en échappait, comme fuyante devant tant de souffrance. Mon cœur me faisait mal et mon estomac était prêt à rendre tout ce qui était possible et imaginable. Mais je ravalais ma salive, difficilement alors que ma gorge était plus serrée que jamais.

Je ne savais combien de temps j'étais resté ainsi, immobile, molle et sans vie, mon regard observant le néant que mon cœur ressentait. C'était finalement la douleur dans mes genoux qui m'arrachais à mon coma émotionnel. Je grimaçais en essayant de revenir à une position plus confortable, me laissant ensuite basculer vers l'arrière, observant ainsi l'étendue du ciel. Je notais alors que le soleil avait déjà bien entamé son déclin, ce qui pouvait me renseigner sur l'heure qu'il était, mais j'en avais rien à foutre. Littéralement. Je restais encore inerte, mais bien vite mes pensées se bousculèrent dans ma tête. La souffrance avait laissé place à autre chose que je ne savais qualifier. Je me remémorais alors tout ce qui s'était passé depuis l'attaque. Ma fuite, la disparition de Jagra et Sa mort. Tout ce que j'avais fais pour retrouver les survivants. Les retrouvailles avec les autres, mais surtout Amalrik. Il avait été le porte parole de tous en me gueulant dessus pour les avoir abandonné et il avait eut raison de le faire, c'est tout ce que je méritais.

Puis l'épreuve d'Armalys, de laquelle je suis sortis victorieuse. Notre traversé des Landes Nord pour rejoindre Heilan. L'épreuve de Winglèce, d'une difficulté sans nom. Je me remémorait aussi la douleur, mais aussi la puissance à laquelle j'avais gouté à ce moment là, même si je n'avais eu affaire qu'à une illusion. Je sentais mes traits se durcir et mon regard s'assombrir d'envie. Mon cœur se mit à battre plus vite quand je continuais ma réminiscence. Nous avons traversé tout l'Ouest pour rejoindre Lüh et son festival. J'y ai fais face à mon passé, à Oblivion que les Quatre n'avaient de cesse de mettre sur ma route. Mes babines se levaient. C'était le genre de coup du sort que je ne supportais pas. Puis, nous avons traversé l'Est pour rejoindre Sirk et ce Démon qui, je l'espère, allait me me guider vers ma vengeance sanglante.

Et je me retrouvais donc là, au sommet du Temple de l'Air, avec un nouveau Demi-Dieu à mes côtés, à nos côtés. Mon clan était séparé, mais en vie. Jusqu'à maintenant, j'avais fais tout ce qui était en mon pouvoir pour nous permettre de nous élever à nouveau et surtout, de prendre notre revanche pour mieux renaître. Je m'imaginais encore écarteler Sangtis de mes propres mains, couvrant mon visage de son sang avant de planter son corps sur une pique, le laissant se vider de son sang et crever ainsi.

Ma mâchoire se crispait et mes yeux se plissaient sous mes sourcils froncés. Puis je me redressais soudainement, fixant l'horizon de mon regard sombre. Ma respiration était profonde et je sentais quelque chose de lourd s'immiscer dans mes narines. Oui, je méritais d'être le chef de mon clan. Moi seule le méritais vraiment et moi seule saurait les guider jusqu'à notre vengeance. Personne d'autre que moi ne massacrerait Sangtis. J'avais déjà libéré trois Demi-Dieux après tout, si le sort voulait quelqu'un d'autre à la tête du clan, il jouait très mal ses pions. Galifey avait tord. Les Anciens Sages avaient tord s'ils me croyaient réellement illégitime. Je leur avaient de toutes façons rendu la monnaie de leur pièce, plus rien ne me séparaient à présent de la tête du clan. Plus rien.

Je me relevais et m'approchais du bord, fixant l'horizon avec plus de détermination que jamais. Je laissais derrière la fragilité de tout à l'heure. Que dis-je ? La honte d'avoir été ainsi faible et pleureuse. Plus personne ne me reprendrait à douter, à hésiter ou à prendre quiconque en pitié. Je n'avais plus de place pour ça et je ne le laisserais jamais plus me détourner de mon objectif. Mon visage se crispait tandis que je sentais mon cœur et mon âme s'assombrir d'une volonté brutale et noire. Ma douleur n'était plus, ma tristesse non plus.

Il n'y avait plus que ma rage.

À suivre...


Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

En vents troubles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cyclone IKE se rapproche des côtes Nord d'Haiti avec des vents de 195 kms/h
» Quelques Fûts de bière naine - La Rose des Vents Montpellier
» l'Académie de la Rose des Vents
» Le calendrier de la Rose des vents !
» Perdu en eaux troubles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Nord-