La liberté, depuis longtemps oubliée... ♫

Partagez| .

La liberté, depuis longtemps oubliée... ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Lun 2 Sep 2013 - 22:53


« La liberté est une chose qui ne prend sa réelle valeur que lorsque qu'elle vous est retirée. ♫ »


_______________________________________


Ils avaient rejoint la sortie du temple assez vite compte tenu de l'état de faiblesse dans lequel l'Epreuve avait laissé la jeune humaine. Il avait essayé de la soutenir tant bien que mal mais il ne voulait pas non plus l'offusqué en lui montrant qu'il la considérait comme faible. Après tout, elle avait démontré beaucoup de choses dans cette grotte, bien plus que les Sans-Poils qu'il avait connu dans l'Ancien Monde. Mais finalement, il avait franchi le seuil du temple. Une fine bruine était palpable mais des rayons du soleil parvenaient tout de même à pointer au travers de nuages gris qui agrémentaient le ciel. Comme la marque de sa sortie, du retour de sa liberté. Il huma l'air, d'un coup d'un seul, comme une bouffée de vie et de bonheur extrêmement concentrée, l'odeur de l'herbe mouillée emplit ses narines, teintée de la senteur de terre mouillée. Il pouvait entendre les oiseaux des landes qui s'affairaient à siffloter ces airs dont eux seuls avaient le secret. Il était de nouveau libre d'être, il n'avait pas connu ça depuis longtemps.

Il aurait pu rester comme ça des heures, mais il faisait froid pour quelqu'un qui n'était pas un Demi-Dieu aquatique et de nouveau les lèvres de l'humaine commençaient à bleuir. Il lui faudrait peut être une semaine sous   la couette après ça pour réchauffer l'ensemble de son corps exposé à ces températures basses. Il leur fallut nager pour rejoindre la monture de la Sans-Poil, il l'avait aidé à ne pas couler sans qu'elle lui demande. Aucun mot n'avait vraiment été échangé depuis la sortie du temple, chacun des deux plongé dans ses propres pensées probablement. Juleis se sentait envahi de toutes sortes de choses qu'il avait enfermé quelque part dans sa mémoire lointaine, on ne repasse pas de l'enfermement à la liberté brutalement, il y a un certain temps d'adaptation.

Ils avaient enfin fini leur traversée, la pluie n'atteignait pas cette partie là des Landes mais la température semblait tout de même un peu plus fraîche. Le duo rejoignit au plus vite la monture, un peu agitée par la présence de l'immense fauve. Aerin enfila un manteau par dessus ses vêtements trempés et elle monta en selle, l'équidé se mit en marche et ils prirent la direction de Lüh, Juleis marchant à leur côté. Lui permettant de se questionner un peu sur ce qu'allait être sa vie désormais. Elle lui avait demandé de la considérer comme une amie, c'était un ordre indirect mais il ne pouvait s'en défaire, sa notion de l'amitié était peut être un peu erronée depuis le temps mais tout de même, une affection s'était créée chez lui pour l'humaine sans même qu'il ait un quelconque pouvoir de décision là dessus. Le lien magique que les Dieux avaient créé allait plus loin que ce qu'il aurait pu imaginer.

Quoiqu'il en soit, Juleis avait prêté serment devant Aqua qu'il protégerait la petite Sans-Poil de tous les maux qui pourraient entraver sa route, et ce jusqu'à la fin de sa vie. Une parole de Demi-Dieu, en tout cas pour le cas du tigre, était quelque chose qui ne pouvait être rompu, ce serait une infamie que d'aller à l'encontre de cela. Il interrompit sa pensée et se rendit compte qu'il ne savait même pas où ils allaient, après tout il ne savait même pas d'où venait la jeune Aerin.

"Aerin, j'aurais quelque chose à te demander, je sais que tu t'es déjà bien exposée dans le Temple. Mais j'aimerais que tu me contes ton Histoire, les grandes lignes de ta vie. Bien entendu, je comprendrais que tu gardes le mystère mais ma curiosité s'est un peu réveillée après ma sortie et j'aimerai savoir à quoi je dois m'attendre et me préparer."

Encore une fois, c'était une question des plus simples, mais il voulait commençait à nouer ce qui pourrait ressembler à un lien entre deux, après tout elle l'avait obligé, sans le vouloir à la considérer comme une amie. Chose qu'il n'avait jamais vraiment eu jusque là et qui lui paraissait un peu nouveau tout en l’intéressant. Il ne s'attendait pas à quelque chose de grandiose, il n'avait pas occulté le fait qu'elle s'était retrouvée dans sa grotte après s'être perdue pour se rendre au temple du feu. Mais il était sincèrement désireux d'en savoir plus, d'apprendre à la connaître.  


Hrp ♪:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Juleis le Mar 3 Sep 2013 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:15

Le temps s'adoucissait au fur et à mesure que le petit groupe s'éloignait du Temple de l'eau. Petit à petit, les plaines semi-marécageuses encerclant le site sacré laissaient place à une vaste prairie aux herbes hautes et humides. Au loin, un troupeau de variquans paissaient tranquillement, bien que certaines de ces créatures dressaient la tête. Alerte au moindre bruit étranger ; à la moindre fragrance inconnue. Haut dans le ciel, un condor volait en cercle près des nuages gris effilés et soumis à la volonté du soleil redevenu maître des lieux, malgré qu'il en soit déjà à son couchant. D'ailleurs, Aerin en ressentait les bienfaits au-travers de sa lourde cape laineuse qui lui remontait jusqu'à la moitié des oreilles. Pourtant, quelques tremblements encore. À chaque fois que le vent s'engouffrait dans ses vêtements, lui rappelant que cette journée était plutôt fraîche pour la saison, Aerin grelottait : ce qui s'entendait dans sa respiration orale.

Avec le long silence qui suivit leur sortie du temple, la jeune femme eut tout à loisir de réfléchir, de repenser à ce qui venait de se passer. Réalisant que deux jours plus tôt, elle était encore dans sa chère grande bibliothèque à classer des livres, conseiller des gens de passage ou traitant d'un roman avec un habitué. À cette heure ci, peut-être même qu'elle serait en train d'éteindre les diverses lampes qui illuminaient les différents rayonnages du vaste établissement. Au lieu de ça, elle se laissait bercer par la cadence rythmée de sa monture. Au lieu de ça, elle s'apprêtait à passer une nouvelle nuit à la belle étoile, en compagnie d'un tigre divin.

Se dressant alors sur ses étriers, Aerin tourna le buste pour regarder une dernière fois le temple qui n'était déjà plus qu'un petit point à l'horizon. Une flèche dressée vers le ciel orangé de cette fin d'après midi. Aerin savait qu'en le quittant, elle abandonnait également sa bravoure et le courage qu'elle eut dans le ventre de la terre. À son retour à Lüh, elle redeviendrait la douce petite bibliothécaire. Celle qui avait disparu quelques jours, pour revenir avec un tigre, une Invocation. Certains se moqueront, l'accuseront peut-être même de l'avoir volé ou simplement trouvé, errant alors que tout Arcane sait que c'est chose impossible. Néanmoins, elle savait qu'elle ne se défendrait pas. D'autres la questionneraient, mais elle narrerait alors la moitié de sa vaillance. Mais alors qu'elle imaginait ces gens sans visage dans son esprit, la voix de Juleis interrompit le silence. Il voulait connaître son histoire.


« Tu n'as donc rien vu ? S'étonna-t-elle en le regardant avec des yeux écarquillés. Tu n'as pas vu mes souvenirs quand ils ont jailli dans la deuxième cascade ? »

Aerin ne savait si elle en était soulagée ou frustrée. Regardant à nouveau l'encolure de son cheval battre la mesure, ses mains jointes sur le pommeau de sa selle, elle réfléchit alors à ce qu'elle pourrait dire à Juleis. Se mordant la lèvre inférieure, elle réalisa qu'elle aurait dû poser cette question en première. Avide de connaissance sur les Invocations, elle aurait été plus qu'heureuse d'en apprendre plus sur la vie d'avant l'homme, du point de vue d'un demi-dieu. Comment étaient ces dieux qu'elle vénérait et craignait à la fois. Mais sa fatigue avait brouillé son esprit. Puis un sourire contrit remplaça sa canine sur sa lèvre violacée par le froid. Si seulement Juleis avait vu ses souvenirs, peut-être aurait-il su que ce n'était pas du mystère qu' Aerin cachait en elle. Juste une profonde timidité et la certitude que sa vie était d'une banalité affligeante.

« Tu sais, je n'ai pas grand chose à cacher. Pas de mystère.. à vrai dire, dit-elle en papillonnant des yeux, ne sachant où poser son regard. Je dois admettre que je te condamne sûrement à une vie bien monotone. Je ne suis qu'une simple bibliothécaire. Je passe mes journées à ranger ou à lire des livres, soupira-t-elle en enfouissant sa tête dans le col de sa cape pour ne plus laisser voir que ses yeux pendant quelques secondes pour réchauffer ses lèvres et camoufler le son d'un soupir. Honnêtement, tu es sans doute la seule aventure qui me soit arrivé depuis... depuis toujours. »

Comme pour confirmer ses dires, bien que certainement par le fruit du hasard, son cheval s'arrêta et agita sa tête en arc de cercle, de haut en bas. Il était intrigué par une carcasse de variquan en lambeaux, sans doute déchiqueté par une meute d'animaux sauvages. Ils avaient du être interrompu pour qu'ils laissent ainsi de quoi nourrir plusieurs petits. À moins que ce variquan n'ait été celui de trop pour leur festin. Mais dans le doute, Aerin se redressa à nouveau sur ses étriers et scruta les alentours. Rien. Rien que le soleil touchant enfin l'horizon et la lune prête à prendre sa place dès que sa pâleur cesserait de se confondre avec le ciel à présent dégagé.

« Nous pourrions nous arrêter ici pour la nuit. Le trajet jusque Lüh est encore long et je n'en peux plus, soupira-t-elle plus pour elle-même que pour Juleis. Près de l'arbre là-bas... nous seront partiellement abrités si la pluie venait encore à tomber et.., rougissant à l'extrême, elle marmonna dans le col de sa cape : je pourrais me dévêtir derrière... enfin derrière le tronc.. le tronc de l'arbre, je veux dire. »

Autant la jeune femme s'était montrée calme et posée durant ce petite intermède, autant l'idée de se dévêtir près d'un demi-dieu lui faisait perdre totalement ses moyens. Et ce qui était logique d'emblée ne l'était pas forcément dans sa tête. C'est pourquoi elle jugea bon de préciser, sans que cela soit nécessaire à moins d'être né sans cerveau, que le tronc faisait partie de l'arbre.. Elle-même réalisa que Juleis avait certainement déjà compris rien qu'en ayant dit « le tronc » et ceci ne rendit ses joues que plus rouges de confusion.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:17

Elle l'avait regardé avec de grands yeux, comme surprise qu'Aqua n'ait pas immiscé le Demi-Dieu dans pensées les plus intimes. Non, il n'avait rien vu, il ne savait rien de plus d'elle qu'elle n'en savait de lui, hormis le fait qu'elle l'avait sorti de sa solitude et de sa cellule. Elle sembla presque confuse qu'il n'ait pas pu les voir, lui aussi, mais il n'arrivait pas à être sur de ce qu'elle ressentait, il était un peu rouillé de ce coté-là, le temps passé enfermé n'ayant pas vraiment aidé. Une des seules espèces vivantes capable d'autant de mimiques avec leur visage, il fallait vraiment qu'il s'attelle à les comprendre, une par une, il y en avait tellement que ce serait peut-être le travail de cette vie là.

Puis, la voix toujours empreinte de cette touche de timidité et de ce que Juleis interprétait comme de la déception, elle répondu à sa question. Il l'entendait alors à nouveau, comme quand elle était agenouillée face à la dernière chute. La banalité de sa vie ne semblait pas la réjouir. Elle était bibliothécaire, il n'était pas sur de savoir vraiment ce que c'était mais il s'en faisait une idée, il avait déjà foulé les murs de ce genre de créations humaines dans l'Ancien Monde, un endroit où sont concentrés des livres qui réunissent tout le savoir et la culture de leur espèce. C'était une dame d'esprit, mais rien de bien nouveau en somme. Il n'avait dit mot, mémorisant les informations qu'elle lui avait donné et les assimilant.

Le cheval s'agita de nouveau, décidément, ces bêtes là avaient l'air de s'affoler pour un rien. Une carcasse de Variquan, rien de plus, mais une autre odeur attira l'attention du tigre, quelque chose avait forcément été interrompu pendant son festin. L'empreinte laissée par son odeur était encore intense et la chose ne devait pas être très loin mais forcément à une distance certaine pour qu'il n'ait pas à plus s'en préoccuper que ça. Sa jeune invocatrice commençait à montrer des signes évidents d'épuisement et le soleil commençait déjà à disparaître dans le lointain. Elle indiqua à un endroit où établir leur campement. Toujours silencieux, il la suivit et elle descendit de sa monture après que son visage ait pris une teinte cramoisie pour une raison que Juleis n'avait pas saisi. Il s'y ferait, s'était-il dit.

Une fois qu'Aerin eu fini de se changer, il prit de nouveau la parole.

"Pour te répondre, je n'ai rien vu de tes souvenirs ou quoique ce soit de ce genre lorsque nous étions encore dans la grotte. Tout cela se passait entre toi et, j'aime à le supposer, ma mère Aqua. L'âme est quelque chose de personnel, elle ne m'aurait pas permis de t'exposer autant à moi, c'aurait été te punir plus que t'aider. Sache toutefois que tu es la seule qui puisse amener ta vie dans le chemin que tu lui pressens. Certes, les Dieux dans leur entière grandeur vous ont probablement tracer une destinée, mais il est en votre pouvoir d'en affiner les parois et la sculpter comme vous l'entendez. Si tu as soif d'aventure, c'est à toi, et à toi seul de décider que ta vie en deviendra une."

Aerin l'avait écouté tout en lançant un feu pour illuminer un peu leur campement de fortune mais aussi pour se réchauffer.

"Maintenant que le feu est allumé, repose toi petite-humaine, vous êtes des choses fragiles et je suppose qu'il nous reste tout de même une bonne marche avant d'atteindre la ville où nous nous rendons. N'ais crainte, je veillerai sur toi, tu n'es plus toute seule désormais."

Il ne comprenait pas lui-même pourquoi il avait eu le besoin de rajouter cette dernière fois, il n'était pas du genre à s'exprimer aussi personnellement à qui que ce soit. Juleis n'avait jamais trouvé d’intérêt à développer son côté social, Demi-Dieu ou pas il était encore un novice en la matière et il était nécessaire, maintenant que cette amitié lui était imposée, qu'il développe cet aspect là de sa personne. Puis il sentit de nouveau quelque chose qui mit en éveil ses sens. Sans demander son reste, il s'aventura un peu plus en profondeur autour du coup, cherchant l'origine de cet émoi.

Après une petite ronde de repérage, il revint près du feu et trouva la petite humaine endormie, innocente et recroquevillée pour lutter contre le froid qui n'avait pas du la quitter depuis le début de sa journée. Repensant à ce qu'elle lui avait dit plus tôt, il se dit qu'elle avait beaucoup plus de ressources que ce qu'elle même pensait avoir et ce serait peut être à lui de lui faire ouvrir les yeux sur cet aspect de sa personne. Il entendit trop tardivement les pas et les grognements qui se rapprochaient d'eux. Lentement, comme des chasseurs qui lentement encerclent leur proie. Il ne parvenait pas à en jauger le nombre et il n'eu pas à réveiller Aerin puisque le cheval s'était mis à hennir frénétiquement et de manière incontrôlable.

"Ne crains rien jeune Aerin, je ne briserai pas la parole que je t'ai faite, je te protégerai quoiqu'il m'en coûte et je te permettrai de faire de ta vie une aventure si c'est que ce que tu désires. Maintenant, monte vite dans cet arbre et n'en redescends qu'une fois que je te le dirai. "
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:19

Juleis n'avait plus rien dit après sa question. Tout au plus avait-il répondu à la surprise d' Aerin par un regard sans équivoque. Il n'avait pas été témoin de ses réminiscences du passé. Quant aux aveux de la jeune femme sur sa vie ? Pas le moindre commentaire. Juleis, bien que visiblement attentif, ne trouva pas judicieux de réagir sur l'instant. Ce qui ne faisait qu'attiser la curiosité d' Aerin qui ne cessa de le regarder en biais jusqu'à ce qu'ils arrivent près de l'arbre qui dominerait leur futur campement. Elle se demandait s'il était réellement attentif ou s'il avait feint d'être poli en posant une question qui aurait pu délier la langue d'un fanfaron pendant des heures durant.. dans le doute, elle lui jeta donc encore une œillade tandis qu'elle soulageait sa monture de son poids, de son paquetage de voyage et de son harnachement, ne lui laissant qu'un licol et une corde suffisamment longue pour qu'il puisse brouter à son aise. Juleis semblait absent, le regard attiré par l'obscurité grandissante qui les encerclait. Comme intrigué par quelque-chose qu' Aerin était incapable de voir ou de sentir.

Néanmoins, ce fut assez pour qu'elle ôte ses habits avec inquiétude. Derrière le tronc d'arbre qui aurait pu camoufler tout le monde à condition de se tenir sur deux jambes, elle laissa sa robe orangée glissé au sol, décolla son chemisier humide de ses omoplates et grommela tandis qu'elle dénouait son corset qui avait rendu sa peau moite à force de contenir l'eau accumulée durant sa visite du temple. Ne lui restait plus que sa culotte longue, lui tombant un rien sous les genoux et sa chemisette de dentelle froissée par le corset. Tenue légère qu'elle recouvra rapidement de sa cape bien chaude. Enveloppée dans celle-ci, Aerin revint alors près des animaux tout en nouant sa longue chevelure en natte qu'elle posa négligemment sur son épaule. C'est alors qu'enfin le tigre reprit la parole... tandis que la jeune femme récolta du bois en cassant des branches de l'arbre ou en ramassant du bois mort jonchant le sol mi-herbeux entourant le feuillu.

Ses mots étaient lourds de sens, mais loin d'être inconnus à la jeune femme. Si ce n'est son point de vue sur l'épreuve endurée par Aerin, Juleis parlait comme bon nombre de livres théologiques : l'Homme et son libre arbitre. Encore fallait-il naître avec les bonnes armes en main, songea-t-elle tandis qu'elle s'évertuait à allumer un feu en frottant les deux silex qu'elle avait dans sa trousse de randonnée. Mais comme son compagnon plus tôt, elle ne dit rien de ses pensées. À ses yeux, même si le libre arbitre était la clé de voute de l'espèce humaine, Aerin restait persuadée que les dieux façonnaient exprès des tares pour que l'Homme soit contraint de suivre la destinée choisie par les quatre éléments. Ainsi, Aerin se savait trop introvertie pour devenir l'aventurière dont elle rêvait. Puis le feu prit ! Rapidement, Aerin dut y ajouter quelques buches pour qu'il ne s'éteigne pas et perdure assez longtemps pour sécher ses vêtements qui pendaient sur une branche haute, la réchauffer et lui permettre de s'endormir comme vint à lui conseiller le tigre.


« Tu as raison, il nous reste une petite journée de marche à ce rythme là. Quand nous arriverons à la rivière blanche, il ne restera qu'une heure environ.., puis elle marqua une pause, souriant à la dernière réplique du félin. Merci Juleis. »

Aerin trouvait qu'une certaine chaleur émanait du demi-dieu bien qu'il gardait une sorte d'impassibilité dans les traits. Son regard emprunt d'une tristesse infinie brillait également d'une tendresse qui rassurait la jeune femme qui s'allongea sur le tapis de selle déplié en couverture et la tête posée sur le cuir de la selle. Ainsi, enroulée dans sa cape remontée par-dessus son nez, elle sourit au tigre, plissant ainsi son regard qui ne tarda pas à se fermer complètement sur une simple phrase.

« Bonne nuit Juleis. »

Après une telle journée, il eut fort à parier que le prénom du tigre se perdit dans le début de son rêve. D'ailleurs, recroquevillée sous la laine, tellement proche du feu qu'elle aurait presque pu s'y brûler, Aerin revit sa rencontre avec le tigre, l'impression de majesté qu'elle descella chez l'animal quand la dernière chute d'eau fut franchie. Puis vint l'instant où il lui parla face à face. Toutefois, quand le tigre écarta ses mâchoires, ce fut un hennissement qui jaillit d'entre ses babines. Suivi de piaffement tels que la jeune femme se réveilla brusquement ! Son cheval était pris de panique et tentait de cabrer à reculons pour faire rompre sa corde solidement nouée à l'arbre. Juleis quant à lui, semblait aux aguets, les yeux rivés sur l'obscurité des landes. Mais Aerin ne voyait rien. Tout au plus des ombres prudentes, qui ne se risquaient pas à pénétrer dans le halo du feu de camps. Alors la jeune femme replia ses jambes, recula jusqu'à s'adosser à l'arbre et tira sa cape jusqu'à ses yeux.

« Monte vite dans l'arbre, lui avait dit Juleis. » Mais un instant encore, la jeune femme le regardait tétanisée. Ses doigts crispés sur le bord de la cape, les vertèbres comme soudées à l'écorce de l'arbre, Aerin ne bougea qu'au grondement d'un animal perdu dans l'obscurité. Alors, agitée et malhabile, elle glissa une première fois en se relevant, pour ensuite se dresser et sauter après la branche la plus basse de l'arbre. D'une agilité mal assurée que ne lui aurait pas permis sa robe, elle grimpa le plus haut qu'elle put, sentant l'écorce égratigner la plante de ses pieds nus et les fines branches rebelles effleurés ses bras dénudés. Puis à mi-hauteur de l'arbre, elle se cramponna au tronc et chercha le tigre du regard... Dans son champ de vision, sa monture affolée qui ne parvenait pas à s'enfuir à cause de la corde.


« Mon cheval ?!, cria-t-elle, réellement inquiète pour son sort. Prête à redescendre pour le sauver, elle se retint car un nouveau rugissement l'effraya. Alors elle regarda à nouveau Juleis : sois prudent ! »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:22

Elle était sauve, ayant escaladé du mieux qu'elle pouvait le tronc de l'arbre pour atteindre une hauteur raisonnable qui empêcherait toutes sortes de prédateurs de l'atteindre et de la blesser. Restez le problème de l'équidé, pour Juleis, peu importait qu'il s'en sorte ou non, ça n'avait pas l'air d'être bien plus qu'un stupide animal qui se laissait emporter un peu facilement mais il avait entendu son invocatrice criait. S'inquiétait-elle réellement pour le sol de sa monture ? Ma foi. Les options n'étaient pas très nombreuses. Soit il tentait de le protéger alors qu'ils ne savaient même pas combien de ces choses leur tournaient autour, ce qui paraissait un peu irréalisable vu les bruits qu'il pouvait entendre ou alors il détachait le lien qui attachait le cheval au gros morceau de bois et le laisser courir pour sa vie.

Quelque chose, néanmoins, changea la donne. Les grognements et les bruits de pas s'était intensifier puis éloigner. Comme si les prédateurs étaient passés d'un instant à l'autre du statut de la discrétion qu'incombe la traque au bruits grossiers et sonores de la fuite. Juleis, malgré tous ces efforts ne parvenaient pas à comprendre ce qui les avait fait fuir. Lui-même ? Peut-être mais peu probable que de simples bestioles ait fait la différence entre un simple tigre et lui comme ça, juste en réfléchissant. Non, ce devait être autre chose, plus gros et plus méchant que ce qui se trouvait là avant. Malgré le fait qu'il ne sentait encore rien, à cause du bruit que faisait les fuyards et aussi à cause du vent qui soufflait dans la mauvaise direction, il sentit qu'il ne fallait pas s'attarder ici trop longtemps. En un geste vif il trancha le lien du cheval, ce dernier ne demanda pas son reste et s'enfuit à travers les arbres jusqu'à sortir de leur champ de vision à tous les deux.

"Aerin, descend ! Vite ! Il ne faut pas que l'on s'attarde ici, quelque chose rôde près d'ici et, je ne sais pas pour toi, mais je n'ai pas tellement envie de savoir quoi pour l'instant. Savoir qu'il a fait fuir un attroupement de bestiaux affamés me suffit, pour l'heure."

Elle descendit du plus vite qu'elle put, manquant de rater les branches les une après les autres et tomber de tout son poids à même le sol. Ce serait un comble, à peine libéré et déjà de nouveau prisonnier.

"Monte sur mon dos et accroche, il faut qu'on s'enfuit au plus vite."

Elle voulait réunir ses affaires avant de partir mais le tigre lui fit comprendre qu'ils n'avaient pas le temps, elle l'enjamba tant bien que mal et lui se baissa pour lui rendre l'escalade un peu plus facile. Elle s'agrippa de toutes ses forces aux poils blancs du Demi-Dieu. Il l'avait peut être un peu effrayée mais il valait mieux pour eux. Puis il se mit à courir, il n'avait pas fait ça depuis deux millénaires environ, malgré la situation pour laquelle il courrait, il ne pu s'empêcher de s'enivrer de l'air qui lui fauchait le visage à cause de la vitesse, de l'altération que sa course provoquait sur les sons qui lui parvenaient. Tout ça lui avait manqué.

Malheureusement, l'enfermement avait du un peu le rouiller puisque perdu dans ses pensées, il n'avait pas réagi au changement d'atmosphère. Une odeur de souffre et de cendres se dégageait de plus en plus intensément mais il ne l'avait perçu que bien trop tard. Il dut bondir pour éviter une boule de feu qui lui arrivait droit sur le flanc, il manqua de perdre l'équilibre et d'écraser sa cavalière à l'atterrissage.

"Vite Aerin ! Trouve un arbre et mon le plus haut possible et à défaut, trouve un semblant de cachette."

Puis il se baissa à nouveau très vite, la força quelque peu à descendre en s'agitant puis repartit de la où il venait. Ses yeux s'écarquillèrent légèrement quand il vit ce à quoi il devait faire. C'était une espèce d'être entourée d'une espèce de carapace rocailleuse et entouré d'une lueur orangée comme des flammes. C'était cette petite chose là qui avait tiré une boule de feu comme ça ? Un peu inquiet par son absence de magie, il pensait tout de même pouvoir s'en sortir facilement, en tant qu'invocation, il n'allait pas être effrayé la faune environnante, encore moins par quelque chose d'aussi laid et qui avait mis en danger la vie de son invocatrice. Il rugit, puis bondit sur l'espèce de caillou animé qui lui faisait face.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 429
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?

Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:32

Il marchait tranquillement lorsqu'il entendit des hurlements étranges. Curieux mais surtout avide de destruction, un mot qui tournait en boucle dans sa tête et qui régissait sa vie, il accéléra sa marche. De plus, il avait faim ! Et on sait tous que lorsque ce golem là avait faim, il détruisait absolument tout, comme si la commande destruction était reliée à son estomac. En faite non, qu'il ait faim ou pas, il détruisait, c'était marrant et puis c'était drôle !

En faisant beaucoup de bruit, plus qu'un Bélier Empereur à la charge (qui fait déjà énormément de bruit), il se mit à courir en poussant un espèce de grognement qui se voulait effrayant. Ah bah ça devait bien faire effet puisque le troupeau, ou plutôt la meute, de petits monstres complètement inutiles, mais super bon, s'enfuirent. Deux autres personnes aussi prirent la fuite. Il y avait un... tigre ? et une chose humaine dessus qui hurlait, à moins que pas du tout, qui fuyaient comme des lâches.
Ah les lâches !

Beh rien que pour ça, Golem allait faire d'eux son midi ! Il avait faim et soif - de destruction. Et puis c'était de la chair facile là ! Courant toujours, il lança une boule de feu sur le tigre qui l'évita mais ça désarçonna la chose humaine. Le chaton semblait pas très content puisqu'il rugit et sauta sur Golem.

Le caillou d'un mètre cinquante balança son bras avec puissance qui vint frapper le tigre dans l'estomac. Hurlant désormais, le cailloux de feu lança une déferlante de feu, embrasant tout autour de lui dans un rayon de cinq-cent mètres.
Golem s'amusait à détruire et à le détruire. Rien de plus marrant que de carboniser la chair de sa proie avant de la manger en la savourant lentement. Toujours dans ses délires de nourriture, il bougeait bizarrement, frappant alternativement ses pieds sur le sol et en faisant des mouvements bizarres avec ses bras, comme des vagues.

Le caillou avait complètement oublié le gros tigre blanc appétissant, se focalisant seulement sur sa faim et son envie de destruction. En plus d'être complètement ailleurs, il faisait vraiment n'importe quoi, lançant des boules de feu à tout va. Les gens autour avaient intérêt à s'inquiéter pour leurs petites fesses parce que Golem venait de perdre la raison...

[Mana: 10]
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:33

De son perchoir, Aerin plissa les yeux pour tenter d'apercevoir les créatures qui se rapprochaient en arc de cercle auprès du campement. C'était trop petit pour être des variquans, trop nombreux pour être des émeraudes réputés pour être des créatures solitaires. Dès lors, par instinct de déduction, il pouvait s'agir de lions masqués. Mais sans conviction. Ses connaissances biologiques n'étaient pas assez étendues et beaucoup d'espèces animalières inconnues étaient encore en passe d'être identifiées. Mais avant même de pouvoir se focaliser sur la bête la plus proche du campement, assez pour subir les miroitements du feu sur son pelage que celle-ci releva la tête et partit dans le sens inverse, suivi de peu par ses comparses. Seule une roche semblait se mouvoir, mais peut-être était-ce du à son imagination mêlée à la fatigue. Puis, quand bien même, Juleis cria après elle. Il était inquiet. Trop inquiet pour qu' Aerin ne lui désobéisse. Alors elle descendit de son arbre et s'élança vers sa cape et ses affaires.

C'était sans compter le tigre qui refusa. Pas le temps. Il fallait se dépêcher. Pourquoi ? À cause de la pierre ? À cause des créatures parties ? Non, elles avaient fuit, il n'y avait plus rien à en craindre. Donc la jeune femme voulu protester, mais l'opiniâtreté de Juleis faisait loi. C'est pourquoi Aerin agrippa l'encolure de ce dernier et s'inclina sur son dos pour suivre sa cadence. L'heure n'était plus à s'émerveiller de la douceur de son pelage. Aerin ressentait l'appréhension de l' Invocation et la peur l'envahissait. Dans la course saccadée, complètement différente de l'allure d'un cheval, Aerin criait. Pas d'effroi mais d'incompréhension.


« Mais c'est quoi ? J'ai vu qu'une pierre, moi... Juleis ?!? »

Mais pas de réponse. Le tigre était perdu dans ses pensées. Il courait pour fuir, à son tour, la chose qui avait fait partir leurs prédateurs. Alors Aerin ne chercha pas à l'interroger d'avantage. Elle se contenta de se plaquer contre la fourrure de l'animal pour se prémunir du froid mordant de la vitesse prise. Dans ce simple appareil, elle en ressentait chaque piqûre, chaque morsure. Si au moins elle avait pu attraper sa cape.. mal lui prit de regarder en arrière dans l'espoir de voir la distance qui les séparait du campement où le feu crépitait. Une masse difforme les poursuivait. La grosse pierre d'un peu plus tôt s'avéra doté de bras incandescents. Deux masses tentaculaires composés de briquaillons et de lave qui lancèrent une boule rougeoyante, telle une comète que Juleis n'évita qu' in-extremis. Une esquive tellement surprenante qu' Aerin perdit l'équilibre et roula dans l'herbe fraîche.

« Juleis !!, hurla-t-elle inquiète qu'il l'abandonne après sa chute. »

Mais l'animal fit volte face. Se rapprochant de la jeune femme, il lui ordonna de se cacher sur un arbre. Mais il n'y en avait pas à porter. Ou qu'importe la cachette. Tournant la tête dans tous les sens sans réellement parvenir à poser son regard sur des refuges possibles, Aerin tremblait. À genoux au sol, elle inspira un bon coup et refit une inspection des lieux jusqu'à voir un rocher immobile. À moins qu'il eut s'agit d'une butte de terre ?! Quoiqu'il en soit, elle quitta sa position affalée au sol pour se ruer vers ce refuge tandis que derrière elle, un combat entre monstre et Invocation débuta. Derrière la bute de terre, Aerin hésita à regarder par-dessus, mais elle n'y tint plus quand elle entendit les grondements des deux créatures. Couchée sur le flanc du monticule, seule ses yeux surmontèrent la terre. Suivis rapidement par le reste de son visage et le haut de ses épaules soutenues par ses bras tendus.

« C'est... c'est.., balbutia-t-elle avant de crier : c'est un Golem de lave ! Un instant elle réfléchit, se remémorant ses connaissances théoriques de ces monstres avant de hurler à nouveau afin que Juleis profite de ses connaissances. Vises ses... ses... vises ses membres, c'est son point faible. Et ne reste pas face à lui ! C'est dangereux. Attention !! conclut-elle terrifiée en voyant la nouvelle attaque du monstre qui l'obligea à se réfugier complètement derrière la bute de terre. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:34

Le poing rocailleux l'avait touché en plein dans l'abdomen, avec une force plus qu'humaine. C'était mal parti. Interrompu dans son élan, il avait atterri mollement sur ses pattes et avais repris ses esprits. Bordel, cette bestiole était plus coriace que prévu et en plus elle utilisait la magie. Mais elle ne pouvait pas être intelligente, il fallait aussi miser la dessus. Après tout, il avait besoin d'un peu d'exercices. Il chargea à nouveau mais cette fois-ci, il restait sur le sol, malgré la puissance du poing, le coup ne l'avait touché que par ce qu'il était dans les airs, incapable de changer de trajectoires. Il fonçait droit sur le monstre, ce dernier arma à nouveau son poing. Trop facile. Au dernier moment, quand le poing allait s'abattre sur lui, il se décala juste assez sur la droite pour que le coup le frôle et aille taper directement dans le sol.

Juleis n'attendit pas plus, il profita de ce moment de déséquilibre de son ennemi pour allonger son coup et mordre le bras de l'assaillant au niveau du coupe. Touché. Il referma sa prise et augmenta la pression exercée par se mâchoire. Il ne savait pas vraiment de quoi était fait ses bras mais ils lui chatouillaient le palais et était extrêmement chaud. Le tigre sentit quelque chose s'aider et se décrocher. Il lui avait arraché un bras, le recrachant tout aussi vite et s'éloignant du monstre pour éviter le coup qu'il avait armé le temps de son attaque. Mais il n'avait pas été assez rapide et le golem atteint son abdomen à nouveau, lui coupant légèrement le souffe. Le Demi-Dieu avait mésestimé les capacités du caillou. La poisse.

Pendant ce temps, il put constater que la partie qu'il avait arraché au monstre s'était consumé non loin d'eau, se transformant en cendres qui s'envolèrent au gré du vent. Plus qu'à espérer que ça ne repousse pas comme par magie. Il se voyait mal allait tailler l'armure de pierre avec ses dents. Il fallait que ses membres soient son poing faible, sinon, sans magie, il serait impuissant face au golem.

Après quelques secondes, le membre ne semblait toujours pas repoussé, mais le monstre de lave semblait un petit peu énervé qu'on lui ait, sans vergogne, arraché un bras. De toute façon, Juleis n'avait pas prévu d'être indulgent avec un stupide monstre qui mettait la vie de son humaine en danger. Il avait essayé de les blesser et il paierait. C'était un combat à mort, ça tombait bien, lui était immortel. Il regardait toujours le golem s'égosillait et hurler, de douleur ou de rage, comment savoir si ce genre de choses ressentaient réellement la douleur après tout.

Cette fois-ci, il allait attendre qu'elle charge, et il la tuerait. Cela lui rappelait ses derniers jours passés dans l'Ancien Monde, quand tous les moyens étaient bons pour éradiquer l'espèce humaine, quand tout les Demi-Dieux étaient entrés dans une rage qui n'avait plus de limite malgré leur faiblesse. Quand, même lui, Juleis, qui n'avait jamais eu soif de sang et de bataille, avait ressenti se besoin de tout faire pour tuer le plus d'humains possibles les arrêtés. Aujourd'hui, face au golem, c'était de nouveau ce qu'il ressentait, qu'il fuit ou qu'il reste, il le tuerait.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 429
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?

Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:37

Il ressent une douleur, on lui arrache un bras. Le monstre hurle de rage. Il est furieux, il a faim, il veut détruire. Oh oui, il vaut massacrer ce tigre de malheur, le déchiqueter, le réduire à néant, le massacrer. Tant d'idées dans sa cervelle de caillasse. Souriant méchamment, il rugit avant de rouer de coups le tigre bien trop blanc à son goût. Il faut que ce pelage devienne rouge, pourpre, qu'il se colore de la couleur de son sang que Golem trouvait fade maintenant.

Même s'il lui manquait un membre, le golem s'acharnait avec ferveur sur la divinité, combattant avec rage comme si sa vie en dépendait et c'était effectivement ça, sa vie en dépendait grandement. Déjà qu'il lui manquait un bras. Rien que de penser à ça ça l'énervait. Golem, furieux, en manque de destruction et affamé, sauta avant de retomber lourdement sur le tigre. Il ne savait pas s'il l'avait touché mais peu importait, il avait faim et il devait tuer cette chose qui avait osé insulté son égaux.

Prenant une grande inspiration, il préparait une attaque dévastatrice, la seule qu'il pourrait lancer désormais. Cette attaque, la plus puissante qu'il possédait, la plus meurtrière aussi, nécessitait beaucoup de concentration et surtout d'énergie et c'est ce qui lui manquait... Ainsi, au lieu de lancer sa super attaque de la mort qui tue, Golem n'envoya qu'une boule de feu, consumant ses forces déjà fortement diminuées.

Mais le monstre ne se laissait pas abattre puisqu'il reprit sa charge avec encore plus de fureur, vraiment décidé à en finir. C'était un combat à mort, un combat pour sa vie mais surtout pour son ventre qui criait famine ! Et tout le monde savait que le ventre de Golem passait avant tout chose, surtout avant sa vie. C'était ainsi.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:38

Le golem, avec une fureur et une rage décuplée par la perte de son bras, avait sauté sur le tigre. Il ne misait pas du tout sa victoire sur de l'intelligence, ce fait était clair maintenant. Malheureusement, Juleis avait encore sous estimé la vitesse dont il pouvait faire preuve et il n'avait pu qu'amortir l'impact du rocher vivant sur ses flancs. Ce monstre pesait lourd mais il avait pu se défaire de son poids en forçant sur ses pattes en prenant appui sur le sol. Il avait reculé à nouveau, les muscles tendus, prêt à éviter le prochain assaut et à contre attaquer s'il voyait une opportunité. Il fallait qu'il lui arrache les jambes pour neutraliser de manière définitive ce gros tas de magma. En parlant de ça, Juleis nota que le monstre s'était arrêté. Il prenait une inspiration comme pour libérer une puissante magie. Et merde. Juleis n'avait plus aucune magie depuis son enfermement, les Dieux ne leur avait rien rendu pour parfaire leur punition. Sinon il n'aurait fait qu'une bouchée de son ennemi depuis longtemps.

Puis, d'un coup, le golem relâcha une boule de feu pas vraiment impressionnante. C'était donc là son meilleur coup ? Une boule de feu peut être même un peu moins puissante que celle qui l'avait déséquilibré un peu plus tôt. Il se mit à courir et tenta de sauter par dessus la sphère enflammée mais elle l'atteint tout de même, lui brûlant sa patte arrière droite et dégageant une douce odeur de poils brûlés et d'un peu de peau. Mais sa contre attaque était lancée de toute façon. C'était le moment opportun, vu la faiblesse de la boule de feu, le golem devait être quasiment à court d'énergie magique, s'il frappait fort et maintenant, l'issue du combat était probablement scellée.

Dans le même temps, le golem s'était mis à courir dans sa direction, toujours empli de cette même fureur qui l'animait depuis la perte de son bras, il était lui aussi conscient qu'il luttait pour se survie maintenant et probablement aussi que ce combat n'était pas d'égal à égal, le destin du monstre de lave était de toute façon scellé. Plus qu'un mètre de distance les séparait, s'il s'était rentré dedans, le tigre en aurait surement souffert, la vitesse des deux assaillants cumulée aurait provoqué un choc assez fort pour le sonner pour une bonne minute et il n'était pas sur que c'était réciproque pour cette chose entourée de pierre dure. Il feinta donc, à nouveau, c'était le seul moyen de l'emporter sur cette bête trop résistante pour ses griffes, ses dents, ou même un coup de tête. Il arma ses pattes avant comme pour se préparer à inonder le golem par un choc avec son crâne pour que ce dernier s'engage, mais au moment ou leurs corps allaient entrer en contact. Il se baissa et parvint à passer au dessous du golem.

Emporté par son élan, le golem fit encore un ou deux pas et manqua de tomber tête la première dans le sol légèrement vaseux des landes. Juleis ne perdit pas de temps, ouvrant sa gueule béante, il mordit dans ce qui aurait pu s'apparenter le plus possible à une cuisse et resserra de nouveau sa prise. Si la jambe cédait, c'était fini pour le golem. Sinon, il espérait au moins pouvoir la lui casser, si du moins il y avait quelque chose qui ressemblait à un os là dedans...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 429
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?

Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:39

Le gros matou mordait dans la jambe de Golem. il avait réussit à avoir le caillou par une ruse diaboliquement diabolique. Cela rendait encore plus furieux Golem. Sa jambe n'allait pas tenir, mais même sans ça, il pouvait se battre car rien n'arrêtait le monstre si ce n'était la mort. Se débattant comme tous les diables, le monstre s'arracha lui même la jambe dans un hurlement bestiale.

Il ne lui restait plus qu'un bras, le droit, et une jambe, la droite aussi. Furieux, souffrant mais déterminé, Golem se roula en boule et commença à charger vers le tigre qui tenait toujours sa jambe. Il avait réussit, avant, à lui brûler une cuisse. Mais son énergie magique était trop basse, il ne pouvait plus rien faire. Bah, il allait combattre à l'ancienne, c'est à dire avec les poings et les mains.

Tous les coups étaient permis, ils étaient en guerre. Une guerre perdue d'avance pour le caillou mais son manque d'intelligence faisait qu'il n'avait presque pas d'instinct de survie.
Donc il chargeait en roulant sur lui même. Grâce à l'élan prit et à son bras restant, le golem décolla assez haut pour pouvoir atterrir sur le tigre violemment.

Il voulait le tuer, peut-importait qu'il perdait des membres. Sa rage avait atteint son paroxysme, sa faim aussi. Donc il allait continuer de se battre même si son instinct de survit lui hurlait de s'enfuir pour son salut.
Golem était perdu mais ça il s'en foutait royalement.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:40

La jambe n'avait cédé sous la pression de la mâchoire du tigre. Il l'avait attrapé au beau milieu d'une simili cuisse et n'avait réussi à tout arracher pour la détacher du reste, mais elle était tout de même bien amochée. Comme pour le bras, il avait senti quelque chose céder mais cette fois il n'avait pu l'en séparer du corps. Mais là où il fut surpris, c'est lorsque le golem s'arracha de lui-même sa propre jambe puis la jetant un peu plus loin avant qu'elle disparaisse dans les cendres. C'était un message au tigre, un message qui lui signifiait qu'il pouvait le battre même avec un bras et une jambe en moins. Autant dire que la golem ne remarcherait pas sur ses deux pieds de sitôt, mais il comptait quand même tuer le tigre.

Enfin bon, tenter de tuer une semi-divinité en roulant dans sa direction et en tentant tant bien que mal de sauter avec son bras, c'était pas gagné. Juleis avait déjà gagné de toute façon, il esquiva sans peine le golem avant que celui-ci lui retombe à nouveau sur le dos et, une fois qu'il eu atterri, il imposa son poids sur ce qui restait du golem. Son regard animé d'une étincelle nouvelle, une lueur d'animosité et empreinte d'un désir de tuer. Le sort du golem était scellé de toute façon maintenant. Il bloquait toujours la position du golem en mettant tout son poids sur son corps à l'aide de ses deux pattes d'avant. Puis il attrapa la tête du golem dans sa gueule et tira, de toute ses forces jusqu'à ce qu'elle cède. Le monstre criait, vociférait, tapait de la main et du pied un peu partout jusqu'à ce qu'un craquement sonore et équivoque retentit et que la bête se tut dans un silence éternel, une sorte de magma s'échappant de son cou comme un liquide vital.

Un problème de moins sur les bras déjà, Juleis prit alors un instant pour regarder la jambe arrière qui avait été touchée par la boule de feu, une brûlure un peu superficielle et quelques poils perdus. Il lui suffirait probablement de quelques jours pour que le tout revienne à la normal, enfin seulement si la magie des sa Mère était encore quelque part en ce monde. Après s'être rassuré lui-même sans réellement avoir eu peur, il se dirigea vers la cachette de fortune de son invocatrice, elle avait l'air un peu sous tension et son coeur battait plus vite encore que tout à l'heure. Il la rejoint derrière sa butte.

"En route, Aerin, nous reprenons la route après être retourné chercher tes affaires au campement, moins de temps nous passerons dans cette contrée hostile, mieux ce sera pour nous deux."

Puis il se mit en marche, se laissant guider par l'odeur du feu de leur campement qui n'avait pas encore eu le temps de s'éteindre.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:42

Elle n'avait pas rêvé. Aerin venait bel et bien d'assister à un combat entre Invocation et Monstre. Plusieurs fois, cachée derrière sa butte, les yeux suivant les moindres faits et gestes des deux adversaires, elle avait prié. Les doigts cramponnés à la terre de sa cachette, Aerin vivait la bataille comme si elle eut été l'arbitre de l'affrontement. Une fois même, elle étouffa un cri derrière ses mains terreuses quand une fine fumée suivi le saut de Juleis. Il avait été touché. L'impact s'était résumé par des étincelles comme celles visibles quand les forgerons affûtent des lames. Des projections de feu et de cendres comme une légère explosion de feux d'artifices.

Mais le tigre menait la danse. Son intelligence était nettement supérieure à celle du golem. Ce dernier semblait plutôt agir instinctivement. Tant et si bien que même amputé d'un bras et d'une jambe, il continuait à charger. Sa force et sa corpulence faisaient craindre à Aerin que son tigre finisse en bouilli, tôt ou tard. Ce qui fut presque le cas. De crainte de voir ses doutes se produire, la jeune femme enfouit son visage sur le monticule de terre pour ne pas voir la funeste catastrophe. D'autant que le golem se mit à hurler – de victoire peut-être ?! À cette idée, Aerin trembla, pleura à en transformer une petite surface de terre en boue qui recouvrit partiellement ses joues.

Puis une voix. « En route, Aerin.. » ce fut assez pour qu'elle stoppe ses sanglots et lève les yeux. Le monstre de feu ne connaissait pas son nom. La pierre vivante n'avait pas cette voix. Non, ses vocalises jusque là étaient nettement plus rauques, plus animales, ... alors que celle-ci, elle lui était familière. Cette voix était celle de Juleis. Il avait survécu. Les mains plaquées sur ses lèvres pour en cacher les tremblements, le bout des doigts joints entre ses yeux, elle dévisagea le tigre qui s'en tirait sans trop de dommage. Tout au plus Aerin descella de la fatigue dans le regard azuré de l'animal. Une certaine douleur était à peine perceptible par le biais d'un rictus sur ses babines. À moins que sa seule impression suffise à lui faire croire que Juleis souffrait. Quoiqu'il en soit, telle une petite fille, Aerin n'y tint plus et sauta au cou du tigre pour enfuir son visage dans l'encolure de ce dernier.

Mais rapidement, elle s'écarta. À peine eut-elle le temps de sentir le corps chaleureux du félin bien vivant sous sa peau qu'elle recula pour plonger ses yeux dans son regard luisant dans cette nuit sombre.


« Allons-y, conclut-elle en se releva et suivant le tigre vers leur campement. »

En marchant vers l'arbre encore éclairé par le feu déclinant, Aerin ne put s'empêcher de regarder la masse difforme du golem qu'ils contournèrent. Il n'était plus que l'ombre de lui-même, tel un gros cailloux poussiéreux. Un peu de lave jaillissait encore de son cou brisé tandis que des fines nappes de fluide se formaient près des moignons de jambe et de bras arrachés. Bientôt, la teinte orangée deviendrait grise, sous peu, peut-être même s'effritera-t-elle comme les autres morceaux de corps arrachés plus tôt. En osant s'approcher de la créature, Aerin contempla sa tête où une expression de haine et de douleur se mélangeait. Mais bien que effrayant, la jeune femme s'approcha suffisamment pour observer ce monstre qu'elle n'avait vu qu'en illustrations...

Elle ne savait quoi penser de cette horreur. Mais sans pouvoir y réfléchir plus avant, le corps rocheux s'affaissa au point de faire sursauter Aerin qui accourut vers son ami blessé. Marchant légèrement en arrière de lui, elle ne pouvait s'empêcher de regarder sa jambe noircie par le feu. La jeune femme revoyait l'attaque, se rappelant que chaque gros coup porté au félin s'était fait quand il bondissait. Puis elle trottina pour revenir à hauteur de sa tête, le regardant timidement en craignant d'interrompre ses pensées.

« Tu ne veux pas te reposer un peu avant de partir ?, demanda-t-elle à voix basse. Je sais que les lieux ne sont pas favorables, mais rien ne nous dit qu'on ne rencontrera pas pire plus loin. On est encore loin de la rivière blanche et ici, au moins, beaucoup de créatures ont eu peur du Golem, finit-elle en cachant un bâillement derrière le revers d'une main. »

S'il persistait, Aerin le suivrait. Mollement sans doute, mais elle le suivrait car son jugement lui paraissait plus judicieux que le sien. La jeune femme estimait que le demi-dieu était plus à même de savoir quoi faire au milieu de cette nuit noire. Les yeux brièvement levés au ciel, Aerin constata le positionnement des étoiles, en cherchant une plus particulièrement car elle pouvait révéler l'heure approximativement, de par sa position. Ainsi, l'aube ne devait plus être loin : *deux ou trois heures tout au plus...*inspira profondément Aerin pour se retenir de bâiller à nouveau, alors qu'elle se pencha pour attraper sa cape qui lui avait manqué pendant cette longue période à craindre pour la vie de son Invocation.

« Laisse moi au moins nettoyer ta blessure, veux-tu ? Ça n'en cicatrisera que mieux. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:45

Juleis n'avait pas réagi quand Aerin s'était jetée à son cou. Non pas qu'il n'ait pas ressenti un sentiment de bonheur de voir que la petite humaine s'était inquiété de son sort mais bien car il n'avait pas compris son geste. Elle avait été si instinctive et spontanée qu'il avait été un peu pris au dépourvu, peu habitué à ce genre de réactions de la part des humains qu'il avait pu connaître dans l'Ancien Monde. En conséquence, il n'avait trouvé rien d'autre à faire que de rester immobile et d'attendre qu'elle le lâche. Toujours cette pensée dans un coin de son esprit, ils arrivèrent au campement de fortune qu'ils avaient établi un peu plus tôt dans la soirée. Il espérait qu'elle n'avait pas pensé qu'il été quelqu'un de froid ou dénué d'émotions, ce n'était pas le cas, il n'avait juste jamais été habituer à les exprimer aux autres.

La jeune bibliothécaire tombée de fatigue, elle baillait de plus en plus souvent et peinait de plus en plus à le dissimuler, le tigre n'était pas idiot, il aurait été idiot de lui faire prendre la route dans cet état là. Juleis l'aurait bien porté sur son dos comme il l'avais fait dans un premier temps pour fuir le golem de lave mais il lui était impossible de rejoindre la ville sans Aerin pour le guider. Il apparut vite évident qu'elle avait raison et qu'il leur faudrait en fait rester ici pour prendre un peu de repos, son deuxième argument ayant eu raison des dernières réminiscences de la demi-divinité. Elle ramassa sa cape par terre et l'enfila pour tenter de se réchauffer, le feu s'était affaibli depuis qu'ils étaient partis et il leur fallait remettre du bois à brûler pour le relancer.

Il s'apprêtait à partir chercher de quoi faire repartir le feu et laisser Aerin se reposait mais elle l'arrêta et lui proposa de nettoyer sa blessure. Il ne voyait pas vraiment ce qu'elle pourrait faire mais, après tout, il n'avait rien à perdre.

"Laisse moi tout d'abord aller chercher de quoi raviver ces flammes qui sont nos seules alliées dans cette endroit si froid. Ensuite, je te laisserai me panser."

Il lui fallut faire plusieurs allers-retours pour ramener une quantité suffisante de bois pour qu'il puisse l'entretenir le temps de l'escale. Plusieurs fois, la jeune invocatrice avait été essayer de l'aider en partant aussi à la recherche de bois, à chaque fois balayée d'un refus et d'une intimation à s'asseoir et se reposer. Elle le regardait, pensive et enroulée dans sa cape, ravivant le feu au fur et à mesure que l'invocation lui ramenait du bois. Il leur fallut quelque chose comme une demi-heure pour enfin pouvoir s'installer autour du feu et que celui-ci donne réellement une sensation de chaleur.

Elle était assise sur une grosse branche qu'elle avait transportée jusque-là afin de pouvoir regarder sa blessure et essayer de l'améliorer. A première vue elle n'avait pas l'air dotée d'onguents ni de plantes pour faire quoique ce soit contre une brûlure magique.Mais s'il avait appris une chose depuis qu'elle l'avait libéré c'était que cette humaine semblait regorger de surprises et qu'il n'était pas au bout des siennes.

"En plus d'être bibliothécaire, tu vas m'annoncer que tu as une formation de guérisseuse à tes heures perdues ?"

Sa voix s'était voulu chaleureuse et elle avait même été un peu moqueuse, l'étonnant lui-même. Lui qui, de toute sa vie, n'avait jamais vraiment porté en affection qui que ce soit, il était forcé de constater qu'après quelques heures seulement passé en compagnie d'Aerin, il l'appréciait elle et sa compagnie. Elle semblait intelligente et avoir beaucoup de choses à lui apprendre sur le Monde dans lequel il leur faudrait évoluer dès à présent.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #15 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:47

Le regard de Juleis en dit long quand il regarda Aerin bâiller pour la énième fois. Autant face au Golem, il avait persévéré, autant face à son Invocatrice, il baissait les armes. Il avait du comprendre – chose pas difficile – qu'elle ne ferait pas un pas de plus sans tomber de sommeil. Ainsi, il ne restait plus qu'à raviver le feu et récolter de quoi le maintenir en vie, la nuit durant. Chose qu' Aerin s'apprêta à faire quand le tigre le lui interdit. Elle avait beau protester que si elle était fatigué, lui était blessé : rien n'y faisait. Alors Aerin se résigna et s'assit sur une branche d'arbre qu'elle avait traîné jusque là. Sans doute avait-elle été arrachée de la cime de l'arbre quand le golem avait fait feu ?! Quoiqu'il en soit, assise sur son siège de fortune, elle fouilla le balluchon qui avait été jusqu'à leur arrivée là, accroché à la selle de son cheval.

*J'espère qu'il ne va pas se faire attaquer par dieu sait quoi... si seulement il ne s'était pas enfui...* tout en s'inquiétant de sa monture, Aerin sortit une petite trousse de secours remplies d'herbes en tout genre. Puis, après avoir bu une gorgée d'eau de sa gourde, elle se tint sagement devant le feu. De temps en temps, ses mains, cramponnées sur les bords de la cape, se rapprochaient des flammes nourries par le bois jeté par le tigre qui ne cessait ses allées et venues. À chaque fois qu'il revenait près du campement avec une nouvelle « bouchée » de branches, Aerin le regardait avec culpabilité. À chaque fois, elle voulait se lever pour continuer de l'aider mais après un certain nombre d'ordres quant à l'idée qu'elle se repose, elle avait abandonné toute tentative. Alors elle lui jetait des œillades avant de laisser à nouveau son esprit vagabonder dans le néant de la nuit jusqu'à ce qu'enfin il vienne s'allonger près d'elle.


« En théorie seulement, sourit-elle à la remarque de Juleis. J'ai lu tellement d'ouvrages en tout genre que je sais quelle plante on peut ou ne peut pas utiliser. Ne bouge pas... »

Passant une main sous la patte arrière du tigre, elle la souleva un peu pour mieux s'appliquer à la nettoyer de l'autre main. La fourrure d'ordinaire blanche, était tâchée de gris et par endroits, la peau était à vif. À se demander comment Juleis ne boitait pas avec une jambe en tel état. Alors tout doucement, après avoir imbibé d'eau un bout de sa robe qu'elle avait déchiré pour soigner cette blessure, Aerin enleva la suie et les débris de lave séchée d'entre les poils zébrés du tigre. Quand elle touchait la peau brûlée, elle grimaçait comme si la douleur s'attaquait à son propre corps tandis qu'inconsciemment, la peau du félin tiquait à chaque coup de tissu humide.

Pendant ce temps, Aerin mâchait une herbe qui ne faisait qu'accentuer ses grimaces tant c'était horrible sur la langue. Mais trop concentrée à bien faire les choses, elle ne faisait que fixer la plaie malgré tout assez superficielle. Tant et si bien que même si Juleis avait vu son visage pire que celle du golem dans le feu de l'action, Aerin n'y pris pas garde.

« Ça risque de piquer un peu, dit-elle une fois débarrassée de l'herbe pour l'appliquée sur les plaques rouges vifs de la plaie. Mais grâce à ça, dès demain, tu n'y verras plus rien. Si t'avais été un être humain, peut-être qu'il aurait fallu le refaire deux ou trois fois, mais là... »

Aerin ne finit pas sa phrase, la trouvant assez explicite. D'autant qu'elle s'appliquait à éparpiller la bouillie verdâtre sur toute la zone brûlée, avant de l'enrouler du bout de robe qu'elle avait déjà utilisé pour nettoyer les projections ''golemesques''. Sur ce, après dix bonnes minutes de soin, Aerin se redressa et sourit au tigre.

« Moi qui te disais que ma vie était banale... elle commence en fanfare avec toi, rit-elle discrètement en mettant une main à revers devant ses lèvres. Je n'ai rien vécu de pire depuis que j'ai rencontré des pirates il n'y a pas si longtemps de ça. Y-avait-il déjà des pirates au temps des premiers Hommes ? Ça t'a fait quoi de savoir que cette création était mal vue par les dieux, vos parents ? Savoir que c'est pour nous avoir créé que vous avez été... punis ? »

Les mots d' Aerin se perdait dans un murmure tandis qu'elle s'était remise confortablement devant le feu, le corps parallèle aux flammes et couché sur le flan. Ainsi, les bras croisés sous sa joue, Aerin regardait le tigre sur lequel les flammes faisaient danser les ombres de la nuit. Accentuant la profondeur de son regard et la majesté de son allure.

« Je comprendrais que tu ne veuilles pas répondre, ajouta-t-elle en camouflant un bâillement derrière son coude qu'elle releva juste assez pour masquer son visage le temps qu'elle referme sa bouche. Je suis un peu trop curieuse quand il s'agit d'histoire.. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #16 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:49

Elle avait beau dire qu'elle n'avait lu que des ouvrages, elle savait tout de même ce qu'elle faisait, ou du moins elle savait en donnait l'impression. Elle s'était saisi de son membre blessé avec une douceur qu'on aurait pu évoquer comme maternelle. Ensuite, Aerin avait arraché un pan de sa robe qu'elle avait imbibé d'eau pour nettoyer les plaies et la peau brûlée. Il ne ressentait pas une réelle douleur et il aurait vraiment pu supporter la guérison naturelle et surhumaine que lui octroyait son statut de quasi-divinité. Mais elle avait l'air d'avoir à cœur de pouvoir l'aider, surement car elle estimait qu'il s'était battu pour sa vie à elle et non pour la sienne car elle savait comme lui qu'il était immortel.

En même temps qu'elle nettoyait la blessure, elle mâchait une herbe spéciale pour lui donner une consistance pâteuse afin de pouvoir l'étaler sur les plaies. Lorsqu'il sentit le contact de la pâte un peu tiède sur sa jambe blessée, il ne put retenir un mouvement réflexe du repli de sa patte. Puis, une fois la sensation de surprise passée, il ressentit une chaleur douce et réparatrice se répandre dans sa jambe. Pour parfaire ses soins, elle enroula ensuite la patte du tigre pansée dans le tissu déchiré de sa robe. La jeune humaine retourna ensuite se coucher plus près du feu, focalisant son regard sur lui.

Aerin lui posa ensuite des questions, sur lui et sur l'Ancien Monde. Il avait déjà compris qu'elle était une personne dotée d'une curiosité qui semblait insatiable et infinie, surtout lorsque cela touchait à l'Histoire du monde et son évolution depuis des temps beaucoup trop anciens pour que de réelles infos ait pu filtrée et être inscrite de la manière la plus authentique possible sur des feuilles de papier. Juleis avait d'ores et déjà l'impression qu'Aqua lui avait choisi la parfaite invocatrice, celle qui lui fallait pour pouvoir s'épanouir dans ce Nouveau Monde malgré que cette vie était supposée était supposée être une vie de sanction et de punition.

"Si tu veux tout savoir, je suis un peu comme toi." Il s'interrompit, cherchant les mots pour exprimer au mieux ce qu'il essayait de raconter "Ma vie est une ligne droite, je n'ai jamais eu vraiment l'envie de dévier de la route sur laquelle Aqua, ma mère, m'avait placé. Je parcourais le monde, passant d'un paysage à l'autre pour essayer de rendre encore meilleure la création de mes parents. Là était ma mission. Je n'ai donc pas participé à la création de la première version de votre espèce et si on m'en avait parlé, j'aurais tenté de toute la véhémence dont j'aurais été capable d'arrêter ce noir dessein."

Évoquer son passé après tant de temps ressasser en lui des sentiments qu'il avait laissé enfoui, l'injustice de sa sanction lui revenant en pleine bien qu'il se fut persuadé au fil des années dans sa cellule qu'il n'en voulait pas à sa mère ni aux autres Dieux. Mais en réalité il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir une légère amertume, probablement moins forte que certains des ses pairs, mais il y avait tout de même quelque chose, un ressentiment.

"Malheureusement pour moi, j'appris la nouvelle de cette nouvelle création de mes frères par la bouche d'un humain lui-même. Il s'appelait Lota, le premier Sans-Poil que j'ai rencontré de mon existence. Pendant plusieurs jours, il a accepté de me conter ce qu'il savait de son espèce et de leur création. Bien sur, son histoire était faussée, j'appris plus tard que certains demi-dieux s'étaient révélés à l'Homme et distillait les versions de l'Histoire qui les montrait sous leur meilleur angle, allant même jusqu'à s'octroyer tout un mérite qu'il ne leur appartenait pas de recevoir."

Juleis tourna la tête pour éviter le regard d'Aerin, un flot de sentiments qu'il croyait derrière lui remontait tout à coup et il sentait que ses yeux commençaient à s'embuer. Il se sentait coupable de la pullulation de l'être humain. Il aurait peut être pu changer les choses. Il attendit un instant puis pris une bouffée d'air.

"Mais j'avais sous-estimé le Fléau auquel nous étions sur le point de faire face, je n'avais pas pris en considération la capacité d'adaptation et d'évolution dont l'Humain avait été doté ou avait développé lui-même, je ne sais pas. Quoiqu'il en soit, j'ai laissé Lota derrière moi et j'ai repris ma petite vie monotone et sans bavures, c'était comme ça que j'arrivais à être heureux, en sachant que ma Mère, si elle revenait un jour, pourrait être fière de moi. La suite, tu t'en fais je pense une idée véridique. Les Hommes se sont développés jusqu'à un point de non-retour, lorsque j'ai compris ça, il était déjà trop tard, je suis arrivé trop tard et je n'ai pas pu sauver notre monde. La Nature avait été trop ravagé alors pour que nous ayons encore la force nécessaire de lutter. Puis nos pères et mères sont revenus et ont constaté dans quelle état misérable nous avions plongé leur Monde, leur Création."

Une larme s'échappa l’œil de Juleis, tombant doucement et se frayant un chemin au travers de sa fourrure jusqu'à se trouver libre et parcourir la distance qu'il lui restait jusqu'à s'écraser le sol.

"Ils ne nous l'ont pas pardonné. Ils ont détruit leur monde qui était maintenant pourri jusqu'au coeur et en ont reformé une partie, l'Ile sur laquelle vous vivez aujourd'hui, ils vous ont ensuite recréés et nous ont enfermés dans les Temples pour nous vouer à une vie de servitude et de soumission car la mort aurait été une solution beaucoup trop simple. Quant à ce que je ressens à l'égard de l'espèce humaine, je ne peux réellement te répondre mais je peux te dire que tu m'en as, pour l'instant, donné qu'une bonne image."

Sur ces mots, il se tut, le regard absent et plongé dans le lointain, reflétant les reflets orangés des flammes qui semblaient danser dans ses iris..
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #17 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:51

Un voile de tristesse assombrit son regard tandis qu'elle écoutait les premières paroles du tigre. Les yeux alors mi-clos, Aerin réalisait que son Invocation n'avait jamais voulu d'hommes sur Arcane, ni ailleurs. Il se complaisait dans son semblant de solitude alors que ses congénères voulaient se prendre pour des dieux en créant une nouvelle créature. Il avait été punis pour un crime qu'il n'avait pas commis. Et dans sa grande auto-critique, Aerin estima qu'il était sévèrement sanctionné en se retrouvant avec elle. Non seulement il n'avait pas voulu de l'Homme mais en prime, il se retrouvait avec la pire d'entre tous. La seule incapable de s'extérioriser, la seule qui se complaise dans une vie calme et monotone bien qu'elle rêve d'aventures...

Elle ne put d'ailleurs retenir un soupir de tristesse quand la suite commença par ''malheureusement''. Aerin espéra donc que Juleis ne la regardait pas à cet instant, ainsi le son émis par ses lèvres aurait paru comme la fin d'un bâillement, encore un. Alors dans le doute, elle rouvrit les yeux pour contempler la tête de l'animal. Un flot de sentiments semblaient s'y battre, entre la colère, l'amertume, la nostalgie et la tristesse. Celle-ci sembla même prendre le pas compte tenu que le tigre détourna la tête. La punition devait être horrible, songea Aerin en se frottant les yeux, tant pour effacer la fatigue que pour éviter la moindre larme supplémentaire. Elle avait bien assez pleuré jusque là.

La tristesse de la jeune femme devint de la culpabilité quand le mot ''fléau'' fit son apparition entre les babines du tigre. Le ton de sa voix dénotait de tout le ressentiment dont il fit preuve en voyant l'Homme détruire l'univers enchanteur du début de la création. L'acrimonie qu'il éprouvait pour ses frères – cause de tout ce mal. Alors, afin de cacher le mal-être qui l'envahissait, Aerin baissa la tête, enfouissant son menton près de la base de son cou, caché derrière ses bras joints en oreiller. Jusque là, la jeune bibliothécaire pensait que chaque Invocation était coupable d'avoir créé une créature aussi intelligente que l'Homme. Mais Juleis était la preuve du contraire. Il était une victime au même titre que cet univers qui aurait été voué au chaos si les dieux n'avaient pas mis un terme à la folie humaine.


« Je suis désolée, murmura-t-elle. »

Certes, elle n'était coupable de rien, mais Aerin s'en voulait d'être la descendante d'un de ces hommes assoiffés de pouvoir sur le reste de la création. Pour la première fois, sans doute, elle vit la punition divine sous un autre angle. Pour la première fois, elle comprenait enfin les méfaits de l'Homme sur les choses. Comme ces autres créatures qu'étaient les Invocations, les humains se prenaient pour des dieux car dotés d'une certaine intelligence que les autres créatures vivantes n'avaient pas. C'était triste. Les mots de Juleis tournaient alors dans sa tête pendant que ce dernier marqua une pause. ''noirs desseins, malheureusement, histoire faussée, fléau, point de non retour, ...'' tant et si bien qu' Aerin crut qu'elle allait encore sangloter si elle restait allongée. Alors elle s'assit, s'enroula mieux dans sa cape et posa sa main sur l'immense patte du tigre.

Il venait de la complimenter. Après tout le mal qu'il pensait de l'Homme, Juleis venait de dire à Aerin qu'elle lui donnait une bonne image de l'humanité. Et ce fut suffisant pour remplir son coeur de chaleur, alors que jusque là, il s'assombrissait à cause de la nouvelle version de la vie.


« Merci Juleis, dit-elle en retenant une larme au coin de son propre œil avec son autre main. Je ferais mon possible pour ne jamais détériorer cette image que tu as de moi, ajouta-t-elle en se raclant dubitativement la gorge. Je ne peux pas te promettre que tu ne seras pas déçu des hommes actuels, *il suffit de voir les loustics que j'ai croisé à la taverne*, mais j'aime à croire que la vie avec les Invocations nous a permis de vivre en harmonie avec l'univers qui nous entoure. »

Ses deux mains se joignirent alors sur la patte de l'animal, tandis que son regard cherchait celui de Juleis. Elle voulait lui montrer un sourire confiant en cette promesse. Même si elle-même émettait des doutes à sa capacité de rester dans les bonnes grâces du tigre, même si elle était la première mal à l'aise avec le reste de la population d' Arcane, Aerin voyait en leur rencontre, un destin tracé par les dieux. Cette idée qui lui avait traversée l'esprit dans la grotte, venait de s'accentuer après cet aveux de la part de l' Invocation.

« Par contre, il faut que tu saches.., le ton d' Aerin devint plus froid, hésitant car ce sujet était épineux. On ne peut pas dire qu'il règne une harmonie parfaite chez moi, avoua-t-elle en reprenant sa pose assise initiale, les mains agrippées aux pans de sa cape. Je vis avec ma mère et.., ça lui faisait mal d'en parler en mal mais Juleis l'aurait découvert tôt ou tard. Bien sûr, je l'aime mais.. mais nous n'avons pas la même conception de la vie. »

Sur ces mots, Aerin soupira en laissant son regard se perdre dans les flammes à son tour. Elle se rendit compte que son discours allait paraître plus futile que la destruction du monde, mais son propre univers était régulièrement piétiné par cette femme intrigante qu'était sa mère.

« J'ai perdu mon père quand j'étais jeune et depuis, ma mère ne pense qu'à faire de moi une bonne épouse pour un homme riche. Oh, elle n'a pas d'homme précis en tête – quoiqu'un des princes lui ferait sans doute plaisir la connaissant – mais elle tient à ce que je fasse un mariage d'intérêt. Pour elle, l'amour est secondaire, soupira-t-elle de nouveau. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #18 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:53

Elle s'était excusée. Dans toute la splendeur de la personne humble qu'elle était, elle s'était excusée pour ce que ses "ancêtres" de l'Ancien Monde lui avait fait subir. Il commençait à la cerner donc il n'en fut pas réellement surpris mais il fut touché par l'intention, sa petite main posée sur son énorme patte, elle tentait de partager sa douleur et de lui ôter un peu du poids qu'il portait sur ses épaules depuis si longtemps maintenant. Était-ce donc ça l'objectif du lien d'un invocateur à son invocation ? Était-ce dans ce but là, que, finalement, les dieux les avaient emprisonnés dans leurs cellules ? Pour qu'ils comprennent leur erreur mais puissent passer outre et partager leurs peines et leurs douleurs avec les individus de la même espèce que celle qu'il les leur avait causé. Juleis ne trouverait surement jamais de vraie réponse à cette question, les Dieux ne comptant probablement jamais revenir sur l'Île de toute manière.

Elle lui avait ensuite fait le serment de ne jamais le décevoir, des mots d'humains, encore une fois, mais elle n'était définitivement plus n'importe quelle humaine à ses yeux. Il voulait lui faire confiance, ce désir était profond et transperçait son être, il avait déjà foi en cette petite depuis l'instant où elle avait passé toutes ses cascades pour ensuite le rejoindre. Comment faire autrement de toute façon, elle lui avait redonné un certain goût de vivre, sa présence illuminant sa lugubre grotte qui, depuis des millénaire n'avaient pas daigné égayer ses jours ne serait-ce qu'un instant. Aerin avait ensuite émis la possibilité qu'il ne supporterait peut-être pas les Hommes d'aujourd'hui mais il s'en doutait de toute façon, à partir du moment où son invocatrice lui avait dit que sa vie était monotone il en avait déduit qu'elle n'était pas comme les autres, de ce fait il ne fondait aucun espoir dans l'humanité, il n'en fondait qu'en elle pour l'instant.

Puis, sans qu'il ait même à lui demander comme il l'avait fait plus tôt dans la journée, à la sortie du Temple, elle se livra un plus à lui. Comme une redevance pour lui avoir conté son histoire à lui, elle lui apprit qu'elle était orpheline quand elle était encore toute jeune et que, depuis lors, sa mère n'avait continué à l'élever que dans l'optique dans faire une bonne épouse et la marier ensuite à un bon parti pour leur offrir, à toutes les deux, une vie plaisante et confortable. Bien sur, cela n'était qu'une déduction personnelle de Juleis, Aerin n'ayant pas insisté sur la part de profit qu'aurait pu avoir sa mère là dedans, mais cela lui paraissait tout de même être de la simple logique.

Quel être immonde ce devait être pour ne voir en sa fille qu'un hameçon pour une bourse pleine d'or dans laquelle on aimerait piocher. Comment peut-on donner à sa fille, son enfant, la vision d'un futur sans amour et sans sentiments autre que la vénalité. La privant, ainsi, de s'épanouir d'elle-même et de développer son propre univers. Malgré tout, la bibliothécaire semblait aimer sa génitrice, quelques soient les desseins qu'elle ait eu pour elle. Le parallèle entre leurs deux histoires étaient vite fait : Deux âmes qui ont vu l'être qu'ils chérissaient probablement le plus au monde se transformer d'un coup d'un seul en leur geôlier.

"Je t'ai tout à l'heure déjà donné ma parole que j'essayerai du mieux que je peux de t'aider à t'octroyer la vie dont tu rêves. Si tu ne veux pas d'un mariage de complaisance avec quelqu'un pour qui tu ne ressens rien, ta mère ne pourra pas t'y obliger, il faut juste que tu trouves la force en toi de faire sortir des recoins de ton être le courage dont tu es dotée. Ce courage qui t'a poussée à traverser chacune des chutes d'eau tout à l'heure. Aerin Cirth, tu es une femme bien plus forte que tu ne le crois, j'ai vu tout ça, je t'ai vu toi telle que tu étais, ou tout du moins, telle que j'aime à le penser."

Il ne savait pas vraiment comment exprimer son affection par les gestes, il n'avait pas eu l'occasion de le faire depuis deux mille ans. Mais, les mains d'Aerin toujours posée sur sa patte, il rapprocha sa tête de la jeune humaine et ferma les yeux avant de poser son front sur le sien.

"Je vouerai cette vie pour te rendre heureuse, je te le dois pour le bonheur que tu m'as rendu en venant me chercher. Ce n'est pas une promesse gratuite, c'est le remboursement d'une dette."

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #19 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:54

Aerin se sentit forcée de sourire à la remarque de Juleis. Un sourire en demi-teinte. Tantôt heureux que le tigre ne critique pas la mère de la jeune femme, mais également dubitatif. Le demi-dieu voyait un courage qu' Aerin ne soupçonnait même pas. Assise ainsi, près du feu, elle se demandait encore quel diable l'avait poussé à faire ce long chemin vers le temple et par quel moyen elle était parvenue à braver la mort pour libérer son Invocation. En y repensant, elle ne réalisait d'ailleurs toujours pas qu'elle avait failli mourir et que sa foi avait réussi à la pousser en avant.

« Espérons-le, susurra-t-elle tout en baissant la tête. »

Même si Juleis avait confiance en l'avenir – et en elle – Aerin ne voyait pas comment elle pourrait tenir tête à sa mère. Avec du recul, elle estimait même que les pirates, devant lesquels elle faillit défaillir, étaient moins effrayant que madame Cirth. Dès lors, comment pourrait-elle parvenir à lui tenir tête, comment réussirait-elle à suivre sa propre voie ? Mais il n'était plus temps d'y songer car tout à coup, elle sentit un souffle dans sa nuque. En tournant la tête en direction de Juleis, elle fut surprise de voir ce geste tendre de la part de l'animal. Alors après un bref moment d'hésitation, elle posa son front sur celui du tigre et ferma les yeux.

Sa main, jusque là sur la patte de l'animal, accentua le geste tendre en venant gratter la fourrure du tigre, un peu plus bas que l'oreille, enfouissant ses doigts dans le pelage épais de sa joue. Aerin était heureuse. La culpabilité ressentie plus tôt s'en était allée et seule comptait sa nouvelle amitié avec ce tigre qui faisait fi de sa première aversion pour l'Homme en voulant devenir le protecteur de sa vie.


« Je sais que je me répète mais je te remer...cie, ajouta-t-elle en bâillant. Mais ton amitié est déjà une belle récompense, si tu estimes que mon geste en mérite une. »

Sur ces mots, elle écarta doucement sa tête de celle de l'animal et posa son autre main sur l'autre joue du tigre afin de le regarder dans les yeux. Malgré que seules quelques heures les séparaient de leur rencontre, Aerin voyait en ce demi-dieu une amitié et une compréhension l'un de l'autre beaucoup plus forte qu'avec ses proches qui la connaissaient, pour certains, depuis de longues années. Alors elle lui sourit tendrement et avant de se recoucher, l'embrassa sur le front d'un geste maternel qu'elle ruminera dans son sommeil. Ne comprenant pas son geste si inhabituel.

« Bonne nuit Juleis, murmura-t-elle en s'allongeant sur le tapis de selle déplié en couverture. »

Néanmoins, au lieu de reprendre ses mains et s'en servir d'oreiller, elle les enroula autour de la patte du tigre qui s'avéra plus chaud et douillet que sa propre peau. Ainsi, ses rêves seraient sans doute beaux. De cette façon, elle empêcherait au tigre de s'évaporer comme s'il n'eut été qu'un mirage dans la traversée du désert... Mais les rêves ne faisaient que commencer. Des songes paisibles succédèrent à ses interrogations quant à son geste si familier. Malgré les aventures périlleuses survenues plus tôt dans la journée, elle faisait de doux rêves. Les paroles de réconfort de Juleis y étaient sûrement pour quelque-chose compte tenu qu'elle s'imagina enfin heureuse. Elle rêva du prince charmant, doux, honnête, attentionné... un homme capable de lui faire oublier l'arrivisme de sa mère.

Elle vint même à rêver de deux petites têtes blondes chevauchant Juleis dans le jardin d'une petite maison en bordure de la ville. C'était idiot, mais ça la fit rire dans son sommeil. Dans son rêve, le tigre parut aussi mal à l'aise que la première fois qu'il eut à composer avec l'élan d'affection de la jeune femme : stoïque mais perplexe.


« Mon pauvre Juleis, s'amusa-t-elle à dire alors. Petits garnement que vous ê..., et Aerin replongea dans son rêve sans mot dire, sans même avoir réalisé avoir parlé dans la réalité. »

Dans son imagination, elle ôta les deux enfants du dos de l'animal et enlaça tendrement ce dernier. Ce qu'elle fit réellement, endormie, en resserrant son étreinte affectueuse sur la patte du tigre. Elle rêvait donc d'une complicité parfaite entre eux, approuvée par l' Invocation de son père qui admirait la scène en retrait près de la maison. Aerin avait donc, en rêve, tout ce qu'elle souhaitait : un mari, des enfants, son Invocation et celle de son père... seul le visage de son époux faisait défaut. Elle avait beau l'imaginer à ses côtés, son visage restait flou. Même sa couleur de cheveux lui parut incertaine à cause du soleil qui y jouait régulièrement pour confondre le regard humain... mais le bonheur était quand même là.

Et ce ne fut qu'au petit matin, quand le soleil s'amusa avec le vent dans les branches de l'arbre qui les surplombait, qu' Aerin se réveilla tout en douceur, s'étirant de tout son long comme si ces quelques heures de sommeil furent aussi réparatrices qu'une nuit complète dans le confort de son lit.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #20 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:55

Elle lui avait rendu son geste, affectueusement, une chaleur parcourant le corps entier de Juleis comme pour signifier ce début d'amitié qui s'était définitivement scellé. La redevance qu'il ressentait à l'égard de la jeune humaine semblait réciproque puisqu'elle le remercia à nouveau. Elle avait ensuite saisi sa tête de ses deux mains puis lui avait embrassé le front, provoquant un certain émoi chez la divinité. Il resta coi et ne sut trop ce qui se passait, ne comprenant pas vraiment lui même ce qu'il ressentait. Tout cela lui semblait si nouveau et si surprenant, jamais il n'aurait pu prévoir qu'il ressentirait un jour autant d'affection pour qui que ce soit alors qu'il ne l'avait rencontré que depuis quelques heures. Elle lui avait souhaité bonne nuit puis s'était endormie, lovant sa petite tête sur l'immense patte du félin.

Il n'avait pas bougé et n'avait rien ajouté, de peur de troubler le repos de son invocatrice. Les demis-dieux ne ressentaient pas la fatigue, et de toute façon, après le temps passé dans son Antre, il n'avait pas vraiment envie de s'endormir à nouveau. Malgré tout, il ne bougea pas, il resta là à observer l'être avec qui il allait passer beaucoup de temps désormais. Son sommeil ne fut pas agité mais elle avait susurré quelques mots dans son sommeil, son nom, avant d'intensifier son étreinte autour de la jambe du tigre. Il se posa vaguement la question de savoir de quoi elle pouvait bien rêver mais l'esprit humain était encore bien plus complexe quand il s'agissait de l'inconscient, domaine bien trop peu explorée et hors de toutes contrainte pour qu'on puisse tenter d'en explorer les espaces.

Les quelques heures immobiles lui parurent passer beaucoup trop vite. Son invocatrice avait semblé si heureuse et insouciante lorsqu'elle était endormie qu'il aurait souhaité qu'elle puisse rester dans le monde des songes quelques instants supplémentaires. Elle émergea alors même que le soleil commençait à lorgner sur le paysage au loin, annonçant l'arrivée imminente de la rosée du matin, rendant les landes scintillantes grâce à la beauté de la réflexion de la lumière sur les gouttes d'eau. Juleis aurait pu resté là encore des heures, à profiter du paysage et des senteurs nouvelles qu'apportait avec lui le soleil émergent. Son invocatrice avait relâché son étreinte et il avait pu libérer sa patte. Mais elle semblait encore un peu ailleurs.

"Bonjour petite Aerin. Te sens-tu assez reposée pour reprendre la route ? Mieux ne vaut pas nous attarder, Aqua seule sait ce qui pourrait nous attendre avec la sortie du soleil."

Il lui avait dit cette phrase doucement pour ne pas la brusquer ni l'effrayer, le temps qu'elle reprenne complètement ses esprits. En réalité, il n'avait pas vraiment peur d'une nouvelle attaque, si tel était le cas, il suffirait à Aerin de monter sur son dos et de courir, sa vitesse étant plus rapide que la plupart des monstres qui auraient pu errer dans les landes. La vérité était qu'il était curieux d'arriver enfin à Lüh, de voir les réactions que le monde aurait face à lui et de découvrir la vie soi-disant monotone de la Sans-Poil. Depuis plusieurs millénaires maintenant qu'il n'avait pas eu hâte pour quoique ce soit ni même attendu quoique ce soit, une impatience très légère mais fort inhabituelle pour lui commencer à pointer le bout de son nez.

Il éteignit le faible feu qui tentait de manger le peu de bois qu'il lui restait à consumer puis attendit que l'humaine lui signale qu'elle était prête.

"Veux tu que je te serve de monture ? Tu n'es pas bien lourde et nous pourrions probablement gagner un temps fou, tu n'auras qu'à m'indiquer la direction à prendre."

Le tigre se doutait qu'elle pourrait être réticente, assimilant peut-être ça à une utilisation vulgaire de la divinité qu'il était mais il se rendait service à lui-même autant qu'à elle en réalité. Mais n'ayant aucune envie de paraître impatient ou irrité, il lui laisserait le choix quoi qu'elle lui dise. De toute façon, l'avait-il vraiment ?
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #21 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:56

La journée s'annonçait radieuse. Malgré le matin se levant à peine, Aerin sentit une certaine chaleur l'envelopper quand ses bras quittèrent le cocon de laine qu'elle s'était formé avec sa cape. S'étirant de tout son long, les mains prêtes à toucher le tronc d'arbre en arrière plan si la jeune femme parvenait à se tendre un peu plus, Aerin sourit face à la douce parole de réveil qui faillit néanmoins lui faire dire sa première bêtise de la journée. En effet, les yeux encore fermés et l'esprit à moitié endormi, elle se rappela que l' Invocation de son père l'appelait « petite fille » : bien maigre différence avec Juleis qui l'appelait « petite Aerin ». Ainsi, voilà comment commença sa première phrase de la journée, sur un ton encore embrumé par les songes d'une courte nuit :

« Bonjour.., une pause se marqua tandis qu'elle ouvrit un œil sur l'animal près d'elle, ... Juleis. Oui, bonjour Juleis. »

La première fois que ses lèvres prononcèrent le nom du tigre, se fut comme si ce patronyme venait de se rappeler à son bon souvenir, comme s'il avait heurté sa mémoire de plein fouet (En effet, si elle n'avait pas ouvert un œil en direction de la créature qui l'avait saluée, fort à parier qu' Aerin aurait prononcé le nom de l'ancienne Invocation familiale). Tandis que la seconde fois, la voix de la jeune femme s'était radouci et tout en se levant, elle le gratifia d'un sourire qui illuminait son visage tout barbouillé.

« J'ai dormi comme un bébé, poursuivit-elle en découvrant du bout des doigts que sa tresse n'avait pas survécu à la nuit. Laisse-moi juste le temps de me revêtir et nous pourrons y aller. Ma robe doit être sec maintenant. »

Sur ces mots, Aerin prit une profonde inspiration et avec le courage relatif d'une personne à peine éveillée, se leva en prenant garde de maintenir sa cape autour d'elle afin que Juleis ne voit pas une nouvelle fois ses sous-vêtements. Être vue en culotte longue et chemisette, de nuit, était une chose, de jour en était une autre. D'autant que s'il n'y avait pas eu péril en la demeure – ou devrions-nous dire « dans le campement » – jamais le tigre n'aurait vu le moindre bout de tissu prévu pour l'intimité.

Quoiqu'il en soit, la jeune femme se rua derrière l'immense tronc d'arbre et étape par étape, elle tendit le bras pour s'emparer d'un vêtement, suivi d'un autre qu'elle enfilait aussitôt. Ce n'est qu'après un certain temps qu'elle réapparut aux yeux de l' Invocation, recoiffée à la va-vite, vêtue de ses habits enfin complètement secs mais abîmés par endroits et soulagée d'avoir pu discrètement faire ce qui est anatomiquement inévitable le matin – bien qu'elle pria de ne pas être prise en flagrant délit, dans cette position fort disgracieuse.

« Je suis prête, annonça-t-elle en se dandinant légèrement, les mains jointes dans le dos. Je... effectivement, poursuivit-elle hésitante face à la demande du tigre, ... nous irions plus vite, d'autant que j'avais des réserves de nourriture pour deux jours, pas pour trois. »

La peur de ne pas résister à la marche faute de petit déjeuner eut donc raison de sa réserve à l'idée de grimper sur le tigre. Ce qu'elle fit bien plus délicatement que la veille, quand elle n'eut pas d'autre choix que de lui sauter dessus pour prendre la fuite. Ainsi, à califourchon sur le félin, un regard pensif posé sur la souche d'arbre où la selle de son cheval resterait, Aerin désigna le sud-est de son bras tendu près de la tête de Juleis.

« C'est par là. Tout droit vers la côte puis ensuite, il faudra la longer jusqu'à ce qu'on puisse traverser le delta à pied. »

Sur ces mots, le tigre démarra sa course, trottinant pour commencer afin de ne pas brusquer sa cavalière qui s'agrippa fermement à son encolure, puis de plus en plus vite pour atteindre son rythme de croisière jusqu'à la côte. Plusieurs fois, Aerin fut tentée de demander à Juleis de s'arrêter, non pas parce qu'elle craignait de tomber, mais parce que malgré les remouds de la course, elle apercevait des choses intéressantes à observer, mais elle se retint.. d'autant que son estomac faisait des bruits suspects qui s'intensifiaient de volume à force que le temps passait. Ce ne fut donc qu'au bord de la mer qu' Aerin demanda à Juleis de la laisser descendre pour se dégourdir les jambes et laisser au tigre un petit moment de repos pour son dos.

« Quand nous aurons traversé le delta, il nous reste environ soixante, soixante-cinq kilomètres à parcourir. À rythme d'homme, il nous faudrait environ quinze heures, mais si tu n'es pas trop fatigué par mon poids, nous pourrions arriver chez moi dans trois, quatre heures tout au plus. On est environ à mi-chemin entre le Temple et la ville de Lüh et le soleil n'est même pas encore à son zénith, acheva-t-elle en levant les yeux au ciel, en les protégeant des rayons solaires par sa main en casquette sur son front. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #22 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:57

Elle avait répondu à sa proposition par l'affirmative mais elle paraissait tout de même légèrement réticente à chevaucher le Demi-Dieu. Une gêne que Juleis peinait à comprendre étant donné qu'il ne ressentait pas ça comme rabaisser sa personne d'aider et de soutenir la personne qui lui avait rendu sa liberté. Elle grimpa sur son dos, une jambe de chaque côté de son flanc après avoir pris un moment pour se rhabiller pour le trajet. L'allure que lui donnait ses vêtements abîmés et salis lui donnait un air sauvage, accentué par sa coiffure malmenée par l'agitation de la veille. Une fois qu'elle fut installée et prête, elle lui indiqua la direction à suivre et il se mit à trottiner pour ne pas brusquer sa cavalière.

Le bonheur que lui avait procuré la course de la veille revint aussitôt, le vent qui sifflait dans ses oreilles, les odeurs qui se mélangeaient dû à la vitesse du félin, tout cela lui procurait à nouveau les mêmes sentiments, les mêmes espérances quant à cette nouvelle vie qui lui était promis en compagnie d'Aerin. Il accéléra progressivement jusqu'à atteindre une vitesse raisonnable pour éviter que la petite humaine ne soit trop secoué. Il se posa un moment la question de savoir ce qu'était devenu le cheval qu'il avait laissé s'échapper. S'était-il déjà fait manger par une meute de monstres sauvages ? Ou s'était-il simplement arrêté dans une clairière proche afin de paître tranquillement et de profiter lui aussi de sa liberté retrouvée ?

L'estomac d'Aerin émettait des sons étranges de plus en plus souvent maintenant, elle devait probablement être affamée à ce moment-là. Elle n'avait pas prévu une réserve de nourriture assez grande, ne pensant pas mettre autant de temps avant de rallier Lüh. Une fois qu'ils eurent rejoint la côté maritime, elle lui proposa une pause, requête qu'il valida en s'arrêtant et en la laissant descendre. Elle lui expliqua qu'une fois le delta passé, il leur resterait probablement trois ou quatre heures avant d'arriver à destination. Le tigre ne ressentait pas la fatigue ou l'épuisement, ils arriveraient donc bien avant la fin de la journée, c'était réjouissant, il n'aurait pas supporté d'imposé encore une nuit à la belle étoile à la pauvre bibliothécaire qui en avait déjà fait beaucoup jusque là. Pour lui, elle avait déjà été plus loin que ses propres limites et il craignait qu'à force de tirer sur le fil, il se brise et la détruise.

Toutes ces pensées pouvaient paraître un peu extrême mais Juleis considérait qu'il valait mieux être prudent. Prendre soin d'elle était devenu, depuis quelques heures, quelque chose d'important pour lui, le but d'une vie peut-être. Mais depuis un moment, maintenant, quelque chose lui avait heurté ses pensées. Il fallait qu'il lui en parle.

"Aerin, j'ai pensé à quelque chose, tu m'as dit que ta mère était un personnage particulier et qui avait tendance à essayer de dominer ta vie. Quelle va être sa réaction lorsque tu lui amèneras un tigre qui, en plus, est un demi-dieu. Ne va-t-elle pas entrer dans une rage folle ou avoir une quelconque réaction qui pourrait te nuire ? J'ai pensé qu'il valait mieux que nous en discutions avant d'arriver à Lüh, organiser notre retour, en somme."

Juleis ne savait pas si Aerin y avait pensé elle aussi mais les deux protagonistes étant maintenant proche de la ville, il fallait qu'il sache quel comportement adopté vis à vis de la génitrice de son invocatrice, surtout si elle prenait une part important dans la vie de cette dernière. Mais il savait une chose, même si la ville ne paraissait pas être un endroit dangereux, il ne pourrait pas supporter de devoir la quitter des yeux sauf lorsqu'elle l'invoquerait pour je ne sais quel raison, il voulait être sur de pouvoir veiller sur elle et la protéger à tout instant. Le félin était résolu à rester auprès d'elle autant qu'il le pourrait, et si elle ne lui ordonnait pas l'inverse, il ne se résignerait pas à devoir l'abandonner. Cette idée même lui paraissait inconcevable.

"Sache que je ne veux pas que nous soyons séparés. Cela pourrait paraître bizarrement possessif et un peu exagéré mais je t'ai fait une promesse plus tôt, et c'est une promesse que je compte bien honorer. Je ne laisserai pas ta mère se mettre entre toi et moi."

Ces derniers mots avaient été dur comme le roc, il commençait déjà à avoir une certaine aversion pour la mère d'Aerin. Cette femme qui lui paraissait sans coeur en imposant le mode de vie qu'elle voulait à sa propre fille, se permettant de calquer sa vision de la vie sur son enfant au lieu de lui permettre de s'épanouir et de développer elle même sa propre vision..
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #23 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:57

Quel bonheur de marcher dans l'eau fraîche de la mer ! Aerin savourait ce moment au sol comme si ses pieds n'avaient plus connu la terre ferme depuis des lustres. Or, elle n'était simplement pas habituée à chevaucher sans selle – ce qui impliquait une plus grande force de contraction dans les mollets. Néanmoins, tout comme son acolyte, la jeune femme était soucieuse. Dès l'instant où Juleis avait pris une allure trop vive pour parler, elle avait réfléchi à des choses et d'autres, mais surtout à son retour en ville.

Déjà son départ ne fut pas réjouissant... bien que sa mère l'eut laissée partir, ce n'était pas sans amertume. Une heure durant, la veuve acariâtre avait dénoncé cette folie de partir à l'aventure ; plus d'une fois elle faillit même décourager Aerin qui, sans le soutien de sa collègue, serait sans doute encore à Lüh. Sans l'opiniâtreté de cette dernière, la jeune bibliothécaire n'aurait pas connu Juleis... et ça, à cet instant précis : ça lui était inimaginable ! Un lien fort s'était noué avec le tigre sans qu'elle puisse se l'expliquer et bien qu'elle s'attendait aux reproches de sa mère, Aerin comptait bien sur le support du demi-dieu pour lui tenir tête, au moins pour ça.


Alors qu'elle ne fut sa surprise d'entendre Juleis aborder le sujet. Elle le regarda songeusement tandis que de temps en temps, elle élançait ses pieds suffisamment fort pour éclabousser la surface devant elle. Tout au plus quelques gouttelettes pouvaient-elles tomber sur les pattes du tigre, mais sans plus vu la force infime et le peu d'envergure qu'elle donnait à son geste. De loin, peut-être aurait-on pu croire à une petite fille marchant à côté d'un tigre de taille normale, marchant les mains jointes dans le dos et les doigts serrant ses souliers de cuir pour ne pas les mouiller.

« J'y pensais justement. Là, elle doit imaginer que je revienne avec l'ancienne Invocation de mon père, soupira-t-elle. Donc je me dis qu'une Invocation ou une autre, c'est du pareil au même pour elle, soupira-t-elle à nouveau, mais avec plus de désespoir. Dans tous les cas, elle était contre à mon départ, et sera toujours contre à mon retour. Là, son soupir était à fendre la pierre, tant elle était désemparée. Mais bon, elle m'a finalement laissée partir donc elle se fera une raison, je pense. Dans le pire des cas, sûrement qu'elle te détestera ; sûrement que vous allez vous prendre en grippe l'un, l'autre. Prenant alors une profonde inspiration, elle poursuivit avec optimisme : mais tant que tu ne te fais pas marcher sur les pieds... »

Déjà qu' Aerin fut surprise que le tigre entame cette conversation là, alors même qu'elle y songeait : elle écarquilla des yeux ronds comme des billes quand l' Invocation déclama la suite. Mais son étonnement devint vite un sourire tendre et instinctivement, sa main vint se poser sur l'épaule du félin.

« Même si ma mère n'a pas d' Invocation, elle connait les liens qui unissent les demi-dieux avec leurs invocateurs. Mon père, par exemple, était très proche de la sienne. Ma mère en était même un peu jalouse je crois, rit-elle discrètement en posant ses doigts fins devant ses lèvres. Il faut dire qu'elle était très belle une fois... »

Aerin s'arrêta subitement de parler et de marcher par la même occasion. La pauvre allait de surprise en surprise, bien que celle-ci soit juste un rappel de quelque-chose qu'elle savait déjà. Quelque-chose qui lui fit ôter sa main de l'épaule du tigre ; quelque-chose qui la fit devenir rouge écarlate. Sa main qui était restée dans son dos à tenir ses souliers, lâcha prise et comme sa jumelle, vint cacher les joues d' Aerin qui sentait le feu lui monter au visage.

« Elle était très belle, répéta-t-elle lentement en regardant à nouveau Juleis avec de grands yeux, ..une fois métamorphosée en être humain. »

La jeune femme déglutit en se rappelant tout ce qu'elle avait lu sur le sujet : les Invocations, afin de passer inaperçues, avaient la capacité de se transformer en homme, après un certain temps libérées de leurs prisons. Dès lors, Juleis ne dérogeait pas à la règle... Dès lors, il parut évident à Aerin qu'il était la chose la plus intimidante sur Arcane : un homme ! Réalisant ce détail, ses mains se plaquèrent carrément sur son visage en se rappelant que ce dernier l'avait vu en sous-vêtements durant la nuit, ce qui ne manqua pas de faire bégayer la pauvre jeune femme.

« Je..je...euh... dis.. oh par les dieux.., recroquevillant ses doigts sans ôter ses mains de son visage, elle lança un regard suppliant à son tigre : tu.. tu.. tu es un m... un mâle. D..D.. Donc un homme. Inspirant un bon coup, Aerin revint alors sur le sujet de départ, abaissant ses petits poings pour qu'ils viennent se mettre sous son menton : rien que pour ça, ma mère va déjà te haïr, dit-elle en marquant une pause à chaque ponctuation dans ses phrases. Alors quoi qu'il arrive, ne te transforme pas devant elle si possible. »

Aerin imaginait déjà la scène de sa mère. Elle l'imaginait déjà, dans sa longue robe confectionnée par ses soins, son chignon impeccable et son maquillage subtile. Son air sévère quand elle devrait céder aux caprices du tigre, dont celui de ne jamais quitter sa fille. Alors si en plus, il venait à se métamorphoser en bel éphèbe : c'était la condamner à la crise de nerfs. Même si rare était les Invocations incapables de devenir humains, autant laisser la veuve Cirth croire que Juleis soit de ceux-là à moins que ce dernier ne décide de narguer la femme qu'il ne semblait d'ors et déjà pas porter dans son coeur...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #24 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:58

Aerin n'avait décidément pas l'air plus inquiète que ça à propos du retour de Juleis dans sa maison. Peut être sa mère avait-elle l'habitude de recevoir des tigres de deux mètres de long dans sa demeure. Il était déjà prévu qu'elle le haïsse en le voyant et lui la haïssait déjà sans l'avoir jamais vu. Ils allaient probablement bien s'entendre. Elle s'attendait à voir sa fille revenir avec l'invocation de son mari, ce ne devait guère l'enchanter, surtout si son père avait une relation particulière avec son invocation qui vous pousse à ne jamais vous quitter. Comme ce que ressentait Juleis pour son invocatrice à cet instant, il avait comme l'impression que sa présence à ses côtés était devenu quelque chose de nécessaire, de vital. Le jour où un demi-dieu se laisserait marcher sur les pieds par une vieille acariâtre n'était, de toute façon, pas encore arrivé. Et le Fantôme de l'Etang en était encore moins l'annonciateur.

Puis, comme si elle avait lu dans ses pensées, elle évoqua cette relation qui unissait son père et son Invocation, le fait que son père avait tendance à passer beaucoup de temps avec son Invocation. Si une Invocation lui avait déjà partiellement volé sa fille dans le passé, elle ne serait pas forcément encline à se laisser voler sa fille par une autre Invocation. C'est réfléchissant à toutes ses informations qu'il sentit que la main de la jeune bibliothécaire s'échappait de son omoplate, elle s'empourpra instantanément et se cacha les joues de ses deux mains en plein milieu de sa phrase. Les souliers qu'elle avait jusque là réussi à épargner de l'eau, tombèrent comme deux masses dans l'eau salée. Elle n'eu qu'à dire un mot, et il comprit tout de suite : métamorphose.

Elle avait peur de lui car c'était un mâle, un homme une fois métamorphosé donc. Pourquoi ? Qu'y avait-il de si effarant après tout elle devait en voir toute la journée dans sa petite bibliothèque, des gros, des des grands, des petits, des beaux, des laids. Quel différence y aurait-il entre lui et les autres si ce n'est qu'il n'aurait pour seul vocation que de la rendre heureuse et de lui être soumis de manière absolue ? Le tigre ne parvenait pas à saisir la source de sa gêne. Il semblait que ce soit autant une gêne personnelle, qu'une nouvelle fois, la peur de la réaction de sa mère. Il faudrait vraiment qu'elle tâche, dans l'avenir, de prendre son indépendance de cette vipère qui semblait vraiment, au fil du temps, s'être enroulé autour de la vie de la petite Aerin et d'en avoir pris le contrôle. Être venu jusqu'à le chercher dans son Temple était un bon point, elle avait encore une once de contrôle, mais elle n'était pas au bout de ses peines pour détruire l'ancrage de sa génitrice dans sa vie.

Quoiqu'il en soit, elle lui avait ordonné de ne pas se transformer devant sa mère, il n'avait donc plus le choix. Quoiqu'il arrive, à moins qu'il reçoive un ordre inverse, il ne pourrait plus se transformer sous les yeux de la mère d'Aerin, se condamnant à ne lui donner que la vision d'un tigre qui parle. Depuis la sortie du temple, il sentait qu'il regagnait en énergie de manière continue, en même temps que le temps passait, sa force d’antan semblait revenir, une facétie des Dieux probablement. Juleis savait qu'il était de nouveau capable de se métamorphoser en humain et qu'il aurait pu le faire à l'instant même. Mais vu la torpeur dans laquelle s'était vue plonger son invocatrice à l'évocation d'une possible forme humaine, il préféra s'abstenir de l'en informer, pensant qu'il était plus judicieux qu'elle n'en sache rien pour l'instant.

"Oui je suis un mâle, mais je ne peux pas transformer en humain. Je n'ai pour seule et unique forme que celle-ci, tu n'as pas à t'en faire. Je ne comprends pas ta réaction mais je ne te forcerai pas à me l'expliquer en insistant. Nous ferions mieux de reprendre la route, cette belle personne que tu appelles ta mère doit nous attendre. Enfin, t'attendre."

Les mots étaient gorgés d'antipathie sans être réellement haineux puisqu'il n'était pas encore fixé sur quoi penser de cette mère sans coeur. Il fit quelque pas dans l'eau avant d'y plonger la gueule et de récupérer les souliers noyés délicatement entre ses dents. Il les lui tendit puis l'invita à sortir de l'eau pour qu'ils reprennent la route et se rendent enfin à Lüh.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Aerin Cirth
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Date d'inscription : 27/08/2013
Messages : 49
Liens vers la fiche : ici
Invocation(s) : Juléis
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #25 écrite Mar 3 Sep 2013 - 13:59

Pas facile de deviner à quoi peut ressembler une Invocation une fois sous leurs formes humaines, tout au plus Aerin pouvait-elle supposer qu'ils étaient beaux. Ils étaient des demi-dieux après tout, alors pourquoi seraient-ils laid ? Pourquoi Juleis serait-il laid ? Déjà sous sa forme animal, il avait la majesté d'un tigre et ses yeux captivant étaient comparables à des joyaux donc oui, il devait être bel homme. Et c'était ça qui était gênant... Même si la jeune femme avait pris l'habitude d'être professionnelle à la bibliothèque, un homme un peu trop impressionnant devenait vite responsable de ses bêtises. La dernière fois, elle avait carrément fait tomber une pile de livres qui devaient être rangé. Alors généralement, les hommes imposants ou trop charmeurs finissaient par être servis par les collègues de la blonde. Aerin était devenue pro en la matière : dès qu'un homme trop intimidant arrivait, elle courait prévenir une collègue et elle s'enfuyait pour ranger des livres.

Mais là, pire encore que de supposer que Juleis serait beau, il l'avait vu en petite tenue ! Cette tenue que seule sa mère connaissait pour en serrer quotidiennement le corset. Même son père avait cessé de voir sa petite fille en vêtements de nuit quand celle-ci fut en âge d'être biologiquement une femme. C'est pourquoi ses joues étaient enflammées. Un homme l'avait vue nue... ou presque. Dans sa tête de jeune femme pudique, en sous-vêtements ou nue, ça revenait au même. Bien qu'elle aurait certainement perdu conscience si elle avait été surprise en tenue légère. Là, même sa mère n'avait pas le droit de la voir. C'était déjà un calvaire quand cette dernière arrivait tandis qu'elle se baignait. Mais par chance, voilà que Juleis interrompit ses scénarios théâtrales pour la rassurer.


« C'est vrai ? »

Le soulagement était perceptible dans sa voix quand elle posa cette question purement rhétorique. Juleis ne savait pas se transformer. Venait-il d'essayer pendant qu'elle affabulait mille situations gênantes dans son esprit ? Quoiqu'il en soit, ce fut suffisant pour lui redonner un teint naturel. Toutefois, compte tenu de l'émotion subite qu'elle venait d'éprouver, Aerin se montra encore un peu maladroite quand elle gesticula en rond à la recherche de ses souliers alors que Juleis l'avait devancée pour les repêcher. C'est alors confuse de son attitude et de son trouble précédent qu'elle les reprit et bien qu'elle hésita, elle finit par reprendre place sur le dos du tigre.

C'est ainsi qu'ils arrivèrent à Lüh, non sans vivre une autre aventure auprès de la rivière blanche que nous vous narrerons là-bas. Lüh donc : vestige de l'ancienne civilisation humaine, seule ville de l'île. Lüh était dix fois, cent fois plus grande que les villages qu'ils purent croiser durant leur chevauché. Si les quelques hameaux traversés semblaient vivre paisiblement, la capitale, elle bouillonnait d'animation : les gens déambulaient dans les rues pavées, les marchands s'activaient à l'ouvrage. Un brouhaha incessant accueillit les deux compagnons qui attirèrent quelques regards. Le plus impressionnant n'étant pas forcément le tigre mais de voir à qui il appartenait. Pour ceux qui connaissaient la petite bibliothécaire, c'était comme de voir de la neige en plein désert Ambré : inimaginable.

Une pensée qui traversa également les pensées de la veuve Cirth quand elle vint au devant de sa fille enfin de retour. Comme Aerin s'y attendait, elle était fâchée - sa fille avait trainé en chemin – mais pire encore fut ses mots à l'encontre du tigre : « il me semblait que tu voulais la bestiole de ton père, et tu me ramène un chat ? ». Sauf que le chat était imposant et quand la jeune femme entra dans la maison en baissant la tête face aux reproches, elle dut néanmoins se pincer les lèvres pour ne pas sourire à la scène. Juleis venait de la suivre et coinça la veuve dans l'encadrement de la porte. Avec un « chat » pareil, il était difficile de lui dire qu'il reste dehors... Elle s'éventa alors de la main, offusquée que le gros matou prenne de telle liberté et continua de grommeler pendant que la jeune femme commençait à s'affairer dans la cuisine pour se faire à manger... mais au final, quand elle fut à table à manger, après avoir servit l'identique au tigre, dans un plat posé également sur la table de bois massif, sa mère avait repris ses habitudes consistant à raconter tous les commérages de la ville.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #26 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

La liberté, depuis longtemps oubliée... ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BOOMER x caniche griffon délaissé depuis + de 5 ans ds terra
» Ca fait longtemps (pv Manon) (-16)
» Une jeune femme, fana de voyage, seule depuis longtemps ...
» Deutz D ??
» Eli' ○○ ❝ Les femmes n'aiment pas indiquer leur âge parce qu'elles sont trop modestes pour révéler qu'elles sont belles depuis longtemps. ❞ [U.C.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Sud-