Arrivée par le Sud

Partagez | .
 

 Arrivée par le Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mer 4 Sep - 20:07

Après les discussions à la fois houleuses et stériles de la veille, Abel quitta vite l'assemblée pour préparer ses affaires, attendant avec beaucoup d'impatience le lendemain ou l'arrivée sur l'île auraient vite fait de faire disparaitre les souvenirs de ces conversations désagréables.

Au petit matin, Abel avança calmement vers la proue du navire et observa ce paysage magnifique et sauvage qui se dévoilait peu à peu sous ses yeux. Dans quelques heures, ils mettraient un pied à terre et le noble sentit l'excitation l'envahir, l'aventure allait enfin commencer. Il reprit son calme, se rappela des objectifs principaux de cette nouvelle expédition : réconcilier les Kouroukas avec le genre Humain, qui n'a montré que ses mauvais aspects durant leur dernière visite, cela dans le but d'accéder à leur connaissance magique, et le dernier objectif, finir de cartographier l'île. Pourtant Abel n'avait pas beaucoup d'espoir quand à la partie de l'île non encore visité, il songeait qu'elle ne devait être couverte que de forêt et ne pensait pas y découvrir un trésor. Il voulait donc entrer en contact le plus vite possible avec les indigènes.


"Messieurs ! Ecoutez-moi !"

Cria t-il pour attirer l'attention de tous et calmer l'excitation des matelots.

"Accoster à la plage, puis traverser toute la forêt afin d'atteindre le village suspendu nous exposerait à des risques inutiles ! Nous allons contourner l'île afin de l'aborder par ses falaises, au sud. Gagner les sommets de l'ile sera aisé grâce aux invocations et nous rapprochera sans trop de danger du village."

N'attendant pas plus longtemps pour mettre son plan à exécution, le bateau entreprit de faire de tour de l'île, à quelques kilomètres de là défilait sous leur yeux toute la côte. 2 ou 3h plus tard ils étaient enfin vers la pointe sud de l'île, cette partie de l'île était constituée de grands pics rocheux de plusieurs dizaines de mètre de haut, plus loin une falaise, à la même hauteur que les pics, entre la falaise et cette horizon rocheux se trouvait un bout de l'île, flottant dans les airs, c'était la ville.

(image de la ville, mais vu du coté falaise et pas du coté mer comme pour nous)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ushiran
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Ryu !
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 53
Elément : Feu
Métier : Dragon à temps plein
Invocateur : Edvah
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mer 4 Sep - 20:09

Je devais reconnaître à ces humains que bien que je ne sois pas d’accord avec la plupart de leurs idées, ils ne manquaient pas de courage pour les défendre face à deux demi-dieux qui pouvaient faire couler le navire en un rien de temps, d’autant plus que les Invoqueurs de Kohaku et moi-même étant absents, nous n’avions pas vraiment de chaîne autour du cou pour nous retenir.

J’avais cependant gardé le silence pour le reste de la traversée, car cette issue ne m’enchantait probablement pas plus qu’eux : la traversée en bateau avait beau être particulièrement pénible, rentrer à la nage le serait d’autant plus. J’avais donc préféré que la discussion se tasse. De toute façon il n’y avait pas vraiment de débat, généralement les humains se montraient enracinés dans leurs convictions, acquises du haut de leur inestimable expérience d’une vingtaine d’années.

Et puis il aurait été dommage d’en finir ainsi si près du but… Je pouvais déjà percevoir des senteurs qui n’avaient rien de maritime, bien qu’elles me soient pour la plupart totalement inconnues. On ne la voyait pas encore, mais l'exploration de cette île se promettait d’être fascinante…

Elle se révéla à mes yeux peu avant l’aube, et je la dévorai copieusement du regard, aussi pressé de la découvrir que de me dégourdir les pattes. Cependant Abel déclara que nous allions la contourner, ce qui me fit trépigner d’impatience. Cela n’avait beau ne prolonger la traversée que de deux ou trois heures, se savoir si près du but les rendaient aussi longues que le reste du voyage.

Quand nous atteignîmes finalement l’endroit souhaité par le nobliau, je pus constater qu'effectivement, rien qu’à voir la falaise et la ville volante la surplombant, la découverte de cette île se promettait d'être particulièrement intéressante. La dernière fois que j’avais vu un tel phénomène, il avait été provoqué par des demi-dieux en pleine possession de leurs pouvoirs, avant l’apocalypse… Était-il possible que certains d’entre nous n’aient pas été punis ? Ou bien que d’autres êtres aient hérité de la toute-puissance divine ? La réponse risquait de ne pas me plaire, mais je mourrai de curiosité de la découvrir.

Aussi dès que le navire fut assez près de la côte, je dépliai mes pattes, m’étirai rapidement pour les dégourdir, puis je pris mon élan avant de m’élancer vers la falaise pour planter mes griffes dans la roche, dont se détachèrent quelques cailloux qui allèrent rouler sur le pont. Ah ! Enfin débarrassé de ce plancher de chêne bancal ! Ça faisait du bien de fouler un sol solide, même s’il était vertical.

Tandis que je commençais à grimper le long de la paroi tel un lézard, le fait qu’Abel comptait sur les Invocations pour amener les expéditionnaires sur la terre ferme me revint à l’esprit… Or Trivière et Viltys n’avaient pas d’Invocation à ma connaissance, et il n’y avait donc que Kohaku, Ahmun, Shanimir et moi pour les mener à bon port. Kohaku et Shanimir ne pourraient transporter qu’un humain à la fois, peut-être deux, et Ahmun n’était pas vraiment taillée pour l’escalade. En fait, il faudrait peut-être même la porter elle aussi. Du coup il aurait fallu que je m'y colle...

Un instant j’envisageai de les laisser à leur sort et continuer seul… Mais non, j’aurais besoin d’eux pour repartir d’ici. Et puis la compagnie des autres Invocations ne serait pas de trop pour explorer un environnement potentiellement hostile. Même les humains, bien que je rechigne à le reconnaître, pourraient s’avérer utiles.

Le soleil étant levé depuis peu, mes écailles n’avaient pas eu le temps de chauffer, aussi ils pourraient monter sur mon dos et s’agripper aux piques qui le parcouraient, même si cette idée me dégoûtait.

Le plus dur allait être de traverser l’étendue de mer qui les séparaient de moi : le vaisseau, malgré tout le savoir-faire de son équipage, s’était immobilisé à quelques mètres de moi et ne pouvait s’approcher d’avantage de la falaise sans prendre le risque de s’y abîmer. Je considérai un instant que ce n’était pas mon problème, mais si l’un d’eux venait à tomber à l’eau en sautant ou à s’embrocher sur moi, on en viendrait encore à dire que c’était de ma faute… Je tournai donc la tête vers eux pour leur demander d'un ton las :


« Je suppose que vous n’allez pas vouloir faire le saut vous-même ? »

Et sans attendre de réponse, je me détachai de la falaise pour retomber lourdement sur le navire, avant de m’y allonger pour qu’ils puissent monter facilement sur mon dos. Qu’est ce qu’il ne fallait pas faire quand même…

« Et accrochez-vous bien, ce serait dommage d’êtres venus jusque ici pour s’écraser sans même avoir posé un pied sur l’île. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 4 Sep - 20:11

M'arrachant de ma contemplation de l'île, je me retournais écouter le chef de notre expédition. Gagner les hauteurs grâce aux invocations était certes une excellente idée, à condition qu'elles soient disposées à nous aider. Si l'on se rappelait la conversation houleuse de la veille, peut-être ces invocations sans maîtres refuseraient de nous assister ? Questions qui restèrent sans réponse dans un coin de ma texte alors que notre navire se dirigeait vers la pointe de l'île, et je profitais des quelques heures que nous offrait la navigation pour reprendre mes dessins de cette nouvelle terre, notant à la hâte mes observations :

Citation :
Écrits de ma main, moi Viltys Copperfield, détective privé de mon état, et fier invoqueur de Mercor, fils du Feu.

Récit de la Seconde Expédition, à sa tête Abel de Nenil, Sieur Trivière et Sheiko. Accompagnés des demi-dieux Ushiran du Feu, Kohaku & Shanimir de l'Air, et Ahmun de la Terre. Si d'autres divinités venaient à se joindre à nous, je compléterais cette liste.

Jour 1, matin, aux abords de l'île.

Arrivée à proximité de ce que les Arcaniens appellent l'île inconnue. Je ne peux pour l'heure en voir que ses reliefs, et elle est effectivement très densément boisée, comme le raconte les récits de la Première Expédition.

Messire de Nenil a eu la bonne idée que nous ne nous aventurerions pas dans les bois où la Première Expédition s'est aventurée, mais a préféré la sagesse en demandant aux Demi-Dieux de nous hisser aux sommets afin de gagner le village des Hommes Lezards le plus rapidement possible sans prendre de risques inutiles.

Il n'y hélas plus grand-chose à dire, juste à observer. Je laisse mes croquis à cette fin. Je poursuivrais notre récit quand nous auront avancé davantage, et que je trouverais du temps pour moi.

On y est.
Je terminais rapidement d'écrire ma page pour observer juste à temps le massif Ushiran s'élancer pour grimper la falaise, fasciné par son adresse et la rapidité de son ascension. Allait-il nous abandonner là ? Mais non, le voilà qui retomba sur le pont, sa chute me faisant vaciller, et je m'accrochais à la rambarde pour ne pas tomber.

Regardant les autres membres de l'équipage, je pris mon courage à deux mains pour aller escalader le dos de la bête, me retournant ensuite pour aider les autres à monter, mon sac correctement sanglé. Effectivement, mieux valait ne pas tomber de son dos... Mes précieux écrits seraient perdus avant même d'avoir vu le jour !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 753
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mer 4 Sep - 20:12

Le fils d'Aer avait dormi sur le pont, savourant le vent fouettant sa crinière et le soleil de l'aube. L'île était enfin en vue. Il se leva et, toujours sur le pont, se tendit vers la côte, préférant économiser ses forces tant qu'on aurait pas besoin de lui. Les expéditionnaires sortirent de leur cabines, et le navire arriva près du fameux village par la côte. Lorsque Kohaku aperçu la cité flottante, ses oreilles se couchèrent sur sa nuque, un grondement sourd le parcouru. Quelle était cette plaisanterie ?! La magie d'Aer était à l’œuvre pour réussir une lévitation de cette importance. Les invocations étant brimées, elles n'étaient plus capables d'une telle prouesse.

Vint très vite le moment l'ascension jusqu'à ce lieux surprenant. Les invocations durent porter les humains. Ushiran fut très vite contraint d'en prendre deux, Sheiko montant sur le dos de Shanimir, Kohaku, reprenant son sérieux afin de faire honneur à Pearla, se chargea du dernier. Enfin plutôt , il annonça la chose suivante :

«  La peau humaine est trop fragile pour mes écailles, te prendre sur mon dos est impossible. En revanche je peux transporter te transporter si tu t'encordes et me lance l'extrémité de la corde. Je te prendrais ainsi au passage, après mon décollage. »

Ainsi le dragon se lança par dessus bord, et pris son envol. Une fois en l'air, il avisa Ushiran. Afin de diminuer l'humiliation du demi-dieux devant agir comme une bête de somme, il jeta le sort Ailes sur le fils d'Ignis. Ce dernier n'avait plus qu'à déployer ses nouveaux membres prendre son essor grâce au savoir divin. Pendant ce temps le dragon blanc volait à la rencontre du dernier expéditionnaire sur le pont et alla saisir la corde afin d'entamer à son tour l'ascension.
[Mana: 17]




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mer 4 Sep - 20:20

C'était le grand jour, celui où nous avions pu apercevoir sous le rougeoiement de l'aurore l'ombre d'une terre à l'horizon. Je n'avais pas quitté le pont de tout le matin, lunette de visée braquée en direction de cet ilot grandissant duquel nous partions à la conquête. Le détour vers le Sud de l'île fut un grand moment pour moi, la découverte de la cité céleste ayant de quoi m'inspirer la plus grande inspiration, mais aussi beaucoup de questions : quelle était l'origine de ce formidable pouvoir ? Pouvions nous y accéder ? Je dirais même, pouvais-je y accéder ? Mes réflexions tournèrent court quand la réalité survint à nouveau : elle se présentait sous l'apparence d'un grand dragon à l'air peu commode, auquel Copperfield montait déjà sur le dos.

- Ah... C'est, j'imagine, la partie amusante de l'expédition.

Soyons clairs, ma nature de noble n'en faisait pas moins de moi une personne plutôt athlétique. Mais chevaucher un demi-dieu en pleine escalade d'une falaise abrupte n'avait jamais fait parti de mes loisirs sportifs, et c'est avec toute la circonspection du monde que je montais sur Ushiran avec l'aide de mon compagnon de voyage. Cela ne fut pas de trop, et j'eus un peu de mal à trouver d'abord une position adéquate pour m'agripper à la créature. Ce n'est que lorsque le demi-dieu du vent évoqua une corde que je regrettai de ne pas y avoir songé plus tôt ! L'épreuve fut donc de tenir à la fois notre véhicule, et mes affaires que je trimbalais en bandoulière.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mer 4 Sep - 20:21

Sheiko voyageait donc avec Shanimir. Viltys et Trivière se partageaient comme il pouvait le dos d'Ushiran qui allait sans doute survoler la falaise avec la nouvelle paire d'aile dont l'avait doté Kohaku. Kohaku quant à lui assura qu'un humain ne pouvait monter sur son dos sans se blesser avec ses écailles, aussi proposa t-il d'utiliser une corde.

Après les discussions de la vieille Kohaku n'avait pas la confiance d'Abel. Qu'est-ce qui l'empêchait de faire se heurter le bout de la corde à la falaise ? Cependant Ahmun, qui n'avait pas des griffes suffisamment puissante pour escalader la montagne, devait elle aussi utiliser Kohaku pour escalader. Comme elle serait transportée elle aussi au bout de la corde, Abel se dit que Kohaku par respect pour sa demi-soeur de Terre, ferait preuve d'une grande délicatesse.

Abel prit une corde et l'enroula sous les pattes avant d'Ahmun afin de lui encorder le thorax, faisant plusieurs tours et serrant un noeud habile. Abel quant à lui se contenta de s'accrocher main et pied à la corde, Ahmun sous lui, ainsi s'il glissait le long de la corde, ahmun stopperait sa chute, voir même pourrait le rattraper d'un coup de mâchoire s'il tombait complètement. L'ascension ne devait pas durer des heures, aussi Abel pensait s'être suffisamment attaché. Il ne restait maintenant plus qu'à Kohaku et Ushiran de s'envoler par dessus la falaise, suivi par Shanimir.

Durant l'ascension, Abel garda les yeux fixés vers la ville, les habitants devaient déjà savoir qu'ils étaient là depuis longtemps, ils avaient sans doute vu arriver le bateau de loin, et peut être qu'en ce moment même ils observaient les invocations porter les hommes par dessus les reliefs de l'île. On pouvait d'ailleurs percevoir le bruit des tambours venir de la ville.

Une fois qu'il eut pied à terre, il remercia Kohaku et observa tout autour de lui afin de vérifier l'absence de danger. Difficile de voir quoi que ce soit au sol car les plus hautes herbes chatouillaient ses genoux, tandis qu'en regardant en l'air, il peut constater la hauteur vertigineuse des arbres, empêchant tout rayon de soleil de pénétrer dans cette masse verte. Il ne semblait pas qu'un monstre de l’île soit dans les environs.


"L'endroit semble sûr." Aussitôt qu'il eut parlé, on entendit un bruit de branche provenant des hauteurs, quelques feuilles tombèrent, Abel cru percevoir du mouvement. "J'ai l'impression qu'ils vont venir à nous bien avant que nous n’atteignions leur ville."

Il ne pensait pas si bien dire car aussitôt un lézard bipède de 2 mètre de haut d'une agilité folle descendit de l'un des arbres à une vitesse impressionnante, atterrit à quelques mètres du groupe, et pointa sa lance rustique face au groupe dans un signe assez hostile, réaction prévisible depuis les catastrophes provoquées par les humains depuis leur dernière visite sur cette île.

"Kou Oumane Jika Korrane ?"

D'autres bruits dans les hauteurs des arbres laissaient à penser qu'il n'était pas le seul à avoir une arme pointé vers eux.


(étant donné que c'est Trivière notre traducteur, je propose de le laisser répondre en premier, puis de suivre l'ordre Ushiran-Viltys-Kohaku)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Ushiran
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Ryu !
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 53
Elément : Feu
Métier : Dragon à temps plein
Invocateur : Edvah
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mer 4 Sep - 20:23

Rapidement, j’eus deux humains qui s’agrippaient tant bien que mal sur mon dos. Si Edvah avait vu ça, elle à qui j’avais répété maintes et maintes fois que non, mon dos n’était pas fait pour le transport de passagers, elle en aurait été verte de rage. Ce qui n’était pas un mensonge d’ailleurs, en témoignait l’inconfort de ces derniers. Heureusement, le soleil étant levé depuis peu, mes écailles n’avaient pas eu le temps de chauffer.

Le problème allait être de m’agripper à la falaise sans causer le chaos parmi mes passagers et leurs affaires : si leurs précieuses possessions, ou pire, leur précieuse peau en venait à être mouillée, ils allaient me rendre la vie impossible. Or si je faisais le même bond que tout à l’heure, il leur faudrait un sacré sens de l’équilibre pour ne pas tomber ou se blesser sur moi, alors leurs affaires…

Heureusement Kohaku résolut le dilemme, de façon aussi inattendue que plaisante : il partagea le savoir des fils d’Aer avec moi, et je me retrouvai doté d’une paire d’ailes, tandis qu’il ouvrait le chemin en emportant avec lui Abel et Ahmun.

Bizarrement, avec le don du demi-dieu, je me sentais… complet. C’était ainsi qu’Ignis m’avait voulu à ma création mais il n’avait pu y parvenir puisqu’il lui manquait le savoir de son frère de l’Air. C’était un sentiment assez étrange de se sentir en harmonie avec l’intervention d’un frère dont je méprisais l’élément… Du fait d’une jalousie inconsciente ?

Je n’avais malheureusement pas le temps d’approfondir la question, ni de profiter de cette harmonie que je ressentais. Tous sur le navire me regardaient bizarrement et les humains sur mon dos devaient se demander ce que j’attendais. Je décidai donc de les déposer vite fait là-haut et de creuser la question ensuite.

Après avoir déplié mes ailes toutes neuves, d’une impulsion, je pris mon envol et m’élevai rapidement à la suite de Kohaku, grisé par la vitesse de l’ascension. Une fois le sommet de la falaise atteint, je stabilisai mon vol pour me poser tout en douceur, et j’attendis que mes passagers daignent retrouver le plancher des vaches, en me privant, pour une fois, de tout commentaire. J’avais autre chose à penser, et une furieuse envie de décoller à nouveau.

Cependant, les évènements ne l’entendaient pas ainsi, car nous eûmes à peine le temps de nous poser que des humanoïdes s’agitèrent dans les arbres et que l’un d’eux vint à notre rencontre. Une sorte d’homme-lézard d’une espèce que je n’avais jamais rencontrée, pointant vers nous une lance ridicule, et baragouinant un langage que je ne comprenais pas. Voilà qui était troublant… Je comprenais le nouveau langage des humains au moment où le premier d’entre eux avait franchi les portes de ma cellule, et je ne comprenais pas celui-ci ? Après la ville volante, était-ce une nouvelle farce de nos Créateurs ? Décidément, j’avais rejoint cette Expédition dans le but de satisfaire ma curiosité, mais au lieu de cela, plus le temps passait, plus elle était attisée.

[Ailes - tours restants : 2]
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mer 4 Sep - 20:24

Ce qui aurait pu être une montée laborieuse à flanc de falaise se transforma soudain, et pour mon plus grand plaisir, en une envolée plus maîtrisée. Le navire s'éloignant de nous au fur et à mesure que l'invocation s'élevait dans les airs, notre petit groupe d'expédition pointa très rapidement le bout de son nez sur le rebord du plateau, une végétation luxuriante s'étalant à perte de vue. La figure rafraîchie par l'air marin et la barbichette frétillante, je mis pied-à-terre d'un petit bond calculé qui se solda par le rude contact de mes bottes avec la caillasse.

Mal m'en prit, car c'est à peine si je parvins à me retenir de ne pas basculer en avant tant mon équilibre avait été émoussé par le voyage, et le tangage répété qui régnait sur le Neptune. Me retenant à une branche de l'un des milliers d'arbres qui nous entouraient, j'en profitai pour poser un regard curieux sur la flore environnante, et commencer à évaluer brièvement les spécimens qui m'apparurent être les plus intéressants.
Cette éphémère contemplation fut bien vite interrompue par l'arrivée des autochtones, ces fameux hommes-lézards à l'armement primitif, mais bizarrement pointé vers nous. L'un des indigènes nous fit face après quelques pirouettes agiles, et s'exprima dans la langue locale avec un fort accent qui me fit plisser les yeux. Lire les rapports de l'expédition était une chose, entendre réellement ce langage... S'avérait plus compliqué. Je m'avançai précautionneusement au devant de notre groupe, perplexe :

- Je ne crois pas que nous sommes les bienvenus... J'aurais aimé qu'il nous demande si nous voulons grimper jusqu'à la ville, mais j'ai peur qu'il ne s'inquiète plutôt de savoir comment nous sommes arrivés là.

Korrane, qu'était-ce donc que ce mot là ? Ne me souvenant d'aucune indication sur cette expression, je ne savais trop s'il fallait l’interpréter comme le nom de la ville, de l'île, celui de notre interlocuteur, ou quelque chose de nature à m'inquiéter. Mais je n'eus pas vraiment le temps d'y songer, la situation tendue dans laquelle nous étions nécessitant d'être désamorcée. J'écartai les mains paumes vers le ciel, en espérant que ce geste serait universellement interprété comme un gage de bonne foi, et me souvins au dernier instant que l'usage était plutôt de croiser les bras sur son torse :

- Fi Tara. Kou Rane ? Trivière Rane.

Je procédai aux présentations des autres membres de l'expédition, les désignant successivement du doigt. J'espérais qu'avec un peu de chance, maintenant qu'ils avaient nos noms, nos belliqueux interlocuteurs se sentiraient plus embarrassés de nous tuer. Le but était à présent de préciser nos intentions, le défi se trouvant dans le fait que je ne connaissais aucun mot capable d'exprimer le "nous", et encore moins le "veut". Alors à parler des invocations et du sort de lévitation... Mieux valait aller à l'essentiel :

- Kou Oumane Kourouka Kajan ? Kou Kourouka Oumane Tantan ?

Je tournai brièvement la tête vers mes compagnons, un message clair se lisant sur mon expression : " ceci est purement expérimental ".
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mer 4 Sep - 20:27

J'aidais Trivière à grimper sur le dos écailleux d'Ushiran, et c'est avec un appréhension que je m'agrippais tant que je le pouvais où je le pouvais. Heureusement, son confrère d'Aer eut la bonne idée de le pourvoir d'ailes, sans quoi notre ascension aurait été bien moins plaisante. L'atterrissage fut même effectué de main de maître, et je me demandais si le fier Ushiran avait déjà eu l'occasion de voler ainsi, grâce à la Magie des Fils des Vents. Une fois que nous fûmes tous de retour sur un sol stable, je me demandais si je devais invoquer Mercor tout de suite, mais l'apparition d'un homme-lézard au moment même où Messire de Nenil annonçait la zone sûre.

Son dialecte m'était inconnu, et je tâchais d'essayer d'en reconnaître quelques formes étudiées à la va-vite à la bibliothèque. Il était grand, et tout à fait conforme à l'idée que l'on puisse se faire d'un homme-lézard. Sa lance semblait bien dérisoire en vue de la lame que je gardais dans mon sac, bien à l'abri de l'eau, mais son attitude hostile et la certitude qu'il n'était pas seul incitait à une prudence instinctive. Non pas que nous soyons ici de toutes façon pour engager de quelle que manière que ce soit les hostilités.

Au contraire, Sieur Trivière s'avança pour tenter de nous expliquer ce que voulait l’autochtone. Si Trivière et moi-même nous penchions plus tard sur cette langue, nous parviendrons sûrement à un résultat probant ! Il faudrait que je lui en parle une fois ce petit interlude réglé. Il se présenta, du moins, je crois, puis chacun des membres de l'expédition. Lorsqu'il en arriva à moi, j'écartais délibérément les mains en signe de paix, geste universel signifiant que je n'étais pas armé, et que je n'avais pas l'intention de faire du mal. Du moins, geste universel dans le langage corporel humain, et j’espérais que cela ne soit pas interprété autrement.

Les paroles suivantes de Trivière m'apparurent comme étant tout bonnement incompréhensible : il y avait ce décalage nécessaire entre ce que nous nous forcions d'apprendre, et sa mise en pratique. Alors quand je n'avais même pas fait l'effort de tout apprendre, les vagues souvenirs qu'il me restait ne me disait rien. Avec de la chance, j'avais noté quelques formules quelques part, mais quand à les retrouver...  

Là n'était cependant pas la question, il fallait désormais observer la réaction de notre "hôte". Si jamais cela tournait mal, j'invoquerais immédiatement Mercor, et serais prêt à me battre, mais mieux valait pour le bien de notre Expédition ne jamais en arriver à de telles extrémités...
▲ Succès ▲


Dernière édition par Viltys Copperfield le Mer 4 Sep - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 753
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Mer 4 Sep - 20:28

Le sort d'ailes lancé Kohaku avait été saisir la corde qui lui étaient lancée afin de transporté l'humain et à son étonnement la fille de Terra. Il aurait été plus simple et plus rapide la renvoyée dans son temple et ensuite la ré-invoquer une fois la terre ferme regagnée. Kohaku se doutait qu'il s'agissait d'une manigance de l'humain et réactions au débat de la veille. Il dut faire un effort plus important que prévu afin de réussir à soulever le duo du navire. Une fois dans les airs, il grogna pour se donner de la force et réussir à hisser son paquet jusqu'à leur destination. Il déposa Abel et Ahmun sans encombres. Le dragon blanc sans ailes se maintient en un vol stationnaire, fait d'ondulations souples similaires à la nage des serpents marins, afin de veiller sur les expéditionnaires depuis les airs, prêt à fondre sur une éventuelle menace. Démêlant les odeurs et les sons des différentes créatures présentes alentours, il perçu un mouvement qui lui permit de situer des créatures agissant de façon organisée dans les feuillages.

Le noble dirigeant l'expédition eut tout juste le temps d'affirmer le lieu sûr qu'un bipède reptilien sortit de la frondaison des arbres à la rencontre des humains. La créature bien qu'armée plus que sommairement, semblait beaucoup plus agile et puissante que les humains. Il s'engagea un semblant de dialogue entre les bipèdes des deux races. Voyant Trivière jouer la carte des voyageurs pacifiques, le fils d'Aer choisi de se poser lentement auprès des expéditionnaires afin d'appuyer le message non-violent. Montrant ainsi qu'il ne serait pas une menace du ciel. Lorsqu'on le nomma, il abaissa brièvement la tête en signe de salut, ses moustaches ondoyant paresseusement de part et d'autres de sa gueule. Une réelle curiosité pouvait se lire sur sa gueule vis à vis de ce peuple reptilien qui ressemblait vaguement à quelques demi-dieux croisés dans le passé.




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Mer 4 Sep - 20:29

L'Homme lézard dévisagea tous les individus présents, qu'ils soient humains ou invocations, avec la même intensité quand Trivière les lui présenta. Trivière fit ça d'une façon très correcte, et le message de paix qu'il essayait d'énoncer par son maladroit "Fi Tara" semblait assez bien passé. La lance du lézard était toujours pointé dans leur direction mais il semblait que ses muscles se relâchait un peu, abandonnant peu à peu l'idée de bondir à l'attaque à tout instant.

Cependant ce que Trivière exprima ensuite semblait assez mal formulé, car le lézard changea de visage, est autant que c’était possible de le lire entre ses écailles, il semblait perplexe. Les mots y étaient mais pas dans le bon ordre, le Kourouka comprit que l'humain lui demandait s'il fallait qu'il le suive, et s'il allait lui apprendre quelque chose.

Abel pendant ce temps, qui ne comprenait rien à ce qu'il se passait, mais qui avait bien vu le regard exprimant "je ne sais pas trop ce que je fais" de Trivière, lui glissa discrètement à l'oreille, pour l'encourager à poursuivre ses efforts.

"Quoi que vous disiez, continuez, vous vous en sortez très bien"

Avant de tenter de poursuivre cette conversation, l'inconnu à écailles se présenta.

"Suja Kouma rane"

Il jeta un oeil en haut des arbres, se demandant sans doute s'il devait aussi présenter les autres qui l'accompagnaient, mais un mouvement de feuille sembla le convaincre de garder ses amis cachés pour le moment.

"Suja Kouma tantan Trivir. Kou Trivir fuka tanra ?"


Il semblait que l'avenir de cette discussion dépendait de la capacité qu'aurait Trivière à poursuivre la conversation.

"Que vous demande t-il ?" se permit de demander Abel, de plus en plus curieux d'apprendre.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Mer 4 Sep - 20:34

La physionomie reptilienne avait de ça de différent qu'il était difficile de repérer les émotions que ces traits étrangers étaient supposés dégager. Mes quelques mots probablement maladroits avaient néanmoins réussis à faire un peu abaisser la lance pointée vers nous, et je parvins à percevoir dans notre charmant hôte un peu moins de fébrilité meurtrière.
Le long silence qui avait suivi mes questions était toutefois évoquant : quelque chose dans ma façon de parler était épouvantable. Etait-ce l'accent ? L'ordre de mes mots ? Un peu des deux ? En me répétant les paroles que j'avais prononcé, je convins que la seconde solution n'était pas impossible. J'étais peut-être allé chercher trop compliqué.

La situation semblait néanmoins aller en s'améliorant, le sire de Nenil m'intimant par quelques mots d'encouragement de continuer sur cette mesure. Le Kourouka se présenta ainsi sous le nom de de Suja Kouma (j'explicitai discrètement cela à mes compagnons), et accepta de m'enseigner sa science, sa culture ou sa langue, je ne savais trop. Mais ce qu'il me demanda en retour me laissa de marbre, car ce qui devait arriver venait malheureusement effectivement de se présenter : l'homme-lézard usait de mots qui m'étaient tout-à-fait inconnus. Je me remuai les méninges dans l'espoir de retrouver un indice dans les notes qui avaient été rapportées de l'expédition, mais ce fut en vain. Quant à deviner la signification des deux mots étrangers qui avaient été utilisés, eh bien, j'aurai tout aussi bien pu me reposer sur le hasard. Ma réponse aux interrogations de mon ami noble se fit donc laconique :

- Absolument aucune idée. Mais il y a peut-être un moyen d'arranger ça.

J'avais en effet remarqué que les autochtones étaient capable d'user d'un art primitif qui allait peut-être nous permettre de combler un peu mes lacunes : le dessin. Il était difficilement concevable que je parvienne à communiquer longtemps avec pour seuls outils la douzaine de mots qui avaient été rapportés lors de la précédente expédition. Mon objectif était d'apprendre vite, et mon interlocuteur allait devoir s'accoutumer de ce besoin s'il voulait que nous puissions échanger davantage que des présentations et un morceau de viande.

- Kou Fuka ? Kou Tanra ? Tantan Trivière.

J'aurais pu m'abaisser pour lui indiquer de dessiner sur le sol si celui-ci n'avait pas été parsemé d'herbes hautes. Heureusement, j'avais cru comprendre qu'il était possible de communiquer aussi par les parchemins. J'en sortis donc un de mon sac, ainsi qu'un fusain, et lui exprimai mon intention en le dessinant lui et moi dans sur un coin de papier avant de lui présenter le fusain. Avec un peu de chance, nous allions pouvoir progresser.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Mer 4 Sep - 20:34

(Je me permets de répondre maintenant afin de laisser Kohaku, Ushiran et Viltys aider Trivière à comprendre ce que sont Tanra et Fuka !)

Le Kourouka comprit très bien ce que Trivière attendait de lui, il jeta un nouveau regard dans les hauteurs des arbres, attendant sans doute l'autorisation de lâcher sa lance, qui l’empêchait de communiquer avec ses humains. Apparemment il obtient le signe qu'il attendait car il planta sa lance dans le sol, prit le papier dans une main et le fusain dans l'autre. Il semblait réfléchir un long moment, et commença par une explication du mot "Tanra". "Fuka" devait être un concept qui se dessine plus difficilement.

Il leur montra donc un premier dessin.

"Tantan"


Puis il se concentra pour effectuer un autre dessin, et le leur montra.

"Tanra."



Une fois cela fait, ses dessins lui semblant parfaitement clair, il les laissa à Trivière, puis entrepris d'expliquer fuka, mais cela semblait lui poser beaucoup de difficulté. Il finit par s'exprimer.


"Suja Kouma Fuka Narou" Il mima ensuite qu'il mangeait. "Fuka Jika" Il grimpa à un arbre. "Fuka Tara "Il reprit sa lance dans un mouvement menaçant, avant de la reposer la ou elle était. Il lui semblait qu'il ne pouvait pas être plus clair.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 753
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Mer 4 Sep - 20:35

Le dragon blanc suivit le mouvement du Kourouka vers les feuillages derrière lui. Il flaira très clairement ses compagnons maintenant qu'il connaissait l'odeur de cette race. Sans y mettre sa queue au feu, il pensa fortement avoir croisé le regard perçant quelques uns des reptiles dissimulés. Ne comprenant rien du dialogue jusqu'à présent, Kohaku s'était contenté de guetter des réactions éventuellement hostiles desquelles il devrait protéger les humains, mais à présent Trivière enclenchait un échange d'idées à l'écrit. Cela attira l'attention du fils d'Aer, car il pouvait enfin dénicher quelques éléments qui lui permettrait de saisir quelque chose dans la discution. Le long coup du dragon des vent lui permis de jeter un œil aux dessins sans gêner l'attroupement des autres membres de l'expédition.

Les Iris de jade scrutèrent attentivement les gribouillis rudimentaires. La courbe à l'arrière du personnage de droite désignait clairement la queue reptilienne des bipèdes écailleux, le personnage de gauche était amusant car il les humains se dessinaient de la même façon dans l'ancien monde et dans le nouveau. Restait à comprendre ce que signifiait les symboles entre les deux personnages. Le premier, le kourouka avait les deux symboles pointés vers l'humain. Peut être que la longue ligne et le rond au bout représentait une lance ? Kohaku ne chercha pas à comprendre plus précisément le sens des symboles qui pouvaient être tout à la fois tant leur simplification était poussée.

« Tanra veut dire échange à mon sens. Peut être qu'il vous demande ce que vous leur proposer en échange de leur savoir.»

Sa voix rauque et posée roula comme un orage lointain. Ce fut la comparaison des deux dessins qui avait fait tilt. Dans le second parchemin le symbole du bas était orienté différemment. Si dans le premier les deux étaient vers l'humain dans le second les symboles pointaient chacun un personnage. Chacun semblait transmettre quelque chose à l'autre.




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Mer 4 Sep - 20:35

Le dessin me semblait effectivement être une excellente manière de communiquer, d'autant que n'y comprenant goutte à leur langage pour l'instant, je pouvais ainsi être utile au décryptage et à la conversation en général. Cependant, les croquis étaient... simplistes. Et de ce fait plutôt compliqués à déchiffrer. "Tantan" semblait clairement indiquer une action de la part de l'homme lézard, tandis que "Tanra" semblait en impliquer une de notre part. Quand à ce que nous étions censés faire, c'était une autre paire de manche. Une corde avec une boule ? Un sac ?

Quand à "Fuka"... Là il m'avait perdu. Manger ? Grimper à un arbre ? Monter la garde ? Pourtant, il semblait satisfait de ses explications, pensant sûrement avoir été parfaitement clair. Mais je pensais au problème, pas à la solution. Il était difficile d'expliquer sa propre langue, alors il fallait réfléchir en quelles occasions nous aurions pu nous-mêmes adopter le même langage corporel et les mêmes dessins pour expliquer une idée.

La proposition du Fils d'Aer semblait assez censée, mais n'ayant pas d'idée précise de ce qu'il voulait, plutôt une vague pensée en pleine construction, je ne pouvais pas être aussi catégorique que lui. Je pris la parole avec prudence, afin d'aider peut-être Sieur Trivière à s'en sortir.

- Peut-être qu'il nous demande de la nourriture en échange... De la nourriture pour ses compagnons dans les arbres, fautes de quoi ils nous empêcheraient de passer. Quand à "Tantan"... Peut-être veulent-ils inspecter ce que nous transportons ? Je ne sais pas trop. Serait-il possible de leur demander d'autres indications ? A moins que vous n'ayez une meilleure idée ? demandais-je au reste du groupe.

Il était absolument nécessaire que nous comprenions ce qu'il se passait et que nous réussissions à communiquer avec les autochtones. Je songeais que dans le pire des cas, j'avais également des feuilles de papier que nous pouvions utiliser de la même manière et je l'indiquais à celui qui avait été bombardé traducteur de l'Expédition.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Mer 4 Sep - 20:38

Je n'étais pas bien loin de la vérité lorsque j'évoquai l'art primitif du dessin. Pour être rudimentaire, il le fut ! Je n'eus toutefois pas le temps de nous entraîner dans un cours sur la perspective et les proportions, les symboles évoqués sur l'inscription me semblant d'un premier abord obscurs, et interprétable de multiples manières. Tout d'abord, Souja Kouma avait représenté l'action d'enseigner par un arc de cercle terminé d'un rond dans le sens kourouka-humain, un signe étrange y figurant en dessous. "Tanra" était différent en deux points : le mystérieux signe était inversé, et l'humain s'exprimait aussi. L'invocation de l'air qui nous accompagnait en vint plus vite que moi à la conclusion la plus probable, conclusion bientôt corroborée par notre ami Copperfield :

- Échanger, ou apporter oui... J'imagine que l'angle bizarre sur la tête du Kourouka dessiné indique qu'il parle, et vu qu'il n'est pas sur celui représentant l'homme, c'est une action qu'il attend en retour. Fuka me semble être en revanche un mot passe-partout comme le serait notre "quelque chose", bien que j'espère que cette conclusion ne soit pas trop hâtive. Nous allons faire avec, pour ne pas les impatienter.

Du coup, j'en vins à tourner mon regard vers le sire De Nenil :

- Je vais leur proposer ce que je peux exprimer pour le moment : de la nourriture et une babiole. Si vous avez d'autres idées de dons, je tâcherai de les transmettre quand nous aurons un vocabulaire un tant soit peu plus développé.

Je me retournai enfin vers mon interlocuteur autochtone, méditant quelques brèves secondes sur ce que j'allais lui dire et les menus sacrifices personnels auxquels j'allais procéder, dans l'attente de précisions de notre meneur d'expédition :

- Trivière akou Suja Kouma. Oumane ka ya Kourouka : ka suro tanra, ka tantan Kourouka, ...


Pour illustrer mon propos, je fis sortir délicatement de mon sac ma longue vue que je plaquai à mon oeil, invitant d'un geste le reptile à m'imiter, lui tendant l'objet en précisant "Suja Kouma" pour qu'il comprenne que c'était une offre. Si je pouvais me fier à l'apparent archaïsme de ce peuple, il y avait peu de chance que le principe d'optique et de lentille leur soit familier. Somme toute, c'était bien ce que nous pouvions échanger de plus précieux : la technologie.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Mer 4 Sep - 20:39

Abel quant à lui n'avait aucune idée de ce que pouvais bien vouloir dire les fameux dessins, cependant, il avait une petite chose à ajouter sur les dires de Trivière :

"Je ne pense pas l'angle fait avec sa tête signifie qu'il parle, je crois qu'il doit vouloir faire une distinction entre son crane qui est plutôt allongé par rapport au notre qui doit lui sembler bien rond"

Trivière, sur les bases que tanra signifie un échange que les humains effectueraient afin d'obtenir le savoir des kourouka, s'exprima dans leur langue. Suja Kouma comprit bien qu'il désirait les aider avec de la nourriture et des connaissances, il se mit d'ailleurs à regarder à travers la longue vue avec un certain intérêt pour cette technologie nouvelle. Cependant, Suja Kouma sembla très perplexe face à cette réponse que les humains avaient à lui donner suite aux explications qu'il avait fournit. Suja remit la longue vue à Trivière, et insista pour qu'il la reprenne, et lui dit :

"Trivir fi mara Suja Kouma takou."

Il leur montra le dessin qu'il avait fait en répétant le mot "Takou". Il leur dessina d'autres gribouillis, ne représentant rien de particulier, des arbres, des lances, répétant à chaque dessin le mot "takou".
Il fit alors un nouveau dessin pour eux.


"Suja Kouma tantan"
Il leur montra ce dessin :


" Trivir tanra"



Il répéta alors la fameuse question qu'il leur avait posé tout à l'heure.

"Kou Trivir fuka tanra ?"

(Pour l'ordre des réponses on peut faire Kohaku, Viltys, puis Ushiran dès qu'il sera revenu de son week end !)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 753
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Mer 4 Sep - 20:39

Comprendre un mot grâce aux semblant de dessin était une chose saisir toutes la conversation en était une toute autres. Kohaku se dit qu'il irait demander les notes de traduction à ce Trivière un peu plus tard. Le dragon devina un second mots qui ne fut pas difficile à comprendre vu les gesticulation de l' autochtone, Takou = dessin.  A l’intonation de la voix et au comportement du bipède écailleux, il semblait que les premiers gribouillons n'aient pas été correctement compris ou analysés. Au final il dessina des images sensiblement similaires aux précédentes mis à part les symboles mathématique de l'infini qui semblait être présent par trois fois sur le second nouveau dessin. Avaient-il des notions de mathématiques ?

« Connait-on l'avancée exacte de leur savoir ? Il serait amusant qu'il vienne d'utiliser l'infini mathématique. Se pose alors la question du avons nous quelque chose qui les intéresse...»

Puis ne dénichant rien de plus qui puissent l'aider dans un raisonnement quelconque, il se mit à réfléchir au moyen le plus efficace pour mieux comprendre ce dialecte. C'est alors que son regard de jade se posa sur la fille de Terra. Un tilt ce fit dans son esprit : la télépathie.

«Ahmun, Fille de Terra, avez vous retrouvé vos dons de télépathie ? Ils pourraient éventuellement aider, par la transmission de séquences d'images, à nous faire comprendre de cet individu. Pensez vous que nous aurions des résultats par ce biais ? »

Bon cela relevait du coup de chance, étant donné que ce sort devait être gourmand en manaa, ou si la demi-déesse n'avait encore retrouvé cette facultée.




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Mer 4 Sep - 20:39

Cela se compliquait. Apparemment, nous avions eu faux sur la traduction des termes, puisqu'il insistât que Trivière reprenne la longue-vue. Puis il gribouilla plusieurs objets sans d'autres rapports les uns des autres que le mot "Takou". Puis deux nouveaux dessins importants, l'un avec le désormais fameux "Tantan" qui semblait bien indiquer une action de la part de Suja Kouma, et le retour du "tanra" que devais faire Trivière. Sauf que je n'y comprenais pas plus. Qu'était ce symbole étrange pour eux ? Si il me faisait penser à un 8, voire des lunettes, ou même le symbole de l'infini comme venait de le remarquer le fils d'Aer, je doutais que nous nous approchions de la réalité.

Jetant un regard perdu à mes compagnons, je réfléchissais intensément en me creusant la cervelle. Qu'était-ce censé vouloir dire ? Il y avait forcément une logique, quelque chose qui nous permettrais de trouver la signification de tout cela ! Le mot "takou" ? Même si il semblait désigner tout et n'importe quoi ? A moins qu'il ne soit tout simplement le mot désignant les dessins, auquel cas cela prenait une certaine logique !

- Peut-être, tentais-je d'une voix hasardeuse, nous invite-t-il à recevoir des objets permettant de symboliser quelque chose ...? Comprenant que ma phrase n'avait aucun sens, je tentais de m'expliquer : Peut-être que ce symbole de l'infini représente quelque chose que nous devrions recevoir avant de futurs échanges ? Regardez, sur la première image, l'homme n'en possède pas sur le visage, tandis que sur la deuxième, il semble l'avoir reçu du Kourouka. Cela pourrait donc signifier quelque chose que nous devrions faire ? Peut-être... un signe de paix ? Non, je ne comprends pas.

Je proposais des idées tout en sachant qu'elles n'étaient pas pertinentes. Je ne comprenais pas où en voulait venir l'Homme-lézard, mais j'essayais de me concentrer sur les avis des autres. Parfois, un autre regard sur la situation pouvait débloquer les choses, tandis que dans le cas présent, je ne trouvais rien de logique dans le langage de cette île.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Sheiko
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Wen_M
Date d'inscription : 23/08/2013
Messages : 44
Double Compte : Kamaël
Liens vers la fiche : Mon histoire
Elément : Air
Métier : Guide
Invocation(s) : Tarec'Mah, Fauve
Inventaire▲

Aventure #20 écrite Mer 4 Sep - 20:40

Le Silence.

Depuis le début de l'expédition, les occasions où j'avais brisé ce vieil ami étaient fort rare. A peine plus de quelques mots lors des présentations, le strict nécessaire afin de rester poli. Je n'avais pas pour habitude de m'étendre en inutiles paroles.
Comme celles qui s'étaient échangées la veille... Lors de l'incident des tortues, l'un des expéditionnaires, Léonard, avait trouvé la mort en se jetant à l'eau à la suite d'un matelot, apparemment pour le sauver.

Pour certains des hommes, il s'agissait d'un acte de courage, pour les demi-dieux d'une preuve de stupidité. Pour ma part, j'étais de l'avis des êtres divins : seul l'un d'eux aurais pu sauver le marin et s'en sortir indemne. Mais certaines personnes ont le bien-être des autres dans le sang, et agissent afin de le sauvegarder avant même qu'une once de réflexion ne les traverse. Mais à dire vrai, je n'avais que faire des raisons, il était mort et c'était tout. L'affaire était close. Je n'avais pas participé au service funéraire qui avait lieu le lendemain, car je n'y trouvais aucune utilité. Aucune intervention divine ne m'a jamais sauvé lors de mes traques et excursion. Seuls mes réflexes ou mes compagnons s'en sont chargés.

La question qui avait suivi la cérémonie, posée par Abel, m'avait bien fait rire : comment ne pas croire en l'existence des dieux, alors que, comme Trivière l'avait fait remarqué, leurs enfants marchent parmi nous ? Mais de là à croire qu'ils veillent sur nous ? Il y a un gouffre. Et apparemment, de part et d'autre de ce gouffre se tenaient, opposés, les demi-dieux et les hommes. Si je fus légèrement étonné de me trouver plus d'affinité avec les propos des deux lézards, je ne pris toutefois pas part à la discussion pour autant. Les avis étaient bien assez partagés, et le tendre romantisme humain semblait ne faire que réveiller la douleur millénaire de ces êtres qui furent emprisonnés contre leur gré. Mieux valait rester au-delà de toute cette discorde, qui risquait de nuire à la cohésion du groupe une fois sur l'île.

Ce matin, lorsqu'il avait fallu quitter le navire afin de fouler pour la première fois notre destination, c'est tout naturellement que j'avais chevauché Shanimir, avec son aimable assentiment, afin de grimper la falaise tandis qu'Ushiran faisait don de son corps pour acheminer deux autres personnes. Une fois que tout le monde fut en haut, je le remerciais d'un signe de tête appuyé pour ce sacrifice, sachant combien il avait dû lui coûter.

Et tout cela, je l'avais traversé dans un silence complet. Il était temps pour moi de sortir de ce mutisme. Je m'avançai légèrement, et pris la parole, sans hausser la voix, tandis que les méninges tournaient et que le silence régnait :

  Suja Kouma tantan oumane. Oumane fuka tanra. Kou kouroukas fuka brabra Oumane ? Oumane fuka akou kouroukas.

Achevais-je en désignant la longue-vue. J'avais tenté d'imiter au mieux l'étrange voix de l'homme-lézard, et m'était exprimé sur mes connaissances de leur langage, mais je ne savais pas si j'étais parvenu à me faire comprendre. Je me tournais ensuite vers mes compagnons et expliquait :

  "Je pense que le symbole n'a pas de signification particulière, et qu'il modélise juste une idée, un savoir. Sur la deuxième image, ce que l'on peut assimiler à l'humain détient alors cette idée, ce savoir en lui. Les bras levés montre le personnage faisant l'action. J'ai d'abord cru que Tanra, au vu de son dessin, signifiait rattraper, recevoir. Mais comment peut-on recevoir de celui qui enseigne ? En apprenant de lui. Je pense donc que Tanra signifie apprendre.
  Pour ce qui est de fuka... Je pense Suja Kouma que voici nous a démontré à la perfection qu'il pouvait grimper aux arbres, manger ou encore se battre. Fuka indique la possibilité, la capacité. Il vous demande si vous pouvez apprendre.
  Takou signifie dessin ou oeuvre, au vu de la façon frénétique avec laquelle il a dessiné toute sorte de choses. J'en déduirais donc, si mes traductions sont bonnes, que les votre étaient fausse, sans vouloir vous offenser, ce qui signifie donc que vous n'aviez pas compris ses dessins. Mara veut donc dire comprendre.
  Quand à Korrane... et bien, la seule que nous ayons grimpé jusqu'ici étant la falaise, je dirais que cela la désigne donc."


J'attendis un moment, laissant un court silence :

"Du moins, je pense..."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Mer 4 Sep - 20:42

En voyant la réaction de Suja Kouma, je fus forcé d'admettre que quelque chose m'avait encore échappé. Je revins donc sur mes premières réflexions, hochant négativement la tête aux différentes questions que me posaient l'invocation Kohaku et notre ami Copperfield. Je le sentais, nous étions passés grandement à coté de la signification des deux dessins qui devaient être liés d'une façon totalement différente. C'est après une introduction tout à fait inattendue que Sheiko se tourna vers notre groupe, et exposa son point de vue : le bon. Un large sourire s'étira en bordure de ma moustache :

- Vous pensez, eh bien je suis convaincus que vous pensez juste. Mon raisonnement était erroné, et vos différentes déductions sont bonnes. Sauf une peut-être.

Après un instant de pause pour vérifier la validité de mon hypothèse, je m'expliquai :

- Lorsque j'ai demandé si les Kouroukas pouvaient nous enseigner quelque chose, je pense que Suja Kouma ne m'a pas simplement demandé si nous pouvions apprendre. Cela, nous le lui prouvons en ce moment même. Je pense qu'il nous demande simplement de préciser quoi : fuka, c'est notre verbe vouloir. Alors, que voulons-nous apprendre ?

La meilleure possibilité pour valider mon idée était de la tester, je fis donc de nouveau face à Suja Kouma, estimant que les mots que lui avaient prononcé Sheiko devaient tout de même avoir du sens, même dans le cas avéré où il se serait mépris sur l'un d'eux.

- Ka, Oumane fuka tanra. Oumane fuka tanra kou... kou Kouroukas rane. Oumane fuka tanra kou Kourouka Bajâ rane.

N'ayant aucune idée de comment designer le haut ou la lévitation, je me contentais d'évoquer le ciel, et tendis la main vers l'île volante. Les éléments dont je disposai pour exprimer mes idées étaient encore bien minces, mais il me semblait que nous avions déjà franchi un pas. Il me tardait cependant de le confirmer :

- Kou Trivière mara Suja Kouma ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Abel de Nenil
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 47
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Mer 4 Sep - 20:42

Le Kourouka sembla tout content des deux dernières réponses qu'il avait obtenu des deux humains, Sheiko, qui avait été très discret jusque la, avait donné de bonnes traduction. Ensemble Trivière et Sheiko semblaient mieux s'en sortir, car après une discussion entre eux deux, Trivière posa une question assez cohérente à Suja Kouma. Suja Kouma préféra répondre d'abord à Trivière, car ce qu'il disait avait un peu plus de cohérence que ce que Sheiko lui avait dit, et répondre à Sheiko exigeait un langage plus complexe qu'il faudrait encore passer de longues minutes ensuite à expliquer, sans pouvoir dessiner pour aider ses explications. Il écouta attentivement Trivière, se tourna vers lui pour répondre.

"Suja Kouma Mara."

Il lui fallait cependant amener sa réponse avec quelques explications, sans quoi personne ne comprendrait rien. Trivière avait déjà eu bien du mal à formuler sa phrase, il n'était pas la peine de leur polluer l'esprit avec des mots kouroukiens trop compliqué. Il désigna d'abord le ciel.

"Bajâ" Puis désigna d'un geste la terre sous ses pieds "kechâ"

Puis il regarda vers la ville flottante.

"Janame rane rivi bajâ o kechâ. Janame lokan." Il s'approcha de Ushiran prudemment, désignant ses ailes, obtenu grâce au sort de Kohaku tout à l'heure :

"Oushirane lokan, kima ya"

Il pointa ses ailes du doigt en répétant le mot "kima", puis entreprit un petit dessin, semblant se prendre au jeu des dessins explicatifs.

"Janame lokan, Arr ya."

Abel s'approcha du dessin, comprenant un peu le sens de ce qu'il se passait grâce aux gestes que les différents protagonistes faisaient pour s'exprimer. Il reconnut bien la ville sur le dessin, et dit ironiquement :

"C'est donc cela le secret de leur ville flottante, une pieuvre géante invisible qui la maintient dans les airs ?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 753
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Mer 4 Sep - 20:42

La proposition du fils d'Aër quand à l'intervention de Ahmun fit un décevant flop. Piqué à vif par son échec le dragon entreprit d'analyser plus attentivement encore l'échange. Quelques mots se détachèrent de la conversation et peu à peu Kohaku parvint à déduire et enregistrer un vocabulaire très restreint. Cela constituait toute fois un début. Si " Suja Kouma" était le nom de l'autochtone présent, les mots suivants purent être déduits ensuite grâce aux diverses interventions humaines. Tanra : apprendre, Tantan = enseigner, Oumane se devinait à l'oreille, Fuka une notion de capacité ou de volonté, Kou semblait être une particule d'interrogation au vue de l’intonation des phrases ou ce son était prononcé. Vint ensuite de nouveaux mots à intégrer avec la dernière intervention du saurien bipède.

Baja = ciel, Kecha= terre, kima =ailes, Janame semblait être le nom de la cité flottante, donc il restait lokan, qui aux suppositions du dragon désignait le vol. Fort de tout cela le maître du vent s'essaya à l'exercice du parler local. Avec plus ou moins de succès selon comment réagirait Suja Kouma.

« Kou Janame lokan ? Kou Aër tantan kourouka lokan ? »

Ne sachant pas trop à quoi s'attendre, il dressa les oreilles aux aguets de la réaction du mortel écailleux.




Voix de Kohaku.
Comment bouge Kohaku:
 


Ordres d'Eleanör:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Mer 4 Sep - 20:42

L'énigmatique Sheiko brisa le silence de la réflexion en proposant sa théorie, qui était il fallait l'avouer tout à fait pertinente et du moins intéressante. Trivière abonda dans son sens et parla de nouveau à l'homme lézard, et voilà même que le Fils d'Aer Kohaku s'y mettait aussi. Nous souhaitions apprendre le secret de la lévitation extraordinaire de leur ville, et Kohaku demanda, si j'avais bien compris, si cela était rendu possible par la magie d'Aer. "Lokan", le seul terme que le Kouroukas n'avait pas explicité, semblait désigner la lévitation ou le vol. Quelque chose d'assez approchant je pensais.

Ce qui me déconcertait plus était le dessin : y avait-il quelqu'un ou quelque chose pour "porter" ainsi la ville ou était-ce juste une fantaisie artistique pour représenter le vol ? Je cherchais dans ma tête les différents termes pour essayer de l'interroger là-dessus, tout en songeant que l'aide de Mercor me serai bien utile afin d'avoir un interlocuteur avec qui confronter nos idées. Je me rappelais les premiers termes échangés et désignais la personne du dessin du doigt en demandant, maladroitement et d'un ton mal assuré :

- Kou.. Rane ? Kou Janame ? demandais-je en me retournant brièvement vers mes compagnons pour tenter de leur expliquer ma proposition (parce que si eux ne me comprenaient pas non plus, autant dire que je tournais en rond). J'aimerais savoir ce que représente cette "pieuvre géante" : peut-être la représentation mythique de leur ville ou une personne vivante, voire même un Dieu...

J'eus un sourire d'excuse au Kouroukas pour tenter de me faire pardonner le massacre certain de sa langue que je venais de lui offrir et me reculais quelques peu en informant Abel de Nenil de ma volonté d'invoquer Mercor, qui était un assistant des plus doués dans les enquêtes policières. Je remarquais alors que je ne savais guère comment m'y prendre, et que l'on me l'avait jamais expliqué. Sur le moment, j'avais assumé que prononcer son Nom suffirait, mais serait-ce suffisant ? Comme cette enquête, c'était ce que nous allions voir et découvrir...

- Mercor, Fils d'Ignis, j'ai besoin de toi, viens à moi le plus vite possible.

Devais-je ajouter quelque chose ? Je ne savais pas. Au pire je demanderais, un peu honteux, à mes camarades, mais j'espérais ne pas en arriver là. Au moins avec Mercor, les choses seraient plus simples ! Toutes mes enquêtes me paraissaient facilitées depuis son arrivée au point que je me demandais ce que j'avais attendu pour avoir une telle invocation.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Sheiko
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Wen_M
Date d'inscription : 23/08/2013
Messages : 44
Double Compte : Kamaël
Liens vers la fiche : Mon histoire
Elément : Air
Métier : Guide
Invocation(s) : Tarec'Mah, Fauve
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Mer 4 Sep - 20:44

Certains des nouveaux mots qu'utilisa le kourouka ne posaient aucun problème, grâce à ses explications. Parmi ceux-là se trouvaient la kechâ, la terre, ou kima, les ailes. Le sens de lokan, évoquant le vol ou la lévitation, en faisant également parti, quoiqu'une traduction plus précise semblait impossible pour le moment.

D'autres, à l'inverse, posaient plus de problème, tels que rivi ou ou Arr. Toutefois, Arr, à l'insu de rivi, sembla s'expliquer bien rapidement, entre autre grâce au dessin de Suja.

"Nous allons peut-être rencontrer un Dieu... Ou alors l'une de ses plus proches créations. Les ailes, kima, aident Ushiran à voler. Pour la ville, cette aide est "Arr". Les ailes d'Ushiran, toutefois, sont temporaires, nous le savons, car due à la magie de Kohaku. Or, cette ville semble voler sans interruption depuis très longtemps. Après tout, elle volait déjà lors de la première expédition, si je ne me trompe pas. Alors je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je ne connais aucune entité qui soit, actuellement, capable de faire voler une telle masse ne serait-ce que quelques minutes, alors des années... Je ne vois qu'un dieu pour cela. Et pas n'importe lequel : Aër..."

Rivi, toutefois, restait obscur en mon esprit... Appartenir, Attacher ? N'étant pas sûr de mes déductions, je restais cependant muet, d'autant plus que ce mot ne semblait pas être le centre de leur préoccupation. Je préférais répondre aux interrogations de Viltys. Je m'exprimais en Kourouka, afin que Suja puisse me corriger si je me trompais. Je pointais tour à tour la ville, puis l'entité qui semblait la porter :

"Janame Rane. Arr rane."

Je levais les yeux vers Suja, demandant une confirmation d'un regard. Mes gestes ne tremblaient pas, assurés comme toujours, mais ce calme ne reflétait en rien ce que je ressentais en cet instant. Je vibrais intérieurement avec la puissance d'une corde d'arc à peine relâchée. La situation dans laquelle nous nous trouvions était exactement ce pour quoi j'avais voulu devenir guide. Nous étions peut-être sur le point d'assister à un évènement sans précédent, encore jamais vu par aucun autre humain...
▲ Succès ▲


Dernière édition par Sheiko le Mer 4 Sep - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée par le Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: L'Île Inconnue :: la Forêt-