L'urgence vaut bien le déplacement

Partagez| .

L'urgence vaut bien le déplacement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Dim 19 Aoû 2018 - 19:57

L'urgence vaut bien le déplacement

Tous les récents événements avaient eu raison de mon énergie d'une manière que je n'avais même pas envisagée. L'épisode Saen passé, j'étais resté à Heilan quelques temps, cherchant à nouveau la solitude. Durant quelques nuits d'affilés j'avais dormis une dizaine d'heures, en me défaisant toujours très difficilement du lit. J'aurais peut-être dû rentrer à Sirk plus rapidement, mais j'avais la nette impression d'avoir besoin de cette petite accalmie pour me reposer. Mais bien vite, les choses allaient devenir plus complexes encore.

À ce moment là, j'entendis qu'on frappait à ma porte. C'était Sig, sa voix était anormalement tremblante. Je la laissais entrer, elle était pâle et hésitante, fuyant mon regard alors que j'essayais désespérément de rattraper le sien. Elle se décida finalement à me demander de la suivre, jusqu'à sa chambre. Son état était anormal et j'ai, évidemment, commencé à m'inquiéter jusqu'à ce que je comprenne la raison évidente de son mal-être.

Devant moi, sur le lit, gisait Hedda. Elle était pâle, bien plus que sa mère. Sa peau ruisselait de transpiration et elle gémissait à chaque seconde, gesticulant avec une difficulté qui crevait les yeux. Sig s’essaya à ses côtés et épongea son front, tremblante d'inquiétude.

❝ Je ne voulais pas t'en parler avant, tu voulais rester seule. On a essayé de trouver de quoi la soigner avec les autres, mais rien n'y fait. Personne ici n'a pu trouver ce qu'elle avait. ❞

J'observais la scène qui se peignait devant moi, écoutant la voix lointaine de Sig. Sa fille était très mal en point et elle n'avait pas souhaité me déranger pour ça, parce que j'avais demandé à être seule. Mon souffle se coupa net et mon cœur tambourinait dans ma poitrine, mon regard était vitreux. Un sentiment de culpabilité transperça ma gorge. Ce n'était pas ce que j'avais voulu, loin de là. Mettre de côté la santé d'un des miens en faveur de mes caprices. Non. Il fallait que j'arrange ça, au plus vite.

❝ À la Capitale. On aura plus de chance de trouver quelqu'un capable de la soigner là bas. ❞

En disant ça, mon regard retrouva celui de Sig. L'idée de retourner à Lüh ne m'enchantait évidemment pas du tout. Mais la situation ne présentait pas d'autre alternative. Si un village comme Heilan n'avait pas de solution, tous les autres n'en aurait pas non plus. Il fallait donc se rendre à la Capitale, là où les moyens étaient plus grands que n'importe où ailleurs.

❝ Je viens avec toi. ❞

Je hochais la tête et sans plus de réflexion, je retournais rapidement à ma chambre, attrapant l'Indomptée que j'attachais à ma ceinture. On avait intérêt à voyager plus léger que d'habitude, histoire de ne pas éveiller trop de méfiance. J'attrapais aussi ma bourse, les soins ne seraient sûrement pas gratuit.

Retrouvant ensuite Sig, je la laissait installer Hedda sur mon dos, avec le plus de délicatesse possible, lui permettant de rassembler ses affaires elle aussi. Sans plus de discussion, nous quittions la chambre pour ensuite dévaler l'escalier. Amalrik nous arrêta de justesse, avant la porte de sortie nous questionnant, inquiet et surpris.

❝ Pas le temps de discuter Amalrik, on va à la Capitale pour soigner Hedda. On revient dès qu'elle sera remise. ❞

Il nous laissa filer, nous gratifiant d'un simple hochement de tête bienveillant. D'un pas rapide, nous trouvions les portes d'Heilan pour nous retrouver dans les Landes où j'appelais Galifey. Apparaissant devant nous, je lui expliquais rapidement la situation. Puis, après avoir pris place sur son dos, il décolla à vive allure, certainement bien conscient de l'urgence de la situation.

Il ne nous fallu que quelques heures pour arriver aux abords de la Capitale. Galifey nous déposa non loin, nous laissant finir à pied histoire de ne pas trop attirer l'attention. Je le laissais filer, lui intimant que je le rappellerais une fois que tout ça serait réglé. La fin de l'après midi était proche et j'espérais que ça n'allait pas nous mettre des bâtons dans les roues.

Pénétrant dans la ville à vive allure, Hedda toujours sur mon dos, moi et Sig nous séparions de quelques mètres, avant de questionner les passants. Plutôt rapidement, on nous indiqua un institut dans lequel était formé des médecins, à quelques rues d'ici. Sans attendre, nous emboitions nos pas jusque là bas, arrivant au bout de quelques minutes.

La porte était heureusement encore ouverte malgré l'heure qui commençait à être tardive. Hedda sur mon dos, gémissait encore un peu plus, alors je m'engouffrais dans la pièce, suivit de Sig. Connaissant mon peu de délicatesse, surement, Sig prit la parole elle même, cherchant le regard des personnes présentes.

❝ S'il vous plait, aidez nous. Ma fille est très malade, je vous en prie, elle... elle... ❞

À l'évidence, sa détresse lui faisait perdre ses mots. Moi, j'étais essoufflée mais surtout un peu plus agacée qu'elle face à l'inertie ambiante. Mais je n'avais pas intérêt à me montrer brutale ou suffisante alors, reprenant une bouffée d'air, je m'exprimais.

❝ On a de quoi payer, vous en faites pas pour ça. ❞

Je tournais quelque peu mes hanches pour leur faire voir ma bourse pleine, histoire de les rassurer un peu sur le fait qu'il n'allait pas travailler pour rien et qu'on ne demandait pas la charité non plus. Là, ça commençait à bouger un peu plus, ce qui m'arracha un soupir nerveux.
Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Sam 25 Aoû 2018 - 22:03

La jeune femme se réveilla avec un bâillement très peu élégant. Après des jours de marche et de chevauché, elle avait enfin regagné le cocon familial, et Ari avait accepté de l'héberger chez elle quelques jours. Alors, bien installée dans la chambre que lui réservait son jumeau, roulée en boule sous les couvertures, elle venait d'être tirée du sommeil par les rayons rassurants du soleil. Encore une fois, la mention mental de rayon lui arracha une grimace et un début de migraine. L'épreuve de Pru'ha avait laissé ses marques sur son pauvre esprit, et une constante frustration restait au souvenir de la dernière énigme.

Tel un félin, elle s'étira doucement, dénouant ses muscles et analysant la provenance de certaines douleurs. Des courbatures aux jambes et au fessier. Voilà qui était très distingué, pour une demoiselle de son rang.

Un peu frileuse, elle laissa ses pieds glisser sur le sol froid, et attrapa une couverture plus fine qu'elle installa sur ses épaules. Il lui arrivait si rarement de dormir dans un tel luxe, qu'elle en profitait au maximum à chaque fois. Bien sûr, son jumeau se faisait un plaisir de l'accueillir, elle le savait, mais elle ne voulait pas se mettre en travers de son chemin ou lui poser problème. Elle n'aimait pas être dans ses jambes pendant qu'il travaillait, même si elle essayait de prendre le moins de place possible. Bien sûr, elle avait sa propre maison, mais elle n'y avait jamais posé le moindre meuble, et elle se sentait bien plus chez elle près de son frère. D'ailleurs, elle avait tellement de choses à lui raconter qu'elle ne pouvait tolérer de passer la nuit loin de chez lui et de devoir attendre des centaines d'années avant de devoir lui parler. En plus, il serait tellement heureux d'apprendre sa reconversion !

Elle descendit les escaliers et dans le salon, une jeune femme lui servit un déjeuner de choix. La famille avait offert une employée de maison à Ari à son dernier anniversaire, malgré que son frère ait insisté sur le fait qu'il se débrouillait très bien tout seul. Leurs parents tenaient beaucoup aux apparences, et à la Cour, mieux valait asseoir sa richesse. En mangeant, la jeune femme pensait au fait qu'elle avait vite devoir se faire à ce mode de vie si elle voulait reprendre le flambeau des Kor'lenter. Elle allait devoir apprendre à déléguer aussi, si elle ne voulait pas perdre sa vie à la mer. Sur le coup, elle aurait probablement besoin de l'aide de Pru'ha et de son frère, si il acceptait son super plan.

Lorsqu'elle eut finit de satisfaire son appétit, la jeune noble revêtit une robe aux couleurs de sa famille, le violet et le rouge, puis descendit prestement dans la rue, pleine d'entrain. Elle savait qu'Ari était occupé toute la journée, et elle se ferait un plaisir d'aller le voir dans la soirée. En attendant, elle voulait juste profiter de la ville.

Elle passa la première partie de la journée à déambuler sur les quais et à parler aux marins et aux capitaines qu'elle avait pu trouver. Elle voulait commencer par acheter des navires marchands pour monter son commerce, et elle voulait se renseigner au maximum de faire quoi que ce soit. Peut-être qu'elle attaquerait ses concurrents avec la Reine, juste pour se faire un peu plus d'argent. Ce serait une démarche dénuée d'éthique que plusieurs personnes désapprouveraient certainement -et elle ne pensait à personne en particulier bien sûr- mais une démarche intelligente tout de même. Mais bon, pour le moment elle était loin d'avoir le moindre concurrent.

Après un repas rapide au marché, elle se mit en direction de l'atelier de couture de sa mère. Elle savait que sa soeur serait probablement dans les alentours si elle n'était pas en service. Elle ne voulait pas s'attarder inutilement, mais elle se faisait toujours un plaisir de venir embrasser sa chère maman quand elle passait en ville. Son père était toujours plus dur à trouver, alors elle devait souvent abandonner l'idée de lui faire bonjour. Pourtant, aujourd'hui semblait son jour de chance, puisque ses deux gardes dorés préférés étaient à l'atelier, buvant le thé avec sa mère. Elle entra avec grâce, les saluant d'un sourire et d'un hochement de tête. Comme à son habitude, sa grande soeur la dévisagea et se montra froide, tandis que ses deux parents l'accueillaient à bras ouverts.

Elle passa l'après-midi avec eux puis les quitta pour rejoindre son frère. Bien sûr, elle connaissait par coeur le chemin jusqu'à l'Institut, et quelle ne fut pas sa surprise d'arriver à la suite de la charmante femme de l'épreuve de Galifey. Une nordiste ici, à Lüh ? Et en plus une nordiste exhibant sa bourse et la gamine dans ses bras ? Elle finit par comprendre la situation, après quelques secondes, et s'approcha, pleine de l'allure noble qu'elle se donnait quand elle portait les armoiries des Kor'lenter.

《 J'espère que vous avez une bonne raison pour rester ainsi immobiles ? Cette jeune femme est avec moi. Allez chercher Ari, nos invités méritent le meilleur des traitements. 》

Elle s'avança, se dévoilant elle et ses couleurs. Immédiatement après qu'on l'eut reconnu, deux des hommes dans la pièce se jetèrent vers les escaliers, desquels déboula Ari quelques minutes plus tard. Son frère, physiquement, lui ressemblait énormément, si ce n'est que ses traits étaient beaucoup plus doux, loin d'avoir été malmenés comme ceux de la pirate. Il avait un regard simple et bienveillant, et un sourire avenant. Elle espérait qu'il mettrait la nordiste en confiance, ainsi que la mère qui semblait apeurée.

《 Ari, pourrais-tu prendre soin de cette petite ? Ces femmes sont... des amies. 》

Elle avait dit cela pour éviter les questions, certainement pas pour une autre raison, et elle espérait que ce serait bien compris par les nordistes. Son frère n'hésita pas une seconde, bien trop heureux de se rendre utile, et demanda à la mère de la suivre, tout en prenant l'enfant dans ses bras. La jeune noble se tourna ensuite vers la nordiste aux cheveux blonds.

《 Ne vous en faîtes pas. Mon frère est l'un des meilleurs, l'enfant est entre de bonnes mains. 》

Elle lui avait dit ça d'une voix posée, très douce, mais avec un regard un peu... analytique. Elle observait cette femme sans vraiment comprendre ce qui la rendait particulière. Était-ce l'énergie qu'elle dégageait ? Aucune idée, mais Ezelya était déterminée à la découvrir, alors elle inclina doucement la tête en désignant les marches.

《 En attendant son rétablissement, que diriez-vous d'une tasse de thé ? 》
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Dim 26 Aoû 2018 - 20:13

L'urgence vaut bien le déplacement

La seconde d'après, j'entendis une voix derrière moi puis j’aperçus du coin de l’œil une femme se rapprocher, à l'allure noble et à la gestuelle qui allait avec. Mon regard nerveux glissa sur elle, du bas vers le haut, avant de se stopper net sur son visage. Visage que je connaissais évidemment assez bien, pour l'avoir détaillé il n'y a pas si longtemps. Ses simples paroles avaient fait bouger bien plus que ma bourse. Je ne la quittais pas des yeux durant les quelques minutes qui suivirent, la fixant sans ménagement ni gêne, quoi qu'avec un peu de méfiance. Sig l'observait aussi, mais détaillait tout autant mon attitude qui lui paru sans doute étrange.

Un homme déboula des escaliers et je virais à présent mon regard vers lui. Ses traits étaient étrangement semblables à la femme, à qui je jetais un œil histoire de comparer et alimenter mes suppositions. Il s'approcha de nous avec un air bienveillant, mais il m'en fallait plus pour accorder le moindre crédit à qui que ce soit. J'avais d'ailleurs, par instinct, reculé d'un pas à ce moment là, tenant plus fermement Hedda dans mes bras. La femme demanda à ce Ari de prendre soin d'elle, en nous qualifiant d'amies. Un mot qui me fit brusquement tourner la tête vers elle avec un air plus que tendu. Qu'entendait-elle par là et pourquoi ainsi mentir ? Simplement pour nous venir en aide ? Ça m'étonnerait.

Je le laissais alors prendre Hedda, avec une méfiance non dissimulé. Sig avait attrapé mon bras, délicatement mais avec une tension palpable. Elle avait peur, je le sentais, et c'était normal. Une fois qu'Hedda trouvait les bras de l'homme, Sig laissa glisser ses mains jusqu'à la mienne qu'elle attrapa et serra avant qu'il ne l'invite à le suivre. Elle me lança un regard désemparé et inquiète. Pour seule réponse, je la regardais avec autant de douceur que possible en serrant ma main sur les siennes, la laissant partir. Je l'observais s'éloigner et me lancer quelques regards alors que la noble à mes côtés essayait de me rassurer sur les compétences de son frère. Certainement jumeau au vue de la ressemblance. Je laissais échapper ma réponse dans un souffle, acerbe et nette, assombrissant mes traits.

❝ J'espère pour vous... ❞

Ça avait surement l'air d'une menace et s'en était peut-être une, mais qu'importe comment elle allait prendre la chose. Elle me proposa ensuite une tasse de thé, invitation suffisamment surprenante pour qu'elle regagne mon attention pleine et entière, la détaillant me désigner l'escalier. Je parvins à contenir une réponse des plus vives, difficilement. Est-ce que j'avais l'air d'avoir envie de boire un thé alors que la fille de Sig était à l'article de la mort ? Je ne crois pas. Mais avais-je seulement le moindre intérêt de réponse aussi sèchement à quelqu'un qui venait de nous venir en aide, aussi noble soit-elle ? En d'autres circonstance, je n'aurais pas fait la moindre manière mais là, il s'agissait de Sig et Hedda, je ne pouvais pas seulement laisser exploser ma rage sans réfléchir aux conséquences.

Quelques secondes de silence, pendant lesquelles je la fixais, s'installèrent à la suite de sa proposition. Je baissais ensuite les yeux, quelque peu résignée.

❝ Si c'est ce que vous voulez. ❞

Ma mâchoire se serrait une seconde, exprimant ma peine à être si docile et complaisante. Je fixais ensuite les dit escaliers, attendant qu'elle emboite le pas pour le suivre. A sa suite, je la détaillais plus amplement avec des yeux des plus méfiants. C'était la deuxième noble qui avait l'air de vouloir m'aider, d'une quelconque manière. C'était le genre de plaisanterie du destin dont j'avais horreur, moi qui détestais ce monde de faux-semblant. Je l'avais quitté il y a bien longtemps et je ne m'en portait que mieux. Pourquoi fallait-il que le destin m'oblige à le côtoyer ? A cette pensée, je laissais s'échapper un soupire bruyant et profond.
Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Lun 3 Sep 2018 - 14:35



Le ton menaçant de la nordienne ne fit absolument rien à Ezelya. Depuis le temps qu'elle côtoyait Pru'ha, elle avait appris à ne plus faire trop attention. Elle savait -ou du moins croyait savoir- que plus un chien aboyait fort, moins sa morsure faisait mal. Pas qu'elle ferait l'insulte à la jeune femme de la sous-estimer, mais la menace sonnait plus comme une façon de se défendre qu'une véritable mise en garde. Si l'enfant ne survivait pas, ce dont Ezelya doutait assez pour ne même pas l'envisager sérieusement, ce ne serait la faute de personne ici. Certaines âmes étaient destinées à partir. Bien sûr, mère de son état, la jeune noble espérait que rien ne viendrait perturber le rétablissement de la pauvre enfant. Et sa mère, qui semblait terrorisée... Ezelya espérait qu'Ari saurait la mettre à l'aise. Lui avait-il proposé une boisson chaude, au moins ? Elle espérait que oui, et qu'elle pourrait attendre la conscience tranquille avec un bon thé. La jeune noble se serait bien installée avec elle, tenant sa main comme si la vie de ses propres enfants étaient en danger -ce qui était peut-être le cas-, mais elle ne voulait pas rater l'occasion d'avoir une petite discussion avec la femme qui l'avait intriguée. Dans tous les cas, son coeur allait à cette mère effrayée. Probablement qu'elle n'avait pas l'habitude de la capitale, et qu'en territoire inconnu, elle avait encore plus peur pour la vie de sa fille.

Ezelya eut un faible sourire à la réponse de la nordienne. Au moins elle ne refusait pas son offre. Elle s'y serait peut-être attendue un peu, au vu de sa menace et de l'aura qu'elle dégageait, et auquel cas elle n'aurait pas hésité à discuter ici, à l'entrée de l'institut. Au moins, en haut, elles auraient de l'intimité. Elle ne voulait pas garder son petit masque de mademoiselle parfaite plus longtemps. Elle avait beau vouloir rejoindre activement la noblesse, elle ne se ferait probablement jamais à ce corset qu'il fallait porter en tout temps autour de l'esprit. La sincérité de la vie de marin était quelque chose qu'elle aimait plus que tout. Réfréner ses pensées seulement pour plaire, c'était à en tomber malade. Elle le faisait par obligation, et aussi parce qu'elle avait l'habitude de son double jeu constant... Pas par plaisir, loin de là.

Doucement, sans se presser -peut-être voulait-elle mettre la nordienne à l'aise de cette façon ?-, elle s'avança dans les escaliers. Elle laissait l'inconnue appréhender les lieux à son rythme, espérant qu'elle ne se vexe pas ou qu'elle n'angoisse pas. Elle aurait compris ces deux réactions, et ne savait pas du tout quelle approche adopter avec cette femme pour les éviter. Son premier jet serait probablement brouillon, et peut-être la vexerait-elle sans s'en rendre compte, mais l'important était qu'elle ne pensait pas à mal. Au contraire.

Lorsqu'elles arrivèrent à l'étage, elle guida la femme jusqu'au petit bureau de son frère. Ayant l'habitude de ses visites surprises, il avait fait installer une petite table basse ainsi que des chaises et des canapés absolument confortables. Ezelya aimait cette pièce, en partie parce qu'elle avait aidé à la décorer, et aussi parce qu'il y avait cette grande bibliothèque chargée de livres. Elle se sentait à l'aise ici, un endroit au coeur de la cité mais tellement isolé du monde de la noblesse... Elle venait y lire, ou simplement embêter son jumeau. Par moment, elle se disait qu'elle devait rattraper toutes ces années où elle était partie, comme si leur complicité devait se broder à nouveau, puis elle réalisait qu'il n'en était rien. Leur relation n'avait jamais changée.

《 Je peux vous demander d'attendre une seconde ici ? Je vais aller chercher à boire. 》

Elle se doutait que seule dans un endroit inconnu, la nordienne ne pourrait qu'être tendue, mais elle voulait lui offrir à boire. Bon, si ça avait été de son seul ressort, elle aurait offert quelque chose d'un peu plus... fort... que du thé. Elle savait très bien que les médecins gardaient de l'alcool quelque part dans l'institut, pour célébrer leurs avancées médicales. Enfin...

《 Je serais de retour dans quelques minutes. 》

Cela sonnait étrangement comme une promesse solennelle, mais Ezelya ne resta pas assez longtemps immobile pour se poser de questions. Elle disparut dans les couloirs, descendit au rez-de-chaussé, et prépara rapidement un breuvage doux. Quand elle revint dans le bureau, son regard commença par analyser la position de la nordienne. Elle était encore debout. Avait-elle seulement bougé depuis qu'elle l'avait laissé ? Ezelya nota que son regard semblait tourné vers la fenêtre. Avait-elle été l'observer ? Devait-elle l'informer sur le nom de la rue sur laquelle on avait vue ? La jeune noble se demanda si l'inconnue évaluait les lieux pour trouver des issues si jamais quelque chose tournait mal. Se sentait-elle prisonnière ici ? En danger ? À bien y penser, c'est comme cela qu'elle se serait sentie si l'Écarlate avait été invitée dans un petit bureau au premier étage d'une bâtisse inconnue.

Elle aurait probablement du l'inviter à marcher en ville, à la place... Ou autre ?

Ezelya posa le service à thé sur la petite table avec un sourire. Pas un sourire de bonne femme aimable, juste un sourire tranquille. Elle servit le breuvage et posa une tasse du côté de la nordienne. Elle ne voulait pas la lui mettre dans les mains sans lui laisser le choix. Qu'elle décide de boire ou pas, la jeune noble n'en avait rien à faire.

《 Bon, maintenant que nous sommes seules et que j'ai empoisonné votre thé... 》

Elle s'arrêta pour guetter la réaction de la nordienne, le rire au bord des lèvres. Elle se trouvait très drôle, et espérait détendre l'atmosphère. Enfin, elle espérait surtout une réaction sincère de la jeune femme plutôt que des paroles contenues.

《 Pourquoi ne pas me dire votre nom ? Ou du moins... un nom. Ce serait sympathique de ne pas vous appeler "la nordienne". 》

Elle restait debout par respect, pour ne pas mettre l'inconnue mal à l'aise en s'asseyant. Elle espérait qu'elles en viendraient à utiliser les canapés ou les chaises, mais pour le moment, ça ne la dérangeait pas de rester debout, l'épaule légèrement appuyée contre le mur.

《 Vous permettez que je vous tutoie ? 》

Bien sûr, elle avait dit ça sur un ton léger, comme si cela ne la dérangeait pas, mais en réalité, le vouvoiement lui tapait sur les nerfs. Elle avait l'habitude de tutoyer les gens, peu importe leur statut. Après tout, qu'était un titre quand une lame se tenait contre votre gorge ? La pirate savait que tous les humains se ressemblaient, et qu'il suffisait d'un geste précis pour en finir avec eux. Devant la mort, tous étaient égaux. Enfin, c'était là son avis.

Doucement, elle prit une gorgée de son thé.




▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Jeu 6 Sep 2018 - 12:19

L'urgence vaut bien le déplacement

Nous arrivions donc, après cette marche lente, dans cette pièce finement décorée. Un bureau visiblement, à en croire les meubles qui y était installé. Je laissais mon regard parcourir la pièce, rapidement, sans grand intérêt pourtant. C'était là le genre ameublement beaucoup trop surfait pour moi, trop inutilement travaillé pour être réellement nécessaire. Mais en revenant à la Capitale, je m'attendais toujours à ce genre de désagrément. Mon regard, lui, revint bien vite sur cette femme qui depuis notre première rencontre fugace, n'avait de cesse de m'intriguer. Sans savoir franchement pourquoi, mais quelque chose me troublait chez elle. Je me mis alors à la détailler, elle et son visage comme je l'avais dans la prison de Galifey. Quelques secondes, tout au plus, avant qu'elle ne m'invite à rester là le temps qu'elle aille chercher à boire.

Je n'acquiéssais que d'un simple hochement de tête, le regard dur, avant qu'elle ne quitte la pièce et mon champs de vision. Ma pression se relâcha alors en une seconde, dans un soupire profond et bruyant. Qu'est ce qui m'avait pris d'accepter son invitation, sans même savoir qui elle était et surtout ce qu'elle pouvait bien me vouloir ? On invitait pas quelqu'un de mon apparence à boire un thé sans raison, surtout en étant de son statut à elle. Ca me rappelait étrangement ma rencontre avec Evanna, alors qu'il n'y avait pas grand chose de semblables émotionnellement. Je n'avais pourtant pas envie de me questionner davantage à ce sujet, j'avais d'autres préoccupations. Hedda et Sig notamment et cette simple pensée ranimée, mon corps tout entier se crispa à nouveau, fronçant mon visage dans des traits plus que nerveux.

Alors que j'attendais encore, je fis rapidement le tour du bureau, plutôt petit finalement et me dirigea vers la seule fenêtre. J'observais au travers, jaugeant l'espace qui la séparait du sol. C'était un peu haut, mais largement faisable s'il fallait passer par là. Oui, j'étais méfiante, je l'avais toujours été et de tout le monde, surtout ceux de son genre. Je revenais alors à ma position initiale, laissant mes pensées s'échapper par la fenêtre en observant le ciel. C'est à ce moment que la femme se décida à réapparaître, plutôt discrètement, ramenant rapidement mon regard à elle. Je l'observais faire, s'avancer, poser une tasse sur la petite table et s'approcha de moi, la deuxième à la main. Je sentais alors mon cœur s'emballer et mon regard se faire d'autant plus sombre. Elle s'arrêta finalement assez loin et déposa seulement la tasse sur le bureau, près de moi.

Sa plaisanterie me fit tiquer, nerveusement, voir m'avait surprise dans un bref mouvement de recul. J'observais mon thé, puis elle même d'un air contrarié. Ca ne m'avait pas fait rire non, mais je doutais sérieusement de la véracité de son aveux. Je soufflais alors, détachant mon regard du sien un seconde, quelque peu contrarié. J'étais bien trop tendue pour apprécier le moindre humour, aussi bon soit-il. Elle me demanda alors mon nom, ou un nom. Je laissais pourtant le silence s'installer, sans lui répondre, la fixant simplement d'un regard soutenu. Elle continua alors en me demandant ma permission pour me tutoyer. En avait-elle seulement besoin ? Il est vrai que moi même je n'employais que rarement le vouvoiement, à part pour les gens de la Haute. Ce qui était à la fois étrange et incompréhensible. C'était sans doute simplement une barrière que je tenais à mettre en eux et moi.

Là encore, je ne répondis pas dans l'immédiat, me contentant de l'observer elle et ses lèvres se poser sur le rebord de sa tasse chaude, puis sa gorge déglutir. Là, je me détournais, simplement, attrapant le haut de ma tasse du bout des doigts. C'était chaud, mais trop peu pour être douloureux. Je m'avançais alors vers elle et attrapa la sienne de ma main libre, de la même façon. Je la remplaçais par la mienne, presque délicatement, avant de me reculer, l'air de rien, reposant mes fesses sur la tranche du bureau en bois. J'entrepris de boire une gorgée, m'attelant à déposer mes lèvres là où les siennes siégeaient avant, la fixant silencieusement. Puis je la reposais à mes côtés, simplement. Le goût du thé m'était assez peu connu pour me surprendre, mais c'était agréable, je dois bien l'avouer.

Je m'installais alors un peu mieux sur le bureau, croisant mes jambes tendues et mes bras sur ma poitrine, la fixant de nouveau, légèrement moins nerveuse mais le regard toujours ferme.

❝ Rappelle moi le tiens, de nom, pendant que je cherche le "mien". ❞

J'avais oublié le sien oui, ma mémoire était de toutes façons toujours très mauvaises à ce sujet. Mais je n'allais pas donner le mien si facilement. Je ne savais pourquoi, je le défendais avec hargne à chaque fois qu'on me le demandait. Surement à cause de ses origines... Mes paupières se plissaient quelque peu, comme pour mieux guetter ses réactions et sa possible réponse. Puis je continuais, simplement, lui accordant silencieusement le droit de me tutoyer puisque je l'avais fais sans me priver.

❝ Qu'est ce que tu me veux, exactement ? ❞

Cette question s'était échappée dans un souffle. Ma tête se penchait légèrement sur le côté, plutôt intriguée je dois dire. Cela m'étonnerait fort que passer quelques instants avec moi à boire du thé soit la seule chose qui l'animait aujourd'hui. Mais si c'était le cas, je n'avais rien à faire ici. Alors, pourquoi ? Mon regard s'intensifiait et plongeait dans le sien, sans retenue, attendant sa réponse.
Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Mer 19 Sep 2018 - 3:04



Si elle s'attendait à ça.

La nordienne venait d'échanger leurs tasses, comme si de rien n'était, avec la nonchalance d'une habituée, et Ezelya avait trouvé ça particulièrement amusant. Encore plus quand elle avait vu que la jeune femme posait ses lèvres à l'exact endroit où elle avait bu.

Elle retint plusieurs commentaires, comme un merveilleux « Ah ! Tous mes plans sont déjoués ! » ou encore un « Ce que c'est romantique, un baiser indirect ! », se contentant de hausser un sourcil avec un sourire en coin. Si l'échange de tasse la mettait à l'aise, alors tant mieux. La noble se contenta de boire une nouvelle gorgée, le regard toujours le plus doux possible pour préserver son invité. Elle aimait les quelques minutes qu'elle venait de passer en sa compagnie, et elle espérait que rien ne se mettrait soudainement à virer au chaos.

Bon, bien sûr, elle se vexa un tout petit peu quand la nordienne lui demanda son nom. Elle avait espéré faire une assez forte impression pour qu'on se souvienne d'elle, mais apparemment non. Elle répondit sans s'en formaliser, pourtant, et garda son petit sourire et son regard vagabond, explorant ce joli minois dont la beauté recelait plus du mystère que d'autre chose.

《 Pardon, j'aurais du me présenter plus tôt. Je suis Ezelya. Ezelya Kor'lenter, même si peu de gens m'appellent comme ça. 》

Elle ne voulait pas s'étaler sur son histoire compliqué, mais spécifier que son nom de noble lui était de peu d'utilité lui semblait un bon point. Elle avait le sentiment, et peut-être aussi le bon sens de penser, que la noblesse mettait la jeune femme mal-à-l'aise. Peut-être qu'elle se sentirait mieux si Ezelya lui avouait être étrangère à ce monde là. Bon, pas qu'elle n'y soit pas rattachée par des chaînes invisibles et incassables, mais elle s'en sentait tout de même éloignée. Pas de surprise quand on connaissant son histoire.

À la deuxième question de la nordienne, Ezelya prit un temps de réflexion avant de répondre, puis elle alla simplement avec la plus grande franchise qu'elle pouvait se permettre.

《 J'ai besoin de vouloir quelque chose de toi pour pouvoir te parler ? Si c'est le cas, désolée, mais tu aurais du me le dire avant... J'aurais probablement trouvé une raison de t'aider autre que ma simple bienveillance. 》

Bon, en fait c'était peut-être un peu un mensonge. Elle se rattrapa avec nonchalance, sans perturber son discours pour autant.

《 J'avoue que tu m'as intrigué quand on s'est croisée dans le Temple. J'espérais te féliciter pour Galifey à ta sortie, mais tu es partie bien vite... Te croiser ici de tout endroit, c'est une occasion à ne pas rater. Du moins je crois. Peut-être que mon intérêt honnête pour ta personne est dur à avaler, mais je n'ai pas l'habitude d'avoir à me justifier pour engager la conversation. 》

Elle haussa les épaules et prit une autre gorgée, son regard dérivant vers la fenêtre, et son esprit tendant les doigts vers la mer, dénouant lentement les fils de son corset mental.

《 Je n'ai pas non plus l'habitude d'aider les gens, alors ne pense pas que je l'ai fait pour toi. Oui, je voulais une chance de te parler, par pure envie, mais je n'ai pas apprécié la façon dont vous avez été reçues. Mon frère est estimé ici, et je le suis donc aussi. On ne traite pas les clients de cette manière. Pas les clients qui ont les moyens de payer, en tout cas. 》

Son regard se tourna brièvement vers sa bourse, mais elle évita le moindre commentaire. Elle ne lui offrait pas les soins, loin de là, et Ari aurait tôt fait de mettre un prix sur le traitement. Elle connaissait son frère alors elle savait d'avance que le prix serait sans doute allégé, mais la nordienne ne s'en sortirait pas gratuitement. Peut-être pensait-elle que la noble voulait lui faire payer de son temps ? Elle espérait que non... Cependant elle voyait mal comment clarifier ce possible malentendu. De toute façon, si la nordienne espérait si peu des gens, elle devait se douter qu'il faudrait faire teinter les Tsuris.

《 Je t'ai paru mal intentionnée ? 》


Elle posait la question sincèrement, parce qu'elle se demandait l'effet qu'elle faisait aux gens. Si la jeune femme avait eu la chance de la croiser sur la mer, avec son masque sur le visage, elles auraient probablement pu avoir une délicieuse conversation -qui aurait probablement commencé par quelques coups et un peu de sang- et elle aurait compris qu'elles étaient peut-être faites d'une trempe similaire. Pas de la même, alors là pas du tout, mais Ezelya espérait avoir la sauvagerie qu'elle voyait dans les yeux de son invitée. Cette détermination farouche et cette méfiance... Peut-être admirait-elle cette femme pour sa capacité de vivre honnêtement dans ses valeurs et ses buts. Là où Ezelya cachait à tous son double-jeu, elle pouvait se permettre de montrer avec fierté qui elle était et ce qu'elle voulait. Du moins c'est ce qu'elle en pensait.

《 Si tu veux, ça peut être toi qui pose les questions. 》

Elle se sentait soudainement comme un bourreau qui tend les instruments de torture à son captif. Peut-être serait-elle trop méfiante, ou trop peu intéressée, pour lui poser la moindre question... Ou alors elle appuierait là où ça fait mal. Et les Quatre seuls savaient comment la jeune noble aimait le sentiment de danger qu'apportait la douleur. Elle vivait pour ça. C'était peut-être pour ça qu'elle s'était installée seule avec un tigre dans une toute petite salle ? Pour le danger et le possible retournement de situation ?

Elle se demanda un instant si elle espérait se faire attaquer. Jouer les demoiselles en détresse pouvait être bien amusant, mais elle préférait se défendre. Ouh. Soudainement, elle espérait un combat. C'était stupide et ça n'arriverait jamais, mais se battre contre la nordienne lui semblait maintenant comme la chose la plus agréable. Un bon combat avait le don de dénouer les tensions, non ?

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Jeu 27 Sep 2018 - 13:10

L'urgence vaut bien le déplacement

Ezelya Kor'lenter. Un mélange de douceur et d'aggressivité. Le finesse qu'évoquait son prénom était de suite contrastant avec le mordant de son nom. Lequel des deux allaient le plus marquer mon esprit, je ne le savais pas encore, mais je doutais déjà que ma mémoire se rappelle précisément des deux d'ici quelques jours. Que peu de gens l'appelle ainsi m'importait assez peu puisque moi même, je risquais de ne pas l’appeler du tout.

Elle avait prit quelques instants avant de me répondre, ce qui me força étrangement à détourner les yeux d'elle comme si, finalement dans le silence, je ne parvenais pas complètement à l'affronter. J'attrapais alors la tasse à mes côtés et la porta à mes lèvres avant de soulever une fine brume en soufflant un peu dessus. Puis je la penchais, laissant le liquide chaud s'écouler dans ma gorge et tiédir mes entrailles quand elle se décida à me répondre. Je haussais ostensiblement les sourcils en finissant ma gorgée. Évidemment, je ne croyais absolument pas à la bienveillance pur et simple, surtout en présence d'une inconnue. Quoi que Saen m'avait fait un peu douter sur ce sujet là, mais j'avais en face de moi une noble, pas une penseur philosophe.

Les yeux et les sourcils toujours tirés par le consternation, je croisais à nouveau mes bras sur ma poitrine en conservant la tasse dans ma main, sans lui adresser un seul regard, préférant le perdre devant moi ne lui accordant pas l'attention que de si belles paroles méritaient peut-être, selon elle. La suite me paraissait moi déguisée mais tout autant incompréhensible. Je l'écoutais, les yeux toujours écarquillés et le regard vide, fixant un point invisible. Finalement, elle m'avouait à demi mot être intéressée par moi, dans la plus grande simplicité. Là, mes traits se décontractèrent quelque peu. Sans le lui dire, je la comprenais, car c'était aussi ce que j'avais ressentis à son égard en la voyant pour la première fois au temple de l'Air. Un intérêt instinctif, naturel et sans raison.

Préférant taire tout ça, j'amenais à nouveau la tasse à mes lèvres en y buvant les yeux presque clos. Elle me demandait alors si elle m'avait paru mal intentionnée. D'emblée, je répondrais que oui, ou alors pas forcément. Pas qu'elle m’aie paru mal intentionnée plutôt que j'imaginais mal de bonnes intentions venant de gens de sa trempe. C'était assez peu différent et moi même, avant, j'y aurais vu la même chose. Mais non, c'était différent. Je ne lui portais toujours pas mon regard, préférant fixer légèrement le mur en face de moi.

❝ J'ai pas l'habitude de penser que les gens de ton rang peuvent avoir la moindre bonne intention. ❞

C'était un mensonge, pas une énorme, mais un mensonge quand même. Le gamin blond avec Oblivion était un noble et n'avait pas l'air machiavélique et Evanna m'avait prouvé qu'elle faisait partis des exceptions à la règle établis dans mon esprit. Peut-être que cette Ezelya en était une aussi, mais rien n'était moins sûr. Pourtant, j'avais l'impression qu'elle serait suffisamment intelligente pour comprendre que ce n'était pas contre elle directement, mais bien contre sa qualité de noble. Elle m'invita ensuite à poser les questions. C'était étrange, moi qui n'avait rien demandé, pourquoi pensait-elle que je souhaiterais lui poser la moindre question ? Si j'en avais, elle comprendrais vite que j'avais moi aussi de l'intérêt pour elle et ce n'était pas forcément ce que je souhaitais. Je choisissais alors de rester derrière ma barrière « anti-noble », le temps d'y voir plus clair.

Je me relevais alors du bureau, tournais légèrement pour lui faire face en posant la tasse sur la table, laissant ma main sur l'objet fumant sous ma paume. Je posais mon autre main sur ma hanche et lui portait un regard méfiant, aux paupières plissées et aux sourcils froncés.

❝ Qu'est-ce qui peut bien t'intéresser chez quelqu'un comme moi qui n'a presque rien, quand toi tu à l'air d'avoir tout ce que tu souhaites ? ❞

Est-ce que je dégageais un aura particulier pour que plusieurs personnes soient ainsi attiré par moi ? La question commençait à devenir gênante dans mon esprit car je n'en avais pas la réponse. Si elle pouvait me la donner, ce serait pratique, pourtant je n'en espérais pas tant. Mais je restais tout de même curieuse de savoir pourquoi cette femme, que je considérais de bas en haut avec une certaine intensité, éprouvait l'intérêt qu'elle décrivait, pour moi.
Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Sam 20 Oct 2018 - 2:30



L'envie de se battre de la jeune noble disparut en même temps que la réponse de la nordienne, mais un fond joueur persista. Comme une habitude dont on se débarrasse mal, ou ce sourire en coin qui ne veut pas partir malgré les circonstances changeantes. Ezelya gardait cet éclat dans le regard, celui qui l'avait poussé dans les bras de la mer, et celui qui faisait d'elle la personne si imprévisible qu'elle était.

Au diable les excuses de rang et de classe. Que pouvait-elle savoir, cette femme au nom inconnu, sur la noblesse ? Ezelya avait beau en faire partie, elle-même ne comprenait toujours pas la moindre chose sur ce monde. Chaque fois qu'elle semblait détenir une information, celle-ci se dérobait entre ses mains. Ce monde-ci, celui des hautes sphères, était en constant changement, avec des règles volages. On changeait aussi souvent de certitudes qu'une femme pouvait changer de tenue en une journée.

Et puis, n'était-ce pas étrange de penser que la simple appartenance à la noblesse définissait un être. On trouvait de tout chez les nobles. Du bon, du mauvais, du sincère et de l'hypocrite. On trouvait même des pirates, c'était à dire.

Pourtant Ezelya n'avait pas envie de relever son point. Elle comprenait la douce simplicité qu'était la généralisation, et elle avait encore du mal à pleinement s'associer aux nobles. Qu'on dégrade et roule la noblesse dans la boue devant elle ne lui posait pas vraiment problème. Après tout, dans son autre vie, elle-même se battait contre ces gens dominant les marchés et faisant rouler l'argent entre leurs doigts. Il y avait peu de choses ici valant le respect de la demoiselle, alors peu importaient les paroles de la nordienne.

Quand elle déposa sa tasse, gardant toujours une main dessus, et qu'elle adopta une posture plus menaçante, la jeune pirate eut un frisson d'excitation. Elle était délicieusement amusée par le comportement de la tigresse -autant lui trouver un surnom- et de sa quête de réponses étranges. Le problème, c'était que ce qu'elle cherchait n'existait probablement pas. Ezelya avait peu besoin de raisons pour faire ce qu'elle désirait faire. Souvent, elle était portée par le simple vent frais de la mer et par les aléas de son caractère.

Cette fois, elle avait tenté de se contrôler, d'agir comme une Kor'lenter l'aurait fait, mais elle se retrouvait prise au piège dans son propre domaine. Son instinct pirate reprenait le dessus et elle perdait peu à peu la notion du "pourquoi", qui se remplaçait lentement par la douce sensation que tout se déroulerait comme la vie le voudrait, et que ses actions bien dérisoires ne servaient qu'à jouer avec ce qu'il lui restait d'existence. Elle tenta pourtant de maintenir ce masque encore un peu, de se rappeler qu'elle voulait mettre la nordienne à l'aise, ne pas la menacer. Elle sirota à son tour un peu de son thé et haussa doucement les épaules, dans un geste tranquille.

《 Avoir est un vaste terme. J'ai un nom et une robe aux couleurs de ma famille, voilà les maigres possessions d'Ezelya Kor'lenter. L'argent achète au final bien peu de choses, nordienne. 》

Elle aurait presque eut un sourire pour se féliciter de sa tirade, mais gardait un air lointain. Elle pensait ce qu'elle disait, au final. La Kor'lenter en elle était encore bien pauvre, même si elle cherchait à changer cela. Il y avait pourtant en elle quelqu'un avec beaucoup plus de richesses, les vraies richesses.

《 Je ne sais pas ce qui me fascine en toi. Peut-être cette lueur imprévisible dans ton regard... Certainement la force qui se dégage de ta posture... Mais tout cela me semble trop générique, le genre de chose qui attirerait n'importe qui. 》

Elle la regarda encore un peu, l'étudiant sans s'en gêner, avant de prendre doucement place dans l'un des petits fauteuils. Il y avait quelque chose d'instinctif dans ce geste. C'était celui d'un capitaine prenant place dans ses quartiers, prête à s'entretenir avec quiconque osait pénétrer sa cabine. Dans le contexte actuel, elle savait que ce geste invitait implicitement la tigresse à faire de même, mais elle savait aussi très bien qu'elle resterait debout. Elle ne l'aurait pas avoué, mais elle tirait un certain confort de sa position et de sa boisson chaude à siroter, pendant qu'elle examinait l'étrange personnage face à elle.

《 Ta capacité à t'affirmer. Je pense que c'est ce qui m'a sauté aux yeux. Tu es nordienne, et je n'ai pas l'impression que tu t'en caches. Tu n'aimes pas les nobles, probablement pas le Prince non plus, et pourtant te voilà, en plein cœur de Lüh. Tu dégages ce que tu es, et c'est... fascinant. 》

Oui, voilà, c'était sans doute ce qu'elle trouvait de si étrange et pourtant si beau chez son invitée. Elle en savait si peu sur elle, et pourtant elle pouvait se faire une idée globale de son caractère, de ses valeurs et de ce qu'elle pensait juste ou non. Du moins, elle le pensait, mais elle aimait à croire que cette tigresse du Nord était de ces gens qui dégagent l'autorité naturelle qu'ils possèdent. C'était aussi ce qui l'avait attiré vers Jin, ce vieux pirate, et ce qu'elle cherchait à être quand elle portait son masque. Pourtant, elle ne pourrait jamais être comme la nordienne, au risque de précipiter toute sa famille vers les bas fonds. Ezelya, elle, avait besoin du masque plus que tout. On devait la croire innocente et aimable quand on la croisait. Quiconque aurait vu en elle une dangereuse pirate aurait pu la démasquer et mettre en danger les Kor'lenter. Il valait mieux pour elle que personne ne voit au-delà de la fille ratée.

《 C'est un don honorable que celui de pouvoir porter son vrai visage à la face du monde. Même si je souhaite avoir une once de ce cadeau, je ne pourrais jamais être comme toi. 》

Les paroles défilaient lentement. Elle était perdue dans ses pensées, et au final, portait peu d'attention à la nordienne. Un sourire se pointa et elle se retrouva soudainement projetée face à deux vieux amis. Le danger et la chance. Faisant rouler les dés entre ses mains, son sourire ne fit que s'agrandir.

Oh, elle pouvait jouer. Après tout, qu'avait-elle à perdre ? Sa famille, son anonymat, sa vie de luxe et de merveilles qu'elle se permettait parfois... Mais le risque était-il vraiment là ? Elle l'espérait. Les paris dénués de risque étaient ceux qu'elle détestait. Quand il s'agissait de jouer avec le destin, elle préférait quand tout se jouait au hasard, à la chance, et à ces dés qu'elle lançait habilement, d'une main d'habituée.

Mais quel intérêt y avait-il à jouer ? Pourquoi maintenant ?

Encore une fois, elle avait peu de réponses à ses questions. Parce que c'était amusant, parce qu'elle voulait voir la réaction de la nordienne, qui aurait entre ses mains une information si importante mais qui ne saurait probablement pas quoi en faire. Après tout, allait-elle contacter la milice ? La garde dorée ? Qui irait croire de telles accusations ?

Ezelya fit son choix, et lança les dés en espérant tomber sur le résultat escompté.

《 Oui, ce don là m'est à jamais refusé. Après tout, quel drame serait-ce si on apprenait que la cadette des Kor'lenter n'est autre que l'Écarlate, capitaine pirate de la Reine. 》

Et elle n'aurait pas pu avoir l'air plus innocente.


▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Sam 20 Oct 2018 - 18:55

L'urgence vaut bien le déplacement

Son ton ne me plaisait pas beaucoup. Je plissais les paupières, amère et acide. J'y voyais la condescendance de quelqu'un qui s'estimait mieux savoir que tout le monde, que moi en tout cas. Le genre d'image que renvoyait la noblesse de manière générale. Mes dents se serraient dans ma mâchoire crispée et mes doigts firent de même sur ma tasse. Elle pris tout de même la peine de répondre à ma question, assez simplement je dois avouer, sans grandes fioritures et autres palabres. Là, mon regard acerbe devenait davantage attentif et soutenu, la suivant quand elle se détacha de sa position pour s'asseoir dans une des ses fauteuils.

Je le suivais du regard, puis du visage et enfin mon corps se tourna complètement vers elle. J'écoutais silencieusement, attentive mais demeurant sur mes gardes, comme si je voyais ses mots comme un moyen d'amadouer mon égo, de mieux pouvoir agir à sa guise sur ma personne. Une manipulation bien futile de manière générale qui pourtant, étrangement cette fois-ci, avait quelque chose de satisfaisant.

Je me détendais alors, imperceptiblement, me reposant à nouveau contre le bureau, croisant mes bras sur ma poitrine. Ainsi je demeurais tout de même méfiante mais buvais ses paroles, mon regard accrochant ses lèvres qui se tortillaient dans tous les sens. Non, ce n'était pas que sa beauté qui m'attirait chez elle, il y avait autre chose que je n'arrivais pas à toucher, même du bout du doigt. Quelque chose d'impalpable, dissimulé mais bien là, que je ressentais et qui pourtant n'était pas vraiment là.

Mais je demeurait silencieuse, n'ayant de toute façon pas grand chose à répondre à ses mots qui gonflait lentement mon égo. Mon regard était devenu moins noir mais tout aussi profond, fixant toujours ses lèvres jusqu'à ce que ces dernières me dévoilent le fin mot de l'histoire. Mes paupières s'ouvraient et mes sourcils se rehaussaient. L’Écarlate. J'en avais évidemment déjà entendu parler, qui pouvait ne pas connaître ce capitaine après tout ? Même nous, Nordiens et reclus dans le Nord, nous le connaissions. Vérité ou mensonge ? Je décidais de croire qu'elle s'était dévoilée, car l'inverse n'aurait pas grand intérêt. Mais là, elle gagnait le mien sans équivoque. Mes lèvres s'étirèrent délicatement d'un côté et mes yeux, eux, pétillaient presque.

Voilà donc celle qui m'attirait. L’Écarlate, Capitaine de la Reine. C'était donc cela que je voyais, cette aura qui ne collait pas avec sa condition de noble. Elle jouait donc sur les deux tableaux, avec je suppose une certaine dextérité puisque pour l'instant, personne ne l'avait inquiété. Enfin c'est ce que je croyais.

❝ L’Écarlate, hein ? ❞

Je laissais quelques secondes de silence s'écouler avant de me décoller du bureau, le contournant lentement, les bras toujours croisés. Si mon nom pouvait inspirer autant chez elle que son surnom m'évoquait, il y aurait là quelque chose de très satisfaisant. Pourtant, je ne pouvais pas encore me targuer d'une telle réputation que la sienne et j'avais l'intime envie de n'être connue par aucun surnom. Je voulais que mon seul prénom, le Sien aussi, inspire la peur chez quiconque l'entendrait. Pas un sobriquet, pas un détour.

Je m'approchais de la fenêtre, écartant du bout des doigts le rideau fin et léger et observait en contre bas les petits humains qui parcouraient le rues, innocemment, sans avoir la moindre idée de qui se trouvait dans ce bureau. Un nouveau sourire étira mes lèvres, plus malsain celui-ci.

❝ J'espère qu'ils se sentiraient bien cons de ne pas avoir su contenir un tel danger et de l'avoir laisser grandir en dehors de leur mur. ❞

Son histoire faisait quelque peu écho à la mienne. Toutes deux nées au sein de la noblesse. Toute deux aux destinées sanglantes et allant à contre courant. Je ne connaissais pas les subtilités de sa vie, mais elle m'évoquait la mienne. A la différence près que je pense être bien incapable de jouer si bien un double jeu. Partager mon nom n'avait à présent plus beaucoup de contre indication, elle m'en avait donné énormément, elle. Alors, tournant mon visage vers elle, demeurant près de la fenêtre en y posant mon épaule, je plongeais mon regard dans le sien.

❝ Si tu tiens toujours à le connaitre, mon nom est Lagertha. ❞

Ca me semblait de bon ton d'enfin me présenter. Comme si cela marquait au fer rouge cette entrevue, il y avait presque quelque chose d'excitant là dedans. Pour autant, sachant qu'elle était l'Ecarlate, je n'avais d'autre envie que de l'appeler Ezelya, comme si j'avais c'était là un privilège de savoir tout cela. Et s'en était peut-être un d'ailleurs. Un sourire presque imperceptible demeurait inexorablement sur mes lèvres, j'étais plutôt satisfaite de cette rencontre. Pourtant, je restais toujours à bonne distance, posée à côté de cette fenêtre. A présent que je savais à qui j'avais réellement à faire, il me fallait finalement redoubler de vigilance.

❝ Ton secret sera bien gardé. Tu te doute bien que de toute façon, je n'ai aucun intérêt à le trahir. ❞

C'était la vérité, même si je pense qu'elle ne s'y serait pas risqué si elle pensait avoir tout à perdre à se présenter ainsi. Elle ne me paraissait pas aussi inconsciente. Étions nous pour autant dans le même camp ? Rien n'était moins sur. Pour autant, il y avait un adage qui disait « l'ennemi de mon ennemi est mon ami ». Pouvais-je alors là considérer ainsi ? Je ne savais pas et je n'étais pas non plus du genre à m'avancer. Mais une alliée de sa trempe... il y avait de quoi réfléchir tout de même.

Mon regard sombre restait vissé vers l'extérieur, contemplant la petitesse des habitants de cette Capitale pourrie jusqu'à la moelle.

❝ C'est drôle comme la principauté et ses partisans ont le don d'engendrer leurs propres opposants. ❞

J'en restais là, presque inopinément interrompue par la censure que je m'imposais. Assez peu de personne savait d'où je venais, moi même je l'avais oublié pendant des années. Oblivion le savait, pour autant elle ne savait pas vraiment qui j'étais aujourd'hui. Amalrik et le Tréant devaient le savoir aussi, mais nous n'avions jamais abordé le sujet et c'était sans doute mieux ainsi. Je n'en éprouvais de toutes façons pas la moindre envie.

Je me retournais alors, faisant face à Ezelya, me trouvant derrière ce bureau qui nous séparait. Je posais une main sur celui-ci et m'avançais, jusqu'à attraper ma tasse sur le bord opposé, l'amenant à mes lèvres en lui lançant un regard assez équivoque. De quoi ? Il ne tenait qu'à elle de le comprendre.

Puis je m'en retournais à la fenêtre, m'adossant au mur adjacent, sirotant à nouveau la boisson chaude, silencieuse.
Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Dim 21 Oct 2018 - 4:15



Quand la nordienne reconnut son titre, Ezelya jeta au loin la Kor'lenter en elle, bien trop heureuse de pouvoir être de nouveau capitaine.

Que devenait l'Écarlate, quand Ezelya portait les robes de sa famille et l'attitude de noble ? Oh, elle ne disparaissait pas, bien sûr, mais il était moins aisé de lui laisser le contrôle. Hors de son élément, la pirate était protégée par une armure de confiance qui s'effritait aux imprévus pour laisser place à l'amour du danger. Elle ne pouvait nier bien longtemps l'influence des torrents en elle, tout comme elle ne pouvait pas faire semblant d'être une angélique petite noble.

La tigresse, comme si elle venait d'être plongée dans une mer familière, avait adopté un tout nouveau sourire alors qu'elle jetait un regard par la fenêtre. Son commentaire tira de la fausse noble un petit sourire amusé. Oui, sans doute que le Prince serrait des plus frustré de ne pas avoir pu contenir la menace de l'Écarlate alors que celle-ci venait directement du coeur de Lüh. Pourtant, pouvait-il vraiment se blâmer ? Qui aurait cru que la fille des Kor'lenter, douce famille aux milles champs d'intérêts et aux activités des plus respectables, deviendrait une pirate redoutée ?

Puis enfin, elle donna son nom. Lagertha. Ce nom lui évoquait quelque chose, des rumeurs entendues chez les rebelles, un vent de savoir qui l'effleurait de temps en temps... Mais elle n'était pas dans l'active recherche de remplacer le Prince en place, alors ses connaissances des partisans du Nord étaient faibles. En fait, elle serait bien en peine de situer Lagertha dans toute cette histoire, mais sa curiosité était piquée. Si elle avait déjà entendu son nom, même de loin, de façon anodine, alors la demoiselle devait avoir son influence. Au final, Ezelya ne s'était pas trompée en invitant la lionne dans ce bureau.

《 Un nom qui te sied bien, nordienne. 》

Elle avait laissé glisser son commentaire sur un ton très bas, pour qu'il passe inaperçu, et d'un ton franc. Il n'y avait aucune moquerie dans sa voix, seulement un élan de sincérité, et peut-être une pointe de cette admiration ténue qu'elle éprouvait envers elle. La capitaine n'était pas des plus faciles à impressionner, mais il lui arrivait parfois de tomber sur un roc au milieu des flots. Et elle ne lâchait plus prise de ces gens là.

Lagertha -elle ne se lasserait probablement jamais de prononcer mentalement son nom, comme si sa valeur était celle d'un trésor ancien. Lagertha, donc, enchaîna en lui assurant que son secret était bien gardé.

Oh, elle était heureuse de le savoir, loin d'elle l'idée de vouloir se faire dénoncer ! Pourtant, elle aurait sans doute apprécié qu'on la fasse chanter, qu'on se joue un peu d'elle, seulement pour qu'elle puisse ensuite retourner l'affront.

Elle offrit un nouveau sourire à la tigresse et inclina légèrement la tête pour lui montrer sa gratitude, et son respect.

《 Merci, Lagertha. 》


Ce merci, contrairement à sa dernière remarque, avait un arrière goût sarcastique. Assez ténu pour ne pas qu'on en prenne ombrage, elle l'espérait, mais assez présent pour qu'on comprenne que ce silence, elle le prenait déjà pour acquis. La chance avait tendance à être de son côté dans ce genre de paris calculés.

《 C'est seulement lorsqu'on expérience la corruption et la pourriture de ce monde en personne qu'on peut vouloir les combattre. 》

Mais vraiment, se considérait-elle une ennemie de la principauté ? Bien sûr, en se dérobant aux lois, elle l'était. Pourtant elle ne voulait pas tuer le Prince. Peu importe la personne en place, cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. Puisque cet imbécile n'avait aucun impact sur elle, pourquoi se plaindre de lui ? Bien sûr, elle avait une dent personnelle contre lui, mais là se trouvait une toute autre histoire. Elle ne comptait pas entrer en guerre contre la noblesse pour sa petite histoire. Haïr de loin lui suffisait.

Le regard que lui lança alors Lagertha, de l'autre côté du bureau, alors qu'elle portait la boisson à ses lèvres... Ce regard ébranla d'un coup ces belles convictions.

Était-elle une ennemie du Prince ? Il ne tenait qu'à elle d'en décider, et même si seule elle ne faisait pas le poids, il était tentant de se faire des alliés. C'était connu, elle aimait le danger, les propositions risquées et surtout, elle aimait les gros coups. Quoi de mieux que de remplacer l'actuel prétentieux occupant le trône ? L'idée de participer à un tel affront lui effleura l'esprit. Bien sûr, politiquement parlant, elle avait peut d'intérêt sur le sujet, mais elle ne pouvait nier que l'excitation d'une telle aventure la tentait.

Sa tête se pencha légèrement sur le côté et elle posa sa tasse devant elle, un sourire nouveau sur les lèvres. Ce sourire là était franc, celui d'une capitaine qu'on venait d'acheter -même si c'était loin d'être fait, au final. Elle croisa les jambes, d'une manière loin de convenir aux bonnes manières et à l'étiquette, la tête reposée sur un poing fermé.

《 Lagertha, fille du Nord, parle-moi donc de ces opposants que tu mentionnais. Cela m'intéresse grandement. 》

Et par là, elle espérait des informations sur ce qu'elle, la tigresse, planifiait. Pour le moment, les informations étaient trop ténues pour qu'elle se jette pieds et poings liés, mais il lui en fallait si peu... Toujours amusée par sa chance, elle tendit alors l'oreille.

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
avatar
Animateur Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 353
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Hors-la-loi
Invocation(s) : Armalys, Galifey & Xion
Inventaire : 3688 Tsuris
Épée⁺⁶
Hachette⁺⁴
Arc de chasse⁺⁴
Bouclier⁺²
Armure⁺⁴
Gourde
Pendentif de célérité
Sceptre de feu
Fugue
Pansement coagulant
Curaga
Sanguine
Pendentif de Célérité (Concours de l'Été)
Bottes de Lévitation (Concours de l'Été)



▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Dim 21 Oct 2018 - 16:55

L'urgence vaut bien le déplacement

Un nom qui me sied bien ? Voilà donc un commentaire bien appréciable quand on sait que j'ai moi même choisis de le porter. Ce n'était après tout pas vraiment le mien au commencement, mais j'en avais mon identité, un perpétuel rappel de son existence, comme si à présent il me permettait de la faire exister encore dans ce monde. Mais son léger commentaire m'avait évidement fait sourire, très finement, presque invisiblement pour elle pour qui j'apparaissais presque en contre-jour, ainsi posté non loin de la fenêtre.

Ses remerciements paraissaient sarcastiques et ça ne m'étonnait presque pas. Puisque moi même j'étais bien consciente qu'elle n'avait pas dévoilé son identité en pensant qu'elle allait perdre sa cape de noble. Pourtant je ne réagissait pas à ce léger pic, préférant siroter l'une des dernières gorgées de mon thé. Finalement, je trouvais presque qu'il y avait quelque chose d'agréable à boire une boisson si subtile dans pareil instant. Je m'attachais à cette vision d'une entrevue des plus intenses avec l’Écarlate, sirotant une tasse de thé. Ça n'allait pas ensemble et pourtant ça sonnait bien.

Ainsi posté loin d'elle, je l'observais changer radicalement de comportement, d'attitude. Mes yeux glissant sur son corps changeant d'une position mesuré à une autre qui me convenait déjà mieux, moins engoncée. Voulait-elle alors que je lui parle des opposants les plus illustres ? Le Keizer par exemple, ses sous-fifres ? Ou, comme je le pressentais et comme je lui avais sous-entendu, de moi et de mes objectifs ? Car les opposants que j'avais cité sans les nommés, c'était bien mon clan et moi même et ça, je pense qu'elle l'avait compris.

Je restais à ma place, avalant la dernière gorgée de mon thé avant de reposer la tasse sur le bureau, passant ma langue sur mes lèvres pour en attraper les dernières gouttes. Puis je m'adossais à nouveau, un peu lourdement, les bras croisés et fermant les yeux presque entièrement.

❝ Tu n'es pas sans savoir que l’attaque de Rorn à déstabilisé la main qu'a le Prince sur les Landes. Son objectif de vouloir s'accaparer les Landes Nord est juste incohérent, de mon point de vue en tout cas. Il veut asseoir une nouvelle autorité là où on a crée la nôtre, sans leur aide. Et il voudrait s'attribuer par la force une terre que ses prédécesseurs ont abandonné et que nous, nous avons su maintenir ? Non, ça je ne le permettrais pas. ❞

Je grognais presque et finissais mon monologue avant un peu trop de véhémence. Cette idéologie je la partageais avec beaucoup de mes semblables évidemment. Si on ne connaissait pas cette histoire, c'est qu'on s'informait bien peu. Mais je ne doutais pas qu'entre les murs de la Capitale, elle ai été quelque peu déformé et que, d'une manière ou d'une autre, le Prince a su mettre dans sa poche bon nombre de partisans, nous jugeant comme les « méchants » de l'histoire. Mais les attaques du Keizer ne sont en réalité qu'un juste retour des choses. Après tout, ils nous avaient abandonné, laissé à notre sort sans rien tenter pour nous aider. Trop loin ? Tu parles, trop feignant oui. Et après que nous ayons réussis à installer quelque chose de plutôt stable là bas, voilà qu'il voulait s'octroyer des terres qui ne lui appartenait pas ? Trop facile.

Mes narines s'emplissaient d'oxygène avant de la soupirer bruyamment. J'avais conscience que cette question éveillait en moi un peu trop de hargne et que ça pourrait jouer en la défaveur de notre discussion. Il fallait que je me ressaisisse. Je me décollais alors du mur et revenait lentement vers elle.

❝ Il paiera l'affront par le double. ❞

Puis je m'asseyais, en copiant presque sa posture, à quelques détails prêt. Oui, j'avais l'envie enfouie de prendre toutes les Landes pour le simple retour de bâton qu'il méritait amplement. Pour autant, est-ce que cela mettrait un terme à l'affrontement, je ne crois pas, au contraire même. Cela deviendrait une guerre sans fin. Je lançais alors un regard lointain à Ezelya, presque neutre ou alors plein de mesure, de profondeur.

❝ Pour ce qui est du Prince en lui même, il m'a enlevé beaucoup. Sa façon de gouverner m'a enlevé beaucoup. Ça demande réparation. ❞

Loin de moi l'idée de vouloir le remplacer moi même, je préfèrerais autant rester dans mes Landes, tranquillement et mettre à sa place quelqu'un de « confiance » ou au moins, moins benêt. J'avais alors l'impression d'avoir beaucoup d'objectifs, de grands objectifs et si peu de moyen, si peu. C'était frustrant et, tour à tour, je serrais et desserrais les doigts de ma main droite, que j'observais distraitement.

❝ Enfin, tout ça ce sont de grands mots. J'ai d'abord quelques petites choses à régler avant ça. J'ai quelques représailles pour des gens bien plus proches géographiquement, chaque chose en son temps. ❞

Je regardais toujours ma main, distraitement. Je lui avais donc énoncé beaucoup de ce que j'envisageais. Étrangement, cela avait allégé un poids dans mes tripes, comme si mettre des mots sur tout ça était exutoire. Mais pendant tout ce monologue, j'avais eu l'impression d'être quelqu'un d'autre, ou alors enfin celle que je voulais être. Un chef à la main ferme, que je refermais brusquement, avant que mon regard ne se tourne vers Ezelya, dont j'essayais de distinguer les réactions.

❝ Mais ça reste entre nous. ❞

Un léger sourire étira mes lèvres, s'alliant avec un regard sombre et profond, la défiant. Je n'avais pas encore confiance en elle évidemment, et il fallait qu'elle sache que je serais tout à fait capable de m'en prendre à elle si elle trahissait quoi que ce soit de cette conversation.

Codage par Libella sur Graphiorum
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ezelya Kor'lenter
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Teiiku Cho
Date d'inscription : 14/04/2018
Messages : 67
Double Compte : Steesha
Elément : Aucun
Métier : Pirate (et maintenant noble à temps partiel)
Invocation(s) : Nagah (mon petit loup grognon) et Pru'ha (la Maîtresse du Savoir adorablement susceptible)
Inventaire : Sa rapière, et c'est déjà bien pour le moment
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Hier à 3:34



Il y avait quelque chose de rafraîchissant à se faire expliquer des choses qu'elle était supposée savoir, mais auxquelles elle portait trop peu d'intérêt pour être aussi renseignée qu'elle le devrait. Quand on écoutait le point de vue de Lagertha, le conflit emblait encore plus stupide que lorsqu'elle le regardait de loin. Et par là elle n'entendait pas que les motivations des deux camps étaient stupides, mais plutôt que l'attitude du Prince rendait tout plus compliqué que ça ne le devrait. Pourquoi ne pas simplement créer un nouveau royaume, ou n'importe, là ou les nordiens faisaient leur loi ?

Mais Ezelya était une femme avec peu de considération pour les petits problèmes. Elle se doutait que sa vision des choses était trop petite pour l'immense île qu'était Arcane. Pourtant, si d'autres personnes se chargeaient de réfléchir et qu'au final cela servait ses simples ambitions, il n'y avait pas grand chose à rétorquer.

Cependant, quand elle prenait la peine de se pencher sur la question, il fallait avouer qu'elle rejoignait les nordiens. Oh, pour la noble qu'elle était, c'était une position risquée, mais elle avait ce sentiment effrayant qui la rattachait au Nord. Un sentiment qui alimentait cette rage qui vibrait en elle. Tout comme elle se l'était affirmé devant le Kelder, à la sortie de Pru'ha, elle compatissait aux gens du Nord. Le mal y rôdait là où le Prince avait délaissé ses fidèles, et il était bien trop facile de s'y faire détruire tout ce à quoi l'on tient. Ezelya l'avait réalisé au prix fort.

Elle ne put s'empêcher de sourire un peu plus quand la tigresse exprima une partie de sa rage, de ce courant sauvage qui circulait en elle et qui alimentait le feu que l'Écarlate voyait naître dans ses yeux. Oh, elle aimait sentir cette vibration dans la voix, ce soupir bruyant et ressenti, tout ce qui lui rappelait sa propre raison de se battre. Puis finalement, elle baissa ses paupières, ne gardant un regard qu'entrouvert, pour se délecter du ton de voix qu'avait prit la tigresse en lui lançant ce merveilleux regard noir et profond. Elle ne regrettait absolument pas sa confession.

Elle se permit, à la suite de la déclaration de Lagertha, de mettre un peu d'ordre dans ce qu'elle voulait faire de ces informations. Elle comprenait le désir principal de la nordienne, le changement qu'elle voulait mettre en marche, mais surtout, elle comprenait que quelque chose se dressait sur sa route. Des gens à qui elle devait faire payer. La jeune pirate se doutait que les représailles d'une tigresse ne pouvaient être autres qu'une exécution. Si elle ne l'avait pas encore fait, cependant, c'était que ses ennemis devaient être puissants. Assez pour la maintenir au sol pour le moment.

Le regard d'Ezelya perdit sa teinte de jeu et de plaisir, elle en revint au sérieux qui faisait d'elle la capitaine de la Reine, et elle décroisa les jambes, se levant à son tour. Maintenant que Lagertha était assise, les rôles pouvaient sembler inversés. Ce n'était pas le cas. Ici, dans la capitale, la jeune noble était en terrain connu, et maîtrisé. Elle passa une main dans ses cheveux et regretta l'absence de rapière à sa taille. Elle aimait sentir le métal près d'elle, ça l'aidait à réfléchir.  

《 Nous avons donc des objectifs communs, Lagertha. Je t'avoue que le Prince ne me plaît pas particulièrement, à moi non plus. Et puis, tu comprendras qu'en tant que pirate, je n'ai pas son soutien dans beaucoup de mes projets. Cependant, je ne tiens pas le Keizer dans mon coeur non plus. 》

Elle avait déclaré cela en caressant sa robe là où sa rapière lui effleurait habituellement la hanche.

《 Le Nord est cher à mon coeur. Il m'a offert de longues années de paix, et ainsi mérite-t-il que le Prince laisse ses territoires tranquilles. Je me sentirais plus à l'aise avec quelqu'un d'autre en tête de la Confédération, mais s'il y a vraiment une tête que je veux voir tomber, c'est bien celle portant une couronne. 》

Elle faisait les cent pas, d'une façon lente, et gardait son regard fixé bien devant elle.

《 J'ai de grands objectifs, tout comme toi, et je sais que nous pouvons sans aucun doute nous être mutuellement utiles. Tu as quelque chose que je désire, et j'ai quelques atouts sur lesquels tu ne peux pas cracher. Si la personne remplaçant le Prince reconnaît mon implication dans son accession au trône, il est évident que je compte sur le fait que les autorités me laisseront tranquille... Mais il n'y a pas que ça. Mon désir est grand de voir les choses changer par ici. 》

Elle n'adressa aucun signe à la tigresse pendant un long moment, avant de brusquement s'arrêter pour lui faire face, une idée florissant dans son esprit, mais surtout sur son visage, où son regard sérieux se perdait à nouveau pour permettre à un adorable sourire de prendre le dessus.

《 Tu as des choses à faire avant de pouvoir m'apporter l'aide dont j'ai besoin, Lagertha, mais je peux t'apporter la mienne. Plus vite tes représailles seront exécutées, et plus vite je pourrais compter sur toi pour faire changer les choses ici. 》

Son sourire revenu et ses plans maintenant clairs dans son esprit, elle se laissa de nouveau tomber dans son petit fauteuil. Décidemment, elle avait tout perdu de sa stature de noble. Elle était affalée, digne d'une bonne maîtresse des lieux.

《 Je sais que combattre un ennemi plus fort que soit peu être des plus frustrants, et qu'il suffit parfois d'un simple petit ajout de force dans la balance pour que tout bascule. Et... Sache que j'ai justement la personne toute désignée pour t'aider dans tes projets. Une personne qui adorera combattre pour toi. 》


Oh oui. C'était parfait. Elle qui devait justement quitter les flots pour un temps pour instaurer son poids à la Cour, elle ne pouvait que regretter l'inactivité de Nagah pendant ce temps. Lagertha, dans ses révélations, venait de lui donner l'occupation idéale à offrir à son loup. Nagah adorerait l'idée, elle en était sûre.

《 Ne te méprends pas, je ne te parle pas d'un simple guerrier. Aussi doué soit-il, un humain n'arrivera jamais à la taille de ce que je vais te proposer. 》Elle fit une légère pause, juste pour marquer le coup, et ouvrit la paume de sa main en déroulant ses doigts. Elle lui offrait littéralement son idée. 《 Lagertha, je t'offre non seulement le soutien de la Reine, mais aussi le soutien direct de mon demi-dieu, Nagah. Si tu l'acceptes, il t'accompagnera et renforcera ton clan. Tes ennemis devraient s'incliner plus facilement si tu l'as dans tes rangs. 》

Oui, elle était sérieuse. Mortellement sérieuse. Avoir Nagah aux côtés de Lagertha lui assurerait non seulement le soutien de la nordienne plus tard, mais aussi une certaine surveillance du côté du Nord. Si Nagah pouvait garder un oeil sur cette allié potentielle, Ezelya en serait ravie. Ça lui permettrait de savoir si elle pouvait faire confiance à la tigresse... Et aussi occuper son loup. Il ne fallait pas s'y méprendre. Bien sûr, la jeune noble voyait les aspects pratiques de la chose, mais encore là, sa proposition était dictée par sa graine de folie. Si Nagah allait détruire des choses, ça lui ferait plaisir, et peut-être passerait-il l'éponge sur toute cette histoire avec Valion. Elle voulait lui permettre de se défouler sans qu'elle ait besoin d'être à ses côtés. Il avait besoin de massacres, des tueries de grands nombres. S'il marchait aux côtés de Lagertha, il serait non seulement heureux, mais se rendrait utile en même temps. Ezelya ne pouvait rêver mieux.
Son regard, même s'il semblait léger, scrutait attentivement la réaction de la nordienne. Oh, elle ne se doutait pas qu'elle se méfierait. Le cadeau pouvait très bien sembler comme empoisonné, et il l'était un peu dans un sens, mais quel intérêt avait-elle à la faire tomber ? Elle voulait simplement lui offrir son idée alors qu'elle lui venait, et discuter de choses moins trépidantes par la suite. Après tout, qu'y avait-il de plus excitant que l'acquisition de demi-dieu sans le passage par les Temples ?

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

L'urgence vaut bien le déplacement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CADEAUX ► parce qu'on le vaut bien
» « L’amour fantasmé vaut bien mieux que l’amour vécu. Ne pas passer à l’acte, c’est très excitant. »
» GRACE WENDY NOLAN - Une fille vaut bien mieux que vingt garçons.
» Ça vaut bien le coup d'aller à la messe...
» [0219] #Parce que je le vaut bien - Suishi Swift [PHYLLALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Rues de la Ville-