Affronter un cauchemars pour la science ! [pv Xion]

Partagez| .

Affronter un cauchemars pour la science ! [pv Xion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pru'ha
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 48
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mar 28 Aoû 2018 - 16:21

Évolution. La nature évolue, chaque jour, chaque mois. Elle s'adapte, des espèces disparaissent, d'autres se divisent, d'autres changent, d'autres encore restent inchangées. Ainsi l'encyclopédie des espèces doit régulièrement être mise à jour, qu'il s'agit des animaux, terrestre, volant ou marins, des végétaux ou encore des champignons.

Qu'est-ce qu'un siècle pour l'évolution ? Qu'est-ce qu'une centaine d'années dans la vie d'une demi-déesse ? Ce n'est rien, qu'un battement de cils. Mais pour une scientifique de mon niveau, chaque saison, chaque semaine est précieuse. Il y a tant à faire...

Il me faut plusieurs années pour mettre à jour les trois encyclopédies du vivant, pas loin d'une décennie. Lorsque je rencontre une nouvelle espèce, et Dieux sait que j'en rencontre souvent, il me faut parfois plusieurs semaines pour déterminer son espèce et l'étudier. Je met un point d'honneur à prendre le temps d'écrire un livre complet sur chaque nouvelle espèce découverte ou nouvelle évolution, tâche qui me prend souvent de longues années. Sa morphologie, parfois des nouveaux organes, ses différents comportements sociaux, reproductifs, de prédation, de fuite, migrateur... Lorsque l'espèce migre sur des milliers de kilomètres c'est pour moi un véritable enfer : c'est la meilleure façon de perdre le fil de mes recherches !

Ainsi voici l'explication de mon activité du jour : je me trouvais à plusieurs kilomètres dans les profondeurs de l'océan, dans le monde effrayant, fascinant et mystérieux des abysses. Ce fut l'un des derniers endroits du monde que j'avais exploré : l'endroit était si sombre que je ne voyait rien... Alors je me suis fabriquée un harnais spécial, un objet magique sur lequel j'ai incrusté de nombreuses perles de lumières me permettant de voir plusieurs dizaines de mètres autours de moi. Un objet idéal pour l'exploration des endroits ténébreux : je l'utilisais également pour explorer les grottes.

Je dirais qu'il est plus inquiétant d'explorer les profondeurs d'une montagne que les abysses de l'océan. Dans ce dernier endroit il y a toute la place qu'il me faut pour évoluer et je ne risque pas de me perdre : si je souhaite regagner un monde plus … agréable il me suffit de nager droit vers le haut jusqu'à retrouver le soleil alors que le ventre de Terra est un labyrinthe difficile d'exploration ! Je me suis perdue de nombreuses fois dans les entrailles du monde, m'égarant parfois de nombreuses semaines avant d'enfin retrouver la surface !

Aujourd'hui donc je me trouvais à plusieurs kilomètres sous la surface d'un océan. Seule mon immortalité me permettait de me trouver là, je serai morte depuis longtemps sans. Cela ne faisait que quelques heures que je visitai le monde marin, la mise à jour de l'encyclopédie marine ne faisait que commencer. Ainsi je nageai tranquillement, je n'étais pas au fond qui devait se trouver bien cinq cents mètres en dessous. Je suivais une drôle de petite méduse que j'observai avec curiosité. Quel étrange méli-mélo de couleurs, certes qui ne m'était pas inconnu cependant cette créature était différente de celle qui était inscrite dans mon encyclopédie. Était-ce une mutation de l'espèce ? Soudain la méduse accéléra et réussie, par une manœuvre qui fut si rapide qu'elle me surpris et m’échappa, à attraper un petit poisson. Les créatures des abysses m'étonneront toujours : je pu assister au voyage du poisson jusqu'à l'estomac de la méduse puis à sa mort.

J'étais si absorbée par mon observation de la petite méduse que je ne faisais pas attention à ce qui m'entourais. Naturellement je me savais immortelle, pas invincible mais immortelle. Aucune créature vivante n'oserait s'attaquer à une dragonne de douze mètres de longs...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : NukeRooster
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Valion
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Sorts : eau_0;
glace_close_0;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_3;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Sam 8 Sep 2018 - 19:23

Affronter un cauchemar pour la science
Au départ de cette sympathique journée, Xion s'était mis en tête d'observer les reflets de l'aurore sur la surface de son océan bien aimé. La tête hors de l'eau, il avait passé un long moment à jouer avec les couleurs surnaturelles que le ciel et le soleil donnaient à sa peau. Les enfants d'Aer et d'Ignis possédaient des dons assez fantastiques. Quand il s'en était lassé, la matinée était déjà bien avancée. Il était parti vérifier rapidement comment se portait la faune avant de remonter se prélasser une petite heure, laissant sa queue glisser à l'embouchure de la mer, se mêlant aux ondes aqueuses à merveille, tel que sa mère l'avait créé.

Et puis le contact avec son milieu naturel finit par lui manquer, de même que sa tâche. Plongeant sous la surface d'un bond agile, le renard s'enfonça dans les profondeurs. Son esprit se joignit à celui des mammifères environnants. Il détectait un requin non loin, en pleine chasse, et l'observa se saisir de sa proie affaiblie avant de poursuivre sa route. Il fallait qu'il le surveille celui-là, son appétit était particulièrement insatiable ces derniers temps. Si besoin, il irait prévenir ses frères et sœurs pour qu'ils interviennent. C'était un peu triste à chaque fois de se départir d'un habitant marin, mais ainsi était la vie. Et celle-ci regorgeait de dizaines de milliers de créatures, qui se renouvelaient sans cesse, alors il n'y avait pas de quoi être chagriné. Après tout, c'était ainsi que leurs parents les avaient tous fait.

L'enfant d'Aqua descendit encore plus bas et s'arrêta quelques minutes devant une large paroi rocheuse où siégeait toute une tribu d'anémones marines. Suivant son esprit taquin, il s'approcha de la plus agitée d'entre elles pour l'embêter. Néanmoins, dans un surplus de confiance, il s'était placé trop près, et les tentacules de l'animal attrapèrent brusquement son museau. Xion se retira vivement, dans un réflexe défensif. Il éternua, chatouillé par ce contact inattendu, chassant ainsi le poison qui s'était déposé sur la carapace de son visage. Il y était heureusement immunisé.

Le renard s'éloigna dans un grognement vexé et reprit sa descente. Voilà plusieurs jours qu'il n'avait pas fréquenté les abysses. Lorsque l'obscurité fut totale, ses moustaches s'illuminèrent de plus belle et ses yeux transpercèrent la pénombre à la recherche d'autres êtres vivants. Véritable lanterne des mers, il se balada de longues minutes durant avant de capter quelque chose d'inhabituel. C'était une espèce de mollusques, ce qu'il lisait mentalement était assez flou, il était plus à l'aise à communiquer avec les mammifères. En tout cas, un seul moyen de voir de quoi il en retournait.

Plus il était à proximité de la créature et mieux il entendait. C'était un calmar géant, une femelle, et une présence l'agaçait passablement. Intrigué, et ne sentant aucun de ses camarades à proximité, Xion poursuivit son avancée. La bête rôdait une quarantaine de mètres en dessous de lui, et il ne tarda guère à apercevoir de grandes lumières qui se mouvaient un peu plus loin, à son niveau. S'il avait eu des sourcils comme certains demi-dieux, il les auraient froncés. Qu'est-ce que c'est que ça ?

Il n'eut pas le temps de jouer aux devinettes que le calamar en dessous eut un pique de nervosité. Pressentant la suite des événements, le renard abyssal fonça vers l'intrus. Découvrant rapidement qu'il n'aurait aucun impact sur sa taille gigantesque, et l'identifiant au passage comme une fille d'Aer, il fit frémir ses longues moustaches.

« Attention ! »

Un bouclier aqueux se forma autour de la dragonne, la protégeant du jet d'encre défensif. Xion bondit sur la tête de la créature et s'accrocha sur sa peau lisse à l'aide de ses petites griffes, loin de la blesser. Ses appendices vinrent toucher le centre nerveux du calamar, et il fit son possible pour le calmer, lui indiquant qu'ils n'étaient pas un danger. Après s'être agité frénétiquement, l'animal s'enfuit vers les profondeurs.

« À mon avis, elle risque de revenir. »

Puis il se tourna vers l'intruse, sans masquer son étonnement ni sa curiosité. Elle était équipée d'un appareil très étrange qui indiquait sa position à toute la population sous-marine tant il éclairait. D'accord, c'était peut-être une exagération, mais elle n'était clairement pas discrète. Pas étonnant que le calamar géant se soit senti agressé. Son ton jovial et éternellement curieux retrouvé, il s'approcha de la tête massive de la dragonne en décrivant des mouvements acrobatiques, et l'examinant sous toutes ses coutures.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? C'est quoi tout ça ? »

Xion s'approcha de l'équipement, impatient de vérifier par lui-même plutôt que d'attendre la réponse.

Codage par Libella sur Graphiorum




Forme entière:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Pru'ha
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 48
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Dim 9 Sep 2018 - 8:00

Quelle étrange créature que cette méduse ! En l'observant de plus prêt je pu distinguer la totalité de ses organes. Quelle idiote d'avoir oublier d'emmener mes lunettes ! Qui ose dire que j'ai des problèmes de vu ? Qu'il se montre que je lui crame les fesses d'un éclair ! Ce sont des lunettes de mon invention me permettant d'ajuster le zoom de ma vue bien plus efficacement que mes pupilles naturellement offerte par Aer. Elles me permettent, si je le désir, de voir comme si j'étais à côté d'un objet situé à cinq kilomètres, je vous laisse imaginer le résultat sur une créature située à quelques centimètres de mes yeux !

J'étais en train d'envisager de la capturer fin de la disséquer lorsque que soudain elle se laissa tomber dans les profondeurs.

« Attention ! »

Que... Hein ? Un bouclier d'eau apparu soudain autour de moi qui me protégea d'un jet d'encre envoyé par un énorme calamar géant. C'était un fils d'aqua qui était venu à ma rescousse. Il se jeta dessus et se débattit quelques instants avec le céphalopode que je pu observer en passant. C'était une femelle Architeuthis dux, une femelle d'une dizaine de mètres, certainement assez jeune. Elle ne m'effrayait pas, elle n'avait aucune chance face à moi. Après quelques instants elle s'enfonça dans les profondeurs. Elle risquait de revenir en effet. Mais je n'avais aucune crainte : une seule calamar géant de cette taille ne pouvait me faire de mal.

C'était un renard des mers qui était venu à mon secours, il était petit à mes côtés.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? C'est quoi tout ça ? » Demanda t-il d'un ton jovial et curieux.

Il se mit à faire des figures acrobatiques et s'approcha de moi sans attendre ma réponse. Je devais lui accorder que toutes les conditions étaient réunis pour poser ces deux questions. Que pouvait donc bien faire une fille d'Aer à plusieurs kilomètres dans les profondeurs du domaine d'Aqua ? Une dragonne qui plus est, faites pour voler non pour nager. Sans parler de mon harnais, lui aussi de mon invention. Il s'enroulait autours de mon front, de mes épaules et des mes hanches en serpentant autours des épines le long de ma colonne vertébrale. Les perles de lumières me rendait aussi visible qu'un petit soleil mais me permettait de voir dans les ténèbres les plus épaisses.

Je voulu lui répondre mais je ne réussi qu'à produire un Bohb et une grosse bulle d'air. Je ne m'attendais pas évidement à obtenir un autre effet. Le fils d'Aqua avait les organes qu'il fallait pour parler dans l'eau, pas moi... Cette bulle n'était qu'une justification de mon utilisation de la télépathie :

« Bonjour. Merci pour ton aide. Je souhaite étudier les espèces des abysses mais pour cela j'ai besoin de lumière. J'ai donc fabriquée ce harnais pour me permettre de percer les ténèbres. Je... »

Je fus interrompue par un énorme déplacement d'eau. Quoi encore ? Je me retournai. Bien qu'agile dans l'eau, je devais paraître bien maladroite au fils d'Aqua.

« Attention ! Un Physeter macrocephalus ! » M'écriais télépathiquement.

Autrement dit un grand cachalot. Il ne représentait pour moi aucun danger mais pouvait très bien s'en prendre au petit fils d'Aqua. Long d'entre quinze et vingt mètres, ce jeune mâle passa prêt de nous sans nous accorder la moindre once d'attention : il semblait pressé et s'enfonçait dans les abysses. Il devait très certainement poursuivre la calamar qui m'avait agressée plus tôt. Ces derniers sont des proies du Cachalot. Les batailles entre les deux espèces sont féroces et d'une violence rare. Le cétacé en sortait presque toujours vainqueur mais rarement indemne. La nature enseigne qu'il faut éviter au maximum les blessures cependant l'apport calorique que représente la consommation d'un calamar géant vaut largement le prix... Bien que certaines fois il soit relativement élevé. Dans tous les cas j'avais très envie d'assister à l'événement.

« Si tu veux bien m'excuser, le grabuge qui se prépare pourrait servir à mes recherches. »

Et je plongeai à la suite du cétacé. Je le trouvais deux cents mètres en dessous aux prises avec la calamar vue plus tôt. Le combat était féroce : le céphalopode était accroché tout autours du cachalot et semblait le tirer vers le fond en évitant avec désespoir ses dents acérées. Cependant le cétacé se débattait et donnait des coups de nageoires et de queue. Je prit soin de rester à distance, dirigeant la lumière de mon harnais vers le combat que j'observais avec concentration.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : NukeRooster
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Valion
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Sorts : eau_0;
glace_close_0;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_3;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Dim 9 Sep 2018 - 11:20

Affronter un cauchemar pour la science
En voyant la grande bulle s'échapper de la gueule de la dragonne, Xion émit un petit rire sans méchanceté. N'ayant guère l'habitude de voir ses cousins et cousines sous la surface, il avait tendance à oublier qu'ils n'étaient naturellement pas faits comme lui. En écoutant ses salutations et explications, il tourna sur lui-même pour se retrouver sur le dos, la tête à l'envers, fixant ce qu'elle désignait comme un "harnais" de son regard perçant. Le bout de ses longues moustaches vint effleurer l'objet. Il était fait de peau d'animal, ceux des terres, mais pas seulement. Il sentait aussi sa confection magique, sans pouvoir toutefois deviner tout ce qui avait été utilisé. Il s'arrêta également sur les pierres lumineuses, qui ressemblaient fortement à ses yeux.

« Impressionnant ! »

Il s'éloigna tranquillement, pour mieux la regarder. Certes, il était un peu intimidé par son charisme, sa politesse et la sagesse qui se dégageait de ses propos, mais il en était tout aussi admiratif, et restait surtout heureux de rencontrer une cousine du ciel.

Son alerte le surprit davantage que la présence du cachalot en elle-même, qu'il avait déjà sentie. Mais les épines osseuses de son corps se tendirent par réflexe. À moins d'être en danger ou dans un autre état d'urgence, il demeurait connecté aux mammifères marins, et pouvait étendre son champ nerveux aux autres espèces s'il le souhaitait, sans que ce soit un réel effort. Peut-être que la fille d'Aer pouvait en faire de même avec les animaux volants ?

Il s'écarta toutefois,. Même si sa présence était en partie dissimulée par celle de la dragonne, on n'était jamais trop prudent... Elle fonça alors à la suite du cétacé. Xion aurait pu s'arrêter là et reprendre sa surveillance, mais son intérêt avait été bien trop piqué. Il s'élança derrière elle, et songea même à attraper sa queue pour se laisser porter par son élan. Mais bon... peut-être qu'elle le prendrait mal. Il usa donc de ses propres nageoires pour revenir au niveau de son visage, observant tour à tour la spectatrice et l'affrontement en contrebas.

Le renard se tint silencieux pour ne pas la déranger, mais sa patience étant limitée, le calme ne dura qu'une trentaine de secondes.

« Donc tu nous étudies ? Pourquoi ? Tu es juste super curieuse ou tu as été créée pour ça ? »

Même si leur origine n'était pas divine, il se dissociait rarement du peuple marin. Son ton avait beau être familier, il n'était pas dénué de respect. Restait juste à savoir s'il ignorait le concept de la politesse ou s'il faisait fi de toutes formalités. En tout cas, il trouvait ça étrange, mais d'autant plus fascinant, que ce soit une fille des Cieux qui s'aventure dans les entrailles de l'océan pour servir ce rôle.

Incapable de tenir en place et se détachant du spectacle auquel il avait déjà assisté de nombreuses fois, et toujours de très très loin, l'enfant d'Aqua décrivait des cercles autour de la tête de la dragonne. Il finit par s'arrêter devant elle pour capter son attention.

« Je peux t'aider ? »

Codage par Libella sur Graphiorum




Forme entière:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Pru'ha
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 48
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Dim 9 Sep 2018 - 15:35

Durant une trentaine de secondes je pu observer le combat en toute tranquillité. De ce que je pouvais voir l'affrontement semblait équilibré : la peau du cachalot était solide et épaisse, il était puissant et une seule morsure suffirait à amputer sa proie d'une tentacule ou infligerait une blessure mortelle. Mais il n'étais pas rapide et manquait d'agilité, deux forces que possédait le céphalopode. Il se débrouillait pour se tenir toujours sur les flancs du cétacé si bien que celui ci devait se contorsionner dans tous les sens. Le calamar s'enroulait tout autour de son prédateur, c'était mal partie pour ce dernier. Bien que le céphalopode n'avait aucune chance de vaincre le cétacé, il pouvait le vaincre, le mettre en fuite.

Le fils d'Aqua m'avait suivie. Le fils d'Aqua se tenait prêt de moi, observant un spectacle qu'il avait certainement déjà vu de nombreuses fois. Sa patience semblait limité, il me demanda joyeusement pourquoi j'étudiais les créatures marines. Il se demandait si j'étais simplement curieuse ou si c'était la tâche qu'Aer m'avait confiée. Son ton était familier mais respectueux. Il était vif et ne tenait pas en place, il décrivait des cercles autours de ma tête.

Imperturbable, je continuai de regarder le combat qui tournais à l'avantage du cachalot qui avait réussi à désarçonner le calamar et l'avait amputé de plusieurs tentacules. Le céphalopode, handicapé, tentait de prendre la fuite en se laissant couler dans les profondeurs mais il serait bientôt dévorer. Le renard marin fini par s'arrêter juste devant ma tête :

« Je peux t'aider? »

M'aider ? A faire mes recherches ? Tout d'abord me vins à l'esprit qu'il ne pouvait rattraper un retard de plusieurs millénaires puis je me rappelai que j'avais devant moi un demi-dieu de l'océan. Toujours par télépathie, je lui répondis :

« Je suis Pru'ha, fille d'Aer, maitresse du savoir et créatrice de la grande bibliothèque au sein de laquelle je réuni toutes les connaissances du monde pour la déesse. J'ai donc écrit plusieurs encyclopédies du vivant que j'ai divisé en plusieurs tomes : animaux terrestre et volant, animaux aquatiques, plantes et champignons, insectes. »

Je ne fis plus aucun effort de nage, me laissant porter tranquillement porter par le courant les ailes légèrement ouvertes. Il me portait doucement en me poussant lentement vers la surface. La température de l'eau bien que froide m'était agréable.

« Ma tâche est immense et suivant la théorie de l'évolution je dois régulièrement effectuer des missions de mise à jour de mes encyclopédies. C'est pour cela que je suis ici, dans les profondeurs de l'océan. Je vais passer les prochaines saisons à traquer toutes les espèces aquatiques. »

Allait-il se rendre compte d'à quel point ma tâche est immense ? A quel point le travail qui m'attend est chronophage ? Je choisi d'ignorer sa dernière question. Bien sur qu'il pouvait m'aider s'il le désirait mais je ne lui demanderai pas. Répondre par l'affirmative reviendrait à lui demander de m'aider à accomplir ma tâche.

Je m’apprêtais à continuer de parler lorsque je fus soudain dépassée par la cachalot qui remontait rapidement à la surface, anormalement rapidement. Il semblait pressé, peut être même paniqué. Dans tous les cas il était grièvement blessé. Que c'était-il donc passé plus bas ?...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : NukeRooster
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Valion
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Sorts : eau_0;
glace_close_0;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_3;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Mar 11 Sep 2018 - 9:59

Affronter un cauchemar pour la science
Quand la fille d’Aer se présenta, Xion écarquilla les yeux pendant plusieurs secondes, cette fois royalement impressionné. Elle savait même comment écrire. Lui, à part faire des dessins sur les rochers, il n’avait pas vraiment visualisé leur alphabet. L’intérêt pour les Quatre était quand même nettement moindre. Mais bon, sa mère ne lui avait pas demandé d’en faire autant, et puis, chacun son rôle. Qui plus est, il n’y avait pas exactement matière à rédiger, sous la surface.

Quoiqu’il en soit, la dénommée Pru’ha avait tous les traits d’une grande personnalité, et Xion s’était senti soudainement très riquiqui à ses côtés. Après tout, il n’avait même pas de titre pour le désigner. Peut-être qu’il pouvait s’en inventer un ? S’il dosait sa tâche quotidienne avec un peu de vivacité d’esprit, ça devrait bien donner quelque chose de sympathique…

« Et moi Xion, veilleur de cet Océan et du bien-être de ses habitants. Des mammifères, plus spécifiquement. »

Bon, ce n’était pas encore ça, mais il y avait une marge de progression pour la prochaine fois ! En tout cas, il aurait adoré voir cette « bibliothèque » de ses propres yeux, même s’il se doutait que ça se trouvait à la surface. L’idée de sortir ne l’enchantait guère mais lui permettrait de découvrir d’autres choses qui n’avaient rien à voir avec son Eau. Ça, c’était déjà plus réjouissant.

« Je ne sais pas lire, mais ça a l’air très excitant comme travail. Tu ne dois pas t’ennuyer souvent ! »

En fait, elle ne devait même pas en avoir le temps. Les moustaches de Xion se redressèrent et il plissa ses yeux, signe de brève réflexion. Savait-elle au moins combien d’espèces différentes il y avait rien que dans ces profondeurs ? Des tonnes et des tonnes ! Probablement que oui, puisque c’était sa tâche, et qu’il fallait quelqu’un d’intelligent pour accomplir un tel labeur. Enfin, c’était plus pratique. Le contraire aurait été sacrément cocasse venant de leurs parents ! Il se garda de lui faire cette remarque-là, qui aurait pu être mal interprétée bien qu’il ne pensait clairement pas à mal.

Le renard des abysses s’était également laissé porter par les ondes marines. Cependant, comme il était plus léger, il remontait plus vite, et se trouvait déjà au-dessus de la dragonne. Tout intrigué qu’il était, il préféra se taire pour qu’elle continue à expliciter son programme, qu’il trouvait déjà passionnant. Mais elle n’en eut pas l’occasion. Le cachalot fusa dans leur direction, laissant derrière lui plusieurs traînées sanglantes. Pour le coup, Xion s’était un peu trop détaché de la scène en contrebas, absorbé par cette rencontre enrichissante. Son regard perça l’obscurité et ses appendices où se concentrait sa magie sondèrent les environs. Il détecta la présence d’un second calamar, fait en tout point remarquable, mais qui sut taire sa curiosité pour faire place à l’inquiétude.

Peut-être que la dragonne pouvait éradiquer la menace d’un battement d’ailes ? Il n’avait aucune idée de l’ampleur de son pouvoir ici-bas. Bien sûr que lui pouvait s’en charger, toutefois l’idée de tuer l’une de ces bêtes ne lui traversa même pas la tête. Il n’intervenait jamais directement sur la balance de la vie. Sans savoir si Pru’ha avait repéré le deuxième spécimen, il lui indiqua avec sérieux :

« Il y en a un autre. Je recommande vivement de nous éloigner et de les laisser tranquille… »

Mais il semblait être déjà trop tard pour la prudence. Le nouvel arrivant remontait vers leur position, il était bien plus gros que la femelle blessée. La crinière osseuse de Xion se tendit et s’illumina brièvement de traits dorés, déclenchés par une vague nerveuse.

« Est-ce que tu peux nager très vite ? Car finalement, je recommande plutôt la fuite ! »

Son conseil fut soulevé d’une note rieuse. Loin de céder à la panique face au danger imminent, il prenait tout ceci pour un jeu. Il n’avait jamais considéré le peuple marin comme une menace, peu importe à quel point ils avaient déjà pu se montrer agressifs à son égard. Il comprenait tellement leurs instincts et émotions qu’il ne pouvait leur en tenir rigueur, c’était dans leur nature, et ils n’avaient pas la conscience du choix comme ses pairs. Sans se départir de son air amusé, Xion reporta son attention sur la dragonne.

« Tu ne veux pas découvrir à quels points ils sont rapides quand ils sont en colère ? »

Une lueur malicieuse vint danser dans ses petits yeux ronds alors qu’il guettait sa réaction, enjoué à l’idée d’une course-poursuite. En voilà une expérience inédite, non ?

Codage par Libella sur Graphiorum




Forme entière:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Pru'ha
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 48
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Mar 11 Sep 2018 - 12:53

Rapidité. Qu'est-ce qui est rapide ? Qu'est-ce qui est lent ? Une mouche est elle rapide ? Une feuille tombant d'un arbre est elle lente ? La mouche trouvera que la chute de la feuille est d'une lenteur absolue pourtant pour le rythme de vie d'une tortue ou d'une arbre, le chut de cette même feuille est d'une grande rapidité. Pour un phoque, atteindre les 10 km à l'heure sur une surface terrestre relève de l'exploit alors qu'un guépard atteint aisément les 80 voir plus. Alors qu'est-ce que la rapidité ou la lenteur ? Tout dépend du point de vue...

Le renard se présenta comme portant le nom de Xion. Il se dit veilleur des océans et gardien du bien être de ses habitants. Comment peut-on veiller au bien être de tous les habitants d'un écosystème ? Pour que les prédateurs se portent bien, le malaise et la peur doit obligatoirement atteindre les proies qui évidement ne peuvent pas vivre dans le bien être. De fait cela me paraissait impossible mais je comprenais ce qu'il voulait dire.

« Tu ne dois pas t'ennuyer souvent ! »

Moi ? M'ennuyer ?? Je n'ai jamais ressentis l'ennui, c'est quelque chose que je ne connais que de définition je l'avoue sans honte. Il me faudra prendre le temps d'effectuer une étude sur l'ennui. J'ai bien trop de chose à faire pour le ressentir ! Aménager ma bibliothèque, y faire le ménage, écrire mes livres et surtout mes recherches ! Non je n'ai pas le temps de m'ennuyer.

Xion me prévint alors qu'un autre calamar approchait.

« Je recommande vivement de nous éloigner et de les laisser tranquille » indique avec sérieux.

Puis avec amusement il demande si je sais nager vite. Tout dépend ce qu'il appel vite... Je peu aisément suivre un phoque à la nage mais je suis bien à capable de suivre la majorité des poissons en dehors qu'avec mes yeux et l'aide de la magie. Alors qu'est-ce qu'il appel nager vite ?

Il me recommanda de fuir. Je n'avais jamais vu un calamar dépasser les vingt mètres de longs et j'étais de taille à résister à une créature pareille. Aussi je ne m’inquiétais pas, sans me presser je m’apprêtais à lui répondre lorsqu'un nouveau déplacement d'eau me fit baisser la tête... Puis le monde bascula ! Je me fis percuter violemment par une énorme masse. Je me sentis monter de plusieurs mètres d'un seul coup. Ayant reçu un choc violent, mes poumons réclamèrent de l'air et j'eus le terrible réflexe d'ouvrir grand la gueule et d'inspirer remplissant douloureusement mes organes d'eau. Le choc m'avait déjà un peu sonné, le basculement du monde m'avait déboussolée et donnée le tournis, l'inspiration d'une eau subissant une telle pression fut comme un coup de grâce. J'étais vaincue, hors combat, incapable de me défendre, de faire appel à la magie.

Malgré tout, bien que ma magie et mon corps refusaient de répondre et que ce dernier était affreusement douloureux, bien que mon esprit était dans la brume, mes yeux et un instinct de survie, étrange pour un être immortel, vivait toujours. Ce n'était pas un calamar géant qui m'attaquait mais un calamar colossal particulièrement... colossal ! Il dépassait deux fois ma taille, mesurant ainsi la taille exceptionnelle d'une trentaine de mètres de long. Il s'était enroulé autours de moi et serrait avec une force telle que mes écailles se fissuraient, mes poumons, déjà bien meurtri, subissait une intense pression. Les deux crochets situé au bout des deux tentacules principales brisaient mes écailles et faisait couler mon sang. Ma tête était coincée dans le manteau du calamar, je pouvais voir son bec s'agiter ainsi que, vision d'horreur, sa radula qui s’apprêtait à me broyer les naseaux.

Ma situation était extrêmement grave. La peur s'emparait de moi, une peur panique, une peur primitive. Ce calamar était parfaitement de taille pour me dévorer, du moins en partie. Si j'étais mortelle, je serais condamnée, ma mort était certaine. Je savais parfaitement comme les calamars tuaient et broyaient leur proie. Je souffrais déjà atrocement et je savais que ce n'était rien à côté de ce qui m'attendais. Je n'avais aucun moyen de m'y soustraire, mon corps refusait de répondre incendié qu'il était sous le choc et la douleurs, je devrais de toute façon utiliser toute ma force pour me défaire de son étreinte, or les crochets du céphalopode s'enfonceraient encore plus profondément en moi m'infligeant des blessures plus terribles encore si je me débattais. Mon esprit, embrumé, n'arrivait pas à faire appel à la magie qui m’échappait. Paniquée, j'avais complètement oubliée le présence de Xion. A demi consciente, la petite part de mon esprit qui l'était encore menait une féroce bataille désespéré pour réveiller l'autre. Mais j'étais assez intelligente pour savoir le sort qui m'attendais...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : NukeRooster
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Valion
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Sorts : eau_0;
glace_close_0;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_3;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Jeu 20 Sep 2018 - 9:12

Affronter un cauchemar pour la science
Impassible, le regard de la dragonne ne semblait lui renvoyer qu’incompréhension et interrogations. Peut-être que tout ceci ne la faisait nullement rire. Ce ne serait pas si étonnant car les autres demi-dieux s’amusaient rarement autant que lui. Elle éprouvait beaucoup de passion pour sa tâche, pas besoin d’être un télépathe né du giron d’Aer pour le sentir. Et ça avait eu l’air de l’amuser, de décortiquer toutes les espèces sous tous leurs aspects… Une fausse impression alors ? Xion avait toujours eu plus de mal à comprendre ses cousins que ses pairs et son peuple.

Pru’ha ne bougeait pourtant pas. Il l’avait bien prévenue qu’un autre arrivait ? Avait-il précisé que c’était un spécimen colossal. Oups, il avait peut-être oublié. Même sans savoir ça, elle aurait dû réagir non ? Elle comptait peut-être mener une expérience ! Xion attendit alors la marche à suivre, ne voulant pas interférer avec une initiative malvenue. Comme il ne voyait pas l’intérêt ni la nécessité de se battre, cette raison n’avait toujours pas heurté son esprit. Il laissa donc le grand spécimen des abysses approcher.

Son attaque fulgurante devança toutefois ses sens. La crinière hérissée, il se demanda si tout ceci faisait partie du plan de la maîtresse du savoir. Plus il voyait le seigneur des mollusques l’étreindre, plus il en doutait. Au premier craquement d’écailles, le renard fit rapidement le tour du gigantesque mollusque et de sa proie, qu’il discerna à peine. Bon… le moment de s’inquiéter pointait enfin le bout de son nez.

Petit insecte à côté du roi des céphalopodes, Xion puisa dans ses réserves magiques pour compenser. Les spécimens de cette taille étaient extrêmement rares, surtout aussi haut dans les ténèbres des océans. Ils avaient vraiment dérangé toute la faune locale pour qu’il remonte lui-même régler le problème. Ça ne lui plaisait pas de le blesser, mais il n’avait plus vraiment le choix. Griffes et crocs dehors, l’enfant d’Aqua s’en prit directement aux yeux de la créature. Propulsé par sa vitesse naturelle et magique, il transperça le regard du calmar sans même pouvoir être attrapé. Ce dernier libéra deux tentacules pour tenter de saisir son assaillant. La petitesse et l’agilité du renard jouaient clairement en sa faveur, et le bouclier aqueux qui l’entourait suffirait à le protéger s’il ne pouvait esquiver.

Xion parvint à éviter les premiers coups puis planta ses dents dans le troisième membre qui fusait dans sur sa position. Même si le tentacule était plus large que lui, il ne possédait guère de protection et la nature divine de ses crocs lui permettait de le pourfendre. Il n’eut toutefois pas le temps de réellement l’amocher que le céphalopode le secoua en tous sens puis l’envoya valser comme un déchet. Agacé, Xion repartit à l’assaut dans un grognement rageur. Il accéléra alors qu’une épaisse couche de glace se formait autour de lui, jusqu’à l’apparenter à une stalactite lancée à pleine puissance.  Visant le cœur, avec une largeur de cinq bons mètres, l’impact fut décisif.

Le calamar relâcha la dragonne en se laissant couler dans les profondeurs. Le renard vint rattraper Pru’ha dans sa bulle magique et l’entraîna à la surface le plus rapidement possible. Ensuite il l’emmena vers la rive, toujours à l’aide de ses pouvoirs puisqu’il restait incapable de la porter sur son tout petit dos. N’étant pas habitué à tirer une fille d’Aer  de douze mètres de long, ils mirent plus de temps que prévu à atteindre la terre ferme.

Essoufflé, le fils d’Aqua s’effondra au sol quelques secondes. Puis il se redressa vivement pour venir inspecter les dégâts. Un frisson parcourut son échine. C’était pas joli du tout.

« Pardon. J’aurais dû réagir plus tôt… »

Ses moustaches effleurèrent les écailles sombres, s’arrêtant où les plaies étaient les plus importantes et s’attelant à les refermer. Brillant de plus belle à mesure que la magie vibrait dans ses terminaisons nerveuses, le corps de Xion fut secoué de nouveaux frissons. Il avait rarement utilisé autant de magie d’un coup. Mais il ne voulait plus que la maîtresse du savoir souffre, aussi il continua à dispenser ses soins sans s’occuper de sa fatigue. Il ferait une sieste pour se ressourcer et le tour serait joué ! Bref… Pas terrible pour une première rencontre avec une dragonne.

Codage par Libella sur Graphiorum




Forme entière:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Pru'ha
avatar
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 48
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Ven 21 Sep 2018 - 16:18

Avez vous déjà essayé de patauger dans des sables mouvants ? Non ? C'est dangereux, même mortel ? Alors imaginez vous patauger dans des sables mouvants le corps attaché à des chaînes si serrées qu'elles vous entaillent la peau et la tête enfermée dans un sac avec au fond une spirale avec des dents en métal acérée qui tourne offrant l'assurance de vous broyer le visage si vous approchez. Ajoutez y la colossale pression de l'eau à cette profondeur abyssale en sachant qu'elle augmente d'une atmosphère tout les dix mètres et que nous sommes bien au delà de la seconde dizaine de centaines de mètres. Enfin ajoutez y la douleurs d'une noyade permanente. Imaginez que vous soyez en train de vous noyer mais incapable de mourir. Comment ? Impossible d'imaginer ? Évidement pour un mortel, la mort sera intervenu bien avant. Mais pour moi qui suis à moitié Déesse je ne peux connaître le luxe du repos de la mort.

La souffrance était au delà de l’insupportable, par dessus l'intolérable. Imaginez la pire des tortures que votre esprit puisse imaginer puis multipliez la douleur infligée par plusieurs dizaines. Je ne pouvais m'y soustraire, je ne pouvais m'échapper, je ne pouvais que subir. Bien qu'à moitié consciente, je ressentais la souffrance comme si j'avais toute ma tête. En revanche ce qu'il se passait autours de moi n'avait que peu d'importance, tout était flou. Le temps me paraissait infiniment ralenti, une seconde semblait durer une heure, une minute des jours entiers. Depuis combien de temps m'étais-je noyée ? Réellement cela ne faisait qu'une petite quinzaine de secondes, ce qui, excusez du peu, est extrêmement long dans ma situation, mais cela me paraissait plusieurs dizaines de minutes. Je sentais l'odeur du sang dans l'eau. Mon sang. Il coulait en abondance, même pour une créature de ma taille j'en avait perdu beaucoup, peut être de quoi remplir entièrement le corps du petit demi-dieu qui était en train de me sauver. Je me sentais enfermée dans un cauchemars particulièrement horrible.

Mais tout était flou. Je ressentie l'utilisation de la magie, je ressentie que le calamar détacha deux tentacules, je ressentie qu'il se débattait avec quelques choses d'autres que moi m'infligeant des blessures plus terribles encore dans sa lutte. Puis, après un temps qui me parut des heures, je ressentie un choc puissant et tout se relâcha. La pression des tentacules disparue, le bec claquant proche de mon museau s'éloigna et je fus de nouveau libre. Libre mais incapable de bouger ! Je me retrouvai enfermée dans une bulle d'eau. Étais-je consciente ou non ? Je ne saurai vous le dire. Je voyais le calamar disparaître dans les profondeurs, je sentais la pression de l'eau diminuer peu à peu mais j'étais incapable de bouger, incapable de parler, incapable de faire appel à la magie. Mon esprit n'était qu'une flaque boueuse.

Puis je me retrouvai à la surface. Ce fut extrêmement simple : je m'écroulai sur le sable. Mes blessures étaient terribles, même pour une créature de ma taille. Certaines griffures infligées par le calamar aurait pu contenir le corps entier d'un lion. Mon sang colora rapidement le sable. La magie de guérison fit pourtant son œuvre, peu à peu mes blessures se fermèrent mais j'eus bien du mal à retrouver mes esprits... et soudain, hoquetant, je me redressais et je vomi des dizaines de litres d'eau. La douleurs en fut tout aussi intense que lorsque mes poumons se sont remplis d'eau. Tout en vomissant, dans de terribles hauts le cœur, je cherchai de l'air aggravant encore plus mon malaise. Tout fut terminé en une longue vingtaine de secondes.

Je m'écroulai de nouveau dans le sable. Même si Xion avait soigné mes blessures, il ne pouvait soulager certaines souffrances internes et ne pourrait jamais vaincre le traumatisme. A jamais, je serai traumatisée à jamais. L'intensité des douleurs que j'avais subi laisseront leur signature durant tout les millénaires qu'il me reste à vivre.

La voix rauque, cassée, brisée et faible je prononçais un remerciement. Ce fut tout ce que je fus capable de dire avant d'être prise d'une nouvelle nausée qui n'eut d'autre effet que de contracter douloureusement mon corps.

« Plus... Plus jamais... Qu'Aer se débrouille... Plus jamais ! »

Je me sentais affreusement malade, j'étais au bord de l'inconscience. Et même si j'allais mieux, on aurait dit que j'étais couchée dans une rivière de sang qui colorait le sable jusqu'à la mer. Je toussa soudain et m'égarai dans les couloirs sombres du temps... Il me faudrait certainement plusieurs heures avant de revenir parmi les vivants.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
avatar
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : NukeRooster
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Valion
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Sorts : eau_0;
glace_close_0;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_3;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Lun 15 Oct 2018 - 11:50

Affronter un cauchemar pour la science
De tous les éléments, l'air semblait être le plus vital, le plus prépondérant. Mais il était un lieu, peut-être même plus étendu que le ciel, où il n'y avait pas d'air. Sous-estimées car méconnues, les profondeurs des océans renfermaient des dangers si mortels qu'ils demeuraient dans les ténèbres, à l'abri des regards de la surface. Si les deux terrains d'Aer et d'Aqua donnaient matière à explorer, le premier ravissait quand le second terrorisait.

Xion se recula sensiblement pour laisser la dragonne expulser toute l'eau de ses poumons. Elle semblait terriblement mal, et ça l'inquiétait. Il ne savait pas comment traiter les espèces inaptes à la vie sous-marine. À part refermer ses plaies, du moins celles de son corps, il ignorait comment la faire aller mieux, comment réparer la situation. Malgré sa fatigue, il se passait mentalement en revue toutes les idées qui lui venaient, cherchant la solution. Mais peut-être qu'il n'y en avait aucune.

Pru'ha ne faisait pas partie de son peuple, techniquement, ce n'était pas à lui de s'en occuper. Alors est-ce qu'il se sentait responsable de sa situation ? Incertain. Mais elle avait bel et bien été attaquée par un habitant des abysses, sous sa surveillance. Quoiqu'il en soit, il voulait faire tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider.

La réplique de sa cousine lui arracha un regard très étonné et fit tomber un voile de tristesse sur son esprit. Elle ne voulait plus explorer et étudier, alors qu'elle aimait tant ça ? Le renard voulut rétorquer mais rien ne lui vint en tête, pas même une consolation. L'inconscience la gagna de nouveau aussi il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus amplement.

L'enfant de l'eau vint se glisser sous la tête de la dragonne, autant pour la surélever que pour lui apporter un peu de chaleur. Il comprenait très bien ce sentiment de détresse, puisque les émois étaient sa spécialité, mais peinait à cerner le traumatisme subi. Les demi-dieux ne pouvaient mourir. Mais se faire attaquer par quelque chose d'aussi énorme, surtout quand on était soi-même gigantesque, oui, ça devait faire très peur. Et l'étreinte d'un céphalopode était tout sauf agréable. La peur et la douleur. D'accord, il comprenait mieux.

Certes, elle n'avait pas été très prudente en débarquant ainsi comme une lumière surexcitée. Mais il ne pouvait vraiment lui reprocher, car la prudence restait un concept qui le dépassait souvent. Mais encore une fois, l'océan était son milieu naturel, difficile de se mettre à sa place. Il y avait tellement de choses qui semblaient évidentes à ses yeux, tout comme il y avait tout un tas de connaissances dans la mémoire de fille des cieux qui lui échappaient. Comme cet appareil qu'elle s'était construit, c'était vraiment fascinant à y repenser ! Il n'en avait pas besoin, mais ça lui aurait plu d'en avoir un à essayer.

Enfin... Il reposa ses yeux dorés sur les écailles sombres et abîmées de sa cousine. C'était étrange pour lui. Il était incapable de partager ses émotions, et donc pour lui incapable de les alléger. Impuissant. Quel mot étrange. Et désagréable.

À nouveau, ses moustaches effleurèrent les blessures à sa portée. Il essaya d'apaiser les fluides qui pulsaient dans le corps de la dragonne, mais le résultat était faible, sa composition n'était pas la même que celle du peuple marin. Dépassé, sa tête vint finalement se poser sur le sable clair. Il eut un dernier regard pour le ciel et la mer avant de s'endormir.

« Parents, que dois-je faire ? Je ne peux remédier à son mal. S'il vous plaît, ne la laissez pas souffrir ainsi. »



Lorsque le renard des abysses ouvrit les yeux, le ciel s'était complètement assombri. Pru'ha dormait encore, ou du moins sa respiration était régulière. Délicatement, il se retira pour la réexaminer. La magie suivait son cours naturel de guérison. Une pensée lui traversa soudainement l'esprit. Et si elle avait faim en se réveillant ? D'accord, ils n'avaient jamais vraiment faim, mais peut-être qu'elle aurait envie de manger ? Enfin peut-être qu'il pouvait trouver quelque chose pour lui remonter le moral.

Un regard alentour et sa motivation vacilla. Ses connaissances de la surface avoisinaient le zéro. Et elle ne voudrait sans doute plus voir quoique ce soit qui vienne de la mer. À moins que...

Gagné par l'excitation, il plongea sous l'océan. Puisqu'il savait où chercher, il lui fallut peu de temps pour rassembler des morceaux de corail semblables à des pierres précieuses et des coquillages tout aussi jolis, enfin à son avis. Il les tailla à l'aide de ses moustaches et de magie, un peu grossièrement puisqu'il n'avait jamais fait ça. Puis, il repéra une espèce d'algue aussi souple que solide, et surtout toute fine, pour joindre le tout.

Satisfait, il revint auprès de Pru'ha, dont il aperçut le scintillement des pupilles. Tenant toujours le grand collier en bouche, il se rapprocha en trottinant et articula tant bien que mal :

« Moh ! Mu es réveillée ! Comment 'u 'e sens ? »

Codage par Libella sur Graphiorum




Forme entière:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Affronter un cauchemars pour la science ! [pv Xion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Deux cauchemars pour une destinée croisée [Vik]
» Tsuki Beach Volley: L'ultime affrontement, Diamants contre élèves ( PV: Mr Okita, Maester, Mr Lyos + les 4 premiers élèves qui voudront nous affronter .... et libres pour les spectateurs )
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]
» Gri-Gri pour rêver
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Les Rêveries-