Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Denrou Lancelam
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Denrou Lancelam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 7 Sep - 14:19

I) Identité

  • Nom: Lancelam
  • Prénom: Denrou
  • Sexe: Homme
  • Age/date de naissance: 20 ans. Né un 21 janvier.


II) Caractère
  • Denrou est avant tout quelque un de très ouvert d'esprit, ses différents voyages lui ont permis de voir beaucoup de choses comme les différents modes de vies des différents peuples. Ce qui l'étonnait le plus : les personnes qui possédaient un kanki - Invocation dans la langue de son peuple - les traitaient au mieux comme un ami ou au pire comme un vulgaire animal, ce qui lui semblait impensable, car dans son peuple les invocations pouvaient se déplacer librement, à l'instar de l'autre peuple nomade du désert, les Nahkati, avec lesquels il avait vu sa tribu échanger du corindon.

    D'une nature généreuse et naïve, Denrou aime aider ceux qui en ont besoin. De plus son caractère fonceur peut l’entraîner dans de nombreux soucis, surtout lorsque quelqu'un essaie de lui tendre un piège, car il ne s'aperçoit du guet-apens que lorsqu'il est trop tard... S'il s'en aperçoit. Mais son savoir-faire dans l'utilisation de tout type d'épée l'a aidé maintes fois.

    Il aime beaucoup de choses, mais porte une affection toute particulière pour la bonne nourriture et les combats à l'épée. De plus, étant d'origine Nomade, il aime beaucoup voyager. Par ailleurs Denrou déteste être entouré de trop de personnes à la fois, c'est pourquoi il évite généralement les villes, car il a un don pour perdre le contrôle de lui-même lorsqu'il se sent oppressé. De plus, quand il est anxieux ou lorsqu'il fait de son mieux pour contrôler sa montée de colère, il se détend en jouant discrètement avec le pommeau de sa rapière. Ce qui, au fil du temps, a fini par devenir un tic.

    Ce qu'il hait le plus en ce monde, ce sont les injustices. Surement à cause de son passé. Il ne peut rester impassible face à quelque injustice que ce soit et fera toujours de son mieux pour y mettre un terme. Ce qu'il hait le plus... sans parler des araignées. Denrou à une véritable phobie de ces bêtes, grandes ou petites. Il peut être le plus vaillant des guerriers quand il s'agit d'aider quelqu'un, mais si la menace est une araignée, c'est lui qu'il va falloir aider. D'où viens cette phobie ? Il n'en sait rien. Tout ce qu'il sait, c'est qu'elle est présente depuis son plus jeune âge.


III) Physique
  • Approchant du mètre quatre-vingt-cinq et des quatre-vingts kilos, Denrou n'est pas un adepte de la musculation. Cependant le maniement de ses nombreuses épées lourdes l'ont assez bien entrainé. Justement, l'épée, étant l'arme favorite de Denrou, il a appris à se servir de toutes celles qui pouvaient lui tomber sous la main, ce qui n'est pas inutile lorsqu'il vient à perdre son " jouet ". Ses cheveux ont la couleur de la crinière d'un lion, et ses yeux sont marrons clair. Sa peau halée rappel ses origines.

    Habituellement, il porte une épée lourde accrochée dans son dos ainsi qu'une petite rapière à la ceinture. Mais il ne se sert de cette dernière uniquement lorsqu'il lui est impossible de sortir son arme lourde - comme dans des ruelles étroites, ou ce genre d'endroits l'empêchant une maniabilité optimale - autant dire peu souvent. Ayant vécu pas mal de temps dans le désert, il porte des vêtements aux couleurs variants du marron foncé au marron clair, pour lui permettre un camouflage idéal dans ces zones, ainsi qu'un col assez haut pour protéger la partie inférieure de son visage. Lorsque nécessaire il remonte sa capuche sur son visage, parfait pour ne pas souffrir des tempêtes de sable.


IV) Vie
  • Famille: Il est le deuxième fils d'une famille de Masaatsu, un peuple nomade des régions du Désert Ambré. Son père, Fukauchi, à toujours eut une mauvaise opinion de lui, le sous-estimant constamment au profit de son aîné, Kunishi. Leur mère disparut lorsque Denrou fêta sa neuvième année.
  • Histoire:
    Avant de parler de l'histoire de Denrou, il faut préciser que son peuple traverse le Désert Ambré à la recherche d'éventuelles mines de corindon. Une pierre avec laquelle ils créent des pierres précieuses, utile pour le commerce. Mais aussi, grâce à la roche qui en découle, fabriquent des armes et autres outils. Les Masaatsu sont un peuple qui privilégie le façonnement de nouvelles armes et le commerce qui enrichie les cultures.

    Lorsqu'ils étaient enfant, Kunishi et Denrou étaient semblables à deux meilleurs amis. Ils se disaient tout et ne se cachaient rien. Mais un jour, pour une raison inconnue, leur mère disparut. Avant de partir elle avait écrit une lettre à Denrou, lui expliquant absolument tout. Lorsque son père l'appris par Kunishi qui le voyait constamment la relire, il ordonna à son fils de la lui donner cependant il n'en fit rien et la détruisit. Il avait a l'époque neuf ans. Depuis ce jour son père lui voua une haine considérable, voyant en lui les raisons inexpliquées du départ de la femme qu'il aimait tant. Et cela empira de jour en jour, devenant un calvaire pour le petit garçon qu'il était.

    Denrou était devenue le souffre-douleur de Fukauchi. Il oubliait sa peine en le faisant souffrir et ça, Denrou ne le supportait pas. Kunishi idolâtrait son père, son jeune âge le rendait facile à manipuler et Fukauchi l'avait bien compris. Il en profita donc et monta les deux frères l'un contre l'autre. C'est ainsi que, ces deux frères autrefois meilleurs amis devinrent si haineux l'un envers l'autre. Au fil des années Kunishi se forgea un caractère des plus exécrable, il passait son temps à se vanter, à rabaisser Denrou et à lui rappeler combien leur père le préférait au jeune garçon.

    Ils se battaient souvent, mais Kunishi avait toujours le dessus. Puis un jour, vers ses 11 ans, Denrou commença à passer ses journées loin de chez lui. Il s'était fabriqué une épée de bois et s'entraînait avec elle. Au fil des mois il progressait énormément. Variant des "épées" lourdes aux "épées" plus légère. C'est de cette manière qu'il acquit son savoir-faire en maniement d'armes.

    Quatre années passèrent ainsi sans que rien ne change. Un matin Kunishi décida de suivre Denrou sans que ce dernier ne le remarque. Quand Kunishi vît que son frère s'entraînait avec une perche faite de bois, il fit demi-tour et commença a courir, dans l'espoir de prévenir son père, lorsqu'il fut arrêté net par une longue tige en plein milieu du torse qui lui coupa un instant la respiration. À son bout, Denrou la tenait d'une main. Il profita de l'instant de faiblesse de son frère et le renversa, puis cala la tige de bois sous le menton de Kunishi. Voyant dans le regard de son frère plus de panique qu'il n'en avait jamais eu dans le sien, il jeta la perche et aida Kunishi à se relever. Puis la panique se transforma en haine. "Comment as-tu fais ça?" demanda-t-il, énervé . Denrou sourit "Quoi donc?" répondit-il calmement. Kunishi s'écarta et, tout en observant Denrou du coin de l'oeil, s'en alla nonchalamment. Le jeune garçon le regarda s'en aller. Puis il ramassa la barre et recommença à s'entraîner.

    Quand il rentra chez lui son père l'attendait. Le regard plein de satisfaction de son frère signifiait qu'il avait évidemment tout raconté. Denrou préféra oublier ce qui se passa ensuite. Mais suite à cela, il décida de partir.

    *Flashback*
    Denrou arriva a l’entrée de la tente et regarda derrière lui. Il vit son père commencé à s'installer pour souper. Il esquissa un faible sourire et demanda gentiment" êtes-vous sûr que vous arriverez à préparer le dîner, sans moi?" Mais Fukauchi ne répondit pas, il ne leva même pas les sourcils et continua paisiblement à manger. Denrou poussa un soupir à peine audible et murmura en s'en allant "je ramènerai mère."

    Lorsque Denrou fût parti, Fukauchi laissa tomber la nourriture qu'il tenait. Ses bras glissèrent sur ses côtés et toute sa force se dissipa puis de fines larmes commencèrent à couler sur ses joues.

    Quelques kilomètres le séparaient déjà du campement de son peuple. Il repensait nostalgique au temps ou sa mère était présente, quand tout allait bien. Sur la lettre qu'il avait détruite sa mère expliquait qu'il ne devait en aucun cas la montrer au reste de sa famille. S'il avait su ce que lui coûterait ce secret, il ne l'aurait probablement pas détruite, pensait-il. Mais le mal est fait, aujourd'hui il lui reste une chose à faire : retrouver sa mère et prouver à son père qu'il n'est pas le moins-que-rien qu'il imagine.
    *flashback*

    Le lendemain de son départ Denrou regrettait déjà d'être parti. Malgré son aptitude à rester des heures au soleil sans boire du fait qu'il est originaire de cette région, Denrou commençait à ressentir la soif, mais son outre d'eau était petite, il désirait donc l'économiser. Remontant sa légère capuche pour le couvrir du soleil, il s'assit un instant afin de se reposer quand son ventre se mit a gargouiller. Poussant un long soupir il leva les yeux vers le soleil et se dit qu'a vu d'oeil, il devait lui rester une ou deux heures avant que la nuit tombe. S'allongeant sur le sable, il essaya de s'endormir quelques temps, afin de repartir de nuit lorsqu'il ferait moins chaud.

    Il se tournait, se retournait, encore et encore, cherchant difficilement le sommeil. Le soleil lui brûlait la peau et un mal de tête commençait à se faire sentir. Denrou se sentait vraiment mal, il n'était pas habitué à rester ainsi sans boire ni manger, a la chaleur. Il essaya de se redresser pour attraper son petit sac où il avait rangé un peu de nourriture, mais lorsqu'il se leva ses genoux flanchèrent sous lui et il s'évanouît...

    Un léger tremblement le réveilla. Il regarda autour de lui, il faisait noir, la lune était haute dans le ciel. Il posa ses mains sur le sol et tenta de se redresser, mais ses mains s'enfoncèrent, laissant apparaître un énorme trou dans le sable qui s'étendait excessivement loin. Il paniqua et se releva en vitesse, manquant de tomber à nouveau. Il commença a courir et dans la détresse oublia son sac et son outre. Il n'eut pas le temps de faire quelques pas qu'un énorme vers géant sorti du sol. Des larmes commencèrent à couler sur ses joues. Est-ce ainsi et maintenant qu'il mourrait ? N'aurait-il donc aucune chance de retrouver sa mère ? Sachant que face au Wania il n'était rien, il se laissa tomber a genoux, implorant toutes les formes de divinités qu'il connaissait de lui sauver la vie. Sous lui le sol tremblait, il voyait désormais sa fin. L'espoir était vain, jamais il ne retrouverait sa mère, jamais son père n'aurait une meilleure estime de lui. Il allait mourir, en entraînant avec lui toute sa honte et toute sa peine...

    Une lumière brilla. Si fort, si belle et pourtant elle ne l'éblouissait pas. Était-ce cela, la mort ? Il leva les yeux. Un loup entièrement en feu se tenait entre lui et le Wania. Il crut reconnaître le loup de la légende, Ambre, avant de s'évanouir à nouveau, sous l'effet de la peur.

    Denrou se redressa vivement, la gorge sèche, les yeux cernes par la fatigue. Il chercha son outre, la trouva toujours accrocher à sa ceinture, l'ouvrit et se rafraîchit. Il posa ses mains au sol, le sable était déjà chaud. Autour de lui les sillons qui s'étaient creusés durant la nuit n'étaient plus. Que s'était-il donc passe ? L'Ambre l'avait-il sauvé ? Tout cela était purement impossible ! Ces deux animaux n'existaient que dans les légendes et le wania n'était que l'oeuvre des mères Masaatsu pour effrayer leurs enfants lorsqu'ils désobéissaient ! Et Ambre, le façonneur du désert, pourquoi l'aurait-il sauvé , lui alors que dans les légendes il n'avait pas sauvé les villages de nomades qui s'étaient fait dévorer par le Wania ? Soupirant, il leva les yeux au ciel, le soleil se levait déjà, il n'avait que trop dormi. Il aurait tout le loisir de trouver réponses à ses questions lorsqu'il serait à l'abri.

    La journée passa plus vite qu'il ne l'aurait pensé. Voyant au loin la rivière blanche, il accourut et s'agenouilla juste devant elle, les mains dans l'eau. Il s'éclaboussa le visage et la nuque. Observant son visage dans l'eau, il revit le visage de son père. "Tu es un incapable" lui disait-il. Denrou plongea son poing dans l'eau et le reflet se troubla. Il s'assit et se mit à observer le paysage qui l'entourait. C'était la première fois qu'il voyait quelque chose d'aussi beau. Il restât un long moment-là, assis, a s'émerveiller de ce décor, mais un drôle de bruit le ramena à la réalité. Il chercha d'où venait ce bruit quand une troupe de chocobos passa en trombe devant lui. Ils traversaient la rivière. Il hésita un instant à tenter de grimper sur le dos de l'un d'eux, mais il ne savait pas comment ils réagiraient, il décida donc d'attendre et de profiter de la beauté du spectacle.

    Le temps passa lentement. Il avait 17 ans quand il arriva à Lüh pour la première fois. Il s'était fait offrir l'hospitalité par différentes tribus qu'il avait rencontré lors de son voyage, ce qui lui avait permis d'acquérir de nombreuses connaissances à leurs sujets. Voulant voir ce que donner une véritable ville, il entra dans la cité et "en fit vite le tour". Aussitôt rentré, aussitôt sorti. Il faut croire qu'être entouré comme il l'était ne lui avait pas plu. Les mâchoires serrées il repartit le long de sa route. Il trouverait bien quelque part ou dormir.

    Il fit le tour des environs mais rien n'y faisait. Soit il n'y avait rien, soit tout était bondé. Résigné, il retourna à la ville et s'arrêta à la première taverne qu'il vit. S'adaptant malgré sa haine pour les endroits bondés, il passa tout de même trois longues années dans cette cité. Il finit presque même par y prendre gout.


V) Autres
  • Métier: Vit au jour le jour
  • Signes particuliers: Il a de nombreuse cicatrices suite aux différentes bagarres qu'il eut avec son frère, ou tout au long de son périple.
    Il a la peau halée, ce qui est naturel chez les gens de son peuple.
  • Rêve, ambition: A l'âge de quinze ans, Denrou décida de quitter son foyer pour s'embarquer dans un long périple sur l'île d'Arcane. Depuis ce jour il désire ardemment retrouver sa mère et pour ça il est prêt a parcourir des lieux même inexploré



VI) Hors Jeu
  • Comment avez-vous découvert ce forum?
    En faisant une recherche sur Google pour je ne sais plus quoi. Ça avait un rapport avec les rpg je suppose Very Happy (Non non, je n’ai pas une mémoire de poisson rouge...!)
  • Comment trouvez-vous l'intrigue de ce forum?
    Intrigante… ?
  • Comment trouvez-vous le design de ce forum?
    Magnifique *-*
  • Avez-vous lu le règlement?
    [Validé par le loup bleu]
  • Avez-vous vu le tchat?
    Bah oui. Very Happy
  • Savez-vous comment voter pour le forum?
    Oui, c’est (presque) la première chose que j’ai faite.
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Sam 7 Sep - 15:47

Bienvenue sur la V2 !

BON JEU
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Denrou Lancelam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains :: Fiches Fantômes des Humains-