Abritons nous de la pluie [Oblivion]

Partagez

Abritons nous de la pluie [Oblivion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mar 18 Sep 2018 - 12:33

Pluie. Je me souviens du temps ou les humains, encore ignares, remerciaient les Dieux lors de la première pluie de fin d'été. Je me souviens du grand nombre de croyances tournant autour de l'eau tombant du ciel. Il y avait aussi cette tribu à plûmes ayant inventé une véritable danse de la pluie. Beaucoup considéraient au début des temps qu'un orage était un phénomène magique, preuve de la colère des Dieux. Pfouah ridicule.

Mes connaissances et expériences de la vie étaient suffisantes pour savoir que ce nuage jaunâtre colossal qui s'avançait à l'horizon ouest allait apporter une pluie si forte qu'elle allait rendre le vol impossible, gonflerait les rivières et réduirait considérablement la visibilité. Du sol il était impossible de le voir, il surprendrait tous les individus situés aux pieds est des montagnes.

Je volais à cinq kilomètres d'altitude au dessus des montagnes. J'avais quitté Kelder depuis quelques heures et prenais tout mon temps pour rejoindre Rorn. Ezelya m'avait donné rendez-vous là-bas au deuxième jour, temps qu'il lui faudrait pour parcourir la distance séparant les deux cités humaines. Pour ma part, il ne m'avait fallu que qu'une petite heure pour me rendre jusqu'au point ou je devais retrouver Ezelya. J'y avais fait un petit tour de repérage et j'étais remontée vers le nord, environ à mi-chemin. J'y retournerais quand je l'aurais décidé.

Pour l'instant, je me cherchais un abri car deux choix s'offrait à moi : monter au-dessus du nuage qui s’approchait le temps de son passage ou fuir la pluie dans une grotte. Difficile cependant d'en trouver une capable d'accueillir une dragonne de ma taille. Il me fallait une large entrée, facilement accessible pour que je puisse m'y rendre à patte ou y atterrir ainsi qu'une profondeur respectable. Je découvris finalement un trou béant au pied de la montagne. Visible de la route, je n'accordais aucune importance à ce détail. Quand je pénétrais dedans, le ciel était encore bleu et les nuages invisibles du sol mais le petit vent frais trahissait l'approche de la pluie. A ma grande satisfaction, l'ouverture s'enfonçait largement dans la montagne.

Large d'une quinzaine de mètres pour une hauteur d'une trentaine, elle se réduisait doucement jusqu'à atteindre les six mètres de hauteur pour dix de large, s'enfonçant dans l'obscurité. Je m'y enfonçais d'une centaine de mètres ce qui n'était que quelques pas pour moi et lorsque je fus entourée par les ténèbres je me couchais contre un mur.

Je me savais presque totalement invisible pour qui ne s’approchait pas à moins de quelques mètres de moi. Je calmais ma respiration si bien que bientôt ce fut comme si la grotte n'avait aucun visiteur. Pourtant je fus rapidement rejointe par un couple de renard qui s'enfonça tout au fond de la grotte, eux aussi cherchant un abri en prévision du déluge qui arrivait.

Sachant que j'avais certainement plusieurs heures devant moi, je commençais à réfléchir aux derniers événements. Ma libération, ma dispute avec Ezelya, les événements à Kelder, ma rencontre avec Nagah. Je me plongeais dans mes pensées. Quelques heures d'attentes n'étaient rien pour une dragonne de mon âge, une centaine d'années n'étant qu'un battement de cil dans l'écoulement de ma vie. J'attendrais...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Mer 17 Oct 2018 - 11:29

Oblivion avait décidé de faire une balade à cheval avec Saber ce jour-là. C’était son dernier jour avant le retour programmé à Lüh avec Wazzi et elle avait souhaité explorer un peu les environs tout en accordant des galops déliés à sa jument. Sans s’en rendre compte, elle avait été assez loin de Kelder mais, comme à son habitude, avait pris son paquetage intégral, au cas où.
Elle avait laissé Wazzi profiter des environs du Temple d’Aer et avait décidé de l’appeler quand elle serait à Rorn, épargnant au petit panda deux jours à passer sur la croupe d’un cheval, aussi doux que Saber fut-il.

Elle était revenue sur la route qui séparait Rorn de Kelder et laissait la jument avancer à son rythme, lui faisant totalement confiance, se demandant si, à ce compte, il ne valait pas mieux qu’elle poursuive son chemin jusqu’à la capitale du nord au lieu de rebrousser chemin et de perdre presque une journée de trajet.
Elle décida de peser les pours et les contres. Ils n’étaient pas nombreux. Pour : la perspective de passer une nuit dans un lit relativement confortable et de faire deux repas de bonne qualité. Contre : plus rien ne la retenait à Kelder maintenant qu’elle avait décidé de ne plus passer d’épreuve, et si elle n’était pas en retard, prendre un jour d’avance pour anticiper un quelconque imprévu n’était pas totalement superflus.
Elle fit donc le choix de poursuivre sa route, paisiblement, laissant Saber tracer sa route, elle-même se concentrant sur l’observation des environs pour éviter de quelconques ennuis.

Elle en était là de ses réflexions quand soudain un léger vent froid se leva. Regardant le ciel, la Garde Dorée ne vit pourtant pas grand chose, mais, se doutant qu’un vent pareil ne se levait pas sans raison, elle décida de faire presser le pas à Saber.
Au détour d’un virage contre la montagne, elle avisa l’ouverture immense d’une grotte qui pourrait presque contenir la Grande Bibliothèque de Lüh et s’y engagea sans se poser de questions.

A quelques pas de l’entrée, elle mit pied à terre et gardant la longue en main de sa jument, elle farfouilla dans son paquetage pour en tirer une torche et l’allumer. Elle ne put s’empêcher de dire à sa monture d’un ton légèrement amusé :

Un enfant d’Ignis pour nous éclairer n’aurait pas été superflus ici, n’est-ce pas ?

L’équidé s’ébroua comme en signe d’assentiment et la jeune femme sourit en coin avant qu’une pluie violente ne commence à tomber dru, la faisant sursauter par sa violence et son apparition quasiment instantanée. Dehors, le vent rugissait et, à peine à une dizaine de mètres de l’immense entrée, les deux comparses se rendirent vite compte qu’il faudrait s’enfoncer plus avant dans l’ouverture de la terre pour rester au sec.

Et bien... Aqua ou l'un de ses enfants est en colère semble-t-il... Quel déluge... Viens Saber, allons nous installer un peu plus confortablement, tant qu'à être coincées...

Maugréa-t-elle autant pour meubler le silence de l'endroit que pour essayer d'en sonder la volumétrie et la profondeur, sans y parvenir réellement.

Entraînant Saber vers le fond qui semblait ne pas avoir de fin, elle la fit de nouveau s’arrêter après quelques soixante mètres de parcourus. Se postant dos à une paroi, elle dessella sa monture en constatant que l’épisode pluvieux semblait parti pour durer un moment.
S’asseyant à même le sol, elle sortit alors le livre que Wazzi lui avait fait acheter quelques semaines plus tôt et de la viande de bibi séchée et commença à lire paisiblement, tout en grignotant, décidée à attendre comme elle le pourrait la fin de l’intempérie.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Oblivion El'Galas le Mer 19 Déc 2018 - 6:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Jeu 18 Oct 2018 - 19:50

Humain. Quelle créature étrange tout ce même... C'est le seul animal au monde qui cherche à dominer la nature pour vivre, pour faire son nid. Oh il y a bien d'autres créatures qui fond des nids ou utilisent des outils. Prenons les grands singes : certaines espèces fabriquent un nid chaque soir avec des feuilles. Certaines pieuvres également utilisent des rochers ou des coquillages abandonnés pour en faire des carapaces. Les chimpanzés utilisent des brindilles comme outils pour manger des termites. Mais aucun grand singe, aucune pieuvre ne domine, ne détruit la nature pour y vivre. Y vivre ? Non car l'humain est la seule créature au monde à se couper de la nature. Quelle stupidité puisque chacun d'entre nous sommes dépendant des conditions naturelles pour survivre. Les événements de l'ancien monde nous l'ont prouvés.

Je m'étais enfoncée dans mes pensées, mes réflexions s'étaient égarés. J'avais commencée par réfléchir aux événements depuis ma sortie du temple. Ma dispute avec Ezelya que je considérais comme une formidable injustice. Étais-je toujours fâchée ? Oui. Moins mais oui ! Je n'arrive toujours pas à croire qu'elle a osée m'insulter de la sorte. Car je me suis sentie insultée ! Non je n'exagère pas le moins du monde. Le fait aggravant est qu'elle la fait presque immédiatement après ma sortie du temple !

Soudain une nouvelle âme pénétra dans la grotte. Il s'agissait d'une humaine installée sur une magnifique jument. La cavalière était indubitablement une guerrière. Je jetai un coup d'oeil à son armure et son arme. Elle mit pied à terre et alluma une torche. Je déteste ces choses là ! Le feu est l'ennemi des livres. Les humains n'ont ils pas encore inventé les petites lampes permettant d'éclairer sans risquer de provoquer une catastrophe au sein d'une bibliothèque ? L'orage éclata quelques secondes plus tard.

Je restai parfaitement immobile, la tête dressée, les yeux la fixant telle un prédateur sa proie tandis qu'elle s'avançait. Je n'étais pas menaçante cependant, quasiment invisible dans le noir.

«Et bien... Aqua ou l'un de ses enfants est en colère semble-t-il... Quel déluge... Viens Saber, allons nous installer un peu plus confortablement, tant qu'à être coincées... » 

Et c'est ce qu'elle fit. Elle s'arrêta à une quarantaine de mètres de moi, ce qui ne représentai que cinq ou six pas pour moi après avoir desseller sa monture. Puis elle s'assit à même le sol, posa sa torche prêt d'elle et commença à lire un livre. Je m'étais détendue mais continuais de la fixer. Ce fut plus fort que moi, cette torche me dérangeait. Ma voix résonna soudain dans la grande, puissante, sévère, autoritaire, féminine mais calme et amicale :

« Je vous prierai d'utiliser le bois mort sur votre droite pour allumer un feu si vous devez rester ici s'il vous plait. Ce sera moins dangereux pour votre ouvrage : je risquerai de me fâcher si votre torche glisse et l'abime...»

J'étais confortablement couchée derrière elle. Elle ne pouvait voir mon corps seulement ma tête difficilement visible dans le noir. Mes yeux cependant brillaient à la lueur de la torche. Mon regard était braqué sur elle. Elle ne me dérangeait pas : nous avions toutes deux le droit de nous abriter ici.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Mer 19 Déc 2018 - 7:30

Oblivion était résolue à attendre que la pluie diluvienne qui s’abattait dehors ne cesse, puisqu’elle n’était pas pressée et avait justement pris de l’avance sur son planning. Elle soupira en avisant la météo peu clémente mais se dit que logiquement cela ne devrait pas durer des heures. Le micro-climat d’Arcane changeait très souvent et durait peu. On était à la fin du printemps, ce genre de pluie n’était pas anormale, il ne fallait donc pas s’inquiéter et juste s’armer de patience.

Ayant dégainé son “Traité de botanique et d'herboristerie d’Arcane, Nouvelle Edition de l’An 58.” et s’appliqua à retrouver sa page. Elle en était à l’étude de la flore du Lac des Astres et peinait un peu à comprendre toutes les sous-espèces de plantes avec des noms alambiqués sortis d’on ne savait quel cerveau tordu de vieux crouton planqué au fond d’un bibliothèque.
Elle lâcha un petit rire en imaginant Wazzi avec une longue barbe blanche et des lunettes en cul de bouteille, planquée au fond d’un rayon de livres, en train de pérorer sur des classifications diverses et variées. L’image était franchement amusante.
Puis elle secoua la tête en se fustigeant mentalement devant ce manque évident de respect envers une demi-déesse et s’agaça elle-même d’avoir ainsi périodiquement ce genre de pensées loufoques.

Ayant relevé les yeux sur le plafond dont elle ne voyait pas le haut tellement la grotte était immense, elle en revint à son ouvrage et tenta de se concentrer, plis perplexe barrant son front en deux, entre ses sourcils, air sérieux de rigueur dans son étude des différentes plantes et de leur propriétés curatives et/ou de leur potentiel toxique.

Quand la voix s’éleva, quelque part au-dessus d’elle, la Garde Dorée sursauta et bondit sur ses pieds pour s’éloigner instinctivement de la source de ce son, imitant inconsciemment Saber qui avait hennit et s’était éloignée au trot de la paire d’yeux fendus et luisants qu’elles percevaient désormais toutes les deux grâce à la faible lueur de la torche.
Oblivion posa une main sur le pommeau de sa Claymore mais sans la dégainer toutefois, n’ayant pas perçu, à travers sa surprise de note agressive dans le ton employé.

Finalement, en calculant mentalement la taille de l’inconnue tapie dans le noir, en se basant par rapport à la hauteur de ce qui semblait être ses yeux, la jeune femme déglutit difficilement, bouffée de stress la prenant aux tripes. Cette Invocation - car ce ne pouvait être que ça - était littéralement immense. Impossible d’estimer sa taille plus précisément mais c’était une demoiselle vraiment imposante. Mieux valait pour la blonde et sa jument qu’elle ne soit pas… De mauvaise humeur.

Exhalant lentement, et décidant de tenter la discussion, puisque la demi-déesse semblait plutôt encline à papoter qu’à user de tous ses charmes, Oblivion alla donc allumer un feu de camp soigneusement, à peu près au centre de la grotte, utilisant le bois mort indiqué précédemment et sa torche comme dispositif d’allumage.
Puis elle se rassit, en face de la paire d’yeux qu’elle avait prit soin de garder toujours dans son champs de vision, et tenta de reprendre sa lecture… En vain.

Perturbée par la présence de cette immense Invocation, elle referma son livre d’un geste sec et releva le nez pour tenter de percer les ténèbres, sans y parvenir. Elle s’exprima finalement, sur un ton prudent :

Vous savez, si j’en étais venue à abîmer mon livre, j’aurais été la première à m’en mordre les doigts, vu ce qu’il m’a coûté. Et puis l’amie pour qui je l’ai acheté ne me l’aurait jamais pardonné.

Elle grimaça sincèrement en pensant au savon qu’elle aurait prit si Wazzi avait dû apprendre que son précieux Traité avait brûlé. Elle se reprit en haussant les épaules, concédant volontiers :

Ceci dit vous avez raison, c’est plus prudent… Et puis la pluie n’a pas l’air de vouloir se calmer dans l’immédiat, alors autant s'installer confortablement...

Elle soupira d'ailleurs en le constatant, jetant un regard de reproche au dehors, comme si cela pouvait faire s'arrêter le déluge plus vite. Au lieu de quoi, l'intensité redoubla, la narguant clairement sans aucune honte.
Grommelant, Oblivion se releva et alla ouvrir l'une des sacoche de Saber pour en tirer son sac de couchage et sa cape. Elle disposa le premier au sol près du feu et la seconde sur ses épaules, reprenant son livre sans toutefois l'ouvrir, songeuse.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mer 19 Déc 2018 - 9:34

Dès que la première note de ma voix résonna, la guerrière sursauta, bondit sur ses pieds et s'éloigna de moi. Comportement purement instinctif. Quel dommage qu'elle n'ait pas poussée un hurlement typiquement féminin ! Quoi que ç'aurait ajouté un malaise à la situation puisque j'aurai certainement éclatée de rire. Les femelles humaines sont formidablement drôle pour ça. Une souris courageuse qui entame sa balade dans la cuisine, une araignée curieuse qui prend le risque de venir explorer un océan de cheveux, un événement soudain et surprenant et vlan ! Sursaut violent et puissant cri aigu !  Source d'innombrables éclats de rire, notamment les miens. Cette réaction silencieuse et la réflexe de poser la main sur le pommeau de sa claymore renforça mon hypothèse que j'avais face à moi une guerrière expérimentée.

Oh je n'étais pas le moins du monde impressionnée par son petit bâton pointu. Je doutais très franchement qu'elle soit capable de m'infliger une blessure véritable avec un tel objet. Peut être réussira t-elle à briser quelques écailles mais elle n'ira certainement pas plus loin. Je ne supporte pas que l'on abîme mes belles écailles volontairement, cela m'énerve. Dans l'ancien temps je ripostai avec une souffle de foudre atomisant littéralement le malotru qui avait osé me frapper. De telles pensées passèrent par mon esprit tout simplement parce qu'elle avait dirigée sa main vers son arme.

Finalement, certainement choquée de me trouver là, elle obéît en allumant le feu et s'assit de nouveau. Le tout en silence, que je respectai. Je ne la lâchais pas des yeux, telle un animal sauvage que l'on aurai surpris dans sa tanière. Je la laissai me répondre ou s'enfermer de nouveau dans son petit monde. J'aurai été très déçue qu'elle emploie la seconde stratégie, c'était une fuite lamentable et un manque de respect discutable. Et c'est plus ou moins ce qu'elle fit : elle attrapa son livre et tenta de reprendre sa lecture. Était-elle à ce point impressionnable ? Je devais lui accorder le point que me découvrir comme elle l'avait fait devait être particulièrement impressionnant. Je du me retenir de pouffer en me rappelant que certains femmes de l'aristocratie de l'ancien temps se seraient très certainement évanouies ce qui avait le don de me plonger dans un mélange de lassitude et d'hilarité.

Finalement elle referma le livre d'un coup sec, heureusement trop doux pour me faire réagir. Ainsi elle avait achetée ce livre pour une amie qui, j'en faisais la supposition, les considérait comme précieux ? Une vague positive me traversa. C'était une bonne façon de gagner ma sympathie bien qu'elle ne pouvait s'en douter. Elle alla chercher un sac de couchage et une cape pour s'y blottir en signalant que la pluie n'était certainement pas prête de s'arrêter. Je répondis sur le même ton que plutôt à la différence prêt que la petite note de l'érudit s'y invita :

« Mmm... De ce que j'ai pu voir, c'est un micro système dépressionnaire qui s'est formé sur la côté et poussé vers les montagnes par un vent d'ouest accumulant la pression dans les nuages. Il était déjà bien chargé en instabilité lorsque j'ai recherché cet abri mais je crains qu'il soit alimenté durant plusieurs heures par les vents marins. Je pense que d'ici quelques dizaines de minutes la pluie sera si forte qu'il sera déconseillé de se trouver sur les routes. Je vous conseil de plus par sécurité d'attendre deux petites heures après la fin de la dernière pluie avant de vous aventurer à l'extérieur pour ne pas vous faire surprendre par la vague de crue d'un cours d'eau soudainement surchargé. »

J'avais laissé mes pensées m'emporter, je n'avais fait aucun effort pour tenter de m'arrêter. Ce n'était que de simples conseils qu'elle pourrait employer comme elle le désirait. J'aime distribuer mon savoir, c'est pour ça qu'Aer m'a créé après tout : accumuler puis transmettre le savoir.

« Je suis Pru'ha, maitresse du savoir et fondatrice de la légendaire Grande Bibliothèque de l'ancien monde. Je vous demande de me pardonner d'avoir interrompue votre lecture. »

Il est extrêmement rare que je présente mes excuses, un défaut de ma personnalité j'imagine je suis peut être un peu trop fière pour ça... Fière ou trop solitaire. Les deux assurément, ce n'est pas forcément une bonne addition.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Jeu 20 Déc 2018 - 2:44

Oblivion haussa un sourcil surpris aux explications de la dragonne et essaya tant bien que mal de suivre les termes alambiqués tels que “dépressionnaire” et le concept de “pression dans les nuages” qui lui semblaient étrangement barbares à l’oreille, elle qui pensait naïvement que seule la magie des Quatre faisait se produire toutes ces choses… Pas un quelconque processus qu’on pouvait expliquer de manière logique.
Toutefois elle écouta attentivement le déroulé exposé et opina, en comprenant l’essentiel : ça allait être encore plus violent d’ici peu et elle était bloquée dans cette grotte pendant encore minimum deux bonnes heures.

Soupirant, elle opina en remerciement pour la petite séance de météorologie et remua les cendres du feu du bout de sa torche carbonisée, pensive. Elle releva le nez vers la paire d’yeux fendus, un soupçon de surprise passant dans son regard aux excuses, puis une ombre de sourire s’évapora sur ses traits avant qu’elle ne réponde de sa voix sérieuse et neutre.

Ne vous excusez pas Pru’ha, Maitresse du Savoir, je n’aurais pas sorti mon livre si j’avais su avoir de la compagnie.

Elle rangea d’ailleurs son ouvrage avec soin dans sa sacoche, après l'avoir emballé dans un linge de lin, se contentant désormais de grignoter sa viande de bibi séchée.
Contemplant les prunelles reptiliennes, elle nota enfin qu’elle faisait face à une nouvelle érudite, comme Wazzi. Décidément, sans doute que les Quatre avaient chacun fait un gardien du savoir ? C’était sage de leur part… Ou peut-être que finalement seuls Terra et Aer avaient pensé à cette éventualité.

Curieuse, elle demanda :

L’enfant divin qui m’accompagne, une fille du Père de la Terre du nom de Wazzi Guangming est aussi érudite. Je crois que son domaine de prédilection reste la géothermie mais… Sa curiosité l’a rendue avide de connaissances, un peu comme vous. Vous la connaissez ?

Oblivion se demanda tout à coup si présenter deux imposantes demoiselles telles que son Invocation et celle qui lui faisait face était une réelle bonne idée. Après tout, bien que charmante la plupart du temps, le petit panda roux avait tendance à vite s’emporter et à avoir une très haute opinion d’elle-même - ce qui n’était sans doute pas démérité dans le fond -.
La jeune femme réalisa qu’elle avait de la chance de bénéficier d’une espèce de traitement de faveur, la demi-déesse poilue étant globalement très agréable avec elle.

Secouant la tête, elle reporta son attention sur son interlocutrice du moment et lui fit un sourire d’excuse pour ses pensées volages avant de pousser plus loin sa curiosité.

Êtes vous dans cette grotte pour une autre raison que, comme moi, vous abriter de la pluie ? Si vous avez besoin d’aide, puisque je suis ici... Autant me rendre utile.

Sans doute Oblivion avait eut dans l’idée que peut-être Pru’ha s’était coincée ici, ou qu’elle chassait ou attendait quelque chose ou quelqu’un. Les raisons possibles de sa présence dans cette endroit étaient aussi diverses que possiblement variées et l’esprit pratico-pratique de la guerrière s’était aussitôt mis en route.
Elle ne rechignait jamais à aider autrui, convaincue depuis toujours que son destin se jouerait plus sur les routes à défendre la population que derrière un bureau de commerce comme son père.

Penchant la tête légèrement, elle avisait les prunelles fendues dans l’attente, attitude détendue au vu de l’apparente neutralité de l’Invocation qui ne semblait pas vouloir lui faire du mal.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Jeu 20 Déc 2018 - 11:53

Les livres sont des objets précieux. Oh pour celui qui ne sait pas lire ils n'ont aucune autre utilité que de faire jolie ou d'aider à allumer un feu de cheminée, cette dernière étant purement scandaleuse. Mais pour un lecteur un minimum curieux une bibliothèque est une source de bonheur infinie ! Il était impossible à l'époque pour un humain de lire la totalité du contenu de ma bibliothèque même s'il commençait à l'âge de 8 ans et vivait jusqu'à un âge très avancé. L'écriture d'un livre prend énormément de temps, surtout les livres de connaissances nécessitant la récolte de données et l'analyse de celles ci. Aussi fus-je très heureusement de constater que la guerrière prenait grand soin de ses ouvrages. Elle l'emballa avec précaution dans un linge de lin et le rangea soigneusement dans son sac.  

Elle grignota alors un morceau de viande séchée. L'odeur était agréable mais m'était inconnu. Elle ressemblait à l'odeur des chevreuils et petits cervidés de l'ancien monde. Un animal intéressant le chevreuil mais pas très intelligent. Il forme une proie assez facile pour le loup qui n'ont que peu de difficultés à le piéger.  Le lynx préférera les embuscades. Les mères chevrettes ont une stratégie de protection de leurs petits assez étrange qui est devenu stupide à cause des bêtises humaines proche de la fin de l'ancien monde. Le chevreuil, en tant que proie, est un animal nidifuge ainsi le petit est capable de suivre sa mère quelques minutes seulement après sa naissance. Cependant il n'est pas capable de suivre son rythme en cas de fuite ou de long trajet. Les mères semblent alors abandonner leur petit qui, couché dans les hautes herbes attendent cachés leur retour. En cas de danger, la mère sert d’appât et tente d’attirer le prédateur à ses trousses, loin de son petit... qui se retrouve alors complètement sans défense. Le prédateur, chanceux ou malin, qui lui tombera dessus obtiendra un repas très facile, offert, un cadeau. Un repas au goût délicieux soit dit en passant, surtout lorsqu'il est cuit avec des petites patates au four et régulièrement arroser de sauce.

Elle me parla alors de sa compagne divine, une certaine Wazzi Guangming, une érudite. Je la connaissais évidement, elle fut chargée d'une mission similaire à la mienne. Je me suis toujours posé la question : pourquoi Aer et Terra nous avait confié pratiquement la même mission à toutes les deux. Je ne l'avais que peu fréquenté au cours de mon existence ce que je regrettais, j'aurai été fière de lui faire visiter ma bibliothèque en détail juste avant la destruction du monde. Mais j'en avais clos l'accès, je ne laissais plus entrer personne.

Elle me surprit alors en me demandant si j'étais là pour une autre raison que m'abriter. Pour quelle raison serais-je ici ? Pour me cacher du monde ? Ha ! Il est vrai qu'avec les bêtises d'Ezelya ma cellule me manquait presque. Elle me proposa alors son aide pour une raison qui m'échappa. Je lui répondis gentiment, telle une bienveillante femme âgée :

« Oh je vous remercie ma chère, je ne fais que m'abriter comme vous. Voler au sein de ce genre de dépression est désagréable et je ne suis pas pressée de rejoindre celle qui m'a sortie du temple, je n'ai pas envie de la voir. »

J'étais toujours en colère contre elle, je fis de mon mieux pour que cela ne se ressente pas trop dans ma dernière phrase mais sans grand succès. Un groupe de cinq corbeaux pénétrèrent bruyant dans la grotte, allant s'installer un peu plus loin. Ils se croassèrent quelques instants jusqu'à ce que chacun trouve sa place. Je marqua un silence, n'ayant pas envie de monter le volume de ma voix pour me faire comprendre, jusqu'à ce qu'ils se taisent, leur lançant un regard curieux pour tenter de faire comprendre la raison de mon arrêt.

« Je connais Wazzi, principalement de réputation. J'aurai aimée lui faire visiter ma bibliothèque quelques années avant la destruction du monde. J'avais la chance de posséder des livres vieux de plusieurs milliers d'années dont un exemplaire d'une valeurs inestimable d'un évangile écrit pas Joseon Chronos lui même ! J'ai aussi pu sauver quelques ouvrages des flammes de l'incendie de la grande folie du Tyran Adilof trois années seulement avant le retour des dieux.»

Ma bibliothèque au retour des Dieux contenait plusieurs centaines de milliards de livres et de millions d'objets en tout genre.

« Je n'arriverai jamais à pardonner aux Dieux d'avoir détruit ma bibliothèque, l’œuvre de millions d'années de travail. J'ai étudiée tout ce qu'il est possible d'étudier y compris la géothermie. Je doute que les connaissances qu'il me reste soient aussi poussées qu'une experte dans ce domaine cependant mais j'aurai aimée obtenir son avis sur mes travaux. »

Je l'observais plus en détail : ce cheval, cette armure, cette claymore...

« Veuillez excuser ma curiosité ma chère mais pourquoi une guerrière, c'est ce que votre armure et votre arme me laisse penser, a t-elle choisie une érudite pour compagne ? »

Curieux je l'étais à l'extrême, merci ma mère Aer qui m'en avait donné une dose exceptionnelle essentielle pour l'accomplissement de ma tâche.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Ven 21 Déc 2018 - 5:02

Oblivion opina à la réponse de l’Invocation, comprenant aisément ses raisons. Celle-ci lui tira un mince sourire : finalement les demi-dieux leurs étaient semblables par certains côtés. A part les enfants d’Aqua, la plupart des autres n’aimaient pas particulièrement la pluie. C’était amusant à constater, cela faisait relativiser pas mal de choses, même si dans l’ensemble les Invocations resteraient toujours supérieures aux humains. Et c’est pourquoi la punition des Quatre était aussi injuste : enchaîner ainsi des créations presque parfaites à des êtres à la vie si fragile et si courte qu’étaient les Hommes… Décidément, les voies des Quatre étaient impénétrables mais la Garde Dorée doutait d’y comprendre un jour quelque chose, notamment sur ce point.

L'enfant divin mentionna son Invocatrice et le ton agacé à son évocation fit légèrement hausser les sourcils de la guerrière, de surprise mais aussi de perplexité. Qu’est-ce qui avait poussé cette demi-déesse à en vouloir autant à son Invocateur, qu’elle était censée avoir choisi ? Un choix par défaut, pour avoir la liberté, plus que par réellement fusion des caractères ? C’était un choix risqué, même si dans l’éternité d’un demi-dieu, quelques décennies de contrainte n’étaient sans doute pas un gros sacrifice pour bénéficier d’une relative libération.
Elle ouvrit la bouche pour poser tout haut la question, curieuse, mais se ravisa finalement, décidant qu’il était sans doute plus avisé de laisser les deux concernés se débrouiller tous seuls. Le Pacte était unique à chaque duo, et sa façon de voir les choses ne serait pas forcément applicable à d’autres.

Quand elle lui parla de sa bibliothèque, Oblivion ne capta pas les références mais le ton fier qui avait été employé lui laissa comprendre que l’Invocation mentionnait sans doute des ouvrages d’une extrême rareté que sans doute Wazzi aurait adoré lire.
Elle opina en souriant. Oui, le petit panda roux se serait sentie comme chez elle au royaume du livre. Il suffisait de voir comme elle avait gambadé dans l’échoppe du bouquiniste de Lüh, elle était déjà euphorique alors.... Dans une bibliothèque de plusieurs milliers d’exemplaires… Elle n’aurait sans doute plus touché terre.
Étrangement, à l’idée que l’enfant de Terra qui l’accompagnait soit privée à jamais de telles connaissances, et du bonheur qui aurait pu aller avec, une ombre de tristesse passa sur le visage de la jeune femme. Elle était déçue pour son Invocation et décida donc de ne pas lui en parler, pour ne pas créer une inutile frustration.

Elle hocha une nouvelle fois de la tête en assentiment aux conclusions de l’immense demi-déesse toujours cachée dans la pénombre, bien obligée d’être d’accord avec elle sur l’injustice de cette punition.
En maigre réconfort, elle répondit, voix neutre et un cran plus adoucie :

Vos travaux ont peut-être disparus mais pas votre mémoire j’imagine. Et je pense que Wazzi sera toujours ravie de discuter avec quelqu’un qui puisse être de son niveau, aussi… Instruite et intelligente, et vive qu’elle. Qui puisse entretenir une longue conversation.

Elle parlait sans regrets, bien consciente qu’elle ne pourrait jamais apporter ça à son Invocation. Qu’elle serait au mieux un élève attentif et studieux mais jamais quelqu’un capable de rivaliser de connaissances avec elle.

A la question de l’enfant divin, Oblivion laissa échapper un sourire qui fleurit brièvement sur ses lèvres avant qu’elle ne réponde paisiblement :

Et bien en fait je n’ai pas franchement choisi. Vous savez, quand on rentre dans une cellule, parfois c’est à l’instinct. Certaines portes ne portent pas d’indications sur l’occupant derrière. C’était le cas pour Wazzi. Sa porte était petite, simple, cachée dans l’ombre, j’ai tenté ma chance. Et puis...

Les yeux dans le vague de ses souvenirs, elle relata, sans trop de détails, allant à l’essentiel :

Je crois que mon acharnement à retourner sa cellule de fond en comble pour m’assurer qu’il y avait encore bien quelqu’un à sauver lui a plut. Après… Je lui ai proposé de l’emmener voir le nouveau monde avec moi. Et elle a accepté.

Elle haussa les épaules en conclusion et observa un instant les prunelles fendues qui brillaient toujours dans l'obscurité. Elle restait convaincue que c’était bien les Invocations qui choisissaient leurs Invocateurs, pas l’inverse. Elle était heureuse que le petit panda roux l’ai suivie, mais effectivement, à première vue, elles n’étaient pas forcément faites pour s’entendre. La suite avait donné tort au Destin. Et c’était tant mieux.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Ven 21 Déc 2018 - 11:06

Vos travaux ont disparus mais pas votre mémoire. Certes ma bibliothèque n'est plus. L’œuvre de ma vie, le travail de centaines de millions d'années est perdu à jamais. Malgré toute ma force mentale, malgré toute la divinité de mon cerveau j'étais incapable de me souvenir de la totalité des ouvrages que je possédais. Il y en avait beaucoup trop : des centaines de milliards. J'avais étudiée tous les sujets imaginable, faisant des progrès considérables sur les fins des temps en me procurant les inventions humaines. Néanmoins, et bien que je sois encore capable d'écrire simplement de mémoire de nombreux livres scientifique qui permettrait à la nouvelle humanité des avancées révolutionnaires sur chacun de leur sujet, je ne pouvais pas me souvenir de la totalité des connaissances poussées que j'avais recueillis. Mais bien que je sois une généraliste, j'avais poussée les études jusqu'à des niveaux rivalisant avec les plus grands spécialistes.  

Cette humaine me plaisait beaucoup. Elle tenta tout d'abord de compatir à ma perte. Puis elle affirma que sa compagne divine serait heureuse de me rencontrer ce que je ne pouvais que confirmer de mon côté : moi aussi je serai heureuse de rencontrer une sœur de mon niveau intellectuel. Elle me parla d'elle avec un sourire. Je n'avais bien sur que trop peu de données pour poser une jugement fiable mais j’appréciais beaucoup ce qu'elle me raconta. Elle avait de toute évidence eut beaucoup de mal à trouver ma sœur et du fouiller la cellule avec soin ce qui aurait découragé beaucoup de monde. Rare était les humains possédant assez de patience et de persévérance pour me satisfaire.

Je lui répondis avec bienveillance bien que la bibliothécaire érudite prit le dessus sur ma réponse.

« Ma mère ne m'a pas donnée une mémoire capable de retenir la sommes des données et connaissances du monde. Comprenez que je possédais des centaines de milliards d'ouvrages dont plusieurs centaines de milliers écrit de ma main. J'ai étudiée tout les sujets que j'ai pu et certaines connaissances sont perdues à jamais. Tenez l'évangile de Joseon Chronos, je suis incapable de me souvenir de son contenu suffisamment pour en écrire une copie. C'est parce que certaines connaissances m'échappent que j'ai créée ma bibliothèque, même avec la mémoire exceptionnelle que ma mère m'a offerte je suis incapable de retenir toute la sommes de connaissances que j'ai réunie dans ma bibliothèque au fil des millénaires. Un grand savant de l'ancien temps, le Docteur Cyralnok, a dit : Le véritable savant sera conscient que malgré la sommes difficilement calculables de connaissances que possède l'humanité, ce n'est qu'une miette face à la complexité de l'univers. Cet homme, si sage qu'il fut, n'a jamais mis un seul pied dans a bibliothèque pourtant même moi je dois m'incliner face à cette vérité. »

Je soupirais, me tournant vers l'extérieur. Il pleuvait si fort que le monde s'était coloré de gris.

« Je suis agréablement surprise d'entendre la proposition que vous avez faites à Wazzi. La majorité des humains qui se sont présentés dans ma cellule sont à la recherche d'une arme ou d'un outil leur permettant du pouvoir. Une porte petite, simple, cachée dans l'ombre... Je suppose qu'elle n'a pas eut beaucoup de candidats... »

Ma relation actuelle avec Ezelya semblait l'inverse parfait de la bonne entente de la guerrière et Wazzi. Est-ce que je ressentais une pointe d'envie ? Oui et non. Oui car il est bien plus agréable de fréquenter des personnes que l'on apprécie, non parce que j'ai toujours très bien supporté la solitude, qualité souvent adapté à la recherche.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Mar 22 Jan 2019 - 9:28

Oblivion n’avait que voulu apaiser l’Invocation en essayant d’être sympathique. Toutefois, son esprit humain peinait à envisager la somme colossale de connaissances que pouvaient contenir la bibliothèque aujourd’hui détruite du demi-dieu qui lui faisait face. Elle avait pensé bien faire en disant que sans doute le cerveau éternel et divin des enfants des Quatre pouvaient mieux contenir de données que sa faible cervelle humaine et temporaire. A l'évidence, vu la réponse, elle avait involontairement eu tort.

Elle opina pour simple réponse au discours, comprenant bien qu’il valait mieux ne pas s’attarder sur le sujet qui semblait emplir l’Invocation d’une tristesse et d’une amertume que la Garde Dorée ne souhaitait pas lui imposer ou lui faire revivre plus que nécessaire.
Comme d’habitude depuis qu’elle avait fait la rencontre de Wazzi, elle se sentait coupable d’être si libre alors que les magnifiques demi-dieux étaient tous prisonniers de leurs Temples ou de leurs maîtres. Chaque discussion avec l’un d’entre eux lui lançait ce constat en pleine tête, lui serrant le coeur d’injustice, et parfois même la renvoyant à ses propres démons.
Au final, ses propres chaînes n’avaient rien à voir avec celles, immuables, millénaires, tortionnaires, imposées aux enfants des Quatre.

S’ébrouant légèrement, elle en revint à l’Invocation dissimulée dans l’ombre de la grotte et opina encore une fois à ses propos. Et tout à coup il lui sembla important de préciser un point. Elle avait été honnête jusque là mais dire qu’elle était entrée dans la cellule de Wazzi sans arrière pensée guerrière ou combattante était faux. Elle, comme tous les autres, avait aussi cherché dans les demi-dieux un appui offensif. Contre les monstres de l’île, et pour un métier comme le sien, posséder une Invocation voir plusieurs se révélait presqu’obligatoire.
Elle avait changé d’avis après avoir conversé avec le petit panda, et avait décidé de respecter son souhait de ne pas se battre. Aujourd’hui encore, elle n’avait pas rompu sa promesse et avait tenu la fille de Terra éloignée de ses batailles, mais de fait, parfois un peu de magie n’aurait pas été de refus.
Elle ouvrit la bouche et s’expliqua simplement.

En entrant dans la cellule de Wazzi, moi aussi je cherchais un appui offensif. Dans mon métier, c’est absolument nécessaire d’avoir un demi-dieu combattant à ses côtés pour voyager sereinement et pouvoir accepter des missions hors des villes fortifiées.

Elle n’avait pas de mal à l’avouer, puisque c’était la simple vérité. Le nier aurait été mentir et Oblivion était bien trop intègre pour ne serait-ce que l’envisager. Elle fit une petite pause puis reprit, un rien plus nostalgique en se remémorant leur première rencontre.

Mais… La voir ainsi, couverte de poussière centenaire, immobile et seule… Ca m’a brisé le coeur. Et alors le côté offensif n’avait plus aucune importance. Je voulais juste qu’elle retrouve son sourire et sa joie de vivre, même si ce n’était que le temps de ma vie. Et du coup je lui ai promis de l’emmener partout avec moi pour qu’elle puisse profiter de sa liberté au maximum. Peu m’importait alors qu’elle se batte pour moi ou pas.

Elle s’autorisa un bref sourire en y repensant, toujours heureuse en demi-teinte quand elle parlait de cette liberté conditionnelle qui la rendait triste à la perspective qu’un jour Wazzi ne doive retourner dans sa cellule. La Garde Dorée finit toutefois par conclure :

Je lui ai promis de ne pas faire appel à elle pour un combat. Aujourd’hui encore je respecte cette promesse, même si parfois elle a failli me coûter la vie et renvoyer Wazzi prématurément dans sa cellule.

Elle ignorait pourquoi elle racontait tout ça à cette Invocation en particulier. Elle n’avait que rarement été aussi à même de parler d’elle. Mais en même temps, ce n’était pas tout à fait exact. Elle parlait surtout de l’enfant divin qui l’accompagnait… Du moins l’espérait-elle. Et puis, après tout, sans doute qu’elle ne recroiserait jamais le demi-dieu caché dans l’obscurité de cette grotte, c’était peut-être pour ça qu’elle en disait tant.

Oblivion finit par se mordiller la lèvre inférieure. Non, là encore elle avait tort. Elle avait été imprudente d’en dire autant. Elle en révélait plus sur sa personnalité qu’il n’y paraissait et de fait elle donnait en quelque sorte à cette Invocation l’ascendant sur elle. Elle lui avait dévoilé ses points faibles, même involontairement.
Elle se fustigea intérieurement, se jurant de faire plus attention dès l’instant présent.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Pru'ha
Pru'ha
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Ciruelo
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 100
Elément : Air
Invocateur : Saen Ninn
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Dim 27 Jan 2019 - 10:00

Le conflit est partout dans ce monde. Le danger, la compétition, les combats, le besoin d'apprendre à mieux se défendre est le lot de chaque individu. Parce qu'un roman n'aurait aucun intérêt sans élément perturbateur, la vie serait bien ennuyante si tout était facile et sans danger. La course aux ressentis positifs n'aurait plus aucun intérêt. Pour manger il faut tuer, que ce soit un animal ou une plante, c'est obligatoire. La mort est partout, un ancien mérite le respect du simple fait qu'il ait atteint l'âge vénérable. Depuis l'aube des temps, l'humain ne cesse d'être tiraillé par l'obsession de l'armement, d'être toujours mieux armés contre ses adversaires. Cela à tout d'abord commencer pour améliorer sa survie dans la nature : il a inventé la lance, les armes de guerres puis a accepté le pacte du loup en le domestiquant, en faisant du chien une arme. Puis il a fallut inventer des armes encore plus perfectionner pour combattre les autres humains, pour assurer sa domination. Le temps passant, ses guerres intraspécifique ne suffisait plus à étancher la soif de domination de l'humain : il a déclaré la guerre à la nature, l'église a diabolisé le loup, la culture et l'invention du verbe entre autre a placé l'homme au dessus des autres, dans une classe à part. Ce fut son arrêt de mort, le déclencheur de la guerre contre les Demi-dieux et la raison qui a poussé les Dieux à détruire le monde.

La s'est trouvée l'erreur de l'humain et elle semble toujours là. Cette guerrière humaine me l'avoua : elle était venue chercher un appui offensif dans la cellule de Wazzi, une arme de guerre et/ou de défense. Cette soif de l'armement avait causé la fin d'un monde et pourtant l'humanité n'avait pas retenu la leçon.

J'émis cette pensée un peu vite cependant car l'humaine se dévoila alors un peu plus : elle avait eut le cœur fendu en apercevant Wazzi. Ces mots me touchèrent, cette promesse et ce vœux de bienveillance. J'aurai de très loin préférée que cette humaine ci franchisse la porte de ma cellule plutôt que cette maudite Pirate qui m'avait trompée.

Je répondis avec la bienveillance d'une grand mère :

« Depuis l'aube de ses temps, l'humanité fais toujours la même erreur : vous êtes à la recherche d'armes toujours plus puissantes, vous recherchez la domination. Cette dernière est naturelle : c'est celle qui permet le plus souvent de distribuer ses gènes et d'assouvir les plus puissants instincts. Pourtant depuis toujours l'humain pense que l'arme qui a le plus de valeurs est celle qui sème mort et destruction sur son passage. Cette erreur a causé la fin d'un monde. »

C'est aussi celle qui m'a amenée à traitée nombre rois de crétins sans cervelle, d'ignare insultant la beauté de la création indigne de se tenir vivant dans ce monde. A l’extérieur la pluie depuis un bon moment maintenant tombait si fort qu'elle menaçait de noyer toute être vivant n'ayant pas trouvé d'abri. Je savais qu'elle allait rapidement se calmer mais le véritable danger allait arriver avec un retard : le gonflement soudain des cours d'eau du au ruissellement des pentes de montagne. Il serait bientôt l'heure pour moi de quitter cette humaine que j’appréciais.

« Celui qui crois obtenir toutes les victoires par la mort ou la blessure est un idiot, celui qui se croit invincible parce qu'il sème peur, intimidation et destruction est un parfait crétin. Un jour ou l'autre, quelque chose qu'il ne comprend pas lui tombera dessus et le tuera aussi facilement qu'une grenouille gobe une mouche. Tenez, un guerrier tel que celui que je décris fera l'erreur de se sentir en sécurité dès la fin de la pluie, il sera inconscient de l'effet de ruissellement, se fera très certainement surprendre par le gonflement soudain des cours d'eau et mourra noyé sans comprendre. »

Je marquai une légère pause pour lui laisser le temps de comprendre mes mots. Je me levais, dévoilant toute ma masse, dominant l'humaine de plusieurs mètres que ce soit en hauteur ou en longueur.

« L'arme véritable n'est pas votre épée ma chère, c'est vos connaissances. Le savoir est votre arme la plus redoutable, celle qui vous ouvrira la porte d'innombrable victoire sans faire couler une seule goutte de sang, sans jamais utiliser votre arme de métal. Wazzi est le meilleur choix que vous ayez pu faire, son savoir vous sortira de biens des situations délicates, vous sauvera là ou votre épée ou votre armure n'ont aucun effet. Prenez soin d'elle. »

Tout en parlant je me dirigeai vers l'entrée de la grotte car la pluie se calmait. Chacun de mes pas dévoilait ma puissance physique. Sans me presser, j'avais parfaitement conscience que mes douze mètres de longs pouvaient paraître interminable pour un humain. Je ne cherchais pas à l'impressionner, je souhaitais simplement faire comprendre que notre conversation touchait à sa fin. Je m'immobilisais proche de l'entrée, me tournant légèrement vers l'humaine.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Oblivion El'Galas
Oblivion El'Galas
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : "Saber" by Kuvshinov-Ilya
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 429
Double Compte : Serindë, Orptah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des RP

Métier : Garde Doré
Invocation(s) : Wazzi
Inventaire : - Son armure en plaques (+5 endurance)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi14
- Sa claymore (+8 force) (+3 tranchant +3 résistance +2 maniabilité) + Orsonfal (+13 force) (+4 tranchant + 5 résistance + 3 maniabilité + 1 résistance terre)
Abritons nous de la pluie [Oblivion] Armeso10
- une dague dans sa botte droite (+3 force) (+1 tranchant +1 résistance +1 maniabilité)
- 1504T
- 1 lotion désinfectante
- 1 boussole
- 1 vieille pinte de bière
- 1 broche (offerte par Simon)
- 1 jeu d'échec portable (offert par Simon)
- 1 mouchoir en tissu bleu (offert par Simon)
- 1 cape d'invisibilité (concours de l'été)
- 6 Ravis (racine anti-coagulante)

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Lun 4 Fév 2019 - 17:19

Oblivion ignorait pourquoi elle se confiait tant à cette Invocation. Peut-être la sagesse dans sa voix, ou le fait qu’après ses deux échecs, elle éprouve encore le besoin de chercher des réponses, et des raisons expliquant ce qu’elle avait fait de mal pour être rejetée.
Pourtant, cela faisait quelques jours déjà et lentement l’idée qu’elle ne pouvait pas tout contrôler, ou réussir partout, faisait chemin dans son esprit. Et surprenamment, sans qu’ensuite vienne le sentiment d’échec. C’était ainsi, il fallait accepter que tout ne dépendait pas toujours de soi, même si beaucoup des choses l’étaient.

La Garde Dorée opina aux propos du demi-dieu. Oui, peut-être que la violence n’était pas une solution. Elle-même n’y avait recours qu’en dernier lieu mais parfois, certaines personnes ne connaissaient que ça. Et pour défendre ceux qui ne le pouvaient pas, il fallait parfois dégainer. Peut être qu’être toujours dans l’anticipation était possible pour un enfant divin, s’il avait l’habitude de connaître son ennemi, mais pour un simple humain, sans un réseau étendu et fiable d’espions, cela relevait de l’impossible.
Elle concevait qu’il était largement possible pour un demi-dieu de faire sa place sans avoir à se battre. Ils avaient naturellement les pouvoirs qui le leur permettait, mais que pouvait faire un faible humain face à un Diamentis ?

Elle ne protesta pas toutefois, opinant pour la seconde partie du discours. Oui, elle se doutait bien qu’imposer sa force brute sans réfléchir ne permettait ni d’obtenir la confiance des gens, ni, en réalité, de se faire réellement respecter. L’histoire ne gardait des dirigeants cruels que leurs exactions, quand les anciens dirigeants d’Arcane les plus bienveillants étaient encore célébrés et encensés.
Évidemment, frapper pour dominer était nettement plus facile que réfléchir et négocier, avoir toujours deux coups d’avance, faire des lois qui satisfassent tout le monde…
En somme, la violence brute et basique était l’arme des idiots, en ça elle était bien d’accord avec l’Invocation.

Oblivion menta de tomber à la renverse en voyant surgir l’immense dragonne de l’ombre. Elle avait estimé être en face d’une demi-déesse de taille respectable et en réalité, elle avait peut-être un peu sous-évalué les proportions de l’enfant divin. Toutefois sa surprise ne dura qu’à peine une demi-seconde, avant qu’elle ne reprenne le contrôle d’elle-même.

Elle l’écouta encore, attentive, et accepta le conseil d’un hochement de tête respectueux. Là encore, elle se permettait de nuancer en pensée. Oui, Wazzi saurait l’aider, mais le petit panda roux ne pourrait pas l’aider à s’enfuir face, encore, à un Diamentis enragé. Elle priait toutefois pour ne pas avoir à croiser cette bestiole une fois dans sa vie. Pas tant qu’elle ne pourrait pas se protéger au mieux.
En attendant le jour où elle pourrait affronter ce monstre en face s’il lui venait l’idée de lui chercher à elle des embrouilles, elle se contentait d’éviter leur zone de peuplement et, quand c’était obligatoire d’y passer, gardait le nez levé vers le ciel pour siffler le signal de fuite dès qu’il fallait.

Quand l’Invocation se dirigea vers la sortie, Oblivion remarqua seulement que la pluie se tarissait. Elle allait toutefois attendre que le ruissellement de l’eau se calme, que l’air s’assèche, avant de reseller Saber et de reprendre sa route.
Elle se leva toutefois, pour faire une petite courbette à la dragonne qui avait partagé un peu de sa connaissance avec elle. Elle avait apprécié ce moment fugace et étonnant. D’un ton courtois, elle lui souhaita une bonne route.

Je vous remercie pour cette discussion. Qu’Aer vous accompagne pour la suite de votre voyage, quel qu’il soit.

Elle ne pensait pas la revoir, mais c’était ainsi. Les Quatre seuls savaient si leur routes se recroiseraient. Et après tout, Arcane était une petite île.
Quand la dragonne fut partie, elle se rassit, et prit le temps de terminer ses lamelles de viande séchée, longuement pensive, jusqu’à ce que sa jument vienne lui donner un gentil coup de museau sur la joue. Elle souriant, elle se releva, harnacha sa monture et, après avoir éteint le restant de feu du pied, sortit de son abris pour reprendre son chemin vers Rorn.


Abritons nous de la pluie [Oblivion] Oblivi11
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://robin-hood.forum-actif.net/
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Abritons nous de la pluie [Oblivion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Nous recrutons actuellement.
» association serrons nous la patte
» Nos goûts musicaux nous définissent
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Nord-