Erin Lulee

Partagez| .

Erin Lulee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Erin Lulee
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : WL OP
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 11
Liens vers la fiche : Fiche d'Erin Lulee
Résumé d'Erin et des rps

Métier : Artiste
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mer 10 Oct 2018 - 19:02

I) Identité
Nom: Lulee
Prénom: Erin
Sexe: Femme
Age/date de naissance: Née en l'an 40, en hiver
Endurance : 9


II) Caractère


Puisse advenir qu'une fois je me venge
De ces pensées qui dévorent mon cœur,
Et qui toujours comme un Dieu vainqueur,
Le tient, l'étrangle et sans pitié le mange.

Son cœur s'était consumé, dans la peine et la douleur. Replié sur lui-même au fond de sa cage thoracique, il hurlait des suppliques inaudibles qui ne faisaient que ricocher sur ses os. Chacun de ses pas dansés marchait sur des vies brisées par ce Comte qu'elle servait, et même sa voix n'était là que pour chanter, air lyrique et pur qui s'échappait, et dont il s'emparait. Alors, de ces tristes années n'avait survécu que la peine.

Ne jamais sous estimer les hommes, car ils causaient la perte de tout et de tous. Mieux valait les haïr et se tromper que de se faire avoir, cela épargnerait bien des souffrances, car il lui était normal d'en avoir peur. Mais jamais elle ne leur montrerait plus ce visage. Qu'importe la peur, les doutes ou les souffrances, les hommes ne faisaient que s'en délecter. Alors elle s'était construit ces visages devenus siens, plein de défi, plein de noblesse.

Elle dansait pour les yeux, elle chantait pour les âmes, elle dansait pour les Dieux. Toujours parée de ses multiples bijoux dorés, soutenue par des personnes aux mœurs diverses, elle voulait enchanter la Noblesse de quelque ouverture. Et même de façon commune, on ne la voyait jamais sans ses joyaux tintant à chacun de ses pas, de ses gestes. Rapidement, elle s'était habituée aux mœurs de Lüh, et avait réussi à s'adapter à la plupart des interlocuteurs. Un mot placé, un geste humble ou de déférence, et ses oreilles qui traînait.

Après tout, elle aimait cela, passionnément. C'était dans ses moments de danse, de communion, qu'elle oubliait ses peines et ses sombres desseins. C'était quand elle dansait pour les uns, les autres ou les Quatre, qu'elle ressentait à nouveau cette étincelle qui l'avait fait tenir si longtemps face à ce Comte déchu. Alors rajouter dans l'équation une cour a adopter, ce n'était qu'un détail. Un détail dont elle voulait apprendre la moindre notion.

Car Erin avait beau savoir lire et écrire, chose déjà remarquable dans son village grâce à sa position particulière, il y avait tant de choses ici qu'elle ignorait et qu'elle devait assimiler. C'était un handicap, aussi profond qu'un gouffre, mais elle en avait déjà surmonté un, particulièrement profond. Si elle arrivait à trouver l'aide nécessaire, celui-ci non plus ne lui ferait pas peur.

Alors, elle tentait de s'instruire, sur les sujets si précieux qui lui manquait. La politique, les relations entre les nobles, et sur la religion. Sur ce dernier sujet, elle n'était pas certaine de s'accorder avec les mouvements. Elle louait les Quatre, cela, elle en était sûre. Mais ce n'était ni par peur, ni par espoir. Simplement car la foi trouvée au plus profond lui avait permis de s'accrocher. Elle ne leur demandait rien, ni ne cherchait à être particulièrement bonne -après tout, elle cherchait la destruction par la justice des derniers responsables-. Simplement, ils étaient là, supérieurs, lointain, inaccessibles.

Quant aux Invocations, ces demi-dieux si pratiques et si terribles, elle n'avait jamais su quoi en penser. Quand elle repensait à Firth, compagnon du Comte, elle se souvenait de son regard, alors qu'elle dansait sous ce lustre où il était enfermé : il demandait pardon, mais ne pouvait rien y faire. Peut-être était-il plus heureux, maintenant, son maître mort. Ou peut-être était-ce un elle, elle n'avait jamais su. Mais cela ne changeait rien au final à ce qu'il avait fait ; un être qui n'a aucun libre arbitre par l'essence de son être, peut-il vraiment être apprécié à sa juste valeur ? Elle ne savait pas. Peut-être un jour, comptait-elle aller à son tour et comme tant d'autres, risquer sa vie dans un de ces temples pour un pouvoir qu'elle ne saurait maîtriser. Peut-être, un jour, aurait-elle besoin de cela pour s'élever à son tour. Mais d'ici-là, si elle savait une chose, c'est que, comme les autres, elle ne pourrait donner sa confiance à un être qui n'avait pas le droit de désobéir.



III) Physique


Des pieds fins, aux chevilles puissantes, habillées de bijoux, entre chaînes dorées, bracelets et petits ajouts cerclés du même métal, pour tinter au long de ses pas. De ses jambes ciselées, à cette taille dessinée, cache par un jupon cintré d'une chaîne accompagné toujours des paillettes de métal arrondies. Le tissu qu'elle portait montrait un travail particulier ; si elle ne bougeait pas, alors tout restait d'une sombre couleur. Mais au moindre mouvement, les plis s'ouvraient, offrant aux yeux une myriades de couleurs chaudes et vives, accentuait l'impression de mouvement et d'amplitude de la jeune femme.

D'ordinaire, si l'occasion ne lui permet pas, glissant de ses épaules à ses hanches, au moins, un châle de cette même couleur, à peine opaque masquant sa peau pâle, sans impureté -le Comte s'en était assuré. Puis venait d'autres accessoires. Colliers au plusieurs rangées avec ces mêmes ronds dorés, prêts à s'entrechoquer légèrement. Ou bien ces bracelets qu'elle portait sur ses bras, ou à ses poignets, rajoutant les mêmes œuvres en ajoutant aux petites pièces dorées des entrelacs de métal qui cerclaient sa peau dans un tissage compliqué, mais toujours léger. Seuls ses doigts semblaient libre. Mais dans son vêtement d'apparat, si l'on regardait bien le long du châle, à mi-hauteur, quelques bagues y étaient accrochées, qu'elle puisse ne faire qu'un avec ce vêtement aussi.

Et enfin venait son visage. Doux, il portait, chose étonnante, des petites tâches de rousseurs qui le parsèment dans la moitié haute des joues. Son nez, petit, concave, surmontait ses lèvres rosées, à peine prononcés. Mais au delà de ces quelques détails, ce qui frappait était son regard, vert émeraude, brillant. Dans tous ses bijoux traînaient parfois des pierres translucides ou non de cette couleur, pour rappeler son regard captivant. Aussi doux que les courbes de son visage, la jeune femme cachait derrière ce miroir de l'âme bien de lourds souvenirs.

Mais aussi lourd que ses souvenirs fussent, cela ne changeait pas vraiment son allure globale. Du haut de son mètre soixante à peine, elle gardait le menton haut et les bras droits. Et bien que la jeune femme fut assez fine, entourant les quarante cinq kilos, cela ne comptait pas sa longue chevelure brune. Si longue, qu'en étant coiffée dans une longue natte, celle-ci descendait jusqu'à ses fesses, au moins.

Nul doute que, tout considéré, la jeune femme était sûrement aidée, loué soit son mécène, pour s'entretenir, et même ainsi. Cela prenait sûrement un temps considérable ; mais quand on veut paraître et que l'on a seulement cette arme, pour commencer. Il faut en prendre soin.



IV) Vie
Famille:
Père : Vivant, à l'âme misérable. De fermier à musicien car aux doigts fins, il est retournée à son occupation première, pour labourer des champs quels qu'ils soient, tentant sûrement par delà la terre retournée sous ses coups, retrouver ses enfants disparus. Un parent ne devrait pas survivre à ses enfants, une fois que ceux-ci ait dépassé le stade de la petite enfance. Mais le sort et la noblesse pervertie ne lui ont pas laissé le choix. Alors il se laisse aller, vivotant sous l’œil un peu plus vivant de sa femme, sans vraiment conscience de ce qui l'entoure.
Mère : Vivante, et contrairement à son mari, elle avait réussi à être là, supportant les coups que lui offrait cette triste vie viciée par l'envie d'un puissant. Et si elle a subi elle-aussi de plein fouet la mort de deux de ses enfants de façon non naturelle, elle avait gardé, digne mère, l'énergie et l'espoir pour leur dernière enfant vivante. Un soutien éternel, même si elle regrette le choix qu'a fait Erin, de choisir cette nouvelle voie.
Sœur : Morte. Sous les ordres d'un Comte et d'un entourage qui ne considéraient les villageois sous leur protection que comme des pions dont ils pouvaient faire ce qui leur semblait bon, bien que seul le Mal n'existait.
Frère : Mort, d'avoir voulu s'élever et protester. Mort d'avoir voulu protéger et d'avoir élevé la voix.

Le village ainsi que le manoir où ils habitaient jusqu'alors se nommait Hartzis, prenant place en G;14. Il y avait sûrement quelques champs, comme simple lieu que le Compte avait fait sien, résidence secondaire devenue principale.


Histoire:

Ce salon. Les flammes dans l'âtre dansaient, projetant les ombres de son grillage de fer forgé sur les personnes présentes, pour la plupart immobiles. Assises en en cercle autour d'une scène, ils observaient, affalés sur leur voltaire de velours rouge. Dans le fond de la pièce, quelques musicien jouaient, leur visage grave résolument fixés sur les pupitres qui leur faisaient face.

Et elle dansait.

Tournoyant, les multiples bijoux que portaient l'unique danseuse s'entrechoquaient en rythme, sur cette musique qu'elle connaissait tant. Alors qu'elle élevait ses bras, ses bracelets dorés se heurtaient dans un son particulier, captivant l'attention de ces spectateurs silencieux. Son jupon travaillé, aussi léger que sa danse, semblait voler derrière elle, comme une présence rémanente dont les yeux peinaient à s'accoutumer. Sa tête, penchée en arrière plantait son regard fiévreux sur le plafond, ses poignets croisés au dessus d'elle. La musique continuait, presque mécanique, entre la félicité et le désespoir. Alors, la danse suivait, s'étirant toujours et encore.

Tout dans ce spectacle trop long frôlait le désespoir et la chute. Les pieds chancelaient à chaque saut, rythmé aussi bien par les coups frappés sur les peaux tendus que par les bijoux de la jeune femme. Les bras tremblaient à chaque pose, comme si le temps voulait s'arrêter, s'éterniser, pour mieux reprendre. Chaque envolée aussi bien musicale que du corps laissait son coulant de sueur. Puis il y avait ce regard, qui regardait au delà des personnes, au delà même des murs de cette salle où même les ombres dansaient. Ce regard plein de peine et d'espoirs fous, ou vains.

Et elle dansait.

C'était une soirée comme les autres. Elle était entretenue, soignée, blanchie, parée de bijoux de toutes sortes qui lui allaient si bien. Puis elle était offerte. Et alors que les discussions reprendraient sous la musique de chambre offerte par des membres de sa propre famille, parlant aussi bien économie et politique, que commentaires plus égrillards, elle s'offrait dans une toute autre danse, bien plus honnie. Marquant toujours des rythmes dans cette musique où l'infortunée perdait ses accents de gaîté, par ses bijoux.

Mais pour cette fois, où cette soirée s'étendait sans fin, les conversations semblaient plus tendues. Certains parlaient d'échappés, de risques et de retombées. Tandis que le Maître de Maison, vieil homme au regard rude, balayait leurs inquiétudes d'un revers de main dans le vide. Disait-il, quoi qu'il se passerait, il avait les moyens de ne pas tomber. De rester à sa place, et de continuer à profiter de ce bonheur qu'il avait acheté et construit de ses propres mains. Et il comptait bien s'en délecter pour encore un long temps. Les arguments posés semblèrent apaiser ses compagnons qui cessèrent momentanément ce sujet pour l'admirer.

Et elle dansait.

Elle captivait les regards aussi bien que les âmes, semblait-il. Aussi bien qu'ils la possédaient, elle patientait, offrant à ces hommes leur dernière danse promise. Car elle savait, tout aussi bien que sa famille derrière leurs instruments, que ces yeux-là, qui la regardaient comme des billes de verre, sans humanité, ne pourraient bientôt plus le faire. Elle n'avait qu'à supporter ces derniers assauts, leur offrant leur dernier plaisir. Ils n'avaient qu'à jouer de leur instrument, ignorant une millième fois ce terrible spectacle, pour leur offrir une dernière danse.

Car en dehors de cette bâtisse à plusieurs étages, petit manoir que Compte s'était fait construire, offrant sa protection et sa main mise sur les villageois qui s'était regroupés autour, un trouble secouait les fondations. Alors que dehors, les brûlots de fer s'éteignaient un par un, l'ombre de la main de la justice s'étendait, préparant à faire tomber un homme et sa petite cour de privilégié, qui avaient abusé les lois du Prince pendant trop longtemps. Mais à l'intérieur, dans ce salon, dans cette soirée qui ne serait comme aucune autre, ils se pensaient à l'abri. Ils buvaient. Ils mangeaient. Ils appréciaient.

Et elle dansait.

Pour eux, pour la dernière fois.

La porte s'ouvrit avec fracas, et se glissèrent dans ce tableau bien triste, une aura de justice et ses fidèles servants. Sur leurs armures et leurs compagnons divins, du sang, des marques. Sur leurs visages tirés et tendus, la retenue. Visiblement, ce qu'ils avaient observés au delà des preuves apportées, dans le village asservi n'avait fait que rendre les choses plus compliquées. Cependant, là où certains avaient un air catastrophé ou affolé, le vieux Compte gardait son calme. Terminant son affaire, il repoussa la danseuse sur le côté.

- Si mon Grand Prince n'eût vaincu maintes armées,
Son nom n'ira jamais comme il doit dans les Cieux ;
Ses ennemis ne le feront pas victorieux
Et des vaincus il ne prendra la renommée.

Voyant par les soulards ma maison saccagée,
Et mon pays couvert de guerres et morts
Pensant en sa beauté elle était mon support,
Et soudain ma joie en tristesse s'est changée.

Qu'il est triste de devoir finir ainsi, quand même sa politique récente nous prouve que son ambition va au delà de ses droits. Firth, enflamme toi.


L'enchaînement, entre cette poésie étrange, cette déclaration et ce dernier ordre avait perturbé les soldats commandés par un Capitaine de la Garde Dorée. Dans une petite cage de verre au centre du lustre illuminé de bougie était enfermée une de ces divinités asservies. Minuscule pour une invocation, elle n'en restait pas moins puissante. Mais alors que les flammes jaillissaient de ce lustre étrange, engloutissant d'une vive lueur rouge sombre le salon, le brasier infernal sembla se replier sur lui-même pour être redirigé vers la créature.

La danseuse s'était relevée.

Reculée, elle observait ce spectacle d'un air effrayé, ses doigts agrippant sa légère tenue alors que les flammes illuminaient particulièrement ses bijoux, et ses yeux, plein d'espoir. Quand les flammes se calmèrent, et peut-être d'autres choses dont elle n'avait pas eu conscience, l'almée observa plus attentivement le groupe en armure, amenant avec eux, elle l'espérait, le changement. Derrière ce capitaine -dont elle devinait le statut rien qu'avec son maintient-, une bestiole se traînait au sol, sorte d'énorme lézard enflammé qui semblait foudroyer d'un regard inquiétant. Puis, l'invocation tourna sa lourde tête vers le Comte.

Comte au toujours trop paisible visage. Mais pourtant, il n'avait plus, ni invocation sous la main, ni échappatoire. Elle ne comprenait pas. Et alors qu'il se faisait arrêter, et les épaisses menottes en fer agrippaient ses poignets, le vieil homme tourna la tête et sourit à sa prétendue Phryné personnelle. Et alors que les voix des musiciens se libéraient, grognant des insultes et louant une justice qui n'était pas encore prononcée, la jeune femme s'avança, faisant tinter ses bijoux à chaque pas, assurés pour s'approcher du scélérat qui attendait patiemment qu'on l’emmène au devant de son destin.

Autorisée par le capitaine de ces gardes qui se positionna derrière elle, prêt à intervenir pour la protéger au moindre geste déplacé, elle vint à ses devants.

- Toi qui voulait garder mon âme comme ton invocation, prisonnière de ta cage de verre et de tes caprices. Toi qui ne voulait que piéger ma voix sur tes chants choisis. Au moins, je ne peux que prier les Quatre pour que tu n'aies pas le désespoir de me voir Paraître à d'autres. Finalement, de ce village épouvanté et de tes égo déplacés, tu auras ta perte. Alors, pour ton souvenir, je te vomis ces vers.

Haïr moi-même et tous pour vous distraire,
Et devenir un célèbre animal
Que me vaudrait de faire le contraire
Puisque mon Comte est cause de mon mal ?

Grâce ! Les Quatre guident tout ici
Pour te montrer de plus près mon soucis
Au plus profond de ma poitrine morte
Le sort qui vient et j'espère t'emporte.

Alors vas. Je serai présente. Nous le serons tous. Ceux que tu as regardés et utilisés comme de simples objets. Ceux qui ont perdu le dos sous tes ordres. Ceux qui ont perdu la foi sous tes lames. Nous serons là, et nous nous réjouirons, à voir tes pieds se balancer sous ton regard morne.


Et elle lui crachat au visage, frustration explosée, vidée. Le changement était venu, et sous la Grâce des Quatre et du Prince, ils reprendraient sûrement une vie. Pour éviter qu'elle n'aille plus loin, la main gantée de noir aux renforts de métal du capitaine se posa sur sa frêle épaule, qui consentit enfin à trembler. Et alors que ces hommes qui ne valaient plus que le poids de leur crime étaient emmenés sous des protestations plus ou moins vives, la jeune femme consentit enfin à laisser son corps aller contre l'homme qui la retenait tout en murmurant des paroles apaisantes.

Mais si le renouveau était effectivement proche, elle savait qu'elle devrait encore se battre pour s'en emparer. Un procès avait été alors organisé, parmi les plus grands aux visages si sévères. Attendant son tour, la danseuse observait ces airs solennel, assise dans son même habit dont elle avait pris soin depuis. Et quand elle observait ce cher Comte, elle se délectait de ce changement ; sans savoir ce qui avait pu se passer pour le produire, il n'avait plus cet air calme et sûr de lui, mais il n'était plus que grave et résolu. Peut-être avait-il perdu ses soutiens, peut-être ses mots et ses sous n'avaient su atteindre le cœur de ceux qui le jugerait. Et enfin, ce fut son tour. La jeune femme se dressage de son siège inconfortable, vêtue légèrement, avec principalement son jupon et ses habituels bijoux, chacun de ses pas marquant le sol par ce tintement assuré.

Et pour son village, pour les siens, sous l'accord d'autres, elle offrit à ce public le véritable visage de cet homme au visage ridé. Elle offrit aux uns et aux autres des descriptions qui figèrent certains dans une expression de dégoût, ou d'horreur. Mais pour une fois, ce n'était pas pour elle. La jeune danseuse, courtisane, ou quel que soit le terme utilisé, gardait le menton haut. Et sa voix, claire et ferme, ne faiblissait ni ne tressaillait. Et son regard, froid et déterminé semblait vouloir transpercer cet hommes et les siens, qui l'avaient tant malmenée.

Si des murmures s'élevèrent, doutant de cette parole trop claire, le Capitaine qui passa après balaya tout ces murmures en quelques mots. Les preuves étaient là, les observations étaient juste. Et les hommes et femmes qu'ils s’apprêtaient à juger n'étaient en rien le reflet de la Noblesse. Ils avaient détourné et abusé les pouvoirs qui leur avait été accordé, sans compter les mots et doutes trop prononcé quant au Prince. Alors, des doutes sur la danseuse au port altier sortirent des louanges. Quand l’infamie touchait les Nobles de si près, ils n'étaient que plus prompte à s'en débarrasser. Et dans toute cette momerie -du moins du point de vue de la Danseuse-, il y eut un bon effet.

Elle s'était montrée. Les regards de ces nobles de la capitale l'avaient vu, admirée, voire louée, pour son comportement. Pour une fois, ce n'était pas ces billes de verre lascives. Ils avaient apprécié son comportement, la majesté dans son comportement et ses gestes, et sûrement aussi le fait que dans ses mots, elle avait bien fait la différence entre la Noblesse, au beau visage, et celui, déformé par le vice et les bassesses du coupable. Et avec le soutien du Capitaine, noble lui aussi, une porte s'était ouverte.

Adulte, et désormais avec des soutiens, la lente musique de sa destinée reprenait son cours. Son Comte avait été condamné, sa famille destituée, ses forces armées punies. Il ne restait que ses mystérieux soutiens, pensait-elle, qui l'avaient abandonné. Mais sur cette nouvelle musique, en ayant accès à cette capitale et portée par quelques nobles qui allaient devenir des mécènes, elle pourrait recommencer à évoluer, insatisfaite de la décision finale. Ce procès n'était pas terminé, et qu'importe que sa propre famille retourne à un village pour reprendre une vie calme, ce n'était pas son choix, à elle. La danseuse comptait bien les trouver, et juger quoi en faire le moment venu.

Et elle danserait.

Et eux aussi, mais au bout d'une corde.


V) Autres
Métier: Danseuse, chanteuse
Signes particuliers: Un tintement l'accompagne toujours, par ses multiples bijoux qu'elle n'enlève que rarement.
Rêve, ambition: Trouver et tuer ceux qui soutenaient le Comte, dans l'ombre de leur tour d'ivoire. Que cela soit vrai ou non, elle veut mettre au jour ces hommes et femmes nobles qui se sont détournés de leur humanité.
Arme : -


VI) Hors Jeu
● Comment avez vous découvert ce forum? Il y a longtemps, via top-site, puis après une première tentative d'écriture de fiche, me voici.
● Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? Intéressante, bien qu'il manque quelques détails de date. Très curieuse donc !
● Comment trouvez vous le design de ce forum? Bien !
● Avez vous lu le règlement? Il me semble oui. (Et signé)
● Avez vous vu le tchat? Discord
● Savez vous comment voter pour le forum? Vu aussi les espèces de lapin.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Erin Lulee le Mar 6 Nov 2018 - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
avatar
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 251
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Équipement:
 

Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Jeu 11 Oct 2018 - 12:51

Jolie écriture !
Bienvenue Erin Wink



Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.
Idaen

"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."
“ Tu es un être profondément bon et bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
《 Tu me sembles assez intelligent pour réfléchir toi-même à tout cela. 》
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »

Image Mythril Spear ©Grandblue Fantasy
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erin Lulee
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : WL OP
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 11
Liens vers la fiche : Fiche d'Erin Lulee
Résumé d'Erin et des rps

Métier : Artiste
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Jeu 11 Oct 2018 - 14:44

Merci bien !
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 868
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Jeu 18 Oct 2018 - 22:17

Bonsoir et bienvenue sur le forum !
Je vais m'occuper de la première validation de ta fiche Smile

Caractère

C'est ok !

Physique

Ici aussi !

Histoire

Globalement je n'ai pas grand chose à dire, mais j'aimerai que tu éclaircisses quelques points sur l'histoire de ton personnage.
Tu parles au début de son village autour de manoir du compte, où se trouve-t-il sur la carte ? A-t-il un nom, etc ? Il faudrait préciser ce point.
Aussi, au passage ou l'invocation du compte s'enflamme, est-ce un vrai sort, ou une sorte de tour de passe passe ?

Voilà, juste quelques points à éclaircir, rien de bien méchant ! J'ai eu des doutes au début quant aux problèmes entourant le compte, mais tu restes assez vague pour que cela ne pose pas de soucis, donc de ce côté là tout est bon pour moi !

Bon courage pour les modifications et bonne soirée !


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Erin Lulee
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : WL OP
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 11
Liens vers la fiche : Fiche d'Erin Lulee
Résumé d'Erin et des rps

Métier : Artiste
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 6 Nov 2018 - 12:10

Bonjour,

Après une petite pause pour faire le point, pour moi-même, sur le forum, et la soudaine précision "gameplay" qu'il nécessitait, me revoici doucement. J'ai brièvement édité la fiche, avant l'histoire, pour préciser le nom et lieu du village.

De plus, je réponds plutôt ici pour la seconde question et précision apportée, ne souhaitant pas modifier l'histoire, qui, si le narrateur est externe, se trouve pour la plupart, avec les connaissances d'Erin, donc elle ne saurait rien des sots.

Pour moi, quand l'invocation du Comte a fait un sort de feu 3 ou 5, celui du capitaine, et peut-être d'autres, elle ne sait pas, on fait usage de Pyrokinésie 6, retournant ces flammes contre lui.

Enfin, le Comte, juste pour préciser ici, si lire entre les lignes n'est pas suffisant, a été coupable d'esclavage, sûrement viols, meurtres, et d'autres choses bien peu ragoutantes.

En espérant que cela vous suffise, et je suis, sincèrement, désolé, pour la lenteur.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
avatar
Souverain du clic



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 868
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ Steesha ♡ Shakahm ♡ : le triple S
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Dim 11 Nov 2018 - 21:53

Bonsoir !

Désolée pour le temps de réponse.
Les précisions et les modifications apportées me conviennent ! Smile

Félicitation ! Je t'offre ma première validation !
Un autre admin viendra bientôt te corriger si besoin et te valider définitivement par la suite ~


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Erin Lulee
avatar
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : WL OP
Date d'inscription : 10/10/2018
Messages : 11
Liens vers la fiche : Fiche d'Erin Lulee
Résumé d'Erin et des rps

Métier : Artiste
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 11 Nov 2018 - 22:40

Merci I love you
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Capou
avatar
Admin Capou



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Capou
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 99
Double Compte : Ephylix, Eskel Merigold
Elément : Eau
Inventaire : Arme: Claymore [+10] (T/5 M/1 R/5)
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Lun 12 Nov 2018 - 0:16

Coucou ! Very Happy
Ta fiche est très agréable à lire malgré quelques passages difficiles à comprendre à cause de la tournure de tes phrases. J'ai particulièrement aimé l'histoire qui est tout en prose et s'accorde de quelques vers Smile

C'est du coup avec une grande joie que je te valide ! Bienvenu sur Arcane !

Félicitations ! Tu as ma seconde validation !
Tu peux commencer à poster ton journal de rp Ici et faire une demande rp .
Viens également demander ta carte de lien qui servira pour la liste des avatars.

Bon jeu !



Défendre la pieuvre et l'oursin !
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Erin Lulee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Erin McAlister • Donner sans rien attendre en retour
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]
» L'herbe est toujours plus verte chez les autres. / pv Erin
» Go Wynwoooooooood ! [Erin]
» La Fée des Eaux et le Sombre Cocher [Erin VS Juan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-