Est-ce un temple ou une prison? - Page 2

Partagez

Est-ce un temple ou une prison?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 399
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #26 écrite Lun 7 Jan 2019 - 13:29

Est-ce un temple ou une prison ?
Même sans saisir tous les sentiments qui animaient le Chanteur du Nord, il pensait pouvoir comprendre une telle restreinte, une telle prudence. Après tout, lui aussi était resté enfermé des années dans sa propre prison. Bien sûr, des lunes et des lunes de service à la Milice n'étaient en rien comparables à la punition des Quatre. Mais Valion aurait pu partir plus tôt, et il ne l'avait pas fait. Un léger sourire vint étirer ses lèvres, se mêlant curieusement au voile de tristesse qui s'y était glissé depuis son argumentaire.

Slavko ne l'avait pas dévoré sur place malgré ses propos assez directs, alors peut-être que le demi-dieu partageait son point de vue, et qu'il éprouvait bel et bien l'envie de découvrir ce nouveau monde. Sa sagesse se couplait à une volonté discrète mais puissante.

Une nouvelle épreuve se dessinait à l'horizon. Valion acquiesça silencieusement en suivant le regard rougeoyant du Mange-lune. Cette fois, en lieu et place d'une situation déchirante mais réaliste, issue des affres de la guerre, il tenait l'impression de s'embarquer dans une quête romanesque, dont l'objectif était la plus immense des montagnes à l'ouest. Le réceptacle destiné à accueillir l'objet convoité était un ouvrage aussi étincelant que magnifique. Il décrocha difficilement son regard du pendentif pour revenir sur le visage canin.

Si les conditions météorologiques annoncées ressemblaient à ce qu'il avait vécu dans la cellule du Dragon blanc, l'ascension serait terrible. Le chasseur observa avec curiosité l'équipement dévoilé par le moine, puis il se tourna vers le fils d'Aqua.

« J'espère me montrer digne de cette tâche. Ce serait un plaisir de l'accomplir à vos côtés. »

Le jeune homme ramassa d'abord la gourde pour aller la remplir à la cascade, puis la rangea dans son sac sans fond. Par mesure de sécurité, il prit son petit carnet de chasse et son crayon puis demanda au moine le nom de chacun des objets, avant de fourrer le tout dans sa besace magique. Les vêtements chauds lui serviraient dès que la fraîcheur des roches et de l'altitude le gagneraient, en attendant, ils le ralentiraient probablement vu leur poids. Dans le lot, il avait mémorisé la lame, puisque les matériaux lui étaient déjà plus familiers, et un petit objet totalement incroyable qui produisait une flamme d'Ignis une fois actionné. Sûrement magique. Il avait en revanche conservé sa lance comme bâton de marche.

« Je suis prêt. »

Et ainsi, il prit la direction de la montagne en compagnie de Slavko. Incapable d'évaluer précisément la distance, il se donnait assurément plusieurs jours de marche. Cela prendrait le temps nécessaire, car il devait se ménager pour l'ascension. Le silence enveloppait les deux individus sans peser sur leurs épaules. Valion appréciait cette quiétude naturelle entre eux, autant que la présence même du Gardien du pôle. Il trouva rapidement son rythme, mais ne parla qu'au bout de deux heures de marche, osant finalement poser la question qui l'intriguait.

« Vous avez dit plus tôt avoir une compagne. Est-ce que cette fleur que nous devons aller chercher est le symbole de votre amour ? Pourriez-vous... me décrire ce sentiment ? »

Rien ne le forçait à répondre, et Valion ne se montrerait pas insistant face au silence.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - (Clément Danveau)



Est-ce un temple ou une prison? - Page 2 Lance_15
Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.

« Promis, on se reverra ! »
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."

“ Bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »
« Que les leçons apprises ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »
《 Je te veux à mes côtés, Valion. 》

Crédits lance - Rowan Sherwin
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Slavko
Slavko
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Sanguisgelidus
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 85
Double Compte : Pru'ha
Elément : Eau
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : eau_3;
glace_3;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_0;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #27 écrite Mar 8 Jan 2019 - 8:42

Durant tout le temps qu'il fallu à Valion pour se préparer, le moine et moine restâmes assis, attendant avec patience. Quand enfin il se releva en déclarant qu'il était prêt, le moine se releva et s'inclina, nous souhaitant solennellement un bon voyage. Nous commençâmes par descendre la colline, quittant rapidement mes jardins pour un sentier au cœur de la forêt. Durant les deux premières heures, le silence s'installa entre nous.

Il y a plusieurs types de silence. Pour n'en citer que deux, il y a celui installé par la gêne, imposé par une situation gênante. Personne ne sait que dire, personne n'ose engager la conversation. C'est une situation négative que je considérais comme éliminatoire car trahissant un malaise entre l'humain et moi. Ce n'était pas ce genre de silence qui s'était installé entre Valion et moi. C'était un silence paisible, reposant. Celui, naturel, de deux voyageurs évoluant sur le même chemin. Nous écoutions chacun le chant de la nature qui évoluait rapidement. A la fin de ces deux heures, nous avions atteins une rivière creusant son lit au pied de deux collines.

Je laissai Valion prendre l'initiative d'engager la conversation. C'était un test naturellement, récupérer la fleur n'était qu'une petite partie de l'épreuve, une manière de tester beaucoup d'autres points. A ma grande satisfaction, il osa me poser deux questions plongeant profondément sa curiosité dans mon intimité. Je m'accordais quelques secondes avant de répondre. Devais-je le faire ? Naturellement, c'était la moindre des politesses mais comment allais-je le faire ? La forme dépendait de l'état de notre relation naissante. Avais-je assez de respect pour lui ? Me sentais-je assez bien avec lui ? Notre relation était-elle assez amicale, assez complice pour que je lui permette de venir ainsi dans mon intimité la plus sensible ?

« Le cœur de cette fleur est aussi vif que le soleil du matin, aussi doux que son premier rayon sur le monde. Ses pétales sont un dégradé du bleue calme et du blanc pur des eaux et de la neige du grand nord. Et entre les deux, à la base des pétales, une couronne de vert et de violet, l'aurore boréale réunissant nos deux cœurs. »

Car c'est l'aurore boréale qui nous avait réuni Hélène et moi, c'est ce magnifique phénomène qui avait fait naître notre légende. Mon vieux cœur bondissait encore d'émerveillement en la voyant danser en riant dans la neige sous l'aurore.

« L'amour se présente sous de multiples formes différentes Valion Lameblanche. Prenez cette rivière qui coule à nos côtés. Pour celui qui aime nager, qui aime le poisson elle est précieuse, les castors l'aiment et la chérissent. L'affection que vous ressentez pour vos parents est différent de celui que vous nourrissez pour vos amis ou vos amantes. Pour chacun vous ressentez de l'amour. »

Je soupirai, trahissant malgré moi ma mélancolie, le manque d'affection que je ressentais. Je refusais de sortir de ma cellule pour cette seule raison. Avant de continuer, je laissais des oiseaux finir de chanter de l'autre côté de la rivière.

« Comment puis-je vous décrire ce qu'il y a de plus beau dans une vie ? C'est un exercice qu'on tenté bien des poètes. Cette discussion pourrait nous occuper une semaine complète. »

L'autre côté de la colline dévoila une vaste étendu accidenté mais relativement plate. La forêt s'arretait là, le sentier tournait vers le nord s'éloignant de la montagne et nous forçant à nous aventurer sur ce nouvelle environnement. Il y avait des arbres et des bosquets un peu partout mais l'environnement était désormais relativement découvert. Le vent, coupé avant par la forêt et les collines, soufflait venant droit du nord, la température chutera indubitablement de plus en plus. Nous avions encore deux heures de soleil devant nous, l'astre se couchant lentement dans le ciel sans nuage, une légère brume commençait déjà à s'élever face à nous. La température était désormais de douze degré Celsius et descendait rapidement avec le départ du jour. Je lâchais les cinq premiers mots pour moi même.

« Mmm... La nuit sera froide... Dites moi Valion, êtes vous amoureux ? Avez vous une famille qui vous attend ? »

Je continuai tranquillement le chemin vers la montagne laissant l'humain prendre ses décisions, c'était son voyage après tout.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 399
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #28 écrite Lun 21 Jan 2019 - 15:31

Est-ce un temple ou une prison ?
Les yeux gris-bleu du chasseur dérivèrent sur l'horizon, distraitement. Il laissait la place dans son esprit aux mots de Slavko, qui, tels des coups de pinceaux prononcés avec souplesse, instauraient la couleur et dessinaient un magnifique tableau. Cette fleur paraissait tout à fait extraordinaire. L'Ancien Monde regorgeait vraisemblablement d'une multitude de merveilles. Des merveilles dont ils ne pouvaient être témoins qu'au travers de rares échos. Comment leurs ancêtres avaient-ils pu détruire tout ceci ? N'avaient-ils donc jamais songé à arrêter ? Cet élan mélancolique fut recouvert par une vague plus positive, attirée par l'instant présent.

« Je ne cache pas ma joie à l'idée de découvrir quelque chose d'aussi beau, et d'aussi important à vos yeux. »

Puis le fils d'Aqua répondit à sa question par une autre leçon dont il avait le secret. Valion rejoignait son avis, mais se demanda s'il n'essayait pas d'éluder le fond de sa demande, indirectement. Il eut un sourire compatissant devant le soupir du demi-dieu. Peut-être était-ce là la première étape de leur voyage ? La mélancolie. Il leur fallait embrasser ce qui fût un dernier instant afin d'avancer, et de laisser le passé à sa place, où on ne pourrait jamais le retrouver complètement, et inévitablement. Peut-être que Slavko aurait plus de peine que lui, jeune humain à la vie à peine entamée. Mais il avait ses propres bagages dont il devait se délester.

Valion n'était pas un homme assez fin pour la poésie, mais il ne demandait qu'à apprendre. Et aux côtés de Slavko, théoriser sur la notion de l'amour pendant toute une semaine ne lui semblait pas être un si grand calvaire, même s'il n'aurait pas eu beaucoup de matière à apporter au débat. La réponse s'annonçait relative à chacun, d'après les dires précédents du Mange-lune, mais il aurait aimé entendre sa vision. Peut-être un jour, qui savait...

Un nouveau parallèle commençait à se former dans son esprit. Chez les humains, les érudits étaient bien souvent des nobles et vivaient en société. Lui considérait Slavko comme un érudit, dans les valeurs et connaissances qu'il détenait, mais ce dernier vivait en autarcie, au cœur de la nature polaire. Était-ce là la source de sagesse qu'il manquait au peuple humain ? Désormais inaccessible car détruite dans un premier monde. La remarque du Loup le tira de ses pensées. Il prit son temps pour réfléchir et répondre à ses questions.

« Il y a une femme à qui je tiens énormément. Je ne saurais toutefois mettre des mots sur les sentiments qui m'animent à son égard. »

Peut-être qu'il ne voulait pas. Peut-être qu'il souhaitait garder cette relation dans un espace insaisissable, aussi longtemps qu'il le pouvait. Parce que c'était plus simple ? Parce qu'il savait qu'une fois confronté à certaines choses, il ne pourrait plus revenir en arrière ? En tout cas, cette heure n'était pas encore venue, aussi il enchaîna.

« J'ai une famille, oui. Une mère, une sœur, et deux de mes cousines m'attendent à Lüh. C'est la plus grande ville de notre société humaine. Mais je ne reviens pas vraiment vers elles, plus maintenant. J'ai choisi une vie différente, sur les routes et dans la nature. Pleine de dangers et de monstres. Mais c'est pour moi une vie plus remplie et plus sincère que le faste exposé à Lüh. Je respecte ceux qui s'y dédient, mais ce n'est pas fait pour moi. Je n'ai personne à y protéger là-bas. »

Le jeune homme marqua une pause de quelques minutes. Plusieurs frissons s'étaient aventurés le long de son échine, il était temps de se vêtir un peu plus chaudement avant de poursuivre. Il but une gorgée d'eau et reprit la marche, muni des bottes, de l'écharpe et des mitaines en fourrure. Il avait également enfilé sa propre cape en laine de coba, suffisamment chaude pour résister au froid de la Plaine Glacée. Il doutait qu'avant d'approcher des montagnes il ait besoin de plus, mais se tenait prêt à toute surprise.

« Et bien sûr, il y a Ruinn. C'est un enfant d'Aer qui a choisi de me suivre. Il est capable de se réjouir d'un millier de découvertes, mais également de sombrer dans les tourments. J'espère que lui montrer toutes les belles couleurs de ce monde apaisera un jour sa souffrance. »

Valion attendit que le soleil disparaisse entièrement et continua encore une petite heure avant de s'arrêter pour la nuit, histoire de chauffer ses muscles pour niveler l'effet de la chute de température. Il avala un morceau de viande séchée en se demandant s'ils risquaient de rencontrer quelques dangers. Il devait bien y avoir des animaux, comme plus tôt au niveau de la cascade, mais difficile d'imaginer des monstres ici.

Même s'il doutait que le demi-dieu ait besoin de lui pour se sustenter, il lui proposa eau et viande, puis s'attela à récupérer du bois pour faire un feu. Ce serait une nuit expérimentale, il verrait bien ce qui sortirait des ténèbres en étant réchauffé mais pas discret. Et si besoin d'ajustement, il passerait les nuits suivantes sans le feu d'Ignis.

Assis et à l'écoute du crépitement des flammes dansantes, il observait la montagne au loin, songeur. Cet endroit était incroyable. La magie des Temples pouvait créer des choses formidables pendant les épreuves. Comment le fils d'Aqua faisait-il pour supporter le vide de sa cellule une fois l'enchantement brisé avec le départ des humains ? Le chasseur se demanda si cette belle illusion trouvait sa source dans le réel ou l'imaginaire.

« Cette montagne fait-elle partie de vos souvenirs de l'Ancien Monde ? »

Ses paupières étaient plus lourdes qu'il ne l'aurait crû. Sans doute le contre-coup émotionnel de l'épreuve du Loup. Il ne tarderait probablement pas à s'endormir, et en profiterait pour se lever tôt le lendemain, en supposant que rien ne viendrait gâcher sa nuit.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - (Clément Danveau)



Est-ce un temple ou une prison? - Page 2 Lance_15
Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.

« Promis, on se reverra ! »
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."

“ Bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »
« Que les leçons apprises ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »
《 Je te veux à mes côtés, Valion. 》

Crédits lance - Rowan Sherwin
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Slavko
Slavko
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Sanguisgelidus
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 85
Double Compte : Pru'ha
Elément : Eau
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : eau_3;
glace_3;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_0;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #29 écrite Dim 27 Jan 2019 - 10:58

Valion me dévoila l'existence d'une femme qui avait beaucoup d'importance pour lui mais il ignorait quels mots mettre sur ses sentiments. Je ne commentais pas, il n'était pas temps de parler de cela. Je compris bien sur qu'il y avait très certainement une histoire d'amour derrière ceci mais son échec à y poser des mots me fis penser qu'il était encore dans le flou et que peut être un léger tourment le déstabilisait.

Il continua en me parlant de sa famille qu'il avait laissé à Lüh, la plus grande ville humaine du nouveau monde. Il possédait encore sa mère, un bien précieux, ainsi qu'une sœur et deux cousines. Sans honte aucune, ma curiosité s'en trouvait chatouillée : pas d'individu mâle dans sa famille ? Pourquoi ? Ou se trouvait son père ou les parents des deux cousines ? Y avait-il des drames dans sa vie ? Il m'expliqua ne pas être un homme des villes et conclu qu'il n'avait plus personne à protéger la bas.

Je respectais le silence et n'ajoutais rien. J'ignorais presque tout de la vie en ville. Après quelques minutes de silence, il s'arrêta, bu et s'habilla plus chaudement puis la marche reprit. Il continua en me dévoilant l'existence d'un demi-dieux l'accompagnant déjà : un certains Ruinn dont je n'avais jamais entendu parler, un fils d'Aer. L'espérance et la bienveillance de ces paroles envers lui me rendirent heureux et j'eus même la pensée furtive et rapide que Ruinn avait de la chance. J'en fus perturbé et passait les heures suivantes dans le silence, réfugié dans mes pensées.

Commençais-je à envisager sérieusement de quitter ce temple avec lui ? Il me plaisait beaucoup c'est une évidence qu'il me fallait accepter. Il était bienveillant, secourable, sage et calme. L'aventure ne l'effrayait pas et bien qu'il soit un guerrier il ne semblait pas assoiffer de sang ou en quête d'armes de destruction toujours plus puissantes. Le temps de la décision n'était cependant toujours pas venu...

Une heure après le couché du soleil, il s'arrêta. La température descendait très rapidement en préparation de l'épreuve véritable qui commencerait dès le cœur de la nuit. Je m'installais contre un petit bosquet, couché confortablement sur le côté. J'eus la surprise de me voire proposer eau et nourriture.

«Ce geste me touche je vous remercie mais conservez vos réserves, ce serait un gâchis dangereux que de satisfaire ma gourmandise. »

Des réserves il en aurait besoin s'il commettait des erreurs qui retarderaient son voyage, elles seraient alors vitale et satisfaire ma gourmandise s'avérera alors avoir été une grave erreur. Mais j'en fus touché : j'avais découvert que nombre d'humains se fichaient de savoir si nous avions des besoins tel que manger et boire. Posant la tête sur mes pattes, j'observais Valion allumer un feu. Il me demanda alors si la montagne faisait partie de mes souvenirs, je ressentais le sommeil l'envahir.

Elle était très importante pour moi cette montagne. Rare vestige de l'aube des temps épargné de l'érosion grâce à ma magie, j'étais né en son sommet.

« Il s'agit de la montagne d'Eraïkal surplombant le lac céleste et abritant la prairie sacrée de la lune rousse. Il fut l'un des rares endroits préservé de la folie humaine par la beauté des légendes l'entourant, presque toutes propagées par mes amis les moines et les habitants des environs qui n'avaient pas déclarer la guerre à la nature. Il se trouvait loin dans le nord, là ou l'hiver s'attarde et l'été frissonne. Je suis né au sommet et... Me trouvais à son sommet lorsqu'Aqua est venu. »

Ces derniers mots furent prononcés avec mélancolie et une pointe de tristesse, ma truffe se tournant vers la montagne. J'avais tant de souvenirs précieux avec cette montagne, tant d'instants importants de ma longue vie. J'avais quitté ma compagne à son pied et ne l'avait jamais revue. J'ai observé la destruction du monde de son sommet. Je m'y réfugiais lorsque le chagrin de la perte de ma compagne était trop fort, c'était notre lieu de rendez-vous. Durant de longues minutes je gardais le silence, la truffe pointée dans sa direction, les oreilles basses.

« Je vous demande de m'excuser. »

Je me levais et m'éloignait, disparaissant de la vue de Valion. Ce n'était pas du tout pour aller vivre ma tristesse dans un coin, non c'était un prétexte : je souhaitais simplement le voir se comporter seul face au danger. Le silence profond de la nuit entoura l'humain avec mon absence. La température baissait encore et bientôt la neige commença à tomber, recouvrant lentement le monde d'un manteau blanc... Puis une branche craqua non loin de Valion. Un bruissement de feuille vint troubler le silence quelques instants plus tard et ils apparurent : des yeux luisants dans l'obscurité à quelques mètres seulement du feux. Combien étaient ils ? Qu'étaient-ils ? Ils étaient nombreux, une belle dizaine et encerclaient le petit camp de Valion. Un grondement dévoila finalement leur identité : une meute de loup rodait autour de cet humain solitaire, le menaçant de leurs crocs et grondements. Plusieurs fois, des hurlements à glacer le sang se déclenchèrent, concerts lunaires effrayant et fascinant l'humanité depuis la nuit des temps. Pas une seule fois ils ne s'approchèrent du feu, pas une seule fois ils n'attaquèrent pourtant ils représentaient un danger véritable : Valion était seul contre huit adultes et cinq jeunes. Le combat serait sans merci s'il attaquait et je doutais fortement de sa survie. Je n'interviendrai pas quoi qu'il arrive car c'était un test. Quatre heures avant l'aube, les loups partiraient. Tout ceci et mon absence était un autre test, faisait parti de l'épreuve. Comment allait il réagir ? Allait il paniquer ou attaquer les loups ? Ce sera la seule fois durant ce voyage ou il ne pourra pas compter sur moi. Bien que cette épreuve me paraissait indispensable, je ne pouvais m'empêcher de me sentir légèrement coupable de l'abandonner ainsi.

C'est à l'aube que je refis mon apparition, arrivant au petit trot, une allure majestueuse et élégante. La température était descendue de plusieurs degrés sous le zéro et il neigeait abondamment.

« Bonjour Valion, avez vous passé une bonne nuit ? J'ai profité de la nuit pour jeter un regard en avant, le fleuve Matanuska est complètement gelé. Il se trouve à quatre heures de marche d'ici, il nous faudra le traverser pour atteindre Eraïkal. »

Traverser un fleuve gelé demande du courage même pour les connaisseurs. Ce serait ma façon de le tester sur l'utilisation de la magie et de la coopération...
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 399
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #30 écrite Ven 1 Fév 2019 - 23:26

Est-ce un temple ou une prison ?
Bercé par le récit de Slavko, Valion observait toujours les flammes, laissant leur ondulation et crépitement l'envoûter petit à petit. Un endroit immaculé, défait de toute présence humaine. Il y en avait aussi sur Arcane, des bouts de terre où personne ne résidait, voire même ne s'aventurait. Mais le sien fut brisé par Terra et englouti par la colère d'Aqua, au même titre que le reste.

Malgré une concentration érodée par la fatigue, le jeune homme perçut l'air de tristesse diffusé une fois la sentence relatée. Il se redressa, légèrement inquiet en voyant le Chanteur du Nord le quitter. Incertain, il ne le rattrapa pourtant pas. Il respectait sa décision, quelles qu'en soient les motivations. Il affronterait cette nuit seul. Toutefois, le sommeil ne fut pas son adversaire.

Valion se réveilla en sursaut, la conscience titillée par des bruits menaçants. De nombreux crocs se dessinaient dans la pénombre, surmontés par des regards avides, guettant le moindre signe de faiblesse. Le chasseur avait rarement été acculé, et jamais par des animaux ni des monstres. Il percevait le danger, telle une aura émanant de cette présence bestiale. Sans faire de geste brusque, il s'accroupit pour mieux évaluer la situation. Il distinguait une douzaine d'individus, sans pouvoir être plus précis. Quelques-uns s'approchaient pour se reculer immédiatement, instaurant une pression constante. Malgré ses muscles tendus, et sachant qu'il ne survivrait pas si la meute décidait de passer à l'offensive, le jeune homme conserva son calme grâce à son entraînement.

Lentement, il prit son épée, sans la sortir de son fourreau, et se recula vers les flammes d'Ignis, qu'il veilla à ne pas laisser s'éteindre. Elles faisaient d'instinct fuir de nombreuses créatures, et semblaient justement dissuader celles-ci d'attaquer. Probablement des loups d'ailleurs, puisque Slavko devait ignorer l'existence des Oboros. Du moins, si c'était bien sa volonté magique et non celle du temple qui animait ces prédateurs. Ils finirent éventuellement par abandonner, seuls les Quatre savaient combien de temps après leur arrivée. Mais Valion n'osa se rendormir qu'une bonne heure plus tard.

Emmitouflé sous ses couches de peaux, il fut cette fois tiré de son sommeil par le maître des lieux. Le chasseur avait de petits yeux mais ne rechigna pas à se lever. Il rendit ses salutations au chanteur du Nord et acquiesça à ses paroles. Avalant un bout de viande, il rangea ses affaires, bénissant la présence de son sac sans fond, et se mit en route.

Arrivé à la rivière mentionné plus tôt, il fit une pause pour manger. Il avait raconté sa rencontre nocturne sur le trajet. Rassasié et relativement reposé, il s'approcha de l'eau gelée. Très doucement, il posa un pied sur la glace, soupesant son poids en gardant l'équilibre avec le second, ancré sur la rive. La glace ne craqua pas, mais elle ne lui sembla pas si épaisse non plus. Même s'il avait par deux fois grimpé jusqu'au Temple d'Aer, le climat froid lui réservait encore des secrets.

Avant d'opter pour une quelconque stratégie, il entreprit de percer la surface. D'une pour mesurer son épaisseur, et de deux pour remplir sa gourde, si possible. Se faisant, il pivota légèrement vers Slavko pendant qu'il tentait de creuser.

« Si la glace cède, pensez-vous quand même pouvoir traverser ? »

Il pensait d'abord au Loup, avant de se rappeler qu'il était le seul à être évalué, le seul à devoir -techniquement, atteindre le sommet de cette montagne.

« Jusqu'à présent, je ne vous ai pas vu user de la magie. Est-ce une restriction qui vous est imposée ou un souhait ? »

Peut-être qu'il pouvait solidifier temporairement la glace le temps que le chasseur passe. À moins bien sûr qu'il ne doive trouver la solution par ses propres moyens.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - (Clément Danveau)

▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Jeu 7 Fév 2019 - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Slavko
Slavko
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Sanguisgelidus
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 85
Double Compte : Pru'ha
Elément : Eau
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : eau_3;
glace_3;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_0;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #31 écrite Mar 5 Fév 2019 - 19:21

Depuis l'aube de la civilisation, la relation entre l'homme est le loup est complexe. Elle fut tout d'abord indifférente lorsque l'homme n'était encore qu'un frugivore, l'hominidé n'étant pas une réelle menace pour le super-prédateur, tout deux avaient bien d'autres soucis. Puis l'homme est devenu chasseur-ceuilleur. Certains affirment que la rivalité qui lie les deux espèces a commencé ici pourtant les historiens et experts ne sont pas tous d'accord : à l'époque, tout deux partageaient la même niche écologique certes mais avaient des concurrents bien inquiétant. Qu'est-ce qu'un loup face à un mammouth ? Qu'est-ce qu'un humain face à un ours des cavernes ? Lorsque les prédateurs géants ont disparu, l'homme et le loups sont devenus rivaux. Alors une alliance improbable est née : une partie de la population lupine c'est approchée des campements humains pour manger les déchets. Involontairement, l'homme en tolérant prêt de lui les individus les plus dociles qui signalaient les danger par de petites vocalises. Le chien était né, le loup a offert le chien à l'homme. L'alliance a réconciliée les deux prédateurs. Mais la paix ne pouvait pas durer... L'homme est devenu éleveur, s’apercevant de son incroyable pouvoir de domestication. Alors le loup, venant réclamer très justement le prix mérité pour avoir offert le chien, est devenu un indésirable. L'homme a commis l'une de ses premières grandes trahisons, elle aurait du servir de leçon à mes frères et sœurs...

La personnalité générale du loup est un paradoxe : c'est un animal curieux mais craintif. Les attaques sur l'homme sont extrêmement rares et se produisent uniquement dans des conditions très particulières. Valion ne réunissait pas les conditions le mettant en réel danger d'une attaque. Animal sociale par excellence, il emploie cependant un langage différent pouvant facilement provoquer des malentendu. Les grognements et différents coups de crocs n'étaient en rien tournés vers Valion : il s'agissait simplement de dialogues entre loup et souvent de jeux entre subadultes qui peuvent s'avérer parfois assez violent d'un point de vu extérieur.

L'homme garda son calme durant la totalité de la présence des prédateurs. Il saisit son épée sans la sortir du fourreau et alimenta soigneusement son feu. Naturellement je n'étais pas parti inspecter le fleuve, j'étais caché dans l'ombre et j'observais la scène. Je le retrouvai fatigué au petit matin mais volontaire.

Sur le trajet il me raconta son aventure nocturne. Je lui adressais mes vœux de soutien et mes excuses pour l'avoir quitté. Je bavardais avec lui de quelques petites choses, lui indiquant l'existence d'un ancien village au loin et son histoire ou l'utilité des différents sentiers autours du notre. Valion fit une pause à notre arrivée, je m'allongeai confortablement sur la glace proche de la berge. Il la testa puis s'attaqua à en faire un trou en me posant quelques questions. Je m'accordais quelques instants pour répondre :

« La magie est partout autours de nous Valion Lameblanche. Nul besoin de la magie des quatre pour la trouver. Il s'agit d'un souhait : la nature n'a pas besoin des divins. Je n'aime pas utiliser la magie divine, elle me place dans une position trop supérieure par rapport aux autres vivants, c'est une tricherie. Néanmoins... »

Je me relevai et tournai le dos à l'humain observant la rivière. Elle était gelée chaotiquement et formait par endroit des plaques comme posées les unes sur les autres. Le danger était au centre.

« … Lorsque la situation l'exige je fais entorse à mon souhait. La fleuve n'est pas gelé équitablement mais il l'est suffisamment pour m'empêcher d'utiliser la magie sans trahir mon voeux. Puis-je me permettre de vous indiquer le chemin ? Soyez prudent, marchez bien dans mes traces. »

Avec l'assurance de l'individu qui évolue au sein de son environnement naturel, je m'engageai sur la glace, lentement pour permettre à Valion d'adopter une vitesse qui lui permettrait de faire attention à ne pas glisser. La rivière était large de plusieurs kilomètres et de forçait une allure plus lente qu’auparavant. De plus, je ne marchais pas en ligne droite. J'effectuai de nombreux virages, quelques arrêts et par deux fois j'utilisais la magie afin de solidifier la glace et nous sortir de l'impasse. Il fallut trois heures pour atteindre la berge opposée qui s'avéra être au pied de la montagne. Entre temps, la température avait encore descendu bien loin en dessous de celle de la congélation et un vent polaire soufflant parfois en rafales s'était levé. Je guidais Valion jusqu'à une grotte minuscule lui permettant juste de s'y installer accroupi et de faire un petit feu.

« Je vous conseil de vous installer ici avec un petit feu, le blizzard sera fort cette nuit je vous protégerais du vent avec mon corps. Je ne vous accompagnerai pas sur la montagne, je vous attendrai de l'autre côté sur les berges du lac céleste. »

Je tiendrai ma promesse en me couchant devant la grotte pour protéger Valion du vent durant la nuit s'il le désirait. Gravir la montagne sera une véritable épreuve pour l'humain. Elle n'était pas très haute, seulement deux milles cinq cents mètres, mais il n'y avait pas de sentier pour atteindre le sommet. Ce dernier sera parfaitement plat et dévoilera une prairie surprenante et magnifique à la température douce et aux fleurs de toutes les couleurs. Celle que Valion cherche est unique et se trouve en plein centre, trônant seule au centre d'un petit cercle de rocher.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Slavko le Ven 8 Fév 2019 - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Virginie Carquin
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 399
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #32 écrite Jeu 7 Fév 2019 - 20:29

Est-ce un temple ou une prison ?
Plus Valion en apprenait sur cet endroit à ses yeux onirique, plus il regrettait sa disparition. Il aurait aimé le faire découvrir à Ezelya, à Ruinn, et à sa famille. Sa gourde remplie, il se releva. Interpellé par les propos du fils d'Aqua, ses sourcils se froncèrent légèrement sous l'incompréhension. Il acquiesça toutefois aux paroles du demi-dieu, et s'engagea à sa suite une fois ses affaires rangées.

Heureusement que Slavko était avec lui, car Valion aurait difficilement pu traverser la rivière gelée sans son expertise. Au début de cette longue entreprise, leur dernière conversation encore fraîche, il rebondit dessus :

« Les Quatre vous ont doté de pouvoirs supérieurs pour entretenir et protéger la nature. C'était votre rôle dans l'Ancien Monde, non ? Pourquoi voir leur don comme une tricherie ? »

Le chasseur marqua une courte pause, s'assurant qu'il mettait bien les pieds où il fallait.

« Je respecte bien sûr votre souhait. C'est juste que, j'ai du mal à le comprendre. Peut-être parce que je suis humain. Il me semble difficile de protéger qui ou quoi que ce soit sans en avoir les moyens. »

Le passage d'une rive à l'autre lui parut durer une éternité. Mais Valion n'aurait su déterminer avec précision le temps passer à marcher sur la glace, tant il était concentré. Il laissa ensuite le Gardien du Pôle le conduire à une grotte où il en profita pour rajouter les dernières couches de vêtements dont il disposait. Acceptant la proposition de son paravent divin, il mangea tranquillement et put profiter d'une nuit de sommeil moins agitée que la précédente. Heureusement, car l'ascension qui l'attendait ne serait pas de tout repos.

Le jeune homme remercia les Quatre de l'avoir doté d'une bonne constitution car chacun de ses muscles fut sollicité durant l'escalade. Il n'avait jamais grimpé plus haut qu'un toit, et même si le chemin jusqu'au temple de Aer était difficile, il n'était rien comparé à ici. Plusieurs fois, Valion se retrouva à grimper à même la roche. Il mit du temps à trouver les bons gestes, à positionner correctement ses raquettes. Il avait rangé sa lance, découvrant que le "Ulu" était bien plus efficace pour sécuriser ses prises. Et quand enfin il prit un bon rythme, la pression atmosphérique se chargea de le ralentir et d'éprouver son corps, encore. Pourtant, comme dans la cellule du Titan du Vent où l'effet s'y apparentait, l'idée d'abandonner ne l'effleura pas. Cela prendrait le temps nécessaire, mais il y arriverait.

Et Valion y parvint, au bout d'une bonne semaine. Il avait survécu au froid grâce aux étranges vêtements, chassé pour ne pas épuiser ses réserves, et réussi à trouver de petits creux où s'abriter et faire un feu. Il atteint le sommet, épuisé comme il le fut au début de sa formation militaire. Terriblement ravi d'en avoir momentanément fini avec les pentes et roches escarpées, il s'effondra dans l'herbe douce de la prairie.

Après plusieurs minutes, il retira les épaisses couches de laine qui le protégeaient du froid, profitant de la température incroyablement plaisante en ces lieux. Puis, il s'aventura dans les champs de fleurs aux couleurs si vives et merveilleuses. Son visage se para d'un sourire, disparu dans la neige de ces derniers jours. Il avait réussi. Et pour confirmer ses dires, il ne tarda guère à trouver la fleur convoitée par Slavko.

Elle était magnifique. Son centre doré brillait avec chaleur. Chaque pétale avait l'apparence du courant calme traversé plus tôt, mais aussi de la poudreuse qui recouvrait cette montagne. Et pour relier tout ceci, une alliance entre le vert et le violet, comme le ciel qu'il vit en restant sur le sommet, cette nuit-là. Exactement telle que le Mange-Lune l'avait décrite. Exceptionnel.

Au petit matin, la fleur sertie dans le précieux collier, Valion entreprit de redescendre. Il fit preuve d'autant de prudence qu'à son ascension, mais la fatigue l'amena plusieurs fois à trébucher, et même chuter. Mais il arriva de l'autre côté en moins de temps. La surface du lac scintillait, et il repéra facilement Slavko. Malgré sa hâte enfantine de remettre le présent au maître des lieux, il se débarbouilla et réunit tout ce qui lui avait été prêté dans un coin.

Ensuite seulement il se présenta devant le Chanteur du Nord. Attrapant le collier entre ses mains abîmées par le froid, il lui remit en inclinant légèrement la tête.

« J'ai pu récupérer votre fleur, Slavko. La voici. »

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - (Clément Danveau)



Est-ce un temple ou une prison? - Page 2 Lance_15
Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.

« Promis, on se reverra ! »
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."

“ Bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »
« Que les leçons apprises ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »
《 Je te veux à mes côtés, Valion. 》

Crédits lance - Rowan Sherwin
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Slavko
Slavko
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : Sanguisgelidus
Date d'inscription : 01/10/2018
Messages : 85
Double Compte : Pru'ha
Elément : Eau
Invocateur : Valion Lameblanche
Sorts : eau_3;
glace_3;
apathie_0;
branchies_0;
transfert_0;
intangible_0;
rage_0;
aquakinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #33 écrite Mer 13 Fév 2019 - 13:54

Le loisir de réfléchir aux paroles de Valion au sujet de mon souhait d'utilisation limité de la magie me fut offert durant la dernière nuit que je passais avec lui. La réponse que j'avais à lui offrir était trop vaste, je l'estimais trop intime et le temps non venu. Les humains, et majorité de mes autres frères et sœurs, s'imaginent que seul l'utilisation du pouvoir des divins s’appelle magie. Pourtant qu'est-ce que la magie sinon une science qui, à ma connaissance, n'a pas encore été théorisée ? Prenons un simple arc et sa flèche qui, par une simple force de projection, fait pleuvoir la mort sur cette biche qui n'a rien compris. Pour elle, l'humain est capable de magie : celle de faire naitre la mort d'un morceau de bois. Beaucoup de cultures de l'ancien monde considéraient des choses simples comme magique : la course du soleil par exemple. Ma compagne était la première à affirmer qu'il n'y avait rien de magique en distribuant l'explication pourtant les cultures continuèrent durant de nombreux siècles à défendre le caractère magique du soleil se levant chaque matin. Le phénomène des marées étaient attribués à un enfant d'Aqua, le colère d'un volcan à la magie d'Ignis... La magie est partout autour de nous. La nature n'a pas besoin de magie pour fonctionner, ce nouveau monde en est la pure preuve. Qui suis-je pour me placer à un niveau supérieur des autres êtres vivants de ce monde ? Ne partageons nous pas le même air, le même ciel ? Est-ce parce que je suis unique, enfant des divins que je dois me considérer comme tel ? Ou parce que je possède une capacité spéciale tel le dauphin et son sonar ou les récepteurs électriques du requin ? Quel statut accorder à ces derniers dans ce cas ?...

Ma nuit fut difficile mais je n'en montrais rien à Valion. Lorsque le jour revins, je du forcer pour pouvoir déplier mon corps tant le givre recouvrant la fourrure de mon dos était épais. Valion se mit en route. Lorsqu'il eut disparu à l'horizon, je me dirigeai moi même vers le rendez-vous. Je ne l'espionnais pas comme je l'avais fait précédemment, j'attendais simplement assis au bord du lac. Il se passa une grosse semaine avant son retour. Je le laissai se débarbouiller et me présenter le collier entre ses mains abîmées par le froid en s'inclinant légèrement. Je m'avançais, les yeux fixé sur le pendentif. Comme il m'avait manqué...

Soudain le monde devins flou, le lac et le froid disparu remplacé par la petite maison qui marquait l'entrée de ma cellule. La température redevins agréable. Le pendentif aussi avait disparu :

« Vous avez démontré votre patience. Vous avez affronté la détresse et le chagrin. Vous m'avez dévoilé vos tourments et votre identité. Nous avons affronté ensemble le climat du grand nord puis vous avez gravi une montagne pour me rapporter mon bien le plus précieux. Que les leçons appris ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »

Le moine ouvrit la porte de la petite maison. Il tenait dans ses mains le pendentif véritable qu'il passa autour du cou de Valion pour l'accrocher.

« Ce pendentif représente le lien qui nous uni Valion. Je ne suis plus le fier gardien des terres du nord. Je suis désormais votre compagnon. »

Ce n'était en aucun cas un serment d'allégeance, j'esperais qu'il le comprendrait. Patient, j'attendais son signal pour enfin retrouver la joie d'utiliser mon odorat, de parcourir forêts et prairies. Y avait-il de la neige dans ce nouveau monde ?
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #34 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Est-ce un temple ou une prison?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Alcatraz, prison d'État
» Prison Yaoï RPG
» [FB 1620] Prison Brique
» Un portail dans Strayana ?
» Jude Célestin se proclame président

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de l'Eau-