À la lueur d'un feu, les visages se révèlent

Partagez

À la lueur d'un feu, les visages se révèlent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Dim 23 Déc 2018 - 18:14

À la lueur d’un feu
Les visages se révèlent


La caravane s’arrête lentement et je m’étire sur la monture qu’on m’a prêté. Il fait bien noir, et seules les torches permettent d’apercevoir le chemin. Si je ne m’y connaissais pas mieux, je dirais qu’on est perdus. Devant nous, le chemin disparaît entre les arbres, et les chariots ont à peine la place de passer. Heureusement, j’ai accompagné assez de caravanes marchandes dans ma vie pour savoir que dès le lever du jour le chemin nous apparaîtra clairement. La route est longue entre Oagran et Lüh pour ceux qui préfèrent les monstres aux pirates. Voilà plusieurs jours que nous longeons Granderive, sûrement dû au fait que nous avançons bein lentement et que plusieurs problèmes se sont posés entre temps… Autour de moi, la forêt neuve me semble pourtant aussi belle que d’habitude.

De loin, on annonce la halte pour la nuit et j’installe la magnifique bête au pelage ambré près de ses confrères. Il n’y a, dans la caravane, que deux autres chevaux. Le reste, des variquans, sont installés à part et chouchoutés. Personnellement, je prends le temps de m’occuper de la demoiselle qui m’a transporté toute la journée. Bien sûr, on me laisse tranquille dans mon coin, comme d’habitude. La plupart des mercenaires sont de jeunes hommes et femmes en quête d’aventure et de frisson, et peu d’entre eux ont la patience ou l’envie de s’asseoir avec un aîné tel que moi. Je ne sais pas trop ce qu’il y a de repoussant, je leur ai toujours parlé aimablement… Enfin, je me doute que mon physique ne doit pas leur donner envie de s’installer avec moi.

Après avoir pris soin de Mademoiselle -son nouveau nom-, je pars m’installer un peu plus loin. Je suis assez proche de la caravane pour ne pas être en mauvaise posture si un monstre attaque, mais assez loin pour à peine entendre les discussions et pouvoir faire mon propre feu sans déranger qui que ce soit. Dans mes gestes, on sent une certaine amertume, que je ne cache presque pas. Ce soir, j’aurais pu le passer chez moi, à apprendre à forger, à prendre soin des fermes, à contempler le ciel avec Lucille… Je ne sais pas pourquoi ça me frappe ce soir en particulier. Peut-être que je ne me suis toujours pas remis du rejet de l’enfant d’Aqua. Ou peut-être que c’est ce qui a suivi après qui me laisse perplexe. Cette jeune femme, à la chevelure comme les flammes face à moi… J’en sais rien. En fait, je préfère tout simplement pas y penser. À la place, je perds mon esprit dans les mouvements répétitif du couteau dans ma main alors que je m’amuse à tailler une nouvelle oeuvre. Cette fois, ce sera un autre sifflet. J’en fais beaucoup, ces temps-ci, mais je me dis qu’ils peuvent toujours s’avérer utile si je veux m’amuser à dresser un rapace. En ce moment, j’ai pas trop le temps, mais peut-être qu’un jour je pourrais prendre le luxe de m’arrêter assez longtemps. Pas que ça me pose problème d’être sur les routes, au contraire, mais… J’sais pas. J’ai hâte de pouvoir aider sur un autre niveau qu’en accompagnant simplement des caravanes.

Plusieurs fois dans la soirée, on vient me passer un petit mot, me demander si je veux prendre tel ou tel tour de garde… J’ai pris l’habitude de ne dormir que d’un oeil. Je pourrais garder toute la nuit, s’il le fallait. Alors peu importe ce qu’ils m’assignent. C’qui m’fait sourire, par contre, c’est la gentille p’tite dame, à peine plus jeune que moi, qui vient m’offrir une part de bouillon. Évidemment, j’accepte sa marque de gentillesse. J’aurais pu l’inviter à rester avec moi un moment, mais je sais pas… J’ai envie de solitude. Comme souvent ces derniers temps.

Seulement, bon, la solitude dure pas bien longtemps. Un froissement dans les feuilles me fait redresser la tête et porter une main à Hurricane. Sentir sa garde contre ma main me rassure. Pourtant, y’a un truc dans les pas que je commence à entendre qui me font douter des dangers que je pourrais encourir. J’sais pas vraiment c’qui m’fait dire ça, mais c’est… Un truc dans la façon de marcher de la créature. C’est pas un prédateur en traque, discret et prêt à attaquer. En fait, on dirait plutôt un maître qui marche dans son domaine, sans se préocuper d’être vu. Je hausse un sourcil en essayant de trouver dans le bestiaire de mon esprit quelle drôle de créature adopterait un tel de comportement.

Et puis, j’ai pas bien bien l’temps d’me poser la question que la bête apparaît à quelques mètres de moi. Un demi-dieu. J’ai même pas l’temps de douter, son apparence est trop éloignée des monstres. Je garde quand même ma main sur Hurricane, mais je reste assis pour pas paraître trop agressif. Mieux vaut pas le provoquer s’il est pas ici pour se battre.

« Bonsoir, demi-dieu. »

Je le détaille rapidement, pour évaluer à quel point je dois me préparer en cas d’attaque. Il est grand, ça c’est sûr, mais ce n’est certainement pas c’qui fait le plus peur. En fait, si j’devais choisir, ce serait les cinq yeux. Je me laisse pas impressionner pour autant. Au contraire, j’ai appris avec mes si nombreuses visites dans les Temples que le physique d’un demi-dieu peut être bien trompeur.

« Un moment près du feu vous plairaît-il? »

Et juste comme ça, parce qu’il n’a pas montré de signe d’agressivité, je reprend mon ragoût pour le finir tranquillement. Je sais pas trop ce que penseront les autres membres de la caravane, mais à moins de venir me voir, ils devraient se rendre compte de rien. Et puis j’assume pleinement ce qui pourrait se passer par la suite. La prudence et moi on a beau s’aimer, j’ai appris avec le temps de ne pas refuser une place près de mon feu à qui que ce soit. Il y a étonnemment bien moins de gens mal intentionné que de personnes perdues et en quête d’eux-même. Les laisser partager un bout de chaleur près du feu, même un peu de nourriture, c’est parfois tout ce qu’il leur faut pour s’ouvrir. J’ai entendu tellement de belles histoires ainsi.

Alors évidemment, je laisse sa chance à l’immense bête.


GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Baphomet
Baphomet
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : The Orphan Beast by Gorrem
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 96
Double Compte : Lagertha, Sarabi
Elément : Terre
Invocateur : Rymaïn
Sorts : terre_5;
plante_close_2;
paraseisme_0;
teleportation_3;
assimilation_0;
sorcellerie_0;
telepathie_3;
geokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 6 Jan 2019 - 14:11


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent
Peu après ma petite escapade dans l'enceinte de la Capitale, j'avais décidé qu'il était grand temps que je retrouve la Nature, celle que j'avais laissé et délaissé depuis trop longtemps. Je ressentais le besoin de retrouver des Montagnes, des Rivières, des Forêts et peut-être même la Mer. Mes dernières retrouvailles en forêt n'avait pourtant pas été des plus plaisantes, tombant sur un fils d'Aqua impétueux et puéril. De fait, j'avais d'office éliminé cette partie de l'île comme potentiellement paisible, à mon sens. J'avais donc continué vers le Nord-Ouest, dardant de mes regards une chaîne de Montagne comme mon prochain objectif.

Le soleil avait déjà disparu quand j'arrivais enfin proche des ses pieds, jonchés d'une nouvelle forêt dans laquelle je m'aventurais. Quand je m'en étais trouvé éloigné, j'avais discerné à la cimes des arbres un léger trait de fumer. Instinctivement, mon ancien rôle fit bouillonner mon sang ocre. Alerté et par peur d'y trouver un départ de feu, je m'avançais vers son origine d'un pas ample et rapide. Assez près, j'entendais finalement les murmures lointains de quelques humains. Je grondais doucement, étaient-ils assez stupide pour provoquer avec préméditations un feu de forêt ? Si c'était le cas, ils allaient devoir subir mon courroux.

Mais finalement, à mesure de mon approche, je commençais à ne discerner qu'un pittoresque feu de quand autour duquel un homme seul se tenait. Un vieil humain qui plus est. Mon corps s'affaissait un peu, m'approchant à pas de velours, l'attrait du feu m'invitant à m'en approcher. Et puis, cet humain était seul ici, en un coup de croc bien placé je pouvais le faire taire s'il se montrait menaçant ou je ne sais quoi d'autre. Je humais un peu l'air, la brise me rapportant son odeur. Quelque chose m'intriguais, sans doute les effluves du feu perturbaient mon odorat, mais inexorablement, je me rapprochais de ce vieil humain, sans savoir réellement pourquoi.

Un voie à vue, je distinguais que l'humain était un peu sur ses gardes et il avait raison, malgré sa position toujours assise. Je me redressais alors, me faisait plus imposant, alors que finalement, il me saluait bien platement, m'invitant même à le rejoindre. Je ne le saluais pas en retour, j'étais plutôt étrangement déconcerté par son manque de... dégout ou de répulsion à mon égard. Mes doutes se muant en de fin grondement, je m'approchais finalement, lentement, d'un pas souple, m'arrêtant à une paire de mètre du feu. Je m'asseyais, tout aussi souplement, ma queue battant doucement le sol et fouettant l'air avec légèreté.

Ma voix caverneuse s'éleva assez subtilement de par l'heure tardive, souhaitant respecter le sommeil de la Forêt.

" Alors... Comme ça je ne t'effraie pas ? Ne suis-je pas suffisamment monstrueux pour t'inspirer la crainte ?"

Attendant sa réponse, je poursuivais.

" Que fais-tu ici, humain ? Projettes-tu de tuer les habitants, animaux ou végétaux, de cette Forêt ?"

Mes yeux le dardaient avec méfiance. Je savais les humains désuets d'une quelconque intelligence ou du moindre respect pour la Nature. S'il était là pour la blessé, je lui ferais passer l'envie. Néanmoins et sans pouvoir le comprendre, l'attention que je lui portait était lourde, mais pas seulement méfiante. Il y avait quelque chose chez lui qui m'intriguait, comme un détail familier ou une essence que j'aurais déjà rencontré. Intrigué, je penchais même sensiblement la tête en signe d'intérêt.
 
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent X9yh
Voix :
 
Taille:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mer 23 Jan 2019 - 20:37

À la lueur d’un feu
Les visages se révèlent


Je pose mon ragoût au sol pendant que la divinité s'installe près du feu à une distance respectable. Sa taille impressionnante en est à peine réduite et sa queue qui fouette l'air pourrait effrayer quiconque ne remarquerait pas qu'elle bat doucement. Je me prends même à contempler son visage aux multiples yeux, comme pour m'y plonger. Cette habitude que j'ai se retrouve en bien étrange position quand je me demande quel oeil je dois regarder. Bien à mon malheur, je n'en ai qu'un! Finalement, il me fait don de quelques paroles, d'une voix basse, qui se marie avec la forêt environnante. Mon côté vieux grand-père grognon se range de côté à sa question. Le tutoiement, pourtant, viens naturellement.

« Si tu me parles là de ton physique non-avenant, c'est peine perdu. J'ai vu pire, et j'ai appris à ne pas m'y fier. »

Le coin de mes lèvres se soulève et je lancerais presque un "c'est ce qui a à l'intérieur qui compte" mais heh! J'suis pas non plus un vieux tout gâteux qui pince les joues des gamins! Hehe! Et puis je suis pas du tout d'vant un gamin là. Sa deuxième question, à laquelle je ne m'attendais pas nécessairement, me ramène à la réalité de ma position de proie. Face à lui, même Hurricane ne f'ra pas long feu. J'me dis un instant que lui mentir pourrait presque être plus facile mais...

« Je ne viens pas en ennemi, la caravane que je protège traverse simplement la forêt. »

En soit, c'est là la vérité, mais je continue.

« Si une créature nous attaque, cependant, je n'aurais d'autre choix que de défendre les innocents. Sache néanmoins que ce n'est pas dans mes intentions de provoquer un combat quelconque. »

Je positionne mes mains au-dessus du feu pour les réchauffer. J'ai terminé ma déclaration sur le même ton que le demi-dieu, la voix basse et respectueuse. J'sais que le jugement de certains des siens peut être expéditif et ravageur. J'espère simplement qu'ma sincérité et ma bonne volonté me tireront d'un quelconque mauvais pas. Et puis, au fond j'me dis que j'ai déjà bien vécu. Le monde se passerait bien d'un vieux chasseur bourru, peu importe la légende qui l'entoure.

« Et toi? Si c'est pas m'montrer impoli que de d'mander? Qu'est-ce que tu fais dans le coin? »

À ma précédente constatation, mes défenses sont tombées. La première impression étant passée, j'me permets de retrouver mes manières et mon bon ton. Même si ma voix reste pas plus qu'un murmure, la familiarité qui s'en échappe est naturelle et chaleureuse. Je veux pas qu'il prenne offense, j'en ai vu trop se cantonner au vouvoiement d'usage pour un simple humain tel que moi, mais la plupart profitent de mon erreur pour me faire un discours sur la génialitude des demi-dieux. Pas que j'la remette en question, mais y'en a certains qu'ont les chevilles bien enflées, quoi. Humains ou pas, on partage ce genre de défauts, j'crois, et je le trouve aussi insupportable chez les miens que chez les enfants des Dieux. J'leur dirais jamais, on s'entend, mais bon. Ça m'empêche jamais de passer des commentaires. Quand je sais qu'le truc peut me bouffer en quelques secondes, j'préfère faire profil bas, mais dès que l'rapport de force change, plus rien n'empêche un dialogue.

L'envie me prend de ressortir ma petite sculpture en bois, mais j'me dis que mieux vaut pas. J'ai la nette impression que le bonhomme tient à sa forêt, et du coup aux arbres aussi. J'ai beau avoir pris ce morceau sur une branche tombée au sol, je préfère ne même pas soulever le questionnement. Et pis ça me fait réaliser que j'ai pas le nom du bestiaux. Pas que je le retiendrais forcément, mais c'est toujours plus sympathique d'appeler quelqu'un par son nom que par un quelconque acronyme. Après sa réponse à ma première question, je lui en offre une seconde. De question.

« Si j'peux me permettre, quel est ton nom, demi-dieu? On m'appelle Geoffrey, pour ma part, mais "Le vieux" ça fait très bien l'affaire aussi. Ou "l'humain", si tu préfères, mais peu de gens m'appellent comme ça. »

Je lui offre un début de sourire franc avant de retirer mes mains du feu. À la place, je les croise, coudes posés sur les genoux, et me penche vers l'avant. J'en ai totalement oublié le convoi marchand et j'me concentre uniquement sur le demi-dieu. C'est pas tous les jours qu'on fait ce genre de rencontres, hm?


GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Baphomet
Baphomet
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : The Orphan Beast by Gorrem
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 96
Double Compte : Lagertha, Sarabi
Elément : Terre
Invocateur : Rymaïn
Sorts : terre_5;
plante_close_2;
paraseisme_0;
teleportation_3;
assimilation_0;
sorcellerie_0;
telepathie_3;
geokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Dim 27 Jan 2019 - 14:32


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent
Traverser simplement la forêt hein ? Avec vos roues et vos pieds chaussés, écrasant les racines, la terre et la moindre petite pousse qui se trouvera dans de bien mauvaises conditions pour grandir. J'aurais pu lui dire tout ça, mais à quoi bon ? Allait-il seulement prendre conscience de l'impacte que sa « simple » traversée pouvait avoir ? Certainement pas et puis, je n'étais pas sortie de ma cellule pour essayer de changer le moindre humain qui avait le courage d'affronter mon jugement. A la place d'une remontrance, je me contente donc de grogner, assez légèrement pour ne réveiller aucune vie autour de nous. La forêt était calme, je n'avais pas envie de la perturber outre mesure.

A cette pensée je détourne mes regards du vieil humain pour humer l'air forestier. Soudainement pourtant, en ne faisant qu'entendre ses mots, l'un de ces derniers m'interpelle, me stoppe dans ma détente et m'arrache un nouveau grognement.

" « Innocents » ? "

Le grognement ne désemplit pas et accompagne ma tête pointant à présent vers le vieil homme alors qu'au loin, mes regards tentent de discerner la vie de ces « innocents » au loin, ronflant de toutes leurs gorges. Mes regards se font perçant pour en discerner le nombre de leur silhouette, leur disposition autant que la présence des arbres me le permet. Puis le vieil homme me questionne alors mes regards retournent vers lui. Mon grognement s'était apaisé mais l'intensité dans mes yeux et criante.

" Je rends « simplement » visite à la forêt. "

Je ne me contente pas de la traverser moi. Mais est-ce que cette subtilité allait parvenir jusqu'à son vieux cerveau, j'en doutais allègrement. Ma queue continue de fouetter l'air, régulièrement et légèrement, marquant notre dialogue par un certain rythme. Si seulement je pouvais les faire déguerpir, maintenant. Mais à quoi bon, encore une fois ? Ils se contenteraient de fuir pour revenir plus tard, sans doute. Et le vieil humain me questionne toujours. Sans savoir trop pourquoi, mes regards tentent de le percer, de visiter son âme. Quelque chose m'intrigue chez lui. Peut-être son odeur que je hume discrètement.

" Je me nomme Baphomet, mais ne compte pas sur moi pour me souvenir de ton nom, Vieil Humain, je ne me souviens même pas de celui de celle qui à eu le courage de venir me sortir de ma cellule. "

L'humaine aux cheveux ardents. Elle m'apparait dans un éclair, remplaçant la silhouette du vieux. Mon corps tout entier s'immobilise, ma queue finit de battre l'air. Je le fixe, sans discontinuer, sans un mot, pendant plusieurs secondes silencieuses. Je retrouve en lui quelque chose d'elle, une subtile effluve qui me rappelle la sienne. C'est étrange. Se connaissent-ils ? Peut-être se sont-ils simplement rencontré récemment. Pourtant j'ai l'impression que c'est autre chose et étrangement, j'en suis curieux. Je me détends alors, troquant ma position assise pour me coucher sur l'herbe fraîche, faisant ainsi un peu mieux face au vieil humain.

" Peut-être la connais-tu ? Une humaine aux cheveux comme le feu, les yeux olives, la peau décorée de nombreux dessins. "

Je guette alors ses réactions. Pourquoi est-ce que cela m'intéresse ? Je ne saurais le dire, mais je n'ai de toute façon pas grand chose d'autres à faire. Quand je me lasserais, je m'en irais tenir compagnie à la forêt, un peu plus loin d'eux. Le temps au moins, qu'ils daignent s'en aller.
 
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent X9yh
Voix :
 
Taille:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Dim 27 Jan 2019 - 21:52

À la lueur d’un feu
Les visages se révèlent


J'attends des remontrances sur notre passage dans le coin, vu comment il répète mon "innocents" mais finalement il répond simplement à ma question. Alors comme ça il rend visite à la forêt. Je me demande pendant un instant s'il y est déjà allé, et auquel cas il considère la forêt comme une vieille amie, ou alors si c'est plutôt un truc divin? J'me frotte distraitement la barbe. J'aurais aimé m'engager dans une discussion sur le sujet, mais apparemment le demi-dieu n'est pas de cet avis. Il répond à mes questions, y passant avec un désintérêt qui ne m'étonne qu'à moitié. C'est un immortel, après tout. Quand il m'dit ne pas s'souvenir de son libérateur, je retiens un petit rire amusé. C'est la première fois que j'entends un demi-dieu qui a oublié le nom de la personne l'ayant libéré. D'habitude, ils le gardent en mémoire soit pour le haïr, soit pour l'apprécier. Mes propres invocations ont toujours mémorisé mon nom, et je crois savoir qu'elles s'en souviendront encore pendant un temps. J'espère avoir été assez attentifs à ces prisonniers pour que mon nom ne leur soit jamais réellement étranger. Et si tel est le cas, au lieu d'une offense, j'en ressentirais de la déception. Envers moi-même. Pas que je cherche à marquer les esprits, mais plutôt que... En quelques sortes s'ils n'ont pas retenu mon nom, c'est probablment que je n'ai pas été assez présent pour eux. J'ai toujours cherché à aider les demi-dieux plus qu'à les controller...

Baphomet, donc.

Quand il me pose sa question, je suis immédiatement projeté quelques jours en arrière, à Heilan, là où tant d'événements se sont enchaînés. Je fronce les sourcils. Ouaip. La description m'dit quelque chose, et pas un truc agréable. J'offre une grimace au demi-dieu et lui répond le plus franchement possible malgré que je me sois humilié comme un poltron des plus terribles ce soit là. J'sais que je commettrais plus l'erreur de boire autant dans un endroit où j'connais personne et où la première femme à s'asseoir près de moi ressemble comme deux gouttes d'eau à un putain de coup d'un soir. Le seul que j'ai jamais eu, qui plus est! Non mais si c'est pas de la malchance, ça! Et en plus j'me retrouve maintenant devant son Invocation!

« Malheureusement pour moi, cette description me dit bien quelque chose. »

Je soupire et me frotte le visage avant d'affronter le jugement du demi-dieu.

« Je l'ai croisée il y a quelques jours de cela, dans la ville d'Heilan. Un vrai désastre, c'te rencontre. »

J'sais pas trop si je dois m'étaler en détails devant le demi-dieu, mais on me connaît, j'aime raconter. Et les meilleures histoires étant celles où je suis au plus ridicule, je me lance.

« J'avais un peu trop bu ce soir-là, parce qu'apparemment c'pas une vie à faire des erreurs qui va m'empêcher d'en commettre d'autres, et j'l'ai confondue avec sa mère. La pauvre petite devait être tellement perdue, et de ce que j'en ai vu très en colère, qu'un vieillard avec un coup de trop dans l'nez commence à lui rappeler leur nuit torride. Bon en soit c'aurait pu être marrant si elle avait pas failli m'tuer. »

J'me gratte la barbe et je hausse les épaules.

« Elle a l'air compliquée, son regard avait un truc tourmenté. J'espère que c'est pas trop dur d'être son Invocation. »

Je dis ça sur un ton léger, un peu en boutade, mais à voir comment il se déplace librement, je me doute que ce doit être une belle vie, tout de même. J'ai vu des maîtres beaucoup plus stricts.

GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Baphomet
Baphomet
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : The Orphan Beast by Gorrem
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 96
Double Compte : Lagertha, Sarabi
Elément : Terre
Invocateur : Rymaïn
Sorts : terre_5;
plante_close_2;
paraseisme_0;
teleportation_3;
assimilation_0;
sorcellerie_0;
telepathie_3;
geokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Mar 29 Jan 2019 - 14:27


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent
Il l'a connait, c'était évident, mais il semble en retenir un goût amer. Sur ce point, en tout cas, nous nous rejoignions. Ma queue se remet à fouetter l'air délicatement, en signe d'intérêt. Je me montre muet en écoutant sa réponse qui est bien plus complète que ce que j'aurais imaginé. Le fait qu'il l'ai rencontré il y a seulement quelques jours me faisait penser que c'était seulement son odeur, à l'humaine, que je sentais sur le vieil humain. Mais la suite me confirmait, je le crois, qu'il y avait bien plus que cela.

Je le laisse finir, sans un mot, ne répondant pas tout de suite à sa révélation et sa dernière phrase me laisse un goût amer en bouche. « Dur d'être son invocation » ? Je grogne légèrement, davantage en signe de réflexion quand un réel signal agressif.

" C'est assez difficile oui, mais je ne suis pas un cadeau non plus. "

J'observe le peut d'horizon que m'offre la forêt et réfléchis. Ce tourment dans son regard, je l'avais vu sans y faire attention car je n'en avais cure. Mais maintenant que cet humain m'en évoquait l'existence, il m’apparaissait évident. Mais que pouvais-je bien faire de cette information ? Je n'avais pas l'impression de ressentir l'envie de l'en sortir, je n'avais après tout pas assez d'affection pour elle mais... inévitablement, je pensais que ma présence à ses côtés n'allaient pas lui faire voir la moindre lueur d'espoir. Je n'étais certainement pas l'être qui saurait la relevé, au contraire, je ne ferais que l'enfoncer en plus profondément dans ses tourments. De cela, j'en étais certain.

Revenant vers le vieil humain, je revenais sur le sujet précédent.

" Tu as donc forniqué avec sa mère si je comprends bien ? Est-ce que je dois en déduire que tu es son géniteur ? Ou sa mère à eu d'autres amants ? Voir un peu trop, pour que l'évocation d'un seul la mette ainsi en colère. Ou est-ce simplement parce que celle-ci n'est plus de ce monde ? "

Cela ne pouvait pas simplement être son odeur sur sa peau, il y avait autre chose, il fallait que je mette la griffe dessus. Je ne cherchais pas le moins du monde à être délicat dans mes paroles. Avoir presque sous entendu la possibilité que la mère de l'humaine avait pu être un prostituée ne m'avait pas dérangé outre mesure. Le fait que sa mère soit décédé paraissait être une réponse plus simple à sa colère, mais en étant nullement au courant, j'avais besoin de poser des questions, pour avoir mes réponses.
 
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent X9yh
Voix :
 
Taille:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Mar 5 Fév 2019 - 21:23

À la lueur d’un feu
Les visages se révèlent


Il me regarde pendant que je parle, et m'répond avec un p'tit grognement. Bon, elle était pas si nulle ma blague quand même. Hehe. Je lui offre un sourire tranquille pendant qu'il parle, avec sa voix tellement grave qu'on pourrait la croire sortie des tréfonds de la terre. Drôle de coïncidence, puisque je le devine fils de Terra. Heh, j'ai déjà vu des enfants de dieux assez partagés entre deux éléments, hein. J'veux dire, plus ils sont anciens, plus on dirait des hybrides étranges. J'ai déjà vu un oiseau aux couleurs du feu, ou un poisson qu'on aurait dit sorti d'une forêt. Bon, pas qu'il y en ait beaucoup, j'suppose que leurs parents ont décidé de cesser la garde partagée. Et pis chaque fois, malgré leur apparence, y'avait toujours une prédominance. J'me demande encore pourquoi y'a pas de demi-dieux avec deux éléments ou un truc du genre.

Erm, je m'égare, hein. Donc oui, pas un cadeau non plus. Pfeuh, qui est un cadeau, honnêtement? La plupart des gens que j'apprécie étaient pas un cadeau à la base. Ça les rend d'autant plus précieux.

« QUOI!? »


Je m'étouffe avec ma propre salive tant les paroles du fils de la terre m'étonnent. Quoi? Forniqué quoi?? Je tousse une bonne minute après l'assaut de questions. Les autres étaient bien respectables, mais la première m'a pris au dépourvu. J'ai un petit rire amusé. C'est bien un enfant divin pour lâcher ce genre de choses.

« Erm.. Oui, j'ai eu une relation charnelle avec sa mère, une fois, un soir. Ça fait bien longtemps, et puis c'était qu'un soir. Je veux dire si elle l'a fait avec moi, qu'est-ce qui l'aurait empêché de le faire avec d'autres? Et puis non! Bien sûr que non, je peux pas être son père. C'est pas parce qu'il y a eu quoi que ce soit le temps d'une soirée, avec Ishael, que soudain j'suis le père d'une gamine aux cheveux de feu. Non mais. »


Je ris encore un peu, mais les paroles du demi-dieu me rentrent dans la tête.

« Attends... Si Ishael est morte... Ugh, je comprends qu'elle ait été en colère, qu'un ivrogne vienne teinter son souvenir de sa mère. »


Avec un haussement d'épaules, je me secoue la tête. Le sérieux me revient, et avec, un peu beaucoup de regrets pour mes actes inconsidérés.

« Ugh, j'aurais pu être moins débile, la pauvre. Quand tu la reverras, tu lui diras que je m'excuse. J'suis pas aussi... prompt à faire des conneries, d'habitude. »

GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Baphomet
Baphomet
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : The Orphan Beast by Gorrem
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 96
Double Compte : Lagertha, Sarabi
Elément : Terre
Invocateur : Rymaïn
Sorts : terre_5;
plante_close_2;
paraseisme_0;
teleportation_3;
assimilation_0;
sorcellerie_0;
telepathie_3;
geokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Mer 6 Fév 2019 - 21:55


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent
Il semble surpris, très surpris par mes propos ce qui me fait m'interroger, d'un hochement de tête léger sur le côté. Qu'avais-je bien pu dire qui puisse susciter tant de réactions ? Il me donne finalement de quoi répondre à cette question. Visiblement, l'évocation de sa fornication avec la mère de l'humaine l'avait troublé. Je soupire alors, en grognant un peu, roulant les yeux vers le ciel sombre. Ce que les humains pouvaient être sensibles parfois.

Puis il se reprends, d'une manière un peu moins légère, plus concernée, plus touchée aussi. Mes regards reviennent alors à lui, lui répondait d'un air et d'une voix plutôt détachés.

" Je ne sais pas si sa mère est morte, c'était une simple supposition. Cependant... "

Et je pèse mes mots, laissant un simple silence s'installer alors que j'abaisse ma tête, la rapprochant un peu de lui, sans trop en faire.

" N'avoir forniqué qu'une seule fois avec elle ne signifie pas non plus qu'il n'y a aucune chance pour que tu sois son géniteur. Une fois suffit, je me trompe ? Vous qui êtes une race si fertile. "

Je me redresse un peu, revenant à ma position initiale, bombant un peu le torse. Je tourne ensuite ma tête, observant les arbres avec prestance.

" Si j'ai vent de la mort de cette... Ishael, je t'excuserais volontiers auprès de l'humaine. "

Étrangement, ce nom là, prend un peu de place dans mon esprit. A propos de l'autre sujet, je n'allais pas m'éterniser. Il n'avait pas l'air d'être près à envisager la probabilité qu'il se trouvait être, précisément, le géniteur de l'humaine aux cheveux ardents et je n'avais pas de temps à perdre à lui faire entendre raison. Je me redresse et reviens à ma position assise, ma queue ayant arrêté de se balancer dans l'air. Mes regards reviennent sur lui alors, qu'à nouveau, je le surplombe de ma hauteur.

" A l'avenir, vieil homme, veille à diminuer ta consommation d'alcool. Vous êtes des êtres trop fragiles pour en supporter dignement les effets. Trouves un autre moyen de t'évader car avec ça, tu va finir par écourter ta vie déjà trop éphémère. "

Je connaissais les effets de l'alcool sur les humains, j'en avais vu s'adonner à des beuveries sans nom au point dans finir presque mort et je ne savais pas ce qui pouvait bien leur plaire là dedans. Je savais encore moins pourquoi je lui disais ces choses. Sans doute que dans la probabilité où il se trouvait être le père de l'humaine, je n'avais pas très envie de le savoir ainsi, faible et fragile. Pourquoi ? Je n'en étais pas sûr, sa condition m'importait moins que celle de l'humaine mais était toute deux, de fait, intimement liée.

Je me replace un peu, alors que mon discours était teinté de sermon, détendant un peu mes pattes en malaxant la terre sous elles, avant de soupirer.

" Enfin, je ne suis certainement pas celui qui pourra te faire changer, toi qui a, à priori, déjà conscience de l'erreur que cela représente. "
 
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent X9yh
Voix :
 
Taille:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 33
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Ven 4 Oct 2019 - 3:51

À la lueur d’un feu
Les visages se révèlent


J'triture ma cape, un peu embarassé d'être repris à l'ordre par un demi-dieu sur un sujet que je devrais connaître assez bien. J'suis humain quand même, alors j'devrais l'savoir plus que lui! Mais non, c'est moi qui débite de la merde et qui m'enfonce dans l'déni. Bien sûr que j'sais qu'une fois ça suffit. J'peux pas non plus complètement éliminer la possibilité... C'juste que j'me dis qu'si ça devait être le cas, c'serait vraiment pas drôle pour la ptiote. Pas qu'j'sois contre l'idée d'avoir un gosse, mais l'avait l'air de plutôt m'détester, la gamine. Si j'la r'croise et qu'elle est pas en mode furie, j'dis pas, mais jusque là...

L'demi-dieu s'tourne vers les arbres, l'regard lointain et pensif, plein d'grâce et d'la sagesse de l'âge. Une bête qu'a les années de vie qu'aucun humain pourrait espérer avoir, et du savoir à en revendre. Reste à voir c'qu'il en fait, d'ce savoir, j'suppose. J'prends un moment pour contempler l'profil de son faciès, encore une fois subjugué par c'que les dieux ont créés. Puis son r'gard vient vers moi, après sa promesse de passer l'mot à la fille aux cheveux ardents, et j'peux pas empêcher le p'tit sourire qui m'orne le visage à l'entente d'ses r'montrances. C'pas à mon âge qu'l'alcool va changer grand chose. Et pis écourter mon existence, pour le temps qui m'reste, c'pas la pire des choses non plus. J'suis d'jà chanceux d'm'être rendu jusque là. Et pis en général j'fais quand même attention, c'pas comme si j'buvais à pus d'raison non plus. J'prends quand même le conseil, probablement bien intentionné, en inclinant la tête.

« J'prends bien note d'tes conseils, l'ami. »

J'prends un moment pour profiter d'la chaleur du feu et du silence. D'la contemplation d'la forêt et du calme des environs. Mes pensées s'dirigent vers les cheveux de feu de deux personnes différentes, du mystère qui les entoure toutes les deux, et de la possibilité qu'une histoire que je pensais finie et enterrée me reviennent au visage d'façon absolument inattendue.

« Aussi stupide qu'ça sonne, j'pense pas qu'faille voir ça comme une erreur. C'qui est fait est fait, ça a m'né à aujourd'hui, et c'ça qu'est ça. »


L'temps s'écoule, et j'sens la nuit qui s'étire sur la forêt aux alentours. Pas d'monstre en vue, mais l'nombre doit en effrayer quelques uns. Devant moi, j'sens l'intérêt du demi-dieu faiblir. C'pas qu'j'suis juste un humain, mais pour lui, c'probablement ça. Sans qu'j'le veuille, mes pensées dérivent sur la futilité d'l'existence, et même si j'voudrais lui poser des questions sur l'sujet, j'sens qu'il s'rait pas du genre à m'faire des réponses qui vont dans l'coeur du sujet. J'aurais plus l'impression d'l'emmerder qu'autre chose. Alors j'laisse le silence être c'qui finira par l'laisser partir au loin. Ou alors j'attends des questions, des remarques, peut-être. Et j'laisse le temps couler.

GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Baphomet
Baphomet
Invok Terre



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Crédit Avatar : The Orphan Beast by Gorrem
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 96
Double Compte : Lagertha, Sarabi
Elément : Terre
Invocateur : Rymaïn
Sorts : terre_5;
plante_close_2;
paraseisme_0;
teleportation_3;
assimilation_0;
sorcellerie_0;
telepathie_3;
geokinesie_0;
magma_0;
metamorphose_6;
saignee_0;
soin_4;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Jeu 10 Oct 2019 - 21:47


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent
Je ne pu empêcher une certaine réserve, voir une réaction visible quant à cet dénomination. « L'ami » ? Me considérait-il comme tel ? Comme un ami ? Par tous les Dieux, ces humains sont si rapides et si faciles. De ce fait, j'ai perdu le semblant de détente que j'avais trouvé à être allongé sur cette herbe fraîche et humide, face à ce feu chaleureux. Mais peu importait en réalité, je n'avais eu aucun espoir particulier quant à cette rencontre fortuite.

La suite de ses propos sonnaient étrangement. L'erreur dont j'avais fais mention concernait indubitablement la consommation d'alcool et pourtant, sortant de ses lèvres, j'y trouvais un poids bien plus important. Peut-être faisait-il mention du sujet évoqué juste avant. Et puis, ce charabia à la fin avait-il un sens particulier ? Tant de question pour si peu de réponse. Je soupirais longuement, retrouvant le calme que le silence instaurait. Mon âme s'apaisait peu à peu et finalement, le manque de communication entre nous avait quelque chose de plaisant. Sa manière de parler était horrible, ce qui rendait son silence d'une valeur inestimable.

Mais il fut un moment où j'en avais assez de rester ici, parce que sa présence n'était pas aussi plaisante que cela et que je n'avais, à priori, plus rien à faire ici. Je me relevais alors lentement, avec la lourdeur qu'imposait mon cœur.

" Bien, je vais te laisser à tes divagations vieil humain. J'espère pour toi que nous n'aurons pas à nous rencontrer de nouveau. "

Cela signifierait qu'il n'aurait pas de lien avec l'humaine et ça serait certainement mieux pour tout le monde. Après tout, il n'avait pas l'air de souhaiter particulièrement jouer son rôle de père, au vue de ses réactions dénigrantes. Je finissais donc par lui tourner le dos et m'enfoncer dans la forêt, jusqu'à disparaître.
 
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA


À la lueur d'un feu, les visages se révèlent X9yh
Voix :
 
Taille:
 
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

À la lueur d'un feu, les visages se révèlent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A la lueur d'une bougie [Armando, Véronica] [10 et 11 /03/42]
» 1. Si j’avais deux visages, est-ce que je porterais celui-ci ?A.L. | Perle, Zack, Masha & Madi
» Esterial Falss
» Entrelacs-Handschrift tome DEUX
» Les liens du sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Montagnes de Zan-