Orptah - Le Joyau

Partagez

Orptah - Le Joyau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orptah
Orptah
Invok Feu



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Actif
Crédit Avatar : Danru, par Darenrin
Date d'inscription : 23/01/2019
Messages : 11
Double Compte : Oblivion, Serindë
Liens vers la fiche : * Fiche
* RP's

Elément : Feu
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mer 23 Jan 2019 - 22:51

I) Identité
Nom : Orptah
Titre : Le Joyau
Sexe : Le côté masculin prédomine
Élément associé : Lumière
Endurance : 60


II) Caractère
Par où commencer ? Je suis sans doute de loin la chose la plus belle que vous ayez jamais vu. Mon apparence est digne de mon père, Ignis, et mon caractère l’est encore plus, alors, partant de là, comment pourriez-vous nier l'évidence ?

Comme vous l’aurez compris… Ou comme vous le comprendrez vite, je suis assez imbu de ma personne. Après tout, j’ai découvert comment fabriquer moi-même, certes avec un peu d'aide, les pierres précieuses, créations cachées de mon Oncle et de mon Père, n’est-ce pas ? J'imagine que je n'ai pas dû être le seul qui faisait miroiter ces beautés en plein jour, mais j'étais sans aucun doute le plus doué, à n'en pas douter.

Bref où en étais-je…? Ah oui. Donc je suis unique. C’est quelque chose que je me plairais à vous répéter jusqu’à ce que ça rentre dans vos petites têtes de bipèdes… Si j’accepte de vous parler déjà. Car, en effet, je ne vous aime pas, vous les Humains, je vous considère plus comme de la nuisance à abattre à tout prix que comme quelque chose ayant une quelconque valeur. Même une blatte a plus de valeur que vous.

Après tout, c’est à cause de vous que je suis enfermé ici, dans cette cellule hideuse qui ne me rend pas grâce, d’une part, et d’autre part, que je suis privé de ma liberté sacrée, de mon droit de naissance à être où j’en ai envie, comme j’en ai envie, pour peu que je continue l’oeuvre de mon Père. Pour cela je vous déteste. Ma haine est d’un brûlant aussi intense que la couronne d’Ignis et… Ma foi les cadavres humains que j’ai relégué dans un coin de ma cellule en sont une bonne preuve.

Je sais pourtant être respectueux. Mais ce respect est impossible à décrocher pour vous, misérables vers de terre bipèdes. Je ne l’ai accordé que deux fois : à mon Créateur et à mon Compère. Eux seuls méritent que je ploies devant eux. Eux seuls méritent que je leur sois tendre et affectueux.

Malgré tout parfois… Ma nature d’enfance me revient et mon côté curieux et enthousiaste explose en de rares occasions, comme de petits feux d’artifice. Mais ne rêvez pas, ça ne risque pas d’arriver avec l’un de vous, Humains, immondes créations ratées. Aucun de vous ne saurait attiser la flamme de mon intérêt par un quelconque procédé douteux ou un de vos nombreux mensonges. Je me suis fait avoir une fois, on ne m’y reprendra pas.

Mes cousins et cousines, les autres Demi-Dieux ? J’ai longtemps haï sans distinction la plupart d’entre eux, après la création des Humains. A jouer aux copieurs des Quatre, ils avaient fait n’importe quoi et brisé l’ordre naturel des choses. Ils m’avaient trahi d'une certaine manière, et à cause d’eux, j’ai été puni, moi qui n’avait jamais été que le plus loyal de tous.
Et puis… Le temps à passé et m’a forcé à voir la vérité en face. Ils n’étaient pas tous responsables. J’avais moi-même été séduit, un temps, par cette nouvelle espèce. Et je n'avais peut-être pas été si loyal que ça, en définitive.
Petit à petit, quelque part dans un recoin de ma tête, j’ai commencé à me demander s’il n’y en avait pas d’autres, comme moi, qui haïssaient si fort les Humains qu’ils ne rêvaient que de les voir taillés en pièces comme de vulgaires mouches ? C’était fort probable, oui, que ceux qui avaient tout perdu, comme moi, alors qu’ils n’étaient pas responsables, aient les même instincts de vengeance.
Néanmoins, l’idée de devoir me lier à l’un de ces misérables vermisseaux bipèdes pour me libérer afin d'en éradiquer plus me dégoûte à un point tel que souvent je les tue avant qu’ils n’ouvrent la bouche pour débiter encore et toujours des mensonges.

De fait, je ne suis encore jamais sorti de ma cellule. C’est normal après tout, aucun Humain n’est digne de moi. Ceux qui ont essayés… Ne sont plus de ce monde, ni de l’Ancien. Au moins ont-ils la décence de ne pas empester en pourrissant dans un recoin de ma prison. C’est déjà ça.
L’éternité passée entre ces quatre pans de pierre ont terni l’éclat de ma si demi-divine personne. Je ne suis plus qu’ennui, haine et cynisme, c’est ce qui m’a empêché de tomber dans la folie. Pourtant elle est toujours là, à l’orée de l’ombre que l’étincelle de ma conscience n’éclaire plus, prête à fondre sur moi pour me faire revivre mon passé que j’ai si profondément enfoui en moi pour survivre à cet emprisonnement aliénant.

Je ne suis pas sûr de sortir un jour, puisque, je le répète, vous n’êtes pas dignes. Mais se pourrait-il que j’ai tord ? J’en doute fort, évidemment, mais enfin...


III) Physique
Je suis beau. Un mélange gracieux et félin d’onyx et d’or. Vous n’avez jamais rien vu d’aussi splendide. Je vous ai dis qu'il allait bien falloir l'admettre.

Je suis grand, plus grand qu’un simple lion, je mesure deux mètres cinquante de haut et je fais six mètre vingt du museau à la pointe de la queue. Je fais un poids total de cinq cents cinquante kilos et demi à peu près. Taillé en finesse et en rapidité, je pouvais distancer un cheval de l’ancien monde sans aucun problème. Je courais volontiers avec les animaux les plus proches de moi, à l’époque, les guépards.

J’ai aussi de belles griffes dorées et acérées qui rentrent dans la chair humaine comme dans du beurre. Bon, même si passé un temps, je trouvais ça amusant à faire, il fallait sans cesse que je les lèche ensuite pour les laver avant de les rentrer dans mes coussinets. C’était une activité trop chronophage et trop indigne de ma classe naturelle pour que je m’y amuse encore aujourd’hui. Toutefois… Ne m’agacez pas trop ou les vieilles habitudes pourraient reprendre du service.

Mes oreilles sont petites, mobiles et pointues. J’entends très bien alors ne vous avisez pas non plus de médire dans mon dos où je vous jure que vous le regretterez.
Il m’arrivera souvent de les tourner pour capter l’origine d’un son, comme mes cousins félidés. Cela me donne parfois des airs de gros chat. Je vous déconseille d'essayer de me caresser sinon vous verrez comment fini votre main impure sur mon poil court et soyeux. Prenez ça comme un conseil, je suis d'humeur généreuse.

Mes yeux sont dorés, fendus et me donnent le don de nyctalopie grâce à une membrane qui se déploie dessus la nuit et qui réfléchit la maigre lumière lunaire. Encore une de mes nombreuses facettes cachées.
Parfois, suivant la lumière qui tombe dedans, ils peuvent prendre une teinte vieil or ou ocre, mais dans tous les cas, vous aurez l’impression de contempler un abîme d’or liquide.

Toute ma tête et mon cou sont parsemés de doré, comme si Ignis avait renversé un pot d’étoiles sur mon crâne à ma création. Poétique et subtil n’est-ce pas ? Oh bien sûr, tous les demi-dieux le sont, mais moi je lui suis plus, c’est un fait.
La poudre d’or a créé d’étranges motifs sur mon pelage onyx, comme des demi-lunes emprisonnant des lunes dorées. Ou alors c’est l’inverse ? Bref, ce motif a été repris par mon Père quand il a vu les léopards créé par Terra. Comme quoi… Je suis issu de la meilleure sélection de l’Ancien Monde.

Ma voix ? Ma voix est belle, comme vous vous en doutez. Un mélange rocailleux et roulant, avec des intonations suaves. Elle me représente bien en somme, je roule un peu les “r” à l’occasion d’ailleurs, donnant l’impression que je ronronne, même quand ce n’est pas le cas. Elle trahit aussi mon âge, l’arrière-timbre étant plein d’assurance et d’une certaine sagesse, quand elle n’est pas froide et impérieuse.

Et puis… Mon Père, même dans sa fureur, a accepté de me laisser garder deux créations de l’Ancien Monde.
La première est un collier d’or massif que j’ai autour du cou. Des runes dont j’ai maintenant oublié la signification ornent chacune des pièces composant le collier. C’est un cadeau que j’ai gardé… Pour me rappeler à quel point les Humains sont fourbes.
La seconde création, elle aussi d’or, se décompose en fait en trois bracelets massifs passés autour de ma queue. Ils sont tous simples mais eux aussi sont là pour me rappeler que nous les demi-dieux, somme des créatures infiniment plus dignes que ces maudits bipèdes.
Tous ces ornements ne sont pas soumis au temps. Dans mon infinie sagesse, j’avais pris soin de les enchanter dans l’Ancien Monde, de sorte qu’ils deviennent à mon image, irrémédiablement beaux et immuables.

Ma forme humaine…? Vous voulez vraiment que je vous tue ? Passons à autre chose avant que je vous découpe en rondelles séance tenante.


IV) Vie
Histoire: Mon histoire…? Doit-on vraiment en passer par là ? Roh bon d’accord… Je suis né dans l’Ancien Monde, comme tous les autres enfants des Dieux. J’avais une tâche, que mon Père, Ignis, m’avait confiée, pour assurer le bon fonctionnement de ce monde merveilleux que lui et trois autres avaient créé.

Ce que je devais faire ? Concentrer les rayons de la couronne ardent d’Ignis, le Soleil et irradier de chaleur les déserts, pour qu’ils continuent d’être chauds et secs, pour y maintenir le biome qui s’y était développé. Ma tâche avait aussi une dimension plus esthétique, puisque chauffer le sable le rendait brillant, comme une pluie infinie de petite perles irisées ou bien les roches des déserts pierreux flamboyaient grâce à ma chaleur. Enfin, ça c’était ma tâche le jour.
La nuit, il fallait au contraire que j’absorbe en moi toute la chaleur engrangée le jour, pour rendre les déserts froids, presque même glaciaux. Car certaines espèces qui vivaient là avaient besoin de cet adoucissement de la température pour sortir et perdurer.
Ignis m’avait taillé pour la vitesse car sans cesse, de jour comme de nuit, il fallait que je cours partout pour prendre puis pour diffuser la chaleur de sa lumière.

Les millénaires passèrent ainsi, avant qu’un jour, je ne sois malgré moi à mon tour créateur.
C’était une journée particulièrement ardente, le Soleil étant terriblement en forme. Il faisait écrasant, et même pour moi qui était capable de supporter sans broncher de chaudes températures, il était difficile de courir ou même d’accomplir la tâche qui m’avait été dévolue. Pourtant, Ignis sait que j’ai essayé. J’ai engrangé tellement de chaleur… A un moment, je crois même que mon corps s’est mis à rougeoyer, prêt à imploser.
Je me suis arrêté, essoufflé pour la première fois depuis ma naissance, et j’ai observé la Couronne Solaire dont mon pelage onyx continuait d’absorber les infrarouge et donc l’or de mon crâne continuant de réfléchir la lumière dans tous les sens. Je me suis couché au sol, au pied d’un promontoir rocheux. Mais même à l’ombre, je sentais mon corps irradier une chaleur trop longtemps contenue, qui semblait couler hors de moi comme de l’eau bouillante.
Petit à petit, je me suis aperçu qu’en réalité, la roche sous moi avait commencé à fondre littéralement. Et sous mon corps, une marre rougeâtre de roche en fusion commençait à s’étaler, lentement, inexorablement, de plus en plus. La masse fumante carbonisa un cactus proche et je gémis de dépit. Mon rôle était de maintenir le biome désertique en l’état, pas de commencer à le détruire.
Je me relevais et m’éloignais mais partout où mes pattes se posaient, la roche fondait, se collait à mes coussinets, s’étalait.
Immobilisé au milieu du reg où j’étais, je ne savais pas quoi faire, pour une fois. Je sentais la panique qui m’envahissait et mon corps qui continuait, inlassablement son travail, continuant de faire lentement fondre la pierre sous moi.
Et c’est alors qu’il arriva. Son nom était Oum, mais pour moi il serait mon Compère, le seul qui mérita à mes yeux le respect qu’alors je n’avais que pour mon père. Oum était un énorme rocher parlant. Partout où il passait, la terre tremblait et se fissurait. S’il restait trop longtemps dans une même zone, il pouvait créer des tremblements de terre, ou même des failles terrestres.
Malgré son apparence rustre, Oum était terriblement perspicace et me voyant là, immobile et effrayé, le sol entrant en fusion sous mes pattes, mon corps rougeoyant agrégeant les rayons solaires… Il compris vite que j’avais besoin d’aide.
D’un coup de main frappé sur la terre craquelée du désert pierreux, il ouvrit une brèche, dans laquelle commença à se déverser le magma que je créais, laissant celui-ci s’écouler jusqu’à la nuit tombée.
Quand ma température corporelle eut fini de retomber à un niveau vivable, je m’écartais de la fosse que Oum laissa ouverte pour que le magma, refroidisse lentement.
Nous n’échangeâme pas beaucoup cette fois-là, je le remerciais sincèrement pour son aide, il me donna une astuce pour l’appeler en cas de problème, me donna une tape amicale dans l’épaule et nous reprirent chacun notre chemin, trop affairés l’un comme l’autre pour s’accorder plus de temps de pause.

Je ne revint pas dans ce reg avant encore plusieurs centaines d’années. L’expérience avait été trop traumatisante pour moi pour que j’ose y remettre les coussinets de sitôt.
Mais un jour vint où je ne pouvais plus ignorer cette partie du globe où ma présence était nécessaire. Quand j’arrivais dans ce désert, il était presque devenu glacé. Le soleil n’avait plus jamais autant chauffé depuis mon départ et j’avais trop longtemps négligé de chauffer la terre comme c’était là mon rôle.
Je me remis donc à courir tout en irradiant les rayons de Soleil concentré via mon corps, inlassablement, laissant pour une fois au désert sa chaleur nocturne, histoire d’essayer de rattraper le temps perdu.
Le lendemain je repris ma tâche et, ce faisant, je tombais malgré sur la première flaque de magma. Celle-ci avait une étrange consistance de roche fondue puis solidifiée, noire, lisse et douteuse. Curieux, je suivis mes traces de pas pour arriver à la faille créée par Oum.
Dedans, la même consistance noirâtre, curieux mais prudent, j’y posais un coussinet. Dur comme de la pierre. Le contraste était saisissant. On aurait dit du liquide mais dur.
Désireux d’étudier cette nouvelle matière, je sortis une griffe dorée et commençait à taillader la roche. J’en détachais un gros bloc, d’à peu près trente centimètres sur trente, que je sortis à l’aide de mon museau. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, du côté jusqu’alors caché, une cavité dans laquelle se trouvait des choses brillantes que je n’avais jamais vu jusqu’alors.
Ouvrant de grands yeux, surpris et interloqué, je contemplais ce que je comprendrais plus tard comme étant des cristaux d’un air émerveillé. C’était beau, et pour moi c’était inédit. Ce jour-là, je tombais littéralement amoureux des pierres précieuses.
J’imitais alors un tremblement de terre en grattant le sol avec mes pattes, longuement, jusqu’à ce que Oum apparaisse au loin.

Je lui expliquais alors ce que j’avais découvert et lui demandais, où plutôt devrais-je dire, le suppliais de m’aider à en faire d’autres. Après de longues journées d’hésitation, il accepta finalement.
A ce moment-là, des millénaires s’étaient écoulés et je dois admettre que lui comme moi et beaucoup d’autres, nous étions un peu reposé sur nos lauriers et nous n'étions plus aussi empressés dans l’exécution de notre tâche primaire.
Et au moment ou Oum et moi expérimentions la création de pierres précieuses aux quatre coins du monde, d’autres créaient les Humains.

Au début, Oum et moi n’avions pas grand chose à faire du reste du monde et de la nouvelle coqueluche que certains Demi-Dieux avaient façonné. Nous affinions notre technique, moi sélectionnant et faisant fondre différents types de roches, tandis que Oum modelait ses failles pour qu’elles soient plus profondes, ou plus fines, de sorte que la pression était plus élevée une fois la faille rebouchée… Ainsi, nous avons créé des centaines de cristaux différents. Certains se brisaient dès leur extraction, d’autres s’avéraient très laids une fois en pleine lumière… D’autres encore fondaient au-delà d’une certaine température… Bref, nos échecs furent plus nombreux que nos réussites mais l’activité était nouvelle et nous y étions tous dédiés.

Quelques milliers d’années passèrent encore sans qu’aucun changement notable ne se fasse sentir. Quelques variations de notre magie ici et là, surtout quand nous passions à proximité de ce que les Humains appelaient “la Civilisation”, mais aussitôt éloignés, nous retrouvions nos forces. Je l’admets, à cette époque, nous étions insouciants et Oum et moi n’avons pas fait attention.

Quand nous avons été touchés par les affaiblissements même en plein milieu d’un désert où nous avions élu domicile pour expérimenter, et quand Oum, qui fut le premier affaibli du fait de son lien avec la Terre, se retrouva de plus en plus en difficulté pour ouvrir des failles, nous avons commencé à nous inquiéter. A ce moment-là il était déjà beaucoup trop tard, mais nous l’ignorions alors.
Laissant Oum se reposer, un jour je partis dans le désert pour enquêter, me dirigeant maladroitement vers l’endroit où je sentais mes pouvoirs de plus en plus affaiblis. J’arrivais bientôt en vue d’une ville qui se tenait à l’orée de l’erg où nous vivions. Je vis le sable être repoussé par d’immenses murailles, et de l’eau jaillir d’un sol dont elle n’aurait pas dû sortir.
Ignorant et interloqué que j’étais par cette découverte, je fus irrémédiablement attiré et éblouis. Ma venue, si elle suscita d’abords la crainte, fut vite considérée comme une bénédiction quelconque et rapidement on me célébra, on me fit des offrandes… On me charma.
J’avais toujours été soigneux de ma personne et j’aimais à me rouler dans les piles de diamants ou de grenats que nous produisions avec Oum, aussi la flatterie fut-elle rapidement mon point faible. Mes séjours, qui au début ne duraient pas plus d’une journée, s’allongèrent un peu plus à chaque visite.
Oum avait bien essayé de me mettre en garde, il était de plus en plus faible et avait reçu la visite pendant mes absences de plusieurs de nos cousins qui lui avaient apprit que c’était les humains et leur expansion qui nous affaiblissaient.
Mais la perte de mes pouvoirs fut un temps compensée par les bijoux qu’on m’offrait, et la déférence avec laquelle on me traitait. Être considéré comme un dieu magnifique et puissant me convenait parfaitement et, les Quatre me pardonnent, je n’ai pas voulu voir l’horrible vérité cachée derrière tout ce faste et que je devinais pourtant.

Un jour, une énième délégation d’Humains se présenta à moi et m’offrit un collier en or massif. Le collier, composé de pièces rectangulaires martelées de runes m’éblouit un instant. Je penchais la tête pour qu’ils me le passent autour du cou et… Tout à coup, deux choses me frappèrent.
Premièrement, cet or, je l’avais déjà vu. Il ornait déjà ma queue en trois bracelets simples d’un autre temps, que mon ami Oum m’avait un jour offert en signe de notre amitié. Cet or, c’était Oum. Il en avait un peu partout sur lui, Terra l’ayant modelé à partir d’un morceau de roche veiné de ce métal précieux. C’était un sacrifice qu’il avait consenti pour moi, et les bracelets avaient de fait une importance plus chère que ma propre immortalité à mes yeux. Et le collier massif, quatre fois plus lourd et plus gros que les bracelets était du même or.
Deuxièmement, je découvris tout à coup que le collier n’était pas qu’ornemental, mais qu’il était relié à une chaîne en or, heureusement de moindre qualité, elle-même fixée au mur. Les Humains tentèrent de m’amadouer en m’expliquant qu’ils voulaient me garder près d’eux car j’apportais sur eux la fortune, mais ma rage explosa soudain comme une boule de feu et d’un coup de patte sur la chaîne, je la brisais pour me jeter sur le chef de la délégation. Sa tête vola bientôt à travers la salle du temple qu’ils avaient construit pour moi. Ce fut ensuite mon premier carnage, et les draperies de soie multicolores de la pièce finirent toutes teintées d’un rouge sang. Je ne laissais qu’un seul survivant, le second chef de la délégation. Une patte posée sur son torse, je lui intimais de me dire où était Oum.
Une fois la révélation faite, je lui arrachais le cœur ainsi qu’une bonne partie du torse avant d’aller porter secours à mon unique ami.
Celui-ci avait fait prisonnier, les Humains profitant de sa faiblesse, et j’eu tôt fait de tuer toute la ville, femmes et enfants compris, pour le libérer. Pour la première fois aussi, je me mis à pleurer. Des larmes d’or traçaient des sillons précieux sur mon pelage onyx et mon museau mais dans sa bonté généreuse, Oum me pardonna et me demanda même de garder le collier, car il voulait que cette partie de lui qu'on avait arraché brille encore à travers moi.
Je l’aidais à quitter cet endroit puis, revint pour le détruire en intégralité, déchaînant la puissance de mon Père sur cette place maudite.

Après ça, Oum et moi avons décidé de rejoindre le combat que certains de nos cousins avaient entamé. Mais rien n’y faisait, nous avions beau détruire leurs cités et leurs créations, la magie s’épuisait et nous nous affaiblissions. Bientôt il n’y eut plus que nos crocs et notre force pour les chasser, et bientôt leurs armes furent plus puissantes.
Quand les Quatre revinrent, furieux, Oum et moi étions allongés face contre terre, l’un à côté de l’autre. Nous avions combattu aussi fort et aussi longtemps que nous pouvions mais nous avions échoué à endiguer le flot de pollutions et de dégradations que l’espèce bâtarde créée par mes cousins avait répandu.
Quand la sentence tomba, je ne tentais même pas de protester, gardant les yeux dans ceux de Oum, comme s’il était mon seul point d’accroche. Dans ses prunelles je lisais la peur et la tristesse d'être emprisonné, enfermé, séparé de moi, son ami depuis des siècles et des siècles. Mais il essaya quand même d’être courageux, pour moi.
C'est le dernier souvenir que j'ai de lui. Mon Roc, toujours plus enclin à s'inquiéter pour moi que pour lui. Aujourd'hui ce souvenir pèse lourd dans mon cœur et si dans un premier temps, je me sentis coupable, le temps empoisonna lentement mon esprit de sorte qu'à présent, la simple évocation du fils de Terra me donne envie de tout détruire, car personne, pas même moi, ne mérite d'entendre à nouveau son nom.

J’ai ensuite atterri dans ma cellule et les millénaires emprisonné ont fini de façonner le moi d’aujourd’hui.
Je hais les Humains, je voudrais tous les tuer. Ils ne sont que tromperie et fourberie et ne méritent pas plus que la mort sous mes griffes. Et pourtant… Pourtant l’un d’eux est la clé pour je retrouve un jour Oum et que je le serre dans mes pattes, mon Compère, mon ami. Pour qu'il me pardonne, encore une fois. Pour que nous soyons enfin réunis. Alors... Alors je suis prêt à faire l'effort. Ou pas.


V) Hors Jeu

● Comment avez vous découvert ce forum ? Muhuhu.
● Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Nickel, d’où la présence d’un troisième compte.
● Comment trouvez vous le design de ce forum ? Capou fait des miracles, point barre.
● Avez vous lu le règlement ? Ouip et signé aussi, vu que fiche finie !
● Avez vous vu la ChatBox ? Squatter or not squatter, telle est la question.
● Savez vous comment voter pour le forum ? Yup, captain Voter on duty !


Orptah - Le Joyau Orptah12
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Orptah le Ven 1 Mar 2019 - 8:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rangi
Rangi
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Inactif
Crédit Avatar : Clapi.art
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 1180
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Titan du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Sorts : vent_;0
electricite_0;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Lun 4 Fév 2019 - 12:16

Bonjour Orpthah ! Soit de nouveau le bienvenue parmi nous !

J'ai peu de chose à dire si ce n'est rien sur cette belle fiche. Doré un jour doré toujours ? ;p

Attention à ton endurance qui est étrange. 52 ? Le minimum étant à 56 c'est une valeur curieuse. ^^ Peut être souhaitais-tu mettre 62 ?



Voix de Rangi.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Orptah
Orptah
Invok Feu



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Actif
Crédit Avatar : Danru, par Darenrin
Date d'inscription : 23/01/2019
Messages : 11
Double Compte : Oblivion, Serindë
Liens vers la fiche : * Fiche
* RP's

Elément : Feu
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Lun 4 Fév 2019 - 14:15

Huhu oui du doré, du doré !

J'ai mis 60 pour l'endurance ! 56 étant le minimum, et Orptah étant quand même un gros bestiau, je pense qu'il a droit à deux points supplémentaires héhé.

Voilà, voilà !


Orptah - Le Joyau Orptah12
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Rangi
Rangi
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Inactif
Crédit Avatar : Clapi.art
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 1180
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Titan du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Sorts : vent_;0
electricite_0;
ailes_0;
celerite_0;
dispersion_0;
imunite_0;
bouclier_0;
telekinesie_0;
tempete_0;
metamorphose_0;
saignee_0;
soin_0;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Ven 15 Fév 2019 - 19:57

Félicitation ! Je t'offre ma première validation !
Un autre admin viendra te valider définitivement par la suite ^^


Voix de Rangi.
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Mar 26 Fév 2019 - 22:41

Hello hello !
Pardon pour le temps d'attente

Pour ma part, je n'ai pas grand chose à dire sur cette fiche. Un point me gêne seulement : tu abordes la création des pierres précieuses comme étant ta découverte dans ton caractère. Je serais d'avis que tu sois un peu moins précis sur ce sujet, afin de ne pas exclure d'autres invocations qui auraient pu s'occuper des pierres précieuses par exemple Smile

Voilà, après tu auras ta validation définitive ! Bon courage !


Orptah - Le Joyau Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Orptah
Orptah
Invok Feu



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Masculin
Actif
Crédit Avatar : Danru, par Darenrin
Date d'inscription : 23/01/2019
Messages : 11
Double Compte : Oblivion, Serindë
Liens vers la fiche : * Fiche
* RP's

Elément : Feu
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Ven 1 Mar 2019 - 8:15

Coucou !

A la base je voulais qu'Orptah s'occupe des pierres précieuses mais... En fait leur fabrication ne dépend pas que d'un seul élément, donc j'ai adapté pour faire entrer en jeu un PNJ Invoc de Terra pour compléter ce qu'il manquait ^^

Bref j'ai changé le paragraphe du caractère en explicitant le fait qu'il a découvert comment en fabriquer lui-même, mais que le processus a bien été créé par Terra et Ignis, et que ça fait partie du fonctionnement du monde, je sais pas si ça passe ?


Orptah - Le Joyau Orptah12
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 3 Mar 2019 - 0:14

C'est bon pour moi !

Félicitations ! Tu as ma seconde validation !
Tu peux commencer à poster ton journal de rp Ici et faire une demande rp .
Viens également demander ta carte de lien qui servira pour la liste des avatars.

Bon jeu !


Orptah - Le Joyau Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Orptah - Le Joyau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des invocations-