Le souvenir de l'eau

Partagez | .
 

 Le souvenir de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 14 Sep - 10:26

Ces sons éternels... spiritueux...  tentants...


Jour après jour cette pluie battante.... ininterrompue.


Triste à certains cet orage était l'ultime amour de Wolf Rain. Il aurait trahit les Dieux pour savourer ce déluge glacé, il aurait donné sa vie pour quelques minutes sous les flots. Le mettre en ce lieu bercé par des milliers d'averses était bien plus qu'une punition. C'était une torture.

La lune était belle cette nuit là, ronde et lumineuse, diffusant un voile délavé et flétri sur le mur de la prison, la rendant blême et triste. Les ombres se faisaient mouvantes sous les gouttes de pluie, monstrueuses et défiantes dans leur liberté.

Et Wolf Rain restait là, allongé sur le flanc face à cette fenêtre muselée. Elle était trop haute, trop petite, il lui était impossible de regarder la pluie. Il ne pouvait qu'entendre et imaginer. S'il sortait d'ici saurait-il la reconnaître ? Son amour éparse tant de fois bénie... Trop de temps avait passé, si bien que la sensation même d'être mouillé lui échappait. Il ne s'en souvenait plus mais tenait-il à se ramentevoir?

* Pourquoi se remémorer tout cela, si ce n'est pour se crucifier davantage. *

Non, Wolf préférait oublier et ne penser à rien. Il avait appris à faire le vide, à simplement fixer un point durant des heures sans se tourmenter, tant et si bien que chaque centimètre de sa cellule était cartographié dans sa mémoire.

Il lui arrivait de s'endormir et les cauchemars surgissaient. Ses comparses emprisonnés pouvaient alors entendre ses cris et supporter la vapeur d'eau qui émanait de lui. Il se réveillait en larmes, brisé par tant de souvenirs affutés et tranchants. Il mettait un certain temps à se calmer, et la vapeur disparaissait petit à petit. Il retombait par la suite dans ce long silence morne, et attendait que quelque chose veuille bien se produire. Le simple croassement d'une reinette au loin pouvait embellir sa journée.

Il était lié à cet amas rocheux par des menottes. La chaîne était suffisamment longue pour qu'il puisse en descendre et approcher l'ouverture de sa geôle, mais trop courte pour qu'il puisse se hisser jusqu'à la fenêtre. Son cagibi tenait de la volière. La base était de 18m carrés, pour une hauteur de 18m.

* L'architecte devait avoir quelques obsessions pour les chiffres. *



Pour la corpulence de Wolf Rain, un loup de la taille d'un homme au garrot, 3m x 6m n'était vraiment pas bien grand.

Il se leva prestement, se dégourdit les pattes, et retourna sur son rocher. Les antérieurs croisés dans son giron il posa sa lourde gueule par dessus, et observa avec une attention renouvelée les pourtours de l'immense arche de son cachot. Une manière supplémentaire de le punir que d'avoir ce pan de mur complètement ouvert, sans porte, appelant à la liberté.



Il se mit alors à penser aux divers pièges mortels menant à sa prison. C'était un vrai labyrinthe avec des dalles sans fond, des mécanismes secrets et des flèches empoisonnées, tant et si bien que le nombre de cadavres pourrissants pouvait en effrayer plus d'un. C'était une première épreuve en soit : avoir le sens de l'observation et de la déduction. Wolf Rain réclamait également du courage, ce pourquoi il déclenchait un épais brouillard aveuglant dès que des sons de pas se faisaient entendre. La route était droite, sans plus aucun piège; il fallait simplement du courage pour avancer dans l'inconnu.

Mais l'ultime épreuve face à lui, était de supporter son regard torturé, ses crocs acérés et sa position défensive. Ceux qui n'arrivaient pas à voir au delà de ses apparences de tueur pouvaient aller se rhabiller. Il ne voulait pas non plus d'une petite loque incapable de supporter sa présence menaçante.

Wolf Rain voulait du courage, de l'intelligence, de la ruse, de la passion et le don d'empathie : un humain qui serait son égal.



▲ Succès ▲


Dernière édition par Wolf Rain le Jeu 19 Sep - 2:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Sam 14 Sep - 13:44

Isla peinait toujours à croire qu’elle avait vraiment fini par le faire. Elle avait vraiment fini par fuguer de chez elle dans l’unique but de se rendre à l’un des quatre Temples enfermant toutes ces magnifiques Invocations dont elle rêvait tant et depuis si longtemps.

Elle avait lu tellement de choses à leur sujet. Elle avait eu tellement d’avis à leur sujet. Elle avait tout d’abord pensé que les libérer pour qu’ils soient par la suite enfermés à cause d’un lien invisible les unissant à leur maître était cruel. Puis, après réflexion, son opinion s’était modifiée : à présent elle était persuadée que pour eux, ce devait être mieux que rien. Être enfermé dans une prison certainement peu confortable durant de longues années, c’était la pire des situations envisageables à ses yeux. Alors, même si ce n’était que pour des années éphémères, elle voulait en sortir au moins un de là. Juste un. Elle ferait alors d’une pierre deux coups : un acte qu’elle désirait ardemment accomplir depuis déjà longtemps ne serait plus ce rêve à l’apparence insurmontable, et elle pourrait permettre à une de ces Invocation de s’échapper et de goûter à nouveau à la liberté. Et puis, elle ne comptait pas être méchante avec elle, au contraire. Ca lui ferait un puissant allié et, qui sait, un bon ami.


C’est dans cette conviction qu’à l’aube de la matinée datant d’il y avait environ trois jours de cela, alors que seuls les coqs et les plus matinaux s’éveillaient, elle avait enfourché ses affaires –comportant uniquement de l’eau et de la nourriture pour l’aller et retour du voyage- sur le dos d’un des Vaquirans de sa famille et s’était mise en route dans la plus grande discrétion possible. En cas d’attaque, et certainement parce qu’elle se doutait qu’elle en aurait besoin une fois dans un Temple, elle avait également emmené ses deux éventails, à présent attachés de part et d’autre de la ceinture qui maintenant son bas en place. Pour éviter de trop souffrir de la chaleur lors de sa traversée dans le Désert, elle s’était coiffée d’une queue de cheval haute et exigeait de sa monture une certaine vitesse afin que le vent fouette son visage avec plus de force et la rafraîchisse.
Certains l’auront déjà deviné, mais elle avait choisi de prendre la route du Temple de l’Eau. Pourquoi ce Temple ? Parce qu’explorer les profondeurs de la mer serait une expérience inouïe et particulièrement amusante si elle ressortait victorieuse des épreuves imposées. Et puis, en procédant par élimination, elle n’avait pas trop eu le choix : le Temple de la Terre ne l’intéressait pas vraiment, question de goût. Le Temple du Feu… Elle savait que ses parents hurleraient déjà à son retour, mais cela risquait d’être bien pire si elle revenait en compagnie d’une créature enflammée. Le Temple de l’Air était à son goût beaucoup, beaucoup trop loin. Alors il restait le Temple de l’Eau. Elle espérait seulement que son choix ne soit pas une erreur.


Mais quoi qu’il en fût, il était à présent trop tard pour reculer. Sous la pluie qui encerclait cet édifice divin, elle était finalement entrée et parcourait maintenant les couloirs d’un pas feutré, presque timide, alors que ses vêtements commençaient à peine à sécher et à cesser de goûter sur les dalles de pierre.
La jeune fille parcourait les portes des yeux, toute aussi impressionnants les unes que les autres, toutes à l’air si lourdes qu’elle doutait pouvoir les ouvrir. Raison pour laquelle elle continuait de marcher d’un pas quelque peu fatiguée dans l’attente de trouver une entrée plus… Appropriée étant donné son âge et sa corpulence.


En revanche, elle ne s’était pas doutée un seul instant qu’elle pourrait découvrir quelque chose comme ça.

Elle s’était arrêtée devant un trou béant dans le mur dont s’échappait une épaisse couche de brouillard qui l’empêchait d’y voir correctement. Néanmoins, elle s’était déjà décidée. Détachant le lien qui reliait ses armes à sa ceinture, elle déplia d’un mouvement sec et rapide ses éventails géants, prête à se battre en cas d’attaque. Mieux valait garder ses sens aux aguets, en particulier dans ce genre d’endroit. Car, même insouciante comme elle l’était, elle n’était pas sans savoir que beaucoup étaient morts dans le même but qu’elle.


Alors qu’elle s’avançait, méfiante, dans cette cavité semblable à la gueule d’un monstre qui paraissait alors l’avaler, elle lança d’une voix forte mais encore peu assurée :

« Youhou ? »

Est-ce qu’elle regrettait ce qu’elle avait fait. Non, certainement pas. Elle regrettait juste de ne pas se montrer un poil plus sûre d’elle à un moment aussi crucial.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Sam 14 Sep - 13:45

Il sembla à Wolf Rain que des bruits de pas légers se faisaient entendre à l'entrée du tunnel, puis une voix résonna, douce et craintive, amenant jusqu'à lui l'écho d'une assurance toute relative. Pourquoi venir le déranger pour si peu? Pourquoi venir troubler son sommeil et sa tranquillité pour s'offrir une simple petite frayeur? La voix était jeune, beaucoup trop jeune, et féminine de surcroit. Que devait en penser le grand loup de brume au caractère si réfléchi: saurait-elle surmonter les multiples pièges? Aurait-elle l'expérience nécessaire pour les déjouer? Il était si difficile de parvenir jusqu'à lui désormais, personne n'avait réussi et il douta qu'une jeune fille inexpérimentée, même entrainée, puisse parvenir jusqu'à lui. Et voulait-il d'elle finalement? Voulait-il d'une pauvre jeune fille hésitante qui ne connaissait rien de la vie? Ce " youhou " ne témoignait pas d'une grande maturité.

Certes, la comparaison était difficilement applicable aux vues des milliers d'années de notre ami, tandis que les humains n'avaient qu'un petit siècle à espérer. Mais il tenait tout de même à découvrir un humain plus âgé, plus calme et plus posé.

Il fit alors le choix d'effrayer la jeune fille comme il le put ; en grognant tel un monstre de haut niveau : un Plexemillius. Il connaissait son cri rageur à vous glacer le sang. Wolf Rain lui même aurait souhaité ne jamais en croiser de sa vie, bien que le destin s'amusa d'un vilain tour lorsqu'il fut libérer la première fois. Un de ces monstres le blessa grièvement, gravant en lui le souvenir impérissable de ce cri d'épouvante, annonciateur de mort imminente. C'est ce même cri qu'il reproduisit, et qu'il laissa enfler et grandir pour envahir toute la caverne et le labyrinthe, un cri si puissant qu'il envahit l'espace et consomma l'air autour de lui pour devenir presque vivant et solide, prêt à vous écraser sous le poids de la créature qu'il annonçait.

Oui il voulait l'effrayer à vie, mais il le faisait pour son bien, car son épreuve était beaucoup trop difficile, et entendre une jeune fille mourir au loin ne faisait pas parti de ses instants favoris.

* Que les dieux guident tes pas vers une invocation beaucoup plus amène que moi mon enfant. Je ne suis pas fait pour les jeunes filles en fleur. *



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Sam 14 Sep - 14:41

-Reviens ici tout de suite, espèce de Poltron !

Kohra maugréa et se releva doucement en se massant le fondement. Hélas, ses fesses n'étaient plus aussi rebondies et charnues qu'elles l'ont été dans sa prime jeunesse. Elle épousseta ses robes et son manteau de laine, récupéra son chapeau dégoulinant de flotte et l'enfonça sur son crâne. La pluie tombait drue, et elle n'était décidément pas d'humeur à se faire mener la vie dure par un variquan.

Elle siffla quelque cliquetis et attendit patiemment que sa froussarde de monture revienne la queue littéralement entre les jambes. Prenant les rênes d'une main, Kohra ramassa sa canne de l'autre et donna un coup sur le bec à la créature qui protesta.

-Je ne veux rien entendre, Potiron ! Tu l'as bien mérité ! Stupide créature, tu as même peur de tes semblables ! C'était des petits en plus ! *soupire* J'imagine que les Dieux ont eu une intention quelconque pour chacune de leurs créations, mais pour ton espèce... j'ai de sérieux doutes à ce sujet. Enfin bon, assez tergiversé. Il nous reste beaucoup de route à faire.

En vérité, il fallait surtout compter sur l'état de ses vieux os. Il y a encore dix ans, elle pouvait aller d'un bout à l'autre d'Arcane sans avoir à limiter l'allure de sa monture. Aujourd'hui, c'était autre chose. Mais le voyage en valait la chandelle. Il était étrange que ce n'était qu'à l'Automne de sa vie qu'elle se décidait à se mettre en quête d'une invocation.

Plusieurs heures avaient passées et elle venait -enfin- d'arriver. Presque deux jours et demi de voyage pour parvenir au Temple de l'Eau, dont la moitié avec une caravane. Son variquan s'agita en lançant des piaillements ridicules.

-Du calme, Potiron ! Tu dois les sentir pour t'agiter autant, dis donc ! Holà, tout doux ! Tout doux !

Elle lui caressa le bec en lui murmurant des paroles réconfortantes.

-Je ne te forcerai pas à rentrer. Après tout, c'est moi qui veux risquer ma peau, pas toi. Attends-moi là, je reviens aussi vite que possible. Et me connaissant, tu sais ce que ça veut dire.

Elle fit un clin d'oeil à la créature et s'en alla, aidée de sa canne éclairant son chemin. La bâtisse était impressionnante. Immense, Kohra doutait même d'en apercevoir le sommet. L[del]a vieille[/del]'apothicaire inspira profondément et pénétra le bâtiment, qu'elle savait être une prison. Et dont les prisonniers ne seraient pas forcément contents de la voir.

Ses parents lui avaient conseillé de suivre son instinct. Et là, tout de suite, Kohra dégoulinait sur le sol de pierre du Temple de l'Eau et son instinct lui disait de prendre un bon bain chaud. L'instinct, donc. Elle prit un instant pour reprendre son souffle puis elle fit le vide en elle et s'emplit des lieux. Sons, odeurs, humidité....

-ATCHAAAAAAAAA !

Elle se moucha dans un mouchoir brodé et prit le chemin qui l'inspirait le plus. C'est-à-dire celui d'où émanait une odeur de... sang frais. Suicidaire ? Mais non, logique vous dis-je. On met systématiquement des signes tels que ceux-ci pour décourager les éventuels visiteurs.

-Bah, ça alors... qu'est-ce que c'est que ça ? Un labyrinthe ?

Kohra se racla la gorge. Selon ses souvenirs, les invocations avaient des sens très développés.

-Je m'appelle Kohra Lockhart et je viens passer l'épreuve !

Subtile invitation à l'animation de l'invocation.
-Reviens ici tout de suite, espèce de Poltron !

Kohra maugréa et se releva doucement en se massant le fondement. Hélas, ses fesses n'étaient plus aussi rebondies et charnues qu'elles l'ont été dans sa prime jeunesse. Elle épousseta ses robes et son manteau de laine, récupéra son chapeau dégoulinant de flotte et l'enfonça sur son crâne. La pluie tombait drue, et elle n'était décidément pas d'humeur à se faire mener la vie dure par un variquan.

Elle siffla quelque cliquetis et attendit patiemment que sa froussarde de monture revienne la queue littéralement entre les jambes. Prenant les rênes d'une main, Kohra ramassa sa canne de l'autre et donna un coup sur le bec à la créature qui protesta.

-Je ne veux rien entendre, Potiron ! Tu l'as bien mérité ! Stupide créature, tu as même peur de tes semblables ! C'était des petits en plus ! *soupire* J'imagine que les Dieux ont eu une intention quelconque pour chacune de leurs créations, mais pour ton espèce... j'ai de sérieux doutes à ce sujet. Enfin bon, assez tergiversé. Il nous reste beaucoup de route à faire.

En vérité, il fallait surtout compter sur l'état de ses vieux os. Il y a encore dix ans, elle pouvait aller d'un bout à l'autre d'Arcane sans avoir à limiter l'allure de sa monture. Aujourd'hui, c'était autre chose. Mais le voyage en valait la chandelle. Il était étrange que ce n'était qu'à l'Automne de sa vie qu'elle se décidait à se mettre en quête d'une invocation.

Plusieurs heures avaient passées et elle venait -enfin- d'arriver. Presque deux jours et demi de voyage pour parvenir au Temple de l'Eau, dont la moitié avec une caravane. Son variquan s'agita en lançant des piaillements ridicules.

-Du calme, Potiron ! Tu dois les sentir pour t'agiter autant, dis donc ! Holà, tout doux ! Tout doux !

Elle lui caressa le bec en lui murmurant des paroles réconfortantes.

-Je ne te forcerai pas à rentrer. Après tout, c'est moi qui veux risquer ma peau, pas toi. Attends-moi là, je reviens aussi vite que possible. Et me connaissant, tu sais ce que ça veut dire.

Elle fit un clin d'oeil à la créature et s'en alla, aidée de sa canne éclairant son chemin. La bâtisse était impressionnante. Immense, Kohra doutait même d'en apercevoir le sommet. L[del]a vieille[/del]'apothicaire inspira profondément et pénétra le bâtiment, qu'elle savait être une prison. Et dont les prisonniers ne seraient pas forcément contents de la voir.

Ses parents lui avaient conseillé de suivre son instinct. Et là, tout de suite, Kohra dégoulinait sur le sol de pierre du Temple de l'Eau et son instinct lui disait de prendre un bon bain chaud. L'instinct, donc. Elle prit un instant pour reprendre son souffle puis elle fit le vide en elle et s'emplit des lieux. Sons, odeurs, humidité....

-ATCHAAAAAAAAA !

Elle se moucha dans un mouchoir brodé et prit le chemin qui l'inspirait le plus. C'est-à-dire celui d'où émanait une odeur de... sang frais. Suicidaire ? Mais non, logique vous dis-je. On met systématiquement des signes tels que ceux-ci pour décourager les éventuels visiteurs.

-Bah, ça alors... qu'est-ce que c'est que ça ? Un labyrinthe ?

Kohra se racla la gorge. Selon ses souvenirs, les invocations avaient des sens très développés.

-Je m'appelle Kohra Lockhart et je viens passer l'épreuve !

Subtile invitation à l'animation de l'invocation.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 14 Sep - 14:46

La seule réponse que reçut Isla lorsqu’elle était parvenue à articuler un maigre « youhou » fut un grognement. Mais pas un simple grognement semblable à ceux des chiens comme elle en avait tant entendu dans sa jeunesse. C’était bien plus puissant, bien plus long et bien plus effrayant. Prise d’un doute grandissant, elle recula de quelques pas dans un hoquet de surprise. Elle ignorait d’où provenait ceci, mais… Elle ne se laisserait pas intimider pour autant ! Enfin, c’était plus facile de le penser que de le faire. Elle ne sut combien de fois elle compter son fameux « un, deux, trois » en pensant qu’au troisième chiffre elle s’élancerait dans la prison de brume.
Finalement, l’unique chose qu’elle élança vers cette cellule fut ses deux éventails déployés qui tournèrent sur eux-mêmes à une vitesse folle, provoquant ainsi l’effet boumerang, une technique bien utile à distance et sur terrain inconnu.
Elle plissa ses yeux pour mieux observer la trajectoire de ses armes. Quand ils furent trop loin pour qu’elle puisse en distinguer ne serait-ce que la forme, elle se fia au son qu’elles produisaient, un vrombissement régulier et ininterrompu. Lorsqu’ils revinrent finalement à elle, passant par un chemin légèrement différent, la jeune fille en cria tant elle ne s’y attendait pas : une bonne dizaines de piques en acier, aiguisés et brillants sous le liquide rouge qui s’était imbibé dessus, venaient de sortir du sol si vite qu’elle ne put en suivre le mouvement. Elle en oublia presque de rattraper ses éventails et manqua de se faire décapiter. Elle parvint à réagir cependant à temps et ne reçut de ces tranchants qu’une mince éraflure d’où coulait un petit filet de sang.

Elle hésitait à présent à entrer. Vraiment. Seule son côté buté et tête de mule lui disait qu'elle ne devait pas partir les mains vides, ou du moins ne pas partir avant même d'avoir essayé. Mais si elle essayait ces épreuves, elle devrait se donner au maximum.. Car la défaite n'était pas envisageable compte tenu des ossements qu'elle pouvait apercevoir, éparpillés un peu partout dans cette prison meurtrière.
Elle poussa un long, très long soupir.

Elle n'osait même pas imaginer ce qui se passerait une fois à l'intérieur, si pire encore pouvait se dresser sur sa route. Des pics qui sortaient subitement du sol étaient déjà bien assez dangereux comme ça. Mais elle ne pouvait pas se permettre de reculer. Et puis, partir signifierait qu'elle aurait bel et bien eut peur de ce grognement, et sa fierté refusait de s'abaisser aussi aisément. Il en faudrait bien plus pour la dissuader.

Elle avait pris sa décision.
D'un pas lent et modéré, elle pénétra dans la brume, ses éventails postés de part et d'autre pour palier à quelques flèches ciblées sur sa personne. On ne savait jamais.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 14 Sep - 14:47

 °~~ Kohra ~~° 

Wolf Rain ne dormait pas vraiment en ce milieu d'après midi. La pluie battait son plein au dehors, et les ronflements de ses lointains camarades le faisaient somnoler. Ses yeux étaient mi-clos, la gueule posée sur ses antérieurs massifs et croisés ; toute sa stature appelait au calme avant la tempête car l'on devinait, sous cette sérénité apparente, un corps puissant et dangereux prêt à fondre sur sa proie.

Un monstrueux éternuement vint briser le flegme de cette morne journée. Enfin... c'est ce que cru entendre Wolf, car en sursautant il se releva précipitamment, et sa chaîne cliqueta, étouffant le reste de l'écho. Son coeur manqua littéralement un battement et son ouïe se fit des plus vigilante à ce qui risquait de survenir : son attention était toute entière consacrée à la nouvelle venue. Il pensa capter un bruit de mouchoir... cette personne était peut être malade ?

* Suicidaire ou ... juste bête ? *

Il capta sa voix, un ton d'interrogation semblait habiller ses paroles mais perdu dans l'écho il comprit très mal la phrase, et ne chercha pas à la déchiffrer. Mais il entendit son nom très clairement, et analysa cette voix comme appartenant à une dame âgée : elle était sur d'elle mais légèrement chevrotante.

* Que me veut-elle à son âge .... pourquoi ne pas se chercher une gentille petite invocation à sa mémère hein? Que ferait-elle d'un guerrier comme moi... je ne dois même pas pouvoir rentrer dans sa petite chaumière. *

Wolf Rain se dit que quand elle le verrait elle changerait certainement d'avis. Fallait-il déjà qu'elle survive aux pièges à son âge avancé, tandis que de nombreux jeunes guerriers dans la force de l'âge n'y étaient point parvenus. Devrait-il lui faire peur ? Peut être... il hésitait. Mais mieux valait la prévenir de ce qui l'attendait plutôt que de lui faire courir des risques inutiles. Il poussa alors son fameux cri de Plexemillius, plus effrayant encore que dans vos pires cauchemars. Il se répercuta dans les galeries souterraines pour grandir et devenir vivant, près à vous étrangler de peur.

* Ne perdez pas votre vie pour une chose qui ne vous plaira pas... ou qui vous effraiera. *

Il termina de sa voix si grave et puissante :

" Laissez moi tranquille ou allez au devant de la mort ! "



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Sam 14 Sep - 14:47

 °~~ Isla ~~° 



Wolf Rain attendit quelques secondes mais rien ne se produisit, avait-il réussit à faire fuir l'ingénue? S'apprêtant à reposer sa lourde tête contre la roche dure et froide de sa caverne il tendit l'oreille, quelque chose l'intriguait. Un léger vrombissement se fit entendre, quelque chose d'inédit pour notre loup millénaire qui en ouvrit les yeux d'intérêt, ce qui était déjà un exploit en soit. Capter son attention n'était pas chose aisée, il préférait souvent ignorer et effrayer, voir laisser mourir tout simplement.

Puis il entendit les premiers pièges se déclencher, les pointes d'acier recouvertes de sang séché et aux multiples cadavres empalés. La jeune fille cria et le vrombissement s'arrêta ; était-elle morte ? Il restait encore les dalles piégées sans fond à traverser, les flèches empoisonnées, et un second pavement de pointes acérées. Sans parler du couloir de brume qui en effrayait plus d'un. Elle n'y arrivera jamais pensa-t-il.

* J'aurais au moins essayé ... saleté d'humains inconscients. *

Il commença à s'assoupir quand il lui sembla entendre un petit bruit... Elle aurait donc survécu au premier piège? Toujours allongé il tendit une oreille mais ne fit pas grand cas de la suite des événements. Une simple gamine ne pouvait que mourir selon lui, même si cela l'attristait. La mort d'une enfant n'était jamais un fait réjouissant, et les bruits de pas qu'il perçut n'aidaient pas à le rasséréner. Si elle survivait aux pièges, il lui poserait une petite question avant le couloir de brume ... mais il n'y croyait plus vraiment.



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Sam 14 Sep - 14:50

Un cri de Plexemillius retentit, se démultipliant par l'écho dans le Temple de l'Eau. Kohra fut paralysée par la force du cri, comme s'il l'avait traversé de part en part. Elle connaissait bien la bestiole à qui il appartenait et son coeur crut exploser de terreur alors qu'elle avait l'image de la créature qui envahissait son esprit. Son instinct de mammifère lui commandait de prendre la fuite et/ou de crever un trou pour s'y cacher.

" Laissez moi tranquille ou allez au devant de la mort ! "

Elle mit un long moment pour réaliser que la voix s'adressait à elle. Lorsque son coeur retrouva un rythme plus raisonnable, Kohra se pencha pour ramasser sa canne qui lui avait échappé des mains. Heureusement, l'orbe n'était pas cassé. Juste un peu rayé, rien de bien grave. Elle renifla un peu puis prit le soin de sortir des sous-vêtements de rechange. Ayant retrouvé un semblant de dignité, elle prit une longue inspiration et parla avec une voix un peu hésitante mais qui s'affermit néanmoins vers la fin.

-La belle affaire ! On doit tous mourir un jour ou l'autre, enfin... sauf vous. Par ailleurs, j'ai une mission à accomplir et j'ai toujours honoré chacun de mes engagements !

Son honneur de commerçante faisait vibrer sa voix d'une fierté qu'elle dissimulait mal. Enfin, bon, il était temps d'avancer. Le truc dans un labyrinthe, c'est de toujours tourner dans la même direction, à droite ou à gauche sans jamais en changer en cours de route. C'est le meilleur moyen de se perdre. Elle avançait prudemment, pas à pas. Un labyrinthe sans pièges, ç'aurait été étonnant. Maintenant qu'elle s'en faisait la réflexion, ses parents lui avaient un peu reproché de ne vivre que dans ses livres. Peut-être que cela allait lui servir en fin de compte ?

-Pauvres hères.

Elle venait d'arriver devant une fosse où des malheureux s'étaient trouvés face à un problème épineux dont ils n'avaient pu s'extirper. La fosse faisait au moins trois mètres de large. Impossible de sauter. Faire demi-tour ? Elle n'était tombée que des cul-de-sacs jusqu'à maintenant. Il faudrait bien qu'elle affronte les pièges tôt ou tard.

Kohra remarqua qu'il y avait une étroite corniche qui courait sur les côtés. Pas assez large pour qu'elle puisse traverser aisément mais elle ne voyait pas d'autre moyen. Son regard tomba sur les cadavres de ceux qui l'avaient précédés. Ils étaient criblés de carreaux d'arbalète. Elle revint sur ses pas et en trouva quelques uns en très bon état. Restait un dernier problème, ses robes n'étaient pas pratiques. Du tout.

-Il n'y a jamais eu qu'en présence de mon époux que j'ai montré mes jambes nues, elle a intérêt à en valoir la peine cette invocation.

Sacrifiant à sa vertue, Kohra noua ses robes à sa taille, cala sa canne dans son dos et se lança. Enfin façon de parler. Elle cala un carreau dans le mortier entre deux pierres et commença sa traversée périlleuse. Trois mètres n'avaient jamais semblé aussi longs à parcourir. Kohra avait convenu d'en planter des nouveaux à chaque pas plutôt que de prendre le risque de se déséquilibrer en voulant les retirer à chaque fois. Elle en avait treize, elle espérait que ça suffirait. Petit pas, petit pas, petit pas, petit pas, petit pas, petit pas. Ah, non.

Il lui en manquait un, deux pour plus de sécurité. Elle ne pouvait certainement pas reculer, elle était trop fatiguée et tendue pour subir trois fois le même chemin.

-Quand faut y aller...

Kohra se lança en avant plus qu'elle ne sauta vraiment. Elle se réceptionna sur les genoux et un tibia, elle retint un cri de douleur et se massa avec des baumes qu'elle avait pris soin d'emmener avec elle. Elle mit un certain temps avant de se relever. Son genou et sa jambe pulsaient d'une douleur sourde qui s'accentuait quand elle prenait appui sur l'un ou l'autre. Enfin, si elle en ressortait en un seul morceau et vivante. Elle n'était pas tout à fait certaine que l'invocation ait simplement imité le cri du Plexemillius ou s'il y en avait vraiment un. Elle déglutit avec peine. Dans un cas comme dans l'autre, rien n'était gagné.

Après avoir évité de justesse de perdre la tête, Kohra prit le soin de ramasser des petites pierres et de les jeter sur des dalles avant de poser le pied dessus. Visiblement, la sensibilité des pièges était poussée à l'extrême. On ne voulait décidément laisser aucune chance aux éventuels visiteurs. Des carreaux d'arbalètes se fichèrent dans le mur en face. Un de plus, faudrait vraiment se renouveler. Enfin, elle imaginait que ceux qui parvenaient jusqu'à ce point ne devaient pas vraiment se préoccuper de la diversité et du manque d'originalité des pièges. Bien souvent, hélas, pour elle, les carreaux précédaient les fosses. Pour échapper aux carreaux, les visiteurs couraient pour tomber droit dans le piège.

Kohra prenait le temps de faire une pause déjeuner à la lumière de sa canne magique. Cela faisait des heures qu'elle était dans ce labyrinthe, et bien qu'elle ne se décourageait pas, elle commençait à trouver le temps long. Elle n'avait jamais été claustrophobe mais l'enfermement entre ces murs avec une menace de mort permanente... cela commençait sérieusement à éroder sa résistance. Fosses, balancier armé d'une lame qui aurait donné deux Kohra au lieu d'une, éboulements de pierres qu'elle avait déblayé à mains nues pour se frayer un chemin etc. Elle-même se surprenait à avancer sans faillir.

-Encore un effort, c'est presque fini.

Cela commençait à sonner creux à ses propres oreilles depuis le temps qu'elle se le répétait. Elle avançait, jouant au petit poucet pour déclencher les pièges avant son passage. Mais cela faisait justement un moment (six mètres) qu'elle n'en avait pas croisé, et la tension montait croissante avec l'anticipation du déclenchement du prochain. Elle sentit soudain un courant d'air et de l'humidité. Kohra tourna la tête sur sa droite et découvrit un long couloir qui se perdait au loin dans la brume.

Elle s'arrêta un instant et sentit d'une certaine manière qu'elle arrivait vraiment au bout du chemin. Ou presque.
Elle constata également que son chapeau avait perdu son extrémité qu'elle devrait repriser, que ses robes étaient déchirées en certains endroits et qu'elle ne comptait plus les ecchymoses, ni les coups qu'elle s'était pris, ses doigts écorchés et un ongle cassé dans la longueur.

-Je sens que ma note de frais va exploser. Et je ne parle même pas de la prime de risque ! Ha ! ha !

Kohra se redressa et prit plus que jamais appui sur sa canne.

-Advienne que pourra, je suis trop fatiguée et j'en ai trop bavé pour reculer maintenant !

Elle voulait s'en convaincre, parce que là, elle n'avait qu'une envie : retrouver sa maison douillette.
La cheville qu'elle s'était bandée à la suite d'une mauvaise chute lui faisait de plus en plus mal. Si elle ne parvenait pas à gagner l'invocation, elle ne pourrait jamais sortir du Temple de l'Eau et Potiron finirait tout seul. Et pour la première fois de sa vie, elle faillirait à une promesse.
Sa prise se raffermit sur sa canne et elle avança, bien résolue à prouver que même une vieille femme avait encore à en montrer aux jeunes !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Sam 14 Sep - 14:51

 °~~ Kohra ~~° 


Le silence régnait en maître au fin fond des sous sol du temple, il en était ainsi depuis des décennies et chacun s'en accommodait à sa façon. Wolf Rain faisait le vide, certains chantaient ou parlaient aux grenouilles, d'autres ronflaient, abondamment, souvent, trop souvent peut être et certainement trop fort, mais ces petits bruits du quotidien devenaient parties intégrantes du silence, on ne les entendait plus. Ils se mêlaient au bourdonnement de la pluie et tout n'était plus que murmure, un tumulte sourd que l'on oubliait au fil des années.

Seules des bribes parvinrent aux oreilles de notre loup solitaire; l'étrangère proclamait quelque chose avec pour seuls atouts sa conviction et sa foi. "belle affaire ! [...] tous mourir [...] mission à accomplir [...] honoré [...] engagements ! "

* Une folle peut être ? *

Une dame déterminée pour le moins, et bien décidée à venir en découdre. Maintenant qu'elle avançait dans les profondeurs du temple, l'ouïe si fine de Wolf Rain pouvait capter chacune de ses paroles. À l'inverse de ses prédécesseurs moqueurs et orgueilleux elle s'apitoyait sur le sort des malheureux, décédés dans la quête d'une vie meilleure. Elle remplissait déjà le premier critère: l'empathie, et notre ami commença à lui porter un certain intérêt. Il n'avait pas envie qu'elle meurt ; même si elle était folle elle n'en demeurait pas moins gentille. Elle pourrait échouer à leur confrontation finale mais il souhaita qu'elle survive au reste.

* Ses jambes nues ? *

Wolf Rain se demanda soudainement dans quelle farce il était embarqué pour obliger une vieille dame à ôter son pardessus. Il eut envie de lui dire " ma pauvre dame, je ne vaux pas la peine que vous vous donnez, je suis un vieux loup triste et irascible. "

Elle devait être au premier piège... et Wolf devina rapidement sa tactique aux résonances métalliques qui se succédaient ; avait-elle son propre piolet ou se servait-elle des carreaux tirés depuis longtemps? La méthode importait peu mais sa ruse était séduisante, elle avait encore de belles capacités pour supporter tout cela. Voila que notre ami se prit a espérer tout au fond de lui que la vieille dame puisse lui convenir, situation risible n'est-elle pas?

Il entendit un bruit de choc, comme une chute involontaire, puis plus rien durant de longues heures. Quelques cailloux carillonnaient lorsqu'ils touchaient la pierre, les lames du balancier, l'éboulement, puis les roches roulant... elle tenait bon la diablesse.

* Sa prime de risque ? Mais ... *

L'étrangère le coupa dans ses pensées en affirmant toute proche de lui qu'elle ne voulait pas reculer. Elle se trouvait désormais au tunnel de brume et Wolf Rain en rajouta une petite couche en émettant davantage de brouillard : elle se verrait contrainte d'avancer en aveugle. Se préparant à la recevoir si elle avait le courage de passer, il se mit face à l'arche de sa caverne, le corps monstrueusement menaçant entièrement voilé par l'ombre portée du mur. Si elle arrivait, il lèverait doucement la tête pour qu'elle prenne à moitié la lumière dans une mise en scène bien rodée, ses pupilles effrayantes dans l'éclat du faisceaux pour les faire ressortir plus avant. Son immense gueule 10 fois plus grosse que celle d'un homme laisserait échapper un léger grognement et il observerait sa réaction de toute sa stature.



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Sam 14 Sep - 15:01

-Bon sang ! Mais quelle purée de poix ! On dirait presque que ce brouillard est....... fait à dessein. Ah, c'est vrai. J'oubliais où je suis.

Kohra avançait lentement mais sûrement, mais à l'aveuglette. Oui, on peut considérer que voir à 20 cm de son visage, c'est avancer l'aveuglette. Sa canne magique ne servirait à rien. Elle l'avait constaté durant ses voyages, la lumière était projetée comme sur un écran opaque. Cela éclairait l' "écran" mais pas la route. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était lancer ses cailloux devant elle.

Petit pas, petit pas, petit pas. Zut, plus de cailloux. Kohra se résolut à avancer prudemment mais en utilisant sa canne comme sonde. Bon, cela faisait bien dix mètres qu'il n'y avait aucun piège. Était-ce une ruse pour endormir sa méfiance ? Ou bien est-ce qu'il fallait juste avancer tout d'une traite dans ce long couloir embrumé ? Hm.

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc !

-Prudence est mère de Sûreté, n'est-il pas ?

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc !

-ATCHAAAAA ! Ah zut ! Et mes robes qui venaient à peine de sécher !

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc !

-Enfin, Sûreté ne doit pas avoir mon âge quand même !

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc !

-Toujours pas de piège ? Continuons tout de même !

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc !

-J'en vois le bout ! Ah ah ! C'est nulle comme blague !

Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! Petit pas. Toc toc ! etc.

Et finalement, au bout d'un looooooooooong moment. Elle arriva enfin, enfin ! au bout du long couloir. Elle prit le temps de s'étirer le dos. CRACK !

-Oooh, mon dos ! Bon, et maintenant ?

Cherchant la suite du chemin, Kohra se rendit compte qu'elle était arrivée devant une étrange arche. En plissant les yeux, elle crut distinguer une vague silhouette noire se détacher de l'ombre dans laquelle elle semblait se fondre. Ou alors, était-ce son imagination. Dans le doute...

-Bonjour ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Sam 14 Sep - 15:08


 °~~ Kohra ~~° 


Il l'entendit arriver lentement... prudemment...

Tout un cérémonial pour avancer à tâtons telle une petite fourmi avec de vagues commentaires à chaque arrêt qui commencèrent à impatienter notre ami : voila de quoi le mettre en de mauvaises dispositions pour la suite des événements, mais la bougresse se trouvait finalement là, juste en face de lui. Ses vêtements étaient déchirés et sa cheville bandée à la lueur janthine de son orbe luminescente.

Wolf Rain se leva pour lui faire face, sa lourde gueule pénétrant dans le mince filet de lune pour lui dévoiler son regard menaçant. C'est en la considérant de toute sa hauteur qu'il prit la parole de sa voix grave et mystérieuse, l'écho de la pièce venant renforcer ses dires.

Voix de Wolf Rain

" Que me veux-tu... vieille humaine... " dit-il sur un ton de dédain absolu, d'une voix basse dans un demi soupire, comme si chaque mot lui pesait. Puis il montra les crocs par réflexe.



▲ Succès ▲


Dernière édition par Wolf Rain le Sam 14 Sep - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Sam 14 Sep - 15:18

Vieille ? VIEILLE ?! Elle était face à une créature plusieurs fois millénaires et c'était ELLE la vieille ? Inutile de dire que Kohra fulminait et était à deux doigts de lui faire une leçon sur les bonnes manières... Quand son regard tomba sur le cou du Loup Blanc. Son pelage le couvrait en bonne partie mais elle reconnut très nettement l'objet du délit. Puis elle se retourna et constata qu'il était face à l'arche. Un avant-goût de liberté sans y avoir droit. C'était cruel.

Il lui avait montré les crocs. De son expérience, les animaux prédateurs montraient les crocs pour impressionner, parce qu'il sentait un danger. Elle ? Un danger ? A bien y réfléchir, n'importe qui (survivant aux épreuves, bien sûr) pouvait obtenir une invocation et en faire ensuite l'esclave de sa volonté. C'est vrai que de ce point de vue-là... Après tout, ils ne se connaissaient pas, au vu de leur très récente rencontre.

Kohra soupira et se sentit soudainement très fatiguée. Elle retira son chapeau amputé de son sommet et l'essora avant de s'asseoir en tailleur.

-Veuillez m'excuser, la journée fut éprouvante.

Je m'appelle Kohra Lockhart et je suis apothicaire de la ville de Lüh. Malgré votre discours, je pense que vous savez très bien pourquoi je suis ici. Je souhaite faire de vous mon invocation. Pour être tout à fait honnête, j'ai besoin de votre aide pour me rendre les montagnes du Nord. Au pied du Temple de l'Air pousse une toute petite fleur blanche étoilée nécessaire à la préparation d'un remède que l'on m'a commandé et j'ai peu de temps pour honorer cette commande.

D'abord parce la fleur est un produit fragile qui se détériore très vite, mais aussi parce que la malade vit ses derniers instants au moment où je vous parle. J'ignore même si elle sera encore de ce monde lorsque je reviendrais à Lüh, mais j'ai promis de tout faire pour la sauver.

Je sais que les paroles d'un humain ne doivent pas avoir beaucoup de valeur à vos yeux, mais c'est tout ce que j'ai à déposer à vos pieds. L'usage, si je puis dire, que j'aurais de votre puissance tiendra essentiellement à ça. Parcourir l'Île dans le but de collecter des composants que je ne peux cultiver dans ma serre pourtant bien fournie et l'entretenir. Et me tenir compagnie, cela va sans dire.

Qu'en dîtes-vous ?

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Sam 14 Sep - 15:22

 °~~ Kohra ~~° 


La nouvelle venue scruta Wolf Rain d'une façon peu commune. Sans crainte ou appréhension elle le dévisagea comme n'importe qui, s'affligeant de le voir enchainé ; Wolf pouvait lire tout cela dans son regard. Sortant définitivement de son coin d'ombre il offrit son corps à la lune pâle pour que cette " Kohra " puisse le regarder complètement. Il ne percevait aucune animosité en cette femme, bien au contraire : l'âge confère sagesse et intelligence.
Mais les années font fuir le temps, les jours si précieux de notre vie, et l'humaine semblait épuisée par cette journée. Elle avait progressé très lentement mais elle était la première depuis son second emprisonnement à réussir cette épreuve. Elle méritait donc une oreille attentive à ses paroles.

" La prudence chère Kohra, la patience, la sagesse... tout cela vous a guidé jusqu'à moi et soyez fière d'être la première à y réussir. Je vous ai offert une oreille attentive mais permettez moi d'être prudent à mon tour... "

Il la dévisagea pendant de très longues minutes, allant de droite à gauche le long de l'arche en l'étudiant, tirant sur sa chaîne au maximum et renforçant la marque que celle-ci laissait dans son pelage et sur sa peau.

" Je n'ai aucune preuve de vos dires ou de vos capacités à soigner par les plantes "

Volontairement, Wolf Rain se mordit la pâte avant droite au niveau des métacarpes ; le sang se mit à couler tandis que le petit bout de chair fut recraché un peu plus loin.

" Je saurais si vous usez des bonnes méthodes "

Puis il tendit son antérieur en direction de l'apothicaire.



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Sam 14 Sep - 15:36

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Kohra ne s'attendait mais alors pas, du tout, à ça.

-AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Sous le coup de l'émotion, elle frappa la tête de la créature avec sa canne.

-MAIS CA VA PAS BIEN LA-HAUT ! J'ai déjà suffisamment de mal à soigner les gens sans qu'en plus, vous me compliquiez la tâche !

Elle était furieuse puis elle changea d'expression, passant à la panique totale. Elle retira d'un geste vif sa ceinture. Elle passa la sangle de cuir au-dessus de la morsure et serra. Voilà pour le garrot.

-Ah mais est-ce que mes soins vous conviendront ? Vous n'êtes pas franchement humain, dire .... Ah, il me faut de l'eau ! Est-ce que vous pouvez faire apparaître de l'eau ? Ah mais non, vous ne pouvez pas encore ! Aaaaaah !

Elle sortit son outre et une gamelle en bois qu'elle remplit d'eau.

-Et je suppose que vous n'avez pas de feu ? Non, bien sûr.

Elle farfouilla et trouva une vieille loupe qui était ébréchée, elle semblait en avoir vu de belles. Elle reprit sa canne et braqua sa lumière sur la loupe. Il sembla ne rien se passer mais l'eau se mit peu à peu à dégager de la vapeur. Semblant satisfaite, elle cessa la manœuvre et versa le contenu d'un flacon dans l'eau. Il s'en dégagea une odeur agréable de lavande. Elle y rajouta autre chose et cela aurait pu faire grimacer. De l'alcool.

Kohra, concentrée sur sa tâche, s'était remise de ses émotions. Très professionnelle, on sentait l'habitude et l'assurance de gestes répétés un nombre incalculable de fois. Elle sortit des linges propres et les trempa dans la gamelle. Elle les essora et s'apprêta à nettoyer la plaie, mais elle le prévint toutefois.

-Ça risque de piquer un peu.

L'apothicaire nettoya doucement mais fermement la plaie en y allant de son petit commentaire.

-A ce stade, il faudrait presque cautériser la plaie. Cela dit, je ne m'y risquerai pas...

Lorsqu'elle eut terminé, elle prépara un cataplasme qu'elle appliqua avec de la gaze de coton. Elle versa dessus quelques gouttes d'un tout petit flacon dont émanait une odeur concentrée de lavande, puis banda savamment le tout. Elle alla vider sa gamelle et constata une zone brûlée au fond. Sans plus s'étendre sur le sujet, elle la rangea dans son sac et s'adressa au Loup.

-Si vous avez pitié du coeur d'une pauvre dame, ne refaîtes jamais ça.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Sam 14 Sep - 15:40

Isla semblait ne pas avoir le choix. Elle ne souhaitait nullement se faire embrocher par des pics de fer géants alors qu’elle avait l’inadvertance de marcher dessus. Le mieux restait certainement d’avancer à tâtons en envoyant régulièrement un de ses éventails en boomerang pour tester le terrain, tandis que l’autre lui servirait à parer d’éventuels projectiles ou bloquer des attaques surprises. Honnêtement, dans sa jeunesse et son inexpérience, elle ne voyait pas d’autres solutions pour avancer.
Encore que, elle aurait très bien pu faire marcher arrière. Tournant son regard vers l’entrée de la prison, elle se mordit la lèvre inférieure, de nouveau hésitante. Elle était allée si loin… Elle était allée jusqu’à demander la protection de vulgaires voyageurs malgré son rang et avait presque abandonné toute sa famille pour partir sur ce qu’on pouvait qualifier de coup de tête. Pouvait-elle vraiment renoncer aussi aisément ? Le danger serait présent dans n’importe quelle autre cellule, alors si elle quittait celle-ci de son propre chef, c’était renoncer à toutes les Invocations présentes ici, à ses yeux. De toute façon, il allait bien falloir qu’elle tente sa chance. Repartir bredouille serait une grande source de déception mais ne l’empêcherait pas d’aller tenter sa chance ailleurs. L’important, c’était de rester en vie.

Et pour rester en vie, mieux valait se concentrer correctement sur le chemin qu’elle traçait et cesser de jeter des coups d’œil par-dessus son épaule.
Elle poussa un soupir bref, sourcil froncé dans un air intense, puis elle aligna pas après pas dans la plus grande prudence possible. Ses deux éventails géants étaient dépliés de part et d’autre de sa personne en guise de bouclier, bien que cela eut comme inconvénient de lui boucher une bonne partie de sa vue sur le côté. Mais entre sûreté et pratique, elle préférait de loin sûreté.

La jeune fille envoya une fois encore son éventail battre le terrain, soucieuse de ne pas tomber un quelconque piège qui lui serait dissimulé. Elle savait que malgré son attention toute particulière sur le visuel en cet instant, elle ne pourrait tous les démasquer et les éviter. Ce serait trop simple sinon.
Chose surprenant, il n’y eut aucune réaction sur la trajectoire de son arme. Méfiante, elle s’avança de quelque pas sur une position défensive, prête à esquiver le moindre piège. Seulement, elle n’avait pas prévu que ce dernier provienne d’en bas.

Le sol s’ouvrit brutalement sous ses pieds et elle tomba le plus simplement du monde sans même avoir le temps de crier. Si un de ses éventails ne s’étaient pas miraculeusement enfoncé dans la terre au lieu de tomber avec elle, l’adolescente serait à présent coincée dans ce trou noir dont elle ne voyait pas le fond. Par une habitude bien heureuse, elle n’avait lâché aucune de ces armes mais se doutait que cela serait nécessaire pour remonter. Le plus simple étant de jeter l’arme qui occupait sa main pendant dans le vide. Ce qu’elle fit donc, priant pour que sa défense se plante quelque part non loin.
Ceci fait, elle put concentrer toutes ses forces et ses deux mains sur l’éventail qui lui avait sauvé la vie en s’enfonçant dans la terre. Néanmoins, ce dernier commençait à glisser à cause du poids et elle doutait qu’il puisse tenir bien longtemps. Ce fut donc au prix de lourds efforts qu’elle parvint de passer de sa prise de l’éventail au rebord de la trappe. Et ce fut également au prix de lourds efforts qu’elle réussir à se hisser hors de la trappe.

Essoufflée, elle s’accorda une petite pause qu’elle considérait comme bien méritée compte tenu de ce qui venait de se passer. Puis, ramassant son premier éventail, elle chercha le second des yeux, chose peu aisée à cause de l’épaisse couche de brouillard qui masquait sa vue. Néanmoins, elle l’aperçut un peu plus loin vers un terrain non exploré, par terre. Elle se dirigea vers lui en regardant cette fois-ci également au sol et posant son pas doucement et tâtant le terrain chaque fois avant d’avancer concrètement.
Quand elle ramassa son arme, elle constata sans grande surprise que celle-ci avait été quelque peu rayée : rien de grave, mais c’était pour l’apparence, elle préférait toujours garder quelque chose de beau à voir sur elle. A emmener au forgeron dès qu’elle sortirait d’ici… Avec ou sans Invocation, tant qu’elle sortait en vie, c’était le principal. Enfin, elle pensait cela mais désirait réellement obtenir cette Invocation… Comme n’importe qui d’autre, d’ailleurs.


Alors que la noble reprenait sa route de sa marche prudente et de ses coups d’œil méfiants tout autour d’elle, elle aperçut quelques cadavres et squelettes qui l’aurait certainement fait vomir et repoussé si elle n’avait pas presque aussitôt remarqué que bon nombre d’entres eux regardaient dans une direction précise, à savoir devant eux, et donc sur sa propre gauche. Lentement, elle posa son regard à cet endroit, ne parvenant pas à voir le détail qui pourrait clocher. Elle n’était pas stupide au point de se dire qu’il n’y avait rien alors que tous les cadavres regardaient par là-bas. A moins que ce ne soit une grande coïncidence… Quoi qu’il en fût, elle ne parvint qu’avec grande peine à prendre son courage à deux mains et à se lancer.
Elle avança de plusieurs pas, lentement, très lentement, un éventail déplié derrière son dos juste au cas où, le deuxième devant elle.
Comme elle s’y attendait, elle dû activer quelque chose en avançant car des carreaux filèrent en sa direction, sifflant au contact du vent. Rapide, elle plaça ses deux armes comme des boucliers face à elle et sentit plusieurs de ce qui semblait être des flèches ricocher sur sa protection. Quand tout sembla se finir, elle osa baisser sa garde et observer ces objets pointus qui avaient tenté de la tuer. Elle pensa alors avec ironie que ce n’était pas le première qu’on attentait à sa vie : en tant que noble et unique héritière, elle essuyait les tentatives de meurtre au moins une fois par mois. Cela ne l’avait jamais vraiment choqué. Elle bénissait presque ceux qui désiraient la tuer, car ils l’avaient ainsi habitué à ce genre de manœuvre et lui permettait de garder plus ou moins son sang-froid.


A peine Isla eut fait encore un pas qu’elle fut soudainement enveloppée d’une couche de brume si épaisse qu’elle ne voyait littéralement pas plus loin que le bout de son nez. Surprise, elle regarda autour d’elle, sans parvenir à discerner la moindre forme. Elle avait soudainement l’impression d’être la seule chose présente dans le brouillard. Elle souffla un bon coup.
Bon. Il semblait qu’elle ne pouvait pas reculer, à présent. Tout était flou autour d’elle et faire demi-tour n’aurait sûrement pas arrangé les choses, puisque logiquement elle retournait faire un petit coucou aux pièges. Le mieux restait donc d’avancer…. N’est-ce pas ?

C’est ce qu’il fit donc. Pendant de longues minutes qui lui semblèrent interminables. Elle avait plié puis rangé ses éventails contre sa ceinture, se servant de ses mains qu’elle levait devant elle avec l’air d’un somnambule ridicule pour ne pas se cogner contre un quelconque obstacle.
Au bout d’un certain moment, enfin, la brume sembla se dissiper… Et laisser place à une étrange silhouette qu’elle ne parvint que difficilement à cerner. Par prudence, elle sortit ses éventails les déploya. Et si c’était un monstre qui risquait de l’attaquer d’un instant à l’autre ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Sam 14 Sep - 15:40

 °~~ Kohra ~~° 


Son acte fit crier la vieille femme, dont l'écho de la voix se répercuta dans toute la caverne pour certainement terrifier quiconque ce serait à son tour approché de l'entrée.

Lorsqu'elle le frappa, le premier réflexe de Wolf Rain fut de retrousser ses lèvres de carnassier et de montrer ses crocs entrouverts et menaçants, dégoulinants d'une bave ensanglantée. Il voulu attraper la canne pour la briser en deux d'un coup de mâchoire mais elle lui échappa de peu.

" Comment oses ... "

Il fut stopper par la réprimande de la vieille, et l'observa, attentif, surprit par cette ferveur et ce courage. Elle ne semblait pas avoir peur de lui et agissait comme avec un enfant mal élevé. Wolf Rain sourit en pensée mais ne le montra nullement, concentré sur tout ce qu'accomplissait cette vieille qui lui plaisait bien. Elle semblait paniquée mais elle connaissait les gestes et agissait en professionnelle, légèrement prise au dépourvue.

* Légèrement * ria-t-il.

Une odeur de lavande se dégagea bientôt de la mixture, surement pour ses propriétés antiseptiques, désinfectantes et calmantes. Oui, Wolf Rain connaissait le monde qui l'entourait.

Pédagogue la vieille le prévint, mais cette douleur n'était rien comparé à la meurtrissure autour de son encolure, créée par la taillade répétitive de sa chaîne * Non, vous ne vous y risquerez pas. Je serais guéris dans peu de temps de toute façon *

Wolf Rain la regarda durant de longues minutes, pesant le pour et le contre, se disant que de toute façon elle mourrait dans quelques années. Cela dura plus de 20 minutes dans un silence de mort, ou seule la lourde respiration du loup venait rythmer ses pensées.

" J'ai pitié de votre coeur vieille femme, mais je ne sais si votre vie me conviendra "



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Sam 14 Sep - 15:41

 °~~ Isla ~~° 


Il la vit arriver prudemment au détour du couloir de brume et se fit le plus menaçant possible. Son corps plongé dans le noir pour le dissimuler il ne fit apparaitre dans ce maigre rayon de lune qu'une partie de sa gueule. Le reflet dans son oeil en intensifia l'ombre portée et il se mit à grogner. De sa voix de basse il leva le museau pour s'adresser à elle, mettant ainsi ses crocs en évidence, et ses babines retroussées.

Ce n'était qu'une pauvre enfant ! habillée richement et sans expérience, une fille de riche! Que venait-elle faire ici ?

" Qui ose........ "



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Sam 14 Sep - 18:35

Cette déclaration arriva comme un cheveu sur la soupe qu'était le long silence qui s'était confortablement installé entre eux, tel un chat dans sa chilienne.

-Je l'entends bien ainsi, j'ai choisi ma vie. Ce n'est pas votre cas. Mais rassurez-vous, je n'ai guère plus de dix ans à vivre. Si vous vous lassez de moi, cela ne durera pas.

Par ailleurs, j'ose avancer que ce sera toujours mieux que de moisir entre quatre murs. Seul.


On apprend beaucoup de choses avec l'âge, notamment la patience. Et même si l'apothicaire comprenait les réticences de la créature semi-divine devant elle, elle n'avait guère de temps à perdre. Surtout sa patiente. N'en déplaise à Sa-Majesté-Je-Suis-Immortelle. Si elle ne l'acceptait pas, peut-être aurait-elle le temps de chercher une autre invocation ? Réflexion faite, Potiron n'était vraiment pas fiable.
Elle pria de toute son âme que ça marche parce que sinon... partons du principe qu'il n'y aura pas de sinon.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Lun 16 Sep - 0:27



❝ Quand le temps arrive a son terme, pour un meilleur commencement ❞



Voila donc, après tout ce temps d'attente et toutes ces surprises qui avaient eu pour effet de retarder ce moment, que tout allait enfin s'enclencher, commencer. Je n'étais pas venu ici pour rien, je n'étais pas venu ici pour combattre des chimères mais bel et bien pour parvenir a atteindre cette invocation qui me permettra peut être d'enfin, atteindre mon but, d'enfin pouvoir me battre pour mes valeurs et mes principes. Et ici, quelque part dans ce lieux froid et humide, attendait non pas un esclave a ce rêve, mais un partenaire. Je ne laisserais pas tomber. Et dans le fond, je le sais très bien, si je n'obtiens pas ce partenaire, je ne pourrais pas faire très long feu dans le métier, et donc, pas faire long feu, tout simplement. Bref, ce n'est pas le moment de me poser des questions ni même de chercher a comprendre quoi que ce soit. Chaque chose a son temps. Alors que je pénétrais dans le temple, tant bien que mal, finalement, il n'avait pas la réputation la plus difficile pour rien, croyez moi, je finis par arriver dans un dédale de couloirs, puis dans un autre et encore un... un dédale immense qui me semblait ne jamais en finir. Cependant, un couloir attira mon attention. Il n'était pas présenté sous la forme d'un couloir simple, comme les précédents. Non, celui-ci semblait différent, mes sens, mon instinct de survie qui jusqu'à aujourd'hui, m'avait toujours sauvé, m'hurlait de m'en méfier, mais il m'attirait incompréhensiblement. C'est ainsi que je m'y engageai. Portant un pied après l'autre dans la direction de ce grand couloir je finis par m'arrêter un instant. Ajustant mon manteau, par habitude, un sourire simple et franc sur mon visage

-ça se frisque... je dois faire bonne voie.

Après quelques pas, un son caractéristique attira mon oreille, tandis que le sol sous mon pied semblait se dérober, me laissant cependant dans un bond le temps de rejoindre la partie se situant un peu plus loin, alors que je me décidai a rester un sol, le temps de remettre mes idées, bien trop pressées, en place. L'idée ne semblait pas avoir été trop mauvaise étant donné qu'un autre son se fit entendre, plus discret mais dont l'impact était clair. Des flèches. Je vois, ce couloir est donc piégé au bon vouloir de celui ou celle qui se trouve en son bout. Encore une fois, cela me confina dans mon idée, je ne pouvais pas faire fausse route. Je ne suis pas du genre a croire au destin ou à toutes les conneries de ce genre, cependant, le hasard n'était pas non plus un facteur précis, ni même franchement appréciable. Ce qui arrive arrive, c'est tout ce qu'il y a a savoir. Puis franchement, je le sens bien, ce tunnel. J'sais pas ou il mène, mais gardé comme il semble l'être, il faudrait être idiot pour ne rien mettre de précieux en son fond un bon partenaire attends forcément un bon partenaire. Tandis que je me décidai à me relever, je finis par me décider a m'accroupir. Le son m'avait permis de me faire une idée approximative d'ou pourrait se situer leur impact et donc, leur hauteur. Ensuite, une flèche seule n'est jamais qu'un jouet dans ce genre d'endroit. Non, forcément cela m'étonnerait que trop que ces flèches ne soient pas enduite d'un quelconque poison.

Je me coupais net dans ma réflexion, mon odorat ayant fini par retenir quelque chose de bien moins intéressant que le froid ambiant. Une affirmation me vint a l'esprit, au vu de cette odeur nauséabonde, bien des gens avaient du tenter leur affaire en tentant de traverser ce tunnel. Oui, je pouvais déjà, d'ici, sentir tous ces cadavres en décompositions. Cependant, une fois encore, ce n'était pas ce qui me ferait reculer. Après tout, je suis mercenaire depuis suffisamment longtemps pour la connaitre par cœur, cette odeur. Le froid et l'odeur de mort. C'est ainsi, après tout, que ma famille m'avait été ôtée. Tandis que j'avançais un pas léger sur la dalle suivante, celle-ci se mis a trembler, me laissant pour réflexe de bondir de nouveau sur la suivante, qui suivit immédiatement le mouvement de sa voisine. Devant un tel trou naissant, la seule idée de prendre un pas bien plus rapide, une course simple s'étendant sur quelques dalles, accompagnée de roulades, pour être sur de ne prendre aucun piège. Une fois que je parvins de nouveau a reprendre un instant d’inaction, figé, fixant tout simplement devant moi pour laisser un instant redescendre l'adrénaline qui commençait a traverser mon corps, je finis par me rendre compte que mon sang s'était mis a couler au niveau de mon front. Sans doutes un faux mouvement lors des dernières dalles. Après vérification rapide, je me rassurait en remarquant que ce n'était pas une blessure liée au passage d'une flèche. Après tout simplement entre les quelques cadavres, squelettes et autres soucis se tenant sur le chemin a divers endroits, un sale coup est si vite arrivé. Tiens, en voila donc une idée qui est loin d'être idiote !

Après une rapide analyse des dalles devant moi, je finis par comprendre que ces cadavres pouvaient avoir une réelle utilité pour moi. Après tout, si ils sont encore la, c'est que le sol a ces endroits précis ne risque pas de se dérober sous mes pieds et donc que je pourrais continuer mon chemin en me méfiant simplement des pièges muraux. après tout jusque maintenant je n'avais reçu aucun piège qui ne sorte des technique traditionnelles. Les flèches, les sols se dérobant ainsi que quelques petits éboulements. Je ne sais pas combien de mètres j'avais déjà parcouru mais en tout cas, j'eus rapidement l'impression d’étouffer dans ce tunnel rempli de pièges, complètement plongé dans les ténèbres ambiantes. Une autre bonne nouvelle vint cependant me rassurer. Après avoir rapidement passé un doigt au sol pour constater de l'humidité des lieux, je parvins avec un rassurement non camouflé a constater que mes nouvelles chaussures étaient efficace dans ce genre de contraintes. Décidément, ce vieux marchand, j'aurais de nouveau affaire avec lui. Bref, ne pouvant voir ces cadavres ni même les sentir avec précisions, mon toucher serait ma seule réelle aide dans cette position, ça c'est une affaire claire. Bon combien de temps cela faisait-il déjà que j'arpentais ce couloir ? J'avais déjà sans doutes parcouru un bon moment dans ma folle et surtout chanceuse charge précédente, cependant, cela n'étais pas un dénominateur de temps efficace. La fraîcheur ambiante avait beau m'aider a garder la tête froide et mon objectif en vue, cela ne me plait pas vraiment d'avoir a passer trois ans dans un couloir humide et piégé.

Bon, il est de toute manière inutile de me poser trente six milles questions. Ce couloir, je dois simplement le passer. Tandis que j'avançais un pied sur la dalle suivante, celle-ci s'avéra habitée par un squelette, ce qui me permis donc d'avancer d'un pas tranquillement, voyant qu'aucun piège ne semblait décidé a m'atteindre. Un cadavre sur une dalle sure? Cette pensée m'arracha un sourire simple, désolé pour le cadavre en question. Peut être celui-ci avait-il finalement succombé aux blessures des pièges précédents. Mon pauvre vieux, pas de chance. Le prochain pas lui, fut bien moins sur alors qu'un son sembla émaner d'au dessus de moi. Éboulement? C'est bien ma veine, alors que je tentais un pas vers l'avant a nouveau, continuant sur ma lancée face a une dalle tombante, puis une autre, avant de finalement stopper ma course sur la rencontre entre mon pied et un objet tranchant, au sol. Enfin, il n'était pas tranchant, cependant mon pied stoppa sa course devant ce qui devait être un os pointu, histoire de ne pas finir embroché. Cependant, avant même que je ne puisse avoir le temps de reposer mon pied a terre pour continuer mon avancer, un nouvel éboulement tomba du plafond, cette fois accompagné d'une pierre bien plus massive. C'est avec un juron simple mais de tout ce qu'il y a de plus franc que je pris appui au sol pour protéger mon visage avec mes bras, m'apprêtant a recevoir la roche de plein fouet. Le contact fut aussi douloureux que prévu et eut pour effet de m'arracher un grognement sourd, tandis que je repoussais la pierre en arrière. Ma musculature, que j’entraînais si durement depuis maintenant des années avait enfin fini par me témoigner de manière sure sa valeur. Machinalement, je portait la main sur ma pochette, attachée a l'arrière de ma ceinture, sous mon long manteau, pour en sortir quelques produits que j'avais acheté a un apothicaire ainsi que deux bandages, pour recouvrir rapidement mes bras blessés. Ils allaient encore me servir, ceux la. Je reportais alors finalement mon attention sur l'avant, constatant avec une surprise non camouflée que j'avais encore moins moyen d'y voir, tant un brouillard aussi épais que ce qu'il pouvait faire sombre recouvrait le chemin. En soi, ce brouillard pouvait sembler lumineux face a tous les pièges que je venais de traverser, maintenant je devais avouer qu'ajouter du brouillard a un chemin piégé était vraiment un piège a con, excusez moi pour le peu. Bah oui, si déjà de base on y voit rien, pourquoi ajouter encore de quoi moins y voir? En soi, ce n'est pas forcément logique ni même dissuasif. Vous me direz, je suis un mercenaire habitué a des situations dangereuses, je ne raisonne pas non plus forcément de la même manière que la plupart des gens, habitués a un toit chaud et un quotidien douillet. Je me redressais donc, calmement, avant d'avancer un pied maladroit dans ce nouveau chemin qui s'offrait a moi. Après quelques pas, je constatai, rassuré, que celui-ci ne semblait pas piégé, ce qui me permit d'avancer un peu plus rapidement. Cette brume, fraîche a souhait, était le seul mur ici, car en effet, malgré la non visibilité, guidée par une main longeant le mur, et ainsi indiquant que le chemin était toujours droit, seule la fraîcheur et l'humidité représentaient une épreuve rude. Ces deux murs mélangés forment une sorte de gel préfait qui, sans forcément geler les membres, se réchauffant eux même par les mouvement, promettent en revanche un rhume de grande envergure pour les prochains jours.

Si vous êtes curieux je penses pouvoir vous citer un autre avantage ainsi qu'un inconvénient. L'inconvénient se trouve être au niveau des bandages précédemment mis en place, ceux-ci se désertant et tombant, devenant aussi désagréables au contact des blessures. En revanche, la fraîcheur et l'humidité ambiante offraient un apaisement a la douleur sans pareille. J'avais grandi dans les montagnes, dans des terres pratiquement enneigées en permanence, ce qui m'offrait donc une tranquillité sans pareille dans un lieux de ce genre. C'était cependant une longue, très longue marche qui s'offrait à moi. Une marche tellement longue qu'il me semblait la passer une éternité. Cependant, cette éternité me rappelait mon enfance. Après la mort de mes parents, si je devais donner une image a mon cœur, cela serait sans doutes celle-ci. Ténèbres, fraîcheur, solitude, humidité... Oui, je ne pouvais me dérober de cette image. L'être qui se cachait la au fond, cet endroit relatait-il lui aussi de l'état de son coeur? J'avais jusqu'ici finalement trouvé un but, une lumière et j’espérais, sincèrement, que cet être trouverait ici le sien, a mes côtés et dans mon combat. Serait-il mon partenaire? Nous le verrons bien. C'est donc ainsi que j'avançais, pas à pas, sortant finalement de la brume, trempé jusqu'à la moelle tandis que j'observais la cage se trouvant devant moi, retirant mon manteau pour finalement l'essorer (tant bien que mal, en comptant mes blessures), laissant ainsi tomber toute l'eau qui s'était emmagasinée dessus, mon regard cherchant l'être qui, en ce moment, était mon hôte.



Copyright ©Choco' ; Ce code a été créé pour Baloo, copie partielle ou complète interdite.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #20 écrite Lun 16 Sep - 11:57


 °~~ Snow ~~° 


Un nouveau venu? s'interrogea Wolf Rain. Décidément, ces dernières semaines, tout Arcane venait passer son épreuve. Les cadavres frais pourrissant offraient d'ailleurs une atmosphère des plus... dramatique. C'était la 5ème visite en trois jours, et croyez bien que les quatre premiers ont péri en appelant leur maman. Mais Wolf Rain n'était pas sadique pour autant, le poison de ses divers pièges était certes mortel, mais sans douleur aucune. Vous vous endormiez, anesthésié de vos souffrances, pour terminer votre existence comme un tas d'os décoratif.

L'engouement que les hommes portaient à sa cellule, réputée la plus dangereuse d'accès, lui échapperait toujours. Qu'avaient-ils à prouver? Se sentaient-ils émasculés, en quête d'une nouvelle fierté? Non vraiment, tout cela lui passait bien au dessus.

Entendant l'intrus sortir du couloir piégé Wolf Rain lança bien rapidement la brume oppressante dans les 30 derniers mètres. Il devenait difficile aux humains de respirer avec autant d'humidité dans l'air et ceux aux poumons fragiles renonçaient à ce moment précis.

Mais l'individu perseverait dans sa quête, et il atterri finalement devant l'ouverture de l'arche. Tout ici n'était que pénombre, seule la lueur de la lune par delà une minuscule fenêtre venait éclairer la scène. Cet étranger, entrain d'enlever l'eau de ses vêtements, faisait la taille de Wolf, et semblait être une force de la nature, car le loup de brume aurait juré qu'il s'était fait écrasé dans un éboulis. À l'allure de ses bras se devait être le cas, mais cette montagne y avait survécu. Il était donc fort, puissant, et certainement guerrier.

* Non.... *

Wolf avait déjà souffert le martyre des mains d'un homme tel que lui, un soit disant combattant venu le chercher pour une vengeance justifiée, contre l'homme qui avait détruit son village. Wolf avait cédé et cet humain était en vérité l'auteur même du massacre, et avait libéré Wolf pour en proférer d'avantage.

Plus jamais il ne se laisserait libérer par un homme aussi mauvais, et par son allure cet étranger partait en de mauvaises dispositions.

* Mais s'il était un homme de bien....*

Seuls ses yeux aux reflets d'écume se firent visibles dans la pénombre, absorbant les rayons lunaires pour mieux briller et ressortir de façon inquiétante.



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Lun 16 Sep - 17:55



❝ Quand le temps arrive a son terme, pour un meilleur commencement ❞





Une lueur. Mon regard se posa finalement sur quelque chose de faible, mais de bel et bien présent. Après quelques instant, une fois mon manteau essoré et déposé habituellement sur mon épaule, je finis par les distinguer, ces yeux, ils me fixaient, comme si ils voulaient me jauger, me traverser pour mieux me comprendre. A ce moment la, je me doutes que je suis bien censé prendre la parole, cependant, mon regard resta un long moment planté dans le sien. Je pouvais y sentir une profonde mélancolie. Cet être, quel qu'il soit, était ici depuis bien longtemps mais surtout... las de voir des hommes comme moi tenter de l'approcher. Et bien, en tous les cas, je n'avais pas passé toutes ces épreuves pour abandonner maintenant. A l'époque, quand ma famille avait été décimée et que je m'étais voué au combat, ressemblais-je à ça? Quand le vieux forgeron tentait désespérément de me relever ? Bah, quoi qu'il en soit, quelque chose me disait que je n'avais peut être pas fait tout ça pour rien. Après un moment qui semblait bien silencieux, je finis par faire quelques pas vers la cage de l'être, qui continuait de me fixer, empoignant doucement un barreau pour en jauger la solidité. Bien entendu, je n'y pourrait rien, vu que c'était sans doutes conçu pour retenir des êtres bien plus puissants. J'opta finalement pour une attitude bien plus sérieuse que celle que j'optais d'habitude, en même temps l'ambiance s'y prêtait parfaitement... on ne peux pas dire que les lieux soient des plus "frais". Cependant, je restait franc et amical, comme je l'étais toujours.

-Dis moi, t'en à pas marre de rester enfermer derrière ces "barreaux", dans cette cage sombre et sordide, gardé par de simples pièges et un mur de brumes ?

Reportant ensuite mon regard vers celui de l'être enfermé, je repris:

-Je m'appelles Snow Folker, je suis né dans des terres encore plus froides qu'on ne puisse l'imaginer. Ce froid, fait partie de moi et c'est lui qui m'as poussé jusqu'ici. Pour être franc, j'ai laissé le hasard me guider dans ce dédale de pierres qu'est le temple, et j'ai fini, après avoir passé tous ces pièges, par arriver devant toi.

Légère pause, histoire de respirer, mais je ne tardai pas a reprendre, un léger sourire. Simple, franc. A peine éclairé par la lueur de la lune, du haut de sa petite fenêtre inaccessible.

-Je sais pas si ce que je vais te dire représentera quoi que ce soit a tes yeux, mais tu vois, c'est ce qui m'as poussé a venir ici, ce qui fait que je suis la a te raconter bêtement ma vie comme peut être d'autres l'ont fait avant moi. Cependant, tu sais, j'ai perdu tout ce que j'avais étant gosse contre un monstre. Je suis ensuite devenu mercenaire, dans l'unique optique de pouvoir empêcher aux autres de perdre tout ce que j'ai perdu... j'sais pas si j'ai réussi a accomplir quoi que ce soit jusqu'à aujourd'hui, mais j'ai compris une chose. Je pourrais aider personne seul. En tout cas, je serais bien trop limité, beaucoup trop a mon gout...

ma main serrait doucement le reste du bandage, que je tenais finalement en main, avant de continuer:

-Si je suis ici, c'est pas pour remettre en cage qui que ce soit, c'est pour trouver un partenaire. Un partenaire avec qui je pourrais boire a la taverne les mauvais jours, ouais, raconter des conneries et en rire, sans doutes, passer les bons et les mauvais moments d'une vie de combats... car ils sont tous inévitables. Mais aussi avec qui je pourrais terrasser quiconque m'empêchera de réaliser mon but, quiconque s'en prendra a quelqu'un sans raison juste ou tout simplement pour aider quiconque en aura besoin.

devant ce silence, le simple poids de ces yeux me fixant, je finis :

-ça doit peut être te faire rire, ou je ne sais quoi, cependant c'est bien pour ça que je suis ici maintenant.... Je ne sais pas vraiment pourquoi j'en suis venu a raconter tout ça de la sorte, peut être que le froid a finir par me taper sur le crâne, en tout cas, toi qui est derrière cette cage, peut être est tu ce partenaire, peut être ne l'est tu pas... en tous les cas, ça te fera peut être une bonne histoire en plus à raconter, plus tard, quand tu sera finalement sorti de cette cage.

Je me redressais ensuite, ramenant mes longs cheveux blonds en arrière a l'aide de ma main, offrant un sourire simple mais de tout ce qu'il y a de plus amical a cet être, dont je ne distinguais finalement que les yeux. Avant de lever les yeux vers la fenêtre, silencieux. Il fait beau la dehors, peut être que cet être, qui se trouvait enfermé derrière moi, aurait envie, de sentir la pluie, le soleil, la neige, la grêle ou peu importe l'intempérie... peut être aurais-je trouvé ce partenaire, par chance, du premier coup ? Qui sait... nous verrons bien.



Copyright ©Choco' ; Ce code a été créé pour Baloo, copie partielle ou complète interdite.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Lun 16 Sep - 19:17



 °~~ Snow ~~° 



Ils se dévisagèrent un long moment, et cette attitude surprit l'invocation accoutumée à plus de... virulence en guise de bonjour. Soit les gens se faisaient dessus, soit ils ouvraient leur grande bouche dans la seconde et finissaient par l'énerver.

Mais cet homme au regard tellement identique au sien lui renvoyait un reflet douloureux de son passé sans qu'il ne sache pourquoi. Il pouvait y lire des choses que peut être personne d'autre n'aurait compris: seul quelqu'un ayant vécu les mêmes choses que vous peut lire dans votre coeur et réellement compatir. Son regard était un miroir très réel, et beaucoup trop perçant. Ne doutez pas que Wolf Rain le soutint sans gêne durant tout le monologue de Snow, car il lisait en son âme bien plus profondément qu'avec une autre méthode. Mais il se sentit comme connecté et attiré par cet homme sans véritablement se l'expliquer. Prit d'un intérêt peu commun à sa nature blasée de prisonnier monotone, il s'avança...

Bien sur qu'il en avait marre d'être prisonnier, et d'écouter les petits laïus de chacun, bien sur que cette prison n'était pas un lieu de rêve. Il comprit l'allusion métaphorique aux barreaux mais cela ne le fit pas pour autant réagir. Nombre de personnes avaient eu le même discours jusque là.

Puis le ton changea pour se faire mélancolique, et le regard de Snow se perdit dans les souffrances de son passé. Il cherchait un partenaire pour aider son prochain semble-t-il, comme un mercenaire à la robin des bois.

Il serra son bandage plein de sang et Wolf Rain vit passer quelque chose dans son regard et dans son attitude. Toute son expression corporelle se métamorphosa, comme ôtée du lourd poids de sa conscience, résigné à suivre le destin et la décision de l'invocation. Il ne montrait pas de détermination brutale et butoir, il souhaitait véritablement un compagnon, pour le bon comme le meilleur. De ce point Wolf Rain ne pouvait en douter, il avait cette certitude physique que l'homme était sincère. Un menteur, comme son précédent maître, aurait agit avec arrogance et aurait usé de gestes et de phrasés théâtraux pour l'embobiner. Mais jamais plus Wolf ne se laisserait reprendre à ce petit jeu, il avait trop souffert pour cela, et lire en l'être humain devenait un art dans lequel il excellait.

Il était baissé, dans une soumission totale au destin, son corps parlait parfaitement pour lui. Il n'usait nullement de sa carrure pour l'impressionner et ses mots étaient simples, et traitaient de vécu. C'est alors qu'il se redressa, dégageant son visage pour tourner son regard vers la fenêtre et la lune. Il observait cette chose qui manquait tant à notre ami lupin, la pluie au dehors du temple qui tombait en continu.

Wolf Rain ne douta pas de sa bonne parole... mais se sentait-il prêt à retourner combattre? Cette violence.... pouvait-il de nouveau la gérer? Pourrait-il trouver du plaisir à traquer un ennemi puis à le combattre, même si c'était pour le bien commun?

Il était un guerrier talentueux, un stratège et une monture d'exception. Il se mouvait rapidement sur terre comme dans l'eau, bien que moins vite que son vieil ami Azarhys dont l'agréable souvenir se rappela à sa mémoire.

" Je lis en toi Snow, comme seul un comparse saurait le faire. Je devine ton coeur pur et tes dires sincères. J'aurais aimé que tu viennes me libérer 50 ans plus tôt... les combats ne me rebuteraient plus autant désormais. Mais le fait est que j'ai un passé lourd de conséquences, et me battre reste une chose pour laquelle je vais avoir du mal à me réhabituer. Alors je te le demande sincèrement, et attend la même abnégation de ta réponse: Sauras-tu attendre, sauras-tu faire preuve de patience face à mon si long enfermement qui demandera un temps d'adaptation ? "

Wolf s'avança pour dévoiler son corps et son apparence, car il était fier de ce qu'il était, de son allure et de ses capacités. Bien qu'il soit moins fier de son passé de tueur aux côtés de son ancien maître assassin, et de ses ignobles chaînes lui meurtrissant la peau. Il termina en répondant avec une extreme lenteur. Chaque mot lui pesait, comme s'ils rebutaient à sortir de sa gueule. Ils étaient lourds de sens mais Snow méritait d'être au courant.

" On m'a obligé à commettre des atrocités par le passé, tu dois aussi le savoir. J'aurais préféré mourir que d'obéir mais telle est notre obligation et notre punition. Toi qui a le coeur noble, saurais-tu supporter la compagnie d'une invocation qui a tué pour un assassin? "



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Membres
Wolf Rain
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 11/09/2013
Messages : 181
Elément : Eau
Invocateur : Meiro l'assassin
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Lun 16 Sep - 19:46



 °~~ Kohra ~~° 


Il réfléchit une nouvelle fois à la proposition de cette vieille sorcière pour laquelle il éprouva une sincère sympathie. Oui, décidément, sa quête était bien noble et à lire en son coeur Wolf devinait qu'elle disait entièrement vrai.

Mais il songea également à l'intérêt de cette vieille chouette. Une pharmacienne comme elle n'avait pas besoin d'un combattant maniant la brume et la glace, mais d'une invocation d'une toute autre nature. Et puis il ne tenait pas particulièrement à se faire frapper sur la tête à la moindre inattention. Ses réflexes pourraient se montrer mortels un jour ou l'autre...

" Kohra Lockhart, voila un nom que je n'oublierai pas soyez en sur. S'il m'advenait d'être libéré prochainement je saurais me montrer bienveillant si d'aventure je croisais votre chemin. Mais en toute honnêteté je ne suis pas fais pour vous, votre quête mérite mieux. Ma brave dame, il vous faut une invocation de la terre, beaucoup plus appropriée qu'un vieux loup combattant maniant la glace. Une invocation de la terre saura à merveille vous compléter et vous aider, d'autant qu'il se trouve à proximité de la ville de Luh, des montagnes Zan et de la foret de Jade, sources éternelles de ressources pour votre mission. "

En disant cela, il ne pensait sincèrement qu'à l'aider, il ne voulait que son bien. Surement le prendrait-elle mal, peut être serait-elle vexée ou attristée, mais Wolf avait agit au mieux pour elle. Jamais il n'aurait pu l'aider convenablement, les plantes n'étaient pas de son domaine.

Le mur du fond de sa cellule s'ouvrit, laissant apercevoir l'exterieur du temple en une sortie sans danger.

" La volonté du bien vous ouvre cette porte, ne craignez rien de moi et rencontrez votre destin au temple de la terre vieille femme. Et si vous souhaitez passer la nuit ici au chaud, cette porte vous sera encore ouverte demain. J'aimerais simplement que vous vous reposiez avant de prendre la route. "



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/thaischurelofficiel
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Lun 16 Sep - 20:54

Kohra prit une expression grave. Dénuée de la jovialité qui la caractérisait habituellement.

-Il aurait fallu me le dire dès le début. Cela m'aurait évité de perdre un temps précieux à me décarcasser pour une créature capricieuse.

Elle enfila sèchement son chapeau amputé et sortit d'un pas décidé. Inutile de dire que l'apothicaire fulminait intérieurement.

-ALLUMEUSE ! BUTOR DE PIED PLAT ! BACHIBOUZOUK ! ALPINISTE DE PLAINE ! CHARANÇON DE POUSSIÈRE ! CORYZA !

Ou pas. A ces jurons de charretiers répondit les cris affectueux d'un variquan à la belle couleur orange.

-Ah, c'est toi, Potiron ! Y a bien que toi pour vouloir d'une vieille mégère comme moi. Bon assez perdu de temps. Une vie dépend de nous.

Le variquan éructa son assentiment, ce qui fit sourire sa maîtresse. Kohra mit le pied à l'étrier avant de monter en selle. Elle n'eut qu'un bref regard vers le Temple de l'Eau avant de se tourner vers sa nouvelle destination.

Elle donna des talons peut-être un peu plus vivement qu'à l'accoutumée mais Potiron n'émit aucune plainte. Il était trop heureux de quitter cet endroit.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Kohra Lockhart le Jeu 19 Sep - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Mar 17 Sep - 1:11



❝ Quand le temps arrive a son terme, pour un meilleur commencement ❞





C'est ainsi que l'être, qui se trouvait dans sa pénombre, s'était finalement décidé à faire quelques pas vers moi, se dévoilant ainsi, proche, et beau. Malgré l'obscurité ambiante, il ne me fallut pas très longtemps pour reconnaître le loup. Bien que massif, l'animal était assez facilement reconnaissable. Je restais donc la a le fixer un instant, calme, attendant simplement une réponse, quelle qu'elle soit. Ce geste était-il amical? Tout portait à le croire, en effet, mais cet esprit avait vécu bien plus longtemps que moi, des années que je ne pourrais même pas seulement imaginer, de ce fait il était pour moi bien plus difficile de tout comprendre ou de simplement avoir la prétention d'avancer que je pourrais lire en lui. Ce loup était un être bien plus ancien que moi et donc dans un sens, sans doutes plus respectable. Finalement, il se décida à briser ce nouveau silence. Sa voix portait une certaine mélancolie, ses mots encore plus.

je pesais chacun de ses mots et ceux-ci résonnaient suffisamment, pour que je puisse les comprendre sans aucune difficulté. En toute franchise, quelle importance porte le fait qu'il ai commis ces erreurs par obligation? Je dois avouer que si on me donnait le choix, j'aurais moi même aussi préféré la mort, mais il est, comme tous ces autres invocations, prisonnier de ce sort l'obligeant a errer dans le but d’obéir et de servir. Dans le fond, il n'as ni demander a les commettre, ni commises de bon cœur. Peu m'importe donc de savoir ce qu'il a commis. C'est après un silence simple que j'hochai simplement la tête, reprenant, suivi d'un sourire se voulant franc, sincère:

-Merci de m'avoir raconté tout ça, mais sois sur d'une chose, je ne te jugerais pas sur des actes que tu as du commettre sous le poids de l'obligation et oui, je peux en comprendre le poids. Quand a ta question, sois rassuré. Je ne t'obligerais pas a commettre d'acte pour lesquels tu ne sera pas en accord. Je te l'ai dit, je suis ici pour chercher un partenaire, et non un esclave.

Après une pause, un vieux souvenir me revint en mémoire, souvenir qui, finalement, m'arracha un sourire amusé, tandis que je reprenais

-Loin de moi l'idée de te comparer a un objet, je ne sais même pas pourquoi cette anecdote me reviens ici et maintenant mais... je me rappelles le vieux forgeron qui a tenté de m'élevé étant enfant, il parlait de moi comme de l'acier qu'il forgeait en répétant cette phrase: "Tu as besoin de temps, comme le métal, après tout, ce n'est qu'avec du temps et du travail passionnel que l'on obtient le meilleur alliage !". Cela m'as redonné envie de te la sortir aujourd'hui, je penses, que cette vieille phrase correspond pas mal a la situation. Tu en penses quoi?

Ouais, je sais, je ne suis ni le plus malin, ni le plus intelligent. Je suis un gars simple avec des valeurs d'acier. Et cela me convient parfaitement, si je dois remercier ce vieux forgeron, ces bien pour cet endurcissement qu'il a su me transmettre. Sa patience et son amour pour le métal ou pour le coup, pour l'enfant que j'ai été, m'ont permis de ne pas dévier du droit chemin et de devenir ce que je suis. Si je peux, au passage, aider cette invocation, ce loup, a reprendre un peu de joie de vivre... alors ça me conviendra parfaitement. Et si, par chance, il parviens un jour a reprendre le combat a mes côtés, alors je serais heureux de l'avoir pour partenaire !



Copyright ©Choco' ; Ce code a été créé pour Baloo, copie partielle ou complète interdite.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Le souvenir de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Souvenir d'Haiti
» Aux yeux du souvenir...
» quelques imageries pour ce souvenir......
» Souvenir,tristesse et espoir
» Souvenir , Barca ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de l'Eau-