Rose rouge, Chevalier blanc

Partagez

Rose rouge, Chevalier blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Gerry Arthur
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 471
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Lun 6 Mai 2019 - 14:31

Rose rouge, Chevalier blanc
[Flashback] avec Nérée
Le jet de flammes fut si puissant que Danae, perchée sur les épaules de son grand frère, eut un mouvement de recul en sentant la chaleur des flammes caresser son visage. Heureusement, Valion lui maintenait les jambes, ce qui lui évita de chuter. Les sourcils sains et saufs et le regard ébahi, l'adolescent observa le cracheur de feu leur sourire avec amusement. Ce dernier reporta son attention sur la foule pour une autre démonstration. Saisissant l'inquiétude de sa sœur, l’aîné des Lameblanche sourit avec douceur :

« C’est rien Dana’ t’inquiète pas. On est assez loin pour pas que ça brûle. Le monsieur fait ça exprès pour nous impressionner. »

Il espérait que cela suffise à la rassurer, même si la moue de la petite demoiselle n'indiquait qu'une semi-réussite. Elle tourna la tête vers leur mère, postée non loin, ce qui acheva de la conforter. Finalement, au bout de quelques souffles brûlants, les flammes ne lui firent plus tant d'effet. De ses yeux clairs qui dominaient la foule, elle chercha le spectacle suivant.
Rose rouge, Chevalier blanc Icone_10

Le festival d’Ignis battait son plein dans les rues de Layane, ville du désert et représentante du Dieu-Soleil. De somptueuses draperies rouges décoraient les façades et des flambeaux brûlaient toute la journée. Valion et sa famille étaient arrivés quelques jours avant, puisque leurs proches pouvaient les loger. Cela leur permettait d’éviter le flot de pèlerins qui transitaient le jour-même depuis la capitale pour participer à la procession. Maintenant que le port s’était fort développé, la ville était en effet très prisée à cette période de l’année et voyait sa population quasiment tripler.

Le regard perdu parmi toutes ces couleurs chatoyantes et par l’animation perpétuelle des lieux, Valion avançait au gré de la foule. Il était tellement content d’avoir pu se libérer pour l’événement. Même son père avait fermé la forge pour en profiter avec sa femme et ses enfants. Soudain, Danae lui tapota l’épaule, l’arrachant à sa contemplation. Elle voulait descendre. Le grand garçon obtempéra et ne la lâcha des yeux que lorsqu’elle attrapa la main de leur mère. Certes, sa carrure déjà large pour ses dix-sept ans et son actuel mètre soixante-seize  en faisaient un bon observatoire. Mais la perspective de retrouver sa liberté de mouvement était absolument excitante.

« Je reviens, je vais faire un tour ! »

Eira acquiesça, sans oublier de l’inviter à la prudence et l’informer qu’ils seraient au marché pour manger. Elle avait à peine fini sa phrase que son fils s’était fondu dans la masse.

Un petit sourire sur les lèvres, Valion vérifia l’état et la présence de sa bourse avant d’aller admirer les stands. Toujours dans le thème, les marchandises étaient souvent faites de métal, et nombre d’artisans réputés sortaient d’Al-Hazred pour étayer leur savoir-faire. Un étal de couteaux aux lames noires l’attira en particulier. Demandant poliment s’il pouvait toucher, il attrapa l’un des articles et l’examina minutieusement, les sourcils légèrement froncés par la concentration. C’était quoi ça comme type d’alliage ? De la fonte mais ils avaient rajouté quoi ? Le métal était plus dur. Du Vanadium ?

Absorbé par son analyse, il ne réagit pas aux quelques exclamations agacées non loin. Jusqu’à ce qu’il soit lui-même victime de cette personne qui bousculait un peu tout le monde sur son passage. Le choc le déstabilisa et il percuta le stand. Il eut à peine le temps de voir qu’il s’agissait d’une jeune fille que sa silhouette s’évanouissait parmi tant d’autres. Pensant qu’un couteau était tombé avec tous ces cliquetis, il regarda au sol et y découvrit toute autre chose. Un bijou ? Un machin pour tenir le vêtement, les cheveux ? Il n’y connaissait strictement rien en apparats féminins. Mais c’était fort joli et ça brillait beaucoup. De l’or, il semblerait.

Il ramassa l’objet et regarda autour de lui, sollicitant silencieusement une information, un indice, une aide, une directive…  Rien. Tout ce qu’il avait c’était une chevelure flamboyante et un parfum de fleur. Il n’allait pas franchement aller bien loin avec ça… D’autres personnes semblaient s’agiter pour se frayer un passage au loin. Des gardes ? Un marchand ? Il ne pouvait distinguer. Bon inutile de s’attarder, il perdait ses chances de retrouver la demoiselle. Et puis ça n’avait peut-être rien à voir.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Cassandre Bolan



Rose rouge, Chevalier blanc Lance_15
Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.

« Promis, on se reverra ! »
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."

“ Bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »
« Que les leçons apprises ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »
《 Je te veux à mes côtés, Valion. 》

Crédits lance - Rowan Sherwin
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Valion Lameblanche le Ven 21 Juin 2019 - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Mar 7 Mai 2019 - 1:12

Rose rouge, Chevalier blanc

Feat petit Valion





« Je n'ai pas envie d'y aller. »

Un long silence précéda ces mots. Maria eut un sourire gêné, mais ne s'arrêta pas pour autant dans sa tâche. Elle devait réussir à remettre de l'ordre dans sa chevelure de feu, ce qui n'était pas une chose aisée à faire car, ils étaient devenu un peu indomptable depuis qu'ils étaient aussi court ; un énième caprice. Elles avaient déjà passé un long moment quant à la sélection de la tenue et des bijoux, pour ce jour spécial. Il ne fallait pas perdre plus de temps car bientôt, ils allaient devoir partir. Ils ne pouvaient pas être en retard aujourd'hui et le Duc le lui avait rappelé maintes et maintes fois de ne pas l'être. Cela n'était pas gagné.

« Tu m'écoutes, au moins ? »

Si elle l'écoutait réellement, les deux femmes auraient déjà parcouru de long en large l'île au moins trois fois, se seraient perdu en mer et auraient mis sans dessus dessous cette demeure. Ecouter, cela ne semblait pas quelque chose de commun dans cette maisonnée. Nérée en avait l'impression, tout du moins. Ces derniers temps, elle se sentait de plus en plus étouffée par tous ces codes et manières qu'elle devait adopter, apprendre, et refaire à la perfection, sans pendre en compte ce qu'elle pensait ou souhaitait faire. C'était l'âge, disait-on comme excuse. Malheureusement, la jeune demoiselle n'hésitait pas à faire part de ses sautes d'humeurs à son entourage. En quelques années, Nérée avait beaucoup changé. L'image de la petite fillette sage et réservée avait laissée place à une plus singulière, presque un peu trop. S'il y avait une chose qui n'avait changé depuis son enfance, c'était son côté aventurière. En effet : il s'était même aggravé.

Le festival d'Ignis avait lieu aujourd'hui, à Layane. C'était un jour spécial, tant pour ce petit village que pour sa noble famille. De nombreux voyageurs étaient déjà dans les rues pour profiter des festivités, tandis que les caravanes commençaient déjà à se préparer pour l'habituelle procession vers le temple d'Ignis. Elle allait devoir y participer, cette année, avec son patriarche et d'autres nobles de la Capitale. Rester enfermer dans une caravane pendant plusieurs heures sans avoir de conversations intéressantes ; quelle joie. Nérée adorait pourtant ce festival. Chaque année, elle l'attendait avec impatience, même si, chaque année, sa liberté de mouvement se restreignait de plus en plus.

Enfin, Maria vint à bout de ses dernières mèches rebelles. Elle vint ensuite lui attacher ses quelques bijoux, discrets mais mettant parfaitement sa beauté en valeur. Elle lui passa enfin un fin châle blanc et doré sur les épaules, qu'elle attacha avec sa broche. Elle profita de cet instant de proximité pour lui glisser son avis.

« C'est un jour important, pour votre père. On raconte que le Prince sera là, et qu'il a prévu de le rencontrer. Vous aurez peut-être la chance de le voir, vous aussi. Ne souhaitez-vous pas lui faire une bonne impression ? »

Cette réponse, elle ne la jugea pas convaincante du tout. En témoigna son visage qui se refermai un peu plus, un air presque vexé de voir que Maria n'était pas de son côté. Si Nérée n'était pas idiote et souhaitait faire bonne impression, ce qu'elle faisait toujours devant des inconnus, elle ne souhaitait pas non plus servir de décoration, surtout aujourd'hui. Elle voulait simplement profiter elle aussi des festivités, comme les autres. Soudainement, la demoiselle secoua vivement la tête, anéantissant ces dizaines de minutes passées à la coiffer.

« A quoi ça sert ? Je vais encore me tenir à côté de lui, sans rien pouvoir dire, ni faire ! »

Maria lâcha un long soupir. Elle savait, qu'au fond, Nérée n'en pensait sûrement pas la moitié de ce qu'elle lui disait. Elle était plus qu'intelligente, pour son âge, et avait déjà bien cerné le monde dans lequel elle vivait. Peut-être était-ce pour cela qu'elle le remettait autant en question. Et qu'elle savait, aussi, à quoi tout ceci servait. Maria se permit tout de même de lui rappeler l'une des raisons.

« A observer, et à apprendre de lui. Car un jour, vous serez à sa place. »

---

La jeune demoiselle marchait à côté de son père, entouré d'une poignée de gardes, le regards quelque peu dans le vide. Ils descendaient la grande rue du village en direction de sa sortie, là où allait débuter la procession. Ce petit bain de foule tout de même encadré était une sorte de tradition, où on ne manquait pas de les saluer. Le Duc était proche et apprécié de ces gens, malgré le gouffre social qui les séparait. Après tout, ils étaient, eux aussi, des habitants de Layane, et l'essence même de ce festival était la réunion.

Une fois arrivé sur place, ils saluèrent les participants présents sur les lieux en attendant qu'une caravane leur soit attitré. Nérée soupira faiblement, se demandant dans combien de temps ils atteindront le temple. Une heure ? Deux ? En tout cas, bien trop pour pouvoir profiter des activités qui se déroulaient à Layane pendant ce temps-là. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel...
Enfin, la procession allait débuter. Les participants prenaient un à un place dans ce convois spécial. En tête, la plus haute noblesse de Lüh venu pour l'occasion prenait place à côté du Duc Helireah Mais où était donc passé sa fille?
Trop tard, on s'aperçu qu'elle n'était plus là où elle devait se trouver.

Au diable la procession, elle en avait décidé autrement. La demoiselle courrait à en perdre le souffle vers le centre de Layane. Elle avait profité d'un moment d'inattention de ceux qui l'entouraient, pendant les salutations, pour s'éclipser. Se retournant brièvement, elle vit cependant que sa fuite n'allait pas être des plus aisée. Les gardes étaient habitués, avec les années. Surtout, le nombre important de personnes dans les rues, surtout lorsqu'on se rapprochait du centre, rendaient les choses bien plus compliqué. Grâce à sa taille relativement petite et fine, Nérée réussissait néanmoins à se frayer un chemin, d'une manière plus ou moins brutale il fallait se l'avouer. Elle n'avait pas d'autre choix que de bousculer certains passants sur son chemin. Et, malheureusement, ce qui devait arriver arriva. La demoiselle finit par heurter un stand et celui qui était entrain de l'observer, sans réelle délicatesse. Le tintement de sa broche tombant au sol, alors qu'elle n'avait rattrapé que son châle lui tombant des épaules la fit hésiter quelques instants. Elle repris cependant sa course, entendant la voix des gardes au loin.

Ce petit jeu dura une poignée de minutes avant que la jeune noble ne s'arrête au détour d'une rue, à bout de souffle. Il n'y avait de toute façon plus personne à ses trousses. Prenant le temps de se remettre de ses émotions, elle remit sa chevelure en place et profita de cet instant de calme pour ranger dans une petite sacoche qu'elle avait à sa taille ses bijoux. Ainsi, elle ne risquerait pas d'en perdre plus. Nérée était tout de même peinée d'avoir perdu sa broche, cadeau de son père, qu'elle avait réussi à garder depuis sa plus tendre enfance. Déjà qu'elle allait sûrement passer un mauvais moment lorsqu'elle le reverrait, s'il l'apprenait, cela allait sûrement signer son arrêt de mort. Enfin, s'il trouvait entre-temps une nouvelle héritière.

Fort heureusement, sa jolie robe rouge, si elle était de très bonne facture, passait passe partout, aujourd'hui. Des habits colorés, il y en avait partout. Elle renoua son châle pour se couvrir les épaules et, enfin, décida de profiter à sa manière des festivités. C'était peut-être la première fois qu'elle s'aventurait seule, pendant un festival ; cela avait un côté excitant. Comme il y avait beaucoup d'étranger au village, il n'y avait que peu de chances qu'on la reconnaisse. Une chance. La demoiselle déambula un moment dans les rues de Layane qu'elle connaissait par coeur, observant un moment de loin un spectacle de feu, un autre, un concert improvisé.

Malgré tout, il y avait de fortes chances qu'on la reconnaisse d'un coup d'oeil, avec un visage aussi singulier. Il fallait trouver une solution. La demoiselle décida alors de se rendre dans un premier temps vers un marchand de masques. Ils étaient populaires, durant les festivités. Faits de terre cuite et de peinture, les masques étaient léger et facile à porter, avec quelques trous pour les yeux et le nez. Il y avait bien évidemment les représentations des Quatre, mais aussi des différents symboles du désert ambré. Nérée porta son choix sur celui qui reprenait les traits d'un Sanza roux, un être réputé pour être malicieux ; cela lui convenait plutôt bien. Une fois acheté, elle s'empressa de le porter et continua sa petite visite improvisée du festival.

Elle s'arrêta ensuite devant une sorte d'artiste de rue. Il proposait aux passants de jouer à un jeu de carte avec lui, afin de remporter des bracelets aux couleurs vives. Il fallait trouver parmi quatre cartes représentant les divins, celle qui représentait Ignis. Si on perdait, il fallait lui donner quelques tsuris. Un jeu assez simple en soi. Nérée finit par s'avancer ; cela ne pouvait qu'être amusant.

« Ici. » La demoiselle trouva la mauvaise carte. Pas de chance, pour un premier essai ! L'artiste lui proposa de rejouer gratuitement, elle était mignonne après tout et, sans plus attendre, il rebattit les cartes rapidement avant de les étaler de nouveau devant elle. « Là. » De nouveau, Aqua apparu lorsqu'il retourna la carte. Une autre partie ? « ... Là. »  Encore raté. Elle était vraiment chanceuse... en était-ce vraiment ? Nérée décida de jouer une dernière fois. « Ici ! » Ingis ! Enfin ! L'homme sonna une petite cloche et lui tendit le convoité bracelet. Il n'était aucunement précieux, un simple tissu tressé avec quelques breloques, mais elle l'avait gagné. L'home passa outre les manches précédentes qu'elle devait payer, après tout, c'était un jour de fête.

Fière de cette victoire au premier essai, Nérée repris sa petite balade parmi les différentes attractions de la rue. Quelque chose allait bien finir par attirer son attention. De quoi oublier ses futurs problèmes liés à cette escapade.



Rose rouge, Chevalier blanc Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Valion Lameblanche
Valion Lameblanche
Roxeur (Avril 2018)



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Gerry Arthur
Date d'inscription : 27/01/2018
Messages : 471
Double Compte : Xion, Qilin
Elément : Aucun
Métier : Chasseur
Invocation(s) : Ruinn, Slavko
Inventaire :
Équipement:
 

Petit sac en cuir:
 

Sac sans fond:
 

Autre:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Ven 21 Juin 2019 - 10:38

Rose rouge, Chevalier blanc
[Flashback] avec petite Nérée
Bien embêté par la présence du petit bijou au creux de sa paume, Valion scrutait les environs sans même savoir quoi chercher. Sa grande taille restait un avantage mais ne l’empêchait pas de se dresser sur la pointe des pieds dans le vain espoir de dominer la foule. Ses pas hasardeux le conduisirent sur la ruelle à droite, puis celle de gauche, sans plus de conviction. Il regarda en arrière pour tenter de mémoriser le chemin parcouru. Oui, bon, il situait grossièrement le marché par là-bas, et puis l’artère principale à une vingtaine de mètres, en faisant fi des maisons.

Le jeune homme soupira. Par dépit, il jeta à nouveau un coup d’œil à la broche trouvée. Sa curiosité artisanale l’emporta quelques secondes et il finit par laisser courir ses doigts sur la riche parure. Franchement, ça ne pouvait appartenir qu’à une noble un truc pareil. Il faudrait qu’il se prive de manger pendant un mois au moins pour s’offrir une telle œuvre ! Qu’est-ce qu’elle était belle, ceci dit. Le rubis en son centre devait merveilleusement flatter les yeux d’Ignis. La finition était parfaite. Il entendait déjà la fille Branwen se moquer de lui et de son amour pour les « fioritures ». Bah ! Il aimait les beaux objets, et alors ? Elle était vraiment magnifique cette broche, et il était prêt à la défendre.

Enfin, si ça continuait, il allait devoir se défendre de simplement l’avoir trouvée. Il ne comptait pas la garder, mais la ramener à un soldat dans le pire des cas. Ils seraient sûrement en mesure de la rapporter chez les nobles, où un domestique pourrait se charger de trouver sa propriétaire. Ça semblait tellement simple et facile. Valion rangea l’objet dans l’une de ses poches. Son regard bleu acier fut attiré par un stand de souffleurs de verre. Ébahi, il s’approcha à grands pas. Les artisans étayaient leur savoir-faire en public, dans un espace toutefois bien délimité. Incroyable, il n’avait jamais vu que le résultat et non la fabrication.

L’étal adjacent vendait des produits finis, probablement avant le festival. Ce n’était pas donné, mais ça restait plus accessible que tous ces beaux miroirs vendus à Lüh, aperçus une fois lorsqu’il avait eu honte d’entrer dans une boutique n’étant clairement pas à sa portée. Le jeune milicien réfléchit. S’il économisait assez, il pourrait peut-être offrir un vase à sa mère. Le cri d’une soldate le tira de ses calculs. Elle rappelait à tous que la procession allait partir et invitait les retardataires à se dépêcher de rejoindre les portes de la ville. Valion leva les yeux au ciel et soupira une deuxième fois. Il ne pouvait pas délaisser sa propre mission, les réjouissances du festival attendraient.

Reprenant la marche, le jeune homme déambula au milieu des gens et des étals. Il observait, discrètement, les femmes richement vêtues dès qu’il en croisait. Aucune ne semblait paniquée d’avoir perdu un objet de valeur. Peut-être qu’elles en avaient des dizaines de broches comme ça, et que l’inconnue à qui celle-ci appartenait n’était même pas à sa recherche. Sachant pertinemment qu’il ne pouvait continuer ainsi, il s’arrêta au beau milieu du passage. Des passants, il y en avait tellement qu’il n’attira pas plus l’attention que ça. Il avait une idée, qu’il savait complètement stupide, en plus d’être ridicule, mais il n’en avait qu’une.

« J’AI TROUVÉ UNE BROCHE PAR TERRE, JE CHERCHE À QUI ELLE APPARTIENT ! »

Les regards se tournèrent vers lui d’un air soit surpris soit ahuri. Valion laissa retomber ses mains mises en porte-voix. Il sourit avec gêne face aux attentions les plus insistantes. Mais ça ne l’empêcha pas de réitérer son appel. Certaines personnes le considéraient avec amusement, d’autres avec désagrément. La plupart l’ignorait tout bonnement. Continuant à marcher et à scander son annonce, il fut interpellé par quelqu’un au bout de plusieurs minutes. Confus, il répondit avec une assurance diminuée :

« Heu non monsieur, je suis à peu près certain qu’elle appartient à une fille ou une femme. Désolé. »

Il poursuivit son chemin en s’écartant délicatement de l’individu intéressé. Il ne pouvait décemment pas révéler la nature et donc la valeur de l’objet sous peine d’attirer les gens malhonnêtes. Le fils Lameblanche continua son manège encore quelques minutes avant de changer de tactique. Il craignait d’attirer l’attention des autorités, au vu des quelques airs méfiants qu’on lui avait témoigné. Mais, loin de se décourager, il aborda plusieurs marchands, en quête d’une feuille vierge et d’un crayon. Il entreprit d’écrire en très gros sur son morceau de papier ce qu’il s’évertuait à crier. Satisfait de son initiative, il reprit son chemin en silence.

Voilà. L’information maintenue contre sa poitrine, il choisit de reprendre sa balade naturelle. Si la chance lui souriait, la personne le trouverait, et pas l’inverse. Mine de rien, sa « performance » parvenait à éclipser celle des artistes sur quelques lèvres. Il avait déjà entendu parler de lui au travers de moqueries plutôt bénignes. Très bien, que l’annonce circule, tant pis s’il passait pour le jeune homme bizarre qui refourguait des broches.

Tranquillement, Valion se posta devant un étal de fruits qui proposait également des jus. Tout ça lui avait donné soif, et la caresse du Dieu-Soleil en cette première et magnifique journée d’été n’arrangeait pas l’état de son gosier. Il en commanda un à la rondelette et au raphanos, renommé Douceur d’Ignis pour l’occasion. Son affichette mise en évidence d’une main, il buvait de l’autre.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Cassandre Bolan



Rose rouge, Chevalier blanc Lance_15
Les héros ne se proclament jamais eux-mêmes.

« Promis, on se reverra ! »
"Je n'ai jamais eu un adversaire aussi honorable et avec une aussi grande rage de vaincre."

“ Bien que tu ne sois pas mon Libérateur pour cette vie, tu n'en mérites pas moins mon estime. ”
- Si tu veux apprendre à contrôler ta rage, apprends déjà la patience.
« Merci de ne pas vouloir faire de moi un prisonnier à nouveau. »
« Que les leçons apprises ici et votre bienveillance jamais ne vous quittent. »
《 Je te veux à mes côtés, Valion. 》

Crédits lance - Rowan Sherwin
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Nérée Helireah
Nérée Helireah
Admin Nérée



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 1018
Liens vers la fiche : Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs

Métier : Noble et Reine des fleurs
Invocation(s) : Shénzi et Shakahm ♡
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 

♔ Autres:
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Sam 7 Déc 2019 - 18:33

Rose rouge, Chevalier blanc

Feat petit Valion




Un festival, de nombreuses choses à faire. La jeune demoiselle ne regrettait aucunement, pour le moment, de s'être défilée à ses obligations. Ce n'était pas la première fois. Oh, le Prince, elle aurait bien d'autres occasions de le voir. Et son père... elle aurait tout le temps de trouver une excuse, lorsqu'elle rentrerait. L'insouciance de la jeunesse. Alors qu'elle venait tout juste de finir son petit jeu, son nouveau bracelet autour de son poignet, un hurlement non loin d'elle attira son attention. Elle n'en entendit pas vraiment le contenu de ses propos à cause du brouhaha ambiant, mais un homme s'était mis à crier. Quelle drôle d'idée. Il y avait vraiment des gens étranges qui venaient ici pour les festivités, ils auraient mieux fait de rester chez eux. Nérée s'en éloigna, préférant éviter l'attroupement qu'il avait causé sans lui prêter plus d'attention.

Elle déambula un moment dans les rues animées du village, évitant soigneusement les patrouilles des gardes. Même avec son masque et son allure de noble, elle pouvait tout de même être reconnu par ces derniers. Qu'allait-elle faire, maintenant ? Elle était retournée, avoir espoir, devant l'étale où elle avait perdue sa broche. Au fond, cela l'embêtait un peu. Son bijoux avait une certaine valeur à ses yeux. La demoiselle avait demandé au marchand s'il l'avait trouvé, mais sans résultat. Pire, elle savait maintenant que quelqu'un l'avait ramassée, puisque par terre, elle ne trouva rien. Ce festival n'était pas si amusant que ça.

Soupirant, Nérée se dirigea vers les marchands de nourriture. Il y en avait des dizaines, qui vendaient des mets tous plus attirant les uns que les autres. Il lui restait une poignée de tsuris dans sa petite poche, suffisamment pour étancher la soif qui commençait à la titiller. Quoi de mieux qu'une glace pour se rafraîchir ? Il y avait cette invocation et son maître qui, tous les ans, venait ici pour vendre cette spécialité du nord. La jeune fille se dirigea vers lui sans hésiter, elle en prit une à la rondelette, son fruit préféré. Elle s’éclipsa un peu pour relever tranquillement son masque et profiter de son goûter.

Une fois la glace engloutie, ce qui ne pris pas plus de cinq minutes, elle retourna sur la petite place. Elle posa son regard sur un jeune homme, qui tenait une pancarte. Il y avait vraiment des gens bizarres ici. Elle s'en approcha, et sans crier garde, lui adressa la parole.

« Il y a une faute sur ta pancarte. »

Elle avait dit ça un peu sur le ton de la moquerie. Elle, elle était bien éduquée. Puis, la jeune noble prêta un peu plus attention à ce qu'il y avait écrit et, l'instant d'après, comme si elle ne venait pas de lui faire une réflexion, elle changea de sujet, un peu plus surprise et curieuse.

« Tu as retrouvé une broche ? »

Elle en avait justement perdue une. Peut-être était-ce elle ?


Rose rouge, Chevalier blanc Nnn
« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Rose rouge, Chevalier blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Village Hentaï
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Le Désert Ambré :: Layane-