Pour ce qui ne tue pas l'espoir

Partagez

Pour ce qui ne tue pas l'espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Geoffrey de Vaillance
Geoffrey de Vaillance
Humain



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Tybor Sulyok
Date d'inscription : 29/08/2018
Messages : 39
Double Compte : Stitch, Ezel
Métier : Chasseur
Inventaire : Hurricane
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Jeu 4 Juil 2019 - 1:53

Tiens, je t'ai apporté ça
Pour ce qui ne tue pas l'espoir


[FIN DU PRINTEMPS]

Assis en tailleur dans mon coin, je r'garde les gens s'activer à droite à gauche sur les quaies. C'est encore tôt l'matin, mais déjà qu'on voit des marchands et des mercenaires charger des bateaux qui atteindront p'têt jamais port. J'me r'tiens d'proposer à un des gars de monter avec eux, d'les aider à charger... J'suis ici pour autre chose.

J'reporte mon attention sur mes mains, dont l'une tient un couteau et l'autre sert doucement une nouvelle petite sculpture de bois. Les formes sont pas géniales, pas des plus délicates, mais j'suis en train d'la travailler. Puis, c'pas comme si je connaissais mon sujet aussi bien qu'Lucille. Non, c'lui là c'est la première fois que j'le sculpte avec autant d'attention. Toujours avec ma plus grosse lame, j'reprends les contours. C'pas comme si j'avais autre chose à faire, t'façon.

J'suis revenu sur Heilan par hasard, au début. J'pense qu'inconsciemment j'voulais pas m'en rapprocher. Trop d'merdes se sont passées ici, et j'peux pas me vanter d'être assez fort pour prendre tout au visage d'un coup. Y'a eu Lucille, y'a eu l'autre enfant d'Aqua, y'a eu la gamine d'Ishael. À m'en donner l'impression qu'j'suis maudit dès qu'j'pose les pieds ici, quoi. Puis après une nuit à réfléchir avec la caravane que j'accompagnais, j'me suis dit que j'tais égoïste de tout foutre autour de moi. C'te ville est tellement plus que l'Temple ou qu'l'auberge de la rouquine... Et c'qui m'est arrivé ici, c'est tellement plus qu'un amour perdu, un enfant brisé ou une connerie d'ivrogne. Alors j'suis r'venu.

J'sais pas trop c'que j'cherchais d'abord, en fait. J'ai marché dans les rues en admirant le monde, en me disant que j'pourrais vivre tranquillement en ville moi aussi, puis j'me suis mis à sculpter et c'est là qu'j'ai compris pourquoi j'étais vraiment revenu.

Le renard.

Sorti de sa cellule, c't'enfant divin m'avait dépouillé d'un sifflet, d'une sculpture, et d'un bout d'mon âme. P't'être que j'cherche ça, justement, le bout d'âme que j'lui ai laissé, mais j'pense plutôt que j'm'inquiète. En fait, je pense que j'me questionne. C'est bizarre de savoir un enfant là, tout seul, avec comme seul moyen d'communiquer une statuette à laisser d'vant sa cellule. Et j'suis la seule personne qui peut l'écouter, qui sait c'que ça veut dire. Qu'il a trouvé un maître, quelqu'un avec une flamme assez brûlante dans l'regard pour briser la glace qui l'immobilisait... C'comme le paradoxe de l'arbre. Si un arbre tombe au milieu d'une forêt et qu'il n'y a personne pour l'entendre, fait-il du bruit? Ben j'pense que c'est là qu'j'interviens. Parce que c'est moi qui doit être témoin, sinon l'geste du petit renard restera éternellement un paradoxe et rien d'plus. Pour qu'au moins l'arbre ait fait du bruit, c'pour ça qu'j'vais voir sa cellule.

Et puis c'est c'que j'lui avais dit que j'ferais.

« Hey toi! On est prêt à partir, tu t'ramènes? »

J'me lève difficilement et m'approche de l'embarcation qui mène au temple. J'pas d'humeur à taper la discute avec les deux autres gamins v'nus chercher gloire et aventure, alors j'mets mon plus beau masque de grand-père grognon. M'faut pas longtemps pour m'attaquer encore une fois au bois, mais c'te fois j'prends mes outils plus fins. Le museau, et voilà les moustaches.. Sa queue était plutôt comme ça...

J'suis tellement absorbé par c'que j'fais que j'vois pas les deux autres s'lever et faut qu'le passeur vienne me sermoner en personne. C'est bon, ça va, j'peux profiter un peu d'la houle quand même, non? Non? Bon bah non alors.

J'me tire en dehors d'l'embarcation en dénichant quelques tsuris dans ma poche pour les envoyer au passeur. L'gars est jeune, assez pour avoir encore la force de l'enthousiasme dans les bras, et j'me dis qu'ça lui ferait pas trop d'mal quelques tsuris en plus. Juste pour le sourire qui lui gobe le visage. Il s'excuse même d'm'avoir pressé! J'lui envoie un signe balourd de la main puis j'm'enfonce dans l'Temple.

Il m'faut pas grand temps pour qu'mes pieds m'ramènent d'vant la cellule de Lucille, encore une fois. Apparemment, j'vais prendre le même chemin qu'la première fois pour aller voir l'enfant perdu. Avec un soupir, je pose ma main contre la porte de bois modeste. J'pourrais entrer, à le vouloir vraiment, mais j'veux pas la torturer plus que de raison. J'sais qu'elle s'rait obligée d'me faire passer son épreuve, et j'sais que j'la réussirait, parce que j'la connais par coeur. Alors à quoi bon rester là?

« Lucille.. »

Son nom m'échappe dans un soupir empreint de nostalgie et j'dois ramener à moi tout mon courage pour avoir la force de m'redresser et de m'tourner. Pas besoin d'rester ici plus longtemps... Pourtant j'reste immobile, dos à la porte, et pis j'finis par me dire qu'ici ou ailleurs, c'tout aussi bien pour finir c'que j'ai à faire. Alors j'm'assois au sol, dos contre le bois, et je continue ma sculpture. Les retailles s'ammoncèllent vite autour de moi mais j'm'en occupe pas et j'me contente de garder mes yeux sur c'qui s'dessine entre mes mains. J'sais pas trop pourquoi, mais j'me sens bien ici. J'sais que c'est pas ma place, que c'est pas là que j'devrais être, mais des fois ça fait du bien d'prendre une pause. Ça f'sait longtemps que j'm'étais pas autant investi dans une sculpture. Assez longtemps pour que j'entende presque la voix d'Lucille dans mon dos, à rire de ma concentration et d'mon bordel. C'même pas une pensée triste, juste une sensation imprimée en moi et qu'amène son lot d'bien-être. T'façon j'me questionne pas sur c'qui concerne Lucille, ça m'évite de  me mettre à douter et à r'gretter et c'te genre choses. À la place, j'me concentre sur l'enfant. J'mets dans ma sculpture tout c'que j'me souviens d'lui et plus. J'y mets aussi c'que j'espère qu'il devienne. Le poitrail gonflé, l'museau levé vers l'avant, le regard droit et fier. J'lui souhaite de trouver c'qu'il est, et d'l'afficher fièrement. J'lui souhaite de suivre quelqu'un qui lui donne envie d'croire. J'lui souhaite de se souvenir de mon nom quand on se r'verra.

Ça me prends un temps, mais après quelques heures, mon oeuvre est achevée. J'suis pas peu fier du résultat final, pour être honnête, et j'espère qu'ça lui plaira aussi. J'prends quelques minutes pour l'admirer, pensif, puis j'me mets en route vers la cellule de l'enfant.

La statuette, j'la vois de loin. Ptite forme qu'on a bousculé et qu'a roulé contre la porte. J'la ramasse délicatement. Alors comme ça l'est sorti, l'gamin d'Aqua. J'me questionne un moment sur qui c'est qu'a bien pu le libérer et mériter d'l'avoir à ses côtés. Quelqu'un de déterminé, persuadé de trouver un but à un enfant divin si facile à diriger. Quelqu'un de bien intentionné à son égard, j'espère. J'me dis qu'le comble serait d'le retrouver sur les affiches qu'on commence à placarder partout, puis je chasse l'inquiétude d'un haussement d'épaules. J'peux rien y faire, t'façon, et du moment qu'on prend soin d'lui, j'pense pas qu'ça m'importe ce pour quoi y se bat.

Alors doucement, avec le plus grand soin, je pose ma nouvelle sculpture à côté de l'ancienne. Par contre, cette nouvelle babiole, elle a un truc de spécial. J'ai scultpé le bois autour d'une base fendue. Quand on tourne la satuette, on trouve un trou étroit dans le socle, duquel dépasse un tout petit bout de parchemin. C'est en le tirant qu'on découvre le mot que j'ai écrit pour le gamin.

En espérant entendre siffler un air familier dans mes voyages
.

J'espère que c'est suffisant et qu'il comprendra que ça vient de moi. Dans le doute j'ai signé, bien sûr, mais ça s'trouve y'a plein de Geoffrey qu'ont entré sa cellule et il sait pas trop lequel faisait quoi. En théorie il devrait toujours avoir le sifflet, alors ça devrait lui faire comprendre que ça vient de moi. Puis là, poussé par un instint que j'saurais pas nommer, je sors mes outils et je marque un dernier message. Sur le bas de la sculpture de Lucille, j'écris un petit truc.

Bravo. Tu es sorti.

Et voilà. J'pense pas pouvoir rajouter quoi qu'ce soit. J'reste immobile là un temps, j'sais pas trop pourquoi, à fixer la porte, les statuettes pis mes mains...

J'pense que j'me fais trop d'soucis...


GOTHEIM sur Never Utopia
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Mar 13 Aoû 2019 - 17:02

Pour ce qui ne tue pas l'espoir
Début de l'été
Ses iris bruns toisent le marchand avec suspicion. Ils s'attardent sur l'éclat des pièces dans l'ombre d'un doute. Reviennent sur l'homme sous le couvert de la menace. Puis relâchent brutalement la pression. La jeune femme attrape la brochette de poisson grillé et mord dedans en s'éloignant. Elle observe les villageois vaquer à leurs occupations. Un regard s'attarde sur elle. Bien. Elle tourne les talons et réajuste la capuche sur sa tête.

Ses bottes de cuir frappent le bois des pilotis. Ses pas l'entraînent devant la taverne, entrelacs de souvenirs à la fois bons et mauvais. Pas celle-ci en particulier. Elle pénètre à l'intérieur de la bâtisse avec détermination. Que les gens parlent en voyant sa carrure athlétique, son faciès rude et son regard sombre comme la mort. Quelques mèches de sa chevelure blonde tressée s'échappent de sa cape.

Lagertha s'approche du comptoir et commande à boire. Lagertha ? Non, Xion. La renarde revêt les traits de son humaine, à sa demande. Elle et Galifey doivent brouiller les pistes de ses trajets en se laissant voir où elle n'est pas. L'enfant d'Aqua s'est vue chargée d'un lieu familier. Le village de pêcheurs près duquel elle est "née" en ce nouveau monde.

« Une caravane va partir pour Trare. Vous savez où se trouve le groupe, que je puisse proposer mes services ? »

Le tavernier la jauge un instant. Il est le plus à même de savoir ce qui se passe à Heilan. Il désigne du menton un couple attablé non loin. La guerrière avale la dernière gorgée de sa choppe en masquant un rictus de dégoût. L'air inquisiteur de son vis-à-vis la retient.

« Votre visage me dit quelque chose. »

En effet, elle a bien choisi. Un sourire carnassier étire les lèvres de la blonde. Son regard brillant semble prêt à dévorer l'homme.


« C'est comme ça que tu causes aux femmes ? »


La confusion envahit son visage. Xion en profite pour quitter les lieux. C'est si facile. De réagir comme elle. Bien plus que de penser par elle-même. Cet instinct est si parlant que la renarde se force à peine. Elle plonge avec régal dans l'assurance qui guide si souvent son humaine.

Dehors, aucun signe de la Garde. Elle a encore du temps, mais rien à en faire. Ses pensées s'égarent. Un éclat doré danse au fond de ses yeux une seconde. Son regard dérive vers le Temple dédié à sa Mère. Il l'appelle encore.

Pour ce qui ne tue pas l'espoir Main10 Pour ce qui ne tue pas l'espoir Emprei10

La silhouette de Lagertha s'engage sur les docks. Une poignée de tsuris tombe dans la main du premier passeur. Ce dernier lui adresse un regard mauvais. Elle n'a peut-être pas donné assez. Sa stature guerrière incite le jeune à obtempérer en silence.

Les contours de l'édifice imposant attirent son propre mutisme. La barque heurte l'île sans ménagement. La fille des abysses met pied à terre toujours sans un mot. Elle regrette la présence du cuir qui la sépare de l'herbe humide. Quelques pas plus loin, elle inspire. L'air salé est agréablement plus frais ici. En marchant, elle repère l'endroit où son humaine a dormi et s'y attarde quelques instants. Depuis combien de temps est-elle sortie ? Elle s'accroupit et saisit l'herbe entre ses doigts pour la renifler. Peut-être que sous sa forme originelle, elle pourrait sentir les traces de leur passage. Probablement pas.

La jeune femme se redresse lentement. Son corps est étrangement lourd, sa respiration longue. Elle relève le fief. Le Temple la surplombe. Froid et silencieux. Comme les profondeurs. Et l'intérieur de sa cellule. Les songes semblent la fuir. Seul résonne le vide.

Elle s'approche d'un pas pesant. Son regard se décroche enfin de la pierre pour tomber sur une humaine. Celle-ci est assise près de l'entrée, de dos. Sa chevelure flamboyante glisse sur son plastron de cuir. Et si... ? C'est vrai, ce n'est pas la seule rousse parmi les humains. Mais personne ne porte le feu aussi bien qu'elle. La divinité métamorphosée s'approche. Quel jour est-il ? Elle a oublié. Les offrandes marquées sur le corps pâle se dessinent devant ses iris bruns. Le doute s'évanouit.

Lagertha tend timidement sa main. Non. Impossible d'abandonner la mission en se révélant. Son cœur se serre. Rym a tenu sa promesse. Elle aimerait tellement faire de même. Sa résolution se durcit. Elle va partir, mais avant, elle doit passer par sa prison. Une dernière fois. Arrivée à la hauteur de la jolie Rymaïn, elle déclare d'une voix douce. Son regard droit se porte vers un horizon indicible.


« Tu la verras, celle que tu cherches. Une autre fois. »

Puis l'enfant d'Aqua pénètre à l'intérieur du lieu sacré. Elle retrouve cet écho indicible qui l'englobe toute entière et la tire vers les abysses. L'image de son amie s'efface progressivement de ses pensées. Elle s'arrête à deux mètres de sa porte. Deux statuettes reposent au sol. Elle se souvient brusquement de la première. Les sourcils froncés, celle qui n'a plus que l'apparence de Lagertha pose un genou à terre. La figurine qu'elle avait mise en sortant arbore désormais une inscription : Bravo. Tu es sorti.

Xion laisse courir ses doigts sur le bois d'un air faussement distrait. Ils glissent sur les creux de la fine gravure avec un attrait particulier. Comme si les mots s'ancraient dans son être. Qui ? Elle a oublié. Et pourquoi ? Elle l'ignore. Mais elle ressent l'importance de cette simple déclaration. La fierté de s'être extirpée des ténèbres de son esprit, du moins en partie. Même si elle attribue le mérite à Lagertha.

Ses yeux vifs s'attachent à la seconde statuette. Elle la prend dans ses mains d'une délicatesse qui tranche avec son apparence sauvage. Son cœur se serre devant la figure familière. Et pourtant si étrangère. La ligne de ses moustaches est jolie, son regard inspirant, sa posture confiante. Est-ce que la créature contemple le passé ou l'avenir ?

Un soupir pénible franchit la barrière de ses lèvres. Une boule d'émotions agite la renarde. Tristesse. Regret. Colère. Peur. Mélancolie. Hargne. Les mots riment avec imprécision. Elle ne parvient toujours pas à les démêler. Mais ils semblent réels. Ils sont réels. Comme cette figure de bois, même si sa définition reste obscure.

Les yeux de la divinité métamorphosée s'arrondissent. La fente sous la sculpture renferme une note. En espérant entendre siffler un air familier durant mes voyages. Geoffrey. Ses sourcils se froncent à nouveau. Puis son visage s'illumine d'étonnement. Il y a quelque chose sous la surface. Xion laisse échapper un grognement. Qui est ce Geoffrey ? Quelqu'un qu'elle a oublié ? Comme Nagah ? Combien d'autres ? Est-ce vraiment un mal que des fragments de son existence la poursuivent ainsi ?

La fille de l'Eau soupire. La note mentionne un sifflet. Elle lève le regard vers la porte. Puisqu'elle n'a souvenir d'un tel objet, il est peut-être resté dans sa cellule. Elle se relève. Sa mâchoire se serre. Ses poings aussi. Xion attrape les deux statuettes, une dans chaque main. Elle les range dans le sac donné par Lagertha puis inspire douloureusement. Elle pousse le bloc de glace déjà entrouvert.

Immédiatement les ténèbres l'assaillent et elle ferme les yeux. Elle pense à l'épée sanglée à sa ceinture, également un cadeau de son humaine. L'arme ne lui sera d'aucun recours. Comme sa propre épreuve. Les émotions s'évanouissent pour n'en garder qu'une. La peur. Elle sait pourtant que clore ses petites paupières est parfaitement inutile. Ça ne disparaît pas comme ça.

Le crissement de ses pattes contre les parois lui revient. Les hurlements de rage tonnent dans sa poitrine. Les éclats de son passé compriment ses poumons. Il n'y a pas d'échappatoire. Parce qu'elle l'a déjà trouvée. Xion ouvre les yeux. La pièce est froide et silencieuse. Mais sa vie ne l'est pas. La chaleur et la voix de son humaine la portent. La fourrure duveteuse de son frère l'apaise. La chevelure flamboyante de Rym la fascine. Les enseignements de Grandes-Faux et de Nagah la rendent fière. La gentillesse de Serindë l'apaise. Elle fait partie d'un clan. D'une famille.

Doucement, elle s'avance au centre de la grotte humide. Elle se tient devant le miroir qui devrait être là grâce à la magie. Et admire son reflet. Ses yeux vifs, dorés, luisent dans l'obscurité.

« Je ne fuirai plus. »

La détermination de ses mots emplit la cellule. Elle sort de son sac la sculpture qui porte ses traits avec fierté. D'un même sentiment, elle la dépose au sol. Face à la sortie, signifiant à n'importe qui que la créature de ces lieux a fini de se cacher. Elle ramasse également le curieux sifflet qui s'y trouve, et l'observe un instant avant de le ranger dans son sac.

Pour ce qui ne tue pas l'espoir Main10 Pour ce qui ne tue pas l'espoir Emprei10

La silhouette de Lagertha resurgit du Temple avec une assurance inédite. Elle regagne les docks de Heilan, les lèvres parées d'un sourire énigmatique. Des armures rutilantes se détachent de la foule au loin. Il ne faut pas leur laisser croire qu'elle a péri dans son épreuve. Mais il est temps de laisser le village et le Temple derrière elle. La capitale de ce nouveau monde l'attend.

Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Marko Richter



Pour ce qui ne tue pas l'espoir Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Pour ce qui ne tue pas l'espoir Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Rymaïn Cuchulayne
Rymaïn Cuchulayne
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Semi-actif
Crédit Avatar : Thibault Girard & Allegiance : A Realm Divided
Date d'inscription : 06/08/2018
Messages : 375
Double Compte : Amko'Unn ⟐ Tobi
Elément : Aucun
Métier : Homme de main & Garde du corps [à temps partiel] de la Duchesse Helireah ♡
Invocation(s) : Baphomet [Le gamin de merde & d'amour ♡] ⟐ Enki [Petite flamme ardente ♡]
Inventaire : Pour ce qui ne tue pas l'espoir Ik0d Broche de Nérée
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Pour ce qui ne tue pas l'espoir 181008012941875775 1013 T.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Pour ce qui ne tue pas l'espoir Wwp0 Equipement ↣
⟐ Portés :
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Pour ce qui ne tue pas l'espoir Qfx3 Sac sans fond ↣
⟐ O.M. / Soin :
 
⟐ Obj. Divers :
 
⟐ Provisions :
 
⟐ Boîte de fioles :
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Pour ce qui ne tue pas l'espoir 3cr9 Petite sacoche ↣
⟐ Pierres :
 

▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Mar 5 Nov 2019 - 17:20

Pour ce qui ne tue pas l'espoir
Temple de l'eau ° Début de l'été

Son esprit est étrangement léger, elle ressent presque avec une certaine douceur la caresse des rayons solaires qui s'éveillent... Des éclats flamboyants oscillent dans son sillage, fidèles à l'harmonie de son pas assuré, dirigé vers les docks d'Heilan. Si la ville portuaire ne porte pas à sa mémoire les plus agréables souvenirs, son objectif en occulte littéralement les réminiscences. L'été a éclot dans les braises d'un feu nouvellement alimenté, par ce lien qui l'unit à la flamme rougeoyante d'Enki. Mais c'est l'appel d'un autre enfant divin qui souffle à cet instant précis sur les pierres ardentes de sa démarche.

Le passeur se fend d'un air totalement dépité à son approche. Il reconnaît les dessins ornant ce visage fermé au regard d'acier... Ses préjugés l'empêchent probablement de saisir la différence subtile qui habille les traits de la nordienne. Un être la côtoyant davantage aurait noté l'étonnante pointe de douceur qui semble s'être glissée imperceptiblement dans ses iris olive. L'homme accepte son or sans mot dire, bien qu'il en aurait volontiers réclamé davantage, mais cela n'aurait pas été prudent, sans aucun doute. Il l'emmène dans un silence religieux, et la traversée s'étire un peu trop longuement à ses sens, trahit par son inconfort. Son soupir de soulagement s'extirpe sans volonté d'être dissimulé lorsqu'elle lui annonce ne pas avoir besoin de repartir avant quelques heures. Il repart aussitôt.

• Ω •

Une brise plus fraîche transporte parfois des embruns salés jusque son visage clair. Elle s'est assise au devant du temple, dans son ombre tournoyant au gré de l'astre montant. Sa cape ôtée, ainsi que certaines pièces d'armure, la simplicité habille son recueillement comme son espoir. Ce dernier la plonge dans un état d'apaisement particulier, même si elle a conscience qu'il ne sera peut-être guère comblé aujourd'hui... La confiance qu'elle porte dans le reflet doré croisé au détour de son cheminement lui offre de précieux appuis psychiques.

Pour bien des hommes, le temple d'un dieu apparaît écrasant. De part sa hauteur, comme sa magie ou les dangers qu'il recèle. Les êtres humains ont des peurs qui n'appartiennent guère aux structures divines pourtant, celles-ci ne leur offrent qu'un miroir de ce qui existe au plus profond d'eux et qui puise leur origine dans leur vécu singulier. Les hommes pensent devoir se détacher des choses, alors qu'ils sont attachés par leur propre esprit... La pensée fila au devant du sien, bien trop familière, pour s'évanouir dans la quiétude du moment présent.

Un bruit feutré retentit dans son dos, elle n'y prêta guère attention. Ce ne serait pas le premier passage aujourd'hui, ni le dernier, et son attente ne se révélerait probablement pas à elle de cette façon. Pourtant, le pas semble ralentir à son approche de la nordienne. Une voix s'élève, le timbre inconnu renferme des propos qui touchent l'âme de Rymaïn, telle l'eau paisible qui vient abreuver, mais s'écoule aussitôt entre les doigts de la guerrière, insaisissable. Le souffle qui s'échappe de ses lèvres est doux, mais empli de confiance.

"Oui..." Elle relève le fief, son prisme capte un éclat doré qui s'abîme déjà dans les profondeurs obombrées du temple.

Il n'existe qu'un seul être sur Arcane susceptible de lui accorder ses mots et d'y mettre un sens qui n'appartient qu'à elles deux. Son cœur se serre, un peu, mais si la tentation est grande, elle sait que le moment viendra plus tard... Avec des gestes lents et précis elle se redresse, le regard encore perdu vers l'entrée du monument. Un fin sourire se peint sur ses lèvres rarement expressives de la sorte. Elle peut partir, malgré les questionnements qui naissent au détour de cette vision fugitive. Cela ne la concerne guère, après tout, et seule compte la sérénité qui à l'audace de gagner encore un peu plus de place dans tout son être.

• Ω •
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits images : Allegiance


Pour ce qui ne tue pas l'espoir Vomh

Pour ce qui ne tue pas l'espoir Pv2d

: ▼ Divine Spark ~ Voix de Rymaïn ~ Lectures ~ Woman Divine ▼ :
 

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Pour ce qui ne tue pas l'espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes Sud-