Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Partagez

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Mer 27 Nov 2019 - 11:27



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté
Pour trouver la porte de ma cellule, il n'est pas nécessaire de s'enfoncer profondément au sein du temple de l'air. Il ne faut prendre aucun escalier, gravir ou descendre aucune pente. Elle se trouve tout au fond du couloir, face à l'entrée. A l'image des trois autres protecteurs de la Source de pureté reposant dans les autres temples, ma cellule est mise à l'honneur. C'est tout simplement la première que l'on remarque en entrant dans le sanctuaire bien qu'il faille pour l'atteindre passer devant toutes les portes et autres choix que propose le bâtiment. Elle est ainsi en quelque sorte la première et la dernière... La dernière parce qu'il faut avoir rejeté tous les autres choix pour l'atteindre : que ce soit les autres portes, les différents escaliers et possibilités d'emprunter un autre couloir.

C'est une gigantesque porte à deux vantaux. Elle monte jusqu'à huit mètres de hauteur et dépasse les trois de largeur. C'est un mélange des plus belles œuvres d'arts des plus grands architectes et des formations organiques naturelles, on pourrait presque la croire volé à Terra. Elle est sculptée délicatement de motifs complexes représentant plusieurs scènes, il s'agit d'une histoire. Il y a un lac, magnifique, entouré de sa forêt. La vie est partout, heureuse, autours de quatre demi-dieux. La première scène représente la source de Pureté, sa beauté, son importance et ses Gardiens ainsi que le bonheur qui les entourent. La seconde illustre sa qualité de refuge, de sanctuaire paisible et précieux. Enfin se présente un groupe d'humain désireux de s'emparer de la Source, face à eux se dressent les quatre Gardiens, tel un rempart. Au centre de la porte se trouve l'image d'un dragon. Un dragon doux, un dragon dont tout montre qu'il est aimé : les oiseaux gravés dansant autours de lui, ce faon dormant entre ses pattes, les renardeaux jouant prêt de lui... Mais ce dragon est blessé, son regard doux est triste et de son cœur se déverse un flot de sang illustré par de la mousse fluorescente. Cette gravure est particulièrement mise en valeurs bien que le dragon se retrouve à plusieurs reprise sur la porte : ici volant au dessus de la source, là au milieu des Gardiens... Il y a de la mousse fluorescente un peu partout. Elle semble déposé de manière aléatoire, comme si elle poussait naturellement ce qui est le cas pourtant elle se trouve à des endroits précis participant à la mise en valeurs de cette porte faites avec du bois précieux. Au sommet de la porte, une inscription :

« Ici repose Tahimo, Protecteur de la source de Pureté. »


Le visiteur sera surpris en poussant l'une des portes qui semble si lourde : elle se déplacera docilement au moindre contact. Il pénétrera dans une immense forêt. Immense... C'est le bon terme ! Chaque arbre est colossal, montant à plusieurs dizaines de mètres de hauteurs. Chaque plante est grasse et pleine de vie. L'endroit est à la fois chargé et confortable : un Titan peut s'y promener sans peine. Le concert des oiseaux secouera le visiteur : ils sont partout, extrêmement nombreux. Il pourrait être assourdissant et pourtant il est apaisant, agréable à entendre. La température est tout simplement parfaite. Partout la vie se trouve ! Ici un lapin ! Là une ruche très active, partout des traces d'animaux, était-ce un hurlement de loup ? L'endroit offrira une impression d'émerveillement immédiat et d'euphorie pour certains. Mais aussitôt le premier pas effectué, une voix grave, profonde, masculine et sévère pourtant si douce secouera le corps tout entier du visiteur :

« Toi qui ose franchir la porte de ma demeure, toi qui ose troubler mon repos, apprend qu'ici l'humain n'est pas le bienvenue. Défait toi de tes outils maudits et ne garde que tes vêtements. Lorsque tu seras prêt à affronter la vie au même niveau que les autres, trouves le lac qui se trouve au nord. »

Quelques kilomètres plus loin, au nord, se trouve un lac magnifique dont l'eau est pure, belle et pleine de vie. Un lieu ou se mélange la magie et la nature, un lieu indubitablement divin, un lieu comme le visiteur n'aura jamais vu et ne pourra jamais oublier. Un lieu respirant la pureté, la paix et le bonheur. Un petit autel se trouve là en marbre blanc avec de la mousse au pied. Y est gravé la consigne suivante :

« Seule la réunification des trois gemmes t'offrira le droit de converser avec le Gardien. Une est au nord, l'autre à l'est et la dernière à l'ouest. »


En arrivant, le visiteur remarquera de l'activité à sa droite, à plusieurs dizaines de mètres au bord du lac. Un dragon s'approche à pas lent du bord de l'eau. Je suis escorté : des oiseaux sont posés sur mes cornes, d'autres dansent autours de moi en chantant. Des sangliers m'accompagnent ainsi que beaucoup d'autres animaux : des renards, des chevreuils, des cerfs majestueux, il y a des prédateurs parmi eux, tous en paix et heureux... Je n'accordais pas une seule seconde d'attention au visiteur, m'installant tranquillement sur la berge. Tout en moi inspire le calme, la douceur, la bienveillance. Les jeunes commencent à jouer, qu'ils soient d'espèces différentes ou non. Ici un marcassin jouant avec un louveteau, là un faon avec un corbeau... Soudain un couinement enfantin de panique d'un renardeau suivi d'un bruit d'éclaboussure : le bébé renard était tombé d'un rocher dans l'eau. Tranquillement je me redresse et d'un geste infiniment doux, de la tendresse d'un père j'avance une patte et repêche le petit, le reposant sur la berge pour qu'il s'ébroue et retourne jouer.

Tel est ce que les spectacles offerts au visiteur lorsqu'il franchira ma porte...  

Consignes
-Limités à 3 candidats en même temps
-Chacun est libre d'évoluer à sa guise au sein de la cellule
-Un candidat peut entrer dans la cellule alors qu'un autre a déjà commencé l'épreuve, le dernier arrivé commencera de 0, vivra le même genre de scène que décrit ici. Il devra cependant considérer se trouver là en même temps que les autres pouvant ainsi les croiser...


Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Dim 8 Déc 2019 - 16:09






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

M'y voici enfin, entourée de ces pierres renfermant toutes ces ouvertures vers de multiples vies. Après avoir poussé la grande porte me menant dans ce temple des vents froids du Nord, j'avais été profondément touchée par l'énergie de ce lieu. Si nous avions déjà visité les temples plus proche de la Capital pour divers procession, c'était évidemment la première fois que je m'engageais dans la maison d'Aer. Il était pourtant le Dieux vers lequel me prédestinait mon nom, Brisielle. J'avais toujours subit l'injustice de ne jamais pouvoir arpenter ses dalles froides, si loin de moi et pourtant aujourd'hui, j'avais fais le choix, pris les choses en mains pour venir le visiter. Aeris me suivait tranquillement, emboitant mes pas silencieusement pendant que mon regard n'avait de cesse de vagabonder ça et là.

Tant de portes, tant de prison, tant d'épreuve, tant de punition. Il me fallait me contenir pour ne pas vouloir les tenter toutes. Le froid de l'endroit givrait mes sens, mais il n'en rendait que plus brûlant mon cœur palpitant. Mon air s'en retrouvait troublé, peiné même, quand mes doigts glissait sur le bois de chaque porte. A l'intérieur, il me semblait entendre la détresse, le chagrin, la colère. Le ressentais-je vraiment cependant ? Ou était-ce seulement ce que je croyais savoir d'Eux. Ces êtres si puissants, si magnifiques et pourtant si contraints, qui étais-je pour estimer savoir ce qu'il pouvait ressentir. Personne, une humaine parmi d'autres qui ne saurait leur offrir qu'un simulacre de liberté. Étais-je bien à ma place ? Voulais-je seulement la prendre finalement ? Devenir à la fois un libérateur, tout en étant perçue comme un bourreau. Oui, je crois que je pourrais supporter cette tâche, si l'un d'entre eux me le permettait.

C'est alors un peu plus déterminée que mes pas de faisaient plus fermes, ma posture plus nette et mon regard plus perçant. Il fut alors instamment attiré par une porte en particulier, plus loin dans ce dédale. Une porte qui me semblait énorme et vers laquelle tout mon être se sentait attiré. Plus je m'avançais vers elle, plus elle était gigantesque. Mes yeux brillaient d'émerveillement face à son bois sculpté de toute part. Je m'avançais alors, suffisamment pour que ma paume en épouse les reliefs et que mon regard en décrive les détails. Mes pas me guidèrent alors de bout en bout, mes doigts glissant sur chaque traits qu'ils rencontrèrent, jusqu'à m'en éloigner pour apprécier les scènes décrite. Il y avait là un dragon, le même, représenté à de maintes reprises. Mes yeux noisettes trouvèrent alors ensuite l'inscription surplombant ce travail minutieux. Mes murmures contèrent alors :

« Tahimo, Protecteur de la source de Pureté... Tahimo... »

Un nom prononcé dans un souffle chaud, un murmure doux. Était-il ce dragon que décrivait toutes ces scènes ? Et bien, j'entrerais pour le découvrir. M'engageant à ouvrir la porte, c'est un jappement qui m'y retint. Surprise d'être arrachée ainsi à ma contemplation, j'arborais un visage doux en prenant conscience de la douce Calis qui attirait mon attention. Lui offrant un sourire doux, je m'accroupissais face à elle, caressant avec affection son crâne.

« Tu va m'attendre ici d'accord, je fais au plus vite. »

Elle s'était assise naturellement, forçant mes caresses en pressant sa tête contre mes paumes. Je finissais en lui ébourriffant les poils du haut du crâne, avant de me redresser. Lui accordant un dernier regard attendrit, je poussais alors enfin cette énorme porte qui, contre toute attente, s'ouvrait avec une légèreté contradictoire. L'ouvrant à peine assez pour pouvoir m'y faufiler, je la refermais derrière moi avant de faire face à une immense forêt. J'en eu le souffle coupé et les jambes immobilisées durant un long moment. Les arbres qui me faisaient face étaient tout simplement gigantesques, bien plus que ce que je connaissais des forêts de l'île. Un premier pas m'invitait à explorer l'endroit, mais je fus stoppé immédiatement par une voix grave, sortant de nul part, qui me poussait à la chercher du regard sans succès.

Je n'étais pas la bienvenue, ce qui ne me semblait pas très étonnant. J'écoutais avec attention les paroles qui me demandais de me défaire de mes « outils maudits ». De quoi parlait-il exactement ? Sans grand questionnement, je me défaisais de mes armes, laissant tomber ma rapière et ma dague, ainsi que tout mes outils. Sauf un. J'espérais que cela ne serait pas vu comme un affront, mais on me demandais expressément de trouver le lac au Nord et sans ma boussole, je craignais de ne jamais y parvenir.

Mes pas commencèrent donc naturellement à arpenter cette végétation démesurée, faisant attention à ne rien écraser. Mon regard virvoltait en tout sens, entre le sol que je voulais épargner, les arbres que je voulais à tout prix contempler et ma boussole qui m'indiquait la direction à prendre.

Il y avait des oiseaux, beaucoup, que je ne voyais pourtant pas forcément, malgré mon entrain à les chercher du regard. J'avançais toujours, avec lenteur et égard pour cet endroit. Mes mains se posaient souvent sur le tronc des arbres que je rencontraient, tantôt pour me soutenir, tantôt par simple plaisir. Jaillissant du concert des oiseaux, un bruissement ici faisait apparaître un petit animal que je n'avais pas le plaisir de connaître. Il ressemblait à un Dulcius, et pourtant ne se déplaçait pas du tout de la même manière. Un léger sourire à sa vue avant qu'il n'en disparaisse, m'invitant à poursuivre mon exploration. Heureusement que j'avais opté pour une tenue plus adéquat en touchant terre à Heilan, une tenue de cuir, bien plus confortable pour arpenter de nouvelles terres. Sans apparat ni bijou, je me sentais suffisamment à l'aise pour poursuivre ma route enchanteresse et pourtant déterminée.

C'est au bout d'un long moment que je faisais enfin la découverte, la rencontre du Lac convoité. J'étais estomaquée, véritablement. Éblouie, le souffle coupé. Les bras m'en tombait et ma mâchoire se décrochait. Subjuguée et enivrée par tant de beauté. Mon regard le balayait, le contemplait, l'admirait tandis qu'il trouvait sur son passage, l'emplacement d'une sorte de petit autel, jonché de verdure, n'appelant qu'à être approché. Quittant cette merveilleuse vision presque à contre cœur, je me rapprochait de la stèle, avant d'y lire ce qui semblait être des instructions. Après une rapide lecture, mon attention fut appelée ailleurs encore. A nouveau, le mutisme emprisonna mes lèvres. Un grand dragon s'approchait d'un pas leste jusqu'au bord du lac. Un murmure laissait échapper le nom que je pensais être le sien.

« Tahimo... »

Le Gardien pour qui je devait gagner le droit de converser, en rassemblant les trois gemmes demandées. Pourtant, je ne m'engageais pas immédiatement dans ma quête, puisqu'à nouveau, une scène demandait à être contemplée. Tahimo, le Gardien de ces lieux, était escorté par de nombreux animaux inconnus. Des cervidés ressemblant à des bibis à la peau brune, des petits Calis sans ailes et bien roux et tant d'autres. Il m'aurait été plaisant de m'en approcher, mais je n'avais pas encore gagné ce privilège. Je me contentais donc de les observer encore un peu, jusqu'à ce qu'un couinement que je comprenais de détresse, ne vienne à mes oreilles. Un pas en avant répondait à un instinct protecteur, ma main se posant de peur sur ma bouche pour étouffer mon angoisse. Rapidement soulagé cependant, puisque que Tahimo vint à son secours avec pondération. Relâchant alors la tension qui m'avait prise, je m'accordais encore quelques instants de contemplation avant de démarrer ma quête de trois gemmes.

Observant alors ma boussole, je me décidais à partir vers l'Ouest dans un premier temps, pour ne pas troubler le Gardien et ses protégés. Je m'éloignais alors de tout cela, silencieusement, m'engouffrant dans la végétation de l'Ouest. L'ampleur de ma tâche m’apparut soudainement. Trouver trois gemmes dont je ne connaissais ni la taille, ni la couleur, dans cet endroit immense. Cela demanderais des jours, voir des semaines. Non, je ne devais pas me laisser abattre, au contraire. M'étant engager sans réfléchir, je revenais au petit autel duquel je pensais être une sorte de point de départ. Laissant alors ma boussole m'indiquer l'Ouest, je me décidais à le suivre en ligne droite, cherchant sur mon passage, au sol, dans les buissons que je croiserais. Contournant les arbres sur mon passage tantôt par la gauche, puis par la droite, de manière successive pour ainsi m'assurer une direction la plus droite possible. Je cherchais partout où je le pouvais, au pied des arbres, dans les creux de ces derniers. Même en hauteur parfois, simplement du regard. Peut-être que la lumière du soleil traversant la cime des arbres ferait alors briller l'objet que je convoitais. Ou peut-être pas. Alors je cherchais, partout, tout le temps, sans savoir quand ni même si je ne trouverais.

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Dim 8 Déc 2019 - 17:06



Tahimo, Protecteur de la source de Pureté
Les humains sont des créatures incorrigibles. N'apprendront-ils donc jamais leurs leçons ? Il leur ai donné pour consigne de se défaire de toutes leurs inventions et d'évoluer les mains vides, ce après l'avertissement qu'ils ne sont pas les bienvenues mais non, presque tous choisissent de dissimuler un objet pour leur venir en aide, presque tous choisissent de tricher. C'est ce genre de comportement qui nous a fait perdre la source. Néanmoins il faut bien reconnaître que cette espèce est d'une inventivité extra-ordinaire : beaucoup de leurs outils ne sont pas destinés à abîmer la nature, les résidents de la source me l'ont prouvés. J'étais tout d'abord d'un grand scepticisme lorsqu'ils sont venus me parler de leur projet de moulin, de farine et de gâteaux. J'ai d'ailleurs promis de le raser s'il abîmait ma belle Source... Ce n'est pas ce qu'il se passa ! Cette formidable invention me donna l'occasion de goûter à la tarte aux pommes, une délice que seul l'humain sait préparer... grâce à ses inventions.

Je n'accordais pas une seule seconde d'attention à cette humaine lorsqu'elle franchit ma porte, pas plus lorsqu'elle fit le trajet jusqu'au souvenir de la Source. J'étais occupé à retrouver mes amis animaux, à faire une promenade délicieuse au sein de ma forêt. Bien que l'humain ne soit pas le bienvenue, j'étais toujours heureux d'avoir de la visite : je pouvais me revoir ma précieuse Source de Pureté, fréquenter de nouveau mes regrettés amis. Je me décidais à accorder de l'attention à l'humaine lorsqu'elle rejoignit le premier autel, celui représentant l'air. Il est le premier à être atteins et pourtant le plus difficile à activer. Bien que mes yeux physique ne soit pas dirigé vers elle, ma magie me permettait de l'observer. Je reconnu l'objet comme une boussole. Allais-je le tolérer ? Je choisi de prendre le temps de décider.

Sa réaction à la chute du renardeau me fit si bonne impression que je décidais d'accepter la présence de cette boussole : main sur la bouche pour contenir l'émotion, un pas en avant démontrant qu'elle se retenait à grand peine de venir au secours du renardeau. Je m'installai à nouveau tranquillement au bord de l'eau, observant avec un délice non dissimulé les petits jouer. Après quelques instants, l'humaine s'en alla. Quand elle revint quelques minutes plus tard, j'étais toujours là. Le museau légèrement relevé, je regardais un point au loin au sein de la source. Les petits s'étaient endormi, tout était d'une paix absolue.

Il faut marcher deux bons kilomètres avant de trouver le second autel. Il se trouve au centre d'un petit étang alimenté par une calme rivière. Quatre chevaux sauvages de trouvent là, occupés à brouter paisiblement. Ils sont immenses, le pelage noir luisant, irradiants de majesté et de beauté. Toute une famille de loutres s'amusent non loin de là, plus loin ce sont des castors occupés à la fabrication d'un barrage. Au centre de l'étang donc il y a une petite île accessible grâce à un pont naturel tout en légèreté. L'autel est d'une simplicité extra-ordinaire conçu entièrement en lapsis-lazuli. Il n'y a absolument rien dessus si ce n'est l'inscription suivante :

« Présentes toi et la gemme t’apparaîtras. Nourris là de honte et tu pourras l'emporter. »      

Prêt de cet autel se trouvait un cygne d'une grande beauté, le plumage aussi blanc que la neige. L'oiseau observera l'humaine comme s'il la jugeait. Pas une seule fois il ne tentera de l'agresser, pas une seule fois il ne la laissera le toucher. Lorsqu'elle se sera présentée, une magnifique gemme bleue de la taille d'une fleur de pissenlit fera son apparition au sein de l'autel mais elle ne pourra pas l'emporter, le cygne refusera et la pierre ne bougera pas tant qu'elle ne sera pas nourris de honte...

Consigne :
-Merci d'attendre ma prochaine réponse avant de t'engager sur le chemin du troisième autel.

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Dim 8 Déc 2019 - 17:50






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

J'avais, je ne saurais dis combien de temps ni sur quelle distance exactement. Le temps me paraissait hors de lui-même ici. Si j'étais habitué à voyager, sur de longues distances, ici, tout me semblait différent. L'immensité de la végétation appuyait sans conteste cette sensation, mais alors que je me questionnais sur la distance parcouru, qui ne m'avait cependant pas semblé si longue, malgré la difficulté à l'arpenter, ma destination semblait être trouvée.

Les grandes arbres me dévoilaient une petit étang, bien plus modeste que le lac du Nord. Au centre de celui-ci se trouvait un autel similaire à celui de tout à l'heure, d'une couleur bien plus marqué. Celle d'une pierre bleue pourtant très épurée. A nouveau, mon regard trahissait mon plaisir à contempler ces tableaux qui m'étaient dévoilé. Ici, une rivière sereine alimentait l'étang au creux duquel tout m'invitait à m'avancer. Il y avait des chevaux qui semblaient sauvages, d'un noir envoûtant. A la vision de ces animaux, ma stature s'affaissait instinctivement, pour me faire plus discrète. Je crois que je n'avais tout simplement jamais eu le plaisir d'observer des chevaux sauvages, il me semblait même que cela n'existait tout simplement pas sur l'île. Ils n'avaient absolument aucun passé magique connu et ne pouvaient donc aucunement séjourner en terre sauvage. Ils devaient pourtant bien venir de quelque part...

Mes iris se portaient ensuite vers de petits animaux inconnus, une nouvelle fois. Ils me semblaient pourtant apparenté à des Precius de la plage Lilyn. Un endroit vers lequel je faisais souvent halte, quand j'avais à voyager jusqu'à notre élevage en Plaine Brumeuse. Un fin sourire n'avait de cesse d'illuminer mon visage à chacun de mes contemplation. Pourtant, il me fallait avancer, même si j'avais pris le temps d’apprécier chaque vue jusqu'à présent. Sur un pas feutré, lent et le plus discret possible, je m'aventurais jusqu'à l'autel, le traversant par ce petit pont naturel. Mon attention était alors toute dirigé vers lui, jusqu'à ce qu'elle soit détournée vers un oiseau naviguant sur l'eau. Celui-ci ne s'apparentait à aucune faune que je connaissais, ainsi donc, ma tête se penchait légèrement sur le côté, intriguée. Me détournant pour faire face à l'autel, celui-ci présentait d'autre inscription. Mes yeux parcouraient chaque mot, mon index les soulignant respectueusement. Sans attendre davantage, je me présentais donc d'une voix douce.

« Mon nom est Brisielle d'Avesnes. »

Cependant, malgré ce qui était indiqué, la gemme n’apparut pas. Fronçant les sourcils d'une légère frustration. Cela ne suffisait peut-être pas. Prenant une mine de réflexion, je songeais à ce que je pourrais dire pour me présenter de manière plus complète.

« Je suis de naissance noble, de parents Marquis, mais je doute que cela soit intéressant. J'ai deux frères ainés, Rochem et Ardèn, ainsi qu'un frère cadet : Merrin. Ma famille et moi-même sommes très respectueux des Dieux et de leurs enfants, c'est pour cela que chacun de nos prénoms, à moi et mes frères, ont été donné en hommage à ces derniers. »

Jetant un œil à l'autel, toujours pas de gemme. Grimaçant sensiblement, d'un sourcil levé, les présentations demandées réclamaient peut-être autre chose. Après tout, je m'étais présenté comme je l'aurais fais face à n'importe quel congénères. Ici pourtant, je me présentais à un autel, au beau milieu d'une épreuve divine. Ma place au sein de la société n'avait sans doute aucune valeur ici, ce qui tombait finalement sous le sens. Me raclant alors la gorge, essayant de dissimuler ma gêne de n'avoir pas saisi d'emblée ce dont il était question, je continuais avec une hésitation bien plus palpable et entravante.

« Je suis quelqu'un qui... n'aime pas se dévoiler. Qui se cache derrière sa condition, qui ne s'aventure que rarement à être authentique avec les autres. Je m'adapte avec une certaine habilité à mon interlocuteur, tant qu'il est humain évidemment. C'est de cette manière que j'évite d'être moi-même, par... peur sans doute. Peut-être simplement parce que je n'ai pas envie ou que je ne pense pas que cela ai le moindre intérêt. Je reste discrète au plus possible, pourtant, j'aspire à gagner ce que j'estime mériter, malgré le fait que l'extérieur n'ai pas la moindre considération à cet égard. »

La gemme convoitée apparue enfin, aussi simplement qu'une fleur qui éclot, faisant naitre un sourire satisfait. Elle était assez petite, délicate, bleue et très jolie. Sa couleur m'attirait tout particulièrement, cela va sans dire. Pourtant, je ne devais pas me laisser aller à ce genre de pensée. Il me fallait la nourrir de honte, mais comment ? Instinctivement, mon regard se porta sur le volatile d'un blanc pur, naviguant non loin et qui n'avait de cesse de m'observer. A nouveau, intriguée, je cherchais en lui des réponses qu'il ne saurait me donner. Mes yeux se perdaient alors, emplis de réflexion avant que je ne me décide à m'adresser à nouveau à l'autel, ou plus précieusement à la gemme. La nourrir de honte. De la honte, un sentiment que je connaissais, que mon cœur avait déjà arpenté. Était-ce cela que l'on me demandait ? Dévoiler une honte ? Les traits de mon visage se tordaient alors, mes sourcils froncés d'une dicible contrariétés. Il n'était pas plaisant de ce remémorer celle-ci, pourtant, elle était la plus intense. Je fermais alors un instant mes paupières, crispées, inspirant profondément avant de soupirer de mes lèvres à ouverte d'un petit cercle. Les yeux toujours clos, je m'aventurais à conter ma toute première honte, celle d'où avait commencé.

« Il y a bien longtemps, alors que je n'étais qu'une enfant, un homme à volé ma... pureté. Je n'ai rien pu faire, à vrai dire, j'ai même l'impression de l'avoir laisser accomplir cet acte odieux, sans m'en défendre, d'aucune manière. Par la suite, malgré avoir essayé une première fois, j'ai abandonné très rapidement l'espoir de le punir, d'une quelconque manière. La vie à fait que je ne le côtoie plus et je l'en remercie, pourtant... c'est un sentiment de honte qui m'anime quand j'y songe, celui de n'avoir rien fait pour l'empêcher de me nuire, ou de nuire à d'autres... C'est d'autant plus inqualifiable qu'aujourd'hui, j'ai tout simplement fais le choix de continuer à fuir, lâchement, plutôt que de combattre. »

C'était vrai, si je me sentais honteuse de ne pas m'être défendu, mais d'autant plus de n'avoir jamais été en mesure de le punir et de l'empêcher, définitivement, de continuer sur cette voie. Je doutais sérieusement d'être la première et je craignais très sincèrement d'être la dernière. Rouvrant les yeux, je sentais mon visage encore plus crispé que tout à l'heure. J'avais choisis, d'une lâcheté déconcertante, de laisser cet épisode de ma vie dans le passé, plutôt que de chercher à le retrouver et à le confronter à ses péchés. Quel poids pourrais-je bien avoir, des années plus tard alors que même mon Père n'avait su me prêter aucun crédit à l'époque ? Une crispation, plus intense que les précédente, tiraillait alors mon visage. Je tentais alors de reprendre contenance, détournant mon regard de l'autel, cherchant même du réconfort auprès du blanc volatile. Ce n'est qu'ensuite que j'essayais de déloger la gemme, une fois que j'aurais retrouver un calme relatif.

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Dim 8 Déc 2019 - 19:34



Tahimo, protecteur de la source de pureté
Nom. Quelque chose de puissant qu'un nom mais très insuffisant pour présenter un individu. Tahimo, tel est mon nom mais cela ne dis absolument pas qui je suis, ce n'est pas une présentation suffisante face à quelqu'un avec qui elle souhaite se lier jusqu'à la fin de ses jours. Ainsi la pierre n'apparut pas. Alors elle parla de sa famille et de son respect pour les Dieux. Toujours insuffisant à mes yeux : elle ne me parle pas d'elle mais des autres... Ce n'est pas une présentation. Elle échouait et pourtant personne de se présenta pour la chasser, le cygne ne montra aucun signe d'irritation, l'ambiance restait d'un grand calme. Seule sa grimace face à son échec troubla le tableau. Enfin elle parla d'elle. Elle parla de sa timidité, aborda qu'elle avait peut être peur et savait obtenir ce qu'elle estime mériter. Elle aurait pu faire mieux naturellement mais il faut des années pour apprendre à connaître un individu déjà adulte.

Alors la gemme apparu. Mais ce n'était pas terminé, il manquait un ingrédient. Le cygne continuait de nager paisiblement autours de la petite île, comme s'il continuait de la juger. Finalement l'humaine se lança. Ces mots furent difficiles à entendre et touchèrent le protecteur que je suis. C'est une honte qu'elle ne méritait pas, une honte qui la hanterai jusqu'à la fin de ses jours. Elle portait en elle une grande douleurs. Qu'elle n'ait rien fait pour le poursuivre, le punir alors qu'elle en possède certainement les moyens est effectivement condamnable, critiquable. J'acceptais sa honte en offrande. Cela se manifesta par une légère illumination des veines minérale de l'autel et de la gemme qui semble soudain vivante, l'humaine pouvait s'en saisir. Le cygne continuera de nager comme si rien ne s'était passé jusqu'au moment ou elle se saisira de la gemme, alors il s'envolera, se laissera majestueusement planer au ras de l'eau avant de se poser de nouveau, nageant tranquillement. Je fis alors mon apparition, d'un pas lent, puissant et tranquille. L'étalon s'approchera de moi au galop. Baissant la tête, je posais mon front contre le sien dans un geste teinté d'un affectueux respect. Les loutres s'approchèrent joyeusement de moi, même les castors interrompirent leur travail pour venir me saluer.

Relevant la tête, mon regard croisera celui de l'humain, dirigeant l'attention de tous les animaux sur elle. Elle pourra y lire beaucoup de choses : mon grand âge, cette tristesse d'avoir perdu la source mêlée de rancune envers l'humanité. Elle n'était toujours pas la bienvenue. Mais elle pourra aussi y lire toute ma bonté, toute ma bienveillante, ma douceur. Le contact visuel durera deux interminables secondes puis je lui tournerai le dos et disparaîtrais dans la forêt suivis par les chevaux.

Il lui faudrait faire deux nouveaux kilomètres depuis l'autel d'Aer au bord de la source pour trouver le troisième autel, celui d'Ignis. Il se trouve au centre d'une vaste prairie. Pleine de fleurs, de buissons fruitiers, de lapin, d'insectes, c'est un endroit magnifique ou la vie prospère. L'autel est immanquable : taillé dans le rubis, il se trouve légèrement surélevée sur un rocher. Comme pour l'autel d'Aqua, il n'y a rien dessus en dehors de cette inscription :

« Offres quelque chose de précieux et la gemme t’apparaîtras. Nourris là de fierté et emportes là. »

Un renard se trouve là, assis au pied de l'autel. Il attend... Il acceptera toute forme de don, peu importe la manière dont elle le présentera. Lorsqu'elle aura apportée quelque chose de precieux, la gemme apparaîtras.

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Dim 8 Déc 2019 - 22:25






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Après cette lourde confession, des nervures illuminait soudainement l'autel, signe de quelque chose qui ne me faisait défaut qu'une seconde à peine. Prenant cette apparition comme une expression positive, ou tout du moins acceptable, je m'approchais un peu plus alors que de la vie semblait venir de la gemme. De mes doigts graciles, je finis par m'en saisir avec délicatesse, alors que l'envol du volatile me fit sursauter. Je l'observais alors, voler un peu plus loin, avant de retomber élégamment sur l'eau. A nouveau, un fin sourire vint trahir le plaisir que j'avais à contempler ce que cette épreuve offrait à mes yeux. Peut-être n'était-ce même qu'une vue de l'esprit, mais cela semblait si réel que j'en profitais allegrement. C'est pourtant une tout autre apparition qui attirait mon regard, faisant disparaître mon sourire pour une mine ébahie.

Il était là, Tahimo, sans pour autant que je sache d'où il venait. Si mon regard lui était complètement dédié, il accompagnait aussi tour à tour les animaux qui venaient à sa rencontre. Cette vision était merveilleuse, pourtant, je demeurais interdite. Il y avait la quelque chose de plus intense que ces courtes scènes de vie et cela me rendait complètement incertaine. D'autant plus quand ce grand dragon que l'on aurait pu croire fils de la Terre, m'observa. Je sentis alors un fin frisson parcourir mon dos et m'immobiliser complètement, qui pourtant me permis de plonger allegrement dans la profondeur de ses yeux. Il y avait là quelque chose d'infini, d'imperturbable et d'intouchable. Je me sentais petite et insignifiante face à lui. Je sentais alors les regards de tous se poser eux aussi sur moi, le temps que je le leur rende, le Dragon avait déjà rompu son observation avant de me tourner le dos pour s'engager dans la forêt.

Un instinct mal placé me fit faire un pas vers lui, étouffant l'appel que j'aurais voulu lui lancer, pour le retenir peut-être. Je n'avais pourtant pas le droit de m'adresser à lui et c'est bien là la force qui freina cet affront. L'environnement qui était subitement devenu chargé en intensité avait retrouvé de sa légèreté, ainsi, je pouvais me reconcentré sur ma tâche. J'observais alors la gemme bleue au creux de ma main que je décidais de conserver ainsi le temps de revenir au premier autel. Déjà un peu plus habitué à l'environnement, je me perdais un peu moins en contemplation et fournissais plus d'effort de concentration. La boussole m'indiquant l'Est, je suivais cette direction de la même manière que la précédente.

Les arbres laissèrent alors place à une vaste praire, qu'à nouveau je contemplais immobile, le temps de quelques instants. La vie y était tout aussi prégnante et pourtant si différente. L'autel en pierre rouge était visible de loin et ne faisait pas défaut à son cadre fleuri et prospère. Un fin sourire vint illuminer à nouveau mon visage enchanté et je m'avançais alors jusqu'à la stèle d'un pas leste. Au pied de celui-ci se trouvait le petit Calis roux sans aile, assis bien sagement. A ma venue, même si en le voyant je m'étais stoppé pour ne pas l'effrayer, il ne semblait pas prendre peur. Pourtant, je me courbais en avançant vers lui.

« Bonjour toi. »

Le saluais-je d'une voix douce. Il ne semblait pas plus réagir que cela, ce qui était un crève cœur, mais tant pis. Je m'avançais alors jusqu'à l'autel pour y lire à voix basse les nouvelles instructions. Offrir quelque chose de précieux. D'accord, mais pour qui ? Pour moi ? Ou quelque chose qui pourrait être précieux pour Tahimo ? Mes traits se tordirent de réflexion alors que la suite des instructions m'apparaissaient comme semblables aux précédentes. Il me faudrait sans doute conter l'une de mes fierté. Je grimaçais rapidement en n'ayant aucune idée me venant dans l'instant. Enfin, de toute manière, il fallait passer la première étape. En pleine réflexion, je ramenais ma main à ma bouche, sentant alors la température de la gemme bleue sur mes lèvres. L'écartant, je l'observais un instant, m'imaginant en faire don. C'était peut-être une bonne idée, elle était très précieuse ici puisqu'elle était une des clés pour me permettre de converser avec le Gardien de ces lieux. Pourtant, si j'en faisais don, je ne pourrais jamais avoir ce privilège.

Sur moi je n'avais rien, j'avais tous laissé et à vrai dire, je ne portais rien de réellement précieux à mon cœur. Je n'avais pas de cadeau offert par l'amour de mes parents, ni aucun objet lié à des souvenirs importants. Je me retournais alors lentement, le regard fixé sur le sol. Il le quittait, observant autour de moi, espérant y trouver des réponses. Mes yeux naviguaient un peu partout jusqu'à se poser sur une fleur parmi tant d'autre. Ce que nous offrait la nature était précieux, c'était peut-être là un début de réponse attendu. Je m'avançais alors vers elle avant de m'accroupir pour la contempler un instant. Je doutais alors que l'arracher à sa terre serait bien perçu ici, après tout, elle n'était ni fanée ni abîmée.

Grimaçant sensiblement, je me redressais pour trouver une autre idée, alors que mes pas me menaient vers un buisson fruitier. Oui, un fruit, par essence ils étaient voués à se décrocher. Prise d'une nouvelle énergie, je me mettais alors à chercher le fruit le plus mur possible. Une fois trouver, je le décrochais sa effort de ma main libre avant de le rapporter. Cependant, je ne savais où le placer et le petit Calis roux était encore là. Je le regardais alors d'un air interrogatif avant de m'accroupir devant lui pour lui tendre le fruit.

« Tiens, je ne sais pas si c'est à toi qui faut que je le donne, mais voilà un cadeau précieux fait par la nature. »

Le petit Calis roux attrapa alors ma modeste offrande, modeste parce que je n'étais qu'un intermédiaire, avec ses crocs. Je lui adressais alors un fin sourire avant de me redresser pour voir apparaître la deuxième gemme de la même couleur que son autel. Rouge. Il me fallait alors conter une fierté, si j'avais bien compris ce que l'on attendait de moi. Je croisais alors mes bras, conservant la gemme bleue au creux de ma main. Mes yeux se perdirent alors dans la contemplation de celle à la couleur rouge, allant jusqu'à perdre se point d'accroche. Il me fallut alors un temps un certain temps de réflexion avant de me décider. Retrouvant l'ancrage visuel de la gemme rouge à laquelle je m'adressais, j'en venais au fait.

« Mon petit frère, Merrin. Il n'est pas beaucoup plus jeune que moi, pourtant dès que je m'en suis senti capable, j'ai tout fais pour le prendre sous mon aile et l'y garder. Durant notre enfance, j'ai été finalement une seconde mère pour lui, quand la nôtre n'était que rarement là ou ne faisait que s'occuper de notre frère aîné et héritier de la famille. Pourtant, avec Merrin, j'avais l'impression d'avoir le pouvoir de faire quelque chose. Je lui ai partagée ma vision du monde, une qu'en mon absence il n'aurait certainement pas eu. Je me plais à penser que c'est un peu grâce à moi si il n'est pas un homme misogyne et imbu de lui-même, comme nombre de ceux que je peux rencontrer. Oui, je pense que je suis fière d'avoir contribué à faire de Merrin l'homme bon et respectueux qu'il est aujourd'hui. »

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Lun 9 Déc 2019 - 11:20



Tahimo, protecteur de la source de pureté

Précieux. Qu'est-ce qui est précieux ? Tout dépend du point de vu de chaque individu répondaient mes amis humains de l'ancien temps. Cette réponse ne m'a jamais offert de satisfaction. Elle signifiait qu'il fallait réviser la réponse à chaque fois qu'elle était posée. Que la quête devait s'ouvrir à nouveau pour chacun. Comment offrir quelque chose de précieux à quelqu'un à coup sur ? En lui accordant du temps, tout simplement. Il n'y a rien de plus précieux que le temps, rien. Le temps... Le passé est souvenir seulement accessible par celui qui le possède. Le futur n'existe pas encore. Quant au présent, il meurt, devenant passé, à l'instant précis de sa naissance. Aujourd'hui est un cadeau, voilà pourquoi les anciens l'ont appelés le présent. Les humains ont oubliés cette simplicité : inutile de se battre pour acquérir ou fabriquer un objet que l'on estime précieux afin de l'offrir en cadeau, il suffit simplement d'offrir de son temps...

Brisielle salua le renard d'une voix douce, une voix agréable qui avait toute sa place au sein de ma cellule. S’intéressant à l'autel, elle réfléchit quelques instants. Sa réflexion ne fut troublée en rien. Elle s'accroupit finalement devant une fleur mais choisi finalement de ne pas la cueillir tournant son choix sur une baie d'un buisson se trouvant là. Elle choisi le fruit avec soin et l'apporta au renard qui agita la queue en prenant le cadeau. Une gemme aussi rouge que le sang était apparue mais elle semblait pour le moment sans vie.

Le renard sembla l'écouter avec beaucoup de patience. Elle parla de son petit frère, qu'elle s'était occupée elle même de son éducation, qu'elle était fière de l'homme qu'il était devenue. Cette jeune femme commençais à m'intriguer... L'offrande fut accepté. Comme pour l'autel d'Aqua, celui d'Ignis sembla prendre vie : des veines de la couleurs de la lave apparurent à la surface de la gemme qu'elle pouvait désormais prendre. Le renard s'élança dans les hautes herbes et une légère rafale de vent caressa la candidate. Je me trouvais non loin. J'étais recouvert de papillon et de nombreux oiseaux chantaient posés sur mes cornes me donnant une nouvelle fois une allure féerique. J'avançais tranquillement, traversant paisiblement la prairie. Une nouvelle fois le vent caressa l'humaine et ma voix s'invita dans sa tête. Une voix infiniment douce, aussi profonde qu'une forêt primaire, aussi bienveillante qu'un père :

« Il n'y a pas de plus beau présent que d'offrir de son temps. »

Soudain tous les papillon s'envolèrent en même temps donnant l'illusion d'un nuage autours de moi puis je m'enfonçais dans la forêt, disparaissant à nouveau.

Pour trouver l'autel suivant, il lui faudrait faire à nouveau deux bons kilomètres et peut être chercher un peu. Il se trouvait dans le creux d'un arbre gigantesque dont le tronc forme une sorte de cavité l'abritant. Il est en granit et semble d'une extrême dureté. Une louve, aussi bianc que la neige, se trouve ici, assis au pied de l'autel. Non loin, toute une portée de louveteaux s'amusent bruyamment respirant la joie de vivre avec des corbeaux. Comme pour les autels précédents, l'humaine ne pourra pas toucher la louve. Sur l'autel sont inscrits les mots suivants :

« Justifies ta présence en ce temple en espérant assister à la naissance de la gemme. Nourris là de ce qu'il y a de plus important à tes yeux et emportes là. »

Comme pour les autres, la louve semble juger l'humaine...

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Jeu 26 Déc 2019 - 16:02






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Comme pour l'autel de tout à l'heure, je pu observer celui-ci s'impregner d'une énerger nouvelle, semblant faire vibrer la moindre de ses parcelles, tout comme la gemme qu'il gardait. Ayant déjà été face à cela, je me permis de la déloger de son creux pour la saisir entre mes doigts et l'observer quelques instants. C'est à ce moment que mon petit compagnon à poils roux se décida à ma quitter, alors d'une faible surprise, il attira mon attention tandis qu'un vent vint caresser ma peau et soulever mes cheveux. Mes paupières se plissèrent alors, alors que mon regard trouvait l'origine de cette brise, un fin frisson parcourant ainsi ma peau. Il était là, Il était apparu et à nouveau, j'étais immobilisée par sa présence. L'envie de lui adresser la parole m'avait quitté, ayant tout à fait conscience que je n'en avais pas encore le droit, pourtant, le plaisir de l'observer était toujours bien présent. La simple humaine que j'étais se montrait bien admirative face à cette nouvelle scène dont il était le personnage principal.

C'est alors que le vent me caressa de nouveau, tandis qu'une voix que je me doutais être la sienne, s'invita dans ma tête. Il m'annonçait ainsi la réponse qu'il attendait à l'épreuve que je venais de passer. D'abord troublée, je n'eus le loisir d'avoir d'autre explication qu'il quittait déjà ma vue, sa sortie décoré d'une nuée de ces petits insectes qui le suivaient. Je sentais mon visage tiraillé à présent et mon regard trouvais le sol amèrement. Si il avait consentis à me laisser me saisir de la pierre, j'avais toutefois l'impression d'avoir échoué. Il avait tout à fait raison, le temps était la plus belle chose que l'on pouvait offrir et moi, en bonne humaine irréfléchie, j'avais évidemment opté pour une réponse matérielle. Il m'aurait fallut ainsi, simplement, passer du temps avec ce petit animal, le caresser, jouer avec lui, plutôt que de perdre du temps à lui trouver un cadeau qui n'avait pas plus de valeur. Je me sentais sotte, idiote de n'avoir su réussir cette épreuve à la hauteur de ses espérance. C'est donc le cœur alourdis que je m'éloignais de l'autel, rangeait la pierre avec la première et me lançais en quête du quatrième autel.

Celui-ci se trouvait au Nord,  alors m'aidant de ma boussole, je m'y dirigeais. Essayant de mettre de côté la récente déception, je m'attelais à le chercher. Après une marche semblablement longue au précédent, rien ne m'apparaissait. Pas de lac, pas de clairière, rien. J'avançais alors encore un peu, mais toujours rien. C'est alors que je me décidais à le chercher d'une manière différente, mon regard se portait alors sur les arbres duquel je faisais le tour, des buissons dans lesquels je fouillais. Jusqu'à ce qu'au creux d'un imposant tronc, je trouve enfin l'objet de mes recherches. Je pouvais m'y avancer, comme une petite caverne creusée non pas dans la roche, mais dans le bois. L'autel était bien là et son gardien était un nouvel animal, similaire au Calis lui aussi. Très semblable à mon Aeris à dire vrai, ainsi donc, je ne pu que sourire sincèrement et largement à sa vue. M'inclinant respectueusement, je m'avançais jusqu'à l'autel pour y lire les nouvelles indications.

Justifier ma présence dans ce temple ? Une demande assez délicate finalement, car à l'instant, elle m'apparaissait comme ce qu'elle semblerait être à tout le monde : un caprice. Mais je savais bien qu'il était question de bien davantage. Avec la courte expérience que j'avais de cette épreuve, je savais qu'Il ne se contenterait pas d'une réponse évasive. Je me mis alors à réfléchir en croisant mes bras sur mon ventre.

« Les raisons qui m'ont poussées à venir ici sont assez nombreuses finalement. La plus simple serait l'envie, personnelle et sincère. Mais cette envie cache elle aussi, beaucoup de choses. Comme je l'ai indiqué tout à l'heure, ma famille et moi-même sommes très respectueux des Dieux et de leur engeance. Par ma naissance et par mon prénom, je me sens lié à Aer, à ma mesure évidemment. C'est pourquoi j'ai choisis son temple, malgré les difficultés à l'atteindre. J'éprouve également l'envie, le besoin de me prouver à moi même que je suis capable d'une telle chose. Capable de me rendre dans un temple et de risquer ma vie pour offrir un bout de liberté à l'un de ses prisonniers. J'ai conscience que ce n'est pas grand chose, par rapport à tout ce que nos ancêtres vous ont pris, mais c'est malheureusement la seule chose dont je suis capable et j'y tiens, pour donner un sens à mon existence. » J'inspirais longuement, profondément, avant de reprendre. « Dans mes motivations, il y a également un peu de fierté. Je suis une femme de naissance noble et je sais bien que ce que je fais ici sera assez mal vu par mon entourage, mais je m'en moque. Pire que cela, c'est une des raisons qui m'a poussé ici. Je ne tiens pas à laisser qui que ce soit guider ma vie, ni m'interdire d'accomplir mes envies, d'autant plus lorsqu'elles sont aussi intenses. C'est aussi une manière de me sentir importante, à la manière qui m'est chère. Non pas aux yeux des autres, ni par rapport à mon rangs ou à mes possessions, mais bien par conviction personnelle. »

Mes yeux, qui s'étaient à demi-clos, s'ouvrirent un peu plus en notant l'apparition de la gemme blanche. Une profonde inspiration couplée d'un fin sourire vint alors l’accueillir, m'atterdant alors sur la suite des indications. La chose la plus importante à mes yeux ? Une seconde de tiraillement, pour ensuite y réfléchir et apporter ma réponse.

« Ma famille, évidemment. Ce sont les seuls qui comptent vraiment pour moi mais, ce n'est pas vraiment tout. Évidemment, leur vie et leur bien-être est la chose la plus importante à mes yeux, mais il n'y a pas que ça. En réalité, ce qui emplis mon cœur depuis des années, c'est le besoin de changement. Ce qui, aujourd'hui, est vraiment important à mes yeux, c'est de me battre pour changer les choses. Notre monde actuel est en déséquilibre, je veux rendre juste ce qui est injuste. La manière dont l'humain vous traite est injuste. Divins, relégués au statut d'esclave, alors qu'on vous doit tout. La manière dont on me traite est injuste. Je vis dans une société dans laquelle le sang et le genre est plus important que le mérite et cela, je veux œuvrer pour le changer. J'y vouerais ma vie entière. »

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Ven 27 Déc 2019 - 12:01



Tahimo, protecteur de la Source de pureté

Le jeu. Essentiel à l'apprentissage mais surtout pour renforcer les liens sociaux d'une communauté. Est-ce pour cela que loups et humains sont aussi joueurs? Le jeu permet de s’entraîner à la chasse, au combat, à la séduction, à la stratégie tout en riant, souvent aux éclats. Quelle formidable phénomène que le rire, contagieux même pour les espèces différentes. L'humain se croit souvent seul capable de rire parce qu'il ne comprend pas les autres animaux. Le loup sait rire, le corbeau sait rire, la souris sait rire. Existe t-il quelque chose de plus beau au monde que des enfants riants ? Il est la manifestation de la joie, du bonheur, il distribue le plaisir autours de lui, il est contagieux. Il y a tellement de façons de rire, êtes vous capable de toutes les comprendre ?

La réponse qui me fut offerte fut longue et sincère. Brisielle m'expliqua qu'elle se sentait liée à Aer et qu'elle manifestait l'envie d'officialiser ce lien. Elle souhaitait prouver qu'elle était capable de risquer sa vie pour offrir de la liberté à quelqu'un. Elle le faisait par fierté, l'avouant elle même, elle voulait se sentir importante. Elle refusait d'ailleurs de laisser quelqu'un guider sa vie et de l'empêcher de vivre ses envies comme elle le souhaitait. Quel insupportable caprice. Elle se comportait précisément comme ce qu'elle était : un humain de noble naissance. Désireux de posséder, désireux de reconnaissance, désireux d'obtenir satisfaction de ses caprices. Comment espérait-elle offrir la liberté à quelqu'un, respecter une divinité en ce comportant de la sorte ? C'est le comportement d'un individu jeune avouant presque son insolence. Sa réponse ne me plaisais pas. Elle ne m'apportait pas la réponse à la question caché : que comptait-elle faire de moi si j'acceptais de la suivre ? Néanmoins elle était sincère et m'accordait le respect. Je lui offris la gemme malgré tout parce qu'une note négative ne suffit pas à gâcher une vie.

Elle répondit à la deuxième question sans hésiter, affirmant que sa famille est ce qu'il y a de plus important à ces yeux. Puis elle continua en m'expliquant son besoin de changement et de laver les injustices. Elle considérait que la manière dont on la traitait était injuste. Encore un besoin de reconnaissance ? Cela ne me plaisait pas. Elle considérait que la manière dont les humains nous traitaient était injuste et elle avait raison : devenir esclave des véritables fautifs de la destruction de l'ancien monde est une insulte, surtout envers ceux qui se sont battus jusqu'au bout pour protéger l'oeuvre des Quatre.

Un calme absolu accueillera la fin de ses paroles, durant quinze longues secondes il n'y eut aucun changement, comme si la gemme se refusait à elle. En réalité je réfléchissais... Puis décidais de la lui donner. Comme les autres, elle sembla devenir soudain vivante. Lorsqu'elle se retournera, elle sursautera peut être car je me trouvais là, juste là à moins de dix mètres d'elle. Installé en sphinx, tranquillement, je ne cherchais pas à cacher que je l'avais écouté. Mon regard se planta dans le sien. Sévérité, fermeté contrastant avec ma profonde bienveillance et douceur. Je la jugeais, je cherchais à la comprendre, je l'analysais. Soudain un nuage de corbeaux bruyant s'envola pour se poser sur ma tête puis une vague de louveteaux turbulents surgit d'un buisson et commença à chahuter autours de moi. L'un d'eux tira un peu trop fort sur l'oreille de sa sœur, j'attrapais ce petit chenapan avec douceur, le retournais sur le dos et commençais à lui chatouiller le ventre. Sa respiration s’accéléra aussitôt, l'une de ses pattes pédalait dans le vide et il se débattit avec énergie. Je souriais. A ma façon certes mais je souriais. Toute la portée se jeta sur la petite brute, je baissais la tête dans la mêlée et soufflais. Plusieurs louveteaux roulèrent, d'autres s’aplatirent sur le sol puis la joie explosa : ils tournèrent sur eux même, se jetèrent sur moi en agitant la queue avec énergie en me léchant le museau... et je riais doucement.

« Ne cherche pas la reconnaissance. Sans rien attendre, distribue de la joie, elle se présentera à toi. »

Soudain je fis un petit bond en arrière, effrayant deux louveteaux qui firent demi tour queue entre les pattes, et couchais mes pattes avant en gardant l'arrière train levé avant de partir au trot poursuivi par toute la portée, qui avait comprit que le mouvement brusque n'était qu'une blague, indubitablement folle de joie malgré qu'aucun n'arrivait à suivre mon rythme, laissant l'humaine seule.

Lorsqu'elle déposera les gemmes sur le premier autel, la vie semblera recommencer à couler paisiblement en lui. La phrase changera :

« Longe la Source et rejoins le Gardien prêt du miroir »

Durant son trajet, elle assistera à de nombreuses scènes de vies, toutes plus paisibles les unes que les autres, toutes belles. Mais aucune n'égale en beauté, en pureté la Source comptant parmi les plus beaux endroits de l'ancien monde aujourd'hui oublié, une magie perdue. Elle m’apercevra de loin. Installé tranquillement sur la berge, j'observais la Source avec une paisible gravité, perdu dans mes pensées. Non loin de moi se trouve un nouvel autel et sur celui ci une vasque. Un objet d'une infinie délicatesse pourtant en pierre. Un objet qui n'a pas été fabriqué par l'humain. Le miroir est rempli d'eau à ras bord, à la limite de déborder pourtant pas une seule goutte ne s'échappe. L'eau est aussi immobile que si le temps s'était arrêté. Lorsqu'elle en sera à ses dernières mètres, je prononcerai :

« Voulez vous regarder dans le miroir ? »

Ce n'était pas véritablement une question, en aucun cas un ordre ou une obligation, elle avait le choix de sa décision. Néanmoins c'était ce que je souhaitais. J'attendis dans une paisible gravité...

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Dim 29 Déc 2019 - 14:55






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Mes réponses terriblement sincères, bien plus que je ne l'aurais d'ailleurs prédis, furent accueillis par un silence, long. La pierre ne prenait pas vie, le Calis sans aile à mes côtés ne cillait pas ce qui, me concernant au contraire, tiraillait mon visage. Avais-je échoué ? Je sentais mon cœur se pétrir d'une sensation désagréable durant ces interminables secondes qui finalement, m'offraient l'objet de ma convoitise. Un soupire de soulagement arrondie alors mes lèvres et me fit fermer les paupières l'espace d'un instant, avant que je ne prenne entre mes doigts cette nouvelle gemme que, comme ses consoeur, j'observa quelques secondes avant de m'en retourner à la suite. Cependant et contre toute attente, le Gardien était là et un sursaut me prit, doublé d'un frisson et d'un cœur battant la surprise. Immobile, je ne savais quoi faire, ni quoi dire. Avait-il été là tout du long ? Je ne doutais pas qu'il avait entendu ou écouté mes réponses si elle faisait parti de l'épreuve, mais je dois bien avouer que sa présence ici et maintenant ne me détendait pas vraiment, sans savoir exactement ce que cela me provoquait pourtant.

Ainsi donc, je laissais la scène face à moi se dérouler, lui faisant un peu plus face à mesure qu'elle se jouait. Des volatiles sombres, de jeunes canidés, tous emplis d'une joie visible et appréciable. Un fin sourire étirait inévitablement mes lèvres, lentement, alors que mes joues se réchauffaient. Pourtant, bien que l'image était plaisante, je m'en sentais inévitablement exclue. Le fait que je n'y soit pas invité n'avait rien à voir avec cela, j'avais simplement peur de la troubler. Alors sans un mot pour le Gardien, sans un geste je demeurais à ma place en bonne spectatrice. Sa voix s'invita à nouveau dans ma tête, avec une légère appréhension je dois bien l'avouer, la dernière fois n'avait pas été à mon sens des plus positives et celle-ci, finalement, pas vraiment davantage. Ne pas chercher la reconnaissance ? Distribuer la joie sans rien attendre ? Mais à qui ? Même à ceux qui ne la méritent pas ? Cette remise en question ne me portait pas vers de plaisants horizons. Je n'aurais pas besoin de reconnaissance si on ne me l'arrachais pas en tout temps. Je pourrais distribuer la joie à tout va si ce monde me l'offrait plus souvent. Je serrais les mâchoires, il y avait là des paroles qui me semblaient inaccessible dans l'instant, même si j'en comprenais les intentions. Bien sur, la vie serait plus légère ainsi présenté, mais je n'étais pas sûr d'en être capable.

Je baissais le regard de dépit, un instant alors qu'ensuite, il s'éloigna d'un bon sans se retourner. A son éloignement, je sentais mon cœur s'alourdir d'une sensation que je ne savais décrire, laissant quelques instants de silence et de solitude avant de reprendre la route vers le premier autel. Ses mots résonnaient dans ma tête, répétés inlassablement, comme une mélodie qui ne voulait pas en sortir. Que pouvais-je en faire ? Je n'étais pas venu jusqu'ici pour qu'on change mes motivations ou qu'on me conseille de renoncer à mes projets, à mes envies. Le coup était difficile à encaisser et je ne me sentais tout à coup plus certaine de rien. Et après tout, ne pouvais-je pas le prendre comme cela était ? Un être divin m'avait fait l'honneur de m'offrir son jugement, son opinion quant à ma bien simple vie d'humaine. Devrais-je, devant cet état de fait, y réfléchir davantage ? Je le pensais sincèrement, quant à pas capacité à répondre à ces attentes, de cela, j'était tout à fait incertaine.

Une fois devant le premier autel, je déposais les trois gemmes dans leur ordre d'acquisition, la pierre trouvant à son tour un éclat de vie similaire aux autres. La phrase présente au début changea alors pour m'indiquer de rejoindre le Gardien vers qui mes yeux se dirigeaient. Je me rapprochais de lui, plutôt incertaine finalement, en tout cas bien moins déterminée qu'à mon entrée dans cette épreuve. Autour de moi, des scènes plaisantes et pleines de vie se dessinaient, m'accordant à de nombreuses reprises la chaleur d'un doux sourire. Presque arrivé jusqu'à lui, sa voix s'éleva à nouveau. Mes yeux trouvèrent alors la vasque qu'il m'indiquait avant de revenir à lui, tandis qu'il semblait attendre. J'inclinais ma tête respectueusement en guise de réponse, sans un mot, avant de me diriger vers la vasque et de me pencher au dessus d'elle.

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Dim 29 Déc 2019 - 17:52



Tahimo, protecteur de la Source de pureté

Seule le reflet de Brisielle ne fut visible tout d'abord à la surface de l'eau. Le fond était lisse, le liquide était si pur qu'il aurait été insultant de le toucher. Durant plusieurs secondes il ne se passa strictement rien, l'eau ne renvoya que son reflet. Les oiseaux chantaient, j'étais installé non loin observant la Source, tout était très calme. Comment une simple vasque pleine d'eau pouvait-elle transmettre autre chose que le reflet de Brisielle ? Était-ce qu'il fallait voir, le reflet de son propre visage, des feuilles des arbres au dessus d'elle, les nuages en fond avec de temps en temps un oiseau passant dans le ciel ?

Soudain, Brisielle eut l'impression de basculer en avant. Ce fut une impression seulement car elle ne bougea pas. Une vague circulaire apparu partant du centre de la vasque et une image, une scène apparu. Tout était si réel que Brisielle aura l'impression de s'y trouver, elle ne pourra pas échapper aux images qu'elle verra. Elle entendra et ressentira tout. Tout d'abord elle me verra moi, entouré de trois autres demi-dieux au bord de la Source. Nous la regardons avec fierté, nous la regardons avec amour, nous la regardons avec protection.

Nouvelle vague. J’apparais dans les airs, survolant la Source de Pureté dévoilant la forêt l'entourant, sa frontière terrestre pratiquement infranchissable. Brisielle ressentira ma joie, mon bonheur, mon amour pour la Source. Nouvelle vague. Je me dirige vers un village humain au bord d'une rivière trouvant naissance de la source. J'y apporte un fruit pour chaque habitant, je les aide à déplacer un tronc qui est tombé, à installer une charpente.  Nouvelle vague. Je me trouve à l'une des entrées de la Source face à une armée humaine. Ils semblent me demander quelque chose. Je refuse et m'attaquent, tout n'est que sang et chagrin. Brisielle ressentira mon choc, ma confusion d'avoir été obligé de me défendre avec une telle violence. Nouvelle vague. Un petit temple humain a été construit au bord de la Source. Je suis là, couché comme Brisielle a désormais l'habitude de me voir. Je discute et regarde un petit groupe d'humains travailler. Elle pourra ressentir mon affection pour eux, ils sont mes protégés.

Nouvelle vague. En volant, je m'approche du village humain proche des frontières de la Source devenue ville, j'ai avec moi des présents. Soudain un choc violent aussitôt suivi d'une terrifiante douleurs frappera la poitrine de Brisielle. En baissant le regard elle verra l'arme humain puis réalisera le pieu gigantesque planté dans sa poitrine verte. Elle ressentira ma surprise colossale : jamais je n'avais ressenti pareille blessure, jamais je n'aurai imaginé pareille trahison. Elle ressentira ma douleurs, assistera à mon crash, me verra enlever le pieu puis ressentira toute ma détresse. Nouvelle vague. Je suis au bord de la Source, je souffre terriblement. Ma douleurs est physique, mon choc est terrible, mon incompréhension et ma confusion immenses. En lieu et place de mon cœur se trouve une horrible plaie dégoulinante de sang. Une foule est présente autours de moi comme si toute la population de la Source était là, à mon chevet. Même les humains que nous avons recueillis sont là. Nouvelle vague. Elle assistera à la destruction de la ville par les Gardiens de la Source. Elle nous verra distribuer mort et destruction. Puis elle me verra pleurer au sein des ruines de la ville. Pleurer à chaudes larmes un tel gâchis, toutes ces vies perdues. En lieu et place de mon cœur une plaie à peine refermée. Elle me verra découvrir une peluche d'un enfant humain, la regarder et m'effondrer en sanglots en la serrant contre moi.

Nouvelle vague. Elle verra des flots de réfugiés demi-dieux, animaux et humains se présenter à la Source. Brisielle nous verra organiser nos défenses, elle assistera à une terrible bataille, elle nous verra être massacré par les affreuses machines humaines. Nouvelle vague. La Source n'est plus. Son eau pure n'est plus bleue mais noire, sale. Ma rage montera, grandira jusqu'à atteindre la démesure divine. Nouvelle vague. Je suis seul. Je suis enragé et j'attaque les humains. Je pleure, je rugis, j'ai mal physiquement et mentalement. Elle verra toutes mes blessures, les ressentira. Elle verra les humains me capturer avec plusieurs gigantesques filets. Ce sera horrible.

Nouvelle vague. Séance de dressage... Un licol est installé sur ma tête, comme si j'étais un cheval  ainsi qu'une longue chaîne. Je fronce les babines et je subi un terrible choc électrique. Je tente de mordre et je subis un terrible choc électrique. Je refuse d'avancer et je subis un terrible choc électrique. Nouvelle vague. Je suis en plein centre ville enfermé dans une cage minuscule. Je touche un barreau et subis un nouveau choc électrique d'une intensité qui tuerais plusieurs humains sur le coup et me laisse agonisant au fond de la cage. Nouvelle vague. Je suis dans cette cage, allongé. Un enfant humain s'approche de moi. Il me parle et dépose sa peluche entre les barreaux de ma cage. Un geste qui me touchera, m'apaisera. Je la prend. Les jours passe, je cache cette peluche, la sert contre moi. Nouvelle vague. Je suis toujours dans cette cage, recroquevillé, la gueule fermé par une muselière. Je suis infiniment malheureux. Je suis dressé. Je suis une attraction pour les humains. Nouvelle vague. Elle me verra de nouveau au début des temps, observant la Source aujourd'hui perdue. Paisible, heureux, joyeux comme les louveteaux rencontrés plus tôt. Et elle réalisera le changement entre les deux. Elle réalisera l'ampleur des dégâts, ce que les humains ont fait de moi.

Soudain le miroir libérera Brisielle. Je serais debout, face à elle toujours au bord de la Source. Je la regarderai, en silence le temps qu'elle se remette puis je lui poserai la question suivante :

« Sais-tu pourquoi je fais traîner mon épreuve en longueur ? Parce que chaque visiteur me permet de revoir la Source. Chaque humain tentant de me libérer me permet de me promener de nouveau dans sa forêt, de goûter à nouveau son eau. Alors je donne toujours les deux premières pierres, toujours. Pour profiter d'elle, savourant chaque minute. L'épreuve est mon seul moyen de la revoir. »

Je n'avais aucune agressivité envers elle. Je la traitais avec respect et bienveillance, c'est tout. Je voulais que mes mots imprègnent son esprit.

« Pourquoi accepterai-je de quitter ma cellule et d'offrir ma vie à un individu de ton espèce ? »

L'instant était grave et décisif. Elle n'avait pas le droit à l'erreur, n'avait pas le droit de me mentir. Mais même en restant sincère et honnête, il se pouvait qu'elle ne me donne pas de raison suffisante pour que j'accepte d'effectuer ce que je considérais comme un immense sacrifice, comme un risque. Je ne l'agressais pas, j'avais simplement demandé cela comme ça, comme on demande à quelqu'un la permission de passer devant chez lui. Pourquoi accepterais-je de me lier à elle après tout ce que l'humain m'a fait subir?

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Brisielle d'Avesnes
Brisielle d'Avesnes
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Blue Rose
Date d'inscription : 22/10/2019
Messages : 21
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Dim 5 Jan 2020 - 18:04






Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

J'étais d'abord très intriguée et plutôt incertaine. Au départ de la contemplation de cette eau pure et immobile, il n'y avait pour seul reflet que mon visage. Qu'étais-je sensé alors comprendre ? Y avait-il un message dissimulé derrière cette simple image de moi-même. C'était ce que je m'apprêtais à croire, si la suite ne s'était pas manifestée. Comme sujette à une peur du vertige, je me sentais tomber au fond de cette vasque, comme appelé à elle sans que je n'ai le moindre moyen d'en réchapper. Il y eu alors une succession de scène, toutes plus différentes les unes que les autres. Toutes impregnées de sentiments distincts et tellement puissant. Je ne savais même plus qui j'étais, où j'étais ni pourquoi. Je prenais simplement place, dans chacune de ces scènes, comme une actrice à part entière tout en n'y étant pas réellement. Mais ça, je n'en avais pas conscience. Tout ce dont j'étais certaine, c'était des émotions que chacune me procuraient.

Une profonde fierté d'abord. De la joie ensuite, un grand bonheur comme jamais je n'en avais ressentis. Le plaisir d'une découverte, rapidement évincée par une confusion ainsi qu'un choc important, vif et brutal. Pas le temps de prendre le temps de détailler chacune d'entre elle cependant, j'étais prise dans un tourbillon d'émotions qui ne semblait pas en finir. Avais-je seulement la force de toutes les ressentir. Pourtant, une lueur après ce choc survient, une douce affection à l'égard de ces humains. Mais ce n'est que de coutre durée, l'instant d'après, une violente douleurs envahis ma poitrine et me fait me contorsionner, serrer mon cœur entre mes doigts. Un pieu gigantesque venait de s'y enfoncer et me fit gémir de douleur. La destruction répond à ce sentiment d'injustice et d'incompréhension, mais ce n'était pas ce que je voulais, la tristesse m'envahis alors et de rondes larmes chaudent fuient mes yeux et roulent sur mes joues. Pas le temps pour se morfondre cependant, il faut défendre ceux qui sont venu chercher refuge. Alors dans un élan de rage, la réponse tombe comme un couperet brutal, tranchant, violent et douloureux. Et puis de nouvelles souffrances physiques, d'autres mentales pour finir par sombrer dans un profond désespoir.

Et puis tout s'arrache à moi, ou plutôt je m'arrache à cet ouragan d'émotions. La vasque me libère et dans sa force, je m'extirpe d'un élan violent en arrière, me faisant tomber à la renverse, parvenant à peine à me rattraper sur mes mains. Mon corps tremble, mes mains sur l'herbe aussi. Je me sens vidées, ne regardant nul part alors que mes yeux sont écarquillés à en être douloureux. Des larmes ne cessent de brûler mes joues alors que ma respiration est des plus difficiles. J'étais dans un état d'angoisse, forcée et horrible, pétrifiée par tout ce que j'avais vu et ressentis. Incapable de sortir de cette douloureuse transe avant plusieurs minutes. Je finis alors par reprendre lentement conscience de l'endroit où je me trouve, cherchant du regard un point d'ancrage sur lequel m'accrocher. C'est alors le grand dragon qui me fait fasse que j'arrive à peine à regarder, en me relevant à peine, préférant trouver une position à genou plutôt qu'essayer de me relever après tout ça. Je m'en sentais de toute manière complètement incapable.

Il m'était tout autant impossible de trouver le regard du Gardien, comme si je me sentais à présent indigne de lui faire face. Je savais la fin de vie des Enfants Divins difficile, mais seulement en théorie. Aujourd'hui, je l'avais ressentis, je l'avais vécu et je craignais d'être tout simplement trop faible pour vivre sereinement avec ce poids plus lourd qu'aucun autre. Sa voix se fit alors entendre, appelant mon attention à lui sans pour autant que mes yeux noisettes ne le rejoigne. Incertaine alors,  profondément troublée et essuyant mes larmes d'un revers de main, je hochais la tête pour lui intimer que je comprenais ce qu'il me disait. Avoir perdu quelque chose d'aussi cher. Je comprenais évidemment qu'il veuille la revoir le plus possible. Mais alors, souhaitais-je vraiment lui retirer cette possibilité ? Car c'est évidemment ce qui se passerait, si je parvenais à le faire accepter de sortir avec moi. Le temps de notre éventuel pacte, il ne pourrait pas retrouver sa source tant aimée. A cette vérité criante, je m'arrêtais de trembler, choquée par ce que je venais de penser et d'autant plus par la question qui s'en suivait. Alors relevant le visage, pour enfin trouver son regard, je lui répondais, faible de toute ce qu'il venait de se dérouler.

« Je ne sais pas,,. En venant ici, je pensais venir en vous offrant l'inverse. Vous offrir ma vie en échange d'un peu de liberté, d'un peu de ce nouveau monde qui est la seule chose que je puis vous donner. Mais... » Baissant le regard de dépit, tiraillée par la peine. « C'est tellement insignifiant face à tout ce qui vous a été arraché. Jamais je ne pourrais vous offrir quoi que ce soit qui pourrait combler le profonde cicatrice dans votre cœur. » Relevant les yeux vers son poitrail que je savais maintenant blessé. « C'était sans doute prétentieux de ma part de m'en penser capable, j'en ai maintenant conscience... »

J'aurais au moins pu lui offrir le souvenir de sa Source, en venant jusqu'ici pour passer son épreuve. Etait-ce là tout ce dont je devais me satisfaire ? N'était-ce, après tout, pas la seule chose que je pourrais jamais lui offrir ? Si je le pouvais, je resterais ainsi indéfiniment pour que jamais son souvenir ne soit perdu. Peut-être que je pourrais faire quelque chose de similaire ? Oui ! Je pouvais sans doute forcer quelques hommes à venir le voir pour faire jaillir sa Source. Était-ce cependant une bonne idée ? Je n'en étais pas certaine, aussi incertaine qu'il trouve louable cette action, mais j'y réfléchirais, sans lui en faire par cependant. Redressant alors mon dos, j'allongeais mes jambes un peu sur le côté pour être plus à l'aise, retrouvant la lueur dans son regard.

« La seule chose que je puisse faire il me semble, c'est de vous offrir de mon temps. » ajoutais-je dans un fin sourire, en écho à ce qu'il m'avait dit tout à l'heure. C'était donc le plus beau cadeau que je pouvais lui faire, à cet instant. « Prenez le pour profiter encore de votre Source. Je resterais ici jusqu'à ce que vous me permettiez de partir. Je crois, cependant, ne pas avoir le cœur à vous en libérer définitivement. Je n'aurais pas la force de vous sortir d'ici... »

Codage par Libella sur Graphiorum



Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté Rugr
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Tahimo
Tahimo
Membres



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Actif
Crédit Avatar : Sandara
Date d'inscription : 12/11/2019
Messages : 12
Double Compte : Pru'ha, Slavko
Elément : Air
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite Lun 6 Jan 2020 - 18:32



Tahimo protecteur de la source de pureté

La majorité des humains réagissaient de la même façon, semblable à celle de Brisielle. Presque tous car chacun réagi d'une manière qui lui est propre. Elle tomba violemment à la renverse et fut perturbée de longues minutes. Choquée, angoissée, pétrifiée. Si un humain arrivait jusqu'ici c'est qu'il avait une chance de se lier à moi, c'est que je ne lui voulais aucun mal aussi je me sentais toujours coupable de faire subir aux candidats cette épreuve. Pourtant elle était essentielle, indispensable. Je suis toujours patient, j'attends que l'humain se remette de l'épreuve.

Elle se redressa, à genoux. Elle était terriblement secouée, quelque chose avait changé. Je sentais que sa confiance en elle était brisée, c'était positif pour moi. Allait-elle se remettre en question, m'offrir une place ou bien se fermer complètement ? Brisielle confirma à haute voix qu'elle ne pourrait jamais remplacer la perte de la Source, elle avait comprit. Ma vie était brisée par la faute de son espèce. Elle avait comprit toute ma rancœur, elle avait comprit l'intensité de ma douleurs. Une douleur éternelle que jamais elle ne pourra soigner, que jamais elle ne pourra véritablement soulager.

Elle me proposa alors ce que jamais on ne m'avait proposé, ce que jamais j'aurai cru possible : son temps. Elle proposa de rester ici aussi longtemps que je le souhaitais, elle m'offrait sa vie pour que je profite de la Source aussi longtemps que je le souhaitais. Cela me toucha, profondément, intensément. J'en restai muet, les yeux légèrement écarquillé de surprise, la gueule ouverte. Je fus incapable de parler, de trouver les mots. Alors je lui tournais le dos d'un geste vif et me tournais vers la Source. Je restais à la regarder... Je venais d’acquérir le droit de la retrouver longuement. Si je le souhaitais, je pouvais la revoir en automne ou les arbres se parent de milles couleurs, en hiver quand un doux manteau blanc berce le monde et que la glace permet de jouer sur la Source, au printemps quand les fleurs explosent... Mais en avais-je le droit ? Non je n'avais pas le droit de voler ainsi la vie de cette humaine. Non je ne le méritais pas. Ce n'était pas la Source véritable : ce n'était que son souvenir. Mes trois frères n'étaient pas là. Je ne serais surpris de rien, ce n'était pas la vie véritable. Non. Je ne pouvais accepter. Je lui répondis sans me retourner, elle pourra sentir tout le poids de ma douleurs dans mes mots :

« Jamais on ne m'a proposé une telle offrande. Jamais on ne m'a traité avec tant de respect. Merci, infiniment. Je suis profondément touché. Mais je ne peu pas accepter... »

J'insistais particulièrement sur la négation et conservais un silence suffisant pour qu'elle le réalise.

« Il ne s'agit pas de la Source, seulement de son souvenir. Je mérite ma punition. Je n'ai pas su la protéger, elle est perdue... à jamais... »

Les deux derniers mots tombèrent comme un rocher au fond de l'océan, imposant un lourd silence entre nous. Je me tournais de nouveau vers elle, plongeant mon regard millénaire dans le sien. Ma voix se fit plus énergique mais toujours douce et bienveillante :

« Je mérite ma punition. Je préfère la mort que me noyer dans un souvenir à jamais perdu. J'ai déjà quitté ce temple, c'est mon premier libérateur qui m'a fait comprendre ceci. J'ai compris grâce à lui quel est ma nouvelle vie, de quelle façon je peu honorer la Source que j'ai perdu : en vivant, en redevenant le Gardien que j'étais, en devenant le Gardien d'un humain. A toi de savoir si tu te sens capable de porter ce fardeau en m'acceptant pour Gardien. »

Son offre m'avait tellement touché qu'elle scella mon choix. Je ne pouvais pas dire non à une humain comme elle. La question était : voudra t-elle toujours de moi en ayant conscience du poids que je transporte dans mon cœur ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Sois bon et je serai peut être une Bénédiction.
Sois mauvais avec mes protégés, et je serai pour toi un Cauchemar.

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté T8ir
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #14 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Tahimo, Protecteur de la Source de Pureté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-