Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Atya
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Atya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Atya
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 256
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Apprentie forgeronne
Invocation(s) : Shase
Inventaire : Fiole d'essence de miracle
+ 500 T
Cape d'invisibilité perpétuelle
Inventaire▲

MessageSujet: Atya   Jeu 22 Aoû - 12:44


I) Identité


Nom : Hamdriel
Prénom : Atya
Sexe : Femme
Age/date de naissance : 20 ans

II) Caractère

Un caractère enjoué ? Oui ! Plutôt heureuse de nature. Son attitude positive lui laisse un sourire constant. Cependant, cette nature toujours présente en apparence ne l’est pas forcément en profondeur. Elle possède la faculté de cacher ses sentiments, son mécontentement et sa tristesse. Une carapace qu’elle s’est forgée pour éviter d’être déçue. Forgée ! Quel terme parfaitement adapté car c’est sa passion ! Apprentie forgeronne, elle a un caractère… bien trempé ! Elle peut cacher son mécontentement, cependant elle ne se laissera pas faire pour autant ! Venez lui chercher des noises, un marteau atterrira sur votre pied !


Son caractère social lui permet de se faire apprécier facilement des autres. Les gens lui accordent leur confiance. C’est une compétence dont elle pourrait se servir pour manipuler les personnes, mais sa nature gentille lui interdit à elle-même de faire cela. Elle respecte les personnes, et ne blesse que si l'on s’attaque à elle. Et parfois, à coup de marteau !


Curiosité est un mot qui peut décrire Atya. Elle s’intéresse à ce qui l’entoure et cherche à le découvrir. Mais il s’agit aussi de son plus gros défaut, elle va aussi trop s’insérer dans la vie des gens pour les connaître, ou partir explorer des endroits, mais sans réfléchir aux dangers qui peuvent l’attendre.


Elle aime voyager. Venant d’un village proche du temple de l’eau, elle a su s’habituer à des conditions climatiques où les pluies torrentielles sont monnaies courantes en journée. Elle a quitté celui-ci pour venir à Lüh afin de devenir une forgeronne de grand talent. Elle possède déjà un don, et a forgé elle-même, plus jeune, le marteau qu’elle porte constamment et dont elle se sert pour son travail et se battre.


Elle aimerait avoir une invocation, mais elle a peur de perdre la vie dans le temple. Mais cela lui servirait beaucoup. Elle envisage chaque jour d’aller dans le temple de l’eau, sachant qu’une invocation de cette nature lui permettrait de voyager à travers les mers.


Ce n’est pas qu’elle n’aime pas la nature, mais elle se plaît plus dans une ville, et surtout, dans une forge.
Elle n’aime pas, déteste, hait, les gens qui pensent avoir tout acquis, qui se sentent supérieur aux autres. Elle sait très bien que parfois cela lui arrive, et quand elle s’en rend compte, ou quand on lui en fait la remarque, elle se hait.


III) Physique


Le métal. Ce qui se rapproche le plus d’elle est la description des métaux. Ses poignets sont habillés de deux anneaux d'acier poli. On pourrait croire à des menottes à cause des chaînes qui y sont accrochées, cependant, celle-ci ne relie pas les anneaux entre eux, mais chacune des chaînes est reliée à une arme différente. L’anneau à son poignet droit est relié à la dague de son omoplate. La chaîne, afin de ne pas entraver ses mouvements, est plus longue que son bras et pend mollement le long du corps de l’apprentie. Au second poignet est relié une seconde dague, celle mise dans le bas de son dos. Son long marteau à deux mains dont elle se sert principalement pour travailler, mais aussi pour se battre est fait de fonte et de plomb. Elle a la possibilité de retirer les chaînes des dagues afin d’y accrocher son marteau


Ses fines mains sont bien entretenues et ne sont jamais abîmées par son travail à la forge. Elles sont toujours gantées lorsqu’elle manipule ses instruments. De gants noirs, en cuir épais, marqués, au niveau de la paume de la main, d’un bouclier. Ils lui ont été cédés par son père en lui disant qu'ils la protégeraient.


Lorsqu’on remonte ses bras fins et musclés, on arrive à un buste étroit, une poitrine bombée, un ventre plat et un dos musclé. Des cicatrices longues et profondes parsèment ses abdos, ses omoplates, ses côtes. Des souvenirs de sa première chasse.


En continuant de la détailler, on arrive à ses jambes. Des cuisses fortes, des mollets puissants, un pied fin et élégant. Afin de protéger son torse lorsqu'elle combat, elle porte une armure de bronze, classique mais très efficace, recouverte d'une patine de zinc, permettant le ralentissement d'une usure certaine. Afin de ne pas entraver ses mouvements et de garder une rapidité non-négligeable, elle décida de porter sur ses bras, mollets et cuisses, des plaques fer. Même si ses articulations, telles que les genoux ou les coudes sont exposées, elle pourra continuer de les plier sans être entravée. Toutes ces pièces sont noires, contrastant fortement avec sa chevelure. Autrement, elle s’habille toujours de tunique ou de robe, aux couleurs claires et joyeuses.


Finalement, sa tête. Son visage magnifique ferait rougir les plus belles femmes de l'Île, ses cheveux grisés, rappellent un argent pur et clair. Sa coupe mi — longue retombe sur sa nuque avec un dégradé à la frange, recouvrant ses sourcils. Les yeux, de couleur acier, renvoient à une chaleur et gaieté hors norme. Son nez court surmonte des lèvres qui attirent plus d'un homme.



IV) Vie



Famille : Benjamine de sa famille, elle a vécu avec ses parents et sa sœur dans un village proche du temple de l’eau. Elle a appris à devenir forgeronne avec son oncle, lorsqu’il est venu s'installer à la maison et qu'elle était adolescente.



Histoire :
Elle est née, eh oui, il y a maintenant 20 ans dans un village de l’eau. Elle est la seconde fille d’une famille pauvre. Son père, un chasseur, un grand archer, était mi-triste, mi-heureux de voir qu’il avait une seconde fille. Il aurait voulu apprendre à des fils comment chasser et tirer, mais à la place, il devait leur apprendre à s’habiller et à être présentables. Leur mère ne pouvait pas les aider. Après la naissance de leur première fille, elle a commencé une dépression, et a commencé à sombrer dans l’alcoolisme. Elle ne pensait qu’à cela. Tout a empiré lorsqu’ils ont su qu’elle était de nouveau enceinte. Meir, son père, a pensé que jamais sa femme ne tiendrait jusqu’à l’accouchement. Contre toute attente, elle y parvint, elle accoucha, et la magnifique Atya naquit. Rila, sa mère, haïssait Atya. Lorsqu’elle pleurait, elle s’énervait, elle voulait l’étrangler. Lorsqu’elle avait faim, elle la laissait se décomposer presque sous ses yeux. C’est Anydra, sa sœur, qui fut celle qui s’occupa le plus d’elle, la nourrissant, la lavant, la sauvant de sa mère. À neuf ans, elle devait endosser un rôle pour lequel elle n’était pas forcement prête. Les années passèrent, Atya commençait à parler, marcher, jouer. Rila la rejetait tout autant, Anydra se transformait en mère plutôt qu’en sœur. Meir souffrait de les voir ainsi, mais admirait cependant sa fille aînée.


Un soir, lorsqu’il rentrait de la chasse, il découvrit que dans sa maisonnette, quelqu'un attendait son retour, mais pas ses filles ou sa femme. En rentrant, il vit Swammer, son frère et l’oncle de ses filles. Il racontait que son village avait été incendié. Là-bas, personne ne sait exactement ce qu'il s'était passé. Certains disaient que c'était un bête accident, d'autres qu'un pyromane voulait juste s'amuser. Les plus fous racontaient qu'un invocateur et son invocation de feu en étaient la source. Swammer ne croyait pas ces balivernes. Il profita de la destruction de sa forge pour venir vivre auprès de son frère. De recommencer ici, avec une nouvelle forge. Il savait que cela allait fonctionner. Vivre aussi proche d’un temple allait lui permettre de forger des épées, lances et autres armes saugrenues que les braves voudraient pour affronter les invocations de l’eau. Atya avait trois ans, elle rencontrait son oncle pour la première fois et elle était déjà plus proche de lui que de sa propre mère. Leur lien n’allait que se renforcer au cours du temps.


Quelques jours après l’arrivée de son frère, en rentrant de la chasse, il entendit des pleurs, si intenses et si tristes, que même un démon aurait été ému. Lorsqu’il entra, il vit Rila, les yeux écarquillés, Anydra pleurer comme jamais, et Swammer, portant Atya du bout des bras. Il leva les yeux sur Meir, et l'on pouvait y voir des larmes couler. Il posa l’enfant sur la table et essaya de la faire revivre. Lorsque Rila leva les yeux vers son mari, tout ce qu’elle vit fut un arc, prêt à tirer une des flèches les plus acérées qu’elle ait vue. Meir, prêt à tirer. « Tu pars maintenant. Plus jamais tu ne t’approches de ma fille. Tu en as tué une, tu mériterais que cette flèche te transperce le crâne pour se ficher dans le mur. Mais contrairement à toi, je ne suis pas un meurtrier. Pars. » Pleurant, implorant, s’excusant et, étrangement, remerciant, elle se dirigea vers la porte, faisant attention de toujours rester face à la flèche.


La porte claquée, les secondes furent longues. L’arc était maintenant à terre, la flèche dans son carquois, Anydra, pleurant toutes les larmes de son corps, reniflant. Meir s’approcha d’elle, l’enlaça, puis la soulevant, il s’approcha de la table et regarda Swammer. Il essayait de toutes ses forces. Rila avait étouffé sa fille. Le forgeron essaya une dernière chose qui n’eut pas l’air de fonctionner. Dépité, il regarda Atya, sans vie.


Soudain, le corps se gonfla, on entendit une petite toux timide, puis une respiration, plus forte. Dans le village, on entendit un hourra de bonheur. Elle vivait, ils étaient heureux. Rila pleura un peu plus, quand elle entendit ces acclamations, elle passait à peine les portes du village.


Les années passèrent et la famille avait développé une routine. Swammer s’occupait d’Atya lorsqu’il était à la forge le matin. Anydra prenait la relève l’après-midi, et le soir, Meir passait du temps avec celle qu’il appelait maintenant, son petit miracle.


Lorsqu’ Atya eut dix ans, elle avait atteint une taille correcte. Elle était au courant de comment sa mère avait été avec elle. Ils avaient voulu qu’elle sache toute l’histoire et qu’elle se fasse une opinion par elle-même. Elle voulait devenir chasseuse plus tard, et apprendre, comme son père, à tirer à l’arc. Quand elle lui dit cela, elle le rendit le plus heureux des hommes et des pères. Ils commencèrent petit à petit à s’entraîner au tir à l’arc. Elle n’était pas bonne, pas du tout. Elle avait du mal avec l’arc. Alors, il lui donna une épée en bois et il fit semblant de l’entraîner. Lui était content de la voir comme cela, et elle avait l’impression de devenir une chasseuse.


Cependant, ce fut une erreur de lui faire voir tout cela. Un peu plus tard, pensant être suffisamment forte, elle voulut attraper son premier animal. Elle cherchait quelque chose de faible à attraper. C’est en se baladant qu’elle aperçut un lapin, petit, mignon, innocent et faible, pensa-t-elle. Une poursuite effrénée débuta. Elle n’avait pas appris comment approcher les bêtes et donc elle pensait que courir après était la meilleure solution. Buissons, arbres, branches et racines, voilà les obstacles qu’elle contournait en même temps qu’elle s’enfonçait dans la forêt.


Elle marqua une courte pause au bout de quelques minutes. Le lapin était hors de vue, la maison aussi. Elle s’était écorché les jambes et les bras. On voyait du sang. Ça ne ruisselait pas, mais c’était suffisamment impressionnant pour une jeune fille de dix ans. L’herbe lui parut moelleuse, elle s’allongea un peu pour reprendre ses esprits et avant de repartir à la chasse, ou bien plutôt rentrer à la maison. Une branche qui craque. Un mouvement. Elle pense rêver. Un éclair de lumière. Plus rien. Elle ferme les yeux. Elle les ouvre soudain. Elle crie.


Un Candor. Juste devant ses yeux. On aurait dit qu’il a été offensé par quelque chose. Il vole en stationnaire devant elle, à peine plus haut que son visage. Il la regarde fixement. Elle essaye de bouger, il pousse un cri strident. Atya est totalement perdue. Elle se lève d’un coup pour lui faire face. Il fonçait sur elle et la griffa. Dos, omoplates, côtes, tout commençais à saigner. Les entailles sont profondes. Elle hurle. Le candor attaque de nouveau, prenant peur. Cette fois, il la prit dans son bec, et serra fort. Si fort que du sang coula. Il tenta de s'envoler avec la jeune fille, mais étant trop lourde pour lui, il la laissa au sol.


Meir est en chasse. Il avait entendu les cris et se dirigeait déjà vers la provenance du son. Il arriva à la clairière très rapidement, et vit la scène. Il tentait de soulever une enfant. Pire, il s'attaquait à son enfant. Il se prépara à la défendre lorsque le candor partit dans le ciel.


Le volatile vola une minute ou deux. Atya était inconsciente sur le sol, de profondes blessures lui parsemant le corps, suite à ces attaques. Elle perdait des forces. D’un coup, d’un seul, l'oiseau plongea en piquet vers la clairière. En arrivant, il passa devant Meir et une seconde suffit pour qu’une flèche transperce à pleine vitesse le Candor. Il ouvrit sa gueule et émit un son strident.


Énervé, il passa à l’assaut une fois de plus, fonçant sur Meir cette fois. Son carquois se vida vers l’oiseau en colère. Quelques flèches l’atteignirent, mais la plus fatale fut celle qui empêcha son aile droite de fonctionner correctement. Il s’envola quand même un peu et commença à foncer sur Atya. Sans sourciller, protégeant sa fille, Meir sauta, couteau à la main, sur le dos du Candor. Son bec pointu allait s’enfoncer dans le corps de l'enfant, cela aurait été un coup de grâce mortel pour elle. Il n’eut pas le temps de l’atteindre. Le couteau transperça sa gorge, et il s’écroula d’un coup sur le sol. Meir s’écrasa avec le candor, mais sut amortir le choc. Il courut vers Atya, elle saignait. Beaucoup. Beaucoup trop. Les blessures étaient profondes. Il devait la panser. Et vite.


Après quelques minutes passées à soigner sa fille, il attendit un peu, qu’elle reprenne des forces, que les saignements ralentissent. Puis il la prit dans ses bras et se mit à courir. Il avait l’impression de revivre l’horreur d’il y a 7 ans. Il courait plus vite que son corps ne l’autorisait habituellement. Il sautait, et évitait les branches et racines avec une agilité renouvelée. Rien ne l’arrêtait. Il était sous adrénaline.


Arrivé au village, il alla directement à la forge. Il entra, les bras tendus, Atya dessus. Regarda son frère et s’écroula. Il se réveilla deux jours plus tard. Sa plus jeune fille pleurait à côté de lui, sur son lit. Ils avaient été mis dans une même chambre, les lits côtes à côtes. Elle s’en voulait. Après l’avoir rassurée et sermonnée, il cria le nom de son frère pour qu'il vienne.


Il lui expliqua tout, et le forgeron lui dit que sa fille s'était réveillée que peu de temps avant lui. La guérisseuse du village s’étant occupé d’elle avait prévu de longues journées pour qu'elle puisse reprendre une vie normale. Ils avaient décidé de mettre leurs lits côte à côte, leur permettant ainsi de rester proche l'un de l'autre. Elle avait insisté pour attendre le réveil de son père à côté de lui dès ses yeux ouverts. La guérisseuse expliqua au père qu’elle garderait des cicatrices sur le buste à vie, mais qu'elle pouvais déjà être heureuse qu'elle n'ai pas à s'inquiéter de davantage que de simples marques inesthétiques.


Les années passèrent. Atya continua de s’entraîner, afin d’éviter qu’un jour, la même situation se reproduise. Parallèlement, elle avait demandé à Swammer de la prendre comme apprentie lorsqu’elle avait treize ans. Elle s’était révélée très prometteuse et douée de ses mains. Elle développa ses propres techniques de combat avec les chaînes des dagues, et le marteau à deux mains.


Lorsqu’elle expliqua, il y a quelques semaines, qu’elle voulait vivre à Lüh et continuer d’apprendre là-bas, son oncle était ravi. Non pas de la perdre, mais de voir que celle qu’il considère comme sa fille allait vivre d’elle-même, grandir et devenir une femme forte. Son père était triste de la voir partir, mais ne fit rien pour l’en empêcher. Anydra s’énerva, elle avait presque trente ans, elle venait de se marier et était jalouse. Elle en voulut à Atya de l’abandonner. Mais les deux sœurs savaient que ça ne serait pas éternel, et qu’elles se reverraient très vite.


V) Autres


Métier : apprentie forgeronne
Signes particuliers : Des chaines sur ses anneaux aux poignets. Des cicatrices sur le corps
Rêves, ambition : voyager et forger


VI) Hors-Jeu


Comment avez-vous découvert ce forum? Je me baladais sur internet à la recherche d’un site de RP. Celui-là est le premier que j’ai vu qui m’a intéressé. J’ai cliqué, j’ai lu l’histoire, je n’ai même pas cherché un deuxième site Comment trouvez-vous l'intrigue de ce forum? … plus que géniale
Comment trouvez-vous le design de ce forum? Ni trop simple ni trop poussé. Juste ce qui faut !
Avez-vous lu le règlement? Validé par Ririne
Avez-vous vu le tchat? hé, la bah ça déconne sec ^^
Savez-vous comment voter pour le forum? deja fait et plus d'une fois !
▲ Succès ▲


Dernière édition par Atya le Ven 23 Aoû - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Atya   Ven 23 Aoû - 9:47

Atya n'oublie pas de mettre un avatar !
J'avais cru comprendre que tu ne l'avais plus sur ton ordi, alors tiens, cadeau :

AVATAR:
 

Faudra juste recadrer à la bonne taille.

Je te précise aussi que le Condor des Landes Luxuriantes s'appelle maintenant le Candor (différence assez subtile, certe) donc tu peux le changer dans ta fiche !

Edit : c'est tout bon !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Atya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Atya, le marteau ne frappera pas pendant quelque temps !
» Atya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-